Vous êtes sur la page 1sur 54

Auteurs :

Mohamed KRIFA
Quang Trung NGO
Thomas JOCHYMS

Groupe de projet N° 29

Projet Pont – Groupe N° 29


Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

CHEC – CHEBAP
Année 2014 - 2015
Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

Ce projet consiste en la détermination de la géométrie générale d’un tablier de pont en béton et du


calcul de sa précontrainte en tenant compte des différentes phases d’exécution et d’exploitation de
l’ouvrage.

Le viaduc étudié est celui de Bourran situé sur la commune de Rodez dans le département de l’Aveyron.
Il a été construit en 1990 grâce à la technique dite par encorbellement successif. Pour ce projet, nous
conserverons donc ce procédé de construction.

La précision du dimensionnement devra correspondre à celle d’un avant-projet et se limitera à l’étude


du tablier.

Année 2014 - 2015 1


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

Table des matières :


1. Hypothèses générales ..................................................................................................................... 4
1.1. Définition du projet ............................................................................................................................... 4
1.2. Caractéristiques des matériaux ............................................................................................................. 4
1.2.1. Béton traditionnel ........................................................................................................... 4
1.2.2. Béton léger ...................................................................................................................... 4
1.2.3. Armatures de précontraintes .......................................................................................... 4
1.2.4. Armatures passives.......................................................................................................... 5
1.3. Définition des charges ........................................................................................................................... 6
1.3.1. Charges permanentes...................................................................................................... 6
1.3.2. Charges en cours d’exécution ......................................................................................... 6
1.3.3. Charges de service ........................................................................................................... 7
1.3.4. Actions du vent ................................................................................................................ 8
1.3.5. Actions de la neige........................................................................................................... 8
1.3.6. Actions thermiques ......................................................................................................... 8
1.3.7. Redistribution par fluage ................................................................................................. 9
1.4. Combinaisons de charge ........................................................................................................................ 9
1.4.1. En cours de construction ................................................................................................. 9
1.4.2. En service ......................................................................................................................... 9
1.5. Limitation des contraintes ................................................................................................................... 10
1.5.1. En cours d’exécution ..................................................................................................... 10
1.5.2. En service ....................................................................................................................... 10
2. Définition de la géométrie du tablier ............................................................................................ 11
2.1. Définition du profil en long .................................................................................................................. 11
2.1.1. Longueur des fléaux ...................................................................................................... 11
2.1.2. Découpage en voussoirs ................................................................................................ 11
2.1.3. Variation de la hauteur.................................................................................................. 11
2.2. Définition du profil en travers ............................................................................................................. 13
2.2.1. Définition du hourdis supérieur .................................................................................... 13
2.2.2. Définition des âmes ....................................................................................................... 13
2.2.3. Définition du hourdis inférieur ...................................................................................... 13
2.2.4. Définition des goussets ................................................................................................. 14
3. Cinématique de construction ........................................................................................................ 15
4. Calcul de la précontrainte de fléau ............................................................................................... 16
4.1. Principe de dimensionnement............................................................................................................. 16
4.2. Fléau des piles P2 et P3 ....................................................................................................................... 16

Année 2014 - 2015 2


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

4.2.1. Efforts dans la structure ................................................................................................ 16


4.2.2. Détermination du nombre de câbles ............................................................................ 17
4.2.3. Vérification des contraintes .......................................................................................... 18
4.3. Fléau des piles P1 et P4 ....................................................................................................................... 19
4.3.1. Efforts dans la structure ................................................................................................ 19
4.3.2. Détermination du nombre de câbles ............................................................................ 20
4.3.3. Vérification des contraintes .......................................................................................... 21
5. Calcul de la précontrainte de continuité ....................................................................................... 22
5.1. Principe de dimensionnement............................................................................................................. 22
5.2. Calcul des efforts sollicitant ................................................................................................................. 23
5.2.1. Paramètre du modèle informatique ............................................................................. 23
5.2.2. Résultats ........................................................................................................................ 24
5.3. Tracé des câbles de continuité externes ............................................................................................. 25
5.4. Effet hyperstatique des câbles de continuité externes ....................................................................... 26
5.5. Effets hyperstatiques des câbles de continuité internes (éclisses) ..................................................... 26
5.6. Dimensionnement de la précontrainte de continuité externe ............................................................ 28
5.7. Dimensionnement de la précontrainte de continuité interne (éclisses) ............................................. 29
6. Vérification à flexion...................................................................................................................... 30
6.1. Principe de vérification ........................................................................................................................ 30
6.2. Vérification à l’ELS ............................................................................................................................... 30
6.3. Vérification à l’ELU............................................................................................................................... 32
7. Vérification à l’effort tranchant..................................................................................................... 33
7.1. Principe de la vérification .................................................................................................................... 33
7.2. Calcul de l’effort tranchant .................................................................................................................. 34
7.3. Vérification ELS .................................................................................................................................... 36
7.4. Vérification ELU ................................................................................................................................... 38
8. Vérification du hourdis supérieur.................................................................................................. 39
8.1. Vérification à la flexion transversale ................................................................................................... 39
8.1.1. Détermination du modèle de calcul .............................................................................. 39
8.1.2. Calcul des sollicitations.................................................................................................. 39
8.1.3. Calcul du moment réduit ............................................................................................... 41
8.2. Vérification au poinçonnement ........................................................................................................... 41
9. Calcul des pertes de précontrainte ............................................................................................... 42
9.1. Câble de fléau ...................................................................................................................................... 43
9.2. Câbles éclisses ..................................................................................................................................... 43
9.3. Câbles de continuité externes ............................................................................................................. 44
Conclusion : ........................................................................................................................................... 45

Année 2014 - 2015 3


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

1. Hypothèses générales
1.1. Définition du projet
Les différentes contraintes imposées par le sujet sont :
- Pont en béton précontraint construit par encorbellement successif
- Les dimensions des travées sont successivement : 30 m – 74 m – 100 m – 74 m – 30 m
- Les caissons devront avoir une hauteur variable de 3,00 m à 6,00 m
- La largeur du tablier est de 13,40 m comprenant :
- une chaussée de 10,50 m de largeur
- un trottoir situé à une seule extrémité de 1,50 m de largeur
- deux sur-largeurs de 0,70 m pour l’implantation des barrières de sécurité de part et
d’autre du tablier
- Les dispositifs de retenue seront des barrières de sécurité du type BN4

1.2. Caractéristiques des matériaux


1.2.1. Béton traditionnel
On utilisera un béton traditionnel du type C40/50 ayant les caractéristiques suivantes :
- 𝑓𝑐𝑘 = 40 𝑀𝑃𝑎
- 𝑓𝑐𝑡𝑚 = 3,5 𝑀𝑃𝑎
- 𝐸𝑐𝑚 = 35 000 𝑀𝑃𝑎
- 𝜌 = 25 𝑘𝑁/𝑚3

1.2.2. Béton léger


Si on doit avoir recours à un béton léger, on en utilisera un du type C30/35 ayant les caractéristiques
suivantes :
- 𝑓𝑐𝑘 = 30 𝑀𝑃𝑎
- 𝑓𝑐𝑡𝑚 = 2,2 𝑀𝑃𝑎
- 𝐸𝑐𝑚 = 20 000 𝑀𝑃𝑎
- 𝜌 = 18,5 𝑘𝑁/𝑚3

1.2.3. Armatures de précontraintes


Armatures certifiées par l’ASQPE :

T13 T13S T15 T15S


(Standard) (Super) (Standard) (Super)
φnom (mm) 12,5 12,9 15,2 17,7
A (mm²) 93 100 140 150
Classe (MPa) 1 860 1 860 1 860 1 860
Frg (kN) 173 186 260 279
Feg (kN) 154 166 230 248
Ρ1000 (%) 2,5 2,5 2,5 2,5

Année 2014 - 2015 4


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

Les unités de précontrainte à utiliser sont :

Unités 1T15 4T15 7T15 12T13 12T15 19T15 27T15


Distance mini axe d’un ancrage-
10 13 18 18 22 27 33
paroi (cm)
Entraxe mini de deux ancrages
8 18 24 24 30 38 46
(cm)
Dimension de la paque
22,5 27 35
d’ancrage (cm)
µ (coefficient de frottement) 0,19 pour les câbles intérieurs – 0,12 pour les câbles extérieurs
k (m-1 coefficient de déviation
5x10-3 pour les câbles intérieurs – 0 pour les câbles extérieurs
parasite)
Rentrée d’ancrage g (mm) 8 8 8 7 8 8 8
Force utile P∞ (MN)
(1)
0,16 0,64 1,12 1,20 1,92 3,04 4,32
Diamètre de gaine (2) (mm) 50 65 65 80 95
Enrobage des gaines (3) (mm) 70 75 75 90 105

(1)
Ordre de grandeur pour le prédimensionnement.
(2)
On utilisera des gaines rigides cintrable à la main
(3)
Les hypothèses retenues sont (EN 1992-1-1 4.4.1) :
- Classe structurale S4
- Durée d’utilisation de projet de 100 ans : majoration de 2 classes
- Maîtrise particulière de la qualité de production du béton : minoration de 1 classe
- Classe d’exposition XD3

1.2.4. Armatures passives


On utilisera des armatures passives du type B 500B ayant les caractéristiques suivantes :
- 𝑓𝑦𝑘 = 500 𝑀𝑃𝑎
- 𝐸𝑠 = 200 000 𝑀𝑃𝑎
- 𝑘 = 1,08
- 𝜀𝑢𝑘 = 5,0 %

L’enrobage des armatures passives doit être de 60 mm (EN 1992-1-1 4.4.1) :


- Classe structurale S4
- Durée d’utilisation de projet de 100 ans : majoration de 2 classes
- Maîtrise particulière de la qualité de production du béton : minoration de 1 classe
- Classe d’exposition XD3

Année 2014 - 2015 5


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

1.3. Définition des charges


1.3.1. Charges permanentes
On calculera le poids propre du tablier en considérant le béton comme ayant une masse volumique de
25 kN/m3 incluant le poids des armatures passives et des armatures de précontraintes.

Les charges de superstructures seront prises égales à 3,5 kN/m² appliquées en surface du tablier.

1.3.2. Charges en cours d’exécution


Les charges en cours d’exécution sont les suivantes (EN 1991-1-6):

- Charges dues au personnel d’exécution (A répartir sur


𝑞𝑐𝑎 = 1,0 𝑘𝑁/𝑚²
toute la longueur du fléau) :

- Stockage d’éléments déplaçables :


o Charge uniformément répartie sur toute la
𝑞𝑐𝑏 = 0,2 𝑘𝑁/𝑚²
longueur du fléau :
o Charge ponctuelle appliquée sur l’extrémité du 𝐹𝑐𝑏 = 100,0 𝑘𝑁
voussoir précédent :
- Equipage mobile (excentré de 1,5 m par rapport à 𝐹𝑐𝑐 = 500 𝑘𝑁
l’extrémité du fléau) :
- Equipement lourd déplaçable : 𝐹𝑐𝑑 = 0

- Accumulation de matériaux : 𝑞𝑐𝑒 = 0

- Surcharges additionnelles : 𝑞𝑐𝑓 = 0

Année 2014 - 2015 6


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

1.3.3. Charges de service


Les charges de service (charges routières) seront calculées avec le modèle LM1 et les coefficients
correspondant à la deuxième classe de trafic (EN 1991-2). Ainsi, le tablier est partagé en :
- 3 voies conventionnelles de 3,0 m de large chacune
- 1 aire résiduelle de 1,50 m
- 1 trottoir de 1,50 m

Charges UDL :
- Voie 1 : 𝑞1 . 𝛼𝑞1 . 𝐿1 = 9,0 𝑘𝑁⁄𝑚2 × 0,7 × 3,0 𝑚
= 18,90 𝑘𝑁⁄𝑚𝑙
- Voie 2 : 𝑞2 . 𝛼𝑞2 . 𝐿2 = 2,5 𝑘𝑁⁄𝑚² × 1,0 × 3,0 𝑚
= 7,50 𝑘𝑁⁄𝑚𝑙
- Voie 3 : 𝑞3 . 𝛼𝑞3 . 𝐿3 = 2,5 𝑘𝑁⁄𝑚² × 1,0 × 3,0 𝑚
= 7,50 𝑘𝑁⁄𝑚𝑙
- Aire résiduelle : 𝑞𝑟 . 𝛼𝑞𝑟 . 𝐿𝑟 = 2,5 𝑘𝑁⁄𝑚² × 1,0 × 1,5 𝑚
= 3,75 𝑘𝑁⁄𝑚𝑙
Total : 37,65 𝑘𝑁⁄𝑚𝑙
Charges TS (espacée de 1,20 m) :
- Voie 1 : 𝑄1 . 𝛼𝑄1 = 300 𝑘𝑁 × 0,9
= 270 𝑘𝑁
- Voie 2 : 𝑄1 . 𝛼𝑄1 = 200 𝑘𝑁 × 0,8
= 160 𝑘𝑁
- Voie 3 : 𝑄1 . 𝛼𝑄1 = 100 𝑘𝑁 × 0,8
= 80 𝑘𝑁
Total : 510 𝑘𝑁
Charges de trottoir :
- Charge uniformément répartie : 𝑞𝑓𝑘 . 𝐿𝑡 = 5,0 𝑘𝑁⁄𝑚2 × 1,5 𝑚
= 7,50 𝑘𝑁⁄𝑚𝑙
- Charge ponctuelle (surface 𝑄𝑓𝑤𝑘 = 10 𝑘𝑁
d’impact : 0,10 m x 0,10 m)

Véhicule de service (espacées de 3,00 m)


- Charges avant : 𝑄𝑠𝑒𝑟𝑣,𝑎𝑣𝑎𝑛𝑡 = 40 𝑘𝑁
- Charges arrière : 𝑄𝑠𝑒𝑟𝑣,𝑎𝑟𝑟𝑖è𝑟𝑒 = 80 𝑘𝑁

Année 2014 - 2015 7


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

1.3.4. Actions du vent


L’étude dynamique du vent sur le pont peut être négligée car la portée maximale est égale à 100 m.
Dans le cadre de ce projet, on considèrera seulement les efforts de vent verticaux car ce sont eux qui
dimensionnent le tablier.

En situation de service et d’exécution l’effort de vent vertical est égal à (EN 1991-1-4 8.3.3):
1
𝐹𝑤 = . 𝜌. 𝑣𝑏2 . 𝐶 = 0,96 𝑘𝑁⁄𝑚²
2
Avec :
𝑣𝑏 = 𝑐𝑑𝑖𝑟 . 𝑐𝑠𝑒𝑎𝑠𝑜𝑛 . 𝑣𝑏,0 = 0,85 × 1,0 × 24 𝑚/𝑠 = 20,4 𝑚/𝑠 (Aveyron)
𝜌 = 1,225 𝑘𝑔⁄𝑚3
𝐶 = 𝑐𝑒 . 𝑐𝑓,𝑧 = 4,2 × 0,9 = 3,78 (Hauteur du tablier 69 m en catégorie d’exposition IV)

Cet effort doit être appliqué en surface ou en sous-face du tablier selon la situation la plus défavorable.

1.3.5. Actions de la neige


Les charges de neige pour les situations de projet durables/transitoires sont égales à :

𝑠 = 𝜇𝑖 . 𝐶𝑒 . 𝐶𝑡 . 𝑠𝑘 = 0,40 𝑘𝑁⁄𝑚²
Avec :
𝜇𝑖 = 0,8 (Pente égale à 0°)
𝐶𝑒 = 1,0 (Site normale)
𝐶𝑡 = 1,0
𝑠𝑘 = 0,50 𝑘𝑁⁄𝑚² (Rodez en Aveyron – Alt. 250 m)

1.3.6. Actions thermiques


On ne tiendra pas compte des actions thermiques en phase de construction mais en situation
d’exploitation, on considèrera les actions suivantes :
- Gradient thermique (supposé linéaire pour un pont en caisson) (EN 1991-1-5 AN) :
∆𝑇𝑀,ℎ𝑒𝑎𝑡 = + 12°𝐶
∆𝑇𝑀,𝑐𝑜𝑜𝑙 = − 6°𝐶
- Elévation uniforme de la température (En considérant que le pont a été construit à une
température de 10°C selon EN 1991-1-5 AN et que la variation de la température maximale de
l’aire enregistrée est de + 37,5 °C à -17,5 °C selon www.recordmeteo.com)
∆𝑇𝑁,𝑐𝑜𝑛 = +29,5°𝐶
∆𝑇𝑁,𝑒𝑥𝑝 = −19,5°𝐶

S’il y a lieu, la combinaison du gradient thermique et de l’élévation uniforme de température doit être
prise comme (EN 1991-1-5 6.1.5) :
∆𝑇𝑀 + 0,35. ∆𝑇𝑁
0,75. ∆𝑇𝑀 + ∆𝑇𝑁

Le coefficient de dilatation thermique retenu pour le béton est :


𝛼 = 10. 10−6 𝐾 −1

Année 2014 - 2015 8


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

1.3.7. Redistribution par fluage


Afin d’éviter des calculs fastidieux, on se couvrira vis-à-vis du fluage en décalant, dans le sens
défavorable, les contraintes limites de traction du béton en fibre inférieur de 1,5 MPa.

1.4. Combinaisons de charge


1.4.1. En cours de construction
A l’Etat Limite Ultime :
- STR/GEO :
1,5. 𝑄𝑐 + 0,2. 𝐹𝑤 + 0,8. 𝑄𝑆𝑛
1,35. 𝐺𝑠𝑢𝑝 + 𝐺𝑖𝑛𝑓 + 𝑃 + { 1,5. 𝐹𝑤 + 𝑄𝑐 + 0,8. 𝑄𝑆𝑛
1,5. 𝑄𝑆𝑛 + 𝑄𝑐 + 0,2. 𝐹𝑤
A l’Etat Limite de Service :
- Combinaison caractéristique :
𝑄𝑐 + 0,2. 𝐹𝑤 + 0,8. 𝑄𝑆𝑛
𝐺𝑠𝑢𝑝 + 𝐺𝑖𝑛𝑓 + 𝑃 + { 𝐹𝑤 + 𝑄𝑐 + 0,8. 𝑄𝑆𝑛
𝑄𝑆𝑛 + 𝑄𝑐 + 0,2. 𝐹𝑤
- Combinaison quasi permanente :
𝐺𝑠𝑢𝑝 + 𝐺𝑖𝑛𝑓 + 𝑃 + 𝑄𝑐

1.4.2. En service
A l’Etat Limite Ultime :
- STR/GEO
1,35(𝑇𝑆 + 𝑈𝐷𝐿 + 𝑞𝑓𝑘 ) + 0,90. 𝐹𝑊𝑘
1,35. 𝑄𝑠𝑒𝑟𝑣
1,35. 𝐺𝑠𝑢𝑝 + 1,00. 𝐺𝑖𝑛𝑓 + 𝑃 +
1,5. 𝐹𝑊𝑘 + 0,75. 𝑄𝑆𝑛,𝑘
{ 1,5. 𝑄𝑆𝑛,𝑘 + 0,9. 𝐹𝑊𝑘
A l’Etat Limite de Service :
- Combinaison caractéristique :
(𝑇𝑆 + 𝑈𝐷𝐿 + 𝑞𝑓𝑘 ) + 0,60. 𝐹𝑊𝑘
(𝑇𝑆 + 𝑈𝐷𝐿 + 𝑞𝑓𝑘 ) + 0,6. 𝑇𝑘
𝑇𝑘 + (0,75. 𝑇𝑆 + 0,4. 𝑈𝐷𝐿 + 0,4. 𝑞𝑓𝑘 )
𝐺𝑠𝑢𝑝 + 𝐺𝑖𝑛𝑓 + 𝑃 + 𝑇𝑘 + 0,5. 𝑄𝑆𝑛,𝑘
𝐹𝑊𝑘 + 0,5. 𝑄𝑆𝑛,𝑘
𝑄𝑆𝑛,𝑘 + 0,6. 𝑇𝑘
{ 𝑄𝑆𝑛,𝑘 + 0,6. 𝐹𝑊𝑘
- Combinaison fréquente :
(0,75. 𝑇𝑆 + 0,4. 𝑈𝐷𝐿) + 0,50. 𝑇𝑘
0,6. 𝑇𝑘
𝐺𝑠𝑢𝑝 + 𝐺𝑖𝑛𝑓 + 𝑃 + {
0,20. 𝐹𝑊𝑘
0,2. 𝑄𝑆𝑛,𝑘 + 0,5. 𝑇𝑘
- Combinaison quasi permanente :
𝐺𝑠𝑢𝑝 + 𝐺𝑖𝑛𝑓 + 𝑃 + 0,50. 𝑇𝑘

Année 2014 - 2015 9


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

1.5. Limitation des contraintes


1.5.1. En cours d’exécution
Conformément à l’Eurocode 2 (EN 1992-2 113.3.2) on limite les contraintes en cours d’exécution à :

Limite de traction
Limite de compression
En zone d’enrobage Hors zone d’enrobage

ELS Caractéristique - fctj - fctj 0,6.fck

0,45.fck
ELS Quasi-permanent - fctj - fctj (Pour la considération
d’un fluage linéaire)

1.5.2. En service
Conformément à l’Eurocode 2 (EN 1992-2 7.2) on limite les contraintes en service à :

Limite de traction
Limite de compression
En zone d’enrobage Hors zone d’enrobage

ELS Caractéristique - fctj -1,5.fctj 0,6.fck

ELS Fréquent 0 0,6.fck

0,45.fck
Ouverture des fissures limitées à :
ELS Quasi-permanent (Pour la considération
0,20 mm (EN 1992-2 7.3.1)
d’un fluage linéaire)

Année 2014 - 2015 10


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

2. Définition de la géométrie du tablier


2.1. Définition du profil en long
2.1.1. Longueur des fléaux
Le pont étudié est composé de 5 travées de longueurs différentes (30 m, 74m et 100 m). Pour éviter
de réaliser un sur-encorbellement, on décide de définir les fléaux des piles P2 et P3 comme la moitié
de la travée centrale soit 50 m chacun. Les deux travées voisines ne mesurant que 74 m, les
encorbellements des piles P1 et P4 doivent mesurer 24 m. Enfin, les travées de rives mesurant 30 m, il
reste à construire 6 m de tablier que l’on mettra en œuvre sur cintre.

Obtient alors le découpage suivant :

2.1.2. Découpage en voussoirs


Dans un premier temps, on choisit la longueur des voussoirs de clavage comme égale à 2,0 m et on
définit la longueur des voussoirs sur piles comme étant égale à 2 fois la longueur d’un voussoir courant
plus 50 cm permettant la mise en place de deux équipages mobiles en même temps.

Ainsi, pour les fléaux des piles P2 et P3, on définit la longueur des voussoirs courants comme égale à
3,25 m et donc la longueur des voussoirs sur pile égale à 7,00 m. On obtient ainsi 14 voussoirs courants
par fléau :

𝐿𝑉𝑆𝑃 𝐿𝑉,𝑐𝑙𝑎𝑣𝑎𝑔𝑒 (0,50 + 2 ∗ 3,25) 2


𝐿𝑓𝑙é𝑎𝑢 = + 14. 𝐿𝑉,𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡 + = + 14 × 3,25 + = 50 𝑚
2 2 2 2

Pour les fléaux des piles P1 et P4, on définit également la longueur des voussoirs courants comme
égale à 3,25 m et donc la longueur des voussoirs sur piles égale à 7,00 m. On obtient ainsi 6 voussoirs
courants par fléau :

𝐿𝑉𝑆𝑃 𝐿𝑉,𝑐𝑙𝑎𝑣𝑎𝑔𝑒 (0,50 + 2 ∗ 3,25) 2


𝐿𝑓𝑙é𝑎𝑢 = + 6. 𝐿𝑉,𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡 + = + 6 × 3,25 + = 24 𝑚
2 2 2 2

2.1.3. Variation de la hauteur


La travée centrale étant de grande longueur, il est plus économique de réaliser un tablier à hauteur
variable pour alléger les fléaux et ainsi diminuer les efforts. Les hauteurs des caissons sont imposées
par le projet et sont égales à:
- Hauteur sur pile : 6,00 m
- Hauteur à la clef : 3,00 m

Les travées de rives étant plus modestes, on les considèrera de hauteur constante et égale à 3,00 m.
Pour des questions de mise en œuvre évidentes, on décidera également de considérer les voussoirs
de clavage comme ayant une hauteur constante de 3,00 m.

Année 2014 - 2015 11


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

On choisit d’utiliser une loi parabolique pour faire varier les hauteurs. Ce choix est purement arbitraire
mais est généralement préconisé pour ce genre d’ouvrage. La fonction représentative de la variation
de la hauteur à partir de l’axe des piles est alors :

3 6
ℎ(𝑥) = . 𝑥2 − . 𝑥 + 6
2401 49

On obtient alors de profil en long suivant :

Année 2014 - 2015 12


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

2.2. Définition du profil en travers


Pour pré dimensionner les caissons, nous nous sommes basés sur les recommandations du guide du
SETRA sur Les ponts en béton précontraint construit par encorbellement successif.

2.2.1. Définition du hourdis supérieur


Concernant le hourdis supérieur, on a fixé son épaisseur e1 en extrémité à 24 cm permettant ainsi de
fixer les barrières de sécurité du type BN4. A l’enracinement de l’encorbellement, on a fixé en première
approximation son épaisseur e2 comme égale à 1/8 de la longueur de l’encorbellement à partir de la
naissance du gousset soit 34 cm. On a choisi son épaisseur à mi- travée e4 comme égale à D/30 où D
est la longueur entre-axe des âmes soit une épaisseur de 22 cm. Enfin, à l’encastrement du hourdi, on
a définit son épaisseur e3 comme égale 0,10 m + D/25 soit 38 cm. Ces épaisseurs vérifient aussi les
quelques conditions supplémentaires de bonne usage fixées par le SETRA :

𝑒3 = 34 𝑐𝑚 > 𝑒2 − 0,10 𝑚 = 28 𝑐𝑚
𝑒3 = 34 𝑐𝑚 ≥ 1,5. 𝑒4 = 33 𝑐𝑚

2.2.2. Définition des âmes


La largeur du tablier étant de 13,40 m, on a placé les âmes à une distance de 3,35 m à partir des
extrémités du hourdis supérieur (soit au quart de la largeur du tablier). L’inclinaison de ces âmes est
de 20 % (compris entre 10 % et 30 % qui sont les recommandations du SETRA). Leurs épaisseurs sont
constantes et égales à 44 cm permettant ainsi de loger sur leur tranche des ancrages du type 12T15
ou inférieur. Ces épaisseurs respectent largement les conditions du SETRA permettant de s’assurer de
la bonne résistance à l’effort tranchant :

𝐿 𝐵
𝐸𝑎 = 2 × 44 𝑐𝑚 ≥ + 1,25. − 0,125 = 54 𝑐𝑚
275 𝐿
𝐿
𝐸𝑎 = 2 × 44 𝑐𝑚 ≥ 0,26 + = 63 𝑐𝑚
275

2.2.3. Définition du hourdis inférieur


On considère l’épaisseur du hourdis inférieur comme variant selon une loi polynomiale de degré 4.
Cette variation permet d’alléger le plus possible le fléau. Les valeurs limites retenues sont les suivantes:
- Epaisseur à la clef : 24 cm permettant de loger un lit de câble de précontrainte ainsi qu’une
nappe d’armatures passives en respectant les enrobages décrit ci-avant. Cette épaisseur
permet également de considérer le caisson comme indéformable transversalement (supérieur
au tiers de l’épaisseur des âmes).
- Epaisseur à la pile : 50 cm

La fonction représentative de la variation de l’épaisseur du hourdis inférieur à partir de l’axe de la pile


est la suivante :

𝑒(𝑥) = 2,945. 10−5 . 𝑥 4 − 2,689. 10−3 . 𝑥 3 + 8,262. 10−2 . 𝑥 2 − 1,587. 𝑥 + 50 𝑐𝑚

Année 2014 - 2015 13


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

2.2.4. Définition des goussets


Concernant les goussets, on les considère tous de hauteur et de largeur égales à 50 cm formant ainsi
des angles à 45°. Cela semble suffisant en première approche pour loger les câbles de précontrainte.

On obtient alors les caissons suivants :

Section sur pile P2 et P3

Section sur pile P1 et P4

Année 2014 - 2015 14


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

3. Cinématique de construction
Pour déterminer la cinématique de construction, nous avons supposé que nous avons à notre
disposition deux équipages mobiles pour construire les fléaux symétriquement. On obtient alors les
étapes de construction suivantes :

- Etape 1 : Construction du VSP de la pile P2 et du morceau de tablier coulé sur cintre au niveau
de la culée C0
- Etape 2 : Construction du fléau de la pile P2 en respectant un avancement symétrique
- Etape 3 : Clavage de la travée C0 – P1
- Etape 4 : Construction du VSP de la pile P4 et du morceau de tablier coulé sur cintre au niveau
de la culée C5
- Etape 5 : Construction du fléau de la pile P4 en respectant un avancement symétrique
- Etape 6 : Clavage de la travée P4 – C5
- Etape 7 : Construction du VSP de la pile P2
- Etape 8 : Construction du fléau de la pile P2 en respectant un avancement symétrique
- Etape 9 : Clavage de la travée P1 – P2 et mis en tension des câbles éclisses de cette travée
- Etape 10 : Construction du VSP de la pile P3
- Etape 11 : Construction du fléau de la pile P3 en respectant un avancement symétrique
- Etape 12 : Clavage de la travée P3 – P4 et mis en tension des câbles éclisses de cette travée
- Etape 13 : Clavage de la travée P2 – P3 et mis en tension des câbles éclisses de cette travée
- Etape 14 : Mise en tension des câbles de continuité externes
- Etape 15 : Pose des superstructures et mise en service de l’ouvrage

Année 2014 - 2015 15


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

4. Calcul de la précontrainte de fléau

4.1. Principe de dimensionnement


Le principe est de calculer les moments d’encastrements liés au poids propre des fléaux et aux charges
de chantier pour en déduire la précontrainte nécessaire au niveau des piles. On réparti ensuite cette
précontrainte avec un minimum d’une paire de câble par voussoir sur toute la longueur des
encorbellements.

Afin de simplifier les calculs, nous supposons que le tablier est en appui dans l'axe de la pile, le moment
résultant de cette hypothèse est légèrement supérieur à celui que nous aurions trouvé si le calcul était
fait au droit des cales de stabilité provisoire.

On procède enfin à la vérification des contraintes tout le long des fléaux pour valider la répartition des
câbles.

4.2. Fléau des piles P2 et P3


4.2.1. Efforts dans la structure
Nous devons considérer deux cas pour dimensionner les câbles de fléau :

- Cas 1 : On calcule le moment sur pile à l’instant de la mise en œuvre du dernier voussoir
courant en bout de porte-à-faux. Dans cette phase on considère : le poids propre du fléau et
les charges de chantier incluant la totalité du poids de l’équipage mobile appliquée à
l’extrémité de l’encorbellement.
Si ce cas est dimensionnant, il ne faudra pas oublier d’ajouter deux câbles de précontrainte
supplémentaires pour maintenir la dernière paire de voussoir construite.
On obtient alors les efforts suivants :

- Cas 2 : On calcule le moment sur pile à l’instant de la mise en œuvre du voussoir de clavage.
Dans cette configuration, le fléau est légèrement plus grand, augmentant ainsi le bras de levier
des efforts appliqués. Cependant on ne considère que la moitié du poids de l’équipage mobile
car il est appuyé sur les deux extrémités des fléaux centraux. On obtient alors les efforts
suivants :

Année 2014 - 2015 16


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

Les moments d’encastrement à l’ELS sont donc :


- Cas 1 : 𝑀𝐸𝐿𝑆 = 312,37 𝑀𝑁. 𝑚
- Cas 2 : 𝑀𝐸𝐿𝑆 = 311,92 𝑀𝑁. 𝑚

C’est le cas 1 qui est donc dimensionnant.

4.2.2. Détermination du nombre de câbles


On considère que la position moyenne des câbles de fléau est d’environ 20 cm par rapport à la fibre
supérieure du hourdis. Les caractéristiques mécaniques du voussoir sur pile étant égales à :

𝐴 = 11,79 𝑚2 𝑣 = 2,571 𝑚 𝜌 = 0,610


𝐼 = 63,36 𝑚4 𝑣 ′ = 3,429 𝑚 ℎ = 6,00 𝑚

L’effort de précontrainte nécessaire est :


𝐼
−𝑀𝑚𝑖𝑛 + . 𝜎̅1
𝑃𝐼𝐼 = 𝑣 = 50,80 𝑀𝑁
𝜌𝑣′ + 𝑣 − 𝑑

Cet effort correspond à 14 paires de câbles 12T15 (P = 53,76 MN) à laquelle on doit ajouter deux câbles
pour le maintien de la dernière paire de voussoirs que l’on construit. On obtient finalement 15 paires
de câbles 12T15 à mettre en place sur 14 voussoirs courants. On décide alors d’installer une paire de
câbles sur chaque voussoir sauf sur les voussoirs de part et d’autres du voussoir sur pile où l’on installe
deux paires de câbles.

Année 2014 - 2015 17


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

4.2.3. Vérification des contraintes


Une fois la précontrainte déterminée, il est nécessaire de vérifier les contraintes tout le long du fléau.
Les efforts dus au poids propre, les charges de chantier et la précontrainte sont les suivants :

On peut donc en déduire les contraintes en fibre supérieure et inférieure :

On remarque que toutes les contraintes sont vérifiées. On peut donc valider la disposition des câbles
de fléau.

Année 2014 - 2015 18


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

4.3. Fléau des piles P1 et P4


4.3.1. Efforts dans la structure
Comme précédemment, nous devons considérer deux cas pour calculer le moment d’encastrement
des fléaux :
- Cas 1 : On calcule le moment sur pile à l’instant de la mise en œuvre du dernier voussoir
courant en bout de porte-à-faux. Dans cette phase on considère : le poids propre du fléau et
les charges de chantier incluant la totalité du poids de l’équipage mobile appliquée à
l’extrémité de l’encorbellement.
Si ce cas est dimensionnant, il ne faudra pas oublier d’ajouter deux câbles de précontrainte
supplémentaires pour maintenir la dernière paire de voussoirs construite.

On obtient alors les efforts suivants :

- Cas 2 : On calcule le moment sur pile à l’instant de la mise en œuvre du voussoir de clavage.
Dans cette configuration, le fléau est légèrement plus grand, augmentant ainsi le bras de levier
des efforts appliqués. Cependant on ne considère que la moitié du poids de l’équipage mobile
car il est appuyé sur les deux extrémités des fléaux centraux.

On obtient alors les efforts suivants :

Année 2014 - 2015 19


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

Les moments d’encastrement à l’ELS sont donc :


- Cas 1 : 𝑀𝐸𝐿𝑆 = 70,44 𝑀𝑁. 𝑚
- Cas 2 : 𝑀𝐸𝐿𝑆 = 70,71 𝑀𝑁. 𝑚

Etant obligé d’ajouter deux câbles dans le premier cas, c’est le cas 1 qui est dimensionnant.

4.3.2. Détermination du nombre de câbles


On considère que la position moyenne des câbles de fléau est d’environ 20 cm par rapport à la fibre
supérieure du hourdis. Les caractéristiques mécaniques du voussoir sur pile étant égales à :

𝐴 = 8,12 𝑚2 𝑣 = 1,074 𝑚 𝜌 = 0,600


𝐼 = 10,08 𝑚4 𝑣 ′ = 1,926 𝑚 ℎ = 3,00 𝑚

L’effort de précontrainte nécessaire est :


𝐼
−𝑀𝑚𝑖𝑛 + . 𝜎̅1
𝑃𝐼𝐼 = 𝑣 = 18,16 𝑀𝑁
𝜌𝑣′ + 𝑣 − 𝑑

Cet effort correspond à 5 paires de câbles 12T15 (P = 19,20 MN) à laquelle on doit ajouter deux câbles
pour le maintien de la dernière paire de voussoirs que l’on construit. On obtient finalement 6 paires
de câbles 12T15 à mettre en place sur 6 voussoirs courants. On dispose alors une paire de câbles par
voussoir courant.

Année 2014 - 2015 20


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

4.3.3. Vérification des contraintes


Une fois la précontrainte déterminée, il est nécessaire de vérifier les contraintes tout le long du fléau.
Les efforts dus au poids propre, les charges de chantier et la précontrainte sont les suivants :

On peut donc en déduire les contraintes en fibre supérieure et inférieure :

On remarque que toutes les contraintes sont vérifiées. On peut donc valider la disposition des câbles
de fléau.

Année 2014 - 2015 21


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

5. Calcul de la précontrainte de continuité


5.1. Principe de dimensionnement
La précontrainte de continuité est constituée de deux familles de câbles :
- Les câbles de continuité externes
- Les câbles de continuité internes (ou câbles éclisses)

Ces deux types de câbles sont complémentaires et doivent reprendre à eux deux :
- Les surcharges liées aux poids des équipements
- L’effet du retrait des équipages mobiles et du durcissement des voussoirs de clavage
- L’effet du gradient de température
- L’effet du fluage
- Les charges routières (UDL, TS et qfk)

Ces câbles sont mis en œuvre lorsque le pont est totalement ou partiellement clavé créant ainsi des
effets hyperstatiques dans la structure. Ces effets sont non négligeables et doivent être pris en compte
pour le dimensionnement.

Les câbles de continuité externes sont filants sur toute la longueur du pont et déviés par des voiles en
béton armé à l’intérieur des caissons. Les câbles éclisses sont logés dans les goussets inférieurs des
caissons et se situent au milieu de chaque travée.

Dans cette configuration, on retrouve seulement des câbles de continuité externes au niveau des piles
et les deux familles de câbles au niveau des zones de clavage. Afin d’optimiser leurs nombres, on
procède de la façon suivante :
- On détermine la courbe enveloppe des moments extérieurs.
- On en déduit le tracé des câbles de continuité externes.
- On calcul l’effet hyperstatique induit par l’un de ces câbles.
- On pose une hypothèse sur la disposition des câbles éclisses pour avoir l’ordre de grandeur de
leurs effets hyperstatiques.
- On calcule les quantités d’armatures de précontrainte nécessaires sur chaque pile pour
reprendre l’ensemble des actions citées ci-avant (efforts extérieurs et effets hyperstatiques de
précontrainte). On en déduit alors le nombre de câbles de continuité externes à mettre en
œuvre sur l’ensemble du pont correspondant à l’effort maximum.
- Puis on calcul les quantités d’armatures de précontrainte nécessaires dans chaque travées
auxquelles on soustrait l’effort déjà apporté par les câbles de continuité externes
précédemment calculés. On en déduit alors la quantité de câbles éclisses à mettre en œuvre.
- Enfin, on procède à la vérification de l’ensemble des contraintes en partie supérieure et
inférieure du tablier sous différents cas de charge pour vérifier que l’on respecte bien les
limites imposées.

Année 2014 - 2015 22


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

5.2. Calcul des efforts sollicitant


5.2.1. Paramètre du modèle informatique
L’inertie du pont variant de manière non linéaire, il est difficile de réaliser un calcul manuel pour
résoudre les problèmes liés à l’hyperstaticité de la structure. Ainsi, pour obtenir les diagrammes des
moments fléchissants sous les différents types de charges, nous avons utilisé un modèle informatique
construit avec le logiciel ROBOT. Pour valider la conformité de notre modèle, nous avons créé une
feuille de calcul nous fournissant quelques cas de charges.

Pour modéliser notre pont, nous avons discrétisé les travées en autant d’éléments que de voussoirs.
Chacun de ces éléments a été défini avec une section variant linéairement. Ne pouvant pas recréer les
sections réelles en caisson, nous les avons modélisées sous l’aspect de section en « I » équivalent en
conservant l’aire, l’inertie et la hauteur des sections réelles.

Ainsi, il nous était possible d’obtenir les vraies valeurs des moments hyperstatiques faisant intervenir
l’inertie, le poids propre de la structure faisant intervenir l’aire des sections et l’effet du gradient
thermique faisant intervenir la hauteur.

Les appuis ont été modélisés par des appuis simples permettant la translation latérale du tablier. Dans
le cas réel, celui-ci est appuyé sur la tête des piles par l’intermédiaire d’appuis néoprènes autorisant
une certaine translation latérale. Il aurait été plus juste de modéliser des appuis élastiques mais étant
en phase d’avant-projet, nous ne sommes pas rentrés dans ces détails.

La représentation graphique du tablier pour le calcul est alors la suivante :

Année 2014 - 2015 23


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

5.2.2. Résultats
Les courbes des moments ainsi obtenues sont les suivantes :

Année 2014 - 2015 24


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

5.3. Tracé des câbles de continuité externes

Le tracé des câbles de continuité externes dépend de l’allure des courbes des moments enveloppes.
En effet, aux endroits où le moment est négatif, le câble doit se situer en partie supérieure et aux
endroits où le moment est positif, le câble doit se situer en partie inférieure.

On décide donc de tracer la courbe enveloppe totale à l’ELS caractéristique et fréquent pour
déterminer la géométrie de ces câbles. On obtient alors les résultats suivant :

Courbe enveloppe totale à l’ELS Caractéristique

Courbe enveloppe totale à l’ELS Fréquent

En corrélation avec ces courbes enveloppes, on choisit le tracé de câble suivant :

Année 2014 - 2015 25


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

5.4. Effet hyperstatique des câbles de continuité externes

Une fois la géométrie du câble fixé, il est possible de déterminer l’effet hyperstatique de précontrainte.
On a donc calculé la courbe de moment hyperstatique pour un câble de tension unitaire (P = 1 MN).

On obtient le résultat suivant :

5.5. Effets hyperstatiques des câbles de continuité internes (éclisses)

L’effet hyperstatique des câbles éclisses dépend de la géométrie des câbles eux même. Or, on ne peut
pas connaitre à l’avance la longueur de ces câbles. On doit donc faire une hypothèse sur leurs
dispositions pour calculer l’ordre de grandeur de leurs moments hyperstatiques.

Par expérience, on sait que ces câbles s’étendent généralement sur une longueur à peu près égale au
quart de la travée où ils sont installés. On choisit alors les dispositions suivantes :

- Travée centrale : 3 paires de câbles 12T15 installées sur les trois paires de voussoirs courants
situées de part et d’autre du voussoir de clavage.

Lorsque ces câbles éclisses sont mis en œuvre, tous les fléaux sont reliés entre eux par les
voussoirs de clavage. L’effet hyperstatique s’étend donc sur l’ensemble du pont. On obtient
alors la courbe de moment hyperstatique de précontrainte suivante :

Année 2014 - 2015 26


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

- Travée intermédiaire : 3 paires de câbles 12T15 installées sur les trois paires de voussoirs
courants situées de part et d’autre du voussoir de clavage :

Lorsque ces câbles éclisses sont mis en œuvre, le voussoir de clavage central n’est pas encore
construit. L’effet hyperstatique s’étend donc sur les deux premières travées seulement. On
obtient alors la courbe de moment hyperstatique de précontrainte suivante :

- Travée de rive : lorsque ces câbles éclisses sont installés, il n’y a que le voussoir de clavage de
rive qui est mis en œuvre. Le système est alors isostatique et les câbles n’induisent donc pas
d’effets hyperstatiques. On n’a donc pas besoin d’en tenir compte.

Année 2014 - 2015 27


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

5.6. Dimensionnement de la précontrainte de continuité externe


Connaissant les efforts extérieurs et les effets hyperstatiques des câbles de continuité, il est possible
de déterminer le nombre de câbles nécessaire au niveau des appuis.

On réalise d’abord le bilan des efforts dans la structure :

Piles P1 et P4 Piles P2 et P3
Efforts ELS Caractéristique -34,907 MN.m -111,449 MN.m
sollicitant
extérieurs ELS Fréquent -20,097 MN.m -73,163 MN.m

Câbles de continuités externes 0,873.P 0,919.P


Effets
Câbles éclisses centraux -1,157 MN.m 4,179 MN.m
hyperstatiques
Câbles éclisses intermédiaires 6,311 MN.m 0

Effort de précontrainte (P.ep) P.0,614 P.2,111

Pour prendre en compte l’effet du fluage, on doit décaler la limite de contrainte de traction en fibre
inférieure de 1,5 MPa dans le sens défavorable. On obtient alors les limites suivantes :

Fibre inférieure Fibre supérieure


ELS Caractéristique -2,0 MPa -3,5 MPa

ELS Fréquent + 1,5 MPa 0

Enfin, on doit aussi tenir compte de l’état de contrainte des sections sur pile à la fin de l’exécution des
fléaux. On obtient les contraintes « résiduelles » suivantes :
Piles P1 et P4 Piles P2 et P3
Fibre inférieure 9,98 MPa 12,40 MPa
Fibre supérieure -1,14 MPa -0,75 MPa

On doit alors respecter :


𝑣 𝑣 𝑃 𝑣
𝜎𝑡,𝑠𝑢𝑝 ≤ (𝑀𝑒𝑥𝑡 + 𝑀ℎ,𝑒𝑐𝑙𝑖𝑠𝑠𝑒 ). + 𝑃. 𝑒𝑝 . + + 𝑀ℎ,𝑝,𝑒𝑥𝑡 . 𝑃. + 𝜎𝑟𝑒𝑠
̅̅̅̅̅̅̅
𝐼 𝐼 𝐵 𝐼
D’où :
𝑣
̅̅̅̅̅̅̅
(𝜎 𝑡,𝑠𝑢𝑝 − 𝜎𝑟𝑒𝑠 ) − (𝑀𝑒𝑥𝑡 + 𝑀ℎ,𝑒𝑐𝑙𝑖𝑠𝑠𝑒 ). 𝐼
𝑃≥
𝑣 1 𝑣
𝑒𝑝 . 𝐼 + 𝐵 + 𝑀ℎ,𝑝,𝑒𝑥𝑡 . 𝐼

Après calcul, le cas dimensionnant est la combinaison ELS Fréquente au niveau des piles P2 et P3.
L’effort de précontrainte minimum nécessaire est alors :

𝑃 ≥ 17,08 𝑀𝑁

On choisit alors d’installer 6 câbles du type 19T15 (P = 18,24 MN) sur toute la longueur du pont pour
réaliser la précontrainte de continuité externe.

Année 2014 - 2015 28


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

5.7. Dimensionnement de la précontrainte de continuité interne (éclisses)


Connaissant les efforts extérieurs, l’effet hyperstatique des câbles de continuité et la valeur de la
précontrainte de continuité externe, il est possible de déterminer le nombre de câbles éclisses
nécessaire dans chaque travées pour compléter la précontrainte de continuité externe.

On réalise d’abord le bilan des efforts dans la structure :

Travée
Travée centrale Travée de rive
intermédiaire
Efforts ELS Caractéristique 55,291 MN.m 42,000 MN.m 21,779 MN.m
sollicitant
extérieurs ELS Fréquent 36,018 MN.M 25,582 MN.m 13,077 MN.m
Câbles de continuités
16,763 MN.m 16,193 MN.m 3,520 MN.m
extérieures
Effets
Câbles éclisses centraux 4,179 MN.m 0,589 MN.m -0,238 MN.m
hyperstatiques
Câbles éclisses
0 4,264 MN.m 0,678 MN.m
intermédiaires
Précontrainte de continuité externe
-29,111 MN.m -29,111 MN.m -29,111 MN.m
(P = 18,24 MN)

Pour prendre en compte l’effet du fluage, on doit décaler la limite de contrainte de traction en fibre
inférieur de 1,5 MPa dans le sens défavorable. On obtient alors les limites suivantes :

Fibre inférieure Fibre supérieure


ELS Caractérisrique -2,0 MPa -3,5 MPa
ELS Fréquent + 1,5 MPa 0

On doit alors respecter :

−𝑣 ′ 𝑃𝑐𝑎𝑏𝑙𝑒 𝑒𝑥𝑡 −𝑣′ 𝑃é𝑐𝑙𝑖𝑠𝑠𝑒


𝜎𝑡,𝑖𝑛𝑓 ≤ (𝑀𝑒𝑥𝑡 + 𝑀ℎ + 𝑃𝑐𝑎𝑏𝑙𝑒 𝑒𝑥𝑡 . 𝑒𝑝 ).
̅̅̅̅̅̅̅ + + 𝑃é𝑐𝑙𝑖𝑠𝑠𝑒 . 𝑒𝑝 . +
𝐼 𝐵 𝐼 𝐵

D’où :
−𝑣 ′ 𝑃
𝜎𝑡,𝑖𝑛𝑓 − (𝑀𝑒𝑥𝑡 + 𝑀ℎ + 𝑃𝑐𝑎𝑏𝑙𝑒 𝑒𝑥𝑡 . 𝑒𝑝 ). 𝐼 − 𝑐𝑎𝑏𝑙𝑒
̅̅̅̅̅̅̅ 𝐵
𝑒𝑥𝑡
𝑃≥
−𝑣′ 1
𝑒𝑝 . 𝐼 + 𝐵

Après calcul, les efforts de précontrainte minimum sont :

Travée centrale Travée intermédiaire Travée de rive


Pmin 11,13 MN 6,08 MN
Pas de câble éclisse
6 câbles 12T15 4 câbles 12T15 nécessaire
Choix du câblage
(P = 11,52 MN) (P = 7,68 MN)

Année 2014 - 2015 29


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

6. Vérification à flexion
6.1. Principe de vérification
Une fois l’ensemble des câbles de précontrainte dimensionnés au niveau des sections remarquables,
il est nécessaire de vérifier l’état de contrainte de l’ensemble du tablier pour valider leurs dispositions
longitudinales et calculer les armatures passives nécessaires. Deux vérifications sont alors requises :
- Vérification ELS : il faut vérifier que les contraintes en fibre supérieure et inférieure du tablier
respectent bien les valeurs limites autorisées par l’Eurocode. Cette vérification devra être
réalisée en service et en construction.
- Vérification ELU : cette vérification a pour but de dimensionner les aciers passifs. Pour cette
partie on se limitera à l’étude des sections suivantes :
o Sections sur piles P2 et P3 : à ces endroits l’effort de flexion négatif est le plus élevée
et donne alors le ratio d’armature le plus important nécessaire dans le hourdi
supérieur.
o Section au milieu de la travée centrale : à cet endroit l’effort de flexion positif est le
plus élevé et donne alors le ratio d’armature le plus important nécessaire dans le
hourdi inférieur.

6.2. Vérification à l’ELS


Grâce à une feuille de calcul, nous avons calculé les contraintes en fibre supérieure et inférieure sous
les différentes combinaisons de charges. Pour avoir une vision globale de ces contraintes, nous avons
décidé de les représenter sous forme de diagrammes.

Ainsi, sur les schémas ci-dessous, on a représenté les courbes enveloppes des contraintes (en noir) et
les limites à ne pas dépasser (en rouge) en situation de service :

On remarque que toutes les contraintes sont vérifiées en service à l’ELS.

Année 2014 - 2015 30


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

Sur les graphiques ci-dessous, on a aussi représenté la variation des contraintes en fibre supérieure et
inférieure mais cette fois ci en phase d’exécution des voussoirs de clavage. On vérifie alors que les
contraintes respectent les limites autorisées lorsqu’il n’y a que les câbles éclisses dans l’ordre de
clavage. On obtient les résultats suivants :

On remarque que toutes les contraintes sont vérifiées en phase d’exécution à l’ELS.

Année 2014 - 2015 31


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

6.3. Vérification à l’ELU


La vérification ELU de la flexion a pour but de dimensionner les aciers passifs longitudinaux. On cherche
alors à calculer le moment résistant de la section en tenant compte de l’ensemble des armatures.

Concernant la loi de comportement des armatures, nous avons utilisé les diagrammes contraintes-
déformations de l’acier avec un palier plat. Ainsi, les contraintes lors de la plastification des armatures
sont :
- Armatures de précontraintes : 𝜎𝑝 = 𝑓𝑝𝑑 = 1 439 𝑀𝑃𝑎 (𝜀 ≥ 𝜀𝑒 = 7,57 ‰)
- Armatures passives : 𝜎𝑠 = 𝑓𝑦𝑑 = 435 𝑀𝑃𝑎 (𝜀 ≥ 𝜀𝑒 = 2,17 ‰)

On cherche alors dans un premier temps la position de l’axe neutre plastique de la section en faisant
le bilan des efforts normaux et en supposant que les aciers sont plastifiés. On calcul ensuite les
allongements de ces armatures pour vérifier qu’ils ont bien dépassé leur limite élastique. Et enfin on
calcule le moment résistant de la section.

Pour s’adapter à la géométrie en caisson de nos sections, nous avons fait l’analogie avec une section
en « I ».

Dans un premier temps, nous avons calculé le moment résistant de la section sans armatures passives.
On obtient les résultats suivant :

Sections sur piles Section au milieu de


P2 et P3 la travée centrale
Hauteur de la section de béton comprimée 2,32 m 0,131
Armatures de
5,23 ‰ 63,5 ‰
précontrainte extérieure
Déformations Armatures de
5,39 ‰ -
des armatures précontrainte de fléau
Armatures de
- 67,7 ‰
précontrainte d’éclisse
MRd 482,7 MN.m 91,38 MN.m
MEd,u 318,9 MN.m 34,63 MN.m

Selon nos résultats, nous n’avons pas besoin d’armatures passives longitudinales. On doit cependant
respecter les quantités minimales imposées par l’Eurocode 2 :

Sections sur piles Section au milieu de la


P2 et P3 travée centrale
Section minimale 140 cm² 133 cm²

On décide alors de mettre en œuvre :


- Hourdis supérieur (Section sur pile) : des armatures HA 14 espacées de 30 cm sur chacune des
faces du hourdis
- Hourdis inférieur (Section en travée) : des armatures HA 20 espacées de 20 cm sur chacune
des faces du hourdis

Année 2014 - 2015 32


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

7. Vérification à l’effort tranchant


7.1. Principe de la vérification
Alors que la résistance à la flexion conditionne les membrures d’une poutre, c’est la résistance à l’effort
tranchant qui permet de dimensionner les âmes. Pour les ponts fortement sollicités, il est possible
d’installer des étriers actifs permettant de précontraindre les âmes pour augmenter leurs résistances
au cisaillement. Cependant, dans notre cas nous n’envisageons pas de mettre en œuvre ce genre de
système.

Tout comme la flexion, une double vérification est nécessaire :


- Vérification à l’ELS : des critères d’intégrité permettent de limiter la probabilité de fissuration
du béton.
- Vérification à l’ELU : un schéma classique de treillis conduit au dimensionnement des
armatures transversales et au contrôle de la contrainte de compression dans les bielles.

Dans un premier temps, il est donc nécessaire de calculer la valeur de l’effort tranchant en tout point
du tablier et de vérifier les sections remarquables.

Année 2014 - 2015 33


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

7.2. Calcul de l’effort tranchant

Les diagrammes de l’effort tranchant sous les différents types de charges sont représentés ci-dessous :

Année 2014 - 2015 34


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

Il ne faut pas oublier l’effort tranchant isostatique amené par les déviateurs des câbles de continuité
externes :

Pour optimiser les calculs, il faudrait également prendre en compte la déviation des câbles de fléau et
éclisses près de leurs ancrages. Cependant, nous négligerons leurs effets.

On limite notre étude à la vérification de l’effort tranchant au niveau des piles car c’est dans ces
sections que les sollicitations sont maximales. On obtient finalement les efforts tranchants suivants :

Piles P1 et P4 Piles P2 et P3
ELU 9,026 MN 21,632 MN
ELS Caractéristique 6,222 MN 15,575 MN

Année 2014 - 2015 35


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

7.3. Vérification ELS


Les conditions réglementaires de sécurité proviennent de l’annexe QQ (informative) de la partie 2 de
l’Eurocode 2.

La démarche de vérification est la suivante :


- Calculer en tout point les contraintes normales issues des efforts de flexion et des efforts
normaux
- Calculer en tout point les contraintes de cisaillement issues de l’effort tranchant. Pour les
obtenir, nous avons déterminé le flux de cisaillement de nos sections. Les goussets étant plus
massifs que le reste de la section, on s’est limité à calculer ces contraintes à leur enracinement,
dans le hourdis supérieur et inférieur et dans les âmes. Le schéma de contrainte en fonction
de l’effort tranchant est le suivant :

- Enfin, il faut calculer les contraintes normales dans leur repère principal et vérifier qu’elles
respectent les limites imposées par l’Eurocode. On obtient alors de valeur de contrainte :
o σ1 : contrainte de traction dans le repère principale limité par :
𝜎3
𝑓𝑐𝑡𝑏 = (1 − 0,8. ) . 𝑓𝑐𝑡𝑘 0,05
𝑓𝑐𝑘

o σ3 : contrainte de compression dans le repère principale limité par 0,6.fck

Il est aussi possible de calculer une valeur de τlim en fonction des contraintes normales qui est
équivalent à comparer les contraintes normales dans le repère principal. Cette valeur de τlim s’exprime
de la manière suivante :

5. 𝑓𝑐𝑘 . 𝑓𝑐𝑡𝑘 0,05 . (𝜎 + 𝑓𝑐𝑡𝑘 0,05 ). (4. 𝜎 − 5. 𝑓𝑐𝑘 )


𝜏𝑙𝑖𝑚 = √− 2
(5. 𝑓𝑐𝑘 + 4. 𝑓𝑐𝑡𝑘 0,05 )

On a limité notre étude à la vérification des voussoirs sur piles car c’est à ces endroits que le
cisaillement est maximum. Nous avons donc défini en fonction de l’état de contrainte en flexion
composée, la valeur de τlim à ne pas dépasser (Zones hachurées en rouge). Puis nous avons tracé le
diagramme des contraintes de cisaillement maximales (tracé vert). Si ces courbes vertes restent dans
les zones hachurées, alors le cisaillement ELS est vérifié. On obtient alors les résultats suivants :

Année 2014 - 2015 36


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

Section sur Pile P2 et P3 Section sur Pile P1 et P4


Diagramme des contraintes de cisaillement et leurs limites

On remarque que l’ensemble des contraintes de cisaillement sont bien inférieures aux contraintes
limites. L’endroit le plus limite reste l’enracinement du gousset supérieur au niveau des sections sur
piles P2 et P3.

Année 2014 - 2015 37


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

7.4. Vérification ELU


La méthode règlementaire de la vérification du cisaillement à l’ELU provient de l’Eurocode 2. Elle est
basée sur la méthode des bielles et tirants après fissuration du béton.

La démarche de vérification est la suivante :


- Calculer l’effort tranchant à l’ELU dans la section VEd,u. On négligera pour cette étude le
phénomène de transmission direct des efforts aux appuis qui est favorable.
- Calculer VRd,c correspondant à la valeur limite pour laquelle les armatures d’effort tranchant
sont nécessaires :
o Si VEd,u < VRd,c alors aucune armature d’effort tranchant n’est nécessaire
o Si VEd,u > VRd,c alors on doit mettre en place des armatures d’effort tranchant
- Si des armatures d’effort tranchant sont nécessaires, alors on pose une valeur de l’inclinaison
des bielles comprise entre 21,6° et 45°.
- On vérifie la compression dans ces bielles en limitant la valeur de l’effort tranchant VEd,u à
VRd,max. Il ne faut pas oublier de considérer l’effort normal de précontrainte dans la section qui
nous permet d’augmenter la valeur de l’effort tranchant admissible VRd,max.
- On dimensionne les aciers d’effort tranchant pour limiter la valeur de l’effort tranchant VEd,u à
VRd,c

Ainsi pour les sections sur piles, on obtient les résultats suivant :

Piles P1 et P4 Piles P2 et P3

VEd,u 9,03 MN 21,63 MN


1,32 MN 2,73 MN
VRd,c (Des armatures sont (Des armatures sont
nécessaires) nécessaires)
Inclinaison
21,8° 21,8°
des bielles
12,39 MN 25,96 MN
VRd,max (Les bielles de béton sont (Les bielles de béton sont
vérifiées) vérifiées)
20,61 cm²/ml 43,62 cm²/ml
Asw/sw
Cadre en HA20 Cadre en HA20
Espacement : 30 cm Espacement : 15 cm

Année 2014 - 2015 38


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

8. Vérification du hourdis supérieur


8.1. Vérification à la flexion transversale
8.1.1. Détermination du modèle de calcul
Pour vérifier les épaisseurs du hourdis supérieur, il est nécessaire d’étudier le tablier vis-à-vis de la
flexion transversale. Dans notre cas, nous le considèrerons en béton armé sans précontrainte
transversale.

Pour déterminer précisément le diagramme du moment fléchissant, il est rigoureux d’utiliser la


méthode faisant intervenir les flux de cisaillement. Ces flux jouerons alors le rôle d’appuis dans le calcul
RDM et permettrons d’équilibrer les efforts extérieurs. Après avoir calculé un exemple manuellement,
on se rend compte que les moments apportés par le flux de cisaillement sont très négligeables face à
celui des efforts extérieurs. Comme on reste en phase d’avant-projet et que le but est de vérifier les
épaisseurs du hourdis, nous avons privilégié l’étude d’une dalle appuyée au niveau des goussets en
négligeant le reste de la section.

La définition des appuis de la dalle reste un sujet délicat. En effet, ce sont les armatures passives qui
définissent leurs capacités en rotation. Si l’on suit une disposition classique, une partie des armatures
en partie supérieure du hourdis est retournée dans les âmes et une autre partie est prolongée sur la
partie en encorbellement. Le gousset joue alors le rôle d’un encastrement partiel. Ne pouvant pas
connaitre précisément sa capacité en rotation, nous étudierons deux cas :
- Le hourdis supérieur encastré parfaitement au niveau des âmes donnant le moment maximum
au niveau des appuis.
- Le hourdis supérieur simplement appuyé au niveau des âmes donnant le moment maximum
au niveau du centre de la dalle.

8.1.2. Calcul des sollicitations


On commence par calculer les sollicitations au niveau de l’encastrement de l’encorbellement :

Année 2014 - 2015 39


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

Le moment total à l’ELU au niveau de l’encastrement est alors égale à :

𝑀𝐸𝑑,𝑢 = 230,65 𝑘𝑁/𝑚𝑙

On passe ensuite au calcul des sollicitations au niveau de la dalle centrale. Le calcul du diagramme des
moments sous l’effet de charges uniformément réparties fait appel à des notions simples de RDM.
Cependant, concernant les charges ponctuelles, nous avons réalisé un modèle plaque permettant de
connaître la diffusion des efforts dans la dalle :

On obtient finalement les diagrammes du moment fléchissant suivants :

Les moments MEd,u sont donc les suivants :

Dalle bi – encastrée Dalle bi - articulée


Sur appuis 159,54 kN.m/ml 0
En travée 158,00 kN.m/ml 277,72 kN.m/ml

Année 2014 - 2015 40


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

8.1.3. Calcul du moment réduit


Le critère nous permettant de savoir si la dalle est suffisamment épaisse est la valeur du moment
réduit :
𝑀𝐸𝑑,𝑢
𝜇=
𝑏. 𝑑². 𝑓𝑐𝑑

De façon générale, si ce moment réduit est inférieur à 0,25 alors nous n’avons pas besoin d’acier
comprimés. Nous nous limiterons alors à cet ordre de grandeur.

Enracinement du gousset En travée


côté Côté dalle Modèle Modèle
encorbellement centrale bi-encastré bi-articulé
MEd,u max 230,65 kN.m/ml 159,54 kN.m/ml 158,00 kN.m/ml 277,72 kN.m/ml
Epaisseur 34 cm 38 cm 22 cm 22 cm
d 27 cm 31 cm 17 cm 17 cm
µ 0,12 0,06 0,21 0,36

On remarque qu’au niveau de l’enracinement, la dalle est suffisamment épaisse (voir surabondante).
Cependant, en travée, le modèle bi-articulé donne une valeur du moment réduit beaucoup trop
importante alors que le modèle bi-encastré est satisfaisant.

Afin d’éviter de mettre trop d’armatures en travée, il est préférable de créer un encastrement au
niveau des goussets et donc de retourner une grande partie des aciers de la face supérieure du hourdi
dans les âmes. Dans ce cas, l’épaisseur du hourdis est vérifiée.

8.2. Vérification au poinçonnement


Nous allons maintenant nous intéresser à l’effet du poinçonnement engendré par les essieux au centre
du hourdis (e = 22 cm). L’effort maximal amené par une roue est de 182 kN pondéré s’appuyant sur
une surface de 40 cm x 40 cm.

La contrainte de cisaillement induite par cette charge est :


𝑉𝑒𝑑,𝑢
𝑣𝑒𝑑 = = 0,43 𝑀𝑝𝑎
𝑢1 ∗ 𝑑
Pour éviter de mettre en œuvre des armatures de poinçonnement, cette contrainte doit être inférieure
à:
1
𝑣𝑅𝑑,𝑐 = 0,18. 𝑘⁄𝛾𝑐 (100 𝜌𝑙 𝑓𝑐𝑘 )3 ≥ 𝑣𝑚𝑖𝑛 = 0,63 𝑀𝑃𝑎

Ainsi, nous n’avons pas besoin d’armatures de poinçonnement et la dalle est vérifiée.

Année 2014 - 2015 41


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

9. Calcul des pertes de précontrainte


Nous nous sommes intéressés à calculer les pertes de précontrainte pour les trois familles de câbles :
- Le câble de fléau de la pile P2 maintenant la dernière paire de voussoir. Il s’agit du câble de
fléau le plus long du tablier (98 m de longueur)
- Le plus long câble éclisse situé au milieu de la travée centrale (19 m de longueur)
- Deux câbles de continuité externes : l’un allant de la culée à la pile P2 et l’autre allant de la pile
P2 à la pile P3.

Pour des raisons d’économie, nous considérons que les câbles sont mis en tension que d’un seul côté

La méthodologie pour calculer ces pertes est :


- Calcul de la tension à l’origine (EN 1992-2 5.10.2.1) :
0,8 × 𝑓𝑝𝑘
𝑃𝑚𝑎𝑥 = 𝐴𝑝 × 𝑚𝑖𝑛 {
0,9 × 𝑓𝑝0,1𝑘
- Calcul des pertes instantanées :
o Pertes par frottement (EN 1992-2 5.10.5.2) :
∆𝑃𝜇 (𝑥) = 𝑃𝑚𝑎𝑥 × (1 − exp(−𝜇 × (𝜃 + 𝑘 × 𝑥))

o Pertes par recul d’ancrage

o Pertes par raccourcissement instantané du béton (EN 1992-2 5.10.5.1)


Δ𝜎𝑐
Δ𝜎𝑝 = 𝐸𝑝 ×
𝐸𝑐𝑚 (𝑡)
- Calcul des pertes différées :
o Pertes par retrait du béton
∆𝜎𝑃 = 𝐸𝑝 × ∆𝜀𝑐𝑠

o Pertes par fluage


𝐸𝑝
∆𝜎𝑐 = × 𝜑(∞, 𝑡0 ) × 𝜎𝑐,𝑞𝑝
𝐸𝑐𝑚

o Pertes par relaxation


𝑡 0,75×(1−𝜇)
∆σ𝑝,𝑟 = 𝜎𝑝,𝑖 × 𝑘1 × 𝜌1000 × exp(𝜇 × 𝑘2 ) × ( ) × 10−3
1000

Année 2014 - 2015 42


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

9.1. Câble de fléau


Le câble de fléau est un câble intérieur subissant des pertes par frottement. L’évolution de la perte de
précontrainte le long du câble est représentée sur le graphique ci-dessous :

La précontrainte moyenne est égale à :


𝑃𝑚 = 2,22 > 1,92 𝑀𝑁 (12𝑇15)

9.2. Câbles éclisses


Le câble éclisse est un câble intérieur subissant des pertes par frottement. L’évolution de la perte de
précontrainte le long du câble est représentée sur le graphique ci-dessous :

La précontrainte moyenne est égale à :


𝑃𝑚 = 2,30 𝑀𝑁 ≥ 1,92 𝑀𝑁 (12𝑇15)

Année 2014 - 2015 43


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

9.3. Câbles de continuité externes


Les câbles de continuité externes sont des câbles extérieurs ne subissant pas de pertes par frottement.
L’évolution de la perte de précontrainte le long du câble est représentée sur le graphique ci-dessous :

Câble s’étendant de la culée C0 et la pile P2 :

La précontrainte moyenne est égale à :


𝑃𝑚 = 3,74 𝑀𝑁 ≥ 3,04 𝑀𝑁 (19𝑇15)

Câble s’étendant de la culée P2 et la pile P3 :

La précontrainte moyenne est égale à :


𝑃𝑚 = 3,85 𝑀𝑁 ≥ 3,04 𝑀𝑁 (19𝑇15)

Année 2014 - 2015 44


Projet Pont – Groupe N° 29 Sujet N°A7 – Viaduc de Bourran à Rodez

Conclusion :
Nous avons ainsi définit le coffrage général du tablier et les armatures de précontrainte nécessaires
pour respecter les exigences de l’eurocode 2. Pour résumer voici les différents ratios obtenus :

- Volume de béton :

- Voussoirs de 6 m de haut : 36 m3
Volume de béton pour les voussoirs courants :
- Voussoirs de 3 m de haut : 26 m3
Volume des voussoirs de clavage : 16 m3
- Voussoirs sur pile P2 et P3 : 81 m3
Volume des voussoirs sur pile :
- Voussoirs sur pile P1 et P4 : 57 m3
Volume du tablier coulé sur cintre : 49 m3

Volume total : 3 150 m3

Epaisseur équivalente :
76 cm
𝑒 = 𝑉𝑏é𝑡𝑜𝑛 ⁄𝑆𝑡𝑎𝑏𝑙𝑖𝑒𝑟

- Quantités d’armatures de précontrainte

Ratio par Ratio par unité


Longueur Volume volume de de surface du
béton tablier
Câbles de fléau :
3 890 m 6,54 m3 16,3 kg/m3 12,4 kg/m2
(Câbles 12T15)
Câbles éclisses :
196 m 0,33 m3 0,8 kg/m3 0,6 kg/m2
(Câbles 12T15)
Câbles de continuité externes :
1 848 m 4,916 m3 12,3 kg/m3 9,4 kg/m2
(Câbles 19T15)

Totale : 5 472 m 11,004 m3 29,4 kg/m3 22,4 kg/m2

Année 2014 - 2015 45


Cinématique de construction

1
C0 P1

C0 P1
2

C0 P1

3
C0 P1

4 P4 C5
C0 P1

P4 C5
C0 P1
5

P4 C5
C0 P1

6
C0 P1 P4 C5

7
C0 P1 P2 P4 C5

C0 P1 P2 P4 C5
8

C0 P1 P2 P4 C5

9
C0 P1 P2 P4 C5

10
C0 P1 P2 P3 P4 C5

C0 P1
11 P2 P3 P4 C5

C0 P1 P2 P3 P4 C5

12 P4 C5
C0 P1 P2 P3

13
P4 C5
C0 P1 P3
P2
Câbles de fléau des piles P2 et P3

50,00
49,00

3
R6

R6
R6
6,00

Vue en élévation

R3
R3
Vue en plan
0,12

0,17 0,17 0,24 0,24 0,17 0,17 0,17

GV
0,25
0,40

Coupe sur gousset supérieur


Câbles de fléau des piles P1 et P4

24,00

23,00
3,00

R6

R6
Vue en élévation
R3
R3

Vue en plan
0,12

0,24 0,24 0,17

GV
0,25

Coupe sur gousset supérieur


Voussoir sur Piles P2 et P3 Voussoir sur Piles P1 et P4

13,40

0,38 0,38
GV GV
GV GV

0,67

3,00
6,00

Coupe sur voussoir

Coupe sur voussoir

0,67
0,67

0,94
0,94

1,00

1,00

Coupe sur le déviateur

Coupe sur le déviateur


0,67
1,00

0,94
1,00

2,25
Coupe sur le déviateur

Coupe sur le déviateur


Déviateur en travée Voussoir au milieu de
la travée centrale

GV GV

2,67

3,00
Coupe sur voussoir

1,00
2,25

Coupe sur le déviateur


Câbles éclisses en travée centrale
100,00

19,90

3,25 3,25 3,25 2,00 3,25 3,25 3,25

P2 Vue en élévation P3

R3
R3
Vue en plan

R6
0,
22

0,47

0,47
0,22

0,18 0,14

0,16 0,16

Coupe sur gousset inférieur Coupe sur bossage


Câbles éclisses en travée intermédiaire

74,00

13,40

3,25 3,25 2,00 3,25 3,25

Vue en élévation
P2 P3
R3
R3

Vue en plan
0,
22

0,47
0,22

0,18

0,16 0,30

Coupe sur gousset inférieur