Vous êtes sur la page 1sur 9

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire

B A N Q U E D E S R È G L E M E N T S I N T E R N AT I O N A U X

Finalisation de Bâle III


En bref

2010

2017
réformes
Décembre 2017
Basel III

Qu’est-ce que Bâle III ? Que visent les réformes de 2017 ?

Le dispositif de Bâle III Les réformes de 2017 complètent les réformes de Bâle III annoncées en
constitue un élément clé 2010. Elles visent à restaurer la crédibilité du calcul des actifs pondérés
de la réponse du Comité en fonction des risques (RWA) et à améliorer la comparabilité des ratios
de Bâle à la crise financière de fonds propres des banques. Les RWA constituent une estimation du
mondiale. Il comble un risque déterminant le niveau minimum de fonds propres réglementaires
certain nombre de lacunes qu’une banque doit conserver pour faire face à des pertes imprévues. Un
du cadre réglementaire calcul prudent et crédible des RWA fait partie intégrante du dispositif de
de l’avant-crise et pose les fonds propres fondé sur les risques.
bases d’un système bancaire
résilient, qui contribuera Pourquoi les réformes de 2017 sont-elles nécessaires ?
à éviter l’accumulation
de fragilités systémiques. Les réformes de 2017 remédient aux faiblesses mises au jour par
Ce dispositif permettra la crise financière mondiale.
au système bancaire de
soutenir l’économie réelle • Crédibilité du dispositif : différentes études ont révélé un
tout au long du cycle degré de variation excessif des RWA à travers les banques,
économique. que ne pouvaient expliquer à elles seules les disparités
de risque à travers les portefeuilles des banques. Cette
variabilité indésirable complique la comparaison des
ratios de fonds propres d’une banque à l’autre et nuit à la
confiance dans ces ratios. Les réformes y remédieront, afin
de restaurer la crédibilité du dispositif de fonds propres
fondé sur les risques.

• Modèles internes : les modèles internes devraient permettre


une mesure du risque plus précise que les approches
standards conçues par les autorités de contrôle. Néanmoins,
il existe des incitations à minimiser les pondérations des
risques lorsque les modèles internes servent à établir des
exigences minimales de fonds propres. En outre, certains
types d’actifs, comme les expositions à faible risque de
défaut, ne peuvent pas être modélisés de manière fiable
ou robuste. Les réformes imposent des contraintes aux
estimations que les banques effectuent lorsqu’elles
utilisent leurs modèles internes aux fins des fonds propres
réglementaires ; dans certains cas, elles suppriment l’usage
des modèles internes.

1
Bâle III : principales caractéristiques
$

Augmentation du niveau et de Extension de la couverture Limitation du levier bancaire Amélioration de la liquidité Limitation de la procyclicité
la qualité des fonds propres des risques des banques

Les banques doivent conserver Les exigences de fonds Un ratio de levier limite Le ratio de liquidité à court En période de forte
davantage de fonds propres de propres au titre du risque de l'accumulation de dette visant terme (LCR) exige des banques croissance économique, les
2010

qualité élevée afin de faire face à marché augmentent à financer les investissements qu'elles détiennent banques affectent des
des pertes imprévues. Le ratio sensiblement. Elles sont et activités des banques (levier suffisamment d'actifs liquides bénéfices à la constitution de
minimal de fonds propres Tier 1 calculées sur la base d'une bancaire), réduisant le risque pour couvrir leurs besoins volants de fonds propres
passe de 4 % à 6 %, les trois période de 12 mois de d'une spirale de pendant 30 jours en période qu'elles pourront utiliser
quarts au moins devant être de tensions sur les marchés. Le désendettement en phase de de tensions. Le ratio de durant les périodes de
la qualité la plus élevée (actions risque d'ajustement de retournement conjoncturel. liquidité à long terme (NSFR) tensions économiques.
ordinaires et bénéfices non l'évaluation de crédit est encourage les banques à
distribués). Les établissements désormais intégré dans le assurer l'appariement des
bancaires d'importance dispositif. durations de leurs actifs et de
systémique mondiale (EBISm) leurs passifs.
sont soumis à des exigences de
fonds propres supplémentaire.

Les révisions des approches Les grandes banques


standards pour le calcul du d'importance systémique
risque de crédit, du risque de mondiale (EBISm) sont
marché, du risque assujetties à des ratios de
d'ajustement de l'évaluation levier plus élevés.
de crédit et du risque
2017

opérationnel permettent une


plus grande sensibilité au
risque et une meilleure
comparabilité. Les contraintes
posées à l'usage des modèles
internes visent à réduire la
variabilité indésirable du calcul
des RWA par les banques.

Un plancher (« output floor »)


limite les avantages que les
banques peuvent tirer de
l'utilisation de modèles
internes pour le calcul des
exigences minimales de fonds
propres. 2
Actifs pondérés en fonction
des risques
Que sont les fonds propres réglementaires ?

La première phase de Bâle Les banques financent leurs investissements à l’aide de fonds propres
III était largement centrée et de dette, tels que les dépôts de leurs clients. Les fonds propres
sur le numérateur du ratio peuvent absorber les pertes de façon à réduire les probabilités d’une
de fonds propres (c’est- faillite bancaire, et l’impact de celle-ci le cas échéant. Les fonds propres
à-dire les fonds propres). réglementaires se décomposent ainsi :
Les réformes de 2017 • actions ordinaires et assimilées de T1 – actions ordinaires,
portent quant à elles sur le bénéfices non distribués et autres réserves.
dénominateur (à savoir le • autres éléments de T1 – instruments de fonds propres sans
calcul des RWA). échéance fixe.
• fonds propres Tier 2 - la dette subordonnée et les réserves
générales pour pertes sur prêts.

Les banques disposant de davantage de fonds propres réglementaires


sont mieux à même de financer la croissance.

Le ratio de fonds propres Fonds propres


rapporte les fonds propres Ratio de fonds réglementaires
réglementaires aux actifs propres fondé sur =
pondérés en fonction des
risques. Plus il y a d’actifs le risque Actifs pondérés
pondérés, plus la banque a par les risques
besoin de détenir de fonds
propres, et inversement.

Autre

Risque Risque
Risque de crédit
de opérationnel
marché

Que sont les actifs pondérés en fonction des risques ?


• Les actifs d’une banque comprennent généralement les liquidités, les valeurs mobilières et les prêts
consentis aux particuliers, aux entreprises, à d’autres banques et aux gouvernements. Chaque type
d’actifs présente des caractéristiques différentes en termes de risque. Une pondération en fonction
du risque est attribuée à chaque type d’actifs en guise d’indication sur le degré de risque que l’actif
présente pour la banque.
• Pour déterminer la quantité de fonds propres qu’une banque devrait détenir en vue de faire face
à des pertes imprévues, la valeur de l’actif (l’exposition) est multipliée par la pondération retenue
en fonction des risques. Les banques ont besoin de moins de fonds propres pour couvrir les
expositions à des actifs sûrs, et de davantage de fonds propres pour couvrir les expositions plus
risquées.
3
Amélioration du traitement du
risque de crédit

Le risque de crédit, c’est-à- La plupart des banques dans le monde recourent à l’approche
dire le risque de perte lié au standard (SA) pour le risque de crédit. Selon cette approche, les
fait qu’un emprunteur soit autorités de contrôle déterminent les pondérations que les banques
incapable de rembourser doivent appliquer à leurs expositions pour calculer leurs RWA. Les
une dette en tout ou partie, banques ne se servent donc pas de modèles internes pour ce calcul.
représente l’essentiel de Les principales modifications de l’approche standard :
la prise de risque, et des
• amélioreront la sensibilité au risque tout en maintenant une
exigences de fonds propres,
approche standard du risque de crédit suffisamment simple
pour la plupart des banques. Il
- une approche de la pondération des risques plus détaillée
existe deux grandes approches
sera proposée en lieu et place d’une pondération unique,
du calcul des RWA pour le
notamment pour l’immobilier résidentiel et commercial.
risque de crédit : l’approche
• réduiront le recours aux notations externes
standard et l’approche
- les banques devront procéder à des vérifications suffisantes
fondée sur les notations
lorsqu’elles s’appuient sur des notations externes
internes.
- une approche non fondée sur les notes, suffisamment
détaillée, sera mise en place pour les juridictions qui ne
peuvent pas ou ne souhaitent pas s’appuyer sur des notes
de crédit externes.

L’approche fondée sur les notations internes (IRB) pour le risque de crédit permet aux banques, à
certaines conditions, d’utiliser leurs propres modèles pour estimer le risque de crédit et donc, les RWA.
Les réformes de 2017 introduisent certaines contraintes concernant l’estimation par les banques de leurs
paramètres de risque. Il existe deux principales approches IRB : l’approche fondation, « Foundation IRB »
(F-IRB), et l’approche avancée, « Advanced IRB » (A-IRB).
Catégorie d’exposition Méthode Changement par
Les principales modifications disponible rapport à la norme
de l’approche IRB pour le en vertu des actuelle
risque de crédit : nouvelles normes
• supprimeront la relatives au
possibilité d’utiliser risque de crédit
l’approche A-IRB Banques et autres SA ou F-IRB A-IRB supprimée
pour les expositions établissements financiers
aux établissements
financiers et aux Entreprises appartenant SA or F-IRB A-IRB removed
grandes entreprises. Les à des groupes dont le
expositions aux actions chiffre d’affaires consolidé
ne pourront faire l’objet dépasse 500 millions EUR
d’aucune approche IRB. Autres entreprises SA, F-IRB ou Aucune modification
• entraîneront A-IRB
l’application de Financements spécialisés SA, approche Aucune modification
niveaux minimaux à la par critères
probabilité de défaut et de classement
à d’autres paramètres, prudentiels, F-IRB
lorsque l’approche IRB ou A-IRB
est retenue. Banque de détail SA ou A-IRB Aucune modification
Actions SA Approches IRB
4
intégralement
supprimées
Rationalisation du
traitement du risque
opérationnel
La crise financière a mis
en lumière des failles dans
le calcul des exigences de Les réformes de 2017 :
fonds propres au regard
du risque opérationnel, • simplifient le dispositif en remplaçant les quatre approches
c’est-à-dire du risque de actuelles par une seule approche standard
pertes lié aux carences ou • améliorent la sensibilité au risque du dispositif en associant une
défauts attribuables à des mesure ajustée du résultat brut aux antécédents sur 10 ans des
procédures, personnels et banques en termes de pertes internes
systèmes internes ou à des • facilitent la comparabilité des RWA d’une banque à l’autre en
événements extérieurs. Ces supprimant la possibilité de recourir à de multiples approches et
exigences ne suffisaient d’utiliser des modèles internes.
pas à couvrir les pertes
subies par certaines
banques. En outre, l’origine Fonds propres Composante Multiplicateur

de ces pertes (y compris


celles résultant d’amendes
au regard du
risque
opérationnel = indicateur
d´activité x des pertes
internes

pour comportements
inappropriés, ou systèmes
et contrôles défaillants) est
difficile à prédire sur la base
des modèles internes. Coverture du risque de
perte lié aux carences ou Mesure progressive du Composante sensible au
défauts attribuables à bénéfice augmentant risque couvrant les
des procédures, avec la taille de la pertes internes d´une
personnels et systèmes banque banque
internes, ou à des
événements extérieurs

Pertes opérationnelles substantielles durant la crise


Amendes pour comportement inapproprié
70 120

60 100
50
80
40
60
30
40
20

10 20

0 0
2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016

Amendes (Mrd EUR) (échelle de gauche) Nombre d'amendes (échelle de droite)


Sources : Le Monde ; calculs du Secrétariat du Comité de Bâle.
Amendes pour comportement inapproprié sur un échantillon de 111 banques. Les amendes ont été converties en euros sur la base des taux de change en vigueur le 20 mai 2016.

5
Ajout d’une exigence
supplémentaire au regard du
Le ratio de levier de Bâle
ratio de levier pour les plus
III, non fondé sur le risque,
vient en soutien des règles
grandes banques
de fonds propres fondées
sur le risque. L’accumulation
Les réformes de 2017 introduisent un volant de fonds propres lié au
excessive d’endettement
ratio de levier pour les EBISm. Basel III préconisait déjà un volant de
est ainsi limitée. Il est ainsi
fonds propres fondé sur le risque pour ces établissements. Le volant
prévu que les fonds propres
lié au ratio de levier est donc nécessaire pour garantir que ce ratio
Tier 1 d’une banque soient
continue de venir en soutien des exigences fondées sur le risque
au moins égaux à 3 % des
pour les EBISm.
expositions au bilan et hors
bilan de cette banque. Le
ratio de levier s’applique à
toutes les banques actives à Ratio de Fonds propres Tier 1
l’international. = ≥ 3%
levier Expositions au et hors bilan
(dont dérivés, repos et autres cessions
temporaires de titres)

Le volant sera fixé, pour chaque


EBISm, à 50 % du volant de
fonds propres fondé sur le
risque. Ainsi, une banque dont
le volant fondé sur le risque est
de 2 % aura un volant de fonds
propres lié au ratio de levier
de 1 %, et sera donc tenue de
maintenir un ratio de levier d’au
moins 4 %.

6
Création d’un plancher
(« output floor ») plus solide
Les réformes de 2017
et plus sensible au risque
remplacent le plancher de
fonds propres existant par
un plancher plus robuste
et plus sensible au risque,
fondé sur les approches • Le plancher révisé limite la réduction des avantages en termes
standards révisées. Les de fonds propres qu’une banque peut tirer de l’utilisation de
juridictions n’ont pas ses modèles internes par rapport à l’utilisation des approches
appliqué le plancher standards.
existant de manière
homogène, en partie du fait • Les RWA calculés par les banques sur la base de leurs modèles
d’interprétations divergentes internes ne peuvent pas, au total, être inférieurs à 72,5 % des
des exigences mais aussi actifs pondérés calculés à l’aide des approches standards.
parce que ce plancher Ainsi, l’avantage qu’une banque peut tirer de l’utilisation de ses
s’appuie sur les normes de propres modèles est limité à 27,5 %.
Bâle I, que de nombreuses
banques et juridictions
n’appliquent plus.

Fonctionnement du plancher
100

80 Exemple de
72.5%
RWA
supplémentaires
60
requis en vertu
du plancher
40

20

0
Approche standard Modèles internes

RWA Output floor

7
Les banques ont le temps de
se préparer

La date de mise en œuvre


de l’output floor et les Réformes de 2017 Dates d’entrée en vigueur
dispositions provisoires
proposées permettront une Approche standard révisée pour
1er janvier 2022
transition raisonnable et le risque de crédit
ordonnée vers l’adoption
Cadre révisé du risque de crédit
des nouvelles normes.
fondé sur les notations internes 1er janvier 2022
(IRB)
Dispositif révisé d’ajustement de
1er janvier 2022
l’évaluation de crédit
Cadre révisé du risque
1er janvier 2022
opérationnel
Cadre révisé du risque de
1er janvier 2022
marché
Définition existante des
expositions : 1er janvier 2018
Définition révisée des
Ratio de levier
expositions : 1er janvier 2022
Volant applicable aux EBISm :
1er janvier 2022

1er janvier 2022 : 50%

1er janvier 2023: 55%

1er janvier 2024: 60%


Plancher (« Output floor »)*
1er janvier 2025: 65%

1er janvier 2026: 70%

1er janvier 2027: 72.5%


(niveau cible)

* En outre, les autorités de contrôle pourront, à la discrétion des juridictions


nationales, limiter l’augmentation des RWA totaux des banques résultant de
l’application du plancher durant la période transitoire. Cette limite provisoire
sera fixée à 25 % du niveau de RWA d’une banque avant application du
plancher. Elle sera levée le 1er janvier 2027.