Vous êtes sur la page 1sur 17

2ème Année Sciences Maths

Examen National 2018

Corrigé de l’exercice 1 :

1-
E ≠∅ ( car O = M (0,0) ∈ E )
E ⊂ M 2 (ℝ)
Soient M ( x, y ) et M (a, b) deux éléments de E :
On a :
x −2 y   a −2b 
M ( x, y ) − M (a, b) =  −  
 y x + 2 y b a + 2b
x − a −2 ( y − b) 
=  
 y − b ( x − a ) + 2 ( y − b )
= M ( x − a, y − b)
( ( x − a, y − b) ∈ ℝ 2 )
Donc : ∀ (M ( x, y ), M (a, b)) ∈ E 2 : M ( x, y )− M (a, b) ∈ E
D’où E est un sous groupe de ( M 2 ( ℝ ), +)
2- a) Montrons que E est un sous-espace vectoriel de l’espace vectoriel ( M 2 ( ℝ ), +, •)
On a : E ≠ ∅ et E ⊂ M 2 ( ℝ )
Soient (α, β ) ∈ ℝ 2 et ( M ( x, y ), M (a, b)) ∈ E 2
On a :
x −2 y  a −2b 
α.M ( x, y ) + β .M (a, b) = α. + β . 
 y x + 2 y b a + 2b
α x −2α y  β a −2βb 
=  +  
α y α x + 2α y  βb β a + 2βb

α x + β a −2α y − 2βb 
=  
α y + βb α x + 2α y + β a + 2βb
α x + β a −2 (α y + βb) 
=  
α y + βb (α x + β a ) + 2 (α y + βb)
= M (α x + β a, α y + βb)
( (α x + β a, α y + βb) ∈ ℝ 2 )
Donc : ∀ (α, β ) ∈ ℝ 2 , ∀ (M ( x, y ), M (a, b)) ∈ E 2 : α.M ( x, y ) + β.M (a, b) ∈ E
D’où E est un sous-espace vectoriel de l’espace vectoriel ( M 2 ( ℝ ), +, •) .
b)
2ème Année Sciences Maths
Examen National 2018

Soit M ( x, y ) ∈ E , on a :
 −2 y 
M ( x, y ) =  x 
 y x + 2 y 
 x 0  0 −2 y
=  +  
 0 x  y 2 y 
1 0 0 −2
= x  +
 y  
0 1 1 2 
= x.I + y.J
Donc ( I , J ) est une famille génératrice de l’espace vectoriel E
Soit (α, β ) ∈ ℝ 2 :
On a :
αI + β J = O ⇒ M (α, β ) = M (0, 0)
α −2β  0 0
⇒   =  
β α + 2β  0 0
 α = 0

⇒  β =0

 −2β = 0

α + 2β = 0
⇒ α = 0 et β = 0
Donc ( I , J ) est une famille libre de l’espace vectoriel E
On conclut que ( I , J ) est une base de l’espace vectoriel E
3- a)
E ⊂ M 2 (ℝ)
Soit ( M ( x, y ), M (a, b)) ∈ E 2 , on a :
x −2 y  a −2b 
M ( x, y )× M (a, b) =  × 
 y x + 2 y b a + 2b
 xa − 2 yb −2 xb − 2 ya − 4 yb 
=  
 ya + xb + 2 yb −2 yb + xa + 2bx + 2 ya + 4 yb
 xa − 2 yb −2 ( xb + ya + 2 yb) 
=  
 xb + ya + 2 yb ( xa − 2 yb) + 2 ( xb + ya + 2 yb)
= M ( xa − 2 yb, xb + ya + 2 yb)
( ( xa − 2 yb, xb + ya + 2 yb) ∈ ℝ 2 )
Donc : ∀ (M ( x, y ), M (a, b)) ∈ E 2 : M ( x, y )× M (a, b) ∈ E

6/21 Math.ma – 06/2018


2ème Année Sciences Maths
Examen National 2018

D’où E est une partie stable de ( M 2 ( ℝ ),×)


b) Montrons que ( E , +,×) est un anneau commutatif
( E , +) est un groupe commutatif ( ( E , +, •) est un espace vectoriel )
"×" est associative
"×" est distributive par rapport à "+ "
Soit ( M ( x, y ), M (a, b)) ∈ E 2 :
M ( x, y )× M (a, b) = M ( xa − 2 yb, xb + ya + 2 yb)
= M (ax − 2by, bx + ay + 2by )
= M (a, b)× M ( x, y )
Et par suite ( E , +,×) est un anneau commutatif .
4- a) Soit ( z , z ′) ∈ (ℂ∗ ) , on a :
2

ϕ ( z × z ′) = ϕ (( x + iy )×( a + ib))
= ϕ (( xa − yb) + i ( xb + ya ))
= M (( xa − yb + xb + ya ); −( xb + ya))

ϕ ( z )×ϕ ( z ′) = ϕ ( x + iy )×ϕ (a + ib)


= M ( x + y, − y )× M (a + b, −b)
= M (( x + y )(a + b) − 2 (− y )(−b), ( x + y )(−b) − y (a + b ) + 2 (− y )(−b))
= M ( xa + xb + ya + yb − 2 yb; −xb − yb − ya − yb + 2 yb)
= M ( xa + xb + ya − yb; −( xb + ya ))

Donc ∀ ( z , z ′) ∈ (ℂ∗ ) : ϕ ( z × z ′) = ϕ ( z )×ϕ ( z ′)


2

Donc ϕ est un homomorphisme de (ℂ∗ ,×) vers ( M 2 ( ℝ ),×)


b)
Soit M ( x, y ) ∈ E ∗
Existe-t-il z de ℂ∗ , tel que ϕ ( z ) = M ( x, y )
2ème Année Sciences Maths
Examen National 2018

ϕ ( z ) = M ( x, y ) ⇔ ϕ (a + ib) = M ( x, y )
⇔ M ( a + b, − b ) = M ( x , y )
a + b = x
⇔ 
 −b = y
a = x − b
⇔ 
 b = − y
⇔ a = x + y et b = − y

Donc ∀M ( x, y ) ∈ E ∗ ∃(a, b) = ( x + y, − y ) ∈ (ℝ ∗ )
2
: ϕ ( a + ib ) = M ( x, y )
Donc ϕ est surjective
Et par suite ϕ (ℂ∗ ) = E ∗
c) On a ϕ est un homomorphisme surjective
Et puisque (ℂ∗ ,×) est un groupe commutatif alors (ϕ (ℂ∗ ),×) est aussi un groupe
commutatif
Et comme ϕ (ℂ∗ ) = E ∗ , on a donc ( E ∗ ,×) est un groupe commutatif .
5- On a :
( E , +) est un groupe commutatif .
( E ∗ ,×) est un groupe commutatif .
"×" est distributive par rapport à "+ "
Donc ( E , +,×) est un groupe commutatif.

Corrigé de l’exercice 2 :

1- Soit p un nombre premier tel que : p = 3 + 4k ( k ∈ ℕ∗ )


On a : p − 5 = 4k − 2 = 2(2k −1) (k ∈ ℕ∗ )
Soit x ∈ ℤ :
On a :
2 k −1
x 2 ≡ 1[ p ] ⇒ ( x2 ) ≡ 12 k−1 [ p ]
⇒ x 4 k−2 ≡ 1[ p ]
⇒ x p−5 ≡ 1[ p ]
Donc pour tout entier relatif x , si x 2 ≡ 1[ p ] alors x p−5 ≡ 1[ p ]
2- a) Soit x un entier relatif vérifiant : x p−5 ≡ 1[ p ]
2ème Année Sciences Maths
Examen National 2018

Montrons que x et p sont premiers entre eux .


Puisque x p−5 ≡ 1[ p ] alors il existe u ∈ ℤ tel que x p−5 = 1 + up
Donc u ∈ ℤ tel que x p−6 .x − u. p = 1 ( p − 6 ∈ ℕ∗ )
Donc d’après le théorème de Bézout x ∧ p = 1
D’où x et p sont premiers entre eux .
b) On a p un nombre premier et x ∧ p = 1
Donc d’après le théorème de Fermat : x p−1 ≡ 1[ p ]

c)
2 + (k −1)( p −1) = 2 + (k −1)(4k + 2)
= 2 + 4 k 2 + 2 k − 4k − 2
= 4k 2 − 2k
= k ( 4 k − 2)
= k ( p − 5)
d) On a x p−5 ≡ 1[ p ]

Donc ( x p−5 ) ≡ 1k [ p ]
k

Donc x k( p−5) ≡ 1[ p ]
Donc x 2+(k−1)( p−1) ≡ 1[ p ]
Donc x 2 .x(k−1)( p−1) ≡ 1[ p ]
k −1
Donc x 2 .( x p−1 ) ≡ 1[ p ]
Et d’autre part on a x p−1 ≡ 1[ p ]
k −1
Donc ( x p−1 ) ≡ 1[ p ]
k −1
Donc x 2 .( x p−1 ) ≡ x 2 [ p ]
On déduit que : x 2 ≡ 1[ p ]
3- Résolvons dans ℤ l’équation : x 62 ≡ 1[67 ]
On a pour tout entier relatif x , x 2 ≡ 1[ p ] ⇔ x p−5 ≡ 1[ p ]
avec p un nombre premier tel que : p = 3 + 4k ( k ∈ ℕ∗ )
2ème Année Sciences Maths
Examen National 2018

on 67 est un nombre premier et : 67 = 3 + 4(16)


On a :
x 62 ≡ 1[67 ] ⇔ x 67−5 ≡ 1[67 ]
⇔ x 2 ≡ 1[67 ]
⇔ x 2 −1 ≡ 0[67 ]
⇔ ( x −1)( x +1) ≡ 0[67]
⇔ x −1 ≡ 0[ 67 ] ou x + 1 ≡ 0[67 ] (car p est premier )
⇔ x ≡ 1[67 ] ou x ≡ 1[67 ]
Donc S = {1 + 67k / k ∈ ℤ} ∪ {−1 + 67k / k ∈ ℤ}

Corrigé de l’exercice 3 :

I- Soit m ∈ ℂ
On considère dans l’ensemble complexes ℂ l’équation ( Em ) d’inconnue z :
z 2 + (im + 2) z + im + 2 − m = 0
1- a)
(im + 2) − 4(1)(im + 2 − m)
2
∆ =
= −m2 + 4im + 4 − 4im − 8 + 4m
= −m 2 + 4m − 4
−(m − 2)
2
=
(i (m − 2))
2
=

(im − 2i )
2
=
b)
Si m = 2 : alors l’équation ( E2 ) admet une solution unique
−(2i + 2)
z= = −1 − i
2
Donc S = {−1− i}
Si m ∈ ℂ − {2} : alors alors l’équation ( Em ) admet deux solutions :
2ème Année Sciences Maths
Examen National 2018

−(im + 2) + (im − 2i ) −(im + 2) − (im − 2i )


z= ou z=
2 (1) 2 (1)
−2 − 2i −2im − 2 + 2i
z= ou z=
2 2
z = −1 − i ou z = −1− im + i
Donc S = {−1− i, −1− im + i}
2- Pour m = i 2

 2 
2 −
2
−1 − i = − i
 2 2 
 π   π 
= 2 − cos   − i sin  
  4   4 
  π  π 
= 2 cos π +  + i sin π + 
  4  4 
−3 π 
  5π   5π 

5π i 
2 cos   + i sin   = 2.e = 2.e  4 
i 
= 4
  4   4 

−1− im + i = −1 − i i 2 + i ( )
= −1 + 2 + i
 2 
2 + 2 −
2
= + i
 2 2 
 2 
2 1−
2
= + i 
 2 2 
 i  
 3π 

= 
2 e + e  4  
i(0) 

 

3π  i −3 π 3π 
= 2e
i
8 e 8 + ei 8 
 


 3π 
× 2cos  
i
= 2e 8
 8 
 3π  i 3π   3π  
= 2 2 cos  .e 8 cos   > 0
 8    8  

II-
π
1- Soit R la rotation d’angle − qui transforme M en M ′
2
a) l’affixe z du centre de la rotation R est solution de l’équation z = −iz −1 + i
2ème Année Sciences Maths
Examen National 2018

z = −iz −1 + i
(1 + i) z = −1 + i
−1 + i i (1 + i )
z= = =i
1+ i (1 + i)
Donc z = ω
D’où Ω est le centre de R
b) Déterminons l’affixe b de B , où B est le point tel que : A = R ( B )
a = −ib −1 + i
ib = −1 + i − a
−1 + i − a
b=
i
−1 + i + 1 + i
b=
i
2i
b=
i
b=2
2- a) On a :

m′ − a = −im −1 + i + 1 + i
= −im + 2i
= −i (m − 2)
= −i (m − b)

ω −a i +1 + i
(m − b) = (m − b)
ω −b i−2
1 + 2i
= (m − b)
−2 + i
−i (−2 + i )
= (m − b)
−2 + i
= −i (m − b)
ω −a
Donc : m′ − a = (m − b)
ω −b
b)
Si m = a : le résultat demandé est évident
Si m ≠ a :
m′ − a ω − a m − b
On a : = ×
m − a ω −b m − a
2ème Année Sciences Maths
Examen National 2018

m′ − a
A, M et M ′ sont alignés ⇔ ∈ℝ
m−a
ω − a m −b
⇔ × ∈ℝ
ω −b m− a
⇔ A, B, Ω et M sont cocycliques
c) On a : A, M et M ′ sont alignés ⇔ A, B, Ω et M sont cocycliques
Et par suite M appartient au cercle circonscrit au triangle ABΩ rectangle et
isocèle en Ω
( A = R ( B) )
Donc M appartient au cercle de diamètre [ AB ]
AB b − a 3+i 10
De rayon : r = = = =
2 2 2 2
a +b 1 1
Et de centre le point I d’affixe : zI = = − i
2 2 2

Corrigé de l’exercice 4 :

Partie I :

1- a) soit x ∈ ]0, +∞[ :


on a :
x t 1 + t −1
x


0 1+ t
dt =
0∫ 1+ t
dt

x 
1− 1  dt
= ∫0  1 + t 
 
x  (1 + t )′ 
 dt
= ∫0
1−
 1 + t 
 
t − ln 1 + t 
x
=  0
= x − ln (1 + x)
x t
Donc ( ∀x ∈ ]0, +∞[) ; ∫ dt = x − ln (1 + x )
0 1+ t
b) Soit x ∈ ]0, +∞[ :
2ème Année Sciences Maths
Examen National 2018

u = t 2 ⇔ t = u 
 
 
 t.dt = du 
1
 2 
 
 t = 0 → u = 0 
 
 t = x → u = x 
2

x t x2 du 1 x2 1
∫ 0 1+ t
dt = ∫
0 1+ u
= ∫
2 0 1+ u
du

x t 1 x2 1
Donc ( ∀x ∈ ]0, +∞[) ; ∫ dt = ∫ du
0 1+ t 2 0 1+ u
c) Soient x ∈ ]0, +∞[ et u ∈  0, x 2  :
On a 0 ≤ u ≤ x2
Donc 0≤ u ≤ x
Donc 1 ≤1+ u ≤1+ x
1 1
Donc ≤ ≤1
1+ x 1+ u
1 1 1
Donc ≤ ≤
(
2 (1 + x) 2 1 + u 2)
x2 1 x2 1 x2 1
Donc ∫ 0 2 (1 + x )
du ≤ ∫
0
(
2 1+ u
du ≤ ∫
)0 2
du

1 x − ln (1 + x) 1
Et par suite : ( ∀x ∈ ]0, +∞[) ; ≤ ≤
2 (1 + x ) x2 2
2- On a :
 1 x − ln (1 + x ) 1
( ∀x ∈ ]0, +∞[) ; ≤ ≤
 2 (1 + x ) x2 2

 1 1
 lim+ =
 x→0 2 (1 + x ) 2
x − ln (1 + x) 1
Donc : lim+ =
x →0 x2 2

Partie II :
  
 f ( x ) =  x + 1 ln (1 + x ) ; x≠0
On considère la fonction f définie sur ]0, +∞[ :  
 x  

 f (0) = 1
2ème Année Sciences Maths
Examen National 2018

1- a) On a : f (0) = 1
x +1 ln (1 + x )
Et lim f ( x) = lim
+ +
ln (1 + x ) = lim+ ( x + 1) =1
x →0 x→0 x x →0 x
 lim+ 1 + x = 1
 x→0
Car  ln (1 + x )
 lim =1
 x→0+ x
x +1
Puisque lim+ f ( x) = lim+ ln (1 + x) = f (0) alors f est continue à droite en 0
x →0 x→0 x
b) On a :
x +1
f ( x ) − f ( 0) ln (1 + x) −1
lim+ = lim+ x
x→0 x−0 x→0 x
( x +1)ln (1 + x )− x
= lim+
x→0 x2
x ln (1 + x ) ln (1 + x) − x
= lim+ +
x→0 x2 x2
ln (1 + x ) x − ln (1 + x )
= lim+ −
x→0 x x2
1
= 1−
2
1
=
2
1
Donc : f est dérivable à droite en 0 et on a f d′ (0) =
2
c)
x +1
lim f ( x) = lim ln ( x + 1) = +∞
x→+∞ x→+∞ x
 x +1
 xlim =1
→+∞
Car :  x
 lim ln x + 1 = +∞
x→+∞ ( )
x +1
f ( x) ln ( x + 1)  x + 1 ln ( x + 1)
2
x +1 
lim = lim x = lim ln ( x + 1) = lim  × =0
x→+∞ x x→+∞ x x→+∞ x 2  x 
x→+∞  x +1

 lim  x + 1 = 1
2

 x→+∞  x 
Car : 
 ln ( x + 1)
 lim =0
 x →+∞ x +1
2ème Année Sciences Maths
Examen National 2018

(C ) admet une branche parabolique de direction l’axe des abscisses au voisinage


de +∞
2- a) on a :
x +1
f1 : x ֏ est dérivable sur ]0,+∞[
x
f 2 : x ֏ ln (1 + x ) est dérivable sur ]0,+∞[
Donc f = f1 × f 2 est dérivable sur ]0,+∞[
Soit x ∈ ]0, +∞[ :
On a :
 x + 1 ′
f ′ ( x) =   ln ( x + 1)
 x  

 x + 1′ x +1
= 
 x  ln ( x + 1) + (ln ( x +1))′
x
−1 x +1 1
= ln ( x + 1) + ×
x 2
x x +1
1 1
= − 2 ln ( x + 1) +
x x
x − ln (1 + x)
=
x2
x − ln (1 + x)
Donc : ( ∀x ∈ ]0, +∞[) ; f ′ ( x ) =
x2
x − ln (1 + x)
b) on a ( ∀x ∈ ]0, +∞[) ; f ′ ( x ) =
x2
comme x 2 > 0 alors le signe de f ′ ( x) est le même que le signe de x − ln (1 + x)
1 x − ln (1 + x) 1
on a ( ∀x ∈ ]0, +∞[) ; ≤ ≤
2 (1 + x ) x2 2
x2 1
donc ( ∀x ∈ ]0, +∞[) ; ≤ x − ln (1 + x) ≤ x 2
2 (1 + x) 2
donc f ′ ( x) > 0
et par suite f est strictement croissante sur [0,+∞[

c) on a f est continue et strictement croissante sur [0,+∞[


donc f ([0, +∞[) =  f (0), xlim f ( x) = [1, +∞[
 →+∞ 
3-
2ème Année Sciences Maths
Examen National 2018

0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 x

Partie III :

1 x − ln (1 + x) 1
1- a) on a ( ∀x ∈ ]0, +∞[) ; ≤ ≤
2 (1 + x ) x2 2
1 x − ln (1 + x) 1
donc ( ∀x ∈ ]0, +∞[) ; 0 < ≤ ≤
2 (1 + x ) x2 2
1
et par suite ( ∀x ∈ ]0, +∞[) ; 0 < f ′ ( x) ≤
2
b)
on a g est dérivable sur ]0,+∞[
soit x ∈ ]0, +∞[ :
on a : g ′ ( x ) = f ′ ( x) −1
1
et comme f ′ ( x) ≤ alors f ′ ( x)−1 < 0
2
donc ( ∀x ∈ ]0, +∞[) ; g ′ ( x) < 0
et par suite g est strictement décroissante sur ]0,+∞[
on a g est continue et strictement décroissante sur ]0,+∞[
donc g (]0, +∞[) =  xlim g ( x), lim g ( x) = ]−∞,1[

→+∞ x→0+ 
2ème Année Sciences Maths
Examen National 2018

lim g ( x) = lim f ( x) − x
x→+∞ x→+∞

 f ( x ) 
= lim x  −1
x→+∞
 x 
= −∞
 lim x = +∞ 
 x→+∞ 

car  f ( ) 
x
 x→+∞
lim = 0
x 
c) On a :
g est continue sur ]0,+∞[
g est strictement décroissante sur ]0,+∞[
0 ∈ g (]0, +∞[)
Donc l’équation g ( x ) = 0 admet une solution unique α sur ]0,+∞[
Et par suite l’équation f ( x ) = x admet une solution unique α sur ]0,+∞[
2- Soit a un réel de l’intervalle ]0,+∞[ .
On considère la suite (un )n∈ℕ définie par : u0 = a et ( ∀n ∈ ℕ) ; un+1 = f (un )
a)
Pour n = 0 :
On a u0 = a et a > 0
Donc u0 > 0
Soit n ∈ ℕ
• Supposons que un > 0
• Montrons que un+1 > 0 ?
On a d’après l’hypothèse de récurrence un > 0
Et comme f est continue et strictement croissante sur [0,+∞[
Alors f (un ) > f (0)
Donc un+1 > 1 > 0
On conclut que : ( ∀n ∈ ℕ) ; un > 0
b) Soit n ∈ ℕ
On a :
f est continue sur l’intervalle fermé d’extrémités un et α
f est dérivable sur l’intervalle ouvert d’extrémités un et α
2ème Année Sciences Maths
Examen National 2018

1
( ∀x ∈ ]0, +∞[) ; 0 < f ′ ( x) ≤
2
1
Donc d’prés l’inégalité des accroissements finis : f (un )− f (α) ≤ un − α
2
1
Et par suite ( ∀n ∈ ℕ) ; un+1 − α ≤ un − α
2
( f (un ) = un+1 et f (α) = α )

c)
Pour n = 0 :
1
0

On a u0 − α = a − α et   a − α = a − α
 2
1
0

Donc u0 − α ≤   a − α


 2
Soit n ∈ ℕ
1
n

• Supposons que un − α ≤   a − α


2
n+1
1
• Et montrons que : un+1 − α ≤   a −α ?
 2
1
On a d’après la question précédente un+1 − α ≤ un − α (∗)
2
1
n

Et on a d’après l’hypothèse de récurrence un − α ≤   a − α


2
n+1
1 1
Donc un − α ≤   a −α (∗∗)
2  2
n+1
1
De (∗∗) et (∗∗) , on obtient : un+1 − α ≤   a −α
 2

1
n

On conclut que ( ∀n ∈ ℕ) ; un − α ≤   a − α


 2
 1 
n
1   = 0
d) On a −1 < < 1 donc nlim
2 →+∞  2 
 1 
n

Donc nlim   a − α = 0
→+∞  2 
1
n

Et comme ( ∀n ∈ ℕ) ; un − α ≤   a − α
 2 
2ème Année Sciences Maths
Examen National 2018

Alors : nlim un = α
→+∞

Corrigé de l’exercice 5 :

x
On considère la fonction F définie sur ℝ par : F ( x) = ∫ et dt
2

1-
2
On a t ֏ et est continue sur ℝ
( composée de deux fonctions continues sur ℝ )
Donc F est dérivable sur ℝ (primitive d’une fonction qui s’annule en 0)
Et par suite F est continue sur ℝ
Soit x ∈ ℝ :
On a F ′ ( x ) = e
2
x

x2
Puisque : e > 0
Alors : ( ∀x ∈ ℝ ) F ′ ( x ) > 0
D’où F est strictement croissante sur ℝ .

2-
On a : t ≥ 0
2

Donc : e ≥ 1
t

x x

∫ et dt ≥ ∫ 1dt
2

Donc : 0 0

Donc : ( ∀x ∈ ℝ ) F ( x ) ≥ x
On a :
 lim x = +∞
 x→+∞

( ∀x ∈ ℝ ) F ( x ) ≥ x

Donc : lim F ( x ) = +∞
x→+∞

3-
Soit x ∈ ℝ , On a :
−x ∈ ℝ
−x
F (−x) = ∫
2
et dt
0
2ème Année Sciences Maths
Examen National 2018

u = −t ⇔ t = −u 
 
 dt = −du 
 
 t = 0 → u = 0 
 
 t = −x → u = x 
−x x x x
et dt = −∫ e(
−u )
2
F (−x) = ∫ du = −∫ eu du = −∫ et dt = −F ( x)
2 2 2

0 0 0 0

Donc F est impaire .


lim F ( x ) = lim F (−u ) = lim − F (u ) = −∞
x→−∞ u→−∞ u→−∞

4- Puisque F est continue et strictement croissante sur ℝ


alors F est une bijection de ℝ vers F ( ℝ )
tel que : F ( ℝ ) = F (]−∞, +∞[) =  xlim F ( x), lim F ( x) = ]−∞, +∞[ = ℝ
→−∞  x→+∞ 

5- On a F (0) = 0
Et F ′ (0) = 1 donc F ′ (0) ≠ 0
On a F est dérivable en 0 et F ′ (0) ≠ 0
Donc G est dérivable en 0
Et on a : G ′ (0) = ( F −1 )′ (0) = ( F −1 )′ ( F (0)) =
1 1
= =1
F ′ ( 0) 1

つづく

Vous aimerez peut-être aussi