Vous êtes sur la page 1sur 14

Chapitre 3 -LA GESTION DE TRAVAUX

PLAN D’ENSEMBLE
De l’établissement du devis à la réalisation des travaux et à l’exploitation des résultats
Voir le cycle de production

SOUS-DETAILS ETUDE DE
Préparation de l’étude
de PRIX PRIX

- Etablissement du quantitatif d’exécution - Transactions commerciales


- Coûts des postes installation de chantier Signature du marché
- Recherche des meilleurs Fournisseurs
- Valeur d’achat des matériaux choisis
- Budget du chantier
- Fiche méthode: Plannings Budget du chantier
Préparation
- Planning d’exécution en temps et argent Comparaison entre:
- Planning main d’œuvre du
Exécution et Etude
- Planning d’approvisionnement Chantier Analyse des écarts
- Planning matériel
- Planning financier

- Equipement et Install. du chantier - Délai


- Réalisation des ouvrages Exécution - Quantité Contrôle
- Facturation des travaux des - Ventilation Prévisions
- Actualisation, Révision - Main d’œuvre Réalisations
- Suivi des paiements Travaux - Matériaux
- Matériel
- Réception des travaux

Exploitation Nouvelles Fiches


des résultats méthodes travaux
Statistiques

Compte d’exploitation

Classement Bibliothèque
Etudes ultérieures

IUT St Pierre – GC1 - Orga chantier – O1 Page11


IUT St Pierre – GC1 - Orga chantier – O1 Page12
1ére Partie - L’AVANT METRE

Le but de l’avant métré est de rechercher les longueurs, les surfaces, les volumes et les masses c’est
à dire toutes les quantités d’Ouvrage Elémentaires constituant une construction.

1. REALISATION DE L’AVANT METRE


Un plan constitué de dessins (plans, coupes, façades…), trouve toute sa raison d’être dans le fait qu’il
traduit dans un langage particulier, des indications lisibles par tous les techniciens du bâtiment.
Au même titre, un devis se doit être lisible et compréhensible par les diverses personnes qui auront à
l’utiliser.
Pour ce faire, il importe d’adopter une méthode d’exécution uniforme des devis et de respecter
certaines conventions de présentation.

1.1. Déroulement de l’avant métré.


Il doit être autant que possible le même que l’ordre de déroulement des travaux qui correspond en
général, à l’ordre du devis descriptif (ou CCTP). On conservera dans ce cas la numérotation des
articles.

2- METHODE D’EXECUTION DES DEVIS ET TRAME DE TRAVAIL

2.1 Etapes à respecter


L’exécution correcte d’un devis impose de respecter certaines étapes qui se suivent dans un ordre
logique:
⇒ - Examen approfondi du dossier,
⇒ - Recherche des différents ouvrages élémentaires à mesurer (établir une liste
chronologique),
⇒ - Analyse quantitative proprement dite, sans calculs (par lots),
⇒ - Calculs et vérifications d’usage (ordres de grandeur…)

NB: Chacun des travaux que nous effectuerons, devra être conduit en respectant ces étapes.

2.2 Trames de métré


En pratique, « devis » et « factures » sont présentés aux clients dans des formes très voisines basées
sur des colonnes unanimement reconnues indispensables.

N° DESIGNATION DES OUVRAGES U INDEX QUANTITE

IUT St Pierre – GC1 - Orga chantier – O1 Page13


2.3 Utilisation de la trame d’exécution des devis descriptifs- quantitatifs
2.31 - Colonne « N° »
Ce « N » peut être le même que celui du descriptif,
Chaque calcul de quantité devra commencer par un numéro qui sera le repère de l’article.
Il y aura autant de numéros qu’il y aura d’articles mesurés.

2.32 - Colonne « Détails quantitatifs »


Cette colonne permet de noter les textes (désignations des ouvrages) et les calculs qui conduisent aux
résultats, c’est la partie désignation des ouvrages.
Les textes décrivant l’article couvriront l’ensemble de la colonne à l’exception de l’espace réservé aux
déductions.
L’espace prévu pour les déductions sera exclusivement réservé au mot « déduire » et aux détails des
déductions qui lui font suite.
L’avantage est que cette colonne permet une vérification rapide des devis et une meilleure
compréhension.
Les traits verticaux ont pour seul objet de faciliter la présentation: selon le cas, ils permettront
d’aligner les signes ou les virgules des résultats partiels.

2.33 - Colonne « Unités »


Elle sert à indiquer en regard des quantités, l’unité avec laquelle l’article a été mesuré.

2.34 - Colonne « Index » (éventuellement)


Elle sert à indiquer les différents index, et ainsi à repérer rapidement une quantité dont on peut avoir
besoin par la suite.

2.35 - Colonne « Quantités »


Seuls les résultats définitifs doivent figurer dans cette colonne.
Il s’agit des résultats qui affectés d’un prix permettent de calculer les montants globaux HT et TTC
des travaux.

2.36 - Report de bas de page et remarques


Afin de pouvoir constituer facilement les calculs sur la page suivante, il est nécessaire d’obtenir des
résultats partiels en bas de page. Ces résultats seront à reporter en haut de la page suivante. Aucun
calcul ne devra donc rester en suspens.
Les erreurs les plus fréquemment commises lors de la réalisation des devis, sont des oublis:
- soit d’une partie de la description,
- soit d’une partie des calculs,
- soit carrément d’un article.

2.38 - Annexes, Trames particulières


Chaque fois que cela s’imposera (métré des aciers…), il faudra adopter une trame particulière.
Ces trames seront annexées au devis, il suffira de reporter sur celui-ci les résultats dont elles auront
permis le calcul. Idem pour les croquis.

2.39 - Numérotation des pages


Elle est obligatoire

IUT St Pierre – GC1 - Orga chantier – O1 Page14


3 – REGLES DE PRESENTATION ET RENSEIGNEMENTS DIVERS
3.1 – Les COTES
On respectera toujours l’ordre de présentation suivant:
Lxlxh ou Lxlxe ou L ou l x h x e
Utiliser les cotes du plan ou des cotes faciles à calculer.
Faire éventuellement suivre les cotes des mentions abrégées telles que:
« moy » pour moyenne - « tot » : totale - « Long » : longueur
NB: avant toutes choses, il appartient au technicien de vérifier la concordance des cotes. Dans la mesure du
possible, utiliser successivement, en les faisant ressortir, des cotes « dans oeuvre » (DO) et « hors oeuvre » (HO).

3.2 - Décimales à prendre en compte - Arrondissements des résultats et conventions


Cubes ................... 3 chiffres après la virgule,
Surfaces ............. 2 chiffres après la virgule,
Longueurs ........... 2 chiffres après la virgule.
Poids .................... 3 chiffres après la virgule.
NB: Cette convention fait que l’on n’écrira pas pour un cube : 24.5 m3 mais 24.500 m3
Arrondissement du dernier chiffre:
On approche le résultat à une décimale supplémentaire, puis on arrondit la précédente comme suit:
5 et plus de 5 au dessus et moins de 5 au dessous
3.3 - Précaution diverses
Outre les indications précédentes, il conviendra de se rappeler toute l’importance d’avoir des
descriptions complètes, car elles conditionnent le calcul du P.V. HT. Il importera d’en regarder la
logique (ordre de grandeur).En particuliers faire très attention aux erreurs de virgule .
Exemple de Présentation

N° Ind Désignation des ouvrages U Q

4.31 Coffrage du voile BA V2, niveau 5.

1 : 4.25 x 2.55 = 10.84


2 : 4.25 x 3.20 = 13.60
3 : 3.50 x 2.55 = 8.93

S3 m² 33.37
2 fois 33.37 m² 66.74
Quelques Exemples : ml, m², m3, kg ou t, u.
• le m² de mur en agglomérés de 0.20 m - le m3 de béton de semelle de fondation,
• le m² de coffrage de poteaux - Le m² d’enduit de mortier de chaux ,
• le kg d’acier pour poteaux
• le ml de bordures de trottoir - L’Unité de regard d’eau pluviale
• le m3 terrassé au tracto-pelle.

IUT St Pierre – GC1 - Orga chantier – O1 Page15


Chapitre 4 - L’ ETUDE DE PRIX
1- SITUATION DE DEPART
Un maître d’œuvre établit pour le compte d’un client un dossier de consultation d’entreprise. Ce
dossier peut être très complet, mais il peut aussi se résumer à deux documents (plans et descriptifs).
L’entrepreneur à partir de ces documents, remettra sa proposition de prix.
Trois types de remarques s’imposent (sur cette situation):
⇒ - Conditions de travail:
- l’entrepreneur manque d’informations,
- l’entrepreneur manque de temps
⇒ - Sa nature: deux types d’analyse seront nécessaires:
- Analyse quantitative, à effectuer ou à vérifier,
- Analyse estimative, établissement de prix unitaires.
⇒ - Son esprit:
- Le chef d’entreprise reste maître du prix proposé (dans les limites imposées par la
concurrence). Mais la détermination des prix unitaires est avant tout un travail de spécialistes.

2 - DIFFERENTES METHODES POSSIBLES

2.1 -Prix préétablis


Prix sur lesquels on consentira généralement un rabais afin d’obtenir une estimation plus convenable et
réaliste. Ces prix peuvent provenir:
- de séries de prix (Architecte , SNCF, Ministère ..)
- de bordereaux de prix émanant de particuliers, de revues professionnelles ou de chambres
syndicales. Les bordereaux sont publiés régulièrement, ce qui ne nécessite pas d’actualisation .

2.2 – Estimation prévisionnelle


- Ce procéder permet de déterminer d’ estimer une faisabilité d’ouvrage
- En utilisant des ratios de prix ( cout au m² )
- Méthodes estimatives particulières – par exemple UNTEC

2.3 Par l’intermédiaire de sous-détails de prix


Ils peuvent être:
- soit spécialement conçus pour l’étude en cours, lorsque l’absence de renseignements ou les
conditions particulières de l’exécution l’obligent,
- soit extraits d’un fichier ou d’un bordereau propre à l’entreprise.

IUT St Pierre – GC1 - Orga chantier – O1 Page16


3 – CHOIX D’UNE METHODE
Bilan comparatif des avantages et inconvénients des deux systèmes d’estimation

A. Prix préétablis B. Prix calculés par sous-détails


Avantages Avantages
- Rapidité de mise à prix (cas courants) - Réalisme de la prévision (T.B. pour une offre
précise),
- Bien pour des fourchettes rapides de
prix, - Adaptation à une situation donnée,
- Tous les travaux ou presque peuvent être - Adaptation aux possibilités de l’entreprise,
estimés.
- Utilisation possible en vue de la préparation du
Inconvénients chantier (planning, approvisionnement…)
- Obligent souvent à une estimation - Utilisation possible pour le contrôle (temps
parallèle. passés, emploi des matériaux…)
- Manque de souplesse dans l’emploi, - Base du bilan de chantier et de l’analyse des
écarts de prévision,
- Prix souvent très larges,
- Appréciation des possibilités de l’entreprise,
- Le réajustement par coefficients conduit
à une détérioration des prix dans le temps, - Applicable à tous types de travaux.
- Inadaptation à l’entreprise (méthodes, Inconvénients
moyens…)
- Calculs longs et fastidieux en absence
- Inadaptation à l’ouvrage (particularités d’organisation interne.
non prises en compte),
NB: L’analyse quantitative, bien que plus libre,
- Ne font pas ressortir les prix de revient, doit s’inspirer des modes d’estimation de
l’entreprise. Ce système oblige à suivre les
- Ne sont pas utilisables pour l’exploitation
rendements, l’emploi des matériaux et d’une
des chantiers.
façon générale à dominer tous les secteurs de
- Ne permettent pas d’estimer les travaux l’entreprise, de la gestion à l’exécution.
d’un genre nouveau.
NB: l’analyse quantitative doit s’inspirer
des possibilités d’estimation de l’ouvrage
de référence.

4 - CONCLUSION

LE CHOIX EN FAIT N’EXISTE PAS !

L’entrepreneur doit nécessairement tenir compte des particularités de chaque chantier et doit
calculer ses prix de revient .

ETUDE PAR SOUS- DETAILS DE PRIX

IUT St Pierre – GC1 - Orga chantier – O1 Page17


CHAPITRE 5 - ELEMENTS CONSTITUTIFS DES PRIX

1 - LES TRAVAUX ET LEURS ESTIMATIONS


Termes permettant de distinguer les travaux auxquels on se réfère:
- PRODUCTION: ensemble des réalisations de l’entreprise dans un temps donné.
- OUVRAGE: immeuble, habitation,pont…, toute réalisation prise dans son ensemble.
- OUVRAGE ELEMENTAIRE (O.E.): partie spécifique d’un ouvrage qui se distingue par la nature très
particulière du travail demandé; exige une main d’oeuvre, des matériaux et parfois des matériels qui
lui sont propres. (Plancher, Voiles, Electricité...)
L’O.E. peut être simple (Coffrage, ferraillage, enduit,...) ou composé (construction d’un plancher
comprend le bétonnage, ferraillage, coffrage etc...)
A chaque O.E. correspond un article du bordereau de prix avec la même unité et le même libellé.
♦ UNITE D’OUVRAGE ELEMENTAIRE: plus petite décomposition usuelle de l’O.E. Elle sert d’unité
de mesurage et d’estimation. Les prix unitaires se rapportent à des unités d’O.E.(m² de plancher,
ml de voile, m² d’enduit, ml de canalisations ,Unité (U) de menuiserie etc...)
• En étude de prix nous manipulerons principalement : le Puv(HT), le Pv(HT), le Pvt (HT) et le CA
(HT).

Prix Travaux Utilisation


Chiffre d’affaires (CA) Il s'applique à la Il permet d’estimer le travail produit par une
Montant HT ou TTC de production de entreprise sur une année Son évolution sur plusieurs
travaux sur une période l'entreprise sur années caractérise l’activité de l’entreprise. Il peut
donnée (1 an une période être constaté en fin d’année ou estimer en début
généralement). donnée d’année.
Prix de vente total : Il s'applique à un Il est donné par l’entreprise lors de la signature d’un
(ou montant total des ouvrage donné marché à prix ferme (la majorité des cas). Ce prix
travaux) est prévisionnel mais l’entreprise s’engage sur son
Montant HT ou TTC montant !
Prix de vente: Il s'applique à un Il s’agit du résultat du calcul Puv(HT)*Quantité
(ou montant partiel) ouvrage réalisée lors de l’établissement du devis quantitatif
Montant HT élémentaire estimatif. On retrouve la liste des prix de vente
donné dans le devis estimatif.
L’entreprise s’engage sur l’ensemble de ces
montants.
Prix de vente unitaire Il s’applique à une Il s’agit d’un prix prévisionnel établi par l’entreprise
hors taxe (PVHT) unité d’ouvrage afin de remplir le devis quantitatif estimatif. Ce
Montant HT élémentaire. prix n’est pas communiqué au client (excepté le cas
des marchés au bordereau de prix, courant dans les
TP).
‰ Remarque : A la place du terme "prix" on utilise parfois le terme " montant ". Attention
cependant car il peut y avoir alors ambiguïté avec la notion de "coût".

IUT St Pierre – GC1 - Orga chantier – O1 Page18


Remarque concernant la notion de "Prix de Vente H.T." :
Lorsque la proposition de prix a été acceptée par le maître d’ouvrage et que le marché a été conclu,
les P.V.H.T. sont scellés avec lui. Ils sont alors immuables, éventuellement actualisables ou révisables
mais ils ne peuvent être modifiés en absence de modification aux travaux.

Remarque concernant la notion" d' ouvrage élémentaire." :

• Ouvrage élémentaire : Il s’agit du résultat de la décomposition d’un ouvrage en sous


ensembles se distinguant par :
• La partie de l’ouvrage concernée
• La nature des matériels employés
• La main d’œuvre utilisée
• Les matériaux appropriés
Un ouvrage élémentaire possède une unité de mesurage dite Unité d’ouvrage élémentaire
" Exemple : différence entre ouvrage élémentaire et matériau composant élémentaire

ƒ Un ’’ Mur en agglos creux(BBM) de 15cm d’épaisseur ‘’ constitue un ouvrage élémentaire


(unité d'ouvrage élémentaire = le m²). En effet :
• Il concerne une partie précise d’un bâtiment (Murs de distribution)
• Il n’utilise qu’un petit outillage propre au maçon
• Il est réalisé par une équipe spécialisée.
• Il est constitué de matériaux composant élémentaires

ƒ Les ‘’Agglos creux(BBM) de 15 cm’’ constituent un matériau composant élémentaire. En effet :


• Ils sont fabriqués en usine et constituent un matériau à part.
• Unité : la pièce ou U (dimensions : 15x20x40)
• Quantité élémentaire rapportée à l'unité d'O.E : 13 U/m²(dans ce cas)
ƒ Les autres matériaux composant élémentaires seront :
• Le mortier de montage(hourdage)
• Armatures intermédiaires
• L ‘enduit de finition

2 – COMPOSITION D’UN PRIX DE VENTE


Coût de revient (C.R.) : Il s’agit du coût pour l’entreprise de l’ouvrage à réaliser. Le coût de revient
peut être prévisionnel ou constaté après travaux à partir des données de la réalisation
(enregistrements de chantier).

Prix de vente(P.v.) : Il s’agit du prix fixé par la direction de l’entreprise pour réaliser un ouvrage
Le prix de vente est toujours prévisionnel dans le B.T.P. !
Nous avons vu les égalités suivantes :
En Prévisionnel
Pv(HT) = CR prev + Bénéfices & Aléas

Après travaux
Pv(HT) = CR + Résultat brut
La valeur des Bénéfices et Aléas est fixée par l’entreprise. Ils permettent de palier aux éventuels
aléas du chantier. Si après travaux le résultat brut est positif on parlera de bénéfices. Dans le cas
contraire on parle de pertes.
En fin d’année le chef d’entreprise peut décider d’investir les bénéfices pour développer son
entreprise. Le bilan final est établi par le service de la comptabilité. Nous allons maintenant étudier le
coût de revient (CR).
IUT St Pierre – GC1 - Orga chantier – O1 Page19
2.1 - Composition du coût de revient : Il se décompose en coûts directs et indirects.
2.11 - Les coûts indirects :
Les coûts indirects ne sont pas directement imputables à la production des ouvrages. On parlera aussi
de Frais généraux notés F.G.
- les FRAIS GENERAUX (F.G.): frais nécessaires au bon fonctionnement de l’entreprise: direction et
gestion de l’entreprise. Ils se décomposent en F.G. d’exploitation (conducteurs travaux , frais
d’études,..) et en F.G. de siège(administration , comptabilité, honoraire , frais de locaux …).

En général : Il s’agit des dépenses nécessaires au bon fonctionnement de l’entreprise


mais qui ne sont pas directement imputables à un ouvrage en particulier (exemple : Le
salaire du directeur des travaux).

2.12 - Les coûts directs (C.d):


Ils englobent les coûts directement affectables à l'opération de construction concernée.
On doit impérativement garder à l’esprit que :

Coût de revient = Coût direct + Frais Généraux

3 – COMPOSITION DU COÛT DIRECT :


Le coût direct d’une opération de construction correspond à la somme des dépenses directement
affectables à la réalisation de l’ouvrage dans son ensemble.
Il regroupe les frais exigées par la production sur le chantier considéré appelés Coût de production
(C.p) et les frais complémentaires de l'opération (F.op) ou frais spéciaux.(F.spé)

Coût direct = Coût de production + Frais complémentaires d'opération

3.1 - Frais complémentaires d'opération :


Frais complémentaires (Fop) d’opération ou frais spéciaux : Il s’agit de dépenses faites sur un unique
chantier, qui ne sont pas directement imputable à un ouvrage élémentaire et qui ne sont pas
directement nécessaire à la direction ou à la gestion du chantier.

4 – COMPOSITION DU COÛT DE PRODUCTION :


Le coût de production est un coût partiel intéressant la seule mise en œuvre. Il représente l'ensemble
des dépenses exigées par la production sur le chantier correspondant.
On distingue les Frais de chantier(F.C.) , et les frais directement liés à la réalisation d’un ouvrage
élémentaire appelés communément : Déboursés Secs

Coût de production = Déboursés secs + Frais de chantier


4.1 - Les frais de chantier (FC) :
Il s’agit de dépenses faites sur un unique chantier mais qui ne peuvent pas être affectées à un
ouvrage élémentaire précis (exemples : La grue, frais d'encadrement, frais d'installation, frais de
repliement, ...).
Remarque : Les dépenses des personnels qui ne participent pas directement à la réalisation des
ouvrages sont imputées en frais de chantier. C’est le cas pour le conducteur des travaux et le chef
de chantier. Par contre : le chef d’équipe lui fait parti de la main d’œuvre directement productive.

IUT St Pierre – GC1 - Orga chantier – O1 Page20


4.2 - Les Déboursés Secs (DS) :
Déboursés secs : Il s’agit de l’ensemble des dépenses liées sans ambiguïté à la seule réalisation d’un
ouvrage élémentaire. On distingue les :
- DS de matériaux
- DS de main d’œuvre
- DS de matériels
- DS de matières consommables
Lorsque le calcul est mené pour une unité d’ouvrage on parle de Déboursé Sec Unitaire noté : DSu.

5 - BILAN (voir annexe 1)


On obtient les relations suivantes :

COÛT REVIENT= DS + FC + Fco + FG

Coût Production
Coût direct
Tous les frais qui composent les coûts de revient : tous, absolument tous, doivent être
récupérés et pour ce faire répertoriés, puis chiffrés et incorporés dans les P.V.H.T plus les
bénéfices(B) et aléas(A). Le prix de vente hors taxes est celui figurant sur le devis estimatif

Prix de vente(HT) =DS + FC + Fop + FG + B&A


Remarques : Bénéfices et Aléas: au maximum égal à 10% du PV HT (ils sont évalués en euros ou en
% du PV HT) . Les Aléas sont : incidents imprévus qui peuvent retarder le chantier (intempéries ,
grèves, travaux non chiffrés…)
Une notion complémentaire peut être introduite à ce niveau : "l’écart" ou différence due aux imprévus
entre le C.R. prévu et le C.R. réellement constaté. Les écarts peuvent provenir des "aléas" non maîtrisables
ou, ce qui est plus grave "d'erreurs de prévision et/ou de réalisation". (Voir annexe 2)

Remarque : Notion de "Marge brute" et de "Résultat" :


La "Marge brute" (M.b.) est la marge séparant le coût direct du P.V.H.T. Elle sert en premier lieu à amortir
les frais généraux. Le "Résultat brut"(R.b) est le reliquat de Marge brute après amortissement des frais
généraux. Il se décompose à son tour en "Résultat net"(R.n.) véritable bénéfice, et impôts sur les
sociétés.
D’où les relations :
Marge brut = P.V.H.T. - C.d.

Résultat Brut = M.b. - F. G.

Résultat Net = R. brut - Impots/Sociétés

IUT St Pierre – GC1 - Orga chantier – O1 Page21


6 - Calcul d’un prix de vente à partir du DS
Situation de l’entreprise :

Au sein des entreprises l’établissement prévisionnel des prix s’effectue à partir des DS.
Les valeurs des B&A, des FG, Fsp, FC doivent donc être connues. Elles sont récupérées à
partir des dépenses constatées.

6.1-Application : Pour l’entreprise BATURBAT voici le constat en Décembre 2010(1 année de travaux)

Résultat
Ouvrage Prix (HT) brut C R FG C P FC DS
Maison individuelle 1 122000€ +8730 113270 21970 91300 6800€ 84500€

Maison individuelle 2 161500€ 33696 10400€ 129600€

Bâtiment R+1 361000€ 72280 298300 278000€

CA 644500 127900€ 529600€ 37500 492100

% 26%

Référence Pv(HT) DS DS

Compléter le tableau ci dessus : Calculer les Frais généraux, les coûts de revient et de production, le
résultat brut. Ensuite exprimer ces résultats en % du Pvht ou des DS

Remarque : Les frais généraux sont donnés pour tous les chantiers réalisés sur la période. Afin dans
affecter une partie à chaque ouvrage, il faut les répartir au prorata du CA, du total des DS ou du
total des DSmo.
Après avoir analysé les données de la période précédente, on peut essayer de prévoir les Frais de
chantier et les Frais généraux pour l’année en cours.
6.2 - Reprenons l’exemple :
L’entreprise BATURBAT choisie d’exploiter les données de la période précédente pour déterminer les
Pv(HT) de deux nouveaux chantiers qu’elle doit réaliser dans le même contexte.
Pour une étude future on déterminera les pourcentages suivants :
ƒ B&A / au Pv(HT) ou CA
ƒ FG / au DS
ƒ FC / au DS
Remarque : Afin de déterminer un coefficient de vente prévisionnel, il est nécessaire d’estimer les
DS pour la période suivante. Cette estimation se fera en tenant compte des données passées et de
l’évolution de la conjoncture.
Le Coefficient de vente : Le rapport PV(HT)/DS est appelé coefficient de vente. On le note K.

K = PV(ht)/DS

IUT St Pierre – GC1 - Orga chantier – O1 Page22


Annexe 1

Salaires MAIN DEBOURSES COÛT COÛT DE PRIX DE PRIX DE


+ D’OEUVRE
SECS PRODUCTION REVIENT VENTE VENTE
Charges DIRECTE
(D.S.) (C.P.) (C.R.) HT TTC
+
(déboursés de (PVHT) (PVTTC)
Indemnités
l’ouvrage)

Coût des matériaux MATERIAUX


rendus chantier

Matériel directement
lié à l’ouvrage
DEBOURSES SECS (DS) MATERIELS

COÛT de PRODUCTION (C.P.) +


FRAIS CHANTIER
Frais de chantier : + Frais d’opérations

Encadrement
Main d’Oeuvre Indirecte
Main d’Oeuvre semi-directe +
Equipements FRAIS
Fournitures GENERAUX.
Frais d’opération COÛT DE REVIENT + Frais Compl.
(CR)
Frais Généraux: +
- Frais d’étude Bénéfice
- Frais d’exploitation Aléas
PRIX DE VENTE HT (PVht)
Frais de Siège +
Frais Complémentaires: TVA(8.5%)
- Frais de Marché PRIX DE VENTE TTC (PVTTC)
- Frais exceptionnels

IUT St Pierre – GC1 - Orga chantier – O1 Page23


Annexe 2

Notion relative aux marges entre : COÛT de REVIENT(C.R) et PRIX DE VENTE HORS TAXE (PVht)

Pertes

Bénéfice

Bénéfice Bénéfice L’écart


P.V.H.T.

ou Aléas

Coût Coût de C.R. réel C.R. réel


Revient revient.
prévu Réel
(Constaté)

Cas N°1 Cas N°2 Cas N°3

Projet Phase éxécution des travaux Contrôle après exécution


Cas N°1 : Coût revient réel < Coût de revient prévisionnel D augmentation du bénéfice

Cas N°2 : Coût revient réel > Coût de revient prévisionnel, mais PVht respecté DDiminution du bénéfice escompté

Cas N°3 : Coût de revient réel > PVht ou Montant H.T. D perte
IUT-St Pierre Orga de chantier –O1 page 23