Vous êtes sur la page 1sur 56

PLOLYTECHNIQUE PRIVE DE SOUSSE

COURS DE BETON PRECONTRAINT

4ème année génie civil

Enseignant : Elmahmoudi Soufien


SOMMAIRE

CHP1 PRINCIPE DU BETON PRECONTRAINT ......................................................................... 1


1. Introduction ..................................................................................................................................... 1
2. Rappel de béton armé ..................................................................................................................... 1
2.1. Principe de fonctionnement ..................................................................................................... 1
2.2. Comportement mécanique ...................................................................................................... 2
3. Introduction au béton précontraint ................................................................................................ 3
3.1. Le principe du béton précontraint ........................................................................................... 3
3.2. Définitions ................................................................................................................................ 4
3.3. Comportement d’une poutre en béton précontraint .............................................................. 4
3.4. Notion de précontrainte partielle ............................................................................................ 5
4. Modes de réalisation de la précontrainte ...................................................................................... 6
4.1. Précontrainte par pré-tension.................................................................................................. 6
4.1.1. Principe ............................................................................................................................. 6
4.1.2. Technologie ...................................................................................................................... 7
4.2. Précontrainte par post tension ................................................................................................ 8
4.2.1. Principe ............................................................................................................................. 8
4.2.2. Technologie ...................................................................................................................... 9

CHP2 MATERIAUX POUR BETON PRECONTRAINT ........................................................ 11


1. Le béton ......................................................................................................................................... 11
1.1. Résistance du béton ............................................................................................................... 11
1.1.1. Résistance à la compression........................................................................................... 11
1.1.2. Résistance à la traction................................................................................................... 12
1.2. Déformation du béton............................................................................................................ 12
1.2.1. Déformation instantanée ............................................................................................... 12
1.2.2. Déformations différées .................................................................................................. 14
2. L’acier de précontrainte ................................................................................................................ 17
2.1. Différentes formes d’armatures ............................................................................................. 17
2.2. Caractéristiques des armatures de précontrainte ................................................................. 20
2.3. Hypothèses de calcul .............................................................................................................. 20
2.4. Relaxation des aciers de précontraintes ................................................................................ 21
2.5. Corrosion sous tension ........................................................................................................... 22
2.6. Fatigue des aciers ................................................................................................................... 23
3. Conduits pour précontrainte par post-tension............................................................................. 23
3.1. Les types des conduits ............................................................................................................ 23
3.2. Dimensionnement des conduits............................................................................................. 23
3.3. Injection des conduits de précontrainte ................................................................................ 24
4. Les ancrages ................................................................................................................................... 25

CHP3 EFFET DE LA PRECONTRAINTE SUR UNE STRUCTURE....................................... 26


1. Introduction ................................................................................................................................... 26
2. Action des câbles de précontrainte sur le béton .......................................................................... 26
2.1. Équilibre d’une structure précontrainte ................................................................................ 26
2.2. Équilibre du câble de précontrainte ....................................................................................... 27
2.2.1 Étude d’un tronçon élémentaire de câble...................................................................... 27
2.2.2 Équilibre d’ensemble du câble ....................................................................................... 28
2.3. Équilibre du béton .................................................................................................................. 28
2.3.1 Cas d’une poutre isostatique.......................................................................................... 28
2.3.2 Cas d’une poutre hyperstatique (méthode directe) ...................................................... 29

CHP4 ACTIONS ET COMBINAISONS D’ACTIONS ............................................................... 30


1. Etats limites de calcul .................................................................................................................... 30
1.1. Principe de dimensionnement ............................................................................................... 30
1.2. États-limites ............................................................................................................................ 30
2. Actions à considérer en BP ............................................................................................................ 31
2.1. Actions permanentes ............................................................................................................. 31
2.1.1. Poids propre des éléments de structure ........................................................................ 31
2.1.2. Précontrainte.................................................................................................................. 32
2.2. Actions variables..................................................................................................................... 32
3. Combinaisons d’actions ................................................................................................................. 32
3.1. Vis-à-vis des ELU ..................................................................................................................... 33
3.2. Vis-à-vis des ELS...................................................................................................................... 33
4. Situations ....................................................................................................................................... 34
5. Justifications vis-à-vis des états-limites de service ...................................................................... 34
5.1. Justifications à la flexion......................................................................................................... 37
5.1.1. Contraintes limites de compression ............................................................................... 37
5.1.2. Contraintes limites de traction ....................................................................................... 37
5.1.3. Armatures passives minimales ....................................................................................... 37
5.1.4. Maîtrise de la fissuration ................................................................................................ 39
5.2. Justifications à l’effort tranchant ........................................................................................... 40
6. Justification à la flexion aux ELU ................................................................................................... 40

CHP5 CALCUL DE LA TENSION D’UN CABLE EN POST-TENSION................................. 41


1. Introduction ................................................................................................................................... 41
2. Tension à l’origine.......................................................................................................................... 41
3. Pertes instantanées ....................................................................................................................... 42
3.1. Pertes par frottement ............................................................................................................ 42
3.1.1 Courbure du tracé .......................................................................................................... 42
3.1.2 Déviations parasites ....................................................................................................... 44
3.1.3 Valeurs des coefficients de frottement .......................................................................... 45
3.2. Pertes par recul d’ancrage...................................................................................................... 46
3.3. Pertes par déformation instantanée du béton ...................................................................... 47
3.3.1. Principe général .............................................................................................................. 47
3.3.2. Pertes par échelonnement des mises en tension des câbles d’une même famille [Φ] . 48
3.3.3. Simplification des résultats ............................................................................................ 49
3.4. Tension initiale ....................................................................................................................... 50
4. Pertes différées .............................................................................................................................. 50
4.1. Perte par retrait du béton ...................................................................................................... 50
4.2. Perte par fluage du béton ...................................................................................................... 50
4.3. Perte par relaxation................................................................................................................ 51
4.4. Perte différées totales ............................................................................................................ 52
5. Tension à un instant quelconque ................................................................................................. 53
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

CHP1 PRINCIPE DU BETON PRECONTRAINT

1. Introduction
Le béton est un matériau de construction particulièrement économique. Sa résistance à la
compression est élevée mais il présente un point faible, sa résistance à la traction, médiocre et
aléatoire. De plus, la rupture en traction est fragile : les pièces tendues ou fléchies peuvent se
rompre brutalement dès l’apparition de la première fissure.
Le béton armé corrige ce défaut : les tractions sont reprises par des armatures en acier adhérentes
au béton. Cependant, la résistance des armatures ne peut être mobilisée que si le béton se fissure.
La fissuration réduit considérablement la rigidité et peut affecter la durabilité. De plus, le béton
tendu ne sert qu’à enrober les armatures et à les maintenir en place dans la section, sans
contribuer à la résistance et à la rigidité de la structure. Il constitue un poids mort qui limite les
portées des éléments fléchis. Pour construire de manière efficace en béton en échappant à ces
inconvénients, il faut donc éviter que ce matériau soit trop tendu risquant alors de se fissurer.

2. Rappel de béton armé

2.1. Principe de fonctionnement

Considérons une poutre isostatique chargée comme suit :

{Fig. 1.1} : Chargement et sollicitations d’une poutre isostatique

Elmahmoudi Soufien
1
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

{Fig. 1.2} : Règle de couture


La poutre en béton non armé présente des fissures et atteint la ruine pour des faibles charges. On
bénéficie de la fameuse règle de couture en associant des armatures au béton. Le matériau obtenu
est le béton armé. La poutre résiste à des charges beaucoup plus importantes.
En général, une simple association des armatures au béton ne suffit pas pour faire de celui-ci un
béton armé. Des dispositions constructives, concernant la forme, la disposition et les quantités
des armatures, sont nécessaires pour s’assurer que ce matériau composite se comporte comme il
a été calculé. D’autres dispositions, liées à la relation béton armé-environnement, seront
également nécessaires pour garantir la durabilité et l’exploitation de l’ouvrage dans des
conditions normales.

2.2. Comportement mécanique

• Cas de flexion simple à l’ELU :


Les hypothèses de béton armé, concernant le comportement d’une section simplement fléchie,
admettent un diagramme des contraintes normales sous forme parabole-rectangle. Le diagramme
de calcul est de forme rectangulaire simplifié. La contrainte de compression maximale
(contrainte de calcul) dans le béton est limitée dans les règles EC2 par :

= .

La contrainte de calcul de l’acier étant :

Elmahmoudi Soufien
2
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

{Fig. 1.3} : diagramme réel et diagramme de calcul

• Cas de flexion simple à l’ELS :

Le comportement à l’ELS est de forme triangulaire avec une contrainte de compression du béton
limitée à : ≤ 0,6.
La contrainte de traction des aciers devra vérifier : ≤ 0,8.

3. Introduction au béton précontraint

3.1. Le principe du béton précontraint

Le béton précontraint est né du raisonnement suivant : le béton est aujourd’hui le matériau de


construction le plus économique. Il résiste bien à la compression, mais peu à la traction. Il faut
donc construire en béton, mais en évitant que ce matériau soit trop tendu, et risque de se fissurer.
Une longue réflexion conduit l’ingénieur français Eugène Freyssinet en 1933 à approfondir une
idée simple : il faut préparer le béton à faire face sans dommages à son avenir. Son avenir est
d’être soumis à des charges et donc à des tractions dangereuses pour son intégrité (fissures, puis
rupture).
Préparer le béton c’est le comprimer suffisamment pour qu’en tous points les compressions
soient supérieures aux tractions qui se développeront ultérieurement.
La compression préalable du béton est la « précontrainte ». Ce terme a été utilisé pour la
première fois par Eugène Freyssinet en 1933. L’intensité de la précontrainte à mettre en œuvre
dépend évidemment des tractions auxquelles il faudra s’opposer et des raccourcissements
instantanés et différés du béton.
« Précontraindre une construction, c’est la soumettre, avant application des charges, à des
forces additionnelles déterminant des contraintes telles que leur composition avec celles

Elmahmoudi Soufien
3
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

provenant des charges donne en tous points des résultantes inférieures aux contraintes
limites que la matière peut supporter indéfiniment sans altération ».
Plusieurs modes de mise en compression du béton peuvent être envisagés. La précontrainte des
poutres, par exemple, est généralement assurée par des câbles d’acier fortement tendus qui
transmettent au béton leur tension par des dispositifs appropriés.

3.2. Définitions

La mise en tension des câbles peut intervenir avant le bétonnage de la poutre « pré-tension » ou
après « post tension ».

Le terme « précontrainte » est également utilisé pour désigner l’ensemble des effets permanents
de ce procédé qui comportent des efforts internes dans les sections et des déformations de la
structure.
L’effort de compression volontairement développé dans les sections de la poutre, par exemple,
est appelé « effort de précontrainte » (ou, en abrégé, « précontrainte »).

3.3. Comportement d’une poutre en béton précontraint

Une poutre en béton précontraint présente une courbure initiale appelée : pré flèche (fig. 1.4).

{Fig. 1.4}

{Fig. 1.5}

Elmahmoudi Soufien
4
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

{Fig. 1.6}

Plus la charge augmente, plus la courbure diminue (fig. 1.5).


Plus la charge augmente, plus la compression dans la partie inférieure de la poutre diminue.
Avec l’augmentation des charges la courbure peut même se transformer en une légère
incurvation vers le bas (fig. 1.6).Aussi longtemps qu’il subsiste une compression dans la partie
inférieure de la poutre, aucune fissure n’apparaît.
La poutre en béton précontraint reprend sa position initiale lorsqu’on supprime les charges
appliquées (fig. 1.7). Le béton précontraint a un comportement élastique.

{Fig. 1.7}

Remarque :
Il faut, éviter tout excès de compression : la compression totale du béton doit rester inférieure à
une valeur raisonnable, de façon à éviter tout risque de fissuration longitudinale des éléments
précontraints (alors que les tractions y développent généralement des fissures transversales).

3.4. Notion de précontrainte partielle

La technique déjà exposé est celle de la précontrainte totale. Bien entendu, la précontrainte totale
d’un ouvrage ne peut être réalisée que pour des charges appartenant à un domaine limité,
supposé parfaitement connu à l’avance. Si ce domaine inclut des charges rarement atteintes dans
la réalité, les principes précédents peuvent entraîner un surdimensionnement de la précontrainte.
C’est pourquoi s’est développée progressivement la notion de précontrainte partielle : la
décompression du béton n’y est interdite que sous l’effet des charges permanentes ou quasi
permanentes.

Elmahmoudi Soufien
5
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

Sous l’effet de charges plus importantes, on admet que des fissures puissent se former (comme
en béton armé) à condition que leur ouverture demeure suffisamment limitée pour :
• qu’elles soient réversibles et se referment donc sous charges permanentes ou quasi
permanentes ;
• que les risques de corrosion et de fatigue des armatures soient négligeables.

Dans tous les cas, la valeur minimale de la précontrainte résulte de la valeur maximale tolérée de
la contrainte normale du béton (comptée algébriquement positive lorsqu’elle est de compression)
sous les effets :
• des cas de charge les plus agressifs lorsqu’on est en précontrainte totale ;
• des seules charges permanentes ou quasi permanentes lorsqu’on est en précontrainte partielle.

4. Modes de réalisation de la précontrainte


La mise en tension peut être faite en tendant l’acier aux deux extrémités de la pièce (actif - actif)
ou en tendant une seule extrémité uniquement (actif –passif).

{Fig. 1.8} : Ancrage actif et ancrage passif

La précontrainte peut être appliquée au béton:


• soit par pré-tension (mise en tension des aciers avant coulage du béton) ;
• soit par post-tension (mise en tension de câbles après durcissement du béton).

4.1. Précontrainte par pré-tension

4.1.1. Principe
Ce mode de précontrainte (aussi appelé «précontrainte par armatures adhérentes») consiste à
tendre tout d’abord les armatures (fils, barres ou torons) entre deux massifs d’ancrage fixes
appelés culées. On coule ensuite le béton de la pièce, tout autour et au contact direct, de ces
armatures. Quand ce béton a suffisamment durci, on relâche la tension dans les armatures et leur
raccourcissement :

Elmahmoudi Soufien
6
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

• s’effectue librement en dehors de la pièce ;


• se trouve entravé à l’intérieur de la pièce par la mobilisation de l’adhérence, ce qui limite
fortement la perte de tension dans les aciers (en partie courante) et assure du même coup
la mise en compression du béton.
En raison du coût élevé des massifs d’ancrage, ce procédé n’est utilise´ que pour pré fabriquer,
en usine, des séries de pièces identiques, à armatures généralement rectilignes (poutres de ponts,
poutrelles et planchers de bâtiments, poteaux de lignes électriques, traverses de voies ferrées,
etc.).
Quoique, ce principe est limité à des produits à précontrainte rectiligne ou faiblement déviée, de
longueur limitée (30 m) et de masse transportable (30 t) est très largement exploité. Il met en jeu
une très grande partie de la consommation totale d’acier de précontrainte (80 % de la
consommation mondiale annuelle, soit 800 000 t).

4.1.2. Technologie
Les poutres précontraintes par pré-tension sont fabriquées sur un « banc de préfabrication » qui
comprend les coffrages d’une série de poutres.

{Fig. 1.9} : Banc de préfabrication de poutrelles

Elmahmoudi Soufien
7
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

Les étapes de la réalisation de ces poutres sont les suivantes :


• Mise en place dans le banc de préfabrication de fils d’acier à haute résistance.
• Installation aux extrémités des fils de vérins de mise en tension prenant appui sur des butées
fixées au sol.
• Mise en tension des fils à l’aide des vérins.
• coulage du béton (plusieurs lignes de poutres à la fois).
• relâchement des vérins : après durcissement du béton.

Les fils ne peuvent se raccourcir puisqu’ils adhèrent au béton et transmettent ainsi leur tension au
béton durci.

Les poutres sont fléchies vers le haut. Les fils d’acier sont ensuite coupés.
Les poutres en béton précontraint par « fils adhérents » sont prêtes à l’emploi.

4.2. Précontrainte par post tension

4.2.1. Principe
Contrairement au mode de réalisation précédent, cette précontrainte s’applique sur des structures
dont le béton a déjà durci. Les forces de précontrainte sont alors généralement créées par des
torons ou des câbles circulant librement dans la structure, mis en tension à partir de leur
extrémité par des vérins prenant appui sur la structure elle-même.
Il existe deux types de précontrainte par post-tension:
• intérieure au béton;
• extérieure au béton.

{Fig. 1.10} : Précontrainte intérieure

Elmahmoudi Soufien
8
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

4.2.2. Technologie
Avant le bétonnage on a posé des gaines vides dans la zone soumise à traction.
(1) câble : ensemble de fils.

{Fig. 1.11} : Poutre en béton précontraint reposant sur échafaudages

Après coulage et durcissement du béton des câbles d’acier de précontrainte sont enfilés dans les
gaines. Les extrémités de ces câbles traversent des dispositifs de blocage placés aux deux abouts
de la poutre. Ces dispositifs de blocage des câbles sont des cônes d’ancrage ou des plaques
métalliques percées de trous coniques.

{Fig. 1.12} : Insertion des câbles dans les gaines

On installe ensuite des vérins hydrauliques de mise en tension à l’une ou aux deux extrémités des
câbles. Les câbles sont bloqués dans les vérins.

{Fig. 1.13} : Mise en tension des câbles

Elmahmoudi Soufien
9
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

Les câbles sont mis en tension à l’aide des vérins qui prenant appui sur le béton de la poutre.
Lorsque la tension et l’allongement désirés sont obtenus, on bloque les câbles avec les dispositifs
installés aux abouts de la poutre appelés ancrages.
La tension des câbles se reporte sur le béton de la poutre et le comprime. Cette compression
provoque le raccourcissement de la partie inférieure de la poutre, engendrant une courbure de
l’ensemble vers le haut. La poutre repose sur ses extrémités.
(Les vérins sont ensuite démontés, les excédents de câbles coupés et le vide des gaines injecté
sous pression avec du coulis de ciment, pour protéger les câbles contre la corrosion).
La poutre précontrainte est prête.

{Fig. 1.14} : Les vérins prennent appui sur le béton durci de la poutre

A : Vérin (après gonflement, il est représenté en pointillé)


B : Câble
C : Conduit (gaine)
D : Béton

Elmahmoudi Soufien
10
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

CHP2 MATERIAUX POUR BETON


PRECONTRAINT

1. Le béton

1.1. Résistance du béton

1.1.1. Résistance à la compression


Le béton est repéré par sa résistance caractéristique à la compression à 28 jours notée f , et
correspondant a une probabilité au plus égale à 5 % de ne pas être atteinte (p = 5 %).
La population de résultats n’existant pas encore lors du projet, cette valeur est nécessairement
toujours choisie a priori. Le choix étant guidé par les conditions d’exécution.
Pour les contrôles, la résistance à la compression f est mesurée par écrasement à la presse
hydraulique d’éprouvettes :
• Cylindriques 16/32 : de 16 cm de diamètre, de 32 cm de hauteur et – dont l’aire de la
section droite est de 200 cm2 ;
• ou bien cubiques de 14 ou 20 cm de côté.
Le béton sera donc défini par sa classe de résistance CX/Y. où X désigne la valeur obtenue par
essais sur éprouvettes cylindriques. Y désigne le résultat d’essais sur éprouvettes cubiques.
La valeur de f qui sera employée dans la suite de ce cours présente la résistance à la
compression X (pour éprouvettes 16/32).
Le béton est également défini par sa résistance moyenne à la compression (p = 50 %) notée f :
= +8 ( )
Pour une date : ≠ 28 !"#$ la valeur de résistance qui sera adoptée est :

( )= ( )− 8 ( ) '!"# 3 !"#$ < < 28


% +
( )= '!"# ≥ 28 !"#$
Où :
• ( ) = , ( ).
23
../01 5
• , ( )= - 4

0,20 '!"# ": ;<=-: >- ;? $$- @ (AB 42,5 @, AB 52,5 E - AB 52,5 @)


$ = 0,25 '!"# ": ;<=-: >- ;? $$- E (AB 32,5 @ - AB 42,5 E) +



⎩ 0,38 '!"# ": ;<=-: >- ;? $$- F (AB 32,5 E)

Elmahmoudi Soufien
11
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

On obtient couramment = 30 MPa et, avec un peu plus de soin, 35 ou 40 MPa.


L’utilisation de fluidifiants permet d’atteindre = 60 MPa et même, moyennant l’adjonction
de fumées de silice, 80 à 100 MPa.

1.1.2. Résistance à la traction


L’Eurocode 2 donne la résistance moyenne en traction (valeurs en MPa):
IJLKM
H = 0,30. '!"# ≤ 50
G +
= 2,12 . ln Q1 + R '!"# > 50
H
10
La loi de variation de la résistance à la traction du béton en fonction du temps est :
f (t) = Iβ (t)M . f
W
T T

= 1 (Pour ≤ 28 ) et = K (pour > 28 )


J

1.2. Déformation du béton

Le béton durci subit deux types de déformations :


• Des déformations spontanées en l’absence de toute charge ;
• Des déformations sous charges :
o d’abord instantanées, élastiques ou plastiques ;
o puis lentes sous charges de longue durée.
Ces déformations sont également classées en :
• déformations instantanées ;
• déformations différées.

1.2.1. Déformation instantanée


Cette déformation est principalement due au comportement élastique (ou plastique) du béton
sous l’effet d’un chargement.
Soit une éprouvette en béton chargée en compression et traçons le diagramme représentant le

raccourcissement relatif (X = ) en fonction de [ :


∆Z
Z

Elmahmoudi Soufien
12
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

{Fig. 2.1} : Diagramme contrainte-déformation du béton

Le diagramme obtenu est sensible à la vitesse de montée en déformation. C’est pourquoi il est
indispensable d’opérer à vitesse normalisée. Le fonctionnement est tout d’abord élastique :
On peut définir un module élastique moyen B qui est appelé « module sécant » ou encore
« module de déformation instantanée » pour [ = 0,4. f , et l’on a :

[ = B .X
Avec:
f ],K
B = 22 000 Q R
10
Lorsque la contrainte [ est appliquée avant que le béton atteigne son âge de 28 jours, ce module
sera calculé par :
( )
],K
B ( ) = 22 000. ^ _
10
Remarque :
Le module de déformation instantanée dépend de la nature des granulats utilisés dans la
fabrication du béton. Il peut être corrigé par le facteur multiplicateur suivant :
1 ∶ a# :"? $ >- b" # c< -

⎪ 0,9 ∶ a# :"? $ ; ?; <#-
+
⎨ 0,7 ∶ a# :"? $ <$$"$ >- a#è$

⎩1,2 ∶ a# :"? $ <$$"$ >- g $ ? -
La courbe σ(ε) passe par un maximum, dit pic de contrainte, pour une déformation ε / de l’ordre
de 2.10-3, la rupture du béton ne survenant que pour un raccourcissement estimé, en général, à
ε j = 3,5.10-3.
En traction, le béton est fragile et ne présente pratiquement pas d’allongement plastique.

Elmahmoudi Soufien
13
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

1.2.2. Déformations différées


1.2.2.1. Retrait du béton
Le retrait est le raccourcissement spontané du béton au cours de son durcissement en l’absence
de toute contrainte. Le retrait a plusieurs origines, mais les deux effets principaux sont le retrait
d’origine chimique, dit « retrait endogène » et le retrait de dessiccation ou retrait de séchage.
Le retrait endogène est dû à une diminution du volume de béton du fait de la réaction chimique
de prise du béton. Les molécules avant réaction chimique occupent en effet un volume plus élevé
que les molécules après réaction, ce qui engendre donc une diminution de volume.
Le retrait de dessiccation provient de l’évaporation des molécules d’eau non consommées par la
réaction chimique. Ceci entraine également un raccourcissement du béton.
La déformation totale de retrait peut se mettre sous la forme :
X ( ) = X ( ) + X k ( ) : Retrait de dessiccation et retrait endogène.
La valeur finale du retrait total est :
X ,l =X ,l +X k,l

Où :
X k,l = 2,5 ( − 10). 100m
X = no . X

,l ,]

Le coefficient no est déterminé en fonction du rayon moyen ℎ] (mm) de la section transversale :


2. q
ℎ] =
"
Avec :
o q : aire de la section de béton.
o " : périmètre de cette section en contact avec l’extérieur.
{Tab. 2.1} : Valeurs de rs

st rs
≤ utt 1,00
200 0,85
300 0,75
≥ vtt 0,10

La valeur de X ,] sera déterminée en fonction de la résistance du béton et de l’humidité relative


de l’environnement (valeurs données en ‰):

{Tab. 2.1} : Valeurs de wxy,t

Elmahmoudi Soufien
14
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

Humidité relative •€ (%)


zxr / zxr,x|}~
20 40 60 80 90 100
20/25 0,62 0,58 0,49 0,30 0,17 0,00
40/50 0,48 0,46 0,38 0,24 0,13 0,00
60/75 0,38 0,36 0,30 0,19 0,10 0,00
80/95 0,30 0,28 0,24 0,15 0,08 0,00
90/105 0,27 0,25 0,21 0,13 0,07 0,00

Enfin, le raccourcissement de retrait provoque une diminution progressive de la tension dans les
armatures de précontrainte. Il faut pour ce fait tenir compte de la « perte de précontrainte »
engendrée. Pour diminuer le retrait du béton jeune, on maintient la surface des pièces saturée
d’eau en permanence pendant le durcissement Cette opération appelée « cure » doit être mise en
œuvre immédiatement après coulage du béton.

1.2.2.2. Fluage du béton


Par définition, c’est le raccourcissement progressif du béton sous contrainte constante, retrait
déduit. Ce phénomène est, lui aussi, lié à la migration de l’eau à l’intérieur du béton, mais aussi
de la maturité du béton lors du premier chargement ainsi que de la durée et de l'intensité de la
charge.
Soit une éprouvette âgée de t ] sur laquelle on applique une charge [ qu’on gardera constante. A
la date d’application de [ l’éprouvette présente un raccourcissement instantané :
[
X( ] ) =
B ( ])
A cette déformation vient se superposer une déformation de fluage qui, à une date > ],

[
s’écrit :

X ( , ]) = •( , ] ). . #( )
B ( ])
Où :
#( ) : la fonction du temps (#( ] ) = 0 et #(∞) = 1)
B ( ] ) = 1,05. B ( ])

•( , ])

: coefficient de fluage.
En faisant ∶ → ∞ , nous obtenons le fluage total du béton :

[
X ,l = •(∞, ] ).
B ( ])

Détermination du coefficient de fluage „(∞, …t ):

Elmahmoudi Soufien
15
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

Hypothèses :
o Température ambiante comprise entre -40°C et +40°C
o Humidité relative : 40% ≤ ‡o ≤ 100%
o Contrainte de compression à l’âge ] : [] ≤ 0,45 ( ])
Données nécessaires :
o Classe du béton considéré (C20/25 à C90/105) ;
o ‡o : humidité relative de l’environnement (50 % intérieurs, 80 % extérieurs) ;
o Age du béton au moment du chargement (en jours) ;
o Classe du ciment utilisé :
o S : ciment a durcissement lent ;
o N : ciment a durcissement normal ;
o R : ciment a durcissement rapide ;
o ℎ] : rayon moyen de l’élément

{Fig. 2.2} : Valeur finale du coefficient de fluage (ˆs = vt%)

{Fig. 2.3} : Mode d’emploi de l’abaque

Elmahmoudi Soufien
16
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

{Fig. 2.4} : Valeur finale du coefficient de fluage (ˆs = ‰t%)

Comme le retrait, le fluage du béton entraîne une diminution progressive de la tension dans les
armatures de précontrainte. Il faut donc tenir compte de la perte de précontrainte due à cette
déformation.

2. L’acier de précontrainte
La précontrainte n’a pu se développer que parce que les sidérurgistes ont pu fabriquer des aciers
à haute limite élastique jusqu’à plus de 2 160 MPa, au lieu de 235 MPa pour l’acier doux.
Afin de bénéficier de grandes valeurs de précontraintes, on utilise en béton précontraint de
l’acier à très haute limite d’élasticité, tendu à sa limite d’élasticité.

2.1. Différentes formes d’armatures


L’acier de précontrainte est sous plusieurs formes :
• Les fils
Par convention, les fils ont un diamètre inférieur ou égal à 12,2 mm, ce qui permet de les livrer
en couronnes. Ils peuvent être soit ronds et lisses (pour la post-tension) soit au contraire
nervurés, ou crantés, ou ondulés afin d’améliorer leur adhérence au béton (pré-tension). Les fils
les plus couramment utilisés ont des diamètres de 5 mm, 7 mm ou 8 mm.
• Les barres
De diamètre supérieur ou égal à 12,5 mm, elles ne sont livrées que rectilignes (et sous longueur
maximale de l’ordre de 12 m).
Elles peuvent être soit lisses, soit nervurées.
Les diamètres les plus courants sont 26 mm, 32 mm et 36 mm.

Elmahmoudi Soufien
17
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

Mais il existe des barres plus grosses (∅ 40, 50 et même 75 mm). De telles armatures ne sont
employées qu’en post-tension.
• Les torons
Ce sont des ensembles de fils enroulés hélicoïdalement les uns sur les autres ou autour d’un fil
central en une ou plusieurs couches :
o Torons 3 fils : 3 fils enroulés sur un axe théorique commun (utilisation en précontrainte
par pré-tension uniquement).
o Torons 7 fils (les plus courants): 6 fils disposés en hélice autour d’un fil central d’un
diamètre plus important.
Les torons sont caractérisés par leur nombre de fils (et la section du fil) et leur diamètre nominal
(diamètre du cercle circonscrit aux fils dans une section droite). Les classes de résistance des
torons sont : 1670, 1770, 1860 et 1960 MPa.
Les diamètres les plus utilisés sont les suivants :
o 12,5 mm (fréquemment désigné par T13)
o 12,9 mm (T13S)
o 15,2 mm (T15)
o 15,7 mm (T15S)
Les caractéristiques de ces armatures sont données dans le tableau ci-dessous.
{Tab. 2.2} : Caractéristiques des armatures

Forme Classe (MPa) Diamètre (mm) A (mm2) ‹Œr (kN)


T13 1860 12,5 93 154
T13S 1860 12,9 100 166
T15 1770 15,2 139 220
T15S 1770 15,7 150 236
T15S 1860 15,7 150 279
Fil Ø7mm 1670 7 38,5 57

Ces armatures sont employées aussi bien en pré-tension qu’en post-tension.


Remarque : Les fils et barres ne doivent comporter aucune soudure. Les fils constitutifs des
torons peuvent comporter des soudures décalées, à condition uniquement qu'elles aient été
réalisées avant tréfilage à froid.

Elmahmoudi Soufien
18
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

{Fig. 2.5} : Toron coulissant {Fig. 2.6} : Protection adhérente

{Fig. 2.7} : Toron


• Les câbles
Les câbles sont constitués de plusieurs torons en acier à haute résistance pour béton précontraint.
La gamme des câbles s’étend des câbles mono torons aux câbles de très grande puissance
comportant jusqu’à 55 torons.
Les unités les plus courantes, pour la précontrainte longitudinale, sont les unités 12 ou 13 T15 S
(composées de 12 ou 13 torons T15 S) pour la précontrainte intérieure et 19 T15 S pour la
précontrainte extérieure. Un câble est défini par le type et le nombre de torons et la classe de
résistance.

{Fig. 2.8} : Câble à torons pré-injectés

Elmahmoudi Soufien
19
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

2.2. Caractéristiques des armatures de précontrainte


Les armatures de précontrainte (fils, torons et barres) sont définies en fonction des
caractéristiques suivantes :
• Résistance en traction •

• La limite d’élasticité conventionnelle à 0,1 % d’allongement : •],/


Ž••
Le rapport de la résistance en traction à la limite d’élasticité conventionnelle : Ž
•‘,’ •

• L’allongement sous charge maximale : Xj


• La classe indiquant leur comportement vis-à-vis de la relaxation
• La section
• Les caractéristiques de surface.

{Fig. 2.9} : Diagramme contraintes-déformation des armatures

2.3. Hypothèses de calcul


L'analyse structurale est réalisée sur la base de l'aire nominale de la section des
et Xj

armatures de précontrainte et des valeurs caractéristiques : • , •],/

• La valeur de calcul du module d'élasticité B• peut être prise égale à 205 GPa pour les
fils et les barres.
• La valeur de calcul du module d'élasticité B• peut être supposée égale à 195 GPa pour
les torons.

Elmahmoudi Soufien
20
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

• La masse volumique moyenne des armatures de précontrainte est supposée égale à 7


850 kg/m3.
• On peut admettre que les valeurs données ci-dessus sont valables pour des
températures comprises entre – 40 °C et + 100 °C pour l'armature de précontrainte en
place dans la structure.
• La valeur de calcul de la contrainte de l’acier • , est prise égale à : •],/ /

• La déformation de calcul sera prise : Xj = 0,9. Xj

{Fig. 2.10} : Diagramme contraintes-déformation simplifié


et diagramme de calcul des armatures de précontrainte

2.4. Relaxation des aciers de précontraintes


L’acier fortement tendu sous longueur constante voit sa tension décroître progressivement. Ce
phénomène, appelé relaxation, est corrélatif du fluage (variation de longueur sous contrainte
constante). La relaxation est la perte de contrainte sous longueur constante.
L’Eurocode définit trois classes de relaxation :
• Classe 1 : relaxation normale.
• Classe 2 : basse relaxation.
• Classe 3 : barres laminées à chaud, ayant subi un traitement complémentaire.

La relaxation dépend très sensiblement de la température.


Pour une armature tendue initialement à [•“ et à température constante, la perte de contrainte par
relaxation adoptée par l’EUROCODE 2 est :

Elmahmoudi Soufien
21
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

],•™(/0–)
∆[” = 5,39 ‡/]]] . - m,•– —/]]]˜ . 100™ . [•“
H
Classe 1 :

],•™(/0–)
∆[” = 0,66 ‡/]]] . - š,/– — ˜ . 100™ . [•“
H
/]]]
Classe 2 :

],•™(/0–)
∆[” = 1,78 ‡/]]] . - ›– — ˜ . 100™ . [•“
H
/]]]
Classe 3 :

Avec :
‡/]]] : relaxation mesurée (perte relative de tension) en condition isotherme (20°) d’une
éprouvette chargée initialement à 0,7.

• pendant 1000 heures. Il est loisible de prendre :

8 % -: ;? $$- 1


‡/]]] = 2,5 % -: ;? $$- 2+


⎩ 4 % -: ;? $$- 3
œ : coefficient dépendant de la nature et du mode de fabrication de l’acier : œ =
••ž
Ž••

• est le temps après la mise en tension (en heures).

• Dans le cas de la précontrainte par post-tension, [•“ est la valeur absolue de la contrainte
initiale.

• Dans le cas de la précontrainte par pré-tension, [•“ est la contrainte à l'origine moins les
pertes instantanées se produisant au cours du processus de mise en tension.

Les valeurs à long terme (finales) des pertes par relaxation peuvent être estimées à un temps
égal à 500 000 heures (soit 57 ans environ).

2.5. Corrosion sous tension


En plus du phénomène habituel de corrosion par oxydation (la formation continue de rouille
réduisant progressivement la section résistante, ce qui accroît la contrainte de traction jusqu’à ce
que se produise la rupture), l’acier des câbles de précontrainte, très fortement tendu, est exposé,
s’il n’est pas bien protégé (notamment par une injection de mortier de ciment fortement basique),
à un autre phénomène : la corrosion sous tension, qui provoque une rupture fragile, brutale (sans
que rien ne l’ait laissé prévoir).
L’essentiel à retenir pour le constructeur est qu’un câble de précontrainte, fortement tendu, et
non protégé, se rompt rapidement.
En revanche, on ne connaît pas de cas de rupture de câbles bien protégés (par une bonne
injection).

Elmahmoudi Soufien
22
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

2.6. Fatigue des aciers


Une armature tendue en moyenne à σ résiste à un nombre de cycles de variations de tension

) d’autant plus faible que σ et δσ sont plus élevés.


¡
J

Pour assurer la pérennité des constructions en béton précontraint, on doit donc limiter les
variations de tension δσ dans les armatures.
Celles-ci ne peuvent devenir importantes qu’en cas de fissuration du béton. C’est donc en
précontrainte partielle qu’il faut montrer vigilant et procéder, pour les structures exposées à la
fatigue, à des vérifications spécifiques.

3. Conduits pour précontrainte par post-tension

3.1. Les types des conduits

Il existe plusieurs types de conduits (ou gaines) dans lesquels sont disposés les câbles :
• gaine (métallique) nervurée en feuillard: épaisseur du feuillard: 0,3 à 0,6 mm – diamètre
25 à 130 mm;
• tube rigide en acier ;
• gaine nervurée en PEHD;
• tube en PEHD.
La gaine en feuillard est la plus couramment employée en ouvrage d’art.
Les conduits, nécessaires uniquement en post-tension, ont pour rôle de:
• ménager un passage continu du câble de précontrainte selon le tracé et la position prévue
lors du dimensionnement de l’ouvrage;
• résister aux sollicitations lors de l’installation, la mise en tension (pression localisée,
abrasion) et l’injection (étanchéité, pression d’injection) ;
• transmettre les efforts par adhérence (dans le cas de la précontrainte intérieure) ;
• assurer une protection mécanique de l’armature et une enveloppe (étanchéité) du coulis
d’injection.

3.2. Dimensionnement des conduits

Le diamètre intérieur du conduit doit vérifier :

£“¤H ≥ 1,61q•

q• : désigne l'aire nominale de la section transversale du câble.

Elmahmoudi Soufien
23
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

En plus, il convient que l'épaisseur des tubes soit au moins égale à la plus élevée des deux
valeurs suivantes :

≥ ∅L50
¥ + Pour les conduits en acier
≥ 1,5 ==

≥ ∅L16
¥ + Pour les conduits en PEHD
≥ 5 ==

{Fig. 2.11} : Pose des conduits

3.3. Injection des conduits de précontrainte

L’injection avec des coulis de ciment des câbles de précontrainte a pour objectif de protéger les
aciers de précontrainte contre les agents corrosifs extérieurs. En évitant tout contact entre les
armatures et l’eau ou l’air humide, le coulis de ciment constitue une barrière permanente contre
la corrosion. Il garantit la pérennité de la précontrainte et donc de l’ouvrage.
Cependant, l’injection est une opération délicate à réaliser en raison des tracés fortement ondulés
des câbles et de leur grande longueur.
Le coulis, pour assurer convenablement la satisfaction des exigences, doit être injecté de telle
manière que la gaine soit entièrement remplie. Il ne doit pas présenter de phénomène de
ségrégation pendant l’injection et pendant la période avant la prise. L’usage d’adjuvants optimise
ses caractéristiques rhéologiques et lui confère une fluidité adaptée aux méthodes d’injection et
une durée d’injection maîtrisée.

Elmahmoudi Soufien
24
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

Les essais et contrôles à effectuer sur les coulis de ciment portent sur :
• la composition chimique des constituants qui ne doit pas révéler la présence d’éléments
agressifs;
• la fluidité du coulis qui doit être maintenue durant une période en accord avec les
conditions de mise en œuvre;
• L’absorption capillaire déterminée sur coulis durci;
• La résistance mécanique en flexion et en compression;
• Le temps de début et de fin de prise (sur plage de température d’utilisation).

4. Les ancrages
Les extrémités des câbles traversent des dispositifs de blocage placés aux deux abouts de
l’ouvrage. Ces dispositifs de blocage des câbles, principalement utilisés en post-tension, sont
des cônes d’ancrage ou des plaques métalliques percées de trous coniques et appelés ancrages.
Si la tension est faite d’un seul côté, l’ancrage placé de ce côté est appelé « ancrage actif » le
deuxième est ainsi « l’ancrage passif ».

{Fig. 2.12} : Exemples d’ancrages

Elmahmoudi Soufien
25
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

CHP3 EFFET DE LA PRECONTRAINTE


SUR UNE STRUCTURE

1. Introduction
Le dimensionnement des structures précontraintes est basé sur le principe d’équilibre:
• De la structure entière.
• Des câbles de précontrainte.
• Du béton.
En plus des actions classiques définies en béton armé, l’action des câbles de précontrainte sur les
éléments de la structure doivent être déterminées.

2. Action des câbles de précontrainte sur le béton

2.1. Équilibre d’une structure précontrainte

Nous considérons une structure soumise à la seule action de sa précontrainte, en faisant


abstraction de toutes les charges extérieures, notamment du poids propre.
Les câbles sont en équilibre. Or ils ne sont en contact qu’avec le béton de la structure (par
l’intermédiaire de leurs gaines en partie courante et de leurs organes d’ancrage aux extrémités).
Ils ne sont donc soumis qu’aux forces §Φ
§§⃗“ que le béton exerce sur eux. Leur équilibre implique
§§§⃗“ = §⃗
que : ∑ Φ 0

§⃗“ = −Φ
Par principe d’action et de réaction, les câbles exercent sur le béton par des forces : F §§§⃗“
§⃗ “ les réactions d’appuis dues à la seule précontrainte. L’équilibre du béton impose :
Notons par R

§⃗“ + ∑ R
∑F §⃗ “ = ∑(− Φ §⃗ “ = §⃗
§§§⃗“ ) + ∑ R 0.

Comme : ∑(− Φ §§§⃗“ ) = §⃗


§§§⃗“ ) = − ∑(− Φ 0

On peut écrire : §⃗ “ = §⃗
∑R 0

Si la structure est isostatique, la nullité du système des réactions d’appui implique que chaque
§⃗ “ est nulle. Par contre, il n’en est généralement pas ainsi lorsque la structure est
réaction R
hyperstatique.

Elmahmoudi Soufien
26
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

2.2. Équilibre du câble de précontrainte

La rigidité à la flexion d’un câble est faible et peut donc être négligée, ce qui revient à assimiler
le câble à un fil parfait. Dans ces conditions, le seul effort qu’il puisse transmettre est un effort
de traction simple tangent à son tracé.

2.2.1 Étude d’un tronçon élémentaire de câble


Considérons un tronçon MN de câble courbe, de longueur ds, compris entre les abscisses
curvilignes « s » et « s+ds ».
Remarquons qu’un tracé courbe arbitraire n’est possible que dans la mesure où le câble est
incorporé à un milieu matériel (le béton) qui exerce sur lui une action de contact.
Le tronçon de câble MN est en équilibre sous l’effet :

• de la force de tension P en M, tangente en M au tracé ;


• de la force de tension P+dP en N, tangente en N au tracé ;
• des forces de contact que le béton exerce sur lui entre M et N (par l’intermédiaire du
conduit). Ces forces réparties ont une composante normale : « p.ds » et une composante
tangente « q.ds » (comptées algébriquement dans les sens indiqués par les flèches p+et q+.

{Fig. 3.1} : Efforts sur un tronçon de câble

Écrivons les équations d’équilibre de ce tronçon (en projection sur les axes n et t):
∑ ¬H = 0 ⟹ − . cos > + '. >$. sin + b. >$. cos + +> =0
² ²
J J

∑ ¬¤ = 0 ⟹ . sin > + '. >$. cos − b. >$. sin =0


² ²
J J

Pour > très petit (ce qui est généralement le cas) :


>
⎧cos > = cos =1
⎪ 2
sin > = > +

⎪ > >
⎩ sin =
2 2

Elmahmoudi Soufien
27
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

Si l’on néglige les termes du 2ème ordre, nous obtenons :

> + b. >$ = 0 b =−
³

% + ¥ + µ1¶
. > + '. >$ = 0 '=− =−
³. ² ³́
Ou encore:

# : Le rayon de courbure du tracé du câble.

Remarque :
Le signe (–) de la première équation du système d’expression µ1¶ montre que "b" est orienté
dans le sens où P va en décroissant. La composante "b" représente physiquement la force
tangente de frottement que le conduit exerce sur le câble au moment de la mise en tension.
Le signe (–) de la deuxième équation montre que la composante "'" est centrifuge,

2.2.2 Équilibre d’ensemble du câble


Le câble AB, dans son ensemble, est en équilibre sous l’effet des forces qu’exerce sur lui le
béton :

forces concentrées sous ancrages PA et PB;


forces réparties radiales centrifuges (– /#) et tangentielles (– > />$).

{Fig. 3.2} : Efforts sur le câble

§§§⃗“ introduites au paragraphe 2.1.


Ces forces ne sont autres que les forces Φ
§⃗¹ que le câble exerce sur le béton sont directement opposées à ces forces§§⃗
Les forces F §§§⃗¹ .
F¹ = −Φ

2.3. Équilibre du béton

2.3.1 Cas d’une poutre isostatique


Pour étudier les effets de la précontrainte sur le béton d’une poutre, faisons une coupure virtuelle
d’abscisse º au droit d’une section Σ:
La section Σ partage la poutre en deux tronçons. Le tronçon de gauche (g) et celui de droite (d).

Elmahmoudi Soufien
28
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

{Fig. 3.3} : Cas d’une poutre isostatique

§⃗¹ que le câble exerce sur lui et qu’aux réactions d’appui


Le béton n’étant soumis qu’aux forces F
§⃗ ¹ générées par la précontrainte (ici nulles puisque la poutre est supposée isostatique), on a tout
R
simplement :
Le système des sollicitations dans la section droite se réduit donc à la force de tension du câble
au point M. :

o Np = P.cosα ≈ P
o Vp = P.sinα
o Mp = P.e0.cosα ≈ P.e0

{Fig. 3.4} : Coupure virtuelle

2.3.2 Cas d’une poutre hyperstatique (méthode directe)


Le raisonnement précédent demeure valable, mais les effets des réactions d’appui engendrées par
la précontrainte devront être superposées.
La méthode directe (appelée également méthode externe) est la plus générale. Elle consiste à
modéliser l'action du câble par l'ensemble des forces {F}. Ces efforts sont calculés à partir de la
géométrie du câble et du mode de mise en tension (voir chapitre sur le calcul des pertes). Une
fois ces efforts connus, on est ramené au problème général de détermination des sollicitations
dans une structure soumise à un ensemble d'efforts quelconques, et la résolution peut se faire par
les méthodes usuelles de résistance des matériaux : méthode des forces, méthode des
déplacements, éléments finis…

Elmahmoudi Soufien
29
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

CHP4 ACTIONS ET COMBINAISONS D’ACTIONS

1. Etats limites de calcul

1.1. Principe de dimensionnement


Le dimensionnement des structures en béton précontraint selon l’Eurocode 2 adopte une
approche semi-probabiliste basée sur la notion d’états limites. Ainsi est posée l’exigence de base
suivante :
« Une structure doit être conçue et réalisée de sorte que, pendant sa durée de vie escomptée,
avec des niveaux de fiabilité appropriés et de façon économique :
• elle résiste à toutes les actions et influences susceptibles d’intervenir pendant son
exécution et son utilisation ;
• elle reste adaptée à l’usage pour lequel elle a été conçue. »
La justification des éléments des structures suit la démarche suivante :
• Recherche des phénomènes à éviter (par exemple : fissuration, déformations excessives,
vibrations, plastification locale des matériaux, ruine) ;
• Analyse des conséquences de chacun de ces phénomènes (par exemple : inconfort,
diminution de la durée de vie escomptée des ouvrages, risques pour les usagers) ;
• définition de critères de sécurité réduisant d’autant plus la probabilité d’occurrence de ces
phénomènes que les conséquences de leur apparition sont plus grave.

1.2. États-limites

En pratique, à chaque phénomène à éviter correspond un état-limite. Selon la gravité des risques
qui leurs sont associés, ces états-limites se rangent en deux grandes catégories :
ELS : concernant :
o La déformation
o La décompression
o La formation de fissures (par excès de traction, mais aussi de compression)
o L’ouverture de fissures
ELU : concernant :
o La stabilité statique
o La résistance
o La stabilité de forme (flambement, déversement, etc.)

Elmahmoudi Soufien
30
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

Vis-à-vis des ELS, on admet que les matériaux se comportent élastiquement.


Vis-à-vis des ELU, au contraire, on accepte généralement qu’ils entrent dans leur domaine de
fonctionnement plastique.
Par ailleurs, les actions aussi bien que les caractères mécaniques des matériaux sont définis par
différentes valeurs représentatives, en particulier par des valeurs dites caractéristiques.

À partir des valeurs représentatives des actions, on forme alors des combinaisons d’actions
(ensemble d’actions à considérer simultanément pour le dimensionnement) dans lesquelles les
valeurs caractéristiques Fi sont affectées de coefficients de prise en compte ¼“ d’autant plus
importants qu’on souhaite réduire la probabilité d’atteinte des effets des combinaisons en cause
(ces coefficients γ¾¹ sont donc plus grands dans les combinaisons aux ELU que dans les
combinaisons aux ELS).

2. Actions à considérer en BP
Selon leur nature, les actions sont classées en :
• actions permanentes (poids propre, poids des équipements fixes, précontrainte, etc.) ;
• actions variables (charges d’exploitation, charges climatiques, etc.)
Hormis les actions accidentelles qui ne peuvent être définies que par une valeur nominale, ces
actions sont toutes affectées, en principe, de deux valeurs caractéristiques, l’une maximale,
l’autre minimale, selon le côté de la distribution que l’on considère. Chaque valeur
caractéristique d’une action est celle qui présente une probabilité faible, mais non nulle, acceptée
a priori, d’être atteinte ou dépassée dans le sens défavorable au cours d’une certaine durée, dite
durée de référence, dont l’ordre de grandeur est celui de la durée de vie escomptée pour
l’ouvrage.

2.1. Actions permanentes

2.1.1. Poids propre des éléments de structure


La charge probable de poids propre a est évaluée à partir des dessins de coffrage et d’une masse
volumique habituellement estimée à 2,5 t/m3 pour le matériau béton précontraint. Il y aurait lieu,
en principe, de considérer pour la charge de poids propre deux valeurs caractéristiques a/ et aJ
encadrant la valeur probable a mais, sauf circonstances spéciales (notamment pièces minces
pour lesquelles les imprécisions d’exécution possibles sont élevées en valeur relative), on se
contente de la définir par sa valeur probable a qui à alors le caractère de charge nominale. De la
même façon, les charges permanentes additionnelles sont définies soit par leur valeur probable g’

Elmahmoudi Soufien
31
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

soit, si les incertitudes sont importantes ou si des modifications ultérieures sont envisageables,
par des valeurs caractéristiques.

2.1.2. Précontrainte
La précontrainte est représentée, pour les justifications aux ELS, par deux valeurs
caractéristiques ,“¤Ž et , j• encadrant la valeur probable avec :

,“¤Ž = #“¤Ž .
Et , j• = # j• .
Les valeurs de #“¤Ž et # j• sont définis comme suit :
{Tab. 4.1} : Les valeurs de ÁÂÃÄ et ÁÅÆÇ
Type de précontrainte ÉÊËz ÉÌ|Œ
Pré tension 0,95 1,05
Post-tension 0,9 1,1

Pour les justifications vis-à-vis des ELU, au contraire, seule la valeur probable de la
précontrainte est à considérer, d’éventuels écarts par rapport à cette valeur ayant peu d’incidence
sur la sécurité à rupture.

2.2. Actions variables

Pour tenir compte de différentes probabilités d’occurrence ainsi que de l’application simultanée
de plusieurs actions variables, on introduit pour elles, outre des valeurs caractéristiques È ,
diverses valeurs représentatives dites :
• valeurs caractéristiques ;
• valeurs fréquentes;
• valeurs quasi permanentes.
Chacune de ces valeurs représentatives se dédouble, en fait, en une valeur maximale et une
valeur minimale, cette dernière étant nulle pour les actions intermittentes, ce qui justifie que,
pour ces actions intermittentes, seule soit explicitée leur valeur maximale.

3. Combinaisons d’actions
Dans le but de dégager les sollicitations de calcul, on définie les différentes combinaisons
d’actions, ensemble d’actions qu’il y a lieu de considérer simultanément. Les coefficients des
combinaisons permettent de couvrir les possibilités de dépassement des valeurs caractéristiques.
Les combinaisons à considérer sont les suivantes :

Elmahmoudi Soufien
32
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

3.1. Vis-à-vis des ELU

Combinaisons fondamentales
En désignant par Í l’ensemble des actions permanentes défavorables et par Í

Î, j• Î,“¤Ž

l’ensemble des actions permanentes favorables, elles s’écrivent :

ÏI1,35. Í Î, j• +Í Î,“¤Ž M + •. + γÐ/ . Q / + Ï γй . Ψ]¹ . Q ¹


“Ó/

γй = 1,5 : Pour une action considérée défavorable (= 0) le cas échéant.

• = 1 : Pour précontrainte considérée favorable

• = 1,2 : Pour précontrainte considérée défavorable

• Combinaisons accidentelles

ÏÍ Î + + q + Ψ// . Q / + Ï ΨJ¹ . Q ¹
“Ó/

Avec les coefficients Ψ sont définis comme suit:


{Tab. 4.2} : Les valeurs de ÔÂ
Action Ôt Ôu ÔÕ
Bâtiment (habitation, bureaux,) 0,7 0,5 0,3
Lieu de réunion ou de commerce 0,7 0,5 0,6
Zone de stockage 1 0,9 0,8
Toit 0 0 0
Zone de trafic ou charge routière légère 0,7 0,7 0,6
Charge routière lourde 0,7 0,5 0,3
Action de vent 0,6 0,2 0
Action de neige 0,5 0,2 0
Action de température (hors incendie) 0,6 0,5 0

3.2. Vis-à-vis des ELS

• Combinaisons fondamentales

ÏÍ Î + +Q / + Ï Ψ]¹ . Q ¹
“Ó/

• Combinaisons quasi permanente

ÏÍ Î + +Q / + Ï ΨJ¹ . Q ¹
“Ö/

Elmahmoudi Soufien
33
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

4. Situations
Une structure connaît toujours plusieurs situations, caractérisées chacune par l’intervalle de
temps pendant lequel peuvent être considérés comme constants les distributions ou les processus
aléatoires de toutes les données de la sécurité.
Le plus souvent, on a à considérer :
• une ou plusieurs situations transitoires : la ou les situations d’exécution ;
• une situation durable : la situation d’exploitation (dans certains cas, on peut en envisager
plusieurs si l’on prévoit des changements dans les conditions d’exploitation) ;
• éventuellement, une ou plusieurs situations accidentelles.
En principe, les actions et leurs valeurs représentatives changent quand on passe d’une situation
à une autre et, dans chaque situation, il convient d’apporter les justifications nécessaires vis-à-vis
des sollicitations de calcul précédemment définies, étant bien entendu qu’à chaque combinaison
correspondent deux états extrêmes de sollicitations associés à des cas de charge différents.

La notion de situation est particulièrement importante en béton précontraint, où la période


d’exécution doit faire l’objet de vérifications spécifiques.
En effet, les conditions auxquelles est alors soumise la structure sont souvent très différentes de
celles que l’on rencontre en situation d’exploitation :

• la précontrainte, immédiatement après mise en tension des câbles, est nettement plus
élevée qu’en période d’exploitation, puisqu’une partie des pertes différées (par retrait en
fluage du béton et par relaxation des armatures) s’effectue entre-temps ;
• le béton, encore jeune, n’a pas atteint sa pleine résistance ;
• enfin, les charges extérieures appliquées à la structure ne sont pas les mêmes (du fait
notamment que certaines charges réputées permanentes n’interviennent qu’à partir du
moment où on les a mises en place).
Compte tenu du caractère passager de ces conditions singulières, les exigences réglementaires
(sur les contraintes limites en particulier) sont alors réduites.

5. Justifications vis-à-vis des états-limites de service


Ces justifications sont extrêmement simples dans leur principe. Les matériaux étant censés se
comporter élastiquement, il suffit de calculer les contraintes qu’engendrent, dans les sections, les
sollicitations de calcul et de s’assurer qu’elles respectent bien les contraintes limites définies
réglementairement. Les limites que l’on fixe dépendent des conditions environnantes à
l’ouvrage. Ces conditions d’environnement sont définies par l’Eurocode. La norme prévoit

Elmahmoudi Soufien
34
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

plusieurs classes d’exposition. Elles sont classées par type d’agression (par les chlorures, la
carbonatation, le gel dégel) et par un degré de sévérité.
{Tab. 4.3} : Les classes d’exposition

Elmahmoudi Soufien
35
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

Elmahmoudi Soufien
36
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

5.1. Justifications à la flexion

Vis-à-vis des limites de traction, les zones les plus sensibles sont celles qui entourent les câbles.
C’est pourquoi est présente la notion de section d’enrobage. La section d’enrobage est la partie
de la section droite qui est délimitée par deux parallèles à l’axe de flexion encadrant l’ensemble
des armatures longitudinales de précontrainte à une distance de celles-ci égale à la distance
minimale admise entre une armature et le parement le plus proche. La limitation des tractions est
évidemment plus stricte à l’intérieur de la section d’enrobage que sur le reste de la section droite.
Dans le calcul des contraintes et des flèches, il convient d'admettre que les sections sont non
fissurées dès lors que la contrainte de traction en flexion n'excède pas H sous réserve d'utiliser
la même valeur pour le calcul du ferraillage minimal de traction.

5.1.1. Contraintes limites de compression


La contrainte de compression dans le béton doit être limitée à 0,6 sous combinaison
caractéristique dans les parties exposées à des environnements de classe XD, XF et XS.
En construction, la contrainte compression dans le béton doit être limitée à 0,6 ( ). Pour la
pré-tension, on peut admettre de monter à 0,7 f (t) sous réserve de justification.
Remarque :
Si la contrainte de compression dans le béton dépasse 0,45 (ou 0,45 ( ) en construction), il
convient de considérer un fluage non linéaire.

5.1.2. Contraintes limites de traction


Les contraintes de traction dans les armatures doivent être limitées afin d'éviter les déformations
inélastiques ainsi qu'un niveau de fissuration ou de déformation inacceptable.
On peut considérer qu'un niveau de fissuration ou de déformation inacceptable est évité si, sous
la combinaison caractéristique de charges, la contrainte de traction dans les armatures n'excède
pas 0,8. .

5.1.3. Armatures passives minimales


Les sections minimales d'armatures passives peuvent être calculées par :
q
q = n . n. H,׎Ž .
H
, “¤

Dans le cas des sections profilées telles que poutres en T et poutres-caissons, il convient de
déterminer séparément le ferraillage minimal pour les différentes parties de la section
(membrures et âmes).

Elmahmoudi Soufien
37
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

{Fig. 4.1} : décomposition d’une section en T


Avec :
• q H : est l'aire de béton tendu juste avant la formation de la première fissure ; pour une
poutre travaillant en flexion, on la détermine en fixant la valeur de l’effort normal à sa
valeur caractéristique minimale (en général ,“¤Ž ) et en augmentant le moment jusqu’à
atteindre la contrainte de traction : [ = − H sur une des fibres extrêmes de la section.
• : la limite élastique de l’armature passive.

H,׎Ž : la valeur moyenne de la résistance en traction du béton :


=

H,׎Ž H : en phase d’exploitation


= ( ) : en phase de construction
o

H,׎Ž H

n : un coefficient qui tient compte de l'effet des contraintes non-uniformes :


o

o n = 1,0 pour les âmes telles que h ≤ 300 mm ou les membrures d'une largeur

inférieure à 300 mm
o n = 0,65 pour les âmes telles que h ≥ 800 mm ou les membrures d'une largeur
supérieure à 800 mm
o les valeurs intermédiaires peuvent être obtenues par interpolation
• n coefficient qui tient compte de la répartition des contraintes dans la section
immédiatement avant la fissuration ainsi que de la modification du bras de levier :
a) En traction pure : n = 1
b) En flexion simple ou en flexion composée :
o Sections rectangulaires et âmes des caissons et des sections en T :

[
n = 0,4. Ø1 − Ú≤1

n/ — ∗ ˜
ℎ H,׎Ž

o Membrures des caissons et des sections en T : n = 0,9. Ý ≥ 0,5


¼ÛÜ
Û4 .ŽÛ4,Þßß

Elmahmoudi Soufien
38
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

Avec :

 [ : contrainte moyenne dans le béton régnant dans la partie de la section

considérée : [ =
àÞá
â.o

 E× : effort normal agissant à l'état-limite de service dans la partie de la


section considérée (positif pour un effort de compression).

 ℎ∗ = ℎ : si ℎ ≤ 1=. Sinon, ℎ∗ = 1=

 n/ = 1,5 si E× est un effort de compression (E× ≥ 0).

n/ = si E× est un effort de traction.


J o∗
Ko

 ¬ ´ : la valeur absolue de l'effort de traction dans la section juste avant la
fissuration.

5.1.4. Maîtrise de la fissuration


L’Eurocode 2 définie les limites d’ouverture des fissures ã kä en fonction de la classe
d’exposition, du type de l’élément et de la combinaison d’action considérée (valeurs en mm):
{Tab. 4.4} : Les valeurs de åæçè
Éléments en BA et éléments en BP à Éléments en BP à armatures
Classe armatures non adhérentes adhérentes
d'exposition Combinaison quasi-permanente Combinaison fréquente
des charges des charges
X0, XC1 Pas de limite Pas de limite

et [ > 0 en zone d’enrobage


0,2
XC2 à XC4 0,3

et [ > 0 en zone d’enrobage


XD1 à XD3 0,2
0,2
XS1 à XS3

La maîtrise de la fissuration peut être assurée comme suit :


• Pour chaque élément étudié, et pour chaque combinaison à l’ELS, on détermine la valeur
limite d’ouverture de fissures.
• On détermine la limite de traction admissible [ dans les armatures passives en lisant
cette limite dans l’un des deux tableaux ci-dessous, obtenus en limitant soit le diamètre
de l’armature, soit l’espacement entre armatures.
On remplace dans la formule de calcul de la section d’armatures minimales la valeur
par [ . La formule devient donc :

qH
q = n . n. H,׎Ž .
, “¤
[

Elmahmoudi Soufien
39
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

• Le ferraillage minimal de maîtrise de fissuration est ainsi obtenu (les conditions des deux
tableaux doivent, bien entendu, être respectées)
{Tab. 4.5} : Diamètre maximal des barres pour la maîtrise de la fissuration
Contrainte Diamètre maximal des barres [mm]

éÌ [MPa] år = 0,4 mm år = 0,3 mm år = 0,2 mm


de l'acier

160 40 32 25
200 32 25 16
240 20 16 12
280 16 12 8
320 12 10 6
360 10 8 -
400 8 6 -
450 6 - -

{Tab. 4.6} : Espacement maximal des barres pour la maîtrise de la fissuration


Contrainte Espacement maximal des barres [mm]

éÌ [MPa] år = 0,4 mm år = 0,3 mm år = 0,2 mm


de l'acier

160 300 300 200


200 300 250 150
240 250 200 100
280 200 150 50
320 150 100 -
360 100 50 -

5.2. Justifications à l’effort tranchant

La partie 1.1 de l’EC2 (règles générales et bâtiment) n’impose aucune vérification vis-à-vis de
l’effort tranchant aux états-limites de service. On trouve toutefois un critère à respecter dans la
partie ponts de l’EC2 : l’annexe informative QQ propose une méthode pour garantir la non
fissuration des sections vis-à-vis de l’effort tranchant.

6. Justification à la flexion aux ELU


Les matériaux pouvant alors sortir de leur domaine de comportement élastique, il convient de
montrer que les sollicitations de calcul n’entraînent pas dans la section l’apparition d’un état-
limite ultime caractérisé par l’atteinte d’une déformation limite (et non plus d’une contrainte
limite) de chaque matériaux constitutif (béton, aciers passifs ou aciers de précontrainte).

Ces justifications ne sont jamais déterminantes pour les aciers de précontrainte ; elles le sont
rarement pour les aciers passifs. Par contre, elles peuvent conduire à un renforcement sérieux des
membrures en béton qui auraient été dimensionnées sur la seule considération des ELS.

Elmahmoudi Soufien
40
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

CHP5 CALCUL DE LA TENSION D’UN


CABLE EN POST-TENSION

1. Introduction
La force de précontrainte varie à la fois :
o dans l’espace, avec l’abscisse le long du câble, du fait des frottements ;
o dans le temps, à cause du retrait et du fluage du béton d’une part, de la relaxation
des aciers d’autre part.
Ainsi, les pertes de tension se trouvent classées en deux catégories :
• les pertes instantanées :
Par abus de langage, on classe également dans les pertes instantanées l’ensemble des pertes qui
se produisent « à court terme » durant le processus de construction de l’ouvrage :
o pertes par non simultanéité des mises en tensions des différents câbles
o pertes par application de charges permanentes postérieurement à la tension
• les pertes différées :
On appelle pertes différées les pertes qui se développent dans le temps :
o pertes dues au retrait du béton
o pertes dues au fluage du béton
o pertes dues à la relaxation des câbles

2. Tension à l’origine
C’est celle qu’on impose aux armatures devant un ancrage actif et le dispositif d’épanouissement
associé (trompette), côté béton, au moment de la mise en tension, avant le transfert de l’effort à
l’ancrage.

{Fig. 5.1} : Origine des tensions

Elmahmoudi Soufien
41
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

Il s’agit donc de la tension en O, [•] , inférieure à la tension en A, [•Ý (à l’entrée de la tête


d’ancrage) du fait des frottements entre les armatures et :
• la tête d’ancrage, de A à B, d’une part ;
• la trompette d’épanouissement, de B à O, d’autre part.
La perte de tension entre A et O, définie dans la notice technique du procédé considéré, est
couramment de l’ordre de 2 %, de sorte que :
[•] = 0,98. [•Ý
Si l’on raisonne en forces ( = q• . [• ) : ] = 0,98. Ý

Il n’en demeure pas moins que, sur le chantier, pour obtenir : ] = q• . [•] en O, il faut
appliquer en A une force PA supérieure d’environ 2 %.
Pour le projeteur, ] constitue la valeur de référence puisque c’est elle qui fait l’objet de
limitations réglementaires.
La contrainte à l’origine correspondante est plafonnée à la plus faible des valeurs suivantes :

• 0,80. • pour les fils et torons, 0,70. • pour les barres ;


• 0,90. •],/ ;
• ce qu’indique la notice technique du procédé de précontrainte utilisé.

Sauf cas très particulier, les câbles sont toujours tendus au maximum autorisé, pour des raisons
évidentes d’économie.

Signalons que la force exercée par le vérin est légèrement supérieure, pour tenir compte des
pertes à l’intérieur du vérin. Les procédures de mise en tension des câbles permettent
généralement de corréler directement la pression dans le vérin et la tension souhaitée dans le
câble en sortie du vérin.

3. Pertes instantanées

3.1. Pertes par frottement

3.1.1 Courbure du tracé


L’étude de l’équilibre d’un tronçon élémentaire de câble courbe nous a permis d’établir les deux
équations suivantes (équation µ1¶ du chapitre 3):

> + b. >$ = 0 µ1¶


% +
. > + '. >$ = 0 µ2¶

Elmahmoudi Soufien
42
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

{Fig. 5.2} : Efforts sur un tronçon de câble


Si l’on admet qu’entre q et p existe la relation fondamentale du frottement solide :

|b| = œ. | |
Avec œ : coefficient de frottement du câble sur son conduit, l’équation µ4¶ s’écrit :
> = ± œ. . > µ3¶
Soit :

= ± œ. > µ4¶
³
³

Convenons ici que dα représente la déviation angulaire arithmétique (essentiellement positive)


entre les deux extrémités du tronçon MN, et supposons que le câble complet, orienté de la
gauche vers la droite, soit mis en tension par son extrémité gauche O (que l’on confond
géométriquement, dans la pratique, avec le point A.

{Fig. 5.3} : Frottements le long du câble lors de la mise en tension

Il est alors évident que, lors de la mise en tension, le déplacement du câble par rapport au béton
s’effectue de la droite vers la gauche et que l’action tangentielle de contact du conduit sur les
armatures, s’opposant à ce mouvement, s’exerce de la gauche vers la droite ; la tension diminue

Elmahmoudi Soufien
43
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

donc entre le point O et le point courant C d’abscisse x du tracé et le signe à retenir dans
l’équation µ4¶ est le signe – .
D’où, par intégration de µ4¶ :
(º ) = ] . -º'(– œ. (º)) µ5¶

Avec : º est la distance le long de l'armature depuis le point où la force de précontrainte est égale
à kä (force à l'extrémité active pendant la mise en tension).
α est fonction de x désignant la somme des déviations angulaires arithmétiques entre le point O
et le point C d’abscisse x.
Dans cette expression, la quantité est égale à la somme des variations angulaires absolues
comptées depuis le point de mise en tension du câble :

($) = ì |> |
]

Remarquons qu’en général α n’est pas l’angle entre les tangentes en O et en C du tracé. Ce n’est
cet angle que lorsque la courbure conserve un signe constant entre O et C. Ainsi sur la figure
{Fig. 5.3}: = / + J

3.1.2 Déviations parasites


Un conduit ne suit jamais parfaitement son tracé théorique ; il festonne entre ses points de
fixation sous l’effet de son poids, de la poussée du béton, des incertitudes de positionnement des
attaches.
À la déviation angulaire théorique entre O et C vient donc se superposer une déviation parasite
sensiblement proportionnelle à la distance entre O et C, donc de la forme ∶ nº.
n est une déviation angulaire parasite pour les armatures intérieures (par unité de longueur).
Compte tenu de ce phénomène, la formule µ5¶ se généralise donc ainsi :
(º ) = ] . -º'í– œ( (º) + nº)î µ6¶

Ou, si l’on raisonne sur les contraintes :


[• (º ) = [•] . -º'í– œ( (º) + nº)î µ7¶

Dans la section d’abscisse x, la perte de tension par frottement vaut, par conséquent :

∆[ï (º ) = [•] . ð1 − -º'í– œ( (º) + nº)îñ µ8¶

Soit, si l’exposant est faible :


∆[ï (º ) = [•] . œ( (º) + nº) µ9¶

Elmahmoudi Soufien
44
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

3.1.3 Valeurs des coefficients de frottement


• Cas de la précontrainte intérieure au béton :
Pour les câbles constitués de fils ou de torons, remplissant environ la moitié de la gaine, on peut,
lorsque les armatures sont huilées et que les conduits (gaines ou tubes métalliques) sont en bon
état, utiliser les valeurs moyennes des coefficients μ et k données comme suit :
{Tab. 5.1} : Coefficients de frottement ô pour les armatures

ô
Précontrainte par post-tension armatures intérieures

Fil tréfilé à froid 0,17


Toron 0,19
Barre non lisse 0,65
Barre lisse 0,33

Les valeurs des déviations angulaires parasites pour les armatures intérieures seront
généralement telles que 0,005 < n < 0,01 par mètre.
Pour les tracés de câbles complexes il conviendra de retenir la valeur haute de la fourchette. Pour
les câbles traversant de nombreux joints (comme par exemple les câbles intérieurs des ponts
construits par encorbellements successifs) il y a lieu de majorer encore les valeurs de n pour tenir
compte des variations angulaires parasites concentrées à chaque surface de reprise.
Cas de la précontrainte extérieure au béton :
À l’extérieur du béton, il n’y a pas de déviations angulaires parasites et l’on admet n = 0. Les

valeurs du coefficient de frottement sont fonction du type de gaine et données dans le tableau
suivant :
{Tab. 5.2} : Coefficients de frottement ô pour les armatures de

ô
Précontrainte par post-tension armatures extérieures non-adhérentes

Gaine en acier Gaine en PEHD Gaine en acier Gaine en


non graissé non graissé graissé PEHD graissé
Fil tréfilé à froid 0,25 0,14 0,18 0,12
Toron 0,24 0,12 0,16 0,10
Barre non lisse - - - -
Barre lisse - - - -

Elmahmoudi Soufien
45
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

3.2. Pertes par recul d’ancrage

Lors du report de l’effort du vérin à l’ancrage, le câble subit toujours un léger raccourcissement
noté « a » dépendant du procédé de précontrainte et du type d’ancrage. Le raccourcissement
« a » est généralement de 2 à 6 mm. Les notices techniques des procédés de précontrainte
définissent, pour chaque type d’ancrage, la valeur probable de « a ».
Le mouvement de rentrée vers l’intérieur du béton est contrarié par le frottement du câble sur sa
gaine, comme à la mise en tension, mais en sens inverse. Son influence diminue donc à partir de
l’ancrage jusqu’à s’annuler à une distance > de celui-ci, à partir duquel la tension demeure
inchangée.

{Fig. 5.4} : Tension le long du câble, avant et après relâchement de la pression dans le vérin

Avant rentrée d’ancrage, la tension à l’abscisse x était donnée par la formule :

[• (º ) = [•] . -º'í– œ( (º) + nº)î µ7¶

En posant :
õ(º) = œö (º) + nº÷

On peut écrire :
[• (º ) = [•] . exp ö−õ(º)÷ µ10¶

L’allongement relatif de l’armature, (avant recul de l’ancrage) à l’abscisse x est :

X• (º) = µ11¶
•• (ä )
û•

Ecrivons la contrainte à l’abscisse x (x < d) après recul d’ancrage, à partir de la contrainte à


l’abscisse d :

[′• (º ) = [ ý • (>) . exp ö−õ(>) + õ(º)÷ µ12¶

Elmahmoudi Soufien
46
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

Or, à partir de l’abscisse d, la contrainte demeure inchangée. Soit :

[ ý • (>) = [• (>) = [•] . exp ö−õ(>)÷

L’équation µ12¶ devient :

[′• (º ) = [•] . exp ö−2õ(>) + õ(º)÷ µ13¶

L’allongement est :

X′• (º) = µ14¶


•ý• (ä )
û•

On peut écrire que a est la somme des pertes d’allongement (X• (º) − X′• (º))>º des tronçons
>º entre O et D (d’abscisse d), soit :

a = þ] íX• (º) − X′• (º)î >º µ15¶

a = û þ] í[• (º )– [′• (º )î>º µ16¶


/

L’intégration de cette équation permet de déterminer la valeur de > donc [′• (º ).


La perte de tension à l’abscisse º, par recul d’ancrage est ainsi :

∆[ (º) = [• (º )– [′• (º ) µ17¶

3.3. Pertes par déformation instantanée du béton

3.3.1. Principe général


Toute action permanente appliquée à la date Î postérieurement à la réalisation de l’ancrage
d’un câble de précontrainte provoque dans le béton adjacent une variation de contrainte [ Î ( Î ),
donc de raccourcissement :

∆ε (t ) = µ18¶
¡ (T )
(T )

Le câble considéré subit la même variation de déformation, d’où une perte (ou un gain si
[âÎ < 0) de tension :

∆[•Î ( Î ) = B• µ19¶
¡ (T )
(T )

Les actions permanentes précédemment évoquées peuvent résulter de :

• la mise en tension d’un nouveau câble ;


• l’application d’un supplément de poids propre dans le cas d’une construction par phases ;
• la mise en place de superstructures.
Elmahmoudi Soufien
47
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

Sauf dans les cas rares où plusieurs câbles seraient tendus de façon rigoureusement simultanée, il
faudrait donc faire, en principe, le calcul de ces pertes câble par câble, ce qui serait très
laborieux.
On se contente, en pratique, d’une évaluation plus sommaire qui se justifie par la faible
importance relative des pertes en question. Pour ce faire, on regroupe les câbles en familles
homogènes. Sont considérés comme appartenant à une même famille tous les câbles de tracé
comparable tendus au cours d’une même phase de construction.
Les câbles d’une famille [Φ] donnée sont tous affectés d’une même perte moyenne par
déformation élastique du béton résultant :

• de l’application de charges permanentes additionnelles ou de la mise en tension d’autres


familles [Φ’] postérieurement à la réalisation de l’ancrage des câbles de [Φ] ; les pertes
partielles correspondantes se calculent par la formule µ19¶ ;
• de l’échelonnement des mises en tension des différents câbles appartenant à [Φ].

3.3.2. Pertes par échelonnement des mises en tension des câbles d’une même famille [Φ]
Supposons que la famille en question comporte N câbles de même puissance passant
sensiblement au même niveau dans une section donnée. La mise en tension de ces N câbles
provoque, dans le béton adjacent, une variation de contrainte normale ∆[ .
∆¡
Chaque câble apporte à cette variation de contrainte une contribution :
∆•Û
.
La variation correspondante de déformation du béton étant :

E : représente le module instantané du béton.


Du fait que les N câbles ne sont pas tendus en même temps (il faudrait pour cela disposer d’au
moins N vérins sur le chantier), le nième câble mis en tension subit le raccourcissement dû aux
(N – n) câbles tendus après lui :
(N − n) ∆[
N E
Sa perte de tension vaut donc :
(N − n) ∆[
E
N E
Sa perte de force :
(N − n) Δσ
A .E
N E

Avec A : section du câble en question.

Elmahmoudi Soufien
48
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

La perte globale de force pour les N câbles est ainsi :


¤ à
(N − n) Δσ N(N − 1) Δσ
Ï A .E = A .E µ20¶
N E 2N E
¤ /

D’où, pour la famille considérée, une perte moyenne de tension (que l’on obtient en divisant la
perte de force par la section N. A des N câbles) :

1 E (N − 1)
. . . Δσ µ21¶
2 E N

Cette valeur est majorée par sa valeur pour N très grand :

1 E
. . Δσ µ22¶
2 E

En fait, c’est cette dernière formule que l’on applique dans la pratique pour estimer les pertes par
échelonnement des mises en tension au sein d’une famille de câbles.

3.3.3. Simplification des résultats


Les formules µ19¶ et µ22¶ peuvent se résumer en :

[ Î( Î)
∆[× = B• Ï nÎ . µ23¶
B ( Î)
Î

Avec :
• [ Î ( Î ) : variation de contrainte du béton adjacent à la famille de câbles étudiée, dans
la section considérée, sous l’effet des actions permanentes appliquées au jour Î ;

• nÎ : coefficient multiplicateur égal à :

 1/2 pour [ Î ( Î ) dû à la mise en tension des câbles mêmes de la famille et


aux charges permanentes mobilisées simultanément,
 1 pour les variations [ Î( Î) générées par les actions permanentes
appliquées postérieurement à la mise en tension de la famille.
Assez fréquemment, on peut considérer que l’on n’a qu’une famille de câbles et que le seul
Δσ It M intéressant la structure est celui qui résulte de la mise en tension des câbles en question
et de la mobilisation simultanée du poids propre de la structure. Alors Δσ (t ) se confond avec
Δσ , contrainte initiale du béton adjacent. La formule {23} se réduit donc à :

1 B•
∆[× = . . Δσ
2 B

Elmahmoudi Soufien
49
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

Pour raisons de simplification, et en tenant compte de la faible valeur de cette perte, l’Eurocode
2 autorise de confondre la valeur Δσ (contrainte initiale dans le béton) avec la valeur σ
(contrainte finale après pertes).
En plus, le terme E /E est en pratique proche de 6.
L’ordre de grandeur de la perte par déformation instantanée du béton est ainsi donné par :

∆[× = . . σ = 3σ µ24¶
/ û•
J ûÛ

3.4. Tension initiale

C’est la tension après déduction de toute perte instantanée :

[“ (º) = [•] − ∆[“ (º) = [•] − ∆[ï (º) − ∆[ (º) − ∆[× (º) µ25¶

4. Pertes différées

4.1. Perte par retrait du béton

Les câbles, liés au béton à leurs extrémités par les ancrages, et tout au long de leur tracé par le
coulis d’injection, subissent les mêmes variations de déformations que le béton adjacent.
Si ] est l’âge du béton au moment de la mise en tension d’un câble, la partie non encore
effectuée du retrait jusqu’à une date vaut :
X ( ) − X ( ] ) = öX ( ) + X k ( ) ÷ − ö X ( ] ) + X k ( ] )÷
La valeur du retrait total qui aura lieu après la mise en tension du câble est :
X ( ] , ∞) = X ,l − X ( ] ) = íX ,l +X k,l î − ö X ( ] ) + X k ( ] )÷
La perte finale de tension par retrait est donc, pour le câble considéré :
∆[ = X B• = B• . íX ,l +X k,l î − B• . ö X ( ] ) + X k ( ] )÷ µ26¶

4.2. Perte par fluage du béton

La contrainte du béton au niveau des armatures de précontrainte n’est pas constante dans le
temps, même si l’on fait abstraction des charges variables appliquées à la structure pendant des
durées trop brèves pour avoir une influence significative sur le fluage.
Cette contrainte [ ( ) varie à cause :

• des différentes phases de construction qui se traduisent par l’application de nouvelles


charges permanentes ;

Elmahmoudi Soufien
50
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

• des pertes différées de toute nature qui entraînent une évolution progressive de la tension
dans les câbles.

Si l’on désigne par [ kä et [ “¤ les valeurs extrêmes qu’elle présente, on montre, que la
déformation totale du béton satisfait, à tout instant à :

• , ] . µ27¶
[ “¤ [ kä
≤ XŽZ , ] ≤ • , ] .
B B
Avec : ] est l’âge du béton au moment de la mise en tension des armatures considérées.
Pour simplifier, on peut se contenter de la formule simplifiée suivante, obtenue en faisant la
moyenne des contraintes maximales et minimales :

XŽZ , µ28¶
[ kä +[ “¤
] = • , ]
2. B
D’où, la perte par fluage définie par :

µ29¶
[ kä +[ “¤ B•
[ŽZ = . .• , ]
2 B
En pratique, et pour plus de simplicité, il est loisible de faire les hypothèses suivantes :
[ “¤ : contrainte due aux charges permanentes et à l’action de précontrainte initiale :
[ = [ (C.-à-d. [ Í + ] ))

“¤ , ³

• [ kä : au plus égale à 1,5. [ “¤

• Le coefficient de fluage est proche de 2


Ainsi, nous obtenons :

µ30¶
B•
[ŽZ = 2,5. .[ , ³
B
Soit environ :
[ŽZ = 15 [ , ³ µ31¶

4.3. Perte par relaxation

Comme on l’a vu au chapitre 2, la perte de tension finale due à la relaxation peut être estimée par
la formule :

∆[” ) = 5,39 ‡/]]] . - m,•– —/]]]˜


H ],•™ /0–
Classe 1 : . 100™ . [•“

= 0,66 ‡/]]] . - š,/– —/]]]˜


H ],•™ /0–
Classe 2 : ∆[” . 100™ . [•“

= 1,78 ‡/]]] . - ›– —/]]]˜


H ],•™ /0–
Classe 3 : ∆[” . 100™ . [•“

Elmahmoudi Soufien
51
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

Avec :
8 % -: ;? $$- 1


‡/]]] = 2,5 % -: ;? $$- 2+


⎩ 4 % -: ;? $$- 3
œ=
••ž
Ž••

• est le temps après la mise en tension (en heures).

• Dans le cas de la précontrainte par post-tension, [•“ est la valeur absolue de la contrainte
initiale.

• Dans le cas de la précontrainte par pré-tension, [•“ est la contrainte à l'origine moins les
pertes instantanées se produisant au cours du processus de mise en tension.

Les valeurs à long terme (finales) des pertes par relaxation peuvent être estimées à un temps
égal à 500 000 heures (soit 57 ans environ).

4.4. Perte différées totales

Pour tenir compte de l’interaction du retrait et du fluage avec la relaxation des armatures, les
pertes différées en un instant sont évaluées par la formule :

∆[ + 0,8 ∆[” ) +
û•
µ32¶
ûÛ
´ = B• X .• , ] [ , ³

Avec : t pris en heure pour la relaxation et en jour pour le fluage et le retrait.


Les pertes différées totales sont données par :

∆[ = B• X + 0,8 ∆[” +
û•
µ33¶
ûÛ
´ . • ∞, ] [ , ³

Le coefficient 0,8 traduit la réduction de relaxation du fait des pertes par retrait et fluage.
L’Eurocode 2 introduit une formule plus compliquée tenant compte de l’excentricité c • de la
précontrainte par rapport au centre de gravité du béton :
B•
B• X + 0,8 ∆[” ) + B . • , ] . [ , ³
∆[ ´ =
B• q• q
1 + B . q —1 + c J• ˜ I1 + 0,8• , ] M

Le dénominateur est généralement peu différent de 1. On pourra généralement se contenter de la


formule (32) qui est sécuritaire.

Elmahmoudi Soufien
52
Cours de BETON PRECONTRAINT 3ème année Génie civil

5. Tension à un instant quelconque


En valeur probable, elle s’établit ainsi :

[• º, = [•] − ∆[“ º − ∆[ ´

Les valeurs caractéristiques de la tension sont données par :

[ j• º, = # j• . [• º,

[“¤Ž º, = #“¤Ž . [• º,
Les valeurs de #“¤Ž et # j• sont définis comme suit :
{Tab. 5.3} : Les valeurs de ÁÂÃÄ et ÁÅÆÇ
Type de précontrainte ÉÊËz ÉÌ|Œ
Pré tension 0,95 1,05
Post-tension 0,9 1,1

Pour les justifications vis-à-vis des ELU, au contraire, seule la valeur [• º, sera considérée.

Elmahmoudi Soufien
53