Vous êtes sur la page 1sur 12

CHAPITRE 3 Circuits 22

CHAPITRE 3

Circuits

Dans ce chapitre nous allons présenter notre circuit en complet et analyser le


fonctionnement de chaque partie en détaille, nous inclurons aussi les étapes importantes
et nécessaires à la programmation. Car il faut quand même prévoir un circuit facile à
programmer.

1. Registre 74LS374 :

Parmi les périphériques connectés avec le microcontrôleur, il y en a ceux qui peuvent être
connectés directement avec le microcontrôleur, et d’autres qui ne peuvent pas l’être, sauf
via des registres du type 74LS374, afin qu’ils puissent être commandés facilement comme
entrées et sorties. Ces registres sur huit bits comme c’est illustré sur la figure 3.1, possèdent
huit bascules du type D actives par un flanc montant sur l’entrée d’horloge CLK afin de
positionner les sorties Qi aux niveaux logiques présents sur les entrées Di . La broche
OE (Broche d’activation de sortie) sert à valider les huit sorties aux niveaux logiques bas
(0) ,haut (1), ou a l’état haute impédance qui n’apporte ni charge ni commande
significative des lignes de bus.

INPUT
OUTPUT
CLOCK
OE xD xQ
CK
0 1 1
0 0 0
0 0 X Q0
1 X X HI-Z

Figure 3.1 : Diagramme et table de vérité du registre 74LS374


CHAPITRE 3 Circuits 23

2. Convertisseur analogique numérique :

2.1 Description :

La conversion analogique numérique est l'opération qui permet la conversion d'une


grandeur analogique (généralement une tension) en une expression binaire sur N bits, cette
dernière est basée sur un code et à chaque mot du code on associe une grandeur analogique
dans la plage de conversion.

Le circuit utilisé est l’ADC0804 qui est un boîtier intégré CMOS de 20 broches,
effectuant la conversion A/N au moyen de la méthode par approximations successives CAS
(cette technique par approximations successives réalise actuellement un des meilleurs
compromis pour obtenir simultanément une grande résolution et une précision élevée avec
une rapidité de 10 à 25µs, ainsi le temps de conversion qui est le même quelque soit la
valeur de la tension d’entrée), possédant un registre de sortie à trois états qui permet l'accès
direct au bus de données, et il est prévu pour fonctionner avec des microcontrôleurs utilisant
un minimum de circuits externes.

Ce convertisseur traduit linéairement en 2N codes numériques les tensions comprises


entre 0 et 5 volts avec une précision de 0,20 volts. C'est-à-dire que le bit de poids faible a une
valeur de 0,20 volts, le second de 0,40 volts, le troisième de 0,80 volts, le quatrième de 1,60
volts, etc.

2.2 Caractéristiques :

L’ADC0804 donné par la figure 3.2, possède les caractéristiques suivantes :

 Alimentation simple de 5V.

 Connexion aisée avec tout type de microprocesseurs, et peut fonctionner en


mode individuel.

 Deux entrées analogiques: VIN (+) et VIN (-) pour permettre une entrée
différentielle. On veut dire par là que l'entrée analogique à convertir est la différence
entre les tensions sur ces broches [entrée analogique = VIN (+) - VIN (-)]. Dans le
cas des mesures non différentielles, l'entrée à convertir est appliquée à VIN (+) tandis
que l'entrée VIN (-) est connectée à la masse analogique. En fonctionnement normal,
le convertisseur a recours à une tension de référence de VCC = +5 V et dans ce cas, la
tension analogique peut parcourir la plage de 0 à 5 V pleine échelle.

 Conversion de la tension analogique en une sortie numérique de 8 bits. Les


sorties numériques sont de type à tampon trois états et il est alors possible de les
raccorder à un bus de données 8 bits permettant d'obtenir une résolution de 5V/255 =
10,6 mV.

 Générateur d'horloge interne dont la fréquence est f = 1/ (1,1 RC), où R et C


sont deux composants extérieurs à la disponibilité de l’utilisateur. Une fréquence
d'horloge typique est 606 kHz réalisé avec R = 10 KΩ et C =150 pF. Il est aussi
CHAPITRE 3 Circuits 24

possible d'utiliser une horloge externe; les impulsions arrivent alors sur la broche CLK
IN.

 Avec une fréquence d'horloge de 606 kHz, la durée de conversion est


environ de
100 µS.

 Masses distinctes pour les signaux numériques et les signaux analogiques. La


broche 8 est la masse analogique connectée à un point de référence commun du circuit
analogique qui fournit le signal à convertir. La broche 10 agit comme masse
numérique à laquelle se rapportent tous les éléments numériques du système. La
masse numérique est toujours parasitée en raison de la rapidité des changements de
courant qui ont lieu quand les éléments numériques basculent d'un état vers l'autre.
Bien qu'il ne soit pas indispensable de séparer ces deux masses, deux masses distinctes
isolent le signal analogique de la masse numérique parasitée et empêche le
basculement avant temps du comparateur analogique interne au CAN.

 Vréf/2 : Cette entrée est facultative et on peut s'en servir pour imposer une
tension de référence interne et ainsi changer la plage des signaux analogiques que peut
traiter le convertisseur. Quand cette entrée n'est pas raccordée, la tension qu'on y
mesure est 2,5V (VCC/2), puisque c'est l'alimentation VCC qui agit alors comme
tension de référence. Si on connecte une tension extérieure à cette broche, la référence
interne est modifiée et devient deux fois la tension fournie de l'extérieur; la plage des
tensions analogiques change de façon correspondante. Voici un tableau illustrant ceci:

V réf/2 Plage des entrées analogiques (V) Résolution (mV)


Ouverte 0-5 19,6
2,25 0-4,5 17,6
2,0 0-4 15,7
2,5 0-5 11,8

 Niveaux d’entrée et de sorties logiques compatibles MOS et TTL.

 Ajustement du zéro non nécessaire.

 Temps d’accès 135ns.

 Erreur absolue ±1/4 LSB, ±1/2 LSB, ±1 LSB.


CHAPITRE 3 Circuits 25

ADC0804
Figure 3.2 : Convertisseur ADC0804

: Identification des broches

1 CS Entée d’activation
2 RD Commande de lecture
3 WR Commande d’écriture
Cette entrée (entrée horloge) sert à recevoir les signaux
d'une horloge externe ou à connecter un condensateur
4 CLKIN
quand on utilise l'horloge interne.

5 INTR Sortie indiquant la fin de conversion


6 (+) VIN Entrée différentielle positive
7 (-) VIN Entrée différentielle négative
8 AGND Masse analogique
9 Vréf/2 Entrée de référence = 2.5V
10 DGND Masse numérique
à 18 11 DB0……..DB7 Sorties logiques
Cette entrée (sortie horloge) est connectée à une
résistance quand on utilise l'horloge interne. C'est
19 CLKR ou CLKOUT
sur cette broche que l'on relève le signal d'horloge.

20 VCC Alimentation

Remarque : La broche n° 11 de l’ADC0804 correspond à l’octet du poids le plus fort


.((MSB), et la broche n° 18 correspond à l’octet du poids le plus faible (LSB
CHAPITRE 3 Circuits 26

2.3 Description des fonctions :

Les entrées de commande digitales (CS, RD, WR) correspondent au niveau TTL normale.
Elles sont actives bas pour permettre une connexion aisée avec un bus de commande de
.microcontrôleur
On présente ci-dessous la définition du rôle de ces entrée ainsi le chronogramme de
fonctionnement de l’ADC (voir figure 3.3).

 CS : Cette entrée (sélection de la puce) doit être à son niveau vrai (BAS) pour
que les entrées RD et WR agissent. Quand CS est au niveau HAUT, les sorties
numériques sont dans leur état de haute impédance.

 RD : Cette entrée (validation du registre interne de sortie) sert à valider les


tampons de sortie numériques. Quand CS = RD = niveau BAS, les broches des
sorties numériques sont actives et contiennent la représentation numérique de la
dernière conversion A/N.

 WR : Cette entrée (début de la conversion) reçoit un signal BAS à titre


d'indication du début d'une nouvelle conversion.

 INTR : Cette entrée (fin de la conversion) passe au niveau HAUT au début


d'une conversion et effectue une transition vers le niveau BAS afin d'indiquer la
fin de la conversion.

Figure 3.3 : Chronogramme de fonctionnement de l’ADC 0804


CHAPITRE 3 Circuits 27

2.4 Connexion de l’ADC0804 avec le microcontrôleur 80C32 :

C'est le microcontrôleur qui contrôle la conversion en envoyant les signaux CS et WR.


Ensuite, il prélève la donnée de sortie du CAN en générant les signaux CS et RD dès qu'il a
décelé un front descendant sur la borne INTR, signal de la fin de la conversion. Notez que
INTR passe au niveau HAUT au moment où CS et WR passent au niveau BAS, mais que la
conversion proprement dite ne débute pas tant que CS et WR ne sont pas revenus à 1.
Observez en outre que les lignes de donnée de sortie du CAN restent dans leur état haute
impédance jusqu'au moment où le microcontrôleur active CS et RD; c'est à cet instant que les
tampons de donnée du CAN sont validés et envoient la donnée numérique du CAN sur le bus
de données. Les lignes de données retournent dans leur état haute impédance quand CS et RD
sont remis dans l'état HAUT.

Microcontrôleur

Entrée
analogique

Figure 3.4: Connexion entre Microcontrôleur et ADC0804

3. Carte d'affichage :

Le schéma de cette carte est donné par la figure 3.8. Elle contient principalement les
composants suivants :

 Registres 74LS374 : On concède pour chaque afficheur un registre


74LS374 qui fait passer le code sept segments correspondant juste en appliquant
un front montant à son horloge après l'envoi du code sept segments à son
entrée. La broche OE (broche d'activation de sortie de ces registres) est à la masse
afin que ses sorties soient toujours activées.
Ces registres sont branchés en parallèle afin de pouvoir constater bien les valeurs
affichées, ses entrées sont connectées au port P1 du microcontrôleur, et les
entrées d'horloges sont connectés à la bascule B2 (74LS374).
CHAPITRE 3 Circuits 28

 Afficheur LTS4801G à anode commune : On a besoin de 5


afficheurs, dont 2 sont destinés à montrer laquelle des informations est en cours
d’affichage, et les 3 autres pour l'affichage de la valeur de cette information. Le
digramme et la table de vérité de l’afficheur sont donnés ci-dessous :

(Segment (‘0’ : éclairé


Digit
a b c d e f g
0 0 0 0 0 0 0 1
1 1 1 1 1 0 0 1
2 0 1 0 0 1 0 0
3 0 1 1 0 0 0 0
4 1 0 1 1 0 0 0
5 0 0 1 0 0 1 0
6 0 0 0 0 0 1 0
7 0 1 1 1 0 0 1
8 0 0 0 0 0 0 0
9 0 0 1 0 0 0 0

Figure 3.5 : Afficheur LTS4801G


CHAPITRE 3 Circuits 29

Les afficheurs 7 segments sont constitués de 7 diodes électroluminescentes (LED) a, b, c,


d, e, f et g appelées segments. Une huitième LED permet de gérer un point décimal (DP).
Toutes les anodes sont reliées et connectées au potentiel haut (5V). La commande de chaque
segment se fait indépendamment des autres par sa cathode mise au potentiel bas (0V).

Chaque segment est également repéré par un bit (a à g) afin de le commander. Le bit p
n’est pas utilisé.

 Décodeur 74LS138 : C'est un décodeur 3-8, qui sert à sélectionner


l’un des afficheurs en donnant une impulsion a son registre approprié via un
inverseur 74LS04, il fonctionne comme c'est illustré sur la figure suivante :

INPUT OUTPUT
ENABLE SELECT
G1 G2A G2B C B A Y0 Y1 Y2 Y3 Y4 Y5 Y6 Y7
X X 1 X X X 1 1 1 1 1 1 1 1
X 1 X X X X 1 1 1 1 1 1 1 1
0 X X X X X 1 1 1 1 1 1 1 1
1 0 0 0 0 0 0 1 1 1 1 1 1 1
1 0 0 0 0 1 1 0 1 1 1 1 1 1
1 0 0 0 1 0 1 1 0 1 1 1 1 1
1 0 0 0 1 1 1 1 1 0 1 1 1 1
1 0 0 1 0 0 1 1 1 1 0 1 1 1
1 0 0 1 0 1 1 1 1 1 1 0 1 1
1 0 0 1 1 0 1 1 1 1 1 1 0 1
1 0 0 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 0

Figure 3.6 : Diagramme et table de vérité du décodeur 74LS138

 Inverseur 74LS04 : il fonctionne comme c'est illustré sur la figure


suivante :
CHAPITRE 3 Circuits 30

Figure 3.7 : Diagramme et table de vérité de l’inverseur 74LS04


CHAPITRE 3 Circuits 31

1
2 g
3 b
4 +5 v a 10
R
5 c f 9
+5 v 8 320
d
e 7
LT S 4 8 0 1
G p 6

1
2 g
3 b
4 +5v a 10
R
5 c f 9
+5v 8 320
d
e 7
LTS 4 801
G p 6

1
2 g
3 b
4 +5v a 10
R
5 c f 9
+5v 8 320
d
e 7
LTS4801G p 6

1
1 2 g
2 OE 3 b
3 Q0 4 +5v a 10
4 D0 VC C 20 5 c f 9
+5v 8 R
5 D1 Q 7 19 d 32 0
6 Q1 D 7 18 e 7
LTS 4 801
7 Q2 D 6 17 G p 6
8 D2 Q 6 16
9 D3 Q 5 15
10 Q 3 D 5 14
GND D 4 13
Q 4 12 1
S N 7 4 L S 37 C L K 1 2 g
4N 11
2 OE 3 b
3 Q0 4 +5v a 10
4 D0 VC C 20 f 9
5 c +5v 8 R
5 D1 Q 7 19
d 32 0
6 Q1 D 7 18 e 7
D 6 17 LTS 4 801
7 Q2 G p 6
8 D2 Q 6 16
9 D3 Q5 15
10 Q 3 D 5 14
GND D 4 13
Q4
SN 74LS 3 C LK 12 1
74N 11
2 OE
3 Q0
4 D0 V C C 20
5 D1 Q 7 19
6 Q1 D 7 18
7 Q2 D 6 17
8 D2 Q 6 16
9 D3 Q 5 15
10 Q 3 D 5 14
GND D 4 13
Q4 12 1
S N 7 4 LS 3 C L K 1
74N 11 2 +5V
2 OE
3 g
3 Q0 4 b
4 D0 VC C 20
Q 7 19 5 c
5 D1
D 7 18 6 d
6 Q1
D 6 17 7 p
7 Q2
Q 6 16 8 e
8 D2
Q 5 15 9 f
9 D3 10 a
10 Q3 D 5 14
D 4 13 GND
GND
Q 4 12
SN 74LS3 C LK 1
74N 11
2 OE
3 Q0
4 D0 VC C 20
5 D1 Q 7 19
6 Q1 D 7 18
7 Q2 D 6 17
8 D2 Q6 16
9 D3 Q 5 15
10 Q3 D 5 14
GND D 4 13
Q4 1
SN 74LS3 C LK 2
74N 11

1
2 A1
3 Y1 Vcc 14
4 A2
5 Y2 A6 13
Y 6 12
6 A3
A5 11
7 Y3
Y 5 10
Vss A4 9
D M 7 4 04 N Y 4 8

1
2 A 1
3 B V c c 16 2 C
4 C 3 B
Y 0 15
5 G A
Y 1 14
6 G
Y 2 13
7 +5V
Y 3 12
8 Y7
Y 4 11
Vss Y 5 10
S N 7 4 L S 13 Y 6 9
8N

Figure 3.8 : Circuit d’affichage


CHAPITRE 3 Circuits 32

4. Détection et mise en forme du signal :

Certes que pour toute détection ou acquisition de données, la disponibilité d’une


information instantanée ou le plus rapidement que possible et très favorable pour un
traitement et réaction meilleurs. Mais dans certaines cas à voire dans la plus part des cas, on
est limité par des contraintes souvent comprise dans le cadre du matériel d’acquisition et de
traitement, surtout quand il s’agit d’un système de développement numérique. Donc de
l’instrumentation jusqu’au traitement d’information et prise de décision automatique les
performances matériels sont indispensables pour réaliser des systèmes parfaits et performants.
A notre 21eme siècle la diversité des technologies nous offre de jour en jour du matériel plus
qualitatif et performant que son précédant mais le coup financier de celui-ci devient
évidemment plus important et c’est une autre manche de contraintes surtout pour les
constructeurs du matériel industriel.
Alors suite à des contraintes de rapidité de traitement du matériel à notre disposition nous
avons choisit de traiter et afficher la valeur efficace à partir d’une acquisition des valeurs
crêtes des tensions et courants alternatifs. C’est d’ailleurs ce qui a beaucoup limité les
perspectives et le cahier de charge de notre application.

4.1 détection de la tension d’une ligne électrique :

Nous avons choisit les transformateurs de tension présentés au chapitre 1 qui sont le
moyen le plus courant pour abaisser, détecter et fournir une image d’une tension sans
perturber les lignes d’alimentations, utilisés afin de pouvoir exploiter une faible tension sans
danger sur les utilisateurs, ainsi pour fabriquer un matériel de traitement de cette tension plus
compacte, robuste, et réduit que possible. Alors jusque-là on a un signal alternatif réduit et
linéairement proportionnel au signal a surveillé. Seulement que pour saisir la valeur efficace
on fait appel à un redressement et un filtrage adéquat, duquel s’ensuit une valeur crête qui est
égale à (√2 * la valeur efficace).

v v

t 10ms t
1 Redresseur 2

t
Filtrage : capacité 3
CHAPITRE 3 Circuits 33

La décharge du condensateur doit être rapide, ainsi que celui-ci doit maintenir sa charge
pour une acquisition correcte de la valeur crête du signal. Donc cette décharge sera faite
automatiquement après la lecture de l’information.

Figure 3.9 : Simulation de la mise en forme du signal

Le signal à l’entrée A de l’oscilloscope est celui qui montre la durée de sélection de la


voie X0 d’adresse {ABC = 000}. Ainsi le signal à l’entrée B de l’oscilloscope montre la
charge du condensateur et le maintien de la valeur crête du signal qui se fait en 18ms et la
décharge de durée estimée à 2ms. Or nous avons fixé le cycle minimal de notre programme à
2ms, en plus pour revenir à l’acquisition du même signal on doit accomplir celles des six
autres restants qui requièrent un temps de 12ms>10ms, et donc c’est suffisant pour une
acquisition correcte.