Vous êtes sur la page 1sur 27

Albuminémie Les enjeux analytiques

Etude comparative multicentrique


Groupe de travail SFBC

F. Blondé-Cynober Laboratoire de Biochimie Hôpital Bicêtre


44ème Colloque National des Biologistes de Hôpitaux, Symposium SFBC, Nantes, 25 septembre 2015
CONTEXTES DE PRESCRIPTION

• Syndrome néphrotique
• Cirrhose
• Variations hémodynamiques

• Hypocalcémie
• Toxicité médicamenteuse

• Prise en charge diagnostique, pronostique, et/ou suivi de la


dénutrition, avec d’autres paramètres :
• Poids, variation de poids, indice de masse corporelle
• Paramètres biologiques
• Grille d’évaluation
FACTEUR PREDICTIF
Morbimortalité liée à la dénutrition
Mortalité Mortalité

Morbidité

DH Sullivan J Am Coll Nutr 1998; 17:574-578 J-L Vincent Annals of Surgery 2002;237:319-334

Etudes réalisées entre 1980 et 2001, Techniques souvent non précisées, Automates obsolètes
SEUILS CRITIQUES Dépistage dénutrition
Référentiel Age Situation clinique ALB g/L
HAS 2007 ≥ 70 ans • Diagnostic de dénutrition protéinoénergétique chez la personne âgée 35
PMSI ≥ 70 ans • Codage Dénutrition légère E44.1 ou modérée E44.0

HAS 2006 ≥ 70 ans • Seuil de dépistage dénutrition chez la personne âgée dans le cadre de la
prescription des produits pour nutrition à domicile et prestations associées
HAS 2014 ≥ 70 ans • Seuil de dépistage dénutrition chez la personne âgée dans le cadre de la
prescription des compléments nutritionnels oraux
ANAES 2003 • Critères permettant d’évoquer un diagnostic de dénutrition protéinoénergétique 30
chez les adultes hospitalisés
Consensus • Recommandations Nutrition artificielle périopératoire
PMSI < 70 ans • Codage Dénutrition légère E44.1 ou modérée E44.0
HAS 2007 ≥ 70 ans • Diagnostic de dénutrition protéinoénergétique sévère chez la personne âgée
PMSI ≥ 70 ans • Codage Dénutrition sévère E43
ANAES 2003 ≥ 70 ans • Critères permettant d’évoquer un diagnostic de dénutrition protéinoénergétique 25
sévère chez les adultes hospitalisés
ANAES 2003 < 70 ans • Critères permettant d’évoquer un diagnostic de dénutrition protéinoénergétique 20
sévère chez les adultes hospitalisés
PMSI < 70 ans •Codage Dénutrition sévère E43
PNNS 2000 Dépistage de la dénutrition chez les adultes hospitalisés selon le type INDEX
d’hospitalisation (CS, SSR, SI, Réas)
ANAES 2003 Syndrome inflammatoire : 2 des 3 paramètres suivants VS
VS > âge/2 homme ou VS > (âge + 10) / 2 Femme CRP
CRP > 15 mg/L
HAPTO
Haptoglobine > 2,5 g/L
INDEX
NRI Index risque nutritionnel (1,519 x albumine g/L)+ 41,7 (pds actuel/pds usuel)*

GNRI Index risque nutritionnel gériatrique (1,489 x albumine g/L) + 41,7 (pds
actuel/pds idéal)*
* Si > 1 prendre =1

NRI GNRI
> 100 > 98 Pas de risque lié à l’état nutritionnel
97,5-100 92-98 Risque bas
83,5-97,5 82-92 Risque modéré
< 83,5 <82 Risque sévère

1 GP Buzby Am J Clin Nutr 1988;47:366-381


2 O Bouillanne Am J Clin Nutr 2005;82:777-783
MAIS…
Biais techniques / automates
Centre lyonnais d’études pour la PROmotion de la BIOlogie et du contrôle de QUALité

ALBUMINE N Cible CV Limites


g/L acceptables
Ensemble des résultats 753 32,94 7,5 30,3-35,6

Néphélémétrie (IN) 45 33,57 > 3,9 30,8-36,3

Colorimétrie (C) 247 34,98 >> 3,9 32,1-37,8


Vert de bromocrésol (VBC)
Colorimétrie 205 32,93 = 2,0 30,2-35,6
Pourpre de bromocrésol (PBC)
Turbidimétrie (IT) 193 31,28 < 5,0 28,7-33,8

Turbidimétrie 90 30,50 << 2,9 28,0-33,0


Roche Cobas c
Turbidimétrie 13 34,65 >> 2,5 31,8-37,5
Siemens
BUT DE L’ETUDE
• Rechercher si la dispersion observée sur les
résultats des contrôles de qualité s’observe
sur des résultats de patients
• Rechercher si la dispersion s’observe
quel que soit le type d’échantillon
plasma / serum
• Rechercher si la dispersion s’observe
à tous les niveaux de valeurs
seuils décisionnels
PROTOCOLE
• Réalisation pools
• Niveaux en adéquation avec seuils décisionnels (20-40 g/L)
• Plasma : n=30, Sérum : n=10

• Réalisation des dosages d’albumine


• 8 sites, 1 à 3 technique(s) / site (LC_MSMS en attente
résultats)
Principes Fournisseurs Automates
Colorimétrie (1 PBC, 3 VBC) Abbott, Roche, Beckman Coulter Olympus Architect, AU 2700, Modular P
Néphélémétrie (4) Siemens, Beckman Coulter Olympus BNII, BNProSpec, Immage, Vista
Turbidimétrie (3) Abbott, Roche Architect, Cobas
Électrophorèse (4) Sebia Capillarys

• Centralisation des résultats


• Exploitation données techniques
• Exploitation résultats (Association Asqualab)
ETUDE MULTICENTRIQUE
Paris APHP :
Hôpital Tenon
Hôpital Beaujon
Hôpital Bicêtre

Bordeaux
Clermont-Ferrand
Lyon
Montpellier
Rouen
SUIVI QUALITE ANALYTIQUE
• CIQE
• Nombre de fournisseurs : 1 (n=10), 2 (n=4), 3 (n=1)
• Fournisseur : « Automate » (n=7)
• Plusieurs niveaux : 1 ou 2 par fournisseur
• EEQ
• 3 fournisseurs
• Centre Toulousain Contrôle Biologique, ProBioQual, Riqas-Randox
• Valeurs
• 20-65 g/L (peu d’échantillons < 35 g/L)
• 59-64%
• Incertitude mesure
• Méthode EEQ/CIQE
• 2 g/L
• Paramètre réalisé sous accréditation
• Aucun site
GAMME DE MESURE
Albumine g/L

130
120
110
100
90
80
70
60
50
40
30
20
10
0
PBC1 VBC1 VBC2 IN1 IN2 IN3 IT1 IT2 IT3
Technique
3 à 120 g/L

PBC Pourpre bromocrésol, VBC Vert bromocrésol, IN Immunonephélémétrie, IT Immunoturbidimétrie


INTERVALLES DE REFERENCE
Albumine g/L Valeurs extrêmes
Selon âge et sexe : VBC1, IN2, IT1, IT3
55

50

45

40

35

30

25
PBC1 VBC1 VBC2 IN2 IN3 IT1 IT2 IT3 Technique
Adulte < 70 ans 35-52 g/L Spécificités Pédiatrie / Gériatrie
PBC Pourpre bromocrésol, VBC Vert bromocrésol, IN Immunonephélémétrie, IT Immunoturbidimétrie
RESULTATS
Plasma et sérum
Graphique Bland-Altman
Calcul des biais (%) par rapport à la moyenne des résultats d’albumine obtenus par toutes les techniques
Calcul des biais moyens par technique

PLASMA Colorimétrie
Immunologie
20%

15%
Biais moyen

10%

5%
SERUM Colorimétrie
0%
Immunologie
Electrophorèse
-5%
20%

Biais moyen
-10% 15%
10%
-15%
5%
-20%
0%
0 10 20 30 40 50
-5%
Albumine g/L
-10%
-15%
-20%

0 20 40
Albumine g/L
RESULTATS
Albuminémie Plasma g/L
Niveaux de concentration
Niveau 1 * Niveau 2 * Niveau 3 Niveau 4 Niveau 5
n=5 n=5 n=5 n=5 n = 10
17,9 ± 2,5 25,6 ± 2,2 30,8 ± 2,6 35,9 ± 2,3 42,5 ± 2,8
(11-24) (21-32) (25-37) (29-41) (34-52)
Turbidimétrie 16,3 ± 1,0 24,1 ± 1,8 29,1 ± 2,4 34,1 ± 2,9 40,8 ± 3,8
(11-20) (21-28) (25-35) (29-40) (34-49)
Néphélémétrie 16,9 ± 0,9 25,5 ± 1,4 30,6 ± 2,1 36,5 ± 1,8 43,6 ± 2,5
(12-20) (23-29) (25-37) (34-41) (39-52)
Colorimétrie 20,0 ± 3,1 26,9 ± 2,6 32,2 ± 2,6 36,5 ± 2,2 42,7 ± 2,2
(16-24) (21-32) (26-37) (32-41) (37-49)

* Différence significative entre les techniques, p<0,001, Test de Fisher


Résultats g/L : moyenne ± écart-type (valeurs extrêmes)
RESULTATS
Comparaison inter-techniques, plasma
COLORIMETRIE
PBC VBC

30%

20%
Biais moyen

10%

0%

-10%

-20% IMMUNOLOGIE Turbidimétrie


-30% Néphélémétrie
0 10 20 30 40 50 30%

Biais moyen
Albumine g/L 20%

10%

0%
-10%

-20%

-30%

PBC Pourbre bromocrésol 0 20 40


VBC Vert bromocrésol
Albumine g/L
RESULTATS
Comparaison inter-automates, plasma
COLORIMETRIE VBC AU
Modular
40%
Biais moyen

30%

20%

10%
BN II
0%
NEPHELEMETRIE BN Prospec
‐10% Dimension
10 20 30 40 50 Immage

Biais moyen
Albumine g/L 20%
10%
0%
‐10%
‐20%
10 20 30 40 50

Albumine g/L Architect


TURBIDIMETRIE
Cobas
10%

Biais moyen
0%

‐10%

‐20%
10 20 30 40 50

Albumine g/L
RESULTATS
• Comparaison serum / plasma
• La nature de l’échantillon n’a pas d’influence sur les biais entre
les techniques
• Comparaison inter-techniques
• Il existe un biais entre les techniques immunologiques et
colorimétriques
• > 10 % à partir de 30 g/L : C > I
• Il existe un biais entre les techniques colorimétriques
• > 10 % à partir de 30 g/L : VBC > PBC
• Les résultats donnés par les techniques immunologiques sont
comparables
• Comparaison inter-automates
• Pour les techniques colorimétriques, les différents automates
donnent des résultats comparables
• Pour les autres techniques, il peut exister un biais > 10 %
ET MAINTENANT …..

• Envisager les missions de chacun


• Fournisseur
• Biologiste médical
• Clinicien
MISSIONS - FOURNISSEUR

• Harmoniser les techniques


• Spécificité des immuns serum, des colorants
• Rapport Ag/Ac
• Conditions de lecture
• Vérifier l’étalonnage des coffrets
• Conditions d’utilisation du matériau de
référence ERM-DA470k/IFCC
• Proposer des intervalles de référence
selon les techniques
MISSIONS - BIOLOGISTE MEDICAL

• Informer les cliniciens


• Suivi des patients
• Maîtriser les performances si plusieurs
techniques au sein d’un laboratoire
• Filière par services prescripteurs
• Filière par objectif de prescription (ex
nutritionnel)
• Ne pas utiliser l’électrophorèse pour rendu
quantitatif de l’albuminémie
ACCREDITATION

• Calculer l’incertitude de mesure


• Méthode CIQ/EEQ avec des résultats de
« pairs »
• Aux valeurs seuils décisionnelles
• Peu d’EEQ < 35 g/L
• Pas d’EEQ < 50 % pour électrophorèse
Échantillon « frais » recommandé
APPLICATION PRATIQUE
• Suivi Mr Biais 80 ans, Poids actuel 60 kg Poids idéal 70 kg
• Pas de syndrome inflammatoire, Pas de problème d’hydratation
• Prise en charge par 2 laboratoires
Laboratoire A : Fidélité intermédiaire CV 2% (0,7 g/L pour 36 g/L), Incertitude mesure 2 g/L
Laboratoire B : Fidélité intermédiaire CV 5% (1,6 g/L pour 32 g/L), Incertitude mesure 3 g/L
Laboratoire A Laboratoire B
Résultat Bilan entrée 36 g/L 32 g/L
Diagnostic Critères ANAES Pas dénutrition Dénutrition
≥ 70A, Seuils 35 et 30 g/L
En tenant compte de l’incertitude Dénutrition possible Pas dénutrition
Dénutrition sévère
Cotations possibles PMSI RIEN RIEN
E44.0/E44.1 E43/E44.0/E44.1
GNRI 89.3 83.3
Diagnostic risque lié à dénutrition Modéré Sévère

Résultat 1 mois 38 g/L 36 g/L


2,8 x ET fidélité intermédiaire 2 g/L 4,5 g/L
La variation est elle significative d’une NON NON
variation physiopathologique ?
MISSIONS - CLINICIEN

• La situation
– ANAES 2003 : albumine non préconisée mais « peut
conduire à évoquer le diagnostic de dénutrition »
– Mais utilisée de façon systématique en pratique clinique

• En l’absence d’harmonisation entre les techniques


Nécessité de nouvelles études cliniques
– Définir des seuils d’albuminémie, facteurs de risque de
complication liés à la dénutrition, selon les techniques
utilisées
HAS 2014
Indicateurs pour l’amélioration de
la qualité et la sécurité des soins
Prise en charge des patients
hémodialysés chroniques

Serum albumin should be above 40 g/l


by bromocresol green method (Evidence level II)
For other albumin assessment methods
the target values should be adapted
to the above (Opinion)
Membres du groupe

Christian AUSSEL Jean-Philippe BASTARD Marie-Christine BEAUVIEUX


Unité Nutrition Laboratoire Biochimie-Hormonologie Laboratoire Biochimie GHS
Hôpital Henri Mondor, APHP Dr Guillaume LEFEVRE Pr Hubert de VERNEUIL
Hôpital Tenon, HUEP, APHP Hôpital Haut-Lévêque, Bordeaux

Pascale BEYNE
Françoise BLONDE-CYNOBER Sophie CLAESSENS
Laboratoire de Biochimie,
Laboratoire Biochimie Laboratoire Biochimie Médicale
Dr Katell PEOC’H
Pr Patrice THEROND Hôpital Charles Nicolle, Rouen
Hôpital Beaujon, HUPNVS, APHP
Hôpital Bicêtre, GHUPS, APHP

Jocelyne DRAI Sylvain LEHMANN Christine LOMBARD


Laboratoire Biochimie Laboratoire Biochimie-Protéomique, Laboratoire Immunologie
CHLS, Lyon CHU, Montpellier CHLS, Lyon

Adrien ROSSARY Marie-Paule VASSON Ingrid ANGLARD


Laboratoire de Biochimie et Nutrition Nutrition, Centre Jean-Perrin Asqualab
Pr M.-P. VASSON Biochimie Médicale - Pr V. SAPIN Paris
UMR1019, INRA - Université d’Auvergne GHU Gabriel-Montpied, Clermont-Ferrand
Faculté Pharmacie, Clermont-Ferrand