Vous êtes sur la page 1sur 5

Les bases de calculs des ressorts

Calcul des contraintes dans le corps de ressort :


Les hypothèses de calcul :
 Les sections droites du fil sont et restent circulaires,
 Les spires sont faiblement inclinées (i < 7°),
 Les appuis du ressort sont perpendiculaires à l'axe et sans frottement,
 Les efforts extérieurs sont appliqués dans l'axe du ressort,
La répartition des efforts internes :
N  :  effort normal, orthogonal à la section S.

T  :  effort tranchant, dans le plan de la section S.

M f  : moment de flexion autour d'un axe contenu dans le


plan de la section S.
M t  : moment de torsion autour de l'axe orthogonal à la

section S.
Choix des repères utilisées pour le calcul
e r ,⃗
On effectue le calcul en coordonnées cylindriques en utilisant le repère (⃗ e θ,⃗
e z ) en tout point
du ressort et le repère(i⃗ , ⃗j ,k⃗ ) lié à la section droite.
L'angle d'enroulement  est donné par la relation :

m
tan ( α )=
πD

Le repère lié à la section S perpendiculaire à l’axe du fil du ressort est défini par la relation
matricielle :

e
{⃗k⃗j }={cos(¿ α ) ¿−sin(α
¿
) cos (¿ α ) ⃗
} {e}

θ

En reprenant les notations du premier paragraphe, on a donc :

N =N ⃗j
⃗ M t =M t ⃗j
⃗ R =N ⃗j+ T ⃗k

T =¿T k⃗
⃗ M f =M f ⃗k
⃗ M =M t ⃗j + M f ⃗k

Dans ce cas le ressort est soumis à la force axiale F uniquement. Lors d'une compression,
F > 0 :
Donc, le torseur des efforts intérieurs au centre de la section est égal au torseur des efforts
appliqués sur la partie gauche :
D’où
R =−F ⃗
⃗ ez
−FD
M=
⃗ eθ

2
par la projection sur le repère (i⃗ , ⃗j ,k⃗ ), on trouve :
−FD FD
R =F sin(α ) ⃗j−F cos (¿ α ) ⃗k ¿
⃗ et M=
⃗ cos (¿ α ) ⃗j− sin(α ) k⃗ ¿
2 2
On en déduit les efforts intérieurs :
−FD
N =F sin(α ) ⃗j
⃗ Mt=
et ⃗ cos (¿ α ) ⃗j ¿
2
−FD
T =F cos (¿ α ) ⃗k ¿
⃗ Mf =
et ⃗ sin(α ) ⃗k
2
Considérons maintenant le point M de coordonnées (x1, x2, x3) dans le repère local (i⃗ , ⃗j ,k⃗ ),
Avec l'hypothèse de St Venant, la contrainte de flexion (ou de compression) σ 11 et la
contrainte de torsion (ou de cisaillement) τ sont définies par :
L’hypothèse de St Venant « L’état des sollicitations dans une région suffisamment éloignée
des points d’application des charges extérieures appliquées à la poutre ne dépend que du
torseur associé à ces charges. »
−F x 3 N
σ 11 = −
J S
τ =¿,σ 13 )
Donc la répartition des contraintes associée est :
−FD x 3 F sin( α )
σ 11 = sin( α )−
2J S
4 x 22
4 F cos ( α ) (1− )
−FD x 3 d2
σ 12= cos (α )−
2I 3S
−FD x 3
σ 13 = cos(α )
2I
Où σ 11 est orthogonale à la section s etσ 12 etσ 13 sont dans le plan de la section droite
π d4 π d4
On obtient avec, I= : le moment polaire et J=  : le moment quadratique
32 64
16 FD sin ( α ) d −d
σ 11 max= (1+ ) qui correspond à x3=
πd 3
4D 2
8 FD sin ( α ) 2d −d
τ max= ( 1+ ) qui correspond à x2=0, et x3=
πd 3
3 D 2

Vous aimerez peut-être aussi