Vous êtes sur la page 1sur 4

TP Etude du champ et du potentiel électrique www.stsmsth.blogspot.

com Page 1

Introduction :
Électricité, ensemble des phénomènes dus aux charges électriques au repos ou en mouvement.
Lorsque ces charges sont immobiles, elles engendrent des champs électriques qui peuvent
influencer les corps environnants ; lorsque les charges sont en mouvement, elles génèrent des
champs magnétiques.
L’électricité se divise en plusieurs branches : l’électrostatique, qui s’intéresse aux corps électrisés,
sans circulation de courants ; l’électrocinétique, qui étudie les courants électriques de manière
générale ; l’électrodynamique, qui traite plus particulièrement des actions dynamiques entre
courants électriques ; l’électromagnétisme, qui analyse les actions réciproques des aimants et des
courants ; l’électronique, qui utilise la structure granulaire de l’électricité pour échanger de
l’information, ou encore l’électrochimie, qui s’intéresse aux transformations d’énergie électrique en
énergie chimique et réciproquement.

But du travail :
C’est l’étude expérimentale du champ et du potentiel électriques créés par deux
conducteurs chargés (plans et cylindrique).

1ère manipulation
Nous avons placé deux conducteurs plans (plaques métalliques) dans une cave Rhéographique
remplie d’eau du robinet (ces deux plaques doivent toucher le fond de la cave), nous avons relié

WWW.s
chaque plaque à un borne d’un générateur (l’une au neutre et l’autre à la phase).

Remarque :
tsmsth.
blogspot
L’eau du robinet est un liquide faiblement conducteur, permet le passage d’un faible
courant électrique entre les deux plaques.
.com
Tels les bornes (+) et (-) du générateur ne marchent pas bien, on a utilisé le courant
alternatif.
00:00
A l’aide d’une sonde à un fil reliée à Multimètre
Plaques métalliques
un multimètre en mettant le sélecteur
de ce dernier à la position de calibre
20 V~ et la source de tension sur la Sonde à 1 fil
position 12 V~ et appuyant sur le
bouton Marche du générateur, nous Générateur

avons effectué les opérations


suivante :
Cave rhéographique
Sonde à 2 fils
A. Observations qualitatives :
1) Le multimètre affiche la valeur 0 V~ quand la sonde touchera la plaque chargée négativement
et une tension qui varie entre 11,58 V~ et 12,35 V~ quand en faisant toucher la sonde sur le
long de la plaque chargée positivement.

Remarque :
Cette variation de tension due à la présence d’un courant alternatif.
2) En déplaçant la sonde perpendiculairement aux deux plaques, nous avons constaté que le
potentiel augmente en partant de la plaque chargée négativement vers celle chargée
positivement jusqu’à atteindre la valeur 12 V~.
3) Le potentiel reste constant lorsqu’on déplace la sonde parallèlement aux deux plaques
métalliques.
Préparé par : M Touil, M Belaid et M Assas du groupe SM2 Année Universitaire 2006 / 2007
TP Etude du champ et du potentiel électrique www.stsmsth.blogspot.com Page 2

B. Mesures à réaliser :
1) Nous avons déterminé 6 points séparés entre eux de 3 cm dont le potentiel est le même ; V1 = 9 V~.
nous avons reporté ces points sur la feuille 1 millimétrique puis nous avons tracé la ligne
équipotentielle V1 = 9 V~ en joignant les points.
Nous avons refait ce travail pour V2 = 6 V~ et V3 = 3 V~.
2) A l’aide d’une sonde à deux fils connectée à un multimètre, nous avons placé l’une de ses
aiguilles sur un point situé sur la ligne équipotentielle V 1 et on tourne l’autre de 380° auteur de
la première. En observant sur l’écran du multimètre, nous avons déterminé la direction qui
correspond à la plus grande valeur du potentiel.
Nous avons reporté cette direction sur la feuille-1 par un segment de 3 cm.
Nous avons refait cela pour tous les autres points de toutes les équipotentielles.
3) En déplaçant la sonde à 1 fil en pas de 2 cm le long de l’axe qui est perpendiculaire aux deux
plaques dans le sens des potentiels décroissant, nous avons porté les valeur de V dans le tableau
suivant :
x (cm) 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9
V (V) 12 11,04 10,00 9,12 8,16
Em (V/cm) 0,48 0,52 0,44 0,48 0,48
E (V/cm) 0,48 0,52 0,44 0,48 0,48

10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
7,20 6,30 5,28 4,40 3,36 2,40
0,45 0,51 0,44 0,52 0,48

WWW.s0,45 0,51 0,44 0,52 0,48

tsmsth.
blogspot
4) Le graphe est inséré dans la feuille millimétrique.

.com
5) Le graphe est une droite d’une équation de la forme V = Ax + B
Quand x = 0. V = 12 V
12 = 0.A + B ↔ B = 12

A = tgα ↔ A = = ↔ A = - 0,48

Donc la loi de variation du potentiel en fonction de x est de la forme :

V = - 0,48.x + 12
6) D’après le deux relation suivantes :
.................................... (1)
................. (2)
En remplaçant (2) dans (1) nous obtenons l’équation suivante :

Le potentiel varie qu’en fonction de x, donc :


Alors
7) D’après la relation suivante :
dV V2 ¬V1
E=- ⇒dV = - E.dx ⇒∫dV = - ∫Edx Em = -
dx x 2 ¬x 1

Préparé par : M Touil, M Belaid et M Assas du groupe SM2 Année Universitaire 2006 / 2007
TP Etude du champ et du potentiel électrique www.stsmsth.blogspot.com Page 3

2ème manipulation :
De même que la première manipulation, mais cette fois-ci nous mettons à la place des conducteurs
plans des électrodes cylindriques.
A. Observations qualitatives : 00:00

1) Le multimètre affiche la valeur


0 V~ quand la sonde touchera
le cylindre extérieur.
Une tension qui varie entre 11,58
V~ et 12,35 V~, quand en faisant
toucher la sonde sur le cylindre
situé au centre de la cave. Electrodes cylindriques
2) nous avons constaté que le potentiel augmente en partant (en déplaçant la sonde à 1fil de façon
radiale) du cylindre central vers le cylindre extérieur.
3) Le potentiel reste constant lorsqu’on déplace la sonde sur des cycles entourant le cylindre
central.

B. Mesures à réaliser :
1) Nous avons déterminé 8 points sur le 8 rayons séparés de π/4 dont le potentiel est V1 = 9 V~.
Nous avons reporté ces points sur la feuille millimétrique n° 2 puis nous avons tracé la ligne
équipotentielle V1 = 9 V~ en joignant les points.

WWW.s
Nous avons refait ce travail pour V2 = 6 V~ et V3 = 3 V~.
2) A l’aide d’une sonde à deux fils connectée au multimètre, nous avons placé l’une de ses
tsmsth.
aiguilles sur un point situé sur la ligne équipotentielle V 1 et on tourne l’autre de 380° auteur de
blogspot
la première. En observant sur l’écran du multimètre, nous avons déterminé la direction qui
correspond à la plus grande valeur du potentiel.
Nous avons reporté cette direction sur la feuille-2 par un segment de 2 cm. .com
Nous avons refait cela pour tous les autres points de toutes les équipotentiels
3) Nous avons déplacé la sonde à 1 fil en pas de 1 cm le long de l’axe radial en partant du cylindre
central, nous avons porté les valeur de V dans le tableau suivant :
r (cm) 1,5 2 2,5 3 3,5 4 4,5 5 5,5 6
V (V) 9,00 8,08 7,10 6,24 5,32
Em (V/cm) 0,92 0,98 0,86 0,92 0,92
E (V/cm) 0,92 0,98 0,86 0,92 0,92

r (cm) 6,5 7 7,5 8 8,5 9 9,5 10 10,5


V (V) 4,40 3,50 2,56 1,64 0,70
Em (V/cm) 0,90 0,94 0,92 0,94
E (V/cm) 0,90 0,94 0,92 0,94

4) Le graphe est inséré dans la feuille millimétrique.


5) D’après le deux relation suivantes :
.................................... (1)
................. (2)
En remplaçant (2) dans (1) nous obtenons l’équation suivante :

Le potentiel varie qu’en fonction de x, donc :

Préparé par : M Touil, M Belaid et M Assas du groupe SM2 Année Universitaire 2006 / 2007
TP Etude du champ et du potentiel électrique www.stsmsth.blogspot.com Page 4

Alors
6) D’après la relation suivante :
dV V2 ¬V1
E=- ⇒dV = - E.dr ⇒∫dV = - ∫Edr Em = -
dr r2 ¬r1
7) Le graphe E(r) est inséré dans la feuille millimétrique.

3ème manipulation :
En gardant le montage du 2ème manipulation on place un conducteur creux dans la cave, entre les
deux conducteurs cylindriques.
1) Nous avons remarqué que les lignes équipotentielles sont changées.
2) Nous avons observé la direction du potentiel plus élevé est changé par rapport où il y’a pas ce
conducteur creux.

Conclusion :
Entre deux conducteurs (plans ou cylindrique) chargés l’un positivement et l’autre négativement, il
existent des lignes où le potentiel est constant (sont des lignes équipotentielles) ; son des droites
parallèles aux deux conducteurs plans ; concentriques avec les deux conducteurs cylindriques.
Le champ créé à l’intérieur des deux conducteurs (plans ou cylindrique) - chargés l’un positivement
et l’autre négativement - est constant.
WWW.s
tsmsth.
blogspot
.com

Préparé par : M Touil, M Belaid et M Assas du groupe SM2 Année Universitaire 2006 / 2007