Vous êtes sur la page 1sur 58

Comptabilité

Titre de la présentation
Sommaire

QU’EST CE QUE LA COMPTABILITÉ ?

MECANISMES COMPTABLES

RÈGLEMENTATION

DE LA COMPTABILITÉ À L’ANALYSE FINANCIÈRE

2 Date
01
Qu’est ce que la comptabilité ?

3
DÉFINITION DE LA COMPTABILITÉ

« La comptabilité est un système d’organisation de l’information


financière permettant de saisir, classer, enregistrer des données de
base chiffrées et présenter des états reflétant une image fidèle du
patrimoine, de la situation financière et du résultat de l’entité à la
date de clôture »
PCG 120 -1

4 Date
LA COMPTABILITÉ EN PARTIE DOUBLE

Comptes en T
Le compte est un tableau qui récapitule :
dans sa partie droite, au crédit, les ressources de
Débit Crédit
l’entreprise
dans sa partie gauche, au débit, les emplois, c’est-à-dire EMPLOIS RESSOURCES

l’utilisation de ces ressources


Ce double mouvement caractérise la partie double

Règles de fonctionnement des comptes

Comptes d'actif et de charges Comptes de passif et de produits


Débit Crédit Débit Crédit

Un compte ne peut jamais être débité sans contrepartie d’un compte crédité
L’égalité DEBIT = CREDIT et EMPLOI = RESSOURCE doit toujours être vérifiée

5 Date
LES COMPTES DU PCG (1/2)

Il existe d’autres référentiels comptables (PCA, PCEC…)

6 Date
LES COMPTES DU PCG (2/2)

Les comptes comportant un « 9 » en deuxième position caractérise les comptes de


provisions
Exemple :
291 Provisions pour dépréciation des immobilisations corporelles
391 Provisions pour dépréciation des matières premières
491 Provisions pour dépréciation des créances clients

Les comptes comportant un « 9 » en troisième position caractérise les comptes dont le solde
est inverse par rapport aux comptes de même niveau
Exemple :
411 Clients : solde débiteur
419 Clients créditeurs : solde créditeur

Les comptes comportant un « 8 » en deuxième position caractérise les comptes


d’amortissements
Exemple :
280 Amortissements des immobilisations incorporelles
281 Amortissements des immobilisations corporelles

7 Date
LES ETATS FINANCIERS (1/10)

COMPTE
ETATS
BILAN + de + ANNEXE
= FINANCIERS
RESULTAT

Le bilan est l’image du patrimoine de l’entreprise à un moment donné


Le compte de résultat mesure l’activité de l’entreprise pendant l’exercice comptable
L’annexe complète et commente l’information donnée dans le bilan et le compte de
résultat
Les états financiers doivent donner une image fidèle et sincère de l’entreprise

8 Date
LES ETATS FINANCIERS (2/10)

LE BILAN
Le bilan est une photographie du patrimoine de
l’entreprise à un moment donné. La
photographie de la situation de l’entreprise à un
instant donné va évoluer en même temps que
celle-ci. Mais il n’est pas possible d’établir un
ACTIF PASSIF bilan après chaque opération

La période séparant 2 bilans est l’exercice


comptable
Je Je
possède dois La date à laquelle est effectuée le bilan
s’appelle la date d’inventaire ou la date de
clôture de l’exercice

Le bilan fait apparaître un résultat mais ne


instantané permet pas de mettre en évidence les
opérations qui ont permis de le constituer

9 Date
LES ETATS FINANCIERS (3/10)

ACTIF PASSIF
Moins Moins
Liquide Immobilisations Capitaux Propres exigible
-Corporelles -Capitalsocial
-Incorporelles -Réserves
-Financières -Report à nouveau
-Résultat

Stocks
Provisions Risques et
Comptes de tiers Charges
-Clients
-État Compte de tiers
-Organismes sociaux -Fournisseurs
-Etat
Plus -Organismes sociaux Plus
Liquide
Trésorerie
exigible

Trésorerie

10 Date
LES ETATS FINANCIERS (4/10)
La structure du bilan dépend du secteur d’activité de la société

Services Assurance Banque


ACTIF PASSIF ACTIF PASSIF ACTIF PASSIF
Immobilisations Capitaux Propres Placements Capitaux Propres
Interbancaire
-Corporelles -Capital social
-Incorporelles -Réserves Part des Réserve de Crédits clientèle Dépôts clientèle
-Financières -Report à nouveau cessionnaires capitalisation
-Résultat
dans les Obligations et Dettes
provisions Provisions autres titres à représentées par
Stocks technique techniques revenu fixe un titre
Provisions
Comptes de tiers Risques et
Charges Comptes de tiers Provisions pour Actions et autres Autres passifs et
-Clients
-Clients risque titres à revenu comptes de
-État
Compte de tiers -État d’exigibilité variable régularisation
-Organismes
-Organismes
sociaux -Fournisseurs
sociaux Compte de tiers Titres de PRC
-Etat
-Fournisseurs participation
Trésorerie -Organismes
sociaux Trésorerie -Etat Dettes
-Organismes Immobilisations subordonnées
Trésorerie sociaux
Autres actifs et FRBG
Trésorerie comptes de
régularisation Capitaux propres

11 Date
LES ETATS FINANCIERS (5/10)

LE COMPTE DE RESULTAT

Le compte de résultat résume l’ensemble des


opérations d’exploitation, mais aussi des flux
financiers réalisés au cours de l’exercice
CHARGES PRODUITS
Le compte de résultat comprend :
Des charges : ce que l’entreprise a utilisé
comme ressources pour produire,
rémunérer…
Des produits : le chiffre d’affaires réalisé
par l’entreprise…

Le résultat de l’exercice est la différence entre


les produits et les charges d’un même exercice
enregistrement

12 Date
LES ETATS FINANCIERS (6/10)
CHARGES PRODUITS

Charges d’exploitation: Produits d’exploitation:


Achat de marchandises, matières premières et Vente de marchandises
variation de stocks Production vendue
Autres achats et charges externes Variation de stock
Impôts et taxes Production immobilisée
Salaires et traitements Subvention d’exploitation
Charges sociales
Dotations aux amortissements

Sous total RESULTAT D’ EXPLOITATION


Charges financières Produits financiers
Sous total RESULTAT FINANCIER
Charges exceptionnelles Produits exceptionnelles
Sous total RESULTAT EXCEPTIONNEL
Participation des salariés
Impôts sur les sociétés (I.S.)

RESULTAT DE L’EXERCICE (Bénéfice ou perte)

13 Date
LES ETATS FINANCIERS (7/10)
La structure du compte de résultat dépend du secteur d’activité de la société

Assurance Banque Produits et charges d’intérêts sur op. interbancaires

Produits et charges d’intérêts surop. Clientèle


Compte de résultat technique
Primes acquises Produits sur portefeuille Titres
Produits des placements
Dividendes
Charges des placements
Produits des placements transférés Commissions
Ajustement ACAV
Autres produits techniques
Autres pdts et charges d’exploitation bancaire
Charges de sinistres
Charges des provisions d'assurance vie et des autres provisions
Participation aux résultats = PRODUIT NET BANCAIRE
Frais d'acquisition et d'administration
Charges d’exploitation et amortissements
Autres charges techniques
Variation de la provision pour égalisation = RESULTAT BRUT D’EXPLOITATION
Résultat technique
Coût du risque

Compte de résultat non technique Résultat sur actifs immobilisés


Résultat technique
Produits de placements alloués = RESULTAT COURANT AVANT IMPOT
Autres produits non techniques
Autres charges non techniques Dotation ou reprise FRBG
Résultat exceptionnel
Résultat exceptionnel
Participation des salariés
Impôts sur les bénéfices Impôts
Résultat net comptable
Date = RESULTAT NET

14
LES ETATS FINANCIERS (8/10)

LES ANNEXES

L’objet de l’annexe est de donner une information complémentaire par rapport aux données
figurant au bilan et au compte de résultat

L’annexe est constituée:


d’informations obligatoires quelle que soit leur importance
De toutes les informations ayant une importance significative nécessaire à l’obtention
de l’image fidèle.

15 Date
LES ETATS FINANCIERS (9/10)
Exemple d’annexes

16 Date
LES ETATS FINANCIERS (10/10)

BILAN BILAN
CdR
N-1 N

17 Date
LES 9 PRINCIPES DE LA COMPTABILITÉ FRANÇAISE

Principes liés au temps Principes de Lisibilité Principes d’évaluation

SEPARATION
NON COMPENSATION COUT HISTORIQUE
DES EXERCICES

CONTINUITE PERMANENCE SUBSTANCE


D’ EXPLOITATION DES METHODES OVER FORM

INTANGIBILITE
DU BILAN SINCERITE PRUDENCE
D’ OUVERTURE

18 Date
02
MÉCANISMES COMPTABLES

19
PRINCIPALES ECRITURES COMPTABLES (1/8)
Comptabilisation d’un acompte versé

Bilan
#409 Acompte #512 Banque Écriture de mouvement de trésorerie
sans impact sur le résultat
1 000 1 000

A la livraison de la marchandise, la facture est enregistrée et l’acompte soldé


Compte de résultat

#6 Achats 10 000

Bilan
#409 Acompte #401 Fournisseurs TTC
1 000 1 000 1 000 12 000

#4456 TVA déductible


2 000

20 Date
PRINCIPALES ECRITURES COMPTABLES (2/8)
Comptabilisation d’un avoir fournisseur

Comptabilisation, le 3 février N, d’ une facture de 10 000 € HT avec une TVA de 20%


Compte de résultat Bilan
#6 Achats #4456 TVA ded #401 Fournisseurs

10 000 2 000 12 000

Le 10 février N, la société s’aperçoit qu’une partie de la livraison est défectueuse. Le fournisseur lui
accorde un avoir de 1 000 €
Compte de résultat Bilan
#609 RRR #4456 TVA ded #401 Fournisseurs

10 000 1 000 2 000 200 1 200 12 000

21 Date
PRINCIPALES ECRITURES COMPTABLES (3/8)
Comptabilisation d’une facture non parvenue

Le 31 décembre N une marchandise évaluée à 10 000 € HT a été livrée. A la date de réalisation


des comptes (février N+1), le fournisseur n’a toujours pas transmis sa facture.
La société enregistre alors la facture dans le compte factures non parvenues (FNP) au prix
d’évaluation (devis, prix catalogue, contrat,…).

Compte de résultat Bilan


#6 Achats #4456 TVA ded #408 FNP
10 000 2 000 12 000

22 Date
PRINCIPALES ECRITURES COMPTABLES (4/8)
Comptabilisation d’une charge constatée d’avance

le 1er septembre N, la société a payé une assurance annuelle pour un montant de 10 000 € HT.
Ainsi, 4 mois correspondent à l’exercice N. Les 8 mois correspondant à l’exercice N+1 constituent
donc une charge constatée d’avance (CCA).
Il s’agit alors de retirer la charge correspondant aux 8 mois de l’année N+1 des comptes de
charges : 8 X 10 000 / 12 = 6 666 €

Compte de résultat Bilan


#616 Assurances #4456 TVA ded #408 FNP
10 000 6 666 2 000 12 000

#486 CCA

6 666

23 Date
PRINCIPALES ECRITURES COMPTABLES (5/8)
Comptabilisation d’un acompte reçue

Bilan
#512 Banque #419 Avance Écriture de mouvement de trésorerie
sans impact sur le résultat
1 000 1 000

A la livraison de la marchandise, la facture est enregistrée et l’acompte soldé


Compte de résultat

#7 Ventes 10 000

Bilan
#411 Clients #419 Avance
12 000 1 000 1 000 1 000

#4456 TVA collectée


2 000

24 Date
PRINCIPALES ECRITURES COMPTABLES (6/8)
Comptabilisation d’un avoir client

Comptabilisation, le 3 février N, d’ une facture de 10 000 € HT avec une TVA de 20%


Compte de résultat Bilan
#7 Ventes #411 Clients #4456 TVA Collectée

10 000 12 000 2 000

Le 10 février N, la société accorde à son client un avoir de 1 000 € car la marchandise livrée est
partiellement défectueuse
Compte de résultat Bilan
#709 RRR #411 Clients #4456 TVA Collectée

1 000 10 000 12 000 1 200 200 2 000

25 Date
PRINCIPALES ECRITURES COMPTABLES (7/8)
Comptabilisation d’une facture à établir

le 31 décembre N, la société a livré une marchandise évaluée à 10 000 € HT. A la date de


réalisation des comptes (février N+1), la société n’a toujours pas émis sa facture au client.
La société enregistre alors la facture dans le compte Factures A Établir (FAE) au prix d’évaluation
(devis, prix catalogue, contrat,…).

Compte de résultat Bilan


#7 Ventes #418 FAE #4456 TVA Collectée
10 000 12 000 2 000

26 Date
IMMOBILISATIONS (1/3)
Certains biens sont immobilisés s’ils sont destinés à rester durablement en possession de
l’entreprise
Ils ne sont pas considérés comme achats donc ne sont pas comptabilisés en charge
Ils sont néanmoins consommés et leur usure est comptabilisée en charge sur plusieurs
exercices : c’est l’amortissement !

Acquisition d’une immobilisation

Immobilisation amortie sur 10 ans, acquise 100 000 €


Compte de résultat Bilan
#681 Dotations aux amort. #21 Immo #404 Fournisseurs d’immo
10 000 100 000 100 000

#281 Amort.

10 000

27 Date
IMMOBILISATIONS (2/3)

Définition d’une immobilisation

Une immobilisation corporelle se définit comme suit :


Un actif physique
Élément identifiable
Porteur d’avantages économiques futurs Sinon charge de période
Contrôlé par l’entreprise et non immobilisation
Dont le coût peut être évalué de façon fiable

Dont l’entité attend qu’il soit utilisé au-delà de l’exercice en cours

Destiné
Soit à être utilisé par l’entreprise dans la production
ou la fourniture de biens ou de services Sinon stock et non
Soit à être loué à des tiers Immobilisation
Soit à des fins de gestion interne

28 Date
IMMOBILISATIONS (3/3)

Définition de la valeur d’inventaire d’une immobilisation


C’est Valeur Nette Comptable de l’immobilisation à la date de fin de clôture

Définition de la valeur vénale d’une immobilisation


C’est le montant qui pourrait être obtenue de la vente de l’actif, à la date de clôture, lors d’une
transaction conclue à des conditions normales de marché

Définition de la valeur d’usage d’une immobilisation


C’est la valeur d’estimation des avantages économiques futurs attendus de l’utilisation de l’actif
et de sa sortie

Définition de la valeur actuelle d’une immobilisation


C’est la valeur d’estimation qui s’apprécie en fonction du marché et de l’utilité du bien pour
l’entreprise. Elle résulte de la comparaison entre la valeur vénale et la valeur d’usage

Si la valeur actuelle est notablement inférieure à la valeur nette comptable, une provision
pour dépréciation des immobilisations (# 29) doit être constatée en plus de l’amortissement

29 Date
PROVISIONS

Provisions pour dépréciation

Elles constatent une perte de valeur accidentelle et non définitive d’un élément de l’actif.
Elles se distinguent ainsi des amortissements qui constatent une dépréciation inéluctable et
irréversible. Elles s’enregistrent à l’actif en moins de la valeur brute.

Tous les éléments d’actif sont susceptibles de se déprécier accidentellement et, par
conséquent, de faire l’objet de provisions pour dépréciation.

Provisions pour risques et charges

Elles sont destinées à couvrir des risques identifiés et réels, inhérents à l’activité de
l’entreprise mais dont la réalisation et le montant sont incertains.

Les provisions pour risques et charges les plus courantes sont les litiges (un procès aux
prud’hommes par exemple), les amendes ou pénalités et les pertes de change.

30 Date
CONTRAT LONG TERME (1/9)

« Contrat spécifiquement négocié dans le cadre d’un projet unique,


ayant pour objet la construction ou la réalisation d’un bien, ou d’un
service, ou d’un ensemble de biens et de services fréquemment
complexes, établi pour un client donné, dont l’exécution court sur
une durée supérieure à un an. »
PCG 380

31 Date
CONTRAT LONG TERME (2/9)

Différentes méthodes de comptabilisation du résultat en BTP

Méthode à l’achèvement Méthode à l’avancement

Elle consiste à comptabiliser le chiffre Elle consiste à comptabiliser le chiffre


d’affaires et le résultat au moment de la d’affaires et le résultat au fur et à mesure
livraison du programme. de l’avancement des travaux (et de la
commercialisation).
31/12/N 31/12/N+1 31/12/N 31/12/N+1
Résultat 0 R1 + R2 Résultat R1 R2
Résultat Résultat
Résultat Résultat
cumulé cumulé

R2
R1 + R2

R1

Temps Temps

31/12/N 31/12/N+1 31/12/N 31/12/N+1

32 Date
CONTRAT LONG TERME (3/9)

Méthode préférentielle : Méthode à l’avancement

Les données permettant de calculer le résultat de la période sont :


le chiffre d’affaires fin de chantier
les coûts fin de chantier Marge fin de chantier

L’avancement

L’avancement est déterminé soit en fonction :


des coûts engagés
de l’acceptation des travaux par le client
de l’avancement physique constaté sur le chantier

Méthode à l’achèvement : de moins en moins d’acteur utilise cette méthode. Elle est
interdite en IFRS mais peut-être utilisée pour des raisons fiscales.

33 Date
CONTRAT LONG TERME (4/9)

Provisions pour perte à terminaison

Lorsque les budgets prévisionnels des opérations font apparaître une perte probable à
l’achèvement

Provision des pertes non encore constatées

34 Date
CONTRAT LONG TERME (5/9)
Exemple : Construction (avancement par les coûts)

(en M€) Budget 31/12/N


Chiffre d'affaires 300 171

Gros œuvre -90 -80


Second Œuvre -120 -40
Frais généraux -60 -34
Charges -270 -154
Marge à terminaison 30 17
en % 10% 10%

Déterminez le taux d’avancement, le chiffre d’affaires et le résultat au 31/12/N

Taux avancement = coûts réels / coûts fin de chantier = 154 / 270 = 57%
Chiffre d’affaires = CA fin de chantier x avancement = 300 x 57% = 171 M€
Résultat = CA – coûts = 171 – 154 = 17 M€

35 Date
CONTRAT LONG TERME (6/9)
Exemple : Promotion immobilière
T0 T1 T2 T3 T4

correspond au prix
de revient stocké et
Budget
engagé hors terrain
Chiffre d'affaires 100 100 100 110 110
par rapport au prix
Terrain -22 -22 -22 -22 -22 de revient budgété
Coût de construction -39 -39 -39 -39 -70 hors terrain des
Frais financiers -6 -6 -6 -6 -6 travaux
Frais de commercialisation -8 -8 -8 -8 -22
Aléas -4 -4 -4 -4 0
correspond au
Charges -80 -80 -80 -80 -120
chiffre d’affaires
Marge à terminaison 20 20 20 30 -10 contractualisé
en % 20% 20% 20% 27% -9% (ventes) rapporté
Avancement technique 0% 10% 20% 25% 30% au chiffre d’affaires
Avancement commercial 30% 50% 60% 60% 60% total budgété

1/ Quelles sont les raisons pour lesquelles la marge à terminaison a évolué au T3 et au T4 ?

Le chiffre d'affaires est en progression car les ventes signées avec les clients ont un montant
supérieur au prix catalogue.

36 Date
CONTRAT LONG TERME (7/9)
Exemple : Promotion immobilière
T0 T1 T2 T3 T4

Budget
Chiffre d'affaires 100 100 100 110 110
Terrain -22 -22 -22 -22 -22
Coût de construction -39 -39 -39 -39 -70
Frais financiers -6 -6 -6 -6 -6
Frais de commercialisation -8 -8 -8 -8 -22
Aléas -4 -4 -4 -4 0
Charges -80 -80 -80 -80 -120
Marge à terminaison 20 20 20 30 -10
en % 20% 20% 20% 27% -9%
Avancement technique 0% 10% 20% 25% 30%
Avancement commercial 30% 50% 60% 60% 60%
1/ Quelles sont les raisons pour lesquelles la marge à terminaison a évolué au T3 et au T4 ?
Hausse significative du coût de construction, qui pourrait être générée par des coûts de
dépollution non attendus, un retard de chantier, des problèmes techniques dans un chantier
complexe. Notons que, suite à cette dégradation de la marge, le budget "Aléas" a été utilisé
et transféré dans le poste coût de construction.

37 Date
CONTRAT LONG TERME (8/9)
Exemple : Promotion immobilière
T0 T1 T2 T3 T4

Budget
Chiffre d'affaires 100 100 100 110 110
Terrain -22 -22 -22 -22 -22
Coût de construction -39 -39 -39 -39 -70
Frais financiers -6 -6 -6 -6 -6
Frais de commercialisation -8 -8 -8 -8 -22
Aléas -4 -4 -4 -4 0
Charges -80 -80 -80 -80 -120
Marge à terminaison 20 20 20 30 -10
en % 20% 20% 20% 27% -9%
Avancement technique 0% 10% 20% 25% 30%
Avancement commercial 30% 50% 60% 60% 60%
2/ Déterminer le taux d’avancement et le résultat à la fin du T3 et du T4
Au T3 : Taux avancement = avancement technique * avancement commercial = 25% x 60%
= 15%

Résultat = 15% * 30 M€ = 4,5 M€

38 Date
CONTRAT LONG TERME (9/9)
Exemple : Promotion immobilière
T0 T1 T2 T3 T4

Budget
Chiffre d'affaires 100 100 100 110 110
Terrain -22 -22 -22 -22 -22
Coût de construction -39 -39 -39 -39 -70
Frais financiers -6 -6 -6 -6 -6
Frais de commercialisation -8 -8 -8 -8 -22
Aléas -4 -4 -4 -4 0
Charges -80 -80 -80 -80 -120
Marge à terminaison 20 20 20 30 -10
en % 20% 20% 20% 27% -9%
Avancement technique 0% 10% 20% 25% 30%
Avancement commercial 30% 50% 60% 60% 60%
2/ Déterminer le taux d’avancement et le résultat à la fin du T3 et du T4

Au T4 : Taux avancement = 30% x 60% = 18%

Résultat = 18% * (-10 M€) = - 5,4 M€ PAT Résultat = - 5,4 M€ - 4,6 M€ = - 10 M€

39 Date
CONSOLIDATION (1/6)

« Les comptes consolidés ont pour but de présenter le patrimoine,


la situation financière et les résultats de l’ensemble constitué par
une société consolidante et les entreprises qui lui sont liées comme
s’il ne formait qu’une seule entité »

40 Date
41 Date
CONSOLIDATION (3/6)

Principe de la consolidation

Société mère + Filiales 1 retraitements Groupe

Bilan
Bilan
CdRBilan
Bilan CdRBilan Bilan
+ CdRBilan retraitements
CdR CdRBilan CdR
CdRBilan
CdRBilan
CdR
CdR

1 Quelles sont les sociétés incluses dans le périmètre de consolidation ?

2 Quels sont les principaux retraitements ?

42 Date
CONSOLIDATION (4/6)

1 Quelles sont les sociétés incluses dans le périmètre de consolidation ?

Doivent être consolidées les sociétés dans lesquelles la société tête de groupe dite
« société mère » exerce règl. (99-02 § 1001, C. Com . art L 233-16):

un contrôle exclusif Intégration globale


lorsque le pourcentage de contrôle supérieur (ou égal) est à 50 %
lorsque le pourcentage de contrôle est supérieur à 40 %, qu'aucun tiers ne
possède plus

une influence notable Mise en équivalence


lorsque la société détient au moins 20 % des droits de votes (pourcentage de
contrôle de 20 %), ce qui lui donne le pouvoir de participer à la direction d'une
entreprise sans en avoir pour autant le contrôle.

43 Date
CONSOLIDATION (5/6)
Exemple 1 Exemple 2

Société mère Société B :


60% 20% mise en équivalence
CA : 90 M€
Société A 46%
pourcentage d’intérêt : 30%
Société B
4%
Société D :
proportionnelle
Société C CA : 100 M€
pourcentage d’intérêt : 50%

Quel est le mode d’intégration des sociétés Quel sera l’impact de ces deux sociétés
A, B et C ? sur le CA du groupe ?

Société A : intégration globale


Société B : 0 €
Société B : mise en équivalence
Société D : 50 M€
Société C : intégration globale

44 Date
CONSOLIDATION (6/6)

2 Quels sont les principaux retraitements ?

Elimination des intercos

Société A Société B GROUPE

BILAN BILAN BILAN

Créances : 90 k€ Dettes : 70 k€ Créances : 120 k€ Dettes : 90 k€ Créances : 120 k€ Dettes : 70 k€

CdR CdR CdR


Charges : 70 k€ CA : 90 k€ Charges : 90 k€ CA : 120 k€ Charges : 70 k€ CA : 120 k€

Elimination des titres de participation

Harmonisation des principes et méthodes comptables

45 Date
03
RÉGLEMENTATION

46
OBLIGATIONS LÉGALES D’INFORMATION FINANCIÈRE

Etablissement d’un bilan social (loi du 12 juillet 1977)


Entreprises employant plus de 300 personnes

Information en matière de prévention des entreprises en difficultés (loi du 1er mars 1984)
Entreprises employant plus de 300 personnes
ou CA > 18M€

Information publiée par les sociétés cotées


Publication des CA trimestriels comparés à ceux de l’exercice précédent
Publication de résultats semestriels et d’un rapport sur l’activité

Etablissement de comptes consolidés (loi du 3 janvier 1985)


Uniquement pour les sociétés commerciales (SA, SARL, SNC, SCS) sauf si :
la société est elle-même sous le contrôle d’une entreprise qui l’inclut dans ses
comptes consolidés ;
l‘ensemble de la société et des entreprises qu’elle contrôle ne dépasse pas ,
pendant deux exercices successifs, deux des trois critères suivants :
total bilan > 15 M€
CA > 30 M€
effectif > 250

47 Date
LES ACTEURS DE LA COMPTABILITÉ

Comité de la Réglementation Comptable


Etablissement des prescriptions comptables s’imposant à toute entreprise ou
organisation

Conseil National de la Comptabilité


Mission de coordination et synthèse pour des recherches théoriques et
méthodologiques comptables et leurs applications

Autorité des Marchés Financiers


Contrôle de l’information du public sur les sociétés faisant appel public à l’épargne

International Accounting Standards Board (IASB)


Formulation et publication de normes comptables internationales visant à
l’amélioration et l’harmonisation des réglementations, normes comptables et
procédures relatives à la présentation des comptes

48 Date
RÉFÉRENTIELS COMPTABLES

Normalisateurs nationaux
Normalisateurs

IASB UE
FASB Loi
(USA) (CRC)
Référentiels applicables

IFRS
adoptées par l’UE Normes locales

IFRS PCG
US GAAP
règlement

49 Date
04
DE LA COMPTABILITÉ À L’ANALYSE
FINANCIÈRE

50
LA TRÉSORERIE

Résultat et trésorerie ne sont pas synonymes.

Cas du BTP

Quand une situation de travaux est émise au client pour le mois concerné, celle-ci a un
impact sur le résultat (en chiffre d’affaires). L’impact au niveau de la trésorerie se fera lors
de l’encaissement de la créance.
Le résultat apparaît à l’engagement de paiement alors que la trésorerie intervient lors du
paiement.

Cas des stocks


Tant que la marchandise achetée est en stock, que celle-ci soit payée comptant ou achetée
à crédit, il n’y a pas d’incidence sur le résultat. On ne pourra parler de résultat qu’après la
vente.
Marchandises payées comptant : diminution de la banque (Actif du bilan)
Marchandises achetées à crédit : augmentation des dettes d’exploitation (Passif du bilan)

51 Date
QUAND L’AUTO-RESSOURCE DEVIENT RÉSULTAT

Auto-ressource : ressource générée par l’activité de l’entreprise, par son exploitation. Il ne


s’agit ni des ressources en provenance des propriétaires (le capital) ni des ressources en
provenance des tiers (dettes financières et dettes fournisseurs).

Si tout ce qui a été consommé au cours de


l’exercice du bilan a bien été enregistré, on
peut parler de résultat et non plus d’auto-
ressource.

En effet, après décision de l’Assemblée


Générale Ordinaire (AGO) réunie au moins
une fois par an, le résultat dégagé par
l’entreprise appartient bien en propre à ses
actionnaires. C’est pourquoi on retrouve le
résultat au passif du bilan, dans les capitaux
propres.

52 Date
LE RÉSULTAT

Le résultat positif (bénéfice) constitue une ressource créée par l’activité de l’entreprise. Il
s’agit d’une ressource interne par opposition aux ressources externes constituées par les
apports faits par les associés ou les prêteurs.

En tant que ressource, le résultat apparaît au bilan du côté des ressources : au passif.

53 Date
LE RÉSULTAT ET LA VARIATION DES CAPITAUX PROPRES

Les capitaux propres


représentent les capitaux en
provenance des propriétaires,
en terme d’emplois, ils =
représentent la partie de
l’actif qui n’est pas financée
par des tiers.

Le résultat, contrairement au capital, n'est pas définitivement acquis par l'entreprise. Ce sont les
actionnaires qui décideront ultérieurement (en Assemblée Générale Ordinaire) de l'affectation
de ce résultat : soit il sera laissé dans l’entreprise et on l’appellera réserves, soit il sera distribué
aux propriétaires actionnaires et on l’appellera dividendes.

54 Date
L’APPROCHE ÉCONOMIQUE DU RÉSULTAT

Le résultat de l’entreprise est égal à la différence entre les ventes facturées aux clients et les
charges supportées par la production des produits vendus comme indiqué sur le schéma. Il
peut être approché de manière :
globale au niveau de toute entreprise en comparant la totalité des ventes et la totalité des
charges,
analytique par produit, groupe de produits ou secteur d’activité.
Lorsque l’analyse est faite par produit, le résultat est égal à la différence entre le prix de vente
du produit et son coût de revient (coût d’achat + coût de production + coût de distribution).

55 Date
LA STRUCTURE DU COMPTE DE RÉSULTAT (1/2)
Résultat courant

Résultat d’exploitation
Il regroupe les produits et les charges relatifs à l'activité
de production et/ou de commercialisation des produits
ou des services offerts par l'entreprise sur le marché
aval :
Opérations d'achat et de revente pour les
entreprises commerciales ;
Opérations d'achat, de transformation et de vente
pour les entreprises industrielles ;
Opérations de prestations de service.

Résultat financier
Il enregistre les produits et les charges liés aux opérations
de placement et de financement des entreprises non
financières.

Résultat exceptionnel
Il regroupe tout ce qui n’est lié ni aux activités principales
ni aux activités financières de l’entreprise.

56 Date
LA STRUCTURE DU COMPTE DE RÉSULTAT (2/2)
Le solde du compte de résultat est le résultat net :

Résultat courant
+
Résultat exceptionnel
-
Participation des salariés
-
Impôts sur les sociétés
=
RESULTAT NET

Les actionnaires décideront, à l’Assemblée Générale Ordinaire (AGO), de la part du résultat net qu’ils
laissent dans l’entreprise et de celle qu’ils consacrent à la rémunération de leurs apports (sous la
forme de dividendes).

57 Date
LA RENTABILITÉ ET LA SOLVABILITÉ

Le résultat

C’est la différence entre les charges et les produits. Charges


Produits
Il mesure la performance de l'entreprise.

La rentabilité s’évalue suivant le résultat

La trésorerie

Elle correspond à ce qu’il y a en caisse. Elle varie du


montant de la différence entre les encaissements et
les décaissements de la période. Elle n'est qu'un fluide
mais un fluide indispensable à la survie de l'entreprise.

La solvabilité vient d’une trésorerie positive

58 Date