Vous êtes sur la page 1sur 8

LA LETTRE

DU CTC CENTRE N°59 - MARS-AVRIL 2010

LES GLISSEMENTS Recertification du


DE TERRAINS Système de
Facteurs et techniques Management de la
de stabilisation Qualité du CTC Centre

AVANT PROPOS ACTU-ENTREPRISE

La sécurité sismique! Rencontres régionales sur le RPA


es risques naturels se
L confondent avec les risques
collectifs que toute politique de
L a révision du Règlement Para-
sismique Algérien est à l'ordre du
jour de trois rencontres régionales
dont le déploiement sur le terrain est à
la charge d’un comité d’organisation
composé de responsables centraux et
gestion urbanistique doit prévenir à inscrites par le Ministère de l'habitat et d’ingénieurs auquel est assigné
travers un dispositif de sécurité de l'Urbanisme pour les semaines à l’objectif de faire de la rencontre un
intégré et cohérent. venir. haut lieu de rayonnement technique et
Pour l'Algérie, le risque sismique La première de ces rencontres devant scientifique afin que les travaux soient
reste des plus menaçants, d'où réunir les principaux acteurs de porteurs de substance pratiques et
l'impératif d'étoffer la l'industrie du bâtiment (maîtres fiable pour l’enrichissement du
réglementation applicable à la d'ouvrages, bureaux d'études, règlement.
construction et ce, à la lumière des organismes de contrôle techniques...) se
enseignements tirés sur le terrain, déroulera le 20 mai à Boumerdès, dans
La dernière révision du Règlement
mais aussi des progrès du génie les structures de la wilaya.
Parasismique Algérien remonte à
Les deux autres étant programmées
para-sismique. 2003, suite au séisme de Boumerdes.
respectivement à l'Est et à l'ouest du
Un règlement est en somme une Les révisions visent, par définition, à
pays dans un second temps.
combinaison très prometteuse de sécuriser davantage les constru-
L'organisation de l'événement est
l'expérience et de la science qui ctions face au séisme.Il reste à
confiée par le Ministère au CTC Centre
appelle, néanmoins, une mise en espérer que les contributions des
avec le CGS.
œuvre responsable et rigoureuse acteurs versés dans le processus
La mouture revue du RPA étant
sous peine de finir en lettres mortes. construction soient riches et
diffusées par le Ministère aux
Et c'est au niveau de sa maîtrise que concrètes.
différentes parties prenantes de l'actes
se joue, à juste titre, la prévention de bâtir, il est attendu à cette occasion
des aléas. un retour d'information pratique
La puissance d'un règlement est susceptible de fixer les axes
tributaire de la fiabilité de son
Dans ce numéro ...
d'amélioration à retenir pour la version
exécution et la sécurité sismique 2010 du RPA.
l Actualité Entreprise et secteur bâtiment
passe par la qualité des Communications et ateliers sont au
l Programme de formation
constructions. programme.
l Dossier technique:
Toute une chaîne d’éléments La direction du CTC Centre élabore et
Les glissements de terrains
interagissant, en somme. suit depuis deux semaines un plan
l QUESTION / REPONSE
d'organisation technique et logistique
V I E D ’ E N T R E P R I S E

Audit de recertification La diffusion de la documentation préalablement leur pack documentaire,


technique et l’organisation de journées sont cordialement invités à renseigner le
techniques sont par ailleurs au menu. bulletin ci-dessous et de le retourner au
L 'audit de recertification du Système de
Management de la Qualité du CTC
Centre selon le référentiel ISO 901:2008 a
Lesmanagers, ingénieurs, techniciens
versés dans la construction et autres
plus tôt numéro indiqué.
Les réservations se feront dans l’ordre de
été effectué par l'organisme certificateur universitaires désireux de rendre visite au réception des bulletins et dans la limte
international du 28 mars au 1er avril. stand du CTC Centre tout en réservant des stocks.
Le rapport officiel devrait être
communiqué dans les prochains jours, Programme détaillé de participation disponible sur
mais les résultats sont d'ores et déjà www.ctc-centre.org
reluisants dans la mesure où seules
quelques réserves mineures, plutôt
centrées sur l'amélioration, ont été
enregistrées.
Depuis 2004, c'est la seconde fois que la
certification se verra renouvelée pour une I N V I TAT I O N
durée de trois années.
Pour cette nouvelle étape, la direction du
Je souhaiterais rendre visite au stand du CTC Centre lors du Batimatec durant la
CTC Centre s'est assigné de nouveaux
journée du 3 - 4 - 5 - 6 - 7 mai (cocher la journée), et désire réserver un pack de
engagements simultanément orientés au documentation technique.
client, à la collectivité et à
l'environnement.
NOM-PRENOM ..............................................................................................................................................

Le CTC Centre au FONCTION ......................................................................................................................................................

Batimatec 2010 ENTREPRISE .................................................................................................................................................

L e CTC Centre sera présent au


Batimatec prévu du 3 au 7 mai.
Comme d’accoutumée, la participation
E-MAIL ................................................................................................................................................................

fera la part belle à la sensibilisation sur


A renseigner lisiblement et à retourner au plus tôt par fax au 021 49 55 30.
l’application de la réglementation
technique de la construction.

N
LETIMENT
LA LETTRE DU CTC CENTRE
Mensuel professionnel édité
UL
B NNE
Je désire souscrire un abonnement gratuit à
LA LETTRE DU CTC CENTRE.
par le CTC CENTRE
O
D’AB
Organisme National de Contrôle Technique Je joins mes références et coordonnées que
de la Construction je certifie exactes et véridiques.
Siège Social: 1, rue Kaddour Rahim
Hussein Dey Alger Nom-Prénom ..................................................................................................
Tél: 021 49 54 93 à 95 Fax: 021 49 55 30
Profession ......................................................................................................
www.ctc-centre.org
Organisme employeur ................................................................................
ISSN 1111 - 7605
Adresse .........................................................................................................
Président Directeur Général
Directeur de la Publication ...........................................................................................................................
OUKACI BOUMEDIENE ...........................................................................................................................
Comité de Rédaction Téléphone ............................................. E-Mail ........................................
BRAHIM MEZIOUD
Date ......................................... er à
CHETOUAH ABDELHAMID
r e tourn
OUCHERIF MED OUALI Signature tà r
mplir e CENTRE lge
Diffusion gratuite par abonnement aux
Bulletin à re C T C D e y A
D.R.I.T ein
professionnels de la construction
h im Huss
1, Rue Kaddo u r R a

2
F O R M A T I O N

RAPPEL DU PROGRAMME DE FORMATION INTERNE DU 2e TRIMESTRE


Programme Technique

Veille réglementaire

08 avil Les adjuvants dans les bétons : Référentiel normatif

22 avril La norme NA 16002 : Béton - Spécification, performances, production et conformité

10 juin Etanchéité des ouvrages enterrés : Précautions à prendre

24 juin DTR BE 2.1 : Règles d'exécution des travaux de construction d'ouvrage en béton armé :
Les principaux changements du DTR

Ateliers techniques

1er avril Les techniques de renforcement de sols en zone sismique

15 avril Vérification des structures sous l'effet de la variation de la température

29 avril L’utilisation des géo-sysnthétiques dans les différents domaines de la construction

Vérification des immeubles à grande hauteur


06 mai
Analyse statistique des résultats des bétons : Méthodologie et exploitation des données
13 mai
20 mai Maîtrise des risques géologiques : diagnostics et confortement (cavités, stabilités des pentes...)

Glissement de terrain de Ain El Hammam (T. Ouzou), retour d’expérience


27 mai
Pathologie des structures : traitement de cas.
03 juin
06 juin Pathologie du béton : carbonatation, pathologie due au décoffrage prématuré...

Note.
lLe présent programme ne comporte que
les thèmes techniques, les autres aspects
(gestion, Management de la Qualité, GRH,
Finances, Informatique...) ne sont pas
? SELECTIONNES POUR VOUS

“Proposition d'une formulation améliorée pour le


mentionnés.
l Programme intégral disponible sur
calcul de la partie efficace d'une section raidie
www.ctc-centre.org/Formation longitudinalement”
Dossier consistant et tout aussi intéressant paru in
Particpation gratuite
CONSTRUCTION METALLIQUE n°03 - 2009
Aux partenaires du CTC Centre et
services techniques des collectivités “Retour d’expérience sur un béton âgé de 30 ans
locales sous réserve de l’inscription contenant un ciment riche en laitier”
dans les délais et dans la limite des
places disponibles.
In ANNALES DU BTP n°août - 2009

Pour plus d’informations, contacter


Aconsulter dans la rubrique LU POUR VOUS dans nos
formation@ctc-centre.org prochaines éditions.

3
L E D O S S I E R D U M O I S

Les glissements
de TERRAINS
Dossier à suivre en pages 4 à 7

Un glissement est un phénomène progressif. Il concerne une grande masse qui se détache
et glisse sur le massif en place le long d'une certaine courbe dite courbe de glissement.
Ce mouvement peut avoir une origine interne (modification dans le régime
d'infiltration de l'eau, dégradation des caractéristiques mécaniques j et C, ...)
ou survenir à la suite de travaux exécutés par la main de l'homme et troublant
un équilibre préexistant (ouverture de tranchée, ...).

LES FACTEURS •Les chutes de roches cohérentes, STABILITE AU GLISSEMENT


qui sont appelées «éboulements
•Une diminution des résistances du rocheux ». Généralement, le glissement des
sol. Le cas le plus fréquent est la •Les effondrements et affaiss- talus se produit suivant une certaine
diminution de l'angle de frottement ements, dont le mouvement global courbe qu'on peut souvent assimiler
interne des argiles sous l'effet de n'est pas conforme à la pente, et à un arc de cercle (Fig. 01).
l'eau. Dans quelques rares cas, cette qui sont causés par des ruptures de
dernière est vaporisée (du fait des cavités souterraines.
énergies libérées par les très •Les phénomènes de retrait - H
grandes masses enjeu), son effet est gonflement de certaines argiles sous b

alors multiplié. l'effet des variations d'humidité, où


•Une augmentation des charges en le mouvement n'est pas non plus Courbe de glissement
amont, comme la construction d'un conforme à la pente, et est
ouvrage, réversible et non gravitaire. Fig. 01- Courbe de glissement d’un talus
•Une diminution des appuis en pied •Les phénomènes volcaniques, où
de pente, comme un terrassement les mouvements concernent de la Cette hypothèse simplificatrice est
mal pensé et trop raide, lave liquide et non des sols; à la base de diverses méthodes de
•Plus rarement, un facteur •Les avalanches bien sûr qui calcul de stabilité utilisées dans la
déclenchant peut intervenir telle concernent la neige et non les sols, pratique. Même avec cette
qu'une vibration de machine, une bien que le terme avalanche de approximation, les calculs restent
explosion ou un séisme (les séismes roche existe également. longs et fastidieux à effectuer à la
peuvent être des facteurs indirects, Les phénomènes d'érosions sous main notamment quand il s'agit d'un
en réorganisant les écoulements l'effet des eaux météoriques massif hétérogène.
d'eau souterrains). (ravinements) sont parfois difficiles En effet, la détermination du cercle
à différencier des glissements le plus défavorable suivant lequel le
superficiels évoluant en coulées de glissement risque de se produire ne
AUTRES PHENOMENES boue; le critère de différentiation peut se faire que par tâtonnements
GEOLOGIQUES porte sur l'existence d'un successifs.
mouvement du sol significatif avant De nos jours, les études de stabilité
Le glissement de terrain ne doit pas la phase de liquéfaction en coulée sont souvent réalisées sur
être confondu avec : boueuse. ordinateur.

4
L E D O S S I E R D U M O I S

Dans le cas d'un talus homogène de compte de l'éventualité d'un Enfin, il convient d'insister sur
hauteur H (fig. 01), les calculs ont été écoulement de nappe qui peut avoir l'intérêt de la prévention des
faits une fois pour toutes. une grande influence sur les glissements en raison de ce que le
Les résultats sont consignés dans les conditions de stabilité. cisaillement du sol après de grands
abaques donnés sur la (fig. 02). Ces Par ailleurs, les terrains cohérents déplacements conduit à une
derniers permettent d'avoir présentent le plus souvent une réduction très sensible du
directement le coefficient de fissuration plus ou moins profonde à frottement et de la cohésion qui
sécurité. partir de la surface qui ne permet tendent vers leurs valeurs
Pour s'en servir (fig. 03) , on donc pas de compter sur la cohésion "résiduelles".
détermine le point B de sur toute la longueur de la ligne de
coordonnées j et C glissement. Fig. 02- abaque pour
g H le calcul de stabilité
des talus

Désignons par A le point de


rencontre de la droite OB et de la STABILITE DES TALUS
courbe relative à la pente du talus.
Le coefficient de sécurité est défini
alors par la relation : r = OB
OA

Ces abaques donnent directement la


valeur du coefficient de sécurité r
pour un talus donné. Inversement,
ils permettent de déterminer les
caractéristiques mécaniques (C, j )
ou géométriques ( b,H) d'un talus
pour vérifier un coefficient de
sécurité imposé. C
gH

GLISSEMENT PLAN SUIVANT UNE “COUCHE-SAVON”

b Le glissement se produit suivant un plan incliné plus ou moins


régulier dans une couche mince de faible résistance qui
constitue une discontinuité dans le massif (fig. 04).
C On la qualifie souvent de
gH "couche-savon". Couverture d’éboulis
Son origine peut être : argileux

•Un joint de strati-fication. Zone de circulation


•Une surface de d’eau
Fig. 03- Utilisation des abaques
contact entre un Tépographe après
glisseement
terrain de
Le coefficient de sécurité à couverture et le Tépographe
substratum initial
admettre pour un talus varie suivant
le problème considéré. imper-méable Bancs de schistes
argileux en place
On prend généralement: en place.
•Une couche Fouille
•Pour un talus définitif : r = > 1,5 Plan de glissement
•Pour un talus provisoire : r = > 1,2 de sol alté-
rée par une
infiltration
Ces critères de stabilité doivent d'eau. Fig.04- Glissement plan
être appliqués avec prudence parce
que d'abord, ils ne tiennent pas

5
L E D O S S I E R D U M O I S

DESCRIPTION D’UN SINISTRE ment, la couche d'argile verte sur stabiliser un talus. Une fois engagé
quelques centimètres qui s'est le processus de rupture, on doit
transformée en une "couche-savon". définir et exécuter rapidement les
II s'agit d'un sinistre dû à un L'exécution des terrassements a mesures à prendre.
terrassement inconsidéré en pied supprimé la butée qui existait au Le choix à faire peut être lourd de
d'une colline (fig. 05). pied de la colline et la couche conséquences et de responsabilité.
En bas de la colline, dont la pente constituée par des brèches Une telle décision ne peut être prise
était de l'ordre de 15°, il a été volcaniques s'est mise à glisser sur que par un spécialiste qualifié.
prévu la construction d'un immeuble cette "couchesavon".
et deS garages. Deux mesures immédiates sont
Pour arrêter ce glissement, diverses
Les terrassements étaient à peine à considérer :
solutions ont été envisagées.
terminés, avec, côté amont, un Finalement, le choix retenu fut la •La mise en place au pied du talus,
talus d'environ 8 m de hauteur réalisation d'une paroi de d'un remblai constitué de matériaux
incliné à 45", lorsqu'un début de soutènement ancrée par des tirants grossiers perméables.
glissement généralisé se produisit. et encastrée de plusieurs mètres •Le captage et la déviation des
dans la couche d'argile . principales circulations d'eau
L'explication de ce mouvement est Les problèmes posés par les visibles à l'amont pour éviter
la suivante: glissements de terrain sont parmi notamment leur infiltration dans les
Des eaux, dues à une infiltration les plus difficiles à résoudre. crevasses et leur mise en charge
dans la partie haute de la colline, Il faut se rappeler qu'il est toujours dans le massif
ont atteint et ramolli superficielle- préférable de prévenir que d'avoir à

Bréches volcaniques
(bloc, argile jaune,
sable argileux)
Front de taille
initial 2 3 Fig.05
Glissement de terrain
2 provoqué par des
Immeuble
3 terrassements dans
à construire
1 2 un sol ramolli par des
3 circulations d’eaux
Profil avant
terrassement
couche savon
Garages

Argiles vertes et 1- Profil avant terrassement


rouges 2- Profil avant glissement
3- Profil aprés glissemen

AUTRE CAS DE GLISSEMENT

es premiers signes ont commencé •L’imperméabilisation du site de glissement à cause du risque de


L après de fortes pluies, qui ont
affecté quelques bâtiments.
(goudronnage des chaussées et
rebouchage des fissures);
cisaillement suivant le plan de
glissement.
Des études géotechniques •Exécution d’un drainage Sur la base des conclusions dégagées
préliminaires et une étude de empêchant les eaux de pénétrer par ces études, il ressort que les
glissement lesquelles avaient permis dans le corps du glissement; principales causes du glissement
de dégager certaines solutions et •Démolition de quelques bâtisses sont liées à l’action simultanée de
recommandations, dont notamment: fissurées et menaçant ruine ; facteurs géologiques, géotech-
•La réparation des conduites d’eau •Eviter l’emploi de pieux comme niques, hydrogéologiques et géo-
et d’assainissement défectueuses; système de fondations dans la zone morphologiques. (Suite en page 7)

6
L E D O S S I E R D U M O I S

Suite de la page 6 LES EFFETS DU GLISSEMENT EN IMAGES


Ces facteurs sont:
a) Infiltration d’eaux usées non
canalisées et d’eaux de pluies : ces
eaux sont la cause principale du
glissement;
Ceci est prouvé par le fait que les
mouvements commencent en
général après les pluies.
Ces infiltrations sont à l’origine de
l’altération du schiste en palce.

b) Morphologie du substratum
schisteux: la forte pente du Eclatement d’un noeud Fissurs importantes dans la maçonnerie
substratum schisteux rend plus (intérieur et extérieur)
facile le glissement du remblai
superposé.

c) Nature du remblai : le remblai a


de mauvaises caractéristiques
géotechniques, en plus il présente
de grosses cavités qui facilitent
l’écoulement de l’eau.
Un remblai en général, est plus
perméable et moins compact et
donc glisse facilement.

d) Surcharge en tête du glissement:


cette surcharge est due Maçonnerie en ruine présentant Affaissement du sol sous le trottoir
principalement à la densification un risque pour les tiers
des constructions sur la partie
sommitale du glissement, au trafic
qui se poursuivait pendant les
périodes critiques et aux
rechargements de la route après
chaque affaissement

CONSTATATIONS ET
SOLUTIONS PREMIERES
Les actions entreprises par toutes
les parties impliquées dans
l’opération ont permis de signifier
que le phénomène est de taille,
nécessitant ainsi des mesures
urgentes telles que, la mise en Affaissement de
la chaussée dû à
place, d’un réseau de surveillance l’évolution rapide
et d’alerte (topométrie), puis en du glissement
deuxième lieu la démolition des
bâtiments ayant subi de graves
désordres et du bâti ancien
irrécupérable, se trouvant dans la Rupture d’un
zone affectée et ce, pour soulager mur en gabions à
le glissement et en dernier lieu le 100 mètres (plus
captage des eaux pluviales bas) en aval de la
zone de glissement

7
Q U E S T I O N / R E P O N S E

m e s u r e s d ’u r
gence à Q3 Quelles sont les princ
ipales causes
ont le s terrain à
Q u e ll e s s a b il is ation d’un d’un glissement de te
Q1
co
prendre p
urt terme?
our la st rrain?

à a- Nature géotchnique
v it e r le u r e n tr p ô t La
du terrain :
nature des terrains rep
is e t é résente la donnée
le s d é b la
•Evacuer fe u il le s de de base imposée par la
Gé ologie du site.
r d e s
proximité, is e r le s ta lu s p a u r é v it e r le Les terrains exposés au
x gli ssements sont :
a b il ns p o
• Im p e rm é e le s in fi lt ra ti o • Terrains à granulom
étrie fine = silt et lim
o n tr ons
P o ly a n e c des • Les argiles : montm
a n ie m e n t du sol, ll e m e n t p ro v e n a n t orillonite.
ram ru is se e crête,
s eaux de des fossés d
• D é v ie r le t p a r es b- Action de l’eau
in s v e rs a n ts à l’a m o n
e g li ss e m ent avec d • Action rhéologique sur
bass e d ns
n s le c a s de l’amorc
o n d e c o n s tr u c ti o • Pre ssion interstitielle
le milieu
•Da é s ta b il is a ti u tè n e ment
e d s o
ri s q u e s d ti o n d ’u n d e • Pression de courant (affouillement)
ta n te s , s i la s o lu g e a b le , il y ’a li e u
e x is e n v is a place par
n ’e st p a s de pieds en
p ro v is o ir e e la b u té e c- Action mécanique ex
terne
e tt re e n urgenc E n ro c h e m e nts). • Pente du versant (ef
rem in a n t (TVO, ra in te rvenir fet de la gravité)
u d ra d e v
un matéria re p ri se des trav
aux • Fouille et suppression
de butée de pieds
s, la
Dans ce ca e .
• Surcharges de pente
ou de crête.
sè c h
en période • Déboisement de site
• Séisme (vibrations).

te ch ni qu es de
Q2 Y’a t-il des signes révélateurs de terrain sujet à
glissement en présence de végétation ?
Qu el le s so nt le s
stabilisation ?
Q4 d’une pente et la dé
finition
Les signes peuvent L’analyse de stabilité nd re en
bilisation doivent pre
être détectés d’un dispositif de sta
suivants :
à l’allure des compte les éléments
iqu e de s matériaux.
•État mécan
arbres sur les pentes.
•Eau dans le sol
Voir illustrations iques (Apports d’eau).
•Facteurs hydrogéolog ap po rts
ci-contre. es (te rra sse me nts ,
•C au ses an thr op iqu
d’eau
accidentels, etc.).
trois
bilisation relèvent de
Les techniques de sta
principales actions : s,
oucissement de pente
•Les terrassements (Ad
Versant stable
purges). positif
nchées drainantes, dis
•Les drainages (Les tra etc .)
géo membranes,
de collecte d’eau par souple
en ts (m urs de soutènement
•Les renforcem
ou ux;
par pieux ou micro pie
rigide, Clouage de sol re sél ec tio nn ée
tée pa r ter
rec on sti tut ion de bu
Ancien armée au géotextile.
du
glissement, pr év en ir l’é vo lut ion
maintenant L’o bj ec tif es t de e et la ru ine de s
ru pt ur
stabilisé ph én om èn e ve rs la
ouvra ges lim itr op he s.

Dans QUESTION / REPONSE DE LA PROCHAINE EDITION

Glissement actif récent Vérification des structures en charpente métallique