Vous êtes sur la page 1sur 1

10 - Annexes

Proteus X File Converter

Remarques…
Commutation entre les touches et autres fonctions incompatibles
avec l’Proteus X
GigaStudio, EXS-24 et HALion contiennent des fonctions spécifiques qu’Proteus X
Convertor essaye de recréer par différentes méthodes. Vous trouverez ci-dessous une liste
des fonctions principales.
Commutation entre les touches : Il s’agit d’une nouvelle fonction qui permet à
l’utilisateur d’appuyer sur une touche qui n’émet pas de son sur le clavier musical et qui
indique à l’échantillonneur de modifier les références de l’échantillon pour les diriger
(généralement) vers un autre ensemble d’échantillons. L’Proteus X ne prend pas en
charge cette fonction ; par conséquent, Proteus X Convertor divise chaque section de
commutation entre les touches en Presets distincts, suivis par la phrase « KSW x » (où x
représente le numéro de coupe).
Commutation par contrôleur : Identique à la fonction précédente ; seules les références
sont modifiées à la réception d’un message du contrôleur. Par exemple, la molette de
modulation peut être configurée pour référencer un échantillon en position basse.
Lorsqu’il atteint la valeur 40, la référence de l’échantillon change pour un autre
échantillon et ainsi de suite. Proteus X Convertor traduit ceci en incluant tous les
échantillons et en modifiant l’amplitude à l’endroit où l’échantillon arrive par le
contrôleur. Ce n’est pas exactement ce qui est fait avec le fichier source : L’Proteus X est
obligé d’utiliser la polyphonie tandis que le fichier source active et désactive les
échantillons, économisant des ressources en termes de polyphonie.
Déclenchement du relâchement : Il s’agit du moment où un échantillon est
programmé pour la lecture lorsque le moteur reçoit un message de Note-off au lieu du
message de Note-on habituel. Ceci n’est pas possible avec l’Proteus X ces fonctions sont
ignorées.

Emplacement des échantillons référencés


Tout format multi-échantillon, tel que celui de l’Proteus X, est composé de deux
éléments : le programme et l’échantillon.
Le programme représente les informations déterminant l’échantillon qui sera lu
lorsqu’une note MIDI spécifique déclenche le moteur. Les programmes sont chargés
plusieurs fois sur différentes plates-formes, sur Emu il s’agit de Presets, sur Ensoniq il
s’agit d’instruments, et ainsi de suite.
L’échantillon est constitué des données de l’échantillon et de quelques paramètres
immédiats tels que les points de boucle et la fréquence d’échantillonnage.
Certains formats stockent toutes ces informations dans un seul fichier. Il s’agit de la
méthode « monolithique ». Un fichier .gig de GigaStudio en est un bon exemple. Un
fichier .gig peut être très volumineux s’il contient de longs échantillons ou une grande
quantité d’échantillons.
D’autres formats stockent les informations du programme dans un petit fichier, parfois
appelé fichier de commande. Dans ce fichier, des références de fichier commandent au
moteur de l’échantillonneur de charger un échantillon à partir d’un autre fichier. Ces
références d’échantillon peuvent être rompues en supprimant ou en déplaçant un fichier
d’échantillon ou, dans certains cas, en déplaçant le fichier de commande. Cette méthode
d’organisation est appelée « méthode de fichier séparé pour échantillons ».
Dans cette méthode, le mécanisme intégré de recherche d’échantillon inhérent à la
méthode monolithique n’existe pas. La méthode de fichier séparé pour échantillons a
besoin d’une méthode pour trouver l’emplacement du fichier séparé afin de le charger.
Vous trouverez ci-dessous les différentes méthodes utilisées par les formats pris en
charge.

Systèmes E-MU 143