Vous êtes sur la page 1sur 6

Phénomènes géologiques associés à la formation de chaînes de montagnes

Et leur relation à la tectonique des plaques


Introduction : la Terre est une planète vivante. Assujettie constamment à un grand dynamisme et à une
instabilité dont Les manifestations les plus importantes sont les chaînes de montagnes et les phénomènes
géologiques associés. Alors Comment les chaînes de montagnes récentes ont-elles été formées et quels ont été
les phénomènes qui les accompagnent ?
Le globe terrestre est entièrement recouvert d’une douzaine de plaques lithosphériques différentes, de nature
chimique de taille et de densité. Ils peuvent être classés en deux types :
Le premier type des plaques océanique située au fond dès l'océans (immergée dans l'eau) avec une densité
moyenne de 3,25.
Le deuxième type est composé d’une partie océanique et une partie continentale immergent qui forme les
continents avec une densité moyenne de 2,7 à 3.
Ces plaques se déplacent les unes par apport autres de quelques centimètres par an, en divergeant, en
convergeant ou en se chevauchant. Ses forces motrices sont les courants de convections, la subduction.
Dans les marges des plaques convergentes ou se chevauchant (à
cause de la grande énergie résultante de la quantité de
mouvement) naissent des forces de compression qui déforment
la croûte continentale sous la forme de plis ou de failles et
chevauchements. Ces distorsions entraînent un raccourcissement
de la surface horizontale et une augmentation de l'épaisseur
verticale entraînant des chaînes de montagnes. Selon le type de
confrontation, trois types de chaînes de montagnes sont formés :
1. Chaînes de subductions : lorsqu'une marge océanique dense
est affrontée avec une marge continentale moins dense, la marge
océanique passe en plan incliné (plan de bénioff) sous le
continent est s’enfonce avec une force de compression qui donne
des distorsions et des déformations ce qui aboutit à une chaîne
de montagnes dans la marge continentale. Ce type
d’affrontement est accompagné de caractéristiques et de
phénomènes géologiques identifiables :
a. Propriétés structurelles
✓ Présence d’une marge active.
✓ Présence d’Un fosse océanique profonde parallèle à la
marge active.
✓ La présence du prisme d’accrétion de la fosse océanique.
✓ Déformations importantes dans la croûte continentale sous
la forme de plis en éventails et des failles inverses.

Phénomènes géologiques liés à la subduction et les roches


associées :
✓ Sismique profonde : la subduction de la lithosphère
océanique en état solide, génèrent des foyers sismiques
émanant du plan de Bénioff, ces foyers sont de plus
profonds à mesure que nous nous éloignons de la fosse.
✓ Volcanisme Andésitique : au cours de la subduction la
lithosphère océanique libère de l’eau dans le manteau qui
la surplombe par métamorphisme des roches. À une
profondeur d'environ 90 km sous des volcans actifs, où
toutes les conditions de fusion partielle sont présentes, en
plus de la présence de l'eau qui facilement la fusion la
température est supérieure à 1000°C et la pression et
Inférieure à 30.103 hpa. Dans ces conditions les péridotites subissent une fusion partielle et donnent un liquide moyennement
riche en silice, visqueux, il retient les gaz et la vapeur d'eau monte verticalement en état comprimée et pénètre dans la croûte
continentale et explose dans le cône volcanique. Les roches résultant du refroidissement de ces magma à la surface de la
Terre sont appelées andésites à texture microlitique, une partie du liquide se refroidie à l’intérieure de la marge active et
formes des roche appelées granodiorite qui prennent la forme de batholite ou plutons.

✓ Anomalies thermiques négatives au niveau du plan de Bénioff.

Chaînes de Collisions : au cours de la subduction, le domaine oceanique est


progressivement fermée et les deux marges continentales se rapproche
l'une de l'autre avec existence précoce de chaîne de montagnes de
subduction situé dans la marge active. A la fin les deux marges entre en
collision ce qui provoque la déformation des deux marges et formation de
chaîne de collision qui se caractérise par une structure en Écailles sous forme
de grandes unités superposées qui se chevauchent et fonctionnent avec le
mécanisme des nappes, de sorte que les forces de compression produisent
des failles inverse dans lesquelles les blocs se déplacent sur de longues
distances. Des dizaines de kilomètres.
Entre les marges continentales, les restes de l'océan (plaque océanique et
sédiment du prisme d’accrétion peuvent surmontent les marges
continentales et former une suture ophiolitique.
Dans les chaînes de montagnes, le MOHO s’approfondi à plus de 30 km et
formation de racine crustale, et augmentant de l'épaisseur de la croûte
continentale. Dans la marge active, nous trouvons les restes de roches
andésites et les plutons de granodiorite indiquant la subduction qui précède
la collision .

Coupe dans
l'Himalaya
Montrant la
structure en
écailles de la
chaîne

Chaînes d’obduction : cas particulier, par exemple lors de l’obduction


de l’ancienne Téthys, qui séparait l’Afrique et l’Eurasie. Dans la partie
orientale de la péninsule arabique (qui faisait partie de l’Afrique), la
plaque océanique s’est rompue et la marge la plus dense a entamé un
enfouissement oui la marge la moins dense ce qui a donné une
obduction intra-océanique. Le phénomène a continué jusqu’à ce que
la marge continentale de la péninsule arabique atteigne l’arc
d’obduction. Alors la marge omanaise c’est enfoncée en suivant la
partie attachée de la plaque océanique jusqu’ à une profondeur
d’environ 40 km et En raison de la différence de densité la marge
omanaise ne peut plus s’enfoncer et il y’a blocage de subduction, mais
les forces de compressions continuent et transforme la subduction en
obduction d’une partie de la plaque océanique au-dessus de la marge
continentale omanaise d’une distance de 100 km, précédée par le
prisme d’accrétion qui constitue la nappe Hawasina , ce qui a
constitué une chaîne de montagne appelées les montagnes d'Oman.
L’obduction s'est ensuite transformée en subduction actuellement
dans la marge iranienne opposée.
Les Phénomènes géologique associés à l'émergence des chaînes de montagnes.
I. Phénomène de métamorphisme : ce sont des transformations qui affectent tous les types de roches à l’état
solide sous l’influence de la température et de la pression avec intervention des fluides (les gaz et eau). Ces
interactions entraînent un renouvellement des cristaux et de la texture de la roche, l'apparition de nouveaux
minéraux et la disparition des minéraux d'origine. En fonction de température et de pression le métamorphisme
peut être classés en trois types :
• métamorphisme dynamique : il en résulte d’une pression très élevée par rapport à la température selon le
gradient géothermique de la région.
• métamorphisme thermique. Il en résulte d’une température très élevée par rapport à la pression dans les
régions où règne un gradient géothermique très élevé.
• métamorphisme thermodynamique. Il affecte les régions où il y’a une augmentation proportionnelle de la
température et de la pression.
Le Métamorphisme dynamique affecte les roches soumises au phénomène de subduction au plan de Bénioff,
c'est-à-dire la croûte océanique qui se transforme progressivement en une séquence schiste vert, schiste bleu
puis en eclogite.
Le métamorphisme thermique affecte les roches qui forment les orioles au tour des magmas chaudes qui sont
piégées entre les couches. Les roches se métamorphosent en forme d’auréole d'environ 2km d’épaisseur. Ainsi
les argiles se transforment en cornée Les roches calcaires en marbre et le sel en gypse. Le métamorphisme
thermodynamique affecte de grandes régions dans les chaînes de montagnes, en particulier les chaînes de
collision. Le métamorphisme s’effectue dans la croûte continentale au-dessus de Moho à cause de
l’enfouissement de ce dernier à plus de 30Km. Les roches argileuses donnent progressivement les schistes, les
micaschistes et les gneiss.
Pendant le métamorphisme, certains métaux apparaissent dans certaines températures et pressions et restent
stables jusqu'à ce que la température et la pression atteignent des valeurs supérieures alors ils perdent leur
stabilité et disparaissent avant que d'autres métaux n'apparaissent. L’étude de ces minéraux nous permet de
définir les domaines de stabilité des minéraux, alors la présence du minéral dans la roche indique la
température et la pression maximales qui l’ont atteintes lors de sa transformation.
Ces indicateurs représentent le degré de métamorphisme de la roche ou des faciès.
Pour déterminer les différents degrés de métamorphisme ainsi que les types de métamorphisme le chercheure
Eskola a choisi les roches de la croute océanique pour élaborer un diagramme indiquant les différents faciès de
métamorphisme en fonction des groupements de minéraux indicateurs qui se stabilisent dans le même domaine
de pression et de température, de sorte que chaque faciès représente un groupement minéral spécifique dans la
roche du gabbro ou de basalte.
Les types de métamorphisme : on peut déterminer le type de métamorphisme en s’appuyant sur le gradient
géothermique de la région au cours de son métamorphisme ou bien sur la série métamorphique qui représente
la série graduelle de faciès qui ont affecté la région, de sorte que cette dernière représente la suite des faciès
par lesquelles la séquence métamorphique est passée pendant la transformation.
1. métamorphisme dynamique : À haute pression et à faible température, entre (0,5°C) et (1,5°C) par 100 m de
profondeur ou dans la série métamorphique, schiste vert - schiste bleu - éclogite. Dans les zones de subduction
au niveau de Bénioff.
2. métamorphisme thermodynamique : En pression et température proportionnelle d'environ (1,5°C) à (6°C)
dans des série métamorphique allant du schiste vert aux amphibolites et éclogites ou granulites. Dans la racine
crustale des chaînes de montagnes, en particulier dans les zones de collision.
3. metamorphisme thermique :il se passe à température fortement élevée et basse pression supérieure à (6°C)
par 100 m de profondeur ou dans la série métamorphique des cornéennes dans les zones d’intrusion des
magmas chaudes au niveau des racines crustale des montagnes.

Phénomène de granitisation : Certaines roches atteignent la limite maximale du métamorphisme avec des
températures et des pressions élevées. Alors le phénomène d’anatexie commence avec La fusion partielle de la
roche et le métamorphisme prend fin.
La plupart des roches constituant la croûte terrestre sont des silicates (argiles) il commence à fondre à 670 ° C et
donne un liquide initial constant en termes de composition chimique, quelle que soit la roche d'origine. Ce
liquide s'appelle le liquide eutectique et la température à laquelle elle apparait s'appelle la température critique
ou bien eutectique. Une fois les conditions changées, le liquide se refroidit très lentement, donnant une roche
cristalline à structure grenu. Si le magma se solidifie sur le même site de fusion donne un granite à l'anatexie
reconnaissable par ses gros cristaux et l'absence d’auréole de métamorphisme ou halo. Il est également entouré
de roches métamorphiques du métamorphisme régionale intercalé par des migmatites.
Si le liquide ou le magma monte à un niveau supérieur dans la croute continentale et s’installe entre des roches
sédimentaires moins chaudes, il se solidifie plus rapidement, donnant donnant un granite intrusif reconnaissable
par ses cristaux plus petits et présence auréole de métamorphisme renfermant des cristaux d’andalousites, et
absence de migmatite.

Exemples de quelques séquences métamorphiques :

Séquences Origine Type de Le site du Facteurs


métamorphiques métamorphisme métamorphisme
1 Schiste-micaschiste- Roches Régionale ou Racine crustale Pression et
gneiss argileuses thermodynamique des chaines de température
montagnes proportionnel
2 Schiste vert-schiste bleu- Gabbros et Subduction ou Plan de bénioff Haute pression
éclogite basaltes dynamique et faible
température
3 Cornéines Roches Contacte ou Auréole de Haute
argileuses thermique métamorphisme température et
faible pression
4 Quartzites Quartz Régionale et Même que Type
contacte 1
Pression et
5 Marbres Calcaire Régionale et Même que Type
température
contacte 1
élevés
6 Gypses Sel Régionale et Même que Type
contacte 1
7 Diamants Carbon Spécifique Dans le manteau Très haute
terrestre pression
Significations de quelques textures des roches

Texture Définition Interprétation Significations


Stratification parallèle Dépôt vertical ou dépôt
Indiquer l'origine
Strié avec ou sans fossiles Des composants de la chimique dans un bassin
sédimentaire
roche sédimentaire
Cristallisation complète
Refroidissement et Origine plutonique
des roches
Grenue cristallisation lente en magmatique
Grands cristaux non
profondeur Ex granit gabbro
ordonnés
Refroidissement et
Cristallisation complète
cristallisation plus rapide Origine plutonique
des roches
Microgrenue qu’une structure granue magmatique
Petits cristaux non
et à une profondeur
ordonnés
moindre
Refroidissement par
phases
Origine magmatique
Un mélange de Dans la chambre
volcanique
Microlitique Grands cristaux magmatique
Ex rhyolite, basalte et
Microlites et verre Dans la cheminée.
andésite
Et à la surface de la
Terre.
La schistosité une famille
de plans subparallèles et Plans de schistosités
selon lesquels les roches se perpendiculaires à l’axe Début de
Schistosité
débitent facilement en d’orientation de la métamorphisme
feuillets plus ou moins pression
épais.
Arrangement et orientation Plans de schistosités
des minéraux claires et perpendiculaires à l’axe
Foliation Métamorphisme avancé
minéraux sombres en plans d’orientation de la
parallèles non débités pression