Vous êtes sur la page 1sur 8

ETUDE SUR LES MODALITES

D’ACCROISSEMENT DES RESSOURCES


DE L’ENTRAIDE NATIONALE

1
ETUDE SUR LES MODALITES D’ACCROISSEMENT
DES RESSOURCES DE L’ENTRAIDE NATIONALE

Crée en 1957 sous forme d’établissement privé à caractère social, l’Entraide


Nationale est chargée d’apporter toute forme d’aide et d’assistance aux populations
et de concourir à la promotion familiale et sociale.

Depuis, son activité n’a cessé de se développer suivant les transformations qu’a
connues la société marocaine et répondant aux besoins des couches sociales
défavorisées.

L’activité de l’EN s’est diversifiée pour couvrir plusieurs domaines qui peuvent
être résumés en deux axes :

1er axe : l’EN intervient directement dans le domaine de l’éducation préscolaire, la


lutte contre l’analphabétisme, l’éducation sanitaire, formation et encadrement des
femmes dans différents domaines (Coiffure, Arts ménagères, …) et formation des
jeunes dans différents métiers (Mécanique, Electricité, Soudure, informatique, …).

2ème axe : elle intervient indirectement par le biais des subventions accordées aux
établissements de protection sociale qui assure la prise en charge de différentes
couches sociales (Enfants abandonnés, Handicapés, personnes âgées, …).

Soulignons que la subvention de l’EN constitue une source de financement


principale et régulière de ces établissements.

Parallèlement, et pour assurer à l’Etablissement les fonds nécessaires au


financement de ses différentes missions, l’Etat, en plus de sa subvention qui
constitue la principale source de son budget, a institué au profit de l’EN un certain
nombre de taxes :

1- La surtaxe d’abattage fixée à 50% de la taxe d’abattage instituée au profit des


communes. Cette dernière est calculée en application d’un taux, arrêté par les
autorités locales, généralement, par kilogramme net de viande.
Soulignons que l’EN ne perçoit que 20% de ladite surtaxe, alors que le reste,
soit 80%, est affecté directement au financement des œuvres sociales et de
bienfaisance locales.
2- Le prélèvement sur la masse des enjeux reçus au pari mutuel urbain fixé
actuellement à 2.10%.
2
Cependant, face aux activités de l’EN qui se sont diversifiées au fur et à mesure, ses
ressources n’ont pas pu suivre cette évolution, ce qui a influencé négativement la
quantité et la qualité des prestations fournies par l’Etablissement. Encore, faut-il
souligner que ses recettes provenant des taxes seront réduites suite à la suppression
pure et simple de certaines de ces taxes telles que :

- La taxe parafiscale des jeux de hasard pratiqués dans les casinos, abrogée en
2010, ce qui a fait perdre à l’EN une source financière importante. En effet,
ladite taxe a généré, au profit de l’EN, une recette de 50 millions de dirhams
en 2008.
- Le prélèvement sur les manifestions de Centre Cinématographique Marocain,
abrogée en 2012, a fait perdre à l’EN une recette de près de 2 millions de
dirhams (Ex. 2011).

L’écart entre les recettes et les dépenses de l’EN ne cesse de croître. En effet, une
estimation des ressources financières nécessaires pour la réalisation des objectifs
fixés par l’établissement en 2014 fait ressortir un besoin de financement de l’ordre
de 190 millions de dirhams.

Comment combler ce gap financier ?

Différentes pistes peuvent être explorées pour se procurer le montant nécessaire à la


réalisation des objectifs de l’EN.

D’abord, il parait nécessaire de souligner que la recherche du supplément de recettes


dans le budget de l’Etat ne peut aboutir, vu les contraintes du budget général de
l’Etat dont les ressources restent limitées.

Il s’ensuit que pour mobiliser les fonds nécessaires pour couvrir ce gap, il faut agir
au niveau des recettes provenant des sources autre que le budget de l’Etat à savoir
les taxes et les surtaxes.

Dans ce sens, trois voies peuvent être empruntées pour pouvoir se procurer les
recettes nécessaires :

1ere voie : accroitre les recettes générées par les taxes déjà existantes ;

2ème voie : rétablir la taxe parafiscale des jeux de hasard pratiqués dans les casinos ;

3ème voie : créer de nouvelles taxes ou prélèvement au profit de l’EN.

3
1ére voie : accroitre les recettes générées par les taxes déjà existantes  :
1- CAS DE LA SURTAXE D'ABATTAGE :

Proposition n°1 : récupération, par l’EN, des 80% de la surtaxe d'abattage affectée
au financement des œuvres sociales et de bienfaisance locales à l’effet de procéder à
sa répartition à l’échelle nationale et permettre au plus grand nombre
d’établissements sociales d’en bénéficier.

2012
Surplus
20% 100%

Surtaxe d'abattage 7 720 946,92 38 604 734,60 30 883 787,68

Proposition n°2 : Fixer le taux de la taxe d'abattage à 0,50 dh/KG au minimum sans
récupération de 80% de la taxe affectée au financement des œuvres sociales et de
bienfaisance locales:

20%
Surtaxe d'abattage 2012 7 720 946,92

Surtaxe d'abattage selon le nouveau taux 12 500 000,00

Surplus 4 779 053,08

Proposition n°3 : Fixer le taux de la taxe d'abattage à 0,50 dh/KG au minimum avec
récupération des 80% de la surtaxe d'abattage reçue par les communes
4
Montant Surplus

Surtaxe d'abattage 2012 7 720 946,92

54 779 053,08

Surtaxe d'abattage selon le nouveau taux 62 500 000,00

2- CAS DU PARI MUTUEL URBAIN:

Proposition : Augmenter le taux de 2,1% à 3,1%:

Etant le principal opérateur du secteur des jeux des paris au Maroc avec un chiffre
d’affaire, réalisé en 2011, de l’ordre de 5 milliards de dirhams, le pari mutuel urbain
a généré, pour l’EN, une recette de près de 70 millions de dirhams en 2012. Une
recette qui peut être portée en hausse si on relève le taux du prélèvement de 2.1% à
3.1% surtout que ladite taxe a déjà subi, en 2010, une baisse de son taux, appliqué
en faveur de l’encouragement de l’élevage, de 3% à 2%. D’où notre proposition de
porter le taux de ladite taxe à 3.1%. Ceci est censé générer un surplus de ressources
pour l’EN de près de 33 millions de dirhams.

TAUX Montant Surplus


2,10% 70 000 000,00
Pari mutuel urbain 33 333 333,33
3,10% 103 333 333,33

2ème voie : rétablir la taxe parafiscale des jeux de hasard pratiqués dans
les casinos :
Cette taxe a été abrogée en 2010 alors qu’elle constitue une source de financement
importante pour l’EN. En effet, la recette au titre de cette taxe est de près de 50
millions en 2008.

Vu l’évolution du chiffre d’affaires des casinos et en prenant en considération


l’ouverture de nouveaux casinos, le montant de recette que peut procurer l’EN en
2014, dans l’hypothèse de l’annulation de l’abrogation de ladite taxe, est de près de
60 millions de dirhams.

Proposition Recette prévue en 2014

5
Rétablir la taxe parafiscale des jeux de
60 000 000,00
hasard pratiqués dans les casinos

3ème voie : créer de nouvelles taxes ou prélèvements au profit de l’EN


1-LOTERIE NATIONALE:

Parallèlement à son activité principale du monopole des jeux de tirage au Maroc, la


loterie nationale s’engage également dans des activités de solidarité avec certains
opérateurs (Fondation Mohamed V, Association AFAK). Dans ce cadre, la loterie
nationale a contribué, en 2009, pour 15 millions de dirhams au financement de
mécénat.

C’est dans ce sens que nous proposons d’élargir la contribution de la loterie


nationale aux activités de solidarité pour concourir à l’effort financier fourni par
l’EN. Une telle action, et dans l’hypothèse d’instituer une taxe parafiscale sur jeux
de tirage de l’ordre de 1.5%, alimentera le budget de l’Etablissement de près de 9
millions de dirhams.

Chiffre d'affaires Taux 600 000 000,00

Proposition 1,5% 9 000 000,00

2- MAROCAINE DES JEUX ET DE SPORT:

A travers son activité qui consiste à organiser et exploiter, sur toute l'étendue du
territoire national, des paris portant sur les compétitions sportives organisées tant au
Maroc qu'à l'étranger, la Marocaine Des Jeux et de Sport contribue au financement
du Fonds National de Développement du sport auquel elle verse la totalité de son
produit net.

Vu que l’EN organise, chaque année, un certain nombre de compétitions sportives


en faveur des bénéficiaires des Etablissements de protection sociale, on propose
d’instituer une taxe parafiscale de 1.5% sur le chiffre d’affaire de la MDJS pour
soutenir l’effort de l’EN en faveur de la promotion du sport au niveau des couches
sociales défavorisées. Ainsi, dans l’éventualité de la concrétisation de cette
proposition et en se basant sur le chiffre d’affaire réalisé par la société en 2011, une
telle taxe assurera à l’Etablissement une recette de l’ordre de 15 millions de
dirhams.

6
Chiffre d'affaires Taux 1 000 000 000,00

Proposition 1,5% 15 000 000,00

3-TAXE SUR LES BOISSONS ALCOOLIQUES:

Vu l’importance du chiffre d’affaire réalisé par les sociétés de production et de


commercialisation des boissons alcooliques du Maroc, nous proposons d‘instituer
une contribution du secteur aux œuvres sociales menés par l’EN à travers une taxe
sur le chiffre d’affaires des sociétés œuvrant dans ce domaine.

Une telle mesure, et en se basant sur les données du secteur en 2012 et un taux
éventuel de la taxe de 1%, est de nature à procurer à l’EN une recette de près de 24
millions de dirhams.

Chiffre d'affaires Taux 2 400 000 000,00

Proposition 1% 24 000 000,00

PROPOSITION N°1 PROPOSITION N°2 PROPOSITION N°3

7
SURTAXE D'ABATTAGE 30 883 787,68 4 779 053,08 54 779 053,08

PARI MUTUEL URBAIN 33 333 333,33 33 333 333,33 33 333 333,33


TAXE PARAFISCALE DES
JEUX DE HASARD
60 000 000,00 60 000 000,00 60 000 000,00
PRATIQUES DANS LES
CASINOS
LOTERIE NATIONALE 9 000 000,00 9 000 000,00 9 000 000,00
Marocaine Des Jeux et de
15 000 000,00 15 000 000,00 15 000 000,00
Sport
TAXE SUR LES BOISSONS
24 000 000,00 24 000 000,00 24 000 000,00
ALCOOLIQUES

TOTAL 172 217 121,01 146 112 386,41 196 112 386,41

TABLEAU RECAPITULATIF DES PROPOSITIONS POUR AUGMENTER


LES RESSOURCES DE L’ENTRAIDE NATIONALE