Vous êtes sur la page 1sur 59

P E R I M E T R E DE T E S T O U R

Par

A. F O U R N E T - PEDOLOW

-=-=-=-=-

--- 1
Septembre --9- .3
Ce rapport a &té l u e t approuve par M. TISSERON, Ingénieur

en Chef des Services Agricoles.


PERIMETRE DE TESTOUR
irc...=-=----c--=-=c--=-=-

---P L A N

INTRODUCTION - But de l t 8 t u d e -
---
l è r e p a r t i e : GdndralIt6s - 11s) Limites du Secteur é t u d i é
20) Climatologie
3 9 Ggologie e t esquisse morphologique du quaternaire
Sème P a r t i e : Pddologie - 10) C l a s s i f i c a t i o n des s o l s
20) Description des s o l s
. 3 ~ E) s s a i s de perméabilité
$me P a r t i e : U t i l i s a t i o n d e s s o l s en fonction de l ' i r r i g a t i o n -
Q u a l i t é de l ' e a u d t i r r i & i ~ -
CONCLUSIONS -
-
BIBLIOGRAPHIE -
I N T R O D U C T I O N

BUT de LIETUDE - I r r i g u e r l e s t e r r e s d'un périmètre de 1.000 ha à p a r t i r de l a retenue


du barrage de Sidi Salem -
Ces t e r r e s sont déjà plantées ou cultivées en céréales.

l è r e PARTIE: - GENERALITE%
121 - rlii
.,
Recteur..Btixdia 0

Le secteur étudié e s t s i t u é au débouché de l'oued Medjerdah dans l a vallée de


Testour au nord do l a route nQ 5 de Medjez-el-Bab à Téboursouk, Il comprond de Bled
Rhénimah e t l e s méandres de l a Médjerdah jusqu'à une l i m i t e formée par l'oued Bou K r a l -
f a , Au nord, 1'étude remonte jusqu'à proximité de ltemplacement du barrage permettant de
raccourcir l e t ê t e morte d ' i r r i g a t i o n prévue dans l e pro j e t i n i t i a l .

22/ - Climatologie -
A - Pluviométrie - Températures -
Il n'existe pas de s t a t i o n climatologique à Testour, Nous u t i l i s e r o n s dans ce
paragraphe Medjez-el-Bab qui s ' e n rapproche l e plus, t a n t pax s e s coordonnées que p a r s a
position dans l a vallde bien que l a s i t u a t i o n géographique de Testmr, plus abritée par
l e s montagnes environnantes fasse prévoir un climat légèrement plus aride que c e t t e sta-
tion*
Nous avons reporté s u r un graphique I a (en annexe) l e s principales données c l i -
matologiques que nous comparerons à c e l l e s de Tunis e l houina p r i s e wmme s t a t i o n de ré-
ference (graphique Ib ).
Les plages bleues représentant l a saison humide e t l e s plages roses l a saison
sèche, nous remarquerons une r é p a r t i t i o n équivalente de ces 2 saisons l'une p m rapport
à l t a u t r e . Les pr6cipitations sont un peu moins contrastées mais plus étalées e t l a mo-
yenne annuelle e s t de 408 mm. de pluie, Les mois l e s plus secs sont Juin, J u i l l e t e t
Aodt (représentés s u r l e graphique par une zone rouge), d'où l a nécessité d ' i r r i g u e r
s u r t o u t pendant ce trimestre. En hiver l e s gelées se produisent de f i n novembre Mars.
B - Indices climatiques -
Dans son étude sur l e secteur de Bordj Toum, M. J. B O U W a calcul6 l e
coefficient pluviothermimiue d'&bergerr Il e s t de 34,2 classant a i n s i l a région de
Med jez-cl-Bab dans l'étage du climat mdditerrgéen semi-aride.
Toujours d'aprés l e m8me auteur, l e calcul des coefficients pluviothermi-
i - 2 -
- ques mensuels indique que l a secheresse maximum correspond à l a période Juillet-Août com-
me l e mcntre l e graphique par a i l l e u r s .
C - Evapo-traspiration p o t e n t i e l l e e t b i l a n hydrique -
Se basant s u r l'évapo-transpiration p o t e n t i e l l e e t l e b i l a n hydrique', M. BOUU-
LY indique ( v o i r graphique II en annexe) que l ' e a u du s o l s'évapore e t l e s p l a n t e s souf-
f r e n t de l a secheresse e n t r e l e s mois d'Avril e t d'octobre, l e mois de J u i l l e t é t a n t l e
mois l e plus d é f i c i t a i r e . Le d é f i c i t d'eau s e produit pendant l a période Juin-Octobre
avec un maximum e n ~ u i l l e t - ~ o d t C'est
. durant c e t t e pdriade que l e s i r r i g a t i o n s sont l e s
p l u s ndcessaires. Par contre l'excédent d'eau s e produit en Février e t Mars avec un m a x i -
mum en Février,
Ces remarques sur l a s t a t i o n de Medjez-el-Bab son applicables au s e c t e u r de Tes-
tour, celui-ci s e trouvant dans l a même zone climatique (graphique de PREZIOSI) .
3" --' Géologie e t esquisse morphologique du quaternaire.
La p l a i n e de test ou^ e s t un b a s s i n de dépst d'alluvions des Oueds Medjerdah S i l i a -
n a e t Kralled recouvrant l e s formations quaternaires anciennes où l e s remplaçant aprds
a b l a t i o n de celles-ci.
Il s e r a i t possible que l'oued S i l i a n a ait comblé d'abord l e fond de l a v a l l é e re-
couvrant en p a r t i e des fermations rouges constituant l e bas des pentes. Dans l e même
temps l'oued Kralled a u r a i t déposé des alluvions formées de c a i l l o u x roulés ou de limon
b l a n c c a l c a i r e dans d i f f é r e n t s l i t s ( ~ l e dRhenimah) p u i s plus t a r d des alluvions argileu-
s e s recouvrant s e s précédents dépôts.
Par l a s u i t e , l a Med jerdah, capturée avant oued k g a e t dévide vers Testour au-
r a i t recoupée l e s alluvions de l a S i l i a n a e t déposé des limons sableux e t des s a b l e s en
c o n s t i t u a n t une s é r i e de méandres.
En abaissant de façon générale l e niveau des oueds, e l l e a u r a i t permis un débouché f a c i l e
aux c ~ e d sS i l i a n a e t Kralled qui actuellement ont creusé l e u r s anciens dépôts e t amènent
l
l

des alluvions sableuses.


Sur l e versant nord de l a p l a i n e , l e s d j e b e l s sont formés par l e s couches de 1'60-
cène e t du pliocène recouvrant l e t r i a s qui a p p a r a i t partout. Sur l e pliochne on retrouve
t r é s drodés, des témoins des formations quaternaires v i l l a franchienne ou moulouyenne
l i s s é e s , e t salétiennes. On ne retrouve pas de t e r r a s s e n i de g l a c i s amirien, m a i s l a
t e r r a s s e t e n s i f t i e n n e assez developpde s e présente sous l ' a s p e c t d'un limon rosé f a i b l e -
ment e n c r d t é à poupées e t amas c a l c a i r e s qui a u r a i t recouvert toute l a plaine de Testour,
L ' e r i g i n e de ce limon rosd p o u r r a i t Q t r e un colluvionnement des limons rads p l i o q u a t e r ..
n a i r e s dont on retrouve des témoins dans tous l e s piedmenb envimnnants. Sur l e versant
sud de l a v a l l 6 e (route de ~ e d j e ~ ~ l ' e h u r s o uc ke t) t e même t e r r a s s e e s t constituée p a r l e 1
l
limon blanc c a l c a i r e encrodté, largement developpé dans d ' a u f r e s régions. En amont de cel-
le-ci, s e retrouvent des témois du V i l l a franchien e t du Salétien. ,

Partout l e t e n s i f t i e n e s t recouvert en p a r t i e par l a t e r r a s s e grimaldienne souvent


constituée p a r l e versant nord par des colluvions triasiques. .
L'esquisse morphologique, f a i t e durant l a prospection pédologique nt a pas de
valeur définitive e t n'est qu'une liy-pothèsc qui demanderait à e t r e reprise en étudiant
en p a r t i c u l i e r l a zone Ebt de l'oued Zarga.
Les dveaux d é c r i t s ont é t é caractérisés de l a façon suivante
- Moulou'ren : Croate rose-saumon, épaisse en dalle, parfois de pente.
- Salétien : Niveau de gros cailloux peu roulés, apparentés aux rânas à a l t i t u d e r e l a t i -
vo assez élevée.

- Tensiftien
( Croûte sur limon rosé à poupées caïcaires
-
- [ Croate . m b - m b c s u r lii-,on bl.mo
a l t a n i e n : Limon muge, parfois hydromorphe en surface, souvent à granules c a l c a i r e
en profondeur.

Sème PARTIE - PEDûLOGIE -

-
l ~ /Classification des s o l s -
Pour comprendre l a formation e t surtout l a r é p a r t i t i o n des s o l s du périmètre
i r r i g a b l e de Testour, nous avons é t é amené h étudier l e s t e r r a i n s qui entourent l e péri-
mètre-., La c l a s s i f i c a t i o n des sol9 a é t é é t a b l i e d1aprés l a légende pédologique de IXTPRAT
( c l a s s i f i c a t i o n ORSTOM de M. G.AUBERT.).
Nous distinguerons d o r s l e s types de s o l s formés en place e t évolués e t ceux
qui sont formés par colluvionnement en nappe e t par apports d'oueds ou formés par allu-
vionnemedt des grands oueds (oueds Medjerdah, S i l i a n a e t Kralled) e t peu évolués. Pour
ces derniers l a c l a s s i f i c a t i o n e s t basée s u r llorigLne e t l a texture. Nous présentons
a i n s i 2 cartes : une carte pédolodque basée sur l ~ é v o l u t i o ndes s o l s , e t une carte pé-
dologique basée sur l a texture uniquement pour l e s s o l s du périmètre proprement d i t
dont l a majeure p a r t i e e s t formée dtalluvions.
Enfin, des e s s a i s de permèabilité ont é t é f a i t s s u r l e s sols constitués par
des alluvions argileuses a f i n de connaitre dans quelle mesure ils peuvent ê t r e irrigués.
Classification -
A - Oràm des s o l s évolués
1 ) Sous-ordre des s o l s calcimorphes -
Groupe des s o l s bruns calcaires squelettiques ou rendzinifûrmes sur croûte dure
entière ou démantelée.
Groupe des s o l s bruns calcaires sur limon argileux à nodules calcaires.
2) Sous-ordre des s o l s stoppisés -
Groupe des s o l s bruns rouges steppisésr
Groupe des s o l s bruns calceires steppisés.
B - Ordre des s o l s non ou peu évolués -
- 1) Sols c o l l u v i a u ~ -
Sp$ jeune formé s u r col1uvior.s de l i n o n sableux rubéfié.
rl tt tt marnes t r i a s i q u e s .
11 II 11 " colluvions t r i a s i q u e s .
~t 11 II l1 s o l brun rouge enterré.

Colluvions de s o l brun c a l c a i r e s u r limon a r g i l e u x rosé.


II II rouge e t de s o l brun c a l c a i r e s u r s o l clil groupe brun rouge.
11
a r g i l e u s e s s u r s o l du groupe brun rouge.
2) Sols a l l u v i a l -
U l u v i n n s a r g i l e u s e s de l'oued S i l i a n a s u r s c l du groupe brun rouge.
II sableuses de l'oued S i l i a n a .
II a r g i l e u s e s de l'oued Kralled s u r l i t sableux ou s u r limon c a l c a i r e .
II a r g i l e u s e s de l a Medjerdah.
II limono-sableuses de l a Medjerdah.
II sableuses de l a Medjerdah.
II r~ du l i t majeur de l a Medjerdah.

20/ - Description des s o l s -


1) Sols calcimorphes -
a ) Groupe des s o l s bruns c a l c a i r ~ ss q u e l e t t i q u e s ou rendziniformms s u r croûte dure en-
t i è r e ou démantelée. -
Ce s o n t l e s s o l s formés s u r l e s d i f f é r e n t e s t e r r a s s e s quaternaires dont l a croû-
t e s u p e r f i c i e l l e e s t l a p l u p a r t du temps t r é s érodée. I l s sofit en inajnrité en dehors du
périmètre i r r i g a b l e sauf à l a s o r t i e Ouest de Testour, h l a f i n d'un g r m d g l a c i s encroû-
t é . Ce s o l présente des c a r a c t è r e s de s t e p p i s a t i o n :couleur b m rouge e t t r a n s i t i o n plus
fcndue e n t r e l e s d i f f é r e n t s horizons comme l e montre l a coupe du f o s s é d'observatian no11
O - 30 :Limon brun rouge à s t r u c t u r e grumeleuse - quelques p e t i t s c a i l l o u x - horizon
s e c légèrement f i s s u r d à consistance f a i b l e - poreux - effervescence f o r t e
g r o s s i è r e e t rapide6
30 - 60 :Limon a r g i l e u x brun rouge foncé - s t r u c t u r e nuciforme à ' g m e l e u s e - horizan
s e c à consistance moyenne à f a i b l e - mycelium c a l c a i r e t r é s abondant - e f f e r -
vescence f o r t e e t p l u s f i n e .
60 - 80 : Limon sableux - D m rasé - s t r u c t u r e grumeleuse - nombreux p e t i t s cailloux
calcaires - -
effervescence f a i b l e g r o s s i è r e e t courte.
80 : Croûte zonaire de 3 cm. d'épaisseur s u r limon a r g i l e u x c a l c a i r e rasé.
Végétation : Céréales.
Au nord de l a route Testour-Tébourseuk, l a profondeur de l a croûte peut
v a r i o r de 60 à 1 1 C cm. n a i s son étendue e s t f a i b l e .
b ) Groupe des s o l s bruns c a l s a i r e s s u r limon a r g i l e u x à nodules c a l c a i r e s 9

Ces s o l s f o n t s u i t e au typs précédent e t repose directement s u r l o limon a r g i l e u x


rosd sans présence de croûte zonaire, Ils gardent l e s mêmes c a r a c t è r e s que précederiment
mais i l s présentent 2 Srpes : un type brun c r d c a i r e peu profond s e l c n l e p r o f i l no 11
b i s e t un type à c a r a c t è r e hydromorphe ( p o f i l no 12)
P r o f i l no 11 bi-% -
O - 45 : Limon légèrement sableux brun p a l e à s t r u c t u r e grumeleuse - c a i l l o u t i s cal-
caire - effervescence f o r t e g r o s s i è r e e t courte.
-
145 e t au: Limon a r g i l e u x r o s é à s t r u c t u r e finement prismatique
delà
- nodules c a l c a i r e s
farineux.
Sans végétation,
P r o f i l no 12 -
O - 25 : Linon brun rouge - s t r u c t u r e nuciforne gmiieleuse e t l a r g e s f i s s u r e s sépa-
r a n t de grosses n o t t e s - sec -
25 - 55 : Limon a r g i l e u x brun rouge foncé s t r u c t u r e nuciforme grumelaise - important
mycel calca.ira - sec.
55 e t au : Linon a r g i l e u x rcsS 3 nodulss c a l c a i r e s -
delà
Végétation : c4r5ales e t hypéricun crispuil.

a ) Groupe des s o l s brun ;~uUg.-s.eppisés.


Ces s o l s , au pied du Djebel dans l e bled Rhénimah s o n t peu c a l c a i r e s e t profonds
de 80 à 100 cm. Les horizons s e C i f f é r e n c i e n t s u r t o u t p a r l a texture. La matière 0rgaz-L-
que en q u a n t i t é peu élévée e s t r é p a r t i e de façon assez uniforme. Ce s o l repose s u r un
substratum formé s o i t d'un limon à nodules c a l c a i r e s s o i t d'un limon argil-eux t r é s c o l o r
r é , légèrement gypseux e n profo2deu~ e t d ' o r i g i n e t r i a s i q u e amené par colluvionnemencI
e n nappe (zone du D a r eusb bah) . Le p r o f i l type e s t l e s u i v a n t (no5 b i s ) .
O - 1 0 : Limon brun rouge - s t r u c t u r e grumeleuse - f i s s u r e s v e r t i c a l e s indiquant une
l é g è r e hydromorphie due au ruissellement de surface - sec - effervescenze i

f o r t e , courte.
10 - 90 : Limon brun rouge - structure nuciforme à grumeleuse - f i s s u r e jusqu'à 50 cm
sec - quelques c a i l l o u x noyens,
90 - 120 : Linon ocre rosé à nodides c a l c a i r e s e t nombreux cailloux.
120 - 130 : Lirnon a r g i l e u x c r r r r ~ i L? nodules c a l c a i r e s e t nombreux c a i l l o ~ , d a n s un
'
début d encroQkemcnt ,
lx e t au : Encroûtement c a l c z i r ~tendre peu épais s u r ;argile l i n o n e u s ~ r o s 6 eà poupdes
delà
e t mas c a l c a i r e s ,
Végétation : c é r é a l e s e t h y p e r i c m crispum.
Ils présentent un type hydromcrphe forrné dans une dépression au pied du Djebel, dont l e s .,
caractères sont une plus grmdc or-fondeur e t une texture plus f i n e comme l e montre l e
p r o f i l no 5.
O - 30 : Linon brun à structv.ro nuciforne grnieleuse - larges fissures verticales
nombreuses - poreux - consist,mcc f o r t e - sec - quclques cailloux noyens -
e f f ervoscence moyenne, courtc.
30 - 60 : Linon argileux - structure nuciforne grumeleuse - tr6s fissuré - sec -
p e t i t s cailloux c c d c a i r e s - quelques efflorescencesccalcaires - efferves-
cence f o r t e , courte, - consistancc f o r t e ,
60 - 19 : Argile linoneuse brun rouge - s t r u c t u r e polyédrique - p e t i t s cailloux cal-
c a i r e s t r é s abondcmt myceliun c , d c a i r e - t r 6 s f i s s u r é - s e c - effervescence
noyenne courte - consistance forte.
130 - 160 : Argile linoneuse brun rouge - s t r u c t u r e polyédrique - abontirant nyceliun
calcaire - consistnncù t r é s forte.
Végétation : ~ 4 r 6 ~ i l e st hypéricwn crispm.
b ) Groupe des s o l s b u calcaires s t e e -
Ces s o l s reposent s u r un substratun nn4ilogue à c e l u i des s o l s précédents e t à
une profondeur identique, Ils s ' e n distinguent przr unc teneur en c d c a i r e plus élevée e t
l a couleur brune. Les caractères de ~ t ~ 3 p p i s ~ i t isont
o n l e s ~i8r;iesque dans l e type ci-
dessus. Ces s o l s sont =-djncents :lux s o l s bruns rouges e t ont probablenent pour origine
un ancien colluvionncnent de li: or rubéfiL quatornairc.
3) Sols colluxi&u! -
a ) Sols jeunes f o m e s s u r coi.l.y&ns de l i n o n sablcux rub6fié e t s u r narnes t r i a s i q u e s -
Ces s o l s sont forni-s sitr l e s colliivions do piedaont du Djebel e l Hendi. Ils
sont en général peu épais e t nnrquent une tendmce vers l e type brun crilci.iire. Ils ont
pour origine un colluvionneixent de lirLlonszbleux légèrenent rubéfié i s s u de l a désagré-
gation des grés éocénes. Ils reposent s o i t s u r des grés s o i t s u r des rn~zrnest r i a s i q u e s
peu profondes ou encore l c colluvionner.ient peut e t r e t r é s @ a i s au pied du djebel avec
présence d m s l e p r o f i l de poupées c ? d c a i r e s t r 6 s abondantes.
b ) Sols jeuncs fornés s u r c o l l u v i o n s ~ i n s i q u e s -
On rencontre ces f o m n t i o n s p r é s du Marabout de S i d i N i ben Salm e t nu pied
du Djebel Aoua. Ils sont peu évoluds e t tendent vers un type brun rouge steppisé. Leur
teneur en c a l c a i r e c s t peu élevée e t l e s horizons sont peu différcncids. Leur p r o f i l e s t
l e suivant : nQ 17.
O - 70 : Limon szbleux brun rouge c l n i r à s t r u c t u r e f i m u c n t polyédrique à p r n e l e u s e
nonbrcux c-ulloux f i n s c a l c c i r e s - porewr - s e c - effervescence noyenne,
courte.
70 e t au : Linon peu sableux - s t r u c t u r e fineillent polyédrique, t r é s nombreux c a i l l o u x
f i n s c a l c a i r e s - sec - poreux - efflorescence gypso-calcaire - effervescen-
delà

ce moyenne, courte,
Végétation : n o t a m e n t plrantage.
c u l t u r e s de céréales.
c ) S o l s jeunes f o r n é s s u r s o l brun rouge e n t e r r d -
Le s o l brun rouge steppique a étQ recouvert p a r un colluvionner~entde s o l brun
c a l c a i r e mené des t e r r a s s e s s u p é r i e u r t s p a r l e s oueds. Le p r o f i l no 6 donne l ' é p a i s s e u r
du recouvrement.
O - 75 : Iimon a r g i l e u x beige g r i s - s t r u c t u r e nuciforne - consistance f o r t e - t r é s
poreux e t t r é s f i s s u r é - s e c - quelques c a i l l o u x moyens e t c o q u i l l e s - effer-
vescence rapide, noyenne,
75 - 125 : Argile linoneuse ocre foncé - structGre nuciforme à polyédrique - t r é s po-
reux e t f i s s u r é - s e c --quelques c a i l l o u x noyens - m y c e l l n ~ c d c W r e -
effervescence rapide moyenne.
125 e t au : Argile linoneuse ocre rouge -
s t r u c t u r e polyédrique f i n e -
trés fissuré,
delà
nombreux c a i l l o u x incorporés, important r ~ y c e l i u c a l c a i r e effervescence-
rapide, noyeniie.
Végétation : hypéricur; crispun e t céréales.
C'est donc un s o l assez prcfond sur un s o l e n t e r r é mois penlèable, caracté-
r i s t i q u e qui l i m i t e l e s p l a n t a t i o n s à des espèces rioins exigentes. I l e s t corne l e s o l
b m muge, type peu c a l c a i r e e t moins r i c h e en matière org,ulique.
t

d ) Colluvions de so1:brun c a l c a i r e sur l i n o n a r g i l e u x rosé 9

Ce type s e rencontre sur l e s pentes de l a c b l l i n e de Lalla Zahra. Le s o l b m


calcaire
c a l c a i r e des t e r r a s s e s à c r o û t s / e s t dîsccriclu jusqu'au bord de l a PIIedjerdah e t repose s u r 1
l e substratum à limon a r g i l e u x rcsC dc 1%tcrre.sse du dessus. Le p r o f i l présente de t r é s
noiiibreux ccailloux de t o u t e s dil,,ensiul s zur t o u t e son épaisseur. La pente e s t peuplée p a r
d e s o l i v i e r s e t on y c u l t i v e dzs c 6 r 5 , d e ~ .
e ) Colluvions de s o l brun rouge e t de s o l brun c a l c a i r e s u r s o l du groupe brun rouge. -
L'ancienne t e r r a s s e à s o l brun rouge que l ' o n retrouve s u r l a r i v e gauche de
l a Medjerdah en bout du périmètre i r r i g a b l e a étd recouverte jusqu'nu niveau du t e r r a i n
a c t u e l p a r des colluvions du même type de s o l ou d'un s o l brun c a l c a i r e s u r croate si-
t u é s p l u s h a u t e t donne un s o l t r é s é p a i s c o n s t i t u é de l i n o n sableux s u r l i n o n argileux,
s t e p p i s é , assez pauvre en matière orgclnique e t peu c a l c a i r e . Il e s t i r r i g a b l e a c t q e l l e -
ment c u l t i v é en c é r é a l e s ,
f ) Colluvions arffileuses sur s o l du groupe brun rouge -
Des a r g i l e s g r i s e s probablement d ' o r i g i n e s b a r r i u i c n n e s amenées p a r l'oued
Séné ed Djenel ont recouvert LP? s o l brun rouge. E l l e s s o n t c a l c a i r e s . Ln coupe du s o l
e s t l a suivante (no 15).
O - 110 : Argile g r i s blanc - s t r u c t u r e polyédrique prisw-tique - poreux - quolques
c o q u i l l e s en surface - trés larges f i s s u r e s dÛe à i'hydromorphie - effer-
vescence f o r t e , courte, consistrmce t r S s f o r t e .
110'0- 150 : Argile limoneuse brun rouge - s t r u c t u r e nuciforne - c o n s i ~ t ~ m cf oe r t e -
effervescence f o r t e , courte.
Cultures : céréales.
4) S o l s a l l u v i a u x -
Corne nous l ' a v o n s s i g n a l é p l u s haut, l e périmètre i r r i g a b l e e s t e s s e n t i e l -
lement composé p a r l e s a l l u v i o n s des oueds S i l i a n a , Medjerdah e t Kralled. En ggaéral,
e l l e s ne so recouvrent pas l e s unes l e s a u t r c s mais s e sont s u b s t i t u é e s l ' u n e à l ' a u t r e .
Nous l e s distinguerons p a r l a t e x t u r e ,
a ) Alluvions a r g i l e u s e s de l t o u e d S i l i a n a -
Ces a l l u v i o n s f o m e n t l a t e r r a s s e supérieure de l'oued S i l i a n a au n i l i e u de
l a q u e l l e il e s t t r é s e n c a i s s e jusqu'à son enbouchure. Nous l e s retrouvons e n s u i t e in-
c l u s e s dans l e s nécmdres de l a M e d j e r d a a u i a u t r e f o i s l e s a érodées pour y s u b s t i t u e r
s e s propres a l l u v i o n s ,
1 ) Terrasse supérieure de l'oued S i l i a n a jusqu'à son embouchure -
La t e x t u r e du s o l nous e s t f o u r n i p a r l e p r o f i l ci-dessous : (ne 3 b i s )
O - 40 : Argile sableuse g r i s e beige à strcicture n u c i f o m e e t l a r g e s f i s s u r e s délimi-
t a n t de gros blocs en s u r f a c e dû à l'hydromorphie - effervescence forte -
sec - poreux.
40 - 100 : Argile g r i s e n-irron - s t r u c t u r e polyGdrique f i n e p r i s,p a t i q u e à p e t i t s p r i s -
mes n y c e l i m c a l c a i r e - effervescencc forte - sec.
100 - 110 : Sable f i n d'oued bcige c l a i r - s t r u c t u r e p a r t i c u l a i r e - s e c -
110 - 160 : Argile légèrement sableuse - beige narron - s t r u c t u r e fondue - huLlide -
effervescence f o r t e .
Les s o l s sont c u l t i v é s en c6réales.

Les a u t r e s coupes n a t u r e l l e s l a i s s e n t appnr'aître l e mêne p r o f i l mais l ' h o r i z o n


de 100 à 110 m. n ' e s t pas pr4sent partout.
2) Alluvions f i n e s de l'oued S i l i a n î dans l e ï.lLandre de l a EIedlordNi à T e s t 0 2 -
PROFIL ne 1 0 -
O - 20 : Argile légèrenent liaoneuse brun jaune foncé - structure nucifome à t r é s
l a r g e s f i s s u r e s délimitrmt de grbs b l o c s - poreux - s e c - quelques c a i l l o u x -
d é b r i s de c o q u i l l e s - effervescence f o r t e , courte - consistance t r é s f o r t e .
20 - 45 : Argile brun jaune foncé - s t r u c t u r e nuciforme à polyédrique - f i s s u r é - s e c
d é b r i s de coqu$lles - effervescence f o r t e , p l u s longue - consistance trés
forte.
-9-

45 - 110 : Argile brun foncé - s t r u c t u r e prismatique cubique à prismes c o u r t s e t é t r o i -


ts - consistance t r é s f o r t e - effervescence f o r t e , courte - f r a i s .
110 - 150 :. Idem, mais tr4s frais à humide ,
Cultures : c é r é a l e s o l i v i e r s .
3) Alluvions f i n e s de 1'oued Siliana., dans l e méandre de l a P1ed;ierdah sous l e Dje-
b e l Aoua. -
Q r o f i l ne14 -
O - 25 : Argile légèrement liinoneuse brun jaune foncé - structure nucifome à t r é s
l a r g e s f i s s u r e s d é l i m i t a n t de gros blocs poreux - ddbris de c o q u i l l e s - quel-
- sec - effervescence f o r t e , courte - consistance trés f o r t e ,
ques c a i l l o u x
35 - 65 : Argile tr4s légèrenent limoneuse - s t r u c t u r e polyédrique prismatique - po-
reux c o q u i l l e s - s e c - effervescence f o r t e , p l u s longue - consistance t r é s
forte.
65 - 115 : Argile brun foncé - s t r u c t u r e polyédrique cubique - d é b r i s de c o q u i l l e s -
f r a i s - consistance t r é s f o r t e - effervescence f o r t e a s s e z rapide.
115 - 170 : Idem - mais t r é s f r a i s à humide.
Cultures céréales.
On constate que l e s t e x t u r e s s o n t p l u s f i n e s à l ' a v a l , e t p a r t o u t , l'hydro-
norphie de ces s o l s dde à l ' a r g i l e e s t p l u s f o r t e * Dans l e c h a p i t r e " p e m è a b i l i t e s " ,
nous donnerons quelques r 4 s u l t a t d d t e s s a î s e f f e c t u é s s u r chaque p o r t i o n de ces alluvions.
11 e s t à n o t e r un l e g e r l e s s i v a g e du c a l c a i r e à p a r t i r de 25 cm. La couleur
m8ne des horizons de chaque p r o f i l indique une r é p a r t i t i o n assez homogéne e t assez pro-
fonde de l a matière orgmique*
Donc, tous cos s o l s sont c a r a c t é r i s é s p a r une hydror-lorphio temporaire de pro-
fondeur dûe à l a nature de l t i q $ 1 e .
b! Alluvions s a b l . u s e s de l toued S F 1 i C m ~ -
E l l e s forilent l e l i t majeur dc l'oued e t s o n t c u l t i v 6 e s s o i t e n c é r é a l e s s o i t
en c u l t u r e s maraichères ( t o n a t e s , pir.lents, pastèques). E l l e s s o n t c o n s t i t u é e s unique-
ment de s a b l e f i n gris p a r t i c u l a i r e jusqulà 160 cm. puis de s a b l e f i n en p l a q u e t t e s au
d e l à avec p a r f o i s à 160 - 180 cm. des passbes de sable légèrenent a r g i l e u x à tnchcs
r o u i l l e s , n a r q u m t un niveau dlhydror;iorphie avcc i n d i v i d u a l i s a t i o n du f e r à l a surface
des plaquettes.
c ) Alluvions argileuses de l'oucd Krailcd -
Les a l l u v i o n s de l'oued Krallcd s o n t ossenticllement m g i l c u s e s n a i s reposcnt
p a r p l a c c s s u r des l i t s snblcux ou préscntent dcs passées sableuses. E l l e s o n t souvent
é t é influencées p a r un colluvionnencnt cn ~mppode s o l brun rouge dominant l e bas fond
du Bled Rhénimah c o n s t i h k p a r ccs nlluvions coi..rc l e nontre l e s p r o f i l s 7 e t 3.
P r o f i l no 2 -
O - 50 : Argile sableuse brun jaune - structure nucifmne à larges f i s s u r e s verti-
- poreux - débris de coquilles - sec - consistance f o r t e - offerves-
cales
cence f o r t e courte.
50 - 110 : Argile lir,loneuse brune - structure nuciforne à polyédrique - t r é s fissurée -
poreux- myceliun calcaire abondznt - sec à f r a i s - effervescence f o r t e ,
courte - consistance fortc.
110 - 150 : Sable f i n - ldgèrcnent argileux - brun plus c l a i r - nuciforne - débris co-
q u i l l e s - consistance f o r t e - effervescence f o r t e , courte.
P r o f i l ng 3 -
O - 40 : Linon bmn - structure nuciforne grossière e t f i n e - t r é s largos f i s s u r e s
délimitant de gros blocs - poreux - débris de coquilles - effervescence
f o r t e , courte - consistance forte.
40 - 85 : Argile faiblement limoneuse brun rouge - s t r u c t u r e polyédrique légèrenent
en plaque-ttes - t r é s fissurée - débris de coquilles - f r a i s - effervescence
f o r t e , plus f i n e - consistance forte.
85- 125 : Argile légèrenent sableuse à sable f i n brun jaune - s t r u c t u r e polyédrique
légérenent en plaquette - conpact - débris de coquilles - f r a i s - efferves-
cence f o r t e , fine - consistmce forte.
125 - 165 : Sable f i n d'oued jaune blanc - p a r t i e f r a i s - effervescence f,aible, courte.
165 o t : h @ l e limonaise marron b m - s t r u c t u r e fondue conpact - taches r o u i l l e s -
f r a i s - e f f e r v e s c ~ n c ef o r t e , fine.
delh

On constate dans l a seconde coupe un c e r t a i n recouvrenent de s o l brun rouge


devenu hydronorphe e t un c e r t a i n lessivage du calcaire. La texture du recouvrenent con-
f è r e une n e i l l e u r e peméabilitc? aux horizons supérieurs du p r o f i l qu'au sous-sol unique-
ment a l l u v i a l .
Un aspect p a r t i c u l i e r de ces s o l s alluviaux nous e s t riontré par l e p r o f i l no4
où l e s alluvions reposent s u r un linon cnlcaire blanc e t constituent l e bas fond du
Bled Rhénimah.
O - - structure nucifome - larges f i s s u r e s d1hydromor-
25 : Argile licioneuse brune
phie poreux - de'bris de coquilles - sec - consistance f o r t e - effervescence
moyenne, cour te.
25 - 75 : Argile brun foncé - structure polyédrique - f i s s u r e - poreux - débris de
coquilles - f r a i s - consistmce f o r t e - effervescence f o r t e plus longue -
important mycelium calcaire.
-
75 130 : Limon argileux blanc -
structure fondue - compact - p e t i t s cailloux calcai-
e t au delà
res f r a i s -
effervescence moyenne rapide - consistance forte.
Donc l o s <alluvions de l'oued Kralled sont e l l e s aussi caractérisées par une
hydromorphie temporaire de profondeur dfie à l a nature de l ' a r g i l e e t prcisente une certai-
ne tendance au lessivage du calcaire. Tous ces s o l s sont cultivés uniquement en céréales.
d ) N l u v i o n s argileuses de l a Med-ierdah -
Ces alluvions sont r é p a r t i e s uniquement dans l a boucle de S i d i N i Ben Salem.
E l l e s s e distinguent des a u t r e s d l u v i o n s argileuses du périmètre p a r une couleur plus
c l a i r e , une teneur e n matière organique moins élevée e t une consistance t r é s forte.
P r o f i l n9 1 -
O - 75 : Limon t r é s argileux - - s t r u c t u r e polyédrique - l a r g e s f i s s u r e s
brun c l a i r
délimitant de gros blocs - sec - consistrance t r é s f o r t e - effervescence
f o r t e , courte,
-
75 140 : Argile légèrement limoneuse brun v i f - -
s t r u c t u r e polyédrique t r é s légère-
e t au d e l à
ment en plaquettes - -
débris de coquilles frais consistance t r é s f o r t e - -
effervescence forte.
Cultures : céréales.
e ) Alluvions limono-sableuses de l a Med.jerdah -
Situées sous l a t e r r a s s e précédente, e l l e s sont l e s alluvions subactuelles dc
l a Medjerclah,
Leur coupe e s t donnée p a r l a tranchée nQ 2.
O - 30 r Sablo f i n légèrement limoneux - g r i s brun c l a i r - s t r u c t u r e nuciforme gros-
sière e t fine - poreux - f i s s u r é - débris de coquilles - sec effervescence
moyenne, courte, - consistance moyenne,
30 - 85 : Sable f i n - légèrement argileux - s t r u c t u r e nuciforme polykdrique - lé&-
rement f i s s u r é - poreux - débris de coquilles - sec - effcrvescencc moyenne,
courte - consistance moyenne,
85 - 105 : L i t do c a i l l o u x roulés dans l e même horizon que ci-dessus,
105 - 115 : Elême horizon que 50 - 85.
115 - 165 : Sable f i n limoneux - brun - à é c l a t s polyédrique poreux - d e b r i s coquilles
r

frais - consistance noyenne à f a i b l e - moyen, court.


Végétation : Oliviers e t jujubiers,
Ce sont donc des s o l s profonds, à bonne p e m è n b i l i t é e t peu c a l c a i r e s
f ) Alluvions sableuses de lzZedJe&& -
La basse t e r r a s s e p l u s ou moins sabli- use de l n Med jerdah supporte l e s jardins
a c t u e l s e t l e s plantations de Testour., Nous en donnerons un p r o f i l type.
p r o f i l nQ 8
O - 30 : Sable f i n limoneux gris blanc - s t r u c t u r e nucifomc - t r é s poreux - d6bris
de coquilles - f i s s u r a - sec - effervescence noyenne t r é s courte.
30 - 70 : Sable f i n peu limoneux - gris beige - s t r u c t u r e p a r t i c u l a i r e B é c l a t s nuci-
forne - poreux - debris de coquilles - s e c - effervescence moyenne t r é s
courte.
70 - 110 : Sable moyen e t g r o s s i e r boigo gris foncé - structure particulaire - débris
de coquilles - sac - offcrvesconce trés faible.
110 e t au : Sable f i n peu limoneux beige g r i s - structure p a r t i c u l a i r e - f r a i s - effer-
delà
vescence t r é s faible.
Ces s o l s sont donc profonds, poreux, pauvres en matière organique, assez peu
calcaires, t r é s peu évolués.
En résumé,on a donc dans l e périmètre de Testour, des s o l s sains limoneux à
limono-argileux constitués par l e s d i f f é r e n t s s o l s formés en place; des sols alluviaux
argileux qui occupent une place importante dans l e périmètre prévu; des s o l s limono-sa-
b l e u f i t aablaux, -doja plant68 pour l a pluprzrt d'entre eux.

-
3 ~ / ES"aAIS DE PEFtNï3ABILITE -
Des e s s a i s sommaires de p e m é a b i l i t é ont é t é f a i t s sur l e s s o l s alluviaux ar-
gileux du périmètre irrigable. Ils concernenk l e s alluvions argileuses de l'oued S i l i a -
na e t c e l l e s de l'oued Kralled avec recouvrement de s o l brun rouge.
Deux essais ont é t é effectués s u r l e s premières e t un seul sur l e s secondes,
tous à proximité des tranchées pédologiques e t portant sur une profondeur de 60 cm, La
méthode employée e s t c e l l e de Porchet, appliquée pxr De Chevron - V i l l e t t e e t Roederer,
, ablenu nu en annexe).
En prenant comme valeuia, c e l l e s du tableau s u i v m t :

-=-=ieies-c----=ii=-Ce-=.c-=-eiC~~-e--cl-I.----~-=--=-

! -6 !
K (10 = Sol imperméable,'
! !
! l.lod <K <5.1od = Sol peu peméable à i r r i g u e r !
I
prudement.
! !
= Sol perméable.
I
!
!
5.10-~ <K = Sol t r é s perméable.
!

Les r é s u l t a t s trouvés au cours des e s s a i s se s i t u e n t a i n s i :

1 ) Alluvions q g i l e u s e s de 1'oued S i l i c u -
2i proximité de l a tranchée pédologiquc : s o l perméable à peu perméable à i r r i g u e r
ne 10 = L
a
7 5 10-- ds
----- : prudomcnt.
à proximité de l a tranchée pédologique : Sol peu peméable à imperméable non
4
ne 14 = 1 , 7 4 . 10 m/s i r r i g a b l e ou i r r i g a b l e aprés mise en
place d'un réseau de drainage serré.
2) N l u v i o n s , argilo-sableuse de 1 oued KralGd avec recouvrenient de s o l brun
rouge

à proximité de l a tranchée pédologique : Sol perméable à peu poméable à i r r i g u e r


ne 3 = 4,99-. 1 0 ~ prudemment.

Il a p p a r a î t donc p r é f é r ~ b l ede nepas i r r i g u e r l e s s o l s a r g i l e u x s i t u é s dans


l e d e r n i e r méandre du périmètre i r r i g a b l e n a i s p l u t 6 t d ' y f ~ A r cdes c u l t u r e s c é r é a l i è r e s
e n sec.

Les a u t r e s s o l s a r g i l e u x s o n t i r r i g a b l e s n a i s avec c e r t a i n e s précautions,


s o i t drainage s o i t précautions dans l a conduite dos i r r i g a t i o n s .
3ème PARTIE

1 - UTILISATION DES SOLS EN WNCTION DE L'IRRIGATION


La carte d ' u t i l i s a t i o n des sols en fonction de l ' i r r i g a t i o n a é t é dressée
selon l a classification actuellement en usage au Service Pédologique. Dans l e pérhiètre
de Testour, e l l e fait appel à l a texture e t à l a profondeur des horizons notamment sans
t e n i r compte de l a qualit6 de l'eau d'irrigation, l a composition de celle-ci dépendant
des eaux emmagasinées dans l e barrage de Sidi Salem. Elle reprend aussi quelques unes
des données fournies par M. J.BOURN;Y dans son étude sur l e s e c t ~ u rde Bordj Toum, l e s
conditions de climat e t de s o l s étant approximativenent l e s memes,
le/ - Les s o l s de l a catégorie Aï -
Ces s o l s pemettent toutes l e s cultures e t en p a r t i c u l i e r toutes l e s cul-
tures arbustives.
Cette catégorie conprend uniquement des s o l s alluviaux à texture grossière
ou moyenne sur grossière. Ils sont profonds, bien drainés e t ne présentent pas d'horizon
iripernéable, CG sont des s o l s noyenner.lent calcaires e t assez pauvres en matière organique
Leur structure e s t bonne.
N t u r e s actuelles : arbres f r u i t i e r s - n d c h a g e s - céréales.
Vocations culturales : h l ' i r r i g a t i o n : ces sols conviennent particulièrement nieux à l a
culture des Gbrcs f r u i t i e r s (agrumes, abricotiers, pèchers, pru-
niers oliviers ..
6 ,) , Ils conviennent de neme aux cultures n a r d -
chères (tomate, pome de t e n e , melon, pastèque, pir~ent, poivron,
carotte ..) e t aux cultures fourragères à enracinenent profond
(luzerne). on peut aussi y cultiver l e mas, orge, bersin, fève-
relle,

- en sec : Ces s o l s conviennent mieux aux cultures arbustives (oli-


vier, abricotier, mandier, f i g u i e r ) ,
Surface : 310 ha,
20/- Les s o l s de l a catéaorie A4 -
Ces s o l s conviennent moyennement à toutes l e s cultures.

Cette catégorie cociprend des s o l s bnuis rouges assez profonds à pem8abili-


t é bonne à moyenne plus ou noins bien drainds h texture moyenne sur noyenne à fine; des
s o l s jeunes à tendance brun c:dcaire, assez profonds, à texture moyenne à fine sur moyen-
ne; des oolluvions de sols bruns c d c a i r e s e t de s o l brun rouge à texture noyenne sur
noyenne h fino assez profonds; des s o l s alluviaux profonds n a i s présentant une texture
plus fine dans l e 2ème horizon - peu 6p~As. Ils sont en gdnéral ~loyennenentcalcaire h
celcnire e t l e u r teneur en m t i è r e organique e s t noyenne. Leur structure e s t bonne.

Cultures actuelles : c é r é d e s .
,f .',
Vocations c u l t u r a l e s - llirripati& : Ces s o l s conviennent b i e n aux c u l t u r e s arbusti-
ves ( a b r i c o t i e r s , pruniers, pschcrs .. .
, o l i v i e r s . ) Ils convien-
nent a u s s i aux c u l t u r e s n a r d c h è r e s ( tonates , pincnt, poivron. )
e t aux c u l t u r e s fourragères. Ils conviennent tros b i e n aux cér6:i-
les.
- en s e c : Ils conviennent aux p l a n t a t i o n s i r b u s t i v e s t e l l e s ~ u c
o l i v i e r s , armndiors, pèchers, a b r i c o t i e r s , c t s u r t o u t aux cérsa-
l e s , e t quelques fourrages.
Surface : 110 ha.

3Q/ - Les s o l s de l a catégorie B3 -


Ces s o l s permettent toutes l c s c u l t u r e s nar<&chères, des c u l t u r e s fourragères
e t l a c u l t u r e des :arbres f r u i t i c r s peu exigents.
- Ces s o l s c o q r e n n e n t dos s o l s bruns calcaires s t e p p i s é s n a i s pernéables que
l e s s o l s bruns rouges e t noins profonds, à bonne s t r u c t u r e , assez pauvmaen n a t i è r e or-
ganique; des colluvions à tendeance brun c,dc?ire s u r s o l e n t e r r é brun rouge ou brun à
profondeur nlexcédcnt pas 60, 80 cri. au nnxiri1uc1; dcs s o l s bruns rouges s u r croate calcai-
r e durc s u r cncroûtcr..ent de l i a o n argileux rosé à 40, 80 cn. Leur s t r u c t u r e e s t bonnc.

Cultures actuel& : non c u l t i v é s en c u l t u r c dc c é r é a l e s à rcndoncilt noyen.

-
Vocations c u l t u r d ~ à 1liqr%G,gn_ : c u l t u r e s d ' <arbres f r u i t i e r s à e n r n c i m ~ l e n tpeu
profond ou peu exigent - c é r 6 r l e s ou fourrages.
- ----
en s e c : ~ d r 6 ~ ï ou
e s arbres f r d i t i c r s y u i e x i f ~ m t s .

--
Surface : 1%h3

4Q/ - S o l s de l a catégorie C l -
Ces s o l s sont l e s nênes que p r é c e d e i l i n t mais pcu profonds e t excluent par 1 5
l a c u l t u r e arbustivo.
a r f a c e : 25 ha.

-
5 ~ / Sol8 de 18 cr.tJi;orie C2 -
Ces s o l s p e m ~ e t t e n tl e s c u l t u r e s nnr<dch&resl e s noins d é l i c a t e s , des c u l t u r e s
fourragères, des c u l t u r e s annuel16 S.
Ces s o l s s o n t c a r a c t d r i s é s p<ar l a pr4sûnce d'un horizon peu peméable é p ~ i sà
f a r t e consistance e t à nauvaise s t r u c t u r e (polyédriquc à p r i s n a ~ i q u c )d m s l e p r o f i l . S m s
f a i r e de drainage proprenent d i t , il conviendra de s u r v e i l l e r l e drainage de ces s o l s pen-
dant l a période pluvieuse.
Cette cslt&goric comprcnd clcs s o l s ailuvicux argileux t e x t u r L f i n e s u r noycn-
ne da l'oucd Kr<dlcd c t à t c x t u r c f6nc s u r :.loyenn~ à f i n c de l l o u c d Siliczna .
Culturcs a c t u e l l e s : cdrénlcs.
Vocations culturales - à l'irrigation : cultures nardchères (artichaut, torxites) cultu-
res fourragères (sorgho, n d s , orge en v e r t , bersin) cultures
sarclées (fèves), légunineuses - (pois, l e n t i l l e s ) . .
- en s e c : céréales fèves - Ces s o l s donnent d'excellents r é s u l t a t s
pour l e s céré<alesen sec.
Surface : 225 ha

-
6 ~ / Sols de l a catégorie D B j -
Ce sont des sols bruns rouges sur croate à 60,80 m. .de profondeur. .Aprés
docmdtage, i l s rentremnt dans l a catégorie B3 des sols bruns rouges assez profonds
sur limon argileux calcaire. .Sans décroûtage, i l s rentrent d m l a catégorie C l des sols

peu profonds. Ils sont actuellenent cultivés en céréales.


Surfaco : 15 ha

70/ - Sole de l a catégorie DC2 -


Ce sont des sols présentant l e s n & r . ~ caractéristiques
s que ceux de l n
catégorie Cs nais l e u r r î s e en valeur necessite un drainage du bas fonds qu'ils cons-
t i t u e n t pondant l a pQriode pluvieuse. .Drcainilge profond par t a p a g e e t superficiel pour
'
1 écoulement des eaux*
Surfaco : 75 ha

-
8 ~ / Sol s de l a catégorie DC3 -
Dans l a sdrie - a - ce sont des s o i s à pemdabilitb c4diccre,
des ikriggtions prudentes pour é v i t e r un engorgement en profondeur.
c!e;:cmd,znt -
Ces sols sont des alluvions à texture fine, .à nauvaise structure
drique h prismtique)compactes e t épaisses .
Cultures actuelles : céréales - cpelques vieux oliviers.
Vocations culturales : céréales -
Surface : 135 ha.
Dans l a s é r i e - b - : La perméabilité des sols e s t mauvaise e t l ' i r r i g a t i o n
n'est pas reconmandée ou sinon, il f a u t une surveillance particulière des p r o f i l s avec
drainage pour Bviter un engorgement de profondeur, s i ces t e r r a i n s doivent 8 t r e irri-
gués malgré tout*
Ce sont des alluvions à texture f i n e , . Qpaisse,:h mauvaise structure
driqu e à prisnatique-. ) t r é s compactes..
W t u r e s actuelles :céréales - quelques cultures mar&&éres irriguées (tonates). .
Vocations culturales : céréales.
g ~ / - Sols de l a catégorie E l : surface = 20 ha
~OQ/ - Sols de l a catégorie E2 : surface = 15 ha
II - QciUALITEDE L'EAU D'ImIGATION

La q u a l i t é des eaux de l a Medjerdah à Testour ne nous e s t pas connue.


Les vocations c u l t u r a l e s déterninées chapitre précbdent s'entendent pour
l ' i r r i g a t i o n du périmètre avec des eaux de bonne qualité. S i l a concentration en s e l s
augmentent de façon sensible en é t é , il conviendra a l o r s d ' i l i m i n e r de l ' i r r i g a t i o n l e s
alluvions imperméables e t de s u r v e i l l e r l e drainage des alluvions peu perméables.

On peut escompter que l e s eaux de l a Medjerdah seront peu chargées e n


chlorures mais un peu plus en sulfates.

La q u a l i t é des eaux d t i r r i g a t i @ ndépendra s u r t o u t du mélange des e a u


dans l a retenue du barrage de S i d i Salem.
CONCLUSIONS
c--C-=-=s--=---=-

L'enseiiible du périmètre de Testour cor~prenddes s o l s anciens évolués en place,


des colluvions de s o l s anciens e t des a l l u v i o n s anciennes e t récentes des oueds qui
confluent à Tes t o u r .

La majeure p , w t i e du p é r i n s t r e i r r i g a b l e e s t for?:iéc d l a l l u v i o n s anciennes à


t e x t u r e f i n e c t subactuelles à texturc !noyenne à grossière.

Le pro j e t d~aménagancrrt du barrage de S i d i Salep. p r r 6 o i t 1' i r r i g a t i o n de 1.000


h a de t e r r e au-dessous de l a côte 90.

Les s o l s l û s plus a p t e s à l ' i r r i g z t i o n s o n t i e s alluvioL1s à t e x t u r e g r o s s i è r e


e t quelques s o l s évolués assez profonds, Lcs a u t r e s s o l s é v o l ~ ~ émriquent
s de profondeur
ce qui r e s t r e i n t l e u r s p o s s i b i l i t é s en c u l t u r e s a r b u s t i ~ ~ e sLes
. cilluvions a r g i l e u s e s de-
mandont souvent des i r r i g a t i o n s prudentes, du drainage ou une s u r v e i l l a n c e p a r t i c u l i B r e
des p r o f i l s dans l e s s o l s à t e x t u r e f i n e e t à mauvaise s t r u c t u r e .

La conduite de l ' i r r i g a t i o n dépcndrn a u s s i de l a q u a l i t é des eaux de l a


Med jerdah.
BIBLIOGRAPHIE
-.---=-c-=-=-=%-=-=-c.c-

J, BOURALY - asse se
Etude Pédologique du Secteur de Bordj TOUIL-
- -
vallée de l a ~ e d j e r d a h ) Mars 1954 S.S.E.P.H. -
- LeZonesclimat de l a Tunisie - Evapotranspiration - Bilan Hydrologique -
clinatiques - Météorologie nationale - Servi ce Météorologipe
P.C. P.REZIOS1

de Tunisie. -
J. DUPRAT - Pro j e t de légende pour une carte pédologique - O.R.S.T.O.M.
Mai 1956 -
-

Collaboration sur l e t e r r a i n de, MM. ROEDERER, Chef de l a S.S.E.P.H. -


JAIJZEIN~G ~ Iogue
. à ~~I.H.E. - anis -
EVAPO~SPIRATION POTENTIELLE ET BILAN HïDRiClPE

-
STATïON DE MEDJEZ EL BAB

=-=ic9.=-=
1 ---Cie-X-e-c-c
T-- Va=T-=-
T-y--zf-=--4-=--=iCiCiCih
! t ! 7--=-jz-=s-=!-
7 - - - -!
I Jmvien .-eF ITms ! Avri< Mai 1 Juin ! Juil. hodt ! Sept. ! Oct. ! Nov. ! D ~ C . ! Année !
I . 7 r ' - - T 7 - ! I I r T - - 1
! Quantité d'eau nécessaire oii I ! I I ! I ! I ! I I I ! !
! Evapotranspiratie.1 potentielle ! 16 ! 19 ! 35 ! 56 ! 93 ! 150 ! 175 ! 159 ! ll8 ! 75 ! 36 ! 20 ! 952 1
! en m/m pour l ' a l t i t u d e 54 m. ! ! ! I ! ! ! ! ! I ! ! ! 1

r - - -! - - - r
1 ! '" !r - - -! - - - 1 1 ! - - ! - !- -! - - ! '- ! -1 - - 1 I
- - - - - -
1 - - - - - - - - - - - " " "
r ! ! ! 1 I 1 1 1 l
! Précipitations - ! 63 ! 5 0 4 5 35!26 ! 1 4 ! 4 7 ! 3 7 ! 4 0 ! 5 6 ! 408 !
1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . !!. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1 ! ! ! 1 ! ! ! ! 1 1 ! 1 -.
! ! ! ! ! I ! 1 I ! r ! ! !
! Insuffisance d'eau - ! O ! O ! O ! O ! O !124!171!152! 87!38! O ! O ! 572 !

'
!
Excédent d'eau -
ZOO -

180

f60

140

120

$00-

80

60

4O

20

O
COüRBES DE ~P2,EABILITE(;.!&hode PORCHST)D G SOLS IE TESTCNH
S C L s 'JCIbDiS DU FOSSE 1XDûLûCICd.JE NQ 3
fi D3 LA ATAH- : 6 m.

R péritable du ler essai 5,5 x $ 4.12

Sol peu penneable b irrieuer pnidement tant pour le8 obrdales e t cultures msrdcherea
I
DL;E-.X.Z~ILITE [ ~ ~ t h a dPORCET)
COUKUSS e ms SOLS rn TITOUR
SOL3 VOLSINS ou FOS% PEWLOGZQUE NQ 10
6 DE LA TAKIERE t 6 cm.
K véritable du ler EaMi 5x 86 = 3.73

501 peu perméable Ei @erm8abie, C1 irriguer prudemment -poudsa ddales e t b s cul-s


rhree B los cul urbusti~ res que ta [oliviers,

-l-T
E PcJRFlEllBILITE (~BthodePORCILET) DES SOIS DE TEçT(HIR
SOLS VOISINSDU m53 PEWLOGIQUErin 14
~ ~ ~ L A t T6cn.
~ R E

6
K véritable du ler eaad 3 x = 2,25
6
a 2he P , 5 x g = 1,87 m a y 8 ~ 8 = = 1 , 7
CrseD

w XP. 1 1.9 x g
6 = lel2
LI.-.

.- Sol iippeméable h psi pemdaùle h irrigua~omc drainage paur &&ales culturrr d e r e s


- et
1:

$ draiaag. obligatoire pour des cultutes erbuiiti-e ei besoin est,

. . - . . . . . . I
. . . . . . . . . . .

--- - -.

...
-.-
, - . ... -. - . -- --. . . . - . . . . . . . . . . . ............. . . . .
.. -. - -
- -- . .- -.. . . . . . . . . . .- ........
- . -- -.-. .

: y-:-4
. -..-.-- ..... ,
.. - --. - -- --.--. -. . . . .

m 1
.. - --.......... - . . . . . . ........

I-
.- .A

-~ . -.
.........---- - - - - . - -
~--- .. ..-. - --- -- .- > - .* -~ --
-11
~

--- - -- - . . . . . . . . . . . . .-. . . . - - - - -- - ..
-. ---.- --- . . . . . . . L . . .

.-- .. . ---- .
c. - -.-- -. -. -
.--
P.

.......... . -.-. .-- ...... - .- . ..... - ..-. ....-.... - ..... -- ......... . .

........ -. -......... -. .- -, .- -..- .. - .- -A--.--.--.---- . - ..........

-- - .- - .- . -- - -.
-

-
- -.--- -

. . .
-
I
. - - - - .. . .
1
... . . --- . . . . . . . .... -. - ... - . -.- -. . . . . . . . . .
t
N -
-. .- - -- -- --- - -.- -- ..
- ....
-
--.-- . . . ............
...... - .- . . . . - . . . . - -+
- ...
A
.....
!
f
.. --- --. .- --. - - ~ .-- - . - - . -- - . - . - - .- ~ +- ..- . . . . . . . - .-..--...... . . . .- . . . . . - , ~

9 -. . . . . - .. . . . .. -. - . - . - . . . -.-. -.- .. - . . . . . . . . . . . .
.- - - - -- -- - -- -. - - - - - -- .- . --- -- - - -- -- -- -. ...............
--

2 --- - . .-- - --.- .... -- -. -- ...... --- - -P.


. ..-- ..... ---- -. - .. - - - -
-. ... -- ...

- - -- - - --.-- -.-- --. -. - .- --.- - .--- --. - - - - - y - - .-.. - - - . - .- -. - , -

*-
7
- --.--..-.---A - . - - . . - --<-.
. ..--.-... - - ............ -. . . . . . . . . -- .
. --- - - .- - - .. .. - - -- - . . . . . . * ................ .....................
' . .-- .. -
.

.-..---- --. ,.- - . - . .--- ~ ---. - --- - - ~.- - f


-. ... ,. ...-.... .......-.. ................ ..-.. -- ...

9
- -.
-. . . . . . . - . . - . . . . . . . - - . . . . . . . . . . . . . . ., .

......... . - - . -. . . - . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

...... ....... ....... -

:- ..... . . . . . . . . . ~

..... . . . . . ...
-.-. . . . . . . -...... - -- ~ ... - -. ....-.. -
- - .. . . . . - . - . . . . -- . - .
-- - -. ......... ... - ........ -- . .-- . . . . . . . . . . . .

- O 7 2 3 4 5 6 . 7 0 9 H) II 11 13 14 15 16 17 18 19 21."'
5ECRFfARIA7 D'ETAT AlJ COMMFRCE ET A L'lNDUSTRIF
-- 5r04,e H A R . -
S "" Spectale d Ltudes cie Pe'dotogte et d'C)Iydrri!ogre
LABORATOIRE
SECRETARIAT O'ETA f A C COMMERCE ET A LlhDGSTRIE r
. -- G-U-LIH ~ A R
S"" Spec. ale n E t d e s de Pedo/og?ket d'hydro/oy,e
LABORATOIRE
SECRETARIAT D'ETAT AC! COMMERCE F r a i INUUSTQIE
-- Groupr H A R -.-
sondage. C. 5.2-7
9-
5 7' Specteie d fiudes de Pedotogre ~t d'hydrokpte
L A S P . R A T 0 1R E
SECRETARIA1 U'ETAT A!! COMMERCE ET A L INDUSTYIF Sondage:. $cooZ &- : 1
/ -- *rc?.~uP H A R .- .-

/ Sn" S p w a ; dEtudeç
~ defeddtogt~r; d'/iyoh:/cg,e

i LABORATOtRE 1
1 SECRETARIA'I D ' € ' A r 4b COMMERCE ET A L'IkDLSTHIE
l . -- C>-o..;,P H AR -_--
S P' S p e i . , a / ~d F t u d ~ 5drPedolog,rl el d'h'ydrologte
II, LABORATOIRE
four rooo de terre totale - Pour Jao de terre riop
E6*''o' profond' > 25 >
(:
'O > 'O
2 5 i 20 < 10
> "2
< S
+a
-
? -:a+*-
3rtJ
--A----

-. -

I - -
/-F
KCRETARIAT D'ETAT A t l COMMERCE ET 4 L'tNDUSTRiE
-- Groupe H A R ---
Sondage: r J..O3 - 1 - 3 ;--
~ 1 "p us. l a l e' d 'Etudes de Pédolope et d'Hydrologte
I
-- LABORATOIRE
- .. -
'3 CL, A i > P l-4 A R
5 : b e r : a!e d fiudes de %doiop!e er
' ,Y'~~~G-c/o~,P

LABORATOIRE
SECRETARIAT D'ETAT AU COMMERCE ET A L'INDUSTHiF
1 -- Groupe H A R .-.
1 SU"p&cis/e d Frudes de@'do/ogts et dd'nydrologtc

i LABORATOIRE
SECRETARIAT O'ETAT ALI COMMERCE ET @ L I N D U S T ~ J E
,,Groupe i l A R .-.--
Sondage. 470
y . 2 nq
- . . -
--L

S o" Spécele d fiudes de Pedoloqte er d'Hycrm/ogte


LABORATOIRE
' SECRETARIA? D'ETAT 4,' COMMEUT,€ FT A L lhlDllSTRIE
- G-c . r . i !A
iR . --.
S O" Spectale s' f t ~ l d r sd.- Fesolog?e et i kydtologr~
.
LABORATOIRE