Vous êtes sur la page 1sur 33

LES POLITIQUES FONCIERES ET

LA BONNE GOUVERNANCE
SYMPOSIUM INTERNATIONAL
ET FORMATIONS

YAOUNDE, 21 - 25 OCTOBRE 2013


SALUTATIONS CORDIALES A TOUS
DE LA PART DES MEMBRES DE L’APIT-GABON
COMMUNICATION SUR LE THEME:
QUELLE REFORME FONCIERE AU
GABON EN VUE DE SON
EMERGENCE ?
PAR
NGUEMA ONDO Samuel,
INSPECTEUR DU CADASTRE, DIPLÔME DE L’ECOLE NATIONALE DU CADASTRE DE TOULOUSE,
INGENIEUR DU CADASTRE EN CHEF AU MINISTERE EN CHARGE DU CADASTRE,
EXPERT FONCIER PRES LA COUR D’APPEL JUDICIAIRE DE LIBREVILLE
ET
Président de l’Association des Professionnels de l’Ingénierie
Topographique du GABON (APIT-GABON)
Email: ngonobsam@yahoo.fr et/ou apitgabon2011@yahoo.fr
PLAN DE LA PRESENTATION
• 1- INTRODUCTION
• 2- ETAT DES LIEUX AU 1er JUIN 2011
• 3- CONSTITUTION DE L’APIT-GABON
• 4- FORUM NATIONAL SUR LE FONCIER ET AXES
DE LA REFORME
• 5- APPUI INSTITUTIONNEL
• 6- OBSERVATIONS ET RECOMMANDATIONS
• 7- CONCLUSION
1- INTRODUCTION (1/2)
• Gestionnaire des terres selon le principe de l’Acte
Torrens, le Gabon a mis ce régime foncier au
service de son développement et de
l’aménagement de son territoire avant et surtout
après son indépendance le 17 août 1960.
• Comme d’autres pays africains, il s’est caractérisé
depuis lors par la dualité des normes juridiques
aspirant à y gouverner le statut des sols et le rôle
de l’Etat indépendant sur la scène foncière.
1- INTRODUCTION (2/2)
• Malgré l’important arsenal juridique dont le
Gabon s’est doté depuis 1963 l’Etat, pourtant
propriétaire légal, en est arrivé à « la perte de
la mainmise sur son patrimoine foncier » et à
«des blocages dans la maîtrise publique des
sols et de la politique d’aménagement du
territoire de son choix», face à des occupants
sans titre, frisant l’incivisme, mais de plus en
plus excédés par une « dérégularisation
foncière » accélérée.
2- ETAT DES LIEUX EN JUIN 2011 (1/5)
• Législation foncière et domaniale en vigueur
essentiellement constituée des lois n° 14/63
et n° 15/63 du 08 mai 1963 fixant
respectivement la composition du Domaine
de l’Etat et les règles qui en déterminent les
modes de gestion et d’aliénation d’une part,
et le régime de la propriété foncière d’autre
part, et du décret n° 77/PR du 06 février 1967
réglementant l’octroi des concessions et
locations domaniales ainsi que de l’ensemble
des textes modificatifs subséquents.
2- ETAT DES LIEUX EN JUIN 2011 (2/5)
• Législation protectionniste reposant sur une
procédure d’attribution à double détente,
provisoire et définitive et contraignant les
usagers à un parcours du combattant en 134
étapes pour prétendre à un titre foncier au
bout de cinq (5) ans environ, en situation
normale, dans un système qui, hélas, s’est
avéré incapable de fournir légalement des
terrains à bâtir en quantité suffisante pour les
nombreuses populations souhaitant en avoir.
2- ETAT DES LIEUX EN JUIN 2011 (3/5)
• Nombreux obstacles à la pleine réalisation des
multiples actions pertinentes du Gouvernement
relatives au foncier pour faire face à la croissance
urbaine galopante de la 2ème moitié des années
70, résultant de la conjugaison de la croissance
naturelle de la population, d’une immigration
étrangère massive et de l’exode rural.
• Faibles capacités techniques des services de
l’Administration publique chargée de produire
directement les parcelles et les logements.
2- ETAT DES LIEUX EN JUIN 2011 (4/5)
• Absence d’une politique d’aménagement
pragmatique entraînant un développement
urbain anarchique des établissements
humains.
• Nombreux litiges fonciers en instance devant
les tribunaux.
• Difficile contrôle de la mobilisation du foncier
par l’Etat, malgré son statut de propriétaire
légal, pour la réalisation de ses projets.
2- ETAT DES L IEUX EN JUIN 2011 (5/5)
• Nombreuses et onéreuses opérations de
déguerpissement pour la concrétisation de
certains projets;
• Confirmation du constat fait depuis 1995 (par le
Rapport COMBY sur le cadastre dans l’économie
du Gabon) d’une situation de blocage due à une
réglementation et à de subtils conflits de
compétences ne permettant pas toujours aux
différents intervenants dans la gestion du foncier
de remplir leur rôle, au grand détriment des
administrés.
3- CONSTITUTION DE L’APIT-GABON
(1/4)
A défaut d’avoir été Membre fondateur de la
FGF à Rabat en novembre 2005, le Gabon,
représenté par Monsieur NGUEMA ONDO
OBIANG Samuel, Inspecteur du Cadastre, et à
la requête de celui-ci, est devenu Membre
Correspondant de la FIG depuis son
Assemblée Générale de mai 2007 à Hong-
Kong et Membre délégué de la FGF à l’issue
de son Assemblée Générale d’octobre 2007 à
Québec.
3- CONSTITUTION DE L’APIT-GABON
(2/4)
Les buts et objectifs de l’APIT-GABON,
constituée le 09 avril 2011 à Libreville, sont:
• unifier et organiser la profession par la mise
en place d’un réseau, avec ses propres normes
de performance pour ses membres, en vue de
la création à brève échéance d’un ordre des
géomètres au Gabon.
3- CONSTITUTION DE L’APIT-GABON
(3/4)

• Veiller à la qualification professionnelle et au


renforcement des capacités de ses membres,
notamment par le biais de la formation
continue, en collaboration avec les institutions
académiques compétentes et par l’usage des
moyens technologiques requis.
3- CONSTITUTION DE L’APIT-GABON
(4/4)
• Agir au nom de la profession et contribuer, en
qualité de partenaire au développement, à
l’action des autorités nationales ou locales et
au bien-être des usagers et de la communauté
toute entière, par la promotion et l’offre des
importants services qu’ils sont en droit
d’attendre des domaines de l’ingénierie
topographique.
4- FORUM NATIONAL SUR LE FONCIER
ET AXES DE LA REFORME (1/3)
• Outre la mise à disposition de la Fonction
Publique des personnels agents de l’Etat et la
fermeture des services centraux du Ministère
en charge de l’Habitat en juin 2011, la
situation paradoxale évoquée ci-dessus aurait
par ailleurs motivé la tenue à Libreville, du 13
au 15 juillet 2011, du Forum National sur le
Foncier au Gabon à l’issue duquel une
ambitieuse réforme foncière a été engagée
dès fin 2011 autour de deux (2) grands axes.
4- FORUM NATIONAL SUR LE FONCIER
ET AXES DE LA REFORME (2/3)

• La mission assignée au ministère chargé de


l’Habitat, conformément aux objectifs du plan
stratégique Gabon Emergent, étant le
« Développement d’un cadre de vie sain et
sécurisé par la promotion d’un habitat
accessible au plus grand nombre de Gabonais
et répondant à leurs besoins, dans la
perspective du développement durable »,
4- FORUM NATIONAL SUR LE FONCIER
ET AXES DE LA REFORME (3/3)
cette ambitieuse réforme foncière s’articule
autour des deux (2) principaux axes ci-après:
 Une organisation administrative moderne,
souple, efficace et devant développer une gestion
rationnelle et un aménagement durable du
foncier au bénéfice des usagers;
 Une procédure simplifiée d’accès à la propriété
foncière par le biais du Système d’Information
Cadastrale et Foncière (Projet SICAF (avec un
guichet unique), dont la mise en œuvre est
prévue en quatre phases de 2011 à 2014.
5- APPUI INSTITUTIONNEL (1/7 )

• Décret n° 01496/PR/MHUEDD du 29
décembre 2011 réorganisant le Ministère en
charge de l’Habitat, de l’Urbanisme et du
Cadastre, dont l’activité devrait dorénavant se
concentrer sur les tâches d’orientation, de
conception, de contrôle et d’évaluation des
politiques publiques ainsi que de tutelle avec:
 3 Directions Générales (Habitat , Urbanisme,
Travaux Topographiques et Cadastre);
5- APPUI INSTITUTIONNEL (2/7)
 2 nouvelles Directions au sein du Secrétariat
Général (Informatique et Juridique) et plusieurs
Etablissements sous tutelle (dont l’Institut
National de Cartographie, la Société Nationale
Immobilière, l’Ecole Nationale du Cadastre et des
Sciences Géographiques, le Centre Technique de
l’Habitat, l’ Agence Nationale de l’Urbanisme, des
Travaux Topographiques et du Cadastre);
 réactivation des Brigades Spéciales de
l’Urbanisme et de la Construction.
5- APPUI INSTITUTIONNEL (3/7)
• Décret n° 01500/PR/MHUEDD du 29
décembre 2011 portant création de l’Agence
Nationale de l’Urbanisme, des Travaux
Topographiques et du Cadastre, dotée d’un
guichet unique et chargée notamment:
 de réaliser des programmes de travaux en
matière d’urbanisme, d’aménagements
fonciers et de travaux topographiques et
cadastraux;
5- APPUI INSTITUTIONNEL (4/7)
 d’exécuter les procédures cadastrales en vue
de l’établissement par les services compétents
des actes de cession des terrains et de
concession des baux ordinaires et
emphytéotiques;
 d’élaborer les SDAU et les POS;
 de mettre en œuvre les opérations
topographiques et cadastrales nécessaires à la
réalisation des travaux d’infrastructures.
5- APPUI INSTITUTIONNEL (5/7)
• Loi n° 003/2012 portant ratification de
l’ordonnance n° 005/PR/2012 du 13 février
2012, fixant le régime de la propriété foncière
en République Gabonaise, instituant
notamment dans chaque chef-lieu de province
une conservation de la propriété foncière et
des hypothèques, à l’exception de la province
de l’Estuaire (Libreville) qui devrait en avoir
deux.
5- APPUI INSTITUTIONNEL (6/7)
• Loi n° 007/2012 portant ratification de
l’ordonnance n° 006/PR/2012 du 13 février
2012 fixant les règles générales relatives à
l’urbanisme en République Gabonaise.
5- APPUI INSTITUTIONNEL (7/7)

• Décret n° O257/PR/MECIT du 19 juin 2012


réglementant les cessions et locations des
terres domaniales et confirmant ou conférant
notamment à l’ANUTTC plusieurs missions
précédemment dévolues, entre autres, aux
Directions Générales de l’Urbanisme et des
Aménagements Fonciers, des Travaux
Topographiques et du Cadastre ainsi qu’à celle
des Impôts, dans le cadre du guichet unique
mis en place pour la délivrance des titres.
6- OBSERVATIONS
ET RECOMMANDATIONS (1/5)
L’ambitieuse réforme foncière actuellement en
cours au Gabon s’appuie ou devrait par ailleurs
s’appuyer sur une stratégie tendant à:
 Accroître l’offre des terrains et consacrer
rapidement les droits fonciers aux usagers;
 Favoriser les activités des promoteurs et des
lotisseurs privés;
 Faire de la fiscalité foncière un des fondements
des finances locales, dans le cadre de la
décentralisation, par l’ instauration d’un impôt
équitable .
6- OBSERVATIONS
ET RECOMMANDATIONS (2/5)
Selon un objectif commun découlant de
plusieurs rencontres d’experts et conférences
sur l’administration des terres à l’occasion
desquelles la FIG joue un rôle de premier plen,
principalement par le biais de la Commission
7, il s’agit effectivement de « promouvoir
l’accès à la propriété foncière et à
l’enregistrement des droits afin de contribuer
à la réduction de la pauvreté et au
développement économique »
6- OBSERVATIONS
ET RECOMMANDATIONS (3/5)
La Commission ministérielle chargée de la
révision et de la rédaction des textes relatifs
au foncier en République Gabonaise, mise en
place par arrêté du 13 février 2013 du
Ministre en charge de l’Habitat devrait
s’approprier les recommandations pertinentes
ci-après de la Déclaration d’Hanoï sur
l’acquisition de la terre dans les économies
émergentes à l’occasion de la 7ème
Conférence Régionale FIG d’octobre 2009:
6- OBSERVATIONS
ET RECOMMANDATIONS (4/5)
Disposer: i) d’une législation et des
procédures d’acquisition du foncier logiques,
efficaces et transparentes et ii) de règles
claires pour l’intégration des parties
impliquées et pour la détermination d’une
compensation adéquate permettant aux
personnes à déplacer de se réinstaller d’une
manière convenable;
6- OBSERVATIONS
ET RECOMMANDATIONS (5/5)
Veiller à ce que: i) les principes de bonne
gouvernance soient appliqués pour la
conduite des processus efficaces, justes et
légitimes d’acquisition des terres, ii) tous les
droits soient pris en compte, y compris les
droits non officiels ainsi que les droits
humains et tout particulièrement les droits
non officiels ainsi que les droits humains et
tout particulièrement les droits du pauvre et
du faible.
7- CONCLUSION (1/2)
Au regard de tout ce qui précède et des fortes
exigences prévalant au Gabon en matière de
gouvernance, notamment foncière et de lutte
contre la corruption et la spéculation foncière, il
import(ait)e effectivement que l’Etat reprenne
rapidement le contrôle de la mobilisation du
foncier (en évitant de confondre vitesse et
précipitation), en vue d’une gestion participative
de l’aménagement du territoire, gage du
développement durable pour un Gabon
émergent à l’horizon 2025.
7- CONCLUSION (2/2)
Les géomètres du Gabon détenant désormais,
comme sous d’autres cieux, un rôle clé en raison
de leur qualification pour conseiller les pouvoirs
publics, les politiciens et l’ensemble des usagers
en matière de gouvernance territoriale; et par
conséquent pour mieux faire entendre leurs
idées, conceptions et recommandations par ces
différents acteurs pour une bonne gouvernance
foncière, gageons que cette noble mission sera
dorénavant facilitée par la création de la
souhaitable création à brève échéance le l’Ordre
des Géomètres du Gabon.
MERCI POUR VOTRE
AIMABLE ATTENTION