Vous êtes sur la page 1sur 3

I.P.E.I.

Monastir
Classe:MP2

Corrigé de l’examen d’algèbre

Exercice 1

1 3 1
1. (a) Par un calcul simple on a: f (e1 ) = ( 3; 2; 2) ; f 2 (e1 ) = (1; 0; 2) : Comme 0 2 0 = 4;
0 2 2
0 2
alors B = e1 ; f (e1 ) ; f (e1 ) est une base de E:
0 1
0 0 1
3 0
(b) f (e1 ) = (1; 2; 0) : La matrice de f relativement à la base B est 1 0 @ 1A
0 1 1
(c) On a: f 4 (e1 ) = e1 ; f 4 (f (e1 )) = f f 4 (e1 ) = f (e1 ) ; f 4 f 2 (e1 ) = f 2 f 4 (e1 ) = f 2 (e1 ) :
Comme B 0 est une base de E; alors f 4 = idE :
(d) Comme f 4 (e1 ) = e1 ; e1 ; f (e1 ) ; f 2 (e1 ) ; f 3 (e1 ) est une famille génératrice de E; alors f est
cyclique d’ordre 4 et e1 ; f (e1 ) ; f 2 (e1 ) ; f 3 (e1 ) est un cycle de f:

2. Comme e1 ; f (e1 ) ; :::; f p 1 (e )


1 est une famille génératrice de E de cardinal p et dim (E) = n;
alors p n:

3. (a) 8k 2 N; f p f k (a) = f k (f p (a)) = f k (a)


(b) Comme f p f k (a) = f k (a), 80 k p 1 et e1 ; f (e1 ) ; :::; f p 1 (e1 ) est une famille
génératrice de E; alors f = idE : la relation f p = idE implique que f est bijective et f 1 =
p

f p 1:
p
(c) Soit 2 sp (f ) : Alors, 9x 2 En f0g tel que f (x) = x et par suite x = f p (x) = :x, donc
p
= 1:

4. (a) Avec la dé…nition de m, la famille (a; f (a) ; :::; f m (a)) est liéé, par suite f m (a) 2 Em :
mP1
(b) La réesultat vrai pour m: On suppose que f k (a) 2 Em : Alors f k (a) = i
i f (a) ;donc
i=0
P1
m P
m
f k+1 (a) = if
i+1 (a) = i 1f
i (a) + mf
m (a) 2 Em :
i=0 i=1
(c) Le sysstéme F = a; f (a) ; :::; f p 1 (a) est un générateur de E et comme F Em ; alors
E Em et par suite E = Em ; donc F est une base de E et m = n
Pr
(d) Soit P = ak X k un polynôme non nul annulateur de f: Si r < n; P (f ) = 0; donne ak = 0;
k=0
80 k n et par suite P = 0; ce qui est absurde, donc r n:

5. (a) Comme gf = f g; alors g f k (a) = f k (g (a)) = f k (f n (a)) = f n+k (a) :


(b) Comme a; f (a) ; :::; f n 1 (a) est une base de E; d’aprés a) f n = g .

6. la matrice dans cette base est :


0 1
0 0 ::: a0
B .. C
B1 0 . C
B C
B .. .. C
C = B0 1 . . C
B C
B .. . . .. C
@. . . 0 A
0 ::: 0 1 an 1

1
0 1
..
B1 . C
B . .. C
B C
7. (a) rg (f idE ) = rg (C In ) rg B0 1 C=n 1
B .. . . .. C
@. . . A
0 ::: 0 1
en supprimant la 1ere ligne et la derniére colonne
(b) dimE (f ) = n rg (f idE ) 1 et par suite dimE (f ) = 1:
On a f p = idE ; donc P = X p 1 est annulateur scindé simple de f; donc f est diagonalisable.

Exercice 2

1. [f; g h] = f g h g f h+g f h g h f = [f; g] h + g [f; h]

(a) Montrons par récurrence sur k 2 N; [u; v k ] = kv k :


Le résultat est vrai pour k = 0:
O suppose que [u; v k ] = kv k :
[u; v k+1 ] = [u; v k v] = [u; v k ] v + v k [u; v] = kv k+1 + v k ( v) = (k + 1) v k+1 :
(b) Soit x 2 E: Si v k (x) = 0; alors [u; v k ] (x) = 0 et donc v k (u (x)) = 0; c-à-d u (x) 2 ker v k ; apr
suite ker v k est stable par u:
(c) l’application ' (f ) = [u; v] est une endomorphisme de L (E) ; si 8k 2 N; v k = 0; alors la realtion
' (v) = kv k donne,8k 2 N; k 2 sp (') et donc sp (') est infnie ce qi est absurde car L (E)
est de dimension …nie. Ainsi 9k 2 N; v k = 0 et v est nilpotent

2. (a) 80 i k; v k (xi ) = v n (x) = 0; donc xi 2 ker v k :


Pk
k 1;
Soit 1 ; :::; k 2 R tels que i xi = 0: On applique à cette relation v on trouve
i=1
n 1 (x)
kv = 0 et par suite k = 0 et par itération on trouve i = 0; 81 i k:
0 In 1
v est nilpotent dindice n; alors il existe une base B de E tel que MB (v) = et
0 0
0 In k
donc MB v k = ; 81 k n; alors dim ker v k = n rg v k = n (n k) = n et
0 0
comme la famille (x1 ; :::; xk ) est libre de cardinale k; donc c’est une base de ker v k :
(b) (x1 ) est une base de ker v qui est satble par u; alors u (x1 ) 2 ker v = vect (x1 ) ; donc x1 est un
vecteur propre de u:
(c) Comme 81 k n; ker v k = vect (x1 ; :::; xk ) est stable par u; alors MB (u) est triangulaire
supérieur .

3. (a) (v u) (xk+1 ) = v (u (xk+1 )) = u (v (xk+1 )) v (xk+1 ) = u (xk ) xk :


P
k
(b) Soit k 2 N; ker v k+1 = vect (x1 ; :::; xk+1 ) est stable par u; alors u (xk+1 ) = k+1 xk+1 + i xi ;
i=1
P
k kP1
alors u (xk+1 ) = k+1 v(xk+1 ) + i v(xi ) = k+1 xk + i+1 xi et de même u (xk ) = k xk +
i=1 i=1
kP1
i xi et la realtion de la question précédente donne k+1 = k ; donc k = 1 (k 1) :
i=1
(c) u admet n (n = dim E)valeurs propres deux à deux distincttes alors, u est diagonalisable.

4. (a) u (ek ) = u v n k (en ) = v n k (u (en )) + (n k) v n k (en ) , d’aprés la realtion de la question


1:a); donc u (ek ) = ( n + (n k))ek = k ek ; d’aprés la realtion de 3:b)
(b) v (ek ) = vv n k (en ) = v n (k 1) (en ) = ek 1 :
Par récurrence déscendente sur k n:
le résultat vrai pour k = n
On suupose le résultat vrai pour k: Si ek 1 = 0; alors v (ek ) = 0 et donc ek 2 ker v = vect (x1 ) ;
donc ek est un vecteur propre associé à n ; d’où n = k ce qui est absurde, ainsi ek 1 6= 0:
(c) Comme dans 2:a)

2
0 In 1
(d) MB (u) = diag ( 1 ; :::; n) et MB (v) =
0 0

5. (a) Par un calcul matricielle on trouve AB BA = B , donc [u; v] = v ,( = 1)et donc v est
nilpotent d’aprés 1:c)
(b) On véri…e que A = X 1 X 2 ; donc sp (u) = f0; 1; 1g:
3 = 2 2; donc 3 = 1:
(c) Soit X = (x; y; z) 2 R3
X 2 E 1 (u) =) (u + idE ) (X) = 0 =) ( 2y; 2y; x + y + z) = (0; 0; 0) =) X = x (1; 0; 1)
soit donc e3 = (1; 0; 1) ; e2 = v (e3 ) = (0; 0; 1) ; e1 = v (e2 ) = ( 1; 1; 1)