Vous êtes sur la page 1sur 4

Chapitre III : schéma général de l’examen clinique des animaux malades

Ce schéma comprend deux grandes parties à savoir : La connaissance de l’animal malade et l’examen
proprement dit

I. La connaissance de l’animal malade


a. renseignement de l’animal malade

Basé sur les critères qui permettent d’identifier l’animal parmi tant d’autres. Ces critères sont : le
nom de l’animal, la robe, l’âge, sexe, espèce, taille et le poids vif

b. L’anamnèse

Il existe deux types d’anamnèses. Nous avons : anamnèse vivante (renseignement fourni avant
l’apparition de la maladie) et l’anamnèse morbide (renseignement concernant la maladie elle-même)

II. Examen proprement dit

A. Examen général de l’animal malade


1. L’habitus
2. Examen des muqueuses : basé sur le changement de couleurs des muqueuses.
 Pâleur des muqueuses :
 Rougeur des muqueuses :
 Coloration jaune des muqueuses :
 Coloration bleue cyanosée des muqueuses :
3. Examen des ganglions
Caractéristiques des ganglions :
L’Etat normal : mobile, invisible, gluant, non douloureux
A l’état pathologique : immobile, visible, douloureux, non gluant

CHAPITRE IV : EXAMEN DES DIFFERENTS APPAREILS ET SYSTEMES

I. Examen de la région du cœur


1. L’inspection

Permet de déterminer le choc du cœur ou le choc précordial. Elle permet d’apprécier le degré de
manifestation du choc.
2. La palpation

Elle se fait avec la paume et des doigts de la main gauche. En cas de pathologie, le choc peut se
déplacer. Le déplacement du choc peut être :

 Avancé : en cas de météorite, ascite, parasitose suite à une pression sur le


diaphragme provenant de la cavité abdominale.
 Reculé : en cas d’hypertrophie du cœur
 Adroite ou à gauche : en cas d’abcès, d’infection, cancer
 Dorsal : en cas d’hernie
 Augmenter : en cas d’excitation, intoxication par la digitaline, l’atropine,
inflammation péricardique
 Affaiblir : en cas d’infection des alvéoles pulmonaires, pneumothorax
3. La percussion

Permet de déterminer les limites postérieures et supérieures du cœur. Ainsi nous avons :

- La limite antérieure
- La limite postérieure
4. L’auscultation

C’est la méthode la plus utile de cet organe. Elle laisse entendre deux bruits qui sont :

- Le premier, grave et sourd qui dure 0,1seconde. Il est due au claquement des valvules
auriculo ventriculaire et marque le début du systole ventriculaire
- Le deuxième claire et bref due au claquement des valvules sigmoïdes et marque le début de
la diastole.

II. Examen des vaisseaux sanguins

1. Examen des artères

Il permet de compter le nombre de pulsation et d’apprécier la qualité. La principale méthode est la


palpation. On utilise généralement les appareils de mesure : Le pulsotascomètre

a. Control du pouls : Rythme du pouls


b. La tension artérielle : mesure de la tension
2. Examen des veines

Il se fait par l’inspection, la palpation, l’auscultation, de la phlébographie, phlebomètre


III. Examen urogénital

Cet examen est basé sur l’examen de l’urine.

a. La miction
- L’attitude de la miction
- La fréquence de la miction
b. Examen physique de ‘appareil urinaire
- Le rein : chez les gros animaux, se fait à l’exploration rectale et la palpation chez le chien et le
chat.
- La vessie :
C. Examen de l’appareil urinaire par cathétérisme

Le cathétérisme de la vessie se fait dans le but de prélever l’urine pour l’examen ou pour évacuer en
de rétention.

d. L’analyse de l’urine

Elle se base sur la couleur, la transparence, la viscosité, l’odeur, le poids spécifique, le PH de l’urine,
les protéines, l’hémoglobine, glucose.

IV. Examen du système respiratoire

A. Les voies respiratoires supérieures


 Le nez et les cloisons nasales
1. Examen de la cavité nasale
2. Examen du larynx et de la trachée
3. Constatation de la toux
4. Les mouvements et la ventilation respiratoire
a. La tachypnée ou polypnée
b. L’oligopnée
5. Types de la respiration
a. La respiration costale
b. La respiration abdominale
B. Examen de la cage thoracique
a. La palpation

Elle nous renseigne sur la température, la réaction douloureuse.


b. La percussion

Permet de déterminer la topographie et état physique des poumons et de la cavité pleurale

c. Auscultation

Elle permet d’entendre les bruits normaux et pathologiques

 Bruits normaux : vésiculaire, vésico bronchial et broncho-vésiculaire


 Bruits pathologiques bronchiques : Bronchiques, amphoriques, crépitation et ;
 Bruits pathologiques pleurétiques : Bruits frottement, bruits clapotement, bruits de fistules
pulmonaires, râles