Vous êtes sur la page 1sur 18

UNIVERSITÉ D’ANTANANARIVO

ÉCOLE SUPÉRIEURE POLYTECHNIQUE D’ANTANANARIVO


MENTION : GÉNIE ÉLECTRIQUE
PARCOURE : RÉSEAUX D’ÉNERGIE ET ÉNERGIE
RENOUVELABLE 2018/2019

EXAMEN DE TRANSPORT D’ÉNERGIE

Fait par : RANDRIANANJA ANJARASOA FENITRA FIFALIANA


GE M2

Enseignant : Professeur ANDRIANAHARISON Yvon de l’ESPA


Exo 1

Parti A : charge inductive RL

1) Ampèremètre ; dans la mesure AC.


2) Calcul de 𝑽𝒓 et 𝑽𝑳 :

𝑉𝑟 = 𝑅 ∗ 𝐼𝑅𝐿 ; 𝑉𝑟 = 23,2 ∗ 3 = 69,6 𝑉 ;

𝑉𝐿 = 𝐿 ∗ 𝜔 ∗ 𝐼𝑅𝐿 ; 𝑉𝐿 = 23,2 ∗ 0.03 ∗ 2𝜋 ∗ 50 = 218,654 𝑉 ;

3) Représentation :
50 V → 1 cm

4) Traçage de ⃗𝑽
Relation vectoriel de tales ;

5) Valeur efficace de 𝑽 :
⃗ ‖ = √𝑉𝑅2 + 𝑉𝐿2 = 229,46𝑉 ≃ 300𝑉cqfd
‖𝑉
6) Calcul de déphasage :
𝑉𝐿
tan 𝜑 = = 3,14;
𝑉𝑅
→𝜑 = 72,23°

Parti B : charge inductive associée au condensateur ;

1. Calcul de 𝑰𝑪 ;
𝐼
𝐶
𝑉 = 𝑉𝐶 = 𝐶∗𝜔 ; → 𝐼𝐶 = 230 ∗ 285 ∗ 2 ∗ 50 ∗ 𝜋 ∗ 10−6 = 20,59 𝐴
2. Représentation du vecteur Fresnel ;
𝐼𝑅𝐿 = 23,2 𝐴 → 2cm ;
𝐼𝐶 = 20,59 𝐴 → 1,7cm ;
3. Traçage de 𝐼 ;

4. Méthode graphique calcul de 𝑰 ;

𝐼 = 0.7𝑐𝑚 = 8,12𝐴
5. Méthode graphique calcul de 𝝋 ;

𝜑 = 11°
6. Nature de la charge ;

La charge est inductive

Exo 2 : facteur de puissance d’une installation :

 Calcul de 𝑰𝟏 et de 𝑸𝟏 :
𝑃
𝐼1 =
𝑈 ∗ 𝑘1 ∗ √3
400000
𝐼1 = = 634,45 𝐴
400 ∗ 0.91 ∗ √3

𝑄1 = √3 ∗ 𝑈 ∗ 𝐼 ∗ √1 − 𝑘12 = 182,27 𝑘𝑉𝐴𝑅

 Calcul de la puissance apparente :

𝑆1 = √3 ∗ 𝑈 ∗ 𝐼 = 439,47 𝑘𝑉𝐴
 Puissance 𝑷𝟐 consommée :

La puissance consommée 𝑃2 est égale a 𝑃 puisque les condensateurs ne consomment pas de


puissance actives.

 Nouvelles valeur de 𝑺𝟐 ; 𝐈𝟐 𝒆𝒕 𝒅𝒆 𝑸𝟐 :
𝑃2
𝑆2 = = 430,1 𝑘𝑉𝐴
𝑘2
𝑄2 = √𝑆22 − 𝑃22 = 158,088 𝑘𝑉𝐴𝑅

𝑆2 430107
𝐼2 = = = 620,79 𝐴
𝑈 ∗ √3 400000 ∗ √3
 Valeur de la puissance réactive fournie par les condensateurs :

Théorème de Boucherot : 𝑄𝐶 = 𝑄2 − 𝑄1 = −24,182 𝑘𝑉𝐴𝑅

 Capacité des condensateurs :


|𝑄 |
𝐶 24182
|𝑄𝐶 | = 3 ∗ 𝐶 ∗ 𝜔 ∗ 𝑈² → 𝐶 = 3∗𝜔∗𝑈² = 3∗100∗𝜋∗400² = 160 𝜇𝐹

 Calcul de l’intensité du courant pour 𝒌𝟑 = 𝟏 :


𝑃 400000
𝐼2 = = = 577,35 𝐴
𝑈 ∗ 𝑘3 ∗ √3 400 ∗ 1 ∗ √3
Exo 3 : De l’utilité de transporter l’énergie électrique en haute tension

 Calcul du courant en ligne :

𝑆 = √3 ∗ 𝑈 ∗ 𝐼
𝑆
𝐼= = 129,903𝐴
𝑈√3
 Résistance de chaque fil de la ligne :

𝜌 ∗ 𝑙 30 ∗ 10−9 ∗ 200
𝑅= = = 0.03𝛺
𝑆 185 ∗ 10−6
 Pertes joules :

𝑃𝑗 = 3 ∗ 𝑈 ∗ 𝐼 2 = 3 ∗ 0.03 ∗ 129,9032 = 1518,6𝑊

 Calcul du courant :

𝑆 90 ∗ 103
𝐼= = = 1.722𝐴
𝑈√3 √3 ∗ 20 ∗ 103
 Résistance :

𝜌 ∗ 𝑙 30 ∗ 10−9 ∗ 200
𝑅= = = 0,1𝛺
𝑆 54,6 ∗ 10−9
 Pertes joules :

𝑃𝑗 = 3 ∗ 𝑈 ∗ 𝐼 2 = 3 ∗ 0.1 ∗ 1,7222 = 0.88𝑊


Exo 4 : choix de la section des conducteurs aériens :

1. La section utile 𝑺𝒖 :

𝑆𝑢 = 𝑆 − 𝑆𝑖𝑛𝑡 = 𝜋𝑟 2 − 𝜋(𝑟 − 𝛿)2 = 𝜋𝛿(2𝑟 − 𝛿)


2. Épaisseur de la peau si f=50Hz :

2∗𝜌 2 ∗ 30 ∗ 10−9
𝛿=√ =√ = 0.0123 𝑚 = 12,3 𝑚𝑚
𝜔∗𝜇 100 ∗ 𝜋 2 ∗ 4 ∗ 10−7

3. Déduction de l’épaisseur de la peau pour tous les conducteurs :


Câbles de 1 km Section utile 𝜋𝛿(2𝑟 − 𝛿)
𝑟 = √𝑆⁄𝜋
1200 mm², 1200 A 19,54 1034,82 mm²
2*600 mm², 2*600 A 13,81 591,98 mm²
3*400 mm², 3*400 A 11,28 396,75 mm²

4. Calculs des résistances R1000, R690, R570 des conducteurs à 50Hz :


Section utile 𝜋𝛿(2𝑟 − 𝛿) 𝜌𝑙
Résistance à 50 Hz : 𝑅 = ; pour 1 km
𝑆
1034,82 mm² 0.028 𝛺
591,98 mm² 0,050 𝛺
396,75 mm² 0.075 𝛺

5. Déduction des pertes joules dans l’ensembles des câbles :


Câbles de 1 km Pertes joules pour 1 km 𝑃𝑗 = 𝑅𝐼 2
1200 mm², 1200 A 40320 W
2*600 mm², 2*600 A 18000 W
3*400 mm², 3*400 A 12000 W

6. Discussion :

On voit que l’effet de peau réduit d’autant plus la section utile que la section de départ est
grande. Cela n’empêche pas les plus gros câbles d’avoir la résistance la plus faible. Cependant,
le terme I² des pertes joules est le plus significatif et nous oriente vers le choix de 2 ou 3 câbles
par phase pour minimiser les pertes joules.
Exo 5 : Chute de tension dans une ligne aérienne
1) Expression et calcul de la valeur efficace de 𝑰 :
𝑃1 1500000
𝐼= = = 48,11 𝐴
𝑈𝐴 ∗ 𝑘1 ∗ √3 20000 ∗ 0,9 ∗ √3
2) Expression et calcul de la valeur efficace de 𝑸𝟏 :
𝑄1
= tan 𝜑1 → 𝑄1 = 𝑃1 ∗ tan 𝜑1 = 1500000 ∗ tan(cos−1 0,9) = 726481,15 𝑉𝐴𝑅
𝑃1
3) Expression et calcul de la valeur efficace de 𝑹, 𝐞𝐭 𝑳 𝐩𝐨𝐮𝐫 𝟓𝟎 𝒌𝒎 :
𝑅 = 𝑅 ′ ∗ 𝑙 = 0,22 ∗ 50 = 11Ω
𝐿 = 𝐿′ ∗ 𝑙 = 1,2 ∗ 10−3 ∗ 50 = 0,060 𝐻
Expression et calcul de la valeur efficace de 𝑷𝟐 𝒆𝒕 𝑸𝟐 consommée par la ligne :
𝑃2 = 3 ∗ 𝑅 ∗ 𝐼 2 = 3 ∗ 11 ∗ 48,112 = 76380,87 𝑊
𝑄2 = 3 ∗ 𝐿 ∗ 𝜔 ∗ 𝐼 2 = 3 ∗ 0,06 ∗ 100 ∗ 𝜋 ∗ 48,112 = 130885,96 𝑉𝐴𝑅
4) Expression et calcul de la valeur efficace de 𝑷𝑻 et 𝑸𝑻 :
Théorème de Boucherot : 𝑃𝑇 = 𝑃1 + 𝑃2 = 1500000 + 76380,87 = 1576380,87 𝑊
𝑄𝑇 = 𝑄1 + 𝑄2 = 130885,96 + 726481,15 = 857367,11 𝑉𝐴𝑅
Expression et calcul de la valeur efficace de 𝑺𝑻 :

𝑆𝑇 = √𝑃𝑇2 + 𝑄𝑇2 = √1576380,87² + 857367,11² = 1794451,17 𝑉𝐴

5) Déduction de la valeur de la tension entre phase 𝑼𝑫 :


𝑆𝑇 1794451,17
𝑈𝐷 = = = 21534,54 𝑉
𝐼 ∗ √3 48,11 ∗ √3
∆𝑈 𝑈𝐷 − 𝑈𝐴
= = 0.071 soit 7,1%
𝑈𝐷 𝑈𝐷
6) La contrainte est respectée
Exo 6 : chute de tension de la distance
A : étude de la chute de tension en fonction de la distance au site de production
1) Expression de ̅̅̅̅
𝑼𝑳 en fonction de l, x, 𝑰̅ 𝐞𝐭 𝝎 :
̅̅̅
𝑈𝐿 = 𝑗 ∗ l ∗ x ∗ 𝐼 ̅ ∗ 𝜔
2) Expression de ̅̅̅̅
𝑽𝑨 en fonction de ̅̅̅̅
𝑽𝑫 , l, x, 𝑰̅ 𝐞𝐭 𝝎 :
̅̅̅
𝑉𝐴 = ̅̅̅
𝑉𝐷 − 𝑗 ∗ 𝑙 ∗ 𝑥 ∗ 𝜔 ∗ 𝐼 ̅
3) 𝑽𝑨 = 𝑽𝑫 − 𝑼𝑳 ∗ 𝐬𝐢𝐧 𝝋 :

4) Traçage de 𝑽𝑨 :
5) Contrainte :
380
𝑈𝑚𝑖𝑛 = 380 𝑘𝑉 donc on a 𝑉𝑚𝑖𝑛 = = 219,39 𝑘𝑉
√3

On peut voir sur la figure que x correspondant est de 80 km.


B : interconnexion des centrales :
I. Expression de ̅̅̅̅
𝑽𝑨 en fonction de ̅̅̅̅
𝑽𝑫 , l, x, 𝑰̅𝟏 𝐞𝐭 𝝎 :
̅̅̅
𝑉𝐴 = ̅̅̅
𝑉𝐷 − 𝑗 ∗ 𝑙 ∗ 𝑥 ∗ 𝜔 ∗ 𝐼̅1
II. Expression de ̅̅̅̅
𝑽𝑨 en fonction de ̅̅̅̅
𝑽𝑫 , l, d, x, 𝑰̅𝟐 𝐞𝐭 𝝎 :
̅̅̅
𝑉𝐴 = ̅̅̅
𝑉𝐷 − 𝑗 ∗ 𝑙 ∗ (𝑑 − 𝑥) ∗ 𝜔 ∗ 𝐼̅2
III. Relation entre 𝑰̅𝟏 , 𝑰̅𝟐 , d, x :
̅̅̅
𝑉𝐴 = ̅̅̅
𝑉𝐷 − 𝑗 ∗ 𝑙 ∗ 𝑥 ∗ 𝜔 ∗ 𝐼̅1 = ̅̅̅
𝑉𝐷 − 𝑗 ∗ 𝑙 ∗ (𝑑 − 𝑥) ∗ 𝜔 ∗ 𝐼̅2
𝑥 ∗ 𝐼̅1 = (𝑑 − 𝑥) ∗ 𝐼̅2
IV. Expression de 𝑰̅𝟏 en fonction de 𝑰̅, d, et x :
𝐼1̅ + 𝐼2̅ = 𝐼 ̅
𝑥
Or 𝑥 ∗ 𝐼̅1 = (𝑑 − 𝑥) ∗ 𝐼̅2 d’où 𝐼̅2 = (𝑑−𝑥) ∗ 𝐼̅1
𝑥 𝑑
Alors 𝐼 ̅ = 𝐼̅1 + (𝑑−𝑥) ∗ 𝐼̅1 = (𝑑−𝑥) ∗ 𝐼1̅

𝑑
𝐼̅ = ∗ 𝐼̅
(𝑑 − 𝑥) 1
V. Traçage de ̅̅̅̅
𝑽𝑨
̅̅̅
𝑉𝐴 = ̅̅̅
𝑉𝐷 − 𝑗 ∗ 𝑙 ∗ 𝑥 ∗ 𝜔 ∗ 𝐼̅1
(𝑑−𝑥)
D’où 𝑉𝐴 = 𝑉𝐷 − 𝑈𝐿 ∗ sin 𝜑 = 𝑉𝐷 − 𝑙 ∗ 𝑥 ∗ 𝜔 ∗ ∗ 𝐼 ∗ sin(cos −1 0,9)
𝑑

𝑉𝐴 = 230000 − 0,045 ∗ 𝑥 ∗ (200 − 𝑥)


Exo 7 : Optimisation des performances d’une ligne
A. Puissance transportée par une ligne
1. Puissance active et réactive :
a. Significations :

Région A en convention générateur → 𝑃𝐴 , 𝑄𝐴 > 0 fournies ou 𝑃𝐴 , 𝑄𝐴 < 0 reçues

Région B en convention récepteur → 𝑃𝐵 , 𝑄𝐵 > 0 reçues ou 𝑃𝐵 , 𝑄𝐵 < 0 fournies

b. Expression de la puissance active 𝑷𝑨 :

𝑃𝐴 = 𝑉𝐴 ∗ 𝐼 ∗ 𝑐𝑜𝑠 𝜑𝐴
c. Expression de la puissance active 𝑷𝑩 :

𝑃𝐵 = 𝑉𝐵 ∗ 𝐼 ∗ 𝑐𝑜𝑠 𝜑𝐵
d. Puissance active consommé et relation entre 𝑷𝑨 𝐞𝐭 𝑷𝑩 :

𝑃𝑋 = 0 Car on ne tient pas compte du caractère résistif de la ligne, d’où 𝑃𝐴 = 𝑃𝐵

e. Expression de la puissance réactive 𝑸𝑨 :

𝑄𝐴 = 𝑉𝐴 ∗ 𝐼 ∗ sin 𝜑𝐴 et 𝑄𝐴 = 𝑃𝐴 ∗ tan 𝜑𝐴

f. Expression de la puissance réactive 𝑸𝑩 :

𝑄𝐵 = 𝑉𝐵 ∗ 𝐼 ∗ sin 𝜑𝐵 et 𝑄𝐵 = 𝑃𝐵 ∗ tan 𝜑𝐵

g. Expression de la puissance réactive 𝑸𝑿 consommée:

𝑄𝑋 = 𝐿 ∗ 𝜔 ∗ 𝐼²
h. Relation entre 𝑸𝑨 , 𝑸𝑩 , et 𝑸𝑿 puis la relation entre 𝝋𝑨 , 𝝋𝑩 𝐞𝐭 𝜽 :

Théorème de Boucherot : 𝑄𝐴 = 𝑄𝑋 + 𝑄𝑋

⃗⃗⃗⃗̂
𝜃 = (𝑉 ⃗ ̂⃗ ̂ ⃗
𝐵 , 𝑉𝐴 ) et 𝜑𝐴 = (𝐼 , 𝑉𝐴 ) et 𝜑𝐵 = (𝐼 , 𝑉𝐵 ) donc 𝜃 = 𝜑𝐴 − 𝜑𝐵

2. La région B est résistive ( 𝑽𝑩 < 𝑽𝑨)


a. La relation entre 𝝋𝑨 𝐞𝐭 𝜽 ; expression de 𝑷𝑨 :

Région B résistive donc 𝜑𝐵 = (𝐼̂⃗ 𝐵 ) = 0° alors 𝜃 = 𝜑𝐴


,𝑉

𝑃𝐴 = 𝑉𝐴 ∗ 𝐼 ∗ 𝑐𝑜𝑠 𝜃
̅𝑨, 𝑽
b. Relation entre 𝑽 ̅ 𝑩 , 𝑿 𝒆𝒕 ̅𝑰 :

̅𝑨 = 𝑽
𝑽 ̅𝑩 + 𝑼
̅𝑿
c. Diagramme de Fresnel :

d. Montrons que 𝑿 ∗ 𝑰 = 𝑽𝑨 ∗ 𝐬𝐢𝐧 𝜽 :

D’après la propriété des triangles rectangles on peut écrire : 𝑉𝐴 ∗ sin 𝜃 = 𝑈𝑋 alors 𝑉𝐴 ∗ sin 𝜃 = 𝑋 ∗ 𝐼
cqfd
𝑽²𝑨 𝑽²𝑨
e. Déduction 𝑷𝑨 = 𝑿
𝐜𝐨𝐬 𝜽 𝐬𝐢𝐧 𝜽 = 𝟐𝑿
𝐬𝐢𝐧 𝟐𝜽 :

𝑃𝐴 = 𝑉𝐴 ∗ 𝐼 ∗ 𝑐𝑜𝑠 𝜑𝐴 = 𝑉𝐴 ∗ 𝐼 ∗ 𝑐𝑜𝑠 𝜃
𝑉𝐴 ∗sin 𝜃
On a vu que 𝑉𝐴 ∗ sin 𝜃 = 𝑋 ∗ 𝐼 → =𝐼
𝑋

𝑉𝐴 ∗sin 𝜃 𝑉²𝐴 𝑉 2𝐴
Alors 𝑃𝐴 = 𝑉𝐴 𝑋
𝑐𝑜𝑠 𝜃= 𝑋
∗ cos 𝜃 ∗ sin 𝜃 = 2𝑋
sin 2𝜃

f. Valeur de 𝜽 pour 𝑷𝑨 transmissible maximum :


𝜋
𝑃𝐴 est max si sin 2𝜃 = 1 ce qui implique que 𝜃 =
4

g. Puissance active maximal transmissible et 𝑽𝑩 :

230000² 𝜋
𝑃𝐴 = 𝑃𝑡𝑟 = ∗ sin = 203461,53 𝑊
2 ∗ 130 2
𝜋
𝑉𝐵 = 𝑉𝐴 ∗ cos 𝜃 = 230000 ∗ cos = 162634,55 𝑉
4
B. Contrôle de la tension en bout de ligne 𝑽𝑩 = 𝑽𝑨 limites
1. Contrôle de la tension :
a. Diagramme de Fresnel :

⃗𝐵
L’extrémité VA se trouve sur une cercle de rayon VB et de centre confondue avec l’origine de 𝑉
230 𝑘𝑉

𝐷
⃗⃗⃗⃗𝐴
𝑉

𝜑𝐴 ⃗⃗⃗⃗⃗
𝑈𝑋
𝜃
𝜑𝐵
𝜋−𝜃
𝑂
2
𝐼 𝐶
⃗⃗⃗⃗
𝑉𝐵
⃗ 𝑨, 𝑽
Propriété du triangle formé par 𝑽 ⃗ 𝑩 𝒆𝒕 𝑼
⃗⃗ 𝑿 :

Le triangle est isocèle car VB= VA

b. Relation entre 𝝋𝑨 𝒆𝒕 𝝋𝑩 ; expression de 𝝋𝑨 𝒆𝒕 𝝋𝑩 en fonction de de 𝜽 :


𝜃
𝜑𝐴 = −𝜑𝐵 =
2
c. Montrons que 𝑿𝑰 𝐜𝐨𝐬 𝝋𝑨 = 𝑽𝑨 𝐬𝐢𝐧 𝜽 :

D’après la figure, on a 𝑋𝐼 = 𝑉𝐴 sin 𝜑𝐴 or 2 ∗ 𝜑𝐴 = 𝜃 et en multipliant par cos 𝜑𝐴 terme à terme on


obtient : 𝑋𝐼 cos 𝜑𝐴 = 𝑉𝐴 sin 𝜑𝐴 cos 𝜑𝐴 = 𝑉𝐴 sin 2 ∗ 𝜑𝐴 = 𝑉𝐴 sin 𝜃
𝑽²𝑨
d. Montrons qu’on a 𝑷𝑨 = 𝑿
𝐬𝐢𝐧 𝜽 :
𝑉𝐴 sin 𝜃 𝑉𝐴 sin 𝜃
De l’équation précédente on peut écrire 𝐼 = , donc 𝑷𝑨 = 𝑉𝐴 ∗ ∗ cos 𝜑𝐴 , et en fin on
𝑋 cos 𝜑𝐴 𝑋 cos 𝜑𝐴
𝑉²𝐴
peut écrire 𝑃𝐴 = 𝑋
sin 𝜃

e. Valeur de 𝜽 pour que la puissance active 𝑷𝑨 transmissible soit maximal :


𝜋
PA est max si sin 𝜃 = 1 → 𝜃 =
2

f. Puissance active maximal transmissible :


𝜋
𝑉²𝐴 2300002 ∗ sin 2
𝑃𝐴 = sin 𝜃 = = 406 923 076,9 𝑊
𝑋 130
g. Comparaison :

𝑃𝐴 ≃ 2 ∗ 𝑃𝑡𝑟
h. Comportement global de la région B’ :

La région B’ est capacitive 𝜑𝐵 < 0

i. Calcul de 𝑸𝑨 , 𝑸𝑩 𝒆𝒕 𝑸𝑿 lorsque la puissance active transmise est maximal :


𝜋
𝑉 sin 𝜃 2∗𝑉𝐴 sin 𝜑𝐴 2∗230000∗sin
𝑄𝐴 = 𝑉𝐴 ∗ 𝐼 ∗ sin 𝜑𝐴 et 𝐼 = 𝑋 𝐴cos 𝜑 = 𝑋
= 130
4
= 2502,07 𝐴
𝐴

𝑄𝐴 = 230000 ∗ 2502,07 ∗ sin 45 = 406923,05 𝑉𝐴𝑅


𝜋
𝑄𝐵 = 𝑉𝐵 ∗ 𝐼 ∗ sin 𝜑𝐵 = 230000 ∗ 2502,07 ∗ sin (− ) = −406923,05 𝑉𝐴𝑅
2
𝑄𝑋 = 𝑄𝐴 − 𝑄𝐵 = 406923,05 + 406923,05 = 813847 𝑉𝐴𝑅
j. Calcule de la puissance réactive 𝑸𝑪 fournie au réseau (𝑽𝑩 est de 163 kV, on connecte
le 1er condensateur) :

𝑄𝐶 = 𝐶 ∗ 𝜔 ∗ 𝑉𝐵𝟐 = 8 ∗ 10−6 ∗ 100 ∗ 𝜋 ∗ 163000² = 66775180,17 𝑉𝐴𝑅

k. Calcule de la puissance réactive 𝑸𝑪 fournie au réseau (𝑽𝑩 passe à 190 kV, on


connecte le 2è condensateur) :

𝑄𝐶 = 2 ∗ 𝐶 ∗ 𝜔 ∗ 𝑉𝐵𝟐 = 2 ∗ 8 ∗ 10−6 ∗ 100 ∗ 𝜋 ∗ 190000² = 181458391,7 𝑉𝐴𝑅


l. Calcule de la puissance réactive 𝑸𝑪 fournie au réseau (𝑽𝑩 atteint 210 kV, on connecte
le 3è condensateur) :

𝑄𝐶 = 3 ∗ 𝐶 ∗ 𝜔 ∗ 𝑉𝐵𝟐 = 3 ∗ 8 ∗ 10−6 ∗ 100 ∗ 𝜋 ∗ 210000² = 332506166,5 𝑉𝐴𝑅


Après le régime transitoire, VB finira à 230 kV et on aura alors QC = 410 MVAR. On voit que l’effet des
condensateurs dépend du niveau de tension : la connexion d’un condensateur sur le gradin fourni 55
MVAR sous 163 kV, la connexion d’un condensateur supplémentaire sur le gradin fourni 181 - 55 =
126 MVAR sous 190 kV et 151 MVAR sous 210 kV. Ainsi en cas de chute de tension l’effet des gradins
déjà connectés sera diminué.

2. Limites :
𝑽𝑨 𝜽
a. Montrons que 𝑰 = 𝟐 𝑿
𝐬𝐢𝐧 𝟐 :

⃗ 𝐴, 𝑉
Le triangle formé par les vecteurs 𝑉 ⃗ 𝐵 et 𝑈
⃗ 𝑋 est isocèle. La hauteur issue de O est la médiatrice de
𝜽 𝑈𝑋 𝑋∗𝐼 𝑉𝐴 𝜃
UX. on a 𝑉𝐴 ∗ sin = = soit 𝐼 = 2 sin cqfd
2 2 2 𝑋 2

b. Calcul de I pour une valeur de 𝜽 permettant de transporté la puissance maximal :


𝑉𝐴 𝜃 230000 𝜃
𝐼=2 sin = 2 ∗ ∗ sin = 2 502, 07 𝐴
𝑋 2 130 2
c. Valeur de 𝜽𝒏 conduisant la limite thermique :
𝑉𝐴 𝜃 𝜃 1450 ∗ 130
𝐼𝑛 = 2 sin = 1450 𝐴 → sin = = 0,409 → 𝜃 = 48,38°
𝑋 2 2 2 ∗ 230000
d. Valeur de la puissance active 𝑷𝒏 nominal que peut transporter la ligne :

𝑉²𝐴 2300002 ∗ sin 48,38


𝑃𝐴 = sin 𝜽𝒏 = = 304 201 975,3 𝑊
𝑋 130
e. Calcul de la puissance active 𝑷𝑺 transmissible à la région B lorsque 𝜽 = 𝟏𝟖° :

𝑉²𝐴 2300002 ∗ sin 18


𝑷𝑺 = sin 𝜽𝒏 = = 125 746 146,2 𝑊
𝑋 130
f. Valeur efficace de 𝑰𝑺 :
𝑉𝐴 𝜃 230000 18
𝐼=2 sin = 2 ∗ sin = 553,53 𝐴
𝑋 2 130 2
g. Conséquence de limite de stabilité que 𝑰𝑺 impose :
La limite de stabilité réduit la capacité de transport de la ligne (2 502, 07 𝐴 → 553,53 𝐴)

h. Comparaison des valeur de la puissance active pour 𝜽 garantissant la stabilité du


réseau :

𝑷𝑺 = 125 746 146,2 𝑊


𝑉²𝐴 230000²
𝑃𝑡𝑟 = sin 2𝜃 = ∗ sin(18 ∗ 2) = 119 591 691,7 𝑊
2𝑋 2 ∗ 130
Avec θ faible, la chute de tension reste faible et le contrôle de tension ne permet
d’augmenter que de 5 % la puissance transmissible.

C. Modification de l’impédance de la ligne


1. Montrons que 𝒁 ̅ = 𝒋𝑿 + 𝒁
̅ 𝑺 et que l’on a 𝒁 = |𝑿 − 𝒁𝑺 | :

Le dispositif capacitif (impédance :−𝑗. 𝑍𝑆 ) est en série avec la ligne : 𝑍̅ = 𝑗𝑋 + 𝑍𝑆̅ = 𝑗𝑋 − 𝑗. 𝑍𝑆 =


𝑗(𝑋 − 𝑍𝑆 ) Alors on obtient 𝑍 = |𝑋 − 𝑍𝑆 |

2. Signe de 𝜽 :

θ>0

3. Diagramme de Fresnel :

230 𝑘𝑉

⃗⃗⃗⃗𝐴
𝑉 ⃗⃗⃗⃗
𝑈𝑍
𝜑𝐴 𝜃

𝜑𝐵

𝑂
𝐼
⃗⃗⃗⃗
𝑉𝐵

4. Montrons que 𝒁𝑰 𝐜𝐨𝐬 𝝋𝑨 = 𝑽𝑨 𝐬𝐢𝐧 𝜽 :

D’après la figure, on peut voir que 𝜃 = 2𝜑𝐴


𝑍𝐼
Propriété de Pythagore : 2
= 𝑉𝐴 sin 𝜑𝐴
𝑍𝐼
En multipliant par cos 𝜑𝐴 membre à membre, on obtient : 2
cos 𝜑𝐴 = 𝑉𝐴 sin 𝜑𝐴 cos 𝜑𝐴

𝑍𝐼 cos 𝜑𝐴 = 2𝑉𝐴 sin 𝜑𝐴 cos 𝜑𝐴 = 𝑉𝐴 sin 𝜃 cqfd


𝑽²𝑨
5. Montrons que 𝑷𝑨 = 𝒁
𝐬𝐢𝐧 𝜽 :

𝑉𝐴 sin 𝜃
𝑍𝐼 cos 𝜑𝐴 = 2𝑉𝐴 sin 𝜑𝐴 cos 𝜑𝐴 → 𝐼 =
𝑍 cos 𝜑𝐴
𝑉𝐴 sin 𝜃 𝑉𝐴 ² sin 𝜃
𝑃𝐴 = 𝑉𝐴 ∗ 𝐼 ∗ cos 𝜑𝐴 = 𝑉𝐴 ∗ ∗ cos 𝜑𝐴 =
𝑍 cos 𝜑𝐴 𝑍
𝑉𝐴 ² sin 𝜃
𝑃𝐴 =
𝑍
𝑽𝑨 𝜽
6. Montrons que 𝑰 = 𝟐 𝐬𝐢𝐧 :
𝒁 𝟐
𝜃
𝑉 sin 𝜃 𝑉𝐴 sin 𝜑𝐴 𝑉𝐴 sin
𝐼 = 𝑍 𝐴cos 𝜑 or 𝜃 = 2𝜑𝐴 alors 𝐼 = 2 ∗ 𝑍
=2 𝑍
2
𝐴

7. Valeur de Z pour que la puissance maximale transmissible soit de 300 MW avec 𝜽 = 𝟏𝟖° :

𝑉𝐴 ² sin 𝜃 𝑉𝐴 ² sin 𝜃 230 000² sin 18


𝑃𝐴 = → 𝑍= = = 54,48 𝛺
𝑍 𝑃𝐴 300 000 000
8. Valeur efficace du courant en ligne :
𝜃 18
𝑉𝐴 sin 2 230 000 ∗ sin 2
𝐼=2 =2∗ = 1 320,84 𝐴
𝑍 54,48
9. Compatibilité à la limite thermique :

𝐼𝑛 = 1450 𝐴 > 𝐼 = 1320,84 𝐴


10. Calcul de l’impédance 𝒁𝑺 du dispositif de contrôle d’impédance :

𝑍 = |𝑋 − 𝑍𝑆 | → 𝑍𝑆 = 𝑋 − 𝑍 = 130 − 54,48 = 75,52 𝛺


11. La valeur de C :
1 1 1
𝑍𝑆 = → 𝑐= = = 42,14 ∗ 10−6 = 42 𝜇𝐹
𝑐𝜔 𝑍𝑆 𝜔 75,52 ∗ 100 ∗ 𝜋
12. La valeur efficace de 𝑼𝑺 au borne du dispositif :

𝑈𝑆 = 𝑍𝑆 ∗ 𝐼 = 75,52 ∗ 1320,84 = 99 749,83 𝑉


13. Diagramme de Fresnel :

230 𝑘𝑉

⃗⃗⃗⃗⃗
𝑈𝑋
⃗⃗⃗⃗𝐴
𝑉 ⃗⃗⃗⃗
𝑈𝑍
𝜑𝐴 𝜃

𝜑𝐵

𝑂
𝐼
⃗⃗⃗⃗
𝑉𝐵 ⃗⃗⃗⃗
𝑈𝑠
⃗⃗⃗⃗
𝑈𝑠

14. Calcule de 𝑸𝑨 , 𝑸𝑩′ , 𝑸𝒁 , 𝑸𝑿 , 𝑸𝑺 :

𝑄𝐴 = 𝑃𝐴 ∗ tan 𝜑𝐴 = 300 000 000 ∗ tan 9 = 47 515 332,1 𝑉𝐴𝑅


𝑄𝐵 = 𝑃𝐵 ∗ tan 𝜑𝐵 = 300 000 000 ∗ tan(−9) = −47 515 332,1 𝑉𝐴𝑅
𝑄𝑍 = 𝑄𝐴 − 𝑄𝐵 = 95 030 664,19 𝑉𝐴𝑅

𝑄𝑆 = −𝑍𝑆 ∗ 𝐼 2 = −75,52 ∗ 1320,842 = −131 753 574,4 𝑉𝐴𝑅


𝑄𝑋 = 𝑄𝑍 − 𝑄𝑆 = 95 030 664,19 + 131 753 574,4 = 226 784 238,6 𝑉𝐴𝑅
Exo 8 : câbles souterrains

1. Résistance totale R0 du câble en courant continue :

𝜌𝑙 17 ∗ 10−9 ∗ 50000
𝑅0 = = = 0.94 𝛺
𝑆 900 ∗ 10−6
2. Résistance totale R0du câble en courant alternatif f=50Hz :
𝜌𝑙
𝑅=
𝑆𝑢
2
2𝜌
𝑆𝑢 = 𝑆 − 𝑆𝑝𝑒𝑎𝑢 = 𝑆 − 𝜋(𝑟 − 𝛿)2 = 𝑆 − 𝜋 (𝑟 − √ )
𝜔𝜇

2
900 ∗ 10−6 2 ∗ 17 ∗ 10−9
𝑆𝑢 = 900 ∗ 10−6 − 𝜋 (√ −√ ) = 7,16 ∗ 10−4
𝜋 100𝜋 ∗ 4𝜋 ∗ 10−7

𝜌𝑙 17 ∗ 10−9 ∗ 50000
𝑅= = = 1,18 𝛺
𝑆𝑢 7,16 ∗ 10−4
3. Inductance total et réactance X à 50 Hz :

𝐿 = 0.4 ∗ 10−3 ∗ 50 = 0.02 𝐻


𝑋 = 𝐿 ∗ 𝜔 = 0.02 ∗ 100 ∗ 𝜋 = 6,28 𝛺
4. Réactance en continue :

𝑋 = 𝐿 ∗ 𝜔 = 0.02 ∗ 2 ∗ 𝜋 ∗ 0 = 0 𝛺 car en continue, la fréquence est nul.

5. Calcule de la capacité C par mètre de câble et la capacité totale :


2 ∗ 𝜋 ∗ 𝜀0 𝜀𝑟
𝐶𝑙 =
𝑅
ln( 𝑅𝑒𝑥𝑡 )
𝑖𝑛𝑡

𝑆 900
𝑅𝑖𝑛𝑡 = √ = √ = 16,92 𝑚𝑚
𝜋 𝜋

1
2 ∗ 𝜋 ∗ 𝜀0 𝜀𝑟 2 ∗ 𝜋 ∗ 36 ∗ 𝜋 ∗ 109 ∗ 4
𝐶𝑙 = = = 325,33 𝑝𝐹. 𝑚−1
𝑅𝑒𝑥𝑡 33,5
ln( 𝑅 ) ln(16,92)
𝑖𝑛𝑡

𝐶𝑇 = 𝐶𝑙 ∗ 50000 = 325,33 ∗ 50000 = 16,26 𝜇𝐹


6. Intensité du courant appelé par le câble à vide :

Le condensateur (C/2) d’impédance 𝑍𝐶⁄ = 392 Ω est en série avec X = 6.28 Ω et R = 1.18 Ω.
2
L’impédance Équivalente est 𝑍é𝑞 = 390 Ω . À vide, l’impédance ZV aux bornes de la source est
1 1 1
𝑍𝑉
=𝑍 +𝑍 → 𝑍 = 195 Ω
é𝑞 𝐶⁄
2

190 000 190 000


On aura alors 𝐼𝑉 = 𝑍𝑉
= 195
= 974,35 𝐴

7. Ce courant n’est pas utile pour le transport d’énergie


8. Intérêt :

En continue X=0, ZC=∞, R=R0. Le câble est équivalent à R0 et on a IV=0. Il n’y a pas d’appel de courant
à vide