Vous êtes sur la page 1sur 7

Série 1 de finance d’entreprise

Choix d’investissement en avenir certain + le coût de capital+ investissement dans le cycle


d’exploitation

Exercice 1

Soit une entreprise qui compte acheter un équipement d’une valeur de 900, amortissable
linéairement sur 3 ans et de valeur résiduelle nulle. L’utilisation de cet équipement nécessite
une dépense de formation de 66.

Cet équipement permettrait un chiffre d’affaires réparti sur la durée de vie comme suit :
1000, 1100 et 1200. Les charges d’exploitation sont estimées à 40% du CA annuel et que le
BFR est estimé à 10% du CA annuel. Taux d’imposition est de 30% et le coût de financement
est de 10%.

1. Donner la valeur de I0.

2. Donner la VAN et le TRI du projet.

3. Commenter.

Exercice 2

La SARL XYZ, spécialisée dans le secteur de textile, est soumise à un taux d’imposition de
33,33%. La société dégage actuellement un bénéfice de 36 000d. Son gérant et principal
associé M. Hédi envisage étendre son activité à des marchés étrangers. Il aurait besoin de
machines de confection dotée d’une technologie de pointe, estimées à 115 000d à l’achat, et
elle aurait une durée d’utilisation de 10 ans. Ces machines bénéficieraient d’un taux
d’amortissement fiscal dégressif au coefficient de 2,25.

M. Hédi vous consulte par rapport à l’opportunité du projet, surtout que ses associés
insistent pour que la mise soit récupérée si possible dans 3 ans, sinon dans 4 ans au plus.

M. Hédi estime que le chiffre d’affaires annuel généré par la machine est de 70 000d, pour
les deux premières années et de 150 000d pour les 3 années qui suivent. Il ne peut pas
toutefois, faire des prévisions au-delà de la 5ème année. Les machines nécessiteraient
l’engagement de dépenses de 65 000d pour les deux premiers exercices d’exploitation et de
80 000d pour les trois années suivantes.

A partir de vos recherches, vous trouvez que le coût annuel du financement est de 12%. Par
ailleurs, vous estimez que le BFR est 30 fois le CAHT journalier. Vous considérez que la valeur
résiduelle des machines est égale à leur valeur comptable nette.

1
1. Calculer la VAN, le TRI et le délai de récupération du projet.
2. Quelles sont vos conclusions ?

Exercice 3

Deux projets mutuellement exclusifs sont envisagés par la société alpha. Les flux de
trésorerie en milliers de dinars sont donnés dans le tableau suivant :

0 1 2 3

Projet A - 15 000 1 000 8 000 13 000

Projet B - 15 000 12 000 5 000 2 000

Le coût de financement étant de 10%

1. Déterminer la VAN et TRI des deux projets.

2. Quelles sont vos conclusions ?

3. Représenter graphiquement l’évolution de la VAN et du TRI, en fonction des taux


d’actualisation.

4. Donner le taux d’actualisation d’indifférence où les deux projets seraient équivalents.

5. Peut-on enlever le dilemme, en replaçant les flux de trésorerie dégagés au taux 9% ?


calculer la VANI et le TRII des deux projets.

Exercice 4

La société « amal » a un coût de financement de 20% et un taux d’impôt de 40%. La société


compte remplacer une machine achetée il y a 2 ans à 36 000d, d’une durée de vie de 12 ans
et de valeur résiduelle nulle. Cette ancienne machine peut être vendue aujourd’hui à
25 000d. La nouvelle machine coûte 55 000d, a une durée de vie de 10 ans et une valeur
résiduelle nulle. Cette opération s’associerait à une augmentation des ventes annuelles de
12 000 d, et d’une diminution des coûts annuels de production de 5 000.

On estime également que les comptes clients, comptes stocks et comptes fournisseurs
augmenteraient en moyenne et respectivement de 1 000d, 1 200d et de 700d.

Sachant que l’amortissement est linéaire, faut-il remplacer l’ancienne machine.

Exercice 5

M. slim étudie la possibilité de changement du local sa petite boutique de prêt à porter de la


petite ruelle vers l’avenue principale. Nous vous communiquons ci-après les données et les
paramètres des deux options.

2
Le nouveau magasin coutera 200 000d (120 000 pour le terrain + 80 000 pour la
construction). De plus il occasionnera des dépenses supplémentaires de 20 000 pour
l’aménagement du magasin. Le coût du magasin et les frais seront amortis linéairement sur
25 ans avec une valeur résiduelle nulle. Par ailleurs, M. slim n’utilisera que la moitié du
magasin, l’autre moitié sera louée à 7000/an et pendant 25 ans. Au bout de 25, toute la
construction sera démolie et le terrain gardera une valeur de 120 000.

Quant à la boutique actuelle, elle est louée depuis 8 ans par un contrat de location de 10
ans. Ce contrat peut être résilié moyennant une pénalité de 1 000d (déductible fiscalement).
Les frais de location s’élèvent à 4 000/an. Après 10 ans, le contrat peut être renouvelé pour
25 ans et aux mêmes conditions. En plus des frais de location, la petite boutique entraine
des frais généraux de 4 000/an (dont 300 amortissement des meubles). Ces frais passeraient
à 6 000d dans le nouveau magasin.

Les ventes actuelles s’élèvent en moyenne à 258 000/an, et ses achats à 130 000/an. On
estime que ces ventes et achats augmenteraient de 50% dans le nouveau magasin (mais ils
restent constants si M. Slim garde la petite boutique).

Le taux d’impôt est de 50%, le coût de capital est de 12%.

1. Est-ce que M. Slim devrait changer de local ?

2. Si la valeur du terrain augmente de 3% par an pendant 25 ans et que M. Slim compte


vendre le terrain au bout de 25 ans, devrait-il changer de local ?

Exercice 6

La société YOSR vend ses articles à 24d l’unité, alors que le coût variable d’achat unitaire
n’est que 15d. Le CA annuel est de 1 843 200d est réalisé moitié au comptant et moitié à
crédit. Le coût fixe pour ce niveau de ventes est de 240 000d et demeurerait le même tant
que la production est inférieure à 100 000 unités.

Le directeur commercial propose un programme de ventes plus ambitieux pour l’année à


venir, soit un accroissement de 40ù de la quantité vendue. Pour réaliser ce programme, il
envisage :

- De réduire le prix de vente de 5%.

- D’allonger la durée moyenne de crédit de 1 mois à 45 jours.

On estime qu’il sera associé à ce nouveau programme commercial :

- Un accroissement des dépenses de recouvrement de 5 000d.

- Une augmentation du taux des impayés de 1% (il passe de 1% à 2%).

Sachant que la nouvelle politique affectera seulement les ventes à crédit, elle n’aura pas
d’effets sur le coût variable unitaire, qui restera au même niveau de 16,8d, et que
l’entreprise désire maintenir son ratio de rotation de stock à son niveau actuel de 6.

3
L’entreprise accepterait-elle cette proposition, sachant que le taux d’actualisation (coût de
financement avant impôt) est de 30%.

Exercice 7

La société ardéco commercialise des produits d’artisanat. Actuellement, ses ventes d’élèvent
à 1 200 000d et la période moyenne de recouvrement est de 30 jours. La société pense
qu’elle pourrait augmenter ses ventes, si elle allonge ses délais de recouvrement client,
comme suit :

Allongement de la durée Augmentation des ventes Pourcentage d’impayés

15 J 60 000D 0,5%

30 J 120 000D 1%

60 J 160 000D 1,5%

Sachant que l’augmentation des ventes n’entraine pas des frais fixes supplémentaires et que
les coûts variables représentent 70% du prix de vente ;

1. Quelle est la rentabilité de chacune de ces trois politiques de vente.

La société ne dispose pas actuellement d’encaisse, elle négocie un crédit bancaire pour
financer ce changement de politique. Le coût de l’emprunt après impôt est de 15%. Quelle
sera l’option retenue, sachant que le taux d’impôt est de 35% ?

Exercice 8

Soit une entreprise dont le programme de vente actuel est maintenu par la politique
suivante :

- Ventes sont annuelles et réalisées à crédit : 1 200 000D.


- Le délai de recouvrement client est de 1 mois.
- Rotation des stocks de 6 fois dans l’année.
- Le prix de vente unitaire est de 10d
- Le cout des marchandises vendues unitaire est de 7d.
- Le cout variable unitaire est de 6,5d.
- Les frais d’approvisionnement sont de 120 000d par année.
- Les frais fixes totaux sont de 240 000d par année.

Par, le directeur commercial pense qu’il serait possible d’augmenter le CA de 10%, pour ce
faire, il propose de choisir entre trois politiques :
A/ allonger le délai de recouvrement de 1 mois à 2 mois, cette politiques sera associée à un
pourcentage d’impayés de 5% sur les ventes supplémentaires.
B/ une réduction du prix de vente de 3%.
C/ une augmentation du programme annuel de publicité de 38 000d.

4
Sachant que le taux d’imposition est de 40%,
1. Evaluer l’investissement total (stock + client) ainsi que le cash flow conséquent à
chaque politique.
2. Identifier la politique la plus avantageuse.
3. Recommander le meilleur choix sachant que le coût de capital après impôt est de
20%.

Exercice 9

La société alpha présente les données suivantes :

Période 2014 2015 2016 2017 2018

Chiffres 2 200 2 400 2 600 3 000 3 500


d’affaires

Charges 820 940 1 000 1 150 1 200


d’exploitation

Dotation aux 500 560 600 700 750


amortissements

Niveau de 450 550 600 730 900


dettes moyen

Trouver le coût des capitaux propres de la société alpha, sachant ce qui suit :

- Le coût de la dette est de 12%

- Pas d’impôt avec un taux de rétention des bénéfices de 80% (ou encore un taux de
distribution de 20%).

- La capitalisation boursière de l’entreprise était de 1 000 au début de 2014 et de 1 045


fin 2018.

Exercice 10

Une entreprise a dégagé un bénéfice par action de 4d au titre du dernier exercice. Elle
devrait connaitre un taux de croissance des bénéfices de 8%. Elle prévoit distribuer en
permanence 30% de ses bénéfices. L’action de cette entreprise cote 25. En admettant le
modèle de Gordon and Shapiro,

1- A quel prix faudrait-il vendre ces actions dans 5 ans pour en retirer une rentabilité
annuelle de 17,5% ?

2- La société estime que le taux de croissance devrait retomber pour se stabiliser à 3%.
Quel devrait être son cours actuel, pour qu’elle assure aux actionnaires une
rentabilité de 17,5%

5
Exercice 11

Une société ayant un coût des capitaux propres de 14%, et qui estime

- Un taux de croissance des bénéfices de 15% pendant 2 ans, avec un taux de


distribution de 20% chaque année.

- Un taux de croissance des de 12% avec un taux de distribution de 25%, pendant les
3ème et 4ème années.

- Et pour la 5ème année un taux de croissance de 9% et un taux de distribution de 30%.

Sachant que le BPA à t=0 est de 3d et que le prix de l’action est de 45d.

Déterminer le PER de revente de l’action au bout de 5 ans.

Exercice 12

Les deux sociétés A et B présentent les données suivantes :

Société A Société B

Nombre des actions 60 000 40 000

Valeur de marché des 7 000 000 6 400 000


actions

Valeur nominale des - 2 000 000


obligations

Cours de l’obligation - Pair

Taux d’intérêt nominal des 8%


obligations

Bénéfices avant intérêt et 1 200 000 1 200 000


impôt

Taux d’impôt sur les 50% 50%


bénéfices

Chaque société distribue tout son bénéfice. En admettant l’approche de Modigliani et


Miller ;

1- Calculer pour chaque entreprise, le dividende par action, le coût des fonds propres, le
coût moyen pondéré du capital.

2- Démonter qu’un actionnaire de B aurait intérêt à arbitrer ses actions contre des
actions dans A.

3- Déterminer le cours d’une action A, en admettant que le cours de B est en équilibre.

4- Déterminer le cours d’une action B, en admettant que l’action A est en équilibre.


6
5- Trouver le cours d’une action B, si B serait libre de toutes dettes

Exercice 13

Soit un emprunt obligataire de 100 000 obligations, émises aux conditions suivantes :

VN = 10d, taux d’intérêt est de 6%, émis et remboursé au pair, taux d’impôt est de 30% et la
durée de remboursement est de 4 ans.

Donner le cout de cette dette obligataire, dans les deux cas suivants :

1er cas : remboursement in fine.

2ème cas : remboursement par annuité constante.

Vous aimerez peut-être aussi