Vous êtes sur la page 1sur 104

,

REPUBLIQUE DU SENEGll
111IE.sm CHEIKH AlITA DIOP DE'"

Ecole Supérieure Polytechnique


Centre de Thiès

DEPARTEMENT GENIE ELECTROMECANIQUE

,
EN VUE DE ['0BŒENJFION" nu IDiRtOMR'D'IN6ENIEltiR ]ECffiNOtOG~E

Titre: Mise en évidence des phénomènes d'interférence dans


les systèmes de transmission par engrenages.

Auteur : Abdoulaye FaU


Directeur : Ousmane Sow

Année universitaire: 2005·2006


P.F.E. de Abdoulaye FaU, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

1œrnerciernent
Après avoir rendu grâce à Dieu, mes remerciements s'adressent tout d'abord à Monsieur

Ousmane Sow, professeur en Génie Mécanique à l'Ecole Supérieure Polytechnique de Thiès, qui

a assuré l'encadrement scientifique et la direction de ce mémoire de fin d'étude après m'avoir

proposé le sujet: merci pour l'enrichissement scientifique que vous m'avez apporté et pour la

confiance que vous m'avez accordée.

Je remercie aussi tous les autres professeurs de l'école, qui durant trois années passées, ont su

nous faire découvrir de nouvelles connaissances tant dans le domaine scientifique que dans

l'humanisme.

Cette page ne pourra jamais être tournée sans que je remercie en intégralité tous les étudiants de

notre école avec qui j'ai passé des moments inoubliables de ma vie et tout ceci dans une parfaite

harmonie. J'adresse une pensée toute particulière à tous mes promotionnaires avec qui j'ai

partagé cette aventure.

Ces remerciements sont également l'occasion pour moi de témoigner tout mon amour à ma

famille qui m'a conduit jusque là, et sur qui je sais que je pourrai toujours compter. Merci à mes

parents pour leur patience, sans doute redoublée ces trois dernières années, pour leur confiance et

leur soutien constant. Enfin, tout au long de ces trois années, dans les moments de joie comme

dans les instants de doute, une personne a toujours été à mes côtés et je ne saurai clore ce chapitre

sans la citer: merci à ma chère Maman.


P.F.E. de Abdoulaye FaU, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

lU.surné
Le présent travail a pour objectif de mettre en évidence la présence des phénomènes
d'interférence dans les systèmes de transmission de puissance par engrenages. L'étude est faite
en intégralité à l'aide de Solidworks logiciel de Conception Assistée par Ordinateur (CAO).
Etant des organes très sollicités, les engrenages jouent un rôle important dans les systèmes de
transmission, et compte tenu de l'avènement de l'informatique durant ces dernières années
beaucoup de problèmes d'ordre scientifique ont vu résolution, et le cas des interférences traité
dans ce projet en est une parfaite illustration.

La confection des engrenages nécessite une expérience et des connaissances scientifiques très
étendues. Lors de leur fabrication, il arrive parfois, dans certaines conditions que le sommet des
dents de l'outil entaille les pieds de dents de la roue à tailler; ce phénomène appelé interférence
de taille entraîne une diminution très nette de la section basse des dents de la roue. Compte tenu
de l'accroissement des charges et des vitesses dans les mécanismes, il est quelque fois
indispensable d'éviter ce rétrécissement de la section des dents qui réduit la durée de vie de
l'engrenage. Un autre type d'interférence peut être détecté pendant le fonctionnement même de
l'engrenage, dans ce cas il y'a interpénétration de la matière des deux roues, ce qui conduit le
blocage du mécanisme; seul un bon choix des paramètres del'engrènement permettra de l'éviter.

Ainsi après l'étude théorique, nous avons mis en place un fichier pièce nous permettant
d'instancier, pendant le taillage, les paramètres de base. Le taillage se fera à l'aide d'une
succession d'Enlèvement de matière par extrusion (nommés Coup 0, Coup 1...) qui correspondent
chacune à l'enlèvement de matière effectué par un passage de l'outil lors d'un taillage avec une
crémaillère primitive. Une séquence d'équations lie les esquisses des différentes fonctions entre
elles: en modifiant les caractéristiques (nombre de dents, module, déport, angle de pression,
raccord de la crémaillère primitive) de la denture à générer, il est possible de visualiser, après
reconstruction, le profil exact de la denture (y compris les " traces " d'outil) et de le comparer
avec le profil théorique de la dent construite de manière géométrique.

Mots clés: Solidworks, CAO, nombre de dents, module, angle de pression,


raccord de la crémaillère primitive ...

11
P.F.E. de Abdoulaye FaU, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

'Tabre clés matières


Remerciements .i

Résumé .ii

Table des matières .iii

Liste des sigles et abréviations vi

Liste des figures x

Avant propos xii

Introduction 1

Chapitre 1 : Généralités 3

1. Etude géométrique des Engrenages parallèles 5

1.1. Profil de la denture 5

1.2. Définition de la développante 5

1.3. Etude théorique de la développante 6

1.3.1 Equation de la développante en coordonnées polaires 6

1.3.2 Longueur de l'arc de développante 7

1.4. Les procédés ou modes d'obtention des dentures 7

a) Sans enlèvement de matière (sans copeaux) 7

b) Avec enlèvement de matière (avec copeaux 7

2. Génération d'un profil en développante 8

2.1. Présentation de la crémaillère de taillage 8

2.2. Processus de taillage 9

2.3. Mouvement de génération Il

111
P.F.E. de Abdoulaye FaU, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

2.4. Caractéristiques géométriques d'une roue à denture_extérieure droite 11

2.5. Denture hélicoïdale .15

2.5.1 Mode d'obtention 15

2.5.2 Caractéristiques d'une denture hélicoïdale 16

Chapitre 2: Etude de la Continuité d'engrènement des roues à denture

parallèle " 19

1. Engrenages parallèles extérieurs à denture droite 19

a) Début de l'engrènement 20

b) Point de contact en 1 20

c) Fin de l'engrènement 20

1.1. Calcul du rapport de conduite 21

1.2. Détermination du rayon actif de pied 24

2. Engrenages parallèles extérieurs à denture hélicoïdale 26

a)Longueur de recouvrement: gp 27

b) Rapport de conduite apparent et rapport total de conduite 27

c) Rapport de conduite apparent e a ••••..••..•.•.••.•...•.••••••••.••••••••.•..•••••.••••••.•••••• 27

d) Rapport de recouvrement apparent: & f3 ................................••........•..........27

3. Condition de fonctionnement des engrenages parallèles 28

3.1. Paramètres de fonctionnement d'un engrenage 28

3.2. Définition des conditions d'engrènement 29

Chapitre 3 : Mise en évidence des interférences 35

1. Interférence théorique 35

IV
P.F.E. de Abdoulaye Fall, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

2. Interférence de taillage 36

2.1. Interférence de taillage avec l'outil pignon 36

2.1.1 Existence d'une interférence de taillage .36

2.1.2 Détermination de la surface de raccordement de pied 37

2.2. Interférence de taillage avec l'outil crémaillère 38

2.2.1 Cas d'un outil à angles non arrondis .39

a) Présence d'interférence de taillage enfonction du déport .41

b) Présence d'interférence théorique enfonction de l'angle de pression .42

c) Présence d'interférence théorique enfonction du nombre de dents 43

2.2.2 Influence de l'arrondi au sommet des dents de l'outil .43

2.3. Interférence avec le profil de raccordement .45

3. Interférence de fonctionnement .45

3.1. Interférence primaire 45

3.2. Interférence secondaire 47

Chapitre 4 : Mise en application dans Solidworks .49

1. Mise en évidence de l'interférence de taillage .49

1.1. Présentation du Fichier Pièce .49

1.2. Journaux de conception 51

2. Mise en évidence de l'interférence de fonctionnement 58

2.1. Présentation de MotionWorks 58

2.2 Mise en application 59

v
P.F.E. de Abdoulaye FaU, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electroméoanique. E.S.P. centre de Thiès.

CONCLUSION GENERALE 66

RECOMMANDATIONS 67

vi
P.F.E. de Abdoulaye FaU, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

Liste dés siBCes et abréviations


a : Entraxe théorique

a' : Entraxe de fonctionnement

Ch : Cercle de base.

db:' Diamètre de base.

D2 : ••••••••••••• Droite d'action

T : Point de tangence avec le cercle de base.

e
PM; M :..... Coordonnées polaires du point M.

H: Définit la position du point T.

a: Angle de pression théorique

a' : Angle de pression de fonctionnement

inv : Fonction involute.

L: .Longueur de l'arc de la développante

di : Diamètre primitif

Z : , Nombre de dents


a 3; a 3 ; a 3
••
: .Plan définissant la crémaillère

da : Diamètre de tête.

vii
P.F.E. de Abdoulaye FaU, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

ha : Saillie de la dent.

df : Diamètre de pied

hl : Creux de la dent

h : Hauteur de la dent

Po : Pas au primitif.

So : Epaisseur de dent au primitif de taillage.

E; : .Intervalle entre deux dents consécutives au primitif de taillage.

S : Epaisseur curviligne d'une dent au diamètre di

Pb : Pas de base.

P, : Pas au primitif mesuré sur le plan réel

mn : Module mesuré sur le plan réel (denture hélicoïdale)

f3 : Angle d'inclinaison d'hélice (denture hélicoïdale).

ml : Module mesuré sur le plan apparent (denture hélicoïdale).

an : Angle de pression mesuré dans le plan réel.

al : Angle de pression mesuré dans le plan apparent.

I;.T2 : Droite d'action.

1 : Point de contact.

gf : Longueur d'approche.

Vlll
P.F.E. de Abdoulaye FaU, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

aJ : Arc d'approche.

P; ; P2 : Profil en contact.

ga : Longueur de retraite.

aa : Arc de retraite.

aa : Arc de conduite.

AB : Longueur d'action.

Ga: Rapport de conduite.

N : Rapport entre le nombre de dents et le coefficient de saillie.

y : Cœfficient de saillie.

x : Coefficient de déport de denture.

U : Fonction définissant Ga

a' : Angle de pression de fonctionnement.

rA : Rayon actif de pied.

k : Rapport constant des nombres de dents des roues conjuguées.

p : Rayon actif de courbure de pied.

X : Rapport entre le coefficient de saillie et le nombre de dents.

gp : ....•....... Rapport de recouvrement.

Gy : Rapport total de conduite (denture hélicoïdale).

ix
P.F.E. de Abdoulaye Fall, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

AI : Segment d'approche

AB : Segment de conduite.

VW: Segment de conduite unique.

d' : Diamètre primitif de fonctionnement.

ir : .Jeu radial au fond de la dent.

S' : Epaisseur curviligne au primitif de fonctionnement.

P' : Pas au primitif de fonctionnement.

ha, : Saillie de l'outil.

P inv : Rayon actif de courbure maximal.

C : Profil de la trochoïde.

rM ; DM : ......... Coordonnées polaires d'un point de C.

X min : ••••••••••••• Coefficient de déport minimal permettant d'éviter l'interférence.

20 : ••••••••••••••• Nombre de dents minimal.

a min : ••••••••••••• Angle de pression minimal

FD : Profil de raccordement.

x
P.F.E. de Abdoulaye FaU, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

Listes âesfieures
1.1. Présentation des différents types de denture 2

1.2. Profil en développante de cercle 3

1.3. Représentation de la crémaillère réelle 7

1.4. Mise en évidence des mouvements de génération 8

1.5. Epure de taillage 10

1.6. Epaisseur curviligne de la dent. 11

1.7. Mise en évidence du pas aux différents diamètres 12

1.8. Roue à denture hélicoïdale 13

1.9. Mise en évidence de l'inclinaison de la crémaillère " 14

1.10. Éléments géométriques d'une denture hélicoïdale 16

2.1. Continuité d'engrènement. 19

2.2. Détermination graphique de VI et V2 23

2.3. Variation du rapport de conduite en fonction de l'angle de pression 24

2.4. Mise en évidence du rayon actif de pied 25

2.5. Engrènement de profils à denture hélicoïdale 26

2.6. Mise en évidence du rapport de recouvrement. 28

2.7. Succession de contact. 29

2.8. Succession de contact entre deux dents homologues .30

Xl
P.F.E. de Abdoulaye FaU, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

2.9. dentures corrigées 32

3.1. Mise en évidence de l'interférence théorique 35

3.2. Interférence de taillage avec outil pignon 36

3.3. Profil de raccordement de pied 37

3.4. Interférence de taillage avec outil crémaillère 38

3.5. Mise en évidence du profil de raccordement : 39

3.6. Mise en évidence de l'arrondi au sommet des dents de la crémaillère de taillage .44

3.7. Mise en évidence de l'interférence primaire 46

3.8. Mise en évidence de l'interférence secondaire .47

4.1. Fichier pièce après insertion des nouveaux paramètres 50

4.2. Mise en évidence des traces de la crémaillère pendant le taillage 51

Journal de conception 1 52

Journal de conception 2 53

Journal de conception 3 54

Journal de conception 4 55

Journal de conception 5 56

Journal de conception 6 57

4.3. Exemple de mécanisme de transmission 59

4.4. "mécanisme + liaisons" prêt à fonctionner sur Motion Works 60

4.5. Fenêtre de détection d'interférence 61

4.6. Mise en évidence des zones ayant interféré pour une denture droite 62

xii
P.F.E. de Abdoulaye FaU, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

5\.vantJ2roJ2os
L'école supérieure polytechnique est un établissement qui regroupe depuis la reforme de
1994, l'ex-E.N.S.D.T, l'ex-E.P.T, l'ex-E.N.S.E.P.T.

Elle est rattachée à l'université Cheikh Anta Diop de Dakar et comporte deux centres: le
centre de Dakar et le centre de Thiès.

L'E.S.P est constituée de cinq départements répartis dans les deux centres comme suit :

"" Centre de Dakar :

~ Département du Génie Chimique ;

~ Département du Génie Civil (formation continue) ;

~ Département du Génie Electrique;

~ Département du Génie Informatique;

~ Département du Génie Mécanique (D.D.T).

... Centre de Thiès :

~ Département du Génie Civil (D.D.T et D.I.C) ;

~ Département du Génie Mécanique (D.I.C).

L'ESP a pour vocation de former des techniciens supérieurs (DUT), des ingénieurs
technologues (DIT) et des ingénieurs de conception (DIC) mais aussi des diplômés du
troisième cycle. Les durées de formation sont de deux ans pour le DUT, de trois ans et demi
en formation continue pour le DIT et de trois ans pour le DIC.

A la fin du cycle d'ingénieur, l'élève est appelé à mener un projet de fin d'étude, dont celui-
ci, sous la direction de ses professeurs et éventuellement des personnes extérieures. Ce projet
lui permettrait de mettre en application les différentes connaissances théoriques et pratiques
acquises lors de son cycle.

xiii
P.F.E. de Abdoulaye Fall, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

Introduction:

Le pnncipe de tout système mécanique est de transmettre et d'adapter une énergie


mécanique depuis une source d'énergie vers une application donnée.

Les engrenages sont des éléments souvent utilisés dès que l'on désire transmettre une
puissance élevée et un mouvement d'un corps à un autre. Leur domaine d'application est
relativement vaste : du simple jouet pour enfant, au secteur de l'aéronautique. Les
engrenages font l'objet de nombreuses études tant au niveau de la géométrie, qu'au niveau de
l'analyse de la cinématique, du comportement mécanique et du comportement vibratoire.
Cependant, l'analyse des impacts des interférences pendant le taillage ou bien lors de
l'engrènement est un problème complexe et généralement abordé par des approches
expérimentales.

L'étude des interférences est complexe, elle fait aujourd'hui l'objet de plusieurs
recherches et revêt une importance capitale dans les systèmes de transmission de puissance
par engrenages. En effet les interférences sont des phénomènes qui se produisent soit durant
l'opération de génération (taillage, rectification, etc.), soit durant l'engrènement d'un pignon
avec une roue, dans des conditions défavorables telles que certaines parties utiles du profil se
trouvent rognées par l'outil, ou que les profils conjugués du pignon et de la roue tendent à se
pénétrer l'un l'autre à certains instants.

Ainsi les interférences peuvent être classées en deux grands groupes :

~ L'interférence de taillage qui se produit pendant le taillage de la denture à la


machine.

~ L'interférence de fonctionnement qui se traduit par des coincements des profils de


denture pendant l'engrènement de deux roues conjuguées.

L'étude des interférences a été une fois élaborée par mon encadreur, Mr. Ousmane Sow
en 1988 sur son mémoire de fin d'étude. Il l'avait traité à l'aide d'un logiciel nommé basic
n'étant plus à la mode .Ainsi le travail a été repris et amélioré. En effet avec le
développement de l'informatique, de nouveaux outils beaucoup plus performants ont vu jour,

- 1-
P.F.E. de Abdoulaye Fall, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

ce qui est le cas de ceux utilisés en CAO; notamment Solidworks, Catia etc. Ces derniers
nous ont permis encore de mieux appréhender les phénomènes d'interférence.

La mise en évidence des phénomènes d'interférence se fera de façon intégrante à


l'aide du logiciel de CAO «Solidworks », et ce choix se justifie par la souplesse que
présente ce logiciel et l'intégration d'autres modules permettant de mettre en valeur son
utilité.

Ainsi pour mettre en évidence l'interférence de taillage, nous avons mis en place un
fichier de type pièce qui pennet non pas de voir l'aspect cinématique de l'outil pendant la
génération de la denture, mais d'imprimer dans l'interface de dessin les différentes
positions qu'occupe l'outil pendant la phase "usinage de la denture". L'interférence de
fonctionnement a été traitée à l'aide de Motion Works, module intégré dans Solidworks
permettant de faire des simulations numériques d'assemblages.

Nous avons scindé le travail en quatre chapitres: dans le premier, les généralités sur
les engrenages ont été abordées. Au deuxième chapitre les paramètres de l'engrènement y
sont développés, étant donné que le taillage est un cas particulier de l'engrènement. Les
interférences en tant que telles sont traitées dans le troisième chapitre. Et enfin nous
avons mis en application la théorie développée dans le logiciel Solidworks.

- 2-
P.F.E. de Abdoulaye Fall, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

Chapitre 1 : Généralités

Le rôle principal des engrenages est d'assurer la transmission de puissance avec un


mouvement de rotation d'un arbre à un autre, avec un rapport moyen de vitesse angulaire
constant. Selon les positions relatives des arbres, trois classes majeures d'engrenages peuvent
être distinguées :

• Les engrenages à axes parallèles: Ce type est nommé aussi cylindrique. Diverses
catégories sont distinguées selon la géométrie des dents suivant la génératrice: dentures
droites, dentures hélicoïdales, etc....
• Les engrenages à axes concourants: Ce type est nommé aussi conique. Les deux arbres
sont disposés tels que leurs axes de rotation se coupent en un point. Selon la géométrie des
dents, notons l'existence de :

- dentures droites: les génératrices passent par le point de concours des axes de rotation.

- dentures hélicoïdales: les génératrices suivent une hélice sur le cône de génération.

-dentures spirales.' engendrées par les segments rectilignes s'appuyant sur une courbe
directrice.

• Les engrenages à axes quelconques: ces engrenages sont qualifiés de "gauches ". Les
axes des arbres n'ont pas de point commun et occupent une position relative quelconque.
Dans cette catégorie se trouvent par exemple les dentures hypoïdes.

Cette étude intéresse particulièrement les engrenages cylindriques, utilisés dans diverses
applications mécaniques. La conception des différents types d'engrenages cylindriques
dépend de la méthode de génération appliquée. La génération des profils en développante de
cercle à partir de l'outil crémaillère est la méthode la plus fréquente pour obtenir des
engrenages précis, donc un fonctionnement relativement silencieux.

La figure 1.1 présente de façon sommaire les différents types de dentures utilisés dans la
transmission.

-3-
P.F.E. de Abdoulaye FaU, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

denture droite pour rOl.Je conique .. _

denture droite pour roue cylindrique


esquisses pour 1 creux \
de denture hélicoïdale pour roue cylindrique . y-

denture droite pour couronne

Figure 1.1 : Présentation des différents types de denture

-4-
P.F.E. de Abdoulaye FaU, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

1. Etude géométrique des Engrenages parallèles

1.1 Profil de la denture:

L'utilisation des engrenages en milieu industriel doit répondre à des contraintes


cinématiques, dynamiques et économiques. L'analyse des divers profils permet de retenir la
développante de cercle comme seul profil respectant ces exigences. Au cours de
l'engrènement, la ligne d'action est une droite fixe tangente aux cercles de base. Lorsque l'on
néglige la résistance au glissement au contact des profils et en considérant le couple constant
les inter-efforts se réduisent à un glisseur constant, ce qui n'engendre qu'un minimum de
vibrations, si l'on considère le profil indéformable.

1.2 Définition de la développante: (voir fig. 1.2)

Une développante d'un cercle Cb., dit de base, de centre 0, de diamètre db, est la
trajectoire dans R (0, XI, YI, ZI) lié à C bl d'un point M appartenant à une droite D2, qui roule
sans glisser au point T de tangence sur C bl . Une développante est également l'enveloppe de
la normale en M à D 2, dans le mouvement de D 2 par rapport à C bl .

Figure 1.2 : Profil en développante de cercle

- 5-
P.F.E. de Abdoulaye Fall, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

T : centre instantané de rotation du mouvement de D 2 par rapport à CbI ;

C bI : base de ce mouvement (cercle de base) ;

D2 : roulante de ce mouvement.

1.3 Etude théorique de la développante:

1.3.1 Equation de la développante en coordonnées polaires:

La figure 1.2 représente une développante dont le point de rebroussement est Mo sur le
cercle de base.

PM et B définissent la position du point M sur le profil en développante de cercle;

H définit la position du point T sur le cercle de base;

a repère la position angulaire du point T par rapport au point M.

Par définition: e=H - a ;

Deplus DMcosa = DT (triangle aTM) ;

db
Avec aM=PM et DT
2

Il devient: PM = - - - -
db
2 cos a

La condition de roulement sans glissement en T se traduit par:

TMo=TM avec TM o =T H= db (db)


T (a+B},

Et TM=(~}ana (triangl e aTM) ;

Soit le = tana - a = inval (involute a);

- 6-
P.F.E. de Abdoulaye Fall, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

Dans cette expression: inv a M et aM sont exprimés en radian.

1.3.2 Longueur de l'arc de développante: L = MoM :

Soit MM' le déplacement correspondant à une rotation dH :

MM'= dL = TM.dH (Angle à côtés perpendiculaires);

Soit L=( ~ ) tan 2 a

1.4 Les procédés ou modes d'obtention des dentures:

A ce niveau de l'étude, il devient impératif de rappeler quelques notions élémentaires à


propos de l'élaboration des engrenages. Il existe en effet plusieurs modes de fabrication des
engrenages, que l'on peut classifier en deux grands groupes, selon le mode d'obtention, les
profils actifs sont obtenus :

a) Sans enlèvement de matière (sans copeaux) :

- moulage sable,

- moulage sous pression,

- forgeage / estampage,

- découpage (petits mécanismes)

Il faudra remarquer que la qualité et la précision recherchées dans les engrenages pour la
transmission de grandes puissances ne sont pas obtenues par les procédés sans enlèvement de
matière.

b) Avec enlèvement de matière (avec copeaux) :

- taillage par fraise de forme (fraise doigt ou fraise "au module"),

-7-
P.F.E. de Abdoulaye FalI, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

- taillage par génération : l'outil génère, engendre les profils actifs; le profil est obtenu par
l'enveloppe des positions successives de l'outil, c'est le procédé le plus utilisé dès que l'on
désire une qualité correcte:

- taillage à l'outil crémaillère (procédés Maag ou Sunderand-Rollet),

- taillage à l'outil pignon (procédé Fellow),

- taillage a la fraise-mère.

Les détails des procédés d'obtention des dentures par enlèvement de matière sont présentés
en annexes. Cependant nous pouvons signaler que le taillage des dentures extérieures par
l'outil crémaillère reste le procédé le mieux utilisé pour l'obtention des dentures qui doivent
supporter de très grandes charges; ceci est dû à la génération "point par point " de la
développante de cercle assurée par cet outil.

2. Génération d'un profil en développante de cercle à l'aide de l'outil


crémaillère :

2.1 Présentation de la crémaillère de taillage:

... Crémaillère théorique: cette crémaillère est utilisée comme base pour définir les
dimensions de dentures normalisées d'un système de roues à développantes .
... Crémaillère réelle: crémaillère fictive qui tient en compte les raccordements de
dentures.
... Ligne de référence: ligne d'intersection du plan de référence avec le plan de tracé de
référence, c'est aussi la ligne par rapport à laquelle les dimensions du tracé sont
spécifiées.

-8-
P.F.E. de Abdoulaye Fall, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

=n.m

a
"
.G

+- ' 1 - _ - - - - -ir""'--- +- '-f--=u",,'g..:..n:...:e:...;d::.;:e_référen ce

"
.G
Ligne de pmfll rectiligne

S=JtJ2m E=JtJ2m

Figure 1.3 : Représentation de la crémaillère réelle

Les roues taillées, dont la géométrie est définie à partir du profil de la crémaillère de
référence, sont de deux natures :

• Géométrie obtenue sans déport de denture: le plan de référence de la crémaillère est


tangent au cylindre primitif de taillage (dl = mOZI) ;
• Géométrie obtenue avec déport de denture: le plan de référence de la crémaillère est
distant de 8 = x.rn, du plan primitif de taillage (dt=moZ.) ; le coefficient de déport « x » est

compté positivement lorsque la crémaillère s'éloigne du centre du pignon.

2.2 Processus de taillage :

Le taillage est assuré par la combinaison de trois mouvements :

• Un mouvement d'avance assuré par le déplacement longitudinal de l'outil.


• Un mouvement de coupe obtenu par le mouvement transversal harmonique de l'outil.
• Et un mouvement de pénétration assuré par la montée de la roue à tailler.

Il faut définir les surfaces engendrées par un outil crémaillère simplifié S3 constitué des
trois surfaces planes a3, a3*, a3** associées à un plan de référence de S3 et à l'angle uo. Le

-9-
P.F.E. de Abdoulaye FaU, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

mouvement de coupe est une translation alternative suivant la direction axiale Z3=Zo.Le
mouvement de génération est établi par la cinématique de la machine à tailler. Il assure la
translation de S3, d'axe X3 = Xo, associé à la rotation du pignon SI, QlIO = (OIOZO, réalisant le
non-glissement en 13 1•

La position relative de SI et 83 est définie par:

-0/ =(d)-
31 --t ·Yo·

Où dl est le diamètre primitif de taillage du pignon 1.

Le point M engendré par (J3 est défini par 13 1 perpendiculaire à (J3. Il est tel que:

-VM /O = -~
31
/0 = (dl)
-2 ·l1J10 ·X-3

~~f&enCedeS3 -

~*
3

0,

Figure 1.4 : Mise en évidence des mouvements de génération

- 10-
P.F.E. de Abdoulaye Fan, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

2.3 Mouvement de génération :

0'3 * et 0'3 ** engendrent les cylindres de tête et de pied du pignon.

Le point P génère un profil trochoïdale de raccordement entre le cercle de pied et le profil


en développante.

0'3 enveloppe une développante de cercle car le mouvement de S3 par rapport à SIest un

mouvement plan autour du centre instantané de rotation (CIR) hl et V M3/l est -


perpendiculaire à 131M.

La droite TI, 131 M roule sans glisser sur le cercle de base de diamètre dbl=dlcosao. Le
point M décrit dans le repère lié à SI une développante de cercle de base.

2.4 Caractéristiques géométriques d'une roue à denture extérieure droite:

D'une manière générale, nous pouvons dire qu'une roue dentée est
caractérisée principalement par son module, le nombre de dents, l'angle de pression, le
coefficient de déport et l'angle d'inclinaison d'hélice s'il s'agit d'une roue à denture
hélicoïdale.

La position relative de la crémaillère de référence vis-à-vis de la roue à tailler (figure1.5)


permet de déterminer les caractéristiques de cette roue.

- Il -
P.F.E. de Abdoulaye FaU, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

li e référeqce de la crémaillère

Hf-- -\-_+-----">.....:"
--------ih

Figure 1.5 : Epure de taillage

Soit x le coefficient de déport (x=Q pour une roue sans déport de denture).

• Diamètre primitif: d = m 0 .Z

• Diamètre de tête: da = d + 2 (1 + X) m 0
• Saillie de la dent: ha = (l + X) m 0 = YI· m 0

• Diamètre de pied: df =d - 2(1,25 - X )m o


• Creux de la dent: hf = (1.25 - x)m o = Yz .m o

• Hauteur de la dent: h = ha + hi = 2.25m o


• Le pas au primitif: Po = 7[.m 0

• Epaisseur de la dent au primitifde taillage: S 0

7r.m o
• Intervalle entre deux dents au primitif de taillage: E 0 = - 2 x.m 0 .tg a 0
2

- 12 -
P.F.E. de Abdoulaye Fall, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

• Epaisseur curviligne d'une dent au diamètre di : Si

Si

,0

Figure 1.6 : Epaisseur curviligne de la dent

En considérant la figure 1.6, nous avons :

Arc BB'= S; = 2'Pi i; di est connu, il faut exprimer 'P;

SA
'P; = 'Po -(OA,OB)...avec ..'Po = - ..et(OA,OB) = B; -Ba
d

D'où Si = d;{ ~ + inva; - inva;) ; cette relation permet de déterminer la distance

curviligne entre deux arcs de développantes c'est à dire l'épaisseur curviligne en tout point
de la dent.

Remarque:

./ La valeur minimum de l'épaisseur de la dent mesurée au cercle de tête est 0,21110.


./ L'épaisseur au sommet de la dent diminue pour un coefficient de déport positif.

- 13 -
P.F.E. de Abdoulaye FaU, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

• Expression du pas mesuré sur un diamètre di :

En considérant deux développantes consécutives d'un même cercle de base, limitées par un
cercle de diamètre di, nous obtenons la figure 1.7.

Figure 1.7: Mise en évidence du pas aux différents diamètres

db
arcToTo = CYoOTo )2
Il Il

Le pas de base est donné par: Pb =

d.
Le pas au diamètre primitif: Pi = arcBB"= (BOB")_1
2

Sachant que T~'OTo = B"OB car, par définition: Bi = B;'

di
Alors: P i Pb
db

- 14 -
P.F.E. de Abdoulaye FaU, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès .

• Expression du pas de base: Pb

Partant de l'expression du pas au primitif et la relation précédente, nous pouvons déduire


l'expression du pas de base. En effet :

Ainsi: 1 Pb = 1r.m 0 • cos a 0 \

2.5 Cas d'une Denture hélicoïdale:

La figure 1.8 donne un aperçu sur une denture hélicoïdale; notons l'inclinaison de la
denture suivant une hélice. Nous voyons que les paramètres dans le plan normal et ceux dans
le plan apparent sont reliés par cette inclinaison. Par conséquent, nous aurons deux plans: un
plan apparent et un plan réel.

H9lic~ primitive
(in<:linai$On : /fJ

.-.--
-- TangQnt(l$ a
"hêlic,," d9 bas"

Figure 1.8 : roue à denture hélicoïdale

2.5.1 Mode d'obtention:

Pour générer une denture hélicoïdale, il suffit d'incliner l'outil crémaillère d'un angle ~ par
rapport au plan "Pt" perpendiculaire au plan de référence de 8 3 . Les deux plans cités pour la
roue à générer vont apparaître sur la crémaillère génératrice.

- 15 -
P.F.E. de Abdoulaye Fall, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

2.5.2 Caractéristiques d'une denture hélicoïdale:

La figure 1.9 nous permet de passer des caractéristiques apparentes à celles réelles de notre
engrenage. La hauteur de la denture restant constante, nous aurons après calcul:

P; = Pt' cos f3
m n = m t • COS f3
tg a 0 = COS f3 .tg a Ot

Tracé du pl an de référence Po

Sto

_ __
l ... ... :Fio
Plan appa1O!nt

Plan ...l

Figure 1.9 : Mise en évidence de l'inclinaison de la crémaillère

- 16 -
P.F.E. de Abdoulaye Fall, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

Sachant que le plan apparent (Pt) d'une roue à denture hélicoïdale est identique au plan réel
d'une denture droite, nous pouvons déduire de l'étude précédente les caractéristiques
apparentes de la denture hélicoïdale.

x = coefficient de déport (x=Opour une roue sans déport de denture).

mt = module apparent

mn = module réel

Un = angle de pression mesuré dans le plan réel.

Ut = angle de pression mesuré sur le plan apparent.

Nous avons:

• Diamètre primitif: d = m t • Z

• Diamètre de tête: da = d + 2 (1 + x) m n
• Saillie de la dent: ha = (1 + x) m n = YI' m n
• Diamètre de pied: d f =d - 2(1,25 - x)m n

• Creux de la dent: h f = (1.25 - x)m n = Y 2· m n


• Hauteur de la dent: h = ha + h f = 2.25 m n

• Pas réel au primitif: Pn = Jr. m n

• Epaisseur réelle de la dent au primitif: S, = ( ~ + 2 xtg a, ). c:' j3

• Intervalle réel entre deux dents au primitif: En = (!!....-2 - 2 xtg an). cosm nfJ 0

Les caractéristiques de la denture peuvent aussi être déterminées de façon géométrique


comme nous l'avons montré sur la figure 1.10.

- 17 -
P.F.E. de Abdoulaye Fall, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie E1ectromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

Plan nonnal il 1'8)(9 du pignon

1
1
1
1
1
i YI
1

P%
1
1
:~
1
1
\

-; P'j
'-r--
"fJ. ,
Pl2
1
1
,
1
CO) 1
1
1
1
1 \\ Pl1 dO)
i~' fJ
Jtdb
/Id
lt~ X :rd,

Figure 1.10 : Éléments géométriques d'une denture hélicoïdale

- 18 -
P.F.E. de Abdoulaye Fall, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

Chapitre 2 : Etude de la Continuité d'engrènement des

engrenages à denture parallèle

1. Engrenages parallèles extérieurs à denture droite:


La figure 2.1 schématise l'engrènement de deux roues de centre 0 1 et O2 d'un engrenage
parallèle extérieur, dans un plan perpendiculaire aux axes (les dentures sont toujours
considérées en développante de cercle).

La ligne d'action de cet engrènement est la droite T 1T2 passant par le point 1 de contact des
deux cercles primitifs, tangents aux deux cercles de base et inclinée d'un angle a. par rapport à
la tangente commune aux deux cercles primitifs en 1.

La roue O2 étant supposée menante.

01

Roue menée

\
roue menante

Figure 2.1 : Continuité d'engrènement

- 19-
P.F.E. de Abdoulaye Fall, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

~~
a) Début de l'engrènement: ...
~ ,

.... : ~ :n 1f,I'/ ,'"


Le profil PI est attaqué à sa pointe par le profil P 2 . Le point d'action commençante est le ' .... ,..'
point d'intersection A de la ligne d'action et du cercle de tête de la roue menée.

Les points de rebroussement des profils PI et P2 occupent alors les position NI et N 2 .

b) Point de contact en 1:

La période d'approche est celle qui est comprise entre le début de l'action et le moment où
le point de contact est 1.

Pendant cette période :

~ Le point de contact se déplace sur la line d'action de A à 1. La longueur AI est appelée


longueur d'approche (symbole: g f)

~ L'arc d'approche: C'est la longueur de l'arc parcouru par un point de l'un quelconques
des deux cercles primitifs pendant la période d'approche: il est mesuré par l'arc SI du cercle
primitif de la roue O2 (symbole: af)

Nous avons:
al =_ CPI·r 2
{ g 1 - cp I· r b2

C'est-à-dire af = ..!...L..
cosa

c) Fin de l'engrènement:

Le profil P 2 est en contact, par sa pointe avec le profil PI. Le point extrême d'action B est
l'intersection de la ligne d'action avec le cercle de tête de la roue menante.

La période de retraite est comprise entre le moment où le point de contact coïncide avec I et
la fin de l'action.

- 20-
P.F.E. de Abdoulaye Fall, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

Pendant cette période :

~ Le point d'action se déplace sur la ligne d'action, de 1 à B. La longueur ID est la


longueur de retraite (symbole ga).

~ La roue O2 a tourné de l'angle <pa :

~ L'arc de retraite: c'est la longueur de l'arc parcouru par un point de l'un quelconque
des deux cercles primitifs pendant la période de retraite: il est mesuré exemple par l'arc IV du

cercle primitif de la roue 02 (symbole: a a)'

Nous obtenons : aa

L'arc de conduite est la longueur de l'arc parcouru par un point de l'un des deux cercles
primitifs, depuis le début jusqu'à la fin de l'action: il est mesuré par exemple par l'arc SV

(symbole: Qa)

AB = longueur d'action

1.1 Calcul du rapport de conduite:

Pour assurer la continuité d'engrènement, il faut évidemment que lorsque les profils
conjugués Pl et P2 cessent d'être en contact, un autre couple de profils conjugués soit déjà en
contact. Ce qui est spécifié par la seule formule :

AB>pas normal,

Arc de conduite>pas primitif

. ga Qa
Soit &a le rapport de conduite : E a =- =-
Pb P

- 21 -
P.F.E. de Abdoulaye Fan, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Électromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

g f = AI = A ~ - I~

=~(rl + halY - 2
rl cos ' a - rI sin a
ga = lB = T2 B - I T2

=~(r2 + ha2Y- r22 COs 2


a - r2 sina

Ce calcul sera fait en fonction des éléments suivants: nombre de dents ZI et Z2, saillie
hal et ha 2 des dentures des deux roues, angle de pression a .

21j = z[.m

2r2 = z2· m
En posant :
hal = YI,m
ha2 = Y2,m

z~' sin' a + y,' +z,y, _( z': z, )sin a ]

N1-- ~
YI
Soit:
N-~
2 -
Y2

L'équation devient: Sa = YI,UI + YzU z


VI et V2 étant deux fonctions correspondantes égales à :

1
1+~
N
u = ---------;::::========
zr.cos a sin a sin 2 a I l
- - + ---+--+-2
2 4 N N

L'abaque de la figure 2.2 permet de déterminer facilement Ui et V2 pour, des valeurs de


l'angle de pression a s'échelonnant de 12°30' à 30°. La partie de droite est utilisée pour les
dentures extérieures.

- 22-
P.F.E. de Abdoulaye Fal!, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

.. <:.' .c/ ct
.. cl'. ~
tUI
- ;
1 1 Il
m 1 1 1

-- f-
. 2.50 1 1

11 r3l
- .-.--_«u ,1..4+ .


1
J
. 1 11

l~
~.j i
.-. 1/ i ' ,

..1--"
./
,,-r - -,.., ~ ,_._-,,,..... 1, ·1"1
~,

V
1

li 1"-rr; ;:"3(. . . ,!."",,-


f,liO
.
. ",-

"1
)
l
~
1/ Il J JO "...,... 10-

.
1

- i"" /' [)

... 1..0-""" V
/ : 1.

-
"",.~ t-
1" .."
!v,vv...... ~ ~

'- ~:Î~,
1

-- -_..--".. ~(
"~~ 1 1 1
\
'"
"-
1" , ...
1""""" - -1-11- ". i

!- --ro-- - " ....." ........ ............................ lA ......


,_,...v
1 .

~~ fJO , Ith so. ~ b l'§ (J -5 5 ft; •.t~. J~J ~.~ ,,~~ ~ , ., ~fQ.g2Q1
1OValeurt. n 9 ..,l/vn de N Villauf$ posilivu ae

Figure 2.2 : détermination graphique de DI et D z

Remarque:

• les valeurs négatives de N sont réservées pour les dentures intérieures

• a peut être remplacé par a' (angle de pression de fonctionnement), ou par at (angle de
pression apparent), ou bien par a' t (angle de pression apparent de fonctionnement).

• Nous pouvons constater que le rapport de conduite croît avec les saillies ha , et ha2 ; il croît

également si le rayon primitif de l'un des éléments de l'engrenage augmente. Par contre,
une augmentation d'angle de pression a pour effet une diminution du rapport de conduite.

- 23-
P.F.E. de Abdoulaye FaU, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

01

/ \ \

02

Figure 2.3 : variation du rapport de conduite en fonction de l'angle de pression

1.2 Détermination du rayon actif de pied:

Soient z le nombre de dents d'un pignon et z' celui de la roue d'un engrenage considéré. En
ce qui concerne la roue de z dents, le contact s'étend jusqu'au point A de la développante: ce
point est appelé point actif de pied. Le rayon correspondant est appelé rayon actif de pied:

Si dans la figure 2.4 l'organe mené était remplacé par un outil, le point A serait alors le
point limite du profil utilisable de l'organe menant, limite du profil en développante. En
dessous de ce point, jusqu'au pied de dent, nous aurions le profil de raccordement de pied.

m étant le module

a l'angle de pression

r' a le rayon de tête de la roue conjuguée: r' a = r'+y'.m

Soit k une constante telle que: k = z'


z

- 24-
P.F.E. de Abdoulaye Fall, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

Z' dents

\,
,
\ .1
,
/
,/

- '><' "". 'V'

/
/

. r - '~" -.
Z dents

Figure 2.4 : Mise en évidence du rayon actif de pied.

En posant:

r y'
p=_A_;
m.z'
et avec x=-
Z'

Dans le cas de l'engrènement avec crémaillère, soit z = infini, la formule devient:

X2 X2
p= -'-2-+O.25-X d'où fA = m.z'. • 2 +0.25-X
sm a sm a

- 25 -
P.F.E. de Abdoulaye FaU, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

La détermination du rayon actif de pied est extrêmement utile dans les problèmes de
taillage, de rectification ou de rasage de la denture. Il faut en effet que ces opérations de
finition couvrent au minimum toute la partie active des dents.

2. Engrenages parallèles extérieurs à denture hélicoïdale:

La figure 2.5 schématise l'engrènement de deux dentures hélicoïdales conjuguées. Les


profils apparents conjugués sont PI et P 2 sur la face avant, et sur la face arrière. Ces deux
faces sont distantes de la valeur de la largeur de denture b. L'angle de pression apparent est at
et l'inclinaison primitive ~. Le décalage du profil par rapport au profil PI mesuré sur le

cylindre primitif, est vIiI' Le décalage du profil par rapport au profil P2, mesuré sur le

cylindre primitif, est V 2 i2 .

Figure 2.5 : Engrènement de profils à denture hélicoïdale

L'engrènement du couple de dentures conjuguées commence au point A où le profil P2


commence à attaquer le profil conjugué Pl. Il se termine en B' lorsque le couple de profils
conjugués (P; -~.) a cessé son action.

- 26-
P.F.E. de Abdoulaye FaU, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

a) Longueur de recouvrement: gp

Les deux décalages V ,l, et Vzlz sont évidemment égaux, et portent la désignation de

longueur de recouvrement : en supposant par la pensée les deux triangles rectangles i, V, i,


, .
et izvziz obtenus en développant sur un plan chacun des deux cylindres primitifs, nous
obtenons: gp = b tan ~

b) Rapport de conduite apparent et rapport total de conduite:

Le rapport total de conduite e r est donné par:

c) Rapport de conduite apparent e a:

Avec le sens de rotation du pignon menant indiqué sur la figure 2.6, le contact entre les
dentures conjuguées commence en A où commence le contact des profils apparents sur la face
avant; ces profils apparents continuent à être en contact jusqu'en B, après une longueur de
conduite apparente ga, à laquelle correspond le rapport de conduite apparent:

V, et V 2 pouvant être déterminés par calcul ou graphiquement (Figure 2.2).

d) Rapport de recouvrement apparent: c p

b. tan f3
(b étant la largeur de la denture).

- 27-
P.F.E. de Abdoulaye FaU, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

Figure 2.6 : Mise en évidence des paramètres du rapport de recouvrement

3. Condition de fonctionnement des engrenages parallèles:

3.1 Paramètres de fonctionnement d'un engrenage:

Les paramètres de fonctionnement sont différents de ceux du taillage. Cette différence est
due principalement au déport et à la correction de denture avec ou sans changement d'entraxe.

L'engrenage pignon-roue est défini par trois paramètres supplémentaires:

• a' : angle de pression de fonctionnement

• m' :module de fonctionnement

• 0 102 = a' Entraxe de fonctionnement

m'et a' sont calculés à partir des deux conditions suivantes:

Soit:

AI. Segment d'approche

AB Segment de conduite

vw Segment de contact unique

Nous pouvons donner l'expression de:

- 28-
P.F.E. de Abdoulaye FaU, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

~ l'angle de pression defonctionnement : a ' = arc cos [:,.cos a ]

a'
~ le module de fonctionnement: m = - m 1

Etant donné que le nombre de dents ne change pas pendant le fonctionnement, la


connaissance du module et de l'angle de pression de fonctionnement permet de déterminer les
autres paramètres.

3.2 Définition des conditions de fonctionnement:

~ Condition de contacts entre deux développantes homologues:

Le contact doit s'établir au-delà des points de rebroussement des profils en développantes.

T +
, r
l '

-t---- --1-- - e------


1
, 1

a'
--,=,-0' ~
contact autorisé contact i~possible

Figure2.7 : Succession de contact

L'entraxe de fonctionnement doit respecter la condition: a'> db] + db2 = mo 2] + 2 2 cosrr,


2 2

~ Condition pour la succession du contact entre deux développantes:

Soit CIl et C21 deux développantes consécutives du cercle de base dbl ; soit C I2 et C22 deux
développantes consécutives du cercle de base db2 ; soient M I1 , M2I, M I2 et M22 les points de
rebroussement des courbes CIl, C2I, C12, C22.

MI appartient à C I1 et M2 à C21, d'où M IIM2I = M IM2 ;

MI appartient à C I2 et M2 à C22, d'où M 12M22 = M IM2 ;

- 29-
P.F.E. de Abdoulaye Fall, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

C'est-à-dire le même pas de base :1 Pbl = Pbzl


Pour que la succession du contact soit réalisée, il faut que les deux pas de base soient les
mêmes.

Et dans le cas de la denture normalisée, il faut que le pignon et la roue soient taillés avec un

outil de même module 1110 : 1 mal = m OZ = ma 1

Figure 2.8 : Succession de contact entre deux dents homologues

~ Existence de jeux radiaux en fond de denture de la roue (Jr2 > 0) et en fond de


denture du pignon (Jrt > 0)

L'existence de ce jeu évitera le talonnement au fond de la denture.

- 30 -
P.F.E. de Abdoulaye FaU, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

~ Condition de contact entre les développantes anti-homologues

Pour une transmission idéale de fonctionnement, il n'existe aucune possibilité de jeu


angulaire entre le pignon et la roue.

La condition de fonctionnement sans jeu angulaire associé au roulement sans glissement en


1se traduit par: S\ +S'2 = p'= n m',

8' 1 épaisseur curviligne au primitif de fonctionnement, de la dent du pignon 1.

8'2 épaisseur curviligne, au primitif de fonctionnement, de la dent de la roue 2.

P' pas au primitif de fonctionnement, défini par p'= ttm'

Z
d l
1 = m 'Z I·.et..d' 2 = m 'Z 2,.sozt..a
. , = m ,ZI+ 2
-----=--~
2

Il en déduit:

S,1 = d' [SI


l'd; + (.inva; <inva
. ')]
S', ~ d', { ~: + (inva, - inva')]

D'où:

"..m'= m' Z, {~' + (inva, - inva')] + m' Z,{ ~': + (inva, - inva')]

Il vient: 1r = 1r + 2x 1 tan a o + 1r + 2x 2 • tan a o + (ZI + Z2 }(invaO- inva'),


2 2

- 31 -
P.F.E. de Abdoulaye FaU, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

.
Soit: inva ,=.tnvcc; +2.(XI +X 2}
\( tan a o J
ZI +Z2

Remarque:

Cette relation permet de calculer les caractéristiques de fonctionnement théorique sans jeu
en définissant a', angle de pression de fonctionnement.

Les dispositions d'entraxe de fonctionnement sans jeu (a') et d'entraxe théorique sans
variation (a), permettent d'écrire:

2a' = d' l +d' 2 = db! + d b2 ...et...2ao -- d l + d 2 -_ -'------'-------"'-


db! + d b2
cosa' cosœ,
, 'd' d'
d'où.. m = d'2 =!!..- = _ ! = _ 2 = cosao
mo ao dl d2 cosa'

Nous avons deux modes de fonctionnement dans les trois cas suivants:

~.~~
ypdb 1

\\

J ,02
-->---- ------J;- - - - - - - - -

Figure 2.9 : dentures corrigées

- 32 -
P.F.E. de Abdoulaye FaU, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

L'engrenage est dit corrigé avec variation d'entraxe

l'engrenage est dit corrigé sans variation d'entreaxe

3°) Si, de plus, XI = X 2 = 0 l'engrenage est dit normal ou non corrigé.

~ Conditions pour la continuité de conduite:

Elle est associée au rapport de conduite.

L'étude cinématique a mis en évidence le domaine théorique de la conduite: Tl T 2.

Etant donné que les surfaces actives des développantes sont limitées par les cercles de tête
de diamètre respectif dal et da2, qui définissent le segment de conduite AB. Comme Tl T 2 roule
sans glisser sur le cercle de base, il suffit que AB soit supérieur au pas de base Pb pour avoir
au minimum une dent en prise.

L'expérience de ce type de transmission conduit à considérer un engrènement correct si


Ea >1,3 (d'après les normes).

AB
Avec Ba = - -
Pb

- 33 -
P.F.E. de Abdoulaye Fall, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

Chapitre 3 : Mise en évidence des interférences dans les dentures

cylindriques extérieures

1. Généralités sur les interférences des dentures cylindriques


extérieures :

Pour engrener correctement, deux profils en contact doivent rester constamment tangents et
dans le cas des dentures à développante de cercle, le lieu des points de contact successifs est
une droite tangente aux cercles de base. S'il en est autrement, on dit qu'il se produit le
phénomène d'interférence.

Pour mettre en évidence les phénomènes d'interférence (figure 3.1), nous allons considérer
l'engrènement de deux profils conjugués Pl et Pz que nous supposerons complets, c'est-à-dire
allant jusqu'à leur cercle de base respectif.

\
\
\
\,
\

Figure 3.1 : Mise en évidence de l'interférence théorique

A un instant donné, les deux profils sont en contact au point M, situé sur la ligne d'action.
L'engrènement se poursuivant, le point d'action se déplace pour arriver au point particulier Tl ;
le contact s'effectue alors suivant les points Nz de Pz et QI de Pl qui sont venus se confondre
en Tl. Poursuivons maintenant l'étude de l'engrènement au-delà du point Tl. Au point V de la
ligne d'action, le centre de courbure de Pz est le point T z où la ligne d'action est tangente au

- 35 -
P.F.E. de Abdoulaye Fall, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

cercle de base de Pz. Le profil conjugué de Pz, soit P' l, a son centre de courbure en Tl, point de
tangence de la ligne d'action (normale commune à Pz et ~' en V), avec le cercle de base

correspondant. Le profil ~. a donc une courbure dirigée dans le même sens que Pz ; ce n'est

autre que la branche fictive de PI, les deux profils Pl et ~'étant symétriques par rapport au
rayon OIQI' Comme le montre la figure, le point QI se trouve donc à l'intérieur du profil Pz.
Celui-ci coupe alors la branche réelle de développante Pl (au point S) : c'est ce qu'on appelle
l'interférence théorique.

S'il y'a un jeu entre dents important, la transmission n'est certes arrêtée, mais le contact
s'effectue dans de très mauvaises conditions, donnant lieu à des variations de vitesse angulaire,
à des vibrations intenses et à une usure très rapide. Si, par contre, le jeu entre dents est nul ou
faible, il se produit le coincement.

Pour éviter l'interférence théorique, nous voyons que la saillie maximale admissible pour la
roue Oz a comme valeur v2 (telle que le point de tête passe par le point Tl, point
d'interférence).

2. Interférence de taillage:

2.1 Interférence de taillage avec l'outil pignon:

2.1.1 Existence d'une interférence de taillage:

Nous allons maintenant remplacer le pignon 01 par un outil pignon 00 comme montré sur la
figure 3.2.

Figure 3.2 : Interférence de taillage avec outil pignon

- 36 -
P.F.E. de Abdoulaye FaU, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

Nous voyons que la saillie à., de la roue taillée dépasse la valeur maximum admissible V z :

l'interférence se traduit alors par une dépouille de toutes la partie (2) du sommet des dents de la
roue. D'un autre côté, comme la saillie haa de l'outil est plus grande que la saillie maximale

admissible va' l'interférence produite provoque un dégagement prononcé du pied des dents de

la roue.

Il est facile de voir que les risques d'interférence augmentent lorsque le nombre de dents de la
roue augmente (la crémaillère est le cas le plus défavorable) ou le nombre de dents du pignon
diminue.

L'interférence se produit d'autant plus que le nombre de dents de la roue augmente et que celui
du pignon diminue. Le taillage avec l'outil crémaillère en est une parfaite illustration.

2.1.2 Détermination de la surface de raccordement de pied:

Les figures 3.3 schématisent les trois cas possibles de profil de raccordement de pied.

1
, o.d 1 /
......... '·N'. "., ..... -' ,. ......

~:~!~~~~ :,,~ :..:~.<


a -c!"'~deb· .. »e:"
..:At.\J:::::c""...-t--r -:-:?: '~ll!' '~ -,"'"

)~- ~
T~
_. . . . . •

Figure 3.3 : Profil de raccordement de pied

- 37 -
P.F.E. de Abdoulaye FaU, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

Figure a: il n'y a pas d'interférence de taillage; le profil en développante s'arrête au point A o


extérieur au cercie de base.

Figure b: à la limite de l'interférence de taillage, le profil en développante va jusqu'à son


cercie de base.

Figure c : lorsqu'il y a interférence de taillage, la dent se trouve dégagée au pied. Un angle vif
situé à l'extérieur du cercie de base marque la limite du profil en développante.

A la limite de l'interférence:

~nv = rayon de base

Pinv = cosa
2
(ou co~aIO)

Avec a = angle de pression de fonctionnement pendant le taillage.

2.2 Interférence de taillage avec l'outil crémaillère:

La droite de dégagement est une droite de la crémaillère située à une distance Ac du plan de
référence Po (sur la crémaillère normalisée).

Il y' a interférence lorsque la droite de dégagement coupe la ligne d'action IT en dessous du


point T. Dans ce cas, la crémaillère vient entailler le pied de dent.

Figure 3.4 : interférence de taillage avec outil crémaillère

- 38 -
P.F.E. de Abdoulaye FaU, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

2.2.1 Equation de la trochoïde dans le cas d'un outil à angles non arrondis:

La figure 3.5 montre le profil de raccordement C, qui est un trochoïde engendrée par
l'extrémité N de l'outil.

·0
,,
,,
,
,,
,, +
,,
,
,,
,,
,,
,
,,
\

,
\
,,
,
\
,,
,
\,
,
\T'

~- ---==~r--I-=-==-=------

x~
Figure 3.5 : Mise en évidence du profil de raccordement

Soient rM et bM les coordonnées polaires d'un point quelconque appartenant à C.

bM est déterminé par rapport à l'axe de symétrie OX de la trochoïde. Le point M correspond à


la position du point N après un roulement sans glissement de la ligne primitive de la
crémaillère sur le cercle primitif de la roue, amenant le point de tangence en T.

En adoptant successivement une certaine valeur de M et en posantIN = b, il peut s'écrire:

bM = (MOT') - (XOT')
'r 2 - (r - b)2
tg (MOT') = --'-V_M----,-_,------_
(r -b)
tt Tt MT' ~r~ - (r _b)2
(XOT') en radians = - = - = - - = --'----'-'-----
r r r r

- 39 -
P.F.E. de Abdoulaye Fall, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

La trochoïde peut ainsi être déterminée point par point en faisant varier r M à partir de sa valeur

minimale (r - b).

r r
PM =M- = -M -
2r mo.z
Soient:
b
Yo = - et X=~
mo Z

tg 2(MOT') = r; -(r-b)
(r-b)2
P~ - (0,5 - X)2
= (0,5 - X)

- ( PM
0,5-X
J2- 1
tg(MOT) = ( PM
0,5-X
J2- 1
(XOT' radY = r; - (r - b )2
2
r
= P~ - (0,5 - X)2 = 4[p 2 _ (05 _ X)2]
025
, M'

XOT' rad = 2~p~ - (0,5 - X)2

Nous avons ainsi:

J2 -1- 360 ~ PM2 - (0,5 -


0

8Mdegrés = arctg, 1
PM
X)
2
(
V 0,5 - X 1(

Le point de dégagement ou d'interférence maximale correspond à la valeur maximale de 8 M •

Or nous savons que 8 M est maximal lorsque d8M


dP M
= °.
Nous aurons après calcul de la dérivée:

6M est max pour PM = Pinv = ~05-X


' 2

- 40-
P.F.E. de Abdoulaye FaIl, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

a) Influence du déport sur l'interférence :

D'après l'étude faite, l'interférence théorique peut être mise en évidence en comparant tout
simplement le rayon actif de pied de l'engrenage considéré avec le rayon actif maximal. Ainsi,
il y'aura interférence théorique lorsque:

Or, pour un taillage avec outil crémaillère:

Pinv =
~05-X
' 2
Avec X=-
Yo {YO = cofficient de saillie de la crémaillère
X2 Z Z = nombre de dents de la roue
PM = . 2 +O,25-X
sm a

La condition de non interférence se traduit par :

sin 2 a
PM < Pinv => X < - - -
2

1- x
Yo = l-x (x = coefficient de déport), ce qui donne: X = Z
La formule devient:

sin ' a
PM < P inv => X > 1-
2
.z
1 Remarque: nous avons considéré comme élément la crémaillère alors que c'est la roue qui est
déportée. C'est pourquoi nous avons eu yo=l-x.

Ainsi, nous pouvons dire que pour éviter l'interférence théorique de taillage d'un engrenage
dont le nombre de dents Z et l'angle de pression Cl sont fixés, il faudra prévoir un déport de
denture dont le coefficient est en dessus d'une valeur limite x min ' donnée par:

- 41 -
P.F.E. de Abdoulaye Fall, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

-1- Z.sin2a
X min -
2

Remarque: Influences du déport sur les caractéristiques de la dent:

Le déport de denture permet d'optimiser un engrenage en :

• Evitant les interférences de taillage pour un nombre de dents faible.

• Evitant les interférences de fonctionnement.

• Equilibrant les usures.

• Obtenant une géométrie de denture correcte.

• Obtenant un rapport de conduite suffisant.

• Adaptant un entraxe de fonctionnement compatible avec un cahier de charge.

b) Influence de l'angle de pression:

En procédant de la même manière que dans le paragraphe précédent, nous pouvons trouver, si
le nombre de dent et coefficient de déport sont donnés, la valeur limite de l'angle de pression
en dessous duquel il y'aura interférence théorique de taillage.

Nous avons:

PM < P inv => sin 2 a > 2.X

C'est a, d'ire a > arcsm~


. "\ z) ~2(1-X) ou bizen a ",csin~f ;x)
>

Ainsi une valeur maximale de Cl est donnée pour éviter l'interférence théorique ( Z et x étant
fixés) :

ami, = ",csin~

- 42-
P.F.E. de Abdoulaye FaU, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

c) Influence du nombre de dents:

Dans plusieurs ouvrages, on donne la valeur 2 0=17 dents, comme nombre de dents minimal
pour éviter l'interférence théorique, ce qui est en fait vrai pour une denture normalisée (x = °et
a = 20°), mais cette valeur change si on fait varier l'angle de pression ou bien le coefficient de
déport de denture. Cependant la valeur minimale de 2 peut être calculée de la même manière

que celle de a. Nous avons toujours la condition: PM < Pinv => Z> 2.(1- x)
sin 2 a

D'où la valeur minimale de 2 est donnée par 2 0 telle que:

2.2.2 Influence de l'arrondi au sommet des dents de l'outil:

Soit B le centre de l'arrondi au sommet (voir figure 3.6). La saillie totale est égale àl,25 x mo '

L'arrondi commence au point A situé à une distance m o de la ligne primitive. Sur le tracé, la

distance de B à la ligne primitive soit BB' = 0,9Im o '

Soit TB la trochoïde décrite par le centre B de l'arrondi. Son sommet A' est situé sur le rayon
üX'.

JJ'= JB' }
J' A'= BB' s:
UM
. 1
est maxzma Pinv =
~ 0,5 2- X
=>
1
rv = mO.z·Pinv = mo·z.
~ 0,5 2- X

Yo=0,91-x

Cependant l'angle 8 M correspondant peut être calculé par sa formule précédente.

- 43 -
P.F.E. de Abdoulaye Fall, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

W'\ \
\
,
1
,
\
\
,,
\X'
Figure 3.6 : Mise en évidence de l'arrondi au sommet des dents de la
crémaillère de taillage

L'arrondi au sommet des dents de la crémaillère aura une grande influence sur les valeurs
trouvées en haut. En effet, pour un cœfficient de déport et un angle de pression, il sera possible
de tailler avec un outil crémaillère un engrenage dont le nombre de dents minimal est inférieure
à celui pour un outil à angle non arrondi. Après calcul puis simplification nous trouvons:

2.(0,91 - x)
Z~
sin 2 a

Pour une denture normalisée, c'est-à-dire x = 0 et a = 20° taillée avec outil crémaillère avec

arrondi au sommet des dents Z o = 16 dents

En procédant de la même manière, nous avons :

2
=091- Z.sin a _ . [ /2.(0,91-X)]
x min ' 2 a min - arcsin Z

- 44-
P.F.E. de Abdoulaye Fall, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

2.3 Interférence avec le profil de raccordement:

Comme règle générale, nous pouvons dire qu'il n'existe que très peu de pignons taillés avec
interférence, c'est-à-dire que L'opération de taillage définit le point An limite du profil en
développante.

Avant que l'interférence théorique ne se produise, le sommet de dent de la roue menante aura
donc interféré avec la surface de raccordement de pied de la roue menée.

Considérons l'un des deux organes de l'engrenage; son profil de raccordement commence au
rayon de dégagement maximal rinv. Son rayon actif de pied dans l'engrènement avec l'organe
conjugué est rA. Comme règle générale, il faut pour une denture extérieure:

Il convient en particulier de vérifier cette condition dans le cas d'un organe taillé par outil-
pignon de faible nombre de dents et destiné à engrener avec un organe à < • grand nombre
de dents. Lorsque le taillage est effectué avec outil-crémaillère ou fraise-mère, cette condition
est toujours satisfaite.

3. Interférence de fonctionnement:

3.1 Interférence primaire:

Afin que le contact ait toujours lieu entre deux développantes de cercle, la ligne d'action
maximale devra être TlT z dans laquelle Tl et T z sont respectivement les points de tangence de
la ligne d'action avec les cercles de base du pignon et de la crémaillère.

Si le cercle de saillie de l'engrenage coupe la ligne d'action à un point qui se trouve à


l'extérieur de cet intervalle, il n'y aura plus deux profils de développante de cercle en contact,
et, par conséquent, le pignon et la roue interféreraient au pied de dent du pignon. La condition
de non interférence s'exprime par: l'arc d'approche et de retraite doivent être tous les deux
supérieurs au pas de base de l'engrenage.

- 45-
P.F.E. de Abdoulaye Fall, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

01

Roue menée

\
roue menante

Figure 3.7: mise en évidence de l'interférence primaire

La condition de non interférence peut s'exprimer à partir de la formule suivante:

Avec:

m'Z
o Re 2 = rayon du pignon; Re 2 _~2 + (1 + x 2)m'
2

o (m':' cos a')' + (a'. sin a')' où a


,
= m,ZI +Z2
.---'----=-
2

Remarque: l'indice « 1 » concerne la roue menée et « 2 » la roue menante.

- 46-
P.F.E. de Abdoulaye FaU, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

3.2 Interférence secondaire:

Au pied de la dent, la développante est remplacée par un profil de raccordement FD , le point D


étant en général situé à l'extérieur du cercle de base. Toute la développante n'étant pas
utilisable jusqu'au cercle de base; il faut donc définir une condition de non interférence plus
stricte que la précédente.

Figure 3.8 : Mise en évidence de l'interférence secondaire

Le point de contact se déplace entre El et E2 c'est-à-dire entre L et E sur la développante du


pignon,

Pour éviter l'interférence, il faut que L soit entre D et E.

- 47-
P.F.E. de Abdoulaye FaU, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

E1D1 =EJ; -I;D1 =~Re~-Rb/ -(Rbl.tga ol - .h/uo


smaol
J avec «. = (l-x)m o

E]EZ =EJ+IE z =~Re~-Rb/ -Rb].tgal +~Re;-Rbi -Rbz.tga(

- 48-
Chapitre 4 : Mise en application sur Solidworks

Les interférences sont des phénomènes dont la présence est néfaste pour le bon taillage et
fonctionnement des engrenages. En effet leur présence, pendant le taillage avec l'outil
crémaillère, cause une diminution considérable de l'épaisseur de la dent en dessous de son
diamètre de base causant ainsi un affaiblissement de celle-ci, La transmission de grandes
puissances ne sera plus possible. L'interférence peut aussi se manifester pendant le
fonctionnement de l'engrenage, ceci aura pour résultat l'enfoncement du sommet de la dent
d'une des roues dans le profil actif de pied de la dent de l'autre roue. La conséquence est une
perte de puissance durant la transmission et une diminution de la durée de vie des engrenages.

1. Mise en évidence de l'interférence de taillage:

Etant un logiciel de Conception Fabrication Assistée par Ordinateur (CFAO), Catia devrait
nous permettre de voir la génération des profils des dentures en développante de cercle par une
méthode géométrique en définissant tous les paramètres de la denture et de la crémaillère
primitive. Mais cela constitue une des limites de notre étude. En effet, après l'exploitation du
logiciel, nous n'avons pas trouvé dans le module d'usinage l'utilisation de l'outil crémaillère. Ce
qui nous a poussé à utiliser Solidworks qui ne comporte certes pas de module d'usinage, mais
avec sa souplesse et son accessibilité du point de vue économique, a permis de résoudre une
partie du problème.

Ainsi, à l'aide de différentes fonctionnalités qu'offre Solidworks, nous avons mis en place un
fichier de type pièce qui permet non pas de voir l'aspect cinématique de l'outil pendant la
génération de la denture, mais d'imprimer dans l'interface de dessin les différentes positions
qu'occupe l'outil pendant la phase "usinage de la denture".

Remarque : nous nous somme intéressés à la génération d'engrenage droit à denture


extérieure. Pour le taillage de dentures inclinées, nous pourrons prendre le plan réel de la denture
droite comme son plan apparent.

1.1 Présentation du Fichier Pièce:

Ce fichier a été conçu pour différentes raisons, notamment:

} Vérifier les écarts entre profil théorique et profil réel.

49
~ Vérifier les interférences de taillage.

~ Contrôler expérimentalement un déport de denture.

~ Vérifier le profil exact des pieds de denture.

~ Visualiser l'influence d'une modification de la crémaillère primitive.

~ Visualiser le taillage « en facette» de la denture et les influences du réglage de la taille.

Le taillage se fera à l'aide d'une succession d'Enlèvement de matière par extrusion (nommés
Coup 0, Coup 1 ... ) qui correspondent chacun à l'enlèvement de matière effectué par un passage
de l'outil lors d'un taillage avec une crémaillère primitive.

Une séquence d'équations lie les esquisses des différentes fonctions entre elles: en modifiant les
caractéristiques (nombre de dents, module, déport, angle de pression, raccord de la crémaillère
primitive) de la denture à générer, il est possible de visualiser, après reconstruction, le profil
exact de la denture (y compris les 1/ traces 1/ d'outil) et de le comparer avec le profil théorique de
la dent construit de manière géométrique. La figure 4.1 montre la fenêtre du fichier.

- '" "
:1 Cl et I.n'll 'RJ ~ a 19. ~ ~ 'l! q. ~ Q! ~ + Cil' @ (!j1 êÎllllr~j~:" "
il> "'1i1ll!!il
fil
FCIIIW:tJofK
,~
ri EIq.jn.t
~
E~
-,
~
0
Jl:llt.
0
ÇMIJ,
.~
M."~
.- .....

f4J--
\"'~.ciù.

:lt:)-,••Q. . . . .
~ JiJca., _«1)
1=-<""'->
OC i611"",,",
~F• •
~ Qooçoçys

t:1 0."''''
+, t""IJM
",[!jE_
~ ~-
~E_'auo
Ill. ."Ill tw.. ""'"
. . . II!l_O.......,pIoœ<m
s;~th6orKM
~(~"I
b lIil_z
~[~te2
~/1Iil ;;"3~ _ J

,,1I!l"'" ~E_

.1I!l_S
f,
>: Iliil"""'·
....................... ····. .j,ï.;,

Figure 4.1 : Fichier pièce après insertion des nouveaux paramètres

50
Après la mise en place des paramètres de la roue, nous pouvons visualiser les traces de l'outil
pendant le taillage de la denture. La visualisation est montrée sur la figure 4.2.

Figure 4.2 : Mise en évidence des traces de la crémaillère pendant le taillage

1.2 Fiches de conception :

Après changement des paramètres nous pouvons faire sortir à partir de Solidworks les journaux
(ou fiches) de conception qui nous permettent de voir les résultats du taillage.

51
Fiche de conception 1

Nom de fichier: denture droite normalisée sans déport


Description:
• Nombre de dents Z=15dts;
• Module m=l;
• Coefficient de déport x=O ;
• Angle de pression u=20°
Matériau : non spécifié

Résultat du taillage: légère interférence due à un nombre de dents inféreur à Zoo


L'interférence peut être évitée en faisant un déport de la denture.

52
Fiche de conception 2
Nom de fichier: denture droite déportée
Description:
• Nombre de dents Z=15dts;
• Module m=l;
• Coefficient de déport x=O,2 ;
• Angle de pression «=20°
Matériau: non spécifié

Résultat du taillage: le coefficient de déport étant supérieur à Xmin. Ce qui permet


de corriger l'interférence de taillage.

53
Fiche de conception 3
Nom de fichier: denture non déportée Z faible
Description :
• module m=5.5;
• coefficient de déport x=O;
• nombre de dents z=8;
• angle de pression alpha=20o
Matériau: non spécifié

Résultat du taillage: interférence due à un nombre de dents faible. Si nous


procédons à un déport de denture, nous aurons la fiche de conception 4.

54
Fiche de conception 4
Nom de fichier: denture déportée 2 ; Z faible
Description:
• module m=5.5;
• coefficient de déport x=O,53;
• nombre de dents z=8;
• angle de pression alpha=20°
Matériau : non spécifié

---"---.".

';"';'"é"'?,'"'":_ ' -;-::


_ ~" t
"~ ~ •::. -
'--- ·~'AA".
"--
• -....
..
<,
"'-
.-....-::;. ".~ • '--..... <, "-

.'--~'.\ - ~-~~- -.--..:: <; -",

~'><~;);\-\\ \ \ \ i '--'''->-<~''
,x -Xv\\\\\\\\i "-,'"
~:,,~\\\\\ \ \ 1i -,
- :"'- '::::~~\\\\\\\ \ j
~-~~~';:::-., '",- '~" \ \. '''',.
'f, ~~~~~:~:~""\\\\\\\\L"..
l

:Q:~=~=~!~§~~~ijw~,
-;-t =
-:::~ == ~~: ~~ ~ 'l''r--Y'i~~:'
~~-----=:~:~:~ I~:~ __ -
'd
11<
-- --
'---'-'-:--=.
---~~:~ 'A
~-~"""" ~.
- - - _'-:--::-;/;~@/IJIIII .
>J-
v

Résultat du taillage: la denture est certes corrigée du point de vue interférence; mais

le sommet de la dent reste pointu, La dent est fragilisée à cet endroit. Il faut
impérativement passer aux dentures hélicoïdales. Pour cela, nous allons changer la
valeur de l'angle de pression qui jouera le rôle de l'angle de pression apparent si

nous avions une denture hélicoïdale. Soit a ~ = 30° .


= a min = arcsin ~Z-
Nous aurons la fiche suivante.

55
Fiche de conception 5
Nom de fichier: plan apparent d'une denture hélicoïdale
Description:
• Nombre de dent Z = Sdts;
• Module apparent m=5.5;
• Coefficient de déport x=O ;
• Angle de pression apparent ut=30° avec p=50°
Matériau: non spécifié

56
Fiche de conception 6
Nom de fichier: denture non déportée; Z très faible
Description:
• Module m=5.5;
• coefficient de déport x=O;
• nombre de dents z=S;
• angle de pression alpha=20o
Matériau: non spécifié

Résultat du taillage: nombre de dents très petit => Interférence à grande intensité.
De plus la dent est fragilisée par la pointe à son sommet. Le seul remède est
l'utilisation de denture hélicoïdale.

57
Fiche de conception 7
Nom de fichier: denture déportée; Z très faible
Description:
• Nombre de dents Z=5dts;
• Module m=5.5;
• Coefficient de déport x=O.7 ;
• Angle de pression a=20o
Matériau: non spécifié

58
2. Mise en évidence de l'interférence de fonctionnement:

L'interférence de taillage est mise en évidence à l'aide de Motion Works, module intégré dans
Solidworks, permettant de faire les simulations numérique et la détection des interférences dans
les assemblages. Ainsi nous serons obligés pour chaque type de réducteur de faire sa conception,
ce qui veut dire qu'il n'y aura pas un programme figé pour tous les réducteurs qu'on retrouvera
dans les systèmes de transmission de puissance. Dans cette partie nous ne nous limiterons pas
aux engrenages à denture extérieure mais l'étude pourra s'étendre pour tout type d'engrenages se
trouvant dans l'industrie.

2.1 Présentation de MotionWorks :

Doté de la technologie ADAMS, COSMOSMotion permet de dimensionner les mécanismes, de


déterminer la consommation d'énergie, de planifier les articulations, de concevoir les cames, de
comprendre les systèmes à engrenages, de dimensionner les ressorts et les amortisseurs, de
déterminer le comportement des pièces en contact et de générer les chargements utilisables par
les autres programmes d'analyse COSMOS.

~ Détection des obstacles au mouvement: Le mouvement de nombreux mécanismes est


entraîné par le contact entre pièces, par exemple les cames ou boîtes d'engrenages.
COSMOSMotion prend en charge à la fois les contacts 3D entre solides et 2D de type courbe. En
outre, avec COSMOSMotion il est possible d'éliminer les interférences avant la réalisation du
prototype réel. Il permet de vérifier tout obstacle nuisible au mouvement des pièces, dans des
conditions de fonctionnement réelles.

~ Paramètres techniques: Pour une analyse plus détaillée des mouvements, nous pouvons
visualiser les animations en les synchronisant avec les tracés XY des paramètres techniques. Il
est aussi possible de combiner ces tracés et la simulation des mouvements du mécanisme pour
identifier toute défaillance éventuelle au niveau du système, des pièces et de la sécurité. Les
animations sont idéales pour la visualisation des mouvements réels du mécanisme et peuvent être
sauvegardées dans des fichiers AVI ou VRML.

~ Chargements pour analyse: Pendant l'utilisation d'autres applications COSMOS/ pour


analyser des pièces ou des assemblages mobiles, COSMOSMotion fournit les informations pour
augmenter la précision des analyses. Lorsque des pièces ou des assemblages sont en mouvement,

59
il est très difficile de déterminer à quel type de charge soumettre le modèle et quelle sera la
position la plus critique.

COSMOSMotion calcule avec précision les conditions de chargement, y compris les effets
d'inertie, et aide à trouver la zone où les contraintes sont au maximum.

2.2 Mise en application:

Pour mettre en évidence l'interférence de fonctionnement, nous allons en premier lieu mettre en
place le fichier assemblage décrivant l'ensemble des données relatives à notre système de
transmission. Les engrenages sont générés par des modules intégrés dans Solidworks comme
"Tools books" ou bien "Swcaddb".

Yi
li ( >J

Figure 4.3 : exemple de mécanisme de transmission

,':, ': \\".' .",~


. ,. '

60
Après la mise en place du fichier assemble, "Motion Works" est lancé pour voir la simulation
numérique en respectant les contraintes d'assemblage imposées, et de détecter l'existence d'une
quelconque interférence entre les composants mis en place.

Figure 4.4 : "mécanisme + liaisons" prêt à fonctionner sur MotionWorks.

Après la simulation numérique et l'exportation du fichier AVI (fichier vidéo) dans


l'emplacement désiré, un click sur le bouton "Find interférences" permet de sélectionner les deux
roues sur lesquelles nous voulons vérifier l'interférence et de relancer la simulation. Sur la
fenêtre de détection d'interférence nous avons les commandes:

• Parts and Frames: permettant de sélectionner les composants à mettre en évidence, de


choisir les positions de début et de fin.

• Find now : permet de lancer la simulation et la détection d'interférences.

• New search : lance une nouvelle recherche.

• Help: ouvre le fichier aide en ligne.

• Index: détecte le nombre d'interférences ayant lieu pendant une période

• Frame: détecte à quelle position du mécanisme a eu l'interférence.

• Time : période qu'elle a eu lieu.

61
• Part A part B ... : composant ayant interféré à la position indiquée

• Volume: partie très importante, elle nous donne le volume de matière perdue pendant
l'interférence.

• Find Interferences Over Tirne L1J~

Parts &Frames
~_."~-~",,._'" ...•"'
Select Partitotest:

NewSearch

Start Frame: End Frame: Increment Heip

Index Frame lime Part A PartS Volume A

1 1 0 2=20-1 2~3O·1 3.13595


12 1 0 2c2Q.1 2=30-1 2.13944
3 1 0 2=20-1 2...30-1 0.008S6.._

lL
4

6
7
n
3

33
3
~_~~.nA
0.04
O~
0.04
0.04
2=2Q.1
2=20-1
2...2Q.1
2=20-1
"7 '1~.
2=30-1
2=30-1
2=30-1
2=30-1
"7 ....n '1
1.54881
0,759318
1.55844
1.33431
n ....A.,nn.... .~.Il
3 of 103 interferences at Frame 1 ( Details l.m
Figure 4.5 : Fenêtre de détection d'interférence

62
Pendant la simulation, les zones faisant parties d'un composant ayant interférées avec d'autres
sont de couleur rouge, ce qui est montré dans la figure 4.6.

Figure 4.6 : Mise en évidence des zones ayant interféré pour une denture droite

Ainsi, en suivant les mêmes procédures, nous pouvons mettre en évidence les phénomènes
d'interférence dans tous les mécanismes en général.

Pour mettre en valeur notre travail, nous avons mis en place, sur solidworks, un moto-réducteur
contenant trois paires d'engrenages: deux droites et une hélicoïdale. En jouant sur les
paramètres, nous pourrons étudier, sur MotionWorks, aussi bien l'aspect cinématique que
dynamiques des différents composants. Sur la figure 4.7 nous montrons cet assemblage.

63
Figure 4.7 : Système moto-réducteur

En suivant les démarches citées plus haut, nous pourrons détecté les zones ayant interféré et le
volume de matière perdue, de voir l'aspect cinématique et dynamique du mécanisme.

64
P.F.E. de Abdoulaye Fall, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

CONCLUSION GENERALE

L'utilisation approfondie de la CAO a été le principal intérêt qui nous a été offert par ce
projet de recherche. En effet la mécanique qui est à la base de toute la technologie vise à se
moderniser grâce à l'avènement de l'informatique. Ce dernier a permis durant ces dernières
années de résoudre un grand nombre de problèmes d'ordre scientifique en général, et
mécanique en particulier. C'était dans cette optique que nous l'avons utilisé pour résoudre le
problème des interférences dans les systèmes de transmission par engrenages présents dans
une grande variété de mécanismes.

L'étude complète des interférences dans les engrenages à denture cylindrique extérieur a
été traitée dans ce rapport. Le fichier pièce conçu sous le logiciel nous permet de voir les
traces de l'outil durant le taillage. Ainsi la présence d'interférence de taillage pourra être
détectée en jouant sur les paramètres de base choisis. Une séquence d'équations lie les
esquisses des différentes fonctions entre elles : en modifiant les caractéristiques de la denture
à générer, il est possible de visualiser, après reconstruction, le profil exact de la denture (y
compris les Il traces Il d'outil) et de le comparer avec le profil théorique de la dent construit de
manière géométrique.

Les interférences de fonctionnement sont traitées de façon théorique et la mise en


évidence de cette dernière a été réalisée à l'aide de MotionWorks, module intégré dans
Solidworks permettant de faire en plus des simulations numériques, la détection des
interférences dans les mécanismes. Les procédures explicitées dans ce rapport permettent
d'analyser les phénomènes d'interférence pour tout mécanisme comportant des engrenages
cylindriques extérieurs.

L'étude n'étant pas exhaustive étant donné que nous nous sommes limités, dans notre
application, aux engrenages extérieurs à denture droite. Suivre les mêmes démarches
aboutirait aux mêmes résultats obtenu dans ce travail. Ainsi une nouvelle porte s'ouvre,
(l'étude des autres types de denture) pour d'autres personnes voulant travailler ou bien faire
des recherches dans cette branche de la mécanique.

- 66-
P.F.E. de Abdoulaye FaU, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

RECOMMANDATIONS

Etant très complexes, les engrenages à denture intérieure et ceux à denture conique
devraient faire l'objet d'autres études comme celles faites pour les dentures cylindriques
extérieures. Ce qui permettrait de boucler une grande partie sur ce domaine.

Une meilleure exploitation du Logiciel de CFAD Catia est recommandée afin de trouver
de trouver dans le module d'usinage l'usage de l'outil crémaillère et de montrer les phases
d'usinages des dentures d'engrenages.

- 67-
P.F.E. de Abdoulaye FaU, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

BIBLOGRAPHIE

[1] OUSMANE SOW ; "Mémoire de fin d'études pour l'obtention du certificat d'aptitude à
l'enseignement secondaire technique et professionnel".

[2] OUSMANE SOW, "Cours de construction mécanique, chapitre engrenages".

[3] JACK A. COLLINS; "MECHANICAL DESIGN OF MACHINE ELEMENTS AND


MACHINE".

[4] GEORGES HENRIOT; "traité théorique et pratique des engrenages"

[5] McGRAW-HILL; "series in mechanical engineering".

[6] M. AUBLIN; R. BONCMPAIN; M.BOULATON; D.CARON; E. JEAN;


B.LOCAGE; J. REC; "SYSTEMES MECANIQUES. Théorie et Dimensionnement"

[7] ROBERT VINET; GILBERT DROUIN ; MICHEL GOU ; PIERRE THIRY;


"ELEMENTS DE MACHINES"

[8] http://swcaddb.com

[9] docs@swcaddb.com

[10] www.gtcgears.com

[11] www.bostongear.com

[12] www.graessner.de

[13] www.gleason.com

[14] Designing parametric spur gears with Catia V5

- 68-
P.F.E. de Abdoulaye FaU, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

ANNEXES

Annexe A: TECHNIQUES D'EBAUCHE DES DENTURES

Annexe B : TECHNIQUE DE FINITION

Annexe C : INDUSTRIALISATION DES DENTURES

Annexe D : EQUATIONS DU FICHIER PIECE : TAILLAGE DE


DENTURE

- 69 -
P.F.E. de Abdoulaye FaU, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

Annexe A : TECHNIQUES D'EBAUCHE DES DENTURES

Les techniques d'ébauche des dentures sont multiples. Elles vont de la méthode artisanale à la
méthode de production de masse, car cette phase est commune à toutes les gammes de fabrication
de dentures. Il est possible de distinguer les techniques suivantes:

• Fraisage de forme à la fraise 2 ou 3 tailles, dénommée aussi fraise module;

• Taillage à l'outil crémaillère;

• Taillage à l'outil pignon;

• Taillage à la fraise-mère.

Ces techniques permettent d'atteindre des classes de tolérance de l'ordre de 9 à 10, alors que les
dentures automobiles sont généralement spécifiées dans des classes de tolérance de l'ordre 7 à 8.

XIV
.. FRAISAGE A LA FRAISE MOI)(J LE:

formes spécif;cp.les en acier rapide ou co carbure Je tung~;rèn('. Les den l'ures sont réalisées sur des
fraiseuses manuelles munies d'un diviseur ou occasionnellement sur un centre d"usin:.ge 5 axes. Il
s'agît d'une technique de production de dentures co tn:'s petite série, facik i: mettre en oeuvre, mals
présentant une productivité [l'ès hibk, ainsi qu'un coür machine ct un cour outil très élevés.

Figure A.l ; Mise en oeuvre d'un taillage de dentures à la fraise module 3 tailles (Source
Sandvik et Pfauter).

.. TAILLAGE A L'Ol.J1ïL CBEMAILLERE:

Cette technique autorise le taillage de dentures en utilisant le prmctpe d'engrènement d'une


crémaillère et d'une roue dentée. Celte technique, dite de génération, utilise des peignes en acier
rapide munis d'un mouvement alterné permettant de couper la matière. Cette technique tres lente
nécessite des machines spécifiques et mises en oeuvre par des opérateurs hautement qualifiés.
Elle est donc réservée à des applications de tres petites séries il haute valeur ajoutée (mues de tres
gros diamètres). Elle présente cependant un avantage intéressant, car les outils étant de
géométries très simples, ils sont facilement et rapidement réalisables et réaffûtables. Cela permet
la fabrication de dentures prototypes de géométries quelconques (non normalisées) pour des

xv
applications à hautes valeurs ajoutées nécessitant une réactivité importante (aéronautique,
prototypes pour nouvelles boîtes de vitesses, etc.).

Vigure '<\.2 : Principe du taillage à l'outil crémaillère

Figure :\.3 : Taillage par outil crémaillère; cycle de l'outil

XVl
Ce principe de taillage utilise le principe de l'engrènement de deux roues dentées, L'outil est un
pignon droit ou hélicoïdal muni d'un mouvement alternatif de mortaisage. La rotation de la pièce
ct de l'outil sont synchronisées selon le rapport du nombre de dents outil/pièce. Dans le cas d'un
taillage hélicoïdal, l'outil effectue en plus un mouvement de vissage lors des courses trav-ail et
retour. La pénétration de l'outil dans la pièce peut se faire sur une portion de tour ou bien sur
plusieurs tours. Les flancs des dents sont dépouillés pour obtenir les arêtes de coupe"

Le principal avantage de l'outil pignon est de pouvoir être utilisé dans un espace réduit. il faut un
peu de distance en entrée pour mettre j'outil à vitesse souhaitée ct un peu d'espace en sortie pour
l'arrêter,

Du point de vue industrie! et conception de pièces, l. 'outil pignon est une solution de secours, il
est employé uniquement lorsqu'il est impossible de faire autrement. Une application
caracteristique en production automobile est la réalisation de dentures sur des arbres primaires de
bottes de vitesses

Hgurc AA : Taillage de dentures droites à l'outil pignon

XVII
.. TAI LLAGE A LA FRAljî[-!\} ERE

Le taillage par outil fraise-mère est de loin le plus utilisé des procédés de génération de dentures à
développante de cercle. Le taillage à la fraise-mère utilise le principe du système roue ct vis-sans-
fin. La pièce à tailler étant la l'one et la fraise-mère étant la vis-sans-fin. La fraise-mère est une
vis-sans-fin, munie de goujures créant des dents. Pour un tour de fraise-mère, la roue s'est
déplacée d'un pas circulaire. Si par exemple la fraise est une vis à un filet et que la roue il tailler
doit avoir z dents, ia fraise devra faire 1. tours pendant que la roue à tailler ne fera qu'un seul tour.
Si la fraise est il zo
filets.
·
elle devra faire 7.!Z
C
toms pendant que la roue à tailler ne fera qu'un seul

tour. Lors du taillage, les deux objets sont en rotation à vitesse constante selon un rapport :

w/w =zo IzO··I}


f~

Avec w : vitesse de rotation de la tnièce à tailler (tr/min), \v.o : vitesse de rotation de la fraise-mère

(tr/min)

Les dents possèdent une dépouille (un détalonnage) afin de ne pas frotter sur les surfaces usinées,
La fraise-mère est munie d'un mouvement d'avance selon la génératrice de la denture il tailler.

Les avalllages du taillage à la fraise-mère sont nombreux. En effet, cette technique pcrrnct la

producuon de dentures clans des remps très courts et avec une qu;Jité remarquable. Le travail ii 18
fraise-mère pennet d'avoir un très grand nombre de dents en prise simultanée, ce qui autorise des
debits très importants de matière. ains: qu'une coupe tres continue permettant une bonne qualité de
,
uenrurc. J"'-
::.nt:ln, 1 "
H:';; OULU::: peuvent tai'11 cr une (fl3.nWT
'. tres
, irnportante (Je
J J
dentures . ,' . ' , "
J'll,$Cilla la rerorme
définitive de l'outil, güu à des affùt:aw:ssllccessit"s qui rendent le cour outil particulièrement: bas, La
seule limite de cc procédé vient de l'encombrement important que nécessite l'outil de part et d'autre

de la denture. La figure illustre L limitation d';lcœssibihé d'U1:te fraise-mere sur un arbre pnmaire de

..
une (j eSCl.1ptwn ,
PlU:, . , "J ' 3 l ,..., 1 l' .
d.etMlce (jC ce Ui·Cl sera ralle Clans e C 1:1pmT suivant.

XV111
F'igure J~,,5 : 'Principe du tailiap.;c à la fr~Üf:e-tnere,

X1X
Annexe H : Technique de finition

Tout d'abord, il faut distinguer les techniques de finition avant traitement thermique (rasage) et
les techniques de finition après traitement thermique (rectification, rodage, skiving, etc.).
L'industrie automobile utilise quasiment exclusivement la technique de shaving, sauf lorsque les
déformations ne sont pas suffisamment maîtrisées.

Remarque : la technique de rodage est parfois utilisée en complément de la rectification pour


limiter les problèmes d'acoustique.

.. R\SAGE ou SHAVING

La shaving est une méthode d'usinage par enlèvement de copeaux sur les flancs de dents des
engrenages (surépaisseur de 0.03 à 0.05 mm), C'est une technique d'usinage par copeau 'gratté'
qui s'apparente au travail de l'alésoir monobloc. Il permet d'améliorer la forme et l'état de
surface, ainsi que d'atténuer le battement et j'erreur de division. Des classes de précision de
l'ordre de 5 à 6 sont atteintes. Celles-ci deviennent des classes 7 à 8 après Je traitement
thermique.

A li cours de l'usinage, la pièce est entrainée par Je couteau sans synchronisation par la machine.

Le couteau et la pièce ont un angle d'hélice, et forment un engrenage à axes croisés. Le rasage est
basé sur une propriété de ce type d'engrenage: le glissement longitudinal. 11 faut déplacer le
point de croisement des axes par un mouvement longitudinal ou transversal de la pièce par
rapport au couteau sur toute la largeur de la denture ou bien corriger l'outil afin d'obtenir une
épaisseur uniforme de la dent.

La géométrie des dentures après rasage devra tenir compte des déformations de traitement
thermique.. valeurs et sens des déformations étant obtenus après une série d'essais.

C'est un procédé très simple et très performant. Son seul inconvénient est de ne pas s'appliquer
après traitement thermique. Il ne peut donc pas s'appliquer lorsque les dispersions de déformation
sont trop importantes,

xx
-"""-- . ._ .....,..:-::.:::~"-),
: <. ~:.n~; ik ~h..~~;"f~?fZ
·~ m N m• •~ ••'"~••• J
~
G .)

,:""

Figure B.I : Principe d'une opération de shaving

.. RECTIFIe/\.nON

C'est une opération de finition des dentures qui s'effectue après traitement thermique et qui
permet de rattraper les déformations dues au traitement thermique. La rectification permet
d'appliquer les corrections de denture demandées au plan. La surépaisseur enlevée est très
supérieure à la surépaisseur enlevée en shaving : environ 0.1 mm par flanc, ce qui autorise de
récupérer des déformations importantes. Par voie de conséquence, il est nécessaire d'appliquer
des profondeurs supérieures de traitement thermique.

Figure B.~± : Rectification de dentures à la meule-mère

XXJ
Plusieurs procédés existent:

~ Par meule-mère, principe identique au taillage par fraise-mère, l'outil est une meule de grand
diamètre. C'est le procédé le plus courant et le plus productif";
'# Par meule-assiette, le travail est effectué Hanc par flanc, comme en taillage par crémaillère.
Cette technique est réservée à la rectification de dentures de très petites séries dans des
géométries spéciales;
}- Par meule-module, principe identique au fraisage il la fraise-module. Cette technique a
retrouvé de l'intérêt en production de moyenne série depuis J'apparition de meules c-RN à

liant métallique qui suppriment le dressage des meules et accroissent la qualité des surfaces
obtenues.

La technique de rectification par meule-mère est de loin la technique la plus répandue. Ses limites
techniques sont liées aJ'utilisation d'outils de grands diamètres pour obtenir les vitesses de coupe
suffisantes. Il faut donc de l'espace autour de la denture à rectifier. Le principal inconvénient de
la rectification est son investissement initial, son entretien, ainsi que son prix de revient très

élevé.

Remargue : Certaines méthodes de rectification nécessitent une opération supplémentaire de


honing pour effacer des défauts de surface très gênants du point de vue acoustique,

.. RODAGE m; HONING :

C'est une opération de finition après traitement thermique. La qualité obtenue est intermédiaire
entre le rasage et la rectification. L'outil comporte une denture intérieure qui engrène à axes
croisés avec Je pignon à usiner. Comme pour le rasage, la surépaisseur est faible, de l'ordre de
0.02 il 0.04 mm. II n'est. donc pas possible de rattraper des défauts trop importants. Ce procédé
peut s'utiliser seul, en alternative à la rectification, ou en complément de celle-ci pour améliorer
les défauts de surface, nuisibles à l'acoustique.

XXH
Figun~ 8.3 : Principe du rodage de dentures

" TAILLAGE DUR av SKIVING :

Les techniques de skiving sont au nombre de deux. Elles sont une émanation directe des procédés
de taillage par fraise-mère et par outil-pignon, L'idée de ces techniques est de générer des
dentures en laissant une surépaisseur de 0.2 à 0.3 mm à l'issue de la phase d'ébauche.

Le ski ving 'fraise-mère' utilise des fraises-mères en carbure brasé avec une coupe très négative
permettant d'accepter des efforts ct des pressions locales de coupe très importants (figure 1·15).
Cette technique reste encore marginale car elle ne permet pas d'obtenir les qualités de surfaces
compatibles avec les critères acoustiques spécifiés, même si la macro-géométrie est de classe 6.
Cette technique peut être mise en oeuvre pour des opérations de taillage grossier dans des
sociétés qui ne veulent pas investir dans une rectifieuse, mais qui possède déjà une tailleuse
performante (haute rigidité, absence de jeux, etc.). Ce procédé pourrait cependant se développer
dans la perspective de la suppression des lubrifiants sur les lignes de production de pignons

xxiii
(taxation des produits pétroliers), car, en association avec le rodage à sec, il permet de concilier
une bonne macro et micro-géométrie. Le skiving 'outil-pignon' présente une particularité par
rapport au taillage par outil-pignon. En effet, l'outil ne possède pas de mouvement alterné et il
engrène à axe croisé avec la denture à tailler. Cela provoque un glissement latéral important qui
génère les copeaux.

]<'jgUrt~S BA : Fraise-mère de skiving

xxiv
Annexe C : INDUSTRIALISATION DES DENTURES:

Les stratégies d'industrialisation des dentures sont directement liées à la cadence de production,
ainsi qu'à la classe de précision spécifiée pour l'application, Nous présentons ici les principales
applications des engrenages avec les classes de précision associées selon la norme lSn 1328.
(Remarque: La classe l implique une précision telle que les techniques actuelles ne permettent
pas de la réaliser).

Comme cela a déjà été précisé, l'automobile, et notamment les boites de vitesses manuelles
constituent 80 % de la production de roues dentées. A paramètres géométriques et matériaux.
constants, les stratégies développées par les fabricants de boites de vitesses dépendent des critères
suivants:

~ Prix de revient des dentures finies ;

:~, Précision macro et micro-géométrique;

J;;- Acoustique des engrenages en fonctionnement.

Classes de tolérance des principales applications des engrenages (source Sandvik).

.---------------"
ti li:'.l~Li t'"n
l-l0!ll<üne d'"
........ '-'~~-''~-~----"""""''''''._
C 1 au~",
.... _-----------;
A-_ ' - - . -...........,...--.,.....,..-oy-~-;-~m.~m~"r-~.r--_ ..
, ~ ~_ .. +..2._.~....~-.-- j -l $ ,
"' 9 10 II ~
E~:i;:ër;(~~i;~;N~~~ .w~'-t--ll'-~'~_·~,,·'·_··r···::"'·,~::-:·o;·; .:-·;··t::::::t=-:··::·,-:;t..:~.::..: ::•.~.:.-::-=l ~ ..'.~ '"'"' '.'.' '.'.' ~.
ur'~:H{f1r·~·

~~!~:~:~~~~====~~:~::~ I-_..__
- .........
~=~+._.- ~~~~~:~j~:~·~·:::::.::::~~t=7.~:~·.: ..':~~ :.-.:.:. :.=~:
-
_ :::: -=
.AI}T;.;i;:~····~···········,,·····

".:~~~=:-;- re<kdniqu$_~~. __Ef1sÛI:~~


...... ,,~~~_· T"''''· "'''''_.'
l~-.-,
r

-····-···I---:~·
_ --,.

.: : : : :. :=-_: : : : : :. ::::::-::':':==. ::=:- :::::::::: ::::::::::


-----',," -----.. ~

,,,",,,tOC,"I';; et CMlliC;'l:"l l -~ - - - "'.., -f----1


~~$ ~ i
..
L(·;~;:;i:Ùfryëa"ë"t'"·~,·iit·ii~··~;;l~~1.f;·r ,1t~···fi'i)(~r:ro:r;- .. _..~~-~. ,~~.~~. -~t·······- _·····..f·········· .._-_ - 0'-
M,.'<téd .. l$ f0:n-oY.iail"!>1l rotlillnt$
·~~~~f;,:·::a::I;~~~:;~.T~· . · · . ·.- . - - . . . ·- · . - · · · .- .- - . j
----------t'-....--- ···.. ····l··.. ·'··r
1 1
1
: :=.~.=.- ,'=:::::'

H,{s,<.:hi.n:t.''':'j. p(JU~: l ~ .~w.1u:::1tt""·j~ ~.tt~ ~'.,;H'/..~t~~".h<)f..'O(·: i f

lAW.1n()~r~ l ~
·~:a·:~~;[:'~Sr'··s"i;'.:-.~.;t~f ",~.' cfildH"Ù1";;'~d,T"jT4;ji----"""--'" ....... f.', - . . . . - . - - , _. . . ~- . ._ . -- '~_'_', ~.-- - .. . . ._ . . -- NA _ _

• ~ .....~~ - ~""Jinil 1> i.lIll l<l h.,,,, 1--4'---+-- .~~_... ~~

~l(:hj fllHI ,~ v,ll'm.u wm,w, f


'Sii.,iÙI;<>S tM'-t.i .,>$> ---l--;---~--+--
,~~~fi:~;;;.:-~:~;::::~s;;'-;:t~,i~"i ;::{;';-~;;;rT"W · · .._·--1-.. :... . .- . "~.,•.,-, ., ~" . I_'. ..~~~._._-__._. ._ ,.,._.,.,., ,',',',",,',',',',' - .
·~;j·t;:;;·i··;,;;;:,·Sfi);;'i:···;.s·,ï'-~rêê<fëa·· ..·· , ......-- --+--"[:' ,..--.' "- -- --- i ------- --
~):"::~hiF(J:~
Hl'{'y.mn; d(! (.<:im'f:nt.e.ri~ ~: !',.:"

~~~hinfH~ f'):;ttH: 1 ~ i.ndu~ts.i-0 ~: .


d", boi", ~t cte la ~~te a papl~~

.._. _.~ .... C l~s:~~e n(~t'~ ).~na~t't ispp.1 iqué~;~s


);.- .. -------r.:L~!:l$&t; uniqu{>m,n't "Ulü,él>ll t'laa,. ("ut,<llf>1l (~'~$ i:r,l.!ciauy.

xxv
Les critères n'étant pas fixés au même niveau en fonction du segment de marché du véhicule, les
stratégies d'industrialisation associées peuvent donc varier de façon significative. Certains
fabricants privilégient le coût de production aux questions d'acoustique, el préfèrent neutraliser
les bruits par des éléments d'isolation externe, alors que d'autres privilégient la limitation des
bruits à la source. D'autres éléments d'ordre psychologique interviennent également dans les
choix d'industrialisation, car les mécaniciens passionnés se laissent parfois dépasser par leurs
volontés de fabriquer des dentures de haute précision (au delà du cahier des charges) au détriment
des coûts. Cette si tuation a tendance il. s'estomper avec le poids des critères de COÙl qui devient de
plus en plus important, et qui oblige les hommes 'méthode' fi remettre à plat leurs préjugés et
leurs envies.

Ainsi, il apparaît deux grandes familles de stratégies comme le montre la figure. Une première
stratégie consiste à finir géométriquement les dentures à l' etat recuit, puis à faire le traitement de
durcissement associé. Cette stratégie implique d'anticiper les déformations éventuelles lors de la
phase d'usinage. La classe de tolérance visée est de l'ordre de 7 fi 8,

Comparaison de deux s!ratégies d'industrialisation des dentures.

-•...... ".

V
·Finitinn~l€$.dètlh1l'~$

XXV)
P.F.E. de Abdoulaye FaU, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

Une deuxième stratégie consiste à ébaucher les dentures à l'état recuit, et à calibrer la géométrie à
l'issue du traitement thermique. Il paraît clair que la deuxième stratégie permet d'obtenir une
classe de précision bien supérieure à la première (jusqu'à classe 3), alors que la première stratégie
permet d'obtenir des dentures avec des coûts de production notablement réduits. D'un point de
vue caricatural, il est possible de dire que l'industrie automobile a opté pour la première solution.

xxvii
P.F.E. de Abdoulaye FaU, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

Annexe D : Equations du fichier pièce: taillage de denture


o l "Rp@Esquisses roue" = ("module@Données denture""'''Z nbre de dents@Données denture")l2
o 2 "Dt@EsquÏ5ses roue" = "module@Donnéesdenture""'("Z nbre de dents@Données denture"+2"'''déport X+l@Données denture"-2)
o 3 "Da@Esquisses roue" = "Dt@Esquisses roue"+2"'''module@Données denture"
o 4 "Dminiprofil actif@Esquissesroue" = "Dt@Esquissesroue"-2"'''module@Données denture"
o 5 "DF@Esquisses roue" = "Dt@Esquisses roue"-2.S"'''module@Données denture"
o 6 "angle p c@Esquisses roue" = 360/("Z nbre de dents@Données denture""'''Nb de coups par dent@Esquissesroue")
o 7 "Avance p c@Esquisses roue" = "Rp@Esquisses roue"'" ("angle p c@Esquisses roue""'pi/lBO)
o B "b@brut à tailler" = B"'''module@Données denture"
o 9 "raccord R@EsquisseO" = "R raccord/module@Données denture""'''module@EsquisseD''
o 10 "EO@EsquisseD" = (pi"'''module@EsquisseO'')/2
o 11 "haD@EsquisseD" = "module@EsquisseO"
o 12 "hFD@EsquisseD" = 1.2S"'''module@EsquisseD''
o 13 "hfp@EsquisseD" = "module@EsquÎsseD""'(2.2S-"déport X+l@EsquisseD")
o 14 "pas@EsquisseO" =pi"'''module@EsquisseD''
o 15 "Rp@EsquisseO" = ("module@EsquisseO""'''Z Nbre de dents@EsquisseO")/2
I~ 16 "posit crem@EsquisseO" =O.l"'pi"'''module@EsquisseO''
o 17 "a init@développante théorique" = "p init@développante théorique"
o lB "Rb@développante théorique" = "Rp@EsquisseD"'" cos("Angle de pression@EsquisseO""'pi/180)
o 19 "aO@développante théorique" = "tO@développante théorique"
o 20 "ecart pt@développante théorique" = (("Da@Esquisses roue"IZ)-"Rb@développante théorique")/6
o 21 "rl@développante théorique" = "Rb@développantethéorique"+"ecart pt@développante théorique"
o 22 "al@développante théorique" = "tl@développante théorique"
o 23 "r2@développante théorique" = "Rb@développante théorique"+"ecart pt@développante théorique""'Z
o 24 "aZ@développante théorique" = "t2@développante théorique"
o 25 "r3@développante théorique" = "Rb@développante théorique"+"ecart pt@développante théorique""'3
o 26 "a3@développante théorique" = "t3@développante théorique"
~ 27 "r4@développante théorique" = "Rb@développante théorique"+"ecart pt@développantethéorique""'4
o 28 "a4@développante théorique" = "t4@développante théorique"
o 29 "rS@développante théorique" = "Rb@développantethéorique"+"ecart pt@développante théorique.....S
o 30 "a5@développante théorique" = "t5@développante théorique"
o 31 "r6@développantethéorique" = "Rb@développantethéorique"+"ecart pt@développante théorique .....6
o 32 "a6@développante théorique" = "t6@développante théorique"
o 33 "s/2@développante théorique" ="module@EsquisseO""'((pi/4)+("déport X+l@EsquisseO"-l)"'tan("Angle de pression@EsquisseO.....pi/lBD»
o 34 "raccord R@Esquissel" = "raccord R@EsquisseD"
o 35 "EO@Esquissel" ="EO@EsquisseO"
o 36 "haO@Esquissel" ="haO@EsquisseO"
o 37 "hfD@Esquissel" = "hfD@EsquisseO"

xxviii
P.F.E. de Abdoulaye Fan, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Électromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

~ 37 "hFCI@Esquissel " = "hFCI@EsquisseCl"


~ 38 "hFp@Esquissel" = "hFp@EsquisseCl"
~ 39 "pas@Esquissel " ="pas@EsquisseCl"
~ 4C1 "Rp@Esquissel " ="Rp@EsquisseO"
~ 41 "D2@Esquissel" = "angle p c@Esquisses roue"
~ 42 "posit crem@Esquissel" = "posit crem@EsquisseO"+"Avance p c@Esquisses roue"
~ 43 "raccord R@Esquisse2" = "raccord R@EsquisseO"
~ 44 "EO@Esquisse2" ="EO@EsquisseO"
~ 45 "haO@Esquisse2" ="haO@EsquisseO"
~ 46 "hfO@Esquisse2" = "hFO@EsquisseO"
~ 47 "hFp@EsquisseZ" = "hFp@EsquisseO"
~ 48 "pas@Esquisse2" ="pas@EsquisseO"
~ 49 "Rp@Esquisse2" ="Rp@EsquisseO"
~ 50 "D2@Esquisse2"= "angle p c@Esquisses roue""2
~ 51 "posit crem@EsquisseZ" = "posit crem@EsquisseO" + "Avance p c@Esquisses roue""Z
~ 52 "raccord R@EsquisseJ" = "raccord R@EsquisseO"
~ 53 "EO@Esquisse3" ="EO@EsquisseO"
~ 54 "haO@Esquisse3" ="haCl@EsquisseO"
o 55 "hFCI@EsquisseJ" = "hFO@EsquÎsseCl"
~ 56 "hfp@Esquisse3"= "hfp@EsquisseQ"
~ 57 "pas@Esquisse3" ="paS@EsquisseO"
~ 58 "Rp@Esquisse3" ="Rp@EsquisseO"
~ 59 "D2@Esquisse3" = "angle p c@Esquisses roue"'"3
~ 6Q "posit crem@Esquisse3" = "posit crem@EsquisseO" + "Avance p c@Esquisses roue"'"3
~ 61 "raccord R@Esquisse4" = "raccord R@EsquisseO"
~ 62 "EO@Esquisse'l" ="EO@EsquisseO"
~ 63 "haO@Esquisse'l" ="haO@EsquisseO"
~ 6'1 "hfO@Esquisse'l"= "hfO@EsquisseO"
~ 65 "hfp@Esquisse'l" = "hfp@EsquisseQ"
~ 66 "pas@Esquisse'l" ="pas@EsquisseO"
~ 67 "Rp@Esquisse'l"="Rp@EsquisseO"
~ 68 "D2@Esquisse'l"= "angle p c@Esquisses roue"'"'1
~ 69 "posit crem@Esquisse'l"= "posit crem@EsquisseO" + "Avance p c@Esqui5ses roue"'"4
~ 70 "raccord R@Esquisse5" = "raccord R@EsquisseO"
~ 71 "EO@Esquisse5" ="EO@EsquisseO"
~ 72 "haO@Esquisse5" ="haO@EsquisseO"
~ 73 "hfO@Esquisse5" = "hfO@EsquisseO"
~ 7'1 "hfp@Esquisse5"= "hfp@EsquisseO"
~ 75 "pas@Esquisse5" ="pas@EsquisseO"
~ 76 "Rp@Esquisse5" ="Rp@EsquisseO"
~ 77 "D2@Esquisse5" = "angle p c@Esquisses roue"'"S
~ 78 "posit crem@EsquisseS" = "posit crem@EsquisseO" + "Avance p c@Esquisses roue"'"5
~ 79 "raccord R@Esquisse6" = "raccord R@EsquisseO"
~ 80 "EO@Esquisse6" ="EO@EsquisseO"
~ 81 "haO@Esquisse6" ="haO@EsquisseO"
~ 82 "hfO@Esquisse6" = "hfO@EsquisseO"
~ 83 "hfp@Esquisse6" = "hfp@EsquisseO"
~ 8'1 "pas@Esquisse6"="pas@EsquisseO"
~ 85 "Rp@Esquisse6" ="Rp@EsquisseO"
~ 86 "D2@Esquisse6" = "angle p c@Esquisses roue"'"6
~ 87 "posit crem@Esquisse6" = "posit crem@EsquisseO" + "Avance p c@Esquisses roue"'"6
~ 88 "raccord R@Esqulsse7" = "raccord R@EsquisseO"
~ 89 "EO@Esquisse7" ="EO@EsquisseO"
~ 90 "haO@Esquisse7" ="haO@EsquisseQ"
~ 91 "hfO@Esquisse7" = "hfO@EsquisseO"

XXIX
P.F.E. de Abdoulaye FaU, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

~ 92 "hFp@Esquisse7" = "hFp@EsquisseO"
~ 93 "pas@Esquisse7" ="pas@EsquisseO"
I~ 94 "Rp@Esquisse7" ="Rp@EsquisseO"
I~ 95 "D2@Esquisse7" = "angle p c@Esquissesroue'''"7
~ 96 "posit crem@Esquisse7" = "posit crem@EsquisseO" + "Avancep c@Esquisses roue""7
~ 97 "raccordR@EsquisseB" = "raccordR@EsquisseO"
~ 9B "EO@EsquisseB" ="EO@EsquisseO"
~ 99 "haO@EsquisseB" ="haO@EsquisseO"
~ 100 "hFO@EsquisseB" = "hFO@EsquisseO"
~ lOI "hFp@EsquisseB" = "hFp@EsquisseO"
~ 102 "pas@EsquisseB" ="pas@EsquisseO"
~ 103 "Rp@EsquisseB" ="Rp@EsquisseO"
~ 104 "D2@EsquisseB" = "angle p c@Esquisses roue""B
~ lOS "posit crem@EsquisseB" = "posit crem@EsquisseO" + "Avance p c@Esquisses roue""B
~ 106 "raccordR@Esquisse9" = "raccord R@EsquisseO"
~ 107 "EO@Esquisse9" ="EO@EsquisseO"
~ lOB "haO@Esquisse9" ="haO@EsquisseO"
~ 109 "hFO@Esquisse9" = "hFO@EsquisseO"
~ 110 "hFp@Esquisse9" = "hFp@EsquisseO"
~ III "pas@Esquisse9" ="pas@EsquisseO"
~ 112 "Rp@Esquisse9" ="Rp@EsquisseO"
~ 113 "D2@Esquisse9" = "angle p c@Esquisses roue"'"9
I~ 11'1 "posit crem@Esquisse9" = "posit crem@EsquisseO" + "Avance p c@Esquisses roue"'"9
I~ 115 "raccord R@EsqulsseIO" = "raccord R@EsquisseO"
~ 116 "EO@EsquisseIO" ="EO@EsquisseO"
o 117 "haO@EsquisseIO"="haO@EsquisseO"
~ liB "hfO@EsquisseIO" = "hFO@EsquisseO"
I~ 119 "hFp@EsquisseIO" = "hFp@EsquisseD"
I~ 120 "pas@EsquisseIO" ="pas@EsquisseO"

xxx
P.F.E. de Abdoulaye Fall, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

~ 121 "Rp@EsquisseIO" ="Rp@EsquisseO"


~ 122 "D2@Esquissel0" = "anglep c@Esquisses roue"" 10
~ 123 "posit crem@EsquisseIO" = "posit crem@EsquisseO" + "Avance p c@Esquisses roue""IO
o 12'1 "raccordR@Esquissell" = "raccord R@EsquisseO"
~ 125 "EO@Esquissell" ="EO@EsquisseO"
o 126 "haO@Esquissell" ="haO@EsquisseO"
~ 127 "hfO@Esquissell" = "hfO@EsquisseO"
o 12B "hfp@Esquissell" = "hfp@EsquisseO"
~ 129 "pas@Esquissell"="pas@EsquisseO"
~ 130 "Rp@Esquis5ell"="Rp@EsquisseO"
o 131 "D2@Esquissell" = "anglep c@Esquissesroue""11
o 132 "posit crem@Esquissell"= "posit crem@EsquisseO" + "Avancep c@Esquisses roue"" 11
o 133 "raccordR@EsquisseI2" = "raccordR@EsquisseO"
~ 13'1 "EO@EsquisseI2" ="EO@EsquisseO"
~ 135 "haO@EsqlisseI2" ="haO@EsquisseO"
~ 136 "hfO@EsquisseI2" = "hfO@EsquisseO"
~ 137 "hfp@EsquisseI2" = "hfp@EsquisseO"
o 138 "pas@Esquissel2" ="pas@EsquisseO"
o 139 "Rp@EsquisseI2" ="Rp@EsquisseO"
o l'ID "D2@EsquisseI2" = "angle p c@Esquisses roue""12
o l'II "positcrem@EsquisseI2" = "posit crem@EsquisseO" + "Avancep c@Esquisses roue"" 12
~ 1'12 "raccord R@EsquisseI3" = "raccordR@EsquisseO"
~ 1'13 "EO@EsquisseI3" ="EO@EsquisseO"
o IH "haO@EsquisseI3" ="haO@EsquisseO"
~ 1'15 "hfO@EsquisseI1' = "hfO@EsquisseO"
o 1'16 "hfp@EsquisseI3" = "hfp@EsquisseO"
~ 1'17 "pas@EsquisseI3" ="pas@EsquisseO"
o l'lB "Rp@EsquisseI3" ="Rp@EsquisseO"
o 1'19 "D2@EsquisseI3" = "anglep c@Esquisses roue""13
~ 150 "posit crem@EsquisseI3" = "posit crem@EsquisseO" + "Avancep c@Esquisses roue""13
~ 151 "raccord R@Esquissel'l" = "raccordR@EsquisseO"
~ 152 "EO@Esquissel'l" ="EO@EsquisseO"
o 153 "haO@Esquissel'1" ="haO@EsquisseO"
o 15'1 "hfO@Esquissel'l" = "hfO@EsquisseO"
o 155 "hfp@Esquissel'l"= "hfp@EsquisseO"
o 156 "pas@Esquissel'l" ="pas@EsquisseO"
I~ 157 "Rp@Esquissel'l" ="Rp@EsquisseO"
~ 156 "D2@Esquissel'l"="anglepc@Esquissesroue""I'I
o 159 "posit crem@Esquissel'l" = "posit crem@EsquisseO" + "Avance p c@Esquisses roue"" 1'1
o 160 "raccordR@EsquisseI5" = "raccordR@EsquisseO"
~ 161 "EO@EsquisseI5" ="EO@EsquisseO"
~ 162 "haO@EsquisseI5" ="haO@EsquisseO"
~ 163 "hfO@EsquisseI5" = "hfO@EsquisseO"
~ 16'1 "hfp@EsquisseI5" = "hfp@EsquisseO"
o 165 "pas@EsquisseI5" ="pas@EsquisseO"
o 166 "Rp@EsquisseI5" ="Rp@EsquisseO"
o 167 "D2@EsquisseI5" = "angle p c@Esquisses roue""15
o 16B "posit crem@EsquisseI5" = "posit crem@EsquisseO" + "Avancep c@Esquisses roue"" 15
o 169 "raccordR@EsquisseI6" = "raccordR@EsquisseO"
o 170 "EO@EsquisseI6" ="EO@EsquisseO"
o 171 "haO@EsquisseI6" ="hao@EsquisseO"
~ 172 "hfO@EsquisseI6" = "hfO@EsquisseO"
o 173 "hfp@EsquisseI6" = "hfp@EsquisseO"
o 17'1 "pas@EsquisseI6" ="pas@EsquisseO"
o 175 "Rp@EsquisseI6" ="Rp@EsquisseO"
o 176 "D2@EsquisseI6" = "anglep c@Esquisses roue"" 16
~ 177 "posit crem@EsqulsseI6" = "posit crem@EsquisseO" + "Avancep c@Esquisses roue""16
o 176 "raccordR@EsquisseI7" = "raccordR@EsquisseO"
o 179 "EO@EsquisseI7" ="EO@EsquisseO"
~ IBO "haO@EsquisseI7" ="haO@EsquisseO"

XXXI
P.F.E. de Abdoulaye FalI, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

~ lB2 "hfp@EsQuisse17" = "hfp@EsQuisseO"


~ lB3 "pas@Esquisse17" ="pas@EsQuisseO"
~ lB4 "Rp@EsQuisse17" ="Rp@EsQuisseO"
~ lB5 "D2@EsQuisse17" = "angle p c@EsQuissesrcue""17
~ lB6 "pcsit crem@EsQuisse17" = "pcsit crem@EsquisseO" + "Avance p c@EsQuisses roue""17
~ lB7 "raccord R@EsQuisselB" = "raccord R@EsQuisseO"
I~ lBB "EO@EsQuisselB"="EO@EsQuisseO"
~ lB9 "haO@EsquisselB" ="haO@EsquisseO"
~ 190 "hfO@EsQuisseIB" = "hfO@EsquisseO"
~ 191 "hfp@EsQuisselB" = "hfp@EsquisseO"
~ 192 "pas@EsquisselB"="pas@EsquisseO"
~ 193 "Rp@EsquisselB"="Rp@EsquisseO"
~ 194 "D2@EsquisseIB"="anglepc@Esquissesroue""lB
~ 195 "posit crem@EsquisselB"= "posit crem@EsquisseO"+ "Avance p c@Esquissesroue""lB
~ 196 "raccord R@EsquisseI9"="raccordR@EsquisseO"
~ 197 "EO@EsquisseI9"="EO@EsquisseO"
~ 19B "haD@Esquisse19"="haO@EsquisseO"
~ 199 "hfO@Esquisse19" = "hfO@EsquisseO"
~ 200 "hfp@Esquissel9" = "hfp@EsquisseO"
~ 201 "pasl!!lEsquisse19" ="pas@EsquisseO"
o 202 "Rp@Esquisse19"="Rp@EsquisseO"
~ 203 "D2@EsquisseI9"= "angle p c@Esquissesroue""19
~ 204 "posit crem@Esquisse19" = "posit crem@EsquisseO" + "Avance p c@Esquisses roue""19
~ 205 "raccord R@Esquisse20" = "raccord R@EsquisseO"
~ 206 "EO@Esquisse20" ="EO@EsquisseO"
~ 207 "haO@Esquisse20" ="haO@EsquisseO"
~ 20B "hfO@Esquisse20" = "hfO@EsquisseO"
~ 209 "hfp@Esquisse20" = "hfp@EsQuisseO"
~ 210 "pas@Esquisse20"="pas@EsquisseO"
~ 211 "Rp@Esquisse20" ="Rp@EsquisseO"
~ 212 "D2@Esquisse20" = "angle p c@Esquisses roue""20
~ 213 "posit crem@Esquisse20" = "posit crem@EsquisseO" + "Avance p c@Esquisses roue""20
~ 214 "raccord R@Esquisse21" = "raccord R@EsquisseO"
~ 215 "EO@Esquisse21"="EO@EsquisseO"
~ 216 "haO@Esquisse21"="haO@EsquisseO"
~ 217 "hfO@Esquisse21 " = "hfO@EsquisseO"
~ 21B "hfp@Esquisse21" = "hfp@EsquisseO"
o 219 "pas@Esquisse21"="pas@EsquisseO"
~ 220 "Rp@Esquisse21"="Rp@EsquisseD"
~ 221 "D2@Esquisse21" = "angle p c@Esquisses roue""21
~ 222 "posit crem@Esquisse21" = "posit crem@EsquisseD" + "Avance p c@Esquisses roue""21
~ 223 "raccord R@Esquisse22" = "raccord R@EsquisseO"

xxxii
P.F.E. de Abdoulaye Fall, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Électromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

~ 224 "EO@Esquisse22" ="EO@EsquisseO"


~ 225 "haO@Esquisse22" ="haO@EsquisseO"
~ 226 "hfO@Esquisse22" = "hfO@EsquisseO"
~ 227 "hfp@Esquisse22" = "hfp@EsquisseO"
~ 228 "pas@Esquisse22" ="pas@EsquisseO"
~ 229 "Rp@Esquisse22" ="Rp@EsquisseO"
~ 230 "D2@Esquisse22" = "angle p c@Esquisses roue""22
~ 231 "posit crem@Esquisse22" = "posit crem@EsquisseO" + "Avance p c@Esquisses roue""22
~ 232 "raccordR@Esquisse23" = "raccord R@EsquisseO"
~ 233 "EO@Esquisse23" ="EO@EsQuisseO"
~ 234 "hall@Esquisse23" ="haO@EsquisseO"
~ 235 "hfO@Esquisse23" = "hfO@EsquisseO"
~ 236 "hfp@Esquisse23" = "hfp@EsquisseO"
~ 237 "pas@Esquisse23" ="pas@EsquisseO"
~ 238 "Rp@Esquisse23" ="Rp@EsquisseO"
~ 239 "D2@Esquisse23" = "angle p c@Esquisses roue""23
~ 240 "posit crem@Esquisse23" = "posit crem@EsquisseO" + "Avance p c@Esquisses roue""23
~ 241 "raccordR@Esquisse24" = "raccord R@EsquisseO"
~ 242 "EO@Esquisse24" ="EO@EsquisseO"
~ 243 "haO@Esquisse24" ="haO@EsquisseO"
~ 244 "hfO@Esquisse24" = "hfO@EsqulsseO"
~ 245 "hfp@Esquisse24" = "hfp@EsquisseO"
~ 246 "pas@Esquisse24" ="pas@EsquisseO"
~ 247 "Rp@Esquisse24" ="Rp@EsquisseO"
~ 248 "D2@Esquisse24" = "angle p c@Esquisses roue""24
~ 249 "posit crem@Esquisse24" = "posit crem@EsquisseO" + "Avancep c@Esquisses roue""24
~ 250 "raccord R@Esqulsse25" = "raccordR@EsquisseO"
~ 251 "EO@Esquisse25" ="EO@EsquisseO"
~ 252 "haO@Esquisse25" ="haO@EsquisseO"

XXXlll
P.F.E. de Abdoulaye FaU, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

o 253 "hfO@Esquisse25" = "hfO@EsquisseO"


o 25'1 "hfp@Esquisse25" = "hFp@EsquisseO"
~ 255 "pas@Esquisse25" ="pas@EsquisseO"
~ 256 "Rp@Esquisse25" ="Rp@EsquisseO"
o 257 "D2@Esquisse25" = "angle p c@Esquisses roue"·25
o 258 "posit crem@Esquisse25" = "posit crem@EsquisseO" + "Avance p c@Esquisses roue"·25
o 259 "raccord R@Esquisse26" = "raccord R@EsquisseO"
o 260 "EO@Esquisse26" ="EO@EsquisseO"
o 261 "haO@Esquisse26" ="haO@EsquisseO"
o 262 "hfO@Esquisse26" = "hFD@EsquisseO"
o 263 "hfp@Esquisse26" = "hFp@EsquisseD"
o 26'1 "pas@Esquisse26" ="pas@EsquisseO"
o 265 "Rp@Esquisse26" ="Rp@EsquisseO"
o 266 "D2@Esquisse26" = "angle p c@Esquisses roue"·26
o 267 "posit crem@Esquisse26" = "posit crem@EsquisseO" + "Avance p c@Esquisses roue"·26
o 268 "raccord R@Esquisse27" = "raccord R@EsquisseD"
o 269 "EO@Esquisse27" ="EO@EsquisseO"
o 270 "haD@Esquisse27" ="haO@EsquisseO"
o 271 "hfD@Esquisse27" = "hFD@EsquisseO"
o 272 "hfp@Esquisse27" = "hFp@EsquisseO"
o 273 "pas@EsQuisse27" ="pas@EsquisseO"
o 27'1 "Rp@Esquisse27" ="Rp@EsquisseO"
o 275 "D2@Esquisse27" = "angle p c@Esquisses roue"·27
o 276 "posit crem@Esquisse27" = "posit crem@EsquisseO" + "Avance p c@Esquisses roue"·27
o 277 "raccord R@Esquisse28" = "raccord R@Esquis5eO"
o 278 "EO@Esquisse28" ="EO@EsquisseO"
~ 279 "haO@Esquisse28" ="haO@EsquisseO"
~ 280 "hfO@Esquisse28" = "hFO@EsquisseO"
o 281 "hfp@Esquisse28" = "hFp@EsquisseO"
o 2B2 "pas@Esquisse28" ="pas@EsquisseO"
o 283 "Rp@Esquisse28" ="Rp@EsquisseO"
o 28'1 "D2@Esquisse28" = "angle p c@Esquisses roue"·2B
o 285 "posit crem@Esquisse28" = "posit crem@EsquisseO" + "Avance p c@Esquisses roue"·28
o 286 "raccord R@Esquisse29" = "raccord R@EsquisseO"
o 287 "EO@Esquisse29" ="EO@EsquisseO"
o 288 "haO@Esquisse29" ="haD@EsquisseO"
o 289 "hFO@Esquisse29" = "hfO@EsquisseO"

XXXIV
P.F.E. de Abdoulaye Fall, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

290 "hFp@Esquisse29" = "hFp@EsquisseO"


291 "pas@Esquisse29" ="pas@EsquisseO"
292 "Rp@Esquisse29" ="Rp@EsquisseO"
293 "D2@Esquisse29" = "angle p c@Esquisses roue"*29
29'1 "posit crem@Esquisse29" = "posit crem@EsquisseO" + "Avancep c@Esquisses roue"*29
295 "raccordR@Esquisse30" = "raccord R@EsquisseO"
296 "EO@Esquisse30" ="EO@EsquisseO"
297 "haC@Esquisse3C" ="haO@EsquisseO"
29B "hFO@Esquisse30" = "hFO@EsquisseO"
299 "hFp@Esquisse30" = "hFp@EsquisseO"
300 "pas@Esquisse30" ="pas@EsquisseO"
301 "Rp@Esquisse30" ="Rp@EsquisseC"
302 "D2@Esquisse30" = "angle p c@Esquisses roue"*30
303 "posit crem@Esquisse30" = "posit crem@EsquisseO" + "Avance p c@Esquisses roue"*30
30'1 "raccordR@Esquisse31" = "raccord R@EsquisseO"
305 "EO@Esquisse31"="EO@EsquisseO"
306 "haO@Esquisse31" ="haO@EsqUÎsseO"
307 "hFO@Esquisse31" = "hFO@EsquisseO"
30B "hFp@Esquisse31" = "hFp@EsquisseO"
309 "pas@Esquisse31" ="pas@EsquisseO"
310 "Rp@Esquisse31" ="Rp@EsquisseO"
311 "D2@Esquisse31"= "angle p c@Esquissesroue"*31
312 "posit crem@Esquisse31" = "posit crem@EsquisseO" + "Avance p c@Esquisses roue"*31
313 "raccordR@Esquisse32" = "raccord R@EsquisseO"
314 "EO@Esquisse32" ="EO@EsquisseO"
315 "haO@Esquisse32" ="haO@EsquisseO"
316 "hFO@Esquisse32" = "hFO@EsquisseO"
317 "hFp@Esquisse32" = "hFp@EsquisseO"
316 "pas@Esquisse32" ="pas@EsquisseO"

xxxv
P.F.E. de Abdoulaye FaU, Diplôme d'Ingénieur de Conception, Génie Electromécanique. E.S.P. centre de Thiès.

o 3t9 "Rp@Esquisse32" ="Rp@EsquisseO"


o 320 "D2@Esquisse32" = "angle p c@Esquisses roue""'32
o 321 "posit crem@Esquisse32" = "posit crem@EsquisseO" + "Avance p c@Esquisses roue""'32
o 322 "raccordR@Esqulsse33" = "raccordR@EsquisseO"
o 323 "EO@EsQuisse33" ="EO@EsquisseO"
o 32'1 "haO@Esquisse33" ="haO@EsquisseO"
o 325 "hfD@Esquisse33" = "hfD@EsquisseO"
o 326 "hfp@Esquisse33" = "hfp@EsquisseO"
o 327 "pas@Esquisse33" ="pas@EsquisseO"
o 326 "Rp@Esqulsse33" ="Rp@EsquisseO"
o 329 "D2@EsquÎsse33" = "angle p c@Esquisses roue""'33
o 330 "posit crem@Esquisse33" = "posit crem@EsquisseO" + "Avance p c@Esquisses roue""'33
o 33t "raccordR@Esquisse3'1" = "raccord R@EsquisseO"
o 332 "EO@Esquisse3'1" ="EO@EsquisseO"
o 333 "haO@Esquisse3'1" ="haO@EsquisseO"
o 33'1 "hfO@Esquisse3'1" = "hfO@EsquisseO"
o 335 "hfp@Esquisse3'1" = "hfp@EsquisseO"
o 336 "pas@Esquisse3'1" ="pas@EsquisseO"
o 337 "Rp@Esquisse3'1" ="Rp@EsquisseO"
o 336 "D2@Esquisse3'1" = "angle p c@Esquisses roue""'3'1
o 339 "posit crem@Esqulsse3'1" = "posit crem@EsquisseO" + "Avancep c@Esquisses roue""'3'1
o 3'10 "raccordR@Esquisse35" = "raccord R@EsquisseO"
o 3'11 "EO@Esquisse35" ="EO@EsquisseO"
o 3'12 "haO@Esquisse35" ="haO@EsquisseO"
o 3'13 "hfO@Esquisse35" = "hfD@EsquisseO"
o 3'1'1 "hfp@Esquisse35" = "hfp@EsquisseO"
o 3'15 "pas@Esquisse35" ="pas@EsquisseO"
o 3'16 "Rp@Esquisse35" ="Rp@EsquisseO"
o 3'17 "D2@Esquisse35" = "angle p c@Esquisses roue""'35
o 3'1B "posit crem@Esquisse35" = "posit crem@EsquisseO" + "Avance p c@Esquisses roue""'35
o 3'19 "raccordR@Esquisse36" = "raccord R@EsquisseO"
o 350 "EO@Esquisse36" ="EO@EsquisseO"
o 351 "haO@Esquisse36" ="haO@EsquisseO"
o 352 "hfO@Esquisse36" = "hfO@EsquisseO"
o 353 "hfp@Esqulsse36" = "hfp@Esquissell"
o 35'1 "pas@Esquisse36" ="pas@EsquisseD"
o 355 "Rp@Esquisse36" ="Rp@EsquisseO"
o 356 "D2@Esquisse36" = "anglep c@Esquisses roue""'36
o 357 "positcrem@Esquisse36" = "posit crem@EsquisseO" + "Avance p c@Esquisses roue""'36
o 356 "raccordR@Esquisse37" = "raccordR@EsquisseO"
o 359 "EO@Esquisse37" ="EO@EsquisseO"
o 360 "haO@Esquisse37" ="haO@EsquisseO"
o 361 "hfO@Esquisse37" = "hfO@EsquisseO"
o 362 "hfp@EsQUÎsse37" = "hfp@EsquisseO"
o 363 "pas@Esquisse37" ="pas@EsquisseO"
o 36'1 "Rp@Esquisse37" ="Rp@EsquisseO"
o 365 "D2@Esquisse37" = "anglep c@Esquisses roue""'37
o 366 "positcrem@Esquisse37" = "positcrem@EsquisseO" + "Avance p c@Esquisses roue""'37
o 367 "Angle de pression"
o 366 "module"
o 369 "déport X+l"
~ 370 "Z nbre de dents"

xxxvi

Vous aimerez peut-être aussi