Vous êtes sur la page 1sur 10

Choisir, pour chaque question, la ou les propositions justes.

1.Le droit des affaires:


a. Englobe, entre autres, le droit commercial, le droit
comptable et le droit bancaire.
b.Est caractérisé par un certain formalisme et une
certaine souplesse.
c. Est constitué par l’ensemble des règles applicables à
l’entreprise commerciale et à son environnement.
d.Englobe, entre autres, le droit cambiaire et le droit
de la concurrence.
e. Toutes les réponses sont fausses.

2.La doctrine :
a. Est constituée par des pratiques commerciales
répétées et généralisées dans le temps.
b.Fait référence aux habitudes de la profession.
c. Résulte d’un ensemble de décisions concordantes,
rendues par les tribunaux, à propos d’un même
problème de droit.
d.Est une source du droit des affaires.
e. Est l’œuvre des juridictions supérieures.
Choisir, pour chaque question, la ou les propositions justes.

3.Un effet de commerce :


a. Est un moyen de paiement cambiaire.
b.Est un titre négociable exigible à vue ou à terme.
c. Est toujours commercial.
d.Constate l’engagement d’une personne de payer ou
de faire payer une somme d’argent.
e. Toutes les propositions sont justes.

4.La lettre de change :


a. Peut être émise au porteur.
b.Ne peut jamais être endossée à ordre.
c. Peut être émise par un mineur émancipé autorisé à
exercer le commerce.
d.Est libératoire.
e. Est un moyen de paiement cambiaire.

5.Choisir la ou les affirmations juste(s):


a. Le bénéficiaire de la lettre de change doit
obligatoirement avoir la capacité commerciale.
b.A défaut de contenir les mentions obligatoires, la
lettre de change et nulle.
c. La provision du chèque est constituée par une
créance que le tireur détient sur le tiré.
d.Le chèque est un moyen de paiement à terme.
e. Le billet à ordre est toujours commercial.
Choisir, pour chaque question, la ou les propositions justes.

6.Choisir la ou les affirmations justes:


a. L’acceptation de la lettre de change se fait par
simple signature au dos.
b.Le donneur d’aval est celui qui se porte caution de
la créance.
c. L’acceptation de la lettre de change est
l’engagement du tiré de payer son montant à
l’échéance à la personne qui en sera le porteur
légitime.
d.La capacité commerciale est exigée pour faire
l’endossement translatif de propriété du chèque.
e. Toutes les propositions sont justes.

7.Choisir la ou les affirmations justes:


a. La loi interdit l’opposition au paiement du billet à
ordre sauf dans certains cas particuliers.
b.En cas de règlement judiciaire du porteur de la lettre
de change, le syndic de celui-ci pourra faire
opposition aux mains du tiré.
c. En cas de vol de la lettre de change, il appartient au
porteur ayant perdu le titre de faire opposition aux
mains du tiré.
d.Le porteur du billet à ordre est dispensé de la
procédure du protêt.
e. Le protêt faute de paiement est un acte sous-seing
privé.
Choisir, pour chaque question, la ou les propositions justes.

8.Choisir la ou les affirmations justes:


a. Dans le tribunal de commerce, le jugement en référé
est donné par trois magistrats.
b.Le tribunal de commerce fonctionne selon le
principe de la collégialité.
c. Le président du tribunal de commerce peut instituer
en référé dans certaines affaires.
d.Les jugements en cour d’appel de commerce sont
donnés par un seul magistrat.
e. Le tribunal de commerce est compétent pour traiter
les différends relatifs aux effets de commerce.

9.Choisir la ou les affirmations justes:


a. Le compromis d’arbitrage n’est valable qu’entre
commerçants.
b.L’arbitre peut être une personne physique ou
morale.
c. La convention d’arbitrage doit toujours être établie
par écrit.
d.En cas d’arbitrage ad hoc, les parties au litige
choisissent de recourir à une institution d’arbitrage.
e. Toutes les propositions sont justes.
Choisir, pour chaque question, la ou les propositions justes.

10. Le tribunal de commerce est compétent pour


connaître :
a. Des affaires relatives aux accidents de la circulation
lorsqu’elles se rapportent aux activités
commerciales.
b.Des actions relatives aux contrats commerciaux.
c. Des différends entre associés de sociétés
commerciales.
d.Des différends à raison de fonds de commerce.
e. Toutes les propositions sont justes.

11. Le chèque :
a. Doit obligatoirement être nominatif.
b.Doit obligatoirement être certifié.
c. Peut porter la mention non à ordre.
d.Est un acte de commerce par la forme.
e. Toutes les propositions sont fausses.
Choisir, pour chaque question, la ou les propositions justes.

12. L’arbitrage :
a. La convention d’arbitrage peut prendre la forme
d’acte sous-seing privé.
b.Il est impossible de recourir à l’arbitrage en cours
d’instance.
c. Le recours à l’arbitrage en cours d’instance
interrompt la procédure judiciaire.
d.Le compromis d’arbitrage n’est valable qu’entre
commerçants.
e. Toutes les propositions sont justes.

13. Choisir la ou les affirmations justes:


a. La loi sanctionne toute personne qui accepte des
chèques de garantie.
b.La loi sanctionne toute personne qui émet un chèque
sans provision.
c. Le chèque est un moyen de paiement à vue.
d.Un chèque ne peut être émis que par un
commerçant.
e. Toutes les propositions sont justes.
Choisir, pour chaque question, la ou les propositions justes.

14. La conciliation :
a. La procédure de conciliation est accordée à toute
entreprise, sans aucune condition.
b.La mission du conciliateur est fixée à trois mois
renouvelable pour un mois.
c. La conciliation est opposable à tous les créanciers.
d.La procédure de conciliation est refusée si
l’entreprise est en cessation de paiement.
e. Toutes les propositions sont justes.

15. La médiation
a. La convention de médiation doit être établie par
écrit.
b.La clause de médiation n’est valable qu’entre
commerçants.
c. Le compromis de médiation n’est valable qu’entre
commerçants.
d.Les parties au litige peuvent recourir à la médiation
en cours d’instance.
e. Le recours à la médiation interrompt la procédure
judiciaire.
Choisir, pour chaque question, la ou les propositions justes.

16. La compétence territoriale du tribunal de


commerce appartient au tribunal du :
a. Domicile réel ou élu du défendeur.
b.Domicile réel ou élu du demandeur.
c. Domicile réel ou élu du défenseur.
d.Domicile légal du demandeur.
e. Toutes les réponses sont fausses.

17. Choisir la ou les affirmations justes:


a. Un effet de commerce est un titre négociable.
b.Tout signataire de la lettre de change doit avoir la
capacité commerciale.
c. Le chèque est un effet de commerce.
d.L’endossement pignoratif du chèque est interdit.
e. La traite peut émise en blanc.

18. Parmi les moyens de paiement cambiaires :


a. La lettre de change.
b.Le billet à ordre.
c. Le chèque.
d.Le virement bancaire.
e. La traite.
Choisir, pour chaque question, la ou les propositions justes.

19. Les recours en droit cambiaire :


a. En droit cambiaire, le porteur diligent est celui qui
s’est présenté au paiement dans le délai légal et qui
a dressé un protêt en cas de non paiement.
b.Le porteur diligent a un droit de recours contre tous
les obligés en vertu de la lettre de change.
c. le porteur négligent peut actionner tous les
signataires de la lettre de change ou l’un d’eux
devant le tribunal.
d.Le porteur négligent garde un droit de recours
contre le tiré accepteur de la lettre de change.
e. Toutes les propositions sont justes.

20. La conciliation :
a. Le recours à la conciliation peut être fait à
l’initiative des parties au litige.
b.Tous les créanciers sont tenus d’accepter la
conciliation.
c. Le respect de l’accord de conciliation par ses
signataires est obligatoire.
d.Le recours à la conciliation en cas de litige est
obligatoire.
e. Toutes les propositions sont justes.
Choisir, pour chaque question, la ou les propositions justes.

21. Le billet à ordre :


a. Est un moyen de paiement et de crédit.
b.Est un effet de commerce.
c. Est toujours commercial.
d.Est civil ou commercial selon la nature de la
transaction.
e. Peut être déposé chez un créancier à titre de gage.

22. La lettre de change :


a. Peut être certifiée.
b.Ne peut pas être émise en blanc.
c. Ne peut pas être endossée en blanc.
d.Son acceptation n’est pas obligatoire.
e. Toutes les propositions sont justes.

23. L’arbitrage :
a. L’arbitre doit être une personne physique.
b.L’arbitre peut instituer en référé dans certaines
affaires.
c. La sentence arbitrale est toujours exécutoire.
d.L’arbitrage n’est possible qu’entre commerçants.
e. L’ordonnance d’exéquatur de la sentence arbitrale
est donnée par le président du tribunal de
commerce.