Vous êtes sur la page 1sur 91

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

Ministère de L’enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique


UNIVERSITE KASDI MERBAH OUARGLA

Faculté des sciences appliquées


Département de Génie Civil et Hydraulique

MEMOIRE DE FIN D'ETUDE

En Vue De L’obtention Du Diplôme de Master


Option : forage d'eau

THEME

Procédure de cimentation dans


un forage de bassin d'Illizi
Soutenu publiquement par :

ADAIKA Lazhari

BELILA Brahim

Le : 28 - 06 - 2017

Devant le jury :

Président : FORTAS Tahar M. A. A Univ. Ouargla


Examinateur: MANSOURI Zina M. A. A Univ. Ouargla
Promoteur : NETTARI Kamel M. A. A Univ. Ouargla

Année Universitaire : 2016/2017


Nous remercions en premier lieu, notre Créateur ALLAH qui nous a donné la
puissance, la patience, la volonté et l'énergie pour achever ce travail.

Nous tenons à remercier notre encadreur de mémoire, Mr. NETTARI KAMEL ,


pour nous avoir fait l'honneur de nous encadrer ce sujet.

Nous remercions les membres du jury qui ont accepté d’examiner ce travail :
Mr. FORTAS TAHAR qui nous a fait l’honneur de présider le jury de soutenance et
Me. MANSOURI ZINA d’avoir accepte d’examiner ce travail.

Nous remercions s’adressent aux tous nous enseignants.

Nous ne pourrions terminer sans remercier nos parents et nos familles


qui nous ont soutenu et encouragé pour terminer ce travail

Nous remercions aussi nos amis du promos.


Dédicace
Quoi de plus que de pouvoir
partager les meilleurs moments de
sa vie avec les êtres qu'on aime.
Arrivé au terme de mes études, nous
avons le grand plaisir de dédier ce
modeste travail à :

A ma chère mère et mon cher père


A mes frères
A mes oncles et mes tantes
A La famille ADAIKA
A tous mes amis de promotion Master Forage
A mon encadreur: NETTARI KAMEL
A tous ceux qui m’ont aidé de près ou de loin pour la
réalisation de ce Modeste travail

ADAIKA LAZHARI.
DÉDICACE
Je dédie ce modeste travail:
A ma chère mère et mon cher père
A mes frères
A mes oncles et mes tantes
A La famille BELILA
A Tous mes amis, en particulier : ABD-ES
SATTAR SOIALAH ET IZZDIN BREK .
A tous mes amis de promotion Master
FORAGE .
A mon encadreur: NETTARI KAMEL.
A tous ceux qui m’ont aidé de près ou de loin pour la
réalisation de ce Modeste travail.

BELILA BRAHIM.
ABREVIATIONS

Abréviations

New Vam Type de filetage

YP yeild Point

Abréviation de "Cement-Bond Log" et "Variable Densité Log", diagraphie


CBL-VDL
d'adhésivité du ciment pour analyser la qualité de la cimentation du cuvelage

API American petroleum institute

USIT Ultra Sonic Imager Tool

BHCT Bottom Hole circulating Temperature

BHST Bottom Hole Static Temperature

K55 Grade d'acier

PV Plastic Viscosity
RM Région Militaire
Liste des figures

Fig. I.1: Situation géographique du bassin d'Illizi (Sonatrach , Division Exploration)……03

Fig. I.2:Situation géologique du bassin d'Illizi (Document Sonatrach)………………. ….... 03

Fig. I.3: fiche technique de puits d'eau………………………………………………….... 04

Fig. II.1: Le système de levage………………………………………………………...…. 08

Fig.II.2 : la table de rotation……………………………………………………..…... 10

Fig.II. 3 : la pompe à boue………………………………………………………..……11

Fig.II. 4 : Appareil de forage……………………………………………………….….13

Fig.III.1 : Différentes colonnes de tubage……………………………………….……15

Fig.III.2 : Crépine à fentes continues de type Johnson…………………….…….…...18

Fig.III.3 : Les différents types de crépines parisiennes……………………………….18

Fig.III.4 : Crépine PVC renforcée……………………………………...……………...19

Fig.III.5: Différents types de filetage API……………………………………………..23

Fig.III.6: Filetage New Vam……………………………………………………….…...24

Fig.III.7 :L’élongation en fonction d’élasticité……………………………….………..25

Fig.III.8 :Influence de la traction sur l’écrasement…………………………….………25

Fig.III.9 : Types des Centreurs…………………………………………………….……26

Fig.III.10 : Les Stop Collars………………………………………………….…………27

Fig.III.11 : Types des gratteurs (scratcher)……………………………………….…….27

Fig.III.12 : Collier tourbillonné…………………………………………………….…...28

Fig.III.13 : Différents types des ombrelles de cimentation……………………….……28

Fig.IV.14 : Tête de cimentation………………………………………………….……. 35


Fig.IV.15 : Schéma représentatif d’une unité de cimentation………………….………..36

Fig.IV.16 : Schéma de fonctionnement d’une unité de cimentation…………….……....37

Fig.IV.17 : Bouchon supérieur et inferieur………………………………………….……38

Fig.IV.18: bouchon de la cimentation…………………………………………………….38

Fig.IV.19 : Les silos de stockage de ciment………………………………………………39

Fig.IV.20 : Cimentation au Stinger……………………………………………………......42

Fig.IV.21 : Les bouchons installés dans une Têtes de cimentation………………………43

Fig.IV.22 : Cimentation étagée……………………………………………………….……44

Fig.IV.23 : La cimentation complémentaire…………………………………………….…46

Fig.IV.24 : Les problèmes de cimentation………………………………………………...49

Fig.IV.25 : Contrôle thermométrie………………………………………………………...50

Fig.IV.26 : L'outil d’imagerie ultrasonique (USIT)……………………………………….53


Liste des tableaux

Tab.I.1: Fiche Technique bassin illizi : puits COL D'ANAY(4 ème RM)………………….04

Tab.III.1 :Longueurs des casings…………………………………………………………....20

Tab.III.2 : Grades des tubages…………………………………………………………..…..21

Tab.III.3 : coefficient de sécurité utilisé à Sonatrach.......................................................30

Tab.V.1 : Caractéristiques de la boue………………………………………………….......55


Sommaire
INTRODUCTION GENERALE

chapitre I
I.1. Présentation du bassin d'ILLIZI………………………………………………………01

I.1.1. Introduction………………………………………………………………………….01

I.1.2. Généralité sur le bassin d’Illizi……………………………………………………..01

I.1.3. Historique de l’Exploration…………………………………………………………01

I.1.4. Cadre géologique……………………………………………………………………02

I.1.5. Situation géographique du bassin d’Illizi…………………………………………..02

I.1.6. Situation géologique du bassin d’Illizi……………………………………...……...03

I.2. Description du puits……………………………………………………………………04

I.3. La fiche technique du puits……………………………………………………………04

I.4. Description de la lithologie du puits: COL D'ANAY (4 ème RM) ......................... ..05

I.4.1 Géologie de la zone…………………………………………………………………..05

I.5. Objectif du puits………………………………………………………………………05

chapitre II
II.1 Forage par percussion ………………………………………………………………….06

II.2 Forage rotary …………………………………………………………………….......…06

II.3. Equipements d’un appareil de forage…………………………………………......…..07


II.3.1 Fonction levage…………………………………………………………...……..…....07

II.3.1.1 Le mât de forage…………………………………………………………………….07

II.3.1.2 Le système de mouflage…………………………………………………………….07

II.3.1.3 Le Treuil de forage………………………………………………………………....09

II.3.1.4 Tête d’injection……………………………………………………………………..09

II.3.1.5 Train de sonde………………………………………………………………………09

II.3.1.6 Matériel annexe de Levage…………………………………………………………09

II.3.2 Fonction rotation……………………………………………………………………...09

II.3.2.1 Table de rotation…………………………………………………………………….10

II.3.2.2 Le trépan……………………………………………………………………………..10

II.3.2.3 Les tiges de forage…………………………………………………………………..10

II.3.2.4 Tige carrée…………………………………………………………………………...10

II.3.3 Fonction pompage……………………………………………………………………..11

II.3.3.1 Pompe à boue………………………………………………………………………...11

II.3.3.2 Les tamis vibrants……………………………………………………………………12

II.3.3.3 Les bacs a boue……………………………………………………………………....12

II.3.3.4 Matériel annexe de pompage………………………………………………….……..12

II.4 Le Top Drive…………………………………………………………………….……….12

II.5 Schéma représentatif d’un appareil de forage……………………………………….….13

chapitre III
III.1 Les différentes colonnes de Tubage…………………………………………………….14

III.2 Les Crépines d’un forage d’eau………………………………………………………….15

III.3 Caractéristiques des Tubages…………………………………………………………….20


III.4 Types de Filetages………………………………………………………………………..22

III.5 Les contraintes sur les Tubages…………………………………………………….……24

III.6 Les accessoires de Tubage…………………………………………………………….…26

III.7 Méthodes de calcul de Tubage………………………………………………………......29

chapitre IV
IV.1 Objectifs de la cimentation……………………………………………………………...31

IV.2 Détermination des hauteurs de cimentation………………………………………….…31

IV.3 Caractéristiques du Ciment – Additif……………………………………………….…..32

IV.4 Equipements de cimentation………………………………………………………….….34

IV.5 Préparation du trou avant l'injection……………………………………………….……39

IV.6 Réalisation de la cimentation………………………………………………………….…40

IV.7 Les types de cimentation…………………………………………………………... .…..41

IV.7.1 Les cimentations primaires…………………………………………………….. ..…..41

IV.7.2 Cimentation étagée……………………………………………………………….…..43

IV.7.3 Cimentations complémentaires……………………………………….………….…...45

IV.7.4 La diagraphie de cimentation…………………………………………..……….….…48

IV.7.5 Les termes les plus fréquentes à la cimentation…………………………………..….53

IV.7.6 Conclusion……………………………………………………………………….….…54

chapitre V
V.1 Le programme de Tubage…………………………………………………………..…….55

V.1.1. Les critères de choix de tubage……………………………………………………….55


V.1.2. Les facteurs de sécurités de Tubage……………………………………………….......55

V.1.3. Le calcule de choix de Tubage……………………………………………………..…..55

V.2 Programme de Cimentation…………………………………………………………..……62

Conclusion général
INTRODUCTION
GENERALE
INTRODUCTION GENERALE

Introduction
La cimentation est une opération indispensable qui permet de protéger le forage
contre l'effondrement ; des pollutions extérieures; seule une cimentation correcte peut
prévenir les écoulements préférentiels d'eau d'infiltration qui peuvent se développer le long du
tubage. Cette opération consiste à remplir avec un mélange eau + ciment (laitier de ciment)
l'espace annulaire au-dessus du massif de gravier jusqu'à la surface du sol.

La cimentation d’une colonne de tubage s’effectue par pompage d’un laitier de ciment
dans l’espace annulaire existant entre l’extérieur du tubage en place et la paroi de trou foré en
injectant directement à l’intérieur du tubage ou à travers les tiges de forage, de façon à le faire
ensuite remonter dans cet annulaire jusqu’à une hauteur prédéterminée.
Une cimentation de tubage est nécessaire pour éviter l’éboulement du trou; éviter de
dévissage des tubes pendant le forage; éncrer les colonnes de tubage sur lesquelles sont fixées
les équipement de sécurité en tête de puits; ainsi pour réduire la corrosion des tubes par les
fluides contenus dans les couches traversées; la fermeture de l’espace annulaire et son
étanchéité pour la mise en production; l'isolement du trou pour les eaux des couches
superficielles ; enfin la protection de la tête de forage contre les éventuelles pollutions par la
surface.
Il existe plusieurs types d’utilisation du ciment dans le sondage en citant :
• La cimentation des colonnes de tubage
• La pose des bouchons de ciment
• Le squeeze ou injection sous pression
Pour cela on suggère le plan de travail suivant :
Dans le premier chapitre on a traité la situation et la partie géologique, puis on présenté des
généralités sur le forage, dans le troisième lieu nous avons expliqué le thème cimentation
Ensuite nous avons donné une idée sur le tubage, en fin nous avons terminé le sujet par calcul
pratique de cimentation.
CHAPITR: I
SITUATION ET PARTIE
GEOLOGIQUE
CHAPITRE I SITUATION ET PARTIE GEOLOGIQUE

I.1. Présentation du bassin d'ILLIZI :


I.1.1. Introduction
La plateforme saharienne dans notre région d’étude fait partie est située au Sud de l'Algérie
alpine et appartient au Craton nord africain. Elle comprend un socle précambrien sur lequel
repose en discordance une puissante couverture sédimentaire, structurée au Paléozoïque en
plusieurs bassins séparés par des zones hautes.

I.1.2. Généralité sur le bassin d'Illizi :


Le bassin d’Illizi , s’étend entre les latitudes 29°00’ et 26°30’ et les longitudes 10° et
6°. Sur une superficie totale d’environ 560000 km² (affleurements des Tassili et du
Hoggar compris), 178339.85 Km² seulement représentent le domaine minier du bassin. Ce
domaine minier correspond à deux régions bien distinctes : La première située au Nord,
correspond au bassin d’Illizi proprement dit et au môle d’Amguid-El-Biod constitué de 25
blocs dont certains sont en association.
La seconde, localisée le long de la frontière algéro-nigérienne, correspond aux cuvettes : du
Ténéré, du Taffassasset, de la Tamesna, In Guezzam. Cette région ayant fait objet d’étude de
géologie de surface ne montre pas un intérêt pétrolier vue que les séries paléozoïque y
affleurent.
De ce fait, dans ce qui suit, nous nous limiterons à l’étude de la partie Nord du bassin d’Illizi
proprement dit.[8]

I.1.3. Historique de l’Exploration :


Depuis 1956, l’exploration dans le bassin d’Illizi s’est concrétisée par un volume de
sismique terrain de prés de 80.00 km et par environ 1760 puitsdontprés de 370 puits
d’exploration soit environ 1 puits d’exploration par 180 km².L’Exploration par forage a
connue un maximum durant la période 1956-1962, ce qui a permis la découverte des
principaux grands gisements du district. Ce maximum a été suivi par une diminution
progressive. Ceci peut s’expliquer par la rareté de prospects d’ordre structural présentant des
tailles (amplitude et surface) justifiant des implantations de forage .En géophysique, la
sismique ayant démarrée vers la fins des années soixante (1968) a connue un maximum en
1976 avec 10100 km, puis comme pour le forage, on constate une diminution .La densité
sismique est généralement importante dans le bassin d’Illizi, à l’exception des zones où

1
CHAPITRE I SITUATION ET PARTIE GEOLOGIQUE

l’intérêt pétrolier est négligeable. Les principaux réservoirs pétroliers sont représentés par les
réservoirs gréseux du cambro-ordovicien (II, III, IV), du Siluro-dévonien inf. (F6, F4), du
Dévonien moy-sup (F2, F3) et du carbonifère (B et D).Le toit de l’Ordovicien est le seul
niveau carté à l’échelle régionale car il est caractérisé par une réflexion continue dans tout le
bassin d’Illizi. Les autres nivaux ne sont pas cartés à l’échelle régionale à cause de leurs
hétérogénéités.

I.1.4. Cadre géologique:


Au point de vue géologique, ce bassin de plate forme, assez stable fut le siège
d’une sédimentation importante essentiellement durant les temps Paléozoïque et Mésozoïque.
Au sud toute la série primaire affleure et repose en discordance majeure sur le socle qui
constitue le massif du Hoggar. Plusieurs affleurements (Cambro-ordovicien, Dévonien
Inférieur, Silurien, Dévonien Moy-Sup et Carbonifère puis les couches Mésozoïque qui
reposent en discordance sur la série Primaire affleurent au ZARZAITINE.
A l’Est le bassin d’Illizi communique avec le bassin de Ghadamès dont il est séparé par le
mole de TIHEMBOKA. Au Nord, au-delà du haut fond D’AHARA , ce bassin s’ouvre sur le
sillon Permo-Carbonifère du Sud Tunisien.
A l’Ouest, il est limité par le mole d’Amguide El Biod d’orientation méridienne. Certains
géologue pétroliers définissent un bassin d’Illizi proprement dit limité à l’Ouest par l’axe
d’EssaouiMéllène.[8]

I.1.5. Situation géographique du bassin d’Illizi :


Le bassin d'Illizi est situé dans la partie Sud orientale du Sahara Algérien .Il
représente l'une des plus grandes provinces pétro-gazéifères de l’Algérie, se situeentre les
longitudes 6°E et 10°E, et les latitudes 29° 45’00’’ N et 26° 30’00’’N. Ce bassin s'étend
jusqu'en Libye à l'Est dont la plus grande partie se trouve en Algérie, couvrant ainsi une
superficie de 100.000 Km² jusqu'au massif du Hoggar qui le borde au sud.

2
CHAPITRE I SITUATION ET PARTIE GEOLOGIQUE

Fig.I.1: Situation géographique du bassin d'Illizi (Sonatrach , Division Exploration)

I.1.6. Situation géologique du bassin d’Illizi :

Le bassin d'Illizi fait partie de la synéclise Est Algérienne. Il est limité par les môles
d'Ahara au Nord qui le sépare du bassin de Berkine , Tihemboka à l'Est, Amguid El Biod à
l'Ouest et le massif cristallo-métamorphique du Hoggar au Sud .[8]

Fig.I.2:Situation géologique du bassin d'Illizi (Document Sonatrach)

3
CHAPITRE I SITUATION ET PARTIE GEOLOGIQUE

I.2. Description du puits :

Le puits COL D'ANAY (4ème RM) est un puits vertical de développement, situé dans le
zone ILLIZI. au sud bassin BERKINE , et dans le champ D'Illizi, il est considéré comme un
puits de production. Les paramètres envisagés et visés pour ce puits sont :
La profondeur final 950 m .
Nappe captée (Silurien & Tadrat Dévonien).
Date de Début de forage: 21/11/2015
Date de Fin de sondage : 23/01/2016
Appareil : TP 170 (ENTP).

I.3. La fiche technique du puits :

Le tableau ci-dessous nous décrit les données du puits :

Tableau. I.1: Fiche Technique bassin Illizi : puits COL D'ANAY(4ème RM)

Bassin ILLIZI

X= 6°02'39'' 3275E
Cordonnées géographique
Y=31°44'06'' 7465N

Altitudes Z: 556 m

Profondeur finale prévue 950 M

Formation d’arrêt de forage Silurien Acacus

Appareil de forage TP 170

4
CHAPITRE I SITUATION ET PARTIE GEOLOGIQUE

I.4. Description de la lithologie du puits: COL D'ANAY (4ème RM):


I.4.1 Géologie de la zone:
La couverture sédimentaire repose en discordance sur la surface intra tassilienne la Coupe
lithologique type du bassin d'Illizi est composé d'une série sédimentaire globalement
détritique allant du cambrien au paléogène dans la quelle les terrains paléozoïques occupent
les deux tiers de l'épaisseur totale de la série contenant :
A) Trias carbonaté :ép : 97 m. il est formé d’argile carbonatée parfois brun rouge
rarement gris-vert, indurée, silteuse, feuilletée au top devenant gris vert vers la base, indurée,
avec passées de colomie beige
argileuse, parfois gréseuse, microcristalline, dure. Rares niveaux de grès brun rouge, fin
argileux bien consolidé moyennement dur.
B) Le carbonifère : ép : 108-472 m composé par une épaisse formation argilo-gréseuse
qui renferme des roches carbonatées.
C) Le dévonien: ép :472-717 m composé de grés fins a grossiers et une alternance de
grés et d'argile
D) Le Silurien: ép 717-1000 m après la fonte des glaciers ,une transgression glacio-
eustatique diachrone précoce vers le SUD-EST et tardive vers le Nord-Ouest a marqué cette
période du Paléozoïque.

I.5. Objectif du puits:


Le but du forage du puits COL D'ANAY (4ème RM) , est de produire de l'eau du
l'exploitation dans le zone d'Illizi, le puits actuellement en production dans le réservoir.

5
CHAPITR: II
GENERALITE SUR LES
FORAGES
CHAPITRE II GENERALITE SUR LE FORAGE

On appelle forage, l’ensemble des opérations permettant le creusement de trous


généralement verticaux. L’utilisation principale des forages est la reconnaissance et
l’exploitation des gisements de pétrole ou de gaz naturel ainsi que les ressources en eau. Les
autres utilisations, comprennent notamment : les forages géologiques ou géophysiques pour
la reconnaissance des gisements de minerais.

Le forage permet d’atteindre les roches poreuses et perméables du sous-sol, susceptibles


de contenir des hydrocarbures liquides ou gazeux. Son implantation est décidée à la suite des
études géologiques et géophysiques effectuées sur un bassin sédimentaire. Ces études
permettent de se faire une idée de la constitution du sous-sol et des possibilités de gisements,
mais elles ne peuvent déceler avec certitude la présence d’hydrocarbures. Seuls les forages
pourront confirmer les hypothèses faites et mettre en évidence la nature des fluides contenus
dans les roches.

Il existe deux procédés de forage :

 Le forage par percussion


 Le forage par rotation

II.1 Forage par percussion :

Le forage par percussion utilisé au début du siècle IXX pour la recherche des hydrocarbures
dans les terrains tendres à faibles et moyennes profondeurs.
De nos jours, il est utilisé dans le forage hydraulique.[1]
II.2 Forage rotary :
Les premiers essais de cette technique semblent avoir été faits sur le champ de Corsicana
(Texas) ; elle se développa rapidement à la suite de la découverte, en 1901, du champ de
Spindletop près de Beaumont (Texas) où fut employé un appareil de forage rotary.
La méthode consiste à utiliser des trépans à molettes dentées ou des trépans diamantés,
sur lesquels on appuie et que l’on fait tourner. L’action combinée du poids et de la rotation
permet aux dents des trépans à molettes d'écailler la roche ou aux trépans diamantés de strier
et de détruire celle-ci.
La rotation du trépan est obtenue en faisant tourner l’ensemble des tiges de forage qui relient
le trépan à la surface.[1]

6
CHAPITRE II GENERALITE SUR LE FORAGE

Pour éliminer les déblais de roches détachés du fond par le trépan, on emploie la
technique de la circulation des fluides, inventée par Fauvelle en 1845. Elle consiste en
l’injection d’une boue (mélange d’eau et d’argile) à l’intérieur des tiges de forage. Celle-ci,
passant par les orifices du trépan, remonte dans l’espace annulaire en entraînant les déblais
jusqu’à la surface.
II.3. Equipements d’un appareil de forage
On peut regrouper les équipements de forage en 3 fonctions suivantes :

 Fonction levage
 Fonction rotation
 Fonction pompage

3.1 Fonction levage


Le processus de descente et de remontée de la colonne de forage comprend une série
d'opérations cycliques se répétant systématiquement, ses manœuvres sont exécutées grâce à
une série d’équipements constituant le système de levage de l’appareil de forage (fig.1).
Cette fonction comprend essentiellement les éléments suivants :
3.1.1 Le mât de forage
Le mât de forage sert aux manœuvres des garnitures de forage ou des tubages. Il peut être
du type qui ne se démonte pas pour le déménagement (Moving), ou de celui qui se démonte
en un petit nombre d'éléments. Il est dressé tout monté sur la plate-forme de forage.
Il est composé de deux montants reliés par des entretoises et des croisillons qui reposent sur
une substructure.
Une plate-forme installée au sommet, comportant des traverses de forte capacité, supporte le
moufle fixe (Crown Block).
Le montage du mât se fait par le câble et le treuil.
3.1.2 Le système de mouflage
Le système de mouflage est depuis longtemps le moyen de démultiplication des efforts, le
plus utilisé et le plus simple pour lever de lourdes charges. Le système de mouflage comprend
essentiellement : le moufle fixe, moufle mobile et le câble de forage.
Le système de mouflage comprend un câble qui passe successivement sur les poulies du
moufle fixe et du moufle mobile avant de s’enrouler sur le tambour du treuil, l’autre extrémité
est fixée sur le Réa.
Le nombre de brins (n) varie de 4 à 14.

7
CHAPITRE II GENERALITE SUR LE FORAGE

Le brin actif est la partie du câble comprise entre le moufle fixe et le tambour du treuil. Le
brin mort est la partie de câble comprise entre le moufle fixe et le Réa. [1]

a)Le moufle fixe


Il est composé d’une série de poulies montées sur le même axe, elles sont montées folles
(tournent librement autour de leur axe).
Le nombre de poulies est égale à ( ).

Ce moufle est monté sur un bâti (corps) qui est lui-même posé et fixé sur la plateforme
supérieure du derrick.
b) Le moufle mobile
Il est également composé d’une série de poulies montées sur le même axe. L'ensemble est
enfermé dans un carter avec des flasques entre les poulies pour éviter que le câble ne sorte
d’une poulie.
Le nombre de poulies est égale à ( )

c)Le câble de forage


Le câble de forage représente la pièce d’usure de la fonction levage. L'importance et le
rôle du câble nous conduit à insister sur sa technologie.
Les conditions de base que le câble doit satisfaire sont :
 la résistance à la rupture par le choix de la section du câble et de la nuance d'acier.
 la flexibilité : il est obtenu en divisant la section du câble en plusieurs sections
distinctes Ce sont des câbles d’acier à torons. C'est un ensemble de torons disposés en
hélice en une ou plusieurs couches s’appuyant sur un toron central appelé Ame
Chaque toron est lui-même constitué de files d'aciers disposés en hélice. [1]

Fig.II.1: Le système de levage.

8
CHAPITRE II GENERALITE SUR LE FORAGE

3.1.3 Le Treuil de forage


Le treuil de forage est la source de puissance du système de levage. Et généralement, il est
le cœur de l'appareil de forage. Il est destiné à assurer les manœuvres de remontées et de
descentes de train de sonde, ainsi que le train de tubage.
Il assure par fois l'entraînement de la table de rotation, il commande les câbles cabestans et
dispose d'un tambour de curage (entretien)
Les principaux éléments constituant le treuil de forage sont :

 Le châssis du treuil.
 L'arbre tambour.
 L'arbre des cabestans.
 La boite à vitesses.
 Le poste de commande.

3.1.4 Tête d’injection


La tête d'injection appartient au matériel de levage, pompage et rotation. Elle est
suspendue d'un côté au crochet de levage et de l'autre côté vissé à la tige carrée, elle sert :
 De palier de roulement à l'ensemble du train de tige pendant le forage.
 Elle assure le passage de la boue de forage venant d'une conduite fixe.

3.1.5 Train de sonde


Le train de sonde comporte le matériel du fond de forage. Il est constitué de :
 Trépan.
 Masses tiges.
 Tiges de forage.
 Tige carrée (Kelly).
 Outils de fond.

3.1.6 Matériel annexe de Levage : Il comprend :


 L'attache du brin mort (le Réa).
 Le crochet.
 L'élévateur et les bras élévateurs.
 Les coins et clés.

3.2 Fonction rotation


Elle comprend les équipements suivants :

9
CHAPITRE II GENERALITE SUR LE FORAGE

3.2.1 Table de rotation


En cours de forage, la table de rotation (fig.2) transmet le mouvement de rotation à la
garniture de forage, par l'intermédiaire de fourrures et de la tige d'entraînement (Kelly).
En cours de manœuvre (Trip),elle supporte le poids de la garniture de forage, par
l'intermédiaire de coins de retenue. [1]
La table de rotation se compose de 3 parties :
 Le bâti.
 La partie tournante.
 L'arbre d'entraînement.

Fig.II.2 : la table de rotation.

3.2.2 Le trépan
L'outil qui fore le terrain sous l'action de la charge axiale et du couple moteur, le trépan
Cisaille, écrase et érode la roche.

3.2.3 Les tiges de forage


Ce sont des tiges qui descendent le long du puits et qui transmettent le mouvement de
rotation à l'outil (Trépan). Celles-ci permettent aussi le passage de la boue de forage.

3.2.4 Tige carrée


C'est une tige installée entre la tête d'injection et les tiges de forage. Elle transmet le
mouvement de rotation de la table de rotation au train de tige.

10
CHAPITRE II GENERALITE SUR LE FORAGE

3.3 Fonction pompage


Afin d'assurer la circulation de la boue, les installations de forage sont équipées d'un
système de circulation qui est destiné à amener le liquide de forage sous pression à partir des
pompes vers la tête d'injection se déplaçant de haut en bas et vice versa, à renvoyer le liquide
de tête de puits dans les réservoirs de recueil des pompes, à éliminer les déblais du liquide et à
préparer un nouveau liquide de forage.

3.3.1 Pompe à boue


Ce sont des pompes alternatives, le mouvement alternatif des pistons et des tiges étant
produit par le système classique de la bielle et d'un vilebrequin. Ces pompes de principe
volumétrique fournissent un débit qui est directement fonction de la cylindrée de la pompe et
du régime de rotation du vilebrequin (Fig. 3) Elles doivent être souples, robustes et faciles à
entretenir. Elles sont entrainées par des moteurs électriques.
Les pompes de forage peuvent être de type duplex à double effet ou triplex à simple effet.
Elles sont composées de trois parties:

 Partie mécanique
 Partie hydraulique
 Amortisseur de pulsation

Fig. II. 3 : la pompe à boue

11
CHAPITRE II GENERALITE SUR LE FORAGE

3.3.2 Les tamis vibrants


Il s'agit essentiellement d'une ou plusieurs toiles de tamis tendues sur cadre plus ou moins
incliné, monté généralement sur ressorts et pouvant être animé d'un mouvement de vibration
plus ou moins compliqué.

Les vibrateurs ont une efficacité réelle, mais assez faible, on estime généralement qu’ils
n’éliminent que 20 à 40 % des solides remontant du puits.
C’est le procédé le plus commode et le moins onéreux pour l’élimination des solides
(déblais).

3.3.3 Les bacs a boue


Sur une installation de forage on distingue :
 Les bacs de circulation
Ce sont des bassins métalliques dans lesquels la boue peut être fabriquée, maintenue en
agitation, aspirée par la pompe de forage et peut y revenir par la goulotte. Leurs volumes
varient de 15 à 50 m3 selon l’installation.

 Les bacs de réserve


Ils permettent soit de maintenir une boue neuve en attente, soit de stocker une boue déjà
utilisée. Leur volume est généralement supérieur à celui de bacs de circulation (50 à 60 m3).

 Les bacs de décantation


Leur volume est voisin de celui des bacs de circulation.

3.3.4 Matériel annexe de pompage : il comporte les éléments suivants :

 La conduite à haute pression


 Le flexible d’injection
 Les vannes
 Matériels divers (pompes centrifuges, malaxeurs… etc.)

II.4 Le Top Drive


Le top drive a vu le jour en 1984.les essais et améliorations ont aboutis en 1993 à
l’appareil top drive

12
CHAPITRE II GENERALITE SUR LE FORAGE

Le top drive est une tête d'injection motorisée qui, en plus de l'injection, assure la
rotation de la garniture de forage.
Ainsi, on n'a besoin ni de la tige d’entraînement ni de la table de rotation pour faire
tourner la garniture, c'est le top drive qui s'en charge. En plus, pendant le forage, au lieu de
faire les ajouts simple par simple, on peut les faire longueur par longueur.
Plusieurs autres options existent dans cet équipement : les bras de l'élévateur sont
articulés hydrauliquement pour faciliter le travail de l'accrocheur et il possède une clé
automatique et même une coulisse intégrées.
Des rails placés tout le long du mât le guident dans ses déplacements.[1]
Il se compose de 3 parties principales :

 Partie électrique : moteur d’entrainement du train de sonde et le moteur auxiliaire.


 Partie hydraulique : circuit de boue.
 Partie mécanique : le mouvement de rotation.
 Les fabricants les plus connus sont : TESCO, VARCO , et CANRING.

II.5 Schéma représentatif d’un appareil de forage

Un appareil de forage est shématisée comme l'indique la figure ci-dessous:

Fig. II. 4 : Appareil de forage

13
CHAPITR: III
TUBAGE D'UN FORAGE
CHAPITRE III TUBAGE D'UN FORAGE

Le tubage sert à empêcher les parois du puits de l'effondrement dans le but de continuer
le forage sans problèmes.
Le choix des tubages, aussi bien en ce qui concerne leur diamètre que leur résistance, est
conditionné par plusieurs facteurs, dont les principaux sont :
 la profondeur prévue.
 les pressions attendues.
 le type d'effluent attendu : huile ou gaz.
 les risques de corrosion.
III.1 Les différentes colonnes de Tubage :
Les colonnes (Fig.III.1) de tubage sont:
 tube guide.
 colonne de surface.
 colonne technique.
 colonne de production.
 colonne perdue.
A) Tube guide : elle sert à :
 maintenir les formations de surface non consolidées (sables).
 canaliser la boue vers la goulotte.
 guider l'outil en début de forage.
B) Colonne de surface : Sert à :
 isoler les eaux contenues dans les couches supérieures.
 maintenir les terrains de surface.
 supporter les têtes de puits avec les colonnes suivantes ancrées dedans.
 supporter les équipements d’obturation du puits.
C) Colonne technique :
De profondeur variable selon les difficultés rencontrées elle permet :
- d'éviter de poursuivre un forage dans un découvert présentant des risques (éboulements).
- d'isoler les formations contenant des fluides sous fortes ou faibles pressions.
- d'éviter la rupture des terrains autour du sabot de la colonne de surface en cas d'éruption.
La profondeur et le nombre des colonnes techniques dépendent, entre autres, des pressions
rencontrées dans la phase suivante. La résistance des formations au droit de son sabot doit être
suffisante pour résister à ces pressions.

14
CHAPITRE III TUBAGE D'UN FORAGE

D) Colonne de production :
Elle est indispensable dans le cas d'un puits producteur. Elle permet de :
 Canaliser les fluides de formation en surface.
 isoler la formation productrice des autres formations.
 mettre en œuvre le matériel de production.
Elle devra présenter toutes les garanties d'étanchéité et de longévité.
Le choix des tubes et des connexions sera déterminé en fonction du type d'effluent (huile ou
gaz). [1]

E) Colonne perdue : (Liner)


Suspendue à la base de la colonne précédente, elle peut jouer le même rôle qu'une colonne
technique ou une colonne de production.
La descente de cette colonne est beaucoup plus économique que celle d’une colonne
complète, mais cette solution n'est pas réalisable dans tous les cas, en particulier dans les puits
à forte pression.[1]

Fig.III.1 : Différentes colonnes de tubage.

III.2 Les Crépines d'un forage d'eau


La crépine est un tube ajouté laissant le passage à l’eau tout en maintenant la formation,
l’éboulement et l’effondrement, tandis que le rôle de la crépine est d’éviter l’entrée de sables

15
CHAPITRE III TUBAGE D'UN FORAGE

et des éléments fins de l’aquifère à l’intérieur de la colonne de crépine afin d’être aspirés par
la pompe, car ils constituent un grand risque pour cette dernière (corrosion, usure).
a) longueur et position des crépines
Le choix de la longueur d’une crépine dépend de :
-le niveau de la nappe.
-le rabattement de la nappe pendant son exploitation.
-l'épaisseur de la nappe à exploiter.
-la nature et la structure des couches aquifères formant la nappe.
La crépine doit être placée dans une position où les caractéristiques hydrauliques sont les
meilleures.
Pour choisir cette position, on doit se baser sur :
- les diagraphies instantanées, pertes de boue.
- le carottage.
- l'analyse granulométrique des échantillons.
- les essais de perméabilité.
Suivant la nature de la nappe, le choix de la longueur de crépine est un compromis entre la
crépine la plus longue possible (où la vitesse d’entrée de l’eau à travers la crépine est
minimale : perte de charge minimale) et la plus courte crépine placée à la base de l’aquifère
(permettant un rabattement plus important : débit important pour longueur réduite :
économie). Par ailleurs, il est recommandé de ne pas rabattre la nappe au-dessous du sommet
de la crépine.

 Nappe captive en terrain homogène :


Pour ce type de nappe, on crépine 80 à 90% de son épaisseur, en s’assurant que le
rabattement ne descend pas sous le niveau du toit.
Les prix actuels de crépines permet de crépine la totalité de l’épaisseur de la nappe,
contrairement à l’idée du passé adaptée dans certaines conditions économiques (prix
élevés des crépines), qui consiste à faire d'alternance entre parties crépines et partie
non crépines sur la colonne de crépin âgé.
 Nappe captive en terrain hétérogène
Dans ce cas, on crépine 80 à 90% des couches les plus perméables.
 Nappe libre en terrain homogène

16
CHAPITRE III TUBAGE D'UN FORAGE

- Pour une nappe ayant une épaisseur inférieure à 45m : par expérience ; il est
recommandé de crépine au moins le tiers inférieur sans dépasser une hauteur
de 50% de son épaisseur.
- Pour une nappe à épaisseur plus grande, on peut crépine jusqu'à 80% de son
épaisseur pour obtenir une capacité spécifique plus importante.
 Nappe libre en terrain hétérogène
On positionne la crépine dans les couches les plus perméables afin de permettre un
rabattement maximum dans les meilleures conditions d'exploitations. La longueur
totale de la crépine doit être de l'ordre du tiers de l'épaisseur de l'aquifère pour des
couches perméables relativement importantes et régulières. Pour des couches très
perméables et relativement minces, on capte les autres couches moins aquifères avec
des ouvertures de crépine adaptées ces différentes couches.
b) différents types de crépines
Comme la crépine est l’élément essentiel du forage ; son choix se fait selon :
- Ouvertures continues sur sa périphérie permettant un écoulement régulier.
- Surface d’ouverture maximum (compatible avec sa résistance).
- Les ouvertures (les fentes) doivent être croissantes vers l'intérieur pour éviter le colmatage.
- Choix de la matière pour éviter la corrosion.
Leur matière peut être en acier ordinaire, en acier inoxydable, en PVC…etc.
Les différents types de crépines sont :
 Les crépines à fentes continues (Type Johnson) :
Leur principe de construction est : sur une armature de génératrices verticales en
fils rond sou triangulaires est bobiné, en hélice, un fil enveloppe profilé. Le profile de
ce fil correspond à une section voisine du triangle avec angles arrondis. Ce triangle est
soudé par un sommet à chacune des génératrices, de telle sorte que la base du triangle
se trouve à la surface extérieure. Chaque point de contact entre le fil et la génératrice
est électriquement soudé sur la machine qui effectue le bobinage.
Comme ce sont les plus utilisées et les plus répondues, elles sont utilisées partout :
fortages d’eau, forages pétroliers, forages à gaz, forages géothermiques…etc.
Elles sont caractérisées par : des caractéristiques mécaniques élevées (résistances)
pour un poids minimum, par un plus grand coefficient d'ouverture. Elles existent en
deux séries :crépines télescopiques et crépines série pipe. Les ouvertures de fentes se
situent entre 0,15 et6,4 mm.

17
CHAPITRE III TUBAGE D'UN FORAGE

Fig.III.2 : Crépine à fentes continues de type Johnson

 Les crépines à persiennes :

Les fentes sont perpendiculaires aux génératrices du tube, ce qui leur donne une bonne
résistance mécanique. Les lèvres de fentes sont souvent irrégulières, ce qui implique que ces
crépines doivent être placées dans un massif de gravier ou un terrain grossier. Elles sont
réalisées par emboutissage à froid de plaques de métal qui sont ensuite roulées et soudées.

Fig.III.3 : Les différents types de crépines parisiennes

18
CHAPITRE III TUBAGE D'UN FORAGE

 Les crépines à gaine en gravier aggloméré :


Elles sont constituées d'un élément métallique, à fentes transversales, sur lequel est placée une
gaine (étui de protection) de graviers agglomérés siliceux roulés et calibrés.
L'ouverture des fentes internes du tube d'acier est adaptée à la granulométrie de la formation.
L'épaisseur de la gaine peut varier de 10 à 20 mm. Leur usage est limité à des formations
mono granulaires fines. Elles sont caractérisées par un faible coefficient d'ouverture.

 Les crépines en PVC


Les fentes de ces crépines sont généralement
perpendiculaires par rapport aux génératrices du tube. Elles
ne sont pas altérables par la qualité de l'eau (eau de mer, eau
acide), légères, faciles à déplacer et à installer, d'un
coefficient d'ouverture faible, d’un coût moins élevé mais
leur utilisation est limitée par leur résistance mécanique
(pour des profondeurs de l’ordre de 100 m) et par la longueur
minimale des fentes.

Fig.III.4 : Crépine PVC renforcée

c) Massif filtrant (gravier additionnel, massif de gravier) :


Le rôle du gravier additionnel est d'augmenter les débits d'exploitation, de diminuer les
vitesses d'écoulement, et d'éviter le risque d’érosion en évitant l'entrée des sables fins.
Dans la pratique, le gravier additionnel est défini par la granulométrie de la formation et
par l'ouverture de la crépine. Il doit être uniforme, propre, calibré et siliceux de préférence.
Le gravier descend dans l'espace annulaire le long du tubage. Une remontée de boue par
le tube de forage indique une descente correcte du gravier. Lorsque le niveau du gravier
atteint le haut des crépines, la boue ne remonte pas par le tube mais par l'espace annulaire : le
massif de gravier doit alors dépasser le haut des crépines sur quelques mètres.

19
CHAPITRE III TUBAGE D'UN FORAGE

III.3 Caractéristiques des Tubages :

A) Fabrication :
Les tubes sont fabriqués dans différents grades d'acier, d'épaisseurs différentes selon les
contraintes auxquelles ils seront soumis, lors de leur descente et durant la vie du puits.
Les grades d'acier utilisés sont les suivants : H40-J55-K55-C75-L80-N80-C90- T95 - P110 -
Q125. [1]
La lettre représente la composition chimique de l'acier, et les chiffres la limite élastique
minimale, en milliers de psi.
Certains grades ne sont pas normalisés par L'API dans certaines dimensions.
Les tubes peuvent être fabriqués :
 par étirage sans soudure.
 par soudure électrique longitudinale sans apport de métal.
 par soudure par recouvrement.

 Identification par couleurs :


La couleur et le nombre de bandes seront comme suit :
- H40 : pas de marque ou noir.
- J55 : une bande verte.
- K55 : deux bandes vertes.
- C75 : une bande bleue.
- N80 : une bande rouge.
- C95 : une bande brune.
- P110 : une bande blanche.

Les bandes sont marquées à une distance du manchon femelle n'excédant pas 0,60 m.

 Longueurs des casings : (rangées)


L'API a spécifié trois rangées de casing qui sont :

Rangée Longueur (ft) Longueur (m)


1 16-25 4,8 - 7,5
2 25-34 7,5 – 10,2
3 Plus de 34 Plus de 10,2

Tab.III.1 : Longueurs des casings

20
CHAPITRE III TUBAGE D'UN FORAGE

 Description des grades des tubages les plus utilisés :

Grade Description
Grade inférieur, limite d’élasticité max 80 000 psi, convenable pour les
H40
puits à H2S
J55 bon pour les puits à H2S,
Resistance à l’écrasement et l’éclatement même que le J55 mais une plus
K55
grande résistance à la traction. Résistant à l’H2S à toute température,
Généralement c’est le plus utilisé dans l’industrie. convenable pour les
L80
puits à H2S,
N80 D’acier allié, il n’est pas convenable à l’H2S à toute température,

C90 Utilisé dans les puits à haute température contenant l’H2S,


D’acier allié, conçu pour améliorer le C95 qui ne résiste pas à l’H 2S à
T95
basse températures
P110 conçu pour résoudre les problèmes rencontrés dans les puits profonds
Utilisé souvent pour les puits profonds à haute pression, spécialement pour
Q125 les fortes pressions d’écrasement, peut utiliser dans des environnements à
H2S à des températures avoisinant 107 °C ou plus
Tab.III.2 : Grades des tubages

B) Diamètre :
Le diamètre nominal d'un tube correspond à son diamètre extérieur exprimé en pouces ,La
tolérance admise est de ±0,75 %.
Le jeu entre corps de tube et trou varie généralement de 1"1/2 pour les petites dimensions à
4"1/2 pour les plus grandes.

C) Epaisseur :
Pour un même grade d'acier, l'épaisseur peut être différente en fonction des efforts à subir.
La tolérance maximale admise par l'API sur l'épaisseur des tubes est de 12,5 %.
La plus grande dimension d'outil pouvant être descendue dans un tube est égale au diamètre
du mandrin, qui est inférieure au diamètre intérieur du tube.

D) Poids :
Le poids nominal exprimé en lb/ft, il est donné pour l'identification.

21
CHAPITRE III TUBAGE D'UN FORAGE

A chaque épaisseur dans une dimension de tube donnée correspond un poids nominal qui ne
peut pas servir pour le calcul car il ne prend pas en charge le poids des manchons.

III.4 Types de Filetages : [1]


En général, le casing et les manchons sont caractérisés par leur type de filetage, l'API a
spécifiée quatre propriétés d'un filetage, qui sont :
 Hauteur de filetage (thread height) : qui est la distance verticale par rapport à l'axe du
filetage entre la base et la crête du filetage.
 Le pas définit comme étant la distance entre deux crêtes successives d'un filetage.
 La conicité : c'est le changement du diamètre du filetage exprimé en in/ft.
 La forme : les filetages sont ronds ou carrés.

On distingue deux types de filetage : API et non API


a) Filetage API :
L'API a normalisé trois types de filetages :(Fig. II.2)
 Filetageround:
Caractérisé par 8 filets par pouce, ayant une rainure en V, sa conicité est de ¾ in/ft pour
tous diamètre du casing.
 Filetage Buttress :
C’est un filetage carré avec 5 filets par pouce ayant une conicité de ¾ in/ft pour les casings
de diamètre supérieur à 75/8, et 1 in/ft pour les casings de diamètre supérieur à 16 pouces.
 Extrême – line:
C’est un filetage à profile trapézoïde qui assure une bonne étanchéité métal-métal, c'est le
plus adapté pour les hautes pressions et températures. Il est caractérisé par :
 6 filets par pouce et une conicité de 11/2 in/ft pour les diamètres de 5 à 75/8 pouce.
 5 filets par pouce et une conicité de 11/4 in/ft pour les diamètres de 85/8 à 103/4 pouce.

Remarques :
- Les deux premiers sont utilisés pour le raccordement par manchon ; le troisième pour
raccordement par joint intégral.
- Le filetage rond peut être court ou long (résiste à la traction ; ne se fait que dans les
grades d'acier supérieurs à H40 et pour des dimensions de tubes égales ou inférieures à
9"5/8).

22
CHAPITRE III TUBAGE D'UN FORAGE

- Le filetage rond assure généralement une résistance à la traction plus faible que la
limite élastique minimale du corps du tube (sauf quelques exceptions : tubes les plus
minces en grade inférieur dans les petites dimensions).
- Les filetages buttress et extrême – line permettent une résistance des joints supérieure
ou au moins égale à la limite élastique minimale du tube.
Les avantages des joints intégraux par rapport aux joints à manchons sont :
 meilleure étanchéité.
 encombrement extérieur plus faible (meilleure introduction dans le puits).
 meilleure résistance à la traction que les joints à filetage rond.

Fig.III.5: Différents types de filetage API

b) Filetages non API :


Ces filetages peuvent être réalisés sur des tubes normalisés par l'API.(Fig.III.6)
Les plus importants sont : le VAM et le NEW VAM.
L’étanchéité est obtenue par un contact métal sur métal (chaque extrémité de tube
s'appliquant sur un épaulement conique usiné à l'intérieur du manchon) et le raccordement se
fait par un filetage de type buttress (6 filets par pouce pour les tubes 4’’1/2 au lieu de 5
habituellement).
Ce joint peut être à :
 manchon normal.
 manchon à encombrement spécial de diamètre extérieur plus faible.
Le joint VAM a une résistance à la traction comparable à celle du joint API à filetage buttress,
mais il a l'avantage d'avoir une meilleure étanchéité, même sous fortes pressions.
Contrairement au filetage VAM, NEW VAM à 7 filets par pouce.

23
CHAPITRE III TUBAGE D'UN FORAGE

Fig.III.6: Filetage New Vam.

III.5 Les contraintes sur les Tubages : [1]

A) Contraintes à l'écrasement :
Elles sont dues à la pression hydrostatique exercée par le fluide présent dans l'espace
annulaire tubage – trou ; cette pression est contrebalancée par la pression régnant à l'intérieur
de la colonne.
Au cours des opérations de forage, tubage et cimentation, la colonne peut se vider soit
partiellement, soit complètement, et la pression intérieure diminue ou même s'annule.
Les contraintes à l'écrasement dues à la pression hydrostatique de l'espace annulaire
augmentent avec la profondeur.
L'API a défini un coefficient de sécurité pour l'écrasement égale à 1.125, compte tenu de la
traction, le tubage étant supposé vide et l'espace annulaire plein de boue (descente du tubage
complètement vide) ou le tubage plein de boue et l'espace annulaire plein de ciment (fin de
cimentation et avant prise de ciment). Prendre la valeur la plus élevée.

B) Contraintes à l'éclatement :
Elles ont pour origine la pression intérieure due aux fluides pouvant être produits par le
puits (eau, gaz ou huile) ainsi que leur pression. Cette pression intérieure est contrebalancée
par la pression hydrostatique du fluide présent dans l'espace annulaire tubage – trou.
La pression hydrostatique augmente avec la profondeur, les contraintes à l'éclatement sont
donc plus élevées en tête de colonne.
L'API a défini un coefficient de sécurité pour l'éclatement égale à 1.10, avec l'annulaire étant
supposé rempli d'eau et l'intérieur du casing est plein de gaz (en ces de venue).

C) Contraintes à la traction :
Chaque tube descendu dans le puits subit une contrainte de traction due au poids de
l'ensemble des tubes situés au-dessous de lui.

24
CHAPITRE III TUBAGE D'UN FORAGE

On peut diminuer cette contrainte en faisant flotter la colonne (remplissage partiel à la


descente).
Pour des raisons de sécurité, l’API a défini un coefficient de sécurité pour la traction qui est
égale à 1,75 avec la colonne de tubage supposée dans la boue. Ce coefficient ne doit pas
descendre au – dessous de 1.30 lors de la vie du puits.(Fig.III.7).

Fig.III.7 :L'élongation en fonction d'élasticité.

 Influence de la traction sur la résistance à l'écrasement :

La contrainte de traction exercée sur un tube l'allonge, diminuant ainsi son épaisseur et, par
conséquent, sa résistance à l'écrasement et à l'éclatement.
La réduction de la résistance à l'écrasement en fonction de la traction exercée sur le corps du
tube est donnée par l'ellipse de plasticité(Fig.III.8).

Fig.III.8 :Influence de la traction sur l'écrasement.

25
CHAPITRE III TUBAGE D'UN FORAGE

III.6 Les accessoires de Tubage:

A) Centralisation de la colonne de Tubage :


Le centrage d'une colonne est un élément déterminant pour l'obtention d'une bonne
cimentation, pour cela on utilise des centreurs placés:
 au droit des zones à cimenter.
 au droit des dog-legs.
 de part et d'autre des caves.
 dans les zones à risques de blocage ou pertes.
 Un centreur souple spiralé placé sur chaque tube.
 deux stop collars fixés aux extrémités de chaque centreur.
On distingue trois types de centreurs :
 Centreurs rigides (positifs) : Avec lames en ″U″, ils sont utilisés aux espaces annulaires
(tubage-tubage) et dans les puits horizontaux.
 Centreurs souples ou flexibles (droits et spiralé): Sont utilisés aux espaces annulaires
(tubage-trou) et dans les puits verticaux et moyennement déviés.
 les centreurs rotatifs :sont utilisés dans le cas d’une cimentation en rotation comme une
colonne de liner.
 Il est préférable d’utiliser des centreurs de forme spiralée qui favorise la turbulence lors
de l’injection du laitier. (Fig. II.9)

Fig.III.9 : Types des Centreurs .

26
CHAPITRE III TUBAGE D'UN FORAGE

Stop Collar à broches Stop Collar à vis

Fig.III.10 : Les Stop Collars.

B) Les Gratteurs (Scratcher) : (Fig. II.11).


Servent à gratter le cake. D'autres phénomènes pouvant perturber la qualité du laitier
(filtration, déshydratation,…), ils seront choisis en fonction du mouvement que l’on compte
imposer à la colonne pendant la cimentation :
- Rotation : gratteurs rotatifs.
- Va-et-vient (reciprocating) : gratteurs alternatifs.

Fig.III.11 : Types des gratteurs (scratcher).

C) Les colliers Tourbillonner (Hydro-bonder) : (Fig.III.12)


 Ils améliorent l'efficacité de déplacement du fluide de forage par le laitier.
 Ils peuvent être mis en place sur le tubage au droit des caves et assurent un meilleur
remplissage de celles-ci.
 Pour modifier au maximum le profil d'écoulement, il est recommandé d'inverser le
sens des spirales de deux colliers successifs s'ils sont rapprochés.

27
CHAPITRE III TUBAGE D'UN FORAGE

Fig.III.12 : Collier tourbillonné.

Les ombrelles de cimentation (Cementing basket) : (Fig.III.13)


Elles sont utilisées pour minimiser les pertes de laitier de ciment dans les zones fragiles.

Fig.III.13 : Différents types des ombrelles de cimentation.

28
CHAPITRE III TUBAGE D'UN FORAGE

III.7 Méthodes de calcul de Tubage :


A) La méthode GULF :
Le calcul de tubage par la méthode de GULF est essentiellement utilisée dans les sondages
de développement où l'on peut avoir des précisions sur le programme de forage et tubage, les
pressions des couches, des logs géologiques, les cimentations.
Cette méthode ne convient que pour le calcul des colonnes techniques.
La méthode retient les coefficients de sécurité suivants :
 Écrasement : on admet que la cimentation diminue les efforts d'écrasement sur les
tubes.
- Partie non cimentée : Cs=0,85. Le tube peut se vider (perte totale) .
Cs=0,65. Le tube est constamment plein.
- Partie non cimentée : Cs=1,00.

 Éclatement : Cs=1,00.
 Traction : Cs=1,75.
B) La méthode API:
Cette méthode est utilisée pour le calcul des colonnes de production, elle retient les
coefficients de sécurité suivant :
 Écrasement : Kecr=1,125 la colonne est supposée vide à l'intérieur et pleine à
l’extérieur.
 Éclatement : Kecl=1,1 la colonne est supposée pleine et l'extérieur est complètement
vide.
 Traction : Ktra=1,75 la colonne supposée suspendue.
Les coefficients de sécurité tiennent compte de plusieurs facteurs :
 risques d'efforts.
 tolérances de fabrication.
 erreurs de calcul.
Pour connaitre la résistance d’un tube au différent contrainte il suffit de deviser leur résistance
a la (traction, écrasement ou éclatement) par la pression hydrostatique, le rapport doit être
suffisamment supérieur au coefficient de sécurité.

29
CHAPITRE III TUBAGE D'UN FORAGE

C) La méthode Sonatrach :

Surface casing
Production
Intermediate
casing / liner
casing / liner

Collapse 1.0 1.1

Burst
- normal service 1.1 1.1
- critical service N/A 1.25

Tension 1.6 1.6

Tri axial calculation 1.25 1.25

Compression 1.2 N/A

Tab.III.3 : coefficient de sécurité utilisé à Sonatrach.

Service critique:

 Si le maximum de burst pressure est supérieur à 350 bars


 S’il y a un risqué de corrosion de CO2 ou de H2S.

30
CHAPITR: IV
CIMENTATION
CHAPITRE IV CIMENTATION

Cimenter une colonne de tubage consiste à mettre en place un laitier de ciment dans
tout ou partie de l'espace annulaire entre le tubage et le trou foré.
Le ciment, en faisant prise, assurera la liaison entre la colonne de tubage et le terrain. Une
opération de cimentation nécessite donc de :
 définir les objectifs de la cimentation.
 calculer le volume de laitier de ciment à injecter.
 calculer le volume de chasse.
 préparer le trou avant l'injection.
 utiliser les ciments et les additifs.
 réaliser la cimentation.
 tester la colonne après cimentation.
IV.1 Objectifs de la cimentation
La cimentation est une opération très importante, elle va conditionner la vie du puits.
Les principaux objectifs de la cimentation sont les suivants :
 ancrer la colonne au sol.
 prévenir le dévissage des tubes pendant le forage.
 Rétablir des étanchéités entre couches.
 Éviter l'éboulement du trou, supporter la paroi du trou.
 Isolerles formations productrices.
 Ancrer et suspendre les tubages.
 fermer les couches à haute pression pour éliminer les risques d'éruption.
 protéger les colonnes contre les agents chimiques et la corrosion électrochimique.
Il faudra donc obtenir la meilleure étanchéité possible derrière la colonne de tubage. [5]
IV.2 Détermination des hauteurs de cimentation :
Les hauteurs de cimentation dépendent du rôle et du type des colonnes de tubage.
a) Colonne de surface :
Elle est autant que possible cimentée sur toute sa hauteur, pour lui permettre de
supporter les dispositifs de sécurité et d'être parfaitement ancrée en surface.
b) Colonne technique : Dans cette colonne il faut que :
 le sabot soit bien cimenté, ce qui nécessite une hauteur de ciment d'au moins 150
mètres.

31
CHAPITRE IV CIMENTATION

 L'espace annulaire soit cimenté lorsque des raisons particulières rendent cette
opération indispensable :
 zone contenant des fluides corrosifs.
 couche contenant des fluides devant être protéger.

La cimentation de l'espace annulaire des colonnes techniques sera d'ailleurs, suivant le cas,
réalisée en un seul étage à partir du sabot ou en deux étages. [5]

c) Colonne de production : L'opération de cimentation est dans ce cas très importante


car le ciment doit non seulement ancrer la colonne, mais aussi réaliser une étanchéité
aussi parfaite que possible entre le trou et le tubage.
La hauteur de ciment dépendra en plus :
 de la disposition de la colonne par rapport à la couche, au toit ou au mur.
 de la hauteur de la zone productrice.
 de la hauteur de la couverture.

IV.3 Caractéristiques du Ciment – Additif :


a) Ciment :
Pour mener à bien la cimentation d'un puits, le foreur dispose de plusieurs classes de
ciment, définies par les normes A.P.I; Le choix de la classe du ciment, tiendra compte
essentiellement des facteurs suivants:
 la profondeur, la pression au fond du puits ;
 la température au fond du puits ;
 et aussi l'éventualité d'un contact laitier eau de formation corrosive (en particulier les
eaux sulfatées).
Pour faciliter les problèmes de stockage ou d'approvisionnement, les ciments classe G et H
sont de plus en plus utilisés.
Ils peuvent être accélérés (tubage de surface), retardés (tubages profonds), allégés,
alourdis...etc., si nécessaire.
Pour que la cimentation soit réussie, il faut que :
 le laitier soit de bonne qualité et ait un temps de pompabilité permettant l'achèvement
de l'opération dans de bonnes conditions de sécurité ;
 le sabot soit parfaitement cimenté ;
 le laitier adhère bien aux parois du trou et au tubage ;

32
CHAPITRE IV CIMENTATION

 la pollution du laitier par la boue soit évitée ;


 la chasse soit arrêtée lorsque le laitier est à l'emplacement prévu.

Le remplacement de la boue par le laitier se ferait d'autant mieux que la différence entre
densité de laitier et densité de boue sera grande et que les caractéristiques rhéologiques de la
boue seront bonnes.
Quand la boue est gelée, le laitier est mal réparti dans l'annulaire, il a tendance à passer par
les zones de moindre résistance, on dit qu'il y a phénomène de "channeling".
Les ciments sont choisis en fonction de leur faible, modérée ou haute résistance aux sulfates.
Le temps de pompabilité est le temps pendant lequel le laitier peut être pompé en toute
sécurité ; l'A.P.I considère que ce temps est celui au bout duquel le laitier atteint une viscosité
de 100 poises.
L'augmentation de la température et de la pression diminue le temps de pompabilité. [6]

b) Additifs :
On peut ajouter des produits pour faire varier les caractéristiques du laitier, notamment
pour augmenter ou retarder le temps de prise du ciment; ces produits sont des additifs.
Les additifs peuvent se présenter sous la forme de pulvérulents mélangée à sec avec du
ciment, dans les silos; ces pulvérulents peuvent aussi être ajoutés à l'eau de mixage.
Il existe également des additifs liquides (ajoutés à l'eau de mixage) dont l'emploi est par ce
fait même facilité.

On distingue plusieurs types d'additifs :


 Accélérateurs : leur rôle est d'accélérer la prise du ciment à basse température. Le
plus courant est le chlorure de calcium.
 Retardateurs : par leur action, retarder la prise du ciment, ils augmentent le temps de
pompabilité dont on peut disposer. Citons les lignosulfonates de calcium... etc.
 Allégeants: utilisés dans les ciments de remplissage, ils permettent de réduire la
densité du laitier.
Exemples : la bentonite, les pouzzolanes, les terres diatomées, allégeants chimiques... etc.
 Alourdissants: servent à augmenter la densité du laitier.
Exemples : baryte, ... etc.
D'autres additifs permettent d'augmenter la résistance du ciment, de contrôler la
filtration, réduire la viscosité du laitier, contrôler les pertes.

33
CHAPITRE IV CIMENTATION

Il faut remarquer que le plus souvent, les additifs modifient plusieurs propriétés du laitier;
c'est la raison pour laquelle le choix et le dosage de chacun des additifs introduits doit être
effectué avec le plus grand soin par des spécialistes, qui en plus de leur compétence, utilisent
des résultats de tests pratiqués en laboratoire (simulation des conditions du puits).
Le temps d'attente avant la reprise du forage peut être déterminée par la règle de
"FARRIS" qui dit que le forage peut être repris lorsque la résistance à la traction du laitier
atteint 8 psi. Cette résistance de 8 psi est atteinte dans un temps égal à environ 3 fois celui
nécessaire pour atteindre une viscosité de 100 poises.

IV.4 Equipements de cimentation :


a) Les têtes de cimentation (Cementing Head) :
Elles sont généralement conçues pour contenir deux bouchons ; plusieurs capacités de
pression sont disponibles en accord avec les capacités du casing.
Les systèmes de retenue des bouchons sont constitués soit par une tirette de retenue qui est
tirée vers l'extérieur pour libérer le bouchon, soit par une demi-bague qui est manœuvrée
depuis l'extérieur.
Normalement, il existe sur ces têtes un témoin qui permet de voir le départ du bouchon.
La mise en place et le verrouillage de bouchons dans la tête doit être fait sérieusement,
plusieurs cimentations ont été ratées parce que les bouchons sont partis intempestivement ou
qu'ils ne sont pas partis du tout.

34
CHAPITRE IV CIMENTATION

Le bouchon a l'intérieur de la tète de cimentation

Fig.IV.14 : Tête de cimentation.

b) Les unités de cimentation :


Les unités de cimentation permettent d'effectuer simultanément :
 le mixage du ciment et des additifs afin d'obtenir un laitier correspondant aux
caractéristiques désirées pour chaque type particulier d'opération ;
 le pompage du laitier obtenu avec une grande flexibilité de vitesse et pression de
pompage.
Ces unités de pompage sont composées de deux pompes Triplex à grand débit et hautes
pressions montées soit sur camion soit sur skid.

35
CHAPITRE IV CIMENTATION

Fig. IV.15 : Schéma représentatif d’une unité de cimentation.

36
CHAPITRE IV CIMENTATION

Le débit de la préparation

Fig. IV.16 : Schéma de fonctionnement d'une unité de cimentation.

c) Bouchons de cimentation :
Le rôle essentiel des bouchons est de séparer positivement les différents fluides pendant
leur déplacement à l'intérieur du tubage afin de retarder leur mélange et les risques de
contamination. Ils sont de deux types :
 bouchon inférieur muni d'un diaphragme destructible sous l'effet d'une légère
surpression; Outre qu'il sépare les fluides, il racle les parois du tubage lors de son
déplacement, évitant la contamination du laitier qui le pousse.
 bouchon supérieur étanche et résiste aux hautes pressions ; il est situé en queue de
 laitier. En fin de chasse, il se mettre sur le bouchon inférieur permettant de réaliser un
test en pression de la colonne. [6]

37
CHAPITRE IV CIMENTATION

Fig. IV.17 : Bouchon supérieur et inferieur.

Fig. IV.18: bouchon de la cimentation.

38
CHAPITRE IV CIMENTATION

IV.5 Préparation du trou avant l'injection :


En fin de descente de la colonne de tubage, la circulation est établie au ralenti au
démarrage pour ne pas créer des surpressions qui risqueraient de craquer le terrain
(augmentation des pertes de charge) et poursuivie jusqu'à élimination complète des déblais, en
manœuvrant la colonne si celle-ci est équipée de racleurs.
Pour assurer un nettoyage complet du cake, on fait précéder l'injection du laitier d'un
bouchon d'eau (2 à 20 m3), où d'une solution désagrégeant le cake.
Dans certains cas un volume d'eau trop important peut provoquer une éruption si la
pression hydrostatique n'est plus adaptée au maintien de la pression du gisement.
Généralement, le forage aura été arrêté 1 à 2 mètres plus bas que la côte demandée du sabot
de tubage (par sécurité).
La colonne descendue dans le trou reste suspendue à l'élévateur; Elle est surmontée d'un
tube de manœuvre court qui permet l'installation commode de la tête d'injection. [9]

Fig. IV.19 : Les silos de stockage de ciment.

39
CHAPITRE IV CIMENTATION

IV.6 Réalisation de la cimentation :


Les conduites servant à l'injection du laitier et à la chasse, sont testées à l'eau claire, en
fonction de la pression finale de refoulement, et l'on procède ensuite à :
a) Injection du laitier du ciment :
Aussitôt le tampon d'eau injecté, la pompe est arrêtée, le bouchon de cimentation
inférieur est libéré (pour une tête à deux bouchons) par manœuvre de la tirette (ou de la demi-
axe sur certains modèles) et en pompant au dessus après avoir préparé les vannes en
conséquence.
Pendant le trajet du laitier dans le tubage, ce bouchon empêchera le contact laitier boue.
b) Injection d’un bouchon d’eau :
Ce tampon d'eau sert à nettoyer l'intérieur du tubage du ciment qui aurait tendance à
rester contre la paroi après passage du bouchon de cimentation.
Cependant ce tampon d'eau est parfois supprimé pour éviter que le bouchon de
cimentation ne risque de tourner en même temps que l'outil en cours de reforage s'il n'est pas
bien pris dans le ciment (ce qui arrive quelquefois).
c) Injection de la boue de chasse :
Tout le volume de laitier fabriqué ayant été pompé, il faut chasser le laitier restant en
place à l'intérieur du tubage pour l'amener dans l'espace annulaire.
Cette chasse se fera en pompant au-dessus du bouchon de cimentation supérieur un
volume de boue qui sera égal au volume intérieur du tubage jusqu'à l'anneau de retenue
(diminué du volume du tampon d'eau si l'on en a utilisé un).
L'arrêt de l'injection de la boue de chasse sera déterminé généralement par le coup de
pression qui indique l'arrivée du bouchon supérieur au niveau de l'anneau de retenue.
Toutefois, il est bon de contrôler le volume de boue pompée par mesure dans les bassins. Ceci
permet en outre de ne laisser qu'une pompe vers la fin de la chasse pour ne pas risquer une
montée trop brutale en pression (sans danger cependant si la soupape de sécurité de la pompe
est tarée convenablement).
La mesure du nombre de coups de piston des pompes est une méthode peu précise et
qu'il ne vaut mieux pas utiliser (pompes qui se désamorcent par exemple...).

40
CHAPITRE IV CIMENTATION

En cas de cimentation de l'annulaire jusqu'en surface, il faut éviter d'envoyer du laitier


dans les bassins à boue et pour cela être prêt à le diriger vers le bourbier. De plus, le tube
goulotte devra être vidé en fin d'opération, ainsi que les obturateurs, et rincé à l'eau claire.
d) Test de la colonne après cimentation :
Dans la mesure du possible on fait le test de la colonne au moment où l'on a l'à-coup de
pression en fin de chasse; on continue à monter la pression jusqu'à 60 % de la résistance à
l'éclatement de la colonne, la pression est maintenue pendant 10 ou 15 minutes.
Si le bouchon n'est pas étanche le test de la colonne sera fait après le séchage du ciment.

IV.7 Les types de cimentation [2]


IV.7.1 Les cimentations primaires
a) Cimentation au Stinger :
La cimentation au stinger est utilisée dans les colonnes de surface de grands
diamètres. Exemple : Colonne 18"5/8 dans un trou 24" ou 26"
Pour réaliser la cimentation au stinger, on utilise un outil appelé stinger vissé au bout
d'une garniture de tiges.
La profondeur du puits dépasse rarement 500 m. La colonne de tubage est munie d'un
sabot spécial pour recevoir le stinger.
La garniture de tiges est descendue à l'intérieur du tubage jusqu'au sabot. Le stinger est
ancré dans le sabot spécial.
On effectue ensuite les opérations suivantes :
- Circulation à l'intérieur des tiges. Le retour de boue se fait normalement par
l'espace annulaire Trou-Casing
- Injection d'un bouchon laveur à l'intérieur des tiges.
- Pomper le volume de laitier à l'intérieur des tiges.
- Lancer le bouchon de chasse à l'intérieur des tiges.
- Chasser avec de la boue.
Lorsque le bouchon arrive au niveau du sabot, on note un à-coup de pression.
- Désancrer le stinger
- Circulation à l'intérieur des tiges. Le retour de boue doit se faire par le tubage. On
fait cette circulation pour vérifier l'étanchéité du sabot.
- Remonter la garniture et attendre la prise de ciment.

41
CHAPITRE IV CIMENTATION

Fig. IV.20 : Cimentation au Stinger.

b) Cimentation par Bouchon pompé dans lest tiges (pump-down plug)

Il est adapté à chaque garniture de tiges, étant envoyé à l'intérieur de celle-ci, à la fin de
l'injection de laitier (donc avant le début de la chasse) depuis la tête de cimentation (plug
dropping head). Lorsqu'il arrive sur le bouchon racler (wiper plug), il se solidarise à ce
dernier par un système de retenue (latch) et obstrue de façon étanche le passage intérieur

42
CHAPITRE IV CIMENTATION

Fig. IV.21 : Les bouchons installés dans une Têtes de cimentation.

IV.7.2 Cimentation étagée:


Lorsque le programme prévoit une cimentation étagée, il est indispensable
d'incorporer une DV (Différentiel Valve) dans la colonne de tubage.
Une cimentation étagée est programmée pour les raisons suivantes :

43
CHAPITRE IV CIMENTATION

- Pour avoir 2 étages distincts.

Etage Supérieur

DV

Etage Inférieur

Fig. IV.22 : Cimentation étagée.

- Pour des besoins en pression : La colonne de tubage doit être cimentée sur tout
l'intervalle découvert mais la pression de refoulement est très élevée pour remonter
le laitier à la hauteur voulue. Il y'a risque de fracturer les terrains. On utilise donc
une DV et on cimente la colonne en 2 étapes.
 Déroulement d'une cimentation étagée :

a) Cimentation de l'étage inférieur

Une fois la colonne de tubage descendue à 1 m du fond du puits, on effectue dans une
suite chronologique les opérations suivantes :
- Circulation pendant 1 ou 2 cycles
- Injection d'un bouchon laveur
- Pompage du volume de laitier
- Lancer le 1er bouchon de cimentation pour chasser le laitier
- Chasser avec de la boue jusqu'à l'arrivée du bouchon sur l'anneau
A ce moment, on doit enregistrer le 1 er à-coup de pression. C'est la fin de cimentation de
l'étage inférieur.

44
CHAPITRE IV CIMENTATION

b) Cimentation de l'étage supérieur

Après la cimentation de l'étage inférieur et vérification du refluer, on procède à la cimentation


de l'étage supérieur.

- Ouvrir le couvercle de la tête de cimentation


- Lancer le bouchon d'ouverture ou bombe de la DV
- Remettre la circulation
- Lorsque la bombe arrive sur la DV, elle repose sur la chemise inférieure. On note une
légère augmentation de pression puis une chute de pression qui indique l'ouverture des
orifices de la DV
- Circulation pendant 1 ou 2 cycles à travers les orifices de la DV
- Injection d'un bouchon laveur
- Pompage du volume de laitier
- Lancer le 2ème bouchon de cimentation pour chasser le laitier
- Chasser avec de la boue jusqu'à l'arrivée du bouchon sur la chemise supérieure de la
DV. Sous une légère pression, les goupilles se cisaillent, la chemise coulisse vers le
bas et ferme les orifices.

c) Contrôle de la cimentation

Après cimentation, il est nécessaire de vérifier :


-La hauteur de ciment dans l’espace annulaire
-La qualité de la cimentation
-L'étanchéité du tubage et parfois de la cimentation du sabot.

IV.7.3 Cimentations complémentaires

Lorsque le ciment ne remonte pas dans l’espace annulaire à la côte prévue à la suite
d'incidents ou de pertes de circulation, il est nécessaire de compléter la cimentation.

Colonnes de surface
La cimentation complémentaire est simplement réalisée en injectant du laitier de ciment
directement dans l'espace annulaire depuis la surface.

45
CHAPITRE IV CIMENTATION

Injection de laitier jusqu'à


débordement

Fig. IV.23 : La cimentation complémentaire.

a) Colonnes intermédiaires
La méthode la plus classique consiste à perforer la colonne et à injecter du laitier de
ciment sous pression derrière celle-ci .

b) Bouchons de ciment
Cette opération consiste à déposer avec le train de sonde, par simple déplacement, une
certaine quantité de laitier de ciment dans le découvert ou, plus rarement, dans une colonne.

Les buts recherchés sont multiples :


- Abandon d'un puits stérile par isolement des couches perméables et fermeture
définitive par bouchon de ciment au sabot de la colonne.
- Fermeture d’un niveau aquifère

46
CHAPITRE IV CIMENTATION

- Création d'une assise de sifflet déviateur pour reprendre un puits en déviation


dirigée, ou bien d’une assise pour béquille de tester.
- Colmatage de pertes de circulation, y compris avant descente et cimentation d’une
colonne.
- abandon d'une zone productive épuisée avant de mettre en production un niveau
supérieur.

La plupart des bouchons de ciment sont réalisés pour colmater les pertes de
circulation.

Le train de tiges est utilisé comme moyen habituel de mise en place. La quantité de
laitier nécessaire à remplir la hauteur voulue est préparée et injectée puis chassée jusqu'à
équilibrage des colonnes de ciment à l'intérieur et à l'extérieur du train de sonde; Celui-ci est
ensuite remonté.

c) Cimentation sous pression :


Cette opération est communément appelée « squeeze » Elle consiste à injecter du laitier de
ciment sous pression dans une formation perméable ou à travers les perforations d'une
colonne.

On effectue une cimentation sous pression pour traiter les problèmes suivants :
- fermeture d'un niveau producteur de gaz.
- fermeture d'un niveau aquifère.
- fermeture de perforations mal situées.
- complément de cimentation primaire insuffisante par suite de canalisation ou de
remontée de ciment incomplète.
- Colmatage des pertes de circulation.

Une telle opération se déroule habituellement selon le processus suivant : montée en pression
jusqu'à ce que le puits commence à absorber (pression d'absorption) puis chute rapide de la
pression suivie d’une remontée graduelle; On arrête le pompage lorsque la pression atteint une
valeur qu'on s'est fixée à l'avance.

47
CHAPITRE IV CIMENTATION

IV.7.4 La diagraphie de cimentation [7]

a) Introduction
Si l'on devait énoncer un critère de qualité d'une cimentation, on dirait : " pour que la
cimentation soit considérée de bonne qualité, il faut que la gaine de ciment soit au moins aussi
étanche que la formation qu'elle remplace".
En effet, lorsqu'on réalise le forage, on met en communication différentes zones.
L'isolement initial sera rétabli par l'ensemble cuvelage + gaine de ciment. Cette fonction sera
donc correctement assurée si cet ensemble autorise un débit de fuite de fluide (eau, huile, gaz)
inférieur ou égal à celui qu'autoriserait une section équivalente de terrain foré.
Les défauts de la cimentation qui peuvent perturber cette étanchéité sont :

• micro ou macro-annulaire ciment-cuvelage (sec ou humide),

• micro ou macro-annulaire ciment-formation (sec ou humide),

• canal de boue au niveau du cuvelage,

• canal de boue au niveau de la formation,

• percolation de gaz dans la gaine de ciment,

• canal de gaz dans la gaine de ciment.


Le but des diagraphies est de détecter si un de ces défauts est présent dans la gaine de ciment.
Les causes de ces défauts peuvent être nombreuses et variées :

• mauvais déplacement de la boue,

• formulation "spacer" non adaptée,

• formulation "laitier" non conforme aux exigences du puits,

• fissures de l'annulaire cimenté sous l'effet des chocs thermiques, hydrauliques et du


vieillissement,

• évolution de la perméabilité pendant le vieillissement.

48
CHAPITRE IV CIMENTATION

Fig. IV.24 : Les problèmes de cimentation .

49
CHAPITRE IV CIMENTATION

b) Comment contrôler une cimentation


Le dégagement de chaleur et l'augmentation de la contrainte d'adhérence du ciment
lors de sa prise permettent d'étudier la cimentation d'un tubage et sa qualité grâce aux
diagraphies suivantes :

• Thermométrie

• Sonic (CBL-VDL [Cement Bond Log-Variable Density Log)]

• USIT (Ultra Sonic Imager Tool)

c) Thermométrie
Le dégagement de chaleur produit lors de la prise du ciment entraîne une
augmentation de température en face des zones cimentées du tubage.
L'enregistrement se fait lors de la descente de l'outil et est possible dans une période d 8 à 24
heures selon le ciment employé après la fin de la cimentation.
Cette diagraphie permet de localiser le somment du ciment dans l'espace annulaire et la
présence de ciment derrière le tubage.
 Exemple de thermométrie

Thermométrie

température

TOP DU CIMENT
Profondeur

GRADIENT
THERMIQUE
NORMAL

Fig. IV.25 : Contrôle thermométrie.

50
CHAPITRE IV CIMENTATION

d) Les Sonics : CBL – VDL


Outils sonique enregistrant l'amplitude d'une onde sonore dans le tubage dont le taux
d'atténuation est fonction de la compression du ciment et du pourcentage de
circonférence cimentée.
Sa mesure est appliquée à la détermination de la qualité de la cimentation d'un
tubage.

 Principe du CBL
Un train d'onde de fréquence variant entre 15 et 30 KHz selon les appareillages, est
périodiquement généré par un émetteur.
Cette onde traverse la boue, passe dans le tubage, le ciment et la formation si ces divers
milieux sont couplés acoustiquement, puis est détectée par un récepteur qui se trouve sur le
corps de l'outil (généralement à 3 pieds de l'émetteur).
Les vitesses des différentes ondes émises et créées lors des passages et des ondes
successives d'un milieu à un autre sont fonction des caractéristiques physiques du milieu.
L'énergie acoustique voyageant le long d'un tube se propage plus rapidement que les ondes
de formation elles-mêmes plus rapides que les ondes de boue.

Chemins acoustiques possibles :

1 Dans le corps de l'outil

Pas vu, à cause de la conception de


l'outil

2 Dans la boue

Vu mais arrive très tard

3 Dans le casing

Vu et mesuré

4 Dans la gaine de ciment

Pas vu

5 Dans la formation

Vu dans le cas de bon ciment

51
CHAPITRE IV CIMENTATION

 Principe du VDL
L'étude de la qualité de la cimentation peut être faussée par un certain nombre de
phénomènes. Il s'est avéré utile d'enregistrer l'ensemble du train d'ondes sonores reçues par un
récepteur situé généralement à 5 pieds de l'émetteur.
Enregistré en complément du CBL, le VDL permet de définir l'adhérence Ciment
Formation.
La présentation de cet enregistrement est : Forme d'onde

• Sous forme du train d'onde complet ou de sa partie positive uniquement ("Forme d'onde,
Signature Curve ") : la lecture est difficile.

• En densité variable (VDL), seules les arches positives étant reproduites en une échelle
de gris d'autant plus foncés que l'amplitude est plus grande.

e) L’outil d’imagerie ultrasonique (USIT)


L'outil d'imagerie ultrasonique est conçu pour donner une image de haute résolution
de la paroi du casing et de la distribution du ciment.
Le USIT donne quatre mesures de base:
• L'impédance acoustique du ciment derrière le casing.
• L'épaisseur du casing.
• Le rayon interne du casing.
• L'estimation des conditions de la surface interne du casing.
Le transducteur rotatif de l'outil assure une couverture de 100% de la paroi du casing en
faisant 7.5 rotations par seconde en émettant des pulsations ultrasoniques à raison de 18
pulsations par rotation.

52
CHAPITRE IV CIMENTATION

Fig. IV.26 : L'outil d’imagerie ultrasonique (USIT)

IV.7.5 Les termes les plus fréquentes à la cimentation

a) Bottom Hole static Temperature(BHST):


C'est la température enregistrée après un minimum de 24 h d'arrêt de circulation. Elle est
calculée à l'aide de la formule suivante :

BHST = gradient de température  profondeur + température en surface

b) Bottom Hole Circulating Temperature (BHCT):


C'est la température enregistrée après un temps de circulation suffisant pour obtenir la
stabilisation de la température de la boue; Elle est mesurée sur le chantier (elle est aussi
donnée dans des tableaux).

53
CHAPITRE IV CIMENTATION

c) Temps de pompabilité:
Temps qui s'écoule entre le moment où le ciment est mixé à l'eau et le moment où ce
mélange atteint une viscosité de 100 Po.
Dans la pratique, on admet que au-delà de 110 Po, le laitier n'est plus pompable. Ce temps de
pompabilité doit correspondre au temps :

tpompabilité= t mixage + t injection + t déplacement + t sécurité

IV.7.6 Conclusion :

Dans le but d'une meilleure évaluation de ciment aujourd'hui, il est nécessaire de :

Eviter l'éboulement du trou;

Eviter de dévissage des tubes pendant le forage;

Encrer les colonnes de tubage sur lesquelles sont fixées les équipement de sécurité en tête
de puits;

Réduire la corrosion des tubes par les fluides contenus dans les couches traversées;

La fermeture de l'espace annulaire et son étanchéité pour la mise en production;

Isoler le trou aux eaux des couches superficielles

Protection de la tête de forage contre les éventuelles pollutions par la surface.

54
CHAPITR: V
CALCUL DE TUBAGE ET
CIMENTATION
CHAPITRE V CALCUL DE TUBAGE ET CIMENTATION

A partir de la dernière chapitre nous pouvons calculer le type du tubage et le volume


du cimentation .

V.1 Le programme de Tubage:

1.1. Les critères de choix de tubage


 La pression de l'éclatement.
 La pression de l'écrasement.
 La force de Traction (Tension).
1.2. Les facteurs de sécurités de Tubage:
On a choisi les coefficients de sécurité appliqués à Sonatrach :
SF écrasement = 1.0
SF éclatement = 1.1
SF Tensiobn = 1.6
1.3. Le calcule de choix de Tubage
a) La phase 26"

Le but de cette phase est de couvrir avec un tubage 18"5/8 les formations mal
consolidées de surface qui risqueraient de s’effondrer en cas de pertes sévères
lors de la phase 16"
Le Programme de Forage précise la cote d’arrêt (+- 15 m).
 Paramètres de forage
Forage des 15 premiers mètres:
Débit : 500 à 1000 l/mn.
Poids 1 t.
Rotation : 60 à 80 tours /mn.
 Caractéristiques de la boue

Tab. V.1 : Caractéristiques de la boue.

55
CHAPITRE V CALCUL DE TUBAGE ET CIMENTATION

 Pour le tubage de 18 "5/8 (conducteur de surface) on a choisi un tubage K55


(longueur = 12m) avec les caractéristiques suivants d'après le DDH (Drilling Data
Handbook) :

b) La phase 16"

Forage 16" du sabot 18"5/8 (15m environ) jusqu'à une 40 mètres dans le
Carbonifère tournaisien, suivant Programme de Forage.

 En fin de cimentation de tubage 13 "3/8 laitier (d=1.90 et d=1.58) à l'extérieur


du tubage (boue à l'intérieur du tubage).

-Peclatement= Pext - Pint

- Pext = dLaitier * g * h

Pext (Lead) = 1.58*0.098*(465-150)

= 48.77 bar

Pext (Tail) = 1.90*0.098*150

= 27.93 bar

56
CHAPITRE V CALCUL DE TUBAGE ET CIMENTATION

Pext = Pext (Lead) + Pext (Tail) = 76.70 bar

Pint = dBoue * g * h = 1.05 * 0.098 * 465

= 47.84 bar

Peclatement= Pext - Pint = 76.70 - 47.84 = 28.85 bar

Avec un coefficient de l’éclatement SF écrasement = 1.0 la valeur reste la même.

"1/4
 En Cas de Pertes totales en cours de forage 12 :
Dans Dévonien (Tahara) à 472m avec boue de densité 1.10 sg, la Pression de pore est
46.48 bars. A la formation Carbonifère-Viséen le niveau statique de la boue descende
à 34 m.
A l'extérieur du tubage: pression de la boue de la phase précédente d=1.05 sg.

 Le cas statique (équilibre):

Peclatement= Pext - Pint

Pext = dpore * g * h = 1.02 * 0.098 * 465m ……(1)

= 46.48, bar

Pint = dBoue * g * Hstatique =1.10 * 0.098 * Hstatique …….(2)

D’après (1) et (2) on a :

Hstatique = 46.48/ 1.10*0.098 = 431 m (d'hauteur de boue)

Alors le niveau statique de la boue qu'il ne faut pas dépasser pour avoir un
équilibre statique se commence à partir de :

h= 465 – 431 = 34 m

 Cas de colonne tubage complétement vide:


P écrasement = Pext - Pint (Pint = 0)
P écrasement = Pext = 46.48, bar

Avec un coefficient de l’éclatement SFécrasement = 1.0 la valeur reste la même.

D'après le DDh (Drilling Data Handbook) on a choisi le tubage :

57
CHAPITRE V CALCUL DE TUBAGE ET CIMENTATION

 Résistance à l'éclatement

Le cas de charge standard sur puits d'exploration c'est la Venue de gaz en cours de
forage.
Mais dans notre cas n'y a pas cette possibilité.

 Résistance à la tension
Cas de charge : Descente du tubage.

D’après le choix de tubage précédent, on doit vérifier sa résistance à la traction


comme suit :

T = Poids nominal de tubage x Longueur de tubage x BF x SFTension

Tel que BF = coefficient de flottabilité de la boue

= 79.5 * 465 * 0.86 * 1.6

= 32000 * 1.6 = 51 Tonnes << 380 tonnes (valeur DDH)

La valeur de tension de tubage est vérifiée.

58
CHAPITRE V CALCUL DE TUBAGE ET CIMENTATION

 Choix du tubage

Le tubage 13 3/8" est un tubage intermédiaire.

Tubage choisi :
54.50# K 55 Buttress

c) La phase 12"1/4

Forage 121/4" du sabot 13"3/8 (465m) jusqu'à une 20 mètres dans le dévonien
Tadrat selon le Programme de Forage.

 En fin de cimentation de tubage 12"1/4 laitier (d=1.90 et d=1.58) à l'extérieur


du tubage (boue à l'intérieur du tubage).

Peclatement= Pext - Pint

Pext = dLaitier * g * h

59
CHAPITRE V CALCUL DE TUBAGE ET CIMENTATION

Pext (Lead) = 1.58*0.098*(695-150)


= 84.4 bar

Pext (Tail) = 1.90*0.098*150 =


= 27.93 bar
Pext = Pext (Lead) + Pext (Tail) = 112.33 bar

Pint = dBoue * g * h = 1.10 * 0.098 * 695


= 74.92 bar

Pecrasiment= Pext - Pint = 112.33 – 74.92 = 37.41 bar

Avec un coefficient de l’éclatement SFécrasement = 1.0 la valeur reste la même.

"1/4
 En Cas de Pertes totales en cours de forage 12 :
Dans Dévonien (Tahara) à 472m avec boue de densité 1.10 sg. Pression de pore dans
46.48 bars. Niveau Carbonifère-Viséen statique de la boue descend à 34 m.
A l'extérieur du tubage: pression de la boue de la phase précédente d=1.05 sg.

 Le cas statique (équilibre):

Peclatement= Pext - Pint

Pext = dpore * g * h = 1.07 * 0.098 * 695m ……(1)

= 72.88 bar

Pint = dBoue * g * Hstatique =1.02 * 0.098 * Hstatique …….(2)

D’après (1) et (2) on a :

Hstatique = 46.48/ 1.10*0.098 = 731 m (d’hauteur de boue)

Alors le niveau statique de la boue qu’il ne faut pas dépasser pour avoir un
équilibre statique se commence à partir de :

h= 695 – 731 = - 36 m

 Cas de colonne tubage complètement vide:


Pecrasiment= Pext - Pint (Pint = 0)
Pecrasiment= Pext = 72.88 bar

Avec un coefficient de l'éclatement SFécrasement = 1.0 la valeur reste la même.

60
CHAPITRE V CALCUL DE TUBAGE ET CIMENTATION

D'après le DDh (Drilling Data Handbook) on a choisi le tubage :

 Résistance à l’éclatement

Le cas de charge standard sur puits d’exploration c’est la Venue de gaz en cours de
forage.
Mais dans notre cas n’y a pas cette possibilité.

 Résistance à la tension
Cas de charge : Descente du tubage.

D’après le choix de tubage précédent, on doit vérifier sa résistance à la traction


comme suit :

T = Poids nominal de tubage x Longueur de tubage x BF x SFTension

Tel que BF = coefficient de flottabilité de la boue

= 52.5 * 695 * 0.85 * 1.6

= 31500 * 1.6 = 49,6 Tonnes << 251 tonnes (valeur DDH)

La valeur de tension de tubage est vérifiée.

61
CHAPITRE V CALCUL DE TUBAGE ET CIMENTATION

d) La phase 8 " ½

Le forage de la phase 81/2" se commence à partir du sabot 9"5/8 (695m) jusqu’à


la 26ème mètres dans le Silurien (Acacus) selon le Programme de Forage.

On terminera le forage de ce puits par une colonne de complétion (Liner-


Crépine 4"1/2 ) comme suite :
La colonne de captage est constituée de liner 4 "1/2 ancrée dans le tubage
9 "5/8 de 950 à 940m : sabot et tube décantation.
- De 940 à 685m : liner 4"1/2.
- De 685 à 678m : tubes pleins 4"1/2.

V.2 Programme de Cimentation


2.1 La phase 26 "

L'objectif de cette phase de surface est de tube en 18"5/8 les sables de surface du Quat.
La cote d’arrêt du forage a été fixée à environ 15 mètres.
On a cémenté le conducteur 18"5/8 a l’aide d’un Stinger jusqu’à la surface avec un excès de
100%

 Caractéristiques des laitiers


Un seul type de laitier selon programme de cimentation:
-laitier pur d=1.90 accéléré au CaCl2
Volume de laitier 3 à 7 m3.

Vlaitier = COH-18 5/8 x H * Excés

= 139.8 l/m x 12 m x 100%= 1.67 x 2 = 3.4 m3

V(schasse-Boue) = CDP-5’’ * H = 9.05 * 12= 0.11 m3

2.2 La phase 16 "


L’objectif de cette phase de surface est de tuber en 13 3/8" les formations de
carbonifère -viséen et le carbonifère tournisien.

62
CHAPITRE V CALCUL DE TUBAGE ET CIMENTATION

La cote d’arrêt du forage a été fixée à environ 50 mètres dans le Sénonien carbonifère
tournisien.
En partant de TD vers la surface, les principaux objectifs de la cimentation dans cette
phase sont :
- Autour du sabot
- Bonne isolation, bonne tenue mécanique.
- carbonifère -viséen : Cet aquifère devra être isolé en dessous.
a) Caractéristiques des laitiers
Deux types de laitier sont utilisés pour cette section :
- laitier pur d=1.90 sur 150 m à partir du sabot 13 3/8",
- laitier allégé de densité 1.58 au-dessus. Le laitier allégé utilisé est un laitier à la bentonite

b) Procédure en cas de cimentation avec stinger


Une fois le tubage au fond :
- Circuler le volume intérieur du tubage avec tête de circulation, débit 1500 l/mn.
- Vérifier l'état du stinger, le visser aux tiges préalablement gerbées. Installer un
centreur sur la 1ère tige.
- Descendre les tiges.
- Monter la tête de circulation sur la dernière tige; Tester la ligne de cimentation à
3000 psi pendant 10 minutes.
-Ancrer le stinger.
- Compléter le remplissage de l'annulaire tiges / tubage.
- Circuler en montant progressivement le débit à 800 l/min. Vérifier l'étanchéité du
stinger.
Suivre les débits, pressions et durées du programme de cimentation.
- Faire le pré-job meeting (Technique & Safety) avec toutes les parties prenantes.
- Pomper le spacer défini dans le programme de cimentation (par exemple 6 m³ d’eau).
- Mixer et pomper le laitier allégé en contrôlant la densité avec la balance pressurisée
qui servira d’unique référence. La balance à boue servira de repère par rapport à la
balance pressurisée, mais la densité acceptée sera celle de la balance pressurisée.
- Mixer et pomper le laitier pur en contrôlant la densité avec la balance pressurisée.

c) Calcule des volumes de laitier :


Pour cette phase on a utilisé deux types de laitier, avec les densités suivantes:

63
CHAPITRE V CALCUL DE TUBAGE ET CIMENTATION

VLead = C18 5/8 – 13 3/8 * H1 + COH– 13 3/8 * H2

= 69.08 * 12 + 39.1 * (465-12-150)


= 12.68 m3
Avec un excès de 75% sera:
VLead = 12.68 * 1.75 = 22.2 m3

VTail = COH– 13 3/8 * H3 = 39.1 *150 = 5.9 m3

Avec un excès de 25% sera:


VTail = 5.9 * 1.25 = 7.4 m3

VTail(int 133/8 - 2 joints) = 24 m * 81.92 l/m= 1.97 m3

V (Total) Tail = 9.4 m3

V(schasse-Boue) = CDP-5’’ * H = 9.05 * 440 = 4 m3

2.3 La phase 12 "1/4


L'objectif de cette phase intermédiaire est de tuber en 9 5/8" les formations de
Dévonien Taharaet, Dévonien Aouenine et Dévonien Tadrart.
La cote d'arrêt du forage a été fixée à environ 20 mètres dans le Dévonien Tadrart.
A partir de TD vers la surface, les principaux objectifs de la cimentation dans cette
phase sont :
- Autour du sabot: Bonne isolation hydraulique pour protéger les formations de
cette phase de la boue lourde utilisée dans la phase suivante
- Le Dévonien Aouenine est un aquifère;Il devra être isolé aussi bien au-dessus
que en- dessous.
A) Calcule des volumes de laitier :
Pour cette phase on a utilisé deux types de laitier, avec les densités suivantes:

64
CHAPITRE V CALCUL DE TUBAGE ET CIMENTATION

VLead = C13 3/8 – 9 5/8 * H1 + COH– 9 5/8 * H2


= (81.92-46.94) * 465 + 29.1 * (695-465-150)
= 18.60 m3
Avec un excès de 25% sera:
VLead = 12.68 * 1.25 = 23.25m3

VTail = COH– 95/8 * H3 = 29.1 *150 = 4.4 m3

Avec un excès de 12% sera:


VTail = 4.4 * 1.12 = 4.9 m3

VTail(int 95/8 - 2 joints) = 24 m * 46.94 l/m= 1.2 m3

V (Total) Tail = 6.1 m3

V(schasse-Boue) = CDP-5" * H = 9.05 * 695 = 6.3 m3

2.4 La phase 8"1/2

Forage de la phase a partir de 695 jusqu'à 950m, et compliter la phaser par un


massif gravier

a) Massif gravier :
Mise en place d’un massif gravier de 06 m3 dans l'espace annulaire 8"1/2 – 41/2

 Développement du puits :
Le développement de puits a été procédé par pompage à l'aide d’une pompe
immergée, aux cotes 242 et 206 m, pendant 10 jours à raison de 22 h /24.
 Mise en production :

A l'aide de la même pompe, de marque Odes se, calée à la cote 206 m avec un débit
de production de 40 m3/ h .

NB : L'eau du puits présente une couleur jaunâtre et une odeur nauséabonde, qui diminuent
avec le temps des analyses chimiques ont été faites à la direction laboratoires, montrent un
taux de fer élevé ( 5 fois le maximum admissible) et une turbidité élevée ( 85 fois la norme).

65
CHAPITRE V CALCUL DE TUBAGE ET CIMENTATION

Conclusion:

La réussite d’une cimentation c’est l’objectif de mettre dans l’espace annulaire sans perte et
sur les hauteurs souhaitées un volume du laitier qui, après sa prise, constituera une gaine de
ciment résistante et étanche, par contre tout problème qui se manifeste pendant ou après
l’opération est une chose non désiré car on risque de perdre tout l’ouvrage, si on ne le détecte
pas à temps afin de le remédier correctement, donc on conclura par dire que les l'eau doivent
accorder une importance particulière pour le bon déroulement de toute opération de
cimentation (bon calcul, bonne préparation de tout le matériel nécessaire, le vérifier et le
contrôler tout au long de l’opération), pour permettre d’avoir un puits bien cimenté, à fin de
faciliter sa mise en production et augmenter sa longévité.

66
CONCLUSION GENERALE
CONCLUSION GENERALE

Conclusion générale

L’opération de cimentation est nécessite une préparation particulière vu les difficultés


de réalisation qu’elle peut présenter. Elle est différente d’une cimentation d’une colonne de
tubage simple car on doit utiliser des équipements spéciaux parfois difficiles à mettre en
place.
La réussite d’une cimentation est l’objectif de mettre dans l’espace annulaire sans
pertes et sur les hauteurs souhaités un volume de laitier qui après la prise, constituera une
gaine de cimentation résistante et étanche.

Le succès de la cimentation est très important et demande une très grande vigilance de la part
du personnel qui font le travail.
La nature des incidents en cours d'opération qui risquent d'avoir des conséquences
extrêmement fâcheuses pour la poursuite du forage ou pour la mise en exploitation du puits .
La cimentation des longues colonnes peut atteindre plusieurs mètres et peser plusieurs
centaines de tonnes est une opération délicate qui est généralement faite par des entreprises
uniquement spécialisées dans ce genre.
Pour que la cimentation réussisse il faut d'une part, que le sabot soit bien cimenté , ce qui
garantit l'étanchéité de la colonne cela d'une part et d'autre part que la gaine de ciment soit
suffisamment épaisse et robuste sans entrainer des dépenses excessives en ciment.
Il faut noter que la résistance du ciment jouant un grand rôle au moment de la mise en
production du puits par perforation des tubages.
L’évaluation de la cimentation nous a permis de déterminer les zones de mauvaise
cimentation, mais aussi d’envisager l’amélioration de la cimentation dans d’autres forages. Ce
travail nous a permis de comprendre que le choix adéquat du type du liner est étroitement lié à
la qualité de la descente et celle de la cimentation du forage.
Il est donc recommandé d’effectuer les calculs nécessaires pour la cimentation et être très
vigilant lors de l’opération proprement dite.
Enfin, une évaluation de la qualité de cimentation est toujours indispensable pour vérifier
l’isolement de la phase suivante de celles qui la précèdent , afin d’assurer la poursuite du
forage et la complétion.
Annexes
Fig.: fiche technique de puits d'eau.
BIBLIOGRAPHIE

BIBLIOGRAPHIE

[1] : A. SLMANI et M. DADDOU , Module M1, M2 , M3, FORMATION JDF, DIVISION

FORAGE Département Formation Mars 2004.

[2] : ENSP, LIVRE DE CIMENTATION , M1. Janvier 2003

[3] : EVALUATION DE LA QUALITE DE CIMENT, SHLUMBERGER .

[4] : FORMULAIRE DE FOREUR , IEP , Edition technip , septième Edition , Paris ,1999.

[5] : IEP Training , LA CIMENTATION PRIMAIRE , ENSP Formation Industrie , 1998.

[6] : IEP Training , LES BOUCHONS DE CIMENT , ENSP Formation Industrie , 2005.

[7] : IEP Training , LES DIAGRAPHIES DE CIMENTATION, ENSP Formation Industrie ,

2005.

[8] : Mémoire de fin de étude : mesure de pression pour l'évaluation du potentiel

d'hydrocarbures de bassin D'ILLIZI Année 2012/2013. Réf : ING"57" Pa :2

[9] : PROCEDURE DE CIMENTATION DE SONATRACH PREPARE PAR:ING/HMD,

date:08/98
Résumé:

Cette étude la réalisation d’une cimentation primaire de tubage du puits COL D'ANYA
(4ème RM), et comment faire les calculs nécessaires (le volume de laitier, la masse de ciment,
le volume d’eau de gâchage, le volume de chasse, la masse des additifs, le temps d’injection et
la pression de refoulement) et après la réalisation et la prise de ciment, ce dernier sera vérifié
par le CBL (Ciment Bound Log) et VDL (Variable Density Log) qui nous donnent une
connaissance sur la qualité et l’adhérence de ciment avec la formation.

Mots-clés : cimentation , puits , qualité , tubages .

Abstract:

This study represents how the construction of a primary cementing of casing well COL
D'ANYA (4ème RM), and how to make calculations necessary (the volume of slag, mass
cement, the volume of mixing water, the volume of hunting, the mass of the additives, time of
injection and discharge pressure) after realization and catch of cement, this last which will
check by the train of CBL (Cement Bound Log) and VDL (Variable Density Log) which
make known to us on the quality and the adherence of cement with the formation .

keywords : cementation , wells , quality , casing .

: ‫الملخص‬

‫تتمثل هذه الدراسة في كيفية انجاز عملية حقن سائل ذو خصائص فيزيائية في الفراغ‬
, COL D'ANYA (4ème RM) ‫الحلقي من اجل عزل الطبقات األرضية من االنهيار داخل البئر‬
‫وذلك بحسب‬,‫و بعدها معرفة كيفية إنجاز العمليات الحسابية الالزمة لتحديد نوعية األنابيب‬
‫ و حساب حجم االسمنت الالزم للقيام بهذه العملية وبعد االنتهاء من‬,‫النتائج المتحصل عليها‬
‫ وجفاف السائل; نتعرف على كيفية مراقبة جودة الطبقة المشكلة من‬,‫عملية حقن اإلسمنت‬
‫ اللذان يعتمدان على الموجات الصوتية في‬VDL ,CBL ‫طرف السائل بواسطة جهاز ال‬
.‫العمل‬
. ‫ أنابيب‬, ‫ مراقبة النوعية‬, ‫ بئر‬, ‫ إسمنت‬: ‫كلمات مفتاحية‬

Vous aimerez peut-être aussi