Vous êtes sur la page 1sur 8

Chapitre I : La gestion prévisionnelle de trésorerie : Budget de trésorerie

Application : Le service financier d’une entreprise établit chaque trimestre des prévisions de
sa trésorerie. Pour se faire, elle dispose des informations suivantes :

- Ventes (en DH) :


Les ventes du 2e trimestre de l’année N – 1 s’élèvent à :

Mois Ventes (H.T)


Avril / N – 1 46.000
Mai / N – 1 44.000
Juin / N – 1 36.000

Le financier de l’entreprise envisage pour l’année N, une progression du chiffre d’affaires de 12% par
rapport à l’année N–1. Le règlement des clients s’effectue à raison de 30% au comptant et le reste
dans deux mois.

- Achats et charges externes (en DH) :


Les prévisions d’achats et des charges externes s’élèvent à :

Mois Prévisions (H.T)

Avril / N 36.000
Mai / N 30.000
Juin / N 28.000

Le règlement des fournisseurs s’effectue dans un mois.

- Autres charges (en DH) :


Les salaires mensuels s’élèvent à 10.000 DhH/mois et sont payés le 26 de chaque mois. Les
charges de sécurité sociale s’élèvent à 50% du montant des salaires, et elles sont payées dans les
trente premiers jours du trimestre suivant.

- Opérations diverses :
L’entreprise a acheté un outil informatique dont le prix d’achat hors taxe s’élève à 2500 DH et
qui sera payé en mai l’année N.

1
- Extrait de la balance au 31/03/N :
Fournisseurs 44.688

Clients 35.186

Sécurité sociale 7.200

TVA déductible/biens et services 6.688

TVA à décaisser 950

Crédit du Maroc 49.330

Caisse 1.700

 Le solde du compte ‘‘fournisseurs’’ sera payé en avril,


 Le 12% du solde du compte ‘‘clients’’ sera payé en avril et le reste au mois de juin.
 Le montant de la sécurité sociale représente les cotisations dues au titre du 1 er trimestre.
 Le montant de la TVA à décaisser doit être versé avant la fin du mois d’avril.
 Le montant de la TVA déductible correspond aux achats du mois de mars.
 Le taux de la TVA déductible correspond aux achats du mois de mars.
 Le taux de la TVA est de 20%
1- Dresser le budget des encaissements,
2- Dresser le budget de la TVA,
3- Dresser le budget des décaissements.
4- Dresser le budget récapitulatif de trésorerie.
BUDGET DES ENCAISSEMENTS :

Eléments Montant Avril/N Mai/N Juin/N

4.222,32 30.963,68
Clients 35.186

61.824 (1) 18.547,20(2) 43.276,80 (3)


Ventes d’avril

59.136 17.740,80
Ventes de mai

Ventes de juin 48.384 14.515,20

2
Total 204.530 22.769,52 17.740,80 88.755,68

1- : 61.824 = (46.000 × 1,12) × 1,20


2- : 18.547,20 = 61.824 × 30%
3- : 43.276,80 = 61.824 × 70%

§2- Budget de décaissement


Il regroupe les dépenses figurant dans les budgets de charges selon leur mode de règlement. Les
éléments sont repris pour leur montant toute taxe comprise. On y trouve également le budget de
la Taxe sur la Valeur Ajoutée, c’est-à-dire les montants de la ‘‘TVA payable dans le mois’’.

A- Les dépenses d’exploitation


Elles concernent :

- Des achats et fournitures de biens ou services susceptibles de faire l’objet d’u crédit. Dans ce
cas, il faut, selon les fournisseurs, déterminer le décalage moyen qui s’écoule entre le moment
de l’achat et le moment du paiement ;
Exemple : si le crédit–fournisseur est de 60 jours fin de mois, alors les achats de janvier seront réglés
fin mars.

- Des achats et fournitures de biens ou services tels que eau, gaz, électricité, téléphone, loyers,
assurances, redevances pour brevets, … dont les échéances interviennent à des dates fixes.
- Les charges de personnel payées à une date que la législation a déterminé. Généralement, le
même mois pour la partie ‘‘salaires’’ le mois suivant pour les charges sociales.
- Des charges financières et fiscales dont les échéances peuvent intervenir à des dates variables
mais généralement précisée à l’avance. En sont exclues, bien évidemment, les dotations aux
amortissements et aux provisions, puisqu’il s’agit de charges ne donnant pas lieu à des
remboursements.

B- Autres dépenses
Parmi les décaissements, on peut trouver les dépenses d’investissements, les prêts consentis à des
tiers, et les remboursements d’emprunts.

1- Les investissements
Lorsque les équipements sont achetés à des entreprises travaillant sur stocks, le problème est de
savoir si l’investissement sera payé comptant ou non, et dans l’hypothèse d’un crédit il faudra
estimer le décollage entre le moment de la livraison et celui du paiement.

Lorsque les équipements sont réalisés sur commande, le contrat prévoira généralement de verser x%
à la commande, y% en cours de réalisation (à des dates précisées) et le solde à la livraison.

2- Les prêts consentis à des tiers et les remboursements d’emprunts


Les dates de décaissements correspondant à ces opérations sont fixées dans les contrats.

3
C- Dépenses de TVA
Compte tenu des règles qui régissent les modalités de calcul de la TVA, il est recommandé d’établir
un budget mensuel de TVA. Celui-ci permet de calculer pour chaque mois la TVA à payer. Dans la
pratique deux cas sont à considérer selon que l’entreprise est soumise à la TVA sur les débits (le fait
générateur coïncide avec la date de facturation) ou à la TVA sur les encaissements.

Le tableau suivant résume les différentes natures de TVA à prendre en compte pour
l’établissement du budget de TVA :

 TVA collectée sur les ventes,


 TVA déductibles sur les achats,
 TVA déductibles sur les Autres Biens et Services (ABS),
 TVA déductibles sur les investissements.

TVA collectée sur les ventes du mois M.


 TVA déductibles sur achats du mois M – 1.
 TVA déductibles sur Autres Biens et Services (ABS) du mois M -1.
 TVA déductibles sur Immobilisation du mois M.

= TVA à payer du mois M


A décaisser au mois M + 1

La règle du décalage, telle qu’elle est appliquée au Maroc, impose la déduction de la TVA sur achats
et ABS (Autres Bien et Service) du mois précédent, alors que la TVA sur investissement est récupérée
le mois même de l’acquisition.

Le décaissement de la TVA est porté au budget de trésorerie au mois M + 1.

Janvier Février Mars Avril …. Solde

TVA collectée x

 TVA sur achats x

 TVA sur charges x

 TVA sur Immobilisation x


= TVA à payer x x

x
Exemple : Reprendre l’exercice précédent et présenter le budget de la TVA.

4
Eléments Avril/N Mai/N Juin/N

TVA collectée 10.304 (1) 9.856 8.064


 TVA déductibles / B&S 6.688 (2) 7.200 (3) 6.000
 TVA déductible / Immobilisation – 500 (4) –
TVA à payer 3.616 2.156 2.064

(1) : 10.304 = 51.520 × 20% = vente d’avril (HT) × 20%


(2) : Extrait de la balance
(3) : 7.200 = 36.000 (avril/N) × 20%
(4) : 500 = 2.500 × 20%

D- Budget des décaissements


Ce budget réalise la somme des tableaux précédents complétés par les opérations non reprises
dans les dits tableaux :

 Règlement des dettes figurant au bilan initial.


 Règlement des investissements et opérations exceptionnelles telle que : Impôt sur les
bénéfices.
Eléments Janvier Février Mars

 Dettes fournisseurs (au bilan)


 Approvisionnement et charges externes
 Autres charges
 TVA à décaisser
 Acquisition immobilisation
 Impôt sur les bénéfices
TOTAL

Reprenons l’exemple précédent et présenter le budget des décaissements.

Montants prévisionnels
Avril/N Mai/N Juin/N

 Ventes H.T 51.520 49.280 40.320


 Ventes TTC 61.824 59.136 48.384
36.000 30.000 28.000
 Achat HT
 Achat TTC 43.200 36.000 33.600

5
Budget des décaissements

Eléments Avril/N Mai/N Juin/N

- Achats - 43.200 36.000


- TVA 950 3.616 2.156
- Salaires
10.000 10.000 10.000
- Charges sociales
7.200 - -
- Fournisseurs d’immob.
44.688 3.000(1) -
TOTAL 62.838 59.816 48.156
(1) : 2.500 × 1,20 = 3.000 TTC

Section II : Budget général et équilibrage de la trésorerie

§1- Budget général de la trésorerie


Il réalise la synthèse des budgets des encaissements et des décaissements, compte tenu de
l’existant initial de trésorerie (au bilan de départ).

Trésorerie initiale = Disponibilités – Crédit de trésorerie.

Notons que le solde final de trésorerie d’un mois donné est la trésorerie initiale du mois suivant.

Eléments Janvier Février Mars

 Solde de trésorerie initial


 Encaissements
 Décaissements
Solde de trésorerie final

Budget récapitulatif de trésorerie 1er trimestre /N.

Reprenons l’exemple précédent et déterminons le budget de la trésorerie.

Avril / N Mai / N Juin / N


51.030,00 (1) 10.961,52 -31.113,68
 Solde initial
22.769,52 17.740,80 88.755,68
 Encaissements
62.838,00 59.816,00 48.456,00
 Décaissements
Solde final 10.961,52 -31.113,68 9.486,00

(1) : 49.330 + 1.700

§2- Equilibrage de la trésorerie : Plan de trésorerie


L’équilibrage du budget de trésorerie initiale donne ce qu’on appelle le budget de trésorerie ‘‘ajusté’’,
ou plan de trésorerie. Celui-ci présente obligatoirement des soldes de trésorerie nuls ou

6
positifs puisqu’il tient compte des modes de financement retenus par l’entreprise pour équilibrer sa
trésorerie.

En effet, négocier préventivement des financements à court terme est généralement moins
coûteux et plus sûr que le recours éventuel à des crédits à court terme en situation de trésorerie
négative. L’équilibrage de la trésorerie implique la prise d’un certain nombre de décisions selon que
les soldes soient négatifs (insuffisants) ou largement positifs (excédents).

A- Elimination des soldes négatifs


Si des soldes négatifs apparaissent, l’entreprise peut recourir à diverses solutions :

- Soit mobilisation des créances pour les transformer en liquidités avant leur échéance,
- Soit obtenir des crédits bancaires de trésorerie,
- Soit payer certains impôts par obligations cautionnées,
- Soit demander des reculs d’échéances aux fournisseurs ou des avances de paiements aux
clients,
- Soit différer des commandes ou accélérer les ventes.

B- Elimination des soldes trop largement positif


Si les soldes apparaissent largement excédentaires de manière ponctuelle, on pourra projeter
d’en placer une partie. A ce niveau diverses modalités sont possibles.

 Comptes bloqués,
 SICAV et FCP,
 Bons de caisse,
 Billets de trésorerie, … etc.
Mais si l’encaisse reste pléthorique d’une façon permanente, il faudra envisager de réduire le fonds
de roulement ou mettre en œuvre de nouvelles activités dans l’entreprise.

Le plan de trésorerie est un document prévisionnel qui intègre les différents financements
et placements envisagés pour équilibrer les encaissements et les décaissements.

L’entreprise détermine les modalités de placement des excédents de trésorerie et enregistre les
produits financiers associés à ces placements dans le plan de trésorerie. Par ailleurs, elle choisit les
financements qui permettent de résorber les déficits de trésorerie à moindre coût et fait figurer les
charges engendrées par ces financements dans le plan de trésorerie.

Le plan de trésorerie informe donc l’entreprise sur sa capacité à assurer le financement de son
activité au cours d’un exercice.

Remarque : Contrôle du budget de trésorerie

Période par période, le contrôle de la trésorerie doit faire apparaître les écarts entre réalisations
et prévisions pour les encaissements et pour les décaissements.

7
Il est indispensable de rechercher les causes d’écarts et si possible d’en déterminer les
responsabilités. Ces écarts peuvent dépendre :

 Des services financiers qui n’ont, par exemple, pas respecter les prévisions d’échéances,
 Des variations d’activité de l’entreprise. Il est nécessaire de mettre en rapport les écarts
du budget de trésorerie et ceux provenant d’autres budgets,
 De la conjoncture : méventes, variations de prix, variations de salaires, …
 Des tiers, notamment des clients qui, par exemple, ont pu éprouver des difficultés à
respecter les échéances. Ces difficultés peuvent d’ailleurs, elles-mêmes s’expliquer par
la conjoncture.
En conclusion, il est à noter que, en raison de l’importance des décisions à prendre et de leur
urgence, les contrôles doivent être faits très rapidement. De plus, le budget de trésorerie étant la
résultante des autres budgets, son contrôle permet un premier diagnostic sur l’activité de
l’entreprise. Notons d’ailleurs, que pour certaines entreprises, notamment de distribution, la
gestion budgétaire se réduit à la présentation du budget de trésorerie.