Vous êtes sur la page 1sur 8

SPL Chartres Métropole Construction d’une centrale de cogénération de Etude de dangers

Energies Gellainville

Construction d’une centrale de


cogénération

SPL Chartres Metropole Energies –


Gellainville

RESUME NON TECHNIQUE DE


L’ETUDE DE DANGERS

Bureau Veritas / Cabinet Merlin – Dossier N° 3607266 – Résumé non technique de l’EDD – 09/09/2016 – Rev. 1 Page 1/8
SPL Chartres Métropole Construction d’une centrale de cogénération de Etude de dangers
Energies Gellainville

CONTEXTE

CHARTRES METROPOLE ENERGIES projette de réaliser une centrale de cogénération biomasse


sur la commune de Gellainville au Sud-Est de Chartres.

La centrale produira de la chaleur qui sera distribuée dans le réseau de chaleur relié à la chaufferie de
la ville de Chartres, qui sera étendu pour l’occasion, et de l’électricité qui sera utilisée sur le réseau la
RSEIPC.

Conformément à la réglementation, une Etude de Dangers de la future centrale de cogénération a été


réalisée. L'objet de ce résumé non technique est de fournir à des lecteurs non-spécialistes du
domaine des installations industrielles, une information objective et factuelle et leur permettre une
appréciation convenable des risques.

LE SITE ET SON ENVIRONNEMENT

Le site est situé sur la zone d’activité de la commune de Gellainville (28), au Sud-Est de Chartres.
L’accès du site se fera par la rue Hélène Boucher, qui est perpendiculaire à l’avenue Louis Pasteur.
Cette avenue fait la jonction entre la RN154 et la D939. L’autoroute A11 se trouve à un peu plus de
900 mètres à l’Ouest du site.
A proximité du site se trouve :
• Au nord, un entrepôt de La Poste ;
• A l’Est, un champ ;
• Au Sud, un bassin de rétention ;
• A l’Ouest, une parcelle non occupée de la zone d’activité de Gellainville.

ACTIVITES

Le projet de centrale de cogénération par combustion de bois permet la production de :


• chaleur (eau chaude) pour alimenter le réseau de chauffage urbain ;
• électricité utilisée en partie pour les besoins de l’installation, le restant étant exporté sur le
réseau géré par RSEIPC.

Pour l’étude de dangers, l’installation a été divisée en différentes unités fonctionnelles qui seront
décrites et reprises dans la suite de l’étude :
• Approvisionnement des matières combustibles ;
• Stockage des matières combustibles ;
• Chaudière bois ;
• Surchauffeur gaz ;
• Traitement des fumées ;
• Groupe Turbo alternateur.
• Stockage des réactifs et autres produits sur le site ;
• Stockage des résidus, déchets de combustion et déferaillage ;
• Installations et activités connexes – utilités.

Bureau Veritas / Cabinet Merlin – Dossier N° 3607266 – Résumé non technique de l’EDD – 09/09/2016 – Rev. 1 Page 2/8
SPL Chartres Métropole Construction d’une centrale de cogénération de Etude de dangers
Energies Gellainville

OBJECTIFS DE L’ETUDE DE DANGERS

Dans le cadre de la Demande d’Autorisation d’Exploiter du site de la centrale de cogénération de


Gellainville, une étude de dangers a été réalisée.
L’étude de dangers expose les dangers que peuvent présenter les installations en décrivant les
principaux accidents susceptibles d’arriver, leurs causes (d’origine interne ou externe), leur nature et
leurs conséquences.
Elle précise et justifie les mesures propres à réduire la probabilité et les effets de ces accidents à un
niveau acceptable.
Elle décrit l’organisation de la sécurité mise en place sur le site et détaille la consistance et les
moyens de secours internes ou externes mis en œuvre en vue de combattre les effets d’un éventuel
sinistre.

METHODE D’ANALYSE DES RISQUES

La démarche d’analyse des risques est présentée sur le graphe ci-dessous. Elle est réalisée en cinq
étapes.

Accidentologie du site - Installations


Accidentologie
analogues - REX

Réduction des dangers (quantité de


Recensement des Identification et caractérisation des
matière dangereuse, procédé
dangers potentiels de dangers
alternatif, etc)

Recherche des événements redoutés centraux (ERC)


Evaluation Préliminaire
Sélection de ceux pouvant conduire à un phénomène dangereux (PhD) majeur
des Risques (EPR)
potentiel

Etude de réduction des risques jusq'à


Analyse Détaillée des Evaluation de la probabilité, gravité,
un niveau aussi bas que
Risques (ADR) intensité et cinétique des PhD majeur
raisonnablement réalisable

Positionnement des PhD dans la


matrice MMR
Bilan de l'analyse des
Validation du niveau de maîtrise des
risques
risques / Proposition de MMR le cas
échéant

Bureau Veritas / Cabinet Merlin – Dossier N° 3607266 – Résumé non technique de l’EDD – 09/09/2016 – Rev. 1 Page 3/8
SPL Chartres Métropole Construction d’une centrale de cogénération de Etude de dangers
Energies Gellainville

Après analyse des produits ainsi que des types d’installations présents sur le site, les principaux
potentiels de dangers identifiés sont les suivants :
• Stockage de bois biomasse et bois de récupération : Matières premières inflammables et
toxicité des fumées en cas d’incendie ;
• Approvisionnement en gaz naturel dans le bâtiment de la chaudière bois : Gaz inflammable
dans un milieu confiné ;
• Tuyauterie d’approvisionnement de gaz naturel sur le site : Gaz inflammable sous pression
dans une tuyauterie aérienne.
Une analyse de l’accidentologie sur des sites utilisant les mêmes types de produits ou les mêmes
types d’activités a été réalisée afin de réaliser une analyse préliminaire des risques.
Cette analyse a permis d’identifier les phénomènes dangereux suivants, c’est-à-dire les scénarios
pouvant potentiellement causer des effets dangereux hors du site.

PHENOMENES DANGEREUX IDENTIFIES

Etant donné le type d’installation étudié et les produits mis en jeu, les principaux phénomènes
dangereux identifiés sont listés ci-dessous :
• Incendie au niveau des silos de stockage de bois ainsi que la dispersion des fumées
toxiques générées par l’incendie ;
• Explosion confinée à l’intérieur du bâtiment chaudière bois ;
• Fuite sur la tuyauterie d’alimentation en gaz naturel sur le site suivie d’une inflammation
immédiate (entrainant un jet enflammé) ou une inflammation retardée (entrainant une
explosion non confinée).

Un certain nombre de mesures de maîtrise des risques en fonction des phénomènes identifiés ont été
mises en place sur le site, notamment les mesures ci-dessous :
• Systèmes de détection de gaz et fermetures automatiques de 2 vannes sur la ligne
d’alimentation en gaz ;
• Systèmes de détection d’incendie au niveau des silos de stockage bois ainsi qu’un système
d’arrosage des silos ;
• Protection mécanique autour de la tuyauterie de gaz naturel au niveau du poste de détente ;
• Tenue de la tuyauterie gaz aérienne à des surpressions de l’ordre de 200 mbars…

L’application de la méthodologie d’analyse de risques a conduit à identifier 5 phénomènes dangereux


qui ont été modélisés.
Les phénomènes dangereux retenus dans cette étude ainsi que leurs distances d’effet sont listés
dans le tableau ci-dessous :

Bureau Veritas / Cabinet Merlin – Dossier N° 3607266 – Résumé non technique de l’EDD – 09/09/2016 – Rev. 1 Page 4/8
SPL Chartres Métropole Construction d’une centrale de cogénération de Etude de dangers
Energies Gellainville

Distances des effets de Remarques


Distances des effets thermiques
surpression Distances des effets toxiques (en m)
(en m)
(en m)
Phénomènes dangereux -
Intitulés 50 140 200
3 kW/m² 5 kW/m² 8 kW/m² 16 kW/m² 20 kW/m² 20
mbar mbar mbar SEI SPEL SELS
SEI SPEL SELS SELS SELS mbar
SEI SPEL SELS

Les effets thermiques ne sortent pas


du site.
PhD 1 : Incendie au niveau d’un NA (au sol) NA (au sol) NA (au sol)
silo de stockage de bois NA NA 4* NA * NA* - - - - Les effets toxiques (effets
biomasse 105 (25m de haut) 25 (20m de haut) 25 (20m de haut) irréversibles) sortent du site mais
aucune installation ne se trouve dans
la zone impactée.

Les effets thermiques ne sortent pas


du site.
PhD 2 : Incendie au niveau d’un NA (au sol) NA (au sol) NA (au sol)
silo de stockage de bois de NA NA 3* NA* NA* - - - - Les effets toxiques (effets
récupération 105 (25m de haut) 25 (20m de haut) 25 (20m de haut) irréversibles) sortent du site mais
aucune installation ne se trouve dans
la zone impactée.

Les effets de surpression (SEI et


PhD 3 : Explosion confinée
SPEL) sortent des limites du site.
suite à une fuite de gaz dans le - - - - - 325 160 40 NA - - -
bâtiment chaudière bois Phénomène étudié dans l’ADR

PhD 4a : Jet enflammé suite à


une brèche moyenne sur la Les effets thermiques ne sortent pas
15 15 15 10* 10* - - - - - - -
tuyauterie d’alimentation en gaz du site.
naturel

PhD 4b : UVCE / Flash fire


suite à une brèche moyenne Les effets de surpression ne sortent
15 10 10 - - 15 10 NA NA - - -
sur la tuyauterie d’alimentation pas du site.
en gaz naturel

NA : Non atteint
(*) Effets sur les structures

Risques liés aux entreprises voisines


Dans l’étude de dangers, il a été vérifié que les entreprises situées à proximité de la centrale de cogénération ne génèrent pas d’effets dominos sur les installations du site.

Bureau Veritas / Cabinet Merlin – Dossier N° 3607266 – Résumé non technique de l’EDD – 09/09/2016 – Rev. 1 Page 5/8
SPL Chartres Métropole Construction d’une centrale de cogénération de Etude de dangers
Energies Gellainville

MESURES DE REDUCTION DES RISQUES

L’analyse des phénomènes dangereux majeurs a permis de lister un certain nombre de Mesures de
Maitrises des Risques (MMR) qui seront mises en place sur le site.
Ces mesures sont présentées dans le tableau ci-dessous :

Bureau Veritas / Cabinet Merlin – Dossier N° 3607266 – Résumé non technique de l’EDD – 09/09/2016 – Rev. 1 Page 6/8
SPL Chartres Métropole Construction d’une centrale de cogénération de Etude de dangers
Energies Gellainville

Active / passive Tests et


Prévention / Niveau de
MMR Technique / Indépendance Efficacité Temps de réponse maintenance /
Protection confiance
organisationnelle Formation

MMR1 – Détection baisse de


pression au niveau de la Active
chaufferie bois et fermeture Protection oui 100% Quelques secondes Annuel 2
des deux vannes de coupure BTS
de gaz

MMR2 – Détection gaz au


Active
niveau de la chaufferie bois et
Protection oui 100% Quelques secondes Annuel 2
fermeture des deux vannes
BTS
de coupure de gaz

BTS : Barrière Technique de Sécurité

Bureau Veritas / Cabinet Merlin – Dossier N° 3607266 – Résumé non technique de l’EDD – 09/09/2016 – Rev. 1 Page 7/8
SPL Chartres Métropole Construction d’une centrale de cogénération de Etude de dangers
Energies Gellainville

CONCLUSION DE L’ETUDE DE DANGERS

Le phénomène dangereux majeur identifié lors de l’analyse préliminaire des risques et étudié en détail
au chapitre 10 en probabilité et gravité est positionné dans la matrice G x P ci-dessous (circulaire du
10 mai 2010 relative aux critères d'appréciation de la démarche de maîtrise des risques d'accidents).

Probabilité (sens croissant de E vers A)

Gravité
E D C B A

5. Désastreux

4. Catastrophique PhD3

3. Important

2. Sérieux

1. Modéré

Après exclusion de ce phénomène dangereux en raison de sa très faible probabilité d’occurrence et à


la redondance de MMR mises en place (respect de la règle d’exclusion de la circulaire du 10 mai
2010), la matrice MMR est la suivante :

Probabilité (sens croissant de E vers A)

Gravité
E D C B A

5. Désastreux

4. Catastrophique

3. Important

2. Sérieux

1. Modéré

Ainsi, le seul phénomène dangereux majeur (ayant des effets hors site) identifié dans l’étude de
dangers, possède une probabilité assez faible et des mesures de maitrises des risques suffisantes
pour être exclu de la maitrise de l’urbanisation.

Tous les autres phénomènes dangereux identifiés dans cette étude ne sortent n’impactent pas de
tiers en dehors du site.

Ces installations ont donc un niveau de risques « acceptable », au sens de la circulaire du 10 mai Mis en forme : Justifié
2010.

Bureau Veritas / Cabinet Merlin – Dossier N° 3607266 – Résumé non technique de l’EDD – 09/09/2016 – Rev. 1 Page 8/8

Vous aimerez peut-être aussi