Vous êtes sur la page 1sur 4

CAVILAM – Alliance française

Centre d’Approches Vivantes des Langues et des Médias


1 avenue des Célestins – CS 72678
03206 Vichy Cedex – France
Tél : 33 (0) 4 70 30 83 83 – Fax : 33 (0) 4 70 30 83 84
Email : info@cavilam.com
Sites : www.cavilam.com et www.leplaisirdapprendre.com

Transcription

Module 1 : Connaître les principes et concepts clés de l’enseignement du FLE

Leçon 3 : L’approche actionnelle

Nous avons vu l’approche communicative dans la précédente leçon.

Dans la leçon d'aujourd'hui, nous allons vous parler d’un autre concept clé de
l’enseignement des langues aujourd’hui : « l’approche actionnelle ».

Tout d’abord, regardons ensemble comment est née cette approche.

Avez-vous déjà entendu parler du Conseil de l’Europe ?

C’est une organisation intergouvernementale, créée en 1949 et qui a pour mission de


défendre les droits de l’homme et de mettre en valeur l’identité culturelle de
l’Europe et sa diversité. Le Conseil de l’Europe travaille aussi dans le domaine de
l’enseignement des langues pour favoriser la mobilité géographique des citoyens
européens.

C’est ainsi qu’en 2001, le Conseil de l’Europe a publié un cadre de référence que vous
connaissez peut-être… le CECRL...

Le Cadre européen commun de référence pour les langues.

A votre avis, à quoi sert ce cadre de référence ?

C'est une sorte de guide commun que l’on utilise pour l’élaboration de programmes,
d’examens et de formations en langues étrangères, ayant comme objectif
d’harmoniser les systèmes éducatifs européens.

Ce guide est utilisé en Europe mais on le trouve également sur d’autres continents.

Le cadre européen commun de référence pour les langues propose 6 niveaux de


compétences en langues étrangères.

https://mooc.cavilam.com
CAVILAM – Alliance française
Centre d’Approches Vivantes des Langues et des Médias
1 avenue des Célestins – CS 72678
03206 Vichy Cedex – France
Tél : 33 (0) 4 70 30 83 83 – Fax : 33 (0) 4 70 30 83 84
Email : info@cavilam.com
Sites : www.cavilam.com et www.leplaisirdapprendre.com

Comme vous pouvez le voir sur ce schéma :

- les niveaux A1 et A2 correspondent aux utilisateurs élémentaires,

- les niveaux B1 et B2, aux utilisateurs indépendants,

- les niveaux C1 et C2, aux utilisateurs expérimentés.

Pour vous aider à vous familiariser avec ces niveaux, voici quelques descripteurs
correspondant à chacun d’entre eux.

- Au niveau A1, le locuteur a des connaissances linguistiques de base. Il peut


communiquer de manière simple, parler de lui-même et de son environnement
immédiat.

- Au niveau A2, il peut échanger des informations simples sur des sujets familiers et
habituels.

- Au niveau B1, il peut se débrouiller dans la plupart des situations rencontrées en


voyage, raconter un événement, une expérience, défendre un projet ou une idée.

- Au niveau B2, il peut communiquer avec aisance et spontanéité dans les situations
habituelles. Il est assez autonome pour développer des arguments, pour défendre son
opinion, expliquer son point de vue et négocier.

- Au niveau C1, il est autonome. Il peut s’exprimer couramment et spontanément. Il


peut sans hésitation tenir un discours clair et bien construit.

- Au niveau C2, il peut comprendre sans effort pratiquement tout ce qu'il lit ou
entend.

Pour chaque niveau, le cadre européen commun de référence pour les langues décrit
des compétences en distinguant 5 activités langagières :

Lire, écrire, écouter, parler en continu et parler en interaction.

Le chapitre 2 du CECRL est consacré à la perspective actionnelle : il s’agit d’une


nouvelle approche pour apprendre et enseigner les langues vivantes.

https://mooc.cavilam.com
CAVILAM – Alliance française
Centre d’Approches Vivantes des Langues et des Médias
1 avenue des Célestins – CS 72678
03206 Vichy Cedex – France
Tél : 33 (0) 4 70 30 83 83 – Fax : 33 (0) 4 70 30 83 84
Email : info@cavilam.com
Sites : www.cavilam.com et www.leplaisirdapprendre.com

Sur quoi est basée cette approche ? Sur les actions que l’apprenant réalise en langue
étrangère.

L’enseignant doit donc considérer l’apprenant comme une personne qui va agir dans la
réalité personnelle, publique, scolaire ou professionnelle. C’est un acteur social.

La perspective actionnelle reprend les principes de l’approche communicative, mais


elle met l’accent sur la notion de tâche.

Dans cette approche, l’apprenant devra mobiliser des compétences qui lui permettent
d’agir pour accomplir des tâches qui ne sont pas seulement langagières.

La tâche met donc l’apprenant en « action ».

Et si nous allions un peu plus loin en essayant de comprendre la notion de tâche à


l’aide d’un exemple.

Vous devez organiser un dîner pour vos amis.

Ici, nous avons bien un verbe d’action « organiser » et l’objectif actionnel, c’est
réussir à organiser un repas pour vos amis.

Pour accomplir cette tâche, vous devrez certainement :

- discuter avec vos amis pour savoir ce qu’ils aiment ou ce qu’ils n’aiment pas

- lire et choisir des recettes

- faire une liste de courses

- envoyer un message à vos amis (par mèl ou par sms) pour donner des informations
(votre adresse, l’heure du repas, etc.)

Dans cet exemple, vous devez faire des choix en fonction de certaines contraintes
(votre budget ou le fait que certains de vos amis soient végétariens par exemple).

Ici, l’important n’est pas seulement d’être capable de communiquer mais d’être
capable de mobiliser des connaissances linguistiques (des savoirs) et des capacités
langagières (des savoir-faire) pour réaliser la tâche.

https://mooc.cavilam.com
CAVILAM – Alliance française
Centre d’Approches Vivantes des Langues et des Médias
1 avenue des Célestins – CS 72678
03206 Vichy Cedex – France
Tél : 33 (0) 4 70 30 83 83 – Fax : 33 (0) 4 70 30 83 84
Email : info@cavilam.com
Sites : www.cavilam.com et www.leplaisirdapprendre.com

Si nous reprenons notre exemple, les savoirs correspondent à des connaissances


(comme le vocabulaire de la nourriture) et les savoir-faire à des capacités d’utiliser
ses connaissances dans un contexte (comme être capable de comprendre des
instructions écrites dans une recette).

Maintenant que vous avez compris ce qu’est l’approche actionnelle, comment


l’enseignant peut-il faire pour l’intégrer dans ses pratiques en classe de langue ?

Il pourra proposer aux apprenants des tâches concrètes dans lesquelles ils seront
amenés à résoudre des situations problèmes.

Les activités d’enseignement-apprentissage seront donc contextualisées (une situation


que chacun de nous pourrait rencontrer dans sa vie de tous les jours).

Elles poseront problème.

Elles seront finalisées (l’objectif sera de résoudre le problème).

Elles seront complexes (elles nécessiteront la mobilisation de différents savoirs,


savoir-faire, savoir-être).

Et elles donneront un résultat (langagier).

Ainsi, en apportant des contraintes et en les laissant libres dans le choix des
ressources, l’enseignant permettra aux apprenants de développer des stratégies pour
qu’ils deviennent de plus en plus autonomes.

Et voilà !

https://mooc.cavilam.com