Vous êtes sur la page 1sur 14

MINISTERE DE L’EQUIPEMENT ET DE L’ENTRETIEN

ROUTIER

PROGRAMME D’ENTRETIEN ROUTIER 2017

Maîtrise d’œuvre Publique des travaux de reprofilage léger sur routes en terre et de
débroussaillement des accotements, de désensablement et de curage d’ouvrages sur
routes revêtues

COMPTE RENDU DE MISSION


D’EVALUATION DE L’EXECUTION DES
MARCHES EN SOUFFRANCE DANS LE
CADRE DU PER 2017

Mission N°2

Chef de mission : M. TANO YAO – Ingénieur en Chef des TP

Septembre 2018

1
SOMMAIRE

INTRODUCTION…………………………………………………..3

I- PRESENTATION DE LA MISSION N°2..........................


…...3
I.1 Les objectifs…………………………………………………………….…3
I-2 Les résultats attendus………………………………………………..…3
I-3 La composition de la mission n°2……………………………...…….4

II- DEROULEMENT DE LA MISSION ..................................…. 4

II.1 Etape de la DTIR de BONGOUANOU………………………….…….4


II.2 Etape de la DTIR de DAOUKRO……………………………….……6
II.3 Etape de la DTIR de la DRIE ABENGOUROU.....................…....7
II.4 Etapes de la DTIR d’AGNIBILEKROU........................................7
II.5 Etapes de la DTIR de TANDA…………………………………….….8
II-6 Etape de la DRIE de BONDOUKOU………………………………………9
II-7 Etape de la DTIR de BOUNA ……………………………………………10

III- LES ENSEIGNEMENTS DE LA MISSION......................


…...11

IV- LES RECOMMANDATIONS


…………………………………….12

V- CONCLUSION………………………………………………….…13

VI- ANNEXES …………………………………………………………14

2
INTRODUCTION :

Dans la mise en œuvre, du Programme d’Entretien Routier (PER2017), la Direction Générale des
Infrastructures Routières (DGIR) assure par l’entremise des Directions Territoriales des Infrastructures
Routières (DTIR), la maitrise d’œuvre publique des travaux de débroussaillement des accotements,
d’élagage et de curage des ouvrages sur route revêtues.
Les rapports parvenus de DTIR sur l’état d’avancement de ces travaux révèlent qu’il subsiste de
difficultés réelles au niveau des entreprises à les réaliser. On note beaucoup de cas de travaux non
démarrés et très peu de travaux achevés malgré l’expiration des délais contractuels d’exécution.
En vue d’élaborer un rapport de sa mission de maitrise d’œuvre publique relatif à ces travaux, la DGIR,
assurant la coordination et la supervision des activités des DTIR en la matière, organise trois (03)
missions d’évaluation de l’exécution des travaux dans certains DTIR pour recueillir les données devant
confirmer ou infirmer les rapports reçus.
Ainsi la mission n°2 a parcouru du 03 au 09 septembre 2018 les territoires des Directions Territoriales
de Bongouanou, Daoukro, Abengourou, Agnibilekro, Tanda, Bondoukou et Bouna pour évaluer
l’exécution physique des marchés suivants :
- Reprofilage léger sur routes en terre de l’entreprise AKOM (lot 8 ) ;
- Travaux manuels de débroussaillement des accotements, de désensablement et de curage des
ouvrages sur routes revêtues de l’entreprise LIMBA Sarl (lot 2A) ;
- Travaux manuels de débroussaillement des accotements, de désensablement et de curage des
ouvrages sur routes revêtues de l’entreprise LIKE BTP (lot 2B) ;
- Travaux manuels de débroussaillement des accotements, de désensablement et de curage
des ouvrages sur routes revêtues de l’entreprise N’MAEN ST GABRIEL (lot 3). 

I. PRESENTATION DE LA MISSION N°2


I.1 Les objectifs
Les objectifs de la mission étaient de :
- Rencontrer les Directeurs Territoriaux sur place et visiter avec eux les chantiers en cours ou
achevés dans le cadre du PER 2017 relatif aux marchés de travaux de reprofilage léger et de
travaux manuels passés aux entreprises ;
- Recueillir les difficultés rencontrés par les DTIR dans leurs missions de maitre d’œuvre ;
- Recueillir les difficultés rencontrées par les entreprises dans l’exécution des travaux.
- Constater le taux d’exécution physique ;
I-2 Les résultats attendus
Les résultats attendus étaient :
- Disposer de l’état d’exécution physique des travaux des différents marchés passés ;
- Disposer de l’état des difficultés rencontrées par les entreprises dans l’exécution des travaux
relatifs à leurs marchés respectifs

3
- Avoir connaissance des difficultés rencontrés par les DTIR dans l’exécution de la maitrise
d’œuvre publique de ces travaux ;
- Recueillir les mesures d’améliorations proposées par les DTIR et les entreprises.
I-3 La composition de la mission n°2
La mission n°2 était composée comme suit :
 Monsieur TANO Yao ; Ingénieur en Chef des Travaux Publics, chef de mission
 Monsieur DORE Falikou ; Technicien Supérieur des Travaux publics, assistant au chef de
mission
 Monsieur MIEZAN Florent ; Chauffeur.

II. DEROULEMENT DE LA MISSION

La mission s’est réalisée en plusieurs étapes par les visites des DREER et DTIR ayant assuré la
maitrise d’œuvre publique dans leurs circonscriptions respectives l’exécution par les entreprises, les
travaux de reprofilage léger sur route en terre et ou des débroussaillements des accotements, de
désensablement et de curage des ouvrages sur route revêtue.
A chaque étape, deux activités sont menées :
- La visite des chantiers ;
- La séance de travail avec les DRIE ou DTIR

II.1 Etape de la DTIR de Bongouanou

II.1.1. Visite de chantiers


Les chantiers visités ont été les travaux de reprofilage léger exécutés par l’entreprise AKOM
ENTREPRISE sur les itinéraires :
- A8 (scierie cardona)- Arrah ;
- M’Batto-Tiemelekro-Sandjibounga.

Au cours cette visite, la mission a fait les constats suivants :

a) Sur l’itinéraire Akoupé (carref.A8 scierie cardona)- Arrah (24,3Km) : 


- Le reprofilage léger est réalisé à 100% ; cependant nous avons constaté des ravinements
longitudinaux et transversaux à la descente des côtes et aux points bas ;
- La forte concentration de broussaille dans les fossés et accotements réduit considérablement la
visibilité de la route ; il faut prévoir un débroussement mécanique ;
- Au PK 0,300 et 1,00 des buses de diamètre 800mm curées mais avec un affouillement sur le
côté aval qui menace la bèche d’effondrement ; il faut traiter ce côté ;
- Au PK 3,3 on a un écoulement transversal de l’eau au point bas par manque de buse ; il faut
prévoir un passage de buse de diamètre 1000mm ;
- Au PK 8,30, il y a une menace de coupure de la route du faite de l’érosion du remblai au droit
de la buse métallique qui empêche une batterie de buse BA de diamètre 1000mm de
fonctionner correctement car son fil d’eau est plus bas que celui de la batterie;
- Au PK 8,6 on a un écoulement transversal de l’eau au point bas par manque de buse ;
- Au PK 8,8 village Yafo Attié, érosion dans les fossés menaçant la chaussée ; il faut prévoir des
caniveaux sur 1Km ;
- Au PK 9,1 se trouve une zone d’emprunt non régénérée ; il faut la régénérée ;
- Au PK 9,8 début d’érosion du remblai d’accès du Dalot 3x3 sur la rivière Yafo ; prévoir un perré
maçonné.
b) sur l’itinéraire M’Batto-Tiémélékro-Sandjibounga
4
Aucun début des travaux (0%)

II.1.2 Séance de travail


Suite à la visite de terrain, la mission a effectué une séance de travail avec le DTIR de Bongouanou et
le représentant de l’entreprise en charge des travaux sur ces axes visités. Au cours de cette rencontre,
il s’est agi de :
a) La remise de documents (AKOM Entreprise)
Les documents attendus par la mission lui ont été remis et sont les suivants :
- La lettre d’attribution du marché ;
- La copie du marché (page de garde sans numéro de marché) ;
- Le devis quantitatif et estimatif (DQE) ;
- L’ordre de service de démarrage des travaux ;
- Le procès-verbal de démarrage des travaux 
- Le procès-verbal de visite des travaux ;
- Le constat des travaux ;
- Le procès-verbal de réception provisoire des travaux.
La mission a félicité Monsieur le Directeur Territorial pour la parfaite maitrise de la gestion de ce dossier
et la qualité des documents qui lui ont été remis.

b) Les échanges
Les échanges ont porté d’une part sur la qualité des travaux achevés sur l’itinéraire Scierie Cardona-
Arrah puis, les difficultés liées au non démarrage de l’itinéraire M’Batto-Tiemelekro-Sandjibounga et
d’autre part à la maitrise d’œuvre publique assurée par le DTIR.

A cet effet, il ressort que :


Sur l’itinéraire A8 (Scierie Cardona)-Arrah :
- Les travaux ont été effectivement bien achevés à 100% ;
- les menaces de coupures à court terme de la chaussée, sont dues à la non prise en compte de
certaines taches telles que la pose d’ouvrages, remblais, rechargements, dans l’évaluation des
travaux ;
- Le reprofilage léger ne répond pas au traitement du type de dégradation rencontré sur les
itinéraires à traités ;

Sur l’itinéraire M’Batto-Tiemelekro-Sandjibounga :


- La mission a constaté et déplore le non démarrage des travaux à cause de l’incapacité
technique de l’entreprise (panne récurrente d’engin, insuffisance d’engin, main d’œuvre difficile
à maintenir, planning d’exécution non respecté.) ;
Et de façon générale :
- Le DTIR de Bongouanou déplore quant à lui la non lisibilité de la maitrise d’œuvre ; ce qui ne lui
a pas permis de faire des décomptes ;
- La mission constate que l’entreprise est dans l’incapacité financière de réaliser les travaux.

Face à ces difficultés, les propositions et recommandations suivantes ont été faite:
- compte tenu de la saison de pluie, la mission a instruit l’entreprise de suspendre les travaux
sur l’itinéraire M’Batto-Tiemelekro-Sandjibounga et de les démarrer en début novembre ;
- La mission a instruit le DTIR d’adresser une mise en demeure à l’entreprise lui notifiant le retard
dans l’exécution des travaux et lui demandant le démarrage et l’achèvement des travaux dans
un délai de un (01) mois à partir du 01 novembre 2018
5
- Le DTIR souhaite le prolongement du reprofilage léger dans le dernier village (KATIENOU),
situé à 4Km de la fin de l’itinéraire M’Batto-Tiemelekro-Sandjibounga qui fait partie de sa
circonscription administrative ;
- Le minimum de travaux à programmer pour ses itinéraire devra être le reprofilage lourd avec
traitement de point critique ;
- L’évaluation des travaux doivent être fait par les DTIR ou à défaut être associé.

II.2 Etape de la DTIR de Daoukro


II.2.1. Visite de chantiers
Le chantier visité par la mission a été les travaux de reprofilage léger exécutés par AKOM Entreprise
sur l’itinéraire:
- Kongoti-Ettrokro-Samanza
Au cours cette visite, la mission a fait les constats suivants :
- Arrêt du chantier et absence du personnel et matériel de travail ;
- Travaux de reprofilage léger exécuté seulement sur 22Km des 79 prévus ;
- Les fossés et divergents ne sont pas bien prononcés ;
- Aucun ouvrage (218 unités) n’a été curé;
- La circulation est désagréable sur les parties traités par l’entreprise ;
.
II.2.2 Séance de travail
Suite à la visite de terrain, la mission a effectué une séance de travail avec Messieurs les
Représentants de Monsieur le Directeur Régional des Infrastructures Routières de Daoukro et de
l’entreprise attributaire du marché dans ce Département. Au cours de cette rencontre, il s’est agi de :

a) La remise de documents (AKOM Entreprise)


Les documents attendus par la mission lui ont été remis en partie comme suit :
- La copie du marché (page de garde sans numéro du marché) ;
- Le devis quantitatif et estimatif (DQE) ;
- Le procès-verbal de séance de travail DRIE DAOUKRO-AKOM ENTREPRISE ;
- Les procès-verbaux de réunion de chantier (n°1 et 2) ; 
- Une fiche technique d’évaluation hebdomadaire des travaux.

b) Les échanges.

Les échanges ont porté principalement sur les difficultés liées à l’exécution des travaux notamment à
l’arrêt des travaux sur l’itinéraire Kongoti-Ettrokro-Samanza

A ce titre, il ressort des échange que :


- Le retard accusé par l’entreprise dans l’exécution des travaux prévu du 14 février au 14 mars
(délai contractuel) l’emmène à exécuter dans cette période pluvieuse.
- L’insuffisance technique et financière de l’entreprise à réaliser les travaux;
- La DRIE n’a pas reçu de lettre d’attribution du marché et démarrage des travaux ;
- La DRIE déplore la mise à disposition tardive des moyens alloués à la maitrise d’œuvre, ce qui
rend inefficace le contrôle.
Face à ce constat les mesures suivantes ont été prises :
- La mission demande la suspension de l’exécution des travaux et de les reprendre en début du
mois de novembre 2018 ;

6
- Les travaux exécutés (22km) doivent être repris à la reprise du chantier fixé en début de
novembre 2018 ;
- La mission a instruit la DRIE de ne pas faire d’attachement des travaux exécuté sur les 22km;
- la mission à recommandée à la DRIE de prendre attache auprès de l’entreprise afin de fournir
tous documents afférents marché ;
- la DRIE souhaite une célérité dans la mise à disposition des ressources financières allouées à
la maitrise d’œuvre.
II.3 Etape de la DRIE Abengourou et de la DTIR Agnibilékrou
II.3.1. Visite de chantiers
Les chantiers visités ont été :
a) Reprofilage léger
- A1-Amélékia (9 km)
- Abengourou-Apprompron (53 km)
- Manzanouan-Sankadiokro (26 km)
- Manzanouan-Abronamouè (14 km)
Au cours de ces visites la mission n’a constaté aucun début d’exécution des travaux de reprofilage léger
sur ces quatre itinéraires par AKOM Entreprise
b) Travaux Manuels
- Agnibilékrou-Koun Fao

L’entreprise LIMBA SARL a exécuté seulement le débroussaillement sur le troncon Tankéssé-Koun fao
sans curage d’ouvrages.
Sur le troncon Agnibilékro-Tankéssé, elle n’a rien exécuté.

Séance de travail
Suite à la visite de terrain, la mission a effectué une séance de travail avec le Representant de
Monsieur le Directeur Régional des Infrastructures Routières d’Abengourou et de AKOM Entreprise
attributaire du marché dans ce Département. Au cours de cette rencontre, il s’est agi de :
a. La remise de documents
La DRIE de l’Indénié Djuablin n’a reçu aucun documents relatif aux marchés de AKOM Entreprise et
LIMBA SARL

b. Les échanges
Il ressort des échanges des parties en présence ce qui suit :
Travaux de reprofilage léger sur routes en terre
- Les deux itinéraires (A1-Amélékia et Abengourou-Apprompron) non traités par l’Entreprise
AKOM sont pris en compte dans le Programme d’Entretien Routier (PER) 2018 (reprofilage
léger+emploi partiel avec pose d’ouvrages) et ont fait déjà l’objet d’attribution de marchés aux
entreprises SORTIN et ETTP qui sont prêtes à démarrer les travaux ;
- L’insuffisance technique et financière de l’entreprise AKOM à réaliser les travaux de reprofilage
léger.
- Le retard dans l’exécution travaux de l’entreprise LIMBA Sarl ;
- Le manque de contrôle régulier de la DRIE (maitre d’œuvre) dans le Département d’Agnibilekro
pour les travaux manuels exécutés par l’entreprise LIMBA Sarl ;
- L’arrêt des travaux de débroussaillement de l’entreprise LIMBA Sarl.
- Le niveau d’exécution du débroussaillement fait par LIMBA Sarl est de 15 sur 62 km ;

Face à ce constat les recommandations et mesures suivantes ont été prises :

7
- La DRIE propose la réaffectation des itinéraires de AKOM Entreprise sur d’autres itinéraires à
savoir Satikran-Amangouakro (28Km) et carrefour Amienkouassikro-carrefour Appoisso
(30,5Km) ;
- La mission a demandé à la DRIE d’écrire à l’AGEROUTE pour la réaffectation de ses itinéraires
du marché de l’entreprise AKOM ;
- La mission a instruit la DRIE d’adresser une mise en demeure à l’entreprise AKOM lui notifiant
le retard dans l’exécution des travaux et lui demandant de les démarrer incessamment les
travaux ;
- Le DRIE d’Abengourou assurant l’intérim du DTIR d’Agnibilekrou demande un véhicule pour
assurer efficacement les missions de maitrise d’œuvre dans cette zone ;
- La mission la DRIE de mettre en demeure l’entreprise LIMBA Sarl de reprendre et d’achever les
travaux ;
- la mission à recommandée à la DRIE de prendre attache les entreprises AKOM et LIMBA Sarl
afin de disposer de tous les documents afférents différents marchés.

II.4 Etapes de la DTIR de Tanda


II.4.1. Visite de chantiers
Les chantiers visités ont été les travaux de débroussaillement des accotements, de désensablement et
de curage des ouvrages sur routes revêtues à exécuter par les entreprises LIMBA Sarl et LIKE BTP
respectivement sur les itinéraires suivants :
- Koun fao-Tanda (43Km);
- Tanda-Gouméré (27Km).
Au cours cette visite, la mission a fait les constats suivants :
a) Koun fao-Tanda (43Km)(Entreprise LIMBA Sarl)
- Le débroussaillement est achevé à 100% (517 000 m2) ;
- L’élagage non exécuté à 51% (1200 sur 2350 ml)
- Les ouvrages ont été curés à 42%  (10 sur 24 u)
-
b) Tanda-Gouméré (27Km) Entreprise LIKE BTP)
- Le débroussaillement est achevé à 100% (297 000 m2) ;
- L’élagage ont été exécuté à 37% (500 sur 1350 ml)
- les ouvrages ont été curés à 36% (5 sur 14 u) ;
II.4.1. Séance de travail
Apres la visite de chantier, la mission a eu une séance de travail avec Monsieur le Directeur Territorial
des Infrastructures Routières de Tanda. Au cours de cette rencontre, il s’est agi de :
a) La remise de documents (LIMBA SARL et LIKE BTP)
Les documents reçus de la DTIR de Tanda sont :
- Procès-verbaux de constat des travaux des entreprises LIKE BTP et ETABLISSEMENT LIMBA
SARL ;
- Procès-verbaux de réception partielle des entreprises LIKE BTP et ETABLISSEMENT LIMBA
SARL ;
- Décomptes des travaux des entreprises LIKE BTP et ETABLISSEMENT LIMBA SARL.

b) Les échanges
Il ressort des échanges avec le DTIR ce qui suit :
- Le DTIR ne dispose pas de lettre d’attribution des marchés, de marché et d’ordre de service de
démarrage des travaux des entreprises LIKE BTP et ETABLISSEMENT LIMBA Sarl ;
- Il n’a pas été établi de procès-verbal de démarrage de travaux ;
- Les travaux sont arrêtés depuis le 09 juillet 2018 ;
8
- La mauvaise organisation des entreprises serait à l’origine des retards dans l’exécution des
travaux;
- L’ensablement des abords de la chaussée favorise la repousse rapide des herbes ;
- La prise en compte du désensablement dans les travaux à venir permettra de préserver
l’investissement sur une longue durée ;
Face à ce constat les recommandations et mesures suivantes ont été prises ;
-
- La mission a instruit le DTIR d’adresser des mises en demeure aux entreprises pour la reprise
et l’achèvement des travaux ;
- la mission a recommandé au DTIR de prendre attache avec des entreprises afin de disposer de
tous les documents afférents aux différents marchés ;
- la mission a recommandé au DITR d’établir à l’avenir, le procès-verbal de démarrage de
travaux ;

II-5 Etape de la DRIE de Bondoukou

II-5-1 Visite de chantiers


: Les chantiers visités par la mission ont été les travaux de débroussaillement des accotements, de
désensablement et de curage des ouvrages sur routes revêtues, à exécuter par les entreprises LIKE
BTP et N’MAEN ST GABRIEL respectivement sur les itinéraires suivants :
- Gouméré-Bondoukou-Banhui (87Km) ;
- Banhui-Koutouba (45Km)

Au cours ces visites, la mission a fait les constats suivants :


a) Gouméré-Bondoukou-Banhui (87Km) (LIKE BTP)

- Le débroussaillement a été exécuté à 51% (497 sur 968 000 m2) ;


- L’élagage a été exécuté à 39% (1 700 sur 4400 ml)
- Le curage des ouvrages n’a pas connu de début d’exécution (0 sur 44 u).
- L’arrêt des travaux

b) Banhui-Koutouba (45Km) (N’MAEN ST GABRIEL)


- L’arrêt des travaux ;
- Le débroussaillement a été exécuté à 57% (281 700 sur 495 000 m2) ;
- L’élagage a été exécuté à 67% (1 500 sur 2 250 ml)
- Le curage des ouvrages n’a pas connu de début d’exécution (0 sur 44 u).
- Menace de coupure de la route à Flakièdougou : obstruction d’une batterie de buse

II-5-2 Séance de travail


Suite à la visite de terrain, la mission a effectué une séance de travail avec Monsieur le Directeur
Régional des Infrastructures Routières de Bondoukou. Au cours de cette rencontre, il s’est agi de :
a) La remise de documents (LIKE BTP et N’MAEN ST GABRIEL)
Les documents attendus par la mission lui ont été remis en partie comme suit :
- Les copies des marchés sans numéro (page de garde) (LIKE BTP+St GABRIEL);
- Les devis quantitatifs et estimatifs (DQE) (LIKE BTP+St GABRIEL) ;
- Les procès-verbaux de réception partielle des travaux (LIKE BTP+St GABRIEL);
- Les fiches de constat des travaux (LIKE BTP);
- Les fiches de décompte n°1(LIKE BTP+St GABRIEL).

b) Les échanges.

9
Les échanges ont porté principalement sur les difficultés liées à l’exécution des travaux ;
A ce titre, il ressort des échanges que sur les itinéraires :
Gouméré-Bondoukou-Banhui (87Km)
- Les largeurs de débroussaillements n’ont pas été respectés ;
- Les talus en remblais n’ont pas été débroussaillé jusqu’au pied ;
- Les ouvrages de talus n’ont pas été curés.

Banhui-Koutouba (45Km)
- Ensablement de la chaussée à plusieurs niveaux;
- entrainant l’effondrement de sa tête du coté aval ;
- Faille dans la gestion du personnel des entreprises (pas de chefs d’équipe, présence irrégulière
de l’entrepreneur sur le chantier, planning pas respecté), ce qui rend difficile la tâche de
maitrise d’œuvre ;
- Aucune des deux entreprises n’a atteint les quantités du marché.
La DRIE déplore la mise à disposition tardive des moyens alloués à la maitrise d’œuvre, ce qui rend
inefficace le contrôle.

Face à ces constats les recommandations et mesures suivantes ont été prises :
- La mission a instruit la DRIE d’adresser une mise en demeure aux deux entreprises leurs
notifiant le retard dans l’exécution des travaux et leurs demandant de démarrer incessamment
les travaux ;
- La DRIE souhaite la récupération des marchés antérieurs et présents dont les travaux ne sont
pas exécutés et ou sont souffrance ;
- la DRIE souhaite une célérité dans la mise à disposition des ressources financières allouées à
la maitrise d’œuvre.
II-6 Etape de la DTIR de Bouna
II-6-1 Visite de chantiers
Les chantiers visités par la mission ont été les travaux de débroussaillement des accotements, de
désensablement et de curage des ouvrages sur routes revêtues exécutés par l’entreprise N’MAEN ST
GABRIEL des itinéraires suivants :
- Koutouba-Bania (39Km) travaux achevés ;
- Bania-Bouna (38Km) travaux arrêtés.
- le taux d’exécution du débroussaillement est estimé à 95%
- l’élagage est estimé à 86%
- et les ouvrages curés à100%
- les garde de corps des ponts traversant les rivières sont endommagés voir même inexistant ;
- obstruction des ponts et ensablement des tabliers ;

II.6.2 Séance de travail


Suite à la visite de terrain, la mission a effectué une séance de travail avec Monsieur le Directeur
Territorial des Infrastructures Routières de Bouna. Au cours de cette rencontre, il s’est agi de :
a) La remise de documents (St GABRIEL)
Les documents attendus par la mission lui ont été remis en partie comme suit :
- Le procès-verbal de constat des travaux ;
- Procès-verbal de réception partielle des travaux ;
- Fiche d’état d’avancement des travaux ;
- Fiche de décompte n°1.
b) Les échanges.
Les échanges ont porté principalement sur les difficultés liées à l’exécution des travaux. Il en ressort
que :

10
:
- la non prise en compte des taches telles que l’abattage et le curage des caniveaux et
divergents à des répercutions sur la survie de la route ;
- la période de démarrage des travaux coïncident avec le démarrage de la campagne
d’anacarde. Ce qui rend la main d’œuvre indisponible ;
- La mise à disposition tardive des moyens alloués à la maitrise d’œuvre, ce qui rend inefficace le
contrôle ;
- La société de carburant SHELL n’est pas représentée dans la localité.

Face à ces constats les recommandations et mesures suivantes ont été prises :

- La mission a instruit la DRIE d’adresser une mise en demeure aux deux entreprises leurs
notifiant le retard dans l’exécution des travaux et leurs demandant de reprendre incessamment
et d’achever les travaux ;
- Diversifier les sociétés de fournisseurs en carburant ;
- Prévoir l’entretien spécifique des dalots et ponts ;
- Prévoir la réparation spécifique des garde de corps et glissières de sécurité ;
- Prévoir le désensablement des chaussées et le curage des caniveaux (traversée de villages) ;
- la DRIE souhaite une célérité dans la mise à disposition des ressources financières allouées à
la maitrise d’œuvre.
III- LES ENSEIGNEMENTS DE LA MISSION

A l’issue des visites des DTIR, la mission retient les enseignements suivants :
III-1 Marché (lot 8) de reprofilage léger sur routes en terre de l’entreprise AKOM

o Le très grand retard dans le démarrage des travaux de reprofilage léger (6 mois)  qui est
imputable aux insuffisances techniques et financières de l’entreprise à les exécuter ;
o Malgré le très grand retard, le niveau des travaux exécutés et réceptionnés, est de 25 sur 259
km de reprofilage léger (9,65%), et de 35 sur 218 ouvrages curés (16%) ;
o 22 km de reprofilage léger exécutés par AKOM ENTREPRISE sur l’itinéraire Kongoti- Ettrokro-
Sandjibouga (79 km) ont été refusés par la mission pour mauvaise qualité des travaux et
devront faire l’objet de correction avant tout attachement ;
o La cotation a été très sous-évalués et ne peut couvrir les dépenses d’exécution des travaux ;
o La période actuelle est pluvieuse et n’est technique pas favorable aux travaux de reprofilage
léger ;
o L’entreprise AKOM n’est techniquement et financièrement pas capable d’exécuter la totalité de
son marché ;
o Compte tenu du retard dans l’exécution des travaux et de l’évolution des dégradations, le
reprofilage léger s’avère inapproprié pour le traitement des itinéraires retenus au marché de
l’entreprise AKOM.

III-2 Marché (lot 2A) de travaux manuels de débroussaillement des accotements, de désensablement et
de curage d’ouvrages sur routes revêtues de l’entreprise ETS LIMBA Sarl
o Le délai d’exécution des travaux a expiré depuis 6 mois ;
o Le niveau des travaux exécutés et réceptionnés est de 682 000 sur 1 012 000 m2 de
débroussaillement (67,4%), de 1 900 sur 4 600 ml d’élagage (41,3%) et de 24 sur 46 ouvrages
curés (52,20¨%) ;
o L’entreprise éprouve des difficultés à financer les travaux ;

11
o La mauvaise qualité des travaux exécutés (non-respect des largeurs de coupe) est imputable
au manque d’organisation de l’entreprise sur le chantier (absence de chef d’équipe pour les
travaux et manœuvres livrés à eux-mêmes) ;
o L’entreprise ETS LIMBA Sarl n’est techniquement et financièrement pas capable d’exécuter la
totalité de son marché.
o ;

III-3 Marché (lot 2B) de travaux manuels de débroussaillement des accotements, de désensablement et
de curage d’ouvrages sur routes revêtues de l’entreprise LIKE BTP

o Le délai d’exécution des travaux a expiré depuis 6 mois ;


o Le niveau des travaux exécutés et réceptionnés est de 794 000 sur 1 265 000 m2 de
débroussaillement (62,8%), de 2 200 sur 5 750 ml d’élagage (38,3%) et de 5 sur 58 ouvrages
curés (8,6¨%) ;
o L’entreprise éprouve des difficultés à financer les travaux ;
o La mauvaise qualité des travaux (non-respect des largeurs de coupe) exécuté est imputable au
manque d’organisation de l’entreprise sur le chantier (absence de chef d’équipe pour les
travaux et manœuvres livrés à eux-mêmes) ;
o L’entreprise LKE BTP n’est techniquement et financièrement pas capable d’exécuter la totalité
de son marché.
III-4 Marché (lot 3) de travaux manuels de débroussaillement des accotements, de désensablement et
de curage d’ouvrages sur routes revêtues de l’entreprise N’MAEN ST GABRIEL

o Le délai d’exécution des travaux a expiré depuis 6 mois ;


o Le niveau des travaux exécutés et réceptionnés est de 1 110 700 sur 1 342 000 m2 de
débroussaillement (82,8%), de 4 000 sur 4 880 ml d’élagage (82%) et de 42 sur 61 ouvrages
curés (68,9¨%) ;
o L’entreprise éprouve des difficultés à financer les travaux ;
o La mauvaise qualité des travaux exécutés (non-respect des largeurs de coupe) est imputable
au manque d’organisation de l’entreprise sur le chantier (absence de chef d’équipe pour les
travaux et manœuvres livrés à eux-mêmes) ;
o Les quantités au marché n’ont pas été atteintes car les travaux n’ont pas respecté les largeurs
de coupe (2 à 3 m au lieu de 3,5 à 10 m) ;
o L’entreprise a abandonné les travaux ;
o L’entreprise N’MAEN ST CABRIEL n’est techniquement et financièrement pas capable
d’exécuter la totalité de son marché.

III-5 Maîtrise d’œuvre Publique


o La mauvaise gestion administrative de la mission de maitrise d’œuvre marquée par la non
possession des DTIR et les DRIE,  des documents des marchés des entreprises;
o L’AGEROUTE n’a véritablement pas accompagné les DTIR et les DRIE dans leur mission de
Maître d’œuvre dans la mesure où elle n’a pas mis à leur disposition les documents relatifs aux
différents marchés, ni instruire les entreprises à prendre contact avec eux et leur remettre
lesdits documents avant tout démarrage des travaux ;
o La mise à disposition tardive des DTIR par l’AGEROUTE, des ressources financières
destinées au contrôle des travaux et le manque de collaboration des entreprises à l’égard des
DTIR et DRIE (Maitres d’œuvre) , n’ont pas permis un meilleur encadrement technique de ces
entreprises ;

12
o Le manque d’une perception clair des missions et prérogatives de la mission de maitrise
d’œuvre par les DTIR et DRIE, a été à l’origine du laxisme constaté dans la gestion technique
des travaux exécutés par les entreprises (absence de mise en demeure des entreprises
défaillantes, réception partielle et/ou attachement non établi des travaux achevés)
o L’évaluation des travaux qui ont fait l’objet de marché n’a pas associé les DTIR et la nature des
dégradations à traiter nécessitait plus que du reprofilage léger;
o Les retards généralement observés dans les travaux de reprofilage léger ont conduire les
travaux dans la période pluvieuse ce qui est inappropriée.

IV- LES RECOMMANDATIONS

Au regard des enseignements tirés de cette visite des DTIR, la mission N°2 recommande, ce qui suit :

- La résiliation du marché (lot 8) de reprofilage léger de l’entreprise AKOM pour défaillance


notoire, abandon des travaux depuis plus de cinq (5) mois et nature de travaux de marché
inappropriée ; ;
- La résiliation du marché (lot 2A) de travaux manuel de l’entreprise ETS LIMBA Sarl pour très
grand retard dans l’exécution des travaux, défaillance notoire et abandon des travaux depuis
plus de cinq (5) mois  ;
- La résiliation du marché (lot 2B) de travaux manuel de l’entreprise LIKE BTP pour très grand
retard dans l’exécution des travaux, défaillance notoire et abandon des travaux depuis plus de
cinq (5) mois ;
- La résiliation du marché (lot 3) de travaux manuel de l’entreprise N’MAEN ST GABRIEL pour
très grand retard dans l’exécution des travaux et abandon des travaux depuis plus de cinq (5)
mois ;
-
- L’exécution en régie par les DTIR et DRIE, des travaux des marchés en souffrance dans la
mesure où le décret n°2018-484 du 16 mai 2018 portant réaménagement de la gestion de
l’entretien routier les y autorise.
- L’organisation de sessions de formation sur l’exercice de la mission de maitrise d’œuvre
publique à l’attention des DTIR et DRIE;
- Le financement direct par le Fonds d’Entretien Routier (FER), des dépenses de maitrise
d’œuvre publique pour plus d’indépendance et d’efficacité;
- La mise à contribution des DTIR et des DRIE dans l’évaluation des travaux du Programme
d’Entretien Routier (PER) ;
- La programmation d’une tache plus améliorante et adapté que le reprofilage léger afin de
sauvegarder nos routes en terre ;
- L’envoi des missions de supervisions ou d’évaluation de la DGIR dans la période des travaux
des entreprises afin d’une meilleures appréciations.

V- CONCLUSION

La mission n°2 a connu un franc succès dans la mesure où toutes les Sept (07) DTIR ciblées au
départ ont été effectivement visitées et avec lesquels il y a eu respectivement les visites des travaux
et les séances de travail.
Cette mission a permis d’évaluer le niveau général d’exécution des marchés en souffrance qui s’est
révélé médiocre pour le marché de reprofilage léger de l’entreprise AKOM et passable pour les
marchés de travaux manuels respectifs des entreprises ETS LIMBA Sarl, LIKE BTP et N’MAEN ST
GABRIEL qui demeure le fait de la défaillance des entreprises attributaires.

13
Il est à déplorer la mauvaise gestion de la maitrise d’œuvre publique par les DTIR et DRIE qui ne se
sont véritablement pas appropriés cette activité soit par méconnaissance, soit par manque de
motivation.
Ce manquement a été source de réelles difficultés pour la mission dans le recueil des données et
l’évaluation des marchés en souffrance.
C’est pourquoi la mission souhaite que la formation des DTIR et DRIE à l’exercice la mission de
maitrise d’œuvre publique soit inscrite aux priorités de la Direction Générale des Infrastructures
Routières.
Enfin, la mission souhaite que les décisions appropriées soient prises à l’encontre des entreprises
défaillantes pour permettre la réalisation des travaux en régie devant préserver les investissements
déjà effectué et/ou améliorer la sécurité routière .

Fait à Abidjan, Le…………………………

Le chef de Mission Le Rapporteur

………..………………. ………………………………

VI- LES ANNEXES

14