Vous êtes sur la page 1sur 52

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de L’enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique


Centre Universitaire NOUR el Bachir EL BAYADH
Institut des Sciences
Département de Technologie

Cours Télécommunications et Applications

2ème Année Télécommunication (Semestre 04)

UED 2.2
Télécommunications et Applications

Auteur:

• MENEZLA Fayssal

Année Universitaire : 2019/2020


AVANT PROPOS

Le cours Télécommunications et Applications est particulièrement adressé aux étudiants de


la deuxième année Licence Télécommunications pour le quatrième semestre. Il vise à brosser des
concepts et applications rencontres en télécommunication.

A l’issu de ce cours, l’apprenant acquerra la maitrise des concepts de quelques systèmes et


applications utiliser en télécommunications

Conformément aux Canevas de la Licence académique en Télécommunications, le


présent cours est présenté comme suite :

Chapitre 1. Introduction aux Applications des Télécommunications :

• Spectre électromagnétiques.
• Classification des systèmes des télécommunications.

Chapitre 2. Introduction à la téléphonie :

• Principe de base de la téléphonie.


• Introduction au réseau de téléphonie commuté (RTC).
• Introduction au réseau de téléphonie Mobile (cellulaire).

Chapitre 3. Introduction à la radiodiffusion et la télévision :

• Introduction a la Radiodiffusion.
• Introduction aux Réseaux de télévision Terrestre, câblée et la télévision par satellite.

Chapitre 4. Autres applications des télécommunications :

• Principe du radar.
• Réseaux de communication sans fil.
• Réseaux informatiques.

1
Sommaire

Chapitre I : Introduction aux applications des télécommunications.

I.1 Introduction ……………………………………….……………………………………….7

I.2 Spectre électromagnétiques ………….…………………………………………………….7

I.2.1 Définition ………………………………………………………………………………...7

I.2.2 Unités de mesures ………………………………………………………………………..8

I.2.3 Domaines du spectre électromagnétique ………………………………………………...9

I.3 Classification des systèmes des télécommunications …………………………………….10

I.3.1 Schéma de base d’une chaine de transmission …………………………………………10

I.3.2 Systèmes de télécommunications ……………………………………………………....11

Les systèmes de transmission ………………………………………………………..12


Lignes de transmission (supports de transmission) ………………………………….............12
Les équipements de groupement des signaux à transmettre (multiplexage) …………………12
Les systèmes de commutation ………………………………………………………..13

Chapitre II : Introduction a la Téléphonie.

II.1 Introduction ……………………………………………………………………………...15

II.2 Principe de base de la Téléphonie ……………………………………………………….16

II.2.1 Définition d’un téléphone …………………………………………………………...…16

II.2.2 Les Organes constitutifs d’un poste téléphonique ……………………………………..16

A. Les organes de conversation …………………………………………………………16


Le Microphone ……………………………………………………………………….17
L’Ecouteur ……………………………………………………………………………17
Le Combiné …………………………………………………………………………..17
La Bobine d’Induction (Transformateur) …………………………………………….17
Les Deux Diodes……………………………………………………………………...17
Le Redresseur ……………………………………………………………………..….17
B. Les organes d’appel d’émission ……………………………………………………...17
C. Les organes de réception d’appel …………………………………………………….17

2
II.3 Introduction au Réseau de Téléphonie Commute (RTC) ……………………………..…17

II.3.1 Définitions général …………………………………………………………………….17

II.3.2 Organisation du réseau téléphonique ………………………………………………….18

A. Le Réseau Local ……………………………………………………………………...18


• Les postes téléphoniques ……………………………………………………………………..20
• Les câbles de branchement …………………………………………………………………..20
• Les points de concentration PC ………………………………………………………………20
• Les câbles de distributions …………………………………………………………………...20
• Les sous répartiteurs SR ……………………………………………………………………...20
• Les câbles de transport ……………………………………………………………………….21
• Le répartiteur général ………………………………………………………………………...21
B. Le Réseau Dorsal …………………………………………………………………….21
Les commutateurs (centres) ………………………………………………………………….21
Les centres d’abonnés ………………………………………………………..21
• Les Centres à Autonomie d'Acheminement CAA …………………………………………...21
• Les centres locaux CL ………………………………………………………………………..22
Les centres de transit …………………………………………………………22
• Zone à Autonomie d’Acheminement (ZAA) ………………………………………………...22
• Zone de Transit Secondaire (ZTS) …………………………………………………………..22
• Zone de Transit Principal (ZTP) …………………………………………………………….22

II.3.3 Établissement d’une communication téléphonique ……………………………………23

Principe d’un poste téléphonique …………………………………………………………….23


La mise en relation Usager/Usager ………………………………………………..…………24

II.4 Introduction au Réseau Téléphonie Mobile (Cellulaire) ………………………………...26

II.4.1 Définitions et généralités ………………………………………………………………26

II.4.2 Méthodes d'accès ………………………………………………………………………28

II.4.3 Global System for Mobile Communications (GSM) ………………………………….28

Les éléments d’un réseau GSM ……………………………………………………………...29

II.4.4 Comparaison entre les Réseaux Téléphonies fixes et Mobiles ……………………..…33

Chapitre III : Introduction a la Radiodiffusion et la Télévision

III.1 La Radiodiffusion ………………………………………………………………………35

III.1.1 Introduction …………………………………………………………………………...35

3
III.1.2 Généralistes et Définitions ……………………………………………………………35

Une émission de radio ………………………………………………………………..35

Une station de radio …………………………………………………………………..35

La Transmission des sons ……………………………………………………………35

Modulation des ondes ………………………………………………………………..36

Longueur d'onde ou fréquence ……………………………………………………….36

III.1.3 Gamme des ondes utilisent …………………………………………………………...36

Gamme des ondes longues …………………………………………………………...36


Gamme des ondes moyennes Gammes des ondes courtes …………………………...36
Gamme des ondes ultra-courtes (bande FM) ………………………………………...36

III.1.4 Matériels utilises ……………………………………………………………………...36

III.2 La Télévision par câble …………………………………………………………………37

III.2.1 Introduction ………………………………………………………………………….37

III.2.2 Principes de Fonctionnement (Architecture Technique) ……………………………..37

a) La station de tête de réseau ………………………………………………………………….37


b) Le réseau de télédistribution …………………………………………………………………38
c) Le terminal …………………………………………………………………………………...38

III.3 Télévision par satellite ………………………………………………………………….38

III.3.1 Introduction …………………………………………………………………………..38

III.3.2 Taux de couverture ……………………………………………………………………39

III.3.3 Équipements de réception …………………………………………………………….39

Chapitre IV : Autres Applications des Télécommunication

IV.1 Principe du Radar ……………………………………………………………………….41

IV.1.1 Les antennes …………………………………………………………………………..41

IV.1.2 Définition du Radar …………………………………………………………...……..41

IV.1.3 Description et Principe de fonctionnement …………………………………………...42

IV.1.4 Composantes d’un système radar …………………………………………………….43

4
IV.2 Réseaux de Communication Sans Fil …………………………………………….…….44

IV.2.1 Définition et Description ……………………………………………………………..44

IV.2.2 Application et cas d’utilisation ……………………………………………………….45

IV.2.3 Installation domestique ………………………………………………………………45

IV.2.4 Réglementation ……………………………………………………………………….45

IV.3 Réseaux Informatique ………………………………………………………………….46

IV.3.1 Définition ……………………………………………………………………………..46

IV.3.2 Les infrastructures …………………………………………………………………….46

IV.3.3 Protocoles et Services ………………………………………………………………...47

IV.3.4 Types de réseaux ……………………………………………………………………...47

IV.3.5 Topologie de Réseau ………………………………………………………………….48

A. Le Réseau en Anneau ………………………………………………………………………...48


B. Le Réseau Hiérarchique………………………………………………………………………49
C. Le Réseau en Bus…………………………………………………………………………….49
D. Le Topologie Réseau en Etoile ………………………………………………………………50

Documents de Référence …………………………………………………………………….51

Sources Internet ………………………………………………………………………………51

5
Chapitre I

Introduction aux applications des


télécommunications

6
I.1 Introduction :

Le mot télécommunications vient du préfixe grec tele signifiant loin, et du mot latin
communicare signifiant partagé.

On entend par télécommunications toute transmission, émission et réception à


distance, de signes, signaux, textes, images, sons ou de renseignements de toutes natures, par
des fils électriques, liaison radios, liaisons optiques, ou autres systèmes électromagnétiques.

Les télécommunications au sens large comprennent l’ensemble des moyens techniques


nécessaires à l’acheminement des informations entre deux points a priori quelconques, à une
distance quelconque, avec des couts raisonnables et à des instants quelconques.

On peut ajoute la définition de la notion temporelle. En effet la simultanéité entre


l’émission et la réception est souvent désirée (cas de la téléphonie).

Les notions de fidélité (conformité du message reçu et du message émis) et de fiabilité


(résistance à des pannes partielles du système) seront le premier souci du concepteur.

Les télécommunications recouvrent toutes les techniques de transfert d’information


(filaires, radio, optiques, etc.) quelle qu’en soit la nature de message à transmettre (symboles,
écrits, images fixes ou animées, son, ou autres)

I.2 Spectre électromagnétiques :

I.2.1 Définition :

Le spectre électromagnétique est la décomposition du rayonnement électromagnétique


selon ses différentes composantes en termes de fréquence (ou période), d'énergie des photons
ou encore de longueur d’onde associée.

Les quatre grandeurs fréquence (V), période (P), énergie (E) et longueur d’onde (λ)
étant liées deux à deux selon les formules par:

E = h .V = h / P

C = λ .V = λ / P

7
Avec :

h : La constante de Planck ≈ 6,626069×10-34 J·s ≈ 4,13567 meV/Hz.

C : la vitesse de la lumière ≈ 299 792 458 m/s.

Le terme spectre fut employé pour la première fois en 1666 par Isaac Newton pour se
référer au phénomène par lequel un prisme de verre peut séparer les couleurs contenues dans
la lumière du Soleil.

I.2.2 Unités de mesures :

Pour les ondes radio et la lumière, on utilise habituellement la longueur d'onde. À


partir des rayons X, les longueurs d'ondes sont rarement utilisées, comme on a affaire à des
particules très énergétiques, l’énergie correspondant au photon X détecté est plus utile. Cette
énergie est exprimée en électron-volt (eV).

Figure I.1: Le spectre électromagnétique.

La lumière visible est un rayonnement électromagnétique, mais ne constitue qu'une


petite tranche du large spectre électromagnétique. La propagation de ce rayonnement, d'une
ou plusieurs particules, donne lieu à de nombreux phénomènes comme l'atténuation,
l'absorption, la diffraction et la réfraction, les interférences, les échos, les parasites
électromagnétiques et les effets biologiques. La lumière désigne un rayonnement
électromagnétique visible par l'œil humain.

8
Les ondes radio, les rayons X et γ sont également des rayonnements
électromagnétiques.

Figure I.2 : Le domaine visible du spectre électromagnétique.

I.2.3 Domaines du spectre électromagnétique :

On découpe habituellement le spectre électromagnétique en divers domaines selon la


longueur d'onde et le type de phénomène physique émettant ce type d'onde.

• Ondes radioélectriques ou ondes hertziennes : oscillations d'électrons au sein d'un circuit


électrique comme une antenne.
• Micro-ondes : oscillations d'électrons au sein de composants électriques spécifiques (comme
une diode Gunn par exemple), rotation moléculaire.
• Térahertz (domaine sub-millimétrique, limite micro-ondes / infrarouge lointain) : niveaux de
vibration de molécules complexes.
• Infrarouge : oscillations de particules, vibration moléculaire, transitions d'électrons de valence
au sein d'atomes ou de molécules
• Lumière visible : transitions d'électrons de valence de haute énergie, qui ont la particularité
d'être détectées par l'œil humain.
• Ultraviolet: transitions d'électrons de valence d'atomes ou de molécules de plus haute énergie
encore, et donc non observables par l'œil humain.
• Rayons X : transitions d'électrons des couches profondes au sein d'un atome, accélération ou
décélération (bremsstrahlung) d'électrons libres de haute énergie.

9
• Rayons gamma : transitions au sein du noyau atomique, souvent émis lors de la désexcitation
de noyaux-fils issu de la désintégration radioactive d'un noyau instable, de façon spontanée ou
sous l'effet d'une accélération au sein d'un accélérateur de particules.

Le tableau suivant présente les déférents domaines du spectre électromagnétique.

I.3 Classification des systèmes des télécommunications:

I.3.1 Schéma de base d’une chaine de transmission:

Le schéma de base d’une chaine de transmission peut être représenté par la figure
suivante.

Figure I.3: schéma de base d’une chaine de transmission.

Les cinq éléments qui y figurent sont définis comme suit :

La source produit le message à transmettre.


L’émetteur prend un signal de source, qui est une grandeur physique (son, image, etc..)
représentée par une fonction du temps s(t), et il le transforme généralement en signal
électrique, de sorte qu’il puisse être transporté sur une grande distance à travers un canal de
transmission, (l’´emetteur produit un signal adapte au canal de transmission).
10
Le canal de transmission est une abstraction du support ou milieu de transmission
(rayonnement en espace libre qu’on appelle onde Hertzienne, ligne de transmission, fibre
optique, etc…). Tout signal subit des perturbations au cours de son transit dans le canal de
transmission : atténuation, ajout de signaux parasites ou bruit, distorsions, etc… de sorte que
le signal qui parvient au niveau du récepteur n’est jamais exactement le même que celui qui a
été transmis par l’émetteur. De plus, le signal transmis arrive au récepteur après un délai de
transmission. Ces deux règles sont un fondement de la science des télécommunications.
Le canal de transmission constitue le lien entre émetteur et récepteur.
La fonction du récepteur est d’abord de reconstituer le signal transmis avec le maximum de
fidélité, ensuite d’analyser sa forme pour en extraire l'information contenue à la source. Le
récepteur capte le signal et recrée le message.
Le destinataire traite le message reçu.

I.3.2 Systèmes de télécommunications:

Lorsque l'on aborde le problème des télécommunications on est amené à faire usage de
deux termes : réseau et système.

Si la notion de réseau est directement associée à la mise en relation d'un ensemble plus
ou moins vaste de terminaux (hommes ou machines) entre eux, le concept de système se
rapporte essentiellement aux moyens de télécommunications mis en œuvre pour constituer des
réseaux. Les systèmes sont en quelque sorte les supports des réseaux.

On peut définir un système comme un ensemble cohérent de moyens mis en œuvre


pour réaliser tout ou partie des fonctions des télécommunications.

La croissance du trafic d'informations en télécommunications nécessite l'amélioration


des performances des systèmes matériels utilisés pour la transmission.

Pour cela il faut faire le bon choix d'un système plutôt qu'un autre (en ne se basant pas
seulement sur l'affichage des coûts d'installation ou d'utilisation), il ya aussi le choix des
technologies à utiliser pour réaliser des circuits fonctionnant dans une gamme de fréquence
donnée, problème de compatibilité électromagnétique...

On distingue en général dans le domaine des télécommunications, deux grands


systèmes spécifiques: Les systèmes de transmission et les systèmes de commutation.

11
Les systèmes de transmission :

Comprennent essentiellement les lignes de transmission (supports de transmission) et


les équipements de groupement des signaux à transmettre (multiplexage).

Lignes de transmission (supports de transmission) :

L’infrastructure d’un réseau, la qualité de service offerte, les solutions logicielles à


mettre en œuvre dépendent largement des supports de transmission utilisés.

Les supports de transmission exploitent les propriétés de conductibilité des métaux


(paires torsadées, coaxial), celles des ondes électromagnétiques (faisceaux hertziens, guides
d’onde, satellites) ou encore celles du spectre visible de la lumière (fibre optique).

Généralement on classe les supports en deux catégories : les supports guidés (Les
câbles à paires symétriques, les câbles coaxiaux, et les fibres optiques) et les supports libres
(faisceaux hertziens et liaisons satellites).

Les équipements de groupement des signaux à transmettre (multiplexage) :

Le multiplexage consiste à faire passer plusieurs messages sur un même tronçon de


réseau. Il en existe généralement trois types : le multiplexage en fréquence, le multiplexage en
temps et le multiplexage en longueur d’onde.

Le multiplexage fréquentiel FDM (Frequency Division Multiplexing) consiste à


partager la bande de fréquence disponible en un certain nombre de canaux ou sous bandes
plus étroits et à affecter en permanence chacun de ces canaux à un utilisateur ou à un usage
exclusif.

12
Le multiplexage en temps TDM (Time Division Multiplexing) consiste à affecter à un
utilisateur unique la totalité de la bande passante pendant un court instant et à tour de rôle
pour chaque utilisateur.

Le multiplexage en longueur d’onde WDM (Wavelength Division Multiplexing) à


l’inverse de la technologie TDM qui n’utilise qu’une seule longueur d’onde par fibre optique,
la technologie WDM met en œuvre un multiplexage de longueurs d’onde.

L’idée est d’injecter simultanément dans une fibre optique plusieurs trains de signaux
numériques sur des longueurs d’ondes distinctes.

Les systèmes de commutation :

La commutation est la deuxième grande fonction des réseaux de télécommunications


après la transmission.

En effet, si au début on pouvait se contenter de faire communiquer entre quelques


usagers, en embrochant leurs postes sur une même ligne (principe de la ligne partagée) ou en
les reliant deux à deux par des lignes directes, cela n'était plus possible lorsque le nombre de
personnes susceptibles de communiquer entre elles dépassait la dizaine. Il était indispensable
alors de mettre en œuvre d'autres moyens : la fonction commutation s'imposait d'elle-même.

Alors comme définition la commutation consiste à choisir un chemin particulier parmi


tous les chemins possibles et disponibles permettant de relier deux lignes téléphoniques
données, le numéro composé par l’abonné servant d’instructions au commutateur.

Parmi les différents types de commutation on peut citer : la commutation de circuits, la


commutation de messages, la commutation par paquets, la commutation de trames et la
commutation de cellules.

13
Chapitre II

Introduction a la Téléphonie

14
II.1 Introduction :

Le transport de la voix est historiquement à l’origine des premiers réseaux de


transmission.

La téléphonie a été initialement prévue pour transmettre la voix humaine entre deux
lieux distants l’un de l’autre. Elle utilise comme support des lignes électriques sur lesquelles
transite un courant analogue aux signaux sonores.

Du premier système primaire qu’il était, le téléphone a évolué et la téléphonie est


devenue une science en soi.

Elle fait appel à des techniques de traitement du signal analogique et numérique.

De plus, la possibilité de commuter intelligemment et économiquement les lignes


d’abonnés est un art, car il s’agit de bien dimensionner les commutateurs pour que tout
abonné puisse être rejoint facilement, presque en tout temps et avec un minimum de délai.

15
II.2 Principe de base de la Téléphonie :

II.2.1 Définition d’un téléphone :

Un téléphone est un appareil de communication qui permet de transmettre des sons à


distance par le biais de signaux électriques, il permettre une conversation entre deux
personnes distantes. Il a été inventé en 1871 par Antonio Meucci, bien que le premier à l’avoir
breveté fût Alexander Graham Bell en 1876.

Une liaison téléphonique élémentaire comme indiquer dans la figure II.1 est constituée
par :

Deux dispositifs émetteur-récepteur appelés postes téléphoniques,


Une ligne bifilaire acheminant les signaux (paire torsadée),
Une source d’énergie électrique (E). La tension continue nécessaire à l’alimentation
des postes téléphoniques est fournie par une source installée au central téléphonique
(batterie centrale).

Figure II.1 : Liaison téléphonique élémentaire

II.2.2 Les Organes constitutifs d’un poste téléphonique :

A. Les organes de conversation :

Ces organes assurent l’échange conversationnel entre les deux correspondants :

Le Microphone: c’est un convertisseur d’énergie, les ondes sonores entraînent la


vibration d’une membrane sensible qui provoque la création d’un signal électrique variant
au même rythme que la voix.

16
L’Ecouteur: il restitue sous forme acoustique l’énergie électrique reçue, en la
transformant en énergie mécanique imposant un mouvement vibratoire à l’air ambiant.
L’écouteur est constitué d’un haut-parleur.
Le Combiné: c’est le support ergonomique sur lequel sont montés le microphone et
l’écouteur récepteur.
La Bobine d’Induction (Transformateur): Assure l’adaptation d’impédance entre le
microphone et la ligne, et entre la ligne et l’écouteur. Elle fait aussi la séparation des
courants de natures différentes, signaux sonores et polarisation…
Les Deux Diodes: montées en antiparallèle sur le récepteur, elles absorbent les
surtensions et réduisent le choc acoustique à un niveau supportable par l’oreille.
Le Redresseur: rend l'appareil indépendant de la polarité de la ligne.

B. Les organes d’appel d’émission :

L’abonné fait connaître à son centre de rattachement le numéro d’identification du


correspondant désiré en le composant soit sur le cadran d’appel rotatif (ancien), soit sur le
clavier numérique (actuel). Ce dispositif transmet alors au central un signal codé.

C. Les organes de réception d’appel :

La signalisation d’un appel est faite par une sonnerie mise en marche par un courant
alternatif.

Lors du décrochage du combiné, le centre de rattachement constate la fermeture du


crochet, interrompt le signal d’appel et établit la liaison.

II.3 Introduction au Réseau de Téléphonie Commute (RTC) :

II.3.1 Définitions général :

Un réseau téléphonique est constitué de l'ensemble des organes nécessaires pour


mettre en communication deux installations téléphoniques d'abonnés en utilisant les
renseignements fournis par l'abonné demandeur (numérotation), maintenir celle-ci pendant
toute la durée de conversation avec une qualité d’écoute satisfaisante, tout en supervisant cette
communication pour détecter toute coupure ou raccrochage afin de libérer les organes qui ont
servi à la réalisation de la liaison et en fin de faire une taxation.

17
Le RTCP (Réseau Téléphonique Commuté Publique) ou PSTN (Public Switched
telephone Network) ou simplement appelé RTC constitue un des plus grands réseau au monde
avec plusieurs centaines de millions d’abonnés, a essentiellement pour objet le transfert de la
voix.

II.3.2 Organisation du réseau téléphonique :

On peut considérer que le RTC est constitué d'un réseau local (boucle locale) est d'un
réseau dorsal (backbone) comme indiquer dans la figure II.2.

Figure II.2 : Structure du RTC

A. Le Réseau Local :

Le réseau local ou réseau périphérique est constitué essentiellement des lignes


d’abonnés qui sont constituées de paire de cuivre de diamètre 0.4 à 0.6 mm de diamètre.

La ligne téléphonique aussi appelée boucle locale relie le poste téléphonique de


l'abonné au commutateur d’entrée dans le réseau Backbone de l’opérateur.

Ce commutateur est appelé commutateur de rattachement ou commutateur d'abonné. Il


se situe dans un bâtiment appelé central ou centre téléphonique (le terme centre sera souvent
confondu avec le terme commutateur).

18
Figure II.3 : Le réseau local (La boucle local)

Pour faciliter le déploiement et l'exploitation du réseau périphérique, celui-ci est


organisé comme indiqué sur la Figure II.4.

Figure II.4 : Structure du réseau local.

19
Dans cette structure on trouve :

• Les postes téléphoniques.


• Les câbles de branchement : Ce sont des lignes bifilaires individuelles.
• Les points de concentration PC : Ce sont des petites boîtes placées sur des
poteaux ou dans des endroits réservés au sein des immeubles desservis. Les paires
téléphoniques arrivent au PC sur des réglettes, des connexions amovibles les
relient à d'autres réglettes sur lesquelles sont branchés les câbles de distribution. Le
point de concentration PC n'est rien d'autre qu'un mini répartiteur de petite capacité
d'une à quelques dizaines de paires.

• Les câbles de distributions : Relient les points de concentration au sous


répartiteurs. Ces câbles peuvent être soit aériens, soit posé en plein terre (moins
onéreux mais vulnérables) soit en canalisations souterraines.
• Les sous répartiteurs SR : Sont des "casiers" placés sur les trottoirs. Ils
permettent de la même façon qu'un PC de regrouper les câbles de distribution vers
les câbles de transport qui sont plus volumineux. Un SR peut connecter jusqu'à
1500 paires.

20
• Les câbles de transport : Sont similaires aux câbles de distribution avec des
capacités plus élevée, 112 à 2688 paires. Ces câbles sont posés dans des conduites
souterraines.
• Le répartiteur général : Constitue le point d’accès des lignes à
l'autocommutateur.

B. Le Réseau Dorsal :

Il est constitué des commutateurs et des systèmes de transmission.

Le réseau a une structure étoilée/maillée, mais avec l’arrivée de la hiérarchie SDH


(Synchronous Digital Hierarchy), le réseau a tendance à migrer vers une structure en anneau.

Les commutateurs (centres) : sont fonctionnellement de deux types, les


centres d'abonnés et les centres de transit.
Les centres d’abonnés :

Ce sont les centres qui permettent le rattachement des abonnés. Ils sont différentiés en
deux types:

o Les Centres à Autonomie d'Acheminement CAA : qui sont capables d'analyser les
numéros qu'ils reçoivent et les traduire en un itinéraire parmi ceux possibles pour
acheminer la communication vers l'abonné demandé.

21
o Les centres locaux CL : qui ne sont pas capables d'analyser la numérotation ou ils
sont seulement capables d'analyser les numéros des abonnés qu'ils desservent, les
autres sont tous acheminés vers une seule direction. S'ils n'ont aucune intelligence et
leur rôle se limite à la concentration, on les appelle aussi centres auxiliaires

Les centres de transit :

Ils permettent de connecter les commutateurs qui n'ont pas de liaison entre eux. Ceci
permet d'avoir un réseau étoilé plus facile à gérer et moins onéreux.

Les centres de transits sont aussi différentiés en deux types, les centres de transit
secondaires (CTS) et les centres de transit principaux (CTP).

Remarque : Un centre peut assurer simultanément la fonction de rattachement


d’abonnés et de transit.

Le réseau dorsal est découpé en zones (figure II.5); on distingue :

• Zone à Autonomie d’Acheminement (ZAA) : Cette zone, la plus basse de la


hiérarchie, comporte un ou plusieurs Commutateurs à Autonomie d’Acheminement
(CAA) qui eux mêmes desservent des Commutateurs Locaux (CL). Les commutateurs
locaux ne sont que de simples concentrateurs de lignes auxquels sont raccordés les
abonnés finals. La ZAA (Zone à Autonomie d’Acheminement) est un réseau étoilé,
elle constitue le réseau de desserte.
• Zone de Transit Secondaire (ZTS) : Cette zone comporte des Commutateurs de
Transit Secondaires (CTS). Il n’y a pas d’abonnés reliés directement aux CTS
(Commutateurs de Transit Secondaires). Le réseau étant imparfaitement maillé
lorsqu’un CAA (Commutateur à Autonomie d’Acheminement) ne peut atteindre
directement le CAA destinataire, ils assurent le brassage des circuits.
• Zone de Transit Principal (ZTP) : Cette zone assure la commutation des liaisons
longues distances. Chaque ZTP (Zone de Transit Principal) comprend un
Commutateur de Transit Principal (CTP). Au moins un Commutateur de Transit
Principal (CTP) est relié à un Commutateur de Transit International (CTI).

22
Figure II.4 : Schéma simplifié d’un tronçon du réseau RTC

Le réseau étant partiellement maillé, plusieurs itinéraires sont généralement possibles


pour atteindre un abonné. Afin d’optimiser l’utilisation des faisceaux, on distingue deux types
de faisceaux : les faisceaux de premier choix et les faisceaux de second choix ; les faisceaux
de second choix constituent des faisceaux de débordement. Pour un numéro donné, le faisceau
de premier choix est choisi de telle manière qu’il conduise l’appel vers le commutateur le plus
proche de l’abonné appelé en empruntant les faisceaux de plus faible hiérarchie.

II.3.3 Établissement d’une communication téléphonique

Établir une communication téléphonique c’est mettre en relation deux terminaux


téléphoniques. Le poste téléphonique doit remplir plusieurs fonctions, chacune est réalisée par
un organe spécifique.

Principe d’un poste téléphonique : Le terminal téléphonique élémentaire comporte cinq


organes (Figure II.5).

Figure II.5 : Le terminal téléphonique.

23
Les crochets ou supports : sur lesquels repose le combiné ; lorsque le combiné est
soulevé les contacts se ferment. Le circuit électrique est alors fermé, le commutateur de
rattachement détecte le courant et en déduit que l’abonné désire entrer en communication.
Un potentiomètre permet d’ajuster ce courant à 30 mA. De même, lors du raccroché, le
commutateur détecte l’ouverture de la boucle de courant. L’ouverture ou la fermeture de
cette boucle permet, très simplement, au commutateur de rattachement de détecter le
changement d’état du terminal (signalisation) ;
Le micro ou capteur : constitué d’une simple membrane qui par ses vibrations, sous
l’effet de la pression acoustique (voix), fait varier la résistance interne de celui-ci (micro
au charbon). Ces variations de résistance entraînent des variations du courant dans la
boucle de courant. Ce sont ces variations, proportionnelles à la pression sur la membrane
(voix), qui constituent le signal analogique de voix transmis, après numérisation, à
l’usager distant ;
Un écouteur : membrane métallique qui vibre selon les variations du courant dans le
transformateur d’adaptation et restitue le son ;
Un cadran : celui-ci en provoquant l’ouverture de la boucle de courant (numérotation
décimale) envoie des impulsions au commutateur. Celles-ci seront interprétées et
permettront d’identifier l’appelé ;
Une sonnerie : alimentée en 50 Hz (80 volts), alerte l’abonné distant et l’invite à
décrocher, c’est le commutateur de rattachement qui envoie le signal 50 Hz lors d’un
appel.

La mise en relation Usager/Usager :

La mise en relation de deux abonnés répond à un protocole qui organise le dialogue entre les
terminaux d’usager et le réseau (signalisation Usager/Réseau). Elle comporte deux ensembles
de mécanisme. Le premier correspond à un échange d’information hors communication
destiné à établir celle-ci ou à libérer les ressources, c’est la signalisation. Le second est la
communication téléphonique proprement dite.

La figure II.6 illustre les différentes étapes de la mise en relation de deux abonnés, celles-ci au
nombre de cinq sont détaillées ci-dessous :

24
Figure II.6 : Diagramme d’une communication téléphonique.

Décroché du combiné, détection de la boucle de courant, envoi de la tonalité


d’invitation à numéroter (signal à 440 Hz).
Numérotation, le numéro composé est mémorisé et décodé par le commutateur de
rattachement. Le système établit le lien. Durant cet intervalle de temps, le demandeur
recevait, une tonalité dite de progression d’appel
Envoi du signal de sonnerie à l’appelé distant et attente du décroché de celui-ci.
L’appelant reçoit le signal de retour d’appel communément appelé sonnerie.
Le correspondant décroche. Le central de rattachement détecte le décroché (boucle de
courant), il arrête les signaux de sonnerie, les signaux de retour d’appel et déclenche la
taxation.
L’échange d’information (voix ou données) peut commencer.

La fin de communication est détectée par le raccroché (ouverture de la boucle de


courant).

Notons deux variantes lors de l’appel :

La première correspond à l’incapacité du réseau à écouler la demande, l’appelant en


est alors averti par un message du style : « Par suite d’encombrement... »,

La seconde correspond à l’occupation de la ligne appelée, l’appelant a alors, en retour,


une tonalité spécifique dite tonalité d’occupation.

25
II.4 Introduction au Réseau Téléphonie Mobile (Cellulaire):

II.4.1 Définitions et généralités :

Un réseau de téléphonie mobile est un réseau téléphonique qui permet l'utilisation


simultanée de millions de téléphones sans fil, immobiles ou en mouvement, y compris lors de
déplacements à grande vitesse et sur une grande distance.

Pour atteindre cet objectif, toutes les technologies d'accès radio doivent résoudre un
même problème, répartir aussi efficacement que possible un spectre hertzien unique entre de
très nombreux utilisateurs. Pour cela diverses techniques de multiplexage sont utilisées pour
la cohabitation et la séparation des utilisateurs et des cellules radio, parmi ces techniques on
peut citer le multiplexage temporel, le multiplexage en fréquence et le multiplexage par codes
ou le plus souvent une combinaison de ces techniques.

Un réseau de téléphonie mobile à une structure « cellulaire » qui permet de réutiliser


de nombreuses fois les mêmes fréquences, il permet aussi à ses utilisateurs en mouvement de
changer de cellule sans coupure des communications en cours a travers la technique de
handover.

Alors le handover ou transfert intercellulaire est un mécanisme fondamental dans les


communications mobiles cellulaires. Il désigne l'ensemble des opérations mises en œuvre
pour permettre qu'un téléphone mobile change de cellule radio sans interruption de la
conversation ou du transfert des données.

L'utilisation du spectre radio pour les télécommunications est réglementée et obtenu


auprès des instances officielles nationales ou internationales (UIT).

Le spectre radio est nécessaire au fonctionnement d'un système radio mobile qui
remplace le support dans les réseaux fixes.

Le concept de cellule est introduit comme une solution à la contrainte de la limitation


de la ressource radio (spectres de fréquences).

26
Une cellule est une zone géographique couverte par un émetteur appelé station de base
avec l’utilisation d’une plage de fréquences pour les communications qu'elle couvre à
condition qu’il pas d’interférence avec des cellules voisines.

Les terminaux (mobiles, portables) utilises par les usagers sont gérés par rapport à une
cellule.

La taille d'une cellule est variable (des centaines de mètres à dizaines de km).

Une cellule de petite taille permet de gérer plus de communications qu'une cellule de
grande taille.

Un terminal peut changer de cellules du fait de la mobilité de l'usager sans interruption


de la communication (le Handover).

La communication entre un mobile et une station de base (interface radio) se fait grâce
à un canal logique.

Un canal logique est constitue d'une paire de fréquences constituée du canal physique
entrant et du canal physique sortant.

On a ainsi sur une paire de fréquences, un slot de chaque trame qui sert a la
communication avec un mobile (canal Full Rate).

Pour se rattacher a une station de base, plusieurs fonctions de contrôle associées à


différents types de canaux logiques :

• Etablir une communication.


• Surveiller le déroulement d'une communication.
• Assurer les commutations de cellules.
• Transfert de données, informations système, relevés de mesures, messages de contrôle.

Dans un système radio mobile impossible de réserver de façon permanente un canal a


chaque usager car les ressources sont limitées et l'accès aux terminaux est partagé.

27
II.4.2 Méthodes d'accès :

Les communications utilisent la bande de fréquence de largeur limitée allouée au


système mobile. Cette largeur de bande doit être utilisée au mieux et partage en canaux qui
sont alloues a la demande aux mobiles pour l’échange entre mobiles ou en général en réseaux
de façon à écouler le maximum de communications.

Trois principales méthodes d'accès multiples (dont dépend la définition des canaux de
communication).

• FDMA: Frequency Division Multiple Access.


• TDMA: Time Division Multiple Access.
• CDMA: Code Division Multiple Access.

II.4.3 Global System for Mobile Communications (GSM):

C’est une norme numérique de seconde génération pour la téléphonie mobile. Le


groupe de travail chargé de la définir a été établi en 1982 par la Conférence Européenne des
administrations des Postes et Télécommunications (CEPT).

Elle a été spécifiée et mise au point par l'ETSI (European Telecommunications


Standard Institut) pour la gamme de fréquences des 900 MHz. Une variante appelée Digital
Communication System (DCS) utilise la gamme des 1 800 MHz.

Dans les réseaux GSM, le canal est porté par une fréquence spécifique autour de
laquelle l'onde est modulée. On préfère garder un certain espace entre les canaux car si leurs
fréquences sont trop proches, ils empiètent les uns sur les autres en produisant des
interférences.

On a attribué à chaque application (radio, télévision, téléphones, etc.) des groupes de


fréquences qui varient selon les continents.

Il a d'abord fallu partager chacun de ces groupes en deux, une bande de fréquences
pour envoyer les signaux de l'antenne-relais vers les téléphones mobiles, l'autre pour les
émissions des téléphones vers le réseau. L'une donc pour être appelé et entendre, l'autre pour
appeler et parler.

28
Les éléments d’un réseau GSM:

MS (Mobile Station) ou en français, station mobile est un terme qui désigne un élément de
base d'un système cellulaire de téléphonie mobile GSM et par extension UMTS ou d'un réseau
professionnel.
n° IMSIL (International Mobile Subscriber Identity) est un numéro unique, qui permet à un
réseau mobile GSM, UMTS ou LTE d'identifier un usager. Ce numéro est stocké dans la carte
SIM (USIM en UMTS et LTE) et n'est pas connu de l'utilisateur. Pour atteindre celui-ci,
l'opérateur lui attribue un numéro MSISDN qui est la version avec préfixe international de ce
qu'on appelle communément un « numéro de téléphone mobile ».
BTS (Base Transceiver Station) ou en français station de transmission de base ou station
émettrice-réceptrice de base est un des éléments de base du système cellulaire de téléphonie
mobile GSM, appelé antenne-relais GSM. Schématiquement, elle est composée
essentiellement d'un élément d'interface avec la station la contrôlant (BSC), d'un ou plusieurs
émetteurs et récepteurs et d'une à trois antennes. Elle forme ainsi une cellule.
BSC (Base Station Controller) ou en français contrôleur de station de base est l'un des
éléments du réseau GSM. Son rôle est de commander un certain nombre de BTS (jusqu'à
plusieurs centaines). À leur tour, plusieurs BSC sont reliées à la hiérarchie supérieure du
réseau mobile (MSC).
VLR (Visitor Location Register) est un élément d'un réseau cellulaire de téléphonie mobile
(GSM, GPRS, UMTS ou LTE). Le VLR est une base de données temporaire contenant des
informations sur tous les utilisateurs (Mobile Stations) d'un réseau, et qui est parfois intégré
dans le Mobile service Switching Center(MSC).

MSC (Mobile Switching Center) est un équipement de téléphonie mobile (GSM/2G) chargé
du routage dans le réseau, de l'interconnexion avec les autres réseaux (réseau téléphonique
classique par exemple) et de la coordination des appels. Un MSC traite le trafic "voix" et
signalisation de plusieurs BSC. De même que chaque BSC concentre le trafic de plusieurs
BTS, le MSC concentre les flux de données en provenance de plusieurs BSC. De plus, à
chaque MSC est associé un VLR qui connaît les informations détaillées sur les usagers que le
MSC doit gérer.
HLR (Home Location Register) ou en français, enregistreur de localisation géographique des
abonnés est un élément des réseaux cellulaires de téléphonie mobile GSM ou EDGE.

29
Il s'agit de la base de données centrale d’un opérateur de réseau mobile, comportant les
informations relatives à tout abonné autorisé à utiliser ce réseau et notamment sa localisation
dans le réseau. Afin que les données soient cohérentes sur l'ensemble du réseau, c'est elle qui
sert de référence aux autres bases de données locales, les « VLR »

Les Fréquences historiques affectées aux premiers opérateurs GSM en France au début
des années 2000 sont représenté dans le tableau suivant :

Vient ensuite la subdivision en canaux. En GSM, l'écart de fréquence entre deux


canaux adjacents a été fixé à 200 kHz (0,2 MHz). Le groupe 1 défini ci-dessus peut donc
contenir 125 canaux (25 MHz/0,2 MHz) et le groupe 2 en contient 375 canaux
(75 MHz/0,2 MHz), ce qui fait 500 canaux au total.

S'il n'y avait qu'un émetteur pour toute l'Europe, on ne pourrait effectuer que 500
communications à la fois, c’est un problème et on doit trouver une solution.

Première solution (Plusieurs émetteurs)

Un grand nombre d'émetteurs à courte portée sont installés, chacun ne couvrant qu'une
zone géographique bien délimitée appelée une cellule (zone couverte par une antenne), de là
viens le terme « téléphonie cellulaire ». La portée moyenne varie de 1 à 30 km. Ainsi les
téléphones reçoivent les ondes radio d'une station de base (BTS) et lui répondent pour
indiquer s'ils souhaitent s'y attacher. Si celle-ci accepte, elle retient le numéro d'identité de
l'appareil (n° IMSI) et il le réserve un canal et reprend le contact si un appel pour ce téléphone
lui parvient ou si le téléphone en effectue un. Ceci permet de réutiliser des milliers de fois les
mêmes fréquences hertziennes dans un seul pays.

Cette solution pose néanmoins un problème si toutes les antennes adjacentes utilisent
les mêmes fréquences pour leurs utilisateurs. Si l'un d'eux se situe à la frontière entre les deux
zones de portée, il reçoit deux signaux qui se perturbent mutuellement.

30
Deuxième solution (Le damier hexagonal)

Les fréquences utilisées par les émetteurs ont alors été divisées. Les antennes gérées
par les BTS (Base Transceiver Station) sont souvent regroupées par trois sur un pylône ou
suivant une configuration équivalente (voir figure suivante), chacune émet dans un angle de
120°, soit 360° au total (3*120°).

Chacune de ces antennes supporte donc un tiers des communications.

Sur le schéma de la figure suivante chaque couleur (vert, bleu, jaune) représente un
groupe de fréquences différentes. Elles créent ainsi un « damier hexagonal » de cellules.

Ce damier est avant tout une vue de l'esprit, les zones se recouvrant les unes avec les
autres et leur taille varient avec la météo, le nombre d'utilisateurs, etc.

Chaque antenne utilise un groupe de fréquences hertziennes différentes de ses


voisines, les mêmes fréquences ne sont donc réutilisées qu'à une distance permettant de ne pas
créer d'interférences. Cela permet aussi à un mobile en frontière de 2 ou 3 cellules d’écouter
les cellules adjacentes pour permettre un changement de cellules en douceur.

Mais cela pose un problème pour la localisation du destinataire d'un appel. Lorsque le
téléphone MS (Mobile Station) décide de changer de cellule, il informe via la BTS (Base
Transceiver Station) et la BSC (Base Station Controller) le VLR (Visitor Location Register)
dont dépend la nouvelle cellule. Si l'on a changé de MSC (Mobile Switching Center), le HLR
(Home Location Register) est contacté, ce dernier contactant le précédent MSC.

L'utilisateur s'identifie soit avec l'IMSI (International Mobile Subscriber Identity) ou


le TMSI (Temporary Mobile Subscriber Identity) contenus dans la carte SIM du téléphone,
le TMSI étant préféré pour des raisons de sécurité.

Pour augmenter le nombre d'utilisateurs dans une zone géographique, on peut


augmenter le nombre de cellules en réduisant leur taille.

31
Réseau Cellulaire de Téléphonie GSM

Structure générale d’un réseau GSM

32
II.4.4 Comparaison entre les Réseaux Téléphonies fixes et Mobiles :

Réseaux Téléphonies fixes Réseaux Téléphonies Mobiles

système filaire. Système sans fil.


Usagers disposent d’un poste fixe. Usagers itinérants.
on peut accroître les capacités par l’ajoute la capacité du spectre ne peut pas être
des câbles supplémentaires. étendue.
la qualité des liens de transmission est élevée la qualité des liens de transmissions est
et constante. variable à cause de La mobilité des usagers et
le Changement de l'environnement.

les usagers communiquent via un point les usagers communiquent via un point
d'accès fixe. d'accès variable

Plus Sécurisé. Moins Sécurisé.

33
Chapitre III

Introduction a la Radiodiffusion
et la Télévision

34
III.1 La Radiodiffusion

III.1.1 Introduction :

La radiodiffusion est l'émission de signaux par l'intermédiaire d'ondes


électromagnétiques destinées à être reçues directement par le public en général.

Ce service peut comprendre des émissions sonores, des émissions de télévision ou


d'autres genres d'émission. Il s'agit d'une forme de radiocommunication.

Le terme radio est souvent utilisé pour toute la chaîne de conception et de réalisation
d'émissions de radio, la transmission avec les émetteurs radio et la réception au travers des
postes de radio.

III.1.2 Généralistes et Définitions :

Une émission de radio : est une émission effectuée depuis une station de radio. Son
contenu est variable en fonction d'une grille périodique de programmes : informations,
documentaire, entretiens, pièces de musique, pièces de théâtre. Une émission débute en
général par un générique qui contient un indicatif musical.

Une station de radio : est un ensemble d'équipements ayant pour but la transmission à
distance, par le biais d'ondes électromagnétiques, d'émissions de radio sur une fréquence
donnée à caractère uniquement audio (seul du son est émis). La station comporte un ensemble
d'appareils : l'émetteur, le pilote, l'amplificateur et le codeur RDS (Radio Data System) qui
peut être un service de transmission de données numériques en parallèle. Chaque station de
radio est captée sur une ou plusieurs fréquences bien précises de la bande de réception.
Certaines stations de radio utilisent plusieurs émetteurs pour couvrir une étendue
géographique plus importante.

La Transmission des sons : La radiodiffusion définit la transmission des sons par la


voix humaine et les signaux audio à travers les ondes. Dans un émetteur radiophonique, les
sons sont transformés en signaux électriques basse fréquence (signaux de modulation), ils sont
superposés à une onde à haute fréquence (onde porteuse) et envoyés dans une antenne qui les
transforme en ondes électromagnétiques

35
Modulation des ondes : Les différentes techniques de modulation des ondes sont
utilisées en radiodiffusion : La modulation d'amplitude (AM), La modulation de fréquence
(FM) et La modulation de phase (PM).

Longueur d'onde ou fréquence : La longueur d'onde et la fréquence sont liées pour


les ondes radio (hertziennes) par la formule :

Longueur d'onde (m) = vitesse de la lumière (m/s) / fréquence (Hz).

III.1.3 Gamme des ondes utilisent :

Gamme des ondes longues: La radiodiffusion en basse fréquence utilise la gamme


dite des GO ou « ondes longues », de 150 à 280 kHz. Cette gamme, historiquement la
première utilisée en radiodiffusion en Europe. Exemple de ces ondes utiliser en
Afrique du Nord :
_ Médi 1 radio sur 171 kHz, (2000 kW) depuis Nador au Maroc.
_ Alger Chaine 1 sur 153 kHz, (2000 kW) et 198 kHz, (2000 kW) depuis Béchar et
Ouargla, en Algérie ;
Gamme des ondes moyennes : La radiodiffusion en moyenne fréquence utilise la
bande dite des « petites ondes » (PO), ou « ondes moyennes » ou encore « ondes
hectométriques » de 550 kHz à 1 650 kHz, en modulation d'amplitude, avec un
espacement de 9 ou 10 kHz entre canaux selon les réglementations de chaque
continent. Les stations peuvent être entendues de quelques dizaines à plusieurs milliers
de kilomètres selon leur puissance.
Gammes des ondes courtes : La radiodiffusion en ondes courtes permet la diffusion
de programmes internationaux, comme RFI en France.
Gamme des ondes ultra-courtes (bande FM) : Les émissions radio dans la gamme
des VHF étant réalisées en modulation de fréquence, on parle presque toujours de
« bande FM ». En Europe, cette bande de fréquences s'étend de 87,5 MHz à
107,9 MHz.

III.1.4 Matériels utilises:

La radiodiffusion a la particularité (comme d'autres médias) de permettre une


communication asymétrique. C'est-à-dire que les moyens nécessaires à l'émission et la
réception ne sont pas les mêmes.
36
En effet, l'émission depuis le studio revêt un degré de technicité supérieur à celui de
l'auditeur qui reçoit un programme sur un appareil simple, dont les réglages sont sommaires
(fréquence, volume, tonalité).

Une station de radio est une installation qui émet des ondes électromagnétiques à l'aide
d'un émetteur radio et d'une antenne.

Un poste de radio ou récepteur radio est un appareil permettant de recevoir les ondes
radio, en extraire la modulation et restituer les sons sur un haut-parleur.

III.2 La Télévision par câble :

III.2.1 Introduction :

La télévision par câble est un mode de distribution de programmes de télévision


transitant par l'intermédiaire d'un réseau câblé.

III.2.2 Principes de Fonctionnement (Architecture Technique) :

Techniquement un réseau câblé se compose de trois éléments principaux :

• La station de tête de réseau ;


• Le réseau de télédistribution ;
• Le terminal (téléviseur et/ou récepteur spécifique).

a) La station de tête de réseau :

Le système central combine des antennes terrestres captant les chaînes télévisées
analogiques « normalement reçues » localement et les chaînes numériques ou TNT nationales
et locales, ainsi des antennes paraboliques captant les chaînes numériques diffusées par des
satellites géostationnaires.

Après être captés, ces différents signaux sont traités comme suit :

• Filtrés et convertis en d'autres fréquences ou numérisés conformément à un plan


technique défini (canaux).

37
• Démodulés, décodés, décryptés voire transcodés pour les adapter aux normes
nationales.
• Réordonnés et éventuellement multiplexés dans des flux numériques.
• Adaptés au contrôle d'accès spécifique du réseau câblé pour la gestion directe des
abonnements.
b) Le réseau de télédistribution :

Son architecture technique comprend une série de lignes de transport, entre la tête de
réseau et la prise d'abonné, qui acheminent les signaux vers les répartiteurs et amplificateurs
de distribution soit Par le câble coaxial avec amplificateurs de ligne, sur les réseaux les plus
anciens ou Par la fibre optique monomode (multiplexage de tous les types de données
numériques), plus performante mais plus coûteuse ou par des réseaux Hybride fibre coaxial,
les plus répandus et des amplificateurs de distribution qui retraitent les signaux puis les
dirigent vers les répartiteurs de distribution, dérivateurs d'abonnés puis en terminaison, les
prises d'abonnés.

c) Le terminal :

Sur un réseau analogique ancien, plusieurs chaînes peuvent être distribuées, en


fonction de la technologie mise en œuvre (qualité des amplificateurs, réseau VHF ou à large
bande, etc.). Ces programmes peuvent être visualisés directement par un téléviseur, grâce à un
simple branchement coaxial au réseau similaire au câble d'antenne collective. Pour l'usager, le
câble strictement analogique ne nécessite pas l'achat d'une antenne individuelle ou d'un
décodeur, il est donc théoriquement sans coût additionnel pour l'offre analogique.

En revanche, la télédistribution numérique nécessite obligatoirement un terminal


compatible. Ce terminal peut être directement intégré au téléviseur, pour la plupart des
appareils récents (par exemple DVB-T ou DVB-C). Des récepteurs séparés existent pour les
appareils non compatibles (se connectant via une prise Péritélévision ou HDMI).

III.3 Télévision par satellite

III.3.1 Introduction :

La télévision par satellite consiste à émettre depuis un satellite des programmes de


radio et de télévision, analogiques et numériques, payants (cryptés) ou gratuits (en clair).

38
Ce satellite déplace en orbite géostationnaire à 35 850 km et qui se déplace à la même
vitesse que la rotation de la Terre, donc qui paraît « immobile » depuis le sol.

III.3.2 Taux de couverture :

La zone de couverture naturelle (notion de surface et pas de taux population raccordée


au satellite) depuis un engin de télédiffusion, atteint près de 100 %, seules quelques faces
abruptes des massifs montagneux ou de vallées profondes ne peuvent être éclairées par un
satellite géostationnaire.

III.3.3 Équipements de réception :

Les éléments de réception comprennent :

• Une antenne parabolique équipée d'une ou plusieurs têtes universelles (mono ou bi-
satellite) ;
• Un câble coaxial ;
• Eventuellement un sélecteur de tête pour les installations multi satellite (DiSEqC) ;
• Un démodulateur ;
• Un câble (HDMI pour les nouveaux appareils, Péritel en Europe et RCA en Amérique
pour les anciens) reliant le récepteur au téléviseur.

39
Chapitre IV

Autres Applications des

Télécommunication

40
IV.1 Principe du Radar :

IV.1.1 Les antennes :

L'antenne est un élément fondamental dans un système radioélectrique permettant la


transposition d’une énergie guidée en un champ électromagnétique rayonné en espace libre
(ou inversement). Elle convertit les grandeurs électriques existantes dans un conducteur ou
une ligne de transmission (tension et courant) en grandeurs électromagnétiques dans l'espace
(champ électrique et champ magnétique). Inversement, en réception, le champ électrique est
converti en signal électrique qui peut ensuite être amplifié.

Les caractéristiques principales d'une antenne sont :

Les fréquences d'utilisation ;


Le diagramme de rayonnement ;
L'impédance d'antenne ;
La polarisation ;
Le rendement ;
La puissance maximale tolérée en émission ;
L'encombrement mécanique.

IV.1.2 Définition du Radar :

Le mot RADAR est issu de l'acronyme anglais RAdio Detection And Ranging, que
l'on peut traduire par détection et estimation de la distance par ondes radio.

Le radar est un système qui utilise les ondes électromagnétiques pour détecter la
présence et déterminer la position ainsi que la vitesse d'objets tels que les avions, les bateaux,
ou la pluie.

Les ondes envoyées par l'émetteur sont réfléchies par la cible, et les signaux de retour
appelés écho radar sont captés et analysés par le récepteur qui est souvent situé au même
endroit que l'émetteur.

41
La distance est obtenue grâce au temps aller/retour du signal, la direction grâce à la
position angulaire de l'antenne où le signal de retour a été capté et la vitesse avec le décalage
de fréquence du signal de retour généré selon l'effet Doppler. Il existe également différentes
informations trouvées par le rapport entre les retours captées.

Le radar est utilisé dans de nombreux contextes en météorologie pour détecter les
orages, pour le contrôle du trafic aérien, pour la surveillance du trafic routier, par les
militaires pour détecter les objets volants mais aussi les navires, etc.

IV.1.3 Description et Principe de fonctionnement :

Le principe de base du fonctionnement d'un radar est très simple à comprendre, bien
que la théorie puisse être assez complexe. La connaissance de la théorie est cependant
indispensable à la définition exacte et à l'utilisation de tout système radar. La mesure de la
distance par un radar est possible du fait des propriétés de l'énergie électromagnétique.

Cette énergie circule normalement dans l'espace en ligne droite et à vitesse constante.

Elle peut être soumise à des variations minimes dues aux conditions météorologiques
et atmosphériques. (Les effets de l'atmosphère et de la météo sur la propagation des ondes
électromagnétique seront évoqués plus loin. Cependant, lors de la discussion sur la mesure de
distance, ces effets seront temporairement ignorés).

Un radar émet de puissantes ondes, produites par un oscillateur radio et transmises par
une antenne. La portion de l'énergie du faisceau qui est réfléchie et renvoyée au récepteur
lorsque le faisceau rencontre un obstacle dans l'atmosphère est appelée l’écho radar (ou écho-
radar). Bien que la puissance des ondes émises soit grande, l’amplitude de l'écho est le plus
souvent très petite mais ces signaux radio sont facilement détectables électroniquement et
peuvent être amplifiés de nombreuses fois. Il existe différentes façons d'émettre ces ondes.
Les plus utilisées sont:

o Les ondes pulsées, où le radar émet une impulsion et attend le retour.


o Le radar à émission continue, où l'on émet continuellement à partir d'une
antenne et on reçoit à l'aide d'une seconde.

42
En analysant le signal réfléchi, il est possible de localiser et d’identifier l’objet
responsable de la réflexion, ainsi que de calculer sa vitesse de déplacement grâce à l'effet
Doppler. Le radar peut détecter des objets ayant une large gamme de propriétés réflectives,
alors que les autres types de signaux, tels que le son ou la lumière visible, revenant de ces
objets, seraient trop faibles pour être détectés. De plus, les ondes radio peuvent se propager
avec une faible atténuation à travers l'air et divers obstacles, tels les nuages, le brouillard ou
la fumée, qui absorbent rapidement un signal lumineux. Cela rend possible la détection et le
pistage dans des conditions qui paralysent les autres technologies.

IV.1.4 Composantes d’un système radar :

Un radar est formé de différentes composantes:

L'émetteur qui produit l'onde radio.


Un guide d'onde qui amène l'onde vers l'antenne sur les radars à hyperfréquences (fréquences
supérieures au gigahertz).
Le duplexeur, un commutateur électronique, dirige l'onde vers l'antenne lors de l'émission
puis le signal de retour depuis l'antenne vers le récepteur.
L'antenne dont le rôle est de diffuser l'onde électromagnétique vers la cible avec le minimum
de perte. Sa vitesse de déplacement, rotation et/ou balancement, ainsi que sa position, sont
généralement asservies mécaniquement, mais parfois aussi électroniquement.

43
Le récepteur qui reçoit le signal incident (cible - antenne - guide d'ondes - duplexeur), le fait
émerger des bruits radios parasites, l'amplifie, le traite;
Un étage de traitement de signal permettant de traiter le signal brut afin d'en extraire des
données utiles à l'opérateur (détection, suivi et identification de cible; extraction de
paramètres météorologiques, etc.). Le tout est contrôlé par le système électronique du radar,
programmé selon un logiciel de sondage. Les données obtenues sont alors affichées aux
utilisateurs.

IV.2 Réseaux de Communication Sans Fil

IV.2.1 Définition et Description :

D’une manière générale un réseau de communication est un ensemble de connexion


assurant la communication d’information entre des individus ou des terminaux. Un réseau de
communication comprend idéalement : des émetteurs, des connecteurs, des canaux, un
message, des récepteurs. Terminaux, des canaux ou connecteurs, des nœuds ou carrefour.
L’organisation du réseau, centralisée ou décentralisée, influencera la nature des échanges.

Un réseau sans fil est un réseau informatique ou numérisé qui connecte différents
postes ou systèmes entre eux par ondes radio.

Il peut être associé à un réseau de télécommunications pour réaliser des


interconnexions entre nœuds.

La norme la plus utilisée actuellement pour les réseaux sans fil est la norme IEEE
802.11, mieux connue sous le nom de WiFi.

Remarque : IEEE 802.11 est un ensemble de normes concernant les réseaux sans fil locaux
(WiFi) qui ont été mises au point par le groupe de travail 11 du comité
de normalisation LAN/MAN de IEEE 802.

Le rayonnement géographique des ondes est relativement limité étant donné la faible
puissance d’émission des solutions matérielles actuelles. Pour cette raison, les réseaux sans fil
se sont avant tout développés comme réseaux internes, propres à un bâtiment, soit comme
réseau d’entreprise, soit comme réseau domestique.

44
Néanmoins, des projets de réalisation de réseaux à grande échelle ont vu le jour. Ainsi,
certaines zones urbaines sont couvertes par des réseaux sans fil qui sont soit le fait
d’entreprises spécialisées, soit d’associations d’individus. Ces réseaux sont appelés MAN
(Métropolitain Area Network).

IV.2.2 Application et cas d’utilisation :

Les réseaux sans fils constituent une alternative aux réseaux câblés. Leur compatibilité
avec les réseaux câblés permet également de les y ajouter comme extensions.

Ils seront également utilisés dans les cas suivants :

Pour réaliser des réseaux temporaires, ou à mettre en place très rapidement


(conférence, réunion).
Pour permettre d'éviter de gros travaux de câblage dans des endroits où cela
s'avère difficile ou même prohibé (Jussieu par exemple).
Pour donner la possibilité de transmettre des données dans le cas d'applications
mobiles (capteurs d'entreprises...).

IV.2.3 Installation domestique :

Pour les propriétaires de logement, le réseau sans fil est une alternative efficace au
réseau Ethernet pour partager imprimantes, scanners et connexions haut débit. Le réseau sans
fil se révèle plus économe en coût et en temps d'installation que les câbles et permet la
mobilité des appareils connectés au réseau (PC portables, smartphones).

Le réseau sans fil ne requiert par ailleurs qu'un point accès sans fil, directement
connecté à Internet via un routeur.

IV.2.4 Réglementation :

Plusieurs organismes gèrent la normalisation des réseaux et les bandes de fréquences


attribuées aux réseaux sans fil, par exemple l'organisme d'origine américaine IEEE (Institute
of Electrical, Electronics and Engineers), FCC (Federal Communications Commission) et
l'organisme européen ETSI (European Telecommunications Standards Institute).

45
Une fois les normes établies, des commissions distribuent les fréquences aux
utilisateurs selon la taille des réseaux créés.

IV.3 Réseaux Informatique

IV.3.1 Définition :

Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux pour échanger
des informations.

On appelle nœud l'extrémité d'une connexion, qui peut être une intersection de
plusieurs connexions ou équipements (un ordinateur, un routeur, un concentrateur,
un commutateur).

Indépendamment de la technologie sous-jacente, on porte généralement une vue


matricielle sur ce qu'est un réseau. De façon horizontale, un réseau est une strate de
trois couches : les infrastructures, les fonctions de contrôle et de commande,
les services rendus à l'utilisateur. De façon verticale, on utilise souvent un découpage
géographique : réseau local, réseau d'accès et réseau d'interconnexion.

IV.3.2 Les infrastructures :

Les infrastructures ou supports peuvent être des câbles dans lesquels circulent des
signaux électriques, l'atmosphère (ou le vide spatial) où circulent des ondes radio, ou
des fibres optiques qui propagent des ondes lumineuses. Elles permettent de relier
physiquement des équipements assurant l'interconnexion des moyens physiques qui sont
définis par des protocoles.

Les équipements d'un réseau sont connectés directement ou non entre eux
conformément à quelques organisations types connues sous le nom de topologie de réseau.

Les principaux types de réseaux filaires pour les réseaux informatiques d'entreprises
ou de particuliers utilisent les protocoles suivant qui proviennent du standard Ethernet :

o 10BASE5 : Câble coaxial épais bande de base ;


o 10BASE2 : Câble coaxial fin bande de base ;
o 10BASE-T : Paires torsadées (10 Mb/s) ;

46
o 1000BASE-T : Paires torsadées (1 Gb/s),
o 10GBASE-T : Paires torsadées (10 Gb/s).

IV.3.3 Protocoles et Services :

Les protocoles de communication définissent de façon formelle la manière dont les


informations sont échangées entre les équipements du réseau.

Des logiciels dédiés à la gestion de ces protocoles sont installés sur les équipements
d'interconnexion que sont par exemple les commutateurs réseau, les routeurs,
les commutateurs téléphoniques, les antennes GSM, etc.

Les fonctions de contrôle ainsi mises en place permettent une communication entre les
équipements connectés.

Le protocole probablement le plus répandu est IP qui permet l'acheminement des


paquets jusqu'à sa destination. Deux protocoles de niveau supérieur UDP et TCP permettent le
transport de données. Le premier permet l'envoi de données d'une manière non fiable (aucune
garantie de la réception du paquet par le destinataire). L'autre permet au contraire une
transmission fiable des données (garantie de la réception du paquet par le destinataire par
accusés de réception).

Les services réseau se basent sur les protocoles pour fournir, par exemple :

o Transferts de textes (SMS…) ;


o Transferts de données (Internet…) ;
o Communications vocales (téléphone…) ;
o Diffusions d'images (télé…).

IV.3.4 Types de réseaux :

Il est possible selon la taille et la portée du réseau informatique de différencier et de


catégoriser les réseaux.

Voici ci-dessous les principales catégories de réseaux informatiques :

PAN (Personal Area Network) : est un réseau personnel désigne un type de réseau
informatique restreint en terme d'équipements, généralement mis en œuvre dans un espace
d'une dizaine de mètres. D'autres appellations pour ce type de réseau, on peut citer réseau
47
domestique ou réseau individuel. Les bus utilisés les plus courants pour la mise en œuvre d'un
réseau individuel sont l'USB, les technologies sans fil telles que Bluetooth, l'infrarouge (IR).
RAN (Rural Area Network) : est un réseau de télécommunications, en général sans fil,
installé par des utilisateurs d'internet en zone rurale. Un tel réseau permet l'accès Internet à
haute vitesse dans une zone non desservie par les fournisseurs traditionnels.
LAN (Local Area Network) : est un réseau informatique tel que les terminaux qui y
participent (ordinateurs, imprimante, etc.).
MAN (Metropolitan Area Network) : est un réseau composé d'ordinateurs habituellement
utilisé dans les campus ou dans les villes. Le réseau utilise généralement des fibres optiques.
WAN (Wide Area Network) : est un réseau informatique ou un réseau de télécommunications
étendu, couvrant une grande zone géographique, typiquement à l'échelle d'un pays, d'un
continent, ou de la planète entière. Le plus grand WAN est le réseau Internet.

IV.3.5 Topologie de Réseau :

Une topologie de réseau informatique correspond à l'architecture (physique ou


logique) de celui-ci, définissant les liaisons entre les équipements du réseau et une hiérarchie
éventuelle entre eux.

Elle peut définir la façon dont les équipements sont interconnectés et la représentation
spatiale du réseau (topologie physique).

Elle peut aussi définir la façon dont les données transitent dans les lignes de
communication (topologie logique).

Parmi les topologies de réseau local classique on peut citer :

A. Le Réseau en Anneau

Un réseau a une topologie en anneau quand toutes ses stations sont connectées en
chaine les unes aux autres par une liaison bipoint de la dernière à la première. Chaque station
joue le rôle de station intermédiaire. Chaque station qui reçoit une trame, l'interprète et le
réémet à la station suivante de la boucle si c'est nécessaire.

La défaillance d'un hôte rompt la structure d'un réseau en anneau si la communication


est unidirectionnelle.

48
B. Le Réseau Hiérarchique

Aussi connu sous le nom de réseau en arbre, il est divisé en niveaux. Le sommet de
haut niveau est connecté à plusieurs nœuds de niveau inférieur dans la hiérarchie. Ces nœuds
peuvent être eux-mêmes connectés à plusieurs nœuds de niveau inférieur. Le tout dessine
alors un arbre ou une arborescence.

Le point faible de ce type de topologie réside dans l'ordinateur père de la hiérarchie et


que s'il tombe en panne alors ça va interdit toute communication entre les deux moitiés du
réseau.

C. Le Réseau en Bus

Cette topologie est représentée par un câblage unique des unités réseaux. Il a
également un faible coût de déploiement. La défaillance d'un nœud (ordinateur) ne scinde pas
le réseau en deux sous-réseaux. Ces unités sont reliées de façon passive par dérivation
électrique ou optique.

Les caractéristiques de cette topologie sont les suivantes :

o Lorsqu'une station est défectueuse et ne transmet plus sur le réseau, elle ne perturbe pas le
réseau.
o Lorsque le support est en panne, c'est l'ensemble du réseau qui ne fonctionne plus.

49
o Le signal émis par une station se propage dans un seul sens ou dans les deux sens.
o Si la transmission est bidirectionnelle : toutes les stations connectées reçoivent les signaux
émis sur le bus en même temps (au délai de propagation près).
o Le bus est terminé à ses extrémités par des bouchons pour éliminer les réflexions possibles du
signal

D. Le Topologie Réseau en Etoile

Aussi appelé Hub and spoke, c'est la topologie la plus courante actuellement.
Omniprésente, elle est aussi très souple en matière de gestion et dépannage de réseau. La
panne d'un nœud ne perturbe pas le fonctionnement global du réseau.

L'inconvénient principal de cette topologie réside dans la longueur des câbles utilisés.

50
Documents de Référence :

1. D. Battu « Initiation aux Télécoms : Technologies et Applications». Dunod, Paris, 2002.


2. G. Barué «Télécommunications et Infrastructure». Ellipses, 2002.
3. F. Dieuleveult « Electronique appliquée aux hautes fréquences, principes et applications ».
Olivier Romain. Edition Dunod, 2017.
4. P. Clerc, P. Xavier «Principes fondamentaux des Télécommunications». Ellipses, Paris,
1998.
5. J. B. Hagen. « Comprendre et utiliser l’électronique des hautes-fréquences, De la Galène
à la Radioastronomie principes et applications », Publitronic Elekctor, 1999
6. G. Barué «Télécommunications et Infrastructure». Ellipses ,2002.
7. J.C. Joseph « Réception des hautes fréquences ». Publitronic Elekctor. Avril 1999.

Sources Internet :

1. http://www.magoe.net/cours_system_telecom.pdf
2. https://cvardon.fr/rtc_introduction_telephonie_analogique.pdf.
3. https://www.abcelectronique.com/annuaire/cours/cache/1579/reseautelephonique
commute.pdf.
4. http://www.abbessi.tn/blog/wp-content/uploads/2016/10/Chapitre-2-Le-
R%C3%A9seau-T%C3%A9l%C3%A9phonique-Commut%C3%A9-RTC.pdf.
5. https://cvardon.fr/introduction%20aux%20telecommunications.pdf.

51