Vous êtes sur la page 1sur 3

CHAPITRE : Toxicologie des médicaments

INTRODUCTION A L’ETUDE
DES PSYCHOTROPES

Présenté par :
Dr. N. CHEFIRAT née BELABBACI
Maitre-assistante en Toxicologie

Année universitaire
2018 – 2019
Toxicologie des médicaments Introduction à l’étude des psychotropes

I. DEFINITION DES PSYCHOTROPES


Les psychotropes peuvent être définis comme étant : « …des substances chimiques
d’origine naturelle ou artificielle, qui ont un tropisme psychologique, c’est-à-dire qui sont
susceptibles de modifier l’activité mentale sans préjuger du type de cette modification ».
DELAY (1957)

II. CLASSIFICATION DES PSYCHOTROPES


On retient la classification de Jean DELAY et Pierre DENIKER qui permet de regrouper
les psychotropes en fonction de leurs effets sur le SNC et de leurs propriétés
thérapeutiques ; ce critère de classification étant le plus utile pour le clinicien.

Tableau. Classification de DELAY et DENIKER.


Hypnotiques : barbituriques, chloral,
Nooleptiques
méthaqualone…
(diminuent la vigilance)
GHB
Neuroleptiques : phénothiazines,
réserpiniques, butyrophénones,
Psycholeptiques Thymoleptiques benzamides, antipsychotiques
(sédatifs) (agissent sur l’humeur) atypiques…
Tranquillisants : benzodiazépines,
carbamates…
Psycho-isoleptiques ou
Sels de lithium, carbamazépine,
Normothymiques
valpromide, divalproate de sodium…
(régulent l’humeur)
Nooanaleptiques
Amphétamines, XTC, khat
(stimulent la vigilance)
Thymoanaleptiques Antidépresseurs : tricycliques,
Psychoanaleptiques (stimulent l’humeur) IMAO, ISRS
(stimulants) Café, thé, cola, cacao, tabac, acide
ascorbique, acide aspartique,
Autres stimulants
thiamine (vitamine B1), pyridoxine
(vitamine B6)...
LSD, Péyotl (mescaline), PCP,
Hallucinogènes
psilocybine, cannabis…
Psychodysleptiques Buprénorphine, cocaïne, codéine,
Stupéfiants
(perturbateurs) héroïne, méthadone, morphine…
Alcool, éther, solvants, détachants,
Enivrants
colles, trichloréthylène…

Dr. N. BELABBACI-CHEFIRAT 2
Toxicologie des médicaments Introduction à l’étude des psychotropes

La classification de DELAY et DENIKER est aujourd’hui classique ; elle ne constitue


qu'un schéma, plus ou moins artificiel, dont le mérite essentiel est d'avoir donné un nom
aux principaux types pharmaco-cliniques des psychotropes. Les catégories définies par
cette classification sont des catégories d'effets et non des catégories de substances,
puisqu'une même substance peut avoir plusieurs effets différents.

Exemples :

— L’alcool éthylique est :


• A faibles doses : un psychostimulant, c'est-à-dire un thymoanaleptique.
• A doses plus élevées : un hypnosédatif, c'est-à-dire un nooleptique.
• A doses toxiques : un anesthésique général.

— La cocaïne est :
• A faibles doses : un psychostimulant, c'est-à-dire un noo- ou un thymoanaleptique.
• A fortes doses : un hallucinogène, c'est-à-dire un psychodysleptique.
• Mais elle est également un anesthésique local et un vasoconstricteur qui contracte
les vaisseaux et se comporte comme un sympathomimétique.

Dr. N. BELABBACI-CHEFIRAT 3