Vous êtes sur la page 1sur 5

G Model

ENCEP-930; No. of Pages 5 ARTICLE IN PRESS


L’Encéphale xxx (2016) xxx–xxx

Disponible en ligne sur

ScienceDirect
www.sciencedirect.com

Perspectives/Opinion

Carence en fer : une perspective diagnostique et thérapeutique en


psychiatrie
Iron deficiency: A diagnostic and therapeutic perspective in psychiatry
A. Kassir
70, avenue du Point-du-Jour, 69005 Lyon, France

i n f o a r t i c l e r é s u m é

Historique de l’article : Le fer est un minéral impliqué dans la synthèse de nombreux neuromédiateurs. Parmi les 412 sujets de
Reçu le 17 juin 2015 notre observation de pratique libérale de ville menée pendant 24 mois, 335 (soit 81,3 %) en majorité des
Accepté le 9 octobre 2015 femmes présentaient une carence martiale selon les critères définis. L’instauration d’un traitement oral
Disponible sur Internet le xxx
par fer élément éventuellement associé au traitement psychotrope était suivie chez les patients carencés
d’une régression/rémission des symptômes chez 193 sujets. Le fer semble, en favorisant notamment
Mots clés : la synthèse des neuromédiateurs mono-aminergiques, réduire l’hyperémotivité, l’anxiété, l’irritabilité,
Fer
l’agressivité, la tristesse, l’anhédonie, l’apathie, l’asthénie, les dyssomnies, les symptômes neurovégétatifs,
Symptômes psychiatriques
Neuromédiateurs
les troubles des conduites alimentaires, le syndrome des jambes sans repos, les performances cognitives
Ferritine et la probabilité du recours à l’hospitalisation psychiatrique. Le traitement martial est susceptible de
Coefficient de saturation de la transferrine potentialiser l’effet des psychotropes, voire d’agir comme un véritable antidépresseur, et sa poursuite
(CST) est justifiée jusqu’à l’acquisition d’un taux de ferritine sérique > 100 ng/mL et/ou d’un CST ≥ 30 %. Il est
nécessaire traiter la(les) pathologie(s) somatique(s) expliquant la carence en fer afin d’éviter la résistance
ou la rechute symptomatique après l’arrêt du traitement. Notre étude incite à prendre en considération
le profil martial des patients psychiatriques et à mener des études randomisées en double insu versus
placebo incluant des critères d’évaluation plus objectifs pour confirmer le rôle du fer dans les troubles et
syndromes psychiatriques ainsi que l’intérêt du traitement martial dans la prise en charge thérapeutique.
© 2016 L’Encéphale, Paris.

a b s t r a c t

Keywords: Background. – Iron plays an essential role in balancing the various metabolism in the body. It is also
Iron involved in the synthesis of several neurotransmitters. Nutritional iron deficiency is one of the most
Psychiatric symptoms widespread worldwide; it poses a great health challenge due to the consequences it entails.
Neurotransmitter Objectives. – The aim of this research study is to explore the percentage of psychiatric patients who have
Ferritin
a deficiency in iron. In addition, the study investigates the efficacy of iron administered by oral treatment
Transferrin saturation coefficient (TSC)
on psychiatric symptomatology among iron deficient patients. The research study utilized the martial
biological results, which involved the observation of the level of iron deficiency among the outpatients
of a local psychiatrist and assessor from the period of January 2012 until December 2013.
Methods. – Out of 412 patients, 295 were women and 117 men. The age of the participants ranged from 16
to 89 years, with an average age of 45 years. The only exclusion criterion was a patient’s refusal or inability
to take the prescribed iron assessment test. We considered a transferrin saturation coefficient (TSC) < 30%
and/or a serum ferritin level ≤ 50 ng/mL to be “indicative” of obvious iron deficiency, and a ferritin level
between 51 and 100 ng/mL to be “suggestive” of iron deficiency. A plasma ferritin assay was performed
at least once on all of the participants prior to any proposed iron treatment. A calculation of the TSC in
138 patients was requested due to suspected iron deficiency despite a blood ferritin level of > 100 ng/ml.
A single method was utilized in the various laboratories to analyse the blood samples to determine
whether there was a deficiency in iron. Only those patients with blood ferritin levels ≤ 100 ng/mL and/or
a TSC of < 30% (335 patients) were subsequently given exclusively an oral iron treatment prescribed on

Adresse e-mail : adelka@wanadoo.fr

http://dx.doi.org/10.1016/j.encep.2016.08.002
0013-7006/© 2016 L’Encéphale, Paris.

Pour citer cet article : Kassir A. Carence en fer : une perspective diagnostique et thérapeutique en psychiatrie. Encéphale (2016),
http://dx.doi.org/10.1016/j.encep.2016.08.002
G Model
ENCEP-930; No. of Pages 5 ARTICLE IN PRESS
2 A. Kassir / L’Encéphale xxx (2016) xxx–xxx

its own or as a supplement or simultaneously with psychotropic treatment. The daily administered dose
of elemental iron varied between 50 and 200 mg a day.
Results. – About half of the women – 145 (35.19% of the subjects) – and 15 men (3.64% of the subjects)
certainly had a deficiency in iron (blood ferritin level ≤ 50 ng/mL). Ninety women and 24 men (27.6%
of the subjects) had blood ferritin levels between 51 and 100 ng/mL indicating iron deficiency, and 28
women and 33 men (14.8% of the subjects) had a TSC of < 30% despite a blood ferritin level of > 100 ng/mL.
Overall, 335 patients (81.3% of the subjects) showed an iron deficiency based on the criteria we set. In
the remaining 77 patients (18.7% of the subjects), all of them had blood ferritin levels > 100 ng/mL and
some had TSC ≤ 30%, while the remaining patients’ TSC was unknown because it was not measured.
The results indicated that there is an iron deficiency in 198 out of 240 patients suffering mostly from
mood and behavioural disorders, in 101 out of 126 patients suffering mostly from anxiety disorders, in
18 out of 27 patients suffering mostly from sleep disorders, in 14 out of 15 patients suffering mostly
from delusions of persecution, and in the 4 patients suffering mostly from burn out. There was evidence
of regression/remission of psychiatric symptoms in 193 responsive patients whereas the remaining 142
patients were considered non-responsive. In the responsive patient category, 37 participants were treated
with just iron, 52 received iron supplemented to the initial psychotropic treatment which was not fully
effective, and 104 patients were treated with iron and prescribed psychotropic drugs simultaneously.
The iron treatment seems to bring about a reduction – particularly through its mono-aminergic neuro-
transmitter synthesis-promoting action – in hyperemotivity, anxiety, irritability, aggressiveness, sadness,
anhedonia, apathy, asthenia, sleep disorders, dysautonomia symptoms, eating disorders, restless-leg syn-
drome, cognitive performance and the likelihood of resorting to psychiatric admission. A daily elemental
iron dose intake between 50 and 200 mg/day by deficient patients appears to likely enhance the effects
of the psychotropic drugs and even to act as an actual antidepressant. Many patients who received a
prescription for iron and antidepressants showed few side effects related to antidepressants and a small
number required psychiatric hospitalization. Patients considered unresponsive to iron therapy were those
who left the study, were not assessed because the study’s timeframe ended, still had an iron deficiency
because they did not continuously take the medication, or suffered from somatic diseases which explains
their resistance to treat the low iron level (nutritional imbalance, digestive or urinary or gynecological or
iatrogenic diseases, sleep apnea).
Conclusion. – Our clinical observation of two years in a local psychiatrist’s clinic revealed that over 80%
of patients had iron deficiency. Although the low iron level cannot explain all physical and psychiatric
symptoms in patients, it is useful to note that more than half of the iron deficient patients responded
favorably after an oral treatment of iron. This result leads to further investigation of the level of iron in
psychiatric patients and to reconsider the iron range placed by the laboratories. In addition, it is crucial not
to eliminate the possibility of iron deficiency in psychiatric patients. Further research studies are needed
to set more specific and detailed criteria to determine the range of iron deficiency in order to support
the findings of this study and optimize the care given to patients suffering from various disorders and
psychiatric syndromes.
© 2016 L’Encéphale, Paris.

1. Introduction la ménopause, chez la personne âgée, chez le sportif de haut niveau,


et dans plusieurs situations pathologiques. Le déficit nutritionnel
Le fer assure la fixation et le transport de l’oxygène dans en fer est l’un des plus répandus dans le monde et constitue à travers
l’organisme et favorise les processus d’érythropoïèse et de répli- ses conséquences sanitaires un véritable défi de santé publique. Les
cation de l’ADN. Avec l’action des vitamines B, le fer joue, par indicateurs biologiques martiaux sont représentés par le dosage
ailleurs, le rôle de cofacteur dans la synthèse des catécholamines et et le calcul de plusieurs paramètres plasmatiques. La transferrine
indolamines. Il intervient dans les réactions enzymatiques impli- (sidérophiline) est la protéine sérique assurant le transport du fer
quant la phénylalanine hydroxylase et la tyrosine hydroxylase vers les organes cibles. Le coefficient de saturation en fer de la trans-
dans la synthèse du dihydroxyphénylalanine (l-dopa, précurseur ferrine (CST) est calculé à partir du rapport du taux du fer sérique
des catécholamines), et la tryptophane hydroxylase dans la syn- (␮mol/L) divisé par le chiffre de la capacité totale de fixation en
thèse de la sérotonine et la mélatonine. L’absorption digestive fer de la transferrine CTFT (␮mol/L), ce dernier étant calculé en
du fer apportée par l’alimentation s’opère principalement dans le multipliant le taux sérique de la transferrine par 25. Par ailleurs, le
duodéno-jéjunum et elle est environ 4 fois plus forte pour le fer taux de la ferritine sérique reflète avec le CST les stocks en fer dans
ferreux héminique que pour le fer ferrique fixé aux complexes orga- l’organisme avant même l’apparition de toute éventuelle anémie
niques. L’assimilation intestinale du fer est améliorée par l’acide par carence martiale. L’épuisement progressif des réserves en fer
ascorbique (vitamine C), le cuivre et les acides de fruit, et inhibée entraîne une baisse de la ferritinémie ainsi qu’une augmentation
par l’acide phytique des végétaux, l’acide oxalique, les tanins ou de la fabrication par le foie de transferrine, engendrant une élé-
polyphénols du thé noir et du café, les carbonates des pansements vation de la CTFT et une baisse de CST. Cependant, un taux élevé
digestifs, les quinolones, et les tétracyclines. Malgré le processus de de ferritine sérique n’exclut pas une éventuelle carence martiale
recyclage du fer par l’organisme, les pertes physiologiques existent puisqu’il peut s’agir notamment d’une pathologie inflammatoire
et sont de l’ordre de 1 mg/jour tandis que les apports quotidiens chronique ou d’une lyse cellulaire. Quant à l’hepcidine qui est un
sont de l’ordre de 15 mg dont seulement 10 % environ sont absorbés, peptide secrété par le foie en réponse à une inflammation chro-
procurant ainsi un équilibre au sein de la balance martiale. Aucun nique et qui régule le métabolisme martial par l’inhibition de la
système de régulation de l’élimination du fer dans l’organisme n’a ferroportine, sa synthèse est régulée vers le bas en cas de carence
jusqu’à présent été mis en évidence [1]. Les besoins en fer aug- martiale [1,2] et vers le haut en cas d’inflammation ou de non
mentent chez l’enfant et l’adolescent, chez la femme de la puberté à carence martiale [2]. Selon les conclusions de la Haute Autorité

Pour citer cet article : Kassir A. Carence en fer : une perspective diagnostique et thérapeutique en psychiatrie. Encéphale (2016),
http://dx.doi.org/10.1016/j.encep.2016.08.002
G Model
ENCEP-930; No. of Pages 5 ARTICLE IN PRESS
A. Kassir / L’Encéphale xxx (2016) xxx–xxx 3

de santé (HAS) [3], la ferritine sérique est le marqueur à doser en en fer chez des femmes jeunes et ménopausées. L’auteur précise
priorité pour faire le diagnostic d’une carence en fer, mais lorsque que la carence en fer entraîne des modifications aussi bien neu-
la valeur est normale ou élevée alors que la suspicion clinique de ronales que comportementales chez les enfants et les adolescents.
carence en fer est forte, il est recommandé de demander le dosage Le déficit en fer réduit le métabolisme énergétique particulière-
du fer sérique associé au calcul du CST. La HAS ne préconise pas ment au sein de l’hippocampe et du cortex préfrontal selon Schmidt
le dosage sérique du fer seul ni associé uniquement à celui de la et al. [14], et altère la synthèse intracérébrale de myéline ainsi
ferritine. que le fonctionnement des systèmes mono-aminergiques particu-
lièrement dans le striatum selon Lozoff et Georgieff [15]. L’étude
de Aguilar-Valles et al. [16] suggère suite à une étude menée sur
2. Revue de la littérature le rat, le rôle bénéfique d’une supplémentation martiale chez la
mère dans la prévention des troubles comportementaux chez des
Depuis un quart de siècle, de nombreuses études ont été sujets schizophrènes en favorisant le développement des neurones
publiées pour conforter la thèse de l’implication du fer dans le dopaminergiques mésencéphaliques. Byron et al. [17] ont rapporté
métabolisme des neurotransmetteurs mono-aminergiques dans dans leur étude de synthèse un rôle antioxydant de la ferritine
plusieurs troubles neuropsychiatriques. Shukla et al. [4] ont et de la transferrine sur le plan du métabolisme cérébral, et leur
constaté que la concentration de sérotonine dans le cerveau du rat taux sérique ainsi que celui du fer se sont révélés selon plusieurs
était significativement corrélée au taux de fer sérique. Selon les études diminués chez des patients schizophrènes en comparaison
études de Parks et al. [5] et de Beard [6], le fer intervient dans la à des sujets témoins. L’étude de Cortese et al. [18] utilisant l’IRM
synthèse et le fonctionnement de différents neurotransmetteurs, montre des taux de fer significativement plus bas dans les deux
notamment de la dopamine, noradrénaline, et sérotonine. Selon thalamus chez les sujets souffrant de TDAH par rapport aux sujets
l’étude menée par Konofal et al. [7], près de 84 % des enfants témoins.
du groupe souffrant de trouble déficit de l’attention/hyperactivité
ou TDAH (soit 42 enfants parmi 45) présentaient un taux de fer-
ritine sérique inférieur à 30 ng/mL et sans anémie, contre 18 % 3. Description d’une pratique clinique basée sur des
du groupe témoins (5 enfants parmi 27). Les enfants présentant données biologiques martiales
les taux les plus bas de ferritine étaient également ceux dont les
troubles comportementaux et cognitifs étaient les plus sévères. Notre travail a visé l’observation de l’ampleur de la carence
Pour l’auteur, le mécanisme neurobiologique à l’œuvre dans le martiale parmi les patients suivis en ambulatoire par un psychiatre
TDAH est en lien avec les neurones libérant les neuromédiateurs exerçant au sein d’un cabinet libéral de ville durant la période
mono-aminergiques issus des acides aminés essentiels. Gorman de janvier 2012 et décembre 2013. Il a été par ailleurs procédé
et al. [8] ont démontré que les taux de ferritine et du fer sériques à la vérification de l’efficacité du traitement par fer administré
étaient significativement plus faibles chez les sujets atteints du per os sur la symptomatologie psychiatrique auprès des patients
syndrome de Gilles de la Tourette et que les taux de ferritine carencés en fer. Un bilan sanguin martial était alors pratiqué chez
étaient positivement corrélés avec le volume du putamen. Cara 412 patients souffrant de troubles et syndromes psychiatriques
Dosman et al. [9], en évoquant des études évoquant des carences divers, dont 295 femmes et 117 hommes âgés entre 16 ans et
en fer chez de nombreux enfants atteints d’autisme, indiquent 89 ans et dont la moyenne d’âge était de 45 ans. Nous avons
que les problèmes de sommeil dans cette population associés à considéré qu’un CST inférieur à 30 % et/ou un taux de ferritine
une ferritine fréquemment abaissée suggèrent une association pos- sérique ≤ 50 ng/mL comme « révélateur » d’une carence martiale,
sible avec le syndrome des jambes sans repos. Dans leur étude et un taux de ferritine sérique située entre 51 et 100 ng/mL comme
réalisée auprès de 34 enfants autistes présentant tous une ferri- « évocateur » de cette carence. Tous les patients ont bénéficié d’un
tinémie basse, les chercheurs ont donné du fer élément à la dose dosage de la ferritinémie avant tout traitement martial éventuel.
de 6 mg/kg/j et ont constaté que dans la population présentant un Chez 138 patients, il a été demandé un CST lorsqu’il existait un
sommeil agité (77 % des 34 patients), 29 % ont connu une amélio- doute sur la présence d’une carence martiale malgré une ferritiné-
ration notable du sommeil après l’apport en fer. L’augmentation mie supérieur à 100 ng/mL. Au point de vue thérapeutique, seuls
des taux de ferritine de manière concomitante à l’amélioration du les patients ayant une ferritinémie ≤ 100 ng/mL (␮g/L) et/ou ayant
sommeil a conduit les chercheurs à imputer les troubles du som- un CST < 30 % ont reçu un traitement. Le travail a été réalisé avec
meil à des facteurs nutritionnels plutôt que génétiques. Dans une l’intention de traiter la carence martiale, et la dose quotidienne
étude menée par Mu-Hong Chen et al. [10] et incluant 2957 enfants de fer, élément prescrite, variait selon les patients entre 50 et
et adolescents taïwanais souffrant d’anémie par carence martiale, 200 mg/j. Tous les perdus de vue étaient considérés comme en
il a été constaté que le déficit en fer accroît le risque de comor- situation d’échec thérapeutique. L’observation révèle qu’environ
bidités psychiatriques comparativement à la population générale, la moitié des femmes – soit 145 femmes (35,19 % des sujets) – et
notamment de troubles de l’humeur uni- et bipolaires, de dérégu- 15 hommes (3,64 % des sujets) avaient une carence avérée en fer
lation émotionnelle, de troubles anxieux, de retard mental et de (ferritinémie ≤ 50 ng/mL), que 90 femmes et 24 hommes (27,6 %
tics. Pour déterminer si la carence en fer maternelle, évaluée par des sujets) avaient une ferritinémie située entre 51 et 100 ng/mL
la concentration en hémoglobine pendant la grossesse, augmente et « évocatrice » d’une carence martiale, et que 28 femmes et
la susceptibilité aux troubles schizophréniques chez l’enfant, les 33 hommes (14,8 % des sujets) avaient un CST < 30 % malgré une
résultats de l’étude de Beverly et al. [11] suggèrent que l’anémie fer- ferritinémie > 100 ng/mL. Au total, 335 sujets (81,3 %) présentaient
riprive maternelle en constitue un facteur de risque. Cortese et al. une carence martiale selon les critères que nous avons définis.
[12] soulèvent à partir d’une revue de la littérature l’hypothèse Chez les 77 patients restants (18,7 % des sujets), la ferritinémie
d’une physiopathologique commune dans le TDAH, le syndrome était > 100 ng/mL et le CST ≥ 30 % ou bien inconnu dans la mesure
de Gilles de la Tourette et le syndrome des jambes sans repos, où il n’avait pas été constamment réalisé pour des raisons pra-
celle d’un dysfonctionnement du système dopaminergique. Pour tiques liées aux patients. Par ailleurs, notre observation révèle
les auteurs, un déficit en fer serait à l’origine de la symptomatolo- (cf. Tableau 1) que la ferritinémie était ≤ 100 ng/mL ou bien le
gie, suggérant ainsi un rôle favorable du traitement martial dans CST < 30 % chez les 198 des 240 patients souffrant surtout de
ces trois troubles. Selon Siegfried [13], plusieurs études contrô- troubles de l’humeur et du comportement (soit 82,5 % de cette
lées ont mis en évidence la relation entre dépression et carence sous-population), chez 101 des 126 patients souffrant surtout de

Pour citer cet article : Kassir A. Carence en fer : une perspective diagnostique et thérapeutique en psychiatrie. Encéphale (2016),
http://dx.doi.org/10.1016/j.encep.2016.08.002
G Model
ENCEP-930; No. of Pages 5 ARTICLE IN PRESS
4 A. Kassir / L’Encéphale xxx (2016) xxx–xxx

Tableau 1
Résultats du bilan martial selon la catégorie des troubles psychiatriques.

Bilan martial

Ferritinémie (ng/mL) Ferritinémie (ng/mL) Ferritinémie Ferritinémie (ng/mL) > 100 et Total
entre 2 et 50 entre 51 et 100 (ng/mL) > 100 et CST < 30 % CST inconnu ou ≥ 30 % n (%)

Troubles de l’humeur et du 94 67 37 42 240 (58,2)


comportement
Troubles anxieux 48 36 17 25 126 (30,6)
Troubles du sommeil 6 8 4 9 27 (6,5)
Délire de persécution 10 1 3 1 15 (3,6)
Sydrome d’épuisement 1 1 2 0 4 (1)
professionnel (burn out)

n : nombre de patients ; % : pourcentage de la sous-population par rapport à la population totale étudiée, CST : coefficient de saturation en fer de la transferrine.

troubles anxieux (soit 80 % de cette sous-population), chez 18 des 5. Conclusion


27 patients souffrant surtout de troubles du sommeil (soit 66,7 % de
cette sous-population), chez 14 des 15 patients souffrant surtout de Parmi les patients psychiatriques inclus dans notre travail
délire de persécution (soit 93 % de cette sous-population) et chez la d’observation mené sur 2 ans dans un cabinet de psychiatrie de ville
totalité des patients souffrant surtout d’un syndrome d’épuisement et comprenant une majorité de femmes, un pourcentage élevé de
professionnel (4 patients). Au point de vue thérapeutique, seuls les sujets (> 80 %) s’est avéré présenter une carence martiale selon les
patients ayant une ferritinémie > 100 ng/mL et/ou un CST ≥ 30 % critères définis, dont plus de la moitié a répondu favorablement au
(77 sujets soit 18,7 %) n’avaient pas de prescription de fer. Les traitement par fer oral. Ce dernier semble avoir potentialisé l’effet
patients traités par fer seul ou rajouté ou prescrit de manière conco- des psychotropes, réduit de nombreux symptômes psychiatriques
mitante au traitement psychotrope (335 sujets soit 81,3 %) sont et le syndrome des jambes sans repos, amélioré les performances
ceux qui avaient une ferritinémie ≤ 100 ng/mL et/ou un CST < 30 %. cognitives, et diminué la probabilité du recours à l’hospitalisation
Chez les sujets traités par fer, il a été constaté une réponse cli- psychiatrique. Notre travail d’observation incite à reconsidérer à la
nique favorable avec une régression/rémission des symptômes hausse les valeurs minimales de références fixées par les labora-
psychiatriques chez 193 patients (57,6 % des sujets traités) contre toires d’analyses à propos de la ferritinémie et du CST afin de ne
142 patients (42,4 % des sujets traités) considérés comme non pas méconnaître les symptômes psychiatriques liés à une carence
répondeurs. L’amélioration portait sur l’hyperémotivité, l’anxiété, martiale et en l’absence de toute anémie. Lorsque la ferritinémie
l’irritabilité, l’agressivité, la tristesse, l’anhédonie, l’apathie, est ≤ 100 ng/mL, il s’avère utile d’entreprendre un traitement mar-
l’asthénie, la dyssomnie, les symptômes neurovégétatifs et les tial jusqu’à l’obtention d’une valeur supérieure à ce taux. Lorsque
troubles des conduites alimentaires. Il a été constaté dans plusieurs ce dernier dépasse les 100 ng/mL car influencé par une éventuelle
cas une amélioration concomitante du syndrome des jambes sans pathologie somatique comorbide (inflammatoire par exemple),
repos et des performances cognitives notamment à l’échelle nous recommandons en cas de CST < 30 % la mise en place d’un
socioprofessionnelle. De nombreux patients ayant bénéficié d’une traitement martial jusqu’à l’obtention d’un chiffre ≥ 30 %. Eu égard
co-prescription fer et antidépresseurs ont manifesté une incidence à l’existence d’une possible variation nycthémérale du fer sérique
faible des effets indésirables liée aux antidépresseurs, ainsi qu’un (donc du CST), nous recommandons en outre de réaliser le bilan
moindre risque de recours à l’hospitalisation psychiatrique. Les fer–CST le matin, et en cas de traitement par fer d’arrêter ce dernier
patients non répondeurs étaient ou bien perdus de vue, ou bien au moins un mois avant de faire pratiquer les dosages permet-
non évalués après la fin de la période d’évaluation, ou bien toujours tant de décider de la poursuite ou non du traitement martial. Le
carencé en fer en lien notamment avec une mauvaise observance diagnostic et le traitement d’une éventuelle pathologie somatique
thérapeutique ou bien des pathologies somatiques co-morbides sous-jacente à la carence en fer sont recommandés. Des études
(déséquilibre nutritionnel, pathologies digestives ou gynécolo- randomisées incluant des critères d’évaluation plus objectifs sont
giques ou urinaires variées, iatrogénie, pathologies respiratoires du requises pour appuyer les résultats de notre travail et optimiser la
sommeil. . .). prise en charge des patients souffrants de troubles et de syndromes
psychiatriques divers.

4. Discussion
Déclaration de liens d’intérêts
Notre travail d’observation montre un pourcentage élevé de
patients consultant en psychiatrie de ville et présentant une L’auteur déclare ne pas avoir de liens d’intérêts.
carence en fer selon les résultats du bilan biologique martial.
L’efficacité du traitement par fer seul, rajouté ou associé aux psy-
chotropes chez les 193 patients traités, résiderait notamment dans Références
son action sur la facilitation de la synthèse de neuromédiateurs
[1] Demarmels Biasiutti F. Régulation du métabolisme du fer, dernières acquisi-
mono-aminergiques et de la mélatonine, favorisant ainsi le som-
tions. Forum Med Suisse 2009;9:630–2.
meil réparateur aux points de vue psychique et cognitif. L’existence [2] Pasricha SR, Atkinson SH, Armitage AE, et al. Expression of the iron hormone
d’un biais au cours de l’appréciation de l’évolution de la sympto- hepcidin distinguishes different types of anemia in African children. Sci Transl
Med 2014;6:235re3.
matologie clinique sous traitement par fer ne peut être récusée en
[3] Haute Autorité de santé. Choix des examens du métabolisme du fer en cas
l’absence d’échelle d’évaluation objective des troubles observés. Un de suspicion de carences en fer; 2011. Available from: URL: http://www.
effet de type placebo du traitement par fer ne peut être également has sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2011/rapport devaluation
exclu au sein de la population améliorée, de même que la survenue bilan martial carence 2011-11-09 17-21-31 723.pdf.
[4] Shukla A, Agarwal KN, Chansuria JP, et al. Effect of latent iron deficiency
de facteurs favorables concomitants au traitement et méconnus par on 5-hydroxytryptamine metabolism in rat brain. J Neurochem 1989;52:
le clinicien. 730–5.

Pour citer cet article : Kassir A. Carence en fer : une perspective diagnostique et thérapeutique en psychiatrie. Encéphale (2016),
http://dx.doi.org/10.1016/j.encep.2016.08.002
G Model
ENCEP-930; No. of Pages 5 ARTICLE IN PRESS
A. Kassir / L’Encéphale xxx (2016) xxx–xxx 5

[5] Parks YA, Wharton BA. Iron deficiency and the brain. Acta Paediatr Scand [12] Cortese S, Lecendreux M, Bernardina BD, et al. Attention-deficit/hyperactivity
1989;361 Suppl.:71–7. disorder, Tourette’s syndrome, and restless legs syndrome: the iron hypothesis.
[6] Beard J. Iron deficiency alters brain development and functioning. J Nutr Med Hypoth 2008;70:1128–32.
2003;133(Suppl. 1):1468–72. [13] Siegfried Kasper. Que vient faire le fer en psychiatrie ? 3e Iron Academy. 2010.
[7] Konofal E, Lecendreux M, Arnulf I, et al. Iron deficiency in children [14] Schmidt AT, Waldow KJ, Grove WM, et al. Dissociating the long-term effects
with attention deficit/hyperactivity disorder. Arch Pediatr Adolesc Med of fetal/neonatal iron deficiency on three types of learning in the rat. Behav
2004;158:1113–5. Neurosci 2007;121:475–82.
[8] Gorman DA, Zhu H, Anderson GM, et al. Ferritin levels and their associa- [15] Lozoff B, Georgieff MK. Iron deficiency and brain development. Semin Pediatr
tion with regional brain volumes in Tourette’s syndrome. Am J Psychiatry Neurol 2006;13:158–65.
2006;163:1264–72. [16] Aguilar-Valles A, Flores C, Luheshi G. Prenatal inflammation-induced hypofer-
[9] Dosman C, Brian J, Drmic I, et al. Children with autism: effects of iron supple- remia alters dopamine function in the adult offspring in rat: relevance for schi-
mentation on sleep and ferritin. Pediatr Neurol 2007;36:152–8. zophrenia. Plos One 2010, http://dx.doi.org/10.1371/journal.pone.0010967.
[10] Mu-Hong C, Tung-Ping S, Ying-Sheue C, et al. Association between psychia- [17] Byron KY, Tsung-Ung W. Oxidative stress in schizophrenia: an integrated
tric disorders and iron deficiency anemia among children and adolescents: a approach. Neurosci Biobehav Rev 2011;35(3):878–93.
nationwide population-based study. BMC Psychiatry 2013;13:161. [18] Cortese S, Azoulay R, Castellanos FX, et al. Brain iron levels in attention defi-
[11] Beverly JI, Schaefer CA, McKeague IW, et al. Maternal iron deficiency cit/hyperactivity disorder: a pilot MRI study. World J Biol Psychiatry 2011
and the risk of schizophrenia in offspring. Arch Gen Psychiatry 2008;65: [Available from: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21585274].
1136–44.

Pour citer cet article : Kassir A. Carence en fer : une perspective diagnostique et thérapeutique en psychiatrie. Encéphale (2016),
http://dx.doi.org/10.1016/j.encep.2016.08.002