Vous êtes sur la page 1sur 36

Béton précontraint

Support de cours

Figure 1 : pont de l'ile de Ré

Année : 2019-2020

Master 2 CCI

Enseignant : Pierre AYMERIC

1
Le présent cours a pour objet de vous introduire au calcul de structure en béton précontraint. Nous
allons aborder ici les fondamentaux de ce matériau composite. Ce support de cours vous sera
nécessaire afin d’aborder les séances de projet du module.

Introduction ........................................................................................................................................... 4
I/ Intérêt de la précontraintes ............................................................................................................ 4
II/ Principales méthodes de précontrainte ......................................................................................... 7
La méthode par pré-tension ........................................................................................................... 7
Précontrainte par post-tension ...................................................................................................... 8
Base des dispositions réglementaires .................................................................................................. 10
I/ ELS................................................................................................................................................. 10
Combinaisons rares ...................................................................................................................... 10
Combinaisons fréquentes ............................................................................................................. 10
Combinaisons quasi-permanentes ............................................................................................... 11
II/ Etats limites Ultimes (ELU) ........................................................................................................... 11
Equilibre d’ensemble .................................................................................................................... 11
Equilibre du câble ......................................................................................................................... 11
Equilibre du béton ........................................................................................................................ 12
Méthode interne ...................................................................................................................... 12
Méthode directe....................................................................................................................... 13
Exemple : .................................................................................................................................. 13
Dimensionnement des structures isostatiques .................................................................................... 15
I/ Notations ...................................................................................................................................... 15
Caractéristiques géométriques..................................................................................................... 15
Les sollicitations ........................................................................................................................... 16
Les contraintes ............................................................................................................................. 16
II/ Respect des contraintes limites ................................................................................................... 17
Rappel : Centre de pression.......................................................................................................... 17
Calcul de la contrainte .................................................................................................................. 17
Noyau central ............................................................................................................................... 18
Noyaux limites .............................................................................................................................. 19
Noyau de passage du câble .......................................................................................................... 20
III/ Relations de dimensionnement .................................................................................................. 21
Conditions sur le béton ................................................................................................................ 21
Condition sur la précontrainte ..................................................................................................... 21
Condition d’enrobage ................................................................................................................... 22
Notion de section critique ............................................................................................................ 22

2
Section sous-critique ................................................................................................................ 22
Section sur-critique .................................................................................................................. 23
Probleme sans solution ............................................................................................................ 23
Détermination du type de section ............................................................................................ 23
Précontrainte à l’origine 𝑃0 ..................................................................................................... 24
Vérifications rapides ..................................................................................................................... 24
Les pertes de précontraintes ................................................................................................................ 25
I/ Pertes instantanées ...................................................................................................................... 25
Pertes par frottement .................................................................................................................. 25
Frottement par courbure ......................................................................................................... 25
Frottement rectiligne ............................................................................................................... 27
Frottement cumulé .................................................................................................................. 27
Pertes par recul d’ancrage ............................................................................................................ 28
Pertes dues aux déformations instantanées du béton ................................................................. 29
Pertes instantanées globales ........................................................................................................ 30
II/ Pertes différées ............................................................................................................................ 31
Justification d’une structure précontrainte .......................................................................................... 32
I/ Sections à prendre en compte ...................................................................................................... 32
Section brute ................................................................................................................................ 32
Section nette ................................................................................................................................ 32
Section homogénéisée ................................................................................................................. 32
II/ Justification des contraintes dans la section à l’ELS ..................................................................... 32
Justification des contraintes normales ......................................................................................... 32
Ferraillage passif longitudinaux .................................................................................................... 32

3
Introduction
Nous allons introduire ici l’ensemble des notions nécessaires à la compréhension de l’intérêt et du
fonctionnement du BP

I/ Intérêt de la précontraintes

Pour le BA et le BP, il est nécessaire de rappeler que le béton est un matériau fortement anisotrope.
𝑓𝑐
𝑓𝑡 ~
10
Cette forte anisotropie génère une faiblesse du matériau en traction et donc en fibre inférieure pour
une flexion positive. Pour contrer cette faiblesse, le béton armé a été développé afin d’augmenter la
résistance en traction du matériau en incorporant des armatures en acier, un matériau très résistant
en traction. Cependant, le BA possède les inconvénients suivants :

- Forts problèmes de corrosion des aciers (problème de durabilité). Cette corrosion a pour
conséquence d’entrainer des pertes de capacité portante ainsi que des défauts esthétique
(coulures, écaillement, fissuration)
- Le béton tendu est fissuré. Le béton tendu ne transmet aucune contrainte, il ne participe pas
non plus à l’inertie, c’est donc un poids mort important.

Rappel : Schéma de calcul à la rupture => fissuration obligatoire

Rappel : estimation de l’inertie fissurée

𝑏ℎ3
𝐼𝑒𝑙𝑎𝑠𝑡𝑖𝑞𝑢𝑒 =
12
ℎ 𝑏 ℎ 3
ℎ𝑛𝑜𝑛 𝑓𝑖𝑠𝑠𝑢𝑟é ∶ ℎ′~ => 𝐼𝑓𝑖𝑠𝑠𝑢𝑟é = ( )
4 12 4
La fissuration possède un impact très important car celle-ci réduit fortement
l’inertie (divisée par 64) et donc la rigidité de la poutre en flexion.

4
De plus il existe une forte limitation au béton armé, c’est son poids propre excessif. Il n’est pas
utilisable au-delà d’une portée maximum de 20m

Pour améliorer le BA, il est alors nécessaire d’empêcher la fissuration, il faut donc empêcher
l’apparition de toute traction

Définition :

Précontrainte une structure, c’est la soumettre avant l’application de toute charge d’exploitation à
un système d’effort qui, combiné à toutes les autres charges, ne générera aucune fissure.

Les premiers ponts en BP datent du début des années 60. De 1926 (date de la création de la
précontrainte) à 1960, les progrès métallurgiques permettent d’obtenir des aciers à très haute
résistances et très basse relaxicité.

Exemple d’application :

Poutre isostatique en flexion

Nous allons étudier 2 cas :

- Système de précontrainte centrée


- Système de précontrainte excentrée

Dans les 2 cas :

- Calculer l’effort F nécessaire pour éviter la fissuration


- Calculer et tracer l’état de contrainte de compression finale

Cas 1 :
𝐹𝑝 𝐹𝑝
𝑃𝑟é𝑐𝑜𝑛𝑡𝑟𝑎𝑖𝑛𝑡𝑒 𝐹𝑝 ∶ 𝜎𝑝 = =
𝑆 𝑏ℎ
𝑝𝑙2
𝑀=
8

𝑀∗
𝜎𝑠 = −𝜎𝑖 = 2
𝐼

5
On obtient alors :

𝐹𝑝 = 𝜎𝑠 𝑏ℎ

Cas 2 :

On peut déplacer l’effort excentré dans la fibre neutre de la poutre. Pour cela, on utilise le Principe
de Saint-Venant. Le déplacement de l’effort génère cependant un moment en fibre neutre.

On peut alors calculer la force de précontrainte nécessaire pour n’obtenir aucune fissuration :

𝐹𝑝 𝐹𝑝 𝑒𝑝 (2)
𝜎𝑖 + + =0
𝑏ℎ 𝐼
2
=> 𝐹𝑝 = 𝑏ℎ𝜎𝑠
5
On obtient donc comme contrainte de compression :
4
𝜎𝑠,𝑓𝑖𝑛𝑎𝑙 = 𝑏ℎ𝜎𝑠
5

6
Conclusion : dans le second cas, 𝐹𝑝 est plus faible pour un état de compression maximale final plus
bas. L’excentricité est donc avantageuse. On va donc définir la précontrainte comme étant un couple
effort et excentricité.

On cherchera toujours l’excentricité la plus élevée, fournissant un effort de précontrainte minimal.

Analyse de structure BP/BA

➔ Pas de fissuration : comportement élastique linéaire, calcul de RDM classique et donc calcul à
l’ELS
➔ Aspects temporels très important : les chargements sont appliqués par phases successives. En
BA, on ne considère que les combinaisons enveloppes alors qu’en BP, il est nécessaire de
prendre en compte le déroulement temporel de la vie de l’ouvrage lors du dimensionnement.
➔ Très souvent, les phases transitoires (de chantiers) sont plus défavorables qu’en exploitation.
Le choix du BP peut donc remettre en cause le projet de construction (phasage)
➔ Du fait de la précontrainte, les matériaux subissent un état de contrainte permanent -> fluage
et relaxation
➔ Lois de comportement visqueuse (dépendance au temps) à intégrer de manière fine dans le
calcul de précontrainte.

II/ Principales méthodes de précontrainte


La méthode par pré-tension
Un câble d’acier est tendu préalablement au coulage du béton

On procède à la préfabrication des éléments en les coulant dans le banc de précontrainte. On laisse
ensuite durcir le béton puis, une fois que celui-ci atteint un seuil de résistance minimal, on relâche les
efforts dans les moules

L’effort de traction du câble est transmis par adhérence au béton. Les conditions d’adhérence entre
l’acier et le béton sont donc primordiales.

- Les câbles doivent être rectilignes et les formes ne peuvent donc pas être complexes
- La dimension des éléments est limitée à 15/20m à cause des contraintes du transport.

Le comportement aux abouts est particulier, il apparait une zone de régularisation des contraintes.
Le béton travail alors en cisaillement. Il est donc nécessaire de mettre en place des armatures
transversales passives pour reprendre le cisaillement.

7
La précontrainte par pré-tension est un process industriel. Il est utilisé pour de la fabrication en usine
afin d’obtenir une bonne régularité, un meilleur contrôle ainsi que des fabrications des éléments en
série. La prise du béton est accélérée par chauffage afin d’augmenter les cadences.

Précontrainte par post-tension


Principe : Le câble de précontrainte exerce un effort de compression sur le béton vis une plaque
d’appui à chaque extrémité lors de la mise en tension. Cela a pour conséquence :

- Raccourcissement du béton lors de la mise en tension


- Allongement du câble lors de la mise en tension

Il y a donc l’apparition de mouvements relatifs entre les matériaux.

Les différentes étapes de la réalisation d’un élément précontraint par post-tension sont :

- Coffrage et mise en place des armatures passives et des gaines de passage des câbles de
précontrainte
- Coulage et durcissement du béton. On préfèrera utiliser un béton à prise rapide de haute
résistance afin d’obtenir des bonnes caractéristiques mécaniques à court terme (2-3 jours)
- Mise en place des câbles au sein des gaines dans le béton. L’objectif est de réduire au
maximum le frottement afin de ne pas gêner la mise en place du câble.
- Mise en tension par des vérins
- Blocage des câbles sur la plaque d’ancrage par clavetage
- Injection dans la gaine d’un coulis de ciment pour protéger le câble de la corrosion.

8
Le process ainsi que les matériaux sont brevetés et dépendent de normes industrielles. Les
principales entreprises qui pratiquent la précontraintes sont VSL (Bouygues) ainsi que Freyssinet.

Un procédé de précontrainte breveté inclus à la fois les câbles, les plaques d’ancrage, les vérins de
tension, les procédés d’injection ainsi que les gaines. Tous ces éléments font l’objet d’une
documentation technique.

Afin d’avoir un pompage optimal, les caractéristiques du coulis en termes de pompabilité sur
plusieurs dizaines de mètres sont essentielles. Le câble devient alors solidaire de la gaine et protégé.
L’acier de celui-ci participe alors à la reprise de l’effort tranchant.

Dans certains ouvrages, les câbles peuvent être apparents et donc non injectés. Ceux si sont alors
accessible pour la maintenance.

Armatures de précontrainte :

L’unité des armatures de précontrainte est le câble. Celui-ci est composé de X torons. Ceux-ci sont un
enroulement hélicoïdal de fils d’acier d’acier (7)

- T15 : 150mm² de surface


- T13 : 100mm² de surface

Dénomination des câbles : xT15, le x correspond au nombre de torons.

La raideur du câble en flexion est négligeable contrairement aux barres de précontraintes.

9
Base des dispositions réglementaires

Comme pour le béton armé, le béton précontraint est régi par l’EC2 (anciennement appelé BPEL91).

➔ Le calcul se fait majoritairement aux ELS. En effet, le béton précontraint est régi par une loi de
comportement en élasticité linéaire.

I/ ELS
Les ELS assurent la durabilité de la structure car il n’y a aucune ouverture de fissure, vecteur
d’apparition des pathologies du béton.

Combinaisons rares
𝐶𝑜𝑚𝑏𝑖𝑛𝑎𝑖𝑠𝑜𝑛 𝑟𝑎𝑟𝑒 ∶ 𝑆 (𝑃𝑘 + 𝐺𝑚𝑎𝑥 + 𝐺𝑚𝑖𝑛 + 𝑄1 + ∑ 𝜓0𝑖 𝑄𝑖 )

Avec :

• 𝐺𝑚𝑎𝑥 = ensemble des charges permanentes défavorables


• 𝐺𝑚𝑖𝑛 = ensemble des charges permanentes favorables
• 𝑄1 = charge variable de base
• 𝑄𝑖 = autres charges variables
• 𝜓0𝑖 = coefficient de combinaison obtenu statistiquement
• 𝑃𝑘 = précontrainte caractéristique (k=1 ou 2)
➔ 𝑃1 = précontrainte maxi : 𝑃1 = 1.02𝑃0 − 0.8∆𝑃(𝑥, 𝑡)
➔ 𝑃2 = précontrainte min : 𝑃1 = 0.98𝑃0 − 1.2∆𝑃(𝑥, 𝑡)

Avec :

• 𝑃0 = précontrainte à l’origine à t=0 et x=0


• ∆𝑃(𝑥, 𝑡)= pertes de précontraintes

En construction : Il existe un risque majeur qui est l’excès de précontrainte. En effet, les charges
variables sont la plupart du temps absentes (pas de charge de circulation, d’exploitations…). On
utilise donc la valeur de 𝑷𝒎𝒂𝒙

En service : En service, les charges variables sont présentes, le cas le plus défavorable est un manque
de précontrainte. On effectue donc l’ensemble des calculs avec 𝑷𝒎𝒊𝒏

Combinaisons fréquentes
𝐶𝑜𝑚𝑏𝑖𝑛𝑎𝑖𝑠𝑜𝑛 𝑓𝑟é𝑞𝑢𝑒𝑛𝑡𝑒 ∶ 𝑆 (𝑃𝑘 + 𝐺𝑚𝑎𝑥 + 𝐺𝑚𝑖𝑛 + 𝜓11 𝑄1 + ∑ 𝜓2𝑖 𝑄𝑖 )

Avec :

• 𝜓11 𝑄1 : valeur fréquente de 𝑄𝑖


• 𝜓2𝑖 𝑄𝑖 : valeur quasi-permanentes des actions

10
Combinaisons quasi-permanentes
𝐶𝑜𝑚𝑏𝑖𝑛𝑎𝑖𝑠𝑜𝑛 𝑞𝑢𝑎𝑠𝑖 − 𝑝𝑒𝑟𝑚𝑎𝑛𝑒𝑛𝑡𝑒𝑠 ∶ 𝑆 (𝑃𝑘 + 𝐺𝑚𝑎𝑥 + 𝐺𝑚𝑖𝑛 + ∑ 𝜓2𝑖 𝑄𝑖 )

II/ Etats limites Ultimes (ELU)


Les ELU sont définis par la formule suivante :

𝑆 (𝑃𝑚 + 1.35𝐺𝑚𝑎𝑥 + 𝐺𝑚𝑖𝑛 + 1.5𝑄1 + ∑ 𝜓0𝑖 𝑄𝑖 )

Avec :

• 𝑃𝑚 = 𝑃0 − ∆𝑃 : valeur moyenne de la précontrainte

Equilibre d’ensemble
L’action du câble est directement équilibrée par la réaction du béton

𝐹𝑐𝑎𝑏𝑙𝑒 − 𝐹𝑏é𝑡𝑜𝑛 = 0
- La précontrainte est un effort interne
- Si la structure est isostatique, chaque réaction d’appuis de la structure est nulle (sous la seule
action de la précontrainte constituent un système nul)

Equilibre du câble
Afin de réaliser l’équilibre du câble, il est nécessaire de faire l’hypothèse suivante : la rigidité de
flexion (EI) est négligée.

- L’effort de traction tangent au câble est équilibré par l’action du béton sur le câble.
- Un effort 𝐹0 concentré appliqué en bout d’ouvrage
- Une action radiale centrifuge de densité F/r avec r le rayon de courbure du câble.
- Action répartie tangente au câble due au frottement (coef de frottement f) de densité f*F/r

11
Voici le schéma du câble est des efforts appliqués à celui-ci.

Démonstration :

Nous pouvons alors schématiser le câble de la manière suivante afin de caractériser la réaction du
béton. Si on isole un segment 𝑑𝛼 :

On peut alors calculer la réaction du béton sur le segment :


𝑑𝛼
𝑅𝑏é𝑡𝑜𝑛 = 2𝐹𝑠𝑖𝑛 ( )
2
𝑅𝑏é𝑡𝑜𝑛 ~ 𝐹𝑑𝛼
On peut donc obtenir la réaction répartie du béton :
𝐹𝑑𝛼 𝐹
𝑅𝑏é𝑡𝑜𝑛 𝑟é𝑝𝑎𝑟𝑡𝑖𝑒 = = (𝑓𝑜𝑟𝑐𝑒 𝑑𝑒 𝑐𝑜𝑚𝑝𝑟𝑒𝑠𝑠𝑖𝑜𝑛)
𝑟𝑑𝛼 𝑟

Equilibre du béton
Le béton est en équilibre sous les effets :

- Du câble
- De ses appuis

Les effets de la précontraintes peuvent être étudiés selon deux méthodes distinctes.

Méthode interne
Dans la méthode interne, l’effet de la précontrainte est pris en compte par sa résultante en chaque
section. Pour une structure iso, il n’y a pas de réaction d’appui car les efforts de précontrainte sont
équilibrés.

En chaque section S, un effet antagoniste au câble se développe dans le béton.

12
⃗ +𝐶 =0
Pour l’équilibre : 𝑇

➔ L’effet de la précontrainte
Effort normal = 𝐹𝑐𝑜𝑠(𝛼)~𝐹 (𝑎𝑣𝑒𝑐 𝐹 = |𝑇|)
Effort tranchant = −𝐹𝑠𝑖𝑛(𝛼) (aux appuis où 𝛼 est maximum)
Moment fléchissant = 𝐹𝑐𝑜𝑠(𝛼)𝑒0 ~𝐹𝑒0 au centre ou 𝑒0 est maximum

Ce sont les actions isostatiques de précontraintes.

Dans le cas de structures hyperstatiques précontraintes, les liaisons surabondantes empêchent la


libre déformation sous cette action isostatique. Il y a alors apparition de réactions hyperstatiques de
précontraintes.

Méthode directe
La présence du câble est prise en compte par toutes ses composantes aux ancrages ainsi que pour les
efforts répartis.

• Efforts concentrés aux ancrages

Si le câble est excentré et incliné

𝐹𝑐𝑜𝑠(𝛼1 )~𝐹 = 𝑁1

−𝐹𝑠𝑖𝑛(𝛼1 ) = 𝑉1

𝐹𝑐𝑜𝑠(𝛼1 )𝑒1 = 𝐹𝑒1 = 𝑀1

• Efforts répartis
𝐹
Effort radial centripète de densité =
𝑟
𝐹
Effort tangent de frottement = 𝑓 ∗
𝑟

Exemple :
Nous allons étudier un exemple simple : poutre à section (et donc inertie) constante.

Le câble de précontrainte est parabolique et symétrique.

13
Figure 2 : schématisation de la poutre

Objectif : calculer le moment fléchissant par la méthode directe et la méthode interne.

Méthode directe :

Figure 3 : Schématisation de la poutre précontrainte selon la méthode directe

Le câble est parabolique et la poutre est isostatique, il n’y a donc pas de réaction d’appui, c’est-à-
dire :
𝐹
2𝐹𝑠𝑖𝑛(𝛼) = 𝐿
𝑟
On suppose que l’on néglige le frottement f dans la gaine lors de la mise en tension, on peut alors
calculer le moment fléchissant en milieu de poutre :

𝐹𝑠𝑖𝑛(𝛼)𝐿 𝐹 𝐿 𝐿
𝑀 = 𝐹𝑒1 − + ∗ ∗
2 𝑟 2 4
𝐿 sin(𝛼) 𝐿 𝐿2
𝑀 ( ) = 𝐹 (𝑒1 − + )
2 2 8𝑟
𝑥2
𝑀(𝑥) = 𝐹 (𝑒1 − sin(𝛼) 𝑥 + )
{ 2𝑟

On a donc obtenu l’expression du moment de précontrainte en tout point de la poutre.

Méthode interne :

On rappel :

⃗ +𝐶 =0
𝑇
Pour pouvoir appliquer cette équation, il est évidemment nécessaire de connaitre la position du
câble quelle que soit l’abscisse choisie. On calcule donc e(x) : excentricité du câble.

𝑒(𝑥) = 𝑎𝑥 2 + 𝑏𝑥 + 𝑐

14
𝑒(0) = 0
𝑒 ′ (0) = − tan(𝛼1 ) ~ − sin (𝛼)
{
1
𝑒 ′′ (0) =
𝑟
Le moment fléchissant se calcule alors :

𝑀(𝑥) = 𝐹 ∗ 𝑒(𝑥)
Equivalence des méthodes interne/directe :

- Si on prend en compte le frottement, il faut utiliser :


𝑀(𝑥) = 𝐹(𝑥) ∗ 𝑒(𝑥)
- Si la structure est isostatique, la méthode interne fonction car il n’y a pas de réaction
d’appuis
- Si la structure est hyperstatique, il est nécessaire d’étudier la structure dans son ensemble
avec la schématisation équivalente de la méthode directe.

Dimensionnement des structures isostatiques


Nous allons aborder dans ce chapitre l’ensemble des règles concrètes qui vont vous permettre
d’effectuer des calculs de résistance et de dimensionnement sur des structures précontraintes et
isostatiques.

I/ Notations
Caractéristiques géométriques

Avec :

• d et d’ les zones d’enrobage.

On définit 𝜌 comme étant le rendement de la section. Celui-ci se calcule de la manière suivante :


𝐼
𝜌=
𝐵 ∗ 𝑣 ∗ 𝑣′
Avec :

15
• I : Moment d’inertie de la section
• B : aire de la section
• v et v’ : les bras de levier élastique

Pour une section rectangulaire de base b et de hauteur h, le rendement est égal à 1/3 ce qui est
médiocre. En béton précontraint on préfèrera des sections et T ou en I afin d’optimiser la répartition
des masses et des efforts.

Les sollicitations
On peut définir l’inéquation suivante :

0 ≤ 𝑀𝑚 ≤ 𝑀 ≤ 𝑀𝑀
Avec :

• 𝑀𝑚 : moment minimal, essentiellement sous poids propre


• 𝑀𝑀 : moment maximal = 𝑀𝑚 + 𝑀𝑞
• On définit alors : ∆𝑀 = 𝑀𝑀 − 𝑀𝑚

Usuellement on notera P la force de précontrainte, excentrée de 𝑒0 et toujours compté


algébriquement.

Les contraintes
En béton précontraint on considère que la compression est de signe positive, comme en béton armé.

Quel que soit l’abscisse y :

𝜎𝑚 ≤ 𝜎(𝑦) ≤ 𝜎𝑀
Avec :

• 𝜎𝑚 : limite en traction du béton


• 𝜎𝑀 : limite en compression du béton

Figure 4 : schématisation de l'état de contrainte sous moment maximum ou minimum

16
II/ Respect des contraintes limites
On travaille en contrainte contrairement au béton armé car l’ensemble des calculs se font dans le
domaine d’élasticité (et sans plastification ni fissuration).

Rappel : Centre de pression


Calcul d’un centre de pression

𝑀
𝑒 = 𝑒0 +
𝑃

Calcul de la contrainte

On rappelle :
𝑚∗𝑦
𝜎𝑓 (𝑦) =
𝐼
On peut donc réutiliser l’inégalité définie précédemment.

𝜎𝑚 ≤ 𝜎𝑁 + 𝜎𝑓 (𝑦) ≤ 𝜎𝑀

Or dans une section soumise à de la flexion composée, les contraintes maximales sont localisées dans
les fibres extrêmes :

17
𝑃 𝑣
𝑦 = 𝑣 → 𝜎𝑚 ≤ + (𝑀 + 𝑃 ∗ 𝑒0 ) ∗ ≤ 𝜎𝑀
{ 𝐵 𝐼
𝑃 𝑣′
𝑦 = 𝑣 ′ → 𝜎𝑚 ≤ − (𝑀 + 𝑃 ∗ 𝑒0 ) ∗ ≤ 𝜎𝑀
𝐵 𝐼

Noyau central
Pour établir les relations de dimensionnement (ou pré-dimensionnement), on est amené à regarder
le noyau central des sections considérées.

Définition Noyau Central :

Domaine à l’intérieur duquel on peut déplacer le centre de pression de la précontrainte sans


générer aucune traction dans la section si P > 0

Exemple :

Pour une poutre rectangulaire de base b et de hauteur h.

On impose :

𝜎𝑚 = 0

𝜎𝑀 = 𝑠𝑎𝑛𝑠 𝑙𝑖𝑚𝑖𝑡𝑒

Sur y :

𝑃 𝑃 ∗ 𝑒0 ∗ 2
𝜎𝑚 = 0 = −
𝐵 𝐼
1 6 ∗ 𝑒0
𝑃( − )=0
𝐵 𝑏 ∗ ℎ2
𝑏ℎ2 ℎ
𝑒0 = =
6𝐵 6
Sur x :
𝑏
𝑃 𝑃 ∗ 𝑒0 ∗ 2
𝜎𝑚 = 0 = −
𝐵 𝐼
1 6 ∗ 𝑒0
𝑃( − )=0
𝐵 ℎ ∗ 𝑏2
ℎ𝑏 2 𝑏
𝑒0 = =
6𝐵 6

18
[Date]

Quel que soit P, si le câble de précontrainte se trouve dans le noyau central, on s’assure qu’il n’y a
aucune traction dans la section.
𝑃 𝑣
+ (𝑀 + 𝑃 ∗ 𝑒0 ) ∗ ≥ 0
{𝐵 𝐼
𝑃 𝑣′
− (𝑀 + 𝑃 ∗ 𝑒0 ) ∗ ≥ 0
𝐵 𝐼
𝑀
Avec : 𝑒 = 𝑒0 +
𝑃

1 𝑒∗𝑣
𝑃( + )≥0
𝐵 𝐼
1 𝑒 ∗ 𝑣′
𝑃( − )≥0
{ 𝐵 𝐼

𝐼 𝐼
On note alors 𝑐 = 𝐵∗𝑣′ 𝑒𝑡 𝑐 ′ = 𝐵∗𝑣 d’où :

−𝑐′ ≤ 𝑒 ≤ 𝑐
On note aussi 𝑐 = 𝜌𝑣 et 𝑐 ′ = 𝜌𝑣 ′

Noyaux limites
Définition Noyau Limite :

Domaine à l’intérieur duquel on peut déplacer le centre de pression de la précontrainte sans que
les contraintes limites ne soient atteintes

1 𝑒∗𝑣
𝜎𝑚 ≤ 𝑃 ( + ) ≤ 𝜎𝑀 (𝑎)
𝐵 𝐼
1 𝑒 ∗ 𝑣′
𝜎𝑚 ≤ 𝑃 ( − ) ≤ 𝜎𝑀 (𝑏)
{ 𝐵 𝐼

19
[Date]

De (a) :
𝑃 𝐼 𝑃 𝐼
(𝜎𝑚 − ) ∗ ≤ 𝑒 ≤ (𝜎𝑀 − ) ∗
𝐵 𝑃∗𝑣 𝐵 𝑃∗𝑣
𝜎𝑚 ∗ 𝐼 𝜎𝑀 ∗ 𝐼
− 𝑐′ ≤ 𝑒 ≤ − 𝑐′
𝑃∗𝑣 𝑃∗𝑣
De (b) :
𝜎𝑀 ∗ 𝐼 𝜎𝑚 ∗ 𝐼
− ′ +𝑐 ≤ 𝑒 ≤− +𝑐
𝑃∗𝑣 𝑃 ∗ 𝑣′
Le noyau limite est alors donné par :

−𝑎′ ≤ 𝑒 ≤ 𝑎
𝜎𝑚 ∗ 𝐼 𝜎𝑀 ∗ 𝐼
−𝑎′ = 𝑠𝑢𝑝 { − 𝑐 ′; − + 𝑐}
𝑃∗𝑣 𝑃 ∗ 𝑣′
𝜎𝑀 ∗ 𝐼 𝜎𝑚 ∗ 𝐼
𝑎 = 𝑖𝑛𝑓 { − 𝑐′; − + 𝑐}
𝑃∗𝑣 𝑃 ∗ 𝑣′

L’ensemble des noyaux limites lorsqu’on se déplace le long de la fibre moyenne définissent le fuseau
limite.

Figure 5 : schématisation d'un fuseau

Noyau de passage du câble


On a :

−𝑎′ ≤ 𝑒 ≤ 𝑎
𝑀
𝑒= + 𝑒0
𝑃
M varie entre 𝑀𝑚 et 𝑀𝑀 , on se place dans le cas le plus restrictif afin d’obtenir le fuseau de passage
du câble. Le fuseau de passage du câble est le domaine géométrique admissible du câble permettant
de respecter toutes les contraintes.

20
[Date]
𝑀𝑚 𝑀𝑀
−𝑎′ − ≤ 𝑒0 ≤ 𝑎 −
𝑃 𝑃

III/ Relations de dimensionnement


Objectif : obtenir les conditions concernant les dimensions de la section de béton et des
caractéristiques de précontraintes

Conditions sur le béton


Pour pouvoir faire passer le câble de précontrainte, il est nécessaire d’obtenir l’ouverture du fuseau
de passage du câble.
𝑀𝑀 𝑀𝑚
𝑎− ≥ −𝑎′ −
𝑃 𝑃
𝜎𝑚 𝐼 𝑀𝑚 𝜎𝑀 𝐼 𝑀𝑀
− 𝑐′ − ≤𝑒≤ − 𝑐′ −
{ 𝑃𝑣 𝑃 𝑃𝑣 𝑃
𝜎𝑀 𝐼 𝑀𝑚 𝜎𝑚 𝐼 𝑀𝑀
− ′ +𝑐− ≤ 𝑒 ≤ − ′ +𝑐−
𝑃𝑣 𝑃 𝑃𝑣 𝑃
Après simplification :

𝐼 Δ𝑀 𝐼 Δ𝑀
≥ ≥
𝑣 Δ𝜎 𝑣′ Δ𝜎

Avec :

Δ𝑀 = 𝑀𝑀 − 𝑀𝑚 = 𝑀𝑞

Δ𝜎 = 𝜎𝑀 − 𝜎𝑚

Condition sur la précontrainte


Le noyau limite impose 2 inéquations à respecter pour l’excentrement de précontrainte e. Si le
fuseau limite existe, elles doivent avoir une zone commune :
𝜎𝑚 𝐼 𝑀𝑚 𝜎𝑀 𝐼 𝑀𝑀
− 𝑐′ − ≤𝑒≤ − 𝑐′ −
{ 𝑃𝑣 𝑃 𝑃𝑣 𝑃
𝜎𝑀 𝐼 𝑀𝑚 𝜎𝑚 𝐼 𝑀𝑀
− ′ +𝑐− ≤ 𝑒 ≤ − ′ +𝑐−
𝑃𝑣 𝑃 𝑃𝑣 𝑃
21
[Date]

On a :

ℎ = 𝑣 + 𝑣′
𝐼 𝑐 + 𝑐′
𝜌= =
𝐵𝑣𝑣 ′ ℎ

Δ𝑀 Δ𝑀
𝐵𝜎𝑚 + ≤ 𝑃 ≤ 𝐵𝜎𝑀 −
𝜌ℎ 𝜌ℎ

Remarque :

On a défini un domaine de variation de P et un domaine pour 𝑒0 . Dans les couples admissible (P,𝑒0 ),
on choisit toujours en isostatique celui qui possède la plus grande excentricité. L’effort de
précontrainte est donc plus faible. Le système de précontrainte est alors plus économique.

Condition d’enrobage

−𝑣 ′ + 𝑑 ′ ≤ 𝑒0 ≤ 𝑣 − 𝑑

Notion de section critique


On suppose toujours 𝑀𝑚 et 𝑀𝑀 >0

Section sous-critique
Une section est sous-critique si le fuseau de passage est intégralement compris dans les zones
d’enrobage.

Δ𝑀
𝑃 = 𝑃𝐼 = 𝜎𝑚 𝐵 +
𝜌ℎ
𝑀𝑚
𝑒𝑃𝐼 = −𝑎′ −
{ 𝑃𝐼

22
[Date]

Section sur-critique

On définit un nouveau fuseau de passage :


𝑀𝑀
−𝑣 ′ + 𝑑 ′ ≤ 𝑒0 ≤ 𝑎 −
𝑃
Les conditions d’ouvertures sont donc changées :
𝜎𝑚 𝐼 𝑀𝑀
−𝑣 ′ + 𝑑 ′ ≤ − ′
+𝐶−
𝑃𝑣 𝑃
𝜎𝑚 𝐼
+ 𝑀𝑀
𝑃 ≥ 𝑣′ = 𝑃𝐼𝐼
{ 𝑐 + 𝑣′ − 𝑑
𝑒𝑃𝐼𝐼 = −𝑣 ′ + 𝑑′

𝑃𝐼𝐼 est la précontrainte sur-critique.

Probleme sans solution

La section de béton est trop faible pour résister aux efforts auxquelles elle est soumise.

Détermination du type de section


On raisonne sur les couples (𝑃, 𝑒0 ). A la valeur sous-critique 𝑃𝐼 correspond 𝑒𝑃𝐼 (idem pour la valeur
sur-critique). On sait que P est d’autant plus grand que son excentricité associée est faible.

Si la section est sur-critique, |𝑒𝐼𝐼 | < |𝑒𝐼 | → 𝑃𝐼𝐼 > 𝑃𝐼

Si la section est sous-critique, |𝑒𝐼 | < |𝑒𝐼𝐼 | → 𝑃𝐼 > 𝑃𝐼𝐼

23
[Date]

On calcule donc 𝑃𝐼 et 𝑃𝐼𝐼 :

• Si 𝑃𝐼 > 𝑃𝐼𝐼 : section sous-critique


• Si 𝑃𝐼𝐼 > 𝑃𝐼 : section sur-critique

Précontrainte à l’origine 𝑃0
La précontrainte à l’origine 𝑃0 est la précontrainte à l’origine du temps et de l’espace. Une
précontrainte minimale doit être assurée partout dans l’ouvrage et à tout instant de la vie de celui-ci.
En service, à long terme, on sait que :

𝑃2 = 0.98𝑃0 − 1.2Δ𝑃
En première approximation, on peut considérer qu’à long terme :

Δ𝑃~25% 𝑑𝑒 𝑃0
D’où :

𝑃2 = 0.68𝑃0 > 𝑃𝑚𝑖𝑛 = 𝑆𝑢𝑝{𝑃𝐼 ; 𝑃𝐼𝐼 }


On peut donc en déduire le nombre minimal de câble supportant un effort 𝑝0 :

𝑆𝑢𝑝{𝑃𝐼 ; 𝑃𝐼𝐼 }
𝑛>
0.68𝑝0

Vérifications rapides
Les vérifications suivantes peuvent être effectuer rapidement afin de détecter une éventuelle erreur
ou incohérence.

On connait le nombre de câbles n mis en place. On calcul alors 𝑃1 et 𝑃2 .


𝑃 = 1.02𝑃0 − 0.8Δ𝑃 ; Δ𝑃 ~0.1𝑃0 𝑒𝑛 𝑐𝑜𝑛𝑠𝑡𝑟𝑢𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛
{ 1
𝑃2 = 0.98𝑃0 − 1.2Δ𝑃 ; Δ𝑃 ~0.25𝑃0 𝑒𝑛 𝑠𝑒𝑟𝑣𝑖𝑐𝑒
On vérifie à j jours (j ; jour de la mise en tension
𝑃1 (𝑃1 𝑒0 + 𝑀𝑚 )𝑣
+ ≥ 𝜎𝑚,𝑗
{𝐵 𝐼
𝑃1 (𝑃1 𝑒0 + 𝑀𝑚 )𝑣′
− ≤ 𝜎𝑀,𝑗
𝐵 𝐼
En service (à t infini)
𝑃2 (𝑃2 𝑒0 + 𝑀𝑀 )𝑣
+ ≤ 𝜎𝑀
{𝐵 𝐼
𝑃2 (𝑃2 𝑒0 + 𝑀𝑀 )𝑣′
− ≥ 𝜎𝑚
𝐵 𝐼

24
[Date]

Les pertes de précontraintes


Nous avons vu précédemment qu’il est nécessaire d’assurer une précontrainte minimale tout au long
de l’ouvrage et durant toute sa vie afin de ne pas engendrer de désordre ou de ruine de celui-ci. Il est
donc nécessaire de bien connaitre et de savoir caractériser les pertes de précontraintes engendrées
lors de la mise en tension de l’ouvrage ainsi que durant sa vie.

Il existe deux familles de pertes :

• Les pertes instantanées : elles représentent environ 10% de perte précontrainte en post-
tension et 15% en prétention. Elles sont dues :
- A la déformation instantanée du béton lors de la mise en tension de plusieurs câbles
- Au frottement entre le câble et la gaine
- Au recul des ancrages lors de la mise en tension.
• Les pertes différées : elles représentent 15% de perte de précontrainte en post-tension et 10%
en pré-tension. Elles sont dues :
- A la relaxation de l’acier
- Au fluage du béton
- Au retrait du béton :
❖ Au retrait endogène (de 8 à 10%). Son effet est rapide, de quelques heures à
quelques jours. Ce retrait représente une importante diminution de volume.
❖ Au retrait de dessication. C’est le retrait de séchage, lorsque l’eau s’échappe
des pores du matériau. C’est un retrait à très long terme, plusieurs dizaines
d’années

I/ Pertes instantanées
Elles apparaissent pendant la phase de mise en tension lors de la construction

Pertes par frottement


Lors de la mise en tension des câbles de précontrainte, le déplacement différentiel entre le câble et
la gaine sont gênés par les frottements dus à :

- La courbure du câble
- Les imperfections géométriques.

Frottement par courbure


Isolons un élément de câble dans un rayon de courbure r.

25
[Date]

Avec :

• P = force radiale répartie


• 𝜙 = force de frottement répartie
𝑃
𝑝=
𝑟
La réaction du béton se calcule par :
𝑃
𝑅= ∗ 𝑑𝑠
𝑟
Soit f le coefficient de frottement entre la gaine et le câble.
𝑃
(𝑃 + 𝑑𝑃) − 𝑃 = 𝑑𝑃 = −𝑓𝑅 = −𝑓 ∗ ∗ 𝑑𝑠
𝑟
𝑑𝑠
Or : 𝑑𝛼 =
𝑟

𝑑𝑃
= −𝑓𝑑𝛼
𝑃
En intégrant avec les conditions initiales : 𝑃(𝛼 = 0) = 𝑃0

𝑃 = 𝑃0∗ exp (−𝑓𝛼)


L’ordre de grandeur du coefficient de frottement est de :

0.15 ≤ 𝑓 ≤ 0.2𝑟𝑎𝑑 −1
Attention :

𝛼 est une variation angulaire de l’ancrage actif :

26
[Date]

Frottement rectiligne
Le frottement rectiligne est lié aux imperfections géométriques de la gaine. On assimile ces défauts à
une courbure équivalente 𝛼𝑑 /𝑚𝑙

Sur une longueur x :

𝑃 = 𝑃0∗exp (−𝑓 ∗ 𝛼𝑑 ∗ 𝑥)
On note souvent 𝜙 = 𝑓 ∗ 𝛼𝑑 . C’est une donnée constructeur, celle-ci est généralement comprise
entre

1.5 ∗ 10−7 ≤ 𝜙 ≤ 2 ∗ 10−7 /𝑚𝑙

Frottement cumulé

𝑃 = 𝑃0 ∗ exp[−𝑓 ∗ 𝛼 − 𝜙 ∗ 𝑥]
𝜙 𝑒𝑛 𝑟𝑎𝑑𝑖𝑎𝑛 𝑒𝑡 𝑥 𝑒𝑛 𝑚
La quantification des pertes se réalisent avec la formule suivante :

𝑃 = 𝑃0 [1 − exp[−𝑓 ∗ 𝛼 − 𝜙 ∗ 𝑥]]
Exemple pour une poutre à 1 câble actif :

27
[Date]

Pertes par recul d’ancrage


Le glissement du câble lors de sa détension avant le blocage par les clavettes et leur effet de coin.

Le glissement est plus ou moins important suivant les constructeurs. Celui-ci est généralement
compris entre :

1 ≤ 𝑔 ≤ 12𝑚𝑚

Lors du glissement, on observe un mouvement différentiel entre le câble et la gaine. Ce mouvement


est en réalité gêné par le frottement. Le frottement permet d’empêcher au câble de précontrainte de
se détendre sur une importante longueur.

La perte de précontrainte se rétablit au bout d’une longueur x.

28
[Date]

On cherche alors à calculer cette longueur X appelée longueur de rétablissement. La perte de


précontrainte sera alors calculée sur la longueur [0,X]
𝑋
1 𝑋 𝐴(𝑥)
𝑔 = ∫ ε(x)dx = ∫ σ(x)dx =
0 𝐸𝑝 0 𝐸𝑝

Or :

𝐴(𝑥) = (𝜎0 − 𝜎1 )𝑥
Or par le théorème de Thalès :

𝜎0 − 𝜎1 Δ𝜎𝑓 (𝐿1 )
=
𝑋 𝐿1
Δ𝜎𝑓 (𝐿1 )
𝐴(𝑥) = 𝑋 2 ∗
𝐿1

𝑔 ∗ 𝐸𝑝 ∗ 𝐿1
𝑋=√
Δ𝜎𝑓 (𝐿1 )
La perte de précontrainte par recul d’ancrage pour un 𝑥 ≤ 𝑋

Δ𝜎𝑗 = 𝜎0 − 𝜎(𝑥)

Pertes dues aux déformations instantanées du béton


Lors de la mise en tension successive de plusieurs câbles de précontraintes, on va comprimer le
béton ce qui va engendrer un raccourcissement de celui-ci et donc une perte de contrainte dans les
câbles précédemment tendus.

29
[Date]

Exemple : pour une poutre à 2 câbles, chacun tendus à P/2

Le raccourcissement dû à la mise en tension d’un câble se calcule avec :


Δ𝑙𝑏 𝜎𝑏 𝑃
= =
𝑙 𝐸𝑏 2 ∗ 𝐵 ∗ 𝐸𝑏
Avec :

• B : l’aire de la section
• 𝐸𝑏 : Le module instantané du béton à j jours (j = jour de la mise en tension)

La déformation lors de la mise en tension du second câble est égale à la déformation engendrée lors
de la mise en tension du premier câble.

D’où :

Δ𝑙𝑝 = Δ𝑙𝑏

Δ𝜎𝑝 𝑙 𝑃𝑙
=
𝐸𝑝 2𝐵𝐸𝑏

La chute de tension dans le premier câble est alors :

𝑃 𝐸𝑝
Δσp = ∗
2𝐵 𝐸𝑏
𝑃
On note 𝜎𝑏0 la contrainte dans le béton au niveau du câble : 𝜎𝑏0 =
𝐵

1 𝐸𝑝
→ Δ𝜎𝑝 = ∗ σ𝑏0 ∗
2 𝐸𝑏
Le second câble reprenant P/2 n’est pas affecté, la perte moyenne est donc :
1 𝐸𝑝
Δ𝜎𝑝,𝑖 = ∗ σ𝑏0 ∗
4 𝐸𝑏
Cette formule peut alors être généralisée par récurrence à n câbles :

𝑛−1 𝐸𝑝
Δ𝜎𝑝,𝑖 = ∗ σ𝑏0 ∗
2𝑛 𝐸𝑏

Pertes instantanées globales


On peut alors calculer les pertes instantanées globales comme étant :

Δ𝜎𝑖 (𝑥) = Δ𝜎𝑓 (𝑥) + Δ𝜎𝑔 (𝑥) + Δ𝜎𝑝𝑖 (𝑥)

30
[Date]

II/ Pertes différées


Les pertes différées font appel à des mécanismes complexes, multi-échelles en temps et en espace.
Ces mécanismes ne sont pas tous encore parfaitement connus et font toujours l’objet de sujet de
recherche. Retenez simplement :

- Pour les calculs de béton précontraint, il est nécessaire de se référer à l’EC2 qui
propose des formules empiriques établies expérimentalement pour les calculs
d’ouvrages
- Ces phénomènes complexes présentes une grande variabilité selon les conditions
extérieures

- Le retrait endogène est à température constante et sans séchage. Il a lieu car le


volume du ciment anhydre est inférieur au volume des hydrates. Il est donc dû à la
prise du béton
- Le retrait de dessication : échange d’eau avec le milieu extérieur
- Le fluage du béton est composé d’un fluage propre (mouvement d’eau : fluage à
court terme, mouvement dans les CSH : fluage à long terme) ainsi que d’un fluage de
dessication qui est dû à une dépression capillaire.
- La relaxation de l’acier a elle aussi des conséquences sur la précontrainte.

31
[Date]

Justification d’une structure précontrainte


Nous allons maintenant pouvoir nous intéresser aux différentes étapes nécessaires de la vérification
réglementaire d’une structure précontrainte.

I/ Sections à prendre en compte


Section brute
Section de béton dont les dimensions sont celles coffrées sans prendre en compte les vides du au
passage des gaines.

On se servira notamment de la section brute pour les calculs de la force de précontrainte, du poids
propre ainsi que des calculs de RDM et de rigidité

Section nette
Section de béton prenant en compte les vides dus au passage des gaines. Elle sert à la vérification des
contraintes ainsi qu’au calcul de l’effort tranchant lors de la mise en tension.

Section homogénéisée
Section prenant en compte l’acier et le béton à l’aide d’un coefficient d’homogénéisation. Elle sert à
la vérification des contraintes à long terme et en service.

II/ Justification des contraintes dans la section à l’ELS


Justification des contraintes normales
Il est nécessaire de toujours vérifier, tout au long de l’élément et pour tout jour j :

∀𝑦 → 𝜎𝑚 ≤ 𝜎𝑦 ≤ 𝜎𝑀

Ferraillage passif longitudinaux


Il est nécessaire de mettre en place plusieurs types de ferraillage :

• Ferraillage de peau : il permet d’éviter la fissuration due au séchage du béton.


• Ferraillage minimal : il permet de reprendre la traction du béton dans les zones tendues.

Justification des contraintes tangentes


Il est tout d’abord nécessaire de définir la contrainte tangentielle et de l’identifier.

L’effort tranchant est dû aux charges extérieures et à la précontrainte en fonction du tracé. On


rappelle que le tracé du câble s’inscrit toujours dans le fuseau de passage.

32
[Date]

Sur les appuis, le fuseau de passage est large et permet un choix :

• Une partie des câbles dont le centre de gravité des efforts (câble moyen) doit se situer
proche du centre de gravité pour limiter le moment et donc la rotation sur appui.
• Comme l’effort tranchant est maximal sur les appuis, on relève les câbles de précontraintes
sur les appuis afin de limiter l’effort tranchant.

Calcul de l’effort tranchant réduit :

𝑉𝑟𝑒𝑑 = 𝑉𝑒𝑥𝑡 − 𝑃 ∗ sin(𝛼)


Pour calculer l’angle de relevage optimal, il faut caractériser V. Celui-ci est compris entre :

𝑉𝑚 ≤ 𝑉 ≤ 𝑉𝑀
D’où :

𝑉𝑟𝑒𝑑,𝑚 = 𝑉𝑚 − 𝑃 ∗ sin(𝛼)
{
𝑉𝑟𝑒𝑑,𝑀 = 𝑉𝑀 − 𝑃 ∗ sin(𝛼)

On obtient donc l’angle optimal pour :

𝑉𝑟𝑒𝑑,𝑚 = −𝑉𝑅𝑑,𝑀𝑎𝑥
𝑉𝑅𝑑,𝑀𝑎𝑥 + 𝑉𝑚
𝛼 = arcsin ( )
𝑃
En pratique, les ancrages sont difficiles à réaliser car ils doivent respecter certaines conditions
géométriques, ces préconisations ne pourront pas toujours être appliquées.

33
[Date]

Exemple : Poutre à 4 câbles de précontraintes

Pour estimer la contrainte de cisaillement, on utiliser la formule de Jouravsky :

𝑉𝑟𝑑 𝑆(𝑦)
𝜏(𝑦) =
𝑏𝑛 (𝑦)𝐼
Avec :

• I : moment d’inertie
• S(y) : le moment statique au-dessus de y
• 𝑏𝑛 (𝑦) : la largeur nette (=largeur – trous des gaines)

La distribution des contraintes tangentielles est parabolique :

Comparons le béton précontraint au béton armé.

En béton armé :

Le moment maximal est au centre de la poutre. La contrainte normale maximale est alors elle aussi
maximum au centre de la poutre. Hors l’effort tranchant est nul la où le moment est maximal.

L’effort tranchant est maximal sur les appuis. On observe donc la contrainte de cisaillement
maximale. Le moment est lui nul, il n’y a donc pas d’interaction entre la contrainte normale et l’effort
tranchant.

Pour le béton précontraint, il y a une interaction entre effort normal et effort tranchant.

Traçons le cercle de Mohr pour le béton armé.

34
[Date]

0 𝜏
𝜎=[ ]
𝜏 0
𝜏 0
→ 𝜎𝑝𝑟𝑖𝑚 = [ ]
0 −𝜏

On rappelle que les fissures sont inclinées à 45° car sur le cercle d Mohr, l’angle entre la verticale et
la contrainte 𝜎𝐼 est de 90°. Il est intéressant de noter qu’une armature inclinée à 45° serait plus
performante (mais trop complexe à mettre en place).

En béton précontraint :

35
[Date]

Le cercle se translate vers 𝜎𝑛 > 0 (𝑐𝑜𝑚𝑝𝑟𝑒𝑠𝑠𝑖𝑜𝑛). On diminue alors la contrainte de traction et donc
le risque de fissuration.

→ 2𝜃 < 90° → 𝜃 < 45°


Les fissures sont donc plus inclinées par rapport à l’horizontal. Les armatures sont donc plus
efficaces.

L’interaction entre 𝜎𝑛 et 𝜏 entraine un comportement bi-dimensionnel du matériau.

Lors de la vérification des contraintes dans le béton, on va devoir vérifier 2 zones principales :

• A l’ELS on verifie la compression/cisaillement ainsi que la fissuration/traction


• A l’ELU, on calcule les armatures transversales exactement comme en BA

Attention :

La particularité du BP est que lors de la phase de construction et de la mise en tension des câbles de
précontraintes sans les chargements extérieurs, il existe un risque de fissuration opposé :

36

Vous aimerez peut-être aussi