Vous êtes sur la page 1sur 2

M.

Le Président,

Ma question s’adresse à M. le Premier ministre.

M. le Premier Ministre,

C’est au nom des Députés de Nouvelle-Calédonie et de Polynésie Française,


mes collègues, Philippe Dunoyer, Philippe Gomès, Maïna Sage et Nicole
Sanquer que je m’adresse à vous.

Comme vous le savez, la pandémie de COVID-19 n’a pas épargné la France


d’Outre-mer et particulièrement, même si c’est à un degré moindre, les
collectivités françaises du pacifique.

Ainsi, 55 cas à ce jour ont été confirmés en Polynésie et 18 en


Nouvelle-Calédonie.

C’est pourquoi, les institutions locales en lien avec l’Etat, ont décidé de
prolonger les dispositifs de confinement jusqu’au 19 avril pour la
Nouvelle-Calédonie et jusqu’au 29 avril pour la Polynésie.

Les conséquences de la pandémie dans ces territoires sont néanmoins


considérables pour l’ensemble des activités commerciales et industrielles. Les
poumons économiques de ces pays sont lourdement impactés : l’industrie du
tourisme pour la Polynésie, premier secteur d’activité de l’archipel, l’industrie
du nickel pour la Nouvelle-Calédonie, les cours ayant baissé de 30% depuis le
début de l’année.

Votre gouvernement, en lien avec les institutions locales et les parlementaires,


a admis ces collectivités au bénéfice des dispositifs nationaux, notamment,
l’accès au fonds de solidarité et la garantie de l’État aux prêts accordés aux
entreprises.

Toutefois, ni la Nouvelle-Calédonie, ni la Polynésie, ne sont admises au


financement de l’indemnisation des régimes de chômage partiel instaurés au
plan national, dans la mesure où, chaque collectivité du Pacifique étant
compétente en la matière, a instauré son propre dispositif de chômage partiel.
M. le Premier Ministre, les questions de nos collègues du pacifique sont donc
les suivantes :

Au plan sanitaire, la Polynésie et la Nouvelle-Calédonie devraient s’engager


dans des stratégies de déconfinement plus tôt que les autres régions
françaises, y compris les Départements d’outre-mer. Or, ces collectivités ne
disposent pas aujourd’hui des masques et des tests en nombre suffisant pour
organiser le déconfinement dans les conditions posées par le Président de la
République dans son intervention du 13 avril. Pouvez-vous vous engager à
leur donner les moyens matériels nécessaires à un déconfinement qui
garantisse la sécurité sanitaire des populations ?

Au plan économique, la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie Française doivent


signer prochainement des prêts de trésorerie garantis par l’Etat permettant
notamment l’indemnisation des chômeurs. Mais, eu égard à l’ampleur de
l’impact lié à la pandémie, ces prêts conduiront l’endettement des collectivités
françaises du Pacifique à un niveau extrêmement élevé qui ne leur permettra
pas, ensuite, de financer les plans de relance économique qui s’imposent.
Au titre de la solidarité nationale, le gouvernement peut-il s’engager à
transformer ces prêts en concours financiers exceptionnels accordés à ces
territoires ?