Vous êtes sur la page 1sur 5

ISG système logique

CHAPITRE 2
Leçon N°: 2
OPÉRATIONS D’ARITHMÉTIQUE BINAIRE
I- MISE EN SITUATION
Gestion d’un parking
Un parking public payant est à double issues. La gestion de ce parking consiste à totaliser l’ensemble des véhicules
entrants, retrancher les véhicules sortants et signaler aux usagers que les places disponibles sont épuisées. Ce système
est équipé de calculateurs réalisant les opérations d’additions et de soustractions.
Conclusion : Tout système de gestion des nombres est équipé d’un calculateur permettant de réaliser des opérations
d’arithmétique binaire telles que l’Addition; la Soustraction; etc.
Problème: Comment effectuer les opérations d’arithmétique binaire?
II- REPRESENTATION D’UN NOMBRE BINAIRE SIGNE :
II-1 Représentation exacte :
Un dispositif numérique doit traiter aussi bien les nombres positifs que négatifs, ce qui impose de prendre en
compte deux symboles supplémentaires qui sont les signes + et - .
Pour cela un nombre binaire signé est composé de :

 Un ensemble de bits qui représente la valeur absolue du nombre.


 Un bit de signe indiquant si le nombre est positif ou négatif. Ce bit de signe est le premier à …………….. de
l’ensemble de bits représentant le nombre binaire. Lorsqu’il est égal à 0, le nombre est ………………. ; lorsqu’il est
égal à 1, le nombre est ………………...et les nombres écrits ainsi sont écrits en notation exacte
Exemple :

II-2 Représentation en complément à 2 :


Un nombre binaire signé est écrit en notation en complément à 2 comme suit :
 Si le nombre est positif, il est écrit en nombre binaire pur avec un bit de signe 0, représenté par le bit de poids le
plus fort.
 Si le nombre est négatif, il possède un bit de signe 1, mais écrit en notation en complément à 2.
Une méthode pratique peut donner le complément à 2 d’un nombre binaire N en changeant chaque 0 par 1 et
chaque 1 par 0 (cette étape est appelée complément à 1 de N, noté N ) et en ajoutant 1 au bit de poids le plus
faible. On a alors : N *  N  1 avec N* : complément à 2 de N
N : complément à 1 de N
Le complément à 2 de (-9) s’obtient ainsi (+9)10 = (…………..)2
Le complément à 1 : ……….. N
+ 1
Le complément à 2 : ……….. N*

Opérations arithmétiques binaires Page : 1/5


ISG système logique
Autre méthode : on cherche le complément à « 2 » en partant de la droite ( poids le plus faible ) sans aucun
changement jusqu’au premier 1 rencontré , puis en changeant les « 1 » par des « 0 » et les « 0 » par des « 1 ».
Remarque : En notation en complément à 2 et avec n bits, on représente les nombres signés compris dans
l’intervalle [-2 , 2n-1 - 1] .
n-1

III- LES OPERATIONS BINAIRES DE BASE


III-1 L’ADDITION BINAIRE :
III -1-a/ Principe et exemples
La méthode d’addition des nombres binaires signés, consiste à écrire les nombres positifs en binaire avec un bit
de signe 0, et à remplacer les nombres négatifs par leur complément à 2 avant l’addition. Si le résultat est
positif, il est en notation binaire, s’il est négatif il est en notation complément à 2.
Le principe de l’addition figure dans la table de vérité suivante :

a0 b0 S r
a0 ; b0 : deux nombres binaires
0 0
S : Somme
0 1
r : le Reste de la somme
1 0

1 1

En voici quelques exemples, où les nombres binaires sont écrits avec n = 5 bits.

Opérations arithmétiques binaires Page : 2/5


ISG système logique
remarque : Le débordement sur le (n+1)ième bit du résultat de l’addition est toujours ignoré, car la taille des nombres
binaires est limitée à n bits uniquement.
Dans chacun des exemples précédents, les nombres que l’ont a additionnés étaient constitués de 5 bits. Le résultat tenait
dans l’intervalle [-2n-1 , 2n-1 - 1] avec n=5. Voyons ce qui se passe si cette condition n’est pas respectée .
Exemple :
1110 01011
+ 810 + 01000
1910 .............. résultat négatif (absurde)

changement de signe
par débordement
On trouve un résultat négatif, ce qui est absurde. Cela est du à ce que le résultat 19 n’appartient pas à l’intervalle
[-2n-1 , 2n-1 - 1] avec n=5. Dans ce cas, on a par débordement, un changement de signe du résultat de la somme, qui ne
peut se tenir sur 5 bits. Il faut alors effectuer cette opération avec un nombre de bits supérieur à 5.
III -1-b/ Réalisation industrielle :

 Demi additionneur ( Half-Adder )

D’après l’activité on détermine que :

a0 1 S
3
b0 2

1 r
3
2

Schéma et symbole d'un demi-additionneur

Le demi-additionneur ne peut faire que l’addition des deux chiffres de plus faible poids, puisqu’il ne peut pas
prendre en compte la retenue qui provient d’une addition précédente. Pour résoudre cette difficulté on utilise un
circuit à .... entrées : c’est l’additionneur ................. (AC).
 Additionneur complet :
D’après l’activité on détermine que :

c/ - 910 - 410
Comme - 910 et - 410 sont des nombres négatifs, il faut les remplacer par leurs compléments à 2 respectifs

Le bit de signe est 1, donc le résultat de la somme est négatif, il faut le complémenter à 2 pour trouver sa valeur
absolue .

Opérations arithmétiques binaires Page : 3/5


ISG système logique

Pour réaliser un additionneur de deux mots à n bits : A= An An-1 ………A1A0 et B = Bn Bn-1 ………B1B0 on fait l’association .

IV- LA SOUSTRACTION :
IV-1 Principe : La soustraction des nombres binaires s’effectue :
 Soit de la même façon que l’addition des nombres binaires en appliquant la table suivante :
a0 b0 r D 1 0 0 0 0 1 1 1ier terme
0 0
- 1 0 1 0 1 1 2ième terme
0 1
………………………………. résultat
1 0
1 1

 Soit en faisant le complément à « 2 » du terme soustractif qui doit être ajouté au nombre le plus grand. Pour avoir
le résultat, il est nécessaire d’éliminer le bit le plus significatif du résultat de cette somme ( le 1er à gauche )
IV-2 Réalisation pratique :
IV-2-1 Le demi-soustracteur :
Pour une soustraction entre deux nombres A (A = a0) et B (B = b0) de 1 bit, 4 combinaisons sont possibles, et le
résultat occupera 2 bits, un bit pour la différence (D) et un autre pour la retenue (r). Ce dispositif est également
appelé demi-soustracteur.
D’après la table de vérité précédente ( A = a0 et B = b0 ) et l’activité N°3, les expressions logiques sont :

Le logigramme correspondant :

Opérations arithmétiques binaires Page : 4/5


ISG système logique
IV-2-2 Le soustracteur complet de deux nombres à 1 bit :
Nous pouvons généraliser cette structure pour décrire la soustraction de mots de taille supérieure à 1. Pour cela il
faut introduire une variable supplémentaire ri qui représente une retenue entrante.
La table de vérité, résumant le fonctionnement du soustracteur « 1 bit » avec retenue entrante (ou soustracteur «
complet ») est comme suit :
Les expressions logiques sont :
ai bi ri ri+1 Si+1
0 0 0
0 0 1
0 1 0
0 1 1
1 0 0
1 0 1
1 1 0
1 1 1
Le logigramme correspondant :

 Réaliser les opérations de soustraction suivante :

1 1 1 0 0 1 1 0 0 0 0 1 0 0 1 0 0 1

- 0 1 0 1 0 1 + 1 1 0 0 1 1 + 1 0 1 1 0 1

= = =

I-1-b/ deuxième méthode ( le complément à 2 )

Opérations arithmétiques binaires Page : 5/5