Vous êtes sur la page 1sur 16

La gestion de la santé et de la sécurité au travail

a fortement évolué ces dernières années.

Vous sentez qu'il est nécessaire


Direction de faire un point dans votre entreprise.
Risques Professionnels Quels sont vos points faibles et vos points forts ?
Comment votre organisation est-elle perçue par le personnel ?

www.inrs.fr

Grille de Positionnement de la Santé et de la Sécurité au Travail dans l’entreprise


Dix thèmes pour évaluer le niveau d’organisation et l’implication du personnel

Cette grille d'évaluation peut vous y aider.


Elle porte sur 10 thèmes, avec une cotation à faire par rapport à quatre situations types
par thème.

Centré sur les pratiques, cet outil est destiné à évaluer la situation actuelle de
l’entreprise et à lui fournir des indications pour progresser dans sa gestion de la santé et
sécurité au travail.

Elaboré par le Réseau Prévention (INRS, CNAMTS, CRAM, CARSAT, CGSS), il a été
dénommé grille GPS&ST (ou Grille de Positionnement de la Santé et Sécurité au Travail
dans l’entreprise).
Gestion de Positionnement de la Santé et de la Sécurité au Travail dans l’entreprise
Dix thèmes pour évaluer le niveau d’organisation et l’implication du personnel

Direction
Risques Professionnels Objectif et limites de la grille Usage de la grille

Cette grille permet d'évaluer la démarche de prévention des risques professionnels de Cette grille peut être utilisée par l'entreprise comme un outil d'auto-évaluation ou par une
l'entreprise en la confrontant à la description de situations types pour 10 thèmes prioritaires. personne ou une organisation extérieure comme un outil d'accompagnement.

Il s'agit d'un outil de dialogue permettant de confronter les regards des différents acteurs de Dans tous les cas, son utilisation doit se faire dans la plus grande transparence, et il convient
l’entreprise avec pour seul objectif de faire progresser la gestion de la santé et de la sécurité de favoriser l’expression des différents points de vue des acteurs : représentants de la
au travail. Il permet de mesurer le différentiel entre les situations observées et celles souhaitées direction (dirigeant, responsables de production, responsable des ressources humaines,
dans le respect des valeurs essentielles en santé et sécurité au travail : l'homme, la transparence responsable Qualité, Sécurité, animateur santé et sécurité au travail), représentants des
et le dialogue social. Sont ainsi identifiées les voies de progrès possibles. salariés (notamment des membres du CHSCT), médecin du travail… Cette expression peut être
organisée sous forme d’entretiens individuels suivis d’une réunion de synthèse avec les
Au-delà de la notation proprement dite, ce sont bien les interactions entre les acteurs qui font participants, ou encore directement sous forme d’une réunion d’échanges et de partage au
l’intérêt de cette évaluation. Sur le plus long terme, les résultats pourront être utilisés pour comparer cours de laquelle l’évaluation est réalisée collectivement.
l’évolution des pratiques de l’entreprise dans le temps.

Utilisation pratique

La grille est organisée en 12 feuillets : 1 page regroupant des informations signalétiques spécifiques à l’entreprise ou l’établissement, 1 page pour chacun des 10 thèmes étudiés et 1 page de synthèse.

Chaque thème permet de codifier les pratiques observées sur une échelle d’actions. Chaque thème fait l’objet d’une cotation sous forme d’un nombre compris entre 0 et 100.

Une échelle à 4 niveaux (0-25,25-50,50-75,75-100) est proposée. Chaque niveau correspond à une façon différente d’aborder les questions de S&ST. Cette modélisation, nécessairement simplifiée, permet
d’assurer la cohérence d’ensemble de la grille.

En fonction des actions préconisées pour chacun des 10 thèmes, et des éléments d'objectivations dont elle dispose, l'entreprise peut s'auto-évaluer et se positionner sur l'un des niveaux :

- Premier niveau (0-25) : l’entreprise réagit à l’événement souvent dans l’urgence ; les questions de S&ST sont considérées comme des contraintes.
- Deuxième niveau (25-50) : l’entreprise met en œuvre des solutions techniques et des outils ; la gestion de la S&ST est généralement assurée par une seule personne dédiée à cette mission.
- Troisième niveau (50-75) : l’entreprise met en place une véritable organisation de la S&ST ; les bonnes pratiques sont souvent capitalisées sous forme de procédures pour en faciliter la diffusion.
- Quatrième niveau (75-100) : l’entreprise a une vision stratégique de la prévention de la S&ST et l’intègre effectivement dans toutes les composantes de son organisation. L’entreprise
considère la dimension humaine comme une valeur essentielle et implique systématiquement ses salariés.

A noter que pour chaque thème, les niveaux supérieurs reprennent généralement les aspects positifs des niveaux inférieurs. Des éléments d’objectivation, non exhaustifs, sont proposés à l’utilisateur pour
l’aider, le cas échéant, dans sa cotation. Au delà de l'aspect formel des ces éléments c'est bien l'esprit de la mise en oeuvre qui est important.

Un espace est prévu pour noter les éléments d’informations recueillis lors des entretiens ou de la réunion d'échanges au cours de laquelle l'évaluation est réalisée collectivement par les différents acteurs de
l'entreprise. Des commentaires peuvent également être ajoutés.

Les propositions de progrès, que l'entreprise envisage de mettre en oeuvre dans les 6 mois à venir, sont également notées.

La synthèse des résultats est réalisée automatiquement sur un graphique du type radar (voir dernier feuillet 'SYNTHESE' de ce fichier Excel).

La grille peut être imprimée au format A4 en mode paysage, soit feuille à feuille, soit en sélectionnant l'impression du classeur entier dans le menu d'impression.

Les voies de progrès apparaissent naturellement par différence entre la situation observée et la situation considérée comme optimale (cotation 100 sur l’échelle).

Se reporter à la synthèse des résultats (dernier feuillet) pour une lecture facilitée.

Diffusion et droits d’utilisation

Cette grille version V2011 a été élaborée par un groupe de travail comprenant des personnes de l’INRS et de plusieurs CRAM - CARSAT - CGSS. Cette version est téléchargeable sur le site de la
CGSS de la MArtinique .

Gestion des retours d'expérience sur l'usage de la grille

Pour toute remarque, commentaire ou suggestion sur cette grille, vous pouvez envoyer un e-mail à : prevention972@cgss-martinique.fr
Gestion de Positionnement de la Santé et de la Sécurité au Travail dans l’entreprise
Dix thèmes pour évaluer le niveau d’organisation et l’implication du personnel

Nom de l’établissement Date de mise à jour 

Personne ou département
Date de création
à contacter sur cette fiche

Adresse Effectif :
N° SIRET :
Forme juridique et implantation N° de risque  :

Si certification en Sécurité ou Qualité, laquelle ?

Entretiens  Résultats statistiques de l’année


Personnes rencontrées Fonctions Dates Indicateurs Etablissement Régional National
- - -
Indice de fréquence If
- - -
- - -
Taux de gravité : Tg
- - -
- - -
Taux de cotisation
- - -

Activité

Motivation du diagnostic

Commentaires
Thème Analyse des AT-MP Cotation
S’assurer que les accidents du travail (AT) et les maladies professionnelles (MP) sont analysés et que des mesures de prévention adaptées sont prises pour éviter qu’ils ne se
1 reproduisent.
0 25 50 75 100
Description des situations

Les AT sont déclarés. Les AT sont enregistrés. Ils sont présentés en CHSCT. Les MP et les incidents sont également pris en compte. Un groupe ad hoc (victime, CHSCT ou DP, hiérarchie,
Ils ne sont pas analysés. Les enquêtes se limitent généralement à la recherche de Les AT/MP concernant les CDD et intérimaires sont aussi médecin du travail, …) est chargé de faire des
causes immédiates (comportement des salariés, port des enregistrés. propositions.
EPI). Les AT/MP sont analysés selon une méthode définie. Les grandes tendances AT/MP/ Incidents sont exploitées
Il n’y a pas de suivi de la réalisation des actions. Celle-ci permet de mettre à jour toutes les causes, y périodiquement et alimentent la stratégie de l’entreprise.
Des indicateurs de sinistralité sont affichés (Nombre compris organisationnelles. Les salariés sont encouragés à la détection des situations
d’accidents, Taux de fréquence -Tf, Taux de gravité-Tg). Le CHSCT/DP participe aux analyses. à risques et au signalement des incidents.
Les mesures retenues sont intégrées dans un plan Une veille permet d’exploiter les enseignements des
d’action suivi. AT/MP graves survenus dans des activités similaires.
Le Document Unique est mis à jour à partir des analyses
réalisées.
Les analyses et le plan d’action sont diffusés et
commentés.

Exemples d'éléments d'objectivation "Grille Spécifique DRP de la CGSS Martinique"

Liste récapitulative des AT survenus dans l’entreprise au PV réunions CHSCT ou DP traitant des AT Fiches d'analyse des AT (analyse selon la méthode de Fiches de signalement de situations à risques ou
cours des années N-2, N-1 et N. l'arbre des causes et menée avec les IRP), accessibles à d’incidents (avec des exemples remplis par les opérateurs
l'ensemble du personnel. ou l'encadrement), et ayant donné lieu à des propositions
et de la présentation de la fiche sinistralité. d’actions
Tableau de suivi des actions suite aux analyses des
AT et MP (intégrant l'indicateur "Mesures Tableau de suivi des signalements de situations à
Fiche sinistralité mentionnant les principaux réalisées/Mesures décidées suite à analyse des AT/MP"). risques
indicateurs (TF, IF, TG, IG).
DU mis à jour suite à l’analyse des AT survenus dans PV des réunions de Direction intégrant le suivi des
l'entreprise. propositions suite à l’analyse des Incidents et AT/MP
survenus dans l’entreprise ou dans la profession, et
Attestation de formation d’une personne-ressource impactant la stratégie de l’entreprise/ tendance de
à la méthode de l’arbre des causes (attestation MET 02 ou sinistralité
équivalent)

Information recueillie (entretiens et réunions) / Commentaires

Propositions de progrès
Thème Vérifications périodiques et maintenance des équipements Cotation
2 S'assurer du maintien en bon état des équipements de travail et moyens de protection soumis ou non à vérification réglementaire.

0 25 50 75 100
Description des situations

Les équipements sont réparés en cas de défaillance ou panne. Les équipements soumis à vérification périodique Les vérifications couvrent l’ensemble des matériels mis à Les besoins des utilisateurs (opérateurs, CHSCT/DP,
L’entreprise ne connaît pas la liste des équipements soumis à réglementaire sont identifiés. Les vérifications sont disposition des salariés (adéquation, dates limites méthodes, qualité...) sont pris en compte dans le
vérification. effectuées. Les travaux sont réalisés au coup par coup et d’utilisation,…). Elles sont réalisées selon un planning. La programme de maintenance.
Certains équipements sont vérifiés, mais les remarques sont leur suivi est peu formalisé. prise en compte des anomalies est formalisée. La recherche de nouvelles technologies diminuant les
rarement prises en compte. La maintenance est principalement curative. La maintenance préventive des équipements est planifiée et risques et les interventions est permanente (veille
Les responsables chargés du suivi sont identifiés. les plannings sont respectés. technologique).
Dans le cas de travaux réalisés sur un site extérieur, un L'activité de maintenance est pilotée à partir d'indicateurs. La liste des équipements soumis aux vérifications
responsable est désigné pour suivre le matériel de La coordination entre services est recherchée. périodiques est mise à jour à partir de la veille
chantier. réglementaire et de l'analyse des événements non désirés.
L’analyse des résultats des vérifications permet de faire
évoluer les cahiers des charges.

Exemples d'éléments d'objectivation "Grille Spécifique DRP de la CGSS Martinique"

Fiches de signalement des dysfonctionnements et/ou Liste de tous les équipements de travail soumis à Tableaux de suivi des vérifications périodiques Fiches de besoins des utilisateurs ayant donné lieu à
pannes sur les équipements de travail (avec des exemplaires vérification périodique, intégrant la périodicité des obligatoires intégrant les 3 indicateurs : des actions correctives ou pris en compte dans les cahiers
remplis par les opérateurs ou par l'encadrement) vérifications et la personne ou l’organisme désigné F Vérifications réalisées / vérifications planifiées des charges (avec des exemplaires remplis par les
F Non-conformités observées/Equipements vérifiés, opérateurs ou par l'encadrement)
Planning annuel des vérifications réglementaires F Actions correctives réalisées/Non-conformités observées,
Compte rendu des réunions faisant apparaître la mise
Plan d’actions correctives suite aux vérifications en œuvre de moyens de veille technologie.
périodiques

Planning d’entretien préventif

Information recueillie (entretiens et réunions) / Commentaires

Propositions de progrès
Thème Attitude de l’entreprise vis-à-vis des sous-traitants Cotation
S’assurer que toutes les opérations réalisées par des entreprises sous-traitantes sont réalisées en sécurité pour les salariés de l’entreprise utilisatrice et des entreprises
3 extérieures.
0 25 50 75 100
Description des situations

Quand l’entreprise recourt à des entreprises extérieures, elle L’évaluation des risques liés à la coactivité est rédigée Une évaluation des risques est réalisée avant le début des Un débriefing est organisé en fin de travaux afin de
ne réalise pas d’évaluation des risques a priori. dans un plan de prévention. Celui-ci prend la forme d’une travaux par les deux entreprises. permettre la prise en compte des mesures correctives lors
Les situations dangereuses sont gérées au coup par coup sur check-list. Il a pour objectif principal de répondre à une de futures interventions.
le terrain. obligation réglementaire. L’entreprise utilisatrice s’assure que le plan de prévention Le choix des entreprises extérieures prend en compte
Il n’est généralement pas connu des salariés intervenants. est commenté aux salariés des deux entreprises. Les leurs performances santé-sécurité au travail (S&ST).
Une personne est désignée pour la signature des entreprises veillent à son respect. L’entreprise accompagne ses sous-traitants dans la mise
documents. Les modifications sont systématiquement prises en en place de leur propre système de gestion S&ST.
Le CHSCT est informé des plans de prévention. compte dans le plan de prévention.
Le CHSCT participe aux visites sécurité.

Exemples d'éléments d'objectivation "Grille Spécifique DRP de la CGSS Martinique"

Tableau des opérations effectuées par des entreprises Plan de prévention pour chaque type de sous- Programme, planning et feuilles d'émargement des Compte-rendu de fin de travaux ou d’interventions,
intervenantes (EI) ou par des sous-traitants : chargement traitants (+1 exemplaire dûment rempli, signé avec avis inspections préalables au début des travaux réalisés par intégrant l'appréciation du respect des règles de sécurité
déchargement – interventions – travaux d'entretien – des IRP et date d’inspection préalable) les EI et des plans de prévention.
nettoyage – autres prestataires…
Protocole de sécurité (1 exemplaire dûment rempli et Programme, planning et feuilles émargement des Fiche de sélection des sous-traitants intégrant les
Personne(s) ressource(s) formée à la gestion de la co- signé avec avis des IRP et date d’inspection préalable) accueils sécurité des salariés des EI (sessions moyens et les résultats en sécurité
activité (attestation de formation MRS03 ou équivalent) d'informations réalisées par l’entreprise utilisatrice EU
Procédure de consignation des installations pour les salariés des EI) Cahier des charges des sous-traitants intégrant des
(électriques, vapeurs,…) critères de sécurité

Permis de travail (1 exemplaire dûment rempli, signé


pour permis de feu, ou travaux en espace confiné,
consignation, ou fouille, ou travaux en hauteur, ou
utilisation ACD,…)

PGC (1 exemplaire dûment rempli, signé si MOA)

PPSPS pour les entreprises du BTP ou pour les


sous-traitants des entreprises du BTP

Information recueillie (entretiens et réunions) / Commentaires

Propositions de progrès
Thème Attitude de l’entreprise vis-à-vis des intérimaires Cotation
4 S'assurer que le personnel intérimaire est en mesure de réaliser les travaux qui lui sont confiés sans incidence sur sa santé et sa sécurité.

0 25 50 75 100
Description des situations

L’entreprise fait appel à des intérimaires dans l’urgence sans L'entreprise analyse son besoin (compétences requises, L'échange préalable avec l'ETT est formalisé et L’entreprise a établi un partenariat effectif avec des agences
organiser leur accueil. habilitations nécessaires) et identifie les risques en systématique. L’ETT connaît les postes de travail. d’intérim pour mieux définir les besoins et modes de
Le contenu des missions n’est pas défini. collaboration avec l’Entreprise de Travail Temporaire (ETT). L’entreprise anticipe ses besoins en personnel intérimaire. fonctionnement mutuel (visite périodique des sites, bilan des
La fourniture des EPI adaptés aux risques identifiés est Elle établit une liste des postes accessibles aux intérimaires. missions).
définie. L'accueil de l'intérimaire est adapté à chaque poste Les salariés intérimaires sont associés aux échanges sur la
Un accueil minimal est assuré (exemple: remise d’un livret). répertorié et formalisé (exemple : parcours d'intégration). Il santé et la sécurité au travail dans l’entreprise.
L'entreprise connaît les travaux interdits aux intérimaires. comporte des aspects santé-sécurité.
Elle a établi la liste des postes à risques particuliers et la Lorsque l'intérimaire change de poste en cours de mission,
communique à l'agence d'intérim. une nouvelle analyse du poste et des compétences est
réalisée. L'agence d'intérim est prévenue.
Un bilan est réalisé à chaque fin de mission.

Exemples d'éléments d'objectivation "Grille Spécifique DRP de la CGSS Martinique"

Liste des postes donnant lieu à une mission d’Intérim Liste des postes à risques particuliers ou interdits à des Fiche de liaison Navette EU – ETT (dûment remplie) Compte-rendu des réunions périodiques au cours
(occupés et ayant été occupés par les intérimaires, ou intérimaires, soumise à l’avis des IRP intégrant le nom du tuteur d’accueil désigné par l’entreprise desquelles sont analysés les bilans de fin de mission avec les
susceptibles d'être occupés par des intérimaires) utilisatrice EU ETT.
Fiches des postes concernés par l'intérim intégrant la
sécurité et définissant les compétences et habilitations Attestation de formation des intérimaires intégrant le Compte-rendu des visites annuelles organisées avec les
requises programme de formation sur la sécurité au poste de travail ETT

Livret d’accueil sécurité des intérimaires Personne(s) ressource(s) désignée(s) par l’entreprise Charte de partenariat EU-ETT
utilisatrice EU pour assurer l'intégration de l'intérimaire et la
fonction de tuteur d'accueil

Attestation de l’accueil sécurité signée par l’intérimaire


et le tuteur

Bilan de fin de mission pour chaque intérimaire

Information recueillie (entretiens et réunions) / Commentaires

Propositions de progrès
Thème Préparation et organisation du travail Cotation
5 S’assurer que les risques liés aux nouvelles situations de travail sont maîtrisés en atelier et sur les chantiers.

0 25 50 75 100
Description des situations

La santé et la sécurité ne sont pas prises en compte lors de Des critères précis de sécurité sont intégrés lors de la Des cahiers des charges sont établis pour l’achat Les salariés sont associés tout au long du processus
l’achat d’équipements, produits ou services et biens se limitent commande de produits et services. d’équipements, produits ou services. Ils contiennent d’achat (définition du besoin, mise au point, réception).
à une phrase générale de conformité au mieux à la La conception des postes et situations de travail s’appuie systématiquement une rubrique concernant la sécurité et L’environnement des postes de travail est régulièrement
réglementation. sur la réglementation et sur certaines règles élémentaires la santé. La conception s'appuie sur une analyse des analysé avec le personnel concerné et les résultats sont
Les postes de travail et les allées de circulation sont d’ergonomie (ex. hauteur des plans de travail). situations de travail prenant en compte les intégrés dans l’évaluation des risques.
généralement encombrés. Des protections collectives sont installées pour prévenir fonctionnements en mode dégradé et les opérations de Cette analyse est également réalisée avant d’intégrer des
Le personnel utilise du matériel et des outils qui ne sont pas les risques identifiées lors de l’EvRP. En complément les maintenance. modifications.
toujours adaptés aux travaux à réaliser. EPI appropriés sont fournis. La réception des équipements est assurée par le service
Pour les activités à l’extérieur de l’entreprise, un compétent interne ou par un organisme de contrôle. Un
responsable de travaux ou chargé d’affaires est désigné et équipement n’est mis en exploitation qu’après vérification
formé pour signer les plans de prévention ou PPSPS. de la conformité au cahier des charges, quelle que soit
l’urgence de la mise en service.
Le CHSCT/DP est consulté en amont et à la réception.
Pour les chantiers, il existe une méthode d’analyse
préalable des affaires ou des commandes. La gestion des
matériels, des outillages et équipements est organisée.

Exemples d'éléments d'objectivation "Grille Spécifique DRP de la CGSS Martinique"

Découpage des principales activités de l'entreprise par Fiches de postes intégrant tous les critères de sécurité, Cahiers des charges intégrant des critères en SS-T, Procédure d'achat intégrant l'analyse des besoins
processus ainsi que les mesures de prévention collective et établis pour l'achat des équipements, produits ou services, des salariés
individuelle et portant l'avis des IRP concernant les nouvelles
Cartographie des activités intégrant les postes de travail, les situations de travail
processus mis en oeuvre, les équipements de travail utilisés, Liste des exigences de sécurité (protections collectives
les zones de stockage de matières, de produits, les flux de ou individuelles) intégrés dans le choix des biens, Procédure achat intégrant le contrôle de la conformité
circulations, … équipements, matières, produits et méthodes de travail. au cahier des charges, ou fiches d’autodiagnostic
spécifiques permettant d’évaluer la conformité des
Personne formée ou un référent à l’analyse équipements, matériels et produits utilisés, ainsi que la
ergonomique des situations de travail. qualification de nos prestataires

Personne ressource désignée par l’entreprise pour Fiche de réception des biens, équipements, matières,
l’élaboration des plans de prévention, des protocoles de produits et services, signée par le service compétent, et
sécurité et/ou des PPSPS intégrant l'évaluation faite par les salariés.

Information recueillie (entretiens et réunions) / Commentaires

Propositions de progrès
Thème Santé au travail Cotation
6 Prendre en compte et prévenir tous les risques d’atteinte à la santé au travail.

0 25 50 75 100
Description des situations

Seuls les aspects concernant la sécurité sont abordés dans L’évaluation des risques pour la santé se limite au risque Le risque « santé » intègre l’ensemble des nuisances L'entreprise se préoccupe des risques émergents pour la
l’entreprise. chimique et aux nuisances physiques. Celle-ci est physiques et chimiques, ainsi que les troubles musculo- santé, notamment :
Les visites médicales réglementaires sont réalisées (aptitude, retranscrite dans le document unique. Le CHSCT en est squelettiques (TMS). - des risques psychosociaux,
reprises, …). informé. Des actions sont menées en amont en impliquant le - des pratiques addictives
L’entreprise sollicite le médecin du travail, dans le cadre CHSCT/DP pour : - du vieillissement des salariés.
de son tiers-temps, notamment pour effectuer des - aménager les postes de travail en prenant en compte Les questions de santé, sans oublier les risques à effet
analyses de postes et de fiches de données de sécurité l’impact sur la santé de l’activité physique et des produits différé, sont prises en compte dès la conception des
(FDS) des produits chimiques utilisés, ainsi que des et procédés mis en œuvre (émissions de fumées, nouveaux produits ou services.
mesures de nuisances physiques. poussières, bruit,…), Le CHSCT/DP est associé à cette démarche pour évaluer
Les FDS sont disponibles et régulièrement actualisées. - travailler avec les fournisseurs afin de réduire la les impacts potentiels sur la santé.
Il existe des fiches d’exposition aux produits dangerosité des produits et services achetés.
Cancérogènes, Mutagènes, Reprotoxiques (CMR). Des modalités sont définies pour l’achat de produits et
Des réflexions et réalisations sont engagées pour réduire services.
les risques à la source Le maintien dans l’emploi des travailleurs handicapés est
recherché.

Exemples d'éléments d'objectivation "Grille Spécifique DRP de la CGSS Martinique"

Attestation d’affiliation à un service santé au travail Fiche d’entreprise établie par le Médecin du Travail Plan d’actions pour réduire les nuisances physiques Programme d’actions de prévention des RPS
(bruit, vibrations...) et chimiques (fumées, (Primaire – Secondaire – Tertiaire) intégré dans le DU.
Bilan annuel des visites médicales réalisées (précisant le Liste des Produits Chimiques dangereux utilisés dans poussières...), ainsi que les risques de TMS, et mise à
nombre et le type de visites : SMS-SMR - Préreprises - Reprises l'entreprise, accompagnée de leurs FDS jour du DU. Programme d’actions de prévention dans le cadre
- Embauche) du "Bien vieillir au travail" (plan seniors ou GPEC)
Résultats de l’évaluation des expositions aux Fiches diagnostic pénibilité par poste de travail
nuisances chimiques (produits chimiques, poussières, Actions collectives de prévention menées dans le
vapeurs, fumées,…) et physiques (vibrations, bruit, Accompagnement des salariés en situation de cadre de la Prévention Santé (hygiène alimentaire,
éclairage, etc.) inscrits dans le D.U désinsertion professionnelle (handicapés, arrêts de conduites addictives, lutte contre la sédentarité,...), et
travail prolongés,…) associant les IRP (CHSCT ou DP)
Résultats de l’évaluation des risques TMS

Liste des fiches individuelles d’exposition établies


suite aux résultats de l'évaluation des expositions aux
nuisances chimiques et physiques, ainsi qu'aux risques de
TMS

Information recueillie (entretiens et réunions) / Commentaires

Propositions de progrès
Thème Réalisation et mise à jour de l’évaluation des risques et du plan d’actions Cotation
S’assurer que l’évaluation des risques professionnels (EvRP) est structurée et mise à jour régulièrement. Celle-ci devrait alimenter un plan d’action permettant un pilotage des actions
7 d’amélioration.
0 25 50 75 100
Description des situations

L’EvRP est peu ou pas réalisée. Elle est transcrite dans un L’EvRP est réalisée et mise à jour chaque année. Les travaux Il existe une méthodologie basée sur l’observation des L’EvRP et le plan d’actions général constituent le moteur du
document unique (DU) succinct ayant pour seul objectif de réalisés sur site extérieur sont pris en compte. situations réelles de travail (en atelier et sur site extérieur) système de gestion santé-sécurité au travail. L’EvRP intègre
répondre à une obligation réglementaire. L’EvRP est basée sur la description des activités sans et qui permet d’identifier les risques prioritaires. L’EvRP est des données issues des veilles technologiques et
Il n’y a pas de plan d’action pour prévenir les risques identifiés. impliquer les salariés dans l’analyse des situations réelles de réalisée de façon collective en impliquant les managers et réglementaires et prend en compte l’ensemble des risques
travail. La connaissance des dangers est essentiellement leurs équipes. Un pilote est désigné pour l'animation et le d’atteinte à la santé.
basée sur les accidents survenus. suivi. La Direction évalue les outils et moyens mis en œuvre.
Un ou des plans d’action existent mais ne font pas apparaître Un plan d’action général regroupe l’ensemble des actions Les salariés sont largement et systématiquement associés à
les priorités et les pilotes. La mise à jour est effectuée par la (DU, analyse AT/MP, formations, …). Des pilotes, moyens et ce processus.
direction, sans concertation. délais réalistes sont précisés pour chaque action. Les délais
de réalisation sont globalement tenus.
Le CHSCT/DP est associé à la mise jour de l’EvRP et du plan
d’action.

Exemples d'éléments d'objectivation "Grille Spécifique DRP de la CGSS Martinique"

Document unique réalisé (mais sans méthode structurée ni plan Document unique actualisé depuis moins d’un an Méthodologie de l’évaluation des risques (document de Modalités d’accès et d’information du personnel sur le
d'action) présentation) intégrant l'observation des situations réelles de DU (document de présentation, compte-rendu, note de
travail, en concertation avec le personnel service, intranet, etc.)
Document unique tenant compte des accidents
survenus dans l'entreprise. Plan d’action intégrant le tableau de suivi des mesures de Evaluation de l’efficacité des mesures de prévention
prévention dans le D.U (réalisées N-1, et prévues N et N+1) mises en œuvre (critères règlementaires, appréciation des
opérateurs, risques résiduels ou déportés,...)
Un plan d'action est associé à ce Document Unique PV de réunions périodiques organisées par un pilote
désigné dans l'entreprise, et avec les IRP (CHSCT ou DP), Intégration des veilles réglementaires et
afin de mettre à jour le DU et analyser le suivi des technologiques dans le plan d'actions associé au DU
actions.

Information recueillie (entretiens et réunions) / Commentaires

Propositions de progrès
Thème Programme de formation et compétences S&ST Cotation
8 S'assurer que le personnel possède les connaissances et les compétences nécessaires pour réaliser les tâches qui lui sont confiées en sécurité.

0 25 50 75 100
Description des situations

Les compétences de l'entreprise dans le domaine S&ST sont L'entreprise a identifié l'ensemble des formations Les besoins en formation S&ST sont recensés par la direction Le programme de formation de l'entreprise intègre les
faibles. Chacun se fie à son expérience ; il n'y a pas de modes réglementaires qui lui sont applicables et les réalise. et actualisés avec l'évolution de l'organisation. Ils tiennent besoins détectés à l'occasion des entretiens d'évaluations
opératoires spécifiques sur le sujet. La formation est essentiellement technique, limitée aux compte des dates de validité des habilitations. Les entre les responsables et leurs équipes. Il tient compte des
La formation est ignorée ou limitée au coup par coup à des points postes et équipements de travail. formations sont planifiées. objectifs définis en matière de S&ST des évolutions
réglementaires (travaux sur installations électriques, conduite des L'acquisition de compétences se fait à partir d'outils et Le CHSCT est consulté sur le plan de formation. La formation réglementaires.
engins de levage, …) formations standards (catalogue). de ses membres est actualisée. Les risques transversaux (ex : risque routier, risques
Des Sauveteurs Secouristes du Travail (SST) sont identifiés et/ou Les équipiers de première intervention sont identifiés et Chaque nouvel arrivant est évalué en fonction du niveau de psychosociaux …) sont couverts. Tous les niveaux
formés. formés à l'utilisation des extincteurs. compétence requis. Un tutorat est organisé. Le livret hiérarchiques sont concernés.
La formation au poste de travail prend en compte la sécurité d’accueil et les fiches de poste sont formalisés. Une évaluation de la qualité des formations est réalisée
et la santé. Lorsqu'il manque des compétences spécifiques, l'entreprise (qualité de la formation, acquisition de connaissances).
Les membres du CHSCT sont formés. les recherche à l'extérieur sous forme de prestation de Lorsqu'elle sous-traite des compétences externes,
Un accueil minimal des nouveaux est assuré (exemple : service, conseil ou d'étude. l'entreprise s'assure de l'appropriation des démarches et
remise d’un livret). La formation et l'accueil sont suivis par des indicateurs (taux connaissances pour enrichir ses compétences en interne.
de réalisation des accueils, taux de formation réalisées dans Elle s'appuie sur des outils et moyens de communication
les délais, nombre d'heures consacrées à la formation,...). permettant de capitaliser et diffuser les méthodologies,
Les salariés ayant une délégation de pouvoir bénéficient savoirs faire et bonnes pratiques.
d'une formation adaptée.

Exemples d'éléments d'objectivation "Grille Spécifique DRP de la CGSS Martinique"

Liste des Sauveteurs Secouristes du Travail formés et Fiches de postes intégrant les formations Programme annuel de formation S-ST validé par les Formulaires d'Entretien d'Evaluation annuelle du
actifs (avec certificats SST), et en nombre suffisant réglementaires générales et spécifiques par métier IRP, et tenant compte des exigences métiers et S-ST aux personnel intègrant l’expression des besoins en formation
postes de travail. métier et S-ST
Liste des personnes habilitées et Titres d’Habilitations Recensement des besoins en formation S-ST des
Salariés (exigences par poste de travail) et en tenant Tableau de suivi des formations métiers et S-ST Evaluations à chaud et froid des formations réalisées,
Liste des équipiers de première intervention (risque compte des délégations de pouvoir ou de fonction programmés, intégrant le taux de réalisation et exploitation de ces évaluations.
incendie) formés à l'utilisation des extincteurs
Attestations de formation des membres du CHSCT ou DP Compte-rendu des exercices d'évacuation organisés Intégration des besoins en formation détectés
Elaboration et affichage du plan d'évacuation incendie régulièrement (et auxquels participent activement les (formation aux risques transversaux, des évaluations des
précisant le rôle joué par les différents acteurs internes. Attestation de formations à la sécurité aux postes de secouristes et les équipiers de première intervention) formations réalisées, et des besoins en formation exprimés
travail (ou feuilles d’émargement) par le personnel lors des entretiens annuels) dans le
Programme annuel de formation
Livret d'accueil des nouveaux embauchés

Information recueillie (entretiens et réunions) / Commentaires

Propositions de progrès
Thème Responsabilités, communication et implication des salariés Cotation
9 S’assurer que les responsabilités en santé-sécurité au travail (S&ST) sont identifiées, réparties, coordonnées et assumées par toutes les fonctions de l’entreprise.

0 25 50 75 100
Description des situations

La fonction sécurité n’est pas clairement identifiée dans Une personne a en charge la S&ST dans l’entreprise. Elle La personne en charge de la S&ST est compétente et La S&ST est une composante de la mission de tous les
l’entreprise ou est assurée par une personne extérieure. est considérée par ses collègues comme le seul perçue comme un conseiller. Elle anime la démarche de managers et de toutes les fonctions de l’entreprise, y
Des actions peuvent être engagées au coup par coup. responsable en matière de S&ST et est en conséquence prévention dans l’entreprise. compris les fonctions transversales (achats, méthodes,
L’encadrement ne veille pas à l’application par le personnel des souvent le seul acteur. Les acteurs opérationnels sont associés à la réalisation ventes,…) et direction. Les responsabilités sont réparties
instructions santé-sécurité au travail. L’encadrement s’inquiète de la bonne application par le des actions S&ST. et il existe une véritable coordination entre les services.
Les salariés ne sont pas impliqués dans une démarche. personnel des instructions S&ST. Il existe toutefois un L’encadrement, y compris de proximité, est exemplaire L’implication des salariés est facilitée par des échanges
Il n'existe pas ou peu de procédures S&ST. écart entre les instructions données au x salariés et les dans l’application des instructions. Il est moteur en réguliers et formels avec l’encadrement. Celui-ci procède
Il n’y a pas de réunion de CHSCT ou de DP. pratiques de l’encadrement. matière de détection des situations à risques. régulièrement à des audits S&ST sur le terrain et auprès
Les salariés sont sensibilisés à la démarche. Ils ont Le CHSCT/DP est associé dans la démarche de du personnel (dans leur périmètre ou croisés).
connaissance de consignes spécifiques et constatent prévention. Le président du CHSCT dispose des moyens Les règles de sécurité sont valorisées par le personnel.
quelques améliorations techniques. d’exécution. Le CHSCT/DP est pleinement impliqué dans l’organisation
Le CHSCT/DP est informé des questions S&ST mais il est Les responsabilités S&ST sont bien définies. Elles restent S&ST. Il contribue effectivement aux mesures prises.
peu sollicité. néanmoins cloisonnées. La communication avec la direction est réelle. Elle est
Les circuits de communication en matière de S&ST sont basée sur l'écoute des salariés et les différents avis sont
organisés mais la direction ne s'assure pas pris en compte.
systématiquement de son efficacité auprès des publics
visés.

Exemples d'éléments d'objectivation "Grille Spécifique DRP de la CGSS Martinique"

Organigramme de l’entreprise faisant apparaître la fonction Planning des réunions et exemple de supports Délégation de pouvoir en S&ST formalisée Formulaire d’audit de sécurité interne mené par
en S-ST du personnel utilisés dans le cadre de la sensibilisation en S-ST (quart- (délégation de pouvoir écrite ou fiche fonction intégrant l’encadrement
d’heure sécurité organisé par l’encadrement,…) et feuilles la responsabilité en SST).
PV des réunions (des années A-1 et A) des IRP (CHSCT ou d’émargement. Planning et compte-rendu des réunions S-ST, entre
DP) sur les questions de S-ST Fiches de signalement de situations à risques, Direction, IRP, encadrement et salariés
Définition la fonction sécurité (fiche de poste et renseignées par l’encadrement ou par les salariés
formation de la (ou des) personne (s) désignée(s)) Bilan annuel des actions S-ST menées par les IRP
Fiches des propositions d'amélioration d'une (CHSCT ou DP)
Attestations de formation en S&ST de l’encadrement situation de travail, renseignées par l'encadrement ou
de proximité. par les salariés

Procédures S-ST existant dans l'entreprise Tableau de suivi des propositions d'amélioration,
remontées par les salariés, par l'encadrement, et par les
IRP (CHSCT ou DP)

Tableau de suivi des actions S-ST décidées en


réunion des IRP (CHSCT ou DP)

Mode de communication en S&ST mis en place dans


l'entreprise, en associant le CHSCT(Intranet, revue
interne, affichage, mail,…)

Information recueillie (entretiens et réunions) / Commentaires

Propositions de progrès
Thème Pratiques managériales de prévention Cotation
10 Ce thème peut être évalué de manière autonome, sans le reste de la grille, pour donner une indication générale.

0 25 50 75 100
Description des situations

Il n'y a pas de démarche structurée, ni de messages relatifs à la Un budget significatif est alloué à la sécurité. Il concerne La direction prend en compte les risques professionnels au La S&ST fait l'objet d'un engagement particulier de la
prévention des risques professionnels. essentiellement des mesures de prévention technique. La niveau de l'organisation. direction. L'entreprise anticipe l'émergence de nouveaux
L'absence d'accident justifie l'inutilité de mesures spécifiques. Les mise en œuvre de ces moyens est considérée comme La démarche S&ST est volontaire. Sa mise en oeuvre est risques , non ou mal connus à ce jour.
accidents sont considérés comme une fatalité inhérente au travail suffisante pour réduire les risques. plutôt directive. La mission de prévention est partagée. Elle La démarche S&ST est coordonnée avec les autres
ou liée à des erreurs humaines. Quand une démarche S&ST existe, elle est imposée par s'appuie sur un réseau interne de relais ou correspondants démarches de l'entreprise notamment qualité et
Tout ou partie des actions S&ST est externalisée. l'extérieur (client, maison mère, pouvoirs publics). déployés dans l'organisation. environnement. Elle est mise en œuvre de façon
La direction ne définit pas d'objectifs dans le domaine S&ST. L'entreprise n'éprouve pas le besoin de faire appel à des L'efficacité des équipements de protection S&ST est évaluée. participative et basée sur des valeurs communes
ressources extérieures pour enrichir ses compétences. Elle L'entreprise fait appel à des ressources extérieures pour direction/salariés. Les relations sont basées sur la confiance
recourt seulement à des organismes de contrôle. élargir sa vision de la prévention (CRAM, CARSAT, CGSS) et le personnel remonte, sans crainte, les informations.
Il existe des objectifs en S&ST: il s'agit principalement services de santé au travail, organismes de conseil...). Les objectifs S&ST sont déclinés dans les objectifs
d'objectifs de résultats à court terme et imposés. Les objectifs S&ST sont variés (objectifs de moyens, de stratégiques de l'entreprise de façon cohérente.
maîtrise des risques, de résultats), mais sont parfois Les ressources humaines et techniques et financières
abandonnés au profit d'autres exigences (productivité, délai, affectées la S&ST sont régulièrement évaluées.
qualité,etc.). L'entreprise développe le benchmarking avec ses partenaires
: acteurs de prévention, sous-traitants, clients, branches
professionnelles...
La démarche S&ST valorise l'image de l'entreprise.

Exemples d'éléments d'objectivation "Grille Spécifique DRP de la CGSS Martinique"

Consignes de sécurité diffusées dans l'entreprise. L'évaluation de l'entreprise tiendra compte du niveau Rapports des ressources extérieures pour l'année N-1 Liste de toutes les procédures S-ST écrites mises en
des indicateurs suivants : et N (CGSS, SiST,..) place dans l'entreprise
1. Mesures réalisées / mesures décidées suite aux analyses
des AT/MP L'évaluation de l'entreprise tiendra compte du niveau Compte-rendu des Revues annuelles de Direction
2. Non-conformité observées / Equipements vérifiés des indicateurs suivants : dédiées aux objectifs stratégiques et aux différentes
3. Actions correctives réalisées / Non-conformité observées 1. Aménagements de postes réalisés/Situations de travail démarches (Qualité, Sécurité...) mises en place dans
4. Protocoles de sécurité ou Plans de prévention existants / présentant des risques de TMS l'entreprise.
Sous traitant identifiés 2. Cahier des charges réalisés intégrant l'analyse des besoins
5. Fiches de liaison transmises et bilans de fin de mission / des salariés / Nouvelles situations de travail Participation à des clubs, colloques, … dans le
Missions Intérim 3. Expositions maîtrisées / Expositions identifiées lors des domaine de la S-ST
6. Taux de réalisation des actions prévues dans le DU évaluations aux nuisances physiques et chimiques
4. Formations métiers et S-ST réalisées / Formations Communication de la démarche S-ST à l'extérieur
programmées (presse, clients, collectivité, …)
5. Taux de prise en compte des signalements remontés par
les salariés et par l'encadrement Accompagnement, transfert de son savoir-faire et
expérience vers d'autres entreprises, partenaires ou sous-
traitants

Information recueillie (entretiens et réunions) / Commentaires

Propositions de progrès
Perspectives N +
N° Thème Cotation N
6 mois

1 #NAME? 0 0
#NAME?
2 #NAME? 0 0 #NAME? 100 #NAME?

3 #NAME? 0 0
50
4 #NAME? 0 0 #NAME? #NAME?

5 #NAME? 0 0
0

6 #NAME? 0 0
#NAME? #NAME?

7 #NAME? 0 0

8 #NAME? 0 0
#NAME? #NAME?
9 #NAME? 0 0 #NAME?

10 #NAME? 0 0
Synthèse graphique des résultats
Commentaires

Proposition de progrès