Vous êtes sur la page 1sur 534

CENTRE DES CLASSES PRÉPARATOIRES

COURS DE PHYSIQUE

PCSI/MPSI/TSI

ÉLECTRONIQUE - MÉCANIQUE -OPTIQUE

THERMODYNAMIQUE- ÉLECTROMAGNÉTISME

SAID EL FILALI
PCSI-LYDEX

3 octobre 2018 Page -2- elfilalisaid@yahoo.fr


TABLE DES MATIÈRES

I ÉLECTRONIQUE 19
1 LOIS GÉNÉRALES DANS LE CADRE DE L’A.R.Q.P 21
1.1 INTRODUCTION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
1.2 Courant électrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
1.2.1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
1.2.2 Bilan de charges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
1.2.3 Loi des nœuds . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
1.3 Tension électrique, loi des mailles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
1.4 La puissance électromagnétique reçue par un dipôle . . . . . . . . . . . . . . 23
1.5 Caractère générateur et récepteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24

2 ÉLÉMENTS DE CIRCUITS LINÉAIRES EN RÉGIME CONTINU OU QUASI-PERMANEN


2.1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
2.2 Modélisation de dipoles passifs linéaires R, C et L . . . . . . . . . . . . . . . . 25
2.2.1 Le conducteur ohmique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
2.2.1.1 Modélisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
2.2.1.2 Association des conducteurs ohmiques . . . . . . . . . . . . . 26
2.2.1.3 Effet JOULE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
2.2.2 Le condensateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
2.2.2.1 Modélisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
2.2.2.2 Association des condensateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
2.2.2.3 Aspect énergétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
2.2.3 La bobine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
2.2.3.1 Modélisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
2.2.3.2 Aspect énergétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
2.3 Diviseurs de tension et de courant. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
2.3.1 Diviseurs de courant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
2.3.2 Diviseurs de tension . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
2.4 Modélisations linéaires d’un dipôle actif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
2.4.1 Générateur de courant (représentation de Norton) . . . . . . . . . . . 31
2.4.2 Générateur de tension (représentation de Thevenin) . . . . . . . . . . 31
2.4.3 Équivalence entre les deux modélisations . . . . . . . . . . . . . . . . 31
2.5 Sources libres. Sources liées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32

3
PCSI-LYDEX TABLE DES MATIÈRES

2.6 Théorème de Millman . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32

3 Régime transitoire 33
3.1 Cas du circuit (R-C) : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
3.1.1 Charge du condensateur (régime forcé) : . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
3.1.1.1 L’équation différentielle : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
3.1.1.2 Détermination expérimentale de la constante de temps τ: . . 34
3.1.1.2.1 La pente à l’origine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
3.1.1.2.2 la valeur de u(τ) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
3.1.1.2.3 Temps de montée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
3.1.1.3 Le portrait de phase : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
3.1.1.3.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
3.1.1.3.2 Représentation dans le plan de phase . . . . . . . . . 37
3.1.1.4 Aspect énergétique : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
3.1.2 Décharge du condensateur (régime libre) : . . . . . . . . . . . . . . . . 38
3.1.2.1 Équation différentielle et solution : . . . . . . . . . . . . . . . 38
3.1.2.2 L’équation de la trajectoire de phase : . . . . . . . . . . . . . . 38
3.2 Cas du circuit (R-L) : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
3.2.1 Régime forcé : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
3.2.1.1 L’équation différentielle et solution . . . . . . . . . . . . . . . 39
3.2.1.2 Portrait de phase . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
3.2.1.3 Aspect énergétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
3.2.2 Régime libre : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
3.3 Circuit (RLC) série : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
3.3.1 Régime libre : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
3.3.1.1 Régime apériodique ∆′ > 0 : . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
3.3.1.2 Régime critique ∆′ = 0 : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
3.3.1.3 Régime pseudopériodique ∆′ < 0 : . . . . . . . . . . . . . 47
3.3.2 Régime forcé : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51

4 Régime alternatif sinusoidal 57


4.1 Amplitude complexe ,Impedance et admittance complexes . . . . . . . . . . . 57
4.1.1 Amplitude complexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
4.1.2 Impédance complexe et admittance complexe : . . . . . . . . . . . . . 59
4.1.2.1 Définitions : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
4.1.2.2 Applications : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
4.1.2.2.1 Impédance d’un resistor . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
4.1.2.2.2 Impedance d’une bobine idéale . . . . . . . . . . . . . 60
4.1.2.2.3 Impedance d’un condensateur . . . . . . . . . . . . . 61
4.2 Étude du circuit RLC série en régime sinusoidal forcé . . . . . . . . . . . . . 61
4.2.1 Régime transitoire et régime permanent . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
4.2.2 Étude de l’impedance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
4.2.3 Résonance en tension aux bornes du condensateur (Charge) . . . . . 63
4.2.3.1 Équation différentielle et solution . . . . . . . . . . . . . . . . 63
4.2.3.2 Étude de l’amplitude Uc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
4.2.3.3 La bande passante à -3dB pour la charge . . . . . . . . . . . . 65
4.2.3.4 Étude du déphasage φ = ϕc − ϕe . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66

3 octobre 2018 Page -4- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX TABLE DES MATIÈRES

4.2.4 Résonance en intensité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67


4.2.4.1 Étude de l’amplitude Im . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
4.2.4.2 La bande passante à -3dB . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
4.2.4.3 Étude du déphasage ϕ = ϕi − ϕe . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
4.3 La puissance : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
4.3.1 Facteur de puissance : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
4.3.2 Adaptation d’impedance : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72

5 Diagrammes de BODE des filtres du premier et second ordre 73


5.1 Fonction de transfert . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
5.1.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
5.1.2 Exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
5.1.3 Lien entre la fonction de transfert et l’équation différentielle . . . . . 74
5.1.4 Diagrammes de BODE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
5.2 Filtrage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
5.2.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
5.2.2 Principaux types de filtres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
5.3 Filtres du premier ordre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
5.3.1 Filtre passe-bas du premier ordre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
5.3.1.1 L’étude d’un exemple : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
5.3.1.2 Diagramme de Bode pour le gain : . . . . . . . . . . . . . . . . 77
5.3.1.3 Diagramme de Bode pour la phase : . . . . . . . . . . . . . . . 78
5.3.2 Filtre passe-haut du premier ordre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
5.3.2.1 L’étude d’un exemple : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
5.3.2.2 Diagramme de Bode pour le gain : . . . . . . . . . . . . . . . . 79
5.3.2.3 Diagramme de Bode pour la phase : . . . . . . . . . . . . . . . 80
5.4 Filtres du deuxième ordre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
5.4.1 Filtre passe-bas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
5.4.1.1 L’étude d’un exemple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
5.4.1.2 Diagramme de Bode pour le gain . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
5.4.1.3 Diagramme de Bode pour la phase . . . . . . . . . . . . . . . . 82
5.4.2 Filtre passe-haut . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
5.4.2.1 L’étude d’un exemple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
5.4.2.2 Diagramme de Bode pour le gain . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
5.4.2.3 Diagramme de Bode pour la phase . . . . . . . . . . . . . . . . 84
5.4.3 Filtre passe-bande . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
5.4.3.1 L’étude d’un exemple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
5.4.3.2 Diagramme de Bode pour le gain . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
5.4.3.3 Diagramme de Bode pour la phase . . . . . . . . . . . . . . . . 88
5.4.4 Filtre coupe (ou réjecteur) de bande . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
5.4.4.1 L’étude d’un exemple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
5.4.4.2 Diagramme de Bode pour le gain . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
5.4.4.2.1 Comportement asymptotique . . . . . . . . . . . . . 89
5.4.4.2.2 Représentation graphique du gain pour quelques valeurs de Q
5.4.4.2.3 La bande passante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
5.4.4.3 Diagramme de Bode pour la phase . . . . . . . . . . . . . . . . 90

3 octobre 2018 Page -5- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX TABLE DES MATIÈRES

6 Filtrage linéaire des signaux périodiques 93


6.1 Composition en fréquence d’un signal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
6.1.1 Représentation temporelle et fréquentielle . . . . . . . . . . . . . . . . 93
6.1.2 Exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96
6.1.2.1 Signal sinusoidal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96
6.1.2.2 Signal carré impair . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
6.1.2.3 Signal carré pair . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
6.1.2.4 Signal triangulaire pair de pentes symétriques . . . . . . . . . 98
6.1.2.5 Signal dent de scie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
6.1.2.6 Signal sinusoidal pair redressé monoalternance . . . . . . . . 99
6.1.2.7 Signal sinusoidal pair redressé doublealternance . . . . . . . 100
6.1.2.8 Signal rectangulaire pair de rapport cyclique α quelconque . 100
6.1.3 L’aspect énergétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
6.2 Traitement d’un signal périodique par un système linéaire . . . . . . . . . . . 101
6.2.1 Rappel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
6.2.2 Application 1 : CNC 2009 Filière MP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102

II MÉCANIQUE 107
1 DESCRIPTION DU MOUVEMENT D’UN POINT MATÉRIEL 109
1.1 Repères d’espace et du temps. Référentiel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
1.1.1 Repérage dans l’espace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
1.1.2 Repérage dans le temps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110
1.1.3 Référentiel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110
1.2 Cinématique du point matériel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
1.2.1 Définition du point matériel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
1.2.2 Vecteurs position,vitesse et accélération . . . . . . . . . . . . . . . . . 111
1.2.3 Exemples de bases de projection . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
1.2.3.1 Coordonnées cartésiennes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
1.2.3.1.1 Vecteur déplacement élémentaire . . . . . . . . . . 112
1.2.3.1.2 Vecteur vitesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
1.2.3.1.3 Vecteur accélération . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
1.2.3.2 Coordonnées cylindriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
1.2.3.2.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
1.2.3.2.2 Vecteur déplacement élémentaire . . . . . . . . . . 115
1.2.3.2.3 Vecteur vitesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115
1.2.3.2.4 Vecteur accélération . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
1.2.3.3 Coordonnées sphériques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
1.2.3.3.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
1.2.3.3.2 Vecteur déplacement élémentaire . . . . . . . . . . 117
1.2.3.3.3 Vecteur vitesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
1.2.3.4 Coordonnées curvilignes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118
1.2.3.4.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118
1.2.3.4.2 Expression du rayon de courbure . . . . . . . . . . 119
1.2.4 Exemples de mouvement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123
1.2.4.1 Mouvement rectiligne à accélération constante . . . . . . . . 123

3 octobre 2018 Page -6- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX TABLE DES MATIÈRES

1.2.4.2 Mouvement rectiligne sinusoidal . . . . . . . . . . . . . . . . . 123


1.2.4.3 Mouvement circulaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125
1.2.4.4 Mouvement helicoidal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128
1.2.4.5 Mouvement cycloide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130

2 DYNAMIQUE DU POINT MATÉRIEL DANS UN RÉFÉRENTIEL GALILÉEN 133


2.1 Quelques forces usuelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133
2.2 Lois de Newton . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133
2.2.1 Principe d’inertie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133
2.2.2 La relation fondamentale de la dynamique . . . . . . . . . . . . . . . . 134
2.2.3 Principe des actions réciproques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134
2.3 Applications (énoncés voir TD ) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
2.3.1 Étude d’un projectile avec et sans frottement . . . . . . . . . . . . . . 135
2.3.2 Particule soumise à un frottement fluide de type : f = −k.V 2 . . . . . . 138
2.3.3 Le pendule simple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139
2.3.4 Mouvement d’une particule chargé dans un champ uniforme . . . . . 141

3 MOUVEMENT DE PARTICULES CHARGÉES DANS UN CHAMP ÉLECTROMAGNÉTIQU


3.1 Force de Lorentz . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145
3.1.1 Rappel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145
3.1.2 Propriété de la force magnétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146
3.2 Applications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146
3.2.1 Mouvement dans un champ électrostatique uniforme dans le vide. . . 146
3.2.2 Mouvement dans un champ magnétostatique uniforme dans le vide. . 152
3.2.3 Mouvement d’un proton dans un cyclotron . . . . . . . . . . . . . . . . 154
3.2.4 Rayonnement d’une particule chargée . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159
3.2.5 Mouvement dans un champ électromagnétique uniforme dans le vide. 164
3.3 Mouvement d’une particule chargée dans un métal . . . . . . . . . . . . . . . 166
3.3.1 Modèle de DRUDE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166
3.3.2 Vecteur densité de courant électrique. Loi d’Ohm locale . . . . . . . . 167
3.3.3 Résistance électrique d’un conducteur cylindrique . . . . . . . . . . . 169
3.4 Force de Laplace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170

4 THÉORÈME DU MOMENT CINÉTIQUE 175


4.1 Le moment cinétique ,moment d’une force . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175
4.1.1 Définition du moment cinétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175
4.1.2 Propriété du moment cinétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175
4.1.3 Définition du moment d’une force . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177
4.1.4 Propriété du moment d’une force . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177
4.1.5 Théorème du moment cinétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177
4.2 Applications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178
4.2.1 Pendule simple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178
4.2.2 Propriétés de la trajectoire d’un satellite artificiel . . . . . . . . . . . . 179
4.2.3 Pendule de HOLWECK LEIAY . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181
4.3 Les COUPLES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183
4.3.1 Couple de force . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 183
4.3.2 Couple de torsion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184

3 octobre 2018 Page -7- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX TABLE DES MATIÈRES

5 PUISSANCE ET TRAVAIL D’UNE FORCE. THÉORÈME DE L’ÉNERGIE CINÉTIQUE 187


5.1 Puissance et travail d’une force . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187
5.1.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187
5.1.2 Exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187
5.1.2.1 Travail du poids . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187
5.1.2.2 Travail de la tension d’un ressort . . . . . . . . . . . . . . . . . 188
5.1.2.3 Travail de la force de Lorentz (Force magnétique) . . . . . . . 188
5.1.2.4 Travail de la force newtonienne . . . . . . . . . . . . . . . . . 189
5.2 Énergie cinétique. Théorème de l’énergie cinétique . . . . . . . . . . . . . . . 190
5.3 Force conservatives. Énergie potentielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192
5.3.1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192
5.3.2 Exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192
5.4 Énergie mécanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193
5.4.1 Théorème de l’énergie mécanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193
5.4.2 Cas particulier important . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 194
5.5 Applications :Équilibre d’un point matériel dans un champ de forces conservatives194
5.5.1 Barrière d’énergie potentielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 194
5.5.2 Cuvette d’énergie potentielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195
5.5.3 Cas de l’oscillateur harmonique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195
5.5.4 Exemple général . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 196
5.5.5 Équilibre d’un point matériel soumis à l’action des forces conservatives196
5.5.5.1 Condition d’équilibre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 196
5.5.5.2 Condition de stabilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197
5.5.5.3 Critère de stabilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197

6 OSCILLATEUR LINÉAIRE À UN DEGRÉ DE LIBERTÉ 201


6.1 Rappel sur l’oscillateur harmonique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 201
6.2 régime libre d’un oscillateur linéaire amorti . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 202
6.2.1 Forme canonique de l’équation différentielle . . . . . . . . . . . . . . . 202
6.2.2 Différents régimes libres amortis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 204
6.2.2.1 Régime apériodique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 204
6.2.2.2 Régime critique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 205
6.2.2.3 Régime pseudo-périodique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 206
6.2.3 Décrément logarithmique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 207
6.2.4 Interprétation physique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 208
6.2.4.1 Facteur de qualité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 208
6.2.4.2 Temps de relaxation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 209
6.3 Oscillations forcées -Résonance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 210
6.3.1 Détermination de l’amplitude X et la phase ϕ = ϕ x − ϕF . . . . . . . . . 210
6.3.2 Étude de la résonance d’amplitude : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 211
6.3.3 Calcul énergétique : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 212
6.3.3.1 Énergie perdue : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 212
6.3.3.2 Énergie gagnée : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 212
6.3.4 Résonance de vitesse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 212
6.3.5 Bande passante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 213
6.4 Analogie :Electrique/Mécanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215

3 octobre 2018 Page -8- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX TABLE DES MATIÈRES

7 MOUVEMENTS DANS UN CHAMP DE FORCES CENTRALES CONSERVATIVES, MOUV


7.1 Généralités sur les forces centrales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 221
7.1.1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 221
7.1.2 Moment cinétique, Loi des aires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 222
7.1.2.1 Conservation du moment cinétique . . . . . . . . . . . . . . . 222
7.1.2.2 Planéité de la trajectoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 222
7.1.2.3 Vitesse aréolaire , Loi des aires . . . . . . . . . . . . . . . . . . 223
7.1.3 Formules de Binet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 223
7.2 Forces centrales conservatives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 224
7.3 Cas du champ newtonien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 226
7.3.1 L’approche énergétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 226
7.3.2 L’équation de la trajectoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 227
7.3.2.1 Relation fondamentale de la dynamique . . . . . . . . . . . . . 227
7.3.2.2 Vecteur Range-Lenz . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 228
7.3.2.3 L’étude de quelques trajectoires . . . . . . . . . . . . . . . . . 230
7.3.2.3.1 Trajectoire circulaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 230
7.3.2.3.2 Trajectoire elliptique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 231
7.3.2.3.3 Vitesse de libération . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 232
7.3.2.3.4 Rayon de la trajectoire circulaire d’un satellite géostationnaire232

8 MÉCANIQUE DANS UN RÉFÉRENTIEL NON GALILÉEN 233


8.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 233
8.2 L’étude cinématique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 234
8.2.1 Axe instantané de rotation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 234
8.2.1.1 L’étude d’un exemple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 234
8.2.1.2 Relation fondamentale de la dérivation vectorielle . . . . . . . 235
8.2.2 Composition des vitesses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 236
8.2.3 Composition des accélérations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 237
8.3 Dynamique dans un référentiel non galiléen . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 238
8.3.1 RFD dans un référentiel non galiléen : forces d’inertie . . . . . . . . . 238
8.3.2 L’énergie potentielle d’entrainemment . . . . . . . . . . . . . . . . . . 239
8.3.3 Applications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 240
8.3.3.1 Préliminaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 240
8.3.3.2 Définition du poids . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 241
8.3.3.3 Effet de marée statique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 243
8.3.3.3.1 Expression analytique . . . . . . . . . . . . . . . . . . 243
8.3.3.3.2 La marée océanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 244
8.3.3.4 Déviation vers l’est . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 247
8.3.3.5 Pendule de Foucault . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 247

9 SYSTÈME DE DEUX POINTS MATÉRIELS 249


9.1 Grandeurs cinématiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 249
9.1.1 Barycentre du système . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 249
9.1.2 Repère Barycentrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 250
9.1.3 Quantité de mouvement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 251
9.1.3.1 Dans le repère R . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 251
9.1.3.2 Dans le repère R ⋆ ;,masse réduite . . . . . . . . . . . . . . . . 251

3 octobre 2018 Page -9- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX TABLE DES MATIÈRES

9.2 Grandeurs cinétiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 252


9.2.1 Le moment cinétique du système . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 252
9.2.1.1 Dans le repère R ⋆ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 252
9.2.1.2 Dans le repère R . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 252
9.2.2 L’énergie cinétique du système . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 252
9.2.2.1 Dans le repère R ⋆ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 252
9.2.2.2 Dans le repère R . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 252
9.3 Dynamique du système . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 253
9.3.1 Relation fondamentale de la dynamique . . . . . . . . . . . . . . . . . 253
9.3.2 Théorème du moment cinétique dans un référentiel galiléen . . . . . . 254
9.3.2.1 Moment des forces en un point O fixe dans R . . . . . . . . . . 254
9.3.2.2 Moment des forces en G barycentre . . . . . . . . . . . . . . . 254
9.3.2.3 Théorème du moment cinétique barycentrique . . . . . . . . . 255
9.3.3 Puissance des forces intérieures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 255
9.3.4 Théorème de l’énergie cinétique dans un référentiel galiléen . . . . . 255
9.3.5 L’énergie potentielle d’interaction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 256
9.3.6 Énergie mécanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 256
9.4 Cas d’un système isolé de deux points matériels . . . . . . . . . . . . . . . . 256
9.4.1 Conséquences . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 257
9.4.2 Réduction canonique :Mobile réduit équivalent . . . . . . . . . . . . . 257

10 MÉCANIQUE DU SOLIDE 259


10.1CINÉMATIQUE DU SOLIDE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 259
10.1.1Définition d’un solide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 259
10.1.2Barycentre d’un solide. Repère barycentrique . . . . . . . . . . . . . . 259
10.1.3Cinématique du solide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 262
10.1.4Mouvement d’un solide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 263
10.1.4.1mouvement de translation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 263
10.1.4.2mouvement de rotation autour d’un axe fixe . . . . . . . . . . 264
10.1.4.3Description du mouvement instantanée le plus général d’un solide264
10.2MODÉLISATION DES EFFORTS ENTRE SOLIDES EN CONTACT . . . . . . . 264
10.2.1Solide en contact . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 264
10.2.2Vitesse de glissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 265
10.2.3Vecteur rotation relative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 266
10.2.4Lois de Coulomb pour le frottement de glissement . . . . . . . . . . . 267
10.2.5La puissance totale des actions de contact . . . . . . . . . . . . . . . . 267
10.2.5.1Expression de la puissance pour un solide . . . . . . . . . . . 267
10.2.5.2Puissance totale des actions de contact . . . . . . . . . . . . . 268
10.2.5.3Modèle des liaisons parfaites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 269
10.2.5.4Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 269
10.2.5.5Exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 269
10.3DYNAMIQUE D’UN SOLIDE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 269
10.3.1Théorème de la résultante cinétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 269
10.3.2Le moment cinétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 270
10.3.2.1Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 270
10.3.2.2Le torseur cinétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 271
10.3.2.3Le théorème de KŒNIG relatif moment cinétique . . . . . . . 271

3 octobre 2018 Page -10- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX TABLE DES MATIÈRES

10.3.3L’énergie cinétique d’un solide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 272


10.3.3.1Définition l’énergie cinétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 272
10.3.3.2Le théorème de KŒNIG relatif à l’énergie cinétique . . . . . . 273
10.3.4Le moment d’une force . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 273
10.3.5Mouvement d’un solide autour d’un axe de direction fixe . . . . . . . . 274
10.3.5.1Cinétique d’un solide ayant un point de vitesse nulle . . . . . 274
10.3.5.1.1Le moment d’inertie. Théorème de Huygens . . . . . . 274
10.3.5.1.1.1Le moment d’inertie d’un point matériel M . . . 274
10.3.5.1.1.2Le moment d’inertie d’un solide par rapport à un axe274
10.3.5.1.1.3Théorème de Huygens . . . . . . . . . . . . . . . 275
10.3.5.1.2Le moment cinétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 275
10.3.5.1.3L’énergie cinétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 276
10.3.5.2Mouvement d’un solide en rotation autour d’un axe fixe dans un référentiel
10.3.5.2.1Théorème scalaire du moment cinétique . . . . . . . . 277
10.3.5.2.2Théorème de l’énergie cinétique . . . . . . . . . . . . 277
10.3.5.2.3Théorème de l’énergie mécanique . . . . . . . . . . . 278
10.4Application : le pendule pesant (CNC 2014 MP P1) . . . . . . . . . . . . . . . 278
10.5Autres Applications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 282
10.5.1MOUVEMENT D’UNE BARRE HOMOGÈNE . . . . . . . . . . . . . . . 282
10.5.1.1Étude cinématique du mouvement . . . . . . . . . . . . . . . . 282
10.5.1.2Étude énergétique du mouvement , relation entre V et θ . . . 283
10.5.1.3Étude dynamique du mouvement, verification de l’hypothèse initiale de con
10.5.2OSCILLATIONS MÉCANIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 284
10.5.2.1Étude dynamique : équation différentielle du mouvement . . . 284
10.5.2.2Petites oscillations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 284
10.5.2.3Aspect énergétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 285
10.5.2.4Moment d’inertie du pendule composé . . . . . . . . . . . . . 286
10.5.2.5Étude dynamique : équation différentielle du mouvement . . . 286
10.5.2.6Simplification : retour au cas du pendule simple . . . . . . . . 286
10.5.3ÉTUDE D’UN PENDULE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 286

III OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE 289


1 APPROXIMATION DE L’OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE 291
1.1 Notion du rayon lumineux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 291
1.1.1 Généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 291
1.1.2 Limite du modèle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 292
1.2 Réflexion et réfraction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 292
1.2.1 Réflexion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 292
1.2.2 Réfraction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 293
1.2.3 Étude de la réfraction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 294
1.2.3.1 Cas n1 < n2 : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 294
1.2.3.2 Cas n1 > n2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 295
1.2.4 Étude du prisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 297
1.2.4.1 Formules générales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 298
1.2.4.2 Conditions d’émergence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 299

3 octobre 2018 Page -11- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX TABLE DES MATIÈRES

1.2.4.3 Minimum de déviation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 299

2 FORMATION DE L’IMAGE DANS LES CONDITIONS DE GAUSS 301


2.1 Systèmes optiques centrés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 301
2.1.1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 301
2.1.2 Espace objet - Espace image : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 301
2.1.2.1 Système dioptrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 301
2.1.2.2 Système catoptrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 302
2.2 Notion de stigmatisme et applanitisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 302
2.3 Lentilles sphériques minces dans les conditions de GAUSS . . . . . . . . . . 302
2.3.1 Définitions : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 302
2.3.2 Conditions de GAUSS : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 303
2.3.3 Stigmatisme approché : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 303
2.3.4 Lentilles minces : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 303
2.3.5 Formation de l’image . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 304
2.3.6 Grandissement transversal-Formule de Newton : . . . . . . . . . . . . 309
2.3.7 Relation de conjugaison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 310
2.4 Miroirs sphériques dans les C.G. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 311
2.4.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 311
2.4.2 Relation de conjugaison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 311
2.4.3 Grandissement transversal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 312
2.4.4 Formation de l’image . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 313
2.4.4.1 Miroirs concaves ou convergents . . . . . . . . . . . . . . . . . 313
2.4.4.2 Miroirs convexes ou divergents . . . . . . . . . . . . . . . . . . 316

IV THERMODYNAMIQUE 329

1 MODÈLE DU GAZ PARFAIT 331


1.1 Modèle microscopique du gaz parfait . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 331
1.1.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 331
1.1.2 La pression cinétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 333
1.1.3 Théorème d’équipartition :Température cinétique . . . . . . . . . . . . 336
1.1.4 Équation d’état :Notion de gaz réel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 337
1.2 L’énergie interne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 339
1.2.1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 339
1.2.2 Applications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 339
1.2.3 Capacités calorifiques à volume constant . . . . . . . . . . . . . . . . . 340

2 STATIQUE DES FLUIDES 343


2.1 Équation fondamentale de la statique des fluides . . . . . . . . . . . . . . . . 343
2.2 Équilibre d’une atmosphère isotherme. Facteur de Boltzmann. . . . . . . . . 345
2.2.1 Variation de la pression avec l’altitude . . . . . . . . . . . . . . . . . . 345
2.2.2 Généralisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 354
2.3 Poussée d’ARCHIMÈDE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 354

3 octobre 2018 Page -12- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX TABLE DES MATIÈRES

3 SYSTÈMES THERMODYNAMIQUES 355


3.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 355
3.2 Équilibre thermodynamique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 356
3.3 Variables thermodynamiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 357
3.4 Transformations thermodynamiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 357
3.5 Cœfficients thermo-élastiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 358
3.5.1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 358
3.5.2 Relations aux dérivées partielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 359
3.5.3 Application . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 360

4 PREMIER PRINCIPE DE LA THERMODYNAMIQUE 361


4.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 361
4.1.1 Travail échangé par un système :travail des forces de pression . . . . 361
4.1.2 Applications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 363
4.1.3 Transfert thermique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 363
4.1.4 Divers formes de transfert d’énergie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 364
4.2 Premier principe de la thermodynamique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 364
4.3 Conséquences pratiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 365
4.4 Enthalpie d’un système . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 366
4.5 Capacités thermiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 366
4.5.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 366
4.5.2 Interprétation en terme de chaleur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 367
4.6 Détente de Joule-Gay Lussac . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 368
4.7 Détente de Joule-Thomson . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 369
4.8 Applications au gaz parfait . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 371
4.8.1 Loi de Joule . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 371
4.8.2 Relation de Mayer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 372
4.8.3 Loi de Laplace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 373
4.8.4 Formule de Reech . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 374
4.9 Enthalpie d’une phase condensée dans le modèle incompressible et indilatable375

5 Second principe pour un système fermé 377


5.1 Énoncé du deuxième principe (ILYA PRÉGOGINE) . . . . . . . . . . . . . . . . 377
5.2 IDENTITÉS THERMODYNAMIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 379
5.2.1 Différentielle de l’énergie interne d’un système simple fermé . . . . . 379
5.2.2 Pression et température thermodynamique . . . . . . . . . . . . . . . 379
5.2.3 Première identité thermodynamique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 380
5.2.4 Deuxième identité thermodynamique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 380
5.3 TRANSFORMATIONS DU GAZ PARFAIT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 381
5.3.1 Adiabatique réversible . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 381
5.3.2 Transformation quelconque : l’entropie d’un gaz parfait . . . . . . . . 382
5.3.3 Applications aux détentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 383
5.3.3.1 Détente de Joule Gay-Lussac . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 383
5.3.3.2 Détente de Joule Thomson . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 384
5.4 Entropie d’une phase condensée dans le modèle incompressible et indilatable 384
5.5 Énergie libre F ,Enthalpie libre G . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 386
5.5.1 Énergie libre F . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 386

3 octobre 2018 Page -13- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX TABLE DES MATIÈRES

5.5.2 Enthalpie libre G . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 387


5.6 Troisième principe de la thermodynamique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 387
5.6.1 Facultatif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 388
5.7 L’interprétation statistique de l’entropie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 389

6 CHANGEMENT D’ÉTAT D’UN CORPS PUR 391


6.1 Notions générales sur la changement d’état d’un corps pur . . . . . . . . . . 391
6.2 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 391
6.3 Isothermes d’ANDREWS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 392
6.4 Changement d’état en diagramme (P,T) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 394
6.5 Transfert thermique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 395
6.6 Règles des moments . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 397
6.7 Formule de CLAPEYRON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 397

7 MACHINES DITHERMES 401


7.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 401
7.2 Les différentes machines dithermes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 401
7.2.1 Moteur thermique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 401
7.2.2 Machine frigorifique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 402
7.2.3 Pompe à chaleur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 403
7.3 MACHINES DE CARNOT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 404
7.3.1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 404
7.3.2 Représentation du cycle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 404
7.3.2.1 En diagramme TS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 404
7.3.2.2 En diagramme PV . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 405
7.4 Expressions des rendements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 406
7.4.1 Machines de Carnot . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 406
7.4.2 Machines Réelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 407
7.5 Premier ppe de la thermo pour un système ouvert en écoulement permanent 408
7.5.1 Débit massique,débit convectif d’une grandeur extensive . . . . . . . 408
7.5.1.1 Débit massique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 408
7.5.1.2 Débit convectif d’une grandeur extensive . . . . . . . . . . . . 409
7.5.2 Bilan enthalpique pour un écoulement permanent . . . . . . . . . . . 411

8 DIFFUSION DES PARTICULES 413


8.1 DÉFINITION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 413
8.2 Étude macroscopique de la diffusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 414
8.2.1 Vecteur densité de courant de particules . . . . . . . . . . . . . . . . . 414
8.2.2 Loi de conservation de particules . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 414
8.3 LOI DE FICK . ÉQUATION DE DIFFUSION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 415
8.3.1 Loi de FICK . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 415
8.3.2 Equation de diffusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 416
8.3.3 Résolution de l’équation de diffusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 416
8.4 MODÈLE MICROSCOPIQUE DE LA DIFFUSION DANS LE GAZ . . . . . . . . 417

3 octobre 2018 Page -14- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX TABLE DES MATIÈRES

V ÉLECTROMAGNÉTISME 419
1 ÉLECTROSTATIQUE DANS LE VIDE 421
1.1 CHAMP ÉLECTROSTATIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 421
1.1.1 Notions générales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 421
1.1.2 Répartition de charge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 422
1.1.3 Complément mathématique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 424
1.1.4 Loi de Coulomb . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 427
1.1.5 Le Champ électrostatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 428
1.1.5.1 Champ électrostatique crée par une charge ponctuelle . . . . 428
1.1.5.2 Champ électrostatique crée par un ensemble de charges ponctuelles430
1.1.5.3 Champ électrostatique crée par une distribution continue de charges433
1.1.6 Lignes de champ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 443
1.2 LE POTENTIEL ELECTROSTATIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 444
1.2.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 444
1.2.2 Cas d’une charge ponctuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 445
1.2.3 Relation locale entre le potentiel et le champ . . . . . . . . . . . . . . 446
1.2.3.1 L’opérateur gradient . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 446
1.2.3.2 L’expression du gradient . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 447
1.2.3.3 Relation entre le champ et le potentiel . . . . . . . . . . . . . 448
1.2.3.4 Surfaces équipotentielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 448
1.2.4 Potentiel crée par une distribution de charges . . . . . . . . . . . . . . 449
1.3 ÉNERGIE POTENTIELLE D’INTERACTION ÉLECTROSTATIQUE . . . . . . . 450
1.3.1 Énergie potentielle d’une charge placée dans un champs électrostatique450
1.3.2 Énergie potentielle d’interaction entre deux charges ponctuelles . . . 450
1.4 SYMÉTRIE ET INVARIANCE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 450
1.4.1 Symétrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 450
1.4.2 Invariance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 452
1.5 THÉORÈME DE GAUSS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 452
1.5.1 Flux du champ électrostatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 452
1.5.2 Énoncé du théorème de Gauss . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 453
1.6 APPLICATIONS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 453
1.6.1 Fil infini chargé uniformément . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 453
1.6.2 Cylindre infini chargé uniformément en surface . . . . . . . . . . . . . 456
1.6.3 Cylindre infini chargé uniformément en volume . . . . . . . . . . . . . 458
1.6.4 Sphère uniformément chargée en volume . . . . . . . . . . . . . . . . 460
1.6.5 Sphère uniformément chargée en surface . . . . . . . . . . . . . . . . 463
1.6.6 Plan infini uniformément chargée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 465
1.7 Analogie électromécanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 467
1.7.1 Analogie Electrique/mécanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 467
1.7.2 Théorème de Gauss en mécanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 467
1.7.3 Application . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 467
1.8 LE DIPÔLE ÉLECTROSTATIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 472
1.8.1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 472
1.8.2 Le potentiel électrostatique crée par un dipôle dans le cadre de l’approximation dip
1.8.2.1 Le potentiel électrostatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 476
1.8.2.2 Surfaces équipotentielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 478

3 octobre 2018 Page -15- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX TABLE DES MATIÈRES

1.8.3 Le champ électrostatique crée par un dipôle dans le cadre de l’approximation dipolair
1.8.3.1 L’expression du champ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 478
1.8.3.2 Les lignes de champ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 480
1.8.4 Aspect énergétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 480
1.8.4.1 Actions subies par un dipole électrostatique rigide . . . . . . 480
1.8.4.2 l’énergie potentielle d’un dipole électrostatique rigide . . . . 481
1.9 LE CONDENSATEUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 482
1.9.1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 482
1.9.2 Le condensateur plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 483
1.9.3 Application . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 484
1.9.3.1 Condensateur plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 484
1.9.3.2 Condensateur cylindrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 486

2 MAGNÉTOSTATIQUE 491
2.1 Champ et potentiel magnétostatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 491
2.1.1 Distribution de courant électrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 491
2.1.1.1 Vecteur densité de courant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 491
2.1.1.2 Équation locale de la conservation de la charge . . . . . . . . 494
2.1.1.3 Formulation locale de la loi d’ Ohm . . . . . . . . . . . . . . . . 495
2.1.2 Champ magnétostatique : loi de Biot et Savart . . . . . . . . . . . . . . 497
2.1.3 Applications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 498
2.1.3.1 Segment traversé par un courant . . . . . . . . . . . . . . . . 498
2.1.3.2 Champ magnétique sur l’axe d’une spire circulaire . . . . . . 499
2.1.3.3 Champ magnétique à l’intérieur d’un solénoïde . . . . . . . . 501
2.1.4 Propriétés du champ magnétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 502
2.1.4.1 Conservation du flux du champ magnétique . . . . . . . . . . 502
2.1.4.2 Théorème d’Ampere . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 503
2.1.5 Autres Applications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 504
2.1.5.1 Champ magnétique d’un fil infini traversé par un courant I . . 504
2.1.5.2 Solénoïde infini traversé par un courant I . . . . . . . . . . . . 504
2.1.5.3 Cylindre infini traversé par un courant I . . . . . . . . . . . . 506
2.1.5.4 Ruban infini traversé par un courant surfacique . . . . . . . . 507
2.1.5.5 Nappe infinie traversé par un courant surfacique . . . . . . . 508
2.1.5.6 Bobines de Helmholtz . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 509
2.1.6 Relation de passage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 512
2.1.6.1 La composante normale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 512
2.1.6.2 La composante tangentielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 513
2.1.7 Potentiel vecteur. Forme locale du théorème d’Ampere . . . . . . . . 514
2.1.7.1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 514
2.1.7.2 Forme locale du théorème d’Ampere . . . . . . . . . . . . . . . 517
2.1.8 Équation de Poisson de la magnétostatique . . . . . . . . . . . . . . . 518
2.1.9 Applications (énoncé voir TD) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 520
2.2 Dipôle magnétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 522
2.2.1 Définition. Moment magnétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 522
2.2.2 L’expression du potentiel vecteur dans l’approximation dipolaire . . . 525
2.2.3 Le champ magnétique dans l’approximation dipolaire . . . . . . . . . 527
2.2.4 Actions d’un champ magnétique sur un dipôle . . . . . . . . . . . . . . 528

3 octobre 2018 Page -16- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX TABLE DES MATIÈRES

2.2.4.1 Résultante des forces . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 529


2.2.4.2 Le moment résultant des forces de Laplace . . . . . . . . . . . 529
2.2.4.3 Énergie potentielle d’interaction d’un dipôle rigide placé dans un champ ex
2.2.4.4 Actions subies par un dipôle magnétique dans un champ extérieur531
2.2.4.5 Comparaison entre les dipoles électrostatique et magnétique 531
2.3 Le champ magnétique terrestre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 532

3 octobre 2018 Page -17- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX TABLE DES MATIÈRES

3 octobre 2018 Page -18- elfilalisaid@yahoo.fr


Première partie

ÉLECTRONIQUE

19
CHAPITRE 1

LOIS GÉNÉRALES DANS LE CADRE DE L’A.R.Q.P

LOIS GÉNÉRALES DANS LE CADRE DE L’APPROXIMATION DES RÉGIMES QUASI-


PERMANENTS

1.1 INTRODUCTION

◮ L’éléctrocinétique :
Il s’agit de l’étude du transport d’information (courant électrique ) dans des réseaux
électriques.
◮ Cadre de l’étude :
L’étude de l’éléctrocinétique se fait dans le cadre de l’Approximation des états (ou ré-
gimes) quasi-stationnaires ( quasi-permanent ) noté ARQP ou AEQS (plus de détail voir
MP). en effet :
L’approximation des états quasi-stationnaires consiste à limiter l’étude des réseaux éléc-
trocinétiques à des dimensions maximales ℓmax et à des durées minimales τmin vérifiant la
condition suivante :

ℓmax
≪ co c0 = 2, 99792458 108 ms−1
τmin

co étant la célérité de la lumière .


Remarque
Dans ce cadre,on peut négliger tout phénomène de propagation dans le réseau
éléctrocinétique ; en particulier, la modification d’une grandeur électrique en un
point du circuit a pour conséquence des modifications instantanées des gran-
deurs analogues caractérisant les autres points du réseau.

21
PCSI-LYDEX 1.2. COURANT ÉLECTRIQUE

Exemples
⊲ Pour un circuit de dimension ℓmax = 3 m, on trouve τmin ≫ 10−8 s ; on pourra
donc se placer dans le cadre de l’ARQP pour l’étude d’un signal de fréquence
fmax ≪ 108 Hz = 100 MHz, ce qui correspond à ce qu’on appelle électronique
basse fréquence.
⊲ Par contre, l’électronique de haute fréquence peut imposer la miniaturisation
des circuits, sous peine de sortir du domaine de l’ARQP ; ainsi à la fréquence
de réception des signaux de téléphonie cellulaire ( f = 1800 MHz donc τmin =
5, 6.10−10 s), l’ARQP impose ℓmax ≪ 17 cm, ce qui est nettement plus restrictif.
⊲ Pour le courant industriel, à la fréquence f = 50 Hz, donc avec τmin = 20
ms ; la condition de l’ARQP impose donc ℓmax ≪ 6000 km : cette condition est
aisément remplie pour un réseau domestique ou une installation industrielle. Par
contre, dans un réseau d’alimentation de puissance à l’échelle continentale, il est
indispensable de prendre en compte les effets de propagation.

1.2 Courant électrique

1.2.1 Définition
Définition
Courant électrique
Une charge électrique dq qui traverse une surface S pendant un intervalle de
temps dt crée un courant d’intensité i telle que :
Z
dq
i= ⇐⇒ q = i dt
dt

Si q(C) et t(s) alors i(A).

Remarque
Le sens du courant est le sens du déplacement des porteurs de charges positifs.

1.2.2 Bilan de charges


On admet que la charge (q) et la masse (m) d’un système isolé sont conservatives.

1.2.3 Loi des nœuds


Définition
Loi des nœud
On appelle nœud un point de jonction entre au moins trois fils de connexion.

La loi des nœuds est une conséquence de la conservation de la charge électrique dans

3 octobre 2018 Page -22- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.3. TENSION ÉLECTRIQUE, LOI DES MAILLES

le cadre de l’ARQP. La charge électrique ne peut pas s’accumuler au niveau des nœuds.

X X X
N
ie = i s ⇐⇒ εk i k = 0
k=0

avec ε2 = 1.
C’est la première loi de KIRCHHOFF .

1.3 Tension électrique, loi des mailles


◮ On appelle branche un ensemble de dipôles montés en série entre deux nœuds .
◮ On appelle maille un ensemble de branches formant un contour fermé .
Remarque
Une maille peut être orientée arbitrairement.

◮ On admet que la somme algébrique des tensions (ou différence de potentiel ) dans
une maille est nulle : c’est la deuxième loi de KIRCHHOFF .
X
N
εk u k = 0
k=0

1.4 La puissance électromagnétique reçue par un di-


pôle
Soit un dipôle D traversé par un courant électrique i(t) , maintenant entre ces bornes
une tension uAB.
i(t)
D

u(t)
La puissance électromagnétique reçue par le dipôle D est donnée par :

P = uAB(t)i(t)

Et par conséquent l’énergie reçue pendant la durée t f − ti vaut :


Z tf
W= uAB(t)i(t) dt
ti

Remarque
On adopte la convention thermodynamique :
• L’énergie reçue par un système sera comptée positive.
• L’énergie fournie par un système sera comptée négative.

3 octobre 2018 Page -23- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.5. CARACTÈRE GÉNÉRATEUR ET RÉCEPTEUR

1.5 Caractère générateur et récepteur

i(t) i(t)
D D
u(t) u(t)
Convention générateur Convention récepteur

◮ En convention générateur les flèches représentant la tension et le courant sont


dans le même sens La quantité P = ui représente la puissance électrique cédée par le
dipôle au reste du circuit.
◮ En convention récepteur les flèches représentant la tension et le courant sont en
sens inverses. La quantité P = ui représente la puissance électrique reçue par le dipôle .

3 octobre 2018 Page -24- elfilalisaid@yahoo.fr


CHAPITRE 2

ÉLÉMENTS DE CIRCUITS LINÉAIRES EN RÉGIME


CONTINU OU QUASI-PERMANENT

2.1 Définition
Soit un dipôle D traversé par un courant i(t) maintient entre ces bornes une tension
u(t)

i(t)
D

u(t)
Le dipôle D est dit linéaire si le courant i(t) et la tension u(t) sont reliés par une équation
linéaire
Exemples :
Le conducteur ohmique , le condensateur , la bobine , le générateur (dans le domaine de
linéarité (voir TD))

2.2 Modélisation de dipoles passifs linéaires R, C et L

2.2.1 Le conducteur ohmique


2.2.1.1 Modélisation

Résistor
i i(t)
≡ R
u(t)
u

On modélise un resistor par une résistance R tel que :

u = Ri

25
PCSI-LYDEX 2.2. MODÉLISATION DE DIPOLES PASSIFS LINÉAIRES R, C ET L

On conclut que le résistor est un dipôle linéaire.


Remarque

1. Pour un fil cylindrique de section S et de longueur ℓ et de résistivité ρ alors :

1 ℓ 1 ℓ
R= =ρ =
G S σS

avec : G la conductivité (S (siemens)) , ρ la résistivité du conducteur (Ω.m)


et σ la conductivité du conducteur (S .m−1 )
2. ρ représente la résistance d’un d’un fil de section 1 m2 et de longueur 1 m ;
ainsi pour σ.
3. Un conducteur ohmique est dit parfait s’il ne présente pas de propriétés dié-
lectiques (εr = 1) et magnétiques (µr = 1).(Voir cours d’électromagnétismes
des milieux)

2.2.1.2 Association des conducteurs ohmiques

◮ Des résistances sont montées en série s’elles sont traversées par le même courant
et on a :
X
i=N
Re = Ri
i=1

◮ Des résistances sont montées en parallèle s’elles sont maintenues par la même
tension et on a :
1 X 1i=N
=
Re i=1
Ri

Application :
Deux résistances R1 et R2 en parallèle alors :

R1 R2 Produit
Re = =
R1 + R2 S omme

2.2.1.3 Effet JOULE

Lorsque un courant i traverse une résistance R pendant la durée dt , on a dissipation


de l’énergie
Z tf
dE J = dW J = uR iR dt =⇒ W J = uR iR dt
ti

En continue :
W J = RI 2 ∆t =⇒ P J = RI 2

3 octobre 2018 Page -26- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.2. MODÉLISATION DE DIPOLES PASSIFS LINÉAIRES R, C ET L

2.2.2 Le condensateur
2.2.2.1 Modélisation

Constitué par deux conducteurs en influence totale ,séparés par un diélectrique (pa-
pier ,mica ,plastique,.....) ;on le modélise par une capacité C en parallèle avec une resis-
tance de fuite R f .

Diélectrique
C
A B A B

Rf

Pour les condensateurs électrochimiques (polarisés) la valeur de C varie de quelques mF


à quelques F la résistance de fuite R f > 1MΩ
Un condensateur est dit idéal si R f → ∞

Convention récepteur Convention générateur

+q −q +q −q
A A
B B
i i
u u
q dq q dq
u= ; i= >0 u= ; i=− <0
C dt C dt
Le condensateur se charge Le condensateur se décharge

Remarque

1. Pour un condensateur plan dont les armatures ont une section S et séparé
S
par une distance e on a :C = εo .
e
2. Si l’espace entre les armatures du condensateur est rempli par un diélec-
trique de permitivité diélectrique εr alors C = εr Co

2.2.2.2 Association des condensateurs

• Association série :
1 X 1i=N
=
Ce i=1
Ci
• Association parallèle :
X
i=N
Ce = Ci
i=1

3 octobre 2018 Page -27- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.2. MODÉLISATION DE DIPOLES PASSIFS LINÉAIRES R, C ET L

2.2.2.3 Aspect énergétique

L’énergie d’un condensateur idéal est :

q2 ∆E pe 1 ∆q2
E pe = =⇒ P(t) = lim = lim
2C ∆t→0 ∆t 2C ∆t→0 ∆t

Remarque
La tension aux bornes du condensateur ainsi sa charge sont des fonctions conti-
nues en fonction du temps.

q(t)
En effet : on suppose qc est discontinue ;c’est à
dire ∆qc , 0 ∀ ∆t < ε
Si qc est discontinue alors q2c est discontinue ce
qui donne : ∆qc
1 ∆q2
P(t) = lim → ∞ impossible physi-
2C ∆t→0 ∆t
quement .
Donc La charge (la tension ) du condensa-
to t
teur est continue

Remarque
La valeur de C ; la tension Umax ainsi la polarité sont données par le constructeur.

2.2.3 La bobine

Une bobine est un fil conducteur enroulé sur un isolant

2.2.3.1 Modélisation

On modélise une bobine par une inductance L en série avec une resistance r.

L r
i

On convention récepteur on donc :

di
u=L + ri
dt

3 octobre 2018 Page -28- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.3. DIVISEURS DE TENSION ET DE COURANT.

Remarque
◮ Pour les bobines sans noyau de fer : L = cte(i),L ne depend pas de i.Par contre
les bobines avec noyau de fer L = L(i)
Mais pour i faible on peut considérer L ≃ cte (un DL à l’ordre 0 au voisinage de i)
1
◮ L’énergie d’une bobine parfaite (r = 0) : E pm = Li2
2
◮ Association des bobines parfaites :
1 P
⋆ Parallèle : = L1i
LeP
⋆ Série : Le = Li

2.2.3.2 Aspect énergétique

• L’intensité du courant qui traverse une bobine est une fonction continue
de temps

2.3 Diviseurs de tension et de courant.

2.3.1 Diviseurs de courant


Soit une association parallèle des résistances Rk :

IN

Ik

I I
I1

1 P 1
k=N
Soit Re la résistance équivalente ;c’est à dire = ; on a donc :U = Rk Ik = Re I avec
Re k=1 Rk
I le courant principal ; il en résulte que :

Re
Ik = I
Rk

C’est le diviseur de courant

Cas particulier important :N = 2

R2 R1
I1 = I et I2 = I
R1 + R2 R1 + R2

3 octobre 2018 Page -29- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.4. MODÉLISATIONS LINÉAIRES D’UN DIPÔLE ACTIF

Remarque
I
Si R1 = R2 =⇒ I1 = I2 = : méthode demi-courant utiliser pour déterminer les
2
résistances de faibles valeurs (voir TP)

2.3.2 Diviseurs de tension


Soit une association série de N résistances Rk avec k = 1 → N :
R1 R2 Rk RN−1

U RN

Soit Uk la tension aux bornes de la résistance Rk et Re la résistance équivalente c’est à


P
k=N Uk U
dire Re = Rk .On a : I = = ; ce qui donne la loi du diviseur de tension :
k=1 Rk Re

Rk Rk
Uk = U = k=N U
Re P
Rk
k=1

Cas particulier important :N = 2

R1 R2
U1 = U et U2 = I
R1 + R2 R1 + R2

Remarque
U
Si R1 = R2 =⇒ U1 = U2 = : méthode demi-tension utiliser pour déterminer les
2
résistances de grandes valeurs (voir TP)

2.4 Modélisations linéaires d’un dipôle actif


Soit un circuit électrique linéaire ( constitué des dipoles linéaires) contenant une
source de puissance électrique ; A et B deux points de ce circuit.

I
Circuit
bc
B
U AB
linéaire
bc A

3 octobre 2018 Page -30- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.4. MODÉLISATIONS LINÉAIRES D’UN DIPÔLE ACTIF

2.4.1 Générateur de courant (représentation de Norton)


Vue entre les points A et B de la branche AB on peut modéliser le reste du circuit par
un générateur de courant réel de courant électromoteur IN et de résistance interne rN (
générateur de courant idéal en parallèle avec une résistance) : C’est la modélisation de
NORTON .

I
bc
A

IN RN U AB

bc
B

Dans cette modélisation on a :

U AB
I = IN − = IN − G N U AB
RN

2.4.2 Générateur de tension (représentation de Thevenin)


Vue entre les points A et B de la branche AB on peut modéliser le reste du circuit
par un générateur de tension réel de force électromotrice Eth et de résistance interne
rth ( générateur de tension idéal en série avec une résistance) : C’est la modélisation de
THEVENIN .

I rth
bc
A

E th U AB

bc
B

Dans cette modélisation on a :

E th U AB
U AB = E th − rth I =⇒ I = −
rth rth

2.4.3 Équivalence entre les deux modélisations


Puisque dans les deux modèles de THEVENIN et NORTON le courant I et la tension
U AB sont les mêmes quelque soit le circuit linéaire alors on en déduit que :

E th
IN = et rN = rth
rth

3 octobre 2018 Page -31- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.5. SOURCES LIBRES. SOURCES LIÉES

2.5 Sources libres. Sources liées


• Un générateur (de tension ou de courant ) est une source de puissance qui fournit
de l’énergie au circuit extérieur .
• Générateur indépendant : source de puissance électrique indépendante d’autre gran-
deur électrique du circuit.
• Générateur lié : si une des grandeurs physiques dépend d’une grandeur électrique du
circuit .
Exemple :
Le transistor : c’est un générateur de courant en régime linéaire puisque Ic = βIB (géné-
rateur de courant lié).

2.6 Théorème de Millman


Le théorème de MILLMANN n’est rien d’autre que la loi des nœuds exprimé en terme
de potentiel (référence commune est la masse ).
Vb 4

I4

R4
I5

I1
V1 b R1 b R3 b V3
M I3

I6
R2

I2
b
V2
On a :
I1 + I2 + I3 + I4 − I5 + I6 = 0
V1 − V M
I1 = = G1 (V1 − V M )
R1
V2 − V M
I2 = = G2 (V2 − V M )
R2
V3 − V M
I3 = = G3 (V3 − V M )
R3
V4 − V M
I4 = = G4 (V4 − V M ) G1 (V1 − V M ) + G2 (V2 − V M ) + G3 (V3 − V M ) + G4 (V4 − V M ) − I5 + I6 = 0
R4
On tire que :
P
−I5 + I6 + G1 V1 + G2 V2 + G3 V3 + G4 V4 Gi Vi + εIi
VM = = P
G1 + G2 + G3 + G4 Gi

3 octobre 2018 Page -32- elfilalisaid@yahoo.fr


CHAPITRE 3

RÉGIME TRANSITOIRE

Le but est de déterminer la constante de temps τ caractéristique du régime transi-


toire.
Pout cela excitons un système linéaire par une tension
( continue à t = 0 .
E si t > 0
On appelle échelon de tension e(t) défini par : e(t)
0 si t < 0
e(t)

0 t

3.1 Cas du circuit (R-C) :


Considérons le circuit suivant :

R
(1) i(t)

K
(2)
E C u

33
PCSI-LYDEX 3.1. CAS DU CIRCUIT (R-C) :

3.1.1 Charge du condensateur (régime forcé) :


Le condensateur est initialement déchargé :q(0) = 0 =⇒ uc (t = 0) = 0
à t = 0 on bascule K vers (1) : C se charge .

3.1.1.1 L’équation différentielle :

Appliquons la loi des mailles au circuit on obtient :


q dq q E
E − RI − = 0 =⇒ + =
C dt RC R

c’est l’équation différentielle du circuit

La solution de cette équation différentielle s’écrit : q(t) = Ae−t/τ + CE ; avec τ = RC la


constante du temps caractéristique du régime transitoire.
Or par continuité de la charge du condensateur , on a :q(0) = 0 =⇒ A = −CE
t
Donc : q(t) = CE(1 − e− τ )
Lorsque t → ∞, q(t) → CE = Q f

q(t) = CE(1 − e−t/τ ) =⇒ u(t) = E(1 − e−t/τ )

L’expression du courant électrique :

dq t E
i(t) = = Im e− τ avec Im =
dt R

Remarque
On a : i(0− ) = 0 , i(0+ ) = Im on tire que i(t) est discontinu

Représentation graphique
u(t) i(t)
E
Im =
R
E

t t

3.1.1.2 Détermination expérimentale de la constante de temps τ :

3.1.1.2.1 La pente à l’origine

3 octobre 2018 Page -34- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 3.1. CAS DU CIRCUIT (R-C) :

u(t)
M
E

tM t

On a l’équation de la pente à l’origine (droite)D s’écrit sous la forme y = kt avec

du(t)  E
k= =
dt t=0 τ
L’intersection des deux droites au point M en t M = τ

Propriété
L’intersection de la pente à l’origine avec le régime permanent se fait en

t = τ = RC

3.1.1.2.2 la valeur de u(τ)


u(t)

63% E

τ t

Évaluons u(τ) avec u(t) = E(1 − exp(−t/τ))

1
t = τ =⇒ u(τ) = E(1 − ) = 0, 63 E = 63%E
e

Propriété
On retient que lors de la charge, la valeur 0, 63 E = 63%E correspond à t = τ

3 octobre 2018 Page -35- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 3.1. CAS DU CIRCUIT (R-C) :

3.1.1.2.3 Temps de montée :


On définit deux instants t1 et t2 par u(t1 ) = 0, 1E et u(t2 ) = 0, 9E
Et puisque u(t) = E(1 − exp(−t/τ) alors t1 = −τ ln 0, 9 et t2 = −τ ln 0, 1.

u(t)

E
90% E

tm = t2 − t1

10% E
t1 t2 t

On définit le temps de montée tm par

tm = t2 − t1 = τ ln 9 ≃ 2, 2τ

Remarque
L’influence de la constante de temps τ sur la durée de la charge.
Pour cela traçons la charge pour différentes valeurs de τ

u(t)

63% E

τ1 < τ2 < τ3

τ1 τ2 τ3 t

Si τ → 0 alors la charge est presque instantanée

Conclusion
La constante du temps τ = RC augmente avec la résistance du conducteur oh-
mique ainsi la capacité du condensateur.

3 octobre 2018 Page -36- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 3.1. CAS DU CIRCUIT (R-C) :

3.1.1.3 Le portrait de phase :

3.1.1.3.1 Définitions :
f (x)
• C’est la représentation dans le plan (O, f (x), ) lorsque t varie.
dt
• On appelle point de phase un point P figuratif dont les coordonnées à un instant donné
d f (t)
t sont ( f (t), ).
dt
• Lorsque t varie , le point P décrit une courbe, cette courbe est appelé trajectoire de
phase.
• On appelle portrait de phase l’ensemble des trajectoires de phase lorsque les condi-
tions initiales varient.

3.1.1.3.2 Représentation dans le plan de phase :


df
Dans notre cas f (t) = q(t) et = i(t).
dt
E
On a q(t) = CE(1 − exp(−t/τ) et i(t) = exp(−t/τ) alors :
R
E 1
i= − q
R RC

1
C’est l’équation de la trajectoire de phase :droite de pente −
RC
Lorsque E varie alors la trajectoire de phase décrit des droites parallèles.
i(t)

q(t)

3.1.1.4 Aspect énergétique :


q 1
On a : E = Ri + =⇒ Eidt = Ri2 dt + qdq
C C
q2
Eidt = Ri2dt + d( )
2C
On appelle :
q2
Wc = : énergie totale emmagasinée dans le condensateur .
2C
δWg = Eidt : énergie élémentaire fournit par le générateur .
δW J = Ri2 dt : énergie élémentaire dissipée par effet Joule dans le circuit .
Z t Z t Z q
2 q
Eidt = Ri dt + dq
0 0 0 C

3 octobre 2018 Page -37- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 3.1. CAS DU CIRCUIT (R-C) :

3.1.2 Décharge du condensateur (régime libre) :

3.1.2.1 Équation différentielle et solution :

Quand le condensateur est chargé (q = CE = Q f ) ,on bascule l’interrupteur vers la


position (2) :donc en prenant l’instant de basculement comme origine des temps ,les
conditions initiales seront :q(0) = CE = Q f ; i(0) = 0
1 1
Ri + q = 0 =⇒ dq + q = 0
C τ
La solution est :q(t) = Ae−t/τ en utilisant les C.I on obtient :

E −t/τ
q(t) = CEe−t/τ =⇒ u(t) = Ee−t/τ k i(t) = − e
R

u(t)

E
90% E

tm = t1 − t2

10% E
t1 t2 t

• Lors de la décharge on a :
td = t10% − t90%

• q(τ) = 0, 37CE
• Le régime permanent est q = 0 (q(t) est une fonction décroissante).

3.1.2.2 L’équation de la trajectoire de phase :

D’après ce qui précède on tire que :

1
i=− q
RC

C’est une droite affine

3 octobre 2018 Page -38- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 3.2. CAS DU CIRCUIT (R-L) :

i(t)
q(t)

Remarque
• Si on remplace le générateur E et l’interrupteur K par un générateur délivrant
un signal rectangulaire (E,0) on obtient le signal suivant :

La suite

voir TP.

3.2 Cas du circuit (R-L) :

3.2.1 Régime forcé :

3.2.1.1 L’équation différentielle et solution

On remplace le condensateur par une bobine idéale dans le circuit précèdent :

3 octobre 2018 Page -39- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 3.2. CAS DU CIRCUIT (R-L) :

L
(1) i(t)

K
(2)
E R

di
L’interrupteur k est en position (1) : E = Ri + L
dt
donc :
di R E
+ i=
dt L L

c’est l’équation différentielle du circuit

La solution de cette équation différentielle en posant

L
τ= : constante du temps
R

Et en tenant compte que le courant qui traverse une bobine est continu alors on trouve
que :
E
i(t) = Im (1 − e−t/τ ) avec Im =
R

i(t)

Im

63% Im

τ t

La tension aux bornes de la bobine idéale est :

di
uL (t) = L = Ee−t/τ
dt

3 octobre 2018 Page -40- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 3.2. CAS DU CIRCUIT (R-L) :

uL (t)

37% E

τ t

3.2.1.2 Portrait de phase

E di E
On a : i = (1 − exp(−t/τ)) ainsi = exp(−t/τ)
R dt L

di E R
= − i
dt L L

R 1
Le portrait des phase est l’ensemble des droites parallèle de pente − =−
L τ
di(t)
dt

i(t)

3.2.1.3 Aspect énergétique

di 1
E = Ri + L =⇒ Eidt = Ri2 dt + d( Li2 )
dt 2
• δWg = Eidt : l’énergie élémentaire fournie par le générateur.
• δW J = Ri2 dt : l’énergie élémentaire perdue par effet Joule.
1
• δWm = d( Li2 ) : l’énergie élémentaire emmagasinée par la bobine.
2

Le bilan énergétique pour le circuit s’écrit

Wg = W J + Wm

3 octobre 2018 Page -41- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 3.3. CIRCUIT (RLC) SÉRIE :

3.2.2 Régime libre :


L’interrupteur maintenant en position (2) ; l’équation différentielle sera donc :
di E
Ri + L = 0 ; les conditions initiales sont i(0) =
dt R
par changement d’origine des dates ,la solution s’écrit :

E −t/τ
i(t) = e
R

La tension au bornes de la bobine est :

uL (t) = −E e−t/τ
i(t) uL (t)
Im

t −E

On vérifie bien que le courant qui traverse la bobine est continu par contre la tension
pas forcément continue.

3.3 Circuit (RLC) série :


Soit le circuit (RLC ) série :

L C
i(t)

3.3.1 Régime libre :


Soit q la charge du condensateur et u la tension entre ces bornes. L’équation différen-
tielle est :
1
Lq̈ + Rq̇ + q = 0 =⇒ LC ü + RC u̇ + u = 0
C
3 octobre 2018 Page -42- elfilalisaid@yahoo.fr
PCSI-LYDEX 3.3. CIRCUIT (RLC) SÉRIE :

On pose : r
1
◮ ωo = : pulsation propre
LC
R ωo
◮ 2α = = ;α cœfficient d’amortissement et Q le facteur de qualité
L Q
La forme canonique de l’équation différentielle sera :

q̈ + 2αq̇ + ω2o q = 0 =⇒ ü + 2αu̇ + ω2o u = 0

L’équation caractéristique est : r2 + 2αr + ω2o = 0


On pose : ∆′ = α2 − ω2o = (α − ωo )(α + ωo )

3.3.1.1 Régime apériodique ∆′ > 0 :

1
∆′ > 0 =⇒ α > ωo : Q <
2
p
Deux racines réelles distinctes : r± = −α ± α2 − ω2o
√ √
α2 −ω2o t α2 −ω2o t
q(t) = Aer+ t + Ber− t =⇒ q(t) = e−αt [Ae + Be− ]

Lorsque t → ∞, e−αt l’emporte ;d’où q → 0 sans osciller :C’est le régime apériodique.


Détermination des constantes
 A et Bp :Pour cela on suppose que q(t = 0) = q0 et i(t = 0) = i0


 i0 + (α + α2 + ω2o )qo
( 

 B= p
A + B = q0 

 2 α2 +pω2o
=⇒ 

Ar1 + Br2 = i0 

 −i0 + (−α + α2 + ω2o )qo


 A = p
 2 α2 + ω2o
Representation graphique

Avec :ωo = 1, Q = 0, 4; q(0) = 5; i(0) = 0 =⇒ qap = −1, 6667e−2t + 6, 667e−0,5t


q(t)

Variation de la charge dans le circuit RLC en régime apériodique

Le courant :i(t) = −1.666666667e−2t + 6.666666667e−0,5t

3 octobre 2018 Page -43- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 3.3. CIRCUIT (RLC) SÉRIE :

i(t)

Variation du courant dans le circuit RLC en régime apériodique

La trajectoire de phase est :


i(t)

q(t)

Portrait de phase en régime apériodique

Trajectoire de phase est une courbe ouverte caractéristique d’un système apé-
riodique

3.3.1.2 Régime critique ∆′ = 0 :

1
∆′ = 0 =⇒ α = ωo : Q =
2

Deux racines réelles confondues : r+ = r− = −α = −ωo

q = (c + dt)e−αt

Quand t → ∞, q → 0 rapidement sans osciller : C’est le régime critique.

Representation graphique

3 octobre 2018 Page -44- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 3.3. CIRCUIT (RLC) SÉRIE :

Conditions initiales :ωo = 1; Q = 0.5; q(0) = 5; i(0) = 0 =⇒ q(t) = 5 exp(−t) + 5t exp(−t); i(t) =
−5t exp(−t)

q(t)

Variation de la charge dans le circuit RLC en régime critique

De même :

i(t)

Variation du courant dans le circuit RLC en régime critique

La trajectoire de phase est :

3 octobre 2018 Page -45- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 3.3. CIRCUIT (RLC) SÉRIE :

i(t)

q(t)

Portrait de phase en régime critique

Remarque
• Le régime critique est le régime le plus rapide qui tend vers le régime perma-
nent (q = 0)
• Si c = 0 alors q(t) = dt e−αt

Représentation temporelle
q(t) i(t)

t
t

Portrait de phase
i(t)

q(t)

3 octobre 2018 Page -46- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 3.3. CIRCUIT (RLC) SÉRIE :

3.3.1.3 Régime pseudopériodique ∆′ < 0 :

1
∆′ < 0 =⇒ α < ωo : Q >
2

∆′ = α2 − ω2o = i2 Ω2 avec :Ω2 = ω2o − α2


Deux racines complexes conjuguées : r1 = −α+iΩ et r2 = −α−iΩ donc la solution s’écrit :

q(t) = e−αt (A cos Ωt + B sin Ωt) = C e−αt cos(Ωt + ϕ)

C’est une fonction pseudopériodique d’amplitude Qm = C e−αt variable en fonction du


temps Qm t → +∞ 0
−−−−−−→
La pseudopériode est :

2π To To
T= = r = r
Ω α 1
1 − ( )2 1−
ωo 4Q2

Representation graphique

La fonction q(t) est le produit d’une fonction périodique est une fonction non pério-
dique (amplitude), et puisque

−C e−αt 6 C e−αt cos(Ωt + ϕ) 6 C e−αt

alors on représente les deux enveloppes puis la fonction q(t) (q(t) ne peut pas dépasser

l’enveloppe) α = 0.5, ωo = 9, 25, Ω = 3, ϕ = 0, qo = 1 =⇒ q pp = e−0.5t cos 3t

Representation graphique

Conditions initiales :ωo = 8; Q = 10; q(0) = 5; i(0) = 0 =⇒ q(t) = exp(−0.4t)(5 cos(7, 99t) +
0, 25 sin(7, 99t)); i(t) = exp(−0, 4t)[−40 sin(7, 99t) + 10−9 cos(7, 99t)]

3 octobre 2018 Page -47- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 3.3. CIRCUIT (RLC) SÉRIE :

q(t)

Variation de la charge dans le circuit RLC en régime pseudo-périodique

De même :
i(t)

Variation du courant dans le circuit RLC en régime pseudo-périodique

3 octobre 2018 Page -48- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 3.3. CIRCUIT (RLC) SÉRIE :

La trajectoire de phase est :

i(t)

q(t)

Portrait de phase en régime pseudo-périodique

3 octobre 2018 Page -49- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 3.3. CIRCUIT (RLC) SÉRIE :

Remarque
2π 2π 2π 2α 1
◮ On a T = =⇒ T = r et comme T o = ainsi = Q étant le
Ω  α 2 ωo ωo Q
ωo 1 −
ωo
facteur de qualité ; alors

To To
T= r = r
 α 2 1
1− 1−
ωo 4Q2

Si α ≪ ωo =⇒ Q ≫ 1 ;en effet R très faible ,alors T ≃ T o oscillations synchrones.


◮ Comme e−αt est un nombre sans dimension alors α à la dimension d’un temps−1
, on pose
1
α=
τ
τ s’appelle le temps de relaxation ou temps d’amortissement.
C
Donc pour t = τ l’amplitude Ce−αt (t = τ) =
e
On conclut donc que :Le temps de relaxation est le temps nécessaire pour
que l’amplitude se divise par e
C
◮ Pour t = 10τ alors l’amplitude Ce−αt (t = 10τ) = = 0.0000454C → 0
22026.46579
On retient donc que pour t > 10τ le régime transitoire disparaît.

Aspect énergétique :

1 1 1
On a : Lq̈ + Rq̇ + q = 0 =⇒ ( Li2 ) + Ri2 dt + d( q2 ) = 0
C 2 2C
1 2
• δWe = d( q ) :l’énergie électrostatique élémentaire emmagasinée par le conden-
2C
sateur .
1
• δWm = d( Li2 ) :l’énergie magnétique élémentaire emmagasinée par la bobine .
2
• δWe = Ri2 dt :l’énergie élémentaire dissipée par effet Joule dans la resistance .

We + W J + Wm = 0

le bilan énergétique pour le circuit (RLC série) libre

3 octobre 2018 Page -50- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 3.3. CIRCUIT (RLC) SÉRIE :

Decrement logarithmique
on définit le décrément logarithmique par

δ = αT

cœfficient sans unité

On a :
⊲ u(t) = Ae−αt cos(Ωt + ϕ)
⊲ u(t + nT ) = Ae−α(t+nT ) cos(Ωt + nΩT + ϕ) = e−αnT u(t)
D’où :
u(t) u(t)
= eαnT =⇒ αnT = ln
u(t + nT ) u(t + nT )

On en déduit que
1 u(t)
δ = αT = ln
n u(t + nT )

Si n = 1 alors :
u(t)
δ = αT = ln
u(t + T )

3.3.2 Régime forcé :


On ajoute au circuit précédent un générateur délivrant une une tension continue E .

L C
i(t)

E R

L’équation différentielle
di 1 dq
On a :E = L + (R + r)i + q et comme i = = q̇ convention récepteur et en posant
dt C dt
α 1
2α = et ω2o = alors la forme canonique de l’équation différentielle est :
R+r LC

E
q̈ + 2αq̇ + ω2o q =
L

Solution de l’équation différentielle


La solution est la somme de deux solutions :
• qt (t) solution de l’équation homogène qui tend vers 0 après quelques périodes :elle

3 octobre 2018 Page -51- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 3.3. CIRCUIT (RLC) SÉRIE :

décrit donc un régime transitoire


• q p (t) solution particulière décrit le régime permanent.
On a :
• q p (t) = CE
• L’expression de qt (t) dépend du signe de ∆′ .
Pour la suite on suppose que ∆′ < 0 =⇒ α < ωo : régime pseudo-périodique, donc

qt (t) = Ae−αt cos(Ωt + ϕ)

A l’amplitude ( grandeur positive) et ϕ la phase à l’origine deux constantes déterminés


par les conditions initiales ;on suppose que q(t = 0) = 0 condensateur initialement dé-
chargé et i(t = 0) bobine initialement déchargé.
q(t) = CE + Ae−αt cos(Ωt + ϕ) =⇒ q(t = 0) = 0 = CE + A cos ϕ (I)
−αt
i(t) = −Ae (α cos(Ωt + ϕ) + Ω sin(Ωt + ϕ))
i(t = 0) = 0 =⇒ α cos ϕ + Ω sin ϕ = 0 (II)
D’après (II) :
α
tan ϕ = −

CE 1 1 √
D’après (I) :A = − et comme 1 + tan2 x = 2x
=⇒ = ± 1 + tan2 x
r cos ϕ cos cos x
α2
alors A = ±CE 1 + 2

Puisque A est une amplitude alors le signe +, donc
r
α2
A = CE 1+
Ω2

Cas particulier important α ≪ ωo =⇒ Q ≫ 1


Dans ce cas
α ≪ ωo =⇒ Ω = ωo ; T = T o ; A = CE; ϕ = 0

Donc
q(t) = CE(1 + e−αt cos(ωo t))

Ainsi
i(t) = −CEe−αt (α cos ωo t + ωo sin ωo t)

Puisque les fonctions cos x et sin x sont bornées et α ≪ ωo alors

i(t) = −CEωo e−αt sin ωo t

Representation graphique

Représentation de la charge

3 octobre 2018 Page -52- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 3.3. CIRCUIT (RLC) SÉRIE :

q(t)

CE(1 + exp(−αt)

CE

CE(1 − exp(−αt)

Variation de la charge dans le circuit RLC en régime pseudo-périodique forcé

3 octobre 2018 Page -53- elfilalisaid@yahoo.fr


Représentation du courant
PCSI-LYDEX 3.3. CIRCUIT (RLC) SÉRIE :

i(t)

Variation du courant dans le circuit RLC en régime pseudo-périodique forcé

3 octobre 2018 Page -54- elfilalisaid@yahoo.fr


Représentation du portrait de phase
PCSI-LYDEX 3.3. CIRCUIT (RLC) SÉRIE :

i(t)

q(t)

Portrait de phase en régime pseudo-périodique


Remarque
Si on remplace la tension continue E par un générateur de tension carrée on
obtient le schéma suivant :

Representation graphique

Pour toute les détails voir TP régime transitoire

3 octobre 2018 Page -55- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 3.3. CIRCUIT (RLC) SÉRIE :

3 octobre 2018 Page -56- elfilalisaid@yahoo.fr


CHAPITRE 4

RÉGIME ALTERNATIF SINUSOIDAL

Un signal alternatif est un signal qui n’admet pas de composante continue (sa valeur
moyenne est nulle :< u(t) >= 0) ,en effet son expression s’écrit sous la forme :

x(t) = Xm cos(ωt + ϕ)

avec :
• Xm : amplitude du signal (valeur positive).
• ωt + ϕ : la phase à l’instant t.
• ϕ : La phase à l’origine, c’est à dire la phase pour t = 0
• ω : la pulsation .

4.1 Amplitude complexe ,Impedance et admittance com-


plexes

4.1.1 Amplitude complexe


Soit un signal sinusoidal d’amplitude Xm et de pulsation ω, c’et à dire

x(t) = Xm cos(ωt + ϕ)

A ce signal on peut lui associer :


◮ Un vecteur tournant de norme Xm et d’angle θ = ωt + ϕ : représentation de Fresnel.
◮ Un nombre complexe de module Xm et d’argument ϕ : représentation complexe.
Rappel :
⊲ | Z 1 × Z 2 |=| Z 1 | × | Z 2 |
Z | Z |
⊲ 1 = 1
Z2 | Z2 |
⊲ arg(Z 1 Z 2 ) = arg Z 1 + arg Z 2 ⊲ arg(Z 1 /Z 2 ) = arg Z 1 − arg Z 2
π
⊲ arg(a > 0) = 0 ⊲ arg(a < 0) = π ⊲ arg( ja)(a > 0) =
2
π
⊲ arg( ja)(a < 0) = − ⊲ = z1 + z2 = z1 + z2 ⊲ z1 /z2 = z1 /z2
2
Si Z = a + jb =| Z | e alors :

57
PCSI-LYDEX 4.1. AMPLITUDE COMPLEXE ,IMPEDANCE ET ADMITTANCE COMPLEXES

√ b ℑ(Z)
⊲ | Z |= a2 + b2 ⊲ sin θ = √ =
a2 + b2 |Z|
a ℜ(Z) b ℑ(Z)
⊲ cos θ = √ = ⊲ tan θ = =
a2 + b2 |Z| a ℜ(Z)
La notation complexe consiste à associe à une fonction sinusoïdale un nombre complexe :
x(t) = Xm cos(ωt + ϕ) → x(t) = Xm cos(ωt + ϕ) + jXm sin(ωt + ϕ)
=⇒ x(t) = Xm e j(ωt+ϕ) = Xm e jϕ e jωt avec : x(t) = ℜ(x(t))

x(t) = Xm e jϕ e jωt

Xm
On rappelle que pour un signal sinusoidal :Xe = √ : valeur efficace.
2
On pose :
X m = Xm e jϕ =⇒ Xe = Xe e jϕ

On conclut que :

Xe = |Xe| k Xm = |X m | k ϕ = arg X m = arg X e

Intérêt de la notation complexe :


⋆ Linéarité :
Si x1 = X1m cos(ωt + ϕ1 ) et x2 = X2m cos(ωt + ϕ2 ) alors pour :
x = x1 + x2 = Xm cos(ωt + ϕ) =⇒ Xm e jϕ e jωt = X1m e jϕ1 e jωt + X2m e jϕ2 e jωt

X m = X 1m + X 2m

Propriété
Linéarité
L’addition de deux fonctions sinusoïdales de même pulsation ω est équi-
valent à l’addition des amplitudes complexes en notation complexe.

⋆ Dérivation :
x(t) = Xm cos(ωt + ϕ) =⇒ x = Xm e jϕ e jωt
π
dx π j
=⇒ = −ωXm sin(ωt + ϕ) = ωXm cos(ωt + ϕ + ) → ωXm e e e = jωXm e jϕ e jωt
jϕ jωt 2
dt 2

dx
= jωx(t)
dt

Propriété
Dérivation
Dériver par rapport à t en notation réelle revient à multiplier par ( jω) en
notation complexe

⋆ Intégration :

3 octobre 2018 Page -58- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 4.1. AMPLITUDE COMPLEXE ,IMPEDANCE ET ADMITTANCE COMPLEXES

R 1 Xm π
Xm sin(ωt + ϕ) =
x(t)dt = cos(ωt + ϕ − )
ω ω 2
π
Xm jϕ jωt − j Xm jϕ jωt
→ e e e 2 = e e
ω jω
Z
1
x(t)dt = x(t)

Propriété
Intégration
1
Intégrer par rapport à t en notation réelle revient à multiplier par ( )

en notation complexe

4.1.2 Impédance complexe et admittance complexe :


4.1.2.1 Définitions :

Soit un dipole linéaire AB ;

i(t)
D

u(t)

i = Im cos(ωt + ϕi ) → i = I m e jωt avec I m = Im e jϕi


Puisque le dipole est linéaire alors la tension u(t) est sinusoidal de même pulsation ω
u = Um cos(ωt + ϕu ) → u = U m e jωt avec U m = Um e jϕu
On appelle impedance complexe

Um Ue
Z= =
Im Ie

Um j(ϕu −ϕi )
Z= e = Ze jϕ
Im

Um
Z = |Z| = k ϕ = ϕu − ϕi = arg Z
Im

ϕ étant le déphasage entre u(t) et i(t)

On appelle admittance complexe :

1 I Im − jϕ
Ym = = m = e
Z m U m Um

3 octobre 2018 Page -59- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 4.1. AMPLITUDE COMPLEXE ,IMPEDANCE ET ADMITTANCE COMPLEXES

4.1.2.2 Applications :

4.1.2.2.1 Impédance d’un resistor :


u = Ri =⇒ U m = RI m

Conclusion:
ZR = R =⇒ ϕR = 0: u(t) et i(t) sont en phase

uR (t)

i(t)

4.1.2.2.2 Impedance d’une bobine idéale :


di
u = L =⇒ U m = jLωIm =⇒
dt
Z L = jLω

Conclusion:
• ZL = Lω
π
• ϕL = +
2
• ϕL > 0 =⇒ u(t) est en quadrature avance par rapport à i(t)
π
• ϕL = =⇒ ∆t = T/4
2

uL (t)

i(t)

3 octobre 2018 Page -60- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 4.2. ÉTUDE DU CIRCUIT RLC SÉRIE EN RÉGIME SINUSOIDAL FORCÉ

4.1.2.2.3 Impedance d’un condensateur :


1R 1
u= i(t)dt =⇒ U m = Im =⇒
C jCω

1 uc (t)
ZC =
jωC i(t)


t
1
ZC = ; ϕC = −π/2

• ϕC < 0 =⇒ u(t) est en quadrature
retard par rapport à i(t)
• |ϕC | = π/2 =⇒ ∆t = T/4

Remarque
Conclusion
Tous les résultats trouvés en courant continu reste valable en régime si-
nusoidal forcé à condition de travailler avec les grandeurs complexes

Exemple :Voir TD 3 :

4.2 Étude du circuit RLC série en régime sinusoidal


forcé
Soit un circuit RLC série alimenté par un GBF maintenant entre ses bornes une ten-
sion
e(t) = E cos(ωt + ϕe ) avec ω = 2π f variable ; f étant la fréquence

L R
i(t)

u(t) ∼ C

4.2.1 Régime transitoire et régime permanent


L’équation différentielle s’écrit :

d 2 q ωo dq 2 E
+ + ω o q = cos(ωt + ϕe )
dt2 Q dt L

3 octobre 2018 Page -61- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 4.2. ÉTUDE DU CIRCUIT RLC SÉRIE EN RÉGIME SINUSOIDAL FORCÉ

La solution de cette équation différentielle est la somme de deux solutions :


• Une solution de l’équation homogène (sa forme dépend du signe de ∆′ ), cette solution
tend vers 0 lorsque t → ∞(t > 10τ).
• Une solution particulière qui s’écrit sous la forme Q cos(ωt + ϕq ) qui décrit le régime
permanent.
Pour représenter les deux régimes on suppose que ∆′ < 0 , ainsi : q(t) = 1e−0,1t cos(2t) + 1 cos(t)
u(t)

Régime transitoire Régime établi

4.2.2 Étude de l’impedance


RLC en série donc Z = Z R + Z C + Z L alors
1
Z = (R + r) + j(Lω − )

On tire que :
r
1 2 p
Z= (R + r)2 + (Lω − ) = Re 1 + Q2 (x − 1/x)2

1
Lω −
tan ϕ = Cω
R+r
dZ
Cherchons si Z présente un extremum, pour cela calculons :

1 1
dZ (Lω − )(L + )
= r Cω Cω2
dω 1 2
(R + r)2 + (Lω − )

dZ 1 1
= 0 =⇒ Lω = On retient que Z est minimale pour ω = ωo = √ et sa valeur
dω Cω LC
minimale est
Zmin = R + r

3 octobre 2018 Page -62- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 4.2. ÉTUDE DU CIRCUIT RLC SÉRIE EN RÉGIME SINUSOIDAL FORCÉ

R+r

xR = 1 x

4.2.3 Résonance en tension aux bornes du condensateur (Charge)

4.2.3.1 Équation différentielle et solution

di q q dq duc
On a :e(t) = Re i + L + et puisque uc = et i = =C alors
dt c C dt dt

d 2 uc R duc 1 1
+ + u c = e(t)
dt2 L dt LC LC

1 R ωo
En posant ω2o = et 2α = = la forme canonique
LC L Q

d 2 uc ωo duc
+ + ω2o uc = ω2o E cos(ωt + ϕe )
dt2 Q dt

C’est une équation différentielle en uc du second ordre linéaire avec second membre si-
nusoidal.
La solution de cette équation différentielle en régime permanent s’écrit uc (t) = Uc cos(ωt+
ϕc ).
Le problème et de déterminer Uc et ϕc .
On utilise la méthode complexe pour déterminer ces deux grandeurs, pour cela on utilise
le diviseur de tension :

1/ jCω 1
Uc = E =⇒ U c =  ω 2 E
Re + jLω + 1/ jCω j ω
1− +
ωo Q ωo

3 octobre 2018 Page -63- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 4.2. ÉTUDE DU CIRCUIT RLC SÉRIE EN RÉGIME SINUSOIDAL FORCÉ

ω
Posons pour la suite x = : pulsation réduite (sans dimension)
ωo

1
Uc = E
j
1− x2 + x
Q

Donc
E
Uc = s
x2
(1 − x2 )2 +
Q2

j
ϕc = ϕe − arg(1 − x2 + x)
Q

4.2.3.2 Étude de l’amplitude Uc


dUc
Cherchons si Uc présente un extremum ; pour cela calculons :
dx

 1 
x 2(x2 − 1) + 2
dUc Q
= −E 
dx x 3/2
2
(x2 − 1)2 + 2
Q

On conclut donc que :


• Uc présente en x = 0 =⇒ ω = 0 (Signal continue) un extremum (solution non impor-
tante)
1
• Si Q > √ Uc présente un deuxième extremum en
2
s s
1 1
xR = 1− =⇒ ωR(charge) = ωo 1−
2Q2 2Q2

Avec
2EQ2
Uc(max) = p
4Q2 − 1

Si Q ≫ 1 alors
Uc(max) = QE

c’est le phénomène de surtension


1
• Si Q 6 √ Uc ne présente pas un deuxième extremum : Uc une fonction décroissante
2
Représentation pour quelques valeurs de Q

3 octobre 2018 Page -64- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 4.2. ÉTUDE DU CIRCUIT RLC SÉRIE EN RÉGIME SINUSOIDAL FORCÉ

Uc

QE m

Em

Remarque
Pour Q > 5 =⇒ ωR = 0, 9899ωo ≃ ωo

4.2.3.3 La bande passante à -3dB pour la charge


2
On suppose pour la suite que Q >
2
On définit la bande passante à -3dB par l’intervalle des pulsations [ω1 , ω2 ](ou fréquences
Uc(max)
[ f1 , f2] ou [x1 , x2 ]) tel que Uc > √
2

3 octobre 2018 Page -65- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 4.2. ÉTUDE DU CIRCUIT RLC SÉRIE EN RÉGIME SINUSOIDAL FORCÉ

Uc

U
c(max) =QE

U
c(max)

2

ω
ωo
ωc1
ωc2

Vu la courbe de Uc en fonction de x on cherche les valeurs de x ou on a l’égalité.


Tout calcul (avec maple)fait donne :
v
u
t s v
u
t s
ωc1 1 1 1 ωc2 1 1 1
xc1 = = 1− − 1− xc2 = = 1− + 1−
ωo 2Q 2 Q 4Q2 ωo 2Q 2 Q 4Q2

Si Q ≫ 1 alors
s s
1 1 1 1
ωc1 ≃ ωo 1 − ≈ ωo (1 − ) et ωc2 ≃ ωo 1+ ≈ ωo (1 + )
Q 2Q Q 2Q

La largeur de la bande passante à -3dB est :

ωo
∆ω = ωc2 − ωc1 =
Q

4.2.3.4 Étude du déphasage φ = ϕc − ϕe


j
On a :ϕc = ϕe − arg(1 − x2 + x) donc :
Q
x/Q
sin φ = − s <0
2
x
(1 − x2 )2 +
Q2

sin φ < 0 =⇒ φ ∈ [−π, 0]

x
j Q
φ = − arg(1 − x2 + x) =⇒ tan φ = −
Q 1 − x2

3 octobre 2018 Page -66- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 4.2. ÉTUDE DU CIRCUIT RLC SÉRIE EN RÉGIME SINUSOIDAL FORCÉ

⊲ x → 0 =⇒ φ → 0
π
⊲ x → 1 =⇒ φ → −
2
⊲ x → +∞ =⇒ φ → −π en effet :
π π π
φ ∈ [−π, π] =⇒ φ + ∈ [− , ]
2 2 2
π 1 Q(1 − x2 ) π Q(1 − x2 )
tan(φ + ) = − = =⇒ φ = − + arctan
2 tan φ x 2 x
π π
Pour x → ∞ =⇒ φ → − − = −π
2 2
φ

1 x

π

2

−π

4.2.4 Résonance en intensité


En régime permanent le courant à pour expression i(t) = Im cos(ωt + ϕi ) =⇒ i(t) = I m e jωt
avec I m = Im e jϕi
En appliquant la loi d’ OHM en notation complexe, on obtient

E E/Re
Im = =⇒ I m =
1 1
Re + jLω + 1 + jQ(x − )
jCω x

4.2.4.1 Étude de l’amplitude Im

On a
E E/Re
Im = = r
|Z|  1 2
1 + Q2 x −
x

⊲ x = 0 =⇒ Im = 0
⊲ x → ∞ =⇒ Im → 0
1
⊲ Im est maximal si Z est minimal c’est à dire pour ω = ωo = : C’est la pulsation
LC
de résonance du courant
E
⊲ Im (ωo ) = = Imax
Re
Representation graphique de Im en fonction du facteur de qualité Q

3 octobre 2018 Page -67- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 4.2. ÉTUDE DU CIRCUIT RLC SÉRIE EN RÉGIME SINUSOIDAL FORCÉ

Q = 2

Q = 4

Q = 6

Q = 8

x
1

4.2.4.2 La bande passante à -3dB

On définit la bande passante à -3dB par l’intervalle des pulsations [ω1 , ω2 ](ou fré-
Imax  1 2  1 2
quences [ f1 , f2 ]) tel que Im > √ c’est à dire 1 + Q2 x − 6 2 =⇒ Q2 x − −1 60
2 x x

Im

E
Imax =
Re

Imax

2

ωc1 ωo ωc2
x1 = x2 =
ωo ωo

D’après le graphe de Im = Im (x) on cherche les x ou l’égalité est satisfaite :

 1 2 1
Q2 x − − 1 = 0 =⇒ Q2 (x − )2 = 1
x x
1 1
Q2 (x − )2 = 1 =⇒ Q(x − ) = ±1 c’est à dire que
x x
s
1 1 1
x2 ± x − 1 = 0 =⇒ x1/2 = ± + +1
Q 2Q 2Q2

3 octobre 2018 Page -68- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 4.2. ÉTUDE DU CIRCUIT RLC SÉRIE EN RÉGIME SINUSOIDAL FORCÉ

s s
ω1 1 1 ω2 1 1
x1 = =− + +1 ; x2 = = + +1
ωo 2Q 2Q2 ωo 2Q 2Q2

La largeur de la bande passante à -3dB est :

ωo Re
∆ω = ω2 − ω1 = =
Q L

La résonance est aiguë si la bande passante est étroite (Re faible)


Remarque
On retrouve la définition du facteur de qualité

r
ωo 1 L Lωo 1
Q= = = =
∆ω R C R RCωo

4.2.4.3 Étude du déphasage ϕ = ϕi − ϕe

1
On a ϕi = ϕe − arg(1 + jQ(x − ) en posantϕ = ϕi − ϕe alors
x

1 1 π π
ϕ = − arg(1 + jQ(x − ) =⇒ cos ϕ = r > 0 =⇒ ϕ ∈ [− , ]
x 1 2 2
1 + Q2 (x − )2
x

π
⊲ Si x → 0 alors ϕ →
2
π
⊲ Si x → ∞ alors ϕ → −
2
⊲ Si x → 1(à la résonance
r en courant) alors ϕ → 0
1 1 π
⊲ Si x → x1 = − + + 1 alors ϕ → +
2Q r 2Q2 4
1 1 π
⊲ Si x → x2 = + 2
+ 1 alors ϕ → −
2Q 2Q 4

Representation graphique de ϕ en fonction x

3 octobre 2018 Page -69- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 4.3. LA PUISSANCE :

4.3 La puissance :

4.3.1 Facteur de puissance :


⋆ La puissance instantanée :
δW
p(t) = = u(t).i(t)
δt
⋆ La puissance moyenne :
Z T
1
Pm =< p(t) >= p(t)dt
T 0

sachant que
• u(t) = Um cos(ωt + ϕu )
• i(t) = Im cos(ωt + ϕi )
1
• cos a cos b = [cos(a + b) + cos(a − b)]
2
Et en posant ϕ = ϕu − ϕi le déphasage de le tension par rapport au courant alors :
Pm = Um Im cos(ωt + ϕu ) cos(ωt + ϕi )
Um Im
Pm =< p(t) >= cos ϕ = Ue Ie cos ϕ
2
⊲ cos ϕ : facteur de puissance.
Um Im
⊲ Pm = cos ϕ :puissance active ou puissance utile
2
Um Im
⊲ Q= sin ϕ :puissance réactive
2
Um Im
⊲ S = :puissance apparente
2
S 2 = P2m + Q2

3 octobre 2018 Page -70- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 4.3. LA PUISSANCE :

Remarque
ui∗ = UI ∗ = Um Im e j(ϕ+ϕi ) e− jϕi = Um Im cos ϕ + jUm Im sin ϕ

1 1
Pm = ℜ(ui∗ ) = ℜ(U m I ∗m ) = ℜ(U e I ∗e )
2 2

Et puisque U m = ZI m alors
I2
Pm = ℜ(Z) = Ie2 ℜ(Z)
2
On conclut donc que la puissance moyenne est dissipée dans la partie réelle de l’impé-
dance complexe
Intérêt : Soit un générateur alimentant une utilisation à travers une ligne de transport
(cables) :

Ligne (Z)

Générateur cos ϕ
utilisation

On pose :
◮Pu = UI cos ϕ : La puissance moyenne utile.
◮S = UI : La puissance apparente.
◮P J = RI 2 : La puissance moyenne consommée par la ligne (Z = R + jX )
◮Pg : la puissance moyenne délivrée par le générateur.
Le bilan énergétique s’écrit :Pg = P J + Pu
Le rendement énergétique de l’ensemble est :

Pu 1
η= =
Pg PJ
1+
Pu

η est une fonction décroissante de


P J RI 2 RPu
= = 2
Pu Pu U cos2 ϕ
PJ
Pour augmenter η , il faut minimiser donc soit :
Pu
⊲ Diminuer R (augmenter la section des cables)
⊲ Augmenter U (haute tension)
⊲ Augmenter cos ϕ (en pratique cos ϕ > 0, 9)
Exemple : Soit un dipôle d’impédance complexe Z = Ze jϕ
Pour augmenter cos ϕ, on peut placer en parallèle sur le dipôle un condensateur

3 octobre 2018 Page -71- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 4.3. LA PUISSANCE :

D C

L’admittance équivalente est


1
Y e = jCω +
Z
On veut que cos ϕtotal = 1 =⇒ Y e ∈ R c’est à dire

1 1
Cω − sin ϕ = 0 =⇒ C = sin ϕ
Z Zω

4.3.2 Adaptation d’impedance :


Voir Exercice No 1 de la série II électrocinétique

XE 2
1. Pm =
2[(X + XG )2 + (Y + YG )2 ]
2. Pm est maximale si sa dérivée est nulle :
∂Pm
• = 0 =⇒ X = XG
∂Y
∂Pm
• = 0 =⇒ Y = −YG
∂X
Donc Z = Z ∗
3. Z est imaginaire pur =⇒ X = 0 d’où la puissance moyenne est nulle
4. la fréquence f = 150 MHz
• Z = R//C avec R = 150 Ω et C = 100 pF
1 1
Z = ZG∗ =⇒ Y = Y G∗ et comme Y = + jCω =⇒ Y G = − jCω
R R
1 1 1 1
donc Y G = + avec Lω = =⇒ L =
R jLω Cω2 Cω2
1
AN L = = 11, 26 nH
4π f 2C
On conclut donc que
ZG = R//L
1 1
• Z = R//L =⇒ ZG = R//C tel que C = 2
= 2 2
Lω 4π L f
AN C = 37, 5 pF

3 octobre 2018 Page -72- elfilalisaid@yahoo.fr


CHAPITRE 5

DIAGRAMMES DE BODE DES FILTRES DU PREMIER ET


SECOND ORDRE

On admet le Théorème de FOURIER : toute fonction périodique peut être décompo-


sable en une série de fonctions sinusoïdales.
C’est pour cela qu’on s’interesse aux signaux sinusoïdaux appliqués aux systèmes li-
néaires.

5.1 Fonction de transfert

5.1.1 Définitions
Soit D un quadripole constitué par un système linéaire possédant une entrée ve et une
sortie v s :

Ve D Vs

Puisque on s’interesse aux signaux sinusoidaux , alors on pose :


⊲ ve (t) = Ve cos(ωt + ϕe ) =⇒ ve (t) = V e e jωt avec V e = Ve e jϕe
⊲ vs (t) = V s cos(ωt + ϕ s ) =⇒ vs (t) = V s e jωt avec V s = Ve e jϕs
On appelle fonction de transfert :

V s V s j(ϕs −ϕe )
H( jω) = = e = He jϕ
V e Ve

Vs
avec H = le module de la fonction de transfert et ϕ = ϕ s −ϕe son argument(le déphasage
Ve
de la sortie par rapport à l’entrée).

5.1.2 Exemples
Déterminer la fonction de transfert pour les circuits suivants :
jRCω
◮ circuit CR :H =
1 + jRCω

73
PCSI-LYDEX 5.1. FONCTION DE TRANSFERT

1
◮ circuit RC :H =
1 + jRCω
1
◮ circuit RLC :H =
1 − LCω2 + jRCω
−LCω2
◮ circuit RCL :H =
1 − LCω2 + jRCω
jRCω
◮ circuit LCR :H =
1 − LCω2 + jRCω

5.1.3 Lien entre la fonction de transfert et l’équation différen-


tielle

Rappelons que en notation complexe multiplier par ( jω)n c’est dérivé n fois par rap-
port au temps et diviser par ( jω)n c’est intégrer n fois par rapport au temps.
Prenons l’exemple du circuit RC :
Vs ω
H( jω) = =⇒ V e = V s + j V s en passant à la notation réelle on a
Ve ωc

1 dvs (t)
ve (t) = vs (t) +
ωc dt

C’est l’équation différentielle du circuit

5.1.4 Diagrammes de BODE

En électronique , on couvre en général une large plage de fréquences (10 → 100 kHz
cadre de l’ARQP) ,la representation linéaire est peu pratique et peu utilisé.
• Diagramme de Bode : c’est une representation en échelle logarithmique en abscisse.
• On définit le gain G en décibels par :

GdB = 20 log H

On rappelle que H est sans dimension.


Le diagramme de Bode est le tracé des deux courbes :
◮ GdB = f (log(ω)) :diagramme de Bode pour H en décibels ;
◮ ϕ = g(log(ω)) :diagramme de Bode pour la phase.

3 octobre 2018 Page -74- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 5.2. FILTRAGE

Remarque

1. On trace en général un diagramme de Bode sur un papier «semi-


logarithmique» (avec une échelle logarithmique )
2. On a lim log ω → −∞ : un diagramme de Bode ne «s’arrête pas » à log ω = 0
ω→0
(
GdB = G1dB + G2dB
3. Si H = H 1 × H 2 =⇒
ϕ = ϕ1 + ϕ2
On peut sommer les diagrammes de Bode



 GdB = 0 ⇐⇒ H = 1


4. 
 GdB < 0 ⇐⇒ H < 1


 GdB > 0 ⇐⇒ H > 1



 H = 10 ⇐⇒ GdB = 20





 H = 102 ⇐⇒ GdB = 40


 .

 ..

5. 



 H = 10−1 ⇐⇒ GdB = −20





 H = 10−2 ⇐⇒ GdB = −40


 ...

◮ On appelle le décade l’intervalle des pulsations [ω1 , ω2 ] tel que ω2 = 10ω1

5.2 Filtrage

5.2.1 Introduction

Un filtre est un système linéaire qui transmet (le plus parfaitement possible ) cer-
taines fréquences et atténue (le plus possible ) les autres.
Il est caractérisé par sa bande passante [ωc1 , ωc2 ] ou ∆ω = ωc2 − ωc1 avec ωc1 et ωc2 les
pulsations de coupure.
On définit la bande passante à -3dB par

Hmax
H(ωc ) = √ =⇒ G(ωc ) = Gmax − 3dB
2

3 octobre 2018 Page -75- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 5.3. FILTRES DU PREMIER ORDRE

5.2.2 Principaux types de filtres

H H

Filtre passe-bas
Filtre passe-haut
Ho
Ho
Filtre idéal

Ho Ho
√ √
2 2

Filtre réel

Filtre idéal

Filtre réel

ω
ω
ωc ωc
H H
Filtre passe- bande Filtre coupe-bande

Ho Ho

Filtre réel

Ho
Ho √
√ 2
2

Filtre réel

Filtre idéal

Filtre idéal ω
ωc1 ωc2
ωc1 ωc2 ω

Remarque
On pose
N(ω)
H( jω) =
D(ω)
avec deg N(ω) 6 deg D(ω) (sinon le système est instable)
On dit qu’un filtre est d’ordre n si degD(ω) = n

5.3 Filtres du premier ordre

5.3.1 Filtre passe-bas du premier ordre

La forme canonique du filtre passe-bas d’ordre 1 est :

Ho Ho
H( jω) = ω = 1 + jx
1+ j
ωc

3 octobre 2018 Page -76- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 5.3. FILTRES DU PREMIER ORDRE

5.3.1.1 L’étude d’un exemple :

considérons le circuit (RC) suivant : Ve C Vs


i
1
◮ En BF :ω(x) → 0 =⇒ → ∞ (le condensateur se comporte comme un interrup-
jCω
teur ouvert) ,donc le courant est nul et par conséquent v s (t) = ve (t)
1
◮ En HF :ω(x) → ∞ =⇒ → 0 (le condensateur se comporte comme un fil) ,donc
jCω
la tension entre ses bornes est nulle et par conséquent v s (t) = 0
On conclut que ce filtre laisse passer les tensions sinusoïdales de faibles fréquences et
élimine les tensions de hautes fréquences : C’est un filtre passe-bas
1
jCω 1
La fonction de transfert s’écrit :H( jω) = =
1 1 + jRCω
R+
jCω
Donc :
1
ωc = || Ho = 1
RC

⋆ Si ω ≫ ωc (x → ∞) =⇒ H( jω) → 0 (V s → 0)
⋆ Si ω ≪ ωc (x → 0) =⇒ H( jω) → Ho
⋆ Le circuit est constitué des composants passifs alors le filtre est passif.
⋆ Puisque le degré du dénominateur est égal à 1 alors le filtre est passe-bas passif
d’ordre 1.

5.3.1.2 Diagramme de Bode pour le gain :

On a
|Ho | |Ho |
H= r = √
ω 1 + x2
1 + ( )2
ωc

Comportement asymptotique :
|Ho | ω
⊲ limω→∞ G(ω) = limω≫ωc [20 log10 r ] = 20 log |Ho | − 20 log
ω ωc
1 + ( )2
ωc
ω
lim G(ω) = Go − 20 log
ω→∞ ωc
⊲ limω→0 G(ω) ≃ 20 log |Ho | = Go
ω
• La courbe représentant le gain GdB en fonction de log est une droite de pente
ωc
-20dB/décade et qui coupe la droite horizontale G = Go pour ω = ωc

3 octobre 2018 Page -77- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 5.3. FILTRES DU PREMIER ORDRE

G(dB)

Go
Go-3dB

Courbe réelle

Intégrateur
20 dB/décade

décade

ω
log
ωc

Remarque
◮ Pour ω ≪ ωo =⇒ x → 0 on a H = Ho ∈ R =⇒ vs (t) = Ho ve (t) : le circuit réalise
l’opération «multiplication par une constante»
Ho ω c R
◮ Pour ω ≫ ωc =⇒ H( jω) = =⇒ vs = Ho ωc ve dt : c’est un intégrateur

Le filtre passe bas d’ordre 1 joue le rôle d’intégrateur en hautes fré-
quences (pulsations(ω ≫ ωc ))

5.3.1.3 Diagramme de Bode pour la phase :

Ho Ho
• H( jω) = ω =⇒ ϕ(ω) = arg( ω)
1+ j 1+ j
ωc ωc

ω
ϕ = arg Ho − arg(1 + j )
ωc

x 1
Dans notre exemple Ho = 1 =⇒ sin ϕ = − √ < 0 et cos ϕ = √ > 0 donc
h π i 1 + x2 1 + x2
ω
ϕ ∈ − , 0 d’où ϕ(ω) = − arctan <0
2 ωc
ϕ(ω) log ωc
log ω

3 octobre 2018 Page -78- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 5.3. FILTRES DU PREMIER ORDRE

5.3.2 Filtre passe-haut du premier ordre

La forme canonique du filtre passe haut d’ordre 1 est :

ω
j
ωc jx
H( jω) = Ho ω = Ho 1 + jx
1+ j
ωc

5.3.2.1 L’étude d’un exemple :

considérons le circuit (CR) suivant :


En BF :Zc → +∞ =⇒ v s (t) → 0
C
En HF :Zc → +0 =⇒ v s (t) → ve (t) Ve R

Donc le filtre CR est un filtre passif passe-haut

L’expression de la fonction de transfert :

jRCω
H( jω) =
1 + jRCω

1
Donc :Ho = 1 et ωc =
RC
• L’ordre du filtre est égal à 1.
• Si ω ≫ ωc =⇒ H( jω) → Ho
• Si ω ≪ ωc =⇒ H( jω) → 0
• deg(D( jω)) = 1
On conclut que c’est un filtre passif passe-haut d’ordre 1

5.3.2.2 Diagramme de Bode pour le gain :

ω
|Ho |
ωc
GdB (ω) = 20 log10 |H( jω)| = 20 log10 r
ω
1 + ( )2
ωc
Comportement asymptotique :
⊲ limω→∞ G(ω) ≃ Go ;
ω
⊲ limω→0 G(ω) ≃ 20 log
ωc
Remarque
ω
• La courbe représentant le gain GdB en fonction de log est une droite de
ωc
pente 20dB/décade et qui coupe la droite horizontale G = Go pour ω = ωc

3 octobre 2018 Page -79- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 5.3. FILTRES DU PREMIER ORDRE

G(dB)

dérivateur

ω
log
ωc
1
G(ωc ) = Go − 20 log √ = Go − 3dB
2
Remarque
ω 1 ve
Pour ω ≪ ωc =⇒ H( jω) = j =⇒ vs = : c’est un dérivateur
ωc ωc dt
Le filtre passe haut d’ordre 1 joue le rôle d’un dérivateur en faibles fré-
quences f ≪ fc

5.3.2.3 Diagramme de Bode pour la phase :

jx π
On a H = Ho =⇒ ϕ = arg(Ho ) + − arg(1 + jx)
1 + jx 2
π
Dans notre exemple Ho = 1 =⇒ arg(Ho ) = 1 et par conséquent ϕP.haut = + ϕP.bas
2
marConclusion :
Le déphasage d’un filtre passe haut du premier ordre se déduit de celui du filtre passe
π
bas d’ordre 1 par une une translation de
2

ϕ(ω)

ω
log
ωc

3 octobre 2018 Page -80- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 5.4. FILTRES DU DEUXIÈME ORDRE

5.4 Filtres du deuxième ordre


L’ordre du filtre est égal à 2 donc le dénominateur D(ω) = D(x) est polynôme d’ordre
2.

5.4.1 Filtre passe-bas


La fonction de transfert d’un filtre passe bas d’ordre 2 est :

Ho
H= x
1 − x2 + j
Q

avec ω = xωo

5.4.1.1 L’étude d’un exemple

i R L
◮ En HF : x → ∞ =⇒ Z c → 0 donc V s → 0
◮ En BF : x → 0 =⇒ Z c → ∞ donc V s → Ve ve C vs
Donc : c’est un filtre passif passe bas
L’expression de la fonction de transfert s’écrit :

1
H=
1 − LCω2 + jRCω
On tire que :
1
◮ La pulsation propre ωo = √
LC
◮ Ho = 1 r
1 L
◮ Le facteur de qualité Q =
R C
À partir de l’expression de la fonction de transfert on en déduit que :
⊲ En BF x → 0 =⇒ H → Ho c’est à dire que vs (t) = Ho ve (t)
⊲ En HF x → ∞ =⇒ H → 0 c’est à dire que vs (t) → 0

⊲ deg(H ) = 2
On conclut que le filtre est passif, passe-bas d’ordre 2

5.4.1.2 Diagramme de Bode pour le gain

On a :
Ho |Ho |
H= x =⇒ H = |H| = s
1 − x2 + j x2
Q (1 − x2 )2 + 2
Q
Le comportement asymptotique
◮ En BF : x → 0 =⇒ GdB = Go = 20 log |Ho |
◮ En HF : x → ∞ =⇒ GdB ≃ 20 log(|Ho |ω2o )−40 log ω :C’est une droite de pente -40dB/décade,
caractéristique du filtre du deuxième ordre.

3 octobre 2018 Page -81- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 5.4. FILTRES DU DEUXIÈME ORDRE

1 1
On rappelle que la fonction s présente un maximum si Q > √
x2 2
(1 − x2 )2 +
Q2
Donc si :
1
• Q < √ : GdB ne présente pas de maximum (courbe décroissante)
2 r
1 1 2Q2
• Q > √ : GdB présente un maximum en xR = 1 − ainsi H(xR ) = |H o | p
2 2Q2 4Q2 − 1
GdB

ωR
20 log |Ho |

1 log ω
Q= √ ωo
2
20 log |Ho | − 3 1
Q> √
2
1
Q< √
2

-40 dB/décade

1
1. En général xR , 1 =⇒ ωR , ωo sauf pour Q = √
2
2. Si Q ≫ 1 alors ωR = ωo ainsi on nomme x1 et x2 > x1 les pôles du dénominateur
Ho
c’est à dire que H = ; ainsi le diagramme asymptotique présente
(1 + jx1 )(1 + jx2 )
une asymptote intermédiaire entre x1 et x2 à -20 dB/décade
En effet si :
◮ ω ≪ ω1 =⇒ H = Ho : multiplication par une constante
Ho ω 1 R
◮ ω1 ≪ ω ≪ ω2 =⇒ H = c’est à dire que v s (t) = ω1 Ho ve (t) dt :intégrateur

Ho ω o R R
◮ ω2 ≪ ω =⇒ H = c’est à dire que v s (t) = ( ve (t) dt) dt : double intégrateur
( jω)2

5.4.1.3 Diagramme de Bode pour la phase

On a :
Ho x
H= x =⇒ ϕ = arg Ho − arg(1 − x2 + j )
1 − x2 + j Q
Q
x x
Pour Ho = 1 alors ϕ = − arg(1 − x2 + j ) =⇒ tan ϕ = −
Q Q(1 − x2 )
Représentation de la phase pour quelques valeurs de Q

3 octobre 2018 Page -82- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 5.4. FILTRES DU DEUXIÈME ORDRE

ϕ
log x

−π/2

1
Q> √
2
1
Q= √
2 1
Q< √
2
−π

5.4.2 Filtre passe-haut

La fonction de transfert d’un filtre passe haut d’ordre 2 est de la forme

x2
H = −Ho x
1 − x2 + j
Q

• En BF x → 0 =⇒ H → 0 donc vs (t) → 0
• En HF x → ∞ =⇒ H → Ho donc vs (t) → Ho ve (t)
• deg D=2
on conclut que le filtre est passe-haut d’ordre 2

5.4.2.1 L’étude d’un exemple

i R

C
Ve L Vs

En utilisant le diviseur de tension en notation complexe on obtient :

LCω2 x2
H=− = − x
1 − LCω2 + jRCω 1 − x2 + j
Q

r
1 L 1
Avec Ho = 1 , Q = et ωo = √
R C LC
3 octobre 2018 Page -83- elfilalisaid@yahoo.fr
PCSI-LYDEX 5.4. FILTRES DU DEUXIÈME ORDRE

5.4.2.2 Diagramme de Bode pour le gain

x2
H = |Ho | p
(1 − x2 )2 + x2 /Q2

Comportement asymptotique :
◮ En HF : H = |Ho | =⇒ GdB = Go = 20 log |Ho |
|Ho |
◮ En BF H = 2 =⇒ GdB = Go + 40 log x : c’est une droite de pente +40 dB/décade
x
Cherchons si H ainsi GdB présente un extremum (maximum), pour cela calculons :

dH xQ(2Q2 − x2 (2Q2 − 1))


= 2
dx (Q − 2 Q2 x2 + Q2 x4 + x2 )(3/2)
 1

 Si Q <


 √ H ne présente pas de maximum (de même pour GdB )
dH  2
= 0 =⇒ 
 1
dx 

 Si Q >
 √ H présente un maximum (de même pour en GdB) xR tel que
2
ωR 2Q
xR = = p >1
ω 4 Q2 − 2
2Q2
ainsi H(xR ) = p Si Q ≫ 1 =⇒ xR = 1 donc ωo = ωR et H(xR ) = Q|Ho |
4Q2 − 1
Representation graphique du gain pour quelques valeurs de Q
GdB


Q > 1/ 2
log x


Q < 1/ 2

Q = 1/ 2

+40 dB/décade

5.4.2.3 Diagramme de Bode pour la phase

On a :

ϕ = arg(−Ho x2 ) − arg(1 − x2 + jx/Q) = arg(−Ho ) − arg(1 − x2 + jx/Q)

Pour Ho = 1 alors
x
ϕ = π − arg(1 − x2 + jx/Q) =⇒ tan(π − ϕ) = − tan ϕ =
Q(1 − x2 )

3 octobre 2018 Page -84- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 5.4. FILTRES DU DEUXIÈME ORDRE

Donc
x
tan ϕ =
Q(x2− 1)

Representation graphique de la phase pour quelques valeurs de Q


ϕ


Q = 0, 2 < 1/ 2

Q = 1/ 2

Q = 3 > 1/ 2

log x

Remarque
◮ En HF : H = Ho =⇒ vs (t) = Ho ve (t) : multiplication par une constante
Ho Ho d 2 ve (t)
◮ En BF : H = −Ho x2 = − 2 ( jω)2 =⇒ vs (t) = 2 : la tension de sortie est
ωo ωo dt2
proportionnelle à la dérivée seconde de la tension d’entrée

5.4.3 Filtre passe-bande


La fonction de transfert d’un filtre passe-bande d’ordre 2 est :

jx/Q Ho
H = Ho = 
1 − x2 + j
x 1
Q 1 + jQ x −
x

◮ En BF : H → 0 =⇒ vs (t) → 0
◮ En HF : H → 0 =⇒ vs (t) → 0
On montre (après) que H présente un maximum , donc c’est un filtre passe-bande du
second ordre

5.4.3.1 L’étude d’un exemple


◮ En HF : x → ∞ =⇒ Z L → ∞ donc V s → 0 i(t)
L
C

◮ En BF : x → 0 =⇒ Z c → ∞ donc V s → 0
◮ Pour ω = ωo on a V s est maximale Ve R Vs

Donc : c’est filtre passif passe bas

3 octobre 2018 Page -85- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 5.4. FILTRES DU DEUXIÈME ORDRE

L’expression de la fonction de transfert s’écrit :

jRCω
H=
1 − LCω2 + jRCω

On tire que :
1
◮ La pulsation propre ωo = √
LC
◮ Ho = 1 r
1 L
◮ Le facteur de qualité Q =
R C

5.4.3.2 Diagramme de Bode pour le gain

On a
|Ho |
H= r
 1 2
1 + Q2 x −
x

Comportement asymptotique :
|Ho |
◮ En BF : H = x =⇒ G BF = Go − 20 log(Qωo ) + 20 log ω : C’est une droite de pente
Q
+20 dB/décade
|Ho | ωo
◮ En HF : H = =⇒ G HF = Go + 20 log − 20 log ω : C’est une droite de pente -20
Qx Q
dB/décade
◮ Pour ω = ωo =⇒ H = |Ho | = Hmax donc GdB(ωo ) = 20 log |Ho | = Go
◮ L’intersection des deux pentes : G HF = G BF =⇒ ω = ωo
|Ho |
◮ Pour ω = ωo on a :G HF (ωo ) = G BF (ωo ) = 20 log
Q
Représentation du diagramme asymptotique

GdB
|Ho |
20 log
Q
log x

+20 dB/décade -20 dB/décade

3 octobre 2018 Page -86- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 5.4. FILTRES DU DEUXIÈME ORDRE

Le diagramme de Bode dépend de la valeur du facteur de qualité Q , c’est à dire compa-


|Ho |
rer 20 log et 20 log |Ho | , autrement dit comparer Q et 1.
Q
Premier cas Q < 1 :
|Ho |
Dans ce cas 20 log > 20 log |Ho | , le diagramme de bode est de la forme :
Q
GdB
|Ho |
20 log
Q

Go

log x

Go
-3dB

+20 dB/décade - 20 dB/décade

dérivateur Intégrateur
Ho Ho dve (t)
• En BF : H = ( jω) =⇒ vs (t) = donc dérivateur
Qωo Qωo dt
Ho 1 Ho ω o R
• En HF : H = =⇒ vs (t) = ve (t) dt donc intégrateur
Qωo jω Q
|Ho |
Deuxième cas Q > 1 Dans ce cas 20 log < 20 log |Ho | , le diagramme de bode est de la
Q
forme :
GdB
Go

Go-3dB

|Ho |
20 log
Q

log x

+ 20 dB/décade - 20 dB/décade

Dérivateur Integrateur

3 octobre 2018 Page -87- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 5.4. FILTRES DU DEUXIÈME ORDRE

5.4.3.3 Diagramme de Bode pour la phase

 1
ϕ = arg Ho − arg[1 + jQ x − ]
x

Pour le filtre passif Ho = 1 donc


x2 − 1
tan ϕ = −Q
x

ϕ
+π/2

log x

1
Q> √
2
1
Q= √
2 1
Q< √
2
−π/2

5.4.4 Filtre coupe (ou réjecteur) de bande

La fonction de transfert d’un filtre coupe (réjecteur de) bande du second ordre est de
la forme
1 − x2
H = Ho
1 − x2 + jx/Q

En effet :
◮ H(x = 1) = 0 =⇒ vs (t) = 0
◮ H(x → 0) = Ho =⇒ vs (t) = Ho ve (t)
◮ H(x → ∞) = Ho =⇒ vs (t) = Ho ve (t)
Ce filtre laisse passer toutes les fréquences sauf aux voisinages de x = 1 c’est à dire aux
voisinage de la pulsation propre

5.4.4.1 L’étude d’un exemple

i R
• En BF :Z c → ∞ =⇒ i = 0 donc vs (t) = ve (t)
• En BF :Z L → ∞ =⇒ i = 0 donc vs (t) = ve (t) Ve
L C’est
Vs
• Pour ωωo =⇒ vs (t) = ve (t) C
un coupe bande

3 octobre 2018 Page -88- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 5.4. FILTRES DU DEUXIÈME ORDRE

L’expression de la fonction de transfert

1
jLω +
jCω 1 − LCω2
H= =⇒ H =
1 1 − LCω2 + jRCω
R + jLω +
jCω

r
1 1 L
Donc : Ho = 1 , ωo = √ ,Q= et x = ω/ωo
LC R C

5.4.4.2 Diagramme de Bode pour le gain

On a :
|1 − x2 |
H = |Ho |
(1 − x2 )2 + x2 /Q2

5.4.4.2.1 Comportement asymptotique ◮ En BF x → 0 =⇒ H = |Ho | ainsi GdB = Go


◮ En HF x → ∞ =⇒ H = |Ho | ainsi GdB = Go
Le gain présente deux asymptotes horizontales confondues
◮ Pour x = 1 =⇒ ω = ωo on a H = 0+ =⇒ GdB (x = 1) → −∞
GdB présente une asymptote verticale en x = 1 c’est à dire en pulsation propre

5.4.4.2.2 Représentation graphique du gain pour quelques valeurs de Q

G
dB

G
o

1
Q= √ log x
2
1
Q> √
2
1
Q< √
2

5.4.4.2.3 La bande passante

3 octobre 2018 Page -89- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 5.4. FILTRES DU DEUXIÈME ORDRE

G
dB

Go

log x1 log x
2

log x

G o -3dB

|Ho | |1 − x2 |
H= √ =⇒ p
2 (1 − x2 ) + x2 /Q2
=⇒ 2(1 − x2 )2 = (1 − x2 )2 + x2 /Q2
=⇒ (1 − x2 )2 = x2 /Q2
=⇒ 1 − x2 = ±x/Q
La solution de cette équation sont :
s s
ω1 1 1 1 ω2 1 1 1
x1 = =− + +4<1 ; x2 = =+ + +4 >1
ω 2Q 2 Q2 ω 2Q 2 Q2

La largeur de la bande passante

1 ωo
∆x = =⇒ ∆ω =
Q Q

5.4.4.3 Diagramme de Bode pour la phase

On a :
1 − x2 Ho
H = Ho 2
=⇒ H = x
1 − x + jx/Q 1+ j
Q(1 − x2 )
Donc
x
ϕ = arg Ho − arg(1 + j )
Q(1 − x2 )
x
Pour un filtre passif Ho = 1 donc : tan ϕ = −
Q(1 − x2 )
avec :
π π
⊲ cos φ > 0 =⇒ ϕ ∈ [− , ]
2 2
π
⊲ sin ϕ < 0 =⇒ ϕ ∈ [− , 0] pour x < 1
2
π
⊲ sin ϕ > 0 =⇒ ϕ ∈ [0, ] pour x > 1
2
π π
• lim ϕ = 0− • lim ϕ = 0+ • lim− ϕ = − • lim+ ϕ = +
x→0 x→∞ x→1 2 x→1 2
On conclut que la phase d’un filtre coupe bande est présente une discontinuité en x = 1
c’est à dire en ωo .
Représentation graphique de la phase pour quelques valeurs de Q

3 octobre 2018 Page -90- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 5.4. FILTRES DU DEUXIÈME ORDRE

ϕ
π
2

log x

1
Q< √
12
Q= √
12
Q> √
2

π
- 2

3 octobre 2018 Page -91- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 5.4. FILTRES DU DEUXIÈME ORDRE

3 octobre 2018 Page -92- elfilalisaid@yahoo.fr


CHAPITRE 6

FILTRAGE LINÉAIRE DES SIGNAUX PÉRIODIQUES

6.1 Composition en fréquence d’un signal

6.1.1 Représentation temporelle et fréquentielle


Soit g(t) un signal T −périodique c’est à dire g(t + kT ) = g(t) avec :
1
• f = la fréquence propre du signal.
T

• ω= = 2π f la pulsation propre du signal.
T
Exemples
- Signal sinusoidal :

- Signal carrée :

- Signal triangulaire :

93
PCSI-LYDEX 6.1. COMPOSITION EN FRÉQUENCE D’UN SIGNAL

- sinusoidal redressé double-alternance

-Signal dents de scie

On admet le théorème de FOURIER :

X

g(t) = ao + (an cos(nωt) + bn sin(nωt))
n=1

C’est le développement en série de FOURIER (DSF)

Avec
Z to +T
1
ao = g(t) dt =< g(t) >= gm
T to

C’est la valeur moyenne (dite aussi composante continue ou offset) du signal g(t).
Ainsi
Z to +T Z to +T
2 2
an = g(t) cos(nωt) dt ; bn = g(t) sin(nωt) dt
T to T to

On retient que tout signal périodique de fréquence f est la somme des fonctions sinusoï-
dales de fréquence 0, f, 2 f, 3 f, · · · .
◮ On appelle le fondamental le terme correspond à la fréquence f (=⇒ n = 1) c’est à
dire le terme a1 cos ωt + b1 sin ωt
◮ On appelle les harmoniques d’ordre n les termes correspondent aux fréquences n f
avec n > 1.

◮ On peut écrire g(t) sous la forme

X

g(t) = ao + An cos(nωt + ϕn )
n=1

avec
q
bn
An = a2n + b2n ; tan ϕn = −
an

3 octobre 2018 Page -94- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 6.1. COMPOSITION EN FRÉQUENCE D’UN SIGNAL

En effet : (
An cos ϕn = an
An cos(nωt + ϕn ) = An cos nωt cos ϕn − An sin nωt sin ϕn =⇒
−An sin ϕn = bn
D’où le résultat
◮ La série de
fourier peut être écrite en utilisant les nombres complexes

X
+∞ Z to +T
1
g(t) = cn e jnωt
avec cn = g(t)e− jnωt dt
−∞
T to

En effet : On rappelle les formules d’ EULER :

eix + e−ix eix − e−ix


cos x = ; sin x =
2 2i

P
∞ P∞ a − jb
n n jnωt an + jbn − jnωt
g(t) = ao + an cos nωt + bn sin nωt =⇒ g(t) = ao + e + e
n=1 n=1 2 2
an − jbn an + jbn
On pose cn = =⇒ c∗n =
2 2
1 R to +T
Par conséquent cn = g(t)(cos nωt − j sin nωt) dt Donc
T to
Z to +T
1
cn = g(t)e− jnωt dt
T to

ainsi
Z to +T
1
c∗n = g(t)e jnωt dt
T to

Remarquons que
q
c∗n = c−n =⇒ |An | = 2|cn | = a2n + b2n

Il en résulte que

P
∞ P
∞ P

g(t) = ao + cn e jnωt + c∗n e− jnωt =⇒ g(t) = ao + cn e jnωt + c−n e− jnωt
n=1 n=1 n=1
P∞ P
n=−1
=⇒ g(t) = ao + cn e jnωt + cn e jnωt
n=1 −∞

c’est à dire en posant co = ao =< g(t) > alors le résultat.


◮ Si le signal g(t) est impair (symétrique par rapport à centre de symétrie ) alors
an = 0 ∀n ∈ N et par conséquent

X
∞ X

g(t)impair =⇒ g(t) = bn sin(nωt) = bn sin(2πn f t)
n=1 n=1

3 octobre 2018 Page -95- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 6.1. COMPOSITION EN FRÉQUENCE D’UN SIGNAL

◮ Si le signal g(t) est pair (symétrique par rapport à l’axe oy ) alors bn = 0 ∀n ∈ N∗ et


par conséquent

X
∞ X

g(t)pair =⇒ g(t) = ao + an cos(nωt) = ao + an cos(2πn f t)
n=1 n=1

◮ Formule de BESSEL -PARSEVAL :


Soit g(t) une fonction T-périodique, developable en série de FOURIER . on admet que :
1 R to +T 2
fm2 =< f 2 >= f 2 = f (t) dt =⇒
T to

1X 2 1X 2 X
∞ ∞ ∞
fm2 2
=< f >= f2 = a2o + 2 2
(a + bn ) = ao + A = |cn |2
2 n=1 n 2 n=1 n n=−∞

C’est la formule de BESSEL - PARSEVAL

◮ On rappelle valeur efficace ge f f du signal g(t) la racine carrée de la valeur moyenne


du carrée du signal
s Z to +T
1
ge f f = g2 (t) dt
T to

Donc pour toute fonction périodique présente deux représentations : temporelle et


spectrale

g(t) cn

f
Représentation temporelle Représentation spectrale

6.1.2 Exemples

6.1.2.1 Signal sinusoidal

Considérons un signal sinusoidal d’amplitude E de fréquence f et de composante


continue E o ; Donc g(t) = E o + E cos(2π f t)

3 octobre 2018 Page -96- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 6.1. COMPOSITION EN FRÉQUENCE D’UN SIGNAL

g(t) cn
E

Eo

t f f
Représentation temporelle Représentation spectrale

6.1.2.2 Signal carré impair

Soit e(t) un signal carré impair (−E, E)

−E
T

• Puisque e(t) impair alors an = 0 ∀n ∈ N


• Calculons les cœfficients bn :
2 RT 2 R T/2
bn = e(t) sin(nωt) dt =⇒ bn = e(t) sin(nωt) dt
T 0 T RT/2
4 T/2
=⇒ bn = E sin(nωt) dt
T 0
4E
=⇒ bn = [1 − cos(nωT/2)]
nωT
4E
=⇒ bn = 2πn (1 − cos(nπ))
(
1 Si n pair (n = 2p)
Or cos nπ = (−1) =
n
−1 Si n impair (n = 2p + 1)

4E
bn (carré impair) =
π(2p + 1)

Par conséquent :
X

sin(2p + 1)ωt
e(t) = 4E
p=0
(2p + 1)π

Representation spectrale :

3 octobre 2018 Page -97- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 6.1. COMPOSITION EN FRÉQUENCE D’UN SIGNAL

p 0 1 2 3 4
n 1 3 5 7 9
An
1,273 0,424 0,255 0,182 0,141
E

13
An
12

11

10

-1
f
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

6.1.2.3 Signal carré pair

Conclusion:
La parité du signal ne modifie pas le spectre de fréquence

6.1.2.4 Signal triangulaire pair de pentes symétriques


3
e(t)
2
E
1

T t
-1
-3 -2 -1 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

1 4 X cos[(2p + 1)ωt] 
+∞
e(t) = E −
2 π2 p=0 (2p + 1)2

3 octobre 2018 Page -98- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 6.1. COMPOSITION EN FRÉQUENCE D’UN SIGNAL

6.1.2.5 Signal dent de scie

3
e(t)
2
E
1

T t
-1
-1 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

11 X sin(nωt) 
+∞
e(t) = E −
2 π n=1 n

6.1.2.6 Signal sinusoidal pair redressé monoalternance

e(t)

T t

1 2 X (−1)n+1 cos(2nωt) 
+∞
1
e(t) = E + cos(ωt) +
π 2 π n=1 4n2 − 1

3 octobre 2018 Page -99- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 6.1. COMPOSITION EN FRÉQUENCE D’UN SIGNAL

6.1.2.7 Signal sinusoidal pair redressé doublealternance


e(t)

T t

π X (−1)n cos(2nωt) 
2 +∞
e(t) = E −
π 4 n=1 4n2 − 1

6.1.2.8 Signal rectangulaire pair de rapport cyclique α quelconque

 X
+∞
sin(nαπ) 
e(t) = Eα 1 + 2 cos(nωt)
p=0
nαπ

6.1.3 L’aspect énergétique


En général les grandeurs énergétiques (énergie ou puissance) sont proportionnelle
1 1 1 1
au carrée de la grandeur physique g(t) ( kx2 ; mv2 ; cU 2 ; Ri2 ; Li2 · · · )
2 2 2 2
par conséquent

X

a2 + b2 X
+∞
n n
< g2 >= a2o + = |cn |2 (Parseval)
n=1
2 −∞

3 octobre 2018 Page -100- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 6.2. TRAITEMENT D’UN SIGNAL PÉRIODIQUE PAR UN SYSTÈME LINÉAIRE

Donc chaque terme harmonique de rang n (an cos nωt + bn sin nωt) a une puissance |cn |2 =
a2n + b2n
.
2
Il en résulte que la puissance du signal est la somme des puissance de chaque harmo-
nique

6.2 Traitement d’un signal périodique par un système


linéaire

6.2.1 Rappel
◮ Un circuit est linéaire si les tensions d’entrée ue (t) et de sortie u s (t) sont reliées par
une équation différentielle linéaire.
Autrement dit si la tension d’entrée ue (t) est sinusoïdale de période T alors la tension de
sortie u s (t) est sinusoïdale de période T .
◮ Si on appelle H la fonction de transfert du circuit alors
X
+∞ X
+∞
jnωt
U e (t) = cn e =⇒ U s (t) = H( jnω)cn e jnωt
−∞ −∞

◮ On rappelle les formes canoniques des fonctions de transferts des filtres usuelles :
• Filtre passe bas du premier ordre
Ho
H=
1 + jx

Intégrateur aux hautes fréquences.


• Filtre passe haut du premier ordre
jx
H = Ho
1 + jx

Dérivateur aux basses fréquences.


• Filtre passe bas du deuxième ordre
Ho
H= x
1 − x2 + j
Q

• Filtre passe haut du deuxième ordre

−x2
H = Ho x
1 − x2 + j
Q

• Filtre passe bande


jx/Q Ho
H = Ho x =
1 − x2 + j 1 + jQ(x − 1/x)
Q

3 octobre 2018 Page -101- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 6.2. TRAITEMENT D’UN SIGNAL PÉRIODIQUE PAR UN SYSTÈME LINÉAIRE

6.2.2 Application 1 : CNC 2009 Filière MP


On considère le circuit à amplificateur opérationnel de la figure suivante.

C R3
R1

A B
C
Ve
+
R2 Vs

L’amplificateur opérationnel est alimenté par une source de tension symétrique (non
représentée) ±Vcc = ±15 V. On suppose que l’amplificateur opérationnel est parfait et
fonctionne en régime linéaire.
On suppose ensuite que le signal ve appliqué à l’entrée du circuit est sinusoidal de pulsa-
tion ω.
1D Étudier le comportement asymptotique du montage aux basses fréquences,
puis aux hautes fréquences et déduire la nature du filtre.
2D Appliquer le théorème de Millmann aux nœuds A et B et déduire deux relations
entre v s , vA et ve .
3D Montrer que la fonction de transfert du circuit s’écrit sous la forme

Ho
H=
1
1 + jQ x −
x
ω R1 R2
avec x = . Exprimer Ho ,Q et ωo en fonction de R1 , R3 , R′3 = et C .
ωo R1 + R2
4D Dans quel domaine de fréquences ce circuit présente-t-il un caractère intégra-
teur ? dérivateur ? Exprimer v s (t) en fonction de ve (t) dans chacun des deux cas.
5D Définir, puis calculer les pulsations de coupure à −3dB en fonction de ωo et Q.
En déduire la largeur de la bande passante du filtre.
ωo
6D Application numérique : on donne Ho = -1, Q = 20 et fo = = 3 kHz. Calculer

la largeur de la bande passante en fréquence du filtre.
7D On pose H = H(ω)e jϕ(ω) .
7.1⊲ Déterminer le module H(ω) et l’argument ϕ(ω) de la fonction de transfert
H.
7.2⊲ Montrer que H(ω) passe par un maximum pour une valeur ω′o de ω que l’on
exprimera. Tracer l’allure de H(ω).
On applique à l’entrée du montage de la figure précédente , un signal ve (t) de fré-
1
quence f = = 3kHz et d’amplitude E = 5V .
T
8D Le signal appliqué est donné par ve (t) = E sin(2π f t). En tenant compte des
caractéristiques numériques du filtre , donner l’expression du signal v s (t) obtenu en sortie
du circuit.

3 octobre 2018 Page -102- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 6.2. TRAITEMENT D’UN SIGNAL PÉRIODIQUE PAR UN SYSTÈME LINÉAIRE

9D Le signal appliqué maintenant est un signal créneau dont on donne le DSF :

E X

2E
ve (t) = + sin(2π(2p + 1) f t)
2 p=0 (2p + 1)π

9.1⊲ Donner la representation temporelle de la tension d’entrée.


9.2⊲ Donner l’allure du spectre en fréquence du signal ve (t) ?
9.3⊲ En tenant compte des caractéristiques numériques du filtre , donner l’ex-
pression du signal v s (t) observé en sortie du circuit.

1D Le comportement asymptotique du montage :


• Aux basses fréquences :v s (t) = 0 (la maille (V s ; R3 ; ε))
• Aux hautes fréquences :v s (t) = 0 (la maille (V s ; A; B; ε))
• La nature du filtre :Filtre actif passe-bande.
2D Le théorème de Millmann aux :
• Nœud A :
V e + jCωR1 V s
VA = (a)
R1
+ 2 jCωR1
R′3

• Nœud B :

VA Vs 1
VB = 0 = + =⇒ V A = − V (b)
Z c R3 jCR3 ω s

3D La fonction de transfert : Dans (a) on remplace V A par son expression dans (2),
on en déduit que :

R3 R3
− −
2R1 2R1
H= =
CR3 ω 1 CR3 xωo 1
1+ j + ′
1+ j + ′
2 j2R3Cω 2 j2R3Cxωo

On tire donc que :


• Le cœfficient d’amplification statique

R3
Ho = −
2R1

• La pulsation propre :
1
ωo = p
C R3 R′3

3 octobre 2018 Page -103- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 6.2. TRAITEMENT D’UN SIGNAL PÉRIODIQUE PAR UN SYSTÈME LINÉAIRE

• Le facteur de qualité :
s
1 R3
Q=
2 R′3

4D • En H.F (ω → ∞ ou x → ∞) :
Z
Ho ω o 1 Ho ω o
H≃ =⇒ vs (t) ≃ ve (t) dt
Q jω Q

Donc intégrateur en H.F.


• En B.F (ω → 0 ou x → 0) :

Ho Ho dve (t)
H≃ jω =⇒ vs (t) ≃
Qωo ωo Q dt

Donc dérivateur en B.F.


5D Les pulsations de coupure ω1 et ω2 sont définies par :

|Hmax |
H(ω = ω1,2 ) = √ ou bien GdB (ω = ω1,2 ) = Gmax − 3dB
2

Les pulsations de coupure à −3dB en fonction de ωo et Q.

s s
ωo 1 1  ωo 1 1 
ωmin = − + 4+ ; ωmax = + 4+
2 Q Q2 2 Q Q2

On conclut que :
ωo
ωmax − ωmin = ∆ω =
Q
ωo
La largeur de la bande passante du filtre : ∆ω = .
Q
6D Application numérique :

fo
∆f = =⇒ ∆ f = 150 Hz
Q

7D On pose H = H(ω)e jϕ(ω) .


7.1⊲ • Le module H(ω) :

|Ho |
H(ω) = p
1 + Q2 (x − 1/x)2

• L’argument ϕ(ω) :
ϕ = π − arg(1 + jQ(x − 1/x))

3 octobre 2018 Page -104- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 6.2. TRAITEMENT D’UN SIGNAL PÉRIODIQUE PAR UN SYSTÈME LINÉAIRE

H(ω) H(ω) dω H(ω)


7.2⊲ H(ω) passe par un maximum si = = 0 =⇒ =0
dω dx dx dx
H(ω)
• = 0 =⇒ 2Q2 (x − 1/x)(1 + 1/x2 ) = 0 comme x > 0 alors H est maximal pour
dx
x = 1 =⇒ ω′o = ωo
ω
• L’allure de H(x) avec x = .
ωo

0,707

x1 x2 x

8D Puisque le signal d’entrée est sinusoidal alors le signal de sortie est aussi sinu-
soidal et par conséquent v s (t) = V s sin(2π f t + ϕ). avec :
• V s = H( f = fo )E =⇒ V s = 5 V
• ϕ( f = fo ) = π − arg(1) = π

vs (t) = 5 sin(6000πt + π) = −5 sin(6000πt)

9D La tension d’entrée est une combinaison linéaire des tensions de fréquences


variables f ∈ {0, fo , 3 fo , 5 fo }.
Puisque le filtre est un filtre passe-bande de fréquence centrale est f = fo = 3 kHz et de
bande passante ∆ f = 150 Hz alors ce filtre ne laisse passer que les tensions sinusoïdales
de fréquence situé dans l’intervalle [ f1 , f2 ] c’est à dire la tension dont la fréquence est fo
d’où avec H( f = fo ) = 1 et ϕ( f = fo ) = π

2E
vs (t) = sin(2π f t + π)
π

3 octobre 2018 Page -105- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 6.2. TRAITEMENT D’UN SIGNAL PÉRIODIQUE PAR UN SYSTÈME LINÉAIRE

3 octobre 2018 Page -106- elfilalisaid@yahoo.fr


Deuxième partie

MÉCANIQUE

107
CHAPITRE 1

DESCRIPTION DU MOUVEMENT D’UN POINT MATÉRIEL

La mécanique est la partie de la physique qui étudie les mouvement des corps en
tenant compte des causes.
Dans notre programme on s’interesse à la mécanique classique ( ou Newtonnienne ) qui
s’interesse aux mouvements des corps ayant une vitesse très faible devant celle de la
lumière .
On admet les postulats de la mécanique classique :
Les postulats de la mécanique classique

⊲ Le temps est absolu : c’est à dire que le temps ne dépend pas du référentiel.
⊲ L’existence des référentiels galiléens.
⊲ La trajectoire est déterministe.

1.1 Repères d’espace et du temps. Référentiel

1.1.1 Repérage dans l’espace


Pour se repérer dans l’espace ,il faut choisir un corps solide de référence S auquel
on attache des axes de coordonnées Ox, Oy, Oz ; O étant l’origine des axes.
L’ensemble de tous les systèmes d’axes de coordonnées liées à un même solide de réfé-
rence constitue le repère lié à S .
Remarque
Dans notre cours de mécanique ,on utilise toujours des repères orthonormés

O y

109
PCSI-LYDEX 1.1. REPÈRES D’ESPACE ET DU TEMPS. RÉFÉRENTIEL

◮ k →

ex k=k →

ey k=k →

ez k= 1 ◮ →

ex . →

ey = →

ex . →

ez = →

ey . →

ez = 0
◮ R est direct, en effet :



ex ∧ →

ey = →

ez ; →

ey ∧ →

ez = →

ex ; →

ez ∧ →

ex = →

ey

1.1.2 Repérage dans le temps

• La mesure du temps suppose une orientation conventionnel du temps : du passé


vers le futur , du à l’irréversibilité de l’évolution.
• Le temps se mesure à l’aide d’une horloge, son unité est la seconde depuis 1967.
• Le repère du temps est constitué d’un instant considéré comme origine des dates
et une unité des temps (la seconde).

1.1.3 Référentiel

L’ensemble d’un repère spatial lié à un solide de référence S et d’un repère de temps
constituent un référentiel R .

Exemples
• Référentiel de Copérnic R C:centré au centre du système solaire et les trois
axes se dirigent vers des étoiles fixes.
• Référentiel Géocentrique R G :centré au centre de la terre G le plan Gxy
forment l’équateur et l’axe Gz se dirige vers nord géographique, en translation
par rapport au référentiel de Copérnic.
• Référentiel terrestre R :centré au point O quelconque et les trois axes se
dirigent vers trois directions .

E3

RC

N.G
Oc E2

RT
GT

RG

E1 plan équatorial

3 octobre 2018 Page -110- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.2. CINÉMATIQUE DU POINT MATÉRIEL

1.2 Cinématique du point matériel

La cinématique est la partie de la mécanique qui s’interesse aux mouvements des


corps sans tenir compte des causes (Forces).

1.2.1 Définition du point matériel

Définition
On appelle point matériel tout corps solide de dimension négligeable devant une
distance caractéristique (longueur d’un pendule ; distance terre-soleil,.....)

1.2.2 Vecteurs position,vitesse et accélération

Soit un référentiel R (O, →



ex , →

ey , →

ez ) un référentiel et M un point matériel se déplaçant
dans R :

M ′ (t + dt)

−−−−→′
MM

O M(t)

On suppose que le mobile à l’instant t au point M et à l’instant t + dt au point M ′ On


appelle :

3 octobre 2018 Page -111- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.2. CINÉMATIQUE DU POINT MATÉRIEL

Définitions
−−→
◮ Vecteur position :OM
◮ Vecteur déplacement élémentaire :

−−−−→ −−−−→ −−−→ −−→


dOM = lim ′ MM ′ = lim ′ (OM ′ − OM)
M→M M→M

◮ Vitesse du point M dans le référentiel R :

−−−−→

− dOM
V (M/R ) = /R
dt

◮ Accélération du point M dans le référentiel R :


− 2 −−→
−a (M/R ) = d V (M/R ) = d OM

dt /R dt2 /R

Remarque
Dériver dans R par rapport au temps c’est à dire considérer les vecteurs de bases
de R comme des vecteurs constants dans le temps.

1.2.3 Exemples de bases de projection


1.2.3.1 Coordonnées cartésiennes
z

M



ez
O


ey


ex y

x H

1.2.3.1.1 Vecteur déplacement élémentaire .

−−→ −−→ −−−→


On a : OM = OH + HM =⇒
−−→
OM = x →

ex + y →

ey + z →

ez

3 octobre 2018 Page -112- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.2. CINÉMATIQUE DU POINT MATÉRIEL

(x, y, z) représentent les coordonnées cartésiennes du point M dans le référentiel R .


−−−−→
Donc le vecteur déplacement élémentaire dOM s’écrit :

−−−−→
dOM = dx →

ex + dy →

ey + dz →

ez

1.2.3.1.2 Vecteur vitesse .

−−−−→ →
− dx → dy → dz −
On a dOM = dx →

ex + dy →

ey + dz →

ez =⇒ V (M/R ) = −
ex + −
ey + → ez
dt dt dt
On pose :
dx
⊲ = V x = ẋ : composante de la vitesse sur l’axe des x.
dt
dy
⊲ = Vy = ẏ : composante de la vitesse sur l’axe des y.
dt
dz
⊲ = Vz = ż : composante de la vitesse sur l’axe des z.
dt



V (M/R ) = V x →

e x + Vy →

ey + Vz →

ez = ẋ →

ex + ẏ →

ey + ż →

ez

1.2.3.1.3 Vecteur accélération .



On a : V (M/R ) = ẋ →

ex + ẏ →

ey + ż →

ez donc


−a (M/R ) = a →− →
− →− →− →− →−
x e x + ay ey + az ez = ẍ e x + ÿ ey + z̈ ez

Avec :

d2 x
⊲ = a x = ẍ : composante de l’accélération sur l’axe des x.
dt2
d2y
⊲ = ay = ÿ : composante de l’accélération sur l’axe des y.
dt2
d2z
⊲ = az = z̈ : composante de l’accélération sur l’axe des z.
dt2

1.2.3.2 Coordonnées cylindriques

1.2.3.2.1 Définitions .

3 octobre 2018 Page -113- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.2. CINÉMATIQUE DU POINT MATÉRIEL

M


O−−→
ez

M
O


ey


ex y



θ r
x H


er

Les coordonnées cylindriques sont :

◮ r = OH r > 0
[ −−→
◮ θ = (→

e , OH) ∈ [0, 2π]
x
◮ z ∈ R :la côte du point M .

(r, θ, z) : sont les coordonnées cylindriques.


On définit le vecteur → −
er par :

−−→

− OH
er = = cos θ →

ex + sin θ →

ey ∈ (Oxy)
r

−−→
k →

er k= 1 =⇒ →

er est un vecteur unitaire,on tire donc que OH = r →

er et par conséquent :

−−→
OM = r →

er + z →

ez

π
On définit le vecteur →

eθ par rotation de →

er de dans le sens de θ c’est à dire :
2


eθ = cos(θ + π/2) →

ex + sin(θ + π/2) →

ey = − sin θ →

ex + cos θ →

ey


− →

ey →

eθ er

θ
x


ex

Dérivons →

er par rapport à θ dans le repère R :
d→

er
: c’est à dire dériver →

er en considérant les vecteurs de bases de R ( →

ex , →

ey , →

ez )
dθ /R

3 octobre 2018 Page -114- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.2. CINÉMATIQUE DU POINT MATÉRIEL

comme des vecteurs constants.


d→

er
= − sin θ →

ex + cos θ →

ey = →


dθ /R

d→

er d→

eθ d→−
er d→−

= →

eθ ; = −→

er ; = θ̇ →

eθ ; = −θ̇ →

er
dθ /R dθ /R dt /R dt /R

Remarque
Dériver un vecteur de module constant dans le repère par rapport à l’angle de
π
rotation θ revient à le faire tourner de dans le même sens que θ
2


− →
− →
−→−
En effet : soit A un vecteur dont le module est constant c’et à dire k A k= cte =⇒ A . A =
cste.
→− →


− dA →− dA
Dérivons par rapport à θ ; on trouve A. = 0 c’est à dire A et sont perpendiculaire.
dθ dθ
La base( → −
er , →

eθ , →

ez ) est dite base locale en coordonnées cylindriques .
→− →
− →

( e , e , e ) est un trièdre direct.
r θ z

1.2.3.2.2 Vecteur déplacement élémentaire :


−−→ −−−−→
On a :OM = r →−
er + z →

ez =⇒ dOM /R = dr →

er + rd →

er + dz →

ez
→− →

Or d e = dθ e donc
r θ

−−−−→
dOM = dr →

er + rdθ →

eθ + dz →

ez Formule à connaître

Remarque
Si z = cte(= 0) le mouvement est plan (r, θ) : dites coordonnées polaires

1.2.3.2.3 Vecteur vitesse .

−−−−→
→− dOM →− d
On a : V (M/R ) = =⇒ V (M/R ) = (dr →

er + rdθ →

eθ + dz →

ez )
dt /R dt /R



V (M/R ) = ṙ →

er + rθ̇ →

eθ + ż →

ez

Remarque
Il faut bien faire la différence entre le repère d’étude et celui de projec-
tion.

3 octobre 2018 Page -115- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.2. CINÉMATIQUE DU POINT MATÉRIEL

1.2.3.2.4 Vecteur accélération .



→− d V (M/R )
On a a (M/R ) = donc :
dt /R


−a (M/R ) = (r̈ − rθ̇2 ) →

er + (rθ̈ + 2ṙθ̇) →

eθ + z̈ →

ez

On pose :
◮ ar = r̈ − rθ̇2 : accélération radiale.
◮ at = rθ̈ + 2ṙθ̇ : accélération orthoradiale.

Remarque
On peut écrire l’accélération orthoradiale at comme

1 d(r2 θ̇)
at = rθ̈ + 2ṙθ̇ =
r dt

On appelle les coordonnées polaires la restriction des coordonnées cylindriques


dans le plan (Oxy) nommé le plan polaire (cad z = cte = 0)

1.2.3.3 Coordonnées sphériques

1.2.3.3.1 Définitions .

z


er
M →



− θ
ez →


r

O


ey


ex y
ϕ
x H

Les coordonnées sphériques sont :

◮ r = OM r > 0 :rayon vecteur


[ −−→
◮ θ = (→

ez , OM) ∈ [0, π] :colatitude
◮ azimut ;ϕ ∈ [0, 2π].

3 octobre 2018 Page -116- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.2. CINÉMATIQUE DU POINT MATÉRIEL




 x = r sin θ cos ϕ



 y = r sin θ sin ϕ


 z = r cos θ

On définit le vecteur →

er par :
−−→

− OM
er = = sin θ cos ϕ →

ex + sin θ sin ϕ →

ey + cos θ →

ez
r

k →

er k= 1 =⇒ →

er est un vecteur unitaire,on tire donc que
−−→
OM = r →

er
−−→

− OM π
On a : er = et →

eθ se déduit de →

er par simple rotation de dans le plan meridian
r 2
(OMH).


− ∂→

er
eθ = = cos θ cos ϕ →

ex + cos θ sin ϕ →

ey − sin θ →

ez
∂θ /R
On définit


eϕ = →

er ∧ →

eθ = sin θ(− sin ϕ →

ex + cos ϕ →

ey )

On conclut que


− 1 ∂→ −
er
eϕ = = − sin ϕ →

ex + cos ϕ →

ey ∈ (Oxy)
sin θ ∂ϕ /R

(→

er , →

eθ , →

eϕ ) :trièdre local en coordonnées sphériques .

1.2.3.3.2 Vecteur déplacement élémentaire .

−−→ −−→
On a :OM = r → −
er =⇒ d OM /R = d(r →

er )/R = dr →

er + rd →

er

− →

Or er = er (θ, ϕ), donc :

→− ∂→

er ∂→

er
d er = dθ + dϕ = dθ →

eθ + sin θ →

eϕ dϕ
∂θ ∂ϕ

−−→
d OM /R = dr →

er + rdθ →

eθ + r sin θ →

eϕ Formule à connaître

1.2.3.3.3 Vecteur vitesse .

−−→
On a :d OM /R = dr →

er + rdθ →

eθ + r sin θ →

eϕ =⇒


V (M/R ) = ṙ →

er + rθ̇ →

eθ + rϕ̇ sin θ →

3 octobre 2018 Page -117- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.2. CINÉMATIQUE DU POINT MATÉRIEL

1.2.3.4 Coordonnées curvilignes

1.2.3.4.1 Définitions .

Soit (C) une courbe d’origine A et M ∈ (C).

z


T


− →
− M
A ez N
O


ey


ex y

d ;on la note
On appelle coordonnées curviligne la mesure algébrique de l’arc AM

d ∈R
S (M) = AM

Pour un déplacement élémentaire on a :

−−→ →

d OM = ds T (M)

p →

avec :ds = dx2 + dy2 + dz2 ; et T (M) :le vecteur unitaire tangent à (C) au point M ;
Puisque :
−−→ →− →

k d OM k= |ds| k T (M) k=⇒k T (M) k= 1
−−→

− d OM ds→

On a : V (M/R ) = = T (M)
dt /R dt


− →

V (M/R ) = v T (M)

ce qui en déduit que :



− −−→

− V (M/R ) d OM
T (M) = =
v ds

− →
− →−
→ −a (M/R ) = dv→
−a (M/R ) = d V (M/R ) = d(v T (M)) =⇒ → −
T (M) + v
T (M)
dt dt dt dt /R

− →−
d T (M) d T (M) ds
Or : =
dt /R ds /R dt
Comme :
ds
v=
dt
3 octobre 2018 Page -118- elfilalisaid@yahoo.fr
PCSI-LYDEX 1.2. CINÉMATIQUE DU POINT MATÉRIEL


− →

d T (M) d T dα → − 1
et : = = N.
ds /R dα ds ρc
→− →
− π
avec : N :vecteur unitaire qui se déduit de T par rotation de qui se toujours vers la
2
concavité de la trajectoire si ρc > 0 :rayon de courbure au point M .D’où :

−a (M/R ) = dv→
→ − v2 →

T (M) + N
dt ρc


− → −
Le plan ( T , N) : plan osculateur .

− →− → −
On pose : B (M) = T ∧ N : La binormale .

Définition
→− → − → −
(M, T , N , B) :La base intrinsèque ou base de Frenet.

On pose :
dv → −
◮ −
a→T = T (M) : accélération tangentielle .
dt /R
v2 →

◮ −
a→N = N(M) : accélération normale
ρc
Remarques
1-Le repère de Frenet est un repère de projection et non pas un repère d’étude.

− → −
dT N
2- =
ds ρc

1.2.3.4.2 Expression du rayon de courbure .


− →− → −
Sachant que : B(M) = T ∧ N , le produit vectoriel →
−v ∧ →
−a permet d’établir l’expression
générale de ρc :
→ −a = v→
−v ∧ → − dv→− v2 →
− v3 →

T ∧ ( T (M) + N) = B
dt ρc ρc
v3
ρc = →
k −v ∧ →−a k

Activité
Rayon de courbure du mouvement parabolique.
Le vecteur position d’un point M en coordonnées cartésiennes est :

−−→ 1
OM = (Vo t) →

ex + ( gt2 ) →

ey + 0 →

ez
2
Déterminer le rayon de courbure au point O(0,0,0).

3 octobre 2018 Page -119- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.2. CINÉMATIQUE DU POINT MATÉRIEL

On a :
Vo t Vo 0
−−→ 1 2 →
− −a (M/R ) = g
OM = gt V (M/R ) = gt →

2
0 0 0


− p →
− − V3
Donc : k V (M/R )k = Vo2 + (gt)2 et k V ∧ →a k = Vo g donc ρc = →− − ce qui donne :
kV ∧→ak
p
( Vo2 + (gt)2 )3
ρc =
Vo g

Au point O on a t = 0 donc
Vo2
ρc (O) =
g

Représentation graphique

Vo2
C ρc =
g

g 2
Trajectoire (y = x)
y 2Vo2

Activité
Rayon de courbure du mouvement elliptique.
Considérons une ellipse droite , situé dans le plan xOy, d’équations paramè-
triques :
x = a cos ωt, y = b sin ωt ; a et b le grand et petit axe et ω la pulsation .
Déterminer l’expression du rayon de courbure aux points remarquables de l’el-
lipse. Faire une représentation graphique.

3 octobre 2018 Page -120- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.2. CINÉMATIQUE DU POINT MATÉRIEL

• ẋ = −aω sin ωt =⇒ ẍ = −aω2 cos ωt


• ẏ = bω cos ωt =⇒ ÿ = −bω2 sin ωt

( ẋ2 + ẏ2 )3/2 (a2 sin2 ωt + b2 cos2 ωt)3/2


ρC = =
| ẋÿ − ẍẏ| ab

b2 a2 π
RA = [au point A(t = 0)], RB = [au point B(t = )]
a b 2ω

3 octobre 2018 Page -121- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.2. CINÉMATIQUE DU POINT MATÉRIEL

3 octobre 2018 Page -122- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.2. CINÉMATIQUE DU POINT MATÉRIEL

1.2.4 Exemples de mouvement


1.2.4.1 Mouvement rectiligne à accélération constante

Un point matériel M se déplace sur un axe ox avec une accélération →


−a (M/R ) = a →

ex
avec a > 0 .



1- Déterminer le vecteur vitesse V (M/R ) sachant que V(t = 0) = Vo > 0.

−−→
2- Déterminer le vecteur position OM sachant que x(t = 0) = xo

3- Montrer que :V 2 − Vo2 = 2a(x − xo )(Relation indépendante du temps)



4- Quelle est la condition que doit vérifier →
−a . V pour que le mouvement soit unifor-
mément accéleré ?retardé ?



1- Le vecteur vitesse V (M/R ) = (at + Vo ) →

ex
−−→ 1
2- Le vecteur position OM = ( at2 + Vo t + xo ) →

ex
2
3- Montrons que :V 2 − Vo2 = 2a(x − xo )(Relation indépendante du temps)
V − Vo 1 V − Vo 2 V − Vo
On a t = =⇒ x − xo = a( ) + Vo ( ) après simplification on obtient le
a 2 a a
résultat.
Remarque : Cette relation valable uniquement lorsque le mouvement est rectiligne avec
a = cte.
4- Le mouvement est uniformément :
→− −
◮ accéléré si V .→a >0
→−→ −
◮ retardé si V . a < 0

1.2.4.2 Mouvement rectiligne sinusoidal

L’équation horaire du mouvement d’un point matériel sur un axe ox s’écrit sous la
forme :
X(t) = Xo + Xm cos(ωt + ϕ)

1- Donner l’interpretation de chaque termes.


2- On pose x = X − Xo que représente x.
3- Si on appelle T la période du mouvement , montrer que T ω = 2π.
4- Déterminer les composantes du vecteur vitesse et accélération du point M.
5- Tracer dans le même graphes les courbes représentatives de l’élongation x(t) ,
vitesse v x (t) et accélération a x (t) dans le cas ou ω > 1 ;conclure.
6- Déterminer l’équation entre x(t) et v x (t) indépendante du temps et la représenter
dans le plan (x, v)( une telle courbe s’appelle trajectoire de phase)

3 octobre 2018 Page -123- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.2. CINÉMATIQUE DU POINT MATÉRIEL

1- L’interpretation de chaque termes.


• X(t) : l’élongation
• Xo : L’abscisse de la position d’équilibre
• Xm : L’amplitude (>0)
• ω : pulsation
• ωt + ϕ : La phase
• ϕ : la phase à l’origine

2- x = X − Xo représente l’élongation du point M repéré à partir de la position d’équi-


libre

3- T est la période du mouvement donc

x = Xm cos(ωt + ωT + ϕ) = Xm cos(ωt + ϕ + 2π)

Donc T ω = 2π c’est à dire



ω = 2π f =
T

4- Les composantes du vecteur vitesse et accélération du point M


• x(t) = Xm cos(ωt + ϕ)
• V x = ẋ = −ωXm sin(ωt + ϕ)
• a x = ẍ = −ω2 Xm cos(ωt + ϕ)
5- Les courbes représentatives de l’élongation x(t) , vitesse v x (t) et accélération a x (t)
dans le cas ou ω = 2 > 1 et Xm = 1

a x = ẍ

V x = ẋ

6- L’équation entre x(t) et v x (t) indépendante du temps

x2 ẋ2
+ =1
Xm2 (Xm ω)2

3 octobre 2018 Page -124- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.2. CINÉMATIQUE DU POINT MATÉRIEL

C’est l’équation d’un ellipse.


Représentation dans le plan (x, v) :

V x = ẋ V x = ẋ

x x

ω>1 ω<1

1.2.4.3 Mouvement circulaire

Un point matériel se déplace sur une trajectoire circulaire de rayon r et de centre O


dans un référentiel R (O, x, y, z, t), le circle est situé dans le plan (Oxy)
On utilise les coordonnées polaires (r, θ) pour décrire le mouvement de M.
−−→ →

1- Rappeler les expressions des vecteurs OM , V (M/R ) et → −a (M/R ) en coordonnées
polaires ,puis les simplifier si le rayon est constant r = R.
2- On suppose que le mouvement est circulaire uniforme
Le mouvement est circulaire uniforme si la vitesse angulaire θ̇ = ωo = cte.
2.1- Établir l’expression de θ(t) ainsi l’abscisse curviligne s avec s(θ = 0) = 0


2.2- Déterminer les vecteurs vitesse V (M/R ) et accélération →
−a (M/R ).


2.3- Représenter les vecteurs vitesse V (M/R ) et accélération →
−a (M/R ) pour θ =
π
0, .Conclure.
2
3- On suppose que le mouvement est circulaire uniformément varié
Le mouvement est uniformément varié si θ̈ = α = cte.
3.1- Déterminer les lois horaires θ̇(t) et θ(t)
3.2- En déduire la relation indépendante du temps.

− π
3.3- Représenter le vecteurs vitesse V (M/R ) et accélération →
−a (M/R ) pour θ = 0, .
2
On prend les constantes d’integrations nulles

1- L’expression de :
◮ Vecteur position :
−−→
OM = ρ→
−e
ρ

3 octobre 2018 Page -125- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.2. CINÉMATIQUE DU POINT MATÉRIEL

◮ Vecteur vitesse :



V = ρ̇→
−e + ρϕ̇ →
ρ

◮ Vecteur accélération :


−a = (ρ̈ − ρϕ̇2 )→
−e + (ρϕ̈ + 2ρ̇ϕ̇) →


ρ

• Pour ρ = R = cte alors ρ̇ = ρ̈ = 0 ce qui donne :


◮ Vecteur position :

−−→
OM = R→
−e
ρ

◮ Vecteur vitesse :



V = Rϕ̇ →

◮ Vecteur accélération :


−a = −Rϕ̇2→
−e + Rϕ̈ →


ρ

2- Mouvement circulaire uniforme


2.1- ϕ̇ = ω = cte =⇒ ϕ = ωt + ϕo et s = Rϕ = R(ωt + ϕo )
Comme s(t = 0) = 0 =⇒ so = Rϕo = 0 ce qui donne :

ϕ = ωt et s = (Rω)t

2.2- L’expression du vecteur :


→− −e = Rω →

◮ vitesse : V (M/R ) = Rω→ ϕ T =⇒ V = Rω

− 2→
− →

◮ accélération : a = −Rω e ρ = Rω2 N
2.3-

Représentation graphique

3 octobre 2018 Page -126- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.2. CINÉMATIQUE DU POINT MATÉRIEL



V
R


−a
x

3- Mouvement circulaire uniformément varié


3.1- Les lois horaires de :
◮ accélération angulaire : θ̈ = α = cte
◮ vitesse angulaire :θ̇ = αt + θ̇o
1
◮ abscisse angulaire : θ = αt2 + θ̇o t + θo
2
1
◮ abscisse curviligne : s(M) = Rθ =⇒ s(M) = R( αt2 + θ̇o t + θo )
2
3.2- La relation indépendante du temps :

ϕ̇2 − ϕ̇2o = 2α(ϕ − ϕo )

3.3- Conditions initiales nulles, donc :



V = Rαt →

eθ ; →
−a = Rα →

eθ − Rα2 t2 →

er

3.4-

Représentation graphique

→− → −
◮ Pour θ = 0 =⇒ t = 0 on a : V = 0 et →
−a = Rα →


π →− √
◮ Pour θ = π/2 =⇒ t = donc : V = R πα eθ et →

− −a = Rα →

eθ − Rπα →

er
α

3 octobre 2018 Page -127- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.2. CINÉMATIQUE DU POINT MATÉRIEL

y


V (θ = π/2)

−a (θ = π/2)
t


−a (θ = π/2) R
N


−a (θ = π/2)


−a (t = 0)

1.2.4.4 Mouvement helicoidal

Un mobile est repéré dans la base cylindrique associée à un référentiel donné R par :
ρ = R, ϕ = ωt et z = a.t ; où a, ω et R sont des constantes positives. La trajectoire est une
hélice enroulée sur un cylindre à base circulaire. Le pas h de l’hélice est, par définition,
la distance qui sépare deux positions successives du mobile sur une même génératrice
de l’hélice.
1- Faire une représentation graphique de la trajectoire de M dans R .
2- Quelles sont les unités, dans le système international (S.I.), de ω et a ?Quelle rela-
tion lie a à h ainsi ω.
3- Déterminer les vecteurs vitesse et accélération en un point quelconque de la tra-
jectoire :
3.1- Dans la base de coordonnées cartésiennes.
3.2- Dans la base de coordonnées cylindriques.
3.3- Déterminer le rayon de courbure ρc en fonction de R, a et ω.
4- Déterminer les vecteurs unitaires de la base de coordonnées curvilignes, puis en
déduire le rayon de courbure de la trajectoire dans R ; Le comparer avec R.

3 octobre 2018 Page -128- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.2. CINÉMATIQUE DU POINT MATÉRIEL

1- Représentation graphique:
2- Les unités de :
◮ ω :rad s−1
◮ a : m s−1
2πa
◮ On a : h = z(t + T ) − z(t) =⇒ h = aT =
ω
3-
◮ L’expression de la vitesse :

− √
V = Rω →

eϕ + a →

ez = Rω(− sin(ωt) →

ex + cos(ωt) →

ey ) + a →

ez =⇒ V = R2 ω2 + a2

◮ L’expression de l’accélération :


−γ = −Rω2→
−e = −Rω2 (cos(ωt) →

ex + sin(ωt) →

ey ) =⇒ γ = Rω2
ρ

3.1- Le rayon de courbure :


−−→ →

On a : OM = R →

er + at →

ez =⇒ V = Rω →

eθ + a →

ez ainsi →
−γ = −Rω2 →

er
Donc :
√ →
− − √
V= R2 ω2 + a 2 et kV ∧→
γ k = (R2 ω2 + a2 ) R2 ω2 + a2

Il en résulte que
V3 a2
ρc = →− − =⇒ ρ c = R + >R
kV ∧→γk Rω2

4- La base de Fresnet :
◮ Le vecteur tangent :



− V − Rω →
→ −
eθ + a →

ez
T = =⇒ T = √
V R2 ω2 + a 2
◮ Le vecteur normal :
− V2 →
dV → −
On a : →
−γ = −Rω2 →

er = T + N ce qui donne :
dt ρc
√ dV
Comme V = R2 ω2 + a2 = cte =⇒ = 0 , alors
dt
V2 →

−Rω2 → −
er = N
ρc
• La norme donne :
V2 a2
Rω2 = =⇒ ρc = R +
ρc Rω2

3 octobre 2018 Page -129- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.2. CINÉMATIQUE DU POINT MATÉRIEL

• Conséquence


N = −→

er

→−
◮ La binormale B :

→− →−

− →
− → − →− −a e ϕ + Rω ez
B = T ∧ N =⇒ B = √
R2 ω2 + a 2



On vérifie bien que :k Bk = 1

1.2.4.5 Mouvement cycloide

Dans un référentiel R =(O, x, y, z, t) un point M d’un cercle de rayon R se déplace dans


le plan (oxy) sans frottement comme l’indique la figure suivante :

C
θ
M•
• x
O I

On admet que le mouvement se fait avec roulement sans glissement ce qui impose que
c = Rθ = OI , et on suppose que le mouvement du centre est uniforme
la mesure de l’arc IM
ainsi on pose ω = θ̇ = cte.
−−→
1- En utilisant la relation de Châles, Déterminer les composantes du vecteur OM
dans la base des coordonnées cartésiennes en fonction de R, θ.
2- Exprimer dans la base de coordonnées cartésiennes de R les composantes du vec-


teur vitesse V (M/R ) et celles du vecteur accélération → −a (M/R ) en fonction de R, ω et
t.
3- Donner l’allure de la trajectoire de M par rapport à R (dite cycloide).
4- Montrer que le rayon de courbure ρc de la trajectoire décrite par le point M dans
ωt
R s’écrit sous la forme : ρc = 4R sin( )
2

1- Le vecteur position :

−−→ −→ −→ −−→ −−→


OM = OI + IC + CM =⇒ OM = R(θ − sin θ) →

ex + R(1 − cos θ) →

ey

2- la trajectoire du point M :

3 octobre 2018 Page -130- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.2. CINÉMATIQUE DU POINT MATÉRIEL

y
2R

2πR 4πR x
Trajectoire cycloide
Remarque
On a : x = R(ωt − sin(ωt)) et y = R(1 − cos(ωt)) donc

(x − Rωt)2 + (y − R)2 = R2

Une cycloide est un cercle de rayon R et de centre O animé d’un


mouvement rectiligne uniforme suivant l’axe Ox

3- L’expression du vecteur :
◮ vitesse :


V = Rω(1 − cos ωt) →

ex + Rω sin ωt →

ey

◮ accélération :

−a = Rω2 (sin(ωt) →

ex + cos(ωt) →

ey

4- le rayon de courbure :
1 + cos 2x 1 − cos 2x
On rappelle que :cos2 x = et sin2 x = .
2 2

− ωt
Puisque : V = Rω(1 − cos ωt) →

ex + Rω sin ωt →

ey =⇒ V = 2Rω sin
2
→− →− 2 ωt →

Ainsi : a ∧ V = 2R ω sin
2 3
ez
2
Il en résulte que :
ωt
ρc = 4R sin
2

3 octobre 2018 Page -131- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 1.2. CINÉMATIQUE DU POINT MATÉRIEL

3 octobre 2018 Page -132- elfilalisaid@yahoo.fr


CHAPITRE 2

DYNAMIQUE DU POINT MATÉRIEL DANS UN


RÉFÉRENTIEL GALILÉEN

La dynamique a pour objet de prévoir le mouvement d’un corps dans son environne-
ment.

2.1 Quelques forces usuelles

On rappelle que :

→− m1 m2 −
◮ Force gravitationnelle : F = −G 2 → er
r

− 1 q1 q2 → −
◮ Force de Coulomb : F = 2
er
4πεo r
→−
◮ Poids d’un corps : P = m→−g


◮ Tension du ressort : F = (L − Lo )→−u
L
→−
◮ Poussée d’Archimède : F A = ρgV → −
ez

− →

◮ Force de frottement fluide visqueux : F = −λ V

− →− −
◮ Force de frottement fluide : F = −λ V 2→ uV
→− →
− → − → −
◮ Force de Lorentz : F = q( E + V ∧ B)

2.2 Lois de Newton

2.2.1 Principe d’inertie

Dite aussi première loi de Newton.

133
PCSI-LYDEX 2.2. LOIS DE NEWTON

Principe d’inertie

Dans un référentiel R si un point matériel isolé ou pseudo-isolé et son mouvement


par rapport à ce référentiel est rectiligne uniforme alors le référentiel R est gali-
léen.

Remarques
• Le mouvement rectiligne est uniforme donc le vecteur vitesse est constant :

− −→
V = cte

mouvement de translation rectiligne uniforme ou équilibre .


• Le référentiel de Copérnic est un référentiel galiléen si on néglige les actions
extérieures autrement dit si le système solaire est supposé isolé.
• Les référentiels Géocentrique et terrestre ne sont pas galiléens ;mais on
peut les considérer comme galiléens si la durée de l’expérience est très
faible par rapport à la période de la terre.

2.2.2 La relation fondamentale de la dynamique

dite aussi la 2ème loi de Newton.

Relation fondamentale de la dynamique

Par rapport à un référentiel galiléen R ,le mouvement d’un point matériel M de




masse m soumis à plusieurs forces dont la résultante (Σ F ) satisfait à la relation :



Σ F = m→
−a (M/R )

2.2.3 Principe des actions réciproques

Dite aussi 3ème loi de Newton.


Principe de l’action et la réaction


Si un point matériel A exerce sur un autre point matériel B une force F A→B alors le


corps B exerce sur A une force F B→A tel que :


− →

F A→B = − F B→A

3 octobre 2018 Page -134- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.3. APPLICATIONS (ÉNONCÉS VOIR TD )

2.3 Applications (énoncés voir TD )

2.3.1 Étude d’un projectile avec et sans frottement


Un trièdre orthonormé (Ox, Oy, Oz) est lié au sol terrestre d’axe Oz vertical ascendant.
Le champ de pesanteur, supposé uniforme, est noté : → −g = −g →

ey . A l’origine des temps (
t = 0 ), un projectile supposé ponctuel, de masse m = 1kg, est lancé du point O avec une


vitesse initiale V o située dans le plan xOy, faisant un angle α avec l’horizontale : Vo =10
m/s.
1D En projetant la RFD dans le référentiel terrestre supposé galiléen ,déterminer
−−→
les composantes du vecteur OM .
2D Exprimer, en fonction de Vo , g et α le temps nécessaire pour que le projectile
atteigne sa plus haute altitude S, et les coordonnées de ce point S.
3D Pour quelle valeur de l’angle α la portée du lancement est-elle maximale ?
Calculer cette portée.
4D En supposant le module Vo , de la vitesse initiale, constant, mais α variable ;
Donner l’équation de la courbe ( dite de sûreté ) séparant les points du plan xOy pouvant
être atteints par le projectile, de ceux qui ne seront jamais atteints.
5D Le sol fait un angle θo < α avec l’horizontale Ox. Déterminer α pour que la
portée soit maximale. Puis calculer la valeur de cette portée pour θo = 50o .


→ →
−g
Vo

α
x
O

6D Dans cette partie , on suppose que la résistance de l’air est modélisable par

− →

une force de type F = −k V .


6.1⊲ Déterminer les composantes du vecteur vitesse V (M).
−−→
6.2⊲ En déduire celles du vecteur position OM

−−→
1D Les composantes du vecteur OM
On a :

0 Vo cos α x = Vo cos αt
→ −g =⇒ −g =⇒ V (M) −gt + V sin α =⇒ OM
−a (M) = → →− −−→ 1
o y = − gt2 + Vo sin αt
0 0 2
z=0
On tire L’équation de la trajectoire
g
y=− x2 + tan αx
2Vo2 cos2 α

3 octobre 2018 Page -135- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.3. APPLICATIONS (ÉNONCÉS VOIR TD )

2D Le temps nécessaire pour que le projectile atteigne sa plus haute altitude S, et


les coordonnées de ce point S.
◮ Sachant que au point S la vitesse vy = 0 on tire que
Vo
tS = sin α
g

◮ En utilisant les équations horaires du mouvement on obtient :

Vo2 sin 2α Vo2 sin2 α


xS = et yS =
2g 2g

3D La valeur de l’angle α pour que la portée du lancement est maximale est :


On définit la portée par la distance p = OT avec T le point définit par y(T ) = 0
Vo2 sin 2α
p = 2xS = est maximale si
g
π
sin 2α = 1 =⇒ α(pmax ) =
4

y S

0 T x
La portée
π
Calcul de la portée portée. p(α = ) = 10, 2 m
4
4D L’équation de la courbe :
g
On a à partir de l’équation de la trajectoire :y = − x2 + tan αx et connaissant que
2Vo2 cos2 α
1
cos2 α = on obtient que
1 + tan2 α
gx2 2 gx2
tan α + x tan α − (y + )=0
2Vo2 2Vo2

C’et une équation du second ordre en u = tan α possède des solutions réelles si

′ Vo2 g 2
∆ > 0 =⇒ y < − x
2g 2Vo2

3 octobre 2018 Page -136- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.3. APPLICATIONS (ÉNONCÉS VOIR TD )

y
Vo2
2g
Les points non accessibles

Les points accessibles

0 Vo2 x
g
5D Le sol fait un angle θo < α avec l’horizontale Ox. Détermination de α pour que
la portée soit maximale.
y



Vo

α
θo
x
O

g
On a p = OI et on I, y = x tan θo = − x2 + tan αx donc :
2Vo2 cos2 α
g
tan α − tan θo = (1 + tan2 α)x
2Vo2
x 2V 2 cos2 α
Or p = =⇒ p = o (tan α − tan θo )
cos θo g cos θo

2Vo2  tan α − tan θo  2Vo2  u − uo 


p= =
g cos θo 1 + tan2 α g cos θo 1 + u2

avec u = tan α et uo = tan θo


dp dp
Cette portée est maximale si = 0 ou bien =0.
dα du
dp u2 − 2uuo − 1
= 0 =⇒ − = 0 c’est à dire u2 − 2uuo − 1
du (1 + u2 )2
q
u = tan α = uo + 1 + u2o

3 octobre 2018 Page -137- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.3. APPLICATIONS (ÉNONCÉS VOIR TD )

A.N
α = 70o =⇒ pmax = 8, 96 m
La valeur de la portée pour θo = 50o .

α = 70o =⇒ pmax = 8, 96 m

6D Dans cette partie , on suppose que la résistance de l’air est modélisable par

− →

une force de type f = −k V



6.1⊲ Les composantes du vecteur vitesse V (M)
La relation fondamentale de la dynamique donne :
(
m ẍ + k ẋ = 0 (A)
mÿ + kẏ + mg = 0 (B)

Par intégration on obtient


k
V x = ẋ = Vo cos α e− m t

ainsi
g g k
Vy = ẏ = − + (Vo sin α + )e− m t
k k

Remarque
Lorsque t → ∞ les composantes du vecteur vitesse ,tend vers des valeurs limites

V xlimite = Vo cos α

Vylimite = Vo sin α

−−→
6.2⊲ Les composantes du vecteur position OM Par intégration on obtient :

mVo cos α k
x(t) = (1 − e− m t )
k

Par un DL au voisinage de k = 0 on trouve x(t) = Vo cos αt

m k k
y(t) = − 2
+ (kVo sin αe− m t + mge− m t + gkt − Vo k sin α − gm)
k

2.3.2 Particule soumise à un frottement fluide de type : f = −k.V 2


Une particule matérielle est lâchée sans vitesse initiale en un lieu ou règne un champ
de pesanteur uniforme. La particule est soumise, en plus de la pesanteur, à une force de
frottement de l’air proportionnelle au carrée de sa vitesse, d’intensité f = kV 2 ( k > 0

3 octobre 2018 Page -138- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.3. APPLICATIONS (ÉNONCÉS VOIR TD )

) et de sens opposé au mouvement. Le référentiel d’étude est un référentiel terrestre


considéré galiléen. Le mouvement de la particule est repéré sur un axe Oz descendant,
d’origine O ( position initiale de la particule ) et de vecteur unitaire →

ez .
1D Écrire l’équation du mouvement de chute. Quelle est la vitesse limite V∞ at-
teinte par la particule ?
2D Exprimer la vitesse de la particule à l’instant t, en fonction de t, V∞ et g.
3D Quelle est l’expression de la distance parcourue à l’instant t en fonction de g
,V∞ et V
2a 1 1
On rappelle que : = +
a2 −x 2 a−x a+x

1D
◮ L’équation du mouvement de chute.

dV
m = mg − kV 2
dt

◮ La vitesse limite V∞ atteinte par la particule


r
mg
V∞ =
k

2D L’Expression de la vitesse de la particule à l’instant t, en fonction de t, V∞ et g.


m dV dV k
On a : = V∞2 − V 2 =⇒ 2 2
= dt
k dt V∞ − V m
Par décomposition en éléments simples et sachant que V(0) = 0 on obtient

2kV∞ t
e m −1 2kV∞
V(t) = V∞ 2kV∞ t
= V∞ tanh t
e m +1 m

3D L’expression de la distance parcourue à l’instant t en fonction de g ,V∞ et V


dz 2kV∞
On a : V = = V∞ tanh t et sachant que z(t = 0) = 0) alors
dt m

m h 2kV∞ t i V∞2 V∞
z= ln cosh = ln
2k m 2g V∞ − V

2.3.3 Le pendule simple


On considère le mouvement d’un pendule simple qui oscille dans un milieu où les
forces de frottement sont inexistantes.Le pendule est constitué d’un objet ponctuel M de
masse m , accroché par l’intermédiaire d’un fil rigide à un point O fixe .
On suppose le fil rigide sans masse ,Sa longueur est ℓ = 1m ,On note l’angle du fil OM
avec la verticale . L’ensemble est situé dans le champ de pesanteur terrestre →
−g considéré
comme uniforme.

3 octobre 2018 Page -139- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.3. APPLICATIONS (ÉNONCÉS VOIR TD )

O
y

θ →
−g

M
x

On écarte le pendule de sa position d’équilibre d’un angle θ(t = 0) = o et le lâche sans


vitesse initiale.

1D En utilisant la R.F.D établir :


1.1⊲ L’équation différentielle du mouvement.


1.2⊲ L’expression de la tension T du fil.
1.3⊲ L’expression de la pulsation propre ωo du mouvement.
2D Résoudre l’équation différentielle du mouvement.
˙
3D Établir et tracer l’équation de la trajectoire de phase dans le plan (, u = ),puis
ωo
conclure.
4D On a mesuré pour 20 périodes une durée de 40,12s , Déduire de cette expé-
rience une valeur de g.

1D
−mℓ θ̇ 2→

e →− mg cos θ →

er − −T →
→ −
er
m→
−a


r
P T →
mℓθ̈ eθ −mg sin θ →

eθ −
0 eθ
(
mℓθ̈ = −mg sin θ (1)
−mℓθ̇2 = −T + mg cos θ (2)

1.1⊲ L’équation différentielle du mouvement :(1)=⇒

g
θ̈ + θ = 0

1.2⊲ L’expression de la tension du fil :(2)=⇒

T = mg cos θ + mℓθ̇2

1.3⊲ L’expression de la pulsation propre :

r
g
ω=

3 octobre 2018 Page -140- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.3. APPLICATIONS (ÉNONCÉS VOIR TD )

1.4⊲ Résolution de l’équation différentielle :

θ(t) = θo cos(ωt)

2D L’équation de la trajectoire de phase

θ2 + u2 = θo2

Trajectoire de phase est une courbe fermée(cercle) : mouvement périodique (Oscillateur


harmonique )

θ
O

3D La valeur de g :

20 2
g = 4π2 ℓ( ) =⇒ g = 9, 81m.s−2
∆t

2.3.4 Mouvement d’une particule chargé dans un champ uniforme


Une particule électrique ponctuelle M de masse m et portant une charge q > 0 mobile
dans une région d’espace où règne un champ :
→−
• Électrique uniforme E = E →

ey , E > 0
→−
• Magnétique uniforme B = B → −
ez , B > 0
La charge est émise sans vitesse initiale au point O à t = 0.

1D
1.1⊲ Par application de la RFD trouver un système de trois équations différen-
tielles scalaires vérifiées par x, y et z.
qB
1.2⊲ Résoudre ce système et en déduire x(t), y(t) et z(t) on posera : ω =
m
1.3⊲ Représenter la trajectoire .
1.4⊲ En déduire le rayon de courbure en fonction des données.


2D On suppose maintenant que la particule possède une vitesse initiale : V o =
Vo →

ex
2.1⊲ Retrouver : x(t), y(t) .
2.2⊲ Pour quelle valeur particulière voc de vo , la charge décrit un mouvement
rectiligne confondu avec Ox. Exprimer voc en fonction de E et B.
2.3⊲ Que peut-on dire dans ce cas sur la force exercée sur la charge.
2.4⊲ Représenter la trajectoire de la particule dans le cas ou vo = 2voc

3 octobre 2018 Page -141- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.3. APPLICATIONS (ÉNONCÉS VOIR TD )

1D 


 m ẍ = qẏB (1)

− →
− → − → − 

1.1⊲ m a (M) = q( E + V i ∧ B) =⇒ 
 mÿ = q(E − ẋB) (2)


 mz̈ = 0 (3)
1.2⊲ Par intégration on trouve :

E
x= (ωt − sin ωt)

E
y= (1 − cos ωt)

z=0 mouvement plan

E
1.3⊲ Representation graphique (on prend = 1)

y

1.4⊲ Le rayon de courbure est

4E ωt
ρc = | sin( )|
Bω 2

2D


2.1⊲ V i = vo →

ex

2.1.1⋄
E vo
x= (ωt − sin ωt) + sin(ωt)
Bω ω

E 1
y=( − vo ) (1 − cos ωt)
B ω

2.1.2⋄ Le mouvement est rectiligne confondu avec ox :∀t =⇒

E
voc =
B

3 octobre 2018 Page -142- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.3. APPLICATIONS (ÉNONCÉS VOIR TD )


− →
− →
− →
− →

2.1.3⋄ F = q( E + V i ∧ B) = 0 la force magnétique compense la force électrique

2.1.4⋄ Representation graphique


 avec v = 2voc

 E

 x = Bω (ωt + sin ωt)

On rappelle que dans ce cas , on a : 
 E


 y=− (1 − cos ωt)

y
x

3 octobre 2018 Page -143- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 2.3. APPLICATIONS (ÉNONCÉS VOIR TD )

3 octobre 2018 Page -144- elfilalisaid@yahoo.fr


CHAPITRE 3

MOUVEMENT DE PARTICULES CHARGÉES DANS UN


CHAMP ÉLECTROMAGNÉTIQUE, UNIFORME ET
STATIONNAIRE

3.1 Force de Lorentz

3.1.1 Rappel
Définition
Dans un référentiel R , lorsque une particule de charge q animé par rapport à

− →

ce référentiel R de la vitesse V (M/R) = V , règne un champ électromagnétique

− →

( E , B ),elle acquière une force dite de Lorentz :


− →
− → − → −
F = q( E + V ∧ B)

On décompose la force de Lorentz en :

→− →

• Force électrique : F e = q E .

− →
− →−
• Force magnétique : F m = q V ∧ B

Activité
Comparer le poids et la force électrique ressenti par l’électron dans l’atome d’hy-
drogène à l’état fondamental. Conclure.
On donne :
1
• me = 1,602 × 10−31 kg • e=9,11 × 10−19 C • = 9, 109 (S.I)
4πεo
• g= 10 m s−2 • ao =0,529 Å

On a :

145
PCSI-LYDEX 3.2. APPLICATIONS

A.N
• P = mg GGGGGGGGGA P ≃ 9.10−31 N
1 e2 A.N
• Fe = GGGGGGGGGA F e ≃ 8.10−8 N
4πεo a2o
Donc :
F
≈ 1022
P

Conclusion:

Comme P ≪ F alors on retient:


Le poids est très négligeable devant la force de Lorentz

3.1.2 Propriété de la force magnétique


Calculons la puissance de la force magnétique :


− →− → − →
− →
− → − →−
P ( F m ) = F m . V =⇒ P ( F m ) = q( V ∧ B). V = 0

Si la particule chargée n’est soumise qu’à cette force magnétique , alors d’après le T.E.C :


∆Ec = P ( F m ) = 0 =⇒ Ec = cte

C’est à dire qu’il y a conservation de l’énergie cinétique ( i ;e conservation de la norme


du vecteur vitesse)
Conclusion:

L’action du champ magnétique sur une particule chargée est de dévier


sa trajectoire.

3.2 Applications

3.2.1 Mouvement dans un champ électrostatique uniforme dans


le vide.
Activité
L’oscilloscope cathodique
D’après CCP/TSI/2014

Première partie :Création et accélération d’un faisceau d’électrons


Un oscilloscope cathodique est constitué d’un canon à électrons dans lequel un faisceau
d’électrons est créé et les électrons sont accélérés .
Une cathode, notée C, émet des électrons de vitesse initiale négligeable. Il est rappelé
que les électrons ont une charge électrique négative égale à −e.

3 octobre 2018 Page -146- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 3.2. APPLICATIONS

On établit entre la cathode C et une anode, notée A, une différence de potentiel notée
U AC = VA − VC > 0. Les électrons sont ainsi accélérés lors de leur parcours entre C et A.
L’anode est constituée d’une plaque métallique percée d’un trou centré en O permet-
tant à une partie du faisceau d’électrons de s’échapper dans la direction horizontale Oz
comme le montrent les figures 1 et 2 suivantes.
La distance entre C et A est notée d .
L’espace est rapporté au repère cartésien orthonormé direct (Oxyz) associé à la base
(→
−ex , →

ey , →

ez ).
Le point O correspond au centre de l’anode A.

Figure 2 : schéma de l’oscilloscope en coupe dans la plan (yOz)


1D Déterminer, en un point de l’axe des z situé entre la cathode et l’anode, la

− →

direction et le sens du champ électrique E créé par la tension U AC , On admet que k E k =
U AC
.
d


2D Déterminer l’expression de la force électrostatique f subie par un électron
entre C et A en fonction de U AC , d, e et d’un vecteur unitaire que l’on précisera.

3 octobre 2018 Page -147- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 3.2. APPLICATIONS

3D La tension U AC appliquée est de l’ordre de 1kV. La distance d est de l’ordre de


0,1 m.
Le poids des électrons peut-il être négligé devant la force électrostatique précédente ?
Justifier quantitativement la réponse.
4D En appliquant le théorème de l’énergie cinétique, déterminer l’expression de
la vitesse vo avec laquelle les électrons atteignent l’anode. Exprimer vo en fonction de
U AC ,m et e.
Donner l’ordre de grandeur de la valeur numérique de la vitesse vo .

Deuxième partie : Dispositif de déflexion du faisceau d’électrons

Les électrons produits et accélérés dans le canon à électrons pénètrent en O1 , avec une
vitesse vo parallèlement à l’axe (O1 z), dans le dispositif de déflexion composé de deux
paires de plaques parallèles. Les deux plaques P1 et P2 sont horizontales et sont sou-
mises à une différence de potentiel UY = VP1 − VP2 et les deux plaques Q1 et Q2 sont
verticales et soumises à une différence de potentiel U X = VQ1 − VQ2 .

Les électrons, après passage dans ce système de déflexion, poursuivent leur trajec-
toire jusqu’à frapper un écran fluorescent sur lequel le point d’impact est matérialisé
par un spot lumineux.

Les plaques P1 et P2 d’une part, et les plaques Q1 et Q2 d’autre part, sont symétriques
par rapport à l’axe Oz. L’ écartement entre les paires de plaques est le même et noté
L1 . Les longueurs des plaques parallèlement à l’axe O1 z sont identiques et égales à la
longueur L2 .

Le mouvement des électrons dans le système de déflexion sera étudié dans le repère
(O1 xyz), associé à la base orthonormée cartésienne ( →

ex , →

ey , →

ez ).

Remarque : on admet que le champ électrique est nul à l’extérieur du volume délimité
par les plaques et que le champ électrique produit par chaque paire de plaques est uni-
forme et perpendiculaire aux plaques qui le produisent.

Le dispositif est enfermé dans une ampoule scellée, dans laquelle règne un vide
poussé.
On néglige le poids des électrons dans cette partie.
Soit K, le centre du système de déflexion. Le point K appartient ainsi à l’axe Oz et est
L2
situé à la distance du point O1 .
2
Soit D , la distance entre le centre K du système de déflexion et le point O2 qui corres-
pond au centre de l’écran fluorescent.
Les points et les distances définis dans cette partie sont représentés sur les figures 1 et 2.

5D On établit entre les plaques horizontales P1 et P2 une différence de potentiel


UY = VP1 − VP2 constante et positive, et on applique une différence de potentielle nulle
entre les plaques Q1 et Q2 .
Quel est l’effet de la différence de potentiel UY sur le mouvement des électrons ?

3 octobre 2018 Page -148- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 3.2. APPLICATIONS



Établir l’expression vectorielle de la force f ′ qui agit sur un électron situé entre les
plaques P1 et P2 en fonction de e, L1 , UY et d’un vecteur unitaire que l’on précisera.
6D Par application du principe fondamental de la dynamique, établir l’expres-
sion vectorielle de l’accélération → −a d’un électron dans le repère (O xyz) en fonction de
1
me , e, L1 , UY et d’un vecteur unitaire que l’on précisera.
7D En projetant la relation vectorielle précédente, déterminer les équations diffé-
rentielles vérifiées par les coordonnées d’un électron .
En déduire , par intégration, les équations horaires relatives au mouvement d’un élec-
tron dans le repère (O1 xyz).
Montrer que l’équation cartésienne de la trajectoire d’un électron dans le repère (O1 xyz)
a pour expression :
eUY
y=
2L1 me v2o

8D Trajectoire d’un électron


8.1⊲ Déterminer les coordonnées XE et YE d’un électron lorsqu’il sort du système
de déflexion, c’est -à-dire, lorsque son abscisse z est égale à L2 dans le repère (O1 xyz).
8.2⊲ Calculer la pente p de la tangente à la courbe, à la sortie du système de
déflexion.
8.3⊲ Justifier le fait qu’après être sorti du système de déflexion, la trajectoire
d’un électron est une droite.
8.4⊲ Sachant que la trajectoire d’un électron entre la sortie du système de dé-
flexion et l’écran fluorescent est une droite de pente p passant le point E , déterminer
l’équation de cette droite.
8.5⊲ Montrer que les coordonnées du point d’impact S (spot) des électrons sur
l’écran sont données par les expressions :
eDL2 UY
Xs = 0 et YS =
L1 me v2o

8.6⊲ Quel type de relation mathématique a-t-on entre YS et UY Commenter ce


résultat.

Première partie :Création et accélération d’un faisceau d’électrons




1D Le champ E entre la cathode et l’anode :



F


E

U = U AC

C A

3 octobre 2018 Page -149- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 3.2. APPLICATIONS



On a U = U AC > 0 et puisque le champ E se dirige toujours vers les potentiels décroissant


alors E se dirige de A → C c’est à dire


− →− U AC →
E = Ez →

ez =⇒ E = − −
ez
d

2D La force

− →
− →− →
− U AC →

f = q E =⇒ f = −e E = e ez
d

3D l’influence du poids :
A.N
◮ P = me g GGGGGGGGGA P = 9, 1 × 10−30 N
U AC A.N
◮ f =e GGGGGGGGGA f = 1, 610−15 N
d
f
On conclut que le poids est négligeable puisque ≃ 1015
P
4D L’expression de la vitesse vo


D’après le TEC on a :∆E c = W( f ) donc
r
1 2eU AC A.N
me v2o = eU AC =⇒ vo = GGGGGGGGGA vo = 1, 87 × 107 m s−1
2 me

Deuxième partie : Dispositif de déflexion du faisceau d’électrons


5D Comme Uy > 0 alors l’effet de cette différence de potentiel est la déviation du
faisceau dans le plan (yOz).
La force exercée

− U −
fy=e → ey
L1

6D La R.F.D donne :



f y = m→ −a = eUy →
−a =⇒ → −
ey
mL1

7D L’équation de la trajectoire :
◮ Les composantes de l’accélération et de la vitesse :

a x = 0 V x = 0

−a = a =
→ eU y →
− eUy
y mL =⇒ V = Vy = mL t
1 1
az = 0 Vz = vo
◮ les composantes du vecteur position :

x = 0
−−→ eUy 2
OM = y = t
2mL1
z = vo t

3 octobre 2018 Page -150- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 3.2. APPLICATIONS

◮ En éliminant le temps entre y et z on obtient

eUy 2
y= z
mL1 v2o

C’est l’équation d’une parabole

8D Trajectoire de l’électron :
8.1⊲ A la sortie au point E on a : zE = L2 donc


XE = 0
−−→ eUy 2
OE = YE = L
2mL1 v2o 2
ZE = L2

8.2⊲ La pente p de la tangente au point E :

dy eUY L2
p= E =⇒ p =
dz L1 mv2o


− →

8.3⊲ Le poids est négligeable ainsi E = 0 donc la résultante de force est nulle

− −→
ce qui donne (principe d’inertie) que la vitesse est constante V = cte
8.4⊲ On pose y = pz + yo l’équation de la tangente au point E.
Puisque E appartient à cette droite alors yE = pzE + yo donc

eUy L22
yo = −
2L1 mv2o

ce qui donne
eUy L2 L2
y= (z − )
L1 mv2o 2

8.5⊲ Les coordonnées du point S.


L2
Au point S on a zS = D + donc
2

XS = 0

−−−→ YS = eUy L2 D
O1 S = mL1 v2o

ZS = D + L2
2

9D Puisque YS = αUy les deux grandeurs sont proportionnelles donc par étalon-
1
nage si on mesure YS on peut remonter à la valeur Uy . Si on pose S v = ; S v représente
α
la sensibilité verticale de l’oscilloscope.

3 octobre 2018 Page -151- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 3.2. APPLICATIONS

3.2.2 Mouvement dans un champ magnétostatique uniforme dans


le vide.
D’après concours centrale TSI 2010
On s’interesse à l’étude du confinement d’un électron [de masse (m) et de charge (−e)]
dans une petite région de l’espace à l’aide d’un champ électromagnétique. L’électron se
déplace dans le référentiel R(Oxyz) , supposé galiléen ; on appelle respectivement →

ex , →

ey
→−
, ez les vecteurs unitaires des axes Ox,Oy et Oz .
L’électron, se déplaçant dans le vide, est soumis à l’action d’un champ magnétique uni-


forme et permanent (indépendant du temps). Le champ magnétique B est colinéaire à

− eB
Oz : B = B →

ez (B > 0) . On pose ωc =
m
À l’instant initial, l’électron se trouve en O avec la vitesse →−
vo = vox →

ex + voz →

ez (vox et voz
désignent des constantes positives).
1D Déterminer la coordonnée z(t) de l’électron à l’instant t .
2D On étudie la projection du mouvement de l’électron dans le plan Oxy.
2.1⊲ Déterminer les composantes v x et vy de la vitesse de l’électron en fonction
de vox ,ωc et du temps t.
2.2⊲ En déduire les coordonnées x(t) et y(t) de l’électron à l’instant t.
2.3⊲ Montrer que la projection de la trajectoire de l’électron dans le plan est
un cercle Γ de centre H et de rayon rH . Déterminer les coordonnées xH et yH de H , le
rayon rH et la fréquence de révolution fc de l’électron sur ce cercle en fonction de vox
et ωc . Tracer, avec soin, le cercle Γ dans le plan Oxy . Préciser en particulier le sens de
parcours de l’électron sur Γ .
3D Application numérique : calculer la fréquence fc pour B = 1, 0 T .
4D Tracer l’allure de la trajectoire de l’électron dans l’espace. L’électron est-il
confiné au voisinage de O ?

1D La coordonnée z(t) de l’électron à l’instant t :


Par application de la R.F.D qu’on projette sur →

ez on obtient :

d2z →

m 2
= −e( V ∧ B →

ez ). →

ez = 0
dt
par conséquent
z(t) = Voz t
2D Le mouvement de l’électron dans le plan Oxy :
2.1⊲ Les composantes v x et vy de la vitesse de l’électron :
Projetons la R.F.D :

ẍ + ωc ẏ = 0 (E1)
→− →
− → −
m a = −e V ∧ B =⇒ ÿ − ωc ẋ = 0 (E2)
z̈ = 0

L’equation (E1) s’écrit V˙x + ωc Vy = 0 ainsi (E2) s’écrit V̇y − ωc V x = 0 Ce qui donne

V̈ x + ω2c V x = 0 (E ′ 1) ; V̈y + ω2c Vy = 0 (E ′ 2)

3 octobre 2018 Page -152- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 3.2. APPLICATIONS

2.2⊲ Les coordonnées x(t) et y(t) de l’électron à l’instant t :


◮ par intégration des équations (E’1) et (E’2) on obtient :

V x = Vox cos ωc t ; Vy = Vox sin ωc t

◮ par intégration on obtient

Vox Vox
x= sin ωc t ; y= (1 − cos ωc t)
ωc ωc

2.3⊲ La projection de la trajectoire de l’électron dans le plan est un cercle


puisque
Vox 2 Vox 2
x2 + (y − ) =( )
ωc ωc

Vox
◮ Les coordonnées de H :(xH = 0, yH = )
ωc
Vox
◮ Le rayon rH =
ωc
◮ La fréquence de révolution fc de l’électron :


fc =
ωc

◮ Le tracé du cercle Γ dans le plan Oxy et le sens de parcours de l’électron sur Γ .


y

•H

−−→ x
Vox

3D Application numérique :

2π A.N
fc = GGGGGGGGGA fc = 2.80 × 1010 Hz
ωc

4D L’allure de la trajectoire de l’électron dans l’espace :

3 octobre 2018 Page -153- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 3.2. APPLICATIONS

L’électron n’est pas confiné au voisinage de O puisque z(t) diverge.

3.2.3 Mouvement d’un proton dans un cyclotron

D’après CONCOURS COMMUN 2010


DES ÉCOLES DES MINES D’ALBI, ALÈS, DOUAI, NANTES

Un cyclotron est un accélérateur de particules qui utilise l’action combinée d’un champ

− →

électrique E et d’un champ magnétique B afin d’accélérer des particules chargées.
Dans le cadre du traitement de certains cancers crâniens et oculaires, notamment chez
les enfants, la radiothérapie classique est avantageusement remplacée par la protonthé-
rapie (envoi de protons rapides sur les cellules cancéreuses en vue de les détruire) qui
minimise les dégâts occasionnés aux tissus biologiques entourant la tumeur. Les protons
à envoyer dans la tumeur sont accélérés à l’aide d’un cyclotron. En France, il existe deux
principaux centres utilisant cette technique : Nice (protons de 65 MeV) et Orsay (protons
de 200 MeV). On va ici s’intéresser au principe d’un cyclotron qui pourrait être utilisé
dans ce cadre.
Le cyclotron est constitué de deux demi-cylindres horizontaux de rayon R très légère-


ment écartés et creux, les « Dees », au sein desquels règne un champ magnétique B
uniforme et constant d’intensité B = 1,67 T. À l’intérieur des Dees, il règne un vide
poussé. Entre ces deux Dees une tension haute fréquence de valeur maximale U = 100
kV crée un champ E perpendiculaire aux faces en regard des Dees.

3 octobre 2018 Page -154- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 3.2. APPLICATIONS

Des protons de masse mP = 1,67 × 10−27 kg et de charge e = 1,60 × 10−19 C, animés d’une
vitesse horizontale négligeable,sont injectés au point Ao de l’espace séparant les deux
Dees. (Voir Annexe)


On rappelle l’expression de la force de Lorentz F L que subit une particule de charge q,
animée d’une vitesse →
−v lorsqu’elle est placée dans une zone ou règne un champ électro-

− →

magnétique ( E , B) :

− →
− −v ∧ →

F = q E + q→ B
Dans toute la suite, la force de Lorentz sera la seule force prise en compte.

A/ Étude du mouvement dans les Dees

1D Montrer que le mouvement du proton dans un Dee est uniforme.


2D Représenter sur document annexe les vecteurs champ magnétique dans cha-
cun des Dees, les vecteurs vitesse et force de Lorentz aux points M1 et M2 .
3D Par application de la relation fondamentale de la dynamique, établir le système
d’équations différentielles couplées auxquelles satisfont les composantes V x et Vy de son
eB
vecteur vitesse →
−v (t). On introduira la pulsation cyclotron ω =
c .
m
4D Montrer que la trajectoire du proton dans le Dee 1 est un cercle de rayon
V1
R1 =
ωc
On admet que ce résultat se généralise et que la trajectoire lors de la nième traversée
Vn
d’un Dee sera circulaire uniforme de rayon Rn =
ωc
5D Exprimer, en fonction de Rn la distance d parcourue dans un Dee lors du nième
demi-tour.
6D Montrer que la durée ∆t de parcours de la trajectoire dans un Dee est indépen-
dante de la vitesse du proton et donner son expression en fonction de m, e et B.

B/ Étude du mouvement entre les Dees

Entre les Dees, qui sont très faiblement écartés, le proton décrit une trajectoire recti-
ligne et est accéléré.

3 octobre 2018 Page -155- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 3.2. APPLICATIONS



7D Préciser la direction et le sens que doit avoir le champ électrique E entre les
Dees quand le proton décrit Ao A, puis BC . Dans chaque cas, quel doit être le signe de la
tension u (définie dans l’annexe) pour que les protons soient toujours accélères quand ils
passent entre les Dees ?

8D Le schéma de l’annexe fournit le graphe de la tension u(t). Noter sur ce graphe :


- le moment où le proton passe de Ao à A, puis lorsquAfil
˛ passe de B à C ;
- la durée δt de parcours de la trajectoire dans chacun des Dees.

9D Donner la relation entre la période T de la tension u(t) et la durée ∆t ; en déduire


l’expression de la fréquence f de u(t) en fonction de m, e et B.

A/ Étude du mouvement dans les Dees

1D Montrons que le mouvement du proton dans un Dee est uniforme.



− →
− →
− →
− →
− →

dans un Dee on a : E = 0 =⇒ F = F m = q V ∧ B

− →

Et comme P ( F m ) = 0 =⇒ Ec = cte et par conséquent k V k = V = cte
D’où le mouvement de la particule se fait à vitesse constante donc le mouvement est
uniforme dans le Dee.

2D Représentation des vecteurs :

3 octobre 2018 Page -156- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 3.2. APPLICATIONS



V (M1 )


F m1
b
N→
− M1 x

− B
F m2 →

M2 b

− N V1
B


V (M2 )

3D Le système d’équations différentielles couplées :


On applique la R.F.D dans R galiléen on obtient :




dV x



m = qBVy

 dt
−a = →
− →
− → − 
 dVy
m→ F m = q V ∧ B =⇒ 
 m = −qBV x


 dt


 dVz

 m =0
dt
eB
En posant ωc = (q=e) on obtient :
m

dV x dVy
− ωc Vy = 0(1) ; + ωc V x = 0(2)
dt dt

4D La trajectoire du proton :
Par intégration :
(2) =⇒ Vy = −ωc x + cte Avec les C.I cte = 0 donc

Vy = −ωc x (3)

Les équations (1) et (3) donnent

ẍ + ω2c x = 0 =⇒ x(t) = a cos(ωc t) + b sin(ωc t)

V1
Les C.I x(t = 0) = 0 et V x (t = 0) = V1 donne a = 0 et b =
ωc
Il en résulte que
V1
x(t) = R1 sin(ωc t) avec R1 =
ωc

L’intégration de l’équation (3) avec y(t = 0) = R1 donne

y(t) = R1 cos(ωc t)

3 octobre 2018 Page -157- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 3.2. APPLICATIONS

Il en résulte que
x2 + y2 = R21

D’où la trajectoire est circulaire de rayon R1 .


5D La distance parcourue

Vn
d = πRn =⇒ d = π
ωc

6D La durée ∆t :
1 1  2π 
Comme ∆t = T =⇒ ∆t = alors
2 2 ωc
πm
∆t =
eB

∆t ne dépend pas de la vitesse Vn ( mouvement uniforme).


B/ Étude du mouvement entre les Dees
→−
7D La direction et le sens que doit avoir le champ électrique E :



C b E b
B



Ao b E b →

V1
A
u(t)

Puisque la charge est positive donc pour qu’elle s’accélère il faut que :
→−
• Entre Ao et A ; E = E →

ex =⇒ u(t) > 0.
→−
• Entre B et C ; E = −E →−
ex =⇒ u(t) < 0.
8D Les moments où le proton passe de :

Ao (t = 0) −→ A(δt) −→ B(δt + ∆t) −→ C(2δt + ∆t)

9D La relation entre la période T de la tension u(t) et la durée ∆t :


T
Comme : = δt + ∆t et puisque les Dees sont très faiblement écartés alors δt ≪ ∆t donc
2
2πm
T = 2∆t =⇒ T =
eB

L’expression de la fréquence f de u(t) :

1 eB
f = =⇒ f =
T 2πm

3 octobre 2018 Page -158- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 3.2. APPLICATIONS

3.2.4 Rayonnement d’une particule chargée


D’après CCP PC SESSION 2014

On suppose que la vitesse des particules chargées est très inférieure à la vitesse de la
lumière dans le vide, ce qui revient à négliger toute correction relativiste. Les effets de
la gravitation seront négligés.
Données :
• La charge électrique élémentaire vaut e=1,60 × 10−19 C.
• La vitesse de la lumière dans le vide vaut c = 3,0 × 108 m s−1 .
1
• La perméabilité et la permittivité du vide : µo = 4π.10−7 H m−1 et εo = F m−1 .
36π109
A/ Mouvement d’une particule chargée dans un champ magnétique uniforme

1D On considère un référentiel R galiléen muni d’un repère cartésien (O, →



ex , →

ey , →

ez ).
Une particule chargée de charge q positive et de masse m pénètre avec un vecteur vi-


tesse V o = Vo →

ex au point O de coordonnées (0,0,0) dans une région de l’espace où règne

− →

un champ magnétique uniforme B = B → −ez perpendiculaire à V o (Figure 1). Montrer que
cette cette particule décrit , à vitesse constante, une trajectoire plane et circulaire de
mVo
rayon R = . Pour cela , vous pourrez, notamment , introduire la quantité complexe
qB
u(t) = x(t) + jy(t).

2D pour séparer les deux isotopes naturels de l’Uranium 238 et l’Uranium 235,
il avait été envisagé d’utiliser un spectrographe de masse. Cet appareil comporte trois
parties, représentées en figure 2, où règne un vide poussé. les atomes d’uranium sont
ionisés dans une chambre d’ionisation en ion U + ( de charge électrique q(U + ) = e) d’où
ils sortent par la fente F 1 avec une vitesse négligeable. Ces ions sont accélérés par un
champ électrostatique uniforme imposé par une tension W = V p2 − V p1 entre deux plaques
P1 et P2 . Enfin, les ions pénètrent dans une chambre de déviation où règne un champ


magnétique B ( B=0,1 T) perpendiculaire au plan de la figure. Ils décrivent alors deux
trajectoires circulaires de rayon R1 et R2 et parviennent dans deux collecteurs C1 et C2 .
Calculer la tension W pour que la distance entre les collecteurs soit égale à d = 2 cm.
Les masses de l’uranium 235 et de l’uranium 238 sont m235 U = 235 u.m.a et m238 U = 238
u.m.a.
Une unité de masse atomique (u.m.a) vaut : 1 u.m.a ≃ 1,66 × 10−27 kg.

3 octobre 2018 Page -159- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 3.2. APPLICATIONS

B/ Le cyclotron
Le cyclotron est formé de deux demi-cylindres conducteurs creux D1 et D2 dénommées


dees et séparés par u intervalle étroit. Un champ magnétique B (B=0,1 T) règne à l’in-
térieur des dees, sa direction est parallèle à l’axe de ces demi-cylindres. Un champ élec-


trostatique variable E peut être établi dans l’intervalle étroit qui sépare les dees en
appliquant entre les dees une tension alternative sinusoïdale u(t) qui atteint sa valeur
maximale Um = 105 V lorsque le proton traverse cet espace. les protons de masse m p =
1,67 × 10−27 kg et de charge q p = e , sont injectés au centre du cyclotron avec une énergie
cinétique négligeable. Dans chaque dee, ils décrivent des trajectoires demi-circulaires
de rayon croissant. Le rayon de la trajectoire des protons à la sortie du cyclotron est R s =
50 cm.

3D Donner l’expression littérale de la durée T 1/2 mise par un proton pour effectuer
un demi-tour en fonction de m p , e et B. Qu’en déduisez-vous ?
4D Justifier le choix d’une tension u(t) alternative sinusoïdale.
5D En déduire l’expression, puis la valeur de la fréquence f de la tension alter-
native sinusoïdale u(t) = Um sin(2π f t) pour que les protons subissent une accélération
maximale à chaque traversée . On néglige le temps de parcours d’un dee à l’autre.
6D Déterminer l’expression, puis la valeur de l’énergie cinétique ECS des protons
à la sortie du cyclotron.
7D déterminer l’expression du nombre de tours N effectués par les protons dans
le cyclotron jusqu’à leur sortie en fonction de : e, R s , B, m p et Um . Effectuer l’application
numérique.

3 octobre 2018 Page -160- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 3.2. APPLICATIONS

8D Puissance rayonnée.
Pour une particule non relativiste, toute particule chargée de charge q et d’accélération
µo q2 2
a rayonne une puissance Pr , donnée par la formule de Larmor : Pr = a . On rappelle
6πc
que c est la vitesse de la lumière dans le vide.
8.1⊲ Montrer qu’une particule chargée de charge q, de vitesse v, qui décrit une
trajectoire circulaire de rayon R, rayonne une puissance Pr , de la forme : Pr = αv4 . Expri-
mer le cœfficient α en fonction de q, c, µo et R.
8.2⊲ Calculer l’énergie rayonnée par le proton dans le cyclotron lors de sa der-
nière trajectoire demi-circulaire de rayon R s = 50 cm. Conclure.

A/ Mouvement d’une particule chargée dans un champ magnétique uniforme

1D Montrons que la trajectoire est plane et circulaire :


R.F.D donne : 


 ẍ − ωc ẏ = 0 (1)

− →
− → − 

 ÿ + ωc ẋ = 0


m a = F m = q V ∧ B =⇒  (2)


 dVz

 =0 (3)
dt
◮ L’équation (3) vu les C.I : z(t) = 0 donc le mouvement est plan.
◮ (1)+j(2) donne
ü − jωc u̇ = 0
C’est l’équation différentielle vérifiée par la variable complexe u.
Par intégration on obtient
u̇ − jωc u = cte
Vu les C.I : cte = Vo donc
u̇ − jωc u = Vo
La solution de cette équation différentielle est

Vo
u(t) = ae jωc t + j
ωc
Vo
Les C.I : (u(t = 0) = x(t = 0) + jy(t = 0) = 0) donnent a = − j et par conséquent :
ωc

Vo Vo
x(t) = ℜ(u) =⇒ x(t) = sin ωc t ; y(t) = ℑ(u) =⇒ y(t) = (1 − cos ωc t)
ωc ωc

Vo
Donc la trajectoire est un cercle de rayon R = et de centre O(0,R) puisque
ωc

x2 + (y − R)2 = R2

Vo mVo
avec R = =
ωc qB

3 octobre 2018 Page -161- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 3.2. APPLICATIONS

2D Puisque le rayon de la trajectoire augmente lorsque la masse augmente alors ;


on a :
d = 2(R2 − R1
Avec R2 = R(U(238)) et R1 = R(U(235)) donc
 m2 Vo2 m1 Vo1 
d=2 −
q2 B q1 B
Et puisque q1 = q2 = e et d’après le T.E.C (théorème de l’énergie cinétique ) entre F 1 et
F 2 ( phase d’accélération ) on a :

m2 Vo2 = 2eW (et) m1 Vo1 = 2eW

N.B : la vitesse dépend de la masse dans la phase d’accélération.


Il en résulte que

eB2 d 2 A.N
W= √ √ GGGGGGGGGA W = 5065 V
8( m2 − m1 )2

B/ Le cyclotron

3D L’expression littérale de la durée T 1/2 :


2π eB
On a : T 1/2 = comme ωc = donc
ωc m

2πm
T 1/2 =
eB

Conclusion:
• T 1/2 est proportionnelle à la masse.
• T 1/2 est indépendante de la vitesse.

4D Justification du choix d’une tension u(t) alternative sinusoïdale :


Pour accélérer le proton à chaque fois qu’il traverse l’espace entre les deux Dee , il faut


que le champ E change de sens donc la tension doit être alternative périodique.
Grâce au théorème de Fourier alors le choix d’une tension alternative sinusoïdale .
5D L’expression de la fréquence f de la tension alternative sinusoïdale :
Le temps de parcours d’un dee à l’autre est négligeable donc :

1 eB
T = 2T 1/2 =⇒ f = =
T 4πm

6D L’expression de la valeur de l’énergie cinétique ECS des protons à la sortie du


cyclotron.
1
On a : Ec (s) = m p V 2 et comme V = Rωc alors
2
1
Ec (s) = m p (R s ωc )2
2
3 octobre 2018 Page -162- elfilalisaid@yahoo.fr
PCSI-LYDEX 3.2. APPLICATIONS

eB
Sachant que ωc = alors
mp

1 (R s eB)2 A.N
Ec (s) = GGGGGGGGGA Ec (s) = 1, 916 ∗ 10−14 J
2 mp

7D L’expression du nombre de tours N effectués par les protons dans le cyclotron


jusqu’à leur sortie.
Par application du T.E.C on a :
2eU
• V12 =
m
2eU 2eU
• V22 = V12 + =⇒ V22 = 2( )
m m
2eU
Donc : Vn2 = n( ) avec n le nombre de passage du proton entre les deux Dees.
m
n
Comme le nombre de tours N représente alors
2

R2s eB2 A.N


N= GGGGGGGGGA N = 0, 5
4m p Um

8D Puissance rayonnée.

8.1⊲ La puissance Pr rayonnée :


µo e2 2 2
−a = V →−
On a : Pr = a et puisque le mouvement circulaire et uniforme alors → N ce qui
6πc R
permet d’écrire

µo q2 V 2 2 µo e2 4 µo e2
Pr = ( ) =⇒ Pr = V donc α=
6πc R 6πcR2 6πcR2

8.2⊲ L’énergie rayonnée par le proton dans le cyclotron lors de sa dernière tra-
jectoire :
T
On a : E r = Pr donc
2

mµo e 4 2µo e A.N


Er = V =⇒ E r = E 2
(s) GGGGGGGGGA E r = 3, 927 × 10−26 J
6BcR2 3cBmR2s c

Conclusion:
Er
= 2 ∗ 10−12 =⇒ E r ≪ Ec (s)
Ec (s)
L’énergie rayonnée est très négligeable devant l’énergie cinétique

3 octobre 2018 Page -163- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 3.2. APPLICATIONS

3.2.5 Mouvement dans un champ électromagnétique uniforme dans


le vide.

Une particule électrique ponctuelle M de masse m et portant une charge q > 0 mobile
dans une région d’espace où règne un champ :
→−
• Électrique uniforme E = E →

ey , E > 0
→−
• Magnétique uniforme B = B → −
ez , B > 0
La charge est émise sans vitesse initiale au point O à t = 0.
1D Vérifier que le poids est négligeable. Pour cela comparer la norme du poids
d’un électron de masse me = 9, 11.10−31 kg et de charge e = −6, 11.10−19 C et la force de
Coulomb. On donne g = 10 m.s−2 et E = 10 V.m−1
2D
2.1⊲ Par application de la RFD trouver un système de trois équations différen-
tielles scalaires vérifiées par x, y et z.
qB
2.2⊲ Résoudre ce système et en déduire x(t), y(t) et z(t) on posera : ω =
m
2.3⊲ Représenter la trajectoire .
2.4⊲ En déduire le rayon de courbure en fonction des données.


3D On suppose maintenant que la particule possède une vitesse initiale : V o =
Vo →

ex .
3.1⊲ Retrouver : x(t), y(t) .
3.2⊲ Pour quelle valeur particulière voc de vo , la charge décrit un mouvement
rectiligne confondu avec Ox. Exprimer voc en fonction de E et B.
3.3⊲ Que peut-on dire dans ce cas sur la force exercée sur la charge.
3.4⊲ Représenter la trajectoire de la particule dans le cas ou vo = 2voc .

1D 


 m ẍ = qẏB (1)

− →
− →− →− 

1.1⊲ m a = q( E + V i ∧ B) =⇒ 
 mÿ = q(E − ẋB) (2)


 mz̈ = 0 (3)
1.2⊲ Par intégration on trouve :

E
x= (ωt − sin ωt)

E
y= (1 − cos ωt)

z=0 mouvement plan

E
1.3⊲ Representation graphique (on prend = 1)

3 octobre 2018 Page -164- elfilalisaid@yahoo.fr
PCSI-LYDEX 3.2. APPLICATIONS

y
2R

2πR x

1.4⊲ Le rayon de courbure est

4E ωt
ρc = | sin( )|
Bω 2

2D


2.1⊲ V i = vo →

ex

2.1.1⋄
E vo
x= (ωt − sin ωt) + sin(ωt)
Bω ω

E 1
y=( − vo ) (1 − cos ωt)
B ω

2.1.2⋄ Le mouvement est rectiligne confondu avec ox :∀t =⇒

E
voc =
B


− →
− →
− →
− →

2.1.3⋄ F = q( E + V i ∧ B) = 0 la force magnétique compense la force électrique

2.1.4⋄ Representation graphique avec v = 2voc


 E



 x = Bω (ωt + sin ωt)

On rappelle que dans ce cas , on a : 
 E


 y=− (1 − cos ωt)

y
2πR
x

2R

3 octobre 2018 Page -165- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 3.3. MOUVEMENT D’UNE PARTICULE CHARGÉE DANS UN MÉTAL

Remarque
Lorsque la vitesse de la particule chargée n’est plus négligeable devant la célérité
de la lumière alors la mécanique relativiste montre que :
◮ l’énergie cinétique de la particule chargée s’écrit :

Ec = (γ − 1)mc2

◮ la quantité de mouvement :

P = γmv

1 v
Avec γ = p ( facteur de Lorentz) et β =
1 − β2 c

3.3 Mouvement d’une particule chargée dans un métal

3.3.1 Modèle de DRUDE


On rappelle que les électrons dans un atome se répartissent en :

• des électrons du cœur fortement liés au noyau.


• des électrons de valence libre à se déplacer dans un métal ( nommés les électrons
de conduction)

Hypothèses de Drude:
◮ Le noyau de l’atome ainsi les électrons du cœur sont fixes dans le référentiel lié au
conducteur.
◮ Les électrons de conduction (formant un gaz d’électrons) se déplacent librement
dans le conducteur d’une façon isotrope.
◮ Les collisions des électrons de conduction avec les ions sont instantanées, par
contre les électrons de conduction sont indépendants.
Soit τ la durée moyenne entre deux collisions consécutives d’un porteur de charge.
dt
Entre l’instant t et t + dt la probabilité pour qu’une particule entre en collision est
τ
τ est dit temps de collision ou temps de relaxation.
→−
Soient →−
pi = mi V i la quantité de mouvement de la particule i et

X
N

−p = →

pi
i=1

la quantité de mouvement totale ; donc

1 X→
N

p→ = −
pi
m
N i=1

3 octobre 2018 Page -166- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 3.3. MOUVEMENT D’UNE PARTICULE CHARGÉE DANS UN MÉTAL

La quantité de mouvement moyenne d’une particule.


Sachant que :
− dt −−→ dt →
p→
m (t + dt) = pmc (t) + (1 − )−pm (t)
τ τ


Et comme après collision le champs des vitesses est isotropes alors −
p−→
mc = 0 ( après
collision le champ des vitesses est isotrope).
Il en résulte que

p→ −→ −
p→

→ −
→ dt −
→ m (t + dt) − pm (t) →− m
pm (t + dt) − pm (t) = − pm (t) =⇒ = f =−
τ dt τ

Conclusion
La force de collision des électrons de conduction dans un conducteur est de type
frottement visqueux

− m→−
fc = − V
τ

3.3.2 Vecteur densité de courant électrique. Loi d’Ohm locale


Considérons un conducteur AB traversé par un courant continu I du à une différence
de potentielle U = VA − VB > 0
A I B


E
U

On applique la relation fondamentale de la dynamique sur un porteur de charge de masse


m et de charge q dans un référentiel lié au conducteur supposé galiléen :



− m→ − dV
qE − V = m
τ dt
m→−
Avec V la force de collision.
τ
Ce qui donne
→−
d V 1→ − q→−
+ V = E
dt τ m
La solution de cette équation différentielle est

− →− t qτ→−
V (t) = A exp − + E
τ m
→− → − →
− qτ→−
Supposons qu’à t = 0 on a V = 0 ce qui donne A = − E .
m
Il en résulte que

− q→ − t
V = E (1 − exp(− ))
λ τ
Représentons la norme de la vitesse

3 octobre 2018 Page -167- elfilalisaid@yahoo.fr


PCSI-LYDEX 3.3. MOUVEMENT D’UNE PARTICULE CHARGÉE DANS UN MÉTAL

V(m/s)
9

4 Régime transitoire Régime permanent


3

0
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 t

En régime permanent on a :

− qτ→ −
V = E
m
bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc

Soit une distribution de charges (D) telle que Q la charge totale et V le volume occupé.
bc bc bc bc bc bc
bc
bc bc bc bc
bc bc
bc cb bc bc cb bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc
bc
bc
bc bc
bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc cb
bc bc bc bc bc cb bc bc
bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc
bc
bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bcbc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc
bc cb bc bc bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bc bc
bc bc bc bc bc bc bcbc bc bc bc bc
bc bc