Vous êtes sur la page 1sur 57

ESSENTIEL de Mécanique des Fluides

Cours et exercices corrigés

Edition Janvier 2017


Dr Lawani A. MOUNIROU
Enseignant-Chercheur, Hydraulique générale et appliquée

La pensée qui ne conduit pas à l'action ne vaut pas grand-chose, et l'action qui ne procède pas de la pensée ne vaut rien du tout. Page 1
SOMMAIRE
Introduction ....................................................................................................................................................................... 3
Chapitre I : Généralités ..................................................................................................................................................... 4
I – Introduction .................................................................................................................................................................. 5
I – 1 Définitions du fluide ................................................................................................................................................ 5
I – 2 Propriétés physiques caractéristiques d’un fluide ................................................................................................... 5
I – 3 Tension superficielle, capillarité .............................................................................................................................. 8
Chapitre II : Hydrostatique ............................................................................................................................................. 12
II – Hydrostatique ............................................................................................................................................................ 13
II – 1 Définition – Propriétés des liquides...................................................................................................................... 13
II – 2 Notion de pression ............................................................................................................................................... 13
II – 3 Application de la loi de l’hydrostatique ................................................................................................................. 14
II – 4 Forces hydrostatiques sur les parois ................................................................................................................... 17
II – 5 Forces hydrostatiques sur les corps immergés.................................................................................................... 19
II – 6 Translation et rotation de masses de liquides ...................................................................................................... 20
Chapitre III : Cinématique ............................................................................................................................................... 26
III – Notion de cinématique............................................................................................................................................. 27
III – 1 Généralités ......................................................................................................................................................... 27
III – 2 Equation de continuité ou équation de conservation de la masse ...................................................................... 29
III – 3 Fonction de courant ............................................................................................................................................ 30
III – 4 Ecoulements irrotationnels – Potentiel des vitesses ........................................................................................... 32
III – 5 Réseau hydrodynamique .................................................................................................................................... 33
III – 6 Etude mathématique des écoulements plans ..................................................................................................... 35
Chapitre IV : Dynamique des fluides parfaits incompressibles .................................................................................. 44
IV – Dynamique des fluides parfaits incompressibles................................................................................................. 45
IV – 1 Equation d’Euler ................................................................................................................................................. 45
IV – 2 Théorème de Bernoulli ....................................................................................................................................... 45
IV – 3 Applications du théorème de Bernoulli ............................................................................................................... 47
IV – 4 Théorème des quantités de mouvement ............................................................................................................ 50
IV – 5 Applications du théorème des quantités de mouvement .................................................................................... 50
Références bibliographiques ......................................................................................................................................... 57

La pensée qui ne conduit pas à l'action ne vaut pas grand-chose, et l'action qui ne procède pas de la pensée ne vaut rien du tout. Page 2
Introduction
Ce cours destiné aux étudiants de Bachelor dans le domaine des sciences de l’Eau est plus une introduction à
l’hydraulique générale qu’un cours de mécanique des fluides théorique. C’est pourquoi nous avons tenté d’y développer
des aspects de l’hydraulique générale et de l’hydraulique appliquée aux ouvrages d’art et aux barrages.

Le chapitre 1 constitue une introduction à la mécanique des fluides dans laquelle on classe les fluides parfaits, les
fluides réels, les fluides incompressibles et les fluides compressibles et on définit les principales propriétés qui seront
utilisées ultérieurement.

Le chapitre 2 est consacré à l’étude des fluides au repos. Les lois et théorèmes fondamentaux en statique des fluides y
sont énoncés. Les notions telles que pression, poussée d’Archimède, action de l’eau sur une surface plane et/ou
gauche, translation ou rotation des masses liquides sont expliquées.

Le chapitre 3 traite de la cinématique des fluides. L’équation de continuité, les écoulements potentiels plans, le débit de
fuite à travers les digues ainsi que la stabilité des barrages ont été abordés. Le développement mathématique a été
abrégé et peu rigoureux compte tenu des objectifs du cours.

Le chapitre 4 traite des équations fondamentales qui régissent la dynamique des fluides incompressibles parfaits, en
particulier, le théorème de Bernoulli (conservation de l’énergie) et le théorème d’Euler à partir duquel on établit les
équations donnant la force dynamique exercée par les fluides en mouvement.

Objectifs du cours
 Etablir et résoudre les équations de l’hydrodynamique :
- Hydrostatique (poussée d’Archimède, action de l’eau sur une surface)
- Débit de fuite à travers les digues et les fondations de barrages
- Ecoulement unidirectionnel dans les canalisations
- Forces exercées par les écoulements sur des obstacles.

Application de la Mécanique des fluides


 Hydraulique en charge
 Hydraulique à surface libre
 Pompes et station de pompage

Programme
 Chapitre I : Généralités sur les fluides
 Chapitre II : Hydrostatique
 Chapitre III : Cinématique
 Chapitre IV : Hydrodynamique

La pensée qui ne conduit pas à l'action ne vaut pas grand-chose, et l'action qui ne procède pas de la pensée ne vaut rien du tout. Page 3
Chapitre I : Généralités
I – Introduction .................................................................................................................................................................. 5
I – 1 Définitions du fluide ................................................................................................................................................ 5
I – 1.1 Fluide parfait.................................................................................................................................................... 5
I – 1.2 Fluide réel........................................................................................................................................................ 5
I – 1.3 Fluide incompressible ...................................................................................................................................... 5
I – 1.4 Fluide compressible......................................................................................................................................... 5
I – 2 Propriétés physiques caractéristiques d’un fluide ................................................................................................... 5
I – 2.1 module de compressibilité à température constante T .................................................................................. 6
I – 2.2 Masse volumique  ......................................................................................................................................... 6
I – 2.3 Point d’ébullition .............................................................................................................................................. 6
I – 2.4 Viscosité .......................................................................................................................................................... 7
I – 2.5 Chaleur massique............................................................................................................................................ 7
I – 3 Tension superficielle, capillarité .............................................................................................................................. 8
I – 3.1 Tension superficielle : Quelques observations ................................................................................................ 8
I – 3.2 Angle de contact et capillarité : Quelques observations .................................................................................. 8
I – 3.3 Ascension capillaire ......................................................................................................................................... 9

La pensée qui ne conduit pas à l'action ne vaut pas grand-chose, et l'action qui ne procède pas de la pensée ne vaut rien du tout. Page 4
I – Introduction
La matière peut se présenter sous différents états en fonction de la façon dont elle peut se déformer. On distingue
principalement les solides des fluides, eux-mêmes subdivisés en liquides et gaz. En première approximation, les solides
sont des corps non-déformables, ils ont une forme propre et résistent à la traction et à la compression. Les liquides n'ont
pas de forme propre, ils prennent la forme du contenant et sont donc éminemment déformables. La distinction entre
liquides et gaz tient en leur compressibilité. Les liquides ont un volume donné, alors que les gaz occupent tout le volume
qui leur est offert. Ainsi, la branche de la physique qui étudie le comportement des fluides et des forces associées
lorsque ceux-ci subissent des contraintes s’appelle « mécanique des fluides ».

I – 1 Définitions du fluide
Un fluide est un milieu matériel continu, déformable, sans rigidité et qui peut s'écouler. En première approximation, on
pourra admettre que les fluides sont homogènes, c'est à dire qu'ils présentent pour nous les mêmes caractéristiques
mécaniques en tout point. De même ils sont isotropes c’est-à-dire que leurs propriétés physiques sont les mêmes
dans toutes les directions.

Les fluides peuvent se classer en deux familles en fonction de leur viscosité. La viscosité est une de leur
caractéristique physico-chimique qui traduit le fait qu'il existe des forces résistantes aux déplacements dans un fluide.
La famille des fluides "newtoniens" (comme l'eau, l'air et la plupart des gaz) et celle des fluides "non newtoniens"
(quasiment tout le reste : le sang, les gels, les boues, les pâtes). Les fluides "newtoniens" ont une viscosité constante ou
qui ne peut varier qu'en fonction de la température. La deuxième famille est constituée par les fluides "non newtoniens"
qui ont la particularité d'avoir leur viscosité qui varie en fonction de la vitesse et des contraintes qu'ils subissent lorsque
ceux-ci s'écoulent.

I – 1.1 Fluide parfait


Un fluide est dit parfait s'il est possible de décrire son mouvement sans prendre en compte les effets de frottement.
Dans un fluide parfait, il n'existe pas de force qui s'opposent au glissement des particules fluides les unes sur les autres.

I – 1.2 Fluide réel


La notion de fluide parfait constitue un modèle limite : les fluides parfaits n'existent pas. Dans un fluide réel, l'existence
de contraintes tangentielles se manifeste par une résistance à l'écoulement que l'on appelle viscosité. En pratique, cette
composante tangentielle s'annule avec la vitesse. Pour un fluide au repos (en équilibre mécanique), la statique des
fluides réels se confond avec la statique des fluides parfaits. Cette distinction n'apparaîtra qu'en dynamique des fluides.

I – 1.3 Fluide incompressible


Un fluide est dit incompressible lorsque le volume occupé par une masse donnée ne varie pas en fonction de la
pression extérieure. Les liquides sont considérés comme des fluides incompressibles (eau, pétrole, gasoil).

I – 1.4 Fluide compressible


Un fluide est dit compressible lorsque le volume occupé par une masse donnée varie en fonction de la pression
extérieure. Les gaz sont des fluides compressibles. Par exemple, l’air, l’hydrogène, le méthane à l’état gazeux, sont
considérés comme des fluides compressibles.

I – 2 Propriétés physiques caractéristiques d’un fluide


Une propriété caractéristique est une propriété qui permet de différencier une substance ou un groupe de substances.
L’utiliser pour identifier une substance est alors un moyen fiable.

La pensée qui ne conduit pas à l'action ne vaut pas grand-chose, et l'action qui ne procède pas de la pensée ne vaut rien du tout. Page 5
I – 2.1 module de compressibilité à température constante T
La compressibilité d'un corps représente la variation de volume du corps en réponse à une variation de pression. On
définit le module de compressibilité à température constante T à partir de la variation relative de volume et de la
variation de pression :
∆𝑉
𝑇 = − 𝑉
∆𝑝
Il s'exprime en Pa-1. Pour l'eau, on a T = 5 10-10 [Pa-1]. Le mercure est 13,3 fois plus compressible et l’alcool éthylique
2,3 fois moins compressible que l’eau. D'une manière générale, les liquides sont très peu compressibles.

Exercice d’application I – 1 : A P1 = 34,5 [bars], le volume est de V1 = 28,32 [dm3]. A P2 = 241,3 [bars], le volume est
de V2 = 28,05 [dm3]. Calculer le module de compressibilité de ce liquide.

Eléments de réponse :
V  V1  V1 28.05  28.32 28.32
T  
V V
P
 2
P2  P1

241.3  34.5  10 5
 4.61 1010 Pa 1  

I – 2.2 Masse volumique 

La masse volumique, dont le symbole est , est une propriété caractéristique qui représente la quantité de matière
(masse) qui se trouve dans un espace (une unité de volume) donné. La masse et le volume ne sont pas des propriétés
caractéristiques. Toutefois, le rapport entre la masse et le volume d'un fluide, soit la masse volumique, est spécifique à
fluide et permet de l'identifier.
𝑚 (𝑘𝑔)
La formule utilisée pour la calculer est la suivante : 𝜌 [𝑘𝑔⁄𝑚3 ] = 𝑉 (𝑚3 )

Il ne faut pas confondre la masse volumique avec la notion de densité. Cette dernière est un rapport entre la masse
volumique du fluide et la masse volumique de l’eau.

Le poids volumique d’un fluide noté  [N/m3] est le produit de sa masse volumique  par l’accélération de la pesanteur
(g) :  =  g.
La masse volumique varie selon la température et la pression à laquelle une mesure est effectuée. On doit donc
déterminer la masse volumique d'un fluide à une certaine température et une certaine pression si on veut pouvoir
identifier ce fluide.

Exercice d’application I – 2 : Un volume V = 6 [m3] d’huile pèse P = 47 [kN]. Calculer la masse volumique de l’huile.

Eléments de réponse :


m
V
et Pmg  m
P
g
donc  
P

47  103
g V 9.81 6
 798.5 kg m 3  
Commentaires : L'huile est donc plus légère que l'eau.

I – 2.3 Point d’ébullition


Le point d'ébullition est la température à laquelle un fluide passe de l’état liquide à l’état gazeux. Chaque fluide pur
liquide s'évapore et devient gazeux à une température précise. Cette température est nommée point d'ébullition. C'est
aussi à cette température qu'un gaz devient liquide. On la nomme alors point de condensation. Ainsi, pour un même
fluide, les points d'ébullition et de condensation sont identiques. Par exemple, l'eau bout à 100°C et la vapeur d'eau se
condense à 100°C.
La pensée qui ne conduit pas à l'action ne vaut pas grand-chose, et l'action qui ne procède pas de la pensée ne vaut rien du tout. Page 6
Il est important d'indiquer la pression à laquelle la température d'ébullition est déterminée puisque les variations de
pression modifient le point d'ébullition. Généralement, plus la pression est élevée, plus la température d'ébullition l'est
aussi.

I – 2.4 Viscosité
La viscosité est définie comme la résistance opposée par le fluide à sa mise en mouvement. La viscosité peut donc être
considérée comme le frottement interne qui résulte du glissement d’une couche de fluide sur une autre. Un liquide très
visqueux est un liquide qui présente un frottement interne élevé.

On montre que la force de frottement dF qui s'exerce sur l'élément de surface dS, séparant deux couches de liquide
𝑑𝐹 𝑑𝑉
animées des vitesses V et V + dV, est donnée par la relation : = 𝜏𝑥𝑦 = 𝜇
𝑑𝑆 𝑑𝑦
Le coefficient  est appelé viscosité dynamique. Pour les liquides, il décroît quand la température croit et il est peu
affecté par les variations de pression.
La viscosité cinématique  s'obtient en divisant la viscosité dynamique  par la masse volumique . Elle s'exprime en
[m2/s].

On pourrait croire que la viscosité d'un fluide s'accroît avec sa densité mais ce n'est pas nécessairement le cas : l'huile
est moins dense que l'eau (huile de colza : 0,92 à 20 °C, contre 1 pour l'eau) cependant elle est nettement plus
visqueuse.

Soit un volume de fluide contenu entre une paroi fixe horizontale et une paroi mobile parallèle, de surface A, soumise à
une force F qui l'entraine à vitesse constante v. La distance entre les parois est notée h.

La viscosité est définie par le rapport entre F/A


(homogène à une contrainte) et v/h (homogène
au gradient de vitesse) :  = F h / A v

En traçant la courbe F/A en fonction de v/h,


on met en évidence plusieurs types de
comportement : fluide parfait, fluide newtonien, fluide épaississant, fluide plastique.

Exercice d’application I – 3 : Un fluide newtonien ( = 0,048 [Pa.s]) s’écoule le long d’une paroi. A 75 [mm] de la paroi,
la particule fluide a une vitesse égale à 1,125 [m/s]. Calculer l’intensité de la contrainte de cisaillement, au niveau de la
paroi, à 25 [mm], à 50 [mm] et à 75 [mm] de celle-ci (on pourra être amené à formuler une hypothèse concernant l’allure
de l’écoulement).

Eléments de réponse : Prenons une paroi horizontale (y = 0) et un écoulement parallèle à la paroi (Vy = 0). Supposons
que la vitesse varie linéairement avec la distance à la paroi :Vx = A y + B. En raison de la viscosité, l'écoulement est nul
 
à la paroi et par conséquent B = 0. Par ailleurs, d'après la définition de la viscosité dynamique :   xy  xy . Par
 dV  A
 
 dy 
conséquent, on en déduit que l'intensité de cisaillement est indépendante de y et égale à  xy   A. Ici Vx = A y ⇒
1.125 = A x 0.075 soit A = 15 [s-1].  xy  0.048 15  0.72 Pa.

I – 2.5 Chaleur massique


La chaleur massique, aussi appelée capacité thermique massique, est la quantité d'énergie nécessaire (en joules) pour
élever de 1ºC la température d’une unité de masse d’un fluide (habituellement 1 g de fluide).
La pensée qui ne conduit pas à l'action ne vaut pas grand-chose, et l'action qui ne procède pas de la pensée ne vaut rien du tout. Page 7
I – 3 Tension superficielle, capillarité
I – 3.1 Tension superficielle : Quelques observations
Deux plaques de verre entre lesquelles on a déposé un mince film d’eau semblent collées
l’une à l’autre. La plaque inférieure peut supporter une masse de plusieurs centaines de
grammes avant de tomber.

Dans un tube, la surface libre de l'eau forme un ménisque près des bords.

Les phénomènes observés précédemment sont dus à l’existence de forces existant à la


surface libre du liquide :

La tension superficielle dépend du liquide, du milieu qui surmonte sa surface libre et de la


température. Soit un cadre filaire ABCD dont le côté AB, de longueur L, pouvant glisser sur
DA et CB. Plongé initialement dans de l'eau savonneuse, ce cadre est rempli d'une lame
mince liquide. On maintient le fil mobile en équilibre en exerçant sur lui une force 𝐹⃗ :

Le liquide tire AB vers DC avec une force f sur chaque face de la lame :

Le coefficient  s’appelle tension superficielle


et se mesure en [N/m]

Une molécule située à l’intérieur d’un liquide est soumise à des forces d’attraction
agissant dans toutes les directions, et la somme vectorielle de celles-ci est nulle.
Cependant, une molécule située à la surface d’un liquide est soumise à une force de
cohésion bien déterminée, dirigée vers l’intérieur et perpendiculaire à la surface. Ainsi
pour déplacer les molécules vers la surface, il faut fournir un travail résistant contre cette
force et ainsi les molécules de la surface ont plus d’énergie que les molécules internes.
La tension superficielle d’un liquide est le travail nécessaire pour amener à la surface suffisamment de molécules de
l’intérieur du liquide pour former une nouvelle unité de surface (N m/m² = J/m²). Ce travail peut être assimilé à l’énergie
potentielle de surface. En effet, L’énergie potentielle de surface d’un liquide est proportionnelle à la surface libre de ce
liquide. Or une condition de stabilité d’équilibre est que l’énergie potentielle soit la plus basse possible. Il s’ensuit que la
surface libre d’un liquide se place naturellement pour être la plus petite possible.

Exemple 1 : Pourquoi les gouttes d’eau (ou de whisky) sont-elles sphériques ? Parce que, pour un volume de liquide
donné, c’est cette forme qui donne une enveloppe de surface minimale.
Exemple 2 : Pourquoi, lorsqu’on rapproche deux gouttes d’eau, celles-ci se
fondent-elles en une seule ?

En "cassant" une gouttelette en deux, on crée de la surface : deux sphères


de volume V/2 ont une aire plus grande qu'une sphère de volume V. Si les
deux gouttelettes se rencontrent, elles ont donc tendance à fusionner (coalescence) pour minimiser leur surface.

I – 3.2 Angle de contact et capillarité : Quelques observations


Dans un tube de verre étroit (tube à essai), l'interface air-liquide est bombée vers le bas : la surface forme un ménisque
concave ; de plus, l'eau s’élève le long des parois ;
La pensée qui ne conduit pas à l'action ne vaut pas grand-chose, et l'action qui ne procède pas de la pensée ne vaut rien du tout. Page 8
L'eau monte aussi le long des fibres d’une feuille de papier trempée dans un verre d’eau. Il peut donc avoir ascension de
l’eau, malgré les forces de gravité
Interprétation : Une goutte de liquide déposée sur une plaque solide plane et
horizontale peut :

- Soit s’étaler, on dit que le liquide mouille parfaitement le solide ;

- Soit former une lentille, avec deux cas de figure :

o  < 90°, le liquide mouille imparfaitement le solide ;

o  > 90°, le liquide ne mouille pas le solide


L’angle θ s’appelle angle de contact. Il dépend à la fois du liquide, du solide qui le supporte ou le contient, et du gaz qui
environne les deux. Trois paramètres sont donc à prendre en compte :
- La tension superficielle sl entre le solide et le liquide ;
- La tension superficielle lv entre le liquide et sa phase vapeur ;
- La tension superficielle sv entre le solide et la vapeur
Le schéma ci-dessous montre les trois forces en présence, représentées par leurs tensions superficielles
correspondantes
Ainsi, les phénomènes de capillarité sont liés à un équilibre entre les énergies de surface liquide – vapeur, liquide –
solide et solide – vapeur.
Dans le cas du mouillage, la configuration
adoptée est celle qui minimise la somme des
énergies d'interface entre ces trois milieux. Le
schéma montre que l'énergie d'interface
solide/liquide doit être plus faible que l'énergie
d'interface solide/vapeur.

I – 3.3 Ascension capillaire


Un tube de verre de faible diamètre est plongé dans un liquide mouillant, de l’eau par exemple.
Dans le tube, le niveau du liquide est supérieur au niveau de la surface libre du récipient. Le
ménisque concave fait un angle θ avec la surface du tube.
L’ascension capillaire est due aux forces superficielles appliquées en tout point du contour du
ménisque. La résultante F de ces forces équilibre le poids P du liquide soulevé. L’élévation du
liquide dans le tube compense la différence de pression entre les deux côtés de la paroi. (Loi de
Laplace).
Le poids de la colonne de liquide 𝑷 = 𝒎𝒈 = 𝝅 𝑹²𝝆 𝒈 𝒉 est équilibré par la force de tension superficielle 𝑭 =
𝟐 𝝅 𝑹 𝜸 𝐜𝐨𝐬 𝜽 s'exerçant sur la ligne de raccordement entre le liquide et la paroi du tube.
2  cos
On obtient la relation h  que l’on appelle la loi de Jurin.
gR
R : rayon intérieur du tube, : masse volumique du liquide, g : accélération de la pesanteur,  :
tension superficielle du liquide, θ : angle de raccordement liquide/solide. Cos θ : parce que seule la
composante verticale contribue à la résultante F. Dans le cas du mouillage parfait, cos θ = 1.

Remarque : Si l’angle θ dépasse 90°, la loi de Jurin donne h négatif. On parle alors de dépression capillaire. C’est le
cas du mercure au contact du verre et de tous les liquides non mouillants. Cette fois les forces de cohésion sont
La pensée qui ne conduit pas à l'action ne vaut pas grand-chose, et l'action qui ne procède pas de la pensée ne vaut rien du tout. Page 9
supérieures aux forces d’adhésion, le liquide ne mouille pas les parois du tube. Le niveau du liquide s’abaisse dans le
tube au-dessous du niveau de la surface libre du récipient. Le ménisque est convexe et forme l’angle θ > 90° avec la
paroi du tube.
Les forces de tension superficielle tirent le liquide vers le bas. La résultante F de ces tensions équilibre maintenant le
poids P du liquide manquant.

Quelques valeurs  pour un liquide placé dans l’air

Liquide (N/m) Liquide (N/m) à 20°C


Eau (à 20°C) 7.3 10-3 Ethanol 22 10-3
Eau (à 0°C) 75.6 10-3 Ether 17 10-3
Huile végétale 32 10-3 Mercure 480 10-3

Quelques valeurs de l’angle de contact

Angle de Ascension Angle de Ascension


Interface dans l’air Interface dans l’air
contact  capillaire contact  capillaire
Eau – verre 0  Kérozène – verre 26 
Liquide org – verre 0  Eau – paraffine 107 
Alcool – verre 0  Eau – acier 90 nulle
Mercure - verre 140  Eau - bois 0 
Les effets capillaires seront généralement négligés dans les problèmes que nous traiterons par la suite dans les
chapitres 2, 3 et 4.

Exercices résolus
Exercice I – 4 : Calculer le poids P0 d’un volume V =3 [l] d’huile d’olive ayant une densité d = 0,918.
Eléments de réponse :
𝑷𝟎 = 𝒎 𝒈 𝒂𝒗𝒆𝒄 𝒎 = 𝝆𝒆𝒂𝒖 𝒅 𝑽 𝒅𝒐𝒏𝒄 𝑷𝟎 = 𝝆 𝒅 𝑽 𝒈 = 𝟏𝟎𝟎𝟎 × 𝟎. 𝟗𝟏𝟖 × 𝟑 𝟏𝟎−𝟑 × 𝟗. 𝟖𝟏 = 𝟐𝟕. 𝟎𝟐 [𝑵]

Exercice I – 5 : Déterminer la viscosité dynamique de l’huile d’olive sachant que sa densité est 0,918 et sa viscosité
cinématique est 1,089 Stockes.

Eléments de réponse :
𝝁 = 𝝆𝒆𝒂𝒖 𝒅  = 𝟏𝟎𝟎𝟎 × 𝟎. 𝟗𝟏𝟖 × 𝟏. 𝟎𝟖𝟗 × 𝟏𝟎−𝟒 = 𝟎. 𝟏 [𝑷𝒂 𝒔] ∶ 𝟏 𝑺𝒕𝒐𝒄𝒌𝒆𝒔 = 𝟏𝟎−𝟒 [𝒎𝟐 /𝒔]

Exercice I – 6 : Un film de liquide est étendu sur un cadre métallique dont l’un des côtés
est constitué d’une barre mobile de longueur l. On notera  le coefficient de tension
superficielle de l’interface liquide – air.
1) Quelle est la dimension de  ? Rappeler son unité de mesure.
2) Quelle est l’expression de la force F exercée par le film liquide sur la barre ?
3) Application numérique :  = 50 10-3 SI et l = 15 cm ?
Eléments de réponse :
𝐹𝑜𝑟𝑐𝑒 = 𝛾 ∙ 𝑙𝑜𝑛𝑔𝑢𝑒𝑢𝑟 ⇒ [𝛾] = [𝑓𝑜𝑟𝑐𝑒] [𝑙𝑜𝑛𝑔𝑢𝑒𝑢𝑟]−1 = [𝑁 𝑚−1 ] = [𝑘𝑔 𝑠 −2 ]
Le film de liquide est pris en sandwich par l’air. Il y a deux lignes de contact entre le liquide et la barre : la 1ère en haut et
la 2nd en bas. Chacune de ces lignes a la longueur l. La force qui agit sur chaque ligne vaut g. les deux force sont dans
le même sens. La force totale est donc :
La pensée qui ne conduit pas à l'action ne vaut pas grand-chose, et l'action qui ne procède pas de la pensée ne vaut rien du tout. Page 10
𝐹 = 2 𝛾 𝑙 = 2 × 50 10−3 × 0.15 = 0.015 [𝑁]
Exercice I – 7 : On plonge dans l’eau un tube capillaire de diamètre d = 0.1 [mm], le tube dépassant d’une longueur l =
0.50 [m] la surface libre du liquide dans la cuve. On suppose que l’eau mouille parfaitement le verre. Le coefficient de
tension superficielle eau-air est  = 0.075 [N/m].
1) Déterminer la hauteur h à laquelle l’eau monte dans le tube à partir de la loi de Laplace.
2) Retrouver ce résultat en faisant le bilan des forces.

Eléments de réponse :
D’après la loi de Laplace, la pression juste en dessous de la surface du haut (au point A) vaut :
2𝛾
𝑃𝐴 = 𝑃𝑎𝑡𝑚 −
𝑅
où R est le rayon du tube ; en effet, la surface à la forme d’une calotte sphérique de rayon R, les deux rayons qui
interviennent dans la loi de Laplace sont donc les mêmes et valent R = d/2 (car le liquide mouille parfaitement le verre).
Le fluide étant immobile, on peut appliquer la loi de l’hydrostatique entre les points A et B
(qui sont bien situés au sein du liquide) :
𝑃𝐵 = 𝑃𝐴 + 𝜌 𝑔 ℎ → 𝑃𝐴 = 𝑃𝐵 − 𝜌 𝑔 ℎ = 𝑃𝑎𝑡𝑚 − 𝜌 𝑔 ℎ 𝑐𝑎𝑟 𝑃𝐵 = 𝑃𝑎𝑡𝑚
2𝛾
𝑂𝑛 𝑒𝑛 𝑑é𝑑𝑢𝑖𝑡 𝑞𝑢𝑒 ∶ 𝑃𝑎𝑡𝑚 − 𝜌 𝑔 ℎ = 𝑃𝑎𝑡𝑚 −
𝑅
4𝛾 4 × 0.075
ℎ= = = 305.81 [𝑚𝑚]
𝜌𝑔𝑑 1000 × 9.81 × 0.1 10−3
L’eau mouille parfaitement le verre, l’angle de contact est donc nul. Il existe donc un film d’eau très mince qui monte le
long de la paroi du tube, au-dessus du ménisque. Ce film adhère à la paroi. De plus, il exerce une force f capillaire (vers le
haut) sur le liquide du bas :
𝑓𝑐𝑎𝑝𝑖𝑙𝑙𝑎𝑖𝑟𝑒 = 𝑙𝑜𝑛𝑔𝑢𝑒𝑢𝑟 × 𝛾 = 2 𝜋 𝑅 𝛾

On prend comme système le fluide situé dans le tube et au-dessus de la surface du liquide dans
la cuve (hauteur h). Ce système est soumis :
- A son propre poids : 𝑝 = 𝜌 𝑔 𝜋 𝑅 2 ℎ ;
- A la force de capillarité : 𝑓𝑐𝑎𝑝𝑖𝑙𝑙𝑎𝑖𝑟𝑒 = 2 𝜋 𝑅 𝛾 ;
- Aux forces de pression : ces dernières s’annulent car en tout point de la surface du
système, la pression est la même et vaut Patm.
A l’équilibre, ces forces se compensent, donc :
2𝛾 4𝛾
𝜌 𝑔 𝜋 𝑅2 ℎ = 2 𝜋 𝑅 𝛾 ⇒ ℎ = =
𝜌𝑔𝑅 𝜌𝑔𝐷
On retrouve bien le même résultat avec la formule de Laplace.

Exercices non résolus


Exercice I – 8 : Déterminer la variation d’un volume V = 28,32 [dm3] d’eau à 27°C, soumis à une augmentation de 20,7
[bars].
T (°C) 0 4,4 10,0 15,6 21,1 26,7 32,2 37,8
1/T(GPa) 1,98 2,04 2,10 2,16 2,20 2,24 2,27 2,28

Quelle pression P doit-on appliquer à ce fluide à 25°C pour réduire son volume de 1,25 %.

La pensée qui ne conduit pas à l'action ne vaut pas grand-chose, et l'action qui ne procède pas de la pensée ne vaut rien du tout. Page 11
Chapitre II : Hydrostatique
II – Hydrostatique ............................................................................................................................................................ 13
II – 1 Définition – Propriétés des liquides...................................................................................................................... 13
I – 1.1 Notion de contrainte ...................................................................................................................................... 13
I – 1.2 Homogénéité et isotropie............................................................................................................................... 13
I – 1.3 Compressibilité et viscosité ........................................................................................................................... 13
II – 2 Notion de pression ............................................................................................................................................... 13
II – 2.1 Définition ...................................................................................................................................................... 13
II – 2.2 Equations générales de la statique .............................................................................................................. 14
II – 2.3 Fluides soumis à la seule action de la pesanteur ......................................................................................... 14
II – 3 Application de la loi de l’hydrostatique ................................................................................................................. 14
II – 3.1 Cas des fluides incompressibles .................................................................................................................. 14
II – 3.1.1 Manomètre en U ................................................................................................................................... 15
II – 3.2 Cas des fluides compressibles ..................................................................................................................... 16
II – 4 Forces hydrostatiques sur les parois ................................................................................................................... 17
II – 4.1 Paroi plane en position droite ou inclinée ..................................................................................................... 17
II – 4.2 Paroi à surface gauche................................................................................................................................. 19
II – 5 Forces hydrostatiques sur les corps immergés.................................................................................................... 19
II – 5.1 Poussée dArchimède ................................................................................................................................... 19
II – 5.2 Equilibre des corps immergés ...................................................................................................................... 20
II – 6 Translation et rotation de masses de liquides ...................................................................................................... 20
II – 6.1 Translation horizontale ................................................................................................................................. 20
II – 6.2 Translation verticale ..................................................................................................................................... 20
II – 6.3 Rotation des masses de fluide – récipients ouverts ..................................................................................... 21
II – 6.4 Rotation des masses de fluide – récipients fermés ...................................................................................... 21

Le spécialiste a de plus en plus de connaissances sur un sujet de plus en plus étroit, si bien qu'à la limite il connaît tout sur rien. Le généraliste au contraire connaît
peu de choses sur des sujets très nombreux et, à la limite, ne connaît rien sur tout. Page 12
II – Hydrostatique
II – 1 Définition – Propriétés des liquides
L’hydrostatique est la science qui étudie les conditions d’équilibre de l’eau au repos. Encore appelée la statique des
fluides, elle est l’outil de base pour l’étude des corps flottants et de leur stabilité, des structures servant à retenir un
fluide, notamment lors de la détermination des contraintes subies par de telles structures sous l’effet de la pression
qu’exerce le fluide sur leurs parois.

I – 1.1 Notion de contrainte


Prenons un élément cubique de matière, infiniment petit ; à un instant donné il s'exerce des forces sur les différents
éléments de surface.

Sur l'élément de surface dx·dy s'exerce une force. On appellera contrainte


l’expression définie comme suit :
 
dF dF

ds dx dy
Une contrainte est donc une force (en grandeur et direction) par unité de surface.
Cette contrainte comprend une composante  normale à la surface et une
composante tangentielle.

A la différence des solides, les liquides ne supportent pas de composantes tangentielles des contraintes au repos.

I – 1.2 Homogénéité et isotropie


En première approximation, on pourra admettre que les fluides sont homogènes, c'est à dire qu'ils présentent pour
nous les mêmes caractéristiques mécaniques en tout point. De même ils sont isotropes et leurs propriétés mécaniques
sont les mêmes dans toutes les directions.

I – 1.3 Compressibilité et viscosité


La masse volumique  d'un liquide est sensiblement une constante (pour l'eau, elle ne varie quasiment pas avec la
pression et très peu avec la température). Comme on le verra plus loin, la viscosité traduit le fait qu'il existe des forces
résistantes aux déplacements dans un fluide. Lorsque l'on s'intéresse à la statique, l'absence de mouvement fait que
tous les fluides peuvent être considérés comme parfaits, c'est à dire sans viscosité.

II – 2 Notion de pression n ext dF

z
II – 2.1 Définition ds
dz
Nous avons vu qu'un fluide ne supportait pas de contraintes tangentielles  au repos. La seule
contrainte  est donc normale à l'élément de surface ds = dx dy, et on peut la caractériser
dx
par une valeur algébrique P que l'on appellera pression sur l'élément de surface ds. 0
dy

y
En fait, pour tous les fluides il y a deux types de pression, la pression statique due au propre x

poids du fluide et la pression dynamique due à la vitesse que le fluide a. Quand le fluide est en repos, on ne parle que
de la pression statique.
Soit 𝑛
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑒𝑥𝑡 le vecteur unitaire perpendiculaire à ds et orienté vers l'extérieur de l'élément de fluide, on appellera par
convention force de pression statique exercée sur l'élément de surface ds, le vecteur ⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑑𝐹 tel que : ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝒅𝑭 =
− 𝑷 𝒅𝒔 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗.
𝒏𝒆𝒙𝒕
Le spécialiste a de plus en plus de connaissances sur un sujet de plus en plus étroit, si bien qu'à la limite il connaît tout sur rien. Le généraliste au contraire connaît
peu de choses sur des sujets très nombreux et, à la limite, ne connaît rien sur tout. Page 13
II – 2.2 Equations générales de la statique
Reprenons un élément cubique de fluide infiniment petit ; cet élément étant au repos la résultante des forces qui
s'exercent sur lui est donc nulle. Ces forces sont de deux natures : des forces extérieures (de volume) et des forces de
pression. Soit 𝐹⃗ la force extérieure par unité de masse du fluide, les forces extérieures se ramènent à dm 𝐹⃗ :

𝜌 𝑋 𝑑𝑥 𝑑𝑦 𝑑𝑧

𝜌 𝐹 𝑑𝑥 𝑑𝑦 𝑑𝑧 = |𝜌 𝑌 𝑑𝑥 𝑑𝑦 𝑑𝑧
𝜌 𝑍 𝑑𝑥 𝑑𝑦 𝑑𝑧
Les forces de pression sont normales aux six faces de ce cube.
Ainsi, en projetant sur l’axe (oy) les forces de pression sont P dx dz
sur la face ADHE et  P  P dy dx dz sur la face BCGF.
  y
 
La somme algébrique des forces de pression sur l’axe (oy) est donc :
𝝏𝑷 𝝏𝑷
𝑷 𝒅𝒙 𝒅𝒚 − (𝑷 + 𝒅𝒚) 𝒅𝒙 𝒅𝒛 = − 𝒅𝒚 𝒅𝒙 𝒅𝒛
𝝏𝒚 𝝏𝒚
Il en serait de même sur les deux autres axes. La résultante des forces s'exerçant sur cet élément de fluide est nulle et
on a donc :
𝜕𝑃
𝜌 𝑋 𝑑𝑥 𝑑𝑦 𝑑𝑧 − 𝑑𝑥 𝑑𝑦 𝑑𝑧 = 0
| 𝜕𝑥
𝜕𝑃 1
⃗⃗ = 𝜌 𝑌 𝑑𝑥 𝑑𝑦 𝑑𝑧 −
0 𝑑𝑦 𝑑𝑥 𝑑𝑧 = 0 𝑠𝑜𝑖𝑡 𝑒𝑛𝑐𝑜𝑟𝑒 𝐹⃗ = 𝑔𝑟𝑎𝑑 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑃
𝜕𝑦 𝜌
|
𝜕𝑃
𝜌 𝑍 𝑑𝑥 𝑑𝑦 𝑑𝑧 − 𝑑𝑧 𝑑𝑥 𝑑𝑦 = 0
𝜕𝑧

II – 2.3 Fluides soumis à la seule action de la pesanteur


Les forces extérieures sont donc exclusivement le poids et on a alors :
𝜕𝑃 𝜕𝑃
𝑑𝑥 𝑑𝑧 𝑑𝑧 = 0 0− =0
| | 𝜕𝑥 | 𝜕𝑥
0 𝜕𝑃 𝜕𝑃
𝜌 𝐹⃗ 𝑑𝑥 𝑑𝑦 𝑑𝑧 = 0 ⃗⃗ =
𝑑 ′ 𝑜ù 𝑙′ 𝑜𝑛 𝑡𝑖𝑟𝑒 0 0− 𝑑𝑦 𝑑𝑥 𝑑𝑧 = 0 → =0
− 𝜌 𝑔 𝑑𝑥 𝑑𝑦 𝑑𝑧 𝜕𝑦 𝜕𝑦
| | |
𝜕𝑃 𝜕𝑃
− 𝜌 𝑔 𝑑𝑥 𝑑𝑦 𝑑𝑧 − 𝑑𝑧 𝑑𝑥 𝑑𝑦 = 0 +𝜌𝑔 =0
𝜕𝑧 𝜕𝑧
La pression P ne dépend donc que de z et l'on a la relation : 𝑷 + 𝝆 𝒈 𝒛 = 𝑪𝒕𝒆
Il en résulte que les courbes à pression constante sont des horizontales. Une autre façon de le dire revient à
admettre que les pressions sont les mêmes en deux points au même niveau (altitude) dans un même fluide.
Le terme P + gz = P*, est appelé pression piézométrique, ou encore pression étoilée.
Le terme P* / g = P/g + z, homogène à une longueur, est appelé hauteur piézométrique.

II – 3 Application de la loi de l’hydrostatique


II – 3.1 Cas des fluides incompressibles
Un fluide est dit incompressible si l’on peut considérer que sa masse volumique est en tout point
la même :  = Cte. Par ailleurs, on peut considérer que l’accélération de la pesanteur est une
constante : g = Cte. Par conséquent :
𝑑𝑃
= −𝜌 𝑔 = 𝐶 𝑡𝑒
𝑑𝑧
Le spécialiste a de plus en plus de connaissances sur un sujet de plus en plus étroit, si bien qu'à la limite il connaît tout sur rien. Le généraliste au contraire connaît
peu de choses sur des sujets très nombreux et, à la limite, ne connaît rien sur tout. Page 14
Et par intégration :
𝑑𝑃
𝑃(𝑧) = ∫ 𝑑𝑧 = − ∫ 𝜌 𝑔 𝑑𝑧 = − 𝜌 𝑔 ∫ 𝑑𝑧 = − 𝜌 𝑔 𝑧 + 𝐶 𝑡𝑒
𝑑𝑧
𝑷(𝒛) + 𝝆 𝒈 𝒛 = 𝑪𝒕𝒆

Puisque P(z) +  g z = Cte, on a :

P(z) +  g z = Cte = P0 +  g z0 où P0 est la pression à l’altitude z0


Donc : P(z) = P0 +  g (z0 – z) = P(z) = P0 +  g h
La plupart du temps, on prendra z0 = 0 le niveau de référence correspondant à la surface libre du fluide où P0 = Patm.
Pour les applications numériques, on prendra la pression atmosphérique standard : Patm = 1.013 105 Pa.

II – 3.1.1 Manomètre en U
Les manomètres sont des instruments très répandus pour mesurer la pression à cause de leur
simplicité et de leur faible coût. En principe, ce sont des tubes de faible diamètre en matériau
transparent contenant un liquide dont le niveau est déterminé par les pressions qui s’exercent à
chaque extrémité.
La figure ci-contre montre un cas classique de réalisation. Le cercle représente l’enceinte, quelle
qu’elle soit, dans laquelle la pression doit être mesurée.
Puisque les fluides contenus dans le tube ne sont pas en mouvement, la pression dans ce tube
est distribuée de façon hydrostatique. Pour établir la relation entre P à mesurer et les cotes des
ménisques séparant les différents fluides, on peut procéder en écrivant une équation qui exprime que les fluides sont en
équilibre :
Pf = P + 1g h1 + 2 g h2 du côté gauche Pf = Patm + air g h4 + 2 g h3 du côté droite
En eliminant Pf, on obtient : P = Patm + 2 g (h3 – h2) - 1 g h1 + air g h4
Le dernier terme est souvent négligeable du fait que air est très faible devant la masse volumique des liquides.

On peut aussi écrire que P = - 1 g h1 - 2 g h2 + 2 g h3 + air g h4 + Patm.

Le signe (-) lorsqu’on parcourt le tube du haut vers le bas ; le signe (+) lorsqu’on parcourt le tube du bas vers le haut.
Cette dernière méthode décrivant l’équation du manomètre est plus puissante pour l’analyse des manomètres
complexes comportant plusieurs branches et plusieurs liquides.

Exercice d’application II – 1 : Etudier les conditions d’équilibre de trois liquides contenus


dans un tube en U. Calculer z0, z1, z2, z3. zo - Zl = 0.2 [m], z3 - z2 = 0.1 [m], z1 + z2 = 1.0
[m], 1 = 9.81 [kN/m3] (eau),  = 133.42 [kN/m3] (Hg), 3 = 6.87 [kN/m3] (essence).

Eléments de réponse : L’objectif de cet exercice est l’application directe de l’équation du


manomètre. Le but est de déterminer les cotes z1, z2, z3 et z4. Dans l’énoncé trois relations
reliant les cotes sont fournies. On déterminera une quatrième relation afin de constituer un
système de 4 équations à 4 inconnues.
L’application de l’équation du manomètre appliqué au tube U avec les trois liquides donne :
𝛾1 (𝑧0 − 𝑧1 ) + 𝛾2 (𝑧2 − 𝑧1 ) + 𝛾3 (𝑧3 − 𝑧2 ) = 0
𝛾1 (𝑧0 − 𝑧1 ) − 𝛾3 (𝑧3 − 𝑧2 ) 9.81 × 0.2 − 6.87 × 0.1
(𝑧2 − 𝑧1 ) = → (𝑧2 − 𝑧1 ) = = 9.56 [𝑚𝑚]
𝛾2 133.42

Le spécialiste a de plus en plus de connaissances sur un sujet de plus en plus étroit, si bien qu'à la limite il connaît tout sur rien. Le généraliste au contraire connaît
peu de choses sur des sujets très nombreux et, à la limite, ne connaît rien sur tout. Page 15
𝑧 − 𝑧1 = 9.56 1000.956
{ 2 → 2 𝑧2 = 1009.56 ; 𝑠𝑜𝑖𝑡 𝑧2 = = 504.78 [𝑚𝑚] 𝑒𝑡 𝑧1 = 495.22 [𝑚𝑚]
𝑧2 + 𝑧1 = 1000 2

𝑧3 − 𝑧2 = 100 [𝑚𝑚] → 𝑧3 = 604.78 [𝑚𝑚]. 𝑧0 − 𝑧1 = 200 [𝑚𝑚] → 𝑧0 = 695.22 [𝑚𝑚].

Exercice d’application II – 2 : Dans un état initial, le mercure est en équilibre dans les deux branches d’un tube en U
(niveau de référence). Quelle est la quantité d’eau que l’on doit verser dans la branche de droite pour que la hauteur
d’eau atteigne une cote de 84 [cm] par rapport au niveau initial du mercure ? On
donne : eau = 9.81 [kN/m3], Hg = 133.42 [kN/m3].

Eléments de réponse : L’objectif de cet exercice est l’application directe de l’équation


du manomètre et de l’équation de la conservation de la masse (équation de
continuité). Déterminer la quantité d’eau que l’on doit verser dans la branche de droite
pour que la hauteur d’eau atteigne une cote de 84 [cm] par rapport au niveau initial du
mercure, revient à déterminer les valeurs de y et z. Pour cela, il faut un système de 2
équations à 2 inconnues.
𝐸𝑞𝑢𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑢 𝑚𝑎𝑛𝑜𝑚è𝑡𝑟𝑒 ∶ 𝛾𝐻𝑔 (𝑦 + 𝑧) = 𝛾𝑒𝑎𝑢 (𝑧 + 0.84)

𝐸𝑞𝑢𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑒 𝑐𝑜𝑛𝑡𝑖𝑛𝑢𝑖𝑡é ∶ 𝑆1 𝑦 = 𝑆2 𝑧 → 𝑦 𝐷12 = 𝑧 𝐷22 → 𝑦 = 4 𝑧


0.84 𝛾𝑒𝑎𝑢
𝛾𝐻𝑔 (4𝑧 + 𝑧) = 𝛾𝑒𝑎𝑢 (𝑧 + 0.84) → 𝑧 (5 𝛾𝐻𝑔 − 𝛾𝑒𝑎𝑢 ) = 0.84 𝛾𝑒𝑎𝑢 → 𝑧 =
(5 𝛾𝐻𝑔 − 𝛾𝑒𝑎𝑢 )

𝑧 = 1.25 [𝑐𝑚] 𝑒𝑡 𝑦 = 5.01 [𝑐𝑚] 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝑉 = 267.83 [𝑐𝑚3 ]

II – 3.2 Cas des fluides compressibles


De façon générale, il s’agit des gaz puisque leur densité dépend de la pression. Pour simplifier l’étude, on prendra le cas
d’un gaz parfait :
𝑛𝑅𝑇 𝑚 𝑛𝑀 𝑛 𝜌
𝑃𝑉=𝑛𝑅𝑇 →𝑃= 𝑜𝑟 𝜌 = = 𝑠𝑜𝑖𝑡 =
𝑉 𝑉 𝑉 𝑉 𝑀
𝜌𝑅𝑇 𝑀
𝐷′ 𝑜ù 𝑃 = →𝜌= 𝑃
𝑀 𝑅𝑇
La masse volumique est fonction de la pression ( compressibilité). En partant de l’équation fondamentale de la
statique des fluides :
𝑑𝑃 𝑑𝑃 𝑀 𝑑𝑃 𝑀
= − 𝜌(𝑃) 𝑔 → = − 𝑃𝑔 → = − 𝑔 𝑑𝑧
𝑑𝑧 𝑑𝑧 𝑅𝑇 𝑃 𝑅𝑇
Il faut donc l’intégrer :
𝑑𝑃 𝑀 𝑀
∫ = −∫ 𝑔 𝑑𝑧 → 𝐿𝑛 (𝑃) = − 𝑔 𝑧 + 𝐶 𝑡𝑒
𝑃 𝑅𝑇 𝑅𝑇
𝑴
𝑷(𝒛) = 𝑪𝒕𝒆 𝑬𝒙𝒑 (− 𝒈 𝒛)
𝑹𝑻
Où la constante se définit par rapport à la pression à un niveau de référence.
𝑀 𝑀
𝑠𝑖 𝑃 = 𝑃0 𝑒𝑛 𝑧 = 𝑧0 𝑎𝑙𝑜𝑟𝑠 𝑃0 = 𝐶 𝑡𝑒 𝐸𝑥𝑝 (− 𝑔 𝑧0 ) → 𝐶 𝑡𝑒 = 𝑃0 𝐸𝑥𝑝 ( 𝑔 𝑧0 )
𝑅𝑇 𝑅𝑇
𝑴
𝑷(𝒛) = 𝑷𝟎 𝑬𝒙𝒑 [− 𝒈 (𝒛 − 𝒛𝟎 )]
𝑹𝑻

Le spécialiste a de plus en plus de connaissances sur un sujet de plus en plus étroit, si bien qu'à la limite il connaît tout sur rien. Le généraliste au contraire connaît
peu de choses sur des sujets très nombreux et, à la limite, ne connaît rien sur tout. Page 16
Cette équation s’appelle équation du nivellement barométrique.

Exercice d’application II – 3 : En tenant compte de la compressibilité de l’air atmosphérique, et en supposant que la


température de l’atmosphère obéit à la loi T(z) = T0 – B x z, déterminer la limite d’altitude de l’atmosphère selon ce
modèle. On prendra T0 = 293 K comme température au niveau du sol, et B = 7.5 [K.km-1].

Eléments de réponse : L’objectif de cet exercice est l’application de l’équation du nivellement barométrique dans
laquelle la température n’est plus constante (variation de la température en fonction de l’altitude). Partant de l’équation
fondamentale de la statique appliquée à un gaz parfait et en tenant compte de sa compressibilité, on obtient :
𝑑𝑃 𝑀 𝑑𝑃 𝑀𝑔 𝑑𝑧
= − 𝑔 𝑑𝑧 → = −
𝑃 𝑅𝑇 𝑃 𝑅 𝑇0 − 𝐵 𝑧
𝑀𝑔
𝑃
𝑑𝑃 𝑀 𝑔 𝑧 𝑑𝑧 𝑃 𝑀𝑔 𝑇0 − 𝐵𝑧 𝐵 𝑧 𝑅𝐵
∫ = − ∫ → 𝐿𝑛 ( ) = [ 𝐿𝑛 ( )] = [ 𝐿𝑛 (1 − ) ]
𝑃0 𝑃 𝑅 0 𝑇0 − 𝐵 𝑧 𝑃0 𝑅𝐵 𝑇0 𝑇0

𝑀𝑔 𝑴𝒈
𝑃 𝐵 𝑧 𝑅𝐵 𝑩 𝒛 𝑹𝑩 ′ 𝑻𝟎
= (1 − ) → 𝑷 = 𝑷𝟎 (𝟏 − ) 𝑫 𝒐ù 𝒛𝒎𝒂𝒙 = = 𝟑𝟗 [𝒌𝒎].
𝑃0 𝑇0 𝑻𝟎 𝑩

II – 4 Forces hydrostatiques sur les parois


Les forces hydrostatiques sur une surface proviennent des forces de
pressions du fluide agissant sur cette surface. Il convient, donc dans un
premier temps, de caractériser la pression du fluide sur une surface.
Pour cela, on a besoin de :
- l’intensité : la pression dépend de la profondeur d’eau h. Elle est
calculée par la relation : P = g h ;
- la zone d’application : la pression s’applique sur une surface (ds) ;
- la direction : la pression est toujours perpendiculaire à la surface
d’application.
Le calcul des forces hydrostatiques sur une surface quelconque plongée dans l’eau, consiste à déterminer les trois
caractéristiques suivantes :
- l’intensité de la force qui s’applique sur la surface ds : dF = p ds = g h ds ;
- le point d’application de la force et la direction.
Dans le but de fournir des résultats facilement applicables, on distingue les surfaces planes et les surfaces gauches.

II – 4.1 Paroi plane en position droite ou inclinée


Nous nous intéressons aux surfaces planes de forme quelconque
entièrement immergée dans l’eau. On définit un repère (x, y) dont l’axe (x)
est sur la surface libre et (y) dirigé vers le bas et passant par la surface
plane. Le point G (xG, yG) est le centre de gravité de la section. On définit le
repère (X, Y) comme étant une translation du repère (x, y) centré en G.
L’intensité de la force résultante agissant sur la surface S est définie par :
F   dF   g  h dS
S S

Le calcul de cette dernière intégrale est identique à celui qu’on fait quand on
cherche à déterminer la position du barycentre G d’une surface plane qu’on
Le spécialiste a de plus en plus de connaissances sur un sujet de plus en plus étroit, si bien qu'à la limite il connaît tout sur rien. Le généraliste au contraire connaît
peu de choses sur des sujets très nombreux et, à la limite, ne connaît rien sur tout. Page 17
appelle parfois centroïde ou centre d’inertie de la surface. Ainsi, l’intégration de cette équation s’écrit :
F =  g S hG où
hG hauteur d’eau du centre de gravité de la paroi immergée ; S : surface de la paroi immergée.
La force de pression hydrostatique sur une surface plane quelconque est égale à la force qui serait exercée sur la même
surface par une pression uniforme égale à celle qui règne au centroïde de la surface. De même nous pouvons constater
que le produit hG S est le volume d’une colonne ayant pour hauteur la profondeur du centroïde de la surface et pour
surface de base la surface S.
D’où l’autre interprétation de la relation :

La poussée exercée sur une surface plane par un liquide en équilibre, est égale au poids d’une colonne du
liquide ayant pour base la surface de la paroi et pour hauteur la profondeur du centroïde de la surface.

Le point d’application de la force résultante des pressions P (xp, yp) est appelé : centre de pression ou de poussée. La
position de ce point est définie par la position du barycentre des surfaces élémentaires (ds) pondérées par la pression
sur chaque surface, ce qui revient à calculer le moment équivalent des forces de pression, c’est-à-dire :

 x dF   g  x h dS  x
S S
P F

 y dF   g  y h dS  y P F
S . S

Dans la grande majorité des cas les surfaces sont symétriques par rapport à l’axe (GY), ce qui revient à dire que : xP =
xG. Si la surface est non symétrique par rapport à l’axe (GY), on a :
𝑰𝑮𝑿𝑮𝒀
𝒙𝑷 − 𝒙𝑮 =
𝑺 𝒚𝑮
IGXGY est le produit d’inertie par rapport aux axes (GX, GY) passant par G. La deuxième intégrale donne :
∫ 𝒚𝟐 𝒅𝑺 𝑰𝑮𝑿
𝝆 𝒈 ∫ 𝒚 𝒉 𝒅𝑺 = 𝝆 𝒈 𝐬𝐢𝐧 𝜶 ∫ 𝒚𝟐 𝒅𝑺 = 𝒚𝑷 𝑭  𝒚𝑷 = = 𝒚𝑮 +
𝑺 ∫ 𝒚 𝒅𝑺 𝒚𝑮 𝑺
IGX représente le moment d’inertie de la surface par rapport à l’axe (GX). Le tableau suivant fournit le centre de gravité,
la surface et l’inertie pour quelques
formes de surface plane.

Exercice d’application II – 4 :
Une porte rectangulaire AB de 3.6
[m] de haut et de 1.50 [m] de large
est placée verticalement et pivote
autour d’un point situé à 0.15 [m]
au-dessous de son centre de
gravité G. La hauteur totale d’eau
est de 5.0 [m]. On demande :
1) Quelle est la valeur de
force horizontale de l’action de
l’eau sur la porte.
2) Quelle est la valeur de son bras de levier par rapport à G.
3) Quelle est la valeur de la force horizontale à appliquer au bas de la porte pour qu’elle reste en équilibre.

Eléments de réponse : L’objectif de cet exercice est de déterminer l’intensité et le point d’application de l’action de l’eau
sur une surface plane rectangulaire dont les dimensions sont h = 3.6 [m] et b = 1.5 [m] En effet, l’intensité de la force
horizontale de l’action de l’eau sur cette porte est donnée par la relation :
Le spécialiste a de plus en plus de connaissances sur un sujet de plus en plus étroit, si bien qu'à la limite il connaît tout sur rien. Le généraliste au contraire connaît
peu de choses sur des sujets très nombreux et, à la limite, ne connaît rien sur tout. Page 18
 h  3.6 
  169.52 kN 
h
F   g S hG avec S  b h et hG  H  .  F   g b h  H    9.81 3.6 1.5   5 
2  2   2 
- Calcul du bras de levier par rapport à G

 h b h3 b h3 h2
 0.3375 m
I GX
y P  yG  Ici hG  y G   H   ; I GX  .  y P  yG  
S yG  2 12  h  h
12 b h  H   12  H  
 2  2
- Valeur de la force à appliquer au bas de la porte pour qu’elle reste en équilibre
Le théorème des moments par rapport au point de pivotement donne :
h  F d  0.15 169.52  0.3375  0.15
F d  0.15  T   0.15   T    19.26 kN 
2  h  3.6

  0.15  0.15
2  2
II – 4.2 Paroi à surface gauche
Le calcul de l’action de l’eau sur une surface gauche consiste à isoler un volume
de fluide et à faire l’équilibre des forces extérieures agissant sur ce volume.
Dans l’exemple suivant, le volume de fluide isolé est composé d’un ensemble de
surfaces planes horizontales et verticales et de la surface gauche. Le choix des
surfaces planes se justifie par l’utilisation des relations précédentes. La longueur
de la surface gauche est appelée L.
En faisant l’équilibre des forces suivant l’horizontale, on en déduit que la
composante horizontale de la force hydrostatique (FR) est donnée par Fx.
𝑹
𝐸𝑛 𝑝𝑜𝑠𝑎𝑛𝑡 ℎ2 − ℎ1 = 𝑅 𝑎𝑙𝑜𝑟𝑠 𝑭𝒙 = + 𝝆 𝒈 𝑺𝒙 𝒉𝑮𝒙 = + 𝝆 𝒈 𝑹 𝑳 (𝒉𝟏 + )
𝟐
La composante verticale est la somme de la force Fv et du poids de l’eau W. En faisant la composition vectorielle des
forces Fx et Fv, on en déduit FR. Il suffit d’écrire ensuite le moment des forces par rapport un point quelconque pour
localiser la position de FR.
1
𝑊 = − 𝜌 𝑔 ( 𝜋 𝑅 2 𝐿) ; 𝐹𝑉 = − 𝜌 𝑔 𝑆𝑉 ℎ𝐺𝑉 = − 𝜌 𝑔 𝑅 𝐿 ℎ1
4
1 𝟏
𝐹𝑦 = 𝑊 + 𝐹𝑉 = − 𝜌 𝑔 ( 𝜋 𝑅 2 𝐿) − 𝜌 𝑔 𝑅 𝐿 ℎ1 = − 𝝆 𝒈 𝑳 ( 𝝅 𝑹𝟐 + 𝑹 𝒉𝟏 )
4 𝟒
𝑭𝒚
𝑭𝑹 = √𝑭𝟐𝒙 + 𝑭𝟐𝒚 𝒆𝒕 𝜽 = 𝑨𝑻𝒂𝒏 ( )
𝑭𝒙
La composante Fy peut être calculée à l’aide de la formule suivante : Fy = ±  g V* où V* est le volume du solide de
longueur L limité vers le bas par la surface gauche et vers le haut par la surface libre de l’eau. Si ce solide contient le
liquide qui exerce la pression sur la surface gauche, le signe de Fy est négatif (-). Dans le cas contraire le signe de Fy
est positif (+).
Dans le cas de la surface gauche ci-dessus, le solide est constitué d’un quart de cylindre (rayon R et hauteur L) et d’un
parallélogramme (Longueur R, largeur h1 et hauteur L). De plus, le solide contient le liquide qui exerce une pression sur
la surface gauche, donc le signe de Fy est négatif.

II – 5 Forces hydrostatiques sur les corps immergés


II – 5.1 Poussée dArchimède
Supposons qu’une surface fermée formant un corps solide de poids volumique s, de volume total V et de volume
immergé Vimmergé, se trouve immergée entièrement ou partiellement (Vimmergé ≤ V) dans un liquide au repos de poids
volumique . Les forces verticales qui agissent sur le corps sont :
Le spécialiste a de plus en plus de connaissances sur un sujet de plus en plus étroit, si bien qu'à la limite il connaît tout sur rien. Le généraliste au contraire connaît
peu de choses sur des sujets très nombreux et, à la limite, ne connaît rien sur tout. Page 19
- les forces de pesanteur : V x s ;
- les forces de pression du liquide : Vimmergé x  (Appelées forces d’Archimède).
La force d’Archimède (philosophe et savant grec né à Syracuse en Sicile 287 – 212 av JC) est appliquée au centre de
gravité du liquide déplacé (centre de poussée). Pour un corps plein de poids volumique homogène et entièrement
immergé, le centre de poussée est confondu avec le centre de gravité du corps. Il n’en est pas de même pour les corps
flottants.

II – 5.2 Equilibre des corps immergés


Un corps est en équilibre si le poids W et la force d’Archimède sont égaux, opposés et situés sur la même ligne
verticale. Dans le cas contraire, il en résulte un mouvement. La stabilité peut se définir de la façon suivante : si on incline
un corps d’un angle par rapport à la verticale, le corps est soumis à un couple de redressements qui le fait tourner
jusqu’à ce qu’il revienne à sa position initiale.

Exercice d’application II – 5 : Une pierre pèse 54 [kg] à l’air et 24 [kg] quand elle est immergée dans l’eau. Calculer le
volume de la pierre et sa densité.

Eléments de réponse : On peut mieux analyser l’exercice par l’emploi d’un schéma. En se reportant à la figure ci-
contre, on constate que le poids de 54 [kg] agit vers le bas, que la tension de 24 [kg] de la corde attachée à la balance
agit vers le haut, ainsi que la poussée totale PV.

𝐹 = ⃗⃗0⃗⃗ ⇒ 𝑊 − 𝑇 − 𝑃𝑉 = 0
∑ ⃗⃗⃗⃗

𝟓𝟒 − 𝟐𝟒 − 𝑷𝑽 = 𝟎 ⇒ 𝑷𝑽 = 𝟑𝟎 [𝒌𝒈]
Puisque la poussée est égale au poids du fluide déplacé, alors :
𝑷𝑽 𝟑𝟎
𝑷𝑽 = 𝝆𝒆𝒂𝒖 × 𝑽 𝒂𝒍𝒐𝒓𝒔 𝑽 = = = 𝟑𝟎 [𝒍]
𝝆𝒆𝒂𝒖 𝟏𝟎𝟎𝟎
𝑷𝒐𝒊𝒅𝒔 𝒅𝒆 𝒍𝒂 𝒑𝒊𝒆𝒓𝒓𝒆 𝟓𝟒
𝑫𝒆𝒏𝒔𝒊𝒕é = ′
= = 𝟏. 𝟖
𝑷𝒐𝒊𝒅𝒔 𝒅 𝒖𝒏 é𝒈𝒂𝒍 𝒗𝒐𝒍𝒖𝒎𝒆 𝒅′𝒆𝒂𝒖 𝟑𝟎

II – 6 Translation et rotation de masses de liquides


On peut soumettre un fluide à une translation ou à une rotation à accélération constante sans occasionner de
mouvement relatif entre les particules du fluide. Dans ces conditions, il y a équilibre relatif et absence de tensions
internes. Les lois de la statique des fluides continuent à s’appliquer, avec des modifications tenant compte des effets de
l’accélération.

II – 6.1 Translation horizontale


Dans un mouvement de translation horizontal, la surface libre devient un plan incliné. La pente du plan se calcule par :
𝒂 (𝑨𝒄𝒄é𝒍é𝒓𝒂𝒕𝒊𝒐𝒏 𝒍𝒊𝒏é𝒂𝒊𝒓𝒆 𝒅𝒖 𝒓é𝒄𝒊𝒑𝒊𝒆𝒏𝒕 𝒆𝒏 [𝒎/𝒔²])
𝑻𝒈 𝜶 =
𝒈 (𝑨𝒄𝒄é𝒍é𝒓𝒂𝒕𝒊𝒐𝒏 𝒅𝒆 𝒍𝒂 𝒑𝒆𝒔𝒂𝒏𝒕𝒆𝒖𝒓 𝒆𝒏 [𝒎/𝒔²])

II – 6.2 Translation verticale


Pour un mouvement vertical, la pression en [Pa] en tout point du liquide est donnée par :
𝒂
𝑷 = 𝝆 𝒈 𝒉 (𝟏 ± )
𝒈
Le spécialiste a de plus en plus de connaissances sur un sujet de plus en plus étroit, si bien qu'à la limite il connaît tout sur rien. Le généraliste au contraire connaît
peu de choses sur des sujets très nombreux et, à la limite, ne connaît rien sur tout. Page 20
Où on garde le signe (+) s’il s’agit d’une accélération constante vers le haut et le signe (-) s’il s’agit d’une accélération
constante vers le bas.

Exercice d’application II – 6 : Une boîte cubique de 50 [cm] de côté, à moitié remplie d’huile,
est accélérée uniformément le long d’un plan incliné de  = 30° avec l’horizontal. Quelle est la
pente de la surface libre et la hauteur du fluide sur le côté gauche.
Accélération uniforme a = 2 [m/s²] ; huile = 800 [kg/m3] et g = 9.81 [m/s²]

Eléments de réponse : Le liquide étant en mouvement par rapport au repère (Ox, Oy), il est soumis à l’action de forces
suivantes : Forces de pression (force de surface FP) et force de pesanteur (mg).
Le fluide étant soumis à une accélération constante, d’après la deuxième loi de Newton, on a :

𝑚 𝑎⃗ = 𝑚 𝑔⃗ + ⃗⃗⃗⃗⃗
𝐹𝑃
𝐸𝑛 𝑝𝑟𝑜𝑗𝑒𝑐𝑡𝑎𝑛𝑡 𝑠𝑢𝑟 𝑙 ′ 𝑎𝑥𝑒 (𝑂𝑥), 𝑜𝑛 𝑜𝑏𝑡𝑖𝑒𝑛𝑡 ∶ 𝑚 𝑎 𝐜𝐨𝐬 𝛽 = 𝐹𝑃 𝐬𝐢𝐧 𝛼 (1)
𝐸𝑛 𝑝𝑟𝑜𝑗𝑒𝑐𝑡𝑎𝑛𝑡 𝑠𝑢𝑟 𝑙 ′ 𝑎𝑥𝑒 (𝑂𝑦), 𝑜𝑛 𝑜𝑏𝑡𝑖𝑒𝑛𝑡 ∶ 𝑚 𝑎 𝐬𝐢𝐧 𝛽 = 𝐹𝑃 𝐜𝐨𝐬 𝛼 − 𝑚 𝑔 (2)
𝐜𝐨𝐬 𝛽
𝐸𝑛 𝑖𝑛𝑗𝑒𝑐𝑡𝑎𝑛𝑡 (1) 𝑑𝑎𝑛𝑠 (2), 𝑜𝑛 𝑜𝑏𝑡𝑖𝑒𝑛𝑡 ∶ 𝑚 𝑎 𝐬𝐢𝐧 𝛽 = 𝑚 𝑎 𝐜𝐨𝐬 𝛼 − 𝑚 𝑔
𝐬𝐢𝐧 𝛼
𝐜𝐨𝐬 𝛽 𝑎 𝐜𝐨𝐬 𝛽 𝐚 𝐜𝐨𝐬 𝛃
𝑎 𝐬𝐢𝐧 𝛽 + 𝑔 = 𝑎 → 𝐭𝐚𝐧 𝛼 = → 𝛂 = 𝐭𝐚𝐧−𝟏 ( )
𝐭𝐚𝐧 𝛼 𝑎 𝐬𝐢𝐧 𝛽 + 𝑔 𝐚 𝐬𝐢𝐧 𝛃 + 𝐠

NB : Pour un mouvement plan horizontal, l’angle  vaut 0° et l’équation ci-dessus s’écrit tan() = a/g, équation donnée
pour un mouvement de translation accéléré horizontalement.
𝟐 × 𝐜𝐨𝐬 𝟑𝟎°
𝛂 = 𝐭𝐚𝐧−𝟏 ( ) = 𝟗. 𝟏𝟎°
𝟐 × 𝐬𝐢𝐧 𝟑𝟎° + 𝟗. 𝟖𝟏
𝐜 𝒄 𝒄 𝟓𝟎
𝐡𝒈𝒂𝒖𝒄𝒉𝒆 = + 𝐭𝐚𝐧(𝜶 + 𝜷) = (𝟏 + 𝐭𝐚𝐧(𝜶 + 𝜷)) = (𝟏 + 𝐭𝐚𝐧(𝟑𝟗. 𝟏)) = 𝟒𝟓. 𝟑𝟐 [𝒄𝒎]
𝟐 𝟐 𝟐 𝟐

II – 6.3 Rotation des masses de fluide – récipients ouverts


La forme de la surface libre d’un liquide en rotation dans un récipient est celle d’un paraboloïde de révolution. Tout plan
passant par l’axe de rotation coupe le fluide selon une parabole. L’équation de la parabole est :
𝝎𝟐 𝟐
𝒚= 𝒙
𝟐𝒈
Où x et y sont les coordonnées en [m] de tout point de la surface ; l’origine étant prise sur l’axe au sommet de la
parabole, et  [rd/s] est la vitesse angulaire supposée constante.

II – 6.4 Rotation des masses de fluide – récipients fermés


La pression régnant à l’intérieur d’un récipient fermé augmente lorsqu’on le fait tourner. L’augmentation de la pression
entre un point situé sur l’axe de rotation et un point situé à x mètres de cet axe est :
𝝎𝟐 𝟐 𝑷 𝝎𝟐 𝟐
𝑷 [𝑷𝒂] = 𝝆 𝒙 𝒐𝒖 𝒆𝒏𝒄𝒐𝒓𝒆 𝒑 [𝒎] = =𝒚= 𝒙
𝟐 𝝆𝒈 𝟐𝒈

Cette équation est semblable à celle des récipients ouverts puisque la vitesse linéaire V = x . Le terme x²²/2g est
appelé hauteur de vitesse ou hauteur cinétique.

Le spécialiste a de plus en plus de connaissances sur un sujet de plus en plus étroit, si bien qu'à la limite il connaît tout sur rien. Le généraliste au contraire connaît
peu de choses sur des sujets très nombreux et, à la limite, ne connaît rien sur tout. Page 21
Exercice d’application II – 7 : Un réservoir cylindrique ouvert de 3 [m] de haut et de 1 [m] de diamètre, contient 2 [m]
d’eau. Si le cylindre tourne autour de son axe (a) quelle vitesse angulaire constante peut-on atteindre sans renverser
d’eau ? (b) Quelle est la pression au fond du réservoir en C (milieu) et D (bord de la base) quand  = 10.0 [rd/s]?

Eléments de réponse :
Volume du paraboloïde de révolution = ½ Volume du cylindre circonscrit
1 𝐷2 𝜋 𝐷2
𝑣𝑝𝑎𝑟 =
𝜋 [(3 − 2) + 𝑦1 ] = (1 + 𝑦1 )
2 4 8
Si l’eau ne déborde pas, ce volume est égal au volume situé au-dessus du niveau initial A-A :
𝜋 𝐷2 𝜋 𝐷2
(1 + 𝑦1 ) = (3 − 2) ⇒ 𝑦1 = 1 [𝑚]
8 4
Pour généraliser, le point situé sur l’axe de rotation s’abaisse autant que le liquide monte le long de la
paroi du récipient. D’après cette constatation, les coordonnées x et y du point B sont respectivement de
0.50 [m] et 2.0 [m] en prenant comme origine le point S. Alors
𝜔2 2 𝜔2
𝑦= 𝑥 ⇒ 2= 0.52  𝜔 = 12.53 [𝑟𝑎𝑑/𝑠]
2𝑔 2𝑔
Pour  = 10 [rad/s], calculons la pression au fond du réservoir en C et en D.
𝜔2 2 102
𝑦=
𝑥 = 0.52 = 1.274 [𝑚]
2𝑔 2 × 9.81
Par rapport à la position initiale (A-A), l’origine S s’abaisse de ½ y = 0.637 [m] et S se trouve à présent à 2.0 – 0.637 =
1.363 [m] du fond du réservoir. Sur les parois du réservoir, la profondeur d’eau est : 1.363 + 1.274 = 2.637 [m] (ou
encore 2.0 + 0.637 = 2.637 [m].
En C on a : Pc = 1000 x 9.81 x 1.363 = 13 370 [Pa]. En D on a : PD = 1 000 x 9.81 x 2.637 = 25 870 [Pa].

Exercices corrigés :
Exercice II – 8 : Les récipients A et B contiennent de l’eau aux pressions respectives 2,80
et 1,40 bar. Déterminer la dénivellation h du mercure du manomètre différentiel.
Réponse : Application de l’équation de manomètre :
𝑃𝐴 + 𝛾𝑒 (𝑥 + ℎ) − 𝛾𝐻𝑔 ℎ + 𝛾𝑒 𝑦 = 𝑃𝐵
(𝑷𝑨 − 𝑷𝑩 ) + 𝜸𝒆 (𝒙 + 𝒚)
𝒉=
𝜸𝑯𝒈 − 𝜸𝒆
(𝟐. 𝟖 − 𝟏. 𝟒) × 𝟏𝟎𝟐 + 𝟗. 𝟖𝟏 (𝟓 − 𝟑)
= 𝟏. 𝟐𝟗𝟒 [𝒎]
𝟗. 𝟖𝟏 × (𝟏𝟑. 𝟔 − 𝟏)

Exercice II – 9 : Calculer la pression manométrique en bars en A due à la dénivellation du mercure, de densité 13,57
dans le manomètre en U.
Réponse : Application de l’équation manométrique
𝑃𝐴𝑏𝑠 + 𝛾𝑒 (3.6 − 3.0) − 𝛾𝐻𝑔 (3.8 − 3.0) = 𝑃𝑎𝑡𝑚
𝑷𝑨 = (𝑷𝑨𝒃𝒔 − 𝑷𝒂𝒕𝒎 ) = 𝟎. 𝟖 𝜸𝑯𝒈 − 𝟎. 𝟔 𝜸𝒆
= 𝟏𝟎𝟑 × 𝟗. 𝟖𝟏 × (𝟎. 𝟖 × 𝟏𝟑. 𝟔 − 𝟎. 𝟔 × 𝟏) = 𝟏. 𝟎𝟏 𝟏𝟎𝟓 [𝑷𝒂]

Le spécialiste a de plus en plus de connaissances sur un sujet de plus en plus étroit, si bien qu'à la limite il connaît tout sur rien. Le généraliste au contraire connaît
peu de choses sur des sujets très nombreux et, à la limite, ne connaît rien sur tout. Page 22
Exercice II – 10 : Calculer la force résultante FAB et FCD et la
profondeur de chaque point d’application due à l’action de l’eau sur
la surface rectangulaire de 3m × 6m en AB et CD.
Réponse : FAB =1.235 [MN] et yPAB = 7.43 [m]. FCD = 930 [kN] et yPCD = 12.7
[m] soit hPCD = 5.37 [m].

Exercice II – 11 : Calculer la force résultante F et la profondeur de son point


d’application due à l’action de l’eau sur la surface triangulaire de 3m × 6m dont le
sommet est en C avec un angle de 45°.

Réponse : FCD =514.7 [kN] et yPCD = 8.49 [m] soit hPCD = 6.0 [m].

Exercices non résolus


Exercice II – 12 : Trois pistons de surfaces respectives S1, S2 et S3 sur lesquels
agissent les forces F1, F2 et F3 se trouvent à la surface de l’eau dans les trois
compartiments d’un réservoir. Trouver les hauteurs x et z. On donne : F1 = 2 [kN], F2
= 4 [kN], F3 = 5 [kN], S1 = 0.03 [m²], S2 = 0.03 [m²] et S3 = 0.03 [m²].

Exercice II – 13 : Bien que les deux réservoirs soient en


communication, il ne se produit aucun écoulement. La pression
hydrostatique est vérifiée dans tout le circuit. Les altitudes Z1, Z2,… sont
toutes données en fonction de la même référence. Toutes les pressions
sont relatives. Les liquides 1, 2 et 3 sont incompressibles. On appelle
P32 la pression relative entre les liquides 3 et 2. De même, on appelle
P12 la pression relative entre les liquides 1 et 2. La pression mesurée
par le manomètre est notée PM.
Déterminer une relation entre Z1, Z2, Z3, 1, 3, h et PM.
Une mesure de la différence d’altitude entre Z3 et Z2 donne : Z3 – Z2 =5
[m].  = 1.4 103 [Kg/m3] ;  = 2.1 103 [Kg/m3] ;  = 0.9 103 [Kg/m3] ;
h =15 [m] ; Z1 = 10.3 [m] ; PM = 6.95 104 [Pa].
• Déterminer les valeurs de Z2 et Z3. Les altitudes Z2 et Z3 varient-elles en fonction de h ?

Exercice II – 14 : Déterminer la valeur de x (position du point C) sachant que h = 20 [m],


d = 0.5 [m] et que la pression relative au point D vaut 9.104 [Pa]. On donne :
mercure = 13.6 103 [kg/m3] eau = 103 [kg/m3]
Le manomètre en D indique maintenant la pression 5.104 [Pa]. Déterminer la hauteur h
dans le réservoir.

Le spécialiste a de plus en plus de connaissances sur un sujet de plus en plus étroit, si bien qu'à la limite il connaît tout sur rien. Le généraliste au contraire connaît
peu de choses sur des sujets très nombreux et, à la limite, ne connaît rien sur tout. Page 23
Exercice II – 15 : L’orifice circulaire dans l’une des parois verticales d’un réservoir est
fermé par un clapet dont l’articulation se trouve au point A. Un levier portant un
contrepoids est fixé perpendiculairement au clapet. Celui-ci s’ouvre de lui-même quand le
niveau d’eau dans le récipient dépasse la hauteur h = 80 [cm] mesurée depuis le milieu de
l’orifice. Le contrepoids se trouve à 55 [cm] de l’articulation. On cherche:
1) la force de pression sur le clapet ;
2) la distance entre le point d’application de la force de pression et le milieu du clapet ;
3) le poids du contre poids

Exercice II – 16 : On considère une vanne segment de rayon r = 20 A


[m] et de largeur b = 5 [m] située au-dessus de la digue d’un barrage
(voir figure ci-contre). On désire déterminer l’action de l’eau sur la
vanne considérée comme une surface gauche. On demande :
O
1) Déterminer la valeur de FH composante horizontale de la
force F agissant sur la vanne.
2) Calculer le volume du prisme droit de section OAB et de
hauteur b.
B
3) Calculer le volume du cylindre de section OAB et de hauteur
b.
4) En déduire la valeur de FV composante verticale de la force F
agissant sur la vanne.
5) Quelle est la valeur de la force F agissant sur la vanne ?
6) Quelle est la valeur de hP profondeur du point d’application de la force F ?

Exercice II – 17 : La vanne, en forme de S, a une largeur de L de 3 [m] et un rayon de


courbure de part et d’autre R de 1.0 [m]. La hauteur d’eau h au-dessus de l’axe de
rotation O de la vanne est de 2.0 [m].
(i) Calculer la composante horizontale de la force hydrostatique et son bras de
lévrier par rapport à O.
(ii) Calculer la composante verticale de cette force et son bras de levier par
rapport à 0.
(iii) Quelle force F doit-on appliquer à la vanne pour la maintenir fermée ?

Exercice II – 18 : On pèse dans de l’eau un objet en forme de prisme de 20 [cm] d’épaisseur, 20 [cm] de large et de 40
[cm] de long à une profondeur de 50 [cm] et on trouve 5.0 [kg]. Quel est son poids et sa densité ?

Exercice II – 19 : Quelle est la fraction de volume d’un morceau de métal solide de densité 7.25 qui flotte à la surface
d’un récipient de mercure de densité 13.57 ?

Exercice II – 20 : On considère une sphère creuse en acier de rayon r = 30 [cm] et d’épaisseur e = 10 [mm]. On
suppose que le volume compris entre 0 et (r‐e) est vide. La masse volumique de l’acier : acier = 7850 [kg/m3] et la
masse volumique de l’eau : e = 1000 [kg/m3]. On demande :
1) Déterminer le poids Ps de la sphère.
2) Déterminer la poussée d’Archimède qui s’exercerait sur la sphère si elle était totalement immergée dans l’eau.
3) La sphère pourrait‐elle flotter à la surface de l’eau ? justifier votre réponse.
Le spécialiste a de plus en plus de connaissances sur un sujet de plus en plus étroit, si bien qu'à la limite il connaît tout sur rien. Le généraliste au contraire connaît
peu de choses sur des sujets très nombreux et, à la limite, ne connaît rien sur tout. Page 24
4) Si oui quelle est la fraction du volume immergé ou sinon quelle masse doit-on poser pour équilibrer une balance ?

Exercice II – 21 : Une boîte cubique de 50 [cm] de côté, à moitié remplie d’huile, est
accélérée uniformément. L’accélération uniforme vaut a = 3 [m/s²]. huile = 800 [kg/m3] et
g = 9.81 [m/s²]
(i) La pente de la surface libre ;
(ii) La pression de long du fond de la boite

Exercice II – 23 : Un réservoir carré de 1.80 [m] de côté contient 1.3 [m] d’eau. Quelle doit être la hauteur de ses parois
pour que l’eau ne déborde pas lorsque l’accélération est de 4.2 [m/s²] parallèlement à ses côtés.

Exercice II – 24 : Un réservoir cubique est rempli de 1.65 [m] d’huile de densité 0.835. Trouver la force sur le côté du
réservoir (a) quand l’accélération est de 5.3 [m/s²] dirigée vers le haut verticalement et (b) quand l’accélération est de 4.9
[m/s²] dirigée vers le bas verticalement.

Exercice II – 25 : Un réservoir cylindrique ouvert de 120 [cm] de diamètre et de 180 [cm] de profondeur est rempli d’eau
et tourne autour de son axe à 60 tours par minute. Quelle est la quantité de liquide versé et quelle est la profondeur de
l’eau au niveau de l’axe. A quelle vitesse doit tourner le réservoir pour qu’au centre la profondeur soit nulle ?

Exercice II – 26 : Un réservoir cylindrique fermé de 2 [m] de haut et de 800 [mm] de diamètre, contient 1.5 [m] d’eau.
L’espace d’air est soumis à la pression 1.15 [kg/cm²]. Quand la vitesse angulaire est de 13.67 [rd/s], quelle est la
pression au fond du réservoir en C (milieu de la base) et D (bord de la base) ?

Le spécialiste a de plus en plus de connaissances sur un sujet de plus en plus étroit, si bien qu'à la limite il connaît tout sur rien. Le généraliste au contraire connaît
peu de choses sur des sujets très nombreux et, à la limite, ne connaît rien sur tout. Page 25
Chapitre III : Cinématique
III – Notion de cinématique............................................................................................................................................. 27
III – 1 Généralités ......................................................................................................................................................... 27
III – 1.1 Vitesse et accélération ................................................................................................................................ 27
III – 1.2 Dimensionnalité et directionnalité d’un écoulement..................................................................................... 27
III – 1.3 Description d’un écoulement ....................................................................................................................... 27
III – 1.3.1 Description d’Euler ............................................................................................................................... 27
III – 1.3.2 Description de Lagrange ...................................................................................................................... 28
III – 1.4 Ecoulement permanent – écoulement non permanent ................................................................................ 28
III – 2 Equation de continuité ou équation de conservation de la masse ...................................................................... 29
III – 2.1 Cas général ................................................................................................................................................. 29
III – 2.2 Exemple de conduite à section variable ...................................................................................................... 29
III – 2.3 Débit volumique – débit massique............................................................................................................... 30
III – 3 Fonction de courant ............................................................................................................................................ 30
III – 3.1 Définition ..................................................................................................................................................... 30
III – 3.2 Propriétés de la fonction de courant ............................................................................................................ 31
III – 3.3 Débit entre lignes de courant....................................................................................................................... 31
III – 4 Ecoulements irrotationnels – Potentiel des vitesses ........................................................................................... 32
III – 4.1 Définition ..................................................................................................................................................... 32
III – 4.2 Propriétés du potentiel des vitesses ............................................................................................................ 32
III – 4.3 Calcul de la longueur d’un élément d’arc le long d’une ligne de courant ..................................................... 32
III – 5 Réseau hydrodynamique .................................................................................................................................... 33
III – 5.1 Débit de fuite dans un massif poreux .......................................................................................................... 33
III – 5. Gradient hydraulique et gradient hydraulique critique ................................................................................... 34
III – 5.3 Phénomène de renard et méthode de prévention ....................................................................................... 34
III – 6 Etude mathématique des écoulements plans ..................................................................................................... 35
III – 6.1 Potentiel complexe de vitesses ................................................................................................................... 35
III – 6.2 Utilisation des transformations conformes ................................................................................................... 35

Il ne faut pas douter de celui qui a peur ; mais il faut avoir peur de celui qui te dit qu'il ne connaît pas le doute. Page 26
III – Notion de cinématique
La cinématique est l’étude du mouvement de particule fluide sans faire intervenir les forces qui le produit. Les lois de la
physique newtonienne s’appliquent à de telles particules appelées système. La vitesse, la masse volumique etc peuvent
dépendre de deux types de variables indépendantes à savoir la position ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑂𝑀 = 𝑟⃗ (𝑥, 𝑦, 𝑧) et du temps. Dès lors les
dérivées doivent être exprimées en termes de dérivées partielles.

III – 1 Généralités
III – 1.1 Vitesse et accélération
⃗⃗
𝒅𝒓
⃗⃗⃗(t) de la particule : ⃗𝑽⃗ =
La vitesse d’une particule est le taux de variation temporelle du vecteur position 𝒓 . Ce
𝒅𝒕
vecteur vitesse peut dépendre de 4 variables : 3 variables de position et une variable temporelle.
𝒅 ⃗𝑽⃗
L’accélération d’une particule est le taux de variation temporelle du vecteur vitesse ⃗𝑽⃗ de la particule : ⃗𝜸⃗ = 𝒅𝒕
. Un
changement de la grandeur ou de la direction du vecteur vitesse cause une accélération.

III – 1.2 Dimensionnalité et directionnalité d’un écoulement


A cause de la nature vectorielle de la vitesse, il faut faire la distinction entre la dimensionnalité et la directionnalité d’un
écoulement :
1) La dimensionnalité est le nombre de coordonnées spatiales indépendantes nécessaires pour décrire les variables
de l’écoulement.
- Si ces variables ne changent que dans une direction x, l’écoulement est unidimensionnel suivant cette
direction x.
- Si elles changent suivant deux directions du système d’axes, l’écoulement est bidimensionne1 suivant ces
deux axes.
2) La directionnalité est le nombre de composantes requises pour exprimer le vecteur vitesse dans le système d’axes
choisi.
- Si la vitesse a une seule composante non nulle, on dit que l’écoulement est unidirectionnel.
- Si la vitesse a deux composantes non nulles, on dit que l‘écoulement est bidirectionnel.

III – 1.3 Description d’un écoulement


On emploie généralement deux méthodes pour décrire un écoulement : méthode d’Euler et méthode de Lagrange.

III – 1.3.1 Description d’Euler


Cette description de l’écoulement consiste à établir à un instant t donné l’ensemble des vitesses associées à chaque
point de l’espace occupé par le fluide. La vitesse 𝑉 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑀 (𝑡) associée au point M évolue au cours du temps. A chaque
instant t, l’écoulement du fluide est décrit au moyen d’un champ de vecteurs vitesses.
Dans cette description d’Euler, on appelle « ligne de courant » la courbe qui, en chacun de ses points, est tangente
aux vecteurs vitesses. Ce qui se traduit mathématiquement par :
𝒅𝒙 𝒅𝒚 𝒅𝒛
⃗⃗ =  ⃗𝑽
𝒅𝒔 ⃗⃗ ⇒ ⃗⃗ ˄ ⃗𝑽⃗ = ⃗𝟎⃗
𝒅𝒔 ⇒ = =
𝒖 𝒗 𝒘
Les équations des lignes de courant s’obtiennent donc par intégration des équations ci-dessus. Les lignes de courant
évoluent dans le temps, au même titre que le champ de vecteurs vitesse.

A force de sacrifier l'essentiel à l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel. Page 27
III – 1.3.2 Description de Lagrange
Cette description de l’écoulement consiste à suivre une particule donnée au cours de son mouvement au sein du fluide.
Ici, c’est l’évolution de la position des particules qui permet la description de l’écoulement.
Ainsi, le lieu géométrique des positions successives occupées par une particule constitue ce qu’on appelle la
« trajectoire » de cette particule.

Il ne faut pas confondre ligne de courant et trajectoire : ce sont deux notions bien distinctes. Cependant, si
l’écoulement est stationnaire, le champ de vecteurs vitesse est constant dans le temps : il y alors coïncidence entre
lignes de courant et trajectoires.
Toutes les particules qui sont passées par un même point E sont situés, à l’instant t, sur une courbe appelée « ligne
d’émission » relative au point E.

III – 1.4 Ecoulement permanent – écoulement non permanent


Un écoulement est permanent lorsque le champ de vitesse ne dépend pas du temps, c’est à dire la vitesse de la
particule qui se trouve en un point donné reste la même à des instants différents. Il s’en suit en général que les autres
variables de l’écoulement sont indépendantes du temps. Dans ce cas :

- Les lignes de courant sont fixes dans l’espace ;

- Les trajectoires coïncident avec les lignes de courant ;

- Les lignes d’émission coïncident également avec les lignes de courant.


Lignes de courant  trajectoires  lignes d’émission.

Dans un écoulement permanent, la dérivée partielle /t de toute variable de l’écoulement est nulle. Un écoulement
non permanent est un écoulement dont les principales caractéristiques varient dans le temps.

Exercice d’application III – 1 : Ecoulement parabolique


⃗⃗ ( 𝑡) =
On envisage l’écoulement bidimensionnel suivant tel que le vecteur vitesse d’une particule fluide soit : 𝑉
(𝛼 + 𝛿𝑡) ⃗⃗⃗⃗⃗
𝑒𝑥 + 𝛽 ⃗⃗⃗⃗⃗
𝑒𝑦
Déterminer les lignes de courant à un instant t0 et la trajectoire.

Eléments de réponse :
En chaque point M, la ligne de courant étant tangente au vecteur vitesse, alors l’équation des lignes de courant est
dx dy
fournie par la relation suivante : 
u v
A l’instant t0, on obtient :
𝑑𝑥 𝑑𝑦 𝑥 𝑦 𝜷
= ⇒ = +𝐶  𝒚= 𝒙+𝑪
𝛼 + 𝛿𝑡0 𝛽 𝛼 + 𝛿𝑡0 𝛽 𝜶 + 𝜹𝒕𝟎

Il s'agit de l’équation d’une famille de droites. Les lignes de courant sont donc, à l'instant t0, des droites.

Pour la trajectoire à cet instant, son équation s'obtient avec la même relation que celle des lignes de courant, mais ici, le
temps t est une variable. On a, dès lors :
𝑑𝑥
=𝑢 ⇒ 𝑑𝑥 = 𝑢 𝑑𝑡 = (𝛼 + 𝛿𝑡) 𝑑𝑡
{ 𝑑𝑡
𝑑𝑦
=𝑣 ⇒ 𝑑𝑦 = 𝑣 𝑑𝑡 = 𝛽 𝑑𝑡
𝑑𝑡

A force de sacrifier l'essentiel à l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel. Page 28
1
𝑥 = 𝛼 𝑡 + 𝛿𝑡 2 + 𝑥0
{ 2
𝑦 = 𝛽 𝑡 + 𝑦0
En éliminant le temps dans x et y, on obtient :
𝒚 − 𝒚𝟎 𝜹
𝒙= 𝜶 + (𝒚 − 𝒚𝟎 )𝟐 + 𝒙𝟎 . ⇒ 𝐋𝐞𝐬 𝐭𝐫𝐚𝐣𝐞𝐜𝐭𝐨𝐢𝐫𝐞𝐬 𝐬𝐨𝐧𝐭 𝐝𝐞𝐬 𝐩𝐚𝐫𝐚𝐛𝐨𝐥𝐞𝐬.
𝜷 𝟐 𝜷𝟎

III – 2 Equation de continuité ou équation de conservation de la masse


III – 2.1 Cas général
L’équation de continuité traduit le principe de conservation de la masse : la variation de masse
pendant un temps dt d’un élément de volume de fluide doit être égale à la somme des masses de
fluide entrant diminuée de celle du fluide sortant.
On considère alors un élément de volume fluide : dv = dx dy dz. Sa masse peut s’exprimer
comme : m =  dx dy dz. Pendant le temps dt, la variation de cette masse s’écrit :
𝜕𝑚 𝜕𝜌
𝑑𝑚 = 𝑑𝑡 = 𝑑𝑥 𝑑𝑦 𝑑𝑧 𝑑𝑡
𝜕𝑡 𝜕𝑡
Cette variation doit être égale :
- La somme des masses de fluide qui entre et sort par les 6 faces de l’élément de volume dv ;
- La somme des masses de fluide spontanément détruites (puits) ou créées (sources) à l’intérieur de dv.
Dans le repère (O, x, y, z), le bilan (masse entrante – masse sortante) pour les 6 faces associées 2 à 2 :
𝜕(𝜌𝑢) 𝜕(𝜌𝑢)
[𝜌𝑢 𝑑𝑦 𝑑𝑧 𝑑𝑡 − (𝜌𝑢 + 𝑑𝑥) 𝑑𝑦 𝑑𝑧 𝑑𝑡] = − 𝑑𝑥 𝑑𝑦 𝑑𝑧 𝑑𝑡
𝜕𝑥 𝜕𝑥
𝜕(𝜌𝑣) 𝜕(𝜌𝑣)
[𝜌𝑣 𝑑𝑥 𝑑𝑧 𝑑𝑡 − (𝜌𝑣 + 𝑑𝑦) 𝑑𝑥 𝑑𝑧 𝑑𝑡] = − 𝑑𝑥 𝑑𝑦 𝑑𝑧 𝑑𝑡
𝜕𝑦 𝜕𝑦
𝜕(𝜌𝑤) 𝜕(𝜌𝑤)
[𝜌𝑤 𝑑𝑥 𝑑𝑦 𝑑𝑡 − (𝜌𝑤 + 𝑑𝑧) 𝑑𝑥 𝑑𝑦 𝑑𝑡] = − 𝑑𝑥 𝑑𝑦 𝑑𝑧 𝑑𝑡
𝜕𝑧 𝜕𝑧
Soit qv le débit par unité de volume des puits ou sources situés dans l'élément de volume (qv > 0 pour une source et qv
< 0 pour un puits), l'équation de continuité se met alors sous la forme :
𝜕𝜌 𝜕(𝜌𝑢) 𝜕(𝜌𝑣) 𝜕(𝜌𝑤)
𝑑𝑥 𝑑𝑦 𝑑𝑧 𝑑𝑡 = − [ + + ] 𝑑𝑥 𝑑𝑦 𝑑𝑧 𝑑𝑡 + ∑(𝜌 𝑞𝑣 ) 𝑑𝑥 𝑑𝑦 𝑑𝑧
𝜕𝑡 𝜕𝑥 𝜕𝑦 𝜕𝑧

𝜕𝜌 𝜕(𝜌𝑢) 𝜕(𝜌𝑣) 𝜕(𝜌𝑤) 𝝏𝝆


+[ + + ] = ∑(𝜌 𝑞𝑣 ) ⇒ + 𝒅𝒊𝒗 (𝝆 ⃗𝑽⃗) = ∑(𝝆 𝒒𝒗 )
𝜕𝑡 𝜕𝑥 𝜕𝑦 𝜕𝑧 𝝏𝒕

On appelle écoulement conservatif, un écoulement où il n’y a pas de sources ni de puits :  ( qv) = 0.


Si de plus, l’écoulement conservatif est permanent, alors (/t) = 0 et l’équation de continuité devient :
𝝏(𝝆𝒖) 𝝏(𝝆𝒗) 𝝏(𝝆𝒘)
[ + + ]=𝟎 ⇒ ⃗⃗) = 𝟎
𝒅𝒊𝒗 (𝝆 𝑽
𝝏𝒙 𝝏𝒚 𝝏𝒛

Pour les fluides incompressibles ( = Cte) en écoulement conservatif : 𝒅𝒊𝒗 ⃗𝑽⃗ = 𝟎

III – 2.2 Exemple de conduite à section variable


Considérons la conduite ci-contre et écrivons le principe de la conservation de la masse
pour le volume entre les sections S1 et S2 pour un fluide incompressible en écoulement
permanent :
A force de sacrifier l'essentiel à l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel. Page 29
- Masse qui entre par S1 =  U1 S1
- Masse qui sort par S2 =  U2 S2
d’où U1 S1 = U2 S2 où U1 et U2 sont des vitesses moyennes aux sections S1 et S2.

III – 2.3 Débit volumique – débit massique


Le débit volumique noté Qv est le volume de fluide qui traverse une section donnée par unité de temps. Considérons un
élément de surface dS traversé par le fluide et normal à la direction de la vitesse. Dans un intervalle de temps dt, la
quantité de fluide passée à travers dS est contenue dans un cylindre de longueur Vdt et de base dS. Son volume vaut
alors : dv = Vdt * dS. Le débit traversant la surface dS est donc dQ = dv/dt = V dS.
Le débit massique noté Qm est la quantité de masse du fluide qui traverse dS par unité de temps. A travers une section
de grandeur finie S, le débit s’obtient par intégration de vitesse :

⃗⃗ ∙ 𝒏
𝑸𝒗 = ∫ 𝑽 ⃗⃗ 𝒅𝑺 𝒆𝒕 ⃗⃗ ∙ 𝒏
𝑸𝒎 = ∫ 𝝆 𝑽 ⃗⃗ 𝒅𝑺
𝑺 𝑺

Si l’écoulement est permanent alors le débit massique est conservé. Si de plus, le fluide est incompressible alors le débit
volumique est conservatif.

Exercice d’application III – 2 : Vitesse dans un écoulement


On considère un écoulement bidimensionnel d’un fluide incompressible caractérisé par le champ des vitesses :
⃗⃗ (𝑥, 𝑦, 𝑡) = (2𝑥 − 3𝑦) 𝑡 ⃗⃗⃗⃗⃗
𝑉 𝑒𝑥 + (3𝑥 − 𝛼𝑦) 𝑡 ⃗⃗⃗⃗⃗
𝑒𝑦
Déterminer  pour que l’équation de continuité soit satisfaite.

Eléments de réponse : L’équation de continuité s’écrit pour un écoulement conservatif :


𝜕𝜌
⃗⃗ ) = 0
+ 𝑑𝑖𝑣 (𝜌 𝑉
𝜕𝑡
⃗⃗) = 𝟎
Puisque le fluide est incompressible, alors  = constante, et l’équation devient : 𝒅𝒊𝒗 ( 𝑽
𝜕𝑢 𝜕𝑣
+ =0 ⇒ 2𝑡 − 𝛼𝑡 = 0 𝑎𝑙𝑜𝑟𝑠 𝑜𝑛 𝑡𝑖𝑟𝑒 𝜶=𝟐
𝜕𝑥 𝜕𝑦

III – 3 Fonction de courant


III – 3.1 Définition
Nous avons montré que si l’écoulement d’un fluide incompressible ( = Cte) est conservatif alors l’équation de continuité
⃗⃗) = 𝟎 ⇒ 𝜵
s’écrit : 𝒅𝒊𝒗 (𝑽 ⃗⃗⃗ ∙ 𝑽
⃗⃗ = 𝟎
Or, d’un point de vue mathématique, la relation : ⃗𝜵
⃗⃗ ∙ ( ⃗𝛁⃗ ˄ ⃗𝑨⃗) = 𝟎 ∀ ⃗𝑨⃗ 𝒆𝒔𝒕 𝒕𝒐𝒖𝒋𝒐𝒖𝒓𝒔 𝒗𝒓𝒂𝒊𝒆.

On est alors en droit de définir un vecteur 𝐴⃗ tel que : 𝑉 ⃗⃗ ˄ 𝐴⃗ où 𝐴⃗ correspond à un potentiel vecteur. Il s’en suit :
⃗⃗ = ∇
𝜕𝐴𝑧 𝜕𝐴𝑦
𝑉𝑥 = −
𝜕𝑦 𝜕𝑧
⃗⃗ = ∇
𝑉 ⃗⃗ ˄ 𝐴⃗ = 𝑉𝑦 = 𝜕𝐴𝑥 − 𝜕𝐴𝑧
𝜕𝑧 𝜕𝑥
𝜕𝐴𝑦 𝜕𝐴𝑥
𝑉 = −
{𝑧 𝜕𝑥 𝜕𝑦
Si l’on considère un écoulement dans le plan perpendiculaire à (Oz), et donc invariant par translation suivant z, alors :
𝜕 𝝏𝑨𝒛 𝝏𝑨𝒛
𝑉𝑧 = 0 𝑒𝑡 =0 ⇒ 𝑽𝒙 = 𝑒𝑡 𝑽𝒚 = −
𝜕𝑧 𝝏𝒚 𝝏𝒙
A force de sacrifier l'essentiel à l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel. Page 30
Donc dans le plan (𝑒⃗⃗⃗⃗⃗⃗;
𝑥 ⃗⃗⃗⃗⃗),
𝑒𝑦 la vitesse est en tout point définie au moyen de la seule grandeur scalaire AZ (x, y). On peut
alors poser : AZ (x, y) =  (x, y).
La fonction  (x, y) est appelée fonction de courant.
𝜕
𝑉𝑥 =
𝜕𝑦
𝑒𝑡 𝑐𝑜𝑛𝑠𝑡𝑖𝑡𝑢𝑒 𝑐𝑒 𝑞𝑢′ 𝑜𝑛 𝑎𝑝𝑝𝑒𝑙𝑙𝑒 𝒄𝒉𝒂𝒎𝒑 𝒅𝒆 𝒗𝒊𝒕𝒆𝒔𝒔𝒆𝒔.
𝜕
{𝑉𝑦 = −
𝜕𝑥
En coordonnées cylindriques, si Vz = 0 et /z = 0 alors :
1 𝜕
𝑉𝑟 =
{ 𝑟 𝜕𝜃 𝑜ù  =  (𝑟 ; 𝜃).
𝜕
𝑉𝜃 = −
𝜕𝑟

III – 3.2 Propriétés de la fonction de courant


Comme on a déjà posé pour un fluide incompressible en écoulement conservatif :
𝜕𝑉𝑥 𝜕𝑉𝑦
𝛻⃗⃗ ∙ 𝑉
⃗⃗ = 0 ⇒ + =0
𝜕𝑥 𝜕𝑦
𝜕
𝑉𝑥 = 𝜕² 𝜕2
𝜕𝑦
𝑒𝑡 𝑎𝑙𝑜𝑟𝑠 − = 0; 𝒅 𝑒𝑠𝑡 𝑑𝑜𝑛𝑐 𝑢𝑛𝑒 𝒅𝒊𝒇𝒇é𝒓𝒆𝒏𝒕𝒊𝒆𝒍𝒍𝒆 𝒕𝒐𝒕𝒂𝒍𝒆 𝒆𝒙𝒂𝒄𝒕𝒆.
𝜕 𝜕𝑥𝜕𝑦 𝜕𝑦𝜕𝑥
{𝑉𝑦 = − 𝜕𝑥
𝜕 𝜕
Puisque d est une différentielle totale exacte, cela signifie que : 𝑑 = 𝜕𝑥
𝑑𝑥 + 𝜕𝑦
𝑑𝑦 possède une seule et
unique primitive.
𝐵
⇒ ∫ 𝑑 = 𝐵 − 𝐴 𝑞𝑢𝑒𝑙 𝑞𝑢𝑒 𝑠𝑜𝑖𝑡 𝑙𝑒 𝑐ℎ𝑒𝑚𝑖𝑛 𝑠𝑢𝑖𝑣𝑖 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑎𝑙𝑙𝑒𝑟 𝑑𝑒 𝐴 à 𝐵
𝐴

Dans le plan (x, y), à quoi correspond l’ensemble des points pour lesquels la valeur  est une constante ?
 (𝒙 , 𝒚) = 𝑪𝒕𝒆  𝒚(𝒙) 𝒆𝒔𝒕 𝒖𝒏𝒆 𝒄𝒐𝒖𝒓𝒃𝒆 𝒍𝒆 𝒍𝒐𝒏𝒈 𝒅𝒆 𝒍𝒂𝒒𝒖𝒆𝒍𝒍𝒆 𝒅 = 𝟎
Sur cette courbe on doit vérifier que :
𝜕 𝜕 𝒅𝒚 𝑽𝒚
𝑑 = 𝑑𝑥 + 𝑑𝑦 = − 𝑉𝑦 𝑑𝑥 + 𝑉𝑥 𝑑𝑦 = 0 ⇒ =
𝜕𝑥 𝜕𝑦 𝒅𝒙 𝑽𝒙
 (𝑥 , 𝑦) = 𝐶 𝑡𝑒  𝑦(𝑥) 𝑒𝑠𝑡 𝑡𝑞 𝒑𝒆𝒏𝒕𝒆 𝒅𝒆 𝒍𝒂 𝒄𝒐𝒖𝒓𝒃𝒆 𝒚(𝒙) 𝒆𝒏 𝑴(𝒙, 𝒚)
= 𝒑𝒆𝒏𝒕𝒆 𝒅𝒖 𝒗𝒆𝒄𝒕𝒆𝒖𝒓 ⃗𝑽⃗ 𝒆𝒏 𝑴(𝒙, 𝒚)
Il s’agit de la définition de la ligne de courant.

III – 3.3 Débit entre lignes de courant


Considérons deux lignes de courant infiniment voisines et calculons le débit volumique élémentaire entre les deux lignes
de courant :
𝜕 𝜕
𝑑 𝑄𝑣 = 𝑉 ⃗⃗ ∙ 𝑛⃗⃗ 𝑑𝑆 = 𝑉𝑥 𝑑𝑦 − 𝑉𝑦 𝑑𝑥 = 𝑑𝑦 + 𝑑𝑥 = 𝑑
𝜕𝑦 𝜕𝑥
Donc dQv = d. Par conséquent, entre 2 lignes de courant quelconques de constante A et B, le débit volumique est
donné par :
𝑩 𝑩
𝑸𝒗 = ∫ 𝒅𝑸𝒗 = ∫ 𝒅 = 𝑩 − 𝑨
𝑨 𝑨

A force de sacrifier l'essentiel à l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel. Page 31
d entre deux lignes de courant représente le débit qui traverse le tube de courant d’épaisseur unité qui s’appuie sur
ces lignes.

III – 4 Ecoulements irrotationnels – Potentiel des vitesses


III – 4.1 Définition
On dit que l’écoulement est irrotationnel lorsque les particules fluides ne subissent pas de rotations pures. Autrement
dit, le vecteur rotation (tourbillon) ⃗
⃗⃗ est nul dans un écoulement irrotationnel. En effet, le vecteur tourbillon est défini
comme suit :
𝟏 𝟏
⃗⃗⃗⃗ =
 ⃗⃗) = 𝜵
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ (𝑽
𝒓𝒐𝒕 ⃗⃗⃗ ˄ 𝑽
⃗⃗
𝟐 𝟐
⃗⃗⃗ ˄ ( 𝛁
Or, d’un point de vue mathématique, la relation : 𝜵 ⃗⃗ ∀  𝒆𝒔𝒕 𝒕𝒐𝒖𝒋𝒐𝒖𝒓𝒔 𝒗𝒓𝒂𝒊𝒆.
⃗⃗ ∙ ) = 𝟎

On est alors en droit de définir un scalaire  tel que : 𝑉⃗⃗ = ∇


⃗⃗ ∙  où  correspond à un potentiel scalaire ⇒ le
potentiel de vitesses. Il est alors possible d’exprimer les composantes du vecteur vitesse à partir du potentiel des
vitesses :
𝝏 𝝏 𝝏
⃗⃗ = 𝜵
𝑽 ⃗⃗⃗  ⇒ 𝑽𝒙 = ; 𝑽𝒚 = 𝒆𝒕 𝑽𝒛 =
𝝏𝒙 𝝏𝒚 𝝏𝒛
Si on suppose que le fluide est incompressible et en écoulement permanent et conservatif, alors :
𝜕𝑉𝑥 𝜕𝑉𝑦 𝜕𝑉𝑧
⃗⃗ ∙ 𝑉
∇ ⃗⃗ = 0 ⇒ + + = 0 𝑐𝑒 𝑞𝑢𝑖 𝑐𝑜𝑛𝑑𝑢𝑖𝑡 à 𝑙𝑎 𝑟𝑒𝑙𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 ∶
𝜕𝑥 𝜕𝑦 𝜕𝑧
𝝏² 𝝏² 𝝏²
+ + =𝟎  ∆ = 𝟎 𝑬𝒒𝒖𝒂𝒕𝒊𝒐𝒏 𝒅𝒆 𝑳𝒂𝒑𝒍𝒂𝒄𝒆
𝝏𝒙² 𝝏𝒚² 𝝏𝒛²
On en conclut que le potentiel des vitesses est une fonction harmonique et vérifie l’équation de Laplace.

Remarque : Si l’écoulement est irrotationnel, la fonction de courant  est également une fonction harmonique,
𝝏² 𝝏²
déterminée par l’équation de Laplace   = 0 : + =𝟎
𝝏𝒙² 𝝏𝒚²

III – 4.2 Propriétés du potentiel des vitesses


Lorsqu’un écoulement est plan, l’équation (x, y) = Cte définit, dans le plan de l’écoulement,
une courbe appelée « équipotentielle ». Le long de cette courbe, puisque (x, y) = Cte, on
doit vérifier : d = 0
𝜕 𝜕 𝑑𝑦 𝑉𝑥
𝑑 = 𝑑𝑥 + 𝑑𝑦 = 0 𝑉𝑥 𝑑𝑥 + 𝑉𝑦 𝑑𝑦 = 0  =−
𝜕𝑥 𝜕𝑦 𝑑𝑥 𝑉𝑦
En tout point M (x, y) du plan de l’écoulement, la ligne de courant et la ligne équipotentielle sont orthogonales.

III – 4.3 Calcul de la longueur d’un élément d’arc le long d’une ligne de courant

𝑑𝑠=𝐶𝑡𝑒 = √𝑑𝑥 2 + 𝑑𝑦 2
𝜕 𝜕
𝑑 = 𝑑𝑥 + 𝑑𝑦 = 𝑉𝑥 𝑑𝑥 + 𝑉𝑦 𝑑𝑦
𝜕𝑥 𝜕𝑦
Or le long d’une ligne de courant :

A force de sacrifier l'essentiel à l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel. Page 32
𝑑𝑦 𝑉𝑦 𝑉𝑦
= ⇒ 𝑑𝑦 = 𝑑𝑥
𝑑𝑥 𝑉𝑥 𝑉𝑥
𝑉𝑦2 𝑉𝑥2 + 𝑉𝑦2 𝑉𝑥2 + 𝑉𝑦2
𝑑 = 𝑉𝑥 𝑑𝑥 + 𝑑𝑥 = 𝑑𝑥 = 𝑑𝑦
𝑉𝑥 𝑉𝑥 𝑉𝑦
𝑉𝑥 𝑉𝑦
𝑑𝑥 = 𝑑 𝑒𝑡 𝑑𝑦 = 𝑑
𝑉𝑥2 + 𝑉𝑦2 𝑥 𝑉𝑥2 + 𝑉𝑦2 𝑥

𝑽𝟐𝒙 + 𝑽𝟐𝒚 𝒅 𝒅
𝑎𝑙𝑜𝑟𝑠 𝑑𝐬 = √𝒅𝒙𝟐 + 𝒅𝒚𝟐 = √ 𝟐
𝒅𝟐 = =
(𝑽𝟐𝒙 + 𝑽𝟐𝒚 ) 𝑽
√𝑽𝟐𝒙 + 𝑽𝟐𝒚

La distance entre 2 équipotentielles est inversement proportionnelle à la vitesse de l’écoulement.

III – 5 Réseau hydrodynamique


Le couple de fonctions :  fonction de courant et  fonction potentielle est donc très intéressant pour étudier toute une
classe d’écoulements. Ce sont les écoulements qui réunissent les 3 conditions suivantes :
⃗⃗ = ⃗∇⃗ ˄ 𝐴⃗)
⃗⃗ ) = 0 ⇒ existence d’un potentiel vecteur tel que 𝑉
- Fluide incompressible (𝑑𝑖𝑣 (𝑉
- Ecoulement plan (𝐴⃗ n’a qu’une composante Az = )
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ (𝑉
- Irrotationnel (𝑟𝑜𝑡 ⃗⃗ = ⃗∇⃗ ∙  = ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
⃗⃗ ) = ⃗0⃗ ⇒ ∃ 𝑑′ 𝑢𝑛 𝑝𝑜𝑡𝑒𝑛𝑡𝑖𝑒𝑙 𝑠𝑐𝑎𝑙𝑎𝑖𝑟𝑒 𝑡𝑒𝑙 𝑞𝑢𝑒 𝑉 𝑔𝑟𝑎𝑑 )
Pour l’eau la 1ère condition est vérifiée et la 3ème condition l’est aussi si on suppose le fluide parfait (théorème de
Lagrange). Lignes de courant et lignes équipotentielles créent alors un réseau orthogonal.

III – 5.1 Débit de fuite dans un massif poreux


Soient ds et ds les longueurs d’arcs d’équipotentielle et de ligne de courant. On sait que le
débit qui traverse le tube de courant (de lignes de courant  et  + d) est égal à : q = d
Si 𝑛 est le nombre de tubes de courant (nombre de lignes de courant si le comptage
commence à partir du chiffre 0), le débit total qui traverse l’ensemble des tubes de courant
d’épaisseur unité est :
𝑸 = 𝒏 𝒅 = 𝒏 𝒒 = 𝒏 𝑽 𝒅𝒔

On sait également que q = V ds puisque les deux réseaux sont orthogonaux. D’autre part, la longueur d’un élément
d’arc le long d’une ligne de courant est :
𝒅
𝑑𝒔 = 𝑝𝑢𝑖𝑠𝑞𝑢𝑒 𝑉 𝑒𝑠𝑡 𝑝𝑎𝑟𝑎𝑙𝑙è𝑙𝑒 à 𝑙𝑎 𝑙𝑖𝑔𝑛𝑒 𝑑𝑒 𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡.
𝑽
𝑑 𝑑 𝒅 𝒅𝒔
𝑂𝑛 𝑒𝑛 𝑑é𝑑𝑢𝑖𝑡 𝑎𝑙𝑜𝑟𝑠 𝑞𝑢𝑒 𝑉 = = 𝑒𝑡 𝑸 = 𝒏 𝒅𝒔 = 𝒏 𝒅
𝒅𝑠 𝒅𝑠 𝒅𝒔 𝒅𝒔

Si on désire de tracer les lignes de courant et les lignes équipotentielles correspondant à un même écart de cote (d =
d = Cte), on obtiendrait un réseau formé petits carrés (ds = ds = cte/V) appelé réseau hydrodynamique. Ainsi le
débit total devient :
𝑸 = 𝒏 𝒅 𝒄𝒂𝒓 𝒅𝒔 = 𝒅𝒔
𝟎 − 
Si on numérote les lignes équipotentielles décroissantes de 0 à n alors 𝒅 =
𝒏

 𝟎 −  𝒏
𝑨𝒊𝒏𝒔𝒊 𝑸 = 𝒏 𝒅 = 𝒏
𝒏
A force de sacrifier l'essentiel à l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel. Page 33
En rappel  = K x H où K est la perméabilité du milieu qui a la dimension d’une vitesse et H la charge hydraulique dont
la dimension est la longueur. La formule du débit devient alors :
 𝟎 −  𝒏 𝑯𝟎 − 𝑯𝒏
𝑨𝒊𝒏𝒔𝒊 𝑸 = 𝒏 = 𝒏 𝑲
𝒏 𝒏

Les règles ci-dessous s’utilisent lors du comptage du nombre de lignes de courant et d’équipotentielle :
- Toute surface est contact avec le fluide (l’eau) engendre une ligne de courant ;
- Toute surface ou couche imperméable est une ligne de courant ;
- La ligne équipotentielle notée n0 est celle qui est en-dessous de la charge hydraulique en amont ;
- La ligne équipotentielle notée n est celle qui est en-dessous de la charge hydraulique en aval ;

III – 5.2 Gradient hydraulique et gradient hydraulique critique


On appelle gradient hydraulique la perte de charge par unité de longueur en un point donné :
∆𝑯
𝒊=
𝒏 𝑳

Le gradient hydraulique critique (ic), est celui qui va provoquer un état de boulance appelé phénomène de renard. Il
est déterminé par la relation suivante :
𝜸𝒔𝒂𝒕 − 𝜸𝒆 𝑮𝒔 − 𝟏
𝒊𝒄 = =
𝜸𝒆 𝟏+𝒆

Gs est la gravité spécifique = s/e. s est le poids volumique des grains solides [kN/m3] ; e est le poids volumique de
l’eau [kN/m3] ; sat est le poids volumique du sol saturé [kN/m3]. La lettre e désigne l’indice des vides.
 𝒆
𝒆=   = 𝒐ù  𝒆𝒔𝒕 𝒍𝒂 𝒑𝒐𝒓𝒐𝒔𝒊𝒕é
𝟏−  𝟏+𝒆

III – 5.3 Phénomène de renard et méthode de prévention


L’infiltration d’eau sous un ouvrage (barrage,
rideau de palplanches) peut provoquer un
phénomène similaire au sable boulant quand le
gradient hydraulique observée atteint une certaine
valeur critique. Au départ, on assiste à une
augmentation de la vitesse d’écoulement avec un
entraînement progressif des éléments fins du sol
et, très rapidement, un entraînement général des
divers matériaux constituant le milieu. Il se forme
alors une voie de circulation d’eau privilégiée à
travers laquelle la venue d’eau prend rapidement
une allure catastrophique et qu’on désigne par Renard. Celui-ci est donc caractérisé par la rapidité de sa formation qui
peut être à l’origine de désordres importants pour tous les ouvrages situés à proximité (rupture de barrages, fissuration
de bâtiments, renversement d’un rideau de palplanches, …).

On peut envisager diverses mesures pour réduire les risques de formation d’un renard. Notamment :

A force de sacrifier l'essentiel à l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel. Page 34
- Diminuer la valeur du gradient hydraulique (donner aux
palplanches une fiche suffisante dans le sol ; prévoir un tapis
imperméable du côté amont d’un barrage en terre, …).
- Charger le sol où émerge l’infiltration derrière l’ouvrage avec un
matériau pouvant jouer le rôle de filtre et en choisissant
judicieusement sa granulométrie. On empêche ainsi
l’entraînement des éléments fins de sol.
- Enfoncer des piézomètres de décharge comportant des crépines
à leur pointe dans le sol où il y a risque d’apparition d’un renard.

III – 6 Etude mathématique des écoulements plans


III – 6.1 Potentiel complexe de vitesses
Un point M (x, y) dans le plan d’écoulement, peut être défini par la variable complexe z :

𝒛 = 𝒙 + 𝒊 𝒚 = 𝒓 𝒆𝒊𝜽 = 𝒓 (𝐜𝐨𝐬 𝜽 + 𝒊 𝐬𝐢𝐧 𝜽)


dans laquelle r est le module de z et  son argument.
Soit la fonction f(z) = F(x, y) + i G(x, y). Si la dérivée df/dz a un sens, c’est-à-dire si la limite du rapport df/dz est
indépendante de la façon dont dz tend vers zéro, alors la fonction f(z) est dite analytique. En particulier, on peut
prendre dz = dx ou dz = idy (2 chemins particuliers).
𝑑𝑓 𝜕𝑓 𝜕𝐹 𝜕𝐺 𝑑𝑓 𝜕𝑓 𝜕𝐹 𝜕𝐺 𝜕𝐺 𝜕𝐹
= = +𝑖 = = + = −𝑖
𝑑𝑧 𝜕𝑥 𝜕𝑥 𝜕𝑥 𝑑𝑧 𝑖𝜕𝑦 𝑖𝜕𝑦 𝜕𝑦 𝜕𝑦 𝜕𝑦
Pour que f soit analytique, il faut :
𝝏𝑭 𝝏𝑮 𝝏𝑮 𝝏𝑭
= 𝒆𝒕 = −  𝑪𝒐𝒏𝒅𝒊𝒕𝒊𝒐𝒏𝒔 𝒅𝒆 𝑪𝒂𝒖𝒄𝒉𝒚
𝝏𝒙 𝝏𝒚 𝝏𝒙 𝝏𝒚
Considérons la fonction complexe définie comme suit :
𝒇(𝒛) =  + 𝒊 
Cette fonction est analytique car :
𝜕 𝜕
= = 𝑉𝑥
𝜕𝑥 𝜕𝑦
𝜕 𝜕
= − = 𝑉𝑦
{ 𝜕𝑦 𝜕𝑥
Cette fonction f(z) est appelée potentiel complexe de l’écoulement. Inversement toute fonction analytique peut être
considérée comme le potentiel complexe d’un écoulement.  et  sont les parties réelle et imaginaire de la fonction.
En effet, la dérivée de f par rapport à z est appelée vitesse complexe de l’écoulement :
𝒅𝒇
= 𝑉𝑥 − 𝒊 𝑉𝑦 = ‖𝑽‖ 𝒆−𝒊 𝜶
𝒅𝒛
l'angle  est celui que fait le vecteur vitesse avec l'axe des x. La donnée du potentiel complexe permet de définir
complètement l'écoulement.

III – 6.2 Utilisation des transformations conformes


Etant donnés 2 plans et un point sur chacun : m d’affixe z = x + iy et M d’affixe Z = X + i Y. Si on établit une
correspondance entre chaque point m de z et un point M de Z, on définit une transformation qui transforme le plan z en
plan Z. La transformation est définie par Z = Z(z).
A force de sacrifier l'essentiel à l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel. Page 35
Si m décrit une courbe c, M décrit une courbe C transformée de c. Une transformation est dite « conforme » si elle
conserve les angles ; à un angle  dans z correspond un angle  dans Z.

Théorème : la transformation Z = Z (z) est dite conforme si la fonction Z (z) est analytique.
En effet si Z (z) est analytique alors dZ/dz a un sens et donc dZ/dz = g (z) .
Il s’en suit que : arg (dZ) = arg (g (z)) + arg (dz) ; par différence il viendra :
arg (dZ1) – arg (dZ2) = arg (dz1) – arg (dz2) = 

Quelques de transformations conformes :


𝑍 =𝑧+𝑎 ∶ 𝑇𝑟𝑎𝑛𝑠𝑙𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑒 𝑣𝑒𝑐𝑡𝑒𝑢𝑟 𝑎

𝑍 = 𝑧 𝑒 𝑖𝛼 ∶ 𝑟𝑜𝑡𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑′ 𝑎𝑛𝑔𝑒𝑙𝑒 𝛼
𝑍=𝑚𝑧 ∶ 𝐻𝑜𝑚𝑜𝑡ℎé𝑡𝑖𝑒 + 𝑟𝑜𝑡𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛
𝑍 = 𝐿𝑜𝑔 𝑧 = 𝐿𝑜𝑔 𝑟 + 𝑖 (𝜃 + 2𝑘𝜋) ∶ 𝑇𝑟𝑎𝑛𝑠𝑓𝑜𝑟𝑚𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑙𝑜𝑔𝑎𝑟𝑖𝑡ℎ𝑚𝑖𝑞𝑢𝑒
𝑏2
𝑍=𝑧 + 𝑧
∶ 𝑇𝑟𝑎𝑛𝑠𝑓𝑜𝑟𝑚𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑒 𝐽𝑜𝑢𝑘𝑜𝑣𝑠𝑘𝑦. Elle permet de passer de l’écoulement
autour d’un cercle autour d’un profil d’aile.

Exercice d’application III – 3 : On considère un écoulement bidimensionnel de fonction potentielle :    arctg y


x
1. Déterminer les lignes équipotentielles, les composantes du vecteur vitesse, son module et la fonction de courant.
2. Dans quel sens s'écoule le fluide selon la valeur de  ?

Eléments de réponse :
Par définition, les lignes équipotentielles sont les lignes telle que :  = constante. On a donc ici :
y/x = Cte. Il s’agit des droites passant par l’origine.
Le vecteur vitesse est fourni par la relation suivante :
𝜕 𝜕
⃗⃗⃗⃗
𝑉 = 𝑒⃗⃗⃗⃗𝑥 + 𝑒⃗⃗⃗⃗⃗ = 𝑉𝑥 𝑒⃗⃗⃗⃗𝑥 + 𝑉𝑦 𝑒⃗⃗⃗⃗⃗
𝜕𝑥 𝜕𝑦 𝑦 𝑦

𝜷
⃗⃗⃗⃗
𝑽 = ⃗⃗⃗⃗⃗𝒙 + 𝒙 ⃗⃗⃗⃗⃗
(− 𝒚 𝒆 𝒆𝒚 )
(𝒙𝟐 + 𝒚𝟐 )
Sa norme vaut donc :
|𝜷|
⃗⃗‖ =
‖𝑽 𝒂𝒗𝒆𝒄 𝒓 = √𝒙𝟐 + 𝒚𝟐
𝒓
La fonction de courant  est donnée en intégrant le système d'équations aux dérivées partielles :
𝜕 𝛽𝑦
= 𝑉𝑥 = − 2
𝜕𝑦 (𝑥 + 𝑦 2 )
𝜕 𝛽𝑥
= − 𝑉𝑦 = − 2
{ 𝜕𝑥 (𝑥 + 𝑦 2)
L'intégration de la première équation nous donne :

 (𝑥, 𝑦) = − 𝛽 𝐿𝑛 (√𝑥 2 + 𝑦 2 ) + 𝐶1 (𝑥)

En dérivant cette équation par rapport à x et en utilisant la seconde équation, on obtient : C1’(x) = 0, et donc C1 est une
véritable constante. Posons C1 =  ln r0, il vient alors :
𝒓
 (𝒙, 𝒚) = − 𝜷 𝑳𝒏
𝒓𝟎
A force de sacrifier l'essentiel à l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel. Page 36
Les lignes de courant sont des cercles centrés à l'origine. Si  > 0, alors la
composante de V suivant x est négative et la composante suivant y est positive. Si x
et y sont positifs, le vecteur V dessiné ci-après montre que le fluide tourne dans le
sens direct. Si  est négatif, le fluide tourne dans le sens des aiguilles d’une montre.

Exercices résolus
Exercice III – 4 : On considère un écoulement bidimensionnel et instationnaire suivant : V   Cos  t  e x   e y avec
 et  des constantes
1) Montrer qu’il s’agit de l’écoulement d’un fluide incompressible.
2) Montrer que cet écoulement est irrotationnel.
3) Calculer la fonction de courant et tracer les lignes de courant aux instants t = 0 et t =  / 2.
4) Déterminer l’équation de la trajection d’une particule issue du point M0 (0 ; 0) à l’instant t0.
5) Déterminer l’équation de la ligne d’émission partant du point M0 (0 ; 0).

Eléments de réponse :
1) Montrons qu’il s’agit de l’écoulement d’un fluide incompressible
V x V y  Cost   
Si le fluide est incompressible alors div V  0   0    00  0
x y x y
2) Montrons que l’écoulement est irrotationnel
1 1
⃗⃗⃗⃗ =
Si l’écoulement est irrotationnel alors ssi  ⃗⃗) =
⃗⃗⃗⃗⃗⃗ (V
rot ⃗∇⃗ ˄ ⃗V⃗ = ⃗⃗
0
2 2
⃗⃗⃗⃗⃗𝒙 𝒆
𝒆 ⃗⃗⃗⃗⃗𝒚
𝝏𝑽𝒚 𝝏𝑽𝒙
⃗⃗⃗⃗ = || 𝝏

𝝏|
⃗⃗⃗⃗⃗𝒛 = ⃗⃗
𝒆𝒛 = (0 − 0)𝒆
| = ( 𝝏𝒙 − 𝝏𝒚 ) ⃗⃗⃗⃗⃗ 0
𝝏𝒙 𝝏𝒚
𝑽𝒙 𝑽𝒚

3) Calculons la fonction de courant et traçons les lignes de courant aux instants t = 0 et t =  / 2.


dx dy
L’équation des lignes de courant est fournie par la relation suivante :  . A l’instant t0, on obtient :
u v

x  y Cos  t 0   Cte
dx dy x
   y  Cte soit
 Cos  t 0   Cos  t 0 

A l’instant t = 0, on a : x = y (première bissectrice si Cte = 0) ou droite affine si Cte  0.

A l’instant t =  / 2, on a : x = 0 (axe des ordonnées si Cte = 0) ou axe verticale passant par la Cte si Cte  0.

4) Détermination de l’équation de la trajectoire d’une particule issue du point M0 (0 ; 0) à l’instant t0.


L’équation de la trajectoire est fournie par la résolution du système d’équations ci-dessous :
𝑑𝑥 𝑑𝑥 𝛼
=𝑢 ⇒ = 𝛼 𝐶𝑜𝑠 (𝜔 𝑡) ⇒ 𝑥 (𝑡) = 𝑆𝑖𝑛 (𝜔 𝑡) + 𝑥0
{ 𝑑𝑡 𝑑𝑡 𝜔
𝑑𝑦 𝑑𝑦
=𝑣 ⇒ =𝛼 ⇒ 𝑦 (𝑡) = 𝛼 𝑡 + 𝑦0
𝑑𝑡 𝑑𝑡
  y  y0 
En éliminant le temps t dans la deuxième relation, on obtient : x  sin     x0
   
5) Equations des lignes d’émission partant du point M0 (0 ; 0)
En se référant aux équations, elles sont identiques à celles des trajectoires passant par le point M.
A force de sacrifier l'essentiel à l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel. Page 37
Exercice III – 5 : Ecoulement hyperbolique
Le champ des vitesses d'un fluide est donné par : ( et  sont des constantes)
(𝑥 − 𝛼 𝑡) 𝑦
⃗⃗ ( 𝑡) =
𝑉 𝑒𝑥 − ⃗⃗⃗⃗⃗
⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑒
𝛽 𝛽 𝑦
1) Montrer que les lignes de courant sont des hyperboles.
2) Déterminer l’équation des trajectoires et représenter sur un dessin l'allure de quelques trajectoires.
3) Écrire les équations des lignes d'émission.

Eléments de réponse :
dx dy
1) L’équation des lignes de courant est fournie par la relation suivante : 
u v
A l’instant t0, on obtient :
𝛽 𝑑𝑥 𝛽 𝑑𝑦 𝑑𝑥 𝑑𝑦 𝐾 𝑲
=− ⇒ =− ⇒ ln(𝑥 − 𝛼𝑡0 ) = ln ( )  𝒚=
𝑥 − 𝛼𝑡0 𝑦 𝑥 − 𝛼𝑡0 𝑦 𝑦 𝒙 − 𝜶𝒕𝟎
C’est l’équation d’une famille des hyperboles. Les lignes de courant sont donc, à l'instant t0, des hyperboles.

2) Détermination de l’équation des trajectoires


L’équation de la trajectoire est fournie par la résolution du système d’équations ci-dessous :
𝑑𝑥 (𝑥 − 𝛼 𝑡) 1 𝛼
=𝑢 ⇒ 𝑥′ = ⇒ 𝑥′ − 𝑥 = − 𝑡
𝑑𝑡 𝛽 𝛽 𝛽
𝑑𝑦 𝑦 1
=𝑣 ⇒ 𝑦′ = − ⇒ 𝑦′ + 𝑦=0
{ 𝑑𝑡 𝛽 𝛽
Chaque équation du système est une équation différentielle linéaire de 1er ordre (la 1ère est une équation différentielle
linéaire avec second membre, la 2nd est une équation différentielle linéaire homogène).

En effet, la solution générale de l’équation homogène : 𝑓 ′ + 𝑎 (𝑡) 𝑓 = 0 ⇒ 𝑓(𝑡) = 𝐾𝑒 −𝐴(𝑡)


où A (t) est une primitive de a (t), et K une constante réelle.
𝟏
1 − 𝒕
La solution de l’équation homogène est : 𝑦 ′ + 𝛽
𝑦 = 0 ⇒ 𝒚(𝒕) = 𝑲𝟐 𝒆 𝜷

Aussi, la solution générale de l’équation avec 2nd membre : 𝑓 ′ + 𝑎 (𝑡) 𝑓 = 𝑏 (𝑡) ⇒ 𝑓(𝑡) = 𝑒 −𝐴(𝑡) (𝐵 (𝑡) + 𝐾)
où A (t) est une primitive de a (t), B (t) une primitive de 𝑏 𝑒 𝐴(𝑡) et K une constante réelle.
1 1 𝛼 1 1
− 𝑡 − 𝑡
𝐴 (𝑡) = ∫ − 𝑑𝑡 = − 𝑡. 𝐵(𝑡) = ∫ − 𝑡 𝑒 𝛽 𝑑𝑡 = 𝛼 (𝑡 + 𝛽) 𝑒 𝛽
𝛽 𝛽 𝛽
𝟏
1 𝛼 𝒕
La solution générale de l’équation avec 2nd membre : 𝑥 ′ − 𝑥= − 𝑡 ⇒ 𝒙(𝒕) = 𝜶 (𝒕 + 𝜷) + 𝑲𝟏 𝒆 𝜷
𝛽 𝛽
1
𝑡
𝑥(𝑡) = 𝛼 (𝑡 + 𝛽) + 𝐾1 𝑒 𝛽
{ 1
− 𝑡
𝑦(𝑡) = 𝐾2 𝑒 𝛽

𝒚 𝑲𝟏 𝑲𝟐
En éliminant le temps t dans la deuxième relation, on obtient : 𝒙(𝒚) = 𝜶 𝜷 (𝟏 − 𝐥𝐧 |𝑲 |) + 𝒚
𝟐

Avec K1 et K2 des réels non nuls et y  R*.


3) Equations des lignes d’émission
Soit un point M0 (x0 ; y0). A l’instant t, les composantes de la vitesse du point M0 (x0 ; y0) sont :

A force de sacrifier l'essentiel à l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel. Page 38
𝑑𝑥 (𝑥0 − 𝛼 𝑡) 𝛼 2 𝑥0
=𝑢 ⇒ 𝑑𝑥 = 𝑢 𝑑𝑡 = 𝑑𝑡 ⇒ 𝑥= − 𝑡 + 𝑡 + 𝑥0
𝑑𝑡 𝛽 2𝛽 𝛽
𝑑𝑦 𝑦0 𝑦0
=𝑣 ⇒ 𝑑𝑦 = 𝑣 𝑑𝑡 = − 𝑑𝑡 ⇒ 𝑦=− 𝑡 + 𝑦0
{ 𝑑𝑡 𝛽 𝛽
(𝑦0 − 𝑦) 𝜶 𝜷 (𝒚𝟎 − 𝒚)𝟐 (𝒚𝟎 − 𝒚)
𝑡=𝛽 ⇒ 𝒙= − 𝟐
+ 𝒙𝟎 + 𝒙𝟎
𝑦0 𝟐 𝒚𝟎 𝒚𝟎
Les lignes d’émission du point M0 (x0 ; y0) sont des paraboles.

Exercice III – 6 : Ecoulement uniforme


Soit l’écoulement uniforme f (Z) = U0 Z
a) Donner les lignes de courant et les équipotentielles. Montrer que l'on peut ainsi étudier l'écoulement
autour d'une plaque plane de longueur 4a.
𝑎2
b) Soit la transformation 𝑍 = 𝑧 + . Étudier cette transformation ; est – elle conforme? Trouver les
𝑧
homologues des lignes de courant et des équipotentielles de 1. Comment est transformée la plaque?
c) Donner la vitesse complexe en un point, les composantes de la vitesse à partir de la transformation.

Eléments de réponse :
On considère l’écoulement uniforme défini : f(Z) = U0 Z = U0 (X1 + i X2). On a donc :
 (𝑋1 , 𝑋2 ) = 𝑈0 𝑋1 = 𝐶𝑜𝑛𝑠𝑡𝑎𝑛𝑡𝑒
{
 (𝑋1 , 𝑋2 ) = 𝑈0 𝑋2 = 𝐶𝑜𝑛𝑠𝑡𝑎𝑛𝑡𝑒
Les équipotentielles sont les droites parallèles à l'axe des ordonnées. Les lignes de
courant sont les droites parallèles à l'axe des abscisses.

En orientant la plaque plane de longueur 4a dans le sens de l'écoulement, c'est-à-dire


suivant l'axe des abscisses, la transformation précédente peut représenter un écoulement
autour de cette plaque.

La ligne de courant  = 0 possède deux points d'arrêt en A et en C. La vitesse complexe de l'écoulement vaut : w =
df/dZ = U0.

Si l’on considère le plan complexe privé du segment CA, la transformation ainsi définie est analytique et bijective : il
s'agit donc d’une représentation conforme. On peut écrire cette transformation sous la forme :
𝑎2
𝑋1 = 𝑥 (1 + )
𝑥2 + 𝑦2
𝑎2
𝑋2 = 𝑦 (1 − 2 )
{ 𝑥 + 𝑦2
Les équipotentielles sont transformées de la manière suivante :
𝑎2 𝑎2
 (𝑋1 , 𝑋2 ) = 𝑈0 𝑋1 = 𝑈0 𝑥 (1 + ) = 𝑈0 𝑟 cos 𝜃 (1 + )
𝑥2 + 𝑦2 𝑟2

Les lignes de courant sont :


𝑎2 𝑎2
 (𝑋1 , 𝑋2 ) = 𝑈0 𝑋2 = 𝑈0 𝑦 (1 − ) = 𝑈0 𝑟 sin 𝜃 (1 − )
𝑥2 + 𝑦2 𝑟2

A force de sacrifier l'essentiel à l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel. Page 39
La ligne de courant  = 0 est obtenue pour a² = r² ou y = r
sin0.

Le point A(2a, 0) a pour transformé le point A’(a, 0), le point


B(0, 0+) a pour image le point B’(0, a), le point C(- 2a, 0) a pour
transformée C’(- a, 0), et enfin le point D(0, 0-) a pour image le
point D’(0, -a). L'image du segment CA est le cercle de centre
O et de rayon a.
La vitesse complexe est donnée par :
𝑑𝑓 𝑑𝑓 𝑑𝑍 𝑎2 𝑎2
𝑤= = = 𝑈0 (1 − 2 ) = 𝑈0 (1 − 2 𝑒𝑥𝑝(−2𝑖𝜃))
𝑑𝑧 𝑑𝑍 𝑑𝑧 𝑧 𝑟
Les composantes de la vitesse d’une particule fluide est :
𝑎2
𝑢 = 𝑈0 (1 − cos 2𝜃)
𝑟2
𝑎2
𝑣 = − 𝑈0 sin 2𝜃
{ 𝑟2

Exercice III – 7 : Ecoulement rotationnel


La composante de la vitesse V dans la direction x de l’écoulement bidimensionnel d’un fluide incompressible est donnée
par : 𝑢 = 𝐴 𝑥 3 + 𝐵 𝑦 2
Trouver la relation pour la composante v dans la direction y avec les conditions aux limites : y = 0, v = 0. L’écoulement
est-il irrotationnel ?

Eléments de réponse :
Puisque le fluide est incompressible, alors  = constante, et l’équation de continuité devient :
𝜕𝑢 𝜕𝑣 𝜕𝑣
⃗⃗) = 𝟎
𝒅𝒊𝒗 ( 𝑽  + =0 ⇒ 3 𝐴 𝑥2 + =0
𝜕𝑥 𝜕𝑦 𝜕𝑦
𝒗 = − 𝟑 𝑨 𝒙𝟐 𝒚 𝑐𝑎𝑟 𝑣 = 0 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑦 = 0
1
L’écoulement est irrotationnel si et seulement si le vecteur tourbillon  est nul : ⃗
⃗⃗ =
2
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑅𝑜𝑡 ˄ 𝑉 ⃗⃗ = ⃗0⃗
𝜕𝑣 𝜕𝑢
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ˄ 𝑉
𝑅𝑜𝑡 ⃗⃗ = − = − 6 𝐴 𝑥 𝑦 − 2 𝐵𝑦 ≠ 0. 𝐿′ é𝑐𝑜𝑢𝑙𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑒𝑠𝑡 𝑟𝑜𝑡𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛𝑛𝑒𝑙
𝜕𝑥 𝜕𝑦
Exercice III – 8 : Hydraulique du sol
Une paroi en béton de longueur infinie et d’épaisseur b = 16.0 [m]
repose sur une couche perméable d’épaisseur t = 15.0 [m] et de
perméabilité k =1.5 x 10-3 [cm/s] (voir figure ci-contre). Les
niveaux d’eau de part et d’autre de la paroi sont H1 = 8.0 [m] et
H2 = 2 [m]. On cherche:
(i) le débit d’infiltration par mètre de paroi ;
(ii) les valeurs et le tracé de la pression exercé par l’eau
sous la semelle A-I.
Les distances entre les points sont données ci-dessous sous
forme de tableau :
Points A B C D E F G H I
s [m] 1.0 2.1 2.4 2.5 2.7 2.3 2.0 1.0

A force de sacrifier l'essentiel à l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel. Page 40
Eléments de réponse :
Calcul du débit d’infiltration par mètre de paroi
𝑛
𝐿𝑒 𝑑é𝑏𝑖𝑡 𝑒𝑠𝑡 𝑓𝑜𝑢𝑟𝑛𝑖𝑡 𝑝𝑎𝑟 𝑙𝑎 𝑟𝑒𝑙𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑠𝑢𝑖𝑣𝑎𝑛𝑡𝑒 ∶ 𝑄 = 𝐾 (𝐻0 − 𝐻𝑛 )
𝑛
En prenant le terrain naturel (TN) comme origine des altitudes, on obtient :
H0 = H1 ; Hn = H2 ; n = 8 ; n = 4
4
𝑄 = 1.5 10−5 (8 − 2) × 1000 = 0.045 [𝑙/𝑠/𝑚𝑙]
8
A une cote quelconque zi, la charge hydrostatique est donnée par la formule suivante :
𝑃𝑖
𝐻𝑖 = + 𝑧𝑖 𝑐𝑎𝑟 𝑙𝑎 𝑣𝑖𝑡𝑒𝑠𝑠𝑒 𝑑′ é𝑐𝑜𝑢𝑙𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑒𝑠𝑡 𝑛é𝑔𝑙𝑖𝑔é𝑒
𝜌𝑔
𝑃𝑖 𝑛𝑖
= 𝐻𝑖 − 𝑧𝑖 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝐻𝑖 = 𝐻0 − (𝐻0 − 𝐻𝑛 ) 𝑐𝑎𝑟 𝑙𝑒 𝑔𝑟𝑎𝑑𝑖𝑒𝑛𝑡 ℎ𝑦𝑑𝑟𝑎𝑢𝑙𝑖𝑞𝑢𝑒 𝑒𝑠𝑡 𝑐𝑜𝑛𝑠𝑡𝑎𝑛𝑡
𝜌𝑔 𝑛
𝑷𝒊 𝒏𝒊
=𝟖− (𝟖 − 𝟐) − 𝒛𝒊 = 𝟖 − 𝟎. 𝟕𝟓 𝒏𝒊 − 𝒛𝒊
𝝆𝒈 𝟖
Exercices non résolus
Exercice III – 9 : Détermination du potentiel de vitesses
L’équation d’une famille de lignes de courant est donnée par :  (x, y) = 2 xy.
Trouver l’équation de la fonction potentielle des vitesses  = f (x, y).
Dessiner quelques lignes pour  = Cte et  = Cte.

Exercice III – 10 : Ecoulement permanent


⃗⃗ (𝑥, 𝑦, 𝑡) = (2𝑥 − 3𝑦) ⃗⃗⃗⃗⃗
Soit l’écoulement permanent défini en variables d'Euler par le champ des vitesses : 𝑉 𝑒𝑥 +
(3𝑥 − 2𝑦) ⃗⃗⃗⃗⃗
𝑒𝑦
1) Montrer que le fluide est incompressible.
2) Déterminer le champ des vecteurs accélération  .
3) Calculer les équations des lignes de courant. Quelle est la forme de celles-ci ? Tracer la ligne de courant passant
par le point de coordonnées (1; 1; 0).
4) Déterminer le champ des vecteurs tourbillons et les lignes tourbillons.
5) On considère un tube de courant s'appuyant sur la ligne de courant étudié à la troisième question. Calculer
l'intensité de ce tube de courant, c'est-à-dire le double du flux du vecteur tourbillon.

Exercice III – 11 : Ecoulement plan irrotationnel


𝒃
Soit la fonction F(x, y) définie comme suit ou a et b sont des réels : 𝑭 (𝒙, 𝒚) = 𝒂𝟐
𝒙 (𝒙𝟐 − 𝟑 𝒚𝟐 )

1) Montrer que cette fonction peut représenter la fonction potentielle d’un écoulement plan.
2) Déterminer l’équation des lignes de courant.
3) Montrer que l’écoulement est irrotationnel.
4) Quel est le débit qui s’écoule entre les deux points A et B de coordonnées A (a, 0) et B (2a, a) ?
𝟐 √𝟑
5) Soit le point 𝑪 ( 𝒂 , −𝟐𝒂). Montrer que les points A et C appartiennent à une même ligne de courant et
𝟑
calculer la vitesse d’écoulement de cette ligne de courant.
6) Calculer les composantes du vecteur accélération 𝛾⃗.

A force de sacrifier l'essentiel à l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel. Page 41
Exercice III – 12 : Ecoulement défini par sa vitesse complexe
On étudie l’écoulement plan d’un fluide parfait incompressible dans le repère orthonormé galiléen (O, x, y). Le vecteur
vitesse d’une particule fluide est décrit par la fonction complexe :
𝑎2 𝛽 𝑖 𝛼 𝑎4
𝑉(𝑧) = 𝛽 + 2 𝛼 𝑦 − −
𝑧2 𝑧3
Dans laquelle z = x + i y,  et  sont des constantes réelles données, et a une longeur donnée.
1. Montrer que le fluide est incompressible. Que peut-on dire du vecteur tourbillon?
2. Montrer que le cercle C de centre O et de rayon a est une ligne de courant de l'écoulement. Calculer la
circulation le long de C.
3. Les forces de volume sont négligées par rapport aux autres efforts extérieurs. Calculer la pression du fluide en
un point quelconque de C. On suppose que l'écoulement s’effectue autour du cercle z <= a matérialisé.
Calculer la résultante des efforts exercés par le fluide sur le cercle.

Exercice III – 13 : Superposition de deux écoulements


Soit les deux écoulements plans définis par les potentiels de vitesse suivants :
𝑎) ∅1 = − 𝑈 𝑥 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝑈 = 1 [𝑚/𝑠]
𝑞
𝑏) ∅2 = − 𝑙𝑛√𝑥 2 + 𝑦 2 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝑞 = 20 𝜋 [𝑚3 /𝑠/𝑚𝑙]
2𝜋
(i) Trouver les fonctions de courant correspondantes 𝝍1 et 𝝍2.
(ii) Donner la fonction de courant Φs, obtenue par superposition des deux écoulements.
(iii) Pour ce dernier écoulement, déterminer les coordonnées du point A où les composantes de la vitesse sont nulles.
Trouver l’expression pour la ligne de courant ψs = 0.

Exercice III – 14 : Ecoulement à travers un filtre


La coupe d’un filtre jusqu’a son axe de symétrie et le réseau à mailles
carrées des lignes,  et , sont dessinés sur la figure ci-contre. La
largeur du filtre perpendiculairement au plan du dessin est de 1 [m].
Déterminer :
(i) le débit au travers du filtre entier ;
(ii) la répartition des pressions le long de l’équipotentielle AB ;
(iii) la pression maximum sur le bord du filtre.
hA = 0.8 [m] ; hC = 0.5 [m] ; hD = 0.25 [m] ; hE = 0.13 [m]

Exercice III – 15 : Ecoulement à travers la digue d’un barrage


L’écoulement bidimensionnel au travers d’une digue en terre de coefficient de perméabilité k = 10 -5 [m/s] est représenté
par des lignes équipotentielles et des lignes de courant formant un réseau à mailles carrées (voir figure ci-dessous). La
hauteur d’eau en amont de la digue est H = 45 [m].
(i) Quel est le débit d’infiltration évacué par le drain aval par mètre courant de largeur de la digue ?
(ii) Quelle est la vitesse moyenne de l’écoulement le long de la ligne de saturation (de A à D)

Points A B C D
s [m] 5 4.5 4.0
(iii) la pression aux points E, F, G, H et I en négligeant la vitesse. On sait que: z E = 30.0 [m] , zF = 21.5 [m] et zG =
37.0 [m]
A force de sacrifier l'essentiel à l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel. Page 42
Exercice III – 16 : Le barrage en béton de la figure ci-dessous repose sur une couche de sable non cohésif dont le
coefficient de perméabilité est k = 2.10-3 [cm/s]. Le réseau des lignes,  et , déterminé par la méthode analogique, est
représenté sur la même figure
(i) Déterminer le débit d’infiltration sous le barrage par mètre de largeur et par jour.
(ii) Déterminer la sous-pression aux points a, b et c indiqués sur la figure.
(iii) Evaluer le gradient hydraulique de sortie au contact du pied de sortie aval du barrage. Y’a-t-il risque de
formation de renard ? Justifiez votre réponse.
(iv) En déduire le coefficient de sécurité vis-à-vis du phénomène de renard si la masse volumique du sable saturé
au contact du pied aval est de 21.5 [kg/m3].
(v) Calculer la porosité p (%) du sol à la sortie si la gravité spécifique est de 2,82.

A force de sacrifier l'essentiel à l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel. Page 43
Chapitre IV : Dynamique des fluides parfaits incompressibles
IV – Dynamique des fluides parfaits incompressibles................................................................................................. 45
IV – 1 Equation d’Euler ................................................................................................................................................. 45
IV – 1.1 Equation d’Euler en coordonnées cartésiennes .......................................................................................... 45
IV – 2 Théorème de Bernoulli ....................................................................................................................................... 45
IV – 2.1 Théorème de Bernoulli pour un fluide parfait .............................................................................................. 45
IV – 2.2 Interprétation énergétique du théorème de Bernoulli .................................................................................. 46
IV – 2.3 Généralisation du théorème de Bernoulli (fluide réel) ................................................................................. 47
IV – 3 Applications du théorème de Bernoulli ............................................................................................................... 47
IV – 3.1 Débits des orifices et des déversoirs minces .............................................................................................. 47
IV – 3.1.1 Formule de Torricelli ............................................................................................................................ 47
IV – 3.1.2 Déversoirs rectangulaires à seuil mince .............................................................................................. 48
IV – 3.2 Pression en un point d’arrêt : tube de Pitot ................................................................................................. 48
IV – 3.3 Phénomène de Venturi ............................................................................................................................... 49
IV – 4 Théorème des quantités de mouvement ............................................................................................................ 50
IV – 4.1 Théorème des quantités de mouvement appliqué à un tube de courant .................................................... 50
IV – 5 Applications du théorème des quantités de mouvement .................................................................................... 50
IV – 5.1 Action d’un jet sur une plaque immobile...................................................................................................... 50
IV – 5.2 Pertes de charge dans un élargissement brusque ...................................................................................... 51
IV – 5.3 Poussée sur un coude horizontal ................................................................................................................ 52
IV – 5.4 Phénomène de ressaut hydraulique en écoulement à surface libre............................................................ 52
Références bibliographiques ......................................................................................................................................... 57

Si quelqu'un vous trahit une fois, c'est sa faute, S'il vous trahit deux fois c'est votre faute. Page 44
IV – Dynamique des fluides parfaits incompressibles
Nous étudierons dans ce chapitre, les fluides en mouvement. On s’intéresse aux équations fondamentales qui régissent
la dynamique des fluides incompressibles parfaits et réels, en particulier :
 l’équation de continuité (conservation de la masse) ;
 le théorème de Bernoulli (conservation de l’énergie) ;
 le théorème d’Euler (conservation de la quantité de mouvement) à partir duquel on établit les équations donnant la
force dynamique exercée par les fluides en mouvement (exemple les jets d’eau, l’action de l’eau sur un té etc.).

IV – 1 Equation d’Euler
IV – 1.1 Equation d’Euler en coordonnées cartésiennes
Si on considère un élément parallélépipédique de volume dv = dx dy dz, on constate que la résultante des forces
extérieures par unité de masse s’exerçant sur cet élément soumis uniquement à l’action du champ gravitationnel,
s’exprime comme suit :
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐹 ⃗ − ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑒𝑥𝑡 = (𝜌 𝑔 𝑔𝑟𝑎𝑑 𝑃) 𝑑𝑥 𝑑𝑦 𝑑𝑧

En appliquant le principe fondamental de la dynamique à l’élément de masse dm, on obtient :


𝑑(𝑑𝑚 𝑉⃗⃗) ⃗⃗
𝑑𝑉
= 𝑑𝑚 = ∑ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐹𝑒𝑥𝑡
𝑑𝑡 𝑑𝑡
⃗⃗
𝑑𝑉 ⃗⃗
𝑑𝑉
𝑑𝑚 = (𝜌 𝑔⃗ − ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑔𝑟𝑎𝑑 𝑃) 𝑑𝑥 𝑑𝑦 𝑑𝑧 → 𝜌 𝑑𝑥 𝑑𝑦 𝑑𝑧 = (𝜌 𝑔⃗ − ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑔𝑟𝑎𝑑 𝑃) 𝑑𝑥 𝑑𝑦 𝑑𝑧
𝑑𝑡 𝑑𝑡
⃗⃗
𝒅𝑽
𝝆 ⃗⃗⃗ − ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
= 𝝆𝒈 𝒈𝒓𝒂𝒅 𝑷
𝒅𝒕
Cette équation gouvernant le champ des vitesses d’un fluide en mouvement s’appelle équation d’Euler (Leonhard Euler
(1707 - 1783) mathématicien suisse né à Bâle, et ami Daniel Bernoulli). Elle n’est valable que pour des fluides parfaits,
soumis uniquement à l’action du champ gravitationnel.

Si l’écoulement est tridirectionnelle, alors le vecteur vitesse a trois composantes non nulles V (u, v, w) dans le système
cartésien (x, y, z). Ainsi le vecteur accélération devient :
𝑑𝑉 𝜕𝑉 𝜕𝑉 𝜕𝑥 𝜕𝑉 𝜕𝑦 𝜕𝑉 𝜕𝑧 𝜕𝑉 𝜕𝑉 𝜕𝑉 𝜕𝑉
= + + + = +𝑢 +𝑣 +𝑤
𝑑𝑡 𝜕𝑡 𝜕𝑥 𝜕𝑡 𝜕𝑦 𝜕𝑡 𝜕𝑧 𝜕𝑡 𝜕𝑡 𝜕𝑥 𝜕𝑦 𝜕𝑧
⃗⃗ 𝝏𝑽
𝒅𝑽 ⃗⃗
= ⃗⃗ ∙ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
+ (𝑽 𝒈𝒓𝒂𝒅) ∙ ⃗𝑽⃗
𝒅𝒕 𝝏𝒕
1
On démontre également que : ⃗⃗ ∙ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
(𝑉 𝑔𝑟𝑎𝑑) ∙ 𝑉 ⃗⃗ ∙ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
⃗⃗ = 𝑉 𝑔𝑟𝑎𝑑 (𝑉 ⃗⃗ ) = ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑔𝑟𝑎𝑑 (2 𝑉 2 ) + 𝑟𝑜𝑡 ⃗⃗ )  𝑉
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ (𝑉 ⃗⃗
Alors l’équation d’Euler devient :
⃗⃗
𝝏𝑽 𝟏 𝟏
( + ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗⃗)  𝑽
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ (𝑽
𝒈𝒓𝒂𝒅 ( 𝑽𝟐 ) + 𝒓𝒐𝒕 ⃗⃗⃗ − ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
⃗⃗) = 𝒈 𝒈𝒓𝒂𝒅 𝑷
𝝏𝒕 𝟐 𝝆

IV – 2 Théorème de Bernoulli
IV – 2.1 Théorème de Bernoulli pour un fluide parfait
Considérons l’écoulement permanent (𝜕𝑉/𝜕𝑡 = 0) d’un fluide parfait (frottement négligeable), incompressible ( =
constante) soumis uniquement à l’action d’un champ gravitationnel 𝑔⃗ (gravité est la seule force extérieure). Dans ces
conditions l’équation d’Euler s’écrit :

Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas. C'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles. Page 45
𝑉2 𝑃
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑔𝑟𝑎𝑑 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ (𝑉
+ 𝑟𝑜𝑡 ⃗⃗ = 𝑔⃗ − ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
⃗⃗)  𝑉 𝑔𝑟𝑎𝑑
2 𝜌
𝑢𝑧 = − ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
Supposons que le référentiel d’ʹétude soit choisi de telle façon que : 𝑔⃗ = −𝑔 ⃗⃗⃗⃗⃗ 𝑔𝑟𝑎𝑑 𝑔 𝑧
Il s’ensuit donc que l’équation d’Euler devient :
𝑉2 𝑃 𝑉2 𝑃
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑔𝑟𝑎𝑑 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ (𝑉
+ 𝑟𝑜𝑡 ⃗⃗ = − ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
⃗⃗)  𝑉 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑔𝑟𝑎𝑑 𝑔 𝑧 − 𝑔𝑟𝑎𝑑 ⃗⃗  𝑟𝑜𝑡
→𝑉 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ( + 𝑔 𝑧 + )
⃗⃗) = 𝑔𝑟𝑎𝑑
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ (𝑉
2 𝜌 2 𝜌

Effectuons le produit scalaire de cette expression vectorielle par le déplacement élémentaire 𝑑𝑂𝑀 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ = 𝑉
⃗⃗ 𝑑𝑡 de la
particule M le long de sa trajectoire, ou de la ligne de courant à laquelle elle est rattachée (en RP, les réseaux respectifs
des trajectoires et des lignes de courant sont confondus) :
𝑉2 𝑃
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ∙ (𝑉
𝑑𝑂𝑀 ⃗⃗  𝑟𝑜𝑡 ⃗⃗)) = 𝑉
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ (𝑉 ⃗⃗ ∙ (𝑉
⃗⃗  𝑟𝑜𝑡 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ (
⃗⃗)) 𝑑𝑡 = 𝑔𝑟𝑎𝑑
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ (𝑉 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
+ 𝑔 𝑧 + ) 𝑑𝑂𝑀
2 𝜌

D’après les propriétés du produit vectoriel, on peut constater que :

⃗⃗  (𝑉
𝑉 ⃗⃗  𝑟𝑜𝑡 ⃗⃗)) ⇒ 𝑉
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ (𝑉 ⃗⃗ ∙ (𝑉
⃗⃗  𝑟𝑜𝑡 ⃗⃗)) = 0
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ (𝑉
L’équation d’Euler devient désormais :
𝑽𝟐 𝑷 𝑽𝟐 𝑷
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ( + 𝒈 𝒛 + ) 𝒅𝑶𝑴
𝒈𝒓𝒂𝒅 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ = 𝟎 ⇒ 𝒅 ( + 𝒈 𝒛 + ) = 𝟎 𝑙𝑒 𝑙𝑜𝑛𝑔 𝑑 ′ 𝑢𝑛𝑒 𝑙𝑖𝑔𝑛𝑒 𝑑𝑒 𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡
𝟐 𝝆 𝟐 𝝆

L’ensemble de ces développements nous conduit naturellement à énoncer le théorème de Bernoulli (Daniel Bernoulli
(1700 – 1782) mathématicien et physicien né à Groningue (Pays-Bas)) : Pour l’écoulement permanent d’un fluide parfait,
incompressible soumis uniquement à l’action de la force de pesanteur 𝑔⃗, on peut affirmer que la quantité :
𝑷 𝑽𝟐
+ 𝒈𝒛+ 𝑒𝑠𝑡 𝑢𝑛𝑒 𝑐𝑜𝑛𝑠𝑡𝑎𝑛𝑡𝑒 𝑙𝑒 𝑙𝑜𝑛𝑔 𝑑′ 𝑢𝑛𝑒 𝑙𝑖𝑔𝑛𝑒 𝑑𝑒 𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡
𝝆 𝟐
Pour un écoulement permanent, irrotationnel d’un fluide parfait, incompressible soumis uniquement à l’action de la force
de pesanteur g, l’équation d’Euler s’écrira :
𝑽𝟐 𝑷
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝒈𝒓𝒂𝒅 ( + 𝒈 𝒛 + ) = ⃗𝟎⃗ 𝒄𝒂𝒓 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝒓𝒐𝒕 (𝑽 ⃗⃗) = ⃗𝟎⃗
𝟐 𝝆
𝑃 𝑉2
Ce qui nous permet de conclure dans ce cas que la quantité 𝜌 + 𝑔 𝑧 + 2
est constante en tout point de l’écoulement
et non plus seulement sur les lignes de courant uniquement.

IV – 2.2 Interprétation énergétique du théorème de Bernoulli


Pour l’écoulement permanent d’un fluide parfait, incompressible, soumis
uniquement à l’action de la gravité, on vient de prouver que la quantité
𝑷 𝑽𝟐
𝐻= + 𝒛+ appelée charge hydraulique est constante le long
𝝆𝒈 𝟐𝒈
d’une ligne de courant.

En réalité, cette propriété ne fait qu’exprimer la conservation de l’énergie


mécanique d’une particule le long de sa trajectoire. Ce résultat était tout à
fait prévisible du fait qu’il est parfaitement cohérant avec l’hypothèse du
fluide parfait. En effet, le fluide parfait étant caractérisé par une viscosité
nulle, si bien qu’il ne dissipe aucun frottement susceptible de mettre en défaut la conservation de l’énergie mécanique. Il
est possible de donner une interprétation énergétique à chacun des trois termes figurant dans l’expression de la charge
hydraulique, en effet :
Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas. C'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles. Page 46
- Le terme z désigne l’énergie de position ou hauteur géométrique.
𝑃
- Le terme 𝜌 𝑔 désigne l’énergie potentielle de pression ou hauteur de piézométrique.

𝑽𝟐
- Le terme désigne l’énergie cinétique ou hauteur cinétique.
𝟐𝒈

IV – 2.3 Généralisation du théorème de Bernoulli (fluide réel)


Hypothèses :
- Ecoulement non permanent ;
- La gravité est la seule force extérieure ;
- Existence des forces de frottement (fluide réel) ;
- Existence d’échange de chaleur avec l’extérieur (pompe
et/ou turbine) ;
- Fluide incompressible ( = cste).

L’application du théorème de Bernoulli donne :


𝑷𝟏 𝑽𝟐𝟏 𝑷𝟐 𝑽𝟐𝟐 𝟏 𝟐
𝝏𝑽
+ 𝒛𝟏 + + 𝑯𝑷 = 𝑯𝑻 + ∆𝑯𝟏−𝟐 + + 𝒛𝟐 + + ∫ 𝒅𝒔
𝝆𝒈 𝟐𝒈 𝝆𝒈 𝟐𝒈 𝒈 𝟏 𝝏𝒕

- HP énergie par unité de poids fournie par la pompe ;


- HT énergie par unité de poids extraite par la turbine ;
- H1-2 (> 0) représente les pertes de charge entre 1 et 2 ;
- Le terme intégral représente le travail des forces d’inertie par unité de poids entre 1 et 2

IV – 3 Applications du théorème de Bernoulli


IV – 3.1 Débits des orifices et des déversoirs minces
Un orifice est une ouverture de forme quelconque réalisée dans la paroi d’un réservoir. Si cet orifice est prolongé par un
court tuyau on parle d’ajustage. Si ce tuyau guide l’écoulement de manière appropriée en suivant les lignes de courant,
on parle de tuyère.

On appelle déversoir ou seuil frontal un obstacle vertical qui fait barrage à l’écoulement à surface libre (contact avec
l’atmosphère).

IV – 3.1.1 Formule de Torricelli


Considérons un réservoir de grand volume (VA = 0) dans lequel le niveau de la
surface libre est à une hauteur h au-dessus de l’orifice de diamètre d, très petit
devant h.
L’expérience réalisée par Evangelista Torricelli (élève et disciple de Galilée 1608 –
1647
distribution est régulière.
En appliquant le théorème de Bernoulli entre A et M, on a :
𝑃𝐴 𝑉𝐴2 𝑃𝑀 𝑉𝑀2
+ 𝑧𝐴 + = + 𝑧𝑀 +
𝜌𝑔 2𝑔 𝜌𝑔 2𝑔
Les points A et M étant en contact avec l’atmosphère, alors PA = PM = Patm.
De plus, le réservoir étant large VA = 0 et zA – zM = h, l’équation ci-dessus devient :
𝑉𝑀2 = 2 𝑔 (𝑧𝐴 − 𝑧𝑀 ) ⇒ 𝑽𝑴 = √𝟐 𝒈 𝒉
Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas. C'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles. Page 47
𝐿𝑒 𝑑é𝑏𝑖𝑡 𝑠𝑜𝑟𝑡𝑎𝑛𝑡 𝑑𝑒 𝑙 ′ 𝑜𝑟𝑖𝑓𝑖𝑐𝑒 𝑒𝑠𝑡 ∶ ⇒ 𝑸 = 𝝈 √𝟐 𝒈 𝒉
Avec  = Cs x S où Cs est le coefficient de contraction et S =  d²/4.
Le fluide n’étant pas parfait, il existe une légère perte de charge entre A et M qu’on peut mettre sous la forme :
𝑉𝑀2
∆𝐻 = 𝐾 𝑜ù 𝐾 𝑒𝑠𝑡 𝑢𝑛 𝑐𝑜𝑒𝑓𝑓𝑖𝑐𝑖𝑒𝑛𝑡 𝑝𝑒𝑡𝑖𝑡 𝑑𝑒𝑣𝑎𝑛𝑡 𝑙 ′ 𝑢𝑛𝑖𝑡é.
2𝑔

𝟐𝒈𝒉 𝟏
𝑽𝑴 = √ = 𝑪𝑽 √𝟐 𝒈 𝒉 𝒂𝒗𝒆𝒄 𝑪𝑽 = √
𝟏+𝑲 𝟏+𝑲

𝟐𝒈𝒉
𝐿𝑒 𝑑é𝑏𝑖𝑡 𝑑𝑒𝑣𝑖𝑒𝑛𝑡 𝑸 = 𝝈 𝑽𝑴 = 𝝈√ = 𝑪𝑽 𝑪𝑺 𝑺 √𝟐 𝒈 𝒉 𝒂𝒗𝒆𝒄 𝑪𝒒 = 𝑪𝑽 𝑪𝑺
𝟏+𝑲
Cq est le coefficient de débit qui tient compte de la contraction du jet, des pertes de charge et du fait que h est une
profondeur moyenne du jet. Le coefficient Cq est voisin de 0,6. On peut trouver des valeurs plus précises dans les
tables pour différents types d’orifices.

IV – 3.1.2 Déversoirs rectangulaires à seuil mince


On parle de déversoir à seuil mince si l’épaisseur e de la crête (partie du seuil qui
touche l’eau) est faible par rapport à la hauteur d’eau h (h > 2 e).

En appliquant le théorème de Bernoulli entre A et M, on obtient la vitesse de la


particule M :

𝑽𝑴 = √𝟐 𝒈 𝒚

Le débit Q est obtenu par intégration de ces vitesses :


𝒉
𝟐
𝑸 = ∫ 𝒍 √𝟐 𝒈 𝒚 𝒅𝒚 = 𝒍 √𝟐 𝒈 𝒉𝟑/𝟐 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑢𝑛 𝑑é𝑣𝑒𝑟𝑠𝑜𝑖𝑟 𝑟𝑒𝑐𝑡𝑎𝑛𝑔𝑢𝑙𝑎𝑖𝑟𝑒.
𝟎 𝟑

En réalité on ne doit pas intégrer de 0 à h car la nappe s’abaisse avant le déversoir. D’autre part on a supposé dans
l’équation de la vitesse en M obtenue à partir de la relation de Bernoulli que VA = 0 ; ce qui n’est pas toujours le cas.
Enfin on a supposé que la pression en M et sur toute la verticale est égale à la pression atmosphérique ; ce qui est
contestable à cause de la courbure des lignes de courant et de la hauteur y non négligeable dans certains cas.
Pour toutes ces raisons, le coefficient 2/3 de la formule de débit n’a pas de sens, on écrit plutôt :

𝑸 = 𝝁 𝒍 √𝟐 𝒈 𝒉𝟑/𝟐

 est un coefficient tenant compte des caractéristiques du déversoir et peut varier entre [0.3 ; 0.6].

IV – 3.2 Pression en un point d’arrêt : tube de Pitot


Si un obstacle est interposé dans l'écoulement du fluide, il existe une ligne de courant V
2

2g
qui s'arrête le long de cet obstacle. Le point où s'arrête la ligne de courant est appelé
point d'arrêt. La vitesse y est nulle. En appliquant le théorème de Bernoulli le long de la
*
PA
ligne de courant AB, on a : g
P *B
𝑃𝐵 𝑉2 𝑃𝐴 𝑷∗𝑨 𝑷∗𝑩 𝑽𝟐 g
+ 𝑧𝐵 + = + 𝑧𝐴 ⇒ = + A
𝜌𝑔 2𝑔 𝜌𝑔 𝝆𝒈 𝝆𝒈 𝟐𝒈
ura nt
de c o
Cette remarque a été appliquée dans la réalisation du tube de Pitot (Henri Pitot, V B ligne

ingénieur français, 1695 – 1771) qui permet de mesurer les vitesses. L'appareil
P la n de réfé rence
comporte une portion allongée que l'on oriente parallèlement à l'écoulement. A

Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas. C'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles. Page 48
l'extrémité de celle-ci se trouve une prise de pression totale (A est un
point d'arrêt). Le long de cette partie se trouve également une prise de
pression statique (S). Les deux prises sont reliées à deux tubes
piézométriques ou à un manomètre différentiel.
2
La différence de lecture H représente le terme V d'où : V =
2g
2gH
IV – 3.3 Phénomène de Venturi
La relation de Bernoulli montre que les régions de grande vitesse sont des régions de basse pression et
réciproquement. C'est ce que met en évidence le phénomène de Venturi.
Le tube de Venturi (Giovanni Battista Venturi (1746 – 1822)
Professeur de Physique de l’université de Pavie) permet de
mesurer le débit dans une conduite la différence de pression en A
et B (dépression provoquée par un rétrécissement de la section).
On note SA et SB les sections du tube au niveau des points A
(zone 1) et B (zone 2 d’étranglement), VA et VB les vitesses
respectives du fluide.
La relation de Bernoulli sur la ligne de courant liant les points A et B (ZA = ZB) donne :
𝑃𝐴 𝑉𝐴2 𝑃𝐵 𝑉𝐵2
+ 𝑧𝐴 + = + 𝑧𝐵 +
𝜌𝑔 2𝑔 𝜌𝑔 2𝑔
𝜌 2 2
𝑃𝐴 − 𝑃𝐵 = (𝑉𝐵 − 𝑉𝐴 )
2
L’écoulement étant permanent et conservatif, l’équation de continuité permet d’écrire :
𝑸 𝑸
𝑆𝐴 × 𝑉𝐴 = 𝑄 = 𝑆𝐵 × 𝑉𝐵 𝑑𝑜𝑛𝑐 𝑽𝑨 = 𝑒𝑡 𝑽𝑩 =
𝑺𝑨 𝑺𝑩
𝜌 𝑄2 1 1
𝑃𝐴 − 𝑃𝐵 =
( 2 − 2)
2 𝑆𝐵 𝑆𝐴
Le liquide de masse volumique 0 du manomètre étant immobile, la relation fondamentale de l’hydrostatique nous
permet d’écrire que :

𝐸𝑛𝑡𝑟𝑒 𝐴 𝑒𝑡 𝐶 ∶ 𝑷𝑨 = 𝑷𝑪 + 𝝆 𝒈 𝒛 ; 𝐸𝑛𝑡𝑟𝑒 𝐵 𝑒𝑡 𝐷 ∶ 𝑷𝑩 = 𝑷𝑫 + 𝝆 𝒈 (𝒛 + 𝒉) ;
𝐸𝑛𝑡𝑟𝑒 𝐶 𝑒𝑡 𝐷 ∶ 𝑷𝑪 = 𝑷𝑫 + 𝝆𝟎 𝒈 𝒉 ; ⇒ 𝑷𝑨 − 𝑷𝑩 = 𝑃𝐶 − 𝑃𝐷 − 𝜌 𝑔 ℎ = 𝒈 𝒉 (𝝆𝟎 − 𝝆)
𝜌 𝑄2 1 1 2 𝑔 ℎ (𝜌0 − 𝜌) 𝑄 2 (𝑆𝐴2 − 𝑆𝐵2 )
𝑔 ℎ (𝜌0 − 𝜌) = ( 2 − 2) ⇒ =
2 𝑆𝐵 𝑆𝐴 𝜌 𝑆𝐴2 𝑆𝐵2

𝟐 𝒈 𝒉 (𝝆𝟎 − 𝝆)
𝑸 = 𝑺𝑨 × 𝑺𝑩 √
𝝆 × (𝑺𝟐𝑨 − 𝑺𝟐𝑩 )
En fait, le fluide n’est pas parfait, la vitesse n’est pas uniforme dans une section donnée et on doit introduire donc un
coefficient C pour corriger la formule du débit :
𝑺𝑨 × 𝑺𝑩 𝟐 𝒈 𝒉 (𝝆𝟎 − 𝝆)
𝑸=𝑪 √
𝝆
√𝑺𝟐𝑨 − 𝑺𝟐𝑩

Le Venturi présente l’avantage d’avoir une bonne précision et d’introduire une perte de charge relativement faible. Si
c’est le même liquide de la conduite qui se retrouve dans le manomètre, la relation devient :
𝑺𝑨 × 𝑺𝑩 √𝟐 𝒈 𝒉
𝑸=𝑪
√𝑺𝟐𝑨 − 𝑺𝟐𝑩
Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas. C'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles. Page 49
IV – 4 Théorème des quantités de mouvement
IV – 4.1 Théorème des quantités de mouvement appliqué à un tube de courant
Ce théorème, également appelé théorème d'Euler présente l'avantage de s'appliquer à des volumes fluides de
dimensions finies sans qu'il soit nécessaire de connaître les champs de vitesse et de contrainte à l'intérieur du domaine.

On appelle impulsion ou quantité de mouvement d'une masse ponctuelle m, le produit m de sa masse par sa vitesse :
𝑚𝑉⃗⃗ . Le principe fondamental de la dynamique s'écrit :

𝑑 (𝑚 𝑉⃗⃗ )
𝑚 𝛾⃗ =
𝑑𝑡
La résultante des forces extérieures est donc égale à la dérivée par rapport au temps de l'impulsion.

On applique alors ce principe à un tube de courant dans un écoulement permanent d'un fluide incompressible :
B
(∑ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗ ⃗⃗ ) = (𝑚 𝑉
𝐹𝑒𝑥𝑡 ) 𝑑𝑡 = 𝑑 (𝑚 𝑉 ⃗⃗)
𝑠𝑜𝑟𝑡𝑎𝑛𝑡
⃗⃗)
− (𝑚 𝑉 𝑒𝑛𝑡𝑟𝑎𝑛𝑡
P1 B'

= 𝜌 𝑆2 𝑉2 𝑑𝑡 ⃗⃗⃗⃗
𝑉2 − 𝜌 𝑆1 𝑉1 𝑑𝑡 ⃗⃗⃗⃗
𝑉1
V1
A
A' C
∑ ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝑭𝒆𝒙𝒕 = 𝝆 𝑺𝟐 𝑽𝟐 ⃗⃗⃗⃗⃗
𝑽𝟐 − 𝝆 𝑺𝟏 𝑽𝟏 ⃗⃗⃗⃗⃗
𝑽𝟏 C'

P2
 Fext représente la résultante des forces extérieures qui sont :
D
- les forces de pression (forces de surface) sur les parois et sur les bases V2
D'
du tube ;
- les forces de volume telles que la pesanteur, les forces d’inertie ;
- les forces de parois (forces de réaction) exercées sur le fluide par les surfaces solides.

IV – 5 Applications du théorème des quantités de mouvement


IV – 5.1 Action d’un jet sur une plaque immobile
Soit une plaque plane immobile inclinée d’un angle  par rapport à un jet
d’eau dans laquelle la vitesse est supposée uniforme. Les lignes de
courant étant parallèles dans les sections 0, 1 et 2, nous pouvons en
déduire que la pression y est constante et égale à la pression
atmosphérique.
Ecrivons dans un premier temps l’équation de continuité :
𝑺𝟎 𝒖 = 𝑺𝟏 𝒖𝟏 + 𝑺𝟐 𝒖𝟐
Ecrivons l’équation de Bernoulli valable pour tout l’écoulement.
𝑷𝟎 𝒖𝟐 𝑷𝟏 𝒖𝟐𝟏 𝑷𝟐 𝒖𝟐𝟐
+ = + = +
𝝆𝒈 𝟐𝒈 𝝆𝒈 𝟐𝒈 𝝆𝒈 𝟐𝒈

Puisque la pression p ne varie pas dans les sections droites du jet, on a p2 = p1 = p0. Les deux premières équations
permettent alors d'écrire :
𝒖𝟏 = 𝒖𝟐 = 𝒖 𝒆𝒕 𝑺𝟎 = 𝑺𝟏 + 𝑺𝟐
Appliquons maintenant le théorème d'Euler à la portion de fluide entourée par les sections 0, 1 2, P, et la surface
latérale du jet ’.
𝜌 𝑆1 𝑢1 ⃗⃗⃗⃗⃗
𝑢1 + 𝜌 𝑆2 𝑢2 ⃗⃗⃗⃗⃗
𝑢2 − 𝜌 𝑆0 𝑢0 𝑢 ⃗⃗⃗⃗1 + 𝐹
⃗⃗⃗⃗⃗0 = 𝐹 ⃗⃗⃗⃗⃗2 + 𝑚 𝑔⃗ + 𝑅⃗⃗

Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas. C'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles. Page 50
Puisqu'il n'y a pas de frottement entre la plaque et le jet, la résultante R est perpendiculaire à la plaque, c'est-à-dire
portée par le vecteur y1. La composante de R suivant y2 est donc nulle. Projetons alors dans le repère (A, y1, y2)
l’équation ci-dessus. On obtient :
Projection sur l’axe (A, y1) :

−𝝆 𝑺𝟎 𝒖𝟐𝟎 𝒄𝒐𝒔 𝜶 = 𝑹
Projection sur l’axe (A, y2) :
𝜌 𝑆2 𝑢22 − 𝜌 𝑆1 𝑢12 − 𝜌 𝑆0 𝑢02 sin 𝛼 = 0 ⇒ 𝑆2 − 𝑆1 = 𝑆0 sin 𝛼
La résolution du système donne :
𝑆1 + 𝑆2 = 𝑆0 𝑆0 𝑆0
{ ⇒ 𝑆1 = (1 − sin 𝛼) 𝑆2 = (1 + sin 𝛼)
𝑆2 − 𝑆1 = 𝑆0 𝑠𝑖𝑛 𝛼 2 2
Appliquons maintenant l'équation du moment dynamique à la plaque au point O. Elle est soumise respectivement à :
- son poids :
- l’action du jet sur la plaque : - R = 𝜌 𝑆0 𝑢02 𝑐𝑜𝑠 𝛼
- l'action de la liaison pivot en O de moment nul en ce point
ℎ 𝑎 𝜋 𝑎
𝜌 𝑆0 𝑢02 𝑐𝑜𝑠 𝛼 𝜋 = 𝑚 𝑔 𝑐𝑜𝑠 ( − 𝛼) ⇒ 𝜌 𝑆0 𝑢02 ℎ = 𝑚 𝑔 sin 𝛼
𝑠𝑖𝑛 (2 − 𝛼) 2 2 2

𝟐 𝝆 𝑺𝟎 𝒖𝟐𝟎 𝒉 −𝟏
𝟐 𝝆 𝑺𝟎 𝒖𝟐𝟎 𝒉
𝒔𝒊𝒏 𝜶 = ⇒ 𝜶 = 𝐬𝐢𝐧 ( )
𝒎𝒈𝒂 𝒎𝒈𝒂

IV – 5.2 Pertes de charge dans un élargissement brusque


Soit une conduite cylindrique de section s débouchant dans une autre B C
conduite de section S. A la sortie de la section s, il se forme un jet qui ne
A D P2
recolle pas immédiatement aux parois de la section élargie. Il se forme d P1
s V1
alors une zone morte où on observe un mouvement tourbillonnaire A' S V2
intense. Entre la section s et la section S, distance d'environ 20 D, on
B' C'
observe une perte de charge H que l'on va essayer de calculer en
admettant que les forces de frottement sur BC et B’C’ sont négligeables et la pression étoilée P* est constante sur BB’.
𝑃1∗ 𝑉12 𝑃2∗ 𝑉22 𝑉12 − 𝑉22 𝑃1 − 𝑃2
∆𝐻 = ( + )−( + )= + 𝑐𝑎𝑟 𝑧1 = 𝑧2
𝜌𝑔 2𝑔 𝜌𝑔 2𝑔 2𝑔 𝜌𝑔

L'action de la paroi sur le fluide est obtenue par application du théorème d'Euler au volume ABC C'B'A'.
𝜌 𝑄 (𝑉2 − 𝑉1 ) = 𝑃1 𝑠 − 𝑃2 𝑆 + 𝑅

R est l'action de la paroi sur le fluide, mais si on admet que P* est constant suivant BAA'B', on sait alors que :
𝑃1 𝑠 − 𝑃2 𝑆 + 𝑃1 (𝑆 − 𝑠) 𝑆 (𝑃1 − 𝑃2 )
𝑅 = 𝑃1 (𝑆 − 𝑠) 𝑎𝑙𝑜𝑟𝑠 𝑆 𝑉22 − 𝑠 𝑉12 = =
𝜌 𝜌
(𝑃1 − 𝑃2 ) 𝑠 2 (𝑃1 − 𝑃2 ) 𝑉22 − 𝑉1 𝑉2
𝐷𝑒 𝑝𝑙𝑢𝑠 𝑠 𝑉1 = 𝑆 𝑉2 𝑎𝑙𝑜𝑟𝑠 = 𝑉22 − 𝑉 ⇒ =
𝜌 𝑆 1 𝜌𝑔 𝑔

𝑉12 − 𝑉22 𝑉22 − 𝑉1 𝑉2 𝑉12 − 𝑉22 + 2 𝑉22 − 2 𝑉1 𝑉2


∆𝐻 = + ⇒ ∆𝐻 =
2𝑔 𝑔 2𝑔
𝟐 𝟐
(𝑽𝟏 − 𝑽𝟐 )𝟐 𝑽𝟐𝟐 𝑫𝟐 𝟐 𝑽𝟐𝟏 𝑫𝟏 𝟐
∆𝑯 = = [( ) − 𝟏] = [𝟏 − ( ) ]
𝟐𝒈 𝟐 𝒈 𝑫𝟏 𝟐𝒈 𝑫𝟐

Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas. C'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles. Page 51
IV – 5.3 Poussée sur un coude horizontal
Soit un coude de conduite horizontale compris entre deux sections S1 et S2 identiques ; nous appliquons à cet élément
le théorème d’Euler (théorème des quantités de mouvement).
Par raison de symétrie R est orientée sur la bissectrice de l'angle du coude.
La projection des forces sur l'axe (Oy) donne : S1

P1
F1y = 0 : force de pression sur S1, QV 1  S2

F2y = - P2 S2 sin  pression sur S2,


P2
 Q ⃗⃗⃗⃗
𝑉1 = 0 : quantité de mouvement à travers S1, /2
R
QV 2

 Q ⃗⃗⃗⃗
𝑉2 = + Q V2 sin  quantité de mouvement à travers S2
𝑅⃗⃗ = + R cos ( : action des parois sur le fluide. y

𝛼
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
∑𝐹 ⃗⃗⃗⃗ ⃗⃗⃗⃗ 2
𝑒𝑥𝑡 = 𝜌 𝑆 𝑉2 𝑉2 − 𝜌 𝑆 𝑉1 𝑉1 ⇒ 𝜌 𝑆 𝑉 sin 𝛼 = − 𝑃2 𝑆 sin 𝛼 + 𝑅 cos
2
𝛼 𝜶
𝑅 cos = 𝜌 𝑆 𝑉 2 sin 𝛼 + 𝑃 𝑆 sin 𝛼 ⇒ 𝑹 = 𝟐 𝑺 (𝑷 + 𝝆 𝑽𝟐 ) 𝒔𝒊𝒏
2 𝟐

IV – 5.4 Phénomène de ressaut hydraulique en écoulement à surface libre


Sans entrer dans la théorie du ressaut qui sera abordée dans le cours d’hydraulique à surface libre, nous pouvons le
définir comme une brusque surélévation sur une courte distance de la surface libre qui occupe une position fixe dans le
canal.
Avant le ressaut, l’écoulement est parallèle et a une profondeur y1 ; après le
ressaut, il redevient parallèle avec une profondeur y2 plus grande que y1. Entre
ces deux sections, il se forme des tourbillons avec une grande perte de charge.

Pour trouver la relation entre les deux profondeurs y1 et y2, il faut appliquer le
théorème des quantités de mouvement dont la projection sur l’axe x du canal donne :
⃗⃗⃗⃗2 − ⃗⃗⃗⃗
𝜌 𝑄 (𝑉 𝑉1 ) = ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐹𝑃1 + ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐹𝑃2 + 𝑀 𝑔⃗ + ⃗⃗⃗⃗
𝐹𝑓 + ⃗⃗⃗⃗
𝐹𝑎
En projetant chacune des termes de l’équation suivant l’axe (OX) d’un canal on a :
𝑄2 𝑄2
 ⃗⃗⃗⃗2 − ⃗⃗⃗⃗
𝜌 𝑄 (𝑉 𝑉1 ) = 𝜌 𝑄 (𝑉2 − 𝑉1 ) = 𝜌 − 𝜌
𝑆2 𝑆1

 ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐹𝑃1 + ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐹𝑃2 = 𝜌 𝑔 𝑆1 𝑦𝐺1 − 𝜌 𝑔 𝑆2 𝑦𝐺2
 𝑀 𝑔⃗ = 𝑀 𝑔 sin 𝜃 = 𝑀 𝑔 𝜃 ; 𝑛é𝑔𝑙𝑖𝑔𝑒𝑎𝑏𝑙𝑒 𝑑𝑒𝑣𝑎𝑛𝑡 𝑙𝑒𝑠 𝑓𝑜𝑟𝑐𝑒𝑠 𝑑𝑒 𝑝𝑟𝑒𝑠𝑠𝑖𝑜𝑛 𝑜𝑢 𝑛𝑢𝑙𝑙𝑒.

 ⃗⃗⃗⃗ ⃗⃗⃗⃗
𝐹𝑓 + 𝐹 𝑎 ∶ 𝑛é𝑔𝑙𝑖𝑔𝑒𝑎𝑏𝑙𝑒 𝑒𝑛 𝑟𝑎𝑖𝑠𝑜𝑛 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑐𝑜𝑢𝑟𝑡𝑒 𝑑𝑖𝑠𝑡𝑎𝑛𝑐𝑒.

L’équation devient alors :


𝑄2 𝑄2
𝜌 − 𝜌 = 𝜌 𝑔 𝑆1 𝑦𝐺1 − 𝜌 𝑔 𝑆2 𝑦𝐺2
𝑆2 𝑆1

𝑸𝟐 𝑸𝟐
+ 𝒈 𝑺𝟏 𝒚𝑮𝟏 = + 𝒈 𝑺𝟐 𝒚𝑮𝟐
𝑺𝟏 𝑺𝟐

Pour un canal rectangulaire on a : S = b x y ; yG = y/2.


𝒒𝟐 𝒚𝟐𝟏 𝒒𝟐 𝒚𝟐𝟐 𝑸
+ = + 𝒂𝒗𝒆𝒄 𝒒 =
𝒈 𝒚𝟏 𝟐 𝒈 𝒚𝟐 𝟐 𝒃

Pour un débit donné si l’on connaît y1, on peut alors calculer y2 par la relation ci-dessus et vice et versa.
Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas. C'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles. Page 52
Exercices résolus
Exercice IV – 1 : Le réservoir représenté ci-contre, ouvert à l’air libre, a
une section carrée SA de côté CA = 3 m. Il est muni, à sa base, d’un orifice
de vidange de section SB et de diamètre B = 20 [mm]. Le réservoir est
plein jusqu’à une hauteur H = (ZA – ZB) = 4 m de pétrole, liquide considéré
comme fluide parfait, de masse volumique = 800 [kg/m3].
On donne Patm = 1 bar et g = 9.81 [m/s2]. On note  = (SB/SA)

Partie 1 : L’orifice est fermé par un bouchon.


1) Déterminer la pression PB au point B.
2) En déduire la valeur de la force de pression FB qui s’exerce sur le bouchon.

Partie 2 : L’orifice est ouvert.


On procède à la vidange du réservoir.
Le pétrole s’écoule du réservoir. Sa vitesse moyenne d’écoulement au point A est notée VA, et sa vitesse d’écoulement
au niveau de l’orifice est notée VB.
1) Ecrire l’équation de continuité. En déduire VA en fonction de VB et α.
2) En appliquant le théorème de Bernoulli entre A et B, établir l’expression littérale de la vitesse VB en fonction de g, H et
α.
3) Calculer la valeur de . L’hypothèse de considérer un niveau H du fluide varie lentement est-elle vraie ? Justifier votre
réponse.
4) Calculer VB en considérant l’hypothèse que  << 1.
5) Déterminer le débit volumique QV du fluide qui s’écoule à travers l’orifice. (En litre par seconde)
6) Quelle serait la durée T du vidage si ce débit restait constant ?

Eléments de réponse :
Partie 1
Pour les questions 1 et 2 de la partie 1, on appliquera les lois de la statique car le fluide est au repos :
1) 𝑃𝐵 = 𝜌 𝑔 𝐻 = 800 × 9.81 × 4 = 31 392 [𝑃𝑎]

𝐷𝐵2 0.022
2) 𝐹𝐵 = 𝑃𝐵 𝑆𝐵 = 𝑃𝐵 𝜋 = 31 392 𝜋 = 9.86 [𝑁]
4 4
Partie 2
1) Equation de continuité : 𝑆𝐴 𝑉𝐴 = 𝑆𝐵 𝑉𝐵 ⇒ 𝑉𝐴 = 𝛼 𝑉𝐵
2) Equation de Bernoulli
𝑃𝐴 𝑉𝐴2 𝑃𝐵 𝑉𝐵2
+ 𝑧𝐴 + = + 𝑧𝐵 + . 𝑂𝑟 𝑃𝐴 = 𝑃𝐴 = 𝑃𝑎𝑡𝑚 ; 𝑧𝐴 − 𝑧𝐵 = 4 𝑒𝑡 𝑉𝐴 = 𝛼 𝑉𝐵 𝑑𝑜𝑛𝑐
𝜌𝑔 2𝑔 𝜌𝑔 2𝑔

2𝑔𝐻
𝑉𝐵 = √
1 − 𝛼2
2
𝑆𝐵 𝜋 𝑅2 𝜋 × (10 × 10−3 )
3) Calcul de 𝛼 = 𝑆𝐴
= 𝐶𝐴2
= 3 ×3
= 3.49 10−5

L’hypothèse de considérer un niveau quasi-constant est vraie car << 1 donc VA ≈ 0

4) Calculer VB en considérant l’hypothèse que  <<1

𝑉𝐵 = √2 𝑔 𝐻 = √2 × 9.81 × 4 = 8.86 [𝑚/𝑠]


Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas. C'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles. Page 53
5) Déterminer le débit volumique QV du fluide qui s’écoule à travers l’orifice
𝐷𝐵2 (20 × 10−3 )2
𝑄𝑉 = 𝑆𝐵 𝑉𝐵 = 𝜋 𝑉𝐵 = 𝜋 × 8.86 = 2.78 10−3 [𝑚3 ⁄𝑠] = 2.78 [𝑙/𝑠]
4 4
6) Calcule de la durée T de la vidange si le débit est constant
𝑣 𝐶𝐴 × 𝐶𝐴 × 𝐻 3 ×3 ×4
𝑇= = = = 3ℎ 36 [𝑚𝑛]
𝑄𝑣 𝑄𝑣 2.78 × 10−3

Exercice IV – 2 : Une plaque recourbée dévie un courant d’eau de 15 [cm] de diamètre de  = 60°. Pour une vitesse de
jet de 55 [m/s] vers la droite, calculer la valeur des composantes de la force exercée sur la plaque recourbée (en
admettant qu’il n’y a pas de frottements).

Eléments de réponse : On calculera les composantes selon le parcours initial du jet et sa


normale (donc le repère cartésien standard).
Application du théorème d’Euler pour la détermination des composantes de l’action de la plaque
sur le jet :
⃗⃗⃗⃗2 − ⃗⃗⃗⃗
𝜌 𝑄 (𝑉 𝑉1 ) = 𝑅⃗⃗
NB : la pression dans le jet est partout égale à la pression atmosphérique.
L’application du TB nous conduit à V1 = V2
Projection de l’équation sur l’axe (O, x). On obtient :
𝜋 0.152
𝜌 𝑄 (𝑉2 cos − 𝑉1 ) = 𝑅𝑥 ⇒ 𝑅𝑥 = 103 × 𝜋 × × 50 × (50 × 0.5 − 50) = − 22.09 [𝑘𝑁]
3 4
Projection de l’équation sur l’axe (O, y). On obtient :
𝜋 0.152 √3
𝜌 𝑄 𝑉2 sin = 𝑅𝑦 ⇒ 𝑅𝑥 = 103 × 𝜋 × × 50 × 50 × = 38.26 [𝑘𝑁]
3 4 2
𝑹𝒚
𝑹 = √𝑹𝟐𝒙 + 𝑹𝟐𝒚 = √(−𝟐𝟐. 𝟎𝟗)𝟐 + 𝟑𝟖. 𝟐𝟔𝟐 = 𝟒𝟒. 𝟏𝟖 [𝒌𝑵] 𝒆𝒕 𝜽 = 𝒕𝒂𝒏−𝟏 ( ) = −𝟔𝟎°
𝑹𝒙

Exercice IV – 3 : Action de l’eau sur un auget immobile, puis en mouvement


1. Calculer la force R1 exercée par un jet d’eau sur un auget immobile en en admettant qu’il n’y a pas de frottements.
2. On considère ce même auget animé d’une vitesse de translation v dans le sens de l’écoulement initial. Quelle est
la valeur de la force R2 exercée sur l’auget si les frottements sont négligés ?
3. Quel est le rendement de l’auget ?
4. Pour quelle valeur de  = v/V le rendement est maximal ?

Eléments de réponse :
1) La force exercée sur l’auget au repos est identique à celle exercée sur la plaque de
l’exercice précédent avec un angle de déviation  = 180°.
On obtient alors :
𝑅1 = 𝜌 𝑄 (𝑉2 cos 𝜋 − 𝑉1 ) = 𝜌 𝑄 𝑉 (− 1 − 1) = −2 𝜌 𝑄 𝑉
2) Nous reprenons le raisonnement dans les axes liés à l’auget. La vitesse d’entrée
et de sortie du liquide est : V – v.
L’application du théorème d’Euler conduit à :
𝑅2 = 𝜌 𝑆[(𝑉2 − 𝑣)2 cos 𝜋 − (𝑉1 − 𝑣)2 ] = − 2 𝜌 𝑆 (𝑉 − 𝑣)2
3) Le rendement de l’auget :

Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas. C'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles. Page 54
𝑃𝑢𝑖𝑠𝑠𝑎𝑛𝑐𝑒 𝑟𝑒ç𝑢𝑒 𝑝𝑎𝑟 𝑙′𝑎𝑢𝑔𝑒𝑡 |𝑅 × 𝑣| 2 𝜌 𝑆 (𝑉 − 𝑣)2 𝑣
 = = =
𝑃𝑢𝑖𝑠𝑠𝑎𝑛𝑐𝑒 𝑑𝑖𝑠𝑝𝑜𝑛𝑖𝑏𝑙𝑒 1 1
𝜌 𝑆 𝑉2 × 𝑉 𝜌 𝑆 𝑉2 × 𝑉
2 2
𝒗 𝒗 𝟐
 = 𝟒 (𝟏 − ) = 𝟒 𝜶 (𝟏 − 𝜶 )𝟐
𝑽 𝑽
4) Rendement maximal
𝜕 𝟏
𝑚𝑎𝑥 ⇒ = 0  𝟒 (𝟏 − 𝜶 )𝟐 − 8 𝛼 (1 − 𝛼) = 4 (1 − 𝛼) (1 − 𝛼 − 2𝛼) = 0 ⇒ 𝜶=
𝜕𝛼 𝟑

Exercice IV – 4 : Un coude convergent de 45°, de 80 [cm] de diamètre en amont,


de 40 [cm] en aval, est parcouru par de l’eau avec un débit de 750 [l/s] sous une
pression de 2.0 [kg/cm²]. En ne tenant pas compte des pertes de charge
éventuelles, calculer la force exercée par l’eau sur le coude convergent.

Eléments de réponse :
Calcul des vitesses en amont et aval du coude :
4𝑄 4 × 0.75 4𝑄 4 × 0.75
𝑉1 = = = 1.49 [𝑚/𝑠] 𝑉2 = = = 5.97 [𝑚/𝑠]
𝜋 𝐷12 𝜋 × 0.82 𝜋 𝐷22 𝜋 × 0.42
Détermination de la pression en aval par application de l’équation de Bernoulli :
𝑃1 𝑉12 𝑃2 𝑉22
+ 𝑧1 + = + 𝑧2 + 𝑐𝑎𝑟 𝑙𝑒𝑠 𝑓𝑟𝑜𝑡𝑡𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡𝑠 𝑠𝑜𝑛𝑡 𝑛é𝑔𝑙𝑖𝑔é𝑠. 𝐷𝑒 𝑝𝑙𝑢𝑠 𝑧1 − 𝑧2 ≈ 0
𝜌𝑔 2𝑔 𝜌𝑔 2𝑔
𝑃1 𝑉12 𝑉22 2 × 9.81 × 104 1.49² 5.97²
𝑃2 = 𝜌 𝑔 ( + − ) = 103 × 9.81 × ( 3
+ − ) = 1.80 105 [𝑃𝑎]
𝜌𝑔 2𝑔 2𝑔 10 × 9.81 2 × 9.81 2 × 9.81
Application du théorème d’Euler pour la détermination des composantes de l’action du coude sur l’eau :
⃗⃗⃗⃗2 − ⃗⃗⃗⃗
𝜌 𝑄 (𝑉 𝑉1 ) = ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐹𝑃1 + ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐹𝑃2 + 𝑅⃗⃗
Projection de l’équation sur l’axe (O, x). On obtient :
𝜋 𝜋 𝜋 𝜋
𝜌 𝑄 (𝑉2 cos − 𝑉1 ) = 𝑃1 𝑆1 − 𝑃2 𝑆2 cos + 𝑅𝑥 ⇒ 𝑅𝑥 = 𝜌 𝑄 (𝑉2 cos − 𝑉1 ) − (𝑃1 𝑆1 − 𝑃2 𝑆2 cos )
4 4 4 4
√2 0.82 0.42 √2
𝑅𝑥 = 103 × 0.75 (5.97 × 2
− 1.49) − (1.96 105 × 𝜋 4
− 1.80 105 × 𝜋 4
× 2
) = −80.62 [𝑘𝑁]

Projection de l’équation sur l’axe (O, y). On obtient :


𝜋 𝜋 𝜋 𝜋
𝜌 𝑄 𝑉2 sin 4 = − 𝑃2 𝑆2 sin 4 + 𝑅𝑦 ⇒ 𝑅𝑦 = 𝑃2 𝑆2 sin 4 + 𝜌 𝑄 𝑉2 sin 4
0.42 √2 √2
𝑅𝑦 = 1.80 105 × 𝜋 4
× 2
+ 103 × 0.75 × 5.97 × 2
= 19.12 [𝑘𝑁]

𝑹𝒚
𝑹 = √𝑹𝟐𝒙 + 𝑹𝟐𝒚 = √(−𝟖𝟎. 𝟔𝟐)𝟐 + 𝟏𝟗. 𝟏𝟐𝟐 = 𝟖𝟐. 𝟖𝟔 [𝒌𝑵] 𝒆𝒕 𝜽 = 𝒕𝒂𝒏−𝟏 ( ) = −𝟏𝟑. 𝟑𝟒°
𝑹𝒙

Exercices non résolus


Exercice IV – 5 : Vidange d’un réservoir à section constante
Un réservoir de section droite S constante, contient une hauteur d’eau
initiale h0. Pour procéder à la vidange de ce réservoir, on ouvre l’orifice de
section s, situé au niveau de sa base inférieure. On note h = h(t) la hauteur
de l’eau dans le réservoir à l’instant t. On supposera que l’eau est un fluide
incompressible. L’orifice de vidange engendre les pertes de charges

Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas. C'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles. Page 55
V2
singulières exprimées sous la forme de où V est la vitesse de l’eau au niveau de l’orifice. Le coefficient de la section
2g
contractée au niveau de l’orifice est Cc = 0,70.
1) En effectuant un bilan massique, montrer que : S dh = Q dt, où Q désigne le débit de vidange à l’instant t.
2) Déterminer le débit Q à l’instant t, en fonction des sections S et s, de la pesanteur g et de h, hauteur d’eau
dans le réservoir à l’instant t.
3) En procédant à la séparation des variables, déterminer l’équation différentielle gouvernant la variation de h =
h(t).
4) Résoudre cette équation différentielle afin de déterminer la variation de h en fonction du temps.
5) Déterminer le temps T0 nécessaire pour effectuer la vidange complète du réservoir (temps nécessaire pour
vider complètement le réservoir).
On donne : Hauteur d’eau totale dans le réservoir : H = 8 [m] - Diamètre au niveau de la surface libre : D = 3.50 [m]
Diamètre au niveau de l’orifice de vidange : d = 65 [mm].

Exercice IV – 7 : Action de l’eau sur un coude


Un coude convergent vertical (voir figure ci-contre) transporte de l’huile, de
densité 0.90 à raison de 425 [l/s] à une pression d’entrée en A de 1.60
[kg/cm²]. Le diamètre en A est de 40 cm et en B de 30 [cm] et le volume
compris entre A et B est de 0.15 [m3]. En ne tenant pas compte du
frottement, on se propose de calculer la force s’exerçant sur le coude et sa
direction :
1) Calculer les vitesses et la pressions à l’entrée et la sortie du coude.
2) Calculer les composantes et la direction de l’action du coude sur l’eau.

Exercice IV – 8 : Jet d’eau horizontal


Un jet d’eau de 8 [cm] de diamètre exerce une masse de 325 [kg] sur une plaque plane maintenue normalement au jet.
Quel est le débit du jet ?

Exercice IV – 10 : Jet d’huile horizontal sur une plaque en mouvement


Un jet d’huile de 5 [cm] de diamètre frappe une plaque de front.
1) Pour une vitesse de jet de 25 [m/s], calculer la force exercée sur la plaque par l’huile, de densité 0,85.
2) Si la plaque s’était déplacée à 9 [m/s] dans le même sens que le courant, quelle aurait été la force exercée sur la
plaque par l’huile ?
3) Si elle s’était déplacée à 9 [m/s] dans l’autre sens, quelle aurait été la force exercée ?

Exercice IV – 11 : Jet d’eau dévié sur une plaque en mouvement


Un jet d’eau de 6 [cm] de diamètre, frappe une lame recourbée et immobile, et est dévié de 150° par rapport à sa
direction initiale.
1) En ne tenant pas compte du frottement de l’eau sur la plaque, calculer la résultante des forces exercées sur la
plaque si la vitesse du jet est de 24 [m/s].
2) Si la lame se déplaçait à 5 [m/s] dans le sens contraire de la direction de l’eau, quelle est été la résultante des
forces exercées sur la lame et quelle serait la puissance nécessaire pour maintenir le mouvement.

Exercice IV – 12 : Jet d’eau vertical


Un jet s’échappe verticalement d’un réservoir percé d’un orifice circulaire de diamètre D = 0.02 [m]. L’eau s’écoule sous
une charge constante H = 2 [m] et touche le sol en un point situé à x = 1.62 [m] et y = 0.35 [m] de la section contractée.

Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas. C'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles. Page 56
1) Calculer le coefficient de vitesse  = V2/VTH, rapport de la vitesse réelle V2 et de la vitesse théorique
d’écoulement dans la section contractée. On négligera l’action du frottement de l’air sur le jet.

Références bibliographiques
A. Lencatre, Hydraulique Générale. Editions Eyrolles - SAFEGE, Paris, 1996.
Laborde, J. P., 2007. Eléments d’hydraulique générale. Polycopié du cours de l’Ecole Polytechnique de l’Université
NICE - SOPHIA ANTIPOLIS, Pp 91.
Henri Broch, 2006. Cours de Physique : mécanique des fluides. Université NICE - SOPHIA ANTIPOLIS. Pp 33.
J. Vasquez (2010). Cours d’hydraulique générale. Ecole Nationale du Génie De l’Eau et de l’Environnement de
Strasbourg. Pp. 85.
Mar, A. L., 2003, Cours d’hydraulique. Mécaniques des fluides. Polycopié de cours de l’Institut International d’Ingénieur
de l’Eau et de l’Environnement, Edité au 2iE, Ouagadougou, Burkina Faso.
Philippe Fichou, 2002 : Mécanique des fluides
Riadh BEN HAMOUDA, 2008. Notions de mécanique des fluides : cours et exercices corrigés.

Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas. C'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles. Page 57