Vous êtes sur la page 1sur 1

Contextualisation du passage : Marguerite Duras est un écrivain français du XXe siècle.

Ses romans se situent dans le mouvement du Nouveau Roman


des années 50 qui cherchait à redéfinir les modes d’écriture romanesque en jouant sur les différentes modes de narration. Le Vice-consul est un roman publié
en 1966 qui se situe en partie dans l’Inde coloniale des années trente. Notre passage se situe au moment du bal alors que, pour la première fois, Anne-Marie
Stretter et le vice-consul se rencontrent, rencontre prélude à une passion amoureuse tragique.
Problématique d’étude : comment le topos de la rencontre amoureuse est-il renouvelé dans cet extrait ?
Mouvements du texte : on peut percevoir trois mouvements dans l’extrait 1) lignes 1 à 6 : les circonstances 2) lignes 7 à 17 : la danse sous les yeux de
l’assemblée 3) lignes 18 à la fin : la danse vécue par le Vice-Consul.
Etude linéaire : 1er mouvement : lignes 1 à 6 les circonstances
Mode de narration particulier qui donne une impression d’étrangeté :
 verbes au présent = valeur de
 Toutes les actions sont placées sur le même plan, on a du mal à percevoir le début et la fin des actions. Cela
« présent de narration » (présent
permet de montrer que tout se passe en même temps : la danse des deux personnages, les paroles de l’assistance
au lieu de passé simple / imparfait)
et les gestes des autres personnages.  l. 3 « on »
 Le narrateur : focalisation externe (on ne connaît pas les pensées et l’intériorité des personnages). Cependant, il
semble parfois présent à l’intérieur du « on », comme s’il était un personnage présent dans l’assistance.
 « chaleur » puis ensuite l.10
L’atmosphère pesante : « moiteur » et l. 18 « chaud »
 Ambiance posée dès le début, insiste dans tout le texte sur cet aspect : permet de mettre en valeur la pression (champ lexical)
physique qui s’exerce sur les personnages  « on ne voit pas quoi » :
 Le personnage du « vice-consul » est au centre de l’attention, sous surveillance : tous ses gestes et tout ce qui se pronom indéfini
passe autour de lui est rapporté. Le narrateur est inclus dans l’assistance dans un ensemble vague : il tente de  « voit » « visiblement » verbe +
deviner ce qu’attend le vice-consul.
adverbe = dérivation (champ
Un personnage insaisissable : lexical du regard)
 Les événements sont rapportés sans commentaire mais il y a des conclusions qui sont qd m tirées : le vice consul
semble « attendre » parce qu’il se désintéresse de la femme du consul d’Espagne. C’est ainsi qu’on interprète son  « elle lui parle. Il lui répond à
quasi refus de parler. On voit déjà l’aspect scandaleux du personnage qui est impoli et refuse de fait les conventions peine. Elle s’en va. » succession
sociales. d’action puis sans lien « il attend »
 « très fort » : adjectif étrange comme s’il y avait un souhait de sa part qui se marquerait dans son visage  « très fort »
La rencontre :
 « c’est…qui » : tournure
 Charles Rossett est mis en valeur mais cela semble un peu ironique car cela pourra sous-entendre qu’il agit
emphatique qui permet de mettre
volontairement guidé par le destin. Or, en réalité, il se fait voler sa cavalière par le vice-consul et d’une manière
en valeur
symbolique sa maîtresse.
 « chance » : ironie car plutôt
 Théâtralisation des déplacements comme s’il s’agissait de didascalies avec des indications de positionnement pour
malchance pour lui
les personnages et que tout est fait pour la situation finale (le face-à-face)
 « ainsi » : conséquence des
C’est un peu comme si le vice consul attendait un coup du hasard ou du destin. Le côté « coup de théâtre » est
déplacements
renforcé par la place en fin de phrase (mise en valeur) du « elle et l’homme de Lahore », la périphrase rappelle le
 « l’h. de Lahore » périphrase
scandale qui entoure le vice consul son côté mystérieux
2e mouvement : lignes 10 à 17 la danse sous les yeux de l’assemblée
La pression sociale  alinéa
 Les phrases sont détachées par les alinéas, accentuation de la durée des événements (lenteur).  « toute l’Inde blanche » : ironie
 « Inde blanche » rappel de la séparation des classes sociales mais aussi relativité de l’importance de ce qui se
 « on » et « ils » parallélisme
joue ici c’est « un petit monde » avec ses « petites souffrances ».
 On perçoit bien la tension entre l’assistance et le couple qui danse. Tout le monde attend qq chose entre eux et  succession des phrases
notamment des paroles. Ils sont épiés. Le « moins » montre l’hypocrisie car la surveillance continue qd m. courtes
L’assistance fait semblant de détourner le regard  répétition du verbe « regarde »
La rumeur  « on dit : » verbes introducteurs
 On entend le bruissement de l’assistance. Le discours rapporté ici est d’abord comme un discours direct sans  « je le jurerais » : ici le pronom
guillemets avec encore la présence de verbe introducteur. Puis très vite il devient un discours indirect libre sans personnel sujet est désincarné
marque de ponctuation ou d’indication de parole (on ne sait pas qui parle et comment). Le « on dit » est neutre, =pas vraiment un personnage,
avec le pronom indéfini. Les paroles rapportées ne sont pas déterminées véritablement. c’est une voix parmi d’autres
 Au départ les verbes introducteurs sont présents puis ils disparaissent avec des phrases de plus en plus  « regardez » = impératif pour
longues : mime l’amplification de la rumeur. mimer gestes parmi l’assistance
 Condamnation morale sur AMS « audace » « se joindre aux autres ». En fait l’assistance guette le drame : ce  Non seulement … mais =
pourquoi elle se concentre aussi sur Charles Rossett avec la description physique qui le place dans le stéréotype renforcement de l’addition =
social de la beauté avec le « triste » qui indique ses sentiments. Le regard de Rossett est différent de celui de scandale
l’assistance  déception (marquée par la répétition du de l’assistance que Rossett ne fasse rien, impatience, une  « se joindre aux autres » : litote
envie de drame d’où la répétition des « rien ».  Répétition de « rien »
3e mouvement : lignes 18 à la fin : la danse vécue par le Vice-Consul.
 On sort du discours rapporté (paroles de l’assistance) pour revenir au narrateur : toujours en point de vue externe
d’où les hypothèses.
 Importance du thème du regard (champ lexical à travers les verbes) : une société du paraître, importance du  « doit s’apercevoir » « dirait-
masque social. on» hypothèse du narrateur
 Un personnage dont on a souligné l’étrangeté mais qui cherche ici à respecter des convenances sociales. Suggère  « que…que… »
que le moment est important pour lui, idée que peut être cette rencontre est bien une rencontre amoureuse. Prise de Accumulation de propositions
conscience rapide et simultanée du vice consul qui prend en compte plusieurs choses en m temps : autour de lui, la
complétives
danse elle même et sa partenaire. On voit que le vice consul est étranger aux conventions « ça ne se fait pas » et en
 Répétition de « remarquer »
particulier de cet endroit où tout est très lent et ralenti (comme si déjà mort) (insistance sur la chaleur)