Vous êtes sur la page 1sur 12

Des vertus du pissenlit

L’arrivée du printemps a vu les prés et les champs se recouvrir d’un tapis de fleurs à pompons d’un jaune d’or
éclatant : les pissenlits. Avant leur floraison les pissenlits entrent dans la composition de plats tout à fait délicieux
comme des salades, des tourtes, des omelettes et petits veloutés. Les fleurs quant à elle nous permettent de réaliser une
douce gelée ou cramaillote ou un petit vin savoureux pour les soirées d’été.

J’ai voulu me pencher sur cette plante mal aimée et souvent appelé « pisse au lit » en raison
de ses propriétés diurétiques mais pas que. Nous verrons que le pissenlit renferme une
quantité de vitamines et minéraux car comme nous le savons, tout ce que Dame Nature nous
offre renferme de nombreuses vertus pour la santé.

La petite histoire du pissenlit


Le pissenlit est connu depuis l’antiquité et les médecins arabes connaissaient déjà les vertus
médicinales du pissenlit et en font mention dans certains écrits. Pline l’ancien, botaniste
romain bien connu en fait mention dans son encyclopédie « Historie naturelle » (au 1er siècle
avant JC) sous le nom d’Aphakê, correspondant probablement à la famille des Astéracées
dont fait parti le pissenlit.
On en retrouve également des traces dans un herbier britannique datant du XIIe siècle.
Hidegarde de Bingen dont les connaissances en pharmacologie sur les plantes ne sont plus à
démontrer conseillait le pissenlit pour purger l’estomac et guérir certains problèmes de la vue.

La richesse des produits de la Terre


Tous les produits de la Terre, fruits et légumes ont des propriétés qui vont bien au-delà des
valeurs gustatives mais également de très nombreuses valeurs bénéfiques à la santé et au
mieux-être.
Pour en bénéficier, il est important de choisir des produits « bio » dans la mesure du possible,
sans pesticides, ni insecticides, non OGM. Ils doivent surtout être préparés en conscience, et
avec amour. S’ils sont cuisinés, le micro-onde est à proscrire. En effet le micro-onde tue la vie
présente dans les aliments. Il en résulte des produits « morts » sans aucune valeur énergétique.
La pharmacopée connue de tous, n’est qu’une pâle imitation de ce nous offre la Nature.
Le pissenlit était également utilisé pour traiter les problèmes du foie, de la vésicule biliaire et
certains troubles comme l’anémie, la rétention d’eau. Il était considéré comme un véritable
détoxiquant pour le corps humain.
La médecine ayurvédique quant à elle considère le pissenlit comme un excellent dépuratif.
C’est au XVIe siècle que les scientifiques de cette époque confirmeront les vertus dépuratives
du pissenlit ainsi que ses propriétés bénéfiques pour le foie.
Au XIXe siècle le pissenlit est partie intégrante de la médecine populaire.

Un peu de Botanique
Le pissenlit Taraxacum officinale est une plante vivace de la famille des Astéracées. Il aime
l’exposition plein-soleil ou mi-ombragée. Sa racine très longue pénètre profondément dans le
sol (jusqu’à 50cm) ce qui lui permet dans certaines régions très froides de résister au gel. Les
fleurs individuelles d’un jaune d’or se présentent sous la forme de fleurons insérés les uns aux
autres (que l’on effeuille pour préparer la gelée). La fleur en forme de petit pompon jaune se
dresse au bout d’une tige creuse sans feuilles qui va de 2 à 50 cm de haut et qui contient un
suc blanc qui laisse des taches brunes sur les doigts.
Ses fruits, akènes, se reconnaissent à ces petites boules duveteuses sur lequel on aime à
souffler et qui peuvent leur permettre de se promener jusqu’à 10 km. Le pissenlit est une
plante dite hermaphrodite, elle a des organes mâles et femelles. Grâce à eux et à ses multiples
fleurs dans son réceptacle, un insecte (abeille ou autre) peut lui permettre de s’autoféconder et
ainsi de se multiplier.
Les fleurs de pissenlit son mellifères et une source de pollen importante pour nourrir les
abeilles qui produisent un miel de pissenlit délicieux.

Le pissenlit est loin d’être « une mauvaise herbe » bien au contraire. Sa racine, ses feuilles,
ses fleurs que ce soit pour les abeilles où pour réaliser de délicieuses gelées, tout est bon dans
le pissenlit.

Il existe plus de 1200 espèces et sous-espèces de pissenlits en Europe.


Son nom botanique Taraxacum viendrait de l’Arabe tharakhchakon qui désignait une plante
ressemblant au pissenlit. On le connaît également sous le nom de « Dent de Lion » en raison
de la forme de ses feuilles. En anglais on le nomme d’ailleurs dandelion, en italien dente-de-
lione tout comme en castillan diente de león. Les Français l’ont nommé eux « pissenlit », en
raison de ses propriétés… diurétiques ! Mais l’appellation "Dent de lion" est également
utilisée dans certaines contrées françaises.
On lui doit l’expression et je comprends mieux maintenant, « Manger les pissenlits par la
racine » mais c’est une autre histoire.

Les vertus du pissenlit


Que contient le pissenlit
On retrouve dans le pissenlit de la taraxine, les terpènes, les flavonoïdes et des carotéïdes. Le
pissenlit se compose aussi de stérols et d’acides phénoliques.
La racine du pissenlit renferme de l’inuline et des sucres complexes qui favorisent la
multiplication des bactéries intestinales.

Des fibres 2,7 g pour 100 g qui favorisent la bonne santé de la flore intestinale.
Le pissenlit est également riche en vitamines et minéraux indispensables pour notre système
immunitaire.

Mais aussi :
Eau : 85,3 g/100 g
Sodium : 44,3 mg soit l’équivalent en sel de 111,636 mg/100 g

Vitamine A : bêta-carotène : (5 850 µg/100 g) essentielle pour la santé, la vitamine A joue


également un rôle important dans la vision au niveau de l’adaptation de l’œil à l’obscurité,
elle participe également à la croissance des os, à la régulation du système immunitaire. Notre
organisme peut transformer en vitamine A certains caroténoïdes on les qualifie de
provitamine A ou bêta-carotène. Ce qu’il faut savoir c’est que le bêta-carotène ne se
transforme en vitamine A que dans la mesure où l’organisme en a besoin. Le bêta-carotène est
un pigment qui a une action filtrante face au soleil. Vitamine B1 : (0,19 mg/100 g), c’est une
coenzyme, importante pour la production d’énergie puisée dans les glucides que nous
absorbons. Elle favorise la transmission de l’influx nerveux et aide à une bonne croissance.
Vitamine B2 : (0,2 mg/100 g), importante dans la production d’énergie. Elle sert aussi à la
fabrication des globules rouges et des hormones, ainsi qu’à la croissance et à la réparation des
tissus. Vitamine C : (37,5 mg/100 g)le rôle que joue la vitamine C dans l’organisme va au-
delà de ses propriétés antioxydantes. Elle contribue aussi à la santé des os, des cartilages, des
dents et des gencives. De plus, elle protège contre les infections, favorise l’absorption du fer
contenu dans les végétaux et accélère la cicatrisation. Vitamine K1 : (778 µg/100 g) joue un
rôle essentiel dans la coagulation sanguine. Elle participe aussi à la formation d’une protéine
de l’os : l’ostéocalcine et retarde l’apparition de l’ostéoporose en maintenant le calcium dans
les os.

Calcium : (62,2 g/100 g) joue aussi un rôle important dans la coagulation du sang, le maintien
de la pression sanguine et la contraction des muscles, dont le cœur.
Cuivre : (0,0667 mg/100 g) en tant que constituant de plusieurs enzymes, le cuivre est
nécessaire à la formation de l’hémoglobine et du collagène (protéine servant à la structure et à
la réparation des tissus) dans l’organisme. Plusieurs enzymes contenant du cuivre contribuent
également à la défense du corps contre les radicaux libres.
Fer : (3,1 mg/100 g) toutes les cellules de notre corps sont composées de fer. Il est essentiel au
transport de l’oxygène et à la formation des globules rouges dans le sang et joue un rôle
important dans la fabrication de nouvelles cellules, des hormones et des neurotransmetteurs.
Manganèse : (0,163 mg/100 g) agit à titre de prévention sur les dommages causés par les
radicaux libres.
Phosphore : (66 mg/100 g) considéré comme le deuxième minéral le plus abondant de
l’organisme après le calcium. Il joue un rôle important pour le maintien de la santé des os et
des dents.
Potassium : (397 mg/100 g) important pour la croissance et l’entretien des cellules.
Indispensable au système nerveux et à la contraction musculaire normale - y compris le
muscle cardiaque. Le potassium est également un électrolyte qui aide à équilibrer les fluides
du corps humain, important pour maintenir une bonne pression artérielle
Sélénium : (2,2 µg/100 g)

Zinc : (0,212 mg/100 g) joue un rôle important dans le cadre des réactions immunitaires, de la
fabrication du matériel génétiques, de la cicatrisation des plaies et du développement du
fœtus.
Iode : (0,4 µg/100 g)

En utilisation interne
La sphère hépathique
Le pissenlit a une action importante au niveau du foie et de son engorgement ainsi que sur la
vésicule.

Système digestif
Ses vertus dépuratives agissent en cas de constipation, cholagogue (permet la digestion des
graisses), de digestion difficile d’excès de cholestérol et en cas d’inappétence.

Autre vertus thérapeutiques


Le pissenlit peut également agir comme anti-inflammatoire, ses propriétés diurétiques
permettent de traiter l’hypertension artérielle, l’insuffisance cardiaque et parfois
l’hyperkaliémie (qui correspond à un excès de potassium dans le plasma sanguin). Stimulation
enzymatique du foie et des reins.

Utilisation de la plante
On utilise principalement la racine (pour ses vertus cholalogue pour aider la vésicule biliaire à
évacuer) et les feuilles pour leurs propriétés cholérétiques.
On ne dépassera pas la dose quotidienne de 30 g pour les feuilles et 15 g pour les racines.
Par exemple :
• en infusion avec ses feuilles (4 à 10 g de feuilles séchées dans 150 ml d’eau bouillante, trois
fois par jour).
• en décoction de racines séchées (1 à 4 g pour 150 ml d’eau bouillante, trois fois par jour).

La recherche sur le pissenlit

Les recherches se poursuivent sur le pissenlit et portent essentiellement sur les propriétés de
cette plante : la Commission E, une communauté scientifique allemande, et l’European
Scientific Cooperative on Phytotherapy (ESCOP) ont notamment reconnu ses vertus.
Actuellement, des expériences sont faites pour démontrer les bienfaits anticancer antidiabète
ou encore antioxydant de ses composantes.

Le pissenlit figure dans la Liste A des plantes médicinales utilisées traditionnellement de la


Pharmacopée française.

Mise en garde

Anticoagulant
Du fait de la quantité élevée de vitamine K dans le pissenlit, vitamine également fabriquée par
l’organisme, les personnes qui prennent des médicaments anticoagulants, doivent modérer
leur alimentation en produit contenant de la vitamine K. Il est fortement conseillé de consulter
un médecin pour connaître les sources alimentaires de vitamines K. Il est recommandé de ne
consommer de l’épinard 1 fois par jour (250 g cru et 60 g environ cuit).

Calculs rénaux
Il est recommandé aux personnes fragiles des reins et sujette à des risques de lithiases
urinaires (calculs) de consulter un professionnel de la santé avant de prendre du pissenlit.
Enfin, en cas d’insuffisance rénale ou de problèmes cardiaques, le pissenlit ne doit être pris
qu’après avis du médecin.

Contre-indications
En cas de grossesse, d’allaitement, de maladie cardiaque ou rénale, ce genre de cure n’est pas
à envisager. Par ailleurs, toutes les personnes allergiques aux plantes de la famille des
astéracées (comme la marguerite) doivent consulter un médecin au préalable. Aucune autre
toxicité particulière n’est attribuée au pissenlit.

Il existe une Confrérie du Pissenlit créée en 2000

La Confrérie des Pissenlits, née du souhait de Daniel Gibaru, a été fondée en 2000. Cette
Confrérie honore avec passion et ferveur le « Pissenlit » dans tous ses états.
Le but de la confrérie est de réhabiliter le sens du mot « Pissenlit », de faire renaître cette
plante connue de tous et pourtant si mal perçue, voire parfois méconnue, aux bienfaits divers
et variés.
Pour cela, la Confrérie organise et participe à des manifestations (Fête du Pissenlit à Ohis,
….), part à la rencontre des petits comme des grands pour promouvoir les vertus du
« Pissenlit ».
La Confrérie élabore aussi ses propres produits à base de pissenlits, revisite les anciennes
recettes pour le plaisir de tous…
Au fil de ce site, vous découvrirez et/ou apprendrez que « dans le pissenlit, rien ne nuit ».

Le pissenlit en cuisine

Le pissenlit se ramasse avant la floraison et on le retrouve dans de délicieuses salades, en


omelettes, dans des quiches, en soupe, en gelée et également pour produire du "vin de
pissenlit" que l’on réalisera avec les fleurs.
Pour la cueillette on privilégia des lieux loin de zones industrielles et des routes fréquentées.

Quelques recettes
Gelée de pissenlit ou Cramaillotte
Ingrédients
• 120 g de pétales de
pissenlit
• 1 l d’eau
• 15 cl de sirop d’agave
• 2 g d’agar agar
• 1 citron tranché.
Préparation

Séparez les pétales des


fleurs en faisant en

sorte de ne pas intégrer
la partie verte.

Versez l’eau dans une



casserole.
Ajoutez les pétales de
• pissenlit, l’agar agar et
le citron tranché.
Laissez macérer

environ 30 minutes.
Bien mélanger et
• portez ensuite à
ébullition.
Laissez bouillir 10 mn
• à feu doux en
mélangeant souvent.
Pressez ensuite au
• travers d’un tamis (j’ai
utilisé un torchon).
Remettez le jus obtenu

dans une casserole.
Ajoutez le sirop

d’agave.
• Portez de nouveau à ébullition 10 mn à feu doux.
• Versez ensuite dans des pots ébouillantés.
• Vissez le couvercle retournez et laissez refroidir.
Salade de pissenlit
Ingrédients (pour 4 personnes)
• un plein saladier de
pissenlit
• un paquet de lardons
• des croûtons
• 2 œufs
• moutarde
• vinaigre
• huile d’olive

• sel, poivre

Préparation
• Préparez la salade.
Nettoyez les pissenlits
• et enlevez les
mauvaises feuilles.
Faites-les ensuite
tremper dans de l’eau

additionnée de
bicarbonate.
Changez l’eau
• plusieurs fois jusqu’à
ce qu’elle soit claire.
• Essorez.
Faites cuire les œufs
entre 6 et 9 minutes
selon votre préférence
• (à 6 minutes le jaune
d’œuf est encore
coulant, à 9 minutes ce
sera un œuf dur).
• Faites griller les lardons dans une poêle sans matière grasse.
• Égouttez les lardons sur un papier absorbant, en gardant un peu de graisse dans la poêle.
Coupez le pain en petit cube, et le faites revenir quelques minutes dans la graisse des

lardons.
Préparez la vinaigrette avec 1 cuillère à café de moutarde + 2 c à s de vinaigre +3 c à s

d’huile d’olive. Salez et poivrez.
• Dans le saladier, mélangez la salade, les lardons, les croûtons, les œufs coupés, la
vinaigrette.

Jackie Thouny
Courriel : jackie@jackiecuisine.com
Site web : www.jackiecuisine.com

Pour de nouvelles recettes avec les pissenlits :

99 Recettes de Pissenlits éd. du Tullinois

Pour celles et ceux qui souhaitent découvrir de nouvelles recettes pour accomoder les
pissenlits, Claude Rey vous en propose 99 !
Présentation de recettes réalisées à base de pissenlits (taraxacum) pour un repas complet, de
l’apéritif, entrées, plats principaux, desserts, café, sorbet et digestifs. Vous allez épater votre
famille, vos amis et vous-même.
Le pissenlit grâce à sa richesse en principes amers est l’un des désintoxifiants végétaux les
plus efficaces, principalement sur le foie et la vésicule biliaire pour éliminer les déchets…

Principales sources :

• Au Jardin : www.aujardin.info
• Auto Bien Être : www.autobienetre.com
• Chez l’Apothicaire : chezlapothicaire.wordpress.com
• Confrérie du pissenlit : www.confreriedupissenlit.fr
• Cuisine et cigares : www.cuisinetcigares.com
• Doctissimo : www.doctissimo.fr
• e-Santé : www.e-sante.fr
• Fiches Jardinage : fiches.jardinage.free.fr
• Futura Sciences : www.futura-sciences.com
• Passeport Santé : www.passeportsante.net
• Santé Médecine : sante-medecine.commentcamarche.net
• Univers Nature : www.univers-nature.com
• Wikipedia : www.fr.wikipedia.org

copié/collé de www.energie-sante.net

Vous aimerez peut-être aussi