Vous êtes sur la page 1sur 11

Loyat François C06

Villon Christophe

Bureau d’étude
Murs de soutènement

Vendredi 4 décembre 2009


1. Analyse du sinistre d’un mur de soutènement

2
a. Analyse de la stabilité du mur avec les barbacanes bouchées

Kah = cos2(β) = 0,687


Kav = cos β .cosα = 0,464

Soit : - P1; la poussée horizontale du sol sur le mur de soutènement


-V1 ; la poussée verticale du sol
-Pw ; la poussée de l’eau sur le mur
-wsol ; le poids du sol
-wmur ; le poids du mur
1 1
P1 = .Kah.γ’.h2 = *0,687*11*6,672 = 168,10kN
2 2
1
e(P1)/A = 0,5+ *6,67 = 2,72m
3

1 1
V1 = .Kav.γ’.h2 = *0,464*11*6,672 = 113,54kN
2 2
e(V1)/A = 3,70m

3
1 1
Pw = .γw.h2 = *10*7,172 = 257,04kN
2 2
1
e(Pw)/A = ∗¿(0,50+6,67) = 2,39m
3

1∗0,67
wsol = Airesol. γsat = (6*1+ )*21 = 133,04kN
2
1
e(wsol)/A = 2,20+0,50+ = 3,2m
2

Détermination de wmur
wmur1 = Airemur1. γb = 3,70*0,50*23 = 42,55kN
2,20+0,50+1
e(wmur1)/A = = 1,85m
2

wmur2 = Airemur2. γb = 0,50*6,00*23 = 69,00kN


0,50
e(wmur2)/A = 2,20+ = 2,45m
2

wmur = wmur1+ wmur2 = 42,55 + 69 = 111,55kN


42,55∗1,85+69,00∗2,45
e(wmur)/A = = 2,22m
111,55

Pour résumer :

kN e(F)/A (m)
P1 168,10 2,72
V1 113,54 3,70
Pw 257,04 2,39
wsol 133,04 3,2
wmur 111,55 2,22

4
Rv = wmur + wsol + V1 = 111,55+133,04+113,54 = 358,13kN
111,55∗2,22+133,04∗3,2+113,54∗3,70
e(Rv)/A = = 3,05m
358,13

Rh = P1+ Pw = 168,10+257,04 = 425,14kN


168,10∗2,72+257,04∗2,39
e(Rh)/A = = 2,52m
425,14

Verification au renversement

Fr =
∑ Moment stabilisateur / A = Rv∗e ( Rv)/ A = 358,13∗3,05
= 1,02
∑ Moment renversant / A Rh∗e ( Rh)/ A 425,14∗2,52
Fr = 1,02 >1, donc il y a stabilité au renversement. Cependant, la condition de sécurité n’est
pas respectée. En effet, Fr <1,5.

5
Verification au glissement

Rv .tgφ 358,13∗tg 30
FG = = = 0,48
Rh 425,14
FG = 0,48 <1 donc il n’y a pas la stabilité au glissement d’assuré.
Les désordres observés sont donc lié à la stabilité au glissement.

Si les barbacanes ne s’étaient pas bouchées, le mur de soutènement aurait t’il tenu ?
Le calculateur à t’il bien dimensionné le mur ?

Etant donné que nous considérons que les barbacanes ne sont pas obstruées, la poussée de
l’eau n’est plus à prendre en compte et les calculs s’effectuent avec γh.

1 1
P1 = .Kah.γh.h2 = *0,687*19*6,672 = 290,36kN
2 2
1
e(P1)/A = 0,5+ *6,67 = 2,72m
3

1 1
V1 = .Kav. γh.h2 = *0,464*19*6,672 = 196,11kN
2 2
e(V1)/A = 3,70m

1∗0,67
wsol = Airesol. γh = (6*1+ )*19 = 120,37kN
2
1
e(wsol)/A = 2,20+0,50+ = 3,2m
2

Détermination de wmur
wmur1 = Airemur1. γb = 3,70*0,50*23 = 42,55kN
2,20+0,50+1
e(wmur1)/A = = 1,85m
2

wmur2 = Airemur2. γb = 0,50*6,00*23 = 69,00kN


0,50
e(wmur2)/A = 2,20+ = 2,45m
2

wmur = wmur1+ wmur2 = 42,55 + 69 = 111,55kN


42,55∗1,85+69,00∗2,45
e(wmur)/A = = 2,22m
111,55

Pour résumer :

kN e(F)/A (m)
P1 290,36 2,72

6
V1 196,11 3,70
wsol 120,37 3,2
wmur 111,55 2,22

7
Rv = wmur + wsol + V1 = 111,55+120,37+196,11 = 428,03kN
111,55∗2,22+120,37∗3,2+ 196,11∗3,70
e(Rv)/A = = 3,17m
428,03

Rh = P1 = 290,36kN
e(Rh)/A = 2,72m

Vérification au renversement

Fr =
∑ Moment stabilisateur / A = Rv∗e (Rv)/ A = 428,03∗3,17
= 1,72
∑ Moment renversant / A R h∗e(Rh)/ A 290,36∗2,72
Fr = 1,72 >1, donc il y a stabilité au renversement et la condition de sécurité est respectée. En
effet, Fr >1,5.

Verification au glissement

Rv .tgφ 428,03∗tg30
FG = = = 0,85
Rh 290,36
FG = 0,85<1 donc il n’y a pas la stabilité au glissement d’assuré.

Cependant, lors de la conception de ce mur, le calculateur à très certainement pris en compte


la force de butée engendré par la roche. De se faite, le coefficient de glissement devait être
supérieure à 1,5.

Pour, conclure, à sa conception, le mur été bien dimensionné. Cependant l’obstruction des
barbacanes à engendré une force de poussée de l’eau qui à entrainé les désordres infligés à ce
mur.

2. Confortation du mur-Calcul de tirants d’ancrage

b. Détermination de la force T dans les tirants

On dimensionne les tirants de telle sorte qu’il puisse reprendre la poussée de l’eau.
La force T dans les tirants est identique.

Rv .tgφ +2 T
≥1,5
Rh
1,5. R h−Rv . tgφ
T≥
2
1,5∗425,14 – 358,13∗tg 30
T≥ = 215,47kN/ml de mur
2

8
Il faudrait deux tirants pour 1ml de mur, soit 12 tirants par plot. Cela est un nombre
considérable de tirant. On choisit donc d’avoir 6 tirants de valeur 2T.
Donc, chacun des six tirants peut reprendre 2T = 430,94kN.

c) Détermination de la position du deuxième tirant

On place le premier tirant à 0,60m du point A.

Il faut ;
∑ Moment stabilisateur / A =
Rv∗e(Rv )/ A +T∗e (T )/ A+T∗x
≥ 1,5
∑ Moment renversant / A R h∗e(Rh)/ A

1,5∗R h∗e (Rh)/ A−Rv∗e ( Rv)/ A−T∗e(T )/ A


x≥
T
1,5∗425,14∗2,52−358,13∗3,05−215,47∗0,60
x≥
215,47
x≥1,79m

3. Tirants d’ancrages

a. Les différents types d’ancrage

Il existe deux types de tirants d’ancrages, les tirants passifs et les tirants actifs.

Les tirants passifs :


Il s’agit le plus souvent d’armatures ordinaires utilisées pour le béton armé, soit scellé dans le
sol, soit muni d’un dispositif de mise en buté mécanique dans le terrain.

Les tirants actifs :


Il s’agit principalement d’armatures de précontrainte scellées dans le sol par injection, puis
mises sous tension à l’aide de vérins.

Ces tirants peuvent être provisoires ou permanents.


Les tirants provisoires sont des tirants dont la mise en œuvre n’est nécessaire que pour assurer
la stabilité d’un ouvrage au cours des différentes phases d’exécution de l’ouvrage.
Les tirants permanents sont indispensables à la stabilité de l’ouvrage pendant toute sa durée
de vie.

9
b. Description d’un tirant d’ancrage

Un tirant comporte trois parties distinctes, à


savoir la tête, la partie libre et la zone de scellement. La protection contre la corrosion doit
être assurée à ces trois niveaux.

- La tête :
Accessible, elle est relativement facile à traiter : capot de protection et remplissage de produit
plastifiant suffisent dans la majorité des cas.

- La partie libre :
Elle est toujours sous gaine avec remplissage de l’espace gaine-armature par un produit de
protection.

- La zone de scellement :
Elle est protégée par une gaine étanche, imputrescible et incorrodable. La gaine doit suivre les
allongements de l’armature et doit transmettre les efforts de traction au terrain encaissant.
Pour ces raisons, la gaine est en matière plastique crénelée.

10
c. Choix d’un tirant d’ancrage

Notre choix de tirant se porte sur les tirants DYWIDAG toron.

On choisis un tirant d’ancrage constitué :


- 2torrons
- A = 280mm2
- Limitte élastique :Fa1,k = 440kN.

Notre roché étant constitué de grès et de schistes, on choisit une longueur d’ancrage, lv = 6m.

11