Vous êtes sur la page 1sur 16

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

ETUDE DE FAISABILITE TECHNICO-ECONOMIQUE D’UN PROJET


AGRICOLE DANS LE CADRE DU PARTENARIAT :

 Création d’un verger de poirier : 3.5 Hectares.


 1.49 hectare pour des cultures polyvalentes (Maraichage, céréales)

Ain Defla Le : 30 Octobre 2016

Promoteur

Nom & prénom : BECHAREF ZOHRA Bent Mohammed Ben Moussa

Adresse : Hay Ettajziaa, N°1, commune de Arib, W : Ain Defla

Agri-Affaires Engineering
Bureau d’Etudes et Expertises Agricoles BRADAIA Boualem
Adresse : Local N° 20 /05 juillet 1962, à côté de l’ADE Ain Defla
E-mail : bradaia@gmail.com mobile : 0550640933 Fax : 027 639 257

1
Sommaire
INTRODUCTION
1. Données générales du projet
1.1 Identification de l’investisseuse
1.2 Identification du concessionnaire.
2. Description du projet
2.1 Mode de partenariat :
2.2 Localisation de l’exploitation (projet) + cartographie de délimitation (selon
le plan cadastral de l’exploitation).
2.3 Consistance du projet (branche d’activité, superficie, activités)
2.4 Occupation actuelle des sols et de la sole agricole
2.5 Les traditions agricoles de la zone d’étude
2.6 Nature des investissements à consentir
2.7 Nature des produits escomptés par le projet
2.8 Effectif du personnel (création d’emploi) pour le fonctionnement de
l’exploitation
3- Faisabilité technique du projet
3.1 Analyse des données climatiques
3.2 Ressources en sol (prospections, conditions des sols)
3.3 Ressources en eau
3.4 L’aspect technique
3.4.1 Connaissances de base pour maîtriser les techniques culturales
4 Actions d’aménagement
5 Evaluation financière du projet
5.1 Les investissements :
5.1.1 Création d’un verger de poirier : 03,5 Hectares:
A- Investissement de départ : 1ere Année :
A-1 Création d’un verger de poirier : 3,5 Hectares:
A.1.1 Défoncement (labour avec retournement du sol de 1m de profondeur
avec charrue balance)
A-1.3 Installation du réseau d’irrigation pour le verger de poirier de 07 Ha 32
ares :
5.1.2 Création d’un verger de maraichage : 1.49 hectares:
A- Investissement de départ : 1ere Année :
A-1 Création d’un verger de maraichage : 1.49 Ares :
A.1.1 Travaux du sol (labour superficiel du sol
A.1.2 Plan des cultures:
A-1.3 Installation du réseau d’irrigation pour le verger d’olivier de 1.49
5.1.3 Frais des cultures des premières Années départ :
5.2 Les recettes de l'exploitation
5.3 L’évolution du cash-flow
6 Effets induits par le projet
Conclusion :
2
INTRODUCTION

Le Projet d’investissement mené par Madame BECHAREF, Epouse


DOUHA Bent Mohammed ben Moussa, demeurant commune de Arib, w :
Ain Defla, a pour objet une étude de faisabilité technico-économique en vue de
se lancer dans un partenariat d’exploitation d’un terrain agricole avec
Monsieur : DOUMA Mohammed le concessionnaires.
Ce partenariat sera exécuté selon les lois et les règlementations en
vigueur comme le stipule le Décret exécutif n° 10-326 du 17 Muharram 1432
correspondant au 23 décembre 2010 fixant les modalités de mise en œuvre du
droit de concession pour l'exploitation des terres agricoles du domaine privé de
l'Etat et la correspondance de l’ONTA n°763/2016 du 08/6/2016.
L’investisseuse va se lancer dans une opération de création d’un verger de
poirier de 3,5 Hectares et 1 hectare 49 ares pour des cultures polyvalentes.
Donc l’exploitation sera à vocation polyculture visant la production de
fruits (poires) et d’autres cultures (maraichage et céréales) en vue de participer
à l’augmentation du potentiel productif dans la région et contribué à la création
d’un espace convenable et aussi un environnement favorable pour
l’amélioration de la production arboricole.
Le programme de développement lancé par le secteur de l’agriculture, à
travers les différentes circulaires, répond à cette préoccupation de satisfaction
des besoins alimentaires vitaux du pays mais aussi à l’organisation des
exploitations agricoles par le biais de soutien de l’Etat.

C’est dans cette perspective que s’inscrit ce projet de développement de


production agricole à travers l’amélioration de la productivité des terres pour
produire davantage et dégager un surplus et une valeur ajoutée.

3
1. Données générales du projet
1.1 Identification de l’investisseuse
Il s’agit de Madame BECHAREF Zohra EPS DOUHA
Né le 02/09/1953 à Arib -Ain Defla.
Son adresse est : Hay Etajziaa N°01, Commune Arib, W : Ain Defla
Profession : -
Carte nationale n° 644106/11579 du 21/04/208 Daira d’El Amra.
L’exploitation agricole a une superficie de 04 Hectares- 98 Ares-8 centiares
La nature juridique des terrains est une concession (suivant l’acte de
concession)

Vers Arib
RN4 vers
Khemis Miliana

Positionnement du projet sur image Google

4
1.2 Identification du concessionnaire.
Il s’agit de Monsieur DOUMA Mohammed ben Moussa
Né le 19/11/1953 à Arib, Ain Defla.
Son adresse est : Hay Ouled Salem, Arib, W : Ain Defla
Profession : Agriculteur
Carte professionnelle n° 267781-04A-01-06-44
L’exploitation agricole a une superficie de 1/3 de (14 has, 96 Ares, 25
Centiares)
La nature juridique du terrain est une concession (suivant l’acte de
concession du terrain).Voir annexe.

1 Description du projet

2.2 Mode de partenariat :


Le partenariat sera exécuté entre les trois parties selon la règlementation.
Les pourcentages et les parts de chaque partie seront arrêtés et fixés dans le
contrat chez le notaire.

2.2 Localisation de l’exploitation (projet) + cartographie de délimitation


(selon le plan cadastral de l’exploitation).
Le projet est situé à la commune de : Arib, au lieu-dit Ouled Sahri.
Division n°44, parcelles n°50 de l’ex EAC N°15 Ghenima, Wilaya d’Ain
Defla, Ses délimites par rapport à la carte topographique au 1/5000 sont
représentées par la parcelle…………….. au sud, RN° 4 au nord,
parcelle…………….à l’ouest, et parcelles n° ………………. à l’est. (Voir en annexe,
l’extrait du plan cadastral daté ../../… N° …………..)

2.3 Consistance du projet (branche d’activité, superficie, activités)


Le projet présenté par l’investisseuse concerne l'installation de deux
vergers, un de 3.5Has 00 ares de poirier et 1.49 hectares pour des cultures
herbacées multiples avec équipement d’un système d’irrigation en goutte à
goutte, afin de mener une action de développement d’une production agricole
moderne et aussi l’exploitation des terres de façon rationnelle en vue de
produire des fruits en réduisant les coûts de production de son exploitation.
L’investisseuse réalisera son projet sur une superficie de 4 ha, 99 Ares,
8 Centiares
Les principales données techniques et de conduite prises en
considération dans cette étude se présentent comme suit :
- Le type de sol, structure et topographie de la parcelle
- Système d’irrigation et réseaux de fertigation et traitement
phytosanitaire
- Variété et date de plantation, orientation des lignes de plantation.
5
2.4 Occupation actuelle des sols et de la sole agricole
Sur l’exploitation objet du projet d’investissement, la terre occupée par
la culture de pomme de terre sont.
A proximité des parcelles cibles de l’investissement, passe la canalisation du
périmètre irrigué dont le problème d’eau ne se pose pas. Une vanne proximité
de la parcelle concernée

2.5 Les traditions agricoles de la zone d’étude


L’exploitation (projet) appartenant à une vaste superficie, s’étendant sur
une vaste plaine de Arib, cette pleine est reconnue par sa bonne qualité de
d’eau et de sol. La zone d’appartenance de l’exploitation objet de l’étude est
initialement à vocation arboricole et maraîchère , cependant les mesures de
soutien initiées par le secteur de l’agriculture à travers les fonds de soutien ont
permis l’extension de cultures sur toute la zone et le développement des
cultures irriguées par forages, et l’arboriculture, ce qui a induit une nette
évolution de la production agricole dans la région.

2.6 Nature des investissements à consentir


En plus des actions inscrites dans la demande de faisabilité de l’étude,
l’investisseur prévoit certaines réalisations indispensables pour la
rentabilisation de l’exploitation à l’avenir. En récapitulation, Il s’agit de la
modernisation du système d’irrigation en goutte à goutte, l’achat de
semences, des engrais et des produits phytosanitaires, et l’installation de
cultures intercalaires pour couvrir les charges d’exploitation.

2.7 Nature des produits escomptés par le projet


Sur la base des ventes des produits de l’exploitation projetées, il a été
procédé à l’estimation des recettes de l'unité en tenant compte des prix des fruits
et légumes à produire.

2.8 Effectif du personnel (création d’emploi) pour le fonctionnement de


l’exploitation
Le projet demandera une main d’œuvre ordinaire permanente pour les
différents travaux de l’exploitation (02 travailleurs), et 6 saisonniers lors des
travaux de la terre ou de récolte.

3-Faisabilité technique du projet


Le milieu naturel et les conditions physiques et climatiques de la zone du
projet seront examinés en chapitres sous cités afin de se prononcer sur la
faisabilité technique du projet dans ses différents aspects. Les résultats
mettront en relief les capacités de l’exploitation à faire face au lancement du
projet.
6
3.1 Analyse des données climatiques
La plaine alluviale d’Arib, est marquée comme une zone à vocation
agricole nécessite une irrigation à cause d'un climat continental semi- aride
avec des étés très secs et hivers pluvieux qui provoquent parfois des
inondations de l'oued Cheliff

Diagramme Ombrothermique de Bagnoles et Gaussen 1987-2014 (Plaine


de Khemis Miliana)

3.2 Ressources en sol (prospections, conditions des sols)

La plaine proprement dite est constituée par des alluvions récentes du


Cheliff, formée de galets, graviers, sables sous-jacents à des niveaux argileux et
limoneux dominant. On note les alluvions anciennes de nature très diverse mais
à fort pourcentage argileux en général. En fin une carapace calcaire de tufs
blanchâtres, compacts ou pulvérulents est particulièrement développée au sud de
la plaine.

Quelques formations rouges quartenaires permettent de préciser les


conditions de sédimentation, et de cerner les grandes lignes de facies. Les
analogies coincement l'existence d'une tectonique vivante et d'un climat a
saisons contrastées ; pour les grés, il s'agit d'un socle cristallin riche en quartz,
dans celui des limons rouges, il s'agit d'assises sédimentaires carbonatées plus
ou moins indurées.

3.3 Ressources en eau

Les alluvions quaternaires de la zone d’étude renferment des nappes


phréatiques alimentées par leur propre impluvium et par les infiltrations des
oueds. L'eau de ces nappes est en général favorable pour l’agriculture.

En plus la zone bénéficie des eaux du périmètre irrigué alimenté du


barrage.

7
Un futur forage sera réalisé durant les prochaines années (sous condition
de renouvellement de l’autorisation)

3.4 L’aspect technique


L’application raisonnée des itinéraires techniques doit permettre
d’intensifier la production dans l’exploitation et d’améliorer le revenu de
l’agriculteur, si en plus il s’organise pour mieux s’approvisionner en intrants
chimiques et agricoles et pour mieux écouler sa production.
On doit s’attendre à terme à :
1. Une amélioration quantitative (accroissement des rendements pour se
rapprocher, voire même atteindre les rendements potentiels du matériel
végétal cultivé) et qualitative pour avoir un produit sain, loyal et marchand.
2. Une diversification de la production et l’exploitation de tout créneau
agronomiquement valable, techniquement réalisable et économiquement
rentable.

3.4.1 Connaissances de base pour maîtriser les techniques


culturales
Dans cette partie, nous rappelons très succinctement certaines
connaissances de base et des informations pratiques qui doivent être utilisées
pour raisonner et piloter au mieux les techniques de conduite des cultures.
Ces connaissances concernent :
- Les analyses physiques et chimiques du sol et l’interprétation des
résultats
- L’irrigation : Besoins en eau des cultures, besoins en eau d’irrigation,
paramètres hydriques du sol : Hcc, Hpfp, RU, RFU, doses d’irrigation, pilotage
des irrigations
- La fertilisation : rôles de la matière organique et des principaux
éléments nutritifs et oligo-éléments, fertilisation phospho-potassique et
azotée, les engrais chimiques et organiques
- La fertigation : éléments d’une installation de fertigation, calcul et
préparation de la solution mère, solubilité des engrais, exemple de calcul d’un
poste de fertigation.

4 Actions d’aménagement
Pour cette exploitation l’aménagement et relatif à l’installation du réseau
d’irrigation en goutte à goutte et les travaux du sol.

5 Evaluation financière du projet


Pour l’évaluation financière de ce projet, nous avons tenu compte de la
spécificité des activités retenues pour ce projet. L’arboriculture qui profite de
toute l’attention des autorités, par l’octroi d’avantage telle que les exonérations
fiscales.

8
Dans cette évaluation nous n’avons pas tenu compte ni de subventions ni
de soutien relatifs aux intrants agricoles.
L’évaluation financière est élaborée sur la base d’un dinar constant sans tenir
compte des effets de l’inflation, car nous avons supposé qu’ils influent de façon
identique sur les recettes et sur les couts opérationnelles du projet

5.1 Les investissements :

 Création d’un verger de poirier : 03,5 Hectares.


 Culture maraichères : 1,49 hectare.
 Acquisition et installation d’équipement et système d’irrigation en
goutte à goutte pour le verger de poirier.

5.1.1 Création d’un verger de poirier : 03,5 Hectares:

A- Investissement de départ : 1ere Année :

A-1 Création d’un verger de poirier : 3,5 Hectares:

Le poirier est l’un des fruitiers les plus courants de nos vergers.

La taille, la plantation sont autant de gestes d’entretien qui amélioreront la


récolte des poires.

Nom : Pyrus cummunis


Famille : Rosacées
Type : Arbre fruitier
Hauteur: 5 à 15 m
Sol : Ordinaire
Exposition : Ensoleillée
Feuillage : Caduc
Caractéristique : Durée de vie élevée

Plantation du poirier :

Cet arbre fruitier, comme la majorité des arbres, se plante de préférence à


l’automne afin de favoriser l’enracinement avant l’hiver.

Si vous souhaitez planter au printemps ou en été, prévoyez un arrosage plus


régulier, surtout au début.

 Le poirier aime les terres bien drainées.


 Il a besoin de soleil pour fructifier.
 L’apport d’un amendement à la plantation, du type fumier et algues,
améliorera la reprise et la croissance de votre poirier.
9
Taille et entretien du poirier :

Une fois en place, l’entretien du poirier est assez facile et seule la lutte contre les
champignons réclame des soins particuliers.

Mais pour stimuler l’apparition de belles et nombreuses poires, il est important


de pratiquer une taille de fructification avant la reprise de la végétation.

Une taille annuelle assure une meilleure récolte des poires.

Nouvelle technique : selon les fiches techniques de l’ITAF la durée de vie


de poirier s’étale entre 20 et 25 ans. Les différentes techniques de plantation du
poirier se résument selon les phases suivantes :

Phase 01 : de 0 à 3 ans l’investisseur s’occupe des jeunes plantations selon


les méthodes suivantes (façon culturale, taille, désherbage, distribution
d’éléments nutritifs tel que l’engrais et l’eau, traitement phytosanitaire) à ce
niveau la production de fruit est égale à 0.
Phase 02: se situe entre 4 ans et 8 ans (période 5 années) à ce niveau la
production d’un arbre (jeune plantation) est de 10 Kg à 15 Kg par arbre.
Phase 03: est situé entre 8 ans et 20 ans (12 années) à ce niveau la
production est en fonction de l’entretient de jeune plantation (taille de
fructification, éléments nutritifs, eau et engrais) le traitement préventif contre les
maladies du poirier, à ce stade la production fruitière est de 20 Kg comme
rendement moyen inferieur et de 40 Kg comme rendement moyen supérieur.
Phase 04: ici c’est la dernière phase restante de la vie de la plantation
(5années) à ce stade la plantation est devenu âgée elle demande de grands efforts
et beaucoup d’entretient alors que le rendement à ce stade ne dépasse pas 10 Kg
par arbre.

Caractéristiques des techniques nouvelles du poirier :

Elles se résument en quatre points essentiels :


Densité de plantation : la densité de plants dans un hectare est de 300 à
400 plants avec un écart de 5m * 5m pour 400 plants et de 5.5m * 6m pour 300
plants (verger normal) la densité de plants dans un hectare avec des techniques
nouvelles est de 1000 plants à 1200 plants avec un écart de 2.5 m * 4m égale à
1000 plants
La durée de vie de verger de poirier : la durée de vie du verger de
poirier se situe entre 14 ans et 20 ans alors qu’actuellement le verger de poirier
dès que le rendement chute entre 4 et 8 Kg par arbre ce dernier devient
économiquement non rentable, donc on demande son arrachage.
Les façons culturales : la densité du verger de poirier est de 300 à 400
plants, ce nombre à tripler et devenu de 1000 à 1200 arbres ce qui signifie que
les façons culturale, éléments nutritifs et les produits de traitements ont aussi
10
triplés de la même façon que les dépenses ont augmenté ce qui implique que le
rendement qu’on va obtenir est égale à 3 fois plus.
Le rendement : en comparaison de la production et des recettes qu’on va
obtenir par un verger avec une densité (1000 à 1200 plants) est meilleur que
celle du verger avec une densité de 300 à 400 plants.

A.1.1 Défoncement (labour avec retournement du sol de 1m de profondeur


avec charrue balance)

Le cout de défoncement pour 7 Has et 32 ares est :


10 000,00 DA X 3.5 = 35 000,00 DA

(Trente-cinq Mille Dinars Algérien)

A.1.2 Plantation poirier :

Désignation Unité Quantité Cout U Cout (DA)


Main d'œuvre h/j 4 1300,00 5200,00
maitrise h/j 1 2550,00 2550,00
encadrement h/j 1 3250,00 3250,00
plants (achat) Unité 1250 120,00 150000,00
transport heure 1 2500,00 2500,00
engrais Qx 66 400,00 26400,00
Arrosage m3 10 6800,00 68000,00
Total Investissement 257900,00
TVA 17% 43843
Total Investissement 301 743,00

Le cout de plantation s’élève à : 301 743,00 X 3.5 = 1056100,50 DA

A-1.3 Installation du réseau d’irrigation pour le verger de poirier de 07


Ha 32 ares :
La valeur du réseau pour le verger s’élève à :
170 000,00 DA X 3.5 = 595 000,00 DA

(Cinq cent quatre-vingt-quinze mille dinas deux cent quarante-quatre Mille Dinars
Algérien)

Le coût d’investissement pour 3.5 hectares s’élève à :


35 000,00 DA +1 056 100,50 DA + 595 000,00 DA
= 1 686 100,50 DA
Un Millions six cent quatre-vingt-six Mille cent Dinars algérien et 50 cts

11
5.1.2 Création d’un verger de maraichage : 1.49 hectares:
A- Investissement de départ : 1ere Année :
A-1 Création d’un verger de maraichage : 1.49 Ares :

A.1.1 Travaux du sol (labour superficiel du sol


Le cout des travaux pour 1.49 hectare est :
10000,00 DA X 1.49 = 14900,00 DA
(Quatorze mille Neuf cent Dinar Algérien)

A.1.2 Plan des cultures:

Année 0 : céréales (Blé dur). -Année 02 : Pomme de terre

Année 03 : Maraichage divers. -Année 04 : Céréales (Blé dur)

Année 05 : Laitue

Le cout moyen de plantation du verger du maraichage de 1.49 hectare


s’élève à :
300 000,00 DA X 1.49 = 447 000,00 DA

A-1.3 Installation du réseau d’irrigation pour le verger de maraichage de


1.49 hectares :
La valeur du réseau pour le verger s’élève à :
120 000,00 DA X 1.49 = 178 800,00 DA
(Cent soixante-dix-huit Mille huit cent Dinar Algérien)

Le cout d’investissement pour 1.49 hectares de maraichage s’élève à :


178 800,00 DA + 447 000,00 DA
= 625 800,00 DA
Six cent-vingt-cinq Mille Huit cent Dinars algérien et 00 cts

Le cout total de l'investissement pour la première année s'élève à :


1 686 100,50 DA + 625 800,00 DA = 2 311 900,50 DA

L’investisseuse s’engage à Investir en première année une somme


de : 2 311 900,50 DA
Deux Millions Trois Cent quatre-onze Mille Neuf cent Dinars Algériens et 50
CTS

12
5.1.3 Frais des cultures des premières Années départ :
(Pour les deux vergers, poirier et maraichage)

anéee1 année2 année3 année4


Désignation
Gardiennage 1300 1300 1300 1300
Maitrise 2550 2550 2550 2550
Encadrement 3250 3250 3250 3250
Engrais 68000 68000 68000 68000
Arrosage 14000 14000 14000 14000
total HT 89100 89100 89100 89100
tva 17% 15147 15147 15147 15147
total 104 247,00 104 247,00 104 247,00 104 247,00

En résumé, la valeur des dépenses pour les quatre premières années


s’élève à : 104 247,00 x 04 = 416 988,00 DA

5.2 Les recettes de l'exploitation


Sur la base des ventes des productions projetées, il a été procédé à l'estimation
des recettes de l'exploitation en tenant compte des prix marché actuels:
(NB : l’exploitant commercialise sa propre production au marché du gros)
- Le prix moyen de la vente en gros varier entre 40 DA et 70 DA durant les cinq
dernières années, le prix moyen de gros est de : 55 DA/Kg soit 5500 DA/ql..
- Le verger de 3.5 Ha de poirier rentre en production à partir de la 5 Emme année.
-Les prix des légumes sont variés selon le type de produit dans notre cas nous
allons mettre des sommes estimatives pour les cultures maraichères.
Les quantités et les recettes sont représentées dans ce tableau :

Année 5 Année 6 Année 7 Année 8 Année 9


Poirier
Production attendue
6 10 12 16 20
pour un arbre en kg
Nombre d’arbres 4375 4375 4375 4375 4375
Production totale
26250 43750 52500 70000 87500
attendue en kg
Valeur en DA 1443750,00 2406250,00 2887500,00 3850000,00 4812500,00
maraichage
Valeur en DA 220000 250000 210000 270000 190000
Total des recettes
1 663 750,00 2 656 250,00 3 097 500,00 4 120 000,00 5 002 500,00
en DA

13
5.3 L’évolution du cash-flow

Les flux de trésorerie ou cash-flow sont la différence des encaissements et


des décaissements engendrés par l’activité sans tenir compte des charges non
décaissable telles que les amortissements. Ces données servirent comme
éléments de base pour déterminer les paramètres et critères de la décision
relative à la solvabilité et à la viabilité du projet pour son éventuel financement.

recettes 1 663 750,00 2 656 250,00 3 097 500,00 4 120 000,00 5 002 500,00

dépenses 416 988,00 416 988,00 416 988,00 416 988,00 416 988,00 416 988,00 416 988,00 416 988,00

Cash-Flow -416 988,00 -416 988,00 -416 988,00 1 246 762,00 2 239 262,00 2 680 512,00 3 703 012,00 4 585 512,00

Nous constatons clairement qu’à partir de la cinquième année


d’exploitation, la trésorerie de la ferme est débitrice, donc elle peut prendre en
charge les couts opérationnels des exercices.

6 Effets induits par le projet

Le projet de développement de cette exploitation rentre dans le cadre de


la redynamisation de la région sur le plan de l’utilisation des sols, la bonne
gestion des ressources en eaux et l’introduction du système d’irrigation
localisée ; Cela pour un but clair c’est Le développement de la production
agricole qui figure parmi les priorités du Ministère de l'Agriculture et du
développement Rural, et ce pour faire face à la demande croissante en légumes
et fruits dérivés. L’exploitation comportera 4,99 hectares et il y toujours
possibilités d’extension par location d’autres terrains adjacents.

Du point de vue emploi (direct et indirect), le projet débutera avec 02


emplois permanents et 6 emplois saisonniers durant les travaux de la terre, la
récole ou d’autres actions, d’autres emplois générés avec les
approvisionnements, les campagnes de prophylaxie etc.…

14
Conclusion :

L’investissement projeté par Madame : BECHAREF Zohra, réunit les


conditions nécessaires pour mener le projet de développement de son
exploitation d’arboriculture. Il dispose d’une exploitation aménagée et
possède les clés de la réussite ( l’eau du périmètre irrigué, le savoir-faire, la
proximité de la route et un sol fertile).

Le programme d’investissement est concevable et donnera des résultats


positifs au niveau de la production des agrumes, C’est un projet de viabilité
certaine et durable.
De ce fait, l’exploitation rationnelle des terres et l’utilisation des
techniques économisant l’eau permettront à l’investisseur de pratiquer une
agriculture durable et d’intégrer son exploitation dans un espace de verdure
sain et en harmonie avec l’environnement.

15
Annexes

16

Vous aimerez peut-être aussi