Vous êtes sur la page 1sur 4

WWW.FEB.

BE
>INFORFEB
La newsletter pour décideurs
[ 23 DÉCEMBRE 2010 – N° 42 ]

Présidence belge de l'UE


Des résultats qui boostent l’entrepreneuriat
nal, le Conseil des Affaires étrangères a autorisé Traité. Après des semaines d’incertitude et de
la signature d’un Accord de libre-échange avec nervosité sur les marchés à l’égard des déficits
la Corée du Sud, le plus ambitieux jamais publics de plusieurs États membres, il s’agit
conclu par l’Union européenne au regard des d’un pas décisif pour préserver la stabilité
matières couvertes (concurrence, propriété financière de l’euro.
intellectuelle, aides d’État, barrières non tari-
faires, etc.). De plus, le Service européen
L’Europe paraît disposer, enfin,
d’Action extérieure, le nouveau service diploma-
des moyens adéquats pour
La 12e présidence belge de l’UE s’achève tique européen que présidera le Haut
dans quelques jours et déjà, les commentaires Représentant Catherine Ashton, a également été
remettre l’économie sur les rails
élogieux fusent de toutes parts ! Elle a, en lancé sous la présidence belge. Ce service
de la croissance.
effet, été capable de relever les défis des priori- devrait permettre, à l’avenir, de développer des
tés qu’elle s’était fixées. Aussi la FEB souhaite- missions de diplomatie économique. Ces premiers jalons de la gouvernance écono-
t-elle, d'emblée, féliciter l’ensemble des Par ailleurs, la crise financière a démontré que mique posés, il revient à la présidence hongroi-
autorités politiques, diplomatiques et adminis- les mécanismes de surveillance financière en se d’en assurer leur mise en œuvre concrète.
tratives belges qui ont contribué à ce succès. Europe étaient inadaptés à un marché des ser- Parmi les nombreux autres dossiers importants,
La plupart des avancées de cette présidence vices financiers intégré au niveau européen. Un on épinglera l’adoption – dans des conditions
touchent – et cela mérite d'être souligné – à la ensemble de mesures a, dès lors, été voté en difficiles – du budget 2011 pour l’UE, la nou-
vie quotidienne des entreprises (coût du brevet, cette matière et prévoit la mise en place d’un velle directive relative aux retards de paiement
crédit bancaire, entraves à l'exportation, etc.). Système européen de surveillance financière ou encore, l’accord politique du Conseil concer-
S’agissant du brevet de l’Union européenne, (ESFS), en créant notamment trois Autorités de nant une révision de la directive ‘Eurovignette’.
une très large majorité d’États membres s’est Supervision européenne (ESA) ainsi qu’un Forte du nouveau cadre institutionnel prévu par
engagée à simplifier et à réduire considérable- Comité européen du risque systémique. le Traité de Lisbonne ainsi que des réformes
ment le coût de la procédure de dépôt pour nos Enfin, d’énormes progrès ont été engrangés en profondes précitées, l’Europe nous paraît dispo-
entrepreneurs. Enfin ! En matière de recherche matière de gouvernance économique de l’UE. ser, enfin, des moyens adéquats pour remettre
et d’innovation également, le Conseil Compétiti- Ainsi, l’adoption du ‘Semestre européen’ et le l’économie sur les rails de la croissance. Tous
vité a plaidé, auprès de la Commission euro- renforcement du Pacte de Stabilité et de les efforts doivent à présent se concentrer sur la
péenne, pour une simplification rapide des Croissance permettront de renforcer la discipli- mise en œuvre concrète des décisions prises en
conditions de participation aux programmes- ne budgétaire et la stabilité macro-économique. 2010. L’année 2011 sera, dès lors, celle de
cadres de recherche. Il s’agit là d’une nécessité À cet égard, il faut se féliciter de la récente l’action. La FEB se félicite de ce que la prési-
impérieuse quand on sait que la participation décision du Conseil européen de créer un dence hongroise entende aller de l’avant dans
des entreprises à ces programmes a chuté de ‘mécanisme permanent de résolution des cri- un esprit de continuité.
e e
39% au 4 à 25% au 7 . Sur le plan internatio- ses’, moyennant une modification limitée du RUDI THOMAES, ADMINISTRATEUR DÉLÉGUÉ

À ÉPINGLER LE CHIFFRE DE LA SEMAINE


> > Obligation de déclaration pour les
FISCALITÉ
paiements aux paradis fiscaux Pression fiscale élevée en Belgique
Selon l’OCDE, la pression fiscale en Belgique s’est

43,2%
>
BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL élevée à 43,2% du PIB en 2009. Au niveau mondial,
Campagne d’inspection ‘appareils de levage’ notre pays se positionne ainsi à la quatrième place,
après le Danemark (48,2%), la Suède (46,4%) et
ÉLECTRICITÉ ET GAZ > Hausses à tout vent l’Italie (43,5%). Il apparaît donc clairement que
l’assainissement budgétaire devra s’axer principalement sur les dépenses.
HEBDOMADAIRE — BUREAU DE DÉPÔT : SINT-NIKLAAS — P409959 www.feb.be > publications > chiffres et faits
[ INFOR FEB 42 — 23 DÉCEMBRE 2010 ]

> BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL augmentent respectivement de 29% et de 1%


par rapport à l’année 2010. En plus de ces
Campagne d’inspection ‘appareils de levage’ cotisations fédérales, la surcharge sur l’élec-
tricité pour le support aux éoliennes offshore
Le 1er janvier prochain, le service d’inspection et dispositifs de limitation, sur la sécurisation
est, pour sa part, multipliée par six (!) par rap-
fédéral Contrôle du bien-être au travail lance- du périmètre, etc. La campagne se poursuivra
port à 2010 et la surcharge 'clients protégés'
ra une campagne thématique sur la sécurité jusqu’à fin mars, mais sera probablement pro-
des appareils de levage, tels que les grues, longée en raison des mauvaises conditions cli- pour le gaz augmente de plus de 97%.

élévateurs à nacelle, élévateurs à ciseaux, etc. matiques annoncées. Et, à ces fortes augmentations s'ajoutent …

L’objectif de la campagne, qui se déroulera par Des campagnes thématiques de ce type celles des diverses taxes et prélèvements

sont essentielles pour promouvoir la prise régionaux.

de conscience des aspects relatifs à la Le gouvernement porte directement, de

sécurité et une utilisation correcte des par ses choix, une responsabilité quant à la

équipements de travail dangereux. Dans hauteur (et l’évolution) des cotisations fédé-

un premier temps, l’intervention de rales gaz et électricité, d’une part, et des sur-

l’Inspection est préventive : les entreprises charges offshore et 'clients protégés', d’autre

reçoivent des conseils et des suggestions part. Ces choix politiques ont un impact direct

d’adaptation. Des actions correctives et sur la compétitivité de nos entreprises. Le gou-

une verbalisation éventuelle n’intervien- vernement se doit donc d'apporter, dès le

nent que lors d’un second contrôle. Pour début 2011, des solutions concrètes et réflé-

obtenir un effet maximal, il est toutefois chies aux problèmes que ces hausses entraî-

conseillé que l’Inspection implique les dif- nent. Dans ce cadre, il devrait, notamment,

férents partenaires sociaux des secteurs prendre du recul et s’interroger sur les sources

concernés dans la campagne. mêmes de financement de ses politiques.


Ainsi, les politiques sociales doivent-elles être
Kris De Meester – kdm@vbo-feb.be
directement financées par une 'taxe' sur la
consommation des entreprises ? Ne serait-ce
pas au budget général de l’État de financer
le biais des loueurs de ces appareils, est > ÉLECTRICITÉ ET GAZ
double. D’une part, l’inspection portera sur les ces politiques ? La contribution nucléaire (une

services externes chargés du contrôle tech- Hausses à tout vent partie de celle-ci) ne pourrait-elle pas servir à

nique des appareils de levage. D’autre part, financer l’offshore, ne fût-ce que partielle-

l’utilisation des appareils par les loueurs- La CREG, le régulateur fédéral du marché du ment ?

employeurs sera également passée au crible. gaz et de l’électricité, a publié la semaine der- Olivier Van der Maren – ovm@vbo-feb.be
L’accent sera mis sur une utilisation correcte nière les tarifs des cotisations fédérales pour
et sûre par des travailleurs formés à cet effet, 2011. Le verdict est sans appel : les cotisa-
sur le respect des équipements de protection tions fédérales 2011 sur l’électricité et le gaz

ACTION FEB

> Les CEO et la Leysen, président de la FEB, a pris part au encouragent leurs collaborateurs à s'investir
communication panel de discussion qui a débattu des évolu- dans des projets de bénévolat qui visent à aider
Le bureau de relations publiques Interel a orga- tions en la matière, sur la base notamment les individus à développer leurs compétences
nisé, en partenariat avec la FEB, un débat de des conclusions d’une enquête menée par le pour accroître ainsi leurs chances sur le mar-
haut niveau sur la vision et le rôle du CEO bureau auprès d’une vingtaine de CEO de pre- ché du travail. Dans son mot d’introduction,
dans la communication d’entreprises. Thomas mier plan. Les résultats de cette enquête Rudi Thomaes, administrateur délégué de la
seront publiés très prochainement sur FEB, s’est félicité de cette initiative, dans un
le site d'Interel. contexte latent de guerre des talents et de
Olivier Joris – oj@vbo-feb.be pénuries de main-d’œuvre dans de nombreuses
www.interel.be fonctions. Le projet 'The Employee Voluntee-
ring Program' de Microsoft et le projet 'Discover
> Le volontariat your Talent' mené en commun par APCO,
d’entreprises récompensé Citibank, Freshfields Bruckhaus Deringer,
La FEB a accueilli ce 14 décembre les
© Dann

Infrabel et Tata Consulting Services, ont été


'Employee Volunteering Awards' orga- particulièrement mis à l’honneur lors de cette
De g à dr : Vincent Van Quickenborne, ministre fédéral pour
l’Entreprise et la Simplification , Thomas Leysen, président nisés par Business&Society dans le remise de prix.
Umicore/Corelio et président de la FEB ; Baron Paul Buysse, prési-
dent Bekaert & Immobel ; Alain Gerlache, modérateur ; Jean- cadre de l’action '2011, année euro-
Leopold Schuybroek, président Interel Group ; Thierry Libaert, Olivier Joris – oj@vbo-feb.be
péenne du volontariat'. Cette initiati-
professeur Strategic Communication UCL & Sciences Po Paris, et
Fredrik Lofthagen, administrateur délégué Interel Group. ve récompense les entreprises qui www.businessandsociety.be
[ INFOR FEB 42 — 23 DÉCEMBRE 2010 ]
> FISCALITÉ

Obligation de déclaration pour les paiements aux paradis fiscaux


Comme nous l’avons signalé dans une édition précédente (Infor n° 21 ministration fiscale a enfin publié, le 7 décembre 2010, une circulai-
du 10 juin 2010), toutes les sociétés doivent déclarer au fisc tous les re (AAF 13/2010 du 30 novembre 2010) qui interprète le texte de loi
paiements directs ou indirects qu’elles ont effectués depuis le 1er jan- de manière très extensive.
vier 2010 à des personnes établies dans un paradis fiscal, sauf si le total Voilà un modèle de 'législation au lance-flammes' ! Une loi tel-
des paiements de la période imposable est inférieur à 100.000 EUR. lement imprécise qu’elle se révèle inapplicable, suivie d’un commen-
Toutefois, le texte de loi était à ce point mal écrit qu’il fallait en préci- taire administratif tardif, qui retient immanquablement l’interprétation
ser presque chaque mot. Près d’un an après son entrée en vigueur, l’ad- la plus défavorable au contribuable et qui, sur certains points, ne s’ap-
puie même pas sur la loi. Les entre-
prises vont devoir à présent identifier
Les sociétés doivent dans leur comptabilité les paiements
déclarer au fisc tous les visés avec effet rétroactif au 1er jan-
paiements – directs ou vier 2010. De plus, le fisc risque
indirects – qu’elles ont d’être submergé de déclarations et

effectués depuis le de ne plus pouvoir distinguer les cas


dignes d’intérêt. L’adage “Il faut réflé-
1er janvier 2010 à des
chir avant d’agir” vaut aussi pour le
personnes établies dans législateur.
un paradis fiscal. Alain Lecocq – ale@vbo-feb.be

> COMITÉ D'ENTREPRISE Elle a également pour but de rendre compa- concordance avec la nouvelle directive pour
EUROPÉEN tibles les divers textes européens en la matiè- les matières ne pouvant être réglées par voie

Une nouvelle CCT est re, notamment celui ayant trait à la société conventionnelle.
européenne. La CCT conclue maintient la prio-
signée rité réservée aux accords à négocier entre la
Sonja Kohnenmergen – sk@vbo-feb.be

Afin de transposer la directive européenne du direction centrale de l'entreprise et les repré-


6 mai 2009, modifiant celle de 2004 créant sentants des travailleurs des divers pays > CLIMAT
le comité d'entreprise européen, les partenaires concernés. Un point essentiel de la CCT
sociaux, réunis au sein du Conseil national du concerne les accords existants, dont elle pré-
Un sommet réussi à Cancún
travail (CNT), ont conclu, le 21 décembre, la cise les conditions de validité, en conformité Après la Conférence climatique internationale
CCT n°101. La directive pourra donc entrer en totale avec la directive de refonte. Cela étant, décevante à Copenhague l’an dernier, les
vigueur le 1er juin, comme le prévoit le texte pour des raisons de lisibilité, une nouvelle CCT attentes à l'égard du sommet de Cancún
européen. Cette directive – dite de 'refonte' – (n° 62quinquies) a été conclue, qui modifie n’étaient pas très élevées. Malgré cela, un
entend augmenter l'effectivité des droits des celle du 6 février 1996 concernant les accords accord a pu être dégagé qui, même s’il n’est
représentants des travailleurs à une informa- existants. Il n'est sans doute pas inutile de pas très ambitieux, peut néanmoins être qua-
tion et à une consultation transnationales dans rappeler que de nouveaux accords peuvent lifié d’historique. En effet, la confiance dans le
les entreprises multinationales, entre autres encore être conclus jusqu'en juin 2011 sous processus de négociations internationales des
en précisant certaines notions et en levant les l'égide de la CCT n° 62 précitée. Nations Unies a été restaurée. La présidence
points d'insécurité juridique ainsi que cer- Enfin, le CNT a émis, parallèlement, un avis à mexicaine est parvenue à inscrire un nombre
taines lacunes. la ministre de l'Emploi, afin de mettre la loi en important d’éléments de l’accord de >
[ INFOR FEB 42 — 23 DÉCEMBRE 2010 ]

AGENDA Specialised Study Programme (LL.M.) Dates and theme: Venue: FEB, Brussels
in Competition Law and Economics 7, 14, 21 January: Information & Inscription:
The law and www.brusselsschoolofcompetition.eu,
This course is divided into 12 'learning blocks': with 15 hours of taught Economics of Abuse info@brusselsschoolofcompetition.eu
seminar for each learning block, this programme seeks to offer the strongest of Dominance
possible training in the various disciplines of competition policy. From 12.30 p.m. to
From October 2010 to June 2011. 6.30 p.m.

3e édition de la Social Academy Date en thème :


25 janvier – 14h
Lieu : FEB, Bruxelles
Contact : Nathalie Petit, T 02 515 09 64,
La 3e édition de la Social Academy, ce cycle de formation de 7 après-midis sur dif- Understanding Belgi- F 02 515 09 15, np@vbo-feb.be
férents aspects de la concertation sociale, poursuit sa route. Les sessions ont lieu um’s socio-political Info & Inscription : www.feb.be, rubrique
d’octobre 2010 à mai 2011. and economic landsca-
Social Academy
pe: guidance for expats

50 ans de l’arrêt Brepols : Y a-t-il encore un avenir pour la Date : Lieu : FEB, Bruxelles
1er février – 13h30 Info: Laurent Sempot, T 02 515 09 83,
voie la moins imposée ? F 02 515 09 15, ls@vbo-feb.be
4e édition du Débat fiscal national, organisé par la FEB,
le cabinet Tiberghien et Moncode.be
D’éminents juristes dresseront l’historique et un état des lieux de la doctrine Brepols au niveau
belge ainsi que de la jurisprudence en matière de mesures anti-abus au niveau européen.

Plus d’infos > www.feb.be > Manifestations

> Copenhague dans une décision de l’ONU coup d’énergie en 2011. La FEB continue de rence. Ils visent particulièrement les accords de
acceptée par tous. Pour les entreprises, il est plaider pour un accord global contraignant, R&D, de spécialisation et de production
important que tant les pays développés que afin d’obtenir un level playing field mondial. conjointe. L’un des principaux éléments de la
ceux en voie de développement aient admis la Michael Voordeckers – mv@vbo-feb.be
réforme est le nouveau chapitre consacré aux
nécessité de réduire leurs émissions, chacun échanges d’informations. La Commission y pré-
(*) Une évaluation détaillée de l’accord de Cancun peut
en fonction de ses capacités. L’accord a éga- cise les conditions auxquelles ceux-ci peuvent
être consultée sur: www.feb.be > homepage.
lement créé un ‘Green Climate Fund’ pour avoir lieu. En synthèse, les échanges de don-
que les pays en voie de développement puis- nées individualisées, entre concurrents, qui
> CONCURRENCE
sent s’adapter aux changements climatiques. concernent, par exemple, les prix ou les quan-
Des mesures ont par ailleurs été prises pour Mise à jour des règles tités envisagés doivent être considérés comme
lutter contre la déforestation. En revanche, la sur les accords de des restrictions flagrantes de la concurrence.
décision relative à une nouvelle période dans Cependant, la Commission précise que des
le cadre du protocole de Kyoto a été postpo-
coopération échanges d'informations menés notamment à
sée. A première vue, il ne semble pas évident Après une période de consultation et de des fins statistiques peuvent être autorisés car
de réaliser une percée dans ce domaine avant réflexion, la Commission européenne a révisé ils produisent des gains d'efficacité et ne visent
la prochaine Conférence climatique interna- ses règles pour l'appréciation des accords entre pas à restreindre la concurrence.
tionale qui se déroulera en Afrique du Sud (*). entreprises concurrentes, dits 'accords de L’avenir dira si les nouvelles règles offri-
La FEB se félicite qu’un accord équili- coopération horizontale'. Ces accords sont ront aux entreprises la liberté indispensable
bré ait pu se dégager à Cancun. Des accords légions dans certains secteurs, où il est souvent pour coopérer dans le marché mondialisé. La
ont été conclus sur des thèmes très variés tels vital pour les entreprises de réaliser des syner- FEB est satisfaite que la Commission ait consa-
que les réductions d’émissions, l’adaptation gies. Le 14 décembre dernier, la Commission a cré un chapitre de ses lignes directrices aux
aux changements climatiques, le finance- donc adopté deux règlements d'exemption par échanges d’informations qui peuvent naturelle-
ment, la technologie, la déforestation et le catégorie ainsi que des lignes directrices hori- ment favoriser la concurrence. Cependant, elle
Graphisme et production : The Mailshop – tél. 03 771 12 30 – mail@themailshop.be

contrôle des engagements pris en matière de zontales qui entreront en vigueur le 1er janvier craint que les nouveaux textes n’apportent pas
réduction des émissions de CO2. Dans bon 2011. Ces instruments définissent comment toute la clarté nécessaire et les exemples utiles
nombre de cas, les détails techniques devront des concurrents peuvent coopérer sans aux entreprises pour évaluer leurs relations.
encore être affinés, ce qui demandera beau- enfreindre les règles européennes de concur- Charles Gheur – cg@vbo-feb.be
Pierre Sabbadini – psa@vbo-feb.be

FEB – Fédération des Entreprises de Belgique ASBL


rue Ravenstein 4 – 1000 Bruxelles – tél. 02 515 08 11 – fax 02 515 09 15

RÉDACTION : Anne Michiels – tél. 02 515 09 44 – am@vbo-feb.be La FEB vous présente


Thérèse Franckx – tél. 02 515 09 50 – tf@vbo-feb.be
ÉDITEUR RESPONSABLE : Olivier Joris – rue du Wolvenberg 17 – 1180 Bruxelles ses meilleurs vœux
PUBLICATION MANAGER:

ANNEXES PUBLICITAIRES :
Stefan Maes – tél. 02 515 08 43 – sm@vbo-feb.be
ADeMar bvba – tél. 03 448 07 57 – nele.brauers@ademaronline.com
pour l’année nouvelle.
CHANGEMENTS D’ADRESSE : FEB – Service mailing – tél. 02 515 09 06 – fax 02 515 09 55 – mailing@vbo-feb.be
COPYRIGHT : Reproduction autorisée moyennant mention de la source

L’Infor est imprimé sur du papier issu de la gestion durable des forêts. La gestion durable des forêts tient compte de l'écosystè- LA PROCHAIN INFOR FEB
me forestier, respecte les aspects sociaux (droits des populations indigènes et des travailleurs forestiers*) et est
responsable d'un point de vue économique. PARAÎTRA LE 13 JANVIER 2011.