Vous êtes sur la page 1sur 66

Chaîne logistique

Concepts et enjeux de la chaîne


logistique globale,
Modélisation
Chaîne logistique

Contenu:
La chaine logistique, les flux
Le SCM; méthodes et approches; MRP, GPA,…
Méthodes d’analyse; SCOR, VSM
La qualité et la logistique
Introduction sur la modélisation de la chaine
Cas et exemples
Chaîne logistique

Travaux de recherche:
Gr1: La méthode SCOR, Supply Chain Operation Reference Model
GR2: La traçabilité en logistique; la RFID et le
système EPC
Gr3: GPA et GPA Multipick
Gr4: Méthode de cartographie des flux de valeur
VSM Value Stream Maping
Gr5: Le Kanban.
Gr6: Le Bullwhip
Chaîne logistique

La logistique est souvent définie comme «


technologie de maîtrise des flux
physiques de marchandises et
d’informations associées que les
entreprises expédient, transfèrent et
reçoivent » (définition adaptée de Colin &
Paché, 1998, p.26)
Chaîne logistique

La fonction de la logistique dans


l’entreprise est « d’assurer au moindre
coût la coordination de l’offre et de la
demande, aux plans stratégique et
tactique, ainsi que l’entretien à long terme
de la qualité des rapports fournisseurs-
clients qui la concernent » (Tixier et al.,
1996, p.33).
Chaîne logistique

La logistique est une démarche globale


de gestion des flux (physiques,
informationnels et financiers) qui s’appuie
sur une vision transversale de l’activité et
de l'organisation et qui s’intéresse tout
particulièrement à la gestion des multiples
interfaces intra et interentreprises
concernées par le processus logistique.
Chaîne logistique

Ce processus commence à l’instant


même où une personne commence à
s’interroger sur le produit [service] qu’une
entreprise veut concevoir puis
commercialiser et ne se termine que
lorsque le produit, conçu, développé,
produit, vendu, maintenu et utilisé, est
démantelé et que les matières qui le
composaient trouvent un nouvel usage.
Les flux logistiques

Définition

Les termes flux tirés (tendu) et flux


poussé sont utilisés pour désigner la
manière de déplacer les produits au cours
de la chaîne de transformation.
Les flux logistiques

Les flux poussés

A partir des prévisions de la demande


on planifie les ressources dont on aura
besoin pour y répondre à l'aide d'un plan
de production. On ne se base donc pas
sur les commandes réelles pour
dimensionner stocks et ressources
nécessaires.
Les flux logistiques

Les flux tirés (tendus)


Les quantités produites correspondent
au plus juste à la demande du marché.
Les flux tirés visent à supprimer les coûts
de possession des stocks. L'application
la plus connue des flux tendus est le
Juste à Temps
Les flux logistiques

Le réseau de flux
Représentation graphique ou symbolique
Un flux est représenté par une flèche ou arc.
Cet arc relie deux sommets appelés nœuds,
Un nœud usine est représenté généralement
par un rectangle,
Les distributeurs eux sont représentés par un
cercle.
Les flux logistiques

Le réseau de flux
Représentation géographique
C’est une représentation naturelle du réseau,
elle met en évidence les circuits et les
distances.
Elle très avantageuse dans le cas
d’organisation des tournées de distribution.
LE SCM
• QU'EST-CE QU'UN SCM
L'expression anglaise Supply Chain
Management (SCM) peut se traduire
par "gestion de la chaîne
d'approvisionnement" (supply chain en
anglais).
LE SCM
• Le Supply Chain correspond à la
vision globale des flux logistiques
de l'entreprise mais aussi de ses
fournisseurs et de ses clients.
LE SCM
• Le Supply Chain Management
permet de gérer cette "chaîne
élargie" dans une logique de
collaboration entre tous les
intervenants.
LE SCM
• Théorème fondamental SCM:
Bullwhip
• Plus on s’éloigne du
consommateur plus la variabilité
de la commande augmente
LE SCM
• Théorème d’ORLICKY:
• Les besoins indépendants sont à
estimer
• Les besoins dépendants doivent
être calculés.
LE SCM
• L'idée générale est que l'optimum
global n'est pas obtenu en
sommant des optimums locaux
mais grâce la coordination entre
acteurs qui ont parfois des
intérêts divergents.
LE SCM
• On passe d'une logique de clients /
fournisseurs / concurrents à une
logique de partenaires. La mise en
application d'un tel credo s'appuie
sur le développement des
systèmes d'informations (EDI, ERP
, etc.).
LE SCM
• MRP (Material Requirement Planning), MRP2
(Manufacturing Resources Planning)
C'est un système de pilotage des ressources
basé sur la prévision des ventes et les
nomenclatures de produit (flux poussé).

Le MRP transforme les données commerciales


relatives aux ventes en données de production.
LE SCM
• GPA (Gestion Partagée des
Approvisionnements)
• La GPA est un système utilisé principalement
dans les hypermarchés, où certaines grandes
marques (Coca-Cola, Danone...), assurent elles-
mêmes le réapprovisionnement de leurs
produits.
LE SCM
• GPA (Gestion Partagée des
Approvisionnements)
• Le fournisseur ne se borne plus à simplement
exécuter les ordres du client, mais devient co-
responsable de l’approvisionnement. Il peut lui-
même prévoir les besoins et adapter la
production et la logistique requise.
Les avantages résident dans la diminution des
stocks, la maîtrise des ruptures et la modération
des coûts.
LE SCM
• GPA multipick
• Le principe de la GPA multipick consiste à
confier à un groupe de fournisseurs la gestion
du réapprovisionnement à la place des
entrepôts centraux des distributeurs.
LE SCM
• GPA multipick
• Totalement basée sur une approche dite
collaborative. L’objectif est de constituer un flux
de transport commun : les commandes sont
calculées dans un même système et voyagent
ensemble. Le pôle de chargement géographique
ainsi constitué autorise la mise en place d’une
navette entre les partenaires industriels et leurs
clients.
LE SCM
• Le CPFR (Collaborative Planning and
Forecasting Replenishment) permet la
gestion complète de la supply chain,
étendue aux fournisseurs et clients
LE SCM
• Global fulfillment
• Le Global Fulfillment fédère les différentes
fonctions de l'entreprise moderne : CRM,
SCM, pilotage....
• Il s'agit d'intégrer la demande réelle du
client dans les planifications plutôt que de
baser les prévisions sur des ventes
forcément contraintes par les produits déjà
disponibles.
LE SCM
• LA TRAÇABILITÉ :
• La traçabilité a été définie en 1987 par
la norme NF EN ISO 8402 comme «
l’aptitude à retrouver l’historique,
l’utilisation ou la localisation d’une
entité au moyen d’identifications
enregistrées ».
LE SCM
• Le Tracing (Traçabilité produit) permet de
reconstituer qualitativement le parcours des
produits. On l’utilise pour rechercher les
causes d’un problème qualité.

• Le Tracking (traçabilité logistique)


correspond à un suivi quantitatif. Il permet
de localiser les produits, déterminer les
destinations et les origines.
LE SCM

• La traçabilité descendante est la


capacité de retrouver la localisation
des produits à partir de critères.
• La traçabilité ascendante est la
capacité à retrouver l’origine et les
caractéristiques d’un produit à partir de
critères.
LE SCM
• EAN, UCC et GCI
• Jusqu'alors, les industriels et les distributeurs européens
utilisaient les normes EAN (European Article Numbering),
les Nord-américains les normes de l'UCC (Uniform Code
Council). La GCI (Global Commerce Initiative) est une
structure de travail créée en 1999 par des industriels et les
distributeurs (Auchan, Carrefour, Tesco, ...) et des
fabricants (Nestlé, Coca Cola, Procter & Gamble, Johnson
& Johnson...) afin de faciliter l'intégration de la chaîne
d'approvisionnement et de simplifier les processus
commerciaux.
LE SCM
• Format de codification
• L'ensemble de ces codes sont structurés de manière voisine :
• un préfixe variable suivant les situations
• un identifiant d'une personne morale, généralement attribué par
un organisme normalisateur national,
• un identifiant spécifique (lieux, produit, colis...) attribué par la
personne morale en question,
• une clé de contrôle, pour s'assurer de l'intégrité du code et de
l'exactitude de la lecture.
LE SCM
• Nature des informations transmises
• le GLN (Global Location Number) : pour
identifier la destination,
• le GTIN (Global Trade Item Number) : pour
identifier le produit,
• le SSCC (Serial Shipping Container Code) : pour
identifier le colis.
LE SCM
• GLN (Global Location Number), code lieux-
fonctions international
• C'est une codification internationale unique à 13
chiffres, utilisée pour désigner un emplacement.
LE SCM
• GTIN (Global Trade Item Number)
• C'est une codification internationale unique à 13
chiffres, utilisée pour désigner un produit à
l'unité, susceptible d'être acheté par le
consommateur final.
Il constitue donc l'élargissement du code EAN-
13.
LE SCM
• SSCC (Serial Shipping Container Code)
• Code international à 18 chiffres utilisé
pour numéroter les colis en logistique.
Par exemple, trois articles identiques
expédiés dans trois colis différents auront
le même code article EAN-13, mais des
codes SSCC différents.
LE SCM
• LA RFID « Radio Frequency
Identification »
• La RFID est un système d'identification
par radiofréquence qui permet d'écrire, de
stocker et de relire des informations sur
des étiquettes électroniques intégrées aux
produits à tracer.
LE SCM
• Système EPC (Electronic Product
Code)
• Le système EPC est un système de codification
international, analogue à la codification EAN.
Il associe la technologie RFID à un réseau de
bases de données accessibles par Internet.
Chaque objet est identifié par un code (dit EPC)
et toutes les informations relatives à l'objet sont
retrouvées grâce au réseau.
LE SCM
• La logistique des retours « Reverse
logistics »
• La logistique des retours concerne la gestion
des flux du consommateur vers le producteur.
Ces flux peuvent avoir pour objet la gestion du
Service Après Vente (SAV), le recyclage des
déchets ou la gestion des invendus (en
particulier dans la distribution de la presse par
exemple), ainsi que les emballages et palettes.
LE SCM
Mesure de performance (Les KPI) dans la
logistique

Les KPI logistiques (Key Performance


Indicator) sont des outils de mesure de
performance, utilisés dans les tableaux de
bord de gestion.
LE SCM
• Citons par exemple :
• - le taux de rupture,
- la couverture des stocks d'une référence
- la rotation d'une référence
- le nombre de palettes réceptionnées /
expédiées
- colis préparés par opérateurs de picking
- nombre de kilomètres
- taux de kilomètres "à vide"
- taux de vide sur un camion
LE SCM
• Prestataire logistique 3PL (3td-Party
Logistics Provider)
• Un fournisseur 3PL (Third-Party Logistics
provider) prend en charge une partie plus ou
moins conséquente de la logistique de ses
clients. Cette sous-traitance porte en particulier
sur la gestion d’entrepôt et du transport (et tous
les services associés et liés).
LE SCM
• Prestataire logistique 4PL (4th-Party
Logistics Provider)

Les prestataires logistiques de type 4PL (4th-
Party Logistics Provider) ont pour objectif de
coordonner les différents acteurs intervenant le
long de la chaîne logistique. Cette notion de
prestataire logistique élargi est liée à la notion
de chaîne logistique élargie.
LE SCM
• Moyens et outils du SCM
• On trouve à l'origine de la SCM des
applications spécialisées. Les activités de
planification sont assurées parpar des
fonctions de type :
• APS Advanced Planning and Scheduling
• SCP Supply Chain Planning.
LE SCM
• Les logiciels d'exécution sont des :
• WMS (Warehouse Management System) Gestion
d'entrepôts,
• TMS (Transport Management System) Gestion du
transport,
• PMS (Plant Management System) Gestion d'usine
• La gestion des aléas est effectuée par les SCEM,
Supply Chain Event Management.
LE SCM
• Les différentes sources d’incertitude
dans une chaîne logistique
• La gestion de la chaîne logistique globale
est composée de cinq processus: la
planification, l’approvisionnement, la
production, la distribution et la gestion des
retours. Ces processus génèrent des
différentes sources d’incertitude
LE SCM
• Le coup de fouet
• Le problème majeur de la chaîne logistique
est la lute contre le coup de fouet. Cet effet
cause des variations imprévisibles dans les
demandes adressées à l’entreprise, ce qui
provoque de ruptures de stocks ou bien des
surstocks. Par conséquent cet effet coûte de
l’argent soit en terme de dépenses
d’entreposage soit en terme de manque à
gagner.
LE SCM
• SCOR - Supply Chain Operation Reference
Model
• Le SCOR est une méthode de représentation
des flux d'une entreprise développée par le
Supply Chain Council (SCC). En modélisant les
systèmes logistiques, elle permet de créer un
langage commun aux acteurs de la supply chain
et d’harmoniser leurs pratiques. Elle facilite ainsi
le pilotage de la supply chain et en construit des
indicateurs standardisés.
LE SCM
• SCOR - Supply Chain Operation Reference
Model
• Son principe de base est la considération de
supply chain depuis les fournisseurs des
fournisseurs jusqu'aux clients des clients. Ce
fondement a pour objectif le gérer efficacement
l'ensemble de la supply chain d'une entreprise.
LE SCM
• SCOR - Supply Chain Operation Reference
Model
• La méthode SCOR décompose la supply chain
en quatre processus de management :
• Trois processus d‘exécution
- Source : les Approvisionnements (internes ou
externes)
- Make : la Production
- Deliver : la Distribution
LE SCM
• SCOR - Supply Chain Operation Reference
Model
• Le processus de Planification / Pilotage
- Plan : la Planification ou le Pilotage
• Les processus d'exécution sont liés
chronologiquement. Il existe un lien client /
fournisseur entre eux. La gestion de ces
interactions est rendue possible grâce au
processus de pilotage / planification
LE SCM
• VSM – Value Stream Mapping
• Il s’agit de l’utilisation de la cartographie de la
chaîne de valeur pour améliorer les
processus logistiques
• La cartographie de la chaîne de valeur fut
popularisée en 1998 par Mike Rother et John
Shook avec leur livre « Bien voir pour mieux
gérer » (Learning to see).
LE SCM
• VSM – Value Stream Mapping
La cartographie de la chaîne de valeur permet de :
• visualiser la chaîne de production dans son
entier;
• d’indiquer les causes du gaspillage;
• fournir une base commune d’échange;
• démontrer les liens entre les flux de matière et
les flux d’information;
LE SCM
• VSM – Value Stream Mapping
• de mettre en lumière les priorités de
simplification des flux de matière et
d’information;
• de représenter sur une seule page la chaîne de
production remaniée (l’état futur);
• de préciser les opportunités d’amélioration;
• de faciliter l’élaboration d’un plan de mise en
œuvre global et cohérent.
LE SCM
• La logistique de production; méthodes
d’ordonnancement
• Définition
• L’ordonnancement est la détermination de
l’ordre de passage d’un certain nombre de
travaux à l’exécution.
• Cette détermination concerne la planification de
l’utilisation des ressources disponibles en
homme et en machine
LE SCM
• La logistique de production; méthodes
d’ordonnancement
• Ordonnancer la production consiste à répondre
aux questions :
– Quels produits va-t-on fabriquer ?
– Où seront-ils fabriqués ? C'est-à-dire : dans
quels ateliers, sur quelles machines ?
– Quand seront-ils fabriqués ? A quel moment va-
t-on démarrer la fabrication de tel ou tel
produit ?
LE SCM
• La logistique de production; méthodes
d’ordonnancement
• Ordonnancer la production consiste à
répondre aux questions :
– Qui les fabriquera ? Quel employé va-t-on
affecter à la fabrication des différents
produits ?
– Combien de temps faudra-t-il pour les
fabriquer ?
LE SCM
• La logistique de production; méthodes
d’ordonnancement
• Rôle de L’Ordonnancement ;
C’est de déterminer le programme optimal
d’utilisation des moyens de production permettant
de satisfaire au mieux les besoins des ordres de
fabrication OF qui eux répondent au PDP qui en
finalité est tracé en fonction de la demande.
LE SCM
• La logistique de production; méthodes
d’ordonnancement
– Techniques d’ordonnancement; Gantt,
MPM, PERT, …etc.
– Algorithmes; TOM, Johnson
– Règles de priorité; FIFO, …
LE SCM
• Outils de La qualité dans l’amélioration de la
chaine logistique
• La Roue de Deming
• Méthode 8D ou 8 Do
de résolution de problèmes
• Le Kaizen
• Le Lean
LE SCM
• Outils de La qualité dans l’amélioration de la
chaine logistique
• La méthode des « 5S »
• Le QQOQCCP.
• Diagramme cause-effets
• Diagramme de Pareto
• LE SMED
• Poka-Yoke
LE SCM
• MODÉLISATION DE LA CHAINE LOGISTIQUE
• T : ensemble des périodes de l’horizon de
planification;
• N : ensemble des produits (produits finis,
composants, matières premières) ;
• K : ensemble des ressources;
• gi,j , : quantité de produit j nécessaire pour
fabriquer une unité de produit i (nomenclature);
• bi,k , : Quantité de ressource nécessaire pour
fabriquer une unité du produit i sur la ressource
k (Gamme de fabrication) ;
LE SCM
• MODÉLISATION DE LA CHAINE LOGISTIQUE
• LAi,t , : Quantité de livraison attendue de produit i pour la
période t,
• DApi,t : Quantité de produit i commandée pour le début
de la période t,
• hi : Coût de stockage du produit i (qui peut être une
matière première, une composantes, ou le produit fini) ;
• pi,t , : Coût de production d’une unité de i dans la période
(t) ;
• Capi : Coût d’approvisionnement d’une unité de i;
• CDi : Coût de distribution d’une unité de i;
• Ct,k : Capacité de production de la ressource k pendant la
période t.
LE SCM
• Les variables de décision du modèle sont
relatives à:
• La production: Xi,j,k , , représente la quantité de
produit i fabriquée sur la ressource k pendant la
période t;
• Les approvisionnements: DApi,t , représente la
quantité de produit i dont il faut s’approvisionner au
cours de la période t;
• La distribution : Di,t , représente la quantité de
produit fini demandé dans t; enfin,
• La variable d’état Ii,t , correspond au niveau de
stock en produit i au début de t..
LE SCM
• On suppose par la suite que:
• α(i) pondère les stocks Ii,j ;
• β(i) pondère la production Xi,j,k
• γ(i) pondère l’approvisionnement
DApi,t , et
• θ(i) pondère les variables de
distribution Di,t .
LE SCM
• La formulation du critère pour le modèle de planification est :

Min[∑i ∑t[α(i)hi Ii,t +∑k β(i) pi,t Xi,t,k + γ(i) DApi,t x Capi+θ(i) Di,t]]

Les contraintes s’écrivent :

L’évolution des stocks :
Ii,t+1 = Ii,t + ∑ Xi,t,k ­ ∑ gi,j +  DApi,t ­ Di,t               (1)

 
LE SCM
•Capacités limités :

De production ∑i ∑k ∑t bi,k Xi,k  ≤ Ck,t             (2)
De stocks        ∑i ∑k ∑t Ii,k,t       ≤ Sk,t             (3)
De transport   ∑i ∑k ∑t Di,t        ≤ Tk,t             (4)

Ii,t,k , Xi,t,k ,  DApi,t ,  Di,t,k           ≥ 0               (5)