Vous êtes sur la page 1sur 5

Le pont neuf

des gorges du Trient


Construire carrément
un nouveau pont routier pour en restaurer un vieux: l'idée peut sembler étrange.
C'est pourtant ce qui a été entrepris au-dessus des gorges du Trient en Valais.
Explications.

FRANÇOIS BUSSON

Construction du nouveau
pont du Gueuroz
Parmi les deux mille ponts et pon-
ceaux que gère et surveille l'État du
Valais, il en est un qui, par son histoire
et sa situation exceptionnelle, peut être
considéré comme un monument du
génie civil helvétique.

Les années 30
et le béton armé
Le pont routier de Gueuroz, sur la
gorge du Trient, a été construit de
19,31 à 1933 sous la direction de
l'ingénieur Alexandre Sarrasin. A l'épo-
que, il s'agissait de relier Martigny au
flanc nord de la vallée du Trient afin
de renforcer la liaison ferroviaire
Martigny-Le Châtelard-Chamonix et
relancer le tourisme intérieur dans les
cantons alpins. Accessoirement le pro-
j et constituait également une réponse
de l'État à la crise conjoncturelle
qui frappait alors l'industrie de la
construction. La construction du pont en béton armé dans les années trente

Journal de la Construction 23 N° 1-i-15 décembre 1993


Alexandre Sarrasin, son concepteur, n'avaient pas prévue: la dégradation de restauration originale comportant
appartenait à cette génération d'ingé- de l'ouvrage, au fil des années du fait un dédoublement du pont par un
nieurs qui perfectionnèrent la tech- des conditions climatiques et de l'aug- ouvrage parallèle.
nique du béton armé dont l'utilisation mentation du trafic routier.
Dans un premier temps, cela permet-
s'était généralisée à la veille de la
Et pour cause! Dans ces années-là, on tra de décharger l'ancien pont pour le
Première Guerre mondiale. On lui
était persuadé de l'indestructibilité des restaurer. Dans un deuxième temps,
doit, entre autres, dans la même
ouvrages en béton, on pensait cons- on bénéficiera ainsi d'une double voie
région, le bassin à arches multiples
truire pour l'éternité... séparant le trafic ascendant du trafic
des Marécottes.
descendant. Avec pour conséquence à
Son pont, Alexandre Sarrasin le Un ouvrage menacé long terme, une diminution de la
construit donc en béton armé selon un charge de trafic de l'ancien pont res-
Pour le pont de Gueuroz, l'éternité
principe très en vogue dans les années tauré qui devrait lui assurer une
s'est arrêtée à l'aube des années
trente: l'arc raidi par le tablier. A la meilleure longévité.
quatre-vingt.
vue des photos de ce chantier excep-
tionnel pour l'époque, on ne peut être Alerté par des signes de dégradation Le vieux pont sauvé par...
que frappé par la hardiesse des superficielle, l'État du Valais fait pro- un neuf
constructeurs d'alors, lançant leurs céder à différentes expertises qui abou- Mais où construire ce nouveau pont et
échafaudages de bois de part et d'autre tissent toutes à la même conclusion: quel type de pont construire?
des gorges vertigineuses. Quant à l'ouvrage, du fait de la carbonatation
La réponse à la première question
l'ouvrage terminé, son élégance, la du béton et de la corrosion des arma-
était évidente: l'ouvrage devait être
pureté de ses lignes, lui vaudront de tures superficielles, se trouve menacé
construit en aval du pont existant à
figurer sur maintes affiches touris- dans sa stabilité même.
cinq mètres de distance. Les études de
tiques vantant les charmes de la
Devant ces conclusions, les autorités faisabilité démontraient en effet qu'un
région.
valaisannes, résolues à sauvegarder ce pont en amont buterait contre le
Malheureusement, il y a une chose témoignage architectural majeur, pro- rocher à l'ouest, et masquerait la vue
que les bâtisseurs de l'époque posent, en juillet 1989, une stratégie saisissante que l'on a de l'ancien pont

Les deux ouvrages depuis la route montant vers Salvan.

Journal de la Construction 24 NI 14 - 15 décembre 1993


Montage des béquilles en position verticale

depuis les lacets de la route montant tement inclinées, est retenue à l'una- est en acier patinable: cet alliage a la
sur Salvan. Surtout, le nouveau pont nimité. particularité de se couvrir avec le
construit en amont aurait supporté un temps d'une couche de rouille superfi-
Ce type de pont s'organise autour
trafic descendant plus léger, alors que cielle tenant lieu de protection contre
d'une ossature métallique constituée
l'ancien pont continuerait à recevoir la corrosion. Le métal devient brun
d'une poutre maîtresse en forme de
le trafic lourd montant. foncé ce qui, en général, permet une
caisson, de hauteur constante et à
bonne intégration au site.
Sept variantes de pont parois latérales obliques (cf. croquis).
La réponse à la deuxième question, Cette poutre s'appuie sur quatre Histoire d'un chantier
elle, nécessita un peu plus de réflexion. béquilles en forme de caisson, de lar-
geur constante et hauteur variable,
conditionné par le site
En novembre 1989, le cabinet d'archi- Le mode de construction, quant à lui,
situées dans deux plans tangents. Ces
tectes Gianadda & Guglielmetti est s'est trouvé conditionné par le site (cf.
béquilles sont articulées à leur base et
chargé par le Département des travaux croquis).
solidaires du caisson du tablier pour
publics du Valais de proposer à un jury former un cadre. Compte tenu de l'impossibilité de
spécialisé plusieurs variantes du futur
franchir l'ouvrage existant avec des
ouvrage parallèle. L'ensemble de cette structure métal-
charges supérieures à seize tonnes, il
lique, d'une longueur totale de 170 m,
Deux priorités sont à respecter: une était hors de question de construire le
intégration la meilleure possible au pont en partant des deux rives comme
site de Gueuroz et une absence de pré- cela s'était fait sur la Dala près de
j udice esthétique au pont existant. Loèche.

Sept variantes sont alors soumises à Le chantier débute donc en février


l'appréciation du jury, dont une, celle 1993 par la construction des fonda-
d'un pont cadre mixte à béquilles for- tions, des culées et de la pile intermé-
a

Coupe longitudinale et détail du pied béquille

Journal de la Construction 25 Nô 1 4-15 décembre 1993


les intervenants
diaire rive droite, en béton armé coulé Fin de la partie construction métal-
sur place. lique: Noël 1993.
Maître de l'ouvrage:
Le 1er j uin, on s'attaque à la construc- Etat du Valais, Bien entendu, le pont est loin d'être
tion métallique avec le montage des Service des ponts et chaussées achevé aujourd'hui. Il reste à cons-
béquilles rive droite et rive gauche. Les Ingénieurs: truire la dalle du tablier en béton
deux paires de béquilles sont assem- Léonard Gianadda armé par étapes de 13 m au moyen
blées à la verticale. On soude sur place et Umberto Guglielmetti SA, Martigny d'un chariot de bétonnage tradition-
les tronçons fabriqués par Zwahlen & Consortium E-G béton: nel. Cette dalle, d'une épaisseur
Mayr à Aigle: cinq tronçons de 7,8 t Losinger SA, Massongex (pilote) constante de 24 cm, d'une longueur
chacun pour chacune des deux Uberti Frères, Martigny de 170 m, est pourvue d'engravures au
béquilles côté Martigny; six tronçons Bochatay SI-SA, Saint-Maurice droit des semelles supérieures du cais-
de 6,7 t pour celles, un peu plus Consortium métal: son permettant la liaison ultérieure
longues, installées côté Salvan. Zwahlen & Mayr SA, Aigle (pilote) acier-béton.
Giovanola Frères SA, Monthey
Ces béquilles sont ensuite basculées et Ce profil mixte acier-béton fait que la
retenues en position inclinée par des dalle n'est pas seulement une charge
câbles ancrés dans le rocher à hauteur est ensuite poussé, à l'aide d'une vis pour la charpente métallique: équipée
des culées. sans fin au-dessus de la gorge, de câbles de précontrainte longitudi-
s'appuyant sur les piles rive droite et nale, elle participe à la résistance
Le 15 juillet débutent les travaux de la
glissant sur les deux béquilles. générale de l'ouvrage.
rive droite, le montage du caisson du
tablier. Il est constitué d'éléments de Ensuite, l'avance se poursuit au Les travaux de finition achevés, l'inau-
dimensions variables (15 à 7 m de rythme d'un tronçon par semaine guration de ce nouveau pont du
long), mais présentant une géométrie jusqu'à atteindre les béquilles rive Gueuroz aura vraisemblablement lieu
extérieure semblable. En fait, le poids gauche puis la culée. au début de l'automne 1994.
de ces éléments varie énormément (13
Le lancement complet est achevé au Il sera temps alors de s'attaquer à ce
à 38 t en fonction de l'épaisseur des
courant du mois de novembre. Il qui, au départ, avait justifié ce
tôles allant de 13 à 60 mm) pour
ne reste plus ensuite qu'à régler la chantier de dix-huit mois et cinq
répondre aux sollicitations de l'ouvrage.
charpente, souder les béquilles au millions de francs: la restauration
Un tronçon d'environ 40 m, muni tablier, et démonter les installations de du vieux pont d'Alexandre
d'un avant-bec, est ainsi assemblé. Il retenue. Sarrasin

Lavis sans fin d'une course de 2,50 m permet de pousser le pont au-dessus de la Les vérins hydrauliques permettent de rete-
gorge. nir la charpente métallique en construction.

Journal de la Construction 26 Nô 1 4 -15 décembre 1993


Vue depuis la rite droite du caisson du Depuis la rive gauche, le caisson métallique équipé de son avant-bec.
tablier

Pousser c'est bien... niais encore faut-il pousser droit! Le faisceau de torons ou la précontrainte d'un pont.

Journal de l a Construction 27 N° 14 -15 décembre 1993