Vous êtes sur la page 1sur 4

12/11/2019 Le processus de consolidation - Conso-online.

com

Conso-online.com
Le site de référence sur la consolidation financière
Search for: Recherche... search

A propos
La consolidation
Forums & Echanges
Centre de compétences
Dossiers & Expertises
Logiciel
Blog & Articles

Navigation ---- Le processus de consolidation

Le processus de consolidation
Accueil → La consolidation → Les bases de la consolidation → Le processus de consolidation

Le processus de consolidation
La consolidation est une technique qui permet de transcrire dans des états financiers uniques la situation
financière d’un ensemble de sociétés apparentées mais gardant chacune une personnalité juridique autonome.

Les normes internationales retiennent une définition proche puisque, selon la norme IAS 27, les états
financiers consolidés sont les états financiers d’un groupe présentés comme ceux d’une entité économique
unique.

Pour ce faire, les états financiers individuels de la société mère et de ses filiales sont combinés, ligne par
ligne, en additionnant les postes semblables d’actifs, de passifs, de capitaux propres, de produits et de
charges. Les soldes, les transactions, les produits et les charges intra-groupe doivent ensuite être
intégralement éliminés.

Ainsi pour établir des comptes consolidés, convient-il de suivre les étapes décrites ci-après :

1. Détermination du périmètre de consolidation

Parmi les participations détenues directement ou indirectement par la société tête de groupe, il convient de
déterminer quelles sociétés entrent dans le champ de consolidation et quelle méthode devra être appliquée
pour chacune d’entre elles (intégration globale, intégration proportionnelle, ou mise en équivalence). Cf.
Périmètre de consolidation : les principes.

2. Retraitement des comptes individuels


https://www.conso-online.com/principes-consolidation/bases-consolidation/le-processus-de-consolidation/ 1/4
12/11/2019 Le processus de consolidation - Conso-online.com

Comme le précise la réglementation, les comptes des différentes entités composant le périmètre de
consolidation sont additionnés ligne à ligne afin de produire un bilan et un compte de résultat unique.

Ceci suppose néanmoins que les comptes des différentes entités soient établis selon des méthodes
comparables et conformes au référentiel de consolidation retenu (normes françaises, IFRS, US Gaap).

Il conviendra donc pour chaque entité de :

Recenser les divergences entre les méthodes pratiquées localement par chaque société du périmètre et
les principes du groupe retenus pour l’établissement des comptes consolidés.
Evaluer l’incidence de ces divergences de méthodes. En effet, comme le précise le code de commerce
« Les éléments d’actif et de passif les éléments de charges et de produits doivent être évalués selon des
méthodes homogènes, sauf si les retraitements nécessaires sont de coût disproportionné et d’incidence
négligeable sur le patrimoine, la situation et le résultat consolidés ». Seuls les retraitements ayant un
impact significatif sur les comptes seront retenus dans le processus de consolidation.
Appliquer les retraitements obligatoires et les retraitements préférentiels en normes françaises. Si le
groupe a opté pour une présentation des comptes consolidés en normes IFRS, il conviendra de retraiter
les comptes individuels de chacune des entités selon ce référentiel.
Comptabiliser les impôts différés sur les différences temporelles (Cf. Les impôts différés) et sur les
écritures de retraitement.

Pour la comptabilisation des écritures de retraitement deux modes d’organisation sont possibles :

Les écritures peuvent être comptabilisées directement par les entités elles-mêmes qui remontent alors
au service de consolidation du groupe des comptes conformes au référentiel de consolidation. C’est
l’option retenue par la majorité des groupes pour les raisons suivantes :

– les entités ont une meilleure connaissance de leurs comptes individuels que le service de
consolidation du groupe, notamment s’il s’agit d’entités étrangères appliquant une
réglementation locale, et sont donc mieux à même d’appliquer les retraitements nécessaires,

– si le nombre d’entités consolidées est significatif, cela permet de mieux répartir le travail
entre les filiales et le service de consolidation, allégeant de fait le travail de ce dernier et les
délais de production des comptes.

Les retraitements peuvent être effectués directement par le service de consolidation sur la base des
comptes individuels sociaux des entités. C’est en général l’option retenue par les petits groupes qui
consolident en normes françaises et n’est possible qu’à partir du moment où le nombre de filiales n’est
pas trop important. Ceci permet d’éviter un travail de formation et d’explication à destination des
filiales qui n’ont ainsi pas à gérer des écritures parfois complexes (impôts différés par exemple) ni à
fournir un reporting supplémentaire.

3. Conversion des comptes retraités en monnaie de consolidation


Dans le cas d’entités qui établissent leurs comptes dans une monnaie différente de celle du groupe, il sera
bien entendu nécessaire de procéder à une conversion des comptes en monnaie de consolidation avant de
procéder aux opérations de cumul (Cf. chapitre Conversion des comptes en monnaie étrangère).

Ces opérations de conversion sont le plus souvent effectuées automatiquement par les outils de consolidation
mis en place par le groupe, l’entité communiquant des comptes dans sa devise d’origine.

A noter que la conversion doit s’effectuer après les opérations de retraitements.

4. Recensement et élimination des opérations intragroupe

L’objectif de la consolidation étant de produire des comptes pour un ensemble d’entités apparentées, comme
s’il s’agissait d’une entité économique unique, celle-ci ne peut par définition réaliser d’opérations avec elle-

https://www.conso-online.com/principes-consolidation/bases-consolidation/le-processus-de-consolidation/ 2/4
12/11/2019 Le processus de consolidation - Conso-online.com

même. Ainsi, les comptes consolidés, ne doivent-ils refléter que les opérations réalisées à l’extérieur du
groupe.

L’on distinguera dans ce processus les opérations purement réciproques (achats / ventes, dettes / créances …
Cf. Opérations réciproques) et l’élimination des profits (résultats) internes qui concernera
essentiellement l’élimination des :

Dividendes internes,
Marges en stock,
Résultats sur cession d’immobilisations
Provisions internes.

Cette quatrième étape est souvent la plus complexe en pratique, dans la mesure où il convient le plus souvent
de recenser et de rapprocher un nombre très important d’opérations, qui se chiffre en centaines voire en
milliers d’opérations dans les plus grands groupes. Aussi une Procédure de rapprochement des comptes
réciproques doit être mise en place pour faciliter cette quatrième étape.

5. Ecritures de consolidation
La dernière étape concerne les écritures de consolidation proprement dites : répartition des capitaux propres
entre intérêts du groupe et intérêts non assortis de contrôle (autrement appelés intérêts minoritaires),
constatation et traitement des écarts d’acquisition, mise en équivalence des entreprises associées,…

Cette étape est prise en charge par le service de consolidation.

Le processus peut donc se présenter ainsi :

(*) Peut être positionné avec les retraitements, en utilisant des comptes de liaison – Cf. Opération
réciproques.

© Copyright conso-online.com / Rédacteur : Sophie de Oliveira Leite / Janvier 2012

login

Vous êtes connecté·e en tant que Essakhi adam


Cliquez ici pour vous déconnecter

© 2013-2019 | Conso-online.com | contact@conso-online.com


https://www.conso-online.com/principes-consolidation/bases-consolidation/le-processus-de-consolidation/ 3/4
12/11/2019 Le processus de consolidation - Conso-online.com

Back to Top

https://www.conso-online.com/principes-consolidation/bases-consolidation/le-processus-de-consolidation/ 4/4

Vous aimerez peut-être aussi