Vous êtes sur la page 1sur 104

TABLES DES MATIERS

LISTES DES TABLEAUX, FIGURES, SCHEMAS ET ANNEXES.......................................................................3


Liste des Sigles et Abréviations...............................................................................................................4
Partie I : Analyse du risque de crédit....................................................................................................10
CHAPITRE 1 : LES CREDITS ACCORDES PAR LES BANQUES................................................................10
Section 1 : Définition du crédit....................................................................................................10
Section 2: Les différents types de crédits bancaires.....................................................................13
Chapitre 2 : LE CADRE CONCEPTUEL DES RISQUES DE CREDITS.......................................................16
Section 1 : Eléments de définitions...............................................................................................16
Section 2: Typologie des risques...................................................................................................17
Section 3: Revue de littérature.....................................................................................................22
Partie II : La réglementation Bancaire..................................................................................................25
Chapitre 1 : Nécessité de la réglementation.....................................................................................25
Section 1 : La réglementation justifiée.........................................................................................25
Section2 : Histoire de la réglementation bancaire........................................................................28
L’essentiel de Bâle I..............................................................................................................................29
Bâle II ...................................................................................................................................................32
Les Trois piliers de BALE II :......................................................................................................32
Section 3: Crise financière et réaction des régulateurs................................................................37
Bâle III :.........................................................................................................................................37
Nécessité de Bâle III :............................................................................................................................46
Chapitre 2 : STRATEGIES DE LA GESTION DES RISQUES FINANCIERS EN MAURITANIE.....................47
Section 1 : Comportement des banques.....................................................................................47
I - 2. Les opérations de trésorerie et interbancaire :......................................................................50
Section 2 : Gestion des risques bancaires ....................................................................................51
Section 2 : Gestion des risques dans l’opération d’octroi de crédits..........................................54
Partie III : Analyse empirique de la performance des banques Mauritaniennes : cas de la BMCI........70
I. L’EVOLUTION DU SYSTEME BANCAIRE MAURITANIEN.........................................................70
II. PRESENTATION DE LA BMCI.....................................................................................................75
2.1. HISTORIQUE DE LA BMCI.......................................................................................................75
2.2. LES PRODUITS ET SERVICES ENTRE AUTRES :.......................................................................77
2.3. ORGANIGRAMME GENERAL DE LA BMCI..............................................................................78
1
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
III. La place du crédit dans l’activité de la BMCI.........................................................................81
3.1 Le crédit à la clientèle.............................................................................................................81
3.2 : Importance du crédit dans l’activité de la BMCI...................................................................83
3.3 : La position nette de la clientèle de la BMCI..........................................................................84
IV. L’effet des crédits sur la rentabilité de la BMCI....................................................................85
4.1 : Evolution des commissions de gestion de crédit..................................................................85
4.2 : Variation du rendement moyen par an des crédits.............................................................85
V. Respect des normes prudentielles en matière de gestion du risque de crédit.........................86
5.1 : Le ratio de couverture des risques (RCR)........................................................................87
5.2 Règles des Fonds Propres Minimum.......................................................................................87
5.3  Ratio de liquidité ou « coefficient de liquidité »....................................................................88
VI. Rentabilité de la BMCI..........................................................................................................88
6.1 Le produit net bancaire (PNB) de la BMCI........................................................................89
6.2 : Le renforcement des fonds propres de la BMCI...................................................................90
VII Les ratios d’exploitation............................................................................................................90
7.1-Ratio de rentabilité des fonds propres « ROE »......................................................................91
7.2. Ratio de rentabilité des actifs «ROA »...................................................................................91
VIII Evolution du Ratio de Couverture des Risques (RCR) et son impact sur la rentabilité des
établissements bancaires, cas des banques de dépôts en Mauritanie.............................................93
8.1 Les ratios d'exploitation..........................................................................................................94
8.1.1 : Le ratio de rentabilité économique (ROA).........................................................................94
8.1.2 : Le ratio de rentabilité financière (ROE)..............................................................................95
8.1.3 : Le Ratio de Couverture des Risques (RCR) ou ratio Cooke.................................................96
Suggestions et Recommandations :......................................................................................................98
Conclusion Générale :.........................................................................................................................101
Bibliographie :....................................................................................................................................103
Les ouvrages :.................................................................................................................................103
Les rapports :..................................................................................................................................103
Les sites :........................................................................................................................................103
Les mémoires :...............................................................................................................................103

2
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
LISTES DES TABLEAUX, FIGURES, SCHEMAS ET ANNEXES
TABLEAUX

Tableau 1 : Bilan schématique d’une banque.......................................................................................45


Tableau 2: Compte d’exploitation schématique d’une banque............................................................45
Tableau 3 : les opérations de trésorerie.................................................................................................48
Tableau 4: Situation du marché interbancaire en 2010........................................................................50
Tableau 5 : Présentation du secteur bancaire mauritanien..................................................................72
Tableau 6 : Présentation du secteur bancaire mauritanien..................................................................73
Tableau 7 : pourcentage du crédit dans l'activité totale......................................................................81
Tableau 8 : position nette de la clientèle..............................................................................................82
Tableau 9 : évolution des commissions sur gestion des crédits (en millions d’Ouguiyas)....................83
Tableau 10 : Rendement annuel moyen des crédits (produit de crédit en million d’Ouguiyas)...........83
Tableau 11: Ratios prudentiels.............................................................................................................86
Tableau 12 : évolution du PNB.............................................................................................................87
Tableau 13 : évolution des fonds propres.............................................................................................88
Tableau 14 : les ratios d'exploitation....................................................................................................89
Tableau 15 ; ROA (en %).......................................................................................................................92
FIGURESY

Figure 1: Formule de ratio de Cooke et coefficient de pondération des emprunteurs...........................27


Figure 2 : Les trois piliers de Bâle II......................................................................................................30
Figre 3 !................................................................................................................................................80
Figure 4 : Répartition sectorielles des crédits accordés par la BMCI....................................................81
Figure 5 : Evolution des dépôts et crédit de la BMCI............................................................................82
SCHEMA

Schéma 1 : Les différentes garanties....................................................................................................60


Schéma 2..............................................................................................................................................65
Schéma 3 : Organigramme de la BMCI.................................................................................................76

3
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
Liste des Sigles et Abréviations

ASF : available standing found

BAAM : banque arabo-africaine Mauritanienne

BACIM BANK : banque pour le commerce et l’investissement de Mauritanie

BCM : banque centrale de Mauritanie

BIAO : banque internationale pour l’Afrique occidentale

BIMA : banque internationale pour la Mauritanie

BIM : banque islamique de Mauritanie

BIRD : banque internationale pour la reconstitution et le dépôt

BMCI : banque mauritanienne pour le commerce internationale

BMDC : banque Mauritanienne pour le développement et le commerce

BNM : banque nationale de Mauritanie

CAPEC : caisse populaire d’épargne et de crédit

CRD4 : capital requirements directive 4

EAD : exposition au moment du défaut

IRC: risqué incremental

IRB: international rating based

LCR : ratio de liquidité à court terme ou liquidity coverage ratio

LGD: taux de perte en cas de défaut de la contrepartie

NSFR: net stable founding ratio

PD: probabilité de défaut de la contrepartie

PME: petite et moyenne entreprises


4
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
PVD : pays en voie de développement 

RWA : risque weighted assets

SGM : société général de Mauritanie

SMB : sociétés Mauritaniennes de banques

TBB : taux de base bancaire

UBD : union bancaire de Mauritanie

UMOA : union monétaire ouest africaine

QNB : Qatar national bank

5
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
1.1 : Problématique.

Dans l’environnement financier, aucune entreprise ne peut se prévaloir être à l’abri des
partie intégrante de l’activité de la banque, actrice principale dans le rôle d’assistance
financière.

L’octroi de crédit étant l’activité principale de la plupart des banques, celles-ci doivent
effectuer des analyses de la solvabilité des emprunteurs, qui, d’une part, ne s’avèrent pas
toujours exactes, et d’autre part, peut se détériorer avec le temps du fait de divers facteurs.

« Machine à risque » qu’elle représente, la banque semble toujours survivre malgré les
vicissitudes qu’elle rencontre et qui sont, généralement liées au non remboursement des
emprunts de leur client comme nous avons évoqué précédemment. Face à cette situation
d’incertitude, et de la quête du profit, les banques sont aussi confrontées à une gamme de
nouvelles techniques qu’elle doivent en même temps choisir, adapter et mettre en exergue
enfin de mieux cerner les clients qui ne sont pas solvables.

Mais depuis ces dernières décennies, et après la dernière crise financière, on assiste
fortement à des défaillances et même des faillites de nombreuses banques. De ce fait, même
si la banque demeure toujours exposée au risque de crédit, qu’est ce qui peut bien justifier que
beaucoup d’entre elles continuent à bien exercer leur rôle de prêteuses ? En d’autres termes, le
respect quasi méticuleux des normes de gestion du risque de crédit conditionne t-il la
performance d’un établissement de crédit? Avec une gamme de méthodes du « Risk
management » proposée par les organismes nationaux et internationaux, une réglementation
prudentielle, des autorités de contrôle agrémentées, les établissements de crédit ne devraient-
ils pas maitriser de mieux en mieux le risque de crédit  par conséquent être plus rentable?

C’est pour répondre à cet ensemble d’interrogations qu’il est souhaitable de se poser d’autres
questions subsidiaires à savoir :

 Qu’est ce qu’un risque de crédit ? Est-il identifiable ?

 Comment peut-on le mesurer et le cas contraire le maitriser ?


6
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
 Quelles sont les actions entrepris par le comité de régulation pour se prémunir contre
ses risques ?

 Ainsi, existe-il un lien entre le risque de crédit et la rentabilité bancaire ?

 Les banques ont-elles le droit de prendre des risques sans faire des études préalables
leur permettant de mieux les maîtriser ?

C’est d’ailleurs pourquoi nous nous fixons tout naturellement des objectifs de recherche.

1.2 : Objectif de recherche.

Notre recherche dans sa réalisation vise à atteindre un objectif général via les objectifs
spécifiques.

1.2.1 : Objectif général.

L’objectif général de cette recherche est la mise en évidence de l’impact que revêt la
gestion du risque de crédit sur la rentabilité de la banque.

1.2.2 : Objectifs spécifiques.

Au delà de l’objectif général poursuivi par cette recherche, nous avons dégagé des
objectifs spécifiques qui fondent tout l’intérêt de notre étude à savoir :

 Comprendre la gestion du risque de crédit.

 Mettre en exergue les diverses techniques de gestion du risque de crédit.

 Evoquer les normes de supervisions internationales des banques élaborées par le


comité de Bâle.

 Maitriser le portefeuille de crédit, fonction de la performance d’une banque.

 Evoquer les perspectives pour les nouvelles méthodes de gestion du risque de crédit.

7
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
1.3 : Hypothèses de recherche.

Si l’on admet que le risque demeure le souci majeur des établissements financiers, le
crédit quant à lui, constitue toujours la source principale du profit des banques.

Partant de ce fait, le respect méticuleux des normes en matière de gestion du risque de


crédit devient impératif pour toutes les banques qui aspirent à une performance et à une
pérennisation de leurs activités.

En effet, lorsqu’une banque respecte les normes prudentielles de gestion de risques de crédit
et adapte l’ensemble des outils de gestion et modèles d’évaluation dont il dispose au risque de
crédit auquel elle est confrontée, cette dernière peut prétendre à une rentabilité de son activité
ainsi à la continuité de son exploitation.

Cela explique donc que la maitrise du portefeuille de crédit peut être le point de départ de
la rentabilité bancaire.

1.4 : Pertinence du sujet.

Mener une réflexion sur la gestion du risque crédit et son impact sur la rentabilité bancaire
revient à montrer la complexité du rôle que jouent cet établissement de crédit dans la
satisfaction du public.

D’abord, les entreprises constituent à coté des particuliers, les principaux clients des banques.
Ce travail permettra à ces derniers de saisir l’impact positif que génère le remboursement de
leur crédit. En effet, ce remboursement permettra aux banques d’être plus performantes, par
conséquent ces clients pourront bénéficier de plus en plus de prêts. Or si le risque de crédit
peut entrainer la défaillance et la faillite des banques, cela n’épargnera pas aussi aux
entreprises à déposer leur bilan.

De même, il est d’autant plus important pour les banques, de mettre à jours leurs méthodes de
gestion du risque de crédit, face à la concurrence qui prévaut dans leur secteur, à la naissance
de nouveaux facteurs qui influent le risque de crédit comme le risque de marché. Cette
recherche est la bienvenue pour le client des banques, l’ensemble des acteurs du domaine
financier mais aussi pour les agents d’autres secteurs d’activité. Dans le même ordre d’idée, si
une gestion efficace du risque de crédit est au centre de la rentabilité des banques, à contrario
les faillites constituent les résultantes négatives de sa mauvaise gestion. Ainsi, cette recherche
constituera d’une part, un outil de précaution pour les nouvelles banques dans leur gestion du
8
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
risque de crédit, et d’autre part, pour les établissements de crédit qui ont frôlé les dépôts de
bilan, cette étude pourra servir d’instrument d’appui pour un essor considérable, sinon une
pérennisation de leurs activités principales de prêteuses de fonds.

En outre, cette recherche est d’un apport capital pour moi dans la mesure où elle contribue
d’abord à ma formation en Banque-finance mais aussi et surtout que ce domaine de la banque,
relative au crédit a toujours été captivant pour moi. En effet, il constitue le secteur dans lequel
je souhaite exercer. Ainsi, ce travail me permettra d’éclairer ma lanterne sur les mécanismes
de gestion du risque en général et de crédit en particulier, d’élargir et d’approfondir mes
connaissances acquises en cours sans oublier l’aspect pratique du sujet dont l’avantage
principal réside dans le fait de se trouver dans la « peau » d’un banquier et par conséquent une
sorte d’expérience professionnelle qui sera acquise.

9
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
Partie I : Analyse du risque de crédit

Le risque est inhérent à toute activité humaine, notamment lorsqu'on fait des affaires. Dans les
métiers de la banque, le risque est un élément que l'on vit au quotidien. En effet l'activité
principale de la banque étant de distribuer du crédit, le risque de non remboursement est
omniprésent.

Le crédit est une opération récurrente surtout dans notre environnement ou la liquidité est
presque chose inexistante chez les clients (entreprise, particulier). En effet, ceux-ci ont
toujours des besoins à satisfaire comme le financement de leur exploitation ; de leur
consommation le paiement des salaires et impôts ; etc.

Par conséquent la relation banque client s'exprime mieux dans les facilités c'est pourquoi la
banque doit fixer des limites pour contrecarrer les excès et le défaut pouvant survenir durant
la relation. En général, le principal défaut supporté par la banque est le risque de crédit qu'il
doit circonscrire par une bonne définition et une bonne analyse à fin d'en avoir une mesure
assez correcte lorsqu'elle prête à tel ou tel client (particulier ou entreprise).

Cette première partie cherche par conséquent à démontrer que le risque de crédit est fonction
du crédit accordé et l'analyse de ce risque à un rôle primordial dans la gestion du risque de
crédit.

CHAPITRE 1 : LES CREDITS ACCORDES PAR LES BANQUES

Section 1 : Définition du crédit


Opération par laquelle un établissement de crédit met ou promet de mettre à la disposition
d'un client une somme d'argent, moyennant intérêts et frais, pour une durée déterminée ou
indéterminée. (Lorsque le crédit est dit gratuit, les frais et les intérêts sont nuls).

Le cédant devient alors un créancier et le cessionnaire un débiteur. Crédit et dette sont donc
des termes qui décrivent une même opération considérée de deux points de vue opposés.

10
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
Il est possible de distinguer les crédits en fonction de leur durée, de leur objet, de la garantie
exigée en fonction du prêt accordé, de l'identité du créancier ou du débiteur : il existe des
crédits au jour le jour, à court terme (de trois mois à deux ans), à moyen terme (de deux ans à
sept ans) et à long terme ; les crédits à la consommation sont accordés aux particuliers pour
leur consommation personnelle, les crédits d'investissement, représentés par des obligations
émises par les entreprises, sont utilisés par les entreprises pour financer l'acquisition
d'installations et d'équipements ; un crédit hypothécaire (voir Hypothèque) est composé de
prêts garantis par des terrains ou des bâtiments ; les crédits bancaires sont accordés par les
banques et prennent la forme de prêts, d'opérations d'escompte ou de découvert de compte ; le
crédit international est accordé à certains États par d'autres États, par les ressortissants de pays
étrangers ou les institutions financières internationales telles que la Banque internationale
pour la reconstruction et le développement. (BIRD) ; la dette publique est composée de crédits
accordés à l'État, représentés par les obligations émises par les autorités publiques.

Pour PETIT-Dutaillis, «  faire crédit, c'est faire confiance, mais c'est aussi donner librement la
disposition affective et immédiate d'un bien réel ou d'un pouvoir d'achat, contre la promesse
que le même bien ou un bien équivalent vous sera restitué dans un certain délai, le plus
souvent avec rémunération du service rendu et du danger couru, danger de perte partielle ou
totale que comporte la nature même de ce service1».

PRUCHAUD J., quant à lui, dit que « le crédit bancaire est en général l'opération par laquelle
la banque met une somme déterminée à la disposition d'un tiers appelé emprunteur moyennant
l'engagement pris par ce dernier de payer au banquier les intérêts convenus et de lui restituer à
l'époque fixée pour le remboursement, une somme équivalente à celle qui lui a été fournie»2.

Pour Bernard V. et colli J.C, « le crédit est un acte de confiance comportant l'échange de deux
prestations dissociées dans le temps, biens ou moyens de paiement contre promesse ou
perspective de paiement ou de remboursement »3.

Des trois définitions ci-haut reprises, nous déduisons principalement trois notions inséparables
dans l'octroi des crédits.

1
PETIT-DUTAILLIS, Le risque de crédit bancaire, Edition scientifique Riber, Paris, 1967, p.18.
2
PRUCHAUD J., Evolution des techniques bancaires, Editions scientifiques Riber, Paris, 1960, p.50
3
BERNARD V. et Colli J.C., Les crédits bancaires aux entreprises, Revue bancaire, P.43.
11
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
Il s'agit entre autre de la confiance qui doit exister entre les parties contractantes, et à cela
s'ajoute le facteur temps qui est extrêmement important dans ce genre d'opération. Enfin, le
crédit ne peut pas se séparer du risque.

La confiance

« Le terme crédit vient du latin credere c'est- à- dire faire confiance ».4 Cette notion est
nécessaire pour qu'une opération de crédit soit possible. Du côté de la banque, cette confiance
à l'égard de son client se manifeste par les avances de fonds, l'exécution des ordres donnés et
l'indication des renseignements favorables.

Le client de son côté, doit être convaincu que la banque ne lui retirera pas son appui au
moment où il en a besoin et qu'elle fera un usage strictement confidentiel des renseignements
sur son bilan et la marche de son entreprise.

La confiance est la base principale du crédit. Le banquier croit au remboursement ultérieur de


ses avances ou de l'accomplissement de ses obligations par son client, dans le cas de crédit par
signature qui, potentiellement, peut déboucher sur un crédit de décaissement.

L'élément temps

Il est un autre élément que celui d'ordre psychologique (confiance, qui doit être pris en
considération).

C'est le temps, ou le délai fixé pour le remboursement par le client des avances lui consenties
ou des obligations qu'il doit prester dans le cadre d'un crédit de signature du banquier. Ce
second facteur influe directement sur celui qui précède. Plus le délai demandé est long, plus le
prêteur pourra craindre que l'opération ne se liquide pas normalement, et plus il se méfiera.

L'élément risque

Le risque, quant à lui est aussi un élément déterminant toute opération de crédit. Il est de deux
degrés : d'un côté, il y a le risque d'immobilisation qui consiste dans le retard pour le client à
rembourser son crédit. De l'autre côté, il y a le risque d'insolvabilité qui consiste en la perte
définitive d'une créance. En gestion de la défaillance, ce risque aussi connu comme le risque
de la défaillance, est lié à l'incapacité du client de respecter les termes du contrat de prêt.

4
Union des banques Suisses (UBS), Compréhension, confiance, collaboration, ZURICH, 1977, P.6.
12
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
« C'est dans l'intérêt de diminuer les risques que les banques ont un certain penchant au crédit
à court terme ou aux crédits alloués aux activités rentables en elle-même »5

Section 2: Les différents types de crédits bancaires


JOHN STUART16 classe les différents types de crédits en fonction de certains critères
notamment la durée, le degré de libéralité des banques, l'objet, la forme et d'après l'origine des
crédits.

2.1. Les types des crédits selon la durée

Selon ce critère, on distingue :

- les crédits à court terme ;

- les crédits à moyen terme ;

- les crédits à long terme.

a) Les crédits à court terme

Les crédits à court terme sont des crédits dont la durée est inférieure à deux ans.
Généralement consentis par les banques de dépôts, peuvent rentrer dans cette catégorie : les
bons de trésor, les engagements par signature (aval, caution, acceptation), les crédits par
caisse (escompte, avance en compte courant, facilités de caisse ou découverts), les crédits de
campagne.

L'entreprise sollicite ce genre de crédit pour réaliser une opération d'exploitation qui, une fois
terminée, servira à rembourser à son banquier.

b) Les crédits à moyen terme

Le moyen terme s'étend approximativement entre 2 et 7 ans au maximum. Les crédits à


moyen terme oscillent entre les crédits à court terme et les crédits à long terme. Certains les
appellent des « crédits à long terme courts » tandis que d'autres les appellent des « crédits
intermédiaires ». Ils servent au financement des activités rentables à moyen terme (ex :
construction).

5
RUDARAGI A., Essaie d'analyse de la politique de crédit et de la problématique de recouvrement  :cas de
BNDE ,UB, Bujumbura,1996, P.7.
6
JOHN STUART, Le crédit dans l'économie, PUF, Paris, 1967, PP.51-52
13
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
c) Les crédits à long terme

Les crédits à long terme peuvent, en matière commerciale commencé à 5 ans. Mais du point
de vue des finances de l'Etat, cette durée ne constitue véritablement pas du long terme, il faut
qu'elle soit encore plus longue. C'est ainsi que l'on le définit à partir de 7 ans. Les entreprises
préfèrent ce genre de crédit lorsqu'elles investissent dans des projets qui donneront des
résultats qu'à long terme (ex : usine).

2.2. Les types des crédits selon le degré de libéralité des banques

Selon le degré de libéralité des banques, on distingue les crédits mobilisables des crédits non
mobilisables. En Mauritanie, on parle des crédits mobilisables lorsque la banque centrale
autorise à une banque de débloquer un crédit et lui donne en même temps son accord sur le
refinancement d'une partie du crédit.

L'autre partie que la banque centrale n'accepte pas de refinancer est appelée crédit non
mobilisable.

2.3. Les type de crédits selon leur objet

Tout banquier a besoin de savoir ce qu'en est de l'utilisation du crédit sollicité par son client.
C'est pourquoi il exige à l'emprunteur d'indiquer ses projets afin que le banquier puisse savoir
s'il vaut la peine de les financer.

On distingue, généralement, selon l'objet du crédit :

- les crédits d'exploitation ;

- les crédits d'investissement

a) Les crédits d'exploitation

Ces crédits sont destinés à :

- faciliter les approvisionnements (c'est-à-dire les biens et les services nécessaires à la


fabrication) ;

- permettre la transformation des matières et fournitures en produits finis (c'est-à-dire


permettre l'acquisition de ces matières et fournitures et le paiement du personnel de l'usine) ;

14
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
- faciliter la commercialisation des biens produits ou achetés en finançant les frais de
livraison, d'après vente, de publicité, etc.

Nous constatons que ces crédits ont une durée courte car le cycle d'exploitation d'une
entreprise est généralement inférieur à une année.

b) Les crédits d'investissement

Ils sont destinés à l'acquisition soit des investissements corporels (machines, matériels et
outillages, etc.) soit des investissements incorporels (financement de frais d'établissement, le
financement des dépenses de recherche et de développement, l'achat ou la mise en place du
fonds de commerce, etc.)

2.4. Les types de crédits selon leur forme

Cette typologie est définie suivant le degré de liberté dans l'utilisation de ces crédits.

Ainsi on distingue :

- Les crédits liés au projet dont les bénéficiaires n'ont pas le plein droit d'en utiliser à leur gré.
Le prêteur les leur donne après qu'ils aient présenté le projet à financer et les bailleurs de
fonds analysent la viabilité et la fiabilité du projet pour accorder le financement. Son niveau
dépend principalement du volume d'investissement ainsi que du schéma de financement
intérieur et celui attendu de l'extérieur. Ces genres de crédits sont les plus octroyés aux PVD.
Ils bénéficient de ces crédits à des fins précises et clarifiés par les bailleurs de fonds.

- Les crédits non liés dont l'utilisation par le bénéficiaire est libre. Il ne doit pas présenter des
projets aux bailleurs c'est le genre le plus rare dans les pays pauvres.

2.5. Les type de crédits d'après leur origine

Nous distinguons deux grandes sources de crédits :

Le marché intérieur constitué par la Banque centrale ou alors les particuliers, les entreprises et
les organismes financiers implantés dans ce pays. Concrètement, la dette intérieure naît des
engagements pris par l'Etat à l'égard de la banque centrale.

Elle provient également de l'épargne nationale tant oisive que celle qui est prête à être
investie. Elle se présente en définitive comme une simple transaction financière contre l'Etat
et les agents économiques en action à l'intérieur du même pays.
15
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
Les crédits proviennent encore de l'extérieur : le crédit extérieur trouve son existence dans les
fonds étrangers à l'économie nationale.

L'Etat s'adresse dans ce cas soit à d'autres pays tiers, soit aux organismes régionaux et
internationaux, soit à des sociétés ou institutions bancaires privées. Il s'agit donc ici d'une
transaction entre deux collectivités économique différentes, d'un transfert de ressources d'une
économie à une autre.

Chapitre 2 : LE CADRE CONCEPTUEL DES RISQUES DE CREDITS

Comme toute entreprise, la banque a un objectif de réaliser un profit qui est la condition de sa
pérennité. La rentabilité d’une banque est étroitement liée à la maîtrise du risque qui sont
infèrent à son secteur d’activité et à prise de décision. Suite à l'accroissement de la
concurrence dans le secteur d’activité bancaire des tous les pays et des défis de la
mondialisation, les risques auxquels s’attendent les institutions financières ne cessent
d’accroître et de remettre en question la performance de ces dernières. A titre d’exemple, les
années 80, les banques ont subi des pertes considérables du fait de leur surexposition aux
risques, ce qui a conduit à des faillites retentissantes comme celle de la Continental Bank à
Chicago. Le même scénario s’est répété avec le Mexique en 1994 et les pays d’Asie du Sud-
Est en 1997 et 1998. L’excès de concentration par secteur peut aussi s’avérer catastrophique
ainsi qu’en témoigne l’exemple du Crédit Lyonnais, en France, qui avait une exposition
excessive dans le secteur immobilier quand celui-ci s’est effondré en 1992. Il convient
d’analyser en détails, le risque de crédit qui reste de loin le plus important de l’activité
bancaire. Sans occulter toutefois les autres risques qui eux aussi menacent la belle
performance des banques.

Ce sont tous les risques qui rendent fragile le secteur bancaire et ont un effet sur sa rentabilité
d’où l’existence des règles de Bâle pour gérer au mieux ces risques dont celui du risque de
crédit.

Section 1 : Eléments de définitions


Les effets d’un risque doivent être prise en considération dans toutes les décisions des
différentes phases de vie de l’entreprise parce qu’à chaque fois qu’il se manifeste, la
rentabilité et le service de l’entreprise peut être affectée.
16
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
Définition de Risque7 :

Le risque désigne un danger bien identifié, associé à l’occurrence à un événement ou une


série d’événements descriptibles, dont on ne sait pas s’ils se produiront mais dont on sait
qu’ils sont susceptibles de se produire dans une situation bien exposée. Il est aisé de
comprendre pourquoi la notion de risque, ainsi définie, ne permet pas de décrire les situations
d’incertitudes et de rendre compte de modalités de la prise de décision dans tels contextes.

Selon L’encyclopédie Encarta8, le crédit comme un Prêt accordé par un particulier ou par un
organisme bancaire contre promesse de remboursement dans un délai déterminé et paiement
d'intérêts.

Section 2: Typologie des risques


Il existe plusieurs typologies de risque, le risque de crédit, risque de liquidité, risque de
marché, risque opérationnel etc. mais dans ce mémoire, on va mettre l’accent sur le risque de
crédit.

1. Risque des crédits.

Une entreprise ne possède pas toujours les capitaux suffisants pour atteindre ses objectifs. Ses
résultats commerciaux et financiers ainsi que l'intégrité des dirigeants et les garanties offertes
peuvent lui permettre de demander un crédit à une banque. Le crédit bancaire demandé, peut
être destiné soit au financement du cycle d'exploitation de l'entreprise, soit à la réalisation de
programmes d'investissement.

D'une façon générale, le crédit résulte de la combinaison des cinq éléments suivants :

 La confiance du prêteur dans l'emprunteur ;

 Le temps consenti par le prêteur pour le remboursement du prêt ;

 La promesse de rembourser de l'emprunteur ;

 La rémunération9 du service intérêt que verse l'emprunteur au prêteur ;

7
La lettre vernimen 2010
8
L’encyclopédie Encarta (2010).
9
Le taux de rémunération peut être fixe ou Variable et doit être souligner de la signature du contrat mais
l’emprunteur peut avoir une capacité de négociation du taux même au cours du contrat.
17
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
 Le risque « potentiel » de l'opération que supporte le prêteur10.

Un crédit bancaire peut être classé par son caractère objectif ou sa durée 11. Les différents
types de crédits qui peuvent être demandés par une entreprise et d’ailleurs offerts par la BMCI
seront présentés avec plus de détail dans le cinquième chapitre du mémoire.

Le risque de crédit désigne  alors « Le risque que ce débiteur ou emprunteur fasse défaut ou
que sa situation économique se dégrade au point de dévaluer la créance que l'établissement
bancaire détient sur lui ». Très prosaïquement, il existe donc un risque pour la banque dès
lors qu'elle se met en situation d'attendre une entrée de fonds de la part d'un client ou d'une
contrepartie de marché. La banque doit faire face à tout type de risque de faillite pour les
entreprises ou d'insolvabilité pour les particuliers et professionnels. Elle se doit par
conséquent de les connaître, les identifier le moment venu de la manière la plus rapide
possible, et les anticiper au maximum. Le cas échéant, il convient également de sortir du
crédit avec un minimum de pertes.

2. Les facteurs déterminants du risque de crédit12.

Le risque de défaut d'une entreprise est très difficile à cerner en totalité, compte tenu du
nombre élevé de paramètres desquels il dépend. Ces facteurs peuvent être internes à
l'entreprise (liés à l’entreprise) comme ils peuvent faire partie de son environnement externe
(conditions de marché).

Les facteurs liés à l'entreprise elle-même : Ce sont les paramètres propres à chaque entreprise,
qui donnent des indications sur la probabilité de défaillance pendant la durée de crédit,
plusieurs facteurs entrent en jeu pour déterminer le degré de risque, ces facteurs sont liés à la
gestion, au profil des dirigeants, aux procédés de fabrication, à la qualité des produits, à
l'équilibre financier, etc. pour les facteurs qui sont liés à l'environnement de l'entreprise : Ces
paramètres sont les plus difficiles à cerner et à prévoir, ils sont liés à des facteurs externes à
l'entreprise et qui peuvent influencer négativement la bonne marche de ces activités. En effet,
un secteur dont les barrières à l'entrée (barrières administratives, investissements lourds,
technologie avancée etc.) ne sont pas suffisantes pour empêcher d'éventuels nouveaux
entrants d'apparaître sur le marché est un secteur risqué.
10
On parle ici d’un risque de non remboursement total des fonds mise à la disposition de l’emprunteur.
11
Crédit à Long terme (plus de 7 ans), crédit à moyen terme (2-7 ans), crédit à court terme (10jours -12 mois).
12
Les analystes de crédit dans ses études de faisabilité d’un crédit au sein de la BMCI appliquent la méthode
SWOT pour cerner ces facteurs déterminants.

18
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
3. Catégories du risque des crédits :

Le risque de crédit peut être classé dans des différentes catégories principales comme suit :

a) Les risques résultants de la politique commerciale des banques.

Ce sont tous les risques liés à la concurrence bancaire et à l'importance de la distribution des
crédits par une banque.

1. Les risques liés à la concurrence bancaire13 :

Ce sont des risques courus par la banque en ayant pour objectif de faire face à une
concurrence qui offre de meilleures conditions de crédit, cette concurrence peut devenir
préjudiciable non seulement à la banque qui octroie le crédit mais aussi au client lui-même en
lui causant de graves difficultés de remboursement.

2. Les risques liés à la distribution du crédit :

En recherchant l'accroissement du volume de ses concours avec ses possibilités de trésorerie,


et l'obtention du maximum de profit, la banque peut, avec une mauvaise prévision dans
l'évolution de la distribution des crédits, engendrer un déficit commercial (risque commercial)
ou provoquer la pénalisation de la banque par les autorités monétaires (risque de
pénalisation).

b) Les risques liés aux relations bancaires - entreprises :

La relation entre la banque et ses clients peut dégénérer négativement dans les cas où le
débiteur ne peut faire face à ses obligations dans les délais prévus (risque d'immobilisation
des fonds prêtés) ou lorsqu'il refuse de rembourser.

3. Le risque général :

Causé par la conjoncture politique, économique, sociale ou par des événements naturels
graves, il est difficile à prévoir. Les crises politiques peuvent entraîner des crises économiques
comme les suspensions de paiement, les suspensions de fourniture de matières de produits
etc., les crises économiques peuvent provoquer l'asphyxie des entreprises financièrement

13
L’une des causes de la crise Financière de 2007 déclenché aux états unis d’Amériques puis propagé dans le
reste du monde.
19
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
fragiles par le ralentissement des échanges ; les troubles sociaux peuvent causer la paralysie
de l'activité économique globale ou particulière à certains secteurs où entreprises, des
événements naturels graves peuvent aussi frapper durement l'économie d'une ou plusieurs
régions (tremblements de terre, inondations, sécheresse etc.)

4. Le risque professionnel :

Lié à l'activité de la clientèle, il peut apparaître lors des modifications brusques affectant les
caractéristiques d'un secteur donné, par exemple les découvertes et les révolutions des
techniques ou des procédés de production, la fermeture de marchés extérieurs, ou les
variations importantes dans les prix mondiaux, dans les cours des devises, dans la fourniture
des matières premières, des produits finis etc.

5. Le risque particulier :

Lié à l'activité de chaque entreprise à part, ce risque est fonction de la personnalité des
dirigeants (leur expérience, leur moralité, leur surface, etc.), de la structure financière de
l'affaire (structure d'endettement, suffisance du fonds de roulement, la rentabilité de l'affaire
etc.), de l'activité commerciale (dynamisme des ventes, rotation des sortes, les délais accordés
à la clientèle, etc.), de l'adaptation de l'entreprise aux contraintes économiques : l'évolution
des techniques, investissements, amélioration des procédures etc.

Comme il a été dit dans l’introduction à ce chapitre, la banque est exposée à d’autres risques
qui peuvent jouer sur sa rentabilité. Nous les présentons ci-après :

Le risque de Marché : Le développement de l’activité de marchés a conduit les banques à


détenir des titres pour des montants très élevés. Et, comme pour le risque de crédit, elles sont
exposés <<au risque d’insolvabilité de l’émetteur du titre14>>, d’où la perte total ou partielle
de créance. Il peut s’agir aussi, des pertes potentielles résultantes de la variation du prix des
instruments financiers détenus dans le portefeuille de négociation ou dans le cadre d'une
activité de marché dite aussi de trading ou de négoce. Le développement exponentiel des
volumes traités sur les marchés traditionnels, et surtout sur nouveaux marchés de produits
dérivés, a considérablement amplifié les risques. On inclut également dans le risque de
contrepartie sur les marchés le Risque de livraison15, issue d’un désajustement dans le temps
des transferts matérialisant une opération.

14
De Coussergues Sylvie (1994) << Banque : structures marches gestion>> 1994 édition Dalloz
15
Le règlement et la livraison des titres financiers, d’obligations et de crédits.
20
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
Le risque Opérationnel : Se définit comme les risques de pertes résultant de carences ou de
défaillances attribuables à des procédures, au personnel, aux systèmes d’information ou à des
événements extérieurs. Exemple :

 Perte de données et de programmes en cas de dispositifs de sécurité inadéquats,

 Fraude ; vol

De telles pertes et interruptions peuvent entraîner de graves difficultés pour un établissement.


Désormais, ce risque est pris en considération par le Ratio Mc Donough (Bâle 2).

Risque pays : Le risque-pays, appelé également risque souverain, s’est considérément


développé depuis les années quatre-vingts et il concerne les pays en voie de développement à
dette extérieur élevée. Il recouvre, tout d’abord, les composantes habituelles d’un risque :
catastrophe naturelle, crise économique et particulièrement la crise politique qui caractérise la
Cote d’Ivoire, la Syrie, la Lybie, le Yémen et le Mali. Actuellement, Ces pays ont vue leur
crédit score dégradé par les agences de notation Moody’s et S&P à cause de l’instabilité
politique et du manque de transparence dans ces pays ces derniers temps. Il ne faut pas aussi
négliger le risque pays associé à la Grèce, l’Espagne, L’Ireland et le Portugal à cause de la
dette public16 très élevé et la mauvaise conjoncture économique dans ces pays.

Le risque de liquidité17 : C’est le risque de ne pas disposer des fonds nécessaires pour faire
face à ses engagements à leur échéance. Il faut préciser que, du fait des décalages de maturité
entre les actifs et les passifs bancaires, la banque s’expose elle-même a un risque d’illiquidité
car les dépôts sont exigibles à tout moment, tandis que les crédits sont illiquides et non
fongibles. Le risque de liquidité comporte deux origines :

 Le risque de liquidité Immédiate : C’est la situation où la banque est dans


l’incapacité de faire face à une demande massive et imprévue de retraits de la part de
ses déposants. En cas de crise systémique, une panique se manifeste et la banque n’est
pas en mesure d’honorer son obligation de convertibilité.

 Le risque de transformation : Il résulte d’une modification progressive de terme des


emplois qui s’allonge alors que celui des ressources demeure inchangé ou s’abrège. En

16
93 % du PIB – 2010 du Portugal, 113 % du PIB de la grec, 169% du PIB en Espagne et 1100% du PIB en
Irlande.
17
Une vraie caractéristique de la crise de 2007, dont les banques n'ont plus voulu se prêter entre elles.

21
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
raison de modification des besoins des clients, banques, déposants et emprunteurs,
petit à petit la structure par échéance du bilan se désajuste.

Le risque de taux d’intérêt est le risque de gains ou de perte encouru par une banque qui
détient des créances et dettes dont les conditions de rémunérations, taux fixe-taux variable
différent. En cas d’une variation adverse des taux d’intérêts, se matérialise par une moins
value ou par un ressèment de la marge d’intérêts.

Dès qu’une banque détient des créances et dettes libellées en devises, elle est exposée à un
risque de taux de change qui se traduit par des gains ou pertes latents ou constatés qui
influent sur le résultat.

Le risque stratégique : La stratégie adoptée par un établissement de crédit dans différents


domaines engage des ressources toujours significatives. A titre d'exemple ces stratégies
peuvent être : la pénétration d'un marché, le lancement de nouvelles activités, le refonte du
système d'information, une croissance externe par fusion ou acquisition. Un échec peut
s'avérer lourd de conséquence car les ressources engagées deviennent sans valeur et la perte
de substance significative.

Section 3: Revue de littérature


Qu’il soit de crédit, de change ou de taux d’intérêt, la problématique du risque
bancaire fait partie des thèmes récurrents de l’actualité. Le risque bancaire est, à tort,
considérée comme bien identifié. En réalité, le risque bancaire connait une amplification et
une diversification.

Juvin (2001) dans son analyse distingue huit classes de risque : Le risque commercial, le
risque informatique, le risque opératoire, le risque juridique et fiscal, le risque politique, le
risque de concurrence, le risque d’environnement et le risque des ressources. En même tant
qu’il résume ces risque en trois grande familles à savoir le risque de crédit ou de contrepartie,
le risque de marché et le risque opérationnel, comme le reprendra Le Comité de Bale II.

Face à cette nomenclature explosive, la culture bancaire traditionnelle s’essouffle. Pour y faire
face, les établissements de crédits hiérarchisent les risques, mettent en place une charte de
contrôle pour chaque risque et clarifient les responsabilités. Mais l’essentiel réside dans une
évolution nécessaire et délicate de la culture du risque18.

18
Juvin 2001
22
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
Une littérature importante s’intéresse à la notion de risque et de performance. Cette
littérature découle de la modélisation de Shrieves et Dahl (1992) qui démontre une influence
simultanée et positive entre évolution du niveau de capital et l’évolution du niveau de risque
des banques Américaines. Ainsi, à une hausse de niveau de risque correspond une hausse de
niveau de fonds propres détenus et inversement. De même, d’autres travaux confirment cette
relation à savoir Kwan et Eisenbeis (1995) pour les banques Américaines, Altunbas et al.
(2004) pour les banques européennes, Heids et al. (2004) pour les banques allemendes et
Godlewski (2004) pour les banques des pays en développement.

D’autres travaux arrivent aux mêmes conclusions sur le fonds que Shrieve et Dahl
concernant la prise de risques mais il ya un point de distinction qui résident dans l’indicateur
du niveau de capital qui est retenu dans ces études. Dans les travaux de Shrieves et Dahl et
ceux qui suivirent démontrent une influence positive et simultanée, l’indicateur retenu est le
ratio fond propre sur total des actifs bancaires.

Cependant, les travaux de Jacques et Nigro (1997), Aggarwal et Jacques (2001) pour les
banques Américaines, van Roy (2003) pour les banques europeennes,Rime ( 2001) pour les
banques suisses et Murinde et Yaseen (2004) pour les banques Africaines et du Moyen-Orient
trouvent une influence simultanée, mais négative entre le niveau de capital et le niveau de
risque.

Enfin, les travaux de kwan et Eisenbeis (1995), Altunbas et al. (2004) et Godlewski
(2004) mettent en évidence une influence simultanée, mais négative entre le niveau de risque
et la performance de la banque . Ce résultat indique qu’une hausse du niveau de risque
de la banque conduit à une baisse de la performance et réciproquement. Ce résultat s’inscrit
dans la filiation des préconisations du comité de Bale et souligne l’intérêt d’une réduction de
la prise de risque en vue d’améliorer la performance de la banque.

La corrélation entre les différents risques de crédit ne constitue qu’une source de risques
parmi d’autres, qui interagit avec d’autres risques. Il est maintenant bien établi que la
corrélation entre différentes sources de risques comme le risque de marché, le risque de
liquidité et le risque de crédit joue un rôle crucial. Des exemples récents comme la faillite de

23
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
Lehman Brothers19, Bear Sterns20, Merill Lynch21,des Caisses d’épargne « Savings and Loans
» aux États-Unis, les pertes enregistrées par certaines contreparties sur des transactions de
produits dérivés, les crises asiatiques de 1997 et 1998 ainsi que la débâcle de LTCM 22,
illustrent comment le risque de crédit, qui a conduit à la défaillance d’établissements
bancaires, est l’aboutissement d’une chaîne d’événements dont l’origine est le risque de
marché accompagné d’une crise de liquidité.

L'environnement bancaire en très forte évolution ces deux dernières décennies influence
beaucoup ces risques qui ont tendance à évoluer en s'intensifiant. C'est pourquoi
l'appréhension de ces risques par les banques est un enjeu important.

Je profite de cette occasion pour déclarer dans ce mémoire, mon partage des idées des autres
économistes et auteurs comme NOURIEL ROUBINI23 dans ses discours entretenus en 2009
après la crise sur le sujet du besoin à reformer le système financier internationale. Cela mettra
en place des mesures pour accroître la stabilité et la confiance. C’est suite à ces idées que
l’Etats unis a adopté le VOLKER RULE 24 et aussi l’adoption de Bale III par le comité de
Bale.

Partie II : La réglementation Bancaire

19
La meilleure partie acheté par Barclays Bank pour 1,75 milliard de dollars le 15 septembre 2008, permettant
ce dernier de devenir le numéro trois de la banque d'investissement aux États-Unis.
20
Sixième Bank d’affaire de Wall street en 2008, acheté par JP Morgan Chase. Un bon d’achat qui a valorisé
chaque titre Bear Stearns à seulement deux dollars.
21
Rachété par Bank of America pour un montant de 50 milliards de dollars.
22
Long Term Capital Management, créé en 1994.
23
Le premier économiste à prévoir, dès novembre 2007, un effondrement du crédit et un krach majeur du
système financier, ainsi que l'entrée en récession de l'économie américaine.
24
Du nom de son inventeur Paul Volcker, ancien président de la banque centrale (Fed), doit entrer en vigueur
au plus tôt en juillet 2012 et qui doit interdire aux banques de spéculer pour leur propre compte sur les
marchés.
24
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
Chapitre 1 : Nécessité de la réglementation

Suites aux pertes gigantesques des banques en 2007et 2008, le comité de Bâle a entrepris un
certain nombre d’action en révisant l’évaluation et la gestion du risque de liquidité, en éditant
un guide d’analyse de scenario et de stress tests , ainsi en proposant une augmentation du
capital requis pour la titrisation.

Une proposition majeure consiste à introduire une charge pour risque incrémental (IRC) sur le
portefeuille de marché. En 2005 le comité de Bâle a remarqué que les banques transféraient
leurs expositions de marché vers le portefeuille bancaire afin de réduire leur capital requis.
Les produits structurés, dont la valeur dépend de la qualité de crédit des entreprises était
transféré massivement de cette manière. Ces produits étaient peu liquides et le seuil de 99% à
dix jours utilisé pour déterminer la charge en capital pour le portefeuille de marché n’était
donc pas approprié. Les régulateurs ont donc proposé une « charge pour le risque de défaut
incrémental » (IDRC) calculée avec un seuil de 99,9% à un an pour les instruments sensible
au risque de défaut. Ces instruments seraient alors davantage pris en compte comme des
instruments du portefeuille bancaire.

En 2008 le comité de Bâle a reconnu que la majorité des pertes sur le marché du crédit en
2007 et 2008 étaient dues à des changements de notation, à l’élargissement des spreads de
crédit et à une perte de liquidité, plutôt qu’aux défauts. Le comité a alors proposé de tenir
compte de ces risques et l’IDRC est devenue l’IRC, avec une mise en place qui était prévue
en 2011, entrainant une hausse du capital requis minimal pour les grandes banques actives
sur le marché des produits structurés.

Section 1 : La réglementation justifiée

1.1 La prévention du risque systémique

Pourquoi réglementer, puisque l'intervention publique ne peut que rompre un équilibre


concurrentiel parfait, engendrer une sous-optimalité ? La réponse paraît claire : le système
financier diffère encore foncièrement du modèle de marché parfait. Les banques, en
particulier, sont opaques et opèrent en asymétrie d'information. Elles détiennent une
information privée sur leurs crédits qui est inaccessible à leurs contreparties, échappant ainsi à
toute surveillance, à toute discipline de marché. À plusieurs reprises cette asymétrie s'est
25
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
traduite par des défaillances aux conséquences économiques et sociales très profondes. La
réglementation s'est constituée progressivement, en se fondant sur la volonté de prévenir les
crises et de limiter leurs effets. Initialement, en protégeant les déposants contre les faillites,
par le biais de l'assurance dépôt1. Puis, en tissant un filet de sécurité plus large, couvrant
l'ensemble du système financier, le safety net. Aujourd'hui d'ailleurs, les comptes bancaires ne
représentent souvent qu'un faible part du patrimoine individuel : dans une finance plus
concentrée et globalisée, le véritable enjeu du dispositif prudentiel est devenu la prévention du
risque systémique. On voit dès lors comment réglementation peut se concevoir en termes
d'évolution2. Or, dans ce contexte de globalisation, la faillite d'une seule banque reste un
incident grave, car elle se répercute sur toutes ses contreparties, et menace alors le système
par un effet domino (Freixas, Parigi et Rochet 2000, Rochet et Tirole 1996, Kaufman 1994).
La réglementation recherche donc la stabilité macroéconomique par la maîtrise des risques
micro-économiques. La réglementation corrige les déficiences du jeu concurrentiel sans pour
autant induire de nouvelles inefficacités et rétablit un financement optimal de l’économie.

1.2 Aléa moral et syndrome too big tofail

Le programme ambitieux de la supervision bancaire a fait l'objet de nombreuses analyses.


Comment résoudre le problème de fond, celui de l'opacité de la banque ? Car si l'information
privée reste bien sûr toujours accessible aux autorités, c'est cependant au prix d'audits
coûteux, qui ne peuvent pratiquement être conduits en permanence. Comment inciter les
banques à révéler leur information ? Un second problème vient alors : l'introduction de
mécanismes de protection engendre un aléa moral, puisque, dès lors, les banques et leurs
contreparties peuvent fonctionner sans intégrer le risque de faillite. Cet aléa moral a été très
tôt identifié dans l'assurance dépôt, décrite par Merton (1977) comme une option de vente, un
put offert à la banque4. Troisième problème, celui des grands établissements bancaires,
réputés too big to fail, qui disposent d'un soutien implicite du prêteur en dernier ressort1
tendant à relâcher la surveillance mutuelle sur le marché interbancaire2. "Les normes portant
sur les fonds propres devaient en principe corriger ces effets (Holmstiom 1979). Mais ces
normes furent vivement critiquées dans leur première version de 1988 (Bâle I) pour leurs
effets antiéconomiques : désincitation (les banques accroissent leur risque de crédit sous
l'ombrelle du capital minimum), anti sélection (à. niveau de capital égal deux banques
peuvent représenter des profils de risque totalement différents). Plusieurs études (Chan et al.
1992, Besanko et al. 1992), recommandèrent alors une recalibration sur la mesure

26
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
économique du risque3, un principe situé au cœur même du dispositif Bâle II. La
réglementation est en cours d'adaptation en 2010, afin de privilégier des mécanismes d'auto-
assurance par les banques et de se dégager, autant que possible, de l'implication des États-
nations.

1.3 Définition du risque systémique

Tout système financier comprend trois composantes :

 des marchés de capitaux sur lesquels se réalise le processus de la finance directe g


échange de liquidités contre des instruments financiers matérialisant la dette de
l'emprunteur ;
 un secteur bancaire qui assume le processus de finance indirecte en transformant les
échéances et les risques ;
 des systèmes de règlements qui permettent aux agents économiques d'effectuer leurs
paiements dans les meilleures conditions de coût et de sécurité et on observe que le
secteur bancaire est en charge de la gestion des systèmes de règlements.

Chaque sous-système présente des structures, des intervenants, un mode de fonctionnement


mais aussi des régulations qui visent à en assurer le bon fonctionnement.

Le risque systémique est issu d'une discordance entre les comportements des intervenants au
sein des différents sous-systèmes et les mécanismes de régulation qui provoque un
déséquilibre général et de grande ampleur.

La manifestation du risque systémique est la crise systémique. Le déséquilibre initial de l'un


des sous-systèmes, par le jeu de réactions en chaîne, se propage à l’ensemble du système
financier. Puis, le déséquilibre de la sphère financière s'étend à l'ensemble de l'économie.
Dans la mesure où les banques sont parties prenantes des trois sous-systèmes, elles sont au
cœur du risque systémique.

1.4 Les banques et le risque systémique :

27
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
À plusieurs titres, les banques sont concernées par le déclenchement d'une crise systémique :
initiatrices, agents de propagation ou victimes.

 La banque, origine de la crise systémique

Des prises de risque excessives par des établissements de crédit peuvent conduire à une crise
de liquidité puis à une récession économique, comme Y illustre bien la crise asiatique de
1997-1998.

• La prise de risque excessive

Une conjoncture économique soutenue couplée à un secteur bancaire très concurrentiel peut
induire une baisse de la perception du risque systémique par les banques. La distribution de
crédit se développe rapidement au prix d'un risque de contrepartie de plus en plus élevé et du
surendettement des emprunteurs. Cette euphorie et le crédit facile qu'ils engendrent sont
favorables au développement de « bulles spéculatives » dans le secteur immobilier ou sur le
marché des actions.

Dans ces conditions, tout événement exogène au secteur bancaire - comme la faillite d'une
grande entreprise, un relèvement des taux d'intérêt par la Banque centrale plus élevé que
prévu pour défendre un taux de change ou pour contenir la hausse des prix - provoque une
prise de conscience par toutes les banques simultanément du risque de système ; soit elles
contractent brutalement leur offre de crédit (crédit crunch selon la terminologie anglo-
saxonne), soit elles augmentent les primes de risque en majorant les taux des crédits. Ce
comportement est à même d'engendrer l’éclatement des bulles spéculatives. Les débiteurs des
banques deviennent insolvables et entraînent dans leur chute les banques insuffisamment
capitalisées. Une crise de liquidité est alors possible.

Section2 : Histoire de la réglementation bancaire


Plus récemment, à partir du XVIIe siècle, depuis que la banque moderne a commencé son
évolution, la plupart des défaillances bancaires trouvent leur origine dans l’incapacité des
emprunteurs à rembourser leurs dettes. Pour l’industrie bancaire, le risque majeur demeure le
risque de crédit. Mais il est vrai qu’au fil des années les banques ont perfectionné l’analyse, la
mesure et la gestion de ce risque. Face à la montée de ces risques bancaires, les autorités
internationales, en l’occurrence le Comité de Bâle, ont pour finalité la stabilité du système
financier et le développement économique. Le comité de Bâle ne manque pas d’approuver

28
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
que la gouvernance bancaire est nécessaire pour assurer la solidité du système financier et par
voie de conséquence l’éclosion du développement économique. Ce comité a mis en place des
normes internationales de supervision bancaire, où les banques sont tenues de les respecter
pour garantir leur liquidité et leur solvabilité au regard de leur clientèle. Parmi ces normes, on
trouve le ratio « Cooke », remplacé par le ratio « McDonough » et bientôt la mise en œuvre de
BALE III. Les règles prudentielles sont alors édictées pour atteindre deux finalités à savoir la
Stabilité du système financier et la protection des créanciers. La réglementation et la
supervision conduisent à une solidité du secteur bancaire. Dans cette perspective, il faut
souligner que la réglementation du système financier est très importante pour un pays. Andres
& Vallelado (2008) confirment que la régulation doit assurer la stabilité au niveau
microéconomique (la banque) et au niveau macroéconomique (tout le système financier).

L’essentiel de Bâle I

C’est en 1988 que le Comité de Bâle 25 sur le contrôle bancaire, crée en 1974 à l’initiative des
gouverneurs des banques centrales des pays du G10, a édicté un ensemble de règles
prudentielles destinées à garantir la solidité et la stabilité du système bancaire international.
Ce comité n’a aucun pouvoir législatif ou réglementaire. Le comité de Bâle sur le contrôle
bancaire, à pour but de renforcer la stabilité du système bancaire et c’est dans cet accord,
appelé communément Bâle I, figure le fameux Ratio Cooke.

1.1 Ratio Cooke.

Principes  :

Le Ratio Cooke26 est un ratio prudentiel destiné à mesurer la solvabilité des banques et des
établissements assimilés. Le calcul est effectué d’après le rapport entre les fonds propres 27
(capital pur) et quasi fonds propres (réserves + provisions + titres) et ensemble des
engagements pondérés selon la nature de l’emprunteur. Le ratio Cooke doit respecter deux
exigences :

25
Se réunit une fois par an à Basel au siège de la Banque des Règlements internationaux, ville où se trouve son
secrétariat permanent.
26
Ce ratio tient ce nom de Peter Cooke, un directeur de la Banque d'Angleterre qui avait été un des premiers à
proposer la création du Comité de Bâle et fut son premier président entre 1977 et 1988.
27
Les fonds propres assument un rôle de garantie vis-à-vis des créanciers en montrant la capacité de la banque
à faire face à ses engagements, ils permettent le financement d’opérations de croissance interne et externe.
29
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
 (Fonds propres + quasi fonds propres) / ensemble des engagements >8%.

 Fonds propres / ensemble des engagements >4%.

Un taux de pondération est appliqué aux engagements figurant au bilan et en hors bilan 28.
Ainsi couvrir un risque revient à allouer une quantité de fonds propres, en d’autre terme un
engagement de 100 nous coûte un montant de 8 à immobiliser.

Ratio Cooke = Fonds propres

 8%
Ensemble engagements
pondérés
Secteur Pond

Etat OC DE 0%

Banque OC DE 20%

Hypothécaire 50%

Autres 100%

Figure 1: Formule de ratio de Cooke et coefficient de pondération des emprunteurs


Source : Abdellatif H (2008) : Gestion des risques bancaires et proposition d’implémentation
et déploiement de Bâle II, GROUP SEGEPEC - POLYFINANCE.

2.2 Limites de Bâle I 

28
Les années 1990 ont vu l’émergence d’un phénomène nouveau, à savoir la croissance explosive des dérivés
et donc des risques ‘hors bilan’. Ceux-ci furent traités dans des recommandations additionnelles qui furent
intégrés dans l’accord vers 1996 et qui imposaient un ratio de fonds propres distinct à la somme des
engagements hors bilan.
30
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
Les années 90 ont rapidement montré les limites de Bâle I, qui était une première approche, et
ont mis en évidence une évolution rapide de la gestion du risque par le secteur bancaire.

 Limites liées au statut de l’emprunteur :

Différents taux de pondération sont appliqués pour déterminer la charge de capital. Le Ratio
Cooke a donc une logique forfaitaire ; il n’introduit aucune distinction fondée sur le risque de
crédit de l’emprunteur, mais uniquement sur son statut-entreprise, banque, collectivité locale
ou Etat, ne tenant donc pas compte de la valeur et du risque intrinsèque de l’entreprise. Le
contenu informationnel du ratio se trouve biaisé puisqu’un prêt à un emprunteur risqué est
pris en compte dans la même proportion qu’un prêt à un emprunteur présentant peu de risque.

 Un mécanisme inactif :

Le mécanisme peut avoir un effet pervers : afin d’augmenter sa rentabilité, la banque


souhaitant augmenter ses risques a intérêt à recomposer son portefeuille d’actifs en y
incluant des actifs risqués générant une marge plus élevée que celle obtenue par la banque sur
ses opérations «traditionnelles» tout en exigeant un même degré de couverture par les fonds
propres. Cette limite provient de la logique forfaitaire du ratio Cooke.

 Capital économique et capital réglementaire :

Le ratio Cooke entraîne une distorsion entre le capital économique et le capital réglementaire.
Ce dernier peut être défini comme la mesure réelle du risque en fonction de la réalité
économique d’un portefeuille donné. C’est le montant de fonds propres que la banque doit
avoir pour faire face à une circonstance exceptionnelle en rapport avec son client (par
exemple : effondrement économique du secteur d’activité). Le capital réglementaire, capital
déterminé par le ratio Cooke, diffère du capital économique dans la mesure où il ne prend pas
en compte le risque réel du portefeuille. En effet, dans la logique du ratio Cooke, le risque est
fonction de la structure de la contrepartie et non du risque des engagements pris par la banque.
Une contrepartie peut, selon le ratio Cooke, exiger un niveau de fonds propres inférieur à une
contrepartie présentant un risque moindre. La logique forfaitaire ne permet donc pas de
prendre en compte le risque du portefeuille.

31
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
En raison des limites et faiblesses citées précédemment relatives aux accords de Bâle I, le
Comité s’est penché sur une réforme de ce dispositif, d’où la naissance des accords de Bâle II.

Bâle II 
L’accord de Bâle I est venu répondre à une problématique importante au niveau des
établissements de crédit quant à la maîtrise des risques globaux inhérents à leur activité.
Toutefois, malgré l’importante avancée réalisée avec l’adoption de cet accord, le dispositif
mis en place a vite montré un certain nombre de limites et faiblesses remettant en cause son
objectif essentiel. Dans ce conteste, le besoin d’un nouvel accord, plus précis et plus proche
du risque à couvrir, est apparu incontournable. C’est ainsi qu’est né Bâle II sous la présidence
de l’américain McDonough29, dont les grands principes sont désormais acquis.

Le projet de réforme des ratios de solvabilité bancaires élaboré par le Bâle II vise à
mettre en adéquation les fonds propres des banques avec les risques qu’elles prennent. Il faut
noter que Bâle II accompagne et complète un mouvement initié par les plus grandes banques
internationales il y a une dizaine d’année visant à mieux gérer leurs risques. Ces nouvelles
règles plus orientées vers la notion de risque réel, permettront aux banques de recourir à leurs
propres modèles de Notation de leurs clients, ce qui représente la principale avancée de Bâle
II. Ce nouvelle accord a été fini en juin 2004 et adopté par les gouverneurs des banques
centrales des pays du G1030.

Les Trois piliers de BALE II :

1. Dans le cadre de la révision de l’accord de Bâle, Le Comité été convaincu que


l’amélioration, selon deux axes majeurs, du dispositif d’adéquation des fonds propres
pourrait se traduire sur le plan pratique par des avantages importants. Premièrement,
en développant une réglementation qui ne se limite pas aux exigences minimales de
fonds propres, mais englobe également la surveillance prudentielle et la discipline de
marché ; deuxièmement, en renforçant considérablement la sensibilité aux risques des
normes de fonds propres.
2. Le perfectionnement du dispositif vise à mettre particulièrement l’accent sur la gestion
des risques et à favoriser la progression constante des capacités d’évaluation des
risques dans les banques. Le Comité estime que cet objectif pourrait être atteint en
29
William J .McDonough été le président du comité de Bâle jusqu’en Avril 2003.
30
Etats Unis, Canada, France, Allemagne, Royaume-Uni, Italie, Belgique, Pays Bas, Luxembourg, Japon, Suède et
suisse.
32
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
reliant étroitement les exigences de fonds propres aux méthodes modernes de gestion
des risques en vigueur actuellement et en veillant à ce que cette attention accrue
accordée au risque se concrétise progressivement dans les pratiques de contrôle et la
discipline de marché, grâce à une meilleure communication financière sur les risques
et les fonds propres.
3. En atténuant les chocs et les à-coups dans la distribution du crédit, la réforme devrait
contribuer ainsi à limiter les crises sectorielles ou macroéconomiques et améliorer la
stabilité financière. Le Comité de Bâle, en effet, a veillé très tôt à prendre les mesures
qui s’imposaient pour que, tout en gardant un ratio sensible aux risques et à leur
évolution de façon qu’il puisse conserver son positionnement au cœur de la gestion du
couple «  risque/rentabilité » et donc être utilisable comme outil de pilotage, les effets
cycliques soient atténués.

Figure 2 : Les trois piliers de Bâle II

Source  : site Banque des Réglementations Internationaux (BRI).

Total des Fonds Propres


33
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
____________________________________________        >= 8%
Risques crédit + risques de marché + risque opérationnels
 Pilier I : L'exigence de fonds propres (ratio de solvabilité McDonough) :

il s'agit toujours d'un ratio de solvabilité bancaire mais il est plus précis que le ratio Cooke
parce qu’il prend en compte le risque plus ou moins élevé des différents prêts accordés par un
établissement financier et fixe une limite à l'encours pondéré des prêts accordés par
l’établissement financier en fonction de ses capitaux propres. Le niveau d'engagement des
banques est ainsi limité par leur propre solidité financière. Ce ratio permet de mettre en place
l'arbitrage prudentiel.

Il affine l'accord Bâle I de 1988 et cherche à rendre les fonds propres cohérents avec les
risques réellement encourus par les établissements financiers. Parmi les nouveautés, prenant
en compte des risques opérationnels (fraude et pannes de système) et des risques de marché,
en complément du risque de crédit ou de contrepartie.

On passe alors du ratio Cooke où (Fond propres de la banque > 8% des risques de crédits), au
ratio McDonough où (Fond propres de la banque > 8% des (risques de crédits (75%) + de
marché (5%) + opérationnels (20%).

Ces risques s'expriment par des probabilités qui s’appliquent sur l'encours à un an du client :
l'EAD (exposition au moment du défaut) :

PD = Probabilité de défaut de la contrepartie


LGD = Taux de perte en cas de défaut sur la ligne de crédit.

En plus le calcul des risques de crédits se précise par une pondération plus fine des encours
(l'encours pondéré = RWA) avec une prise en compte :

- du risque de défaut de la contrepartie (le client emprunteur)


- du risque sur la ligne de crédit (type de crédit, durée, garantie)
- de l'encours

Pour le risque de crédit, les banques peuvent employer différents mécanismes d'évaluation :

• La méthode « standard » qui consiste à utiliser des systèmes de notation fournis par des
organismes externes. En cette méthode les PD et LGD sont imposés par le régulateur

34
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
(commission bancaire en France) soit directement pour la LGD, soit en imposant un
organisme de notation.

• Les méthodes « sophistiquées » (méthodes IRB pour Internal Ratings Based) avec la
méthode dite IRB-Fondation et celle dite IRB-Avancée qui impliquent des méthodologies
internes et propres à l'établissement financier d'évaluation de cotes ou de notes, afin de
mesurer le risque relatif du crédit. En méthode IRB fondation, la Banque estime sa PD et le
LGD reste imposé par le régulateur. En méthode IRB avancée, la banque maîtrise toutes ses
composantes.

Le choix de la méthode par une banque (plus ou moins complexe) permet l'identification de
ses risques propres en fonction de sa gestion. La banque qui voudrait être au plus près de sa
réalité tendra vers le choix d'une méthode avancée. Mais en contrepartie, l'investissement est
d'autant plus important : le calcul d'une LGD demande ainsi la gestion et l'historisation de
plus de 150 données mensuelles sur un minimum de cinq ans sur chacun des crédits accordés.

La détermination du risque de crédit est alors simple :

RWA= f x (PD;LGD) x EAD 


Où « f » suit une loi normale 
Il se complète du calcul d'une perte attendue : EL = PD x LGD x EAD

Dans le ratio McDonough : Fonds propres pris en compte / (Risque de crédit + Risque
opérationnel + Risque de Marché) > 8%.

La somme des RWA de chacun des clients composera le risque de crédit, et l'EL viendra
modifier par des règles de pro visionnements les fonds propres.

 Pilier II : La procédure de surveillance de la gestion des fonds propres :

Les stratégies financières des banques varient quant à la composition de l'actif et la prise de
risques, ce qui fait que les banques centrales auront plus de liberté dans l'établissement de
normes face aux banques, pouvant augmenter les exigences de capital là où elles le jugeront
nécessaires. Cette règle permettra de faire face aux différentes stratégies financières des
banques : composition de leur actif, prise de risques …

35
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
En fait, cette partie aide à examiner les principes essentiels de la surveillance prudentielle et
comporte des recommandations concernant la gestion des risques ainsi que la transparence et
les responsabilités prudentielles.

Cette nécessité s'appliquera de deux façons :

- Validation des méthodes statistiques employées au pilier I (back testing) où La banque devra
prouver à posteriori la validité de ses méthodes définies à priori en fonction de ses données
statistiques et cela sur des périodes assez longues (de cinq à sept ans). Elle devra en outre être
capable de "tracer" l'origine de ses données.

- Test de validité des fonds propres en cas de crise économique où la banque devra prouver
que sur ses segments de clientèle, ses fonds propres sont suffisants pour supporter une crise
économique touchant l'un ou tous des secteurs.

En effet, la commission bancaire pourra en fonction de ces résultats imposer la nécessité de


fonds propres supplémentaires.

 Pilier III : La discipline du marché :

L'application de Bâle II est une puissante machine qui "formate" les données de gestion d'une
banque. Des règles de transparence sont établies quant à l'information mise à la disposition du
public sur l'actif, les risques et leur gestion. Ses conséquences sont de trois ordres au niveau
du pilier III :

1) Uniformisation des bonnes pratiques bancaires : Quelle que soit la banque et la


règlementation qui la régit (droits nationaux), les pratiques doivent être transparentes et
uniformisées.

2) La mise en place des bases pour ce calcul qui sont une puissante source de données de
gestion, qui (enfin) réconcilient les vues risques, comptables et financières.

3) Transparence financière : Enfin les analystes trouveront une lecture des portefeuilles de
risque identique pour toute banque dans tous pays.

Ces recommandations sont traduites dans les législations des états membres. Les accords de
Bâle sont actuellement appliqués dans plus d'une centaine de pays. L'Accord de Bâle II est
totalement appliqué dans l'Union Européen depuis le 1er janvier 2007. Toutefois ses
diapositifs de Bâle II ont montrés leurs insuffisances après la crise des supprimes derniers.
36
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
Section 3: Crise financière et réaction des régulateurs

Bâle III 

Suites aux pertes gigantesques des banques en 2007et 2008, le comité de Bâle a entrepris un
certain nombre d’action en révisant l’évaluation et la gestion du risque de liquidité, en éditant
un guide d’analyse de scenario et de stress tests , ainsi en proposant une augmentation du
capital requis pour la titrisation.

Une proposition majeure consiste à introduire une charge pour risque incrémental (IRC) sur le
portefeuille de marché. En 2005 le comité de Bâle a remarqué que les banques transféraient
leurs expositions de marché vers le portefeuille bancaire afin de réduire leur capital requis.
Les produits structurés, dont la valeur dépend de la qualité de crédit des entreprises était
transféré massivement de cette manière. Ces produits étaient peu liquides et le seuil de 99% à
dix jours utilisé pour déterminer la charge en capital pour le portefeuille de marché n’était
donc pas approprié. Les régulateurs ont donc proposé une « charge pour le risque de défaut
incrémental » (IDRC) calculée avec un seuil de 99,9% à un an pour les instruments sensible
au risque de défaut. Ces instruments seraient alors davantage pris en compte comme des
instruments du portefeuille bancaire.

En 2008 le comité de Bâle a reconnu que la majorité des pertes sur le marché du crédit en
2007 et 2008 étaient dues à des changements de notation, à l’élargissement des spreads de
crédit et à une perte de liquidité, plutôt qu’aux défauts. Le comité a alors proposé de tenir
compte de ces risques et l’IDRC est devenue l’IRC, avec une mise en place qui était prévue
en 2011, entrainant une hausse du capital requis minimal pour les grandes banques actives
sur le marché des produits structurés.

La réponse des régulateurs, connue sous le nom de ‘Bâle 3’, est donc une réforme
indispensable pour réduire la probabilité et la gravité des crises à venir. Son propos principal
est d’obliger les banques à se financer avec davantage de capital.

Au sein du secteur bancaire, d’aucuns font valoir que le ralentissement économique actuel
n’est pas le bon moment pour obliger les banques à avoir plus de fonds propres.

37
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
Nous affirmons le contraire: dans ce contexte de tension économique, il est d’autant plus
indispensable de renforcer la solidité du système financier, pour obtenir des banques plus
saines et plus sûres, et rétablir la confiance.

Contrairement à ce que prétendent certains acteurs du secteur bancaire, une réglementation


plus stricte ne pénalisera pas les banques, mais les aidera à renouer avec une création de
valeur à long terme. Et du point de vue des actionnaires et des clients aujourd’hui, il est
probable que la plupart préfèrent avoir des banques fortes, qui survivent et réalisent des
bénéfices stables, plutôt que des banques fragiles, qui se portent très bien pendant un temps
avant de faire faillite.

Si la réforme peut en outre assurer que la finance se recentre sur son objectif principal de
financement de l’économie réelle, elle devrait être bénéfique pour tous, des acteurs du
système financier à la société dans son ensemble.

En 2010, le Comité de Bâle a publié l'accord Bâle 3, un ensemble actualisé de règles


internationales concernant les exigences de fonds propres imposées aux banques.
Ces règles vont maintenant être transposées en droit communautaire européen par le texte
législatif appelé CRD 4 (Capital Requirements Directive 4), actuellement débattu au sein des
institutions européennes.

Ce texte comprend deux parties : une directive imposant à chaque État Membre de transposer
l'accord en droit national afin de l'appliquer, et un règlement, applicable directement au
niveau européen.

Quelques points clés de CRD 4 :31

a. Augmentation des exigences en matière de fonds propres : le ratio minimal de


fonds propres des banques augmente pour passer de 8 à 10,5%. Ce taux est en outre complété
par un coussin contra cyclique (voir ci-dessous).

Les fonds propres pouvant être composés de différents instruments financiers


(actions, bénéfices non distribués, crédit d'impôts, etc.) et certains de ces instruments
étant notoirement inefficaces pour absorber les pertes en cas de crise, les critères de
sélection des instruments admis en tant que fonds propres sont également renforcés.

31
Rapport de finance watch : www.finance-watch.org

38
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
Et encore plus en période de récession :

b. Introduction d'un coussin de capital contra cyclique : un nouveau coussin contra


cyclique obligatoire de 0% à 2,5% est créé en plus du ratio décrit ci-dessus : chaque trimestre,
chaque État membre devra estimer si la création de crédit est excessive et risque de créer une
bulle et devra décider, sur la base de cette évaluation, si ses banques doivent disposer de fonds
propres supplémentaires.

Cette mesure repose sur l'idée que le crédit est cyclique et exposé aux bulles. Les
banques doivent donc accumuler des fonds propres supplémentaires pendant les périodes
prospères, ce qui devrait permettre de ralentir la croissance du crédit pendant
les périodes d'expansion, et renforcer la solidité des banques en période de récession.

c. Introduction d'un ratio d'effet de levier : l'effet de levier est aux banques ce que la
profondeur des fondations d'un immeuble est au promoteur immobilier : moins les fondations
sont profondes, plus son bénéfice sera élevé, mais plus l'immeuble sera fragile. Ce qui amène
la question suivante : voulons-nous un système financier qui résiste aux ouragans ou
seulement aux brises?

L'effet de levier d'une banque mesure le rapport entre ses actifs et ses fonds propres. Si l'effet
de levier est élevé, la banque détient beaucoup d'actifs pour un capital donné. Un levier élevé
augmente donc la rentabilité potentielle de la banque, mais aussi ses pertes potentielles.
Toutes choses égales par ailleurs, un effet de levier plus élevé implique toujours un risque
plus grand.

Théoriquement, le montant des actifs qu'une banque peut posséder en fonction de ses fonds
propres est limité par l'exigence minimale des 8%, ce qui signifie qu'elle doit financer avec 8
euros de fonds propres au minimum chaque prêt de 100 euros.

Toutefois, dans les règles de Bâle, le ratio des fonds propres n'est pas appliqué au total des
actifs, mais aux actifs pondérés en fonction des risques, un montant adapté pour prendre en
compte le risque de chaque actif. Il en résulte que les banques peuvent investir beaucoup plus
d'argent en actifs considérés peu risqués qu'en actifs plus risqués.

Le plafond d’effet de levier est difficile à manipuler :

39
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
Par exemple, en partant d'une exigence de fonds propres de 8%, si la pondération du risque
des obligations d'État est de 1% et la pondération des prêts aux entreprises est de 100%,
quelle quantité de chaque actif une banque peut-elle posséder pour 100 euros de capital ?

100 euros / 1% / 8% = 125 000 euros en obligations d'État 100 euros / 100% / 8% = 1250
euros en prêts aux entreprises.

Dans l'exemple ci-dessus, une banque qui veut maximiser la rentabilité de ses fonds propres
détiendra uniquement des obligations d'État. Les obligations d'État rapportent peut-être moins
d'intérêts, mais quelle importance si vous pouvez en posséder 100 fois plus avec le même
capital?

Ces dernières années, les grandes banques ont été autorisées à déterminer elles-mêmes leurs
coefficients de pondération des risques à l'aide de modèles de calcul internes, afin de les
encourager à développer de solides modèles de gestion des risques. Par conséquent, elles
peuvent être tentées d'attribuer des coefficients de pondération des risques plus faibles à leurs
actifs afin d'augmenter leur effet de levier, c'est-à-dire la quantité d'actifs qu'elles peuvent
posséder pour un montant de fonds propres donné.

Il est clairement documenté que les coefficients de pondération des risques pour un même
actif peuvent varier très fortement d'une banque à l'autre. Certaines banques peuvent donc
avoir un ratio d'actifs par rapport à leurs fonds propres beaucoup plus élevé que d'autres, et
par conséquent, être plus fragiles.

Afin de remédier à ce problème, Bâle 3 prévoit l'introduction d'un plafond d'effet de levier,
limitant le montant total des actifs qu'une banque peut posséder en fonction de ses fonds
propres.

Ce plafond ne prend pas en compte les coefficients de pondération des risques et est donc à la
fois plus simple à comprendre et plus difficile à manipuler.

Une limite au levier :

En termes techniques, le ratio d'effet de levier sera calculé en divisant les fonds propres. Tier1
(soit surtout des actions) par le total des actifs (y compris les actifs dits 'hors bilan'). Il est
prévu de plafonner ce ratio à 3%, ce qui signifie que pour chaque euro de capital, une banque
peut prêter jusqu'à 33,3 euros.

40
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
Un plafond d'effet de levier sera mis en place en Suisse l'année prochaine et il en existe déjà
un aux États-Unis et au Canada, où il est supposé avoir aidé les banques canadiennes à résister
à la crise financière de 2008.

Les banques qui achètent habituellement de nombreux actifs considérés à faible


risque, tels que les obligations d'État, critiquent le plafond d'effet de levier, alléguant que
celui-ci freinerait leur activité. De nombreuses banques s'opposent aussi à la publication de
leur effet de levier. Nous pensons qu'il est inquiétant que les banques ne souhaitent pas
divulguer leur levier aux investisseurs et au grand public et nous estimons que la transparence
et l'information des investisseurs et des clients sont essentielles.

d. Introduction de ratios de liquidité :

L'activité bancaire traditionnelle implique ce que l'on appelle la transformation : les banques
empruntent de l'argent à court terme à l'aide d'instruments liquides et utilisent cet argent pour
acheter des actifs non liquides à long terme. Par exemple, une banque pourra emprunter de
l'argent pour 3 mois sur les marchés des capitaux pour financer des prêts hypothécaires à 30
ans pour ses clients.

La banque court cependant le risque d'avoir du mal à renouveler ses emprunts à court terme et
de devoir les rembourser avant de pouvoir récupérer l'argent de son investissement à long
terme. C'est ce qu'on appelle le risque de liquidité. En échange, les banques gagnent une
marge, provenant de l'écart entre les taux d'intérêt à court et long terme, qui augmente (et
devient donc plus rentable pour la banque) à mesure qu'augmente l'écart entre les échéances.

Au cours des années précédant la crise, certaines banques ont poussé à l'extrême la
transformation en empruntant parfois sur une semaine pour acheter des actifs non liquides à
long terme, augmentant considérablement leur risque. En conséquence, plusieurs banques ont
été confrontées à une crise de liquidité en 2008 et après.

Afin de remédier à ce risque, le régulateur a décidé d'introduire deux ratios de


liquidité bancaire obligeant les banques à conserver une réserve de liquidité minimale.

Ratio de liquidité à court terme (LCR)32

32
Rapport BRI : Bâle III : dispositif international de mesure, normalisation et surveillance du risque de
liquidité.
41
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
Cette norme a pour but d’assurer que la banque dispose d’un niveau adéquat d’actifs liquides
de haute qualité non grevés pouvant être convertis en liquidité pour couvrir ses besoins sur
une période de 30 jours calendaires en cas de graves difficultés de financement, sur la base
d’un scénario défini par les responsables prudentiels. L’encours d’actifs liquides de haute
qualité devrait au moins permettre à la banque de survivre jusqu’au 30 e jour du scénario de
tensions, date à laquelle la direction de l’établissement et/ou les responsables prudentiels
auront dû décider des actions correctives appropriées et/ou le problème de la banque aura pu
faire l’objet d’une résolution ordonnée.

Définition de la norme

Encours d’actifs liquides de haute qualité >= 100 %


Total des sorties nettes de trésorerie sur les 30 jours
calendaires suivants

Le LCR s’appuie sur des méthodes traditionnelles de « ratio de couverture » de liquidité


utilisées au sein des banques pour évaluer leur exposition à des événements déclenchant des
appels de liquidité. Le total des sorties nettes de trésorerie dans le scénario considéré doit être
calculé sur une période de 30 jours calendaires. La norme exige que la valeur du ratio ne soit
pas inférieure à 100 % (c’est-à-dire que l’encours d’actifs liquides de haute qualité soit au
moins égal au total des sorties nettes de trésorerie). Les banques devraient remplir cette
condition en permanence et détenir un volant d’actifs liquides de haute qualité non grevés
pour faire face à un éventuel épisode de fortes tensions sur la liquidité. Étant donné qu’on ne
sait pas exactement quand se produisent les entrées et sorties, les banques et responsables
prudentiels devraient prendre en compte l’éventualité qu’apparaissent des asymétries entre
celles-ci au cours de la période de 30 jours et s’assurer que suffisamment d’actifs liquides sont
disponibles pour couvrir ces éventuelles asymétries.

Le scénario associé à ce ratio suppose un choc à la fois idiosyncrasique (propre à la banque) et


généralisé (à tout le marché), qui aurait les conséquences suivantes :

a) retrait d’une partie des dépôts de détail ;


b) perte partielle de la capacité de financement de gros non garanti ;
c) assèchement partiel des financements à court terme garantis par certaines sûretés et
auprès de certaines contreparties ;
42
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
d) sorties contractuelles supplémentaires, y compris obligation de fournir des sûretés,
provenant d’un déclassement de la note de crédit de l’établissement allant jusqu’à 3
crans ;
e) hausse de la volatilité des marchés affectant la qualité des sûretés ou l’exposition
potentielle future des positions sur dérivés, qui exigerait donc d’appliquer aux sûretés
une décote supérieure ou de remettre des sûretés supplémentaires, ou entraînerait
d’autres besoins de liquidité ;
f) tirages non programmés sur les engagements confirmés de crédit et de liquidité
accordés, mais non utilisés, fournis par la banque à sa clientèle ;
g) besoin potentiel, pour la banque, de racheter ses titres de dette ou d’honorer des
obligations non contractuelles, afin d’atténuer le risque de réputation.

En résumé, le scénario défini par l’autorité de contrôle réunit nombre des chocs subis
durant la crise qui s’est déclarée en 2007 en une situation unique de graves tensions dans
laquelle une banque devrait disposer de suffisamment de liquidité pour survivre pendant
une période allant jusqu’à 30 jours calendaires.

Ce test de résistance doit être considéré comme une exigence prudentielle minimale. Les
banques devraient procéder à leurs propres tests afin d’évaluer le niveau de liquidité dont elles
devraient se doter au-delà de ce minimum ; elles devraient aussi élaborer leurs propres
scénarios pouvant affecter leurs diverses lignes de métier. Ces tests de résistance internes
devraient porter sur des périodes plus longues que celles imposées par le LCR. Les banques
devraient en partager les résultats avec l’autorité de contrôle.

Ratio structurel de liquidité à long terme :

Pour inciter les organisations bancaires à davantage financer leurs actifs et leurs activités sur
les moyens et long termes, le Comité a mis au point le ratio structurel de liquidité à long terme
(NSFR, Net Stable Funding Ratio). Cette exigence est un montant minimum acceptable de
financement stable en rapport avec le profil de liquidité de leurs actifs et de leurs activités sur
une période de 1 an. Conçue pour servir de mécanisme minimal à mettre en œuvre, elle
complète le ratio de liquidité à court terme (LCR, Liquidity Coverage Ratio) et renforce les
autres mesures prudentielles. Elle constitue une incitation à apporter des changements
structurels aux profils de risque de liquidité des établissements. Ces changements consistent à

43
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
s’écarter des asymétries de financement à court terme pour viser un financement plus stable et
à plus long terme des actifs et des activités.

En particulier, le NSFR est structuré de manière à ce que les actifs à long terme soient
financés avec un montant minimum de passifs stables en rapport avec leur profil de risque de
liquidité. Il a, par ailleurs, pour but d’éviter un recours excessif aux financements de gros à
court terme lorsque la liquidité de marché est abondante et d’encourager une meilleure
évaluation du risque de liquidité sur l’ensemble des éléments de bilan et de hors-bilan. Enfin,
l’approche NSFR vise à dissuader les établissements de financer leur encours d’actifs liquides
de haute qualité à l’aide de capitaux à court terme arrivant à échéance immédiatement après la
période de 30 jours fixée pour le ratio de liquidité à court terme.

Définition de la norme  :

Montant de financement stable disponible  100 %


Montant de financement stable exigé

Le NSFR suit les approches traditionnelles fondées sur les méthodes de l’« actif liquide net »
et du « cash capital », largement utilisées par les banques d’envergure internationale, les
analystes bancaires et les agences de notation. Dans le calcul du montant des actifs qui
devraient être adossés à un financement stable, la méthodologie du NSFR tient compte des
montants de financement stable exigés pour l’ensemble des actifs et des titres illiquides
détenus, quel qu’en soit le traitement comptable (ainsi, les titres peuvent être détenus à des
fins de négociation, classés comme disponibles à la vente ou détenus jusqu’à échéance). Des
sources supplémentaires de financement stable sont par ailleurs exigées pour répondre à une
petite partie, au moins, des appels potentiels de liquidité relevant des engagements et
obligations de hors-bilan.

Le NSFR correspond au montant de financement stable disponible rapporté au montant de


financement stable exigé. Ce ratio doit être supérieur à 100 %. Par « financement stable », on
entend la part, dans les types et montants de financement sous forme de fonds propres ou
d’autres passifs, censée constituer des ressources fiables sur une durée de 1 an en période de
tensions prolongées. Le montant du financement exigé d'un établissement particulier est
fonction des caractéristiques de liquidité des différents types d’actifs qu’il détient, de ses
expositions de hors-bilan conditionnelles et/ou des activités qu’il mène.
44
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
Définition du financement stable disponible :

Pour une banque, le financement stable disponible (Available Stable Funding, ASF) est la
somme totale :

a) de ses fonds propres ;

b) de ses actions de préférence d’une durée supérieure ou égale à 1 an ;

c) de ses passifs d’une durée effective supérieure ou égale à 1 an ;

d) de la part des dépôts sans échéance et/ou des dépôts à terme d’une durée inférieure à 1 an
qui serait durablement conservée en cas de tensions idiosyncrasiques (propres à
l’établissement) ;

e) de la part du financement de gros de durée inférieure à 1 an qui serait durablement


conservée en cas de tensions idiosyncrasiques.

Le but recherché par la présente norme est d’assurer à toute banque un financement stable, qui
lui permette de poursuivre sainement ses activités, pendant une période de 1 an, dans un
scénario de tensions prolongées qui lui seraient propres et dont les investisseurs et la clientèle
seraient informés. Ces tensions peuvent provenir :

 d’une détérioration significative de sa rentabilité et de sa solvabilité résultant d’un


accroissement du risque de crédit, de marché ou opérationnel et/ou à l’exposition à
d’autres risques ;
 d’un déclassement potentiel de la note attribuée à sa dette, son crédit de contrepartie
ou ses dépôts par une agence de notation reconnue au niveau national ; et/ou
 d’un événement important mettant en doute sa réputation ou sa qualité de crédit.

Nécessité de Bâle III 

La crise bancaire de 2007-2008 a eu des conséquences énormes pour la société en termes de


destruction de richesses, de hausse du chômage et d'augmentation du niveau de la dette
publique. Elle a également démontré que les fonds propres des banques étaient insuffisants.

45
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
Dans un contexte de diminution quasi continue des fonds propres des banques au fil du siècle
dernier, les données empiriques, les études universitaires et plusieurs personnalités de premier
plan arrivent à la conclusion que les fonds propres des banques doivent être beaucoup plus
élevés.

À quel niveau auraient-ils dû se situer pour absorber les pertes ?

Des études montrent que la moyenne des pertes des banques pendant la dernière crise se
situait à 5% de leurs actifs pondérés. D'autres études indiquent qu'avoir 10% de fonds propres
offrirait un avantage significatif en termes de solidité, tandis que, lors de la dernière crise, un
taux de 16% aurait permis d'absorber la plupart des pertes individuelles et un taux de 24%
aurait permis d'absorber presque toutes les pertes dues aux crises bancaires depuis 1988.

En implémentant Bâle 3, l'UE propose que les banques disposent de fonds propres à hauteur
de 10,5% des actifs pondérés par les risques (RWA - risk weighted assets). Le rôle de Bâle 2 a
été largement débattu, tant avant qu'après la crise financière mondiale, certains affirmant que
l'accord n'a non seulement pas empêché la crise, mais qu'il a même amplifié son impact. Ils
soutiennent en effet que les banques essayaient de minimiser leurs exigences de fonds
propres, soit en sous-estimant le risque réel de leurs actifs, soit en déplaçant leurs actifs vers
le système bancaire parallèle (shadow banking) non règlementé, ce qui a fini par entraîner des
pertes beaucoup plus élevées pendant la crise.

Il reste à voir si Bâle 3 aura des effets comparables, mais cela dépendra fortement de la
manière dont l'accord sera mis en place, ainsi que des autres règlementations implémentées
pour l'accompagner.

Chapitre 2 : STRATEGIES DE LA GESTION DES RISQUES FINANCIERS EN


MAURITANIE
La plus part des banques en Mauritanie sont des banques commerciales, elles
travaillent avec leurs clients, particuliers, professionnels, PME et grandes entreprises dont
elles collectent les dépôts et a qui elles accordent des prêts. Les banques commerciales sont
séparées en général en deux catégories, selon le type de clientèle : la banque de détail est en
charge des particuliers et PME, la banque d'affaires est en charge des grandes entreprises.

Au niveau global de la banque, la gestion des risques est pilotée via une allocation optimale
des fonds propres. Cette allocation prend en compte le couple rentabilité / risque de chaque
transaction effectuée par la banque. Une réglementation bancaire, négociée à un niveau
46
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
supranational et adaptée dans le pays par les autorités de tutelle, impose un niveau minimal de
fonds propres (fonds propres réglementaires) pour les banques.

Tout au long de ce chapitre, nous traitons les différentes gestions des risques auxquelles les
banques mauritaniennes appliquent aux seins de leurs services bancaires.

Section 1 : Comportement des banques


L’étude des comportements bancaires en Mauritanie nécessite de faire ressortir les règles de
jeux essentielles qui permettent de comprendre quelles sont les contraintes principales que la
banque subit en amont des circuits, et quelles sont, en conséquence, celles qu’elle transmet en
aval aux entreprises : autrement dit, comment s’expliquer son « comportement » vis-à-vis de
ces dernières en ce qui concerne les différents types des crédits qu’elle est amenée à leur
octroyer.

Un facteur important du comportement bancaire est, en effet, lié aux risques que prend le
banquier en faisant un prêt. Puis qu’ils portent non seulement sur les chiffres d’affaires (le
paiement des intérêts et des commissions), mais aussi sur le capital (qu’il devra en cas de
perte regagner par son bénéfice, c’est - à - dire une partie seulement de ce chiffre d’affaire. Il
en découle une distinction importante entre crédits non risqué et crédit objectifs axés sur les
opérations (dont le type est l’escompte d’effet) et crédit risqué où subjectifs (par exemple une
faillite de caisse) qui ne sont octroyés qu’avec garantie.

I-1. Le bilan et le compte d’exploitation d’une banque33 :

Dans le bilan schématique du tableau 1 ci-dessous ou trouve à l’actif, la trésorerie, les


comptes des banques, les bons du trésor, puis les crédits octroyés (qui sont à subdiviser entre
crédits encadré et crédits désencadrés, ou consentis sur capitaux permanents), en fin les titres
de placements et immobilisations. En suite, au passif, les comptes du trésor et des banques,
puis les dépôts à vue, en fin des capitaux permanents. La banque développe ses ressources et
ses emplois en respectant des ratios dont les principaux sont :

- La limite du taux d’encadrement étant étendue que les petites banques échappent à cette
contrainte ;

- Le rapport des engagements aux fonds propres ;


33
Cf. article de François Renard dans le Monde de l’économie du 22 septembre 1981. « Un secteur
structurellement déséquilibré »

47
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
- En fin et surtout, le ratio de liquidité34.

Le compte d’exploitation schématique du tableau 2 ci-dessous fait apparaître les principales


composantes influant sur les résultats. Le débit vrai suivant le pourcentage que représentent
respectivement les dépôts non rémunérés (à vue) et les dépôts rémunérés.

Tableau 1 : Bilan schématique d’une banque

Actif = Emploi Passif = Ressource

Trésorerie (caisse institut d’émission Débit (institut d’institut d’émission


trésor, …) trésor,…)
Banque Banque (refinancement marché
Bon du trésor monétaire)
Crédits cliente CT, MT, LT Dépôt client
- Encadré - à vue
- Non encadré - à terme
Titre de placement Capitaux permanant
Immobilisation

Hors bilan : caution, avals, ouverture de crédits confirmés.

Tableau 2: Compte d’exploitation schématique d’une banque

Débit crédit

- coût collecte et service (4 à 7 % - Taux facturé


des sommes collectés) - Commission (mouvement,
- coût dépôt rémunérés (à terme) encadrement, encaissement,
(basé sur le taux du marché découvert...)
monétaire)
- coût refinancement banque (taux
marché monétaire)

34
Mauritanie-code bancaire, l’article 15 : alinéa n° 2 portant sur les banques et les institutions financières a
respecter un ratio de liquidité qui doit être constamment égale ou supérieur à 20%.

48
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
- coûts capitaux gelés en réserve à
la banque centrale)

Ces derniers se sont beaucoup développés et représentent en moyenne prés de 60% du total en
général, les banques surveillent plus particulièrement le taux du marché monétaire qui
constitue un bon indicateur de prix de revient de l’argent où, pour être plus précis, du coût de
leur refinancement35 .

Aux charges représentées par les rémunérations des dépôts, il faut ajouter les coûts de service
(dont très peu sont facturés). Parmi les ressources, il faut d’abord mentionner, les taux
facturés pour terme qui sont tous assis sur le taux de base bancaire (TBB).

Le problème de l’exploitation bancaire consiste à dégager des marges bénéficiaires, ce qui


impose une liaison entre les taux du marché monétaire et le TBB (en principe propre à chaque
banque) avec un écart majeur de l’ordre de 1 point à 1/2 point. On constate cependant que la
réaction n’est pas symétrique : promptes à réagir à la hausse, les banques, le sont beaucoup
moins à la baisse.

Un autre appoint non négligeable coté ressources et constitué par bénéfice réalisés sur le
décompte des jours de valeurs. On sait en effet que lorsque l’entreprise fait une remise à sa
banque, celle-ci ne lui créditera cette somme qu’à la date de valeur avec un décollage par
apport à la date de l’opération, et d’investissement pour un retrait où un tirage sur son compte.

I - 2. Les opérations de trésorerie et interbancaire :


On appelle opérations de trésorerie, les opérations qui ont lieu entre la banque et autres
établissements financiers. On dresse un tableau des opérations de trésorerie qui permet de
déterminer la position de la banque vis - a- vis du marché monétaire.

Si les emplois sont supérieurs aux ressources, la banque est prêteuse sur le marché. Cela
signifie qu’une partie des ressources en fonds propres ou en dépôts collectés auprès de la
clientèle n’est pas employée dans des opérations de crédit et est placée sur le marché
monétaire

35
Le taux peut être beaucoup élevé sur le marché intermédiaire échappant à l’encadrement du crédit (prime de
désencadrement variable avec rigueur de ce dernier et qui en fournit une bonne mesure)

49
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
- Si les emplois sont inférieurs aux ressources, la banque est emprunteuse sur le marché. Cela
signifie que les ressources en fonds propres et en dépôts clientèle ne sont pas suffisantes pour
financier les immobilisations et les opérations des crédits à la clientèle. La banque doit donc
emprunter une partie de ses ressources sur le marché monétaire. (Voir la gestion des risques
de liquidité ci- dessous)

Une baisse des taux sur le marché monétaire entraîne une hausse des profits de la banque.

Une hausse des taux sur le marché entraîne une baisse des profits de la banque en question.

Le solde du tableau des opérations de trésorerie permet de mettre en évidence la dépendance


de la banque vis-à-vis du marché monétaire.

Ce solde répond à un certain nombre de question :

- La banque à t- elle développée ses emplois de trésorerie par rapport au total de ses emplois ?

Est ce dû à une situation particulière (encadrement du crédit) ou à une volonté délibérée?

- Quelle à été l’évolution des différentes composantes des emplois de trésorerie (prêts en
blanc, valeur reçues en pension, bon du trésor) ?

Cette évolution a une signification sur le plan du risque (bon du trésor ou prêt en blanc).
L’évolution des composants des ressources de trésorerie est aussi intéressante à analyser. Une
augmentation de la part des valeurs données en pension par rapport à la part des emprunts en
blanc peut signifier une méfiance accrue des contreparties.

- La banque à t- elle respecté les limites qu’elle s’était fixé sur ses contreparties et sur les
pays dans lesquels celle-ci sont installées ? Il existe en effet des limites sur chaque
établissement et sur chaque pays (les limites « banque » sont indépendantes des limites « pays
»).

- Les échéances des prêts sont-elles adossées aux échéances des emprunts? Il ne doit pas y
avoir de gros écarts pour évite le risque des liquidités (La banque ayant prêté plus long qu’elle
n’a emprunté ne trouve pas de préteurs pour renouveler son emprunt. Ceci peut arriver dans
le cas d’une devise à marché étroit), ou surtout le risque de variation des taux.

- Le ratio de couverture des emplois par les ressources est un rapport significatif de la
situation de la banque : Ressources de trésorerie/Emplois de trésorerie (%).

50
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
Tableau 3 : les opérations de trésorerie

Emplois Ressources
Caisse -Trésorerie,
Institut d’émission public, CCP
Trésor public, CCP -pension au J,J
Pension au J,J -pension à terme
Pension à terme -Excédent
Bon de trésor
Excédent
Ressources/Emplois Emplois/Ressources
Total Total

Section 2 : Gestion des risques bancaires 36


Les risques qu'encoure toute entreprise, les banques mauritaniennes restent exposées à des
risques spécifiques liés à leurs activités. Pour la gestion des risques bancaires, Il y'a entre
autres:

II-1. La gestion des risques de crédit ou contrepartie :

Ce risque inhérent à l'activité d'intermédiation et qui correspond à la défaillance de la


contrepartie (client) sur laquelle est détenu la créance et qui entraîne, pour la banque, une
perte. Pour circonscrire ce risque, la banque procède à une bonne étude de la demande de sa
clientèle, une bonne connaissance de la clientèle. Pour la BMCI et selon les autres ayant accès
sur la banque de détail, une bonne partie des prêts sont faits sur le segment salarié qui
présente un risque très minime (voir plus détaillé dans la section III)

II-2. La gestion des risques de change :

Ce risque est atténué par la faiblesse des disponibilités en devises, des ressources de court
terme et des positions très courtes. Ce faisant, la banque garde de très fortes marges entre les
cours à l'achat et ceux à la vente.
36
Source : BMCI

51
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
II-3. La gestion des risques du taux d'intérêt:

Là aussi les banques se prémunissent en adossant des emplois à des ressources de même
durées et de même nature de taux généralement fixes, la marge sur les taux étant très grande.
D’autre part, Pour couvrir la Banque contre les risques des taux d'intérêts du marché, la
Banque analyse la volatilité de ses emplois et ressources. La stratégie globale de la Banque
pour mettre en application l'adéquation désirée, est de diviser le bilan en deux grands types de
taux d'intérêt d'actif et de passif sensibles (le taux flottant et le taux fixe) et d'aligner les
profils des taux d'intérêt de chaque composante du bilan aux normes appropriées.

II-4. La gestion des risques de liquidité :

Ce risque de liquidité qui apparaît quand une banque devient incapable de faire face aux
retraits massifs de sa clientèle. Pour se prémunir, la banque fait un bon adossement entre ses
ressources et ses emplois. De façon générale, la gestion du risque de liquidité consiste à
emprunter des ressources supplémentaires qui permettront d’honorer les échéances : elle
repose donc sur la facilite d’accès d’une banque aux différents marchés de capitaux qui
dépend elle-même d’éléments comme la notoriété, la taille, la rentabilité, la qualité de
l’actionnariat, éléments dont les apporteurs de capitaux tiennent le plus grand compte. Mais la
banque emprunteuse peut être amenée à emprunter à des taux élevés (en cas d’une crise sur le
marché des changes, par exemple) et supporter une marge d’intérêt négative.

Ainsi, en fonction de sa facilite d’accès aux marchés et des coûts qui en découlent, une
banque accepte une transformation plus ou moins élevée. Elle fixe en conséquence des
plafonds à différentes classes du profil d’échéances afin de maintenir le risque de liquidité
dans les limites souhaitables. D’autre part, les banques mauritanienne gardent généralement
des réserves dites « réserve obligatoire », pour y faire face a cette massif retrait mais dans le
cas échéant les banques font l’appel des financements auprès des marchés monétaires ou des
financements interbancaires pour rembourser les dépôts des clients. (Voici quelques exemples
récents sur la situation du marché interbancaire en Mauritanie ci-dessous : tableau 4)

Tableau 4: Situation du marché interbancaire en 2010

Date en B. B. Montant Taux Durée Intérêts Echéance


place prêt emprunt
25/01/10 BCI SGM 50000000 8 ,9% 1 12361 ,1 Mardi 26 janvier

52
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
1 2010
25/01/10 BNM BNP 200000000 8,9% 1 49444,44 Mardi 26 janvier
2010
22/04/10 BMCI BAMIS 45000000 8,4% 3 31500 Dimanche 25
avril 2010
02 /05 /1 BNP BGM 100000000 8% 1 22222,22 Lundi 3 mai 2010
0
Source : BCM - Direction générale de Marché et Gestion de Liquidité  en 2010.

NB : En imposant aux banques de constituer, sous formes des dépôts auprès d’elles où
d’encaisse en billets et monnaie, des réserves sur les dépôts de la clientèle, la banque centrale
de Mauritanie (BCM) peut influencer les besoins de ces institutions en monnaie centrale. Le
taux de réserve obligatoires est actuellement fixé à 7%37. (Source : BCM)

II- 5. La gestion du risque de trésorerie :

Dans le cour normal de ses activités, les Banques font face à des risques dans ses rapport
d'affaires avec le monde extérieur, avec des contreparties, avec des clients et dans la mise en
œuvre de ses politiques de gestion Actif / Passif, tout en veillant au respect des politiques et
directives de gestion globale du risque.

Pour satisfaire les besoins de ses emprunteurs, gérer son exposition aux fluctuations des
taux d'intérêt du marché et des taux de change, et pour investir temporairement sa liquidité
avant le décaissement, les Banques mauritaniennes utilisent souvent des divers instruments et
traite avec une multitude de contreparties et d'organismes de renom. Toutes ces transactions
impliquent, à des degrés variables, le risque que la contrepartie dans les transactions, peut ne
pas être en mesure d'honorer ses engagements vis-à-vis de la Banque en exercice. Les
Banques maintiennent des critères rigoureux d'éligibilité des contreparties et adhèrent à un
cadre des limites d'exposition au risque, basé sur le rating et la taille des contreparties. La
limite d’exposition au risque est relative à un maximum de 10% de tout le capital-risque de la
Banque.

Le chargé des risques de trésorerie assure l'exécution des directives conformément aux
politiques de gestion globale des risques. Ces directives sont relatives aux limites d'exposition
aux risques, aux limites de concentration et aux limites de volatilité sur les emplois et les

37
.Instruction n°016 / GR/ 2007 du 12 juin 2007

53
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
ressources de la Banque. Il joue un rôle en outre primordial dans la surveillance continuelle de
telles expositions au risque et dans l’élaboration de rapports périodiques pour une révision
éventuelle.

Section 2 : Gestion des risques dans l’opération d’octroi de crédits


L’objectif de cette partie c’est de connaître la manière dont les banques mauritaniennes gèrent
le rationnement des crédits aux clients (PME, entreprises,…), cette enquête s’est effectuée
auprès de plusieurs banques en Mauritanie. Au cours de cette enquête nous avons interrogé le
directeur de crédits, de plusieurs banques de la place à Nouakchott, la méthodologie de
l’enquête adopté est la suivante : la gestion des risques et les conditions d’octroi
(rationnement) des crédits aux clients.

Il résulte de ce fait une croissance du niveau de crédit octroyé aux entreprises. En effet, 82%
des banques en Mauritanie confirment qu’elles ont octroyé plus de crédit aux entreprises.

III-1. Présentation de la filière risque :

Les banques en Mauritanie se sont montrées vigilantes par rapport aux clients en particulier
aux entreprises dont elles ne disposent pas d’information suffisante. Sur l’ensemble des
banques et institutions de crédit de la place, soit 82% des banques déclarent qu’elles ne
distribueront pas de crédit à ces entreprises. Les 18% restantes exigeront l’introduction de
nouvelles clauses restrictives avant l’octroi de crédit. Pour toutes ces banques, l’augmentation
du taux d’intérêt n’est pas un moyen suffisant pour couvrir le risque y afférent.

Le banquier subissent un risque de non-remboursement des crédits, Donc la filière du risque


au sein d'une banque est organisée pour appréhender le risque dés l'entrée en relation jusqu'au
terme du crédit. Dans ce processus cinq étapes de contrôle sont nécessaires pour prévenir
d'éventuels risques notamment sur les dossiers importants.

III- 2. Méthode d'analyse des dossiers et gestion de crédits

Nous allons voir les différentes phases de la filière risque permettant en principe de limiter le
risque de crédit sur l'ensemble du portefeuille d'une banque.
54
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
Etape1 : Entrée en relation, demande de crédit

L'entrée en relation est extrêmement importante. Pour différentes raisons que nous allons
voir, il se peut qu'une demande de crédit ne soit pas possible ou face l'objet d'une plus grande
attention dès la prise de contact. Ce travail est effectué par le chargé d'affaire entreprise ou le
chargé de clientèle pour les particuliers. L'examen initial de tout client demandant un crédit
implique de respecter quelques principes généraux assez identiques dans toutes les banques.

Cette entrée en relation a pour objectif de connaître l’ensemble des situations économiques et
financières du client ainsi son environnement.

• Les entreprises en création :

Par ailleurs, les banques qui octroient des crédits se montrent très sélectives pour les
concours sollicités par des entreprises en création. Les critères de compétence ou de notoriété
des dirigeants sont particulièrement déterminants en sus des équilibres financiers qui devront
nécessairement être toujours respectés. Le chargé d'affaires aura l'obligation dès le départ
d'obtenir les informations spécifiques à ce type de client plus risqué.

• Le secteur d'activité :

Il peut exister des dispositions particulières concernent certains secteurs d'activités plus
sensibles. En effet, outre les règles de vigilance s'appliquant aux entreprises en création, ou
dont la cotation est dégradée, certains secteurs font l'objet d'une surveillance particulière.

Actuellement, les secteurs qui présentent aux yeux de la profession bancaire un risque accru
sont :

• Les entreprises de promotion immobilière,

• Les entreprises de bâtiment et de travaux publics.

• Les entreprises de transport.

• L'hôtellerie ou plus globalement les cafés, hôtels, restaurants.

• Les services (agences immobilières, conseils en informatique, centres sportifs ou de

Loisirs).
55
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
Etape 2 : L'analyse du crédit et évaluation des risques :

Nous allons analyser des risques inhérents au crédit. Comme nous l'avons vu, l'analyse
intervient dans un processus bien définit dans la filière risque. L'analyse des risques suit
également une méthode qu'il convient d'étudier afin de comprendre comment l'analyste arrive
à porter un avis sur la faisabilité d'un crédit ou d'une opération.

Le schéma ci dessous concernant le secteur des entreprises présentes de manière globale le


processus d'analyse puis de décision. Ce processus est quasiment le même pour le secteur des
particuliers et des entreprises.

· Schéma 1 : L'analyse de crédit l’entreprise :

1 - Connaître le client

Dossier De relation

3 - Description

2 – Analyse

4 - Critique / Risques Dossier de crédit

5 - Décision Octroie ou Refus

56
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
On peut ainsi voir qu'une bonne information au préalable est nécessaire avant toute analyse.

2-1. Les informations disponibles pour l'analyste crédit :

- Les informations provenant du client :

Parmi les informations provenant du client, il y a bien sûr les documents comptables et
financiers obligatoires. Les documents prévisionnels sont également très appréciés par les
banquiers car ils permettent d'évaluer les perspectives des dirigeants.

Ces prévisionnels permettront ensuite d'être confrontés avec la réalité et donneront une
indication sur la crédibilité du client et de la confiance à lui accorder. Certains éléments de
communication peuvent également être très utiles (plaquettes, sites Internet, publicité...) afin
de mieux connaître un secteur d'activité parfois très spécifique.

Enfin, il y a les « impressions » que peut avoir le banquier avec son client. Ces informations
quoique subjectives sont évoquées dans les analyses afin de rendre compte des relations
qu'entretiennent les clients vis-à-vis de la banque. Ces relations peuvent être opaques et
floues, délibérément ou non, ou apparaître au contraire très transparent.

Ce sont également des éléments déterminants de la confiance, contribuant à se forger une


opinion générale notamment sur toute la durée de la relation. On peut en effet tromper la
confiance d'un banquier une fois mais, en principe, pas deux fois.

- Les informations disponibles chez le banquier et les informations professionnelles :

Le banquier peut étoffer les données transmises par l'agence par diverses informations
d'origine interne et externe.

• Le système d'information interne :

On l'a vu, un système d'information performant peut faire gagner des gains de productivité
ou de coûts, dans l'optique de l'abaissement du coefficient d'exploitation d'une banque. Un
bon système d'information améliore également la quantité et la qualité de l'information
disponible. Ainsi, l'analyste peut, via l'informatique de la banque, consulter toute sorte de
données commerciales très utiles, notamment pour l'élaboration de contrats, ou la
compréhension et le suivi quotidien d'un compte bancaire.

57
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
Les données financières (bilans et compte de résultat, gestion des effets...) sont également
largement retraitées de façon à perdre le moins de temps possible. Les informations
comptables et les ratios financiers sont automatiquement gérés par le système informatique et
l'analyste n'a alors plus qu'à les interpréter. L'essentiel du travail de l'analyste étant de trouver
les causes d'éventuelles anomalies financières et les sources de risques au sein du dossier.

• La cotation interne :

Chaque grande banque établit une cotation interne de ses clients. Cette cotation remise à jour
très régulièrement (chaque mois) évolue selon la nature des risques et des événements
survenant dans la vie de l’entreprise. Elle donne également une bonne information sur
l'ensemble d'un groupe. Ainsi, une entreprise peut se trouver en bonne santé financière et
commerciale et pourtant obtenir une cotation interne dégradée. Ce décalage pousse l'analyste
à s'interroger sur les raisons d'une telle cotation. La raison la plus courante étant l'existence de
liens avec des entreprises ou un groupe plus risqué.

• Le dossier de la relation :

Le dossier de la relation est également une source très précieuse d'informations. Tout au
long de la relation et à l'occasion de chaque révision de dossier, toutes les informations
importantes recueillies sont archivées. Au moment d'une révision d'une demande de crédit ou
d'une opération plus complexe, ce dossier contient le passé de la relation et peut éclairer
l'analyste sur certains points importants.

Ces informations peuvent l'aider à voir plus clair sur la nature de la relation sur le long terme,
notamment la lecture des prévisionnels passés et la confrontation avec ce qui a été
effectivement réalisé.

• L'actualité financière et l’entreprise professionnelles :

Le suivi de l'actualité est nécessaire pour tenir compte de la conjoncture économique,


identifier les secteurs en pointe, les secteurs risqués, les produits à la mode... Elle s'effectue
par une lecture des revues professionnelles, des quotidiens économiques ou généralistes et
plus globalement un suivi de l'actualité.

Toutes ces informations recoupées entre elles, peuvent influencer de manière directe ou
indirecte et doivent permettre aux banquiers de se faire une opinion sur le risque de

58
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
défaillance du client. La banque peut enfin avoir recours à des services d'analyse et de
notation externe

2-2. L`analyse financière et évaluation des risques :

Les dossiers de crédits de l’entreprise arrivant dans le service analyse des risques ou service
des engagements, sont toujours hors délégation agence (montants importants) ou parfois
risqués par nature (opérations spécifiques comme des rachats de parts etc.). Le chargé
d'affaire ou son directeur d'agence n'ont alors pas la délégation pour donner un accord.

L'analyste reçoit donc le plus souvent un dossier déjà constitué par le chargé de clientèle,
comportant les informations commerciales, financières et comptables de l'entreprise et une
première analyse reposant sur toutes les informations vues précédemment. Sur cette base, il
effectue son expertise dans un service « engagements » ou « risques » du siège ou d'une
agence importante. Les relations avec l'extérieur (les clients) sont plutôt rares.

- La phase d'étude du compte de résultat et du bilan :

Dans toutes les banques, quel que soit le cas, l'analyste crédit examine la situation financière
des clients pour évaluer la recevabilité de leur demande, leur solvabilité, l'existence de
garanties suffisantes. Il analyse aussi les documents financiers en examinant l'évolution des
comptes d'exploitation et en établissant un certain nombre de ratios à partir du bilan. Ce
travail, qu'il faut toujours faire, ne doit pas forcément être commenté dans la note finale. Le
but final n'étant pas de faire un commentaire descriptif et donner une succession de chiffres
ou ratios mais de mettre en exergue les risques à partir de ces évolutions.

• Le compte de résultat :

L'analyste doit évaluer l’entreprise à travers l'évolution de son activité et de sa rentabilité


constatée dans le compte de résultat. Il regarde l'aptitude des dirigeants dans leur gestion et
dans leur maîtrise des soldes intermédiaires de gestion. Le travail de l'analyste est de chercher,
autant que possible, chacune des causes ayant entraîné les grandes évolutions des soldes
intermédiaires de gestion.

Il évalue aussi la capacité de l'affaire à générer des bénéfices sur plusieurs années. Ce résultat
permet ainsi de calculer la Capacité d'autofinancement. Cette CAF est un élément essentiel
pour les banquiers car elle montre la capacité de remboursement des emprunts à chaque

59
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
exercice. Il confronte cette CAF avec les tombées financières à moins d'un an
(Remboursements d'emprunt annuels : intérêts+ capital).

• Le bilan :

L'analyste crédit évalue également la structure financière à travers le bilan. Il convient


ainsi de rapprocher la demande de crédit avec le niveau d'endettement. Il regarde le niveau
d'endettement et le niveau de fonds propres afin d'évaluer si un nouvel endettement est
raisonnable ou s'il existe encore une marge de manoeuvre possible ou une marge de sécurité,
en cas d'endettement trop important, l’entreprise obère sa capacité d'investissement futur.

En cas de fonds propres très faible, l’entreprise n'a plus aucune marge de sécurité avant une
éventuelle mise en faillite si la situation ne s'améliore pas. L'étude patrimoniale doit évaluer le
risque de défaillance.

• La trésorerie :

Les problèmes de trésorerie sont des signes avant coureurs de problèmes au niveau de
l'équilibre financier. L'analyste fait un tour d'horizon de la trésorerie et une étude des
mouvements du compte en banque. Ce suivi peut donner une idée des habitudes de paiement
et d'encaissement et permettre d'apprécier le besoin en fonds de roulement et les solutions
bancaires adéquates par rapport aux demandes. Ainsi, certaines demandes ne posent pas de
problèmes au regard de l’entreprise mais paraissent excessives ou inutiles par rapport à ses
besoins.

NB :

Pour l’octroi du crédit au client (entreprise), le banquier vérifie si son compte bancaire est
déjà fonctionné pendant un certain temps dans ce cas, le banquier demande aux clients de
présenter des dossiers ci-dessous :

- Registre de commerce

- Statut et règlement intérieur

- Si l’entreprise tient une comptabilité il demande trois bilans et trois comptes de résultat

Dans le cas d’un nouveau client (une nouvelle entreprise), il demande tout les dossiers ci-
dessus sauf à la place des trois bilans et trois comptes résultats il exige aux clients de

60
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
présenter un bilan prévisionnel et trois comptes résultats prévisionnels ainsi des garanties
après tous cela le banquier face aux études des dossiers, c’est sur la base de l’étude des
dossiers qu’il apporte son avis.

2-3. La recherche des risques inhérents au dossier :

Le banquier résume enfin dans sa note tout les risques inhérents à l'ensemble du dossier en
expliquant les forces et les faiblesses d'une entreprise.

L'analyste doit en conséquence étudier toute autre information importante plus spécifique à
chaque dossier tels que le changement de capital, l'analyse de groupe, des fournisseurs et
clients, l'étude sectorielle, l'évaluation de fonds de commerce,… et sans doute dans chaque
outil d'aide à la décision, il y a un rappel de l'ensemble des points et risques ci- dessous à voir
lors de chaque dossier :

- Risque lié à la géographie du capital.

- Risque lié à l'activité.

- Risque clients, fournisseurs, sous traitants. .

- Risque lié à la rentabilité.

- Risque lié à la structure financière.

- Risque lié à la politique d'investissement.

- Exercice en cours et en prévisions.

- Qualité des relations bancaires.

Malgré les multiples analyses aux différents niveaux du processus d'octroi de crédit, il se
peut, pour certains dossiers sensibles, que les risques soient importants mais n'empêchent pas
leurs faisabilités. Certains crédits peuvent être accordés sous réserve de garanties.

2-4. L'étude des garanties38 :

38
L’instruction 02 /GR/1983 de la BCM

61
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
Toutes les banques mauritaniennes utilisent les garanties comme moyen de sécurité de leurs
fonds. En effet, pour 82% des banques, les garanties sont primordiales. Pour pouvoir
bénéficier des crédits auprès de ces banques, il faut absolument produire des garanties.

L'analyse des comptes annuels est bien insuffisante dans certains cas pour avoir une idée du
devenir d'une entreprise ou d'un dossier. Il n'y a pas ou peu de méfiance vis-à-vis d'une
entreprise présentant d'excellents résultats sur plusieurs années avec une structure financière
satisfaisante. Réciproquement, il faut tenter de sortir d'une affaire qui tourne très mal.

Se pose le problème des entreprises, particulièrement nombreuses, au devenir incertain où


présentant certains risques inhérents au dossier. Après une étude financière et comptable, il
s'avère que les comptes d'une entreprise n'offrent pas suffisamment de garanties dans l'octroi
d'un crédit et la capacité de l'entreprise à le rembourser.

La banque cherche donc des garanties lui permettant, si le risque se concrétise, de pouvoir
sortir de l'affaire à tout moment sans trop de pertes. Les banquiers ont donc l'habitude de
demander alors des garanties sous formes d’hypothèque ; nantissement ; cautionnement etc.…
Ces demandes sont toutefois commercialement délicates car certaines entreprises ou
dirigeants sont parfois réticents.

En Mauritanie, les garanties sont deux types. D’une part les garanties personnelles ou sûretés
personnelles et d’autre part les garanties réelles ou sûretés réelles présentés ci dessous.

62
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
Schéma 1 : Les différentes garanties

2-4-1. Les garanties personnelles :

• Le cautionnement simple ou solidaire :

Le cautionnement est un engagement pris par un tiers, la caution, de s’exécuter en cas de


défaillance du débiteur. Il ne peut excéder ce qui est dû par le débiteur. Le cautionnement est
unilatéral c'est à dire que seule la caution prend un engagement.

• L'aval :

L'aval est l'engagement apporté par un tiers appelé « donneur d'ordre » ou avaliste sur un
effet de commerce pour en garantir le paiement. L'avaliste est donc solidaire du débiteur
principal. Cette opération s'apparente donc à un cautionnement.

• La lettre d'intention :

La lettre d'intention est un document écrit adressé par une entreprise mère à un
établissement de crédit pour garantir les engagements pris par l’entreprise filiale. Selon les
termes employés dans cette lettre, ce document crée un engagement moral et une véritable
obligation de moyens ou de résultat.

63
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
2-4-2. Les garanties réelles :

• Le nantissement :

Le nantissement est l'acte par lequel le débiteur remet au créancier un bien en garantie de sa
créance. Si le bien remis en garantie est meuble, on parle de gage. Il existe plusieurs types de
garanties : le nantissement du fonds de commerce, le nantissement du matériel et véhicule, le
gage sur véhicule et le nantissement de parts sociales.

• L'hypothèque :

C'est l'acte par lequel le débiteur accorde au créancier un droit sur un immeuble sans
dessaisissement et avec publicité (inscription au registre de la conservation des hypothèques
du lieu de situation de l'immeuble).

Elle peut être légale, conventionnelle (à la suite d'un contrat) ou judiciaire (résultant d'un
jugement). En cas de non paiement et de poursuites, le créancier procède à la réalisation du
bien par vente forcée de l'immeuble saisi, aux enchères publiques.

De même, le débiteur ne peut vendre le bien sans avoir rembourser au préalable le créancier
car la garantie est attachée à l'immeuble. La durée de l'hypothèque diffère selon le type de
crédit à garantir. Une hypothèque est assortie d'un rang, critère fondamental qui détermine les
priorités lors de la vente de l'immeuble en présence de plusieurs créanciers. Une hypothèque
offre donc une bonne garantie si le rang est bon.

Etape 3 : La décision

Selon les cas, le chargé d'affaires est habilité à prendre lui-même la décision si les critères
d'analyse sont respectés et qu'il a la délégation pour le faire (il dispose d'un montant de crédit
plafonné).

Au-dessus d'un certain montant d'engagements, il transmet la demande avec un avis motivé à
son supérieur ou à un comité risque (un service de direction des risques).

Ces derniers donnent un avis, comme vus précédemment, sur l'opportunité d'accorder le crédit
ou des lignes de fonctionnement court terme (crédits de caisse, de trésorerie etc.) en se
référant également aux différents critères d'analyse déjà évoqués et repris dans une analyse
complète et synthétique du dossier. Il existe par conséquent plusieurs niveaux de délégations.

64
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
3-1. Les délégations de pouvoir :

Aujourd'hui, les établissements de crédit recourent la plupart du temps à un système


décisionnaire décentralisé en matière d'octroi de crédit. Ce mode de fonctionnement permet
une plus forte réactivité au moment où la concurrence accrue incite les banques à vouloir
donner une réponse rapide à leur client sur l'acceptation ou le refus d'une demande de prêt.

Dès lors, une procédure de délégation clairement formalisée doit être mise en place dans une
banque. Cette procédure repose sur deux acteurs : le délégant et le délégataire.

Dans un premier temps, l'organe délibérant, le Conseil d'Administration 39, délègue à l'organe
exécutif un pouvoir de décision pour accorder des dossiers de crédits à concurrence d'un
certain montant ainsi que la faculté de déléguer à son tour tout ou partie de ses pouvoirs.
Ensuite, le délégataire reçoit délégation écrite d'un supérieur hiérarchique pour octroyer lui
même des dossiers de crédits.

On peut donc distinguer plusieurs grands niveaux de délégations plutôt similaires dans
l'ensemble des grandes banques mauritanienne et allant dans l'ordre croissant de pouvoir
d'octroi de crédit :

- Délégation chargé d'affaires entreprises à hauteur d'un certains montant.

- Délégation directeur d'agence.

- Délégation comité direction régionale.

- Délégation directeur du service analyse crédit.

- Délégation directeur des risques.

- Délégation de comité de crédit.

3-2. Les comités de crédits :

Pour les opérations importantes ou particulières, la décision d'octroi de crédit doit être prise
par plusieurs personnes après l'avis de l'analyste. Cette unité composée de plusieurs personnes
est appelée comité de crédit. D'une manière générale la composition d'un comité de crédit
requiert au moins trois personnes parmi cette liste :

39
Désigné par l’assemblée générale, article 22, alinéa n°1 : Mauritanie-code bancaire
65
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
• Le président directeur général.

• Le directeur général.

• Le directeur des risques.

• Le directeur commercial.

•Directeur de l’exploitation.

•Directeur des opérations avec l’étranger

• Le responsable du département analyse crédit.

Ces comités de crédit sont une pratique courante dans la plupart des établissements de crédit
où des cellules d'analyse crédits indépendantes des unités opérationnelles, étudient les
dossiers qui ne relèvent pas du système de délégation traditionnel. (Montants ou groupes
importants, affaires sensibles etc.). La notion de comité des crédits est par extension le
principe de décision collégiale en invitant les établissements de crédit à opérer une double
signature sur les engagements significatifs. Bien souvent, le système de délégation des
établissements de crédit impose une double analyse lorsque la nature et l'importance des
opérations le rendent nécessaire.

De plus, certaines formes de financement plus spécifiques, de type plan d'apurement ou


consolidation, relèvent spécialement des comités des crédits.

Etape 4 : Le suivi du crédit

Le crédit est suivi par un monitoring sur le compte en banque de l’entreprise. Une
entreprise qui va mal verra sa situation financière et bancaire se dégrader alertant le banquier
sur le risque de non paiement du crédit ou sur la solvabilité de l’entreprise. Le banquier est
d'abord alerté avec les dépassements d'autorisation de découverts. Il' informe ainsi des raisons
du dépassement et peut ainsi connaître certaines difficultés de l’entreprise au jour le jour et
peut prendre par exemple la décision d'effectuer le rejet d'un effet important présenté au
paiement.

Le suivi de crédit s'effectue également par le suivi de la cote externe et interne de


l’entreprise. Si cette cote se dégrade brutalement et dans de fortes proportions, les banquiers
en seront avertis.

66
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
Enfin, plus périodiquement, à l'occasion des renouvellements des lignes courtes termes,
l'analyste reprendra le dossier et évaluera plusieurs paramètres comme le taux de sortie des
emprunts c'est à dire la capacité d'autofinancement à pouvoir rembourser les annuités
d'emprunts (capital+ intérêts et charges de crédit bail). Des impasses de remboursements sont
alors possibles et montrent une dégradation de la situation par rapport au moment de l'octroi
de crédit.

Plus généralement, ce qui contribue le plus à la dégradation de la note sur l'entreprise est
l'endettement et son niveau de fonds propres (la marge de sécurité de l’entreprise). Ce sont ces
éléments qui, s'ils sont mal orientés, sont synonymes de grands dangers et conduisent parfois
à des refus sur de nouveaux prêts, des classements en dossiers sensibles ou dénonciations de
prêts puis contentieux.

D’autre part, Il ne s’agit pas uniquement d’un suivi passif qui reviendrait à constater la
régularité ou la non-régularité des remboursements, mais d’un système actif qui étudie
l’évolution de la situation économique et financière du débiteur et qui anticipe sur les
difficultés éventuelles. A cet effet plusieurs outils peuvent être exploités, nous notons à titre
non exhaustif :

-Suivi des comptes : permet de détecter une dégradation de la trésorerie,


-Suivi des opérations : permet de détecter une dégradation de la situation
-Surveillance des fichiers d’impayés et incidents de paiements,
-Analyse des opérations susceptibles de «  cavalerie »
-Accroissement des découverts ponctuels
-Constant de non règlement de TVA et autres obligations mensuelles.

Par ailleurs, la surveillance des garanties, du maintien de la propriété, de l’assurance, de la


non dévaluation des biens, de la procédure d’information annuelle des cautions, est acte que
revêt une importance cruciale dans suivi préventif.

A ce niveau, la comptabilité et les rapports d’audit (commissariat au compte) sont une source
essentielle d’informations élémentaires qui doivent être exploités.

67
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
Etape 5 : La sortie du crédit

La sortie du crédit ne pose aucun problème quand il va à son terme normalement après
remboursement du capital et des intérêts. Cependant, il arrive qu'une entreprise voit sa
situation financière se dégrader considérablement et ne puisse plus rembourser son crédit.

Dans d'autres cas encore plus graves, l’entreprise peut subitement disparaître sans avoir
remboursé ses crédits.

Schéma 2

- Traitement de 1er et 2nd niveau : Les affaires spéciales.

Cette entité est, comme son nom l'indique, « l'antichambre » du contentieux avec la
recherche de solutions amiables. L'agence conserve le compte dans son portefeuille et le
département des affaires spéciales informe le directeur d'agence de tout évènement de nature à
aggraver le risque et à accélérer le recouvrement.

En revanche, le dossier sort du réseau et le directeur d’agence ne pilote plus la relation ni ne


décide des opérations. A la réception du dossier, les membres du département des affaires
spéciales analysent la situation et définissent une stratégie en accord avec le client.

68
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
Ensuite, elle veille au suivi de cette stratégie et accompagne le client jusqu'à la régularisation
complète de l'exigible. Une fois la relation recadrée, le dossier retourne à l'agence qui retrouve
alors toutes ses prérogatives de gestion à l'égard du client.

Si les négociations amiables se soldent par un échec, le directeur d’agence consolide les
garanties et envoie le dossier au contentieux avec un historique de toutes les interventions
précédentes.

- Traitement judiciaire : Le contentieux :

Le service contentieux est la dernière étape de la filière risque de la banque. Il est composé
de spécialistes du siège (des juristes essentiellement) qui s'appuient sur des intervenants
extérieurs (avocats, huissiers,...). La prise en charge par ce service s'impose, entre autres, dès
la survenance du jugement ouvrant la procédure en cas de redressement judiciaire ou de
liquidation judiciaire.

- La dénonciation du crédit :

Le banquier peut également souhaiter se séparer d'un client pour de multiples raisons :
incidents de paiements, risques particuliers ou compte jugé non rentable.

Pour dénoncer ses concours, le banquier doit informer son client de sa décision par lettre
recommandée avec accusé de réception et lui laisser un certain délai pour s'organiser et
retrouver un banquier. La loi bancaire a fixé ce préavis à 60 jours minimum en cas de
découvert et à 30 jours minimum en cas de crédits de mobilisation.

En cas de comportement gravement répréhensible de la part du client (actes délictueux,


engagements non tenus,...) ou de situation irrémédiablement compromise, le préavis n'est pas
obligatoire.

Dans ce cas, après consultation du service contentieux, le directeur d’agence procède


immédiatement à la dénonciation des concours.

Dans cet environnement et selon cet objectif primordial, la gestion du crédit est le facteur de
réussite d'une banque universelle. Sa gestion et son analyse est un enjeu très important
puisqu'une bonne gestion du crédit permet d'atteindre ce fameux cercle vertueux synonyme de
réussite.

69
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
Partie III : Analyse empirique de la performance des
banques Mauritaniennes : cas de la BMCI

I. L’EVOLUTION DU SYSTEME BANCAIRE MAURITANIEN

A la veille de l'accession à l'indépendance, la Mauritanie a adhéré à la zone franche, plus tard à


l’Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA) en 1962.

A cette époque le système bancaire mauritanien avait une composition simple, une filiale de la
BCEAO (Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest et une autre de La Banque
internationale pour l'Afrique occidentale BIAO). Ces filiales étaient exclusivement sous contrôle
étranger.

Il existait aussi une troisième banque, qui était créée en 1961 dont l’objectif était de
favoriser les investissements productifs pour l'édification d'une économie moderne. On peut
remarquer que si toute la politique monétaire (et donc de crédit) des pays de la zone franc était
conçue et gérée par la métropole, les banques dans leur quasi-totalité appartenaient aussi à des
banques françaises. La filiale de BIAO, avec 100 millions de francs CFA de capital, appartenaient
à la BNP, au CCF, à la compagnie africaine de banque et résiduellement deux autres banques
internationales. Même la Banque multilatérale développement BMD était détenue à hauteur
de 42% par la caisse centrale de coopération économique CCCE et la BCEAO. En 1967,
vient s'ajouter à ce paysage la société mauritanienne de Banque SMB (capital 50
millions d’ouguiyas), émanation de: la Société Générale qui en détient 75%. En 1973 le
pays se dote d'une monnaie dénommée «ouguiya» par la loi n° 73135 du 18 juin 1973, dans le
but de réaliser ses objectifs économiques et sociaux. Par conséquent, à partir de 1973, le franc
CFA n'a plus de cours légal sur le territoire national. Il s'en suit la création d'une Banque
Centrale. Tout ceci traduit bien le désir des autorités de contrôler les activités productives en
se réappropriant le capital.

70
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
Dans un second temps, l’ambition des autorités mauritaniennes a été de contrôler, d’orienter
et de «mauritaniser» le système bancaire. Parce qu’aucune politique monétaire ne peut
réussir sans l'adéquation du système bancaire avec ses objectifs. Nouvellement créée la
Banque Centrale de Mauritanie BCM se trouve chargée d'édicter des règles régissant le
système bancaire et de prendre une part prépondérante du capital bancaire afin d'influer
fortement les pratiques bancaires. La loi n°74.02 1 du 24/01/74 va produire des effets
structurants. Les banques qui étaient sous tutelles externe, avec des dirigeants étrangers et
au centre de décision extraverties sont désormais obligées de mauritaniser leurs directions. Car
la réglementation bancaire exige, sauf dérogation spéciale du Ministère des Finances,
l'observation stricte cette règle.

Toutefois, cette apparente rigidité dissimulait mal la volonté des


autorités du pays afin, entre autres, de tirer profit de la manne des pétrodollars. Les
banques des pays arabes seront encouragées à s'installer dans le pays.

Au début des années 1980, le système bancaire mauritanien était en situation critique.
Conscient de cette situation, l'Etat a engagé, en 1985, une profonde action de restructuration
du secteur qui s'articulait autour de trois axes à savoir :

· Assainissement financier des banques en difficultés ;


· Regroupement de ces institutions pour plus d'efficacité ;
· Privatisation des banques commerciales.

Ainsi, il procède, en 1985, à un assainissement financier progressif des banques en difficultés,


notamment par une prise en charge des créances gelées du secteur privé, le remboursement des
arriérés de paiement par les entreprises publiques et la recapitalisation des banques.

L'année 1987 a enregistré la première opération de privatisation d'une banque. Il s'agit de la


Banque Arabo-africaine de Mauritanie (BAAM) devenue Banque Mauritanienne pour le
Commerce International (BMCI).

Les deux années suivantes, 1988 et 1989, ont enregistré les premières opérations de fusion-
absorption. Il s'agit tout d’abord de fusion entre la Banque Mauritanienne pour le Développement et
le Commerce (BMDC) et du Fonds National pour le Développement (FDD), qui avait donné
naissance à l’Union des Banque de Développement (UBD). La deuxième opération concerne la
banque internationale pour la Mauritanie BIMA et la Société Mauritanienne (SMB) qui a donné
71
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
naissance à la Banque Nationale de Mauritanie (BNM) dont la majorité du capital a été cédée à
des privés nationaux.

Toutefois, la dégradation de la conjoncture économique, au début des années 90, a fortement


provoqué la détérioration de la situation financière des banques, particulièrement celles restées
dans le giron public. Dans ce cadre, une deuxième restructuration est engagée conduisant, dès
1993, à la liquidation de l'UBD et au désengagement total de l'Etat du secteur bancaire, à
l'exception de la banque bilatérale avec la Libye, à savoir la Chinguitty Bank.

Cette action de restructuration du secteur bancaire a été accompagnée par une libéralisation
progressive de l’activité bancaire et un assouplissement de la politique de change.

Le système bancaire mauritanien est composé de la Banque Centrale de Mauritanie (BCM), les
Banques primaires et des établissements financiers. La BCM qui est la banque d'émission, tient
le rôle d'organisme de contrôle de gestion des banques primaires en matière d'encadrement du
crédit et de leurs engagements en devises.

En plus de sa mission principale qui est la stabilité des prix, la BCM a pour missions :

1- L’élaboration et la mise en œuvre des nouvelles politiques économiques générales. Il


s’agira de :

 définir et mettre en œuvre la politique monétaire de la République Islamique de


Mauritanie.

 participer à la définition de la politique de change et assurer sa mise en œuvre.

 organiser, surveiller et réglementer le marché des changes ;

2- L’émission des billets et pièces de monnaie. Elle consiste à :

 émettre et gérer, pour le compte de l'Etat, la monnaie fiduciaire.

 détenir et gérer les réserves officielles de change;

3- mise en place de systèmes et moyens de paiement à savoir :

 Promouvoir la stabilité, la sécurité et l'efficience du système de paiement mauritanien ;

72
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
4- stabiliser du système financier. Cette mission consiste à :

 Surveiller et réglementer les banques et autres établissements financiers conformément


aux lois adoptées en cette matière ;

5-Assurer la fonction de Caissier de l'Etat et d'agent financier pour le Gouvernement.

6-Réaliser toute autre tâche que la réglementation lui aurait confiée, Ordonnance ou toute autre
loi lui confierait.

Les banques mauritaniens fonctionnent actuellement dans un système concurrentiel et ont


toutes latitudes dans le cadre de la réglementation en vigueur pour fixer librement leurs
conditions de dépôts et de crédits.

Leurs politiques de crédits les incitent en général à financer les projets les moins risqués et les
plus rentables à court terme. Les conditions qu'elles imposent aux demandeurs de crédit
(indépendamment même du niveau élevé des taux d'intérêts) limitent leur clientèle aux grands
commerçants et aux entreprises industrielles. On comprend dans ces conditions la volonté des
pouvoirs publics de mettre en place des institutions financières telles que les caisses populaires
d’épargne et de crédit (CAPEC), susceptibles d'élargir le champ de couverture de
l'intermédiation financière.

Le système financier mauritanien se compose actuellement de 12 banques primaires et 2


établissements financiers.

Parmi les douze banques commerciales, on note la Chinguetti Bank, qui est un partenariat à
50/50 entre les Etats mauritanien et libyen. Les autres sont à capitaux privés avec, pour quatre
d'entre elles, des participations minoritaires étrangères.40

Les tableaux suivant présentent une analyse du secteur bancaire mauritanien selon (la forme
juridique, la date de création; le capital social et la détermination du capital social).

40
BCM : Rapport Annuel 2010, P. 16.
73
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
Tableau 5 : Présentation du secteur bancaire mauritanien.

Nom de la Banque Formes Date de Capital Social Actionnaires


Juridique Création

CHINGUITTY BANK Société 28/11/1972 5.500.000.000 40% Etat mauritanien


Anonyme UM 51% banque arabe

BANQUE AL WAVA S.A 21/09/1985 7.000.000.000 85% Privées


MAURITANIENNE UM Mauritaniens
ISLAMIQUE 15% groupe saoudien
EL Baraka
BANQUE S/A 16/12/1986 6.000.000.000 100% Privés
MAURITANIENNE Mauritaniens
POUR LE
COMMERCE
INTERNATIONAL
(BMCI)
BANQUE NATIONALE S.A 1988 6.000.000.000 100% Privés
DE MAURITANIE Mauritaniens
(BNM)
GENERALE DE S.A 11/02/1995 7.200.000.000 65% Privés Maurit
BANQUE DE 35% Privés étrangers
Mauritanie (GBM)
BANQUE POUR LE S.A 09/03/2002 5.500.000.000 100% Privés
COMMERCE ET Mauritaniens
L’INVESTISSEMENT
(BACIM BANK)
BANQUE POUR LE S.A 1999 5.040.000.000 85% Privés Maurit
COMMERCE ET 15% privés étrangers
L’INDUSTRIE (BCI)

BANQUE EL AMANA S.A 1966 5.500.000.000 100% Privés


POUR LE mauritaniens dont
DEVELOPPEMENT la SNIM
ET L’HABITAT
(BADH)
SOCIETE GENERALE S.A 2005 6.000.000.000 50.999% SGM
DE LA MAURITANIE 36.749% Société
(SGM) BALLOUHEY
12.5% BEI et 0.002
Autres
BNP PARISBAS S .A 2006 5.220.000.000 100% BNP
MAURITANIE, racheté
par le groupe marocain
ATTIJARI wafa Bank
QATAR NATIONAL S.A 2008 6.000.000.000 100% QNB
BANK (QNB)

74
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
BANQUE ISLAMIQUE S.A 2011 6.000.000.000 BID 60% et ASYA
MAURITANIE BIM 40%
Source : Rapport annuel du BCM, Année 2011.

Tableau 6 : Présentation du secteur bancaire mauritanien.

Nom de Forme Date de création Capital social Actionnaire


l’établissement juridique (Ouguiyas)

Mauritanie Leasing S.A 1998 1.000.000.000 80% Privés


mauritaniens
(ML)
20% privés

étrangers

Finance Conseils S.A 2006 1.000.000.000 85% Privés


mauritaniens
Investissements (FCI)
15% privés

étrangers
Source : Mauritanie Leasing

II. PRESENTATION DE LA BMCI

La Banque Mauritanienne pour la Commerce International est une société anonyme au capital
autorisé et libéré de 6 milliards d´Ouguiyas soit 216 milliards de dirham. C’est une banque de
détails effectuant des opérations domestiques et internationaux.

2.1. HISTORIQUE DE LA BMCI

Pour connaître les origines de cette institution qui sera plus tard la plus grande banque du
pays, il faut remonter à 1974.

Née sous le nom de la B.A.A.M (Banque Arabe Africaine en Mauritanie) avec un capital de
150 Millions d’ouguiyas entièrement souscrit et libéré, qui fut reparti entre la Banque centrale
de Mauritanie (B.C.M) à 51% et Banque arabe internationale africaine (A.A.I.B),
établissement financier égyptien à 49%.

75
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
En 1984, l’état décide de céder 40% du capital aux privés mauritaniens. A la suite d’une
assemblée extraordinaire, le capital de la banque qui s’élevait à 500 Millions d’ouguiyas, est
entièrement libéré. La banque change de nom pour devenir la B.M.A.A (Banque
Mauritanienne Arabe Africaine).

L’homme d’affaires Sidi Mohamed ABASS rachète la participation de l’état mauritanien et


prend en main la direction de la banque en faillite, avec une perte de 81 Millions d’ouguiyas.

En effet, les dépôts de la clientèle s’élevaient à 1,789 Milliards d’ouguiyas alors que les
créditeurs divers sont comptabilisés pour un total de 1,536 Milliards d’ouguiyas.

La situation de la banque était déplorable. Le bilan présentait un portefeuille de créances


gelées de près de 2 ,100 Millions d’ouguiyas avec un potentiel de recouvrement trop faible et
seulement 165 ,2 Millions de provisions.

Estimant que la situation de la banque pouvait être redressée, la B.M.A.A négocie le rachat de
la participation égyptienne, chose faite le 15 Décembre 1986 et la B.M.A.A devient alors la
B.M.C.I.

Rapidement, des mesures draconiennes et une gestion efficace ont étaient prises pour aider à
redresser la banque.

En effet, le recrutement d’un personnel qualifié et composé de jeunes cadres mauritaniens et


la mise en place d’outil de gestion modernes, ont contribué aux excellents résultats de la
banque.

La banque gagne alors, la confiance des opérateurs économiques, du public et des partenaires
étrangers. Le réseau d’agence se développe à l’intérieur du pays avec l’ouverture de nouvelles
agences.

Le rachat de la BICIS GAMBIE en 1997 et la participation à 15% au Capital de la Banque


Internationale pour le Commerce et l’Industrie du Mali en 1998, confirment clairement la
bonne santé financière de l’institution ainsi que son épanouissement.

A force de sacrifices, d’efforts et de détermination, la direction fût apte à affronter certains


obstacles dont la lourdeur administrative de l’époque, le manque de maturité du monde des
affaires, et les lois et dispositions réglementaires mal adaptées au développement des affaires.

76
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
A cela s’ajoute les nombreux tabous et blocages d’une Mauritanie qui n’a pas encore
totalement pris le virage de la modernité dans les affaires.

L’an 2000 était caractérisé par la mise en place d’une vaste opération de remise à plat des
procédures, du développement d’une approche prospective et d’une valorisation du potentiel
humain, annonçant un tournant dans l’histoire de la BMCI. C’est aussi le début de la
rénovation de la structure de la banque : refonte du système informatique, développement des
outils de banques à distance, et une extension du réseau d’agences (en 2002 le nombre
d’agence augmente de 8 à 15 agences, pour passer à 23 en 2006 et 32 en 2012 pour une
clientèle estimé à 100 000 personnes.

Grâce à la mise en place d’un système de management qualité, la BMCI devient la première
banque mauritanienne à obtenir le certificat qualité BVQI et ISO 9001 version 2000.

Pour conclure, la réussite de la BMCI se mesure grâce à la volonté commune d’une équipe
très attachée au destin de son entreprise. Elles sont déterminées à pratiquer une bonne gestion
de leurs activités et ont la volonté de servir leurs clients avant tout.

2.2. LES PRODUITS ET SERVICES ENTRE AUTRES :

 Comptes : commerciaux, de clientèle institutionnelle, devises pour les résidants et les


étrangers, commerciaux islamiques, comptes chèques, épargne, chèques islamiques et
épargne islamique.

 Crédits directs : facilités de caisse, découverts, escompte financier et commercial, crédits à


court, moyen et long terme, avances sur salaires domiciliés.

 Engagements par signature : cautions locales, les avals des traites, les contre garanties
internationales, crédits documentaires, remises documentaires.

 Opérations islamiques : Mourabaha, moucharda, Moud araba,

 Crédits Bail.

 Transferts : envoyés et reçus.

77
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
 Virements

 Cartes de retrait : GIMTEL.

Divers : chéquiers, attestations (de solde, de transfert, de clôture, de non engagement …),


extrait de compte, relevés de comptes, avis d’opération, blocage chèque, blocage carnet de
chèques, opposition sur compte, opposition sur carte de retrait

2.3. ORGANIGRAMME GENERAL DE LA BMCI

78
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
Schéma 3 : Organigramme de la BMCI

79
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
2.3.1. Direction du Pôle Commercial :

o Agence Entreprises : gestion de la clientèle commerciale : la gestion des comptes


commerciaux, des comptes d’organisme public, les comptes en devises, ainsi que les
comptes islamiques.

o Agence Centrale  : gestion de la relation commerciale de la clientèle de particuliers avec la


banque.

o Structure moyen de paiement : traitement des opérations de virement, traitements


concernant les encaissements de chèques/effets et traitement des cartes de paiement
électronique

o Structure Commerciale :

Gestion des négociations et ligne de financement. Assure la veille concurrentielle, animation


commerciale et mis à jour des offres Commerciales.

Programme immobilier, assistance à la force commerciale

Communication : conception et mise en place des projets

o Agence Particuliers : gestion de la relation commerciale de la clientèle de particuliers avec


la banque.

o Responsable de zones : Gestion des agences périphériques et intérieures

2.3.2. Direction du Pole Engagement :

o Structure instruction de crédit et suivi des encours : suivi des dispositions et règles mises
en place en matière de l’instruction de crédit et suivi des encours.

o Structure contentieux et précontentieux : gestion des dispositions et règles mises en


matière de recouvrement des créances des clients défaillants.

o Structure gestion des crédits : mise en place de tous les engagements directs et par
signature. Elle est composée d’un responsable chargé de la supervision et de la
coordination de l’équipe et des agents spécialisés par type de crédit.

80
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
2.3.3. Direction Audit Contrôle et Rapprochement :

o Rapprochement : Vérification des règles en matière de suivi de ses comptes auprès des
correspondants locaux et étrangers

o Contrôle : vérification et contrôle du déroulement des opérations de paiement

o Audit Interne

2.3.4. Direction des Ressources Humaines :

: Elle  peut se diviser arbitrairement en deux grandes catégories :

 d'un côté l'administration des ressources humaines (gestion de la paie, droit du


travail, contrat de travail etc.) ;
 et de l'autre, le développement des ressources humaines (gestion des carrières, Gestion
prévisionnelle des emplois et des compétences ou
(GPEC), recrutement (sélection), formation etc.).
2.3.5. Direction Contrôle de Gestion  et Qualité:

Cette direction de contrôle de gestion a pour mission la maîtrise et la conduite d'une


organisation. Elle propose et élabore des outils de gestion au service du management de
l'organisation. Les 4 types de contrôle sont le contrôle de gestion discret, partenaire, garde-fou
et omnipotent. Les rôles de fonctions contrôle de gestion sont le mandat discret de
vérification, l'aide à la décision locale, la formation des cadres dirigeants et légitimation, et la
centralisation du pouvoir

2.4. IMPLANTATION GEOGRAPHIQUE DU SIEGE ET DES AGENCES

La Banque Mauritanienne pour le commerce International compte 32 agences réparties


comme suite.

Agence de Nouakchott

 Agence centrale

 Agence Particuliers

 Agence Entreprises

 Dar Naim

81
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
 Ksar

 Tevragh Zeina I Capital

 Sebkha

 Sebkha 2

 Tevragh Zeina II

 Arafat

 Port

 Carrefour

 Teyarett

Agence de Nouadhibou

 Boulevard Médian

 Cansado

Autres agences de l’intérieur

 Aioun, Aleg, Atar, Bogué, Boutilimit, Guerou, Kaédi, Kiffa, Maghta Lahjar, Nema,
Rosso, Sélibaby, Timbédra, Tintane, Zouerate, Guelb.

III. La place du crédit dans l’activité de la BMCI.

3.1 Le crédit à la clientèle.


Selon les données du rapport annuel de la BCM pour l’exercice 2010, le volume des crédits à
la clientèle de la BMCI s’élève à 45 430 562 UM (ouguiyas) au 31 Décembre 2010 soit
0,22% de l’ensemble des crédits nets du secteur bancaire Mauritanien contre 24 066 484 UM
en 2006 soit une progression de 88,77.En somme de 2006 à 2011 la BMCI a enregistré une
évolution positive de 23,0%.

82
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
50000000
45000000
40000000
35000000
30000000
25000000
20000000
15000000
10000000
5000000
0
Dec-06 Dec-07 Dec-08 Dec-09 Dec-10

Figre 3 : Evolution des crédits accordés par la BMCI

Source : données BCM

A côté des crédits par décaissement, les engagements par signature constituent aussi un des
services qu’offre la BMCI. En effet, cette dernière a enregistré une augmentation de 4,48 %
soit 27 812 977 millions en mai 2009 contre 26 620 334 en décembre 2006 grâce à des
Crédits documentaires / acceptations (+23%), reflétant sa position de leader sur le
financement de l’importation de riz et des produits pétroliers (importation du carburant) ; la
principale denrée consommée dans le pays , les Cautions Marchés s’élèvent à 27 321 millions
en encours moyens représentent 32% de l’ensemble de ces engagements de garanties données
à la clientèle. Son niveau important est expliqué par la forte croissance du secteur du BTP,
boosté par les grands travaux de l’Etat dans la capitale Nouakchott.

Les crédits accordés par la banque pour ses clients présentent une domination pour le secteur
commerciale qui est privilégié par la banque ainsi que celui des services avec respectivement
32% et 16%. On remarque également une bonne partie des crédits soit 20% sont utilisés par
les clients de la banque pour des besoins personnels et sociaux. Les secteurs de construction et
de pêche occupent une importante place des crédits accordés par la BMCI avec des
pourcentages respectivement de 11% et 12%.

83
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
AUTRES MINE
20% AGRICULTURE- 0%
ELEVAGE
2% PECHE INDUSTRIES
12% 3%
SERVICES CONSTRUCTION
16% 12%
TRANSPORT-
TRANSIT
COMMERCES 4%
32%
AGRICULTURE-ELEVAGE PECHE MINE
INDUSTRIES CONSTRUCTION TRANSPORT-TRANSIT
COMMERCES SERVICES AUTRES

Figure 4 : Répartition sectorielles des crédits accordés par la BMCI

Source donnée BCM

3.2 : Importance du crédit dans l’activité de la BMCI.

Pour tenter d’expliquer l’importance du crédit au sein de la BMCI, nous allons nous basé
sur le ratio suivant :

R = crédits à la clientèle / total bilan

Ce ratio explique l'intérêt qu'une banque accorde à sa structure de crédit. Le tableau


suivant, va nous montrer l'importance du volume des crédits dans l'activité de la BMCI durant
la période 2007- 2011.

Tableau 7 : pourcentage du crédit dans l'activité totale

Année 2007 2008 2009 2010 2011


R 41,36 % 49,11% 48,02% 52,63 % 54,04 %

Source : BCM (2011)

On remarque une augmentation considérable de cet indicateur passant de 41,36% à 54,04%


soit 12,68% entre 2007 et 2011. Avec, une légère baisse de ce ratio qui s’observe en 2009, on
peut en déduire qu’un bon nombre de client de la BMCI sont toujours attirés par l’offre de
crédit et que malgré quelques variations négligeables du ratio, le crédit continue à occuper un
place prépondérante. C’est pourquoi la BMCI met en place une bonne gestion et la
84
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
diversification de son portefeuille de crédit d’ou encore une fois sa place de leader.

3.3 : La position nette de la clientèle de la BMCI.


Pour connaître la position nette de la clientèle dans l’activité d’une banque, nous allons
aussi utiliser un ratio à savoir :

R = (crédits - dépôts) / le montant le plus élevé des deux.

Ce ratio est un indicateur qui explique le choix de la banque entre deux alternatives
différentes. Soit donner plus d'importance à l'octroi de crédits soit favorisé le dépôt.

Le tableau 2 suivant va nous montrer que la position nette de la clientèle da la BMCI est
en diminution continue même si cet indicateur est positif en 2010. Ceci peut expliquer la
quasi totalité des dépôts effectués par les clients de la BMCI sont presque totalement et
systématiquement distribuer sous forme de crédit.

Tableau 8 : position nette de la clientèle

Année 2007 2008 2009 2010 2011


R -24,38% -22,20% -26,02% 20,04% -33,93%
Source : rapport annuel de la BMCI (2011)

60000000

50000000

40000000
Dépôt
30000000
Crédit
20000000
Crédit
10000000

0
Dec-06 Dec-07 Dec-08 Dec-09 Dec-10

Mais dans une certaine mesure nous pouvons dire que la BMCI enregistre plus de dépôts que
de crédit et on peut le mieux visualisé à partir de la figure suivante :

85
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
IV. L’effet des crédits sur la rentabilité de la BMCI

4.1 : Evolution des commissions de gestion de crédit


D’après le tableau ci-dessous, on remarque une augmentation consécutive des
commissions de gestion des crédits. En effet, ces commissions sont passées de 6 712 032 en
2005 à 6 784 618  en 2006 soit une progression de 1,08 %. Cette situation favorable résulte
de la bonne gestion des crédits octroyés avec des commissions ne visant pas à décourager le
client dans sa demande de prêt. Mais il faut souligner que les commissions sont en
permanence progression, ce qui renforce sa politique de crédit et par conséquent se justifie
aussi par le caractère positif de son évolution en fin de période 1,08% entre 2005-2006.

Tableau 9 : évolution des commissions sur gestion des crédits (en millions d’Ouguiyas)

Année 2007 2008 2009 2010 2011 Evolution 2011/2010


Commissions sur gestion 5088 5643 6266 6712 6784 1,08%

Source : rapport de gestion de la BMCI (2011)

4.2 : Variation du rendement moyen par an des crédits.


C'est un ratio qui reflète la part des produits des crédits dans les encours annuels moyens
de crédits. Sachant que l'encours annuel moyen des crédits est de 255 889.

Tableau 10 : Rendement annuel moyen des crédits (produit de crédit en million d’Ouguiyas)

Année 2006 2007 2008 2009 2010

Produits des crédits 24066484 26374561 30097610 36752441 45430562

Ratio du rendement moyen 0,76% 0,92% 0,97% 1,16% 1,17%

Source : rapport annuel de la BCM (2011).

On remarque que la BMCI a continuellement augmenté le total de crédits durant toute la


période (2007-2011). Cette progression est plus significative depuis 2008 et surtout de 2009 à
2010 avec respectivement 36752441 UM à 45430562 UM. Ceci s’explique par la politique
d’octroi de crédit accordé par la BMCI avec un niveau des crédits à la clientèle commerciale
86
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
qui s’élève à 215 930 millions et un taux de réalisation de 102% mais aussi la BMCI continue
à soutenir sa clientèle sur les secteurs d’activité en croissance et notamment sur le BTP qui
connaît un boom depuis deux années déjà.

En outre, le ratio de rendement moyen semble suivre le même rythme de progression que
les produits de crédits, en passant de 0,76% en 2006 à 1,17% en 2010 avec un bond
considérable dès 2010 qui s’explique par 8 nouvelles agences en 2011. Cela a permis à la
BMCI de développer son fonds de commerce, tant d’entreprises que de particuliers. Ainsi, la
BMCI a réussi à atteindre un taux de croissance global de ses encours de crédits performants
de 20,4%. Ce ratio a atteint un niveau très appréciable en fin d’exercice 2011 de 1,17% soit
une augmentation de 1,94% par rapport en 2009.

V. Respect des normes prudentielles en matière de gestion du risque de


crédit.

Les textes d’applications sont édictés par la BCM sous forme d’instructions et circulaires
signées par le gouverneur. Il s’agit de l’ensemble des règles et des normes prudentielles qui
régissent et organisent l’activité bancaire.

Les différents ratios prudentiels sont repris par les instructions N°02/GR92, instituant un ratio
de liquidité et énumérant ses éléments de calcul. Ce ratio ne peut être inférieur à 20%.

L’instruction N°07/Gr/2009 définis les fonds propres minimums des établissements de crédit
Elle stipule qu’à partir de 2012 ces fonds propres minimums doivent s’établir à six milliards
d’ouguiya.

Le ratio de divisions des risques fait l’objet de l’instruction N°9/GR/2008, en vertu de


laquelle les établissements de crédit sone tenus de respecter en permanence un rapport
maximum de 25% entre le total des risques encourus sur un même bénéficiaire, affecté d’un
taux de pondération fonction du degré de risque, et le montant de leurs fonds propre nets. En
même temps le montant total des risques encourus sur les bénéficiaires dont les engagements
sont égaux à 25% des fonds propres net de l’établissement ne doit pas dépasser 8 fois ces
fonds propres nets. Les fonds propres nets et les coefficients de pondération sont définis par la
même instruction.

L’instruction 03/GR/2006 définit les positions de change ainsi que le niveau et le mode de
calcul des réserves obligatoires en devises que doivent constituer les banques.
87
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
La classification des actifs et la constitution des provisions sont règlementées par l’instruction
n° 19/GR/2009. Cette instruction fixe les règles d’hiérarchisation des créances bancaires ainsi
que les règles de constitution des provisions.

La déontologie des marchés, le contrôle interne, les procédures de travail, les conditions de
l’audit externes des banques, les taux d’intérêts, les conditions et procédures de renégociation
des créances bancaires sont aussi définis et organisés par les instructions de la Banque
Centrale de Mauritanie.

Pour notre analyse sur le respect des normes de gestion, nous allons nécessairement nous basé
sur celles ordonné par la BCM. Pour défaut de certaines informations, les ratios de
Couvertures de risque, de structure du portefeuille et de liquidité vont constituer nos indices
de jugement du respect des normes de gestion de risque et cela à partir du tableau récapitulatif
(tableau 5).

V.1 : Le ratio de couverture des risques (RCR).


C’est l’équivalent du ratio Cook du point de vue international. Il se mesure par le rapport des
fonds propres nets sur le total des risques pondérés.

Avec un minimum de 10% édicté par la BCM supérieur à celui publié par le comité de Bâle
qui est de 8%, le ratio de couverture des risques RCR a atteint un niveau appréciable au 31
Décembre 2006 soit 16,13% contre 15,11% en 2005. La BMCI est parfaite harmonie avec
cette norme prudentielle qui est cruciale dans la gestion de risque. Il faut mentionner que
malgré l’ensemble des risques soient bien couverts, ce ratio varie fortement entre les
exercices. Cela n’empêche à la BMCI d’être certain de maitriser ses risques de crédit.

5.2 Règles des Fonds Propres Minimum


Ces fonds trouvent leur importance dans le fait qu'ils sont capables de permettre aux banques
de disposer d'un coussin de sécurité lui permettant de surmonter les problèmes financiers
rencontrés.

Les fonds propres développent aussi la confiance des actionnaires ainsi que celle des
créanciers de la banque. Le niveau des fonds propres nécessaire pour acquérir cette confiance
est réglementé par les minima exigés aux institutions bancaires dont l'activité se caractérise
par la multiplicité des risques. Avec un montant de fond propre minimal de 5 000 000
d’Ouguiyas, la BMCI a toujours eu un fond propres supérieur aux normes exigées par la

88
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
banque centrale sauf pour les années 2007 et 2008 qui représentent des années.

5.3  Ratio de liquidité ou « coefficient de liquidité ».


La réglementation sur la liquidité prend la forme d'un rapport entre d'une part, au numérateur,
les actifs disponibles et réalisables ou mobilisables à court terme, et d'autre part, au
dénominateur, le passif exigible à court terme ou les engagements par signature susceptibles
d'être respecté.

Applicable depuis 2000 par toutes les institutions financières, ce ratio est très appréciable
depuis 2006 avec 43,7 % et a atteint un niveau très important en 2010 soit 64 %. Pour un
minimum requis de 20 %, cette bonne performance traduit l’équilibre de trésorerie de la
BMCI et de sa bonne allocation des ressources à court terme.

Tableau 11: Ratios prudentiels

Année 2006 2007 2008 2009 2010 Minimum


réglementair
e
Ratio de couverture 15,15% 16,02% 15,52% 15,11% 16,13% 10%
des risques
REGLE DES FDS 7.542.016 2.666.565 4.460.843 5.108.782 7.519.644 5 .000.000
PROPRES NETS d’Ouguiyas

MINIMUMS
Ratio de liquidité 43,7 % 50 % 54 % 55 % 64 % 20%

Source : Rapport de gestion de la BMCI (2010).

VI. Rentabilité de la BMCI.

Par définition, la rentabilité est le rapport entre un revenu obtenu ou prévu et les moyens pour
l’obtenir. La notion s’applique aussi bien aux entreprises mais aussi à tout autre
investissement.

Une banque étant une entreprise, alors nous pouvons, à partir de la définition précitée, dire
que la rentabilité d’un établissement de crédit représente son aptitude à dégager de son
exploitation des gains suffisants, après déduction des coûts nécessaires à cette exploitation,

89
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
pour poursuivre durablement son activité. Ainsi, il y a une forte corrélation entre la rentabilité
et l'efficience de l'établissement de crédit.

Il existe plusieurs façons d'apprécier la rentabilité bancaire, selon l'objectif poursuivi. Pour
notre étude, nous allons nous basé sur à une étude de l’évolution du produit net bancaire
(PNB), la rentabilité des fonds propres (ROE) ou coefficient de rentabilité et la rentabilité des
actifs (ROA) ou coefficient de rendement.

VI.1 Le produit net bancaire (PNB) de la BMCI.


Le produit net bancaire (PNB est égal à la différence entre les intérêts reçus, les
commissions reçues et les autres produits d’exploitation bancaire d’une part, et les intérêts
versés, les commissions payées et les autres charges d’exploitation bancaires d’autre part. Il
mesure la contribution spécifique des banques à l'augmentation de la richesse nationale et
peut en cela être rapproché de la valeur ajoutée dégagée par les entreprises non financières.
Depuis 1993, le calcul du PNB intègre les dotations ou reprises de provisions sur titres de
placement. En revanche, les intérêts sur créances douteuses en sont désormais déduits. Le
PNB correspond ainsi à :

- La valeur ajoutée sur capitaux

- Les commissions bancaires, dont la majorité est des commissions sur gestion des crédits
accordés à la clientèle.

- Les produits des opérations de changes

- Les dividendes

Tableau 12 : évolution du PNB

Année 2006 2007 2008 2009 2010 Evolution 2010/2009

PNB 27 74 27 69 2916 3567 4248 19,09 %

Source : rapport annuel de la BCM (2010)

La BMCI a enregistré une amélioration de son produit net bancaire au taux de 19,09 %. Ceci
est le résultat d’une augmentation des commissions perçues par cette dernière durant la
90
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
période de 2006 à 2010.

Aussi, En 2010, comme pour l’année précédente, la contribution de la marge sur les
opérations à la clientèle représente 47,38 % du PNB et les commissions 32,03 %.

Conformément à l’objectif fixé par la BMCI, on remarque ainsi une évolution significative du
PNB qui a atteint en 2010 un montant de 4248millions d’UM contre 3567 en 2009.

Durant la période 2006-2010, la structure du produit net bancaire de la SGBS demeure en


perpétuel augmentation.

6.2 : Le renforcement des fonds propres de la BMCI.


Un renforcement des fonds propres est crucial pour la survie de toute banque, ce qui justifie sa
capacité d’honorer à ces engagements mais aussi à couvrir au mieux ces risques. Le tableau
ci-dessous retrace l’évolution de ces fonds.

Tableau 13 : évolution des fonds propres

Année 2007 2008 2009 2010 2011 Evolution 2010/2011

Fonds propres 7 542 016 2 666 565 4 460 843 5 108 782 7 519 644 47,19%

Source : Rapport annuel de la BCM (2011)

On assiste à une forte progression continue des fonds propres de la BMCI qui sont passés de
5 108 782 UM en 2010 à 7 519 644 en 2011, soit une augmentation non négligeable de
47,19%. Durant cette période d’étude, cette action de renforcement de fonds propres de la
BMCI s’est poursuivie avec une progression annuelle moyenne de 10,68%.

VII Les ratios d’exploitation.


La rentabilité de la banque peut être appréciée par sa structure d'exploitation, qui se traduit par
plusieurs ratios. Parmi ces ratios, nous allons nous limiter à l'étude de deux ratios phares :
ROE et ROA.

Tableau 14 : les ratios d'exploitation

Année 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011

Rentabilité des fonds propres (ROE) 10,3% 1,9% 4,1% 2,7% 2,9% 2,3% 3,2%

91
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
Rendement de l'actif (ROA) 1,1% 0,3% 0,2% 0,2% 2,1% 2,5% 2,7%

Source : rapport de gestion de la BMCI (2011)

7.1-Ratio de rentabilité des fonds propres « ROE »

Le ROE traduit la capacité de la banque à réaliser des bénéfices. Il est appelé aussi coefficient
de rentabilité financière. Plus ce ratio est élevé, plus la banque est rentable.

ROE = Bénéfice Net / Fonds Propres moyens

Le ROE de la BMCI a connu sa meilleure performance en début de période 2005 ensuite une
forte baisse d’environ 8,25% en 2006. Mais depuis lors, elle a repris et continue de croître.
Cette évolution positive trouve son explication dans l’augmentation des fonds propres
accompagnée d’une progression importante des résultats nets surtout entre 2010 et 2011.

7.2. Ratio de rentabilité des actifs «ROA »


La rentabilité des actifs c'est la rentabilité économique de la banque. Elle sert à mesurer la
capacité de la banque de rémunérer ses fonds propres. Ce ratio de rentabilité des actifs permet
d'apprécier l'efficacité opérationnelle de la banque.

ROA = Résultat Net / Actif Total

D’après le tableau ci-dessus, on remarque que ce ratio est assez appréciable depuis le début de
la période (2005-2006) soient respectivement 1,1% et 0,30%. Il y a certes une légère baisse
qui s’observe entre 2007-2009. En effet, l’accroissement sensible des provisions pour risques
92
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
et charges (affaires spéciales) et créances douteuses a généré un coût net des risques plus
important que prévu. Cependant on constate un bond du dit ratio en 2009 passant de 2,1% à
respectivement 2,50% et 2,7% en 2010 et 2011. En fait, une croissance soutenue des emplois
(notamment sur les derniers semestres) et la maîtrise des charges financières, ont permis de
dégager, une marge d’intermédiation en forte progression de 17,5%. La BMCI est arrivé,
durant ces dernières années à stabiliser la ROE autour des normes internationales (2%).

La période 2005-2011 fut marquée par une conjoncture économique sans précédent et cela
s’est ressentie par la persistance des difficultés dans les secteurs d’activité tels que les
industries extractives et minières avec l’instabilité qu’a connue le pays suites à ces deux
derniers coups d’état. C’est dans cet environnement assez contrasté voire difficile que la
BMCI a marqué son pas en tant que pilier des banques de la Mauritanie.

Avec pour objectif un redéploiement de son activité commerciale, la BMCI a opté pour une
politique de crédit durant la période de 2007-20011. Elle a revu son volume de crédit à la
hausse pendant la dite période tout en continuant révisant positivement ces ressources propres
adéquats au financement des ses crédits

La BMCI n’est pas restée en marge dans sa gestion de couvertures de risques. On remarque,
une bonne politique en matière de couverture de risques. La BMCI a su maintenir à un niveau
stable ses risques sur les crédits avec une très bonne couverture de ces risques par des
provisions.

En conclusion, grâce aux analyses conjuguées, on peut conclure que la BMCI ne cherche pas
à gagner des parts de marché au détriment de sa rentabilité. Par contre elle entend conserver
son autonomie et aspire toujours à plus de modernité, de fiabilité, de respect des normes
réglementaires exigées par la BCM et de qualité de service pour sa clientèle. Sa stratégie pour
cette année s'inscrit dans la continuité de ses objectifs de croissance rentable et mesurée.

VIII Evolution du Ratio de Couverture des Risques (RCR) et son impact sur
la rentabilité des établissements bancaires, cas des banques de dépôts en
Mauritanie.
La BMCI, comme toutes les autres banques sont en perpétuelles quête de rentabilité. Cette
performance est en partie favorisée par une législation mise en place, des agences de notation
et de nouvelles reformes réglementaires qui mène tous une lutte acharnée pour imposer aux
établissements de crédit de renforcer leur pratique d'octroi de crédits et leurs systèmes et de

93
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
gestion des risques.

Vers la fin des années 80, l'internationalisation des activités bancaires associée à une forte
dynamique de marché, a haussé la part des risques au sein de l'activité bancaire. Par
conséquent, les autorités prudentielles ont jugé nécessaire de revoir la conception de leur rôle
en vue de faire face aux crises systémiques pouvant s'en suivre.

Pour palier à ce risque l’accord de Bale I de 1988 a été signé siège de la Banque des
Règlements Internationaux (BRI) et est rentré en vigueur en 1993. Il a été élaboré par le
comité sur le contrôle bancaire en vue d’encadrer le risque de crédit et le respect d’un ratio
unique et simple, c’est le ratio Cook ou encore appelé ratio de couverture des risques. Exigé
aux établissements de crédit par la banque centrale, qui a pour mission de définir la
réglementation prudentielle et d'exercer un contrôle sur les banques et les établissements
financiers visant pour l'essentiel à assurer la sécurité des dépôts et celle du système bancaire et
sanctionne les fautes disciplinaires.

Aussi la Banque Centrale située au cœur de la sphère financière, sa robustesse découle de son
impact potentiel sur le profil de risques et sur la solvabilité des banques, et de là sur la
stabilité financière.

Le RCR est donc conçu pour contraindre les établissements de crédit à maintenir un certain
niveau des fonds propres par rapport à leurs engagements. L'objectif principal, c'est
d'améliorer la rentabilité des banques Mauritaniennes et essayer de stabiliser notre secteur
bancaire autour des normes internationales.

C’est pourquoi dans cette partie, nous allons analyser l’évolution des ratios d’exploitation
(ROE et ROA), et du ratio Cooke d'un certain nombre des banques Mauritaniennes. Pour
rendre plus utile cet indice, nous allons procéder à une étude comparative entre une ou
plusieurs.

Notre échantillon va porter sur quatre (4) banques de dépôt, la BMCI, BAMIS, GBM, et la
SGM.

Les différents indicateurs retenus sont obtenus sur la base des données comptables concernant
les bilans et les états de résultat des banques ci-dessus citées, et ce concernant la période allant
de 2009 jusqu'à 2011. On procédera à une analyse comparative pour mieux tirer les
interprétations les plus significatives.

94
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
Dans le point qui suit, nous allons tout d'abord étudier l'évolution des ratios d'exploitation et
des ratios de couverture des risques des différentes banques étudiées, et ce concernant la
période allant de 2009 jusqu'à 2011.

Ensuite, la deuxième étape consiste en une analyse comparative pour identifier le type de
corrélation existant entre les différents indicateurs étudiés.

Les tableaux ci-joint résument les ratios de risques de crédit et de rentabilité, calculés sur la
base des états financiers et des rapports annuels dégagés par ces quatre (4) banques.

8.1 Les ratios d'exploitation.

8.1.1 : Le ratio de rentabilité économique (ROA).


C'est la rentabilité de l'actif total de la banque. Ce ratio est un indicateur du rendement et de la
profitabilité de la banque.

Tableau 15 ; ROA (en %)

ROA BMCI SGM BAMIS GBM

2009 2,1 4,0 1,2 3,7

2010 1,5 3,7 1,3 2,9

2011 1,7 4,1 1,9 1,6

Source : Données de la BCM

Le rendement de l’actif des banques Mauritaniennes tourne autour 3% en 2009. Cette


moyenne est très appréciable car au dessus des normes prudentielles qui sont de 2%.

La tendance générale du secteur est légèrement à la baisse sauf la SGM qui est
continuellement en parfait harmonie des normes de gestion avec un maximum de 4,1%
enregistré en 2011 et qui n’a pas été en déca de 2% durant la période. La BMCI a respecté les
normes en 2009 avec 2,10%. On peut dire qu’elle a bien exploiter sa croissance des actifs.
Cela peut s’expliquer par la composition de son PNB avec une part très faible des
commissions.

95
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
8.1.2 : Le ratio de rentabilité financière (ROE).
Le Return on Equity (ROE) est devenu un ratio de communication financière pour attirer les
investisseurs. Le ROE se définit de manière très simple :

ROE = Bénéfice net comptable / Capitaux propres

Cependant cet indicateur peut donner une fausse image de la rentabilité parce qu’un fort
coefficient de rentabilité financière peut provenir d'un faible niveau des fonds propre.

Tableau 16: ROE (en %)

ROE BMCI SGM BAMIS GBM

2009 2,9 27,7 4,7 7,2

2010 2,3 32,2 5,4 5,8

2011 3,2 29,3 8,8 3,9

Source : BCM

On constate dans le tableau ci-dessus que le rendement des fonds propres des banques de la
Mauritanie est très faible. En effet, la tendance générale du ratio de rentabilité financière reste
très modeste cela est dû entre autre par le faible taux de bancarisation que connait le pays. Ce
même ratio est très appréciable pour la Société Générale Mauritanie avec 25% en moyennes
qui est la norme pratiquée par les pays occidentaux.

Ceci peut se traduire par sa nouvelle implantation sur le territoire Mauritanien en 2005. Ainsi
n’ayant pas encore assez de clientèle, cette dernière n’est pas encore très exposée au risque
qui sévit dans l’environnement bancaire.

Cependant la BMCI reste tout de même dans les difficultés rencontré par les banques
Mauritaniennes avec une tendance générale au dessous de 10%.

96
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
8.1.3 : Le Ratio de Couverture des Risques (RCR) ou ratio Cooke.

Le ratio de couverture des risques fait un rapport entre les fonds propres, composés d'un
noyau dur (capital et réserves) et d'éléments complémentaires tels que les provisions et les
titres subordonnés, et l'actif du bilan et les engagements hors bilan pondérés aux risques. Ce
rapport ne doit, en principe, pas excéder 10% c'est à dire que pour un total actif de 100, la
banque doit avoir au moins 10 de fonds propres.

Tableau 17 : RCR (en %)

RCR

10% min BMCI SGM BAMIS GBM

2008 15,52 68 48 54

2009 15,11 29 47 69

2010 16,13 23 43 60

Source : BCM

Il ressort de ce tableau une tendance très variée du ratio de couverture de risque. D’une part
toutes les banques sont largement au dessus des normes prudentielles qui sont de 10% avec
des ratios qui sont en moyenne de 40%. D’autre part, la banque BMCI reste de justesse en
harmonie avec des ratios de couvertures largement au dessus du minimum requis même si que
ce ratio semble régressé passant de 15 ,52 en 2008 à 15,11 en 2005 soit une baisse moyenne
de 12,21% qui est certainement aux multiples engagements contracté à travers des crédits qui
nécessitent ainsi une couverture importante.

Malgré cette position de la BMCI, la GBM semble plus couvrir ces risques avec un ratio
maximum de 69,% ce qui n’est pas à négliger.

Au vue de ce tableau, les banques de la Mauritanie semblent respectées le ratio de couverture


des risques même si certaines d’entre elles étaient encore novices durant notre période

97
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
d’étude.

Concernant la BMCI, elle est ainsi une banque qui gère très bien son risque de crédit. Cette
banque comme la GBM paraît la plus stable, et ses excellents résultats réalisés au cours de ces
dernières années sont le fruit d'un respect de plus en plus affirmé des règles et normes
prudentielles, en plus de sa maîtrise bien planifiée des risques qu'elle encoure.

98
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
Suggestions et Recommandations :

Une distribution correcte du crédit, répondant à la fois aux contraintes de sécurité du système
bancaire et aux besoins de l’économie, n’exige pas seulement que le risque de crédit soit
couvert par des marges appropriées ; elle appelle aussi une maîtrise renforcée de ce risque et
une atténuation de ses conséquences lorsqu’il survient. Cette stratégie vise bien sure à une
rentabilité et une bonne performance bancaire.

Au terme de toute étude, il ressort souvent des insuffisances qui ne sont pas seulement
valables à la banque principalement étudiée (c'est-à-dire la BMCI), mais aussi à l’ensemble
du système bancaire mauritanien. Ainsi, c’est dans l’optique de renforcer cet environnement
bancaire relative à la gestion du risque de crédit et sa rentabilité que nous allons tenter de faire
des suggestions et recommandations.

Une bonne maitrise du risque de crédit doit passer avant tout par une gestion plus préventive
de ce risque qui repose sur trois actions :

C’est pourquoi nous recommandons d’abord une plus grande transparence et une meilleure
diffusion informations susceptibles d’éclairer les décisions de crédit ;

- les informations comptables doivent être plus complètes et standardisées, fournies de


manière régulière et prévisionnelle, conformément aux lignes directrices sur les relations
banques-entreprises définies au sein du Comité national du crédit41 et adoptées par la
profession ;
- mettre en place les structures dont le rôle est d’élaborer des informations conjoncturelles
et sectorielles qui seront diffusées pour aboutir à l’élaboration d’indicateurs avancés du
risque de crédit par secteurs ;

- Ensuite, une gestion préventive du risque de crédit doit l’objet d’une coopération plus
poussée entre les établissements de crédit pour mieux suivre la situation des emprunteurs ;
- Nous suggérons ainsi la mise en place de consortiums bancaires d’échange
d’informations regroupant les établissements créanciers engagés sur un même risque

41
Comité Nationale du crédit : Comité national du crédit composé du Ministre des finances, des deux
représentants de l'Etat siégeant au Conseil d'administration et de quatre autres membres nommés par le
gouvernement.    
99
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
paraît de nature à améliorer la connaissance et la prévention des sinistres, notamment si
elle s’inscrit dans le cadre d’une coopération avec la BCM ;

Enfin, une recommandation relative à l’amélioration de la gestion interne du risque dans les
établissements de crédit eux mêmes, notamment par l’extension de la pratique de notation
interne des emprunteurs et par une gestion globale des risques inclus dans le portefeuille de
crédit de chaque établissement seront les bienvenues.

En outre, nous suggérons que les banques adaptent leur processus d’octroi de crédit pour un
renforcement de leurs résultats commerciaux. En effet, face aux évolutions constantes de
l’environnement, il est nécessaire de pouvoir adapter le processus d’octroi de crédit afin
d’augmenter le taux de conversion des prospects en clients, tout en conservant la maîtrise
totale de la politique de risque. Or ce processus fait intervenir de nombreuses règles métier en
relation avec la segmentation de l’emprunteur, l’évaluation du risque, la tarification des
produits de crédit, le contrôle de conformité vis-à-vis de la réglementation et autres étapes de
décision. Aujourd’hui la plupart de ces règles sont appliquées manuellement ou « codées en
dur », disséminées dans les applications. Le moindre changement engendre coûts, délais et
incohérences.

De même, du point de vue de la gestion interne des risques , nous suggérons la création d’une
service d’audit et de vérification interne qui sera un dispositif de contrôle au plan interne
permettant, une évaluation, une surveillance et une gestion des risques encourus dans le
domaine de crédit. Ce service devra veiller à la pertinence et à la bonne application des
moyens de l’organisation mis en place. Le bon fonctionnement de ce service résultera de son
autonomie dans l’exercice de sa fonction.

Les banques doivent insister sur le renforcement du rôle du service informatique par la mise
en place d’un système de suivi des prêts.

Les établissements de crédit doivent mettre en place un service de transfert des contentieux du
gestionnaire de compte au service juridique.

La mise en place d’une comptabilité analytique qui est très recommandable dans une
entreprise commerciale et ce pour la tenue des comptes clients et surtout pour leur rentabilité.

La naissance d’un service doit être prise en compte. Il consistera à garder le contact avec les
clients afin de négocier avec lui les conditions d’un aménagement de sa date avec un accord et

100
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
en évitant inversement de prendre des décisions unilatérales sans concertation. Ce service
viendra en appui aux différents gestionnaires de comptes. Il serait aussi souhaitable d’insister
sur le renforcement le service de recouvrement.

Créer, au sein des établissements de crédit, des divisions consacrées aux études de
conjoncture et aux conseils à fournir aux clients pour contribuer à l'amélioration de la
rentabilité des entreprises et réduire le niveau du risque de non-remboursement des crédits.

Nos recommandations relatives à une meilleure performance des banques résultant de leur
gestion des risques de crédit ne concernent pas seulement les établissements financiers, elles
vont aussi à l’endroit des pouvoirs publics garant de l’environnement dans lequel les banques
exercent leurs métiers. Ainsi les autorités étatiques sont invitées à prendre des mesures ci-
après :

- Effectuer un recensement et une authentification de la dette intérieure en concertation avec


les entreprises et élaborer un calendrier de remboursement de cette dette, en vue de leur
permettre d’assurer un remboursement satisfaisant de leurs encours de crédit.

- Engager une concertation avec l’ensemble des parties, en vue de renforcer le cadre juridique
et judiciaire pour sécuriser les affaires, en tenant compte de la spécificité du droit bancaire.
Les mesures devraient porter sur la définition de procédures spécifiques et adaptées au secteur
bancaire, notamment en matière de contentieux bancaire.

- Assurer la formation de magistrats spécialisés dans le domaine du droit bancaire pour leur
permettre de juger avec objectivité et équité les contentieux entre les banques et leurs clients.

- Nous ne pouvons pas terminer nos recommandations sans pour autant évoquer la place du
marché financier. Le développement de ce dernier qui passe avant tout par l’engouement de
l’ensemble des investisseurs comme les banques en particulier, aura nécessairement un impact
considérable sur la gestion des risques de crédit et leur rentabilité à travers les transferts des
portefeuilles à risques

Nous soulignons que ces recommandations ne sont pas le résultat d’une observation sur le
terrain c’est à dire des différentes banques mais celles d’un ensemble de recherches
documentaires en se basant sur des rapports de la banque mondiale et du FMI sur le paysage
bancaire de la Mauritanie. Ainsi vous constaterez des recommandations d’ordres générales.
101
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
Conclusion Générale :

Le risque de crédit reste et restera toujours au cœur des préoccupations pour les banques, mais
il demeurera aussi leur fonction principale de rentabilité d’ou la bonne gestion de ce dernier
reste le combat inlassable des banquiers.

En matière de gestion de risque de crédit, il en existe plusieurs auxquelles les banques font
habituellement face. C’est dans ce contexte jonché d’aléas que le banquier cherche les
moyens qui lui permette de mieux localiser, évaluer et de maitriser ces risques de crédit.

Le banquier dispose d’une variété de méthodes lui permettant de se prémunir contre les
risques de crédit. Ces moyens peuvent aller des supports qui constituent les documents
accompagnant le remboursement de crédit, en passant par des garanties pour prévenir des
risques d’insolvabilité du préteur et pour finir par des clignotants qui sont en quelque sorte un
tableau de bord qui permet au banquier de suivre la situation financière de son client à
l’exemple des mouvements du compte.

En plus des moyens précités dont dispose le banquier dans sa quête de maitriser du risque de
crédit, il existe des modèles que soient internes ou externes qui viennent renforcer dans
l’évaluation de son risque. Les modèles externes sont en grandes partie, les fruits des
instances nationales et internationales comme la BCM et les différents accords de Bale dont
les recommandations concernent toutes les institutions financières du monde.

Aujourd'hui la plupart des banques mauritaniennes ont fait des efforts et des progrès énormes
dans plusieurs domaines pour atteindre leurs objectifs de rentabilité ou leurs impératifs de
compétitivité. Ces évolutions ont beaucoup été provoquées par les profondes mutations du
secteur au cours des vingt dernières années.

Que ce soit avec le nouveau cadre réglementaire et le ratio de solvabilité ou la pression de la


concurrence notamment liée au désencadrement du crédit, les banques mauritaniennes ont
profondément changé, évoluer, adapter leur approche de l'environnement.

Les banques n'ayant pas réussi à opérer ces changements ont été généralement racheté ou ont
connu de très grosses difficultés à chaque crise bancaire, comme le cas de la crise bancaire en
Mauritanie dans les années 80 allant parfois jusqu'à disparaître.

102
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
Ce dernier phénomène est quand même très rare. Les autorités bancaires, par leurs
réglementations, ont réussi à renforcer le système financier et pousser les établissements
bancaires à une meilleure prise en compte de leurs risques.

Etant au centre de la réforme du ratio de solvabilité, le risque de crédit, sera désormais dans
un avenir proche considérablement mieux pris en compte par les banques. Grâce à la notation
interne et à une meilleure allocation des fonds propres, la gestion du risque de crédit s'en
trouvera affiné et permettra un avantage compétitif ou une différenciation pour ceux qui
auront les meilleurs systèmes de notation interne.

En revanche, après l’option d’une politique générale de libéralisation de l’économie, le


secteur bancaire mauritanien a connu une profonde mutation. Le défi majeur demeure,
cependant, l’amélioration du taux de bancarisation qui n’arrive pas à dépasser les 4%, contre
10% au Maroc. Les opérations relèvent pour l’essentiel du court terme. L’absence de
ressources longues empêche le système bancaire de financer l’investissement.

Le secteur bancaire souffre d’une faible gouvernance, d’un système de contrôle interne
insuffisant, d’un manque de transparence (absence d’états financiers fiables et faiblesse en
matière de publication des informations financières) et d’une capacité d’évaluation des risques
insuffisante. D’autre part, le niveau de technicité au sein des banques est faible à tous les
niveaux et un renforcement des capacités s’impose. Il pourrait se faire par la participation du
personnel à des programmes de formation à l’extérieur.

La réglementation et la supervision ne sont pas encore aux normes internationales, les


centrales d’information à la BCM (centrales des bilans, des risques et des impayés) sont peu
développées  et l’informatique pourrait être améliorée. La formation des inspecteurs est
insuffisante et ceux-ci ne bénéficient pas d’un statut spécial. Il est de la volonté des autorités
de remédier à ces difficultés, avec le soutien du FMI et de la Banque mondiale.

103
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI
Bibliographie :

Les ouvrages :
1. Les techniques bancaires : pratiques, applications corrigées
Philippe Monier, Sandrine Mahier-Lefrancois 2éme édition
2. Gestion de la banque : Du diagnostic à la stratégie
Sylvie Coussergues 4éme édition
3. L’ère des Banques Centrales
Jean Pierrre PATAT
4. Gestion des risques et institutions financières John HULL
Christophe Godlewski Maxime Merli 2éme édition
5. Le risque de crédit face à la crise
Arnaud de Servigny Ivan Zelenko 4éme édition
6. PETIT-DUTAILLIS, Le risque de crédit bancaire, Edition scientifique Riber, Paris,
1967
7. PRUCHAUD J., Evolution des techniques bancaires, Editions scientifiques Riber, Paris,
1960
8. BERNARD V. et Colli J.C., Les crédits bancaires aux entreprises, Revue bancaire
9. JOHN STUART, Le crédit dans l'économie, PUF, Paris, 1967

10. . article de François Renard dans le Monde de l’économie du 22 septembre 1981. « Un


secteur structurellement déséquilibré »

Les rapports :
11. Rapport de finance Watch www.finance-watch.org
12. Rapports annuel de la BCM Mauritanie
13. Rapports de la banque des réglementations internationaux BRI
14. Rapport de la BMCI
15. Rapport de la BCM 
16. Mauritanie- code bancaire

Les sites :
17. http://www.banque-credit.org/pages/pilier-de-bale2.html
18. www.bcm.mr/
19. www.bri.com

Les mémoires :
20. Système financier Mauritanien : Situation après la crise Sidi Mohamed Dah
Universitéde Nouakchott

21. Gestion de risque bancaire et rentabilité cas du Sénégal


22. Abdellatif H (2008) : Gestion des risques bancaires et proposition d’implémentation
et déploiement de Bâle II, GROUP SEGEPEC - POLYFINANCE

104
Gestion de Risque : Impact de la Réglementation sur la rentabilité Bancaire cas de la BMCI