Vous êtes sur la page 1sur 1

Résumés des présentations aux JFN de Marseille 2015 / Nutrition clinique et métabolisme 30 (2016) 46–61 57

étaient régulièrement augmentés pour atteindre 133 % de la dépense énergé- AU2700 et Immage (Beckman Coulter Olympus) (n = 3) ; Modular et Cobas
tique de repos avec une prise de poids maternelle de 10 kg. Dans un centre, un (Roche) (n = 2) ; BN et Vista (Siemens) (n = 3). La comparaison entre les tech-
suivi préconceptionnel a été mis en place depuis 2009 pour les femmes ayant niques et les automates a été réalisée par un test de Bland–Altman.
exprimé un désir de grossesse. 11 grossesses sur 18 ont eu lieu après 2010. Le Résultats Les valeurs d’albuminémie (g/L) des pools plasmatiques obtenues
terme était de 37 ± 2 SA avec 35 % de prématurité. Lors des grossesses, les sont présentées dans le Tableau 1 par niveau de concentration : moyenne ± écart-
complications maternelles ont été une aggravation de la maladie sous-jacente type (valeurs extrêmes). Il est observé une dispersion des résultats selon les
à type de sub-occlusion (n = 7), ou une complication liée à la NP (n = 6) dans techniques, particulièrement importante pour les valeurs < 30 g/L (p < 0,001, test
la majorité des cas, avec, au total, des complications au cours de 67 % des de Fisher). Une dispersion des résultats est aussi observée selon les automates
grossesses. L’accouchement s’est compliqué dans deux cas d’une hémorragie utilisés.
de la délivrance dont une rupture utérine chez une patiente atteinte de pseudo- Conclusion Notre étude confirme que les résultats d’albumine sont liés au
obstruction intestinale chronique. Les nouveau-nés étaient hypotrophes 4 fois tandem technique–automate. Le biais entre les résultats d’un même pool peut
sur 18, un enfant était mort-né (vasculopathie non étiquetée). Avec un suivi de atteindre 4 g/L au niveau des seuils diagnostiques de dénutrition. Cette notion
3,5 ans, 15 enfants sur 17 sont considérés en bonne santé. de variabilité de résultats n’est généralement pas prise en compte dans leur
Conclusion Cette série, la plus importante rapportée à ce jour, montre que interprétation et tout changement de technique au sein d’un laboratoire doit
la grossesse est possible chez des femmes en NPAD de longue durée. Le être anticipé. De plus, l’utilisation simultanée de plusieurs techniques au sein
taux de complications, relativement élevé en cas de troubles moteurs intes- d’un même laboratoire est un facteur de risque critique qui doit être maîtrisé. Il
tinaux, suggère que cette population devrait être particulièrement surveillée. apparaît nécessaire de vérifier les seuils d’albumine retenus par les référentiels
L’augmentation croissante des grossesses au cours des 15 dernières années, pro- Anaes-HAS et de définir, s’il y a lieu, de nouveaux seuils en fonction de la
bablement liée à l’amélioration de la survie, de la qualité de vie en NPAD technique utilisée. L’impact sur le codage des diagnostics dans le recueil PMSI
et à un changement d’attitude des praticiens, incite à alerter l’ensemble des devra aussi être envisagé.
centres de NPAD, et à favoriser la mise en place d’un suivi spécifique rapproché
multidisciplinaire (gastroentérologue, nutritionniste, obstétricien) des femmes
Tableau 1 Résultats des valeurs d’albuminémie par niveau de concentration
enceintes mais, également, à envisager des consultations pré-conceptionnelles
pour l’ensemble des femmes sous assistance nutritive, en âge de procréer. selon la technique utilisée.
Niveau 1 Niveau 2 Niveau 3 Niveau 4 Niveau 5
Toutes 17,9 ± 2,5 (11–24) 25,6 ± 2,2 (21–32) 30,8 ± 2,6 (25–37) 35,9 ± 2,3 (29–41) 42,5 ± 2,8 (34–52)
Déclaration de liens d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens
techniques
d’intérêts. Turbidimétrie 16,3 ± 1,0 (11–20) 24,1 ± 1,8 (21–28) 29,1 ± 2,4 (25–35) 34,1 ± 2,9 (29–40) 40,8 ± 3,8 (34–49)
Néphélémétrie 16,9 ± 0,9 (12–20) 25,5 ± 1,4 (23–29) 30,6 ± 2,1 (25–37) 36,5 ± 1,8 (34–41) 43,6 ± 2,5 (39–52)
http://dx.doi.org/10.1016/j.nupar.2016.01.024 Colorimétrie 20,0 ± 3,1 (16–24) 26,9 ± 2,6 (21–32) 32,2 ± 2,6 (26–37) 36,5 ± 2,2 (32–41) 42,7 ± 2,2 (37–49)

Déclaration de liens d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens


d’intérêts.
Dénutrition http://dx.doi.org/10.1016/j.nupar.2016.01.025

O61
O60
Variation de poids après un diagnostic de
Albuminémie une valeur exacte ? cancer et facteurs socio-économiques,
F. Blonde-Cynober 1,∗ , J.-P. Bastard 2 , A. Rossary 3 , I. Anglard 4 ,
M.-C. Beauvieux 5 , P. Beyne 6 , S. Claeyssens 7 , J. Drai 8 , C. Lombard 8 , démographiques, et cliniques associés :
C. Aussel 9 , S. Lehmann 10 , M.-P. Vasson 11,12 , au nom de Groupe SFBC résultats de la cohorte prospective
1 Laboratoire de biochimie, hôpital Bicêtre, AP–HP, Le Kremlin-Bicêtre,
NutriNet-Santé
France P. Fassier 1,∗ , L. Zelek 1,2 , P. Bachmann 3 , M. Touillaud 3 ,
2 Laboratoire de biochimie, hôpital Tenon, AP–HP, Paris, France
N. Druesne-Pecollo 1 , S. Hercberg 1,2 , P. Galan 1 , P. Cohen 4 , H. Hoarau 5 ,
3 Laboratoire de biochimie, faculté de pharmacie, Clermont-Ferrand, France
P. Latino-Martel 1 , M. Deschasaux 1 , M. Touvier 1
4 Asqualab, Paris, France 1 Équipe de recherche en épidémiologie nutritionnelle (Eren), UMR U1153
5 Laboratoire de biochimie, CHU, hôpital Haut-Lévêque, Bordeaux, France
Inserm/U1125 Inra/Cnam/université Paris 13, Centre de recherche en
6 Laboratoire de biochimie, hôpital Beaujon, AP–HP, Clichy, France
épidémiologies et biostatistiques, Sorbonne Paris Cité, Bobigny, France
7 Laboratoire de biochimie, hôpital Charles-Nicolle, Rouen, France 2 Département de Santé Publique, hôpital Avicenne, Bobigny, France
8 Laboratoire biochimie immunologie, CHU Lyon Sud, Pierre-Bénite, France 3 Unité cancer, environnement et nutrition, CRLCC Léon-Bérard, Lyon, France
9 Unité de nutrition, hôpital Henri-Mondor, AP–HP, Créteil, France 4 DySola, EA 4701, université de Rouen, Rouen, France
10 Laboratoire de biochimie, hôpital Saint-Éloi, Montpellier, France 5 DySola, EA 4701, CHU de Bordeaux, Bordeaux, France
11 Unité nutrition, CHU Gabriel-Montpied, Clermont-Ferrand, France ∗ Auteur correspondant.
12 Laboratoire de biochimie, centre Jean-Perrin, Clermont-Ferrand, France
Adresse e-mail : p.fassier@uren.smbh.univ-paris13.fr (P. Fassier)
∗ Auteur correspondant.
Introduction et but de l’étude Suite au diagnostic d’un cancer, alors que cer-
Adresse e-mail : francoise.cynober@gmail.com (F. Blonde-Cynober) tains patients ont des difficultés à s’alimenter et souffrent de dénutrition, d’autres
Introduction et but de l’étude Les techniques et les automates permettant le au contraire, prennent du poids. Dans les deux cas, ces évolutions peuvent avoir
dosage de l’albumine ont évolué. Une nouvelle standardisation a été proposée un impact sur le pronostic de la maladie et le risque de récidives ou de second
aux fournisseurs en 2010, mais la dispersion des résultats des contrôles de qualité cancer. L’objectif de cette étude était de quantifier la variation de poids entre
montre qu’elle n’est pas optimale. Le but de l’étude a été de rechercher si les avant et après un diagnostic de cancer dans une large cohorte prospective, et
valeurs d’albuminémie sont technique- et/ou automate-dépendants aux seuils d’investiguer les facteurs associés à ces évolutions pondérales.
diagnostiques recommandés, selon l’âge des patients, dans un cadre nutritionnel : Matériel et méthodes La population d’étude était composée de 1051 cas de
20, 25, 30, 35 g/L. cancer incidents validés par un comité médical, diagnostiqués dans la cohorte
Matériel et méthodes Dans le cadre d’une étude multicentrique (six sites), NutriNet-Santé entre mai 2009 et juillet 2015. Les données de poids et de taille
des pools de plasma (n = 30) correspondant à cinq niveaux d’albuminémie étaient collectées de manière prospective tous les 6 mois au cours du suivi. Les
(15 à 50 g/L) ont été réalisés. Le dosage d’albumine a été effectué sur chaque indices de masse corporelle (IMC) moyens avant et après le diagnostic de cancer
pool par des techniques : immunoturbidimétriques (IT) (n = 3), immunonéphé- ont été calculés et comparés avec des tests de Student sur données appariées.
lémétriques (IN) (n = 4), colorimétriques (C) pourpre (PBC) (n = 1) et vert Les caractéristiques associées à une prise de poids modérée ou sévère (≥ 5 %)
de bromocrésol (VBC) (n = 3), sur les automates : Architect (Abbott) (n = 3) ; ont été investiguées par régression logistique non conditionnelle.