Vous êtes sur la page 1sur 129

Matière : Construction générale

Chapitre 5 : Structures
Définition :

En bâtiment, la structure correspond à l’ossature d’une


construction devant assurer la stabilité d’un ensemble.

2
Il existe différents types de structures :

- Structures en coques
- Structures à câbles
- Les dômes
- Les structures traditionnelles (poteaux-poutres)

3
Béton Acier
Béton
-Prix pas cher armé -Prix cher
-Résiste à la -Couler du -Résiste à la
compression mais béton avec un compression et à la
moins à la traction peu d’acier traction
-Prix rentable

Construire encore plus haut et encore


plus grand
- Il faut une bonne adhésion entre l’acier et le béton pour que ça tienne.

Les barres sont lisses !!

- Invention de barres plus adhérentes non-lisses, avec des saillis et des creux.
Les dômes

Palais des sports, Italie


Pier Luigi Nervi 6
Les dômes

Dôme soutenu par


36 poutres en « Y »s

Palais des sports, Italie


Pier Luigi Nervi 7
Les dômes : structure sphérique translucide

Dômes géodésiques, Montréal


Richard Buckminster Fuller
Structures en coques minces en béton armé

Centre océanographique, Valence


Felix Candella
Coques
Structures à câbles

Pont Bac de Roda, Barcelone


Santiago Calatrava
Structures à câbles

Foot bridge, Bilbao, Espagne


Santiago Calatrava
Structures traditionnelles :

- Poteaux,
- Voiles,
- Planchers,
- Dalles,
- Poutres,
- Linteau,
- Paillasse,
- Etc.

13
Matériaux nécessaires à la mise en œuvre des différents éléments
de structure en béton armé :

- Le béton,

- Le coffrage,

- Les aciers/les armatures.

14
1. Les bétons :
1. Les bétons :

1. 1. Composantes du béton

1. 2. Les propriétés du béton

1. 3. Les types de béton

- Les bétons courants


- Les bétons spéciaux
- Les nouveaux bétons
- Le béton précontraint
1. Les bétons :

1.1. Composantes du béton


Le ciment :

C’est un liant hydraulique qui fait prise par hydratation, c'est-à-dire


au contact de l'eau. Il existe des ciments courants et des ciments
spéciaux qui possèdent des propriétés spécifiques de prise ou de
résistance.

Le ciment est gris le plus souvent mais il existe des ciments blancs
composés à partir de matières premières très pures et sans oxyde de
fer.
L'eau :

L'eau a un double rôle : hydratation de la poudre de ciment et


facilitation de la mise en œuvre (ouvrabilité).

Son dosage est très important.

En l'absence d'adjuvant plastifiant, la quantité d'eau est déterminée


par la condition de mise en œuvre. En ajoutant un plastifiant (appelé
aussi réducteur d'eau), la quantité d'eau utilisée décroit et les
performances mécaniques du matériau sont améliorées (BHP : béton
hautes performances).
Les granulats :

On donnera le nom de granulats à un ensemble de grains inertes


destinés à être agglomères par un liant et à former un agrégat.

Le terme granulat, au singulier, désigne un ensemble de grains d'un


même type, quel que soit le critère de classification utilisé. Le terme
granulats, au pluriel, sera utilise pour designer un mélange de
grains de divers types.
Les granulats :

Les granulats constituent le squelette du béton et ils représentent,


dans les cas usuels, environ 80 % du poids total du béton.

Les granulats utilisés pour le béton sont soit d'origine naturelle (de
carrière), soit artificiels (sous-produits industriels, granulats à hautes
caractéristiques élaborés industriellement, granulats recycles,
granulats légers et très légers) ; De 0 à 125 mm, ils déterminent les
caractéristiques techniques et esthétiques du béton.
Les granulats : Importance de la composition granulométrique

Les propriétés physiques et mécaniques du béton dépendent de


beaucoup de facteurs. Généralement on souhaite obtenir un béton
résistant, étanche et durable.

Pour atteindre ce but, il faut :

- que le béton à l‘état frais soit facile à mettre en œuvre et à


compacter (pour réduire la porosité)

- un maximum de granulats par unité de volume de béton (pour


réduire la quantité de pate liante nécessaire pour remplir les
vides, tous les vides devant être remplis de pate liante).
Les granulats : classification
On trie les granulats par dimension au moyen de tamis (mailles
carrées) et de passoires (trous circulaires).
Les adjuvants :

Les adjuvants modifient, en les améliorant, les propriétés du béton.


De plus en plus utilisés, ils représentent néanmoins moins de 5% du
poids du ciment.
Les adjuvants :

On en distingue 3 grands types :

- les plastifiants et superplastifiants qui modifient l'ouvrabilité du


béton (faciliter la fabrication de linteaux, tranchées étroites et
profondes, coffrages complexes),
- les accélérateurs de prise et de durcissement et les retardateurs
de prise qui ont une action sur les délais de prise (temps chaud /
temps froid),
- les entraineurs d'air, hydrofuges de masse, rétenteurs d'eau qui
ont une action sur la résistance aux agents extérieurs (milieux
agressifs / ouvrages hydrauliques),
- les colorants en poudre pour des bétons apparents,
- l’antigel pour une utilisation à des températures négatives.
1. Les bétons :

1.1. Composition du béton

Le choix des proportions de chacun des constituants d'un béton afin


d'obtenir les propriétés mécaniques et de mise en œuvre
souhaitées s'appelle la formulation.
1. Les bétons : composition
1. Les bétons : dosage
1. Les bétons :

Béton et mortier, quelles différences ?

Le mortier et le béton ne se différencient que par la présence ou


l'absence de graviers dans leur composition, les ingrédients de
base étant identiques.
1. Les bétons :

Béton et mortier, quelles différences ?

Le mortier pour l'assemblage :


L'assemblage des matériaux comme la pierre, la brique ou le
parpaing a longtemps été effectué par du mortier composé de
ciment, sable et eau. On y ajoutant de la chaux, le mortier est
appelé mortier bâtard.

Le béton pour l'ouvrage : à l'ajout de graviers plus ou moins fins, on


ne parlera plus de mortier, mais de béton, utilisé pour le coulage
d'une dalle, la pose de fondations ou la fabrication de blocs de
diverses formes.
1. Les bétons :

1. 2. Propriétés du béton

La propriété essentielle du béton frais est son ouvrabilité, c'est à dire


son aptitude à remplir n'importe quel volume (coffrage, moule, etc.)
et à enrober convenablement les armatures.

Les propriétés du béton durci : Lorsque le béton a durci, sa forme ne


peut plus être modifiée mais ses caractéristiques continuent
d‘évoluer pendant de nombreux mois, voire des années.
1. Les bétons :

1. 2. Propriétés du béton

- La compacité d'un béton (ou sa faible porosité) est un avantage


déterminant pour sa durabilité,

- Une bonne résistance à la compression est la performance


souvent recherchée pour le béton durci.
1. Les bétons :

1. 3. Les types de béton

On distingue deux types de bétons :

- BÉTONS COURANTS
- BÉTONS SPÉCIAUX
1. Les bétons :

1. 3. Les types de béton

BETONS COURANTS

Ce sont les plus utilisés, aussi bien dans le bâtiment qu'en travaux
publics.

Ils peuvent être armés ou non, et lorsqu'ils sont très sollicités en


flexion, on parle de bétons précontraints. (exp: béton de propreté,
gros béton, béton armé, béton précontraint, etc.)
1. Les bétons :

1. 3. Les types de béton

L’aspect du béton peut changer en fonction de son coffrage


et de sa mise en œuvre.

On distingue :

- Le béton brut de décoffrage;


- Le béton banché;
- Le béton lissé;
- Le béton ciré;
- Etc.
Le béton brut de décoffrage est un béton tel qu’il apparait après
décoffrage en particulier sans ponçage ni revêtement.
Le béton lissé
1. Les bétons :

1. 3. Les types de béton

BETONS SPECIAUX

A côté des bétons courants, il existe des BETONS SPECIAUX dont la


composition est adaptée à une utilisation spécifique.
1. Les bétons :

1. 3. Les types de béton

BETONS SPECIAUX

Les bétons lourds : ont une masse volumique ρ >2600 kg/m3 et


peuvent atteindre 6000 kg/m3.

Formulés avec des granulats spéciaux de densité élevée, ils servent,


entre autres, pour la protection contre les rayons (X, Gamma,
radioactifs).
1. Les bétons :

1. 3. Les types de béton

BETONS SPECIAUX

Les bétons légers : ont une masse volumique ρ comprise entre 800
et 2 000 kg/m3 ; ils ont un caractère caverneux (bétons cellulaires)
ou bien utilisent des granulats légers (argile expansée, polystyrène,
particules de bois…).

Dans le bâtiment, ils sont utilisés pour alléger des structures, pour
des chapes légères en rénovation, et l'isolation thermique et
phonique.
1. Les bétons :

1. 3. Les types de béton

BETONS SPECIAUX

Les bétons réfractaires : sont composes d'un liant réfractaire


(ciment alumineux) et de granulats réfractaires. Ils résistent à des
températures élevées et dans la maison sont utiles pour la
réalisation de cheminées.
1. Les bétons :

1. 3. Les types de béton

BETONS SPECIAUX

Les bétons de fibres : Ce sont des matériaux composites réalisés a


partir de mortiers dans lesquels on a incorporé des fibres (fibres
naturelles, fibres de verre, métalliques, polypropylène...) de façon à
constituer un maillage d'armatures et augmenter la résistance à la
fissuration.
1. Les bétons :

1. 3. Les types de béton

BETONS NOUVEAUX

Ils proposent des solutions adaptées à chaque type d'ouvrage, à la


nature du chantier, aux conditions de mise en œuvre, aux
exigences esthétiques.

Exemples : Les Bétons Hautes Performances, Les Bétons Fibrés


Ultra Performants (BFUP), etc.
1. Les bétons :

1. 3. Les types de béton


LE BETON TRANSLUCIDE
1. Les bétons :

1. 3. Les types de béton

LE BETON PRECONTRAINT

Le principe de précontrainte appliquée au béton consiste à installer


un effort permanent dans une structure, de manière à y engendrer
des contraintes permanentes. Le domaine d’emploi le plus répandu
est le franchissement de très longues portées, jusqu’à plusieurs
centaines de mètres.
1. Les bétons :

1. 3. Les types de béton : LE BETON PRECONTRAINT

Séduit par le matériau béton, Eugène Freyssinet a le sentiment que


le béton armé ne permet pas de tirer le meilleur parti des deux
éléments qui le composent, que le mariage du béton et de l’acier
peut être beaucoup plus fécond.

Une longue réflexion le conduit à approfondir une idée simple : il


faut préparer le béton à faire face sans dommages à son avenir.
1. Les bétons :

1. 3. Les types de béton : LE BETON PRECONTRAINT

Préparer le béton c’est le comprimer suffisamment pour qu’en tous


points les compressions soient supérieures aux tractions qui se
développeront ultérieurement.

Plusieurs modes de mise en compression du béton peuvent être


envisagés.

La précontrainte des poutres est généralement assurée par des


câbles d’acier fortement tendus qui transmettent au béton leur
tension par des dispositifs appropriés.
1. Les bétons :

1. 3. Les types de béton : LE BETON PRECONTRAINT

- Poutre en béton précontraint reposant sur des échafaudages.


- Avant le bétonnage on a disposé des gaines vides dans la zone soumise
à traction.
1. Les bétons :

1. 3. Les types de béton : LE BETON PRECONTRAINT

Après coulage et durcissement du béton, des câbles d’acier de


précontrainte sont enfilés dans les gaines.
1. Les bétons :

1. 3. Les types de béton : LE BETON PRECONTRAINT

Les extrémités de ces câbles traversent des dispositifs de blocage


placés aux deux abouts de la poutre.

Ces dispositifs de blocage des câbles sont des cônes d’ancrage ou des
plaques métalliques percées de trous coniques.

On installe ensuite des vérins hydrauliques de mise en tension à l’une


ou aux deux extrémités des câbles. Les câbles sont bloqués dans les
vérins.
1. Les bétons :

1. 3. Les types de béton : LE BETON PRECONTRAINT

- Les câbles sont mis en tension à l’aide des vérins qui prennent appui
sur le béton de la poutre.
- Lorsque la tension et l’allongement désirés sont obtenus, on bloque les
câbles avec les dispositifs installés aux abouts de la poutre.
1. Les bétons :

1. 3. Les types de béton : LE BETON PRECONTRAINT

Plus la charge augmente, plus la cambrure diminue.


Plus la charge augmente, plus la compression dans la partie inférieure de
la poutre diminue.
1. Les bétons :

1. 3. Les types de béton : LE BETON PRECONTRAINT

- La poutre en béton précontraint reprend sa position initiale lorsqu’on


supprime les charges appliquées, comme l’arc du chasseur lorsque la
flèche est tirée.
- Le béton précontraint a un comportement élastique.
2. Les coffrages

2. 1. Le rôle du coffrage
2. 2. La conception des coffrages
2. 3. Les différents types de coffrages
2. 4. La préparation des coffrages
2. Les coffrages
2. 1. Le rôle du coffrage

Les coffrages sont des outils utilisés pour le moulage du béton.

Une propriété essentielle du béton est son aptitude à épouser la


forme dans laquelle on le coule lorsqu’il est encore à l’état frais.
2. Les coffrages
2. 1. Le rôle du coffrage

Le coffrage constitue l’outil essentiel en matière de réalisation


d’ouvrages en béton. Il a beaucoup évolué ces dernières années
pour mieux s’adapter a des besoins de plus en plus complexes
et varies.

Grâce aux coffrages, le béton coulé in situ demeure pour


beaucoup d’ouvrages une solution économique et parfois la
seule utilisable lorsque le volume de la réalisation est très
important ou lorsque les éléments à réaliser ne sont pas
suffisamment répétitifs pour justifier leur préfabrication.
2. Les coffrages
2. 2. La conception des coffrages

Si le choix des coffrages dépend de l’ouvrage à réaliser et du


nombre de ses réemplois, on peut néanmoins dégager un certain
nombre d’exigences communes qu’ils doivent satisfaire :

- Indéformabilité et stabilité,

- Étanchéité,

- État de surface.
2. Les coffrages
2. 2. La conception des coffrages

Indéformabilité et stabilité : Un coffrage doit être indéformable


sous l’effet de la poussée du béton et lors de la vibration.

La conception du coffrage doit s’attacher à respecter cette


indéformabilité et cette stabilité en considérant la pression
statique exercée par le béton et les contraintes dynamiques qui
découlent de la vibration (qui varient selon le mode de vibration et
le type de vibrateurs).
2. Les coffrages
2. 2. La conception des coffrages

Étanchéité : Un coffrage est constitué par la juxtaposition de


panneaux ou éléments ; l’absence d’étanchéité aux joints a pour
effet de laisser passer l’eau ou la laitance du béton, ce qui
provoque sur le parement des défauts d’aspect : hétérogénéité de
texture et de teinte.
2. Les coffrages
2. 2. La conception des coffrages

État de surface : Un coffrage est le négatif de l’ouvrage à réaliser.


Tout défaut de surface de coffrage se retrouvera donc sur le
parement de l’ouvrage.

Si un effet décoratif peut être recherche volontairement en


utilisant par exemple le veinage des planches ou leur assemblage, il
n’en va pas de même lorsqu’il s’agit de défauts tels que trous,
déformations de surface dues à des chocs, têtes de boulons, etc.
2. Les coffrages
2. 3. Les différents types de coffrages

- Les coffrages en bois


- Les coffrages métalliques
2. Les coffrages
2. 3. Les différents types de coffrages : les coffrages en bois
2. Les coffrages
2. 3. Les différents types de coffrages : les coffrages en bois

Matériau sciable et clouable, le bois est l’un des premiers matériaux


utilises pour la réalisation de coffrages. Du fait de sa texture et de
ses possibilités d’assemblage, le coffrage bois présente de
nombreux avantages pour les bétons apparents structures et pour
les ouvrages de formes complexes et non répétitifs.

Les planches utilisées pour les coffrages doivent être suffisamment


épaisses pour éviter un gauchissement (déformation) (27 à 40 mm).
2. Les coffrages
2. 3. Les différents types de coffrages : les coffrages en bois

Les caractéristiques du bois se modifient au cours des réemplois


(porosité plus faible, usure de la surface), ces modifications peuvent
avoir une influence sur la teinte et l’aspect du parement.

Pour les surfaces importantes et planes, le coffrage peut être réalisé


en panneaux de contreplaque. Mais il est également utilisable pour
les petits éléments de forme complexe, du fait de sa facilite de
découpe.
2. Les coffrages
2. 3. Les différents types de coffrages : les coffrages métalliques
2. Les coffrages
2. 3. Les différents types de coffrages : les coffrages métalliques

Les coffrages métalliques se sont beaucoup développés dans le


bâtiment. Ils permettent de rationaliser la mise en œuvre du béton
et contribuent à l’amélioration de la productivité du chantier. Leurs
possibilités de réemploi sont appréciables pour des éléments a
caractère répétitif – voiles verticaux, planchers et poteaux.
2. Les coffrages
2. 3. Les différents types de coffrages : les coffrages métalliques

Ce type de coffrages, bien que lourd, a su évoluer en fonction des


besoins :

– coffrages modulaires;
– coffrages glissants, grimpants, à géométrie variable;
– coffrages tunnels, etc.
2. Les coffrages
2. 3. Les différents types de coffrages : les coffrages métalliques

L’acier donne au béton une surface lisse.

La conductibilité de l’acier favorise la dissipation de chaleur due à


l’hydratation du ciment, c’est un critère favorable par temps chaud.
A l’inverse, par temps froid, le béton est moins bien protégé contre
des chutes de température, ce qui peut alors nécessiter un
calorifugeage du coffrage.

Compte tenu de sa rigidité, ce type de coffrage est bien adapté à la


vibration externe du béton.
2. Les coffrages
2. 4. La préparation des coffrages

 La vérification du positionnement et de la stabilité;


 L’étanchéité;
 Le nettoyage;
 La préparation de la surface (produits de démoulage).
2. Les coffrages

Le décoffrage :

Au bout de combien de temps peut on décoffrer un plancher ?

La résistance du béton dépend en particulier de :

- Sa composition granulométrique
- La nature et du dosage en ciment
- La température

Des parties telles que joues de poutres, poteaux, peuvent être


décoffrées rapidement (72h conseillées )
3. Les éléments de structure

- Poteaux,
- Voiles,
- Planchers,
- Dalles,
- Poutres,
- Linteau,
- Paillasse,
- Etc.

96
3. Les éléments de structure : éléments verticaux

Le poteau est un organe de structure d'un ouvrage sur lequel se


concentrent de façon ponctuelle les charges de la superstructure et
par lequel ces charges se répartissent vers les infrastructures de cet
ouvrage.

Le voile en béton armé désigne toute paroi verticale pleine en


béton armé, coulé sur place.
3. Les éléments de structure : éléments horizontaux

Les planchers désignent des parois horizontales composant en


général le sol d’un étage, ses éléments constitutifs structurels sont :

Les poutres, les poutrelles, les raidisseurs, les nervures qui portent
vers les appuis le poids propre du plancher et les surcharges qu’il
doit supporter sans fléchir.

Les linteaux sont des éléments monolithes qui ferme le haut d’une
baie et soutient la maçonnerie au-dessus de l’ouverture, reportant
sa charge vers les poteaux.
3. Les éléments de structure : éléments horizontaux

3.1. Les planchers

L’épaisseur du plancher dépend de la portée :

Portée 4 – 4,7 m 4,7 – 5,4 m 5,4 – 6,4 m 6,4 – 7,8 m


Nervures 16 + 5 19 + 6 19 + 4,5 + 6 30 + 6
3. Les éléments de structure : éléments horizontaux

3.1. Les planchers à corps creux

Il existe une très grande variété de planchers à corps creux. Les


corps creux sont soit en argile cuite (hourdis), soit en béton
(entrevous). Les corps creux les plus courant sont de 16, 19 ou
30cm.

L’espacement des nervures est généralement de 33cm. Les corps


creux présentent à la partie inférieure une sous face rainurée qui
facilite l’accrochage de l’enduit ou du plafond plâtre.
3. Les éléments de structure : éléments horizontaux

3.1. Les planchers à corps creux


3. Les éléments de structure : éléments horizontaux

3.1. Les planchers à corps creux

Plancher classique à
hourdis et nervures
3. Les éléments de structure : éléments horizontaux

3.1. Les planchers à corps creux

Plancher préfabriqué
avec poutrelles et
entrevous
3. Les éléments de structure : éléments horizontaux

3.2. Les planchers nervurés


Il existe trois types de planchers nervurés :
3. Les éléments de structure : éléments horizontaux

3.2. Les planchers nervurés


Il existe trois types de planchers nervurés :

Plancher à nervures Plancher à nervures Plancher à nervures


parallèles orthogonales biaisées
3. Les éléments de structure : éléments horizontaux

3.2. Les planchers nervurés

Planchers à nervures parallèles : dalle mince de 6 à 12 cm selon les


portées et les surcharges, repose sur des nervures parallèles
chargeant les poutres périphériques.

Planchers à nervures orthogonales : les nervures sont dans ce cas


des poutres croisées, les panneaux qu’elles déterminent ont des
dimensions variables et des petites panneaux donnent un ensemble
moins lourd mais plus couteux et plus long à construire.

Planchers à nervures biaisées : On fait appel à ce type de


construction pour réaliser de beaux planchers; les poutres sont
toujours de hauteur constante.
3. Les éléments de structure : éléments horizontaux

3.2. Les planchers nervurés

Pier Luigi Nervi


3. Les éléments de structure : éléments horizontaux

3.3. Les dalles

Surface d’allure horizontale en béton armé, toiture terrasse ou


dallage extérieur, reposant sur des appuis (poteaux, poutres,
chaînages).

Nous citons : les dalles pleines, les dalles flottantes, les dalles de
compression.
3. Les éléments de structure : éléments horizontaux

3.3.1. Les dalles : dalles pleines

C’est un plancher autoporteur en béton armé sans poutrelles.

C’est un plancher autoporteur en béton armé sans poutrelles.


3. Les éléments de structure : éléments horizontaux

3.3.2. Les dalles : dalle de compression

On l’appelle aussi « dalle de répartition ». C’est une dalle d’au moins


4cm d’épaisseur, armée de lits ou nappes de treillis soudés, rapportée
sur des éléments constituants l’ossature fermée ou les nervures d’un
plancher : plancher à poutrelles préfabriquées et entrevous, plancher à
pré dalles, plancher à caissons, etc.

Son rôle consiste à concentrer les charges vers les nervures d’ossature.
3. Les éléments de structure : éléments horizontaux

3.3.2. Les dalles : dalle de compression


3. Les éléments de structure : éléments horizontaux

3.3.2. Les dalles : dalle de compression


3. Les éléments de structure : éléments horizontaux

3.3.3. Les dalles : dalle flottante

Il s’agit d’une dalle mince rapportée sur un isolant phonique, qu’elle


protège, et qui lui-même repose sur une dalle de compression.
Celle-ci n’est en aucun point solidaire du gros œuvre : l’isolant doit
être relevé à sa périphérie. La chape flottante n’a que 3 à 5cm
d’épaisseur.
3. Les éléments de structure : éléments horizontaux

3.3.3. Les dalles : dalle flottante

On appelle souvent dalle flottante une dalle réalisée sur un isolant


thermique; le terme propre pour ce type d’ouvrage est « dalle
rapportée » ou « dalle désolidarisée ».
4.
4. Mise en œuvre
Mise en œuvre des
des bétons
bétons

La mise en œuvre du béton s’effectuera aussitôt après leur


fabrication, leur transport et mise en place, et ne devront en aucun
cas donner lieu à ségrégation.

La ségrégation : Phénomène de séparation des constituants d'un


béton frais, qui peut être provoqué par un malaxage insuffisant ou
par une vibration excessive.
4. Mise en œuvre des bétons
4. Mise en œuvre des bétons

La vibration du béton

Tous les bétons (à l’exception du béton de propreté) seront vibrés


afin d’éliminer toutes ségrégations.
4. Mise en œuvre des bétons

La vibration du béton
4. Mise en œuvre des bétons

La vibration du béton

Compresseur
Sortie pour deux
vibreurs

Aiguille moyenne

Vibreur électrique

Aiguille fine
4. Mise en œuvre des bétons

Reprise du bétonnage
4. Mise en œuvre des bétons

Reprise du bétonnage
4. Mise en œuvre des bétons

Prélèvement des éprouvettes


4. Mise en œuvre des bétons

Prélèvement des éprouvettes


Bibliographie :

Dosage béton :
https://www.youtube.com/watch?v=JqYnK-5oPYA

Dalle pleine :
https://www.youtube.com/watch?v=ZB95tu312XA

Poutre :
https://www.youtube.com/watch?v=bSfVd4YLDyo&t=158s

Coulage béton :
https://www.youtube.com/watch?v=gF2yed1sqwc&t=2s

Coffrage métallique :
https://www.youtube.com/watch?v=AIjr2sA8OYk&t=147s