Vous êtes sur la page 1sur 24

Jeudi 24 décembre 2015 ­ 72e année ­ No 22064 ­ 2,20 € ­ France métropolitaine ­ www.lemonde.

fr ― Fondateur : Hubert Beuve­Méry ­ Directeur : Jérôme Fenoglio

HOLLANDE IMPOSE LA DÉCHÉANCE DE NATIONALITÉ


▶ François Hollande a fina­ ▶ L’Elysée a hésité jusqu’à ▶ La décision a été prise ▶ Manuel Valls a présenté ▶ Le ministère de l’inté­
lement décidé de mainte­ la dernière minute mais a contre l’avis de la ministre un projet de loi qui donne rieur a annoncé, mardi,
nir la déchéance de natio­ préféré faire taire les criti­ de la justice, Christiane de nouveaux pouvoirs à la qu’un projet d’attentat
nalité dans le projet de ques venant de la droite Taubira, qui avait annoncé police et aux procureurs, avait été déjoué à Orléans,
révision de la Constitution sur l’éventuel renonce­ le contraire, et qui se au détriment des juges le dixième en deux ans
présenté mercredi ment du chef de l’Etat trouve très fragilisée d’instruction → LIR E PAGE S 6 - 7

Révélations sur les zones d’ombre de l’assaut du RAID


ENQUÊTE
▶ Les investigations
contredisent les Aux racines
déclarations du
RAID sur le déroule-
du djihadisme
ment de l’assaut en Belgique
de Saint-Denis
▶ Les attentats du 13 novembre
▶ Enquête sur ont mis au jour les relations
Jawad Bendaoud, étroites entre les réseaux djiha­
distes belges et français. A partir
le logeur de documents inédits, Elise Vin­
des djihadistes cent reconstitue l’histoire de ces
cellules djihadistes depuis 2001
→ LIR E PAGE S 1 0 - 1 1
→ LIR E PAGES 1 4 - 1 5

DÉBATS

De l’Etat de
droit à l’état
de sécurité
▶ L’état d’urgence n’est pas un
verrou qui protège la démocratie.
Au contraire, il a toujours
accompagné les dictatures,
explique le philosophe italien
Intervention du RAID, Giorgio Agamben
le 18 novembre,
à Saint-Denis. → LIR E PAGE 1 6
J.GROISARD/DICOM/CRYSTAL PICTURES

LE BURUNDI
AU BORD
RÉCIT
S ecoué depuis plusieurs
mois par une profonde
crise politique, le Burundi a
franchi, le 11 décembre, un palier
dans la violence, avec l’attaque
zaines de morts. Malgré les ap­
pels au calme et la proposition de
l’Union africaine de déployer une
force internationale, les partisans
et opposants du président Nkuru­ MILLIARDAIRES
DE L’EXPLOSION par plusieurs groupes armés de
trois bases militaires de la capi­
nziza semblent décidés à s’affron­
ter, au risque de réveiller le souve­
À LA CONQUÊTE
tale, Bujumbura.
L’offensive, qui a échoué, a été le
nir de la sanglante guerre civile
des années 1990.
DE L’ESPACE
par jean-philippe rémy point de départ d’une implacable → LI R E P A G E 23
répression, faisant plusieurs di­ → LIR E PAGE 2

LE REGARD DE PLANTU ÉCONOMIE


UN REPRENEUR
ANGLAIS POUR
L’ACIER D’HAYANGE
→ LIR E PAGE 1 2

MUSÉES NATIONAUX
JEAN-PAUL CLUZEL :
« PAS DE REGRET »
→ LIR E PAGE S 1 8 - 1 9

CANNABIS
POLÉMIQUE SUR LES
TESTS SALIVAIRES
→ LIR E PAGE 8
Algérie 180 DA, Allemagne 2,50 €, Andorre 2,40 €, Autriche 2,80 €, Belgique 2,20 €, Cameroun 1 900 F CFA, Canada 4,50 $, Côte d'Ivoire 1 900 F CFA, Danemark 30 KRD, Espagne 2,50 €, Finlande 4 €, Gabon 1 900 F CFA, Grande-Bretagne 1,90 £, Grèce 2,80 €, Guadeloupe-Martinique 2,40 €, Guyane 2,80 €, Hongrie 950 HUF,
Irlande 2,50 €, Italie 2,50 €, Liban 6 500 LBP, Luxembourg 2,20 €, Malte 2,50 €, Maroc 13 DH, Pays-Bas 2,50 €, Portugal cont. 2,50 €, La Réunion 2,40 €, Sénégal 1 900 F CFA, Slovénie 2,50 €, Saint-Martin 2,80 €, Suisse 3,50 CHF, TOM Avion 450 XPF, Tunisie 2,50 DT, Turquie 10,50 TL, Afrique CFA autres 1 900 F CFA
2 | international 0123
JEUDI 24 DÉCEMBRE 2015

Des habitants
du quartier
de Nyakabiga,
à Bujumbura,
passent près
des corps
de Burundais
tués dans les
affrontements
du 12 décembre.
JEAN PIERRE
HARERIMANA/REUTERS

« Etre jeune, c’était


RÉCIT
jean-philippe rémy

C
e devait être une offensive sur-

une raison pour être tué »


prise. Susceptible, peut-être, de
bousculer le pouvoir du prési-
dent burundais. Mais les hom-
mes qui ont lancé des attaques
coordonnées sur plusieurs ob-
jectifs militaires dans Bujumbura, vers 4 heu-
res du matin, vendredi 11 décembre, avaient
tout sous-estimé, en bloc : la défense de la ca-
pitale, la vitesse de réaction des autorités et la
Dix jours après l’attaque de plusieurs cibles sont passés à la lutte armée. Leurs responsa-
bles sont en exil, en Europe ou au Rwanda
solidité du pouvoir de Pierre Nkurunziza.
Trois camps militaires dans la capitale bu-
militaires de Bujumbura, point de départ voisin. Le Conseil national pour le respect de
l’accord d’Arusha et la restauration d’un Etat
rundaise, une implantation de soldats à la pé-
riphérie, dans le Bujumbura rural, à Ijenda :
d’une violente répression, la capitale du de droit (Cnared), structure politique qui
tente de rassembler les forces hostiles au pré-
telles étaient les cibles des commandos. Il leur
fallait des armes, sans quoi ils ne se seraient
Burundi reste en proie à la peur et le pays tout sident Nkurunziza, est divisé, mais fait office,
pour l’heure, de représentation des anti-
pas d’abord servis en matériel dans les camps.
Avant de se faire écraser. Peut-être le pouvoir
entier semble au bord d’une explosion de haine Nkuruniza de l’extérieur. Contrairement à ce
que veut croire le pouvoir à Bujumbura, cette
avait-il été prévenu de l’imminence d’une at- formation n’a rien d’une conspiration tutsi.
taque. Les assaillants, dans tous les cas,
avaient mal évalué les variables militaires de RECRUTEMENT DE REBELLES AU RWANDA
l’opération. Des sources affirment que cer- week-end s’établit entre 200 et 250 victimes. Il restait un écueil face à cette dérive : l’ar- La preuve, on trouve parmi les groupes qui
tains de leurs responsables étaient opposés à Les blessés ont été achevés sommairement. mée. Mais elle est en train d’être épurée. Dé- ont pris les armes celui du général Godefroid
cette « opération suicide ». Seule certitude : le La morgue n’a pas reçu tous ces corps, enter- but novembre, de nombreux dirigeants tutsi Niyombare, ex-chef des services de rensei-
lendemain, les assaillants avaient reflué, mais rés dans des fosses communes. ont été remplacés. Les dirigeants ex-FAB (l’ar- gnement, qui pris la tête de la tentative de
des dizaines de corps de jeunes des quartiers Une ligne a été franchie entre vendredi et mée d’avant la paix des années 2000, domi- putsch du 13 mai. Issu de la rébellion hutu de
contestataires jonchaient les rues. samedi 12 décembre, ce « 12/12 », comme on née par des Tutsi) ont été écartés de ce corps Pierre Nkurunziza, celui-ci fait partie de cette
Au fond, tout est allé de travers pour les at- l’appelle désormais. Il y avait bien les germes mixte depuis la paix des années 2000. Après classe de militaires qui s’estime frustrée par
taquants. En quelques heures, les quartiers d’une insurrection dans les bastions de la LES BLESSÉS dix ans de guerre civile et 300 000 morts, il les dirigeants de leur propre formation, le
de Bujumbura, sillonnés par les forces loya-
listes, étaient devenus des zones où régnait
contestation, où désormais n’habitent plus
que des Tutsi. Alors certains hommes, une
ONT ÉTÉ ACHEVÉS semblait aller de soi que certaines précau-
tions s’imposaient pour tranquilliser les
CNDD-FDD. Un second groupe est dirigé par
Léonard Ngendakumana. Chacun d’entre eux
la règle du feu à volonté, sans sommation. fois exécutés, ont été abandonnés d’intermi- SOMMAIREMENT. âmes au Burundi. Mais la mixité de l’armée, s’attache à compter dans son organigramme
« Tous ceux qui sont sortis sont morts », té- nables heures à même le sol. Message : désor- « assurance-vie » de la communauté tutsi, est des militaires tutsi, afin de présenter un vi-
moigne une source dans un quartier, avec mais, chaque attaque se paiera au prix du LA MORGUE N’A PAS en voie de disparition. Pour les responsables sage multiethnique. Hussein Radjabu, ex-cer-
stupéfaction. Depuis, beaucoup d’habitants
ont fui, jusqu’en province.
sang. Le pays est entré dans une phase de vio-
lence d’une dureté inédite. La répression
REÇU TOUS hutu hantés par les massacres et assassinats
commis par ce corps, notamment celui du
veau politique du CNDD-FDD balayé par les
pro-Nkurunziza est lui aussi à la tête d’une de
Des combats ont eu lieu, aussi, dans la partie musclée des manifestations lancées en avril CES CORPS, ENTERRÉS président Melchior Ndadaye, en 1993, c’est ces factions. Le plus « politique » de tous,
où des poches de résistances s’étaient créées. contre le troisième mandat de Pierre Nkuru- une forme de soulagement. Depuis plusieurs Alexis Sinduhije, ancien journaliste, jouit
Pendant plusieurs heures, on s’y est opposé à nziza avait fait plus de 200 morts en quelques DANS DES FOSSES années, on tente autour du président Nkuru- d’une immense popularité dans Bujumbura.
l’entrée des forces de sécurité, emmenées par mois. Pour doubler ce bilan en un week-end, nziza de faire sauter les quotas ethniques Parmi les groupes passés aux armes, il serait
des unités connues pour leur violence. Mu- il a fallu tuer collectivement et aveuglément. COMMUNES (50/50 pour ce qui concerne l’armée). En- celui aux effectifs les plus nombreux.
saga, Nyakabiga, Mutakura, etc : c’est là L’avenir du pays est suspendu à cette diffé- suite, ce sera l’inconnu. Mais tout ceci ne fait pas une rébellion. Il
qu’était concentrée l’action contre la perspec- rence d’échelle. Dans l’intervalle, les durs du Hors Bujumbura, le pays est d’une grande s’est opéré au cours des mois écoulés des re-
tive d’un troisième mandat du président Nku- pouvoir ont travaillé à donner une dimen- tranquillité. Les milices, les services de sécu- crutements (parfois forcés) dans les camps de
runziza, à partir d’avril. On y a raflé dans le dé- sion ethnique à la situation. Le but : casser les rité sont parvenus jusqu’ici à tuer dans l’œuf réfugiés burundais au Rwanda. L’organisa-
sordre, ainsi qu’à Jabe, près du centre. Enlève- traits d’union entre Tutsi et Hutu, qui avaient toute forme de contagion. De petites atta- tion Refugees International vient de publier
ments, exécutions. Parfois au hasard. « Ils dé- fait front commun dans la contestation dans ques se sont produites, sans lendemain. Se- des témoignages mettant en évidence le ca-
fonçaient les portes, entraient dans les les mois écoulés. Une source, à Bujumbura, lon nos informations, plusieurs groupes nal de recrutement de la rébellion burun-
maisons, tiraient. Etre jeune, c’était une raison relève : « Désormais, les Tutsi ont pu voir que daise sur le sol rwandais. Rien ne se fait au
pour être tué », affirme une source de Bujum- les Hutu modérés ne peuvent pas lever le petit Rwanda sans l’aval des forces de sécurité. Et
bura, qui se terre aujourd’hui. Amnesty Inter- doigt pour les sauver. Tous les Tutsi se sentent Bujumbura refuse une force africaine voilà un indice sur les menaces de ce volcan
national publie un rapport, mardi 22 décem- concernés. Nkurunziza a gagné. » régional. En Afrique de l’Est, ou centrale (in-
bre, qui recense les témoignages des familles Rassembler sur l’aile dure, hutu, n’exclut pas Sanctions, perspective d’une force africaine et reprise des négocia- cluant le Congo-Kinshasa), le Rwanda est, au
de victimes et décrit l’opération de ratissage. de conserver quelques hommes d’affaires ou tions : voilà l’appareil mis en place pour tenter d’influer, depuis l’exté- minimum, isolé dans sa position anti-Nkuru-
alliés politiques tutsi, pour les besoins de la rieur, sur la crise au Burundi. Seulement, la perspective de voir l’Union nziza. A Kigali, on affirme régulièrement que
ÉPURATION DE L’ARMÉE démonstration. Mais l’ethnicisation et le africaine déployer 5 000 hommes au Burundi se heurte à plusieurs le plan de Bujumbura est de protéger et d’en-
Le bilan, donné par le gouvernement, serait spectre de massacres à venir, voilà précisé- obstacles. A commencer par le fait que le pouvoir s’y refuse, annon- cadrer les rebelles hutu rwandais. Comme si
de 87 morts. Le Haut-Commissaire des Na- ment la zone où les adversaires du pouvoir çant même que l’arrivée d’une Mission africaine de prévention et de chacun se préparait à une guerre à une autre
tions unies aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad veulent l’emmener. Sur ce terrain, tous les cal- protection au Burundi (Maprobu) serait considérée comme une « force échelle. François Nyamoya, vice-président du
Al-Hussein, estime que les forces de sécurité culs convergent. Pendant que le pouvoir s’en- d’invasion et d’occupation ». Un avis confirmé mardi 22 décembre par le Cnared, s’en désole : « Le désespoir pousse les
ont « arrêté des centaines de jeunes gens et en ferre dans l’ethnicisation, ses adversaires pa- Conseil national de sécurité burundais dont l’un des responsables, le jeunes vers cette solution. Même le mot de dia-
auraient exécuté sommairement un certain rient sur sa disqualification. Si l’objectif de tout-puissant ministre de la sécurité publique, Alain-Guillaume Bu- logue est devenu désuet. Comment peut-on le
nombre, emmenant les autres dans des en- l’attaque était de pousser à la radicalisation, nyoni, a déclaré : « La menace de génocide qui justifierait ce déploie- prononcer devant les familles de victimes ? La
droits secrets ». Selon nos sources, le bilan du c’est une victoire des anti-Nkurunziza. ment n’est qu’une machination des détracteurs du gouvernement. » violence, parfois, s’impose d’elle-même. » p
0123
JEUDI 24 DÉCEMBRE 2015 international | 3

Washington limite les exemptions de visas


TUNISIE
L’état d’urgence
prolongé
La présidence de la Républi-
que tunisienne a annoncé,
Les touristes de 38 pays ayant visité des pays à risque devront faire une demande de visa mardi 22 décembre, la prolon-
gation pour deux mois de
l’état d’urgence, réinstauré
dans le pays après l’attentat-
thèse peut être esquissée, celle Ce quotidien a évoqué notam- membres du gouvernement ces- suicide du 24 novembre con-
washington - correspondant
d’une mesure de rétorsion du ment la situation des usines de
Cinquante sent de s’imaginer des choses, s’in- tre un bus de la sécurité prési-

L
es restrictions apportées Congrès qui n’avait pas pu blo- fabrication de voitures en Iran, en députés iraniens terroge le journal, et qu’ils met- dentielle ayant tué 12
par le Congrès au pro- quer l’accord du 14 juillet avec pleines négociations avec cer- tent en place sérieusement l’éco- personnes en plein Tunis. Les
gramme d’exemption de l’Iran alors que la majorité répu- tains partenaires européens. El-
ont enjoint au nomie de résistance ? », un thème forces de l’ordre ont depuis
visa dont profitent les blicaine et certains démocrates les s’interrogent sur l’avenir des gouvernement cher au Guide suprême, Ali Kha- multiplié les perquisitions et
ressortissants de 38 pays (princi- s’y étaient vivement opposés. contrats déjà prévus. « Ce n’est menei, qui cherche à relativiser les arrestations. – (AFP)
palement européens) pour se ren- sans doute pas une initiative (…)
de réagir « de l’intérêt de la levée des sanctions
dre aux Etats-Unis vont-elles Loi « discriminatoire » selon l’UE qui s’inscrit dans la culture de la manière ferme » internationales. AUST RALI E
compromettre l’accord conclu Tandis que l’Union européenne confiance à construire » avec La colère de l’Iran est d’autant Deux terroristes
par les grandes puissances avec avait vivement protesté contre l’Iran, a renchéri le président du ministre des affaires étrangères, plus forte que le texte ne fait pas présumés arrêtés
l’Iran sur son programme nu- une loi jugée « discriminatoire », Sénat français, Gérard Larcher, en Mohammad Javad Zarif, et ses ad- mention de deux pays auxquels Deux hommes soupçonnés
cléaire ? Après les attentats de Pa- Téhéran a aussitôt mesuré les con- visite à Téhéran. joints doivent se présenter, di- étaient liés les deux auteurs de la de planifier des attaques ont
ris du 13 novembre, le Congrès do- séquences de ces restrictions sur Cinquante parlementaires ira- manche 27 décembre, devant cette fusillade de San Bernadino (Cali- été arrêtés et inculpés à Syd-
miné par les républicains avait ses efforts de séduction visant les niens ont déjà signé une lettre commission pour répondre aux fornie), un acte de terrorisme, se- ney, mercredi 23 décembre.
dans un premier temps souhaité éventuels investisseurs interna- adressée au président Hassan Ro- questions des parlementaires. lon le FBI, qui a évoqué une allé- Ces interpellations survien-
durcir drastiquement les condi- tionaux. Le quotidien iranien spé- hani dans laquelle ils estiment que geance à l’EI. Le couple de tueurs nent quelques semaines
tions d’entrée des réfugiés sy- cialisé dans l’économie Donya-é le texte du Congrès « contredit l’ac- Assurances américaines responsable le 2 décembre de la après l’inculpation de
riens, perçus comme autant de Eghtesad a relayé le 22 décembre cord » sur le dossier nucléaire si- Dans l’urgence, le secrétaire d’Etat mort de quatorze personnes ras- cinq personnes accusées
menaces potentielles pour la sé- cette inquiétude. « Les pays euro- gné le 14 juillet à Vienne. Ces dépu- américain, John Kerry, a écrit à semblées dans un centre de santé d’avoir voulu attaquer un bâ-
curité des Etats-Unis. péens influents qui cherchent à tés ont enjoint au gouvernement son homologue iranien pour l’as- à l’occasion d’une fête de fin d’an- timent gouvernemental. Les
Pour écarter cette mesure à la- avoir des échanges économiques et au ministère des affaires étran- surer, selon son porte-parole, née était composé d’un Américain enquêteurs n’ont pas mis au
quelle la Maison Blanche était fa- étroits avec l’Iran après la levée des gères de réagir « de manière John Kirby, que Washington serait et d’une Pakistanaise naturalisée jour de projet spécifique mais
rouchement opposée, les démo- sanctions comptent parmi les tren- ferme ». Selon un membre de la attentif à ce que les modifications américaine du fait de son mariage. estiment que la base navale
crates avaient mis en avant les te-huit pays » qui bénéficient du Commission de la sécurité natio- n’interfèrent pas avec « les intérêts Tashfeen Malik avait résidé en Ara- de Woolloomooloo, à Sydney,
failles éventuelles de ce pro- programme, « cette nouvelle loi nale et de la diplomatie au Parle- économiques légitimes de l’Iran ». bie saoudite, un pays dans lequel figurait parmi les cibles.
gramme d’exemption. Ce point peut poser un vrai problème ». ment iranien, Bagher Hosseini, le L’accord du 14 juillet exclut en ef- son futur mari, Syed Rizwan Fa- – (AFP.)
avait fait l’objet d’un compromis fet toutes mesures assimilables à rook, s’était également rendu.
privant de cette facilité les ressor- de nouvelles sanctions contre la La jeune femme avait pu entrer PAN AMA
tissants de ces 38 pays également Trump s’attaque violemment à Clinton République islamique. aux Etats-Unis légalement en 2014 La Cour suprême
détenteurs de la nationalité ira- Un porte-parole du départe- en bénéficiant de son statut de ordonne l’arrestation
kienne et syrienne, ou les ressor- Le candidat républicain Donald Trump s’est défendu, mardi ment d’Etat a réaffirmé mardi fiancée d’un ressortissant améri- de l’ancien président
tissants ayant voyagé dans les 22 décembre, d’avoir proféré des propos vulgaires contre Hillary 22 décembre que l’administration cain. En dépit des critiques répé- La Cour suprême pana-
pays où l’organisation Etat islami- Clinton. En meeting la veille, il avait commenté le débat démo- étudiait les mesures envisagea- tées d’élus républicains, le dépar- méenne a ordonné, mardi 22
que (EI) est implantée. crate de samedi, pendant lequel Mme Clinton s’est absentée bles permettant de concilier ces tement de la sécurité intérieure as- décembre, l’arrestation de
Mais dans la version finale de ce quelques secondes pour aller aux toilettes. « Où est-elle allée ? », deux exigences. sure que toutes les procédures pré- l’ancien président Ricardo
compromis adoptée définitive- a demandé M. Trump. « Je sais où elle est allée, c’est dégoûtant, Ces assurances américaines ne vues ont été scrupuleusement Martinelli (2009-2014), ac-
ment le 18 décembre et immédia- je ne veux pas en parler », a-t-il lâché, avant d’ajouter : « Non, sont pas de nature à infléchir les suivies dans son cas. Une affirma- cusé d’avoir utilisé des fonds
tement signée par le président Ba- c’est trop dégoûtant. Ne le dites pas ! » M. Trump s’est alors lancé adversaires iraniens de l’accord tion plutôt corroborée pour l’ins- publics pour espionner plus
rack Obama, deux autres pays qui dans des allusions sexuelles entre Barack Obama et Hillary Clin- du 14 juillet. Pour le quotidien ul- tant par l’examen du dossier dé- de 150 personnalités du pays.
figurent sur les listes noires amé- ton, rivaux en 2008. « Elle allait le battre, mais “elle s’est fait met- traconservateur Kayhan, le texte posé par le couple auquel le M. Martinelli, qui serait réfu-
ricaines sans être liés à l’EI ont été tre”, elle a perdu », a-t-il dit. Le verbe utilisé par M. Trump, prouve ainsi que « les Etats-Unis Los Angeles Times a pu se livrer. p gié en Floride, a estimé que
ajoutés : le Soudan et l’Iran. Dans « schlonged », est dérivé d’un mot d’argot très vulgaire, d’origine ne sont pas dignes de confiance ». ghazal golshiri ces accusations relevaient
ce dernier cas, une autre hypo- yiddish, désignant un pénis. « N’est-il pas enfin temps que les et gilles paris d’une vendetta politique.

L’armée irakienne lance l’offensive


contre l’EI dans le centre de Ramadi
La reconquête de la ville serait une victoire pour le premier ministre,
la première sans l’aide des milices chiites soutenues par l’Iran

L es forces armées irakiennes


ont lancé, mardi 22 décem-
bre, l’offensive sur le centre
de Ramadi, chef-lieu de la province
sunnite de l’Anbar, dans l’ouest de
nautaires avec la population sun-
nite, il a décliné sous leur pression
la proposition américaine d’y dé-
ployer des hélicoptères Apache.
trés dans le centre de Ramadi de-
puis plusieurs fronts et nous avons
commencé à purger les quartiers
résidentiels », a annoncé Sabah Al-
Nomane, notant que les forces ira-
l’Irak, avec l’appui de la coalition 300 djihadistes retranchés kiennes avançaient « sans grande
internationale dirigée par les Lancée fin mai, l’opération de re- résistance, sauf de la part de snipers
Etats-Unis. Déterminées à essuyer conquête a été ralentie par les cha- et de kamikazes ». Les combats
le revers infligé par l’organisation leurs estivales insoutenables dans auraient fait des morts dans les
Etat islamique (EI), qui s’était em- cette région désertique, les pièges deux camps. Les forces de la coali-
parée de la ville le 17 mai, après un explosifs et les attaques-suicides tion ont mené 33 frappes aérien-
an et demi de combats, elles prédi- de l’EI, ainsi que l’impréparation nes en 24 heures.
sent une reconquête rapide. « La des forces irakiennes. L’armée Après avoir miné routes et im-
ville sera totalement nettoyée dans américaine, qui, de juin à novem- meubles, les djihadistes pour-
les prochaines 72 heures », a an- bre 2006, a combattu à Ramadi raient s’être retranchés dans des
noncé Sabah Al-Nomane, porte- l’insurrection djihadiste menée tunnels. Selon un porte-parole du
parole des unités antiterroristes par Al-Qaida en Irak qui a donné ministère de la défense, ils « em-
qui mènent les opérations avec naissance à l’EI, a formé et équipé pêchent des familles de fuir, qu’ils
l’armée, la police fédérale et des tri- trois brigades et 8 500 combat- se préparent à utiliser comme des
bus sunnites locales. Il y a encore tants tribaux pour stabiliser les zo- boucliers humains ». Certains se
« de durs combats à mener, ça va nes libérées. Après plusieurs mois terrent encore dans les banlieues
prendre du temps », a nuancé le co- d’efforts pour couper les voies de libérées, tandis que plusieurs cen-
lonel Steve Warren, porte-parole ravitaillement, les forces irakien- taines d’entre eux seraient, selon
de l’armée américaine à Bagdad. nes ont encerclé la ville, fin no- le colonel Warren, positionnés au
« L’EI a eu des mois pour préparer vembre, puis grignoté lentement nord et à l’ouest de Ramadi.
ses défenses et le combat urbain est ses banlieues. Le génie a posé des « La perte de Ramadi ne sera pas
ce qu’il y a de plus difficile », a-t-il ponts sur l’Euphrate et ses af- un coup décisif pour l’Etat islami-
ajouté, jugeant toutefois la chute fluents après la destruction des in- que. Elle n’affectera pas ses capaci-
de Ramadi « inévitable ». frastructures d’origine par l’EI, qui tés. La ville lui servait surtout à
Après la libération de Tikrit, au avait ainsi coupé l’accès au centre. maintenir les forces irakiennes oc-
nord de Bagdad, en avril, la recon- L’assaut sur le centre-ville, où cupées loin d’autres zones plus stra-
quête de Ramadi, à 130 kilomètres 300 djihadistes seraient retran- tégiques comme Mossoul et le nord
à l’ouest de la capitale, serait une chés, selon les services de rensei- de l’Irak », estime Patrick Martin,
nouvelle victoire pour l’armée et gnement irakiens, parmi 4 000 à de l’Institute for the Study of War,
le premier ministre, Haïder Al- 10 000 habitants, a été donné basé à Washington. A 45 kilomè-
Abadi. La première sans l’aide des mardi, à l’aube. « Nous sommes en- tres à l’est, Fallouja, bastion de l’in-
milices chiites soutenues par surrection djihadiste conquis en
l’Iran. Depuis la mise en déroute janvier 2014, est « plus symbolique
de l’armée par l’EI, qui a conquis IRAN et plus proche de Bagdad, donc plus
un tiers du pays en juin 2014, ces Homs SYRIE utile pour y lancer des opérations »,
milices, regroupées au sein des estime-t-il. Bien que subissant une
Ramadi Tikrit
unités de la Mobilisation popu- forte pression avec l’intensifica-
laire, ont pris l’ascendant sur le ANBAR tion des frappes et la reconquête
Bagdad
terrain et accru leur influence po- de Baiji puis de Sinjar, au nord, qui
litique. M. Abadi doit composer IRAK lui a coupé une route d’approvi-
ARABIE
entre elles et la coalition menée SAOUDITE sionnement stratégique vers la Sy-
par les Etats-Unis : après les avoir rie, l’organisation n’a pas, selon les
écartées de la bataille de Ramadi à experts, essuyé de perte militaire
la demande de Washington, de déterminante en Irak. p
crainte de tensions intercommu- 100 km KOWEÏT hélène sallon
4 | international 0123
JEUDI 24 DÉCEMBRE 2015

Joseph Blatter : « Avec Platini, on était trop forts »


Radié pour huit ans, le président élu de la Fédération internationale de football conteste cette sanction

ENTRETIEN « La rupture

L
undi 21 décembre, le prési­ avec Platini
dent de la Fédération in­
ternationale de football
fait suite à son
(FIFA), Joseph Blatter, a été changement
suspendu pour huit ans par le co­
mité d’éthique de l’instance mon­
d’attitude
diale. A 79 ans, celui qui dirige l’or­ concernant
ganisation depuis 1998 a reçu la
même sanction que Michel Platini,
le Qatar »
patron de l’Union des associations
européennes de football (UEFA) et
empêché de facto d’être candidat à moi seulement 50 000 francs suis-
la succession de M. Blatter. Radié ses [46 295 euros].
pour un versement de 2 millions
de francs suisses (1,8 million Des fédérations nationales
d’euros) en faveur de son ex-con- vous soutiennent-elles ?
seiller français (1998-2002) en fé- Plusieurs fédérations nationa-
vrier 2011, le Suisse entend faire ap- les, surtout africaines mais aussi
pel de cette décision. européennes, m’ont envoyé des
messages de soutien. Je suis sûr
Dans les circonstances actuel- qu’elles vont interpeller ce comité
les, le congrès électif de la FIFA d’éthique.
– qui doit réunir les 209 fédé-
rations membres le 26 fé- Ce comité d’éthique a-t-il subi
vrier 2016 – peut-il avoir lieu ? des pressions des justices
On ne doit pas changer les dates américaine et suisse ?
établies pour le congrès, mais il Je ne pense pas. Y a-t-il des pres-
faudrait aussi savoir maintenant sions contre Platini pour qu’il ne
quelle suite qui va être donnée à la devienne pas président de la
suspension du président de la FIFA FIFA ? Ou contre moi ? Je pense
et du président de l’UEFA [Michel qu’il n’y avait pas de raison de sus-
Platini]. Le comité d’éthique a dit pendre le président de la FIFA. Il
qu’il n’y avait jamais eu un accord fallait le laisser travailler jusqu’au
oral entre M. Blatter et M. Platini bout. Il n’y avait pas non plus de
[sur le versement de 2 millions de raison de suspendre M. Platini. Michel Platini et Joseph Blatter, en juin 2011, à Zurich. MICHAEL PROBST/AP
francs suisses en février 2011]. On
nous traite de menteurs. Ces cinq dernières années, fédérations nord et sud-américai- M. Platini a-t-il raison de quali- remplacer. Mais il y a des situations 27 mai. Je ne m’en suis jamais tota-
beaucoup de membres du co- nes (Concacaf et Conmebol). Mais fier la procédure du comité qui ont changé. Les autres confédé- lement remis. Je me considère un
Qu’est-ce qui vous motive à mité exécutif de la FIFA, mais la FIFA a porté le chapeau. d’éthique le visant de « procès rations avaient un peu peur de peu comme le punching-ball en-
vous « battre » après quarante aussi votre secrétaire général, politique » ? cette Europe grande et vorace. tre la Suisse et les Etats-Unis. C’est
années passées à la FIFA ? le Français Jérôme Valcke, ont Durant votre règne, avez-vous Il n’est pas loin de la vérité. Je peut-être le moment que je ne
On m’a touché sur deux points, été suspendus. La FIFA est-elle eu vraiment la volonté ou le sais que Platini a fortement Cela explique votre rupture sois plus là. Mais qu’on le veuille
qui sont essentiels : la probité, et le gangrenée par la corruption ? pouvoir de faire le ménage à heurté un des candidats à la prési- politique avec lui ? ou non, je suis le président élu de
fait que j’aurais soi-disant donné Ce sont les hommes qui sont en la FIFA ? dentielle, qu’il avait utilisé dans La rupture fait suite à une sur- la FIFA.
de l’argent pour obtenir quelque cause. Cela explique aussi pour- J’ai eu le courage, en 2011, d’ins- un premier temps pour rassem- prise : son changement d’attitude
chose [les voix des pays européens quoi j’ai mis mon mandat à dispo- taller ce comité d’éthique, pour bler les voix européennes. Je parle concernant l’attribution de la Si vous aviez M. Platini en face
pour sa réélection à tête de la FIFA sition du congrès [le 2 juin, quatre faire un contrôle d’intégrité des du prince Ali [le Jordanien a été Coupe du monde 2022 au Qatar. Il de vous, que lui diriez-vous ?
en 2011]. S’il le faut, j’irai jusque de- jours après sa réélection pour un membres du comité exécutif. battu par M. Blatter le 29 mai est certain que l’intervention, la Je dirais à Michel : « On était trop
vant la justice suisse. La seule 5e mandat]. Il y avait une telle Celui qui avait redressé la Conca- avant de se représenter pour l’élec- recommandation, du président forts pour eux. On veut nous enle-
chose que le comité éthique a enle- pression sur la FIFA à ce mo- caf et qui était présenté comme le tion du 26 février 2016]. français de l’époque [Nicolas ver en même temps. » On n’a pas
vée, c’est la poursuite pour corrup- ment-là, qui était identifiée par grand sauveur [Jeffrey Webb], j’ai Sarkozy] auprès de Michel a eu toujours eu les mêmes idées,
tion [les charges pour abus de posi- les autorités américaines de jus- vraiment misé sur lui. Il est de- Vous-même, vous ne donniez une influence sur la victoire fi- mais je le répète : M. Platini est un
tion, conflit d’intérêts et gestion dé- tice comme une organisation ma- venu vice-président de la FIFA, pas l’impression de souhaiter nale du Qatar. homme honnête. p
loyale ont été retenues]. Sinon, on fieuse. Maintenant, la FIFA est président de sa confédération… et que M. Platini vous succède. propos recueillis par
aurait été suspendus à vie. M. Pla- considérée par ces autorités c’est le premier qui a été arrêté [le Il a réclamé votre démission Est-ce l’attribution du Mondial rémi dupré
tini doit être plus riche que moi car comme une victime. Ce n’est pas 27 mai à Zurich]. Je ne peux pas le 28 mai. 2022 qui a fragilisé votre règne ?
on lui a donné 80 000 francs suis- la FIFA qui est entachée par la cor- être la conscience personnelle de On a toujours eu avec Platini une Le choc, c’était l’intervention Lire l’entretien en intégralité
ses [74 000 euros] d’amende et à ruption, c’est la direction des con- ces gens-là. complicité. Un jour, il devrait me des Américains en Suisse, le sur Lemonde.fr

L'HISTOIRE DU JOUR L’Indonésie vit la fin d’année


Dans les rues de Madrid, Franco
n’aura bientôt plus droit de cité sous la menace djihadiste
une plate-forme citoyenne, Ahora Madrid
L’EI tente de s’installer dans le premier pays musulman du monde
madrid - correspondance
(« Madrid maintenant »), soutenue par le parti

P rès du parc du Retiro, à Madrid, un pas-


sage porte le nom du général Mola,
cerveau du coup d’Etat militaire con-
tre la Seconde République espagnole, en
juillet 1936. Dans le quartier de Vallecas, une
de la gauche anti-austérité Podemos, a ap-
prouvé cette mesure avec les voix des socialis-
tes et de Ciudadanos, le nouveau parti cen-
triste. Le PP s’y est opposé. Sa porte-parole, la
présidente de la formation dans la région,
bangkok - correspondant
en Asie du Sud-Est
être à la veille de Noël, dans plu-
sieurs régions de Java et dans la
grande île adjacente de Sumatra.
Islamiyah avaient commis l’at-
tentat de Bali, qui avait fait 202
morts. D’autres avaient fait ex-
autre rue est baptisée du nom de l’aviateur
Francisco Iglesias, responsable du bombarde-
ment de 3 000 à 5 000 réfugiés qui fuyaient
Malaga. « Arriba España », le slogan franquiste
Esperanza Aguirre, a critiqué un « revan-
chisme » qui va à l’encontre
de « l’esprit de réconcilia-
tion de la transition ».
IL FAUT METTRE L es Indonésiens sont parve-
nus à déjouer les plans de
djihadistes qui s’apprê-
taient à commettre des actes ter-
Leur objectif était tout à la fois de
faire exploser des locaux de la po-
lice, de tuer des hommes de la
Densus 88 ainsi que des « impies ».
ploser des bombes dans des hô-
tels de luxe de Djakarta en 2003
et 2009. Le bilan avait été respec-
tivement de 9 et 19 morts. De-
par excellence durant la guerre civile (1936- Pour la conseillère à la FIN À « UNE roristes aux conséquences catas- En l’occurrence, il s’agissait d’atta- puis, les autorités indonésiennes
1939), a quant à lui donné son nom à une culture, Celia Mayer, il trophiques car simultanément quer des mosquées de la minorité ont largement réussi à marginali-
place de la capitale. Le militaire putschiste s’agit au contraire de met- CONTRE-MÉMOIRE organisés sur une aire géographi- chiite indonésienne, souvent la ser les groupes extrémistes et,
Juan Yagüe Blanco était surnommé le « bou- tre fin à « une contre-mé- que très large. Les trois raids effec- cible de fondamentalistes, ainsi jusque-là, à empêcher que le ter-
cher de Badajoz » pour le massacre organisé moire, un abandon et une
ET UN ABANDON » tués à Java, dimanche 20 décem- que des églises chrétiennes. rorisme frappe de nouveau le
dans la capitale de l’Estrémadure. Les « Tom- impunité » et d’appliquer, CELIA MAYER bre, par des hommes de la plus grand pays musulman de la
bés de la division Azul » sont ceux qui ont avec huit ans de retard, la conseillère à la culture Densus 88, la police antiterro- « Califats hors Moyen-Orient » planète.
lutté aux côtés de l’Allemagne nazie et de l’Ita- loi de mémoire historique. à Madrid riste, ont en effet permis l’arresta- Selon Taufik Andrie, le directeur Le ministre de la justice austra-
lie fasciste contre les Soviétiques durant la Voté en 2007 par le gouver- tion d’extrémistes en possession de l’Institute for International lien, George Brandis, actuellement
seconde guerre mondiale. Tous ont une rue à nement socialiste de José Luis Rodriguez de matériel servant à assembler Peace Building, une ONG dont en visite officielle en Indonésie, a
leur nom à Madrid. Zapatero, ce texte enjoignait aux autorités des engins explosifs. l’objectif est la déradicalisation prévenu mardi que l’EI « a des am-
Quarante ans après la mort du dictateur, compétentes de « retirer les insignes, plaques, Selon les autorités, les sept sus- d’anciens djihadistes, « le grand bitions consistant à établir des “ca-
Franco et les militaires putschistes qui l’ont mentions commémoratives d’exaltation, per- pects appartenaient à deux grou- nombre de combattants revenus lifats” au-delà du Moyen-Orient.
porté au pouvoir sont omniprésents dans le sonnelle ou collective, de la guerre civile et de la pes distincts : plusieurs d’entre de Syrie est un problème compli- L’Indonésie a été identifiée [par les
répertoire des rues de la capitale du royaume. dictature ». eux étaient liés à la Jemaah qué à résoudre, car il n’y a ni assez chefs de l’EI] comme le lieu de cette
Madrid n’a jamais débaptisé ces axes, ni au re- A Madrid, la liste des noms à changer a été Islamiyah (JI), l’organisation dji- de lois pour les mettre en examen, mise en place ».
tour de la démocratie ni ces vingt-quatre der- élaborée à partir de recommandations de la hadiste indonésienne liée à Al- ni de surveillance sérieuse pour En attendant, le gouvernement
nières années quand le Parti populaire (PP, chaire de Mémoire historique du XXe siècle de Qaida. Les autres étaient des par- les contrôler ». indonésien est sur le pied de
droite) dirigeait la ville et répétait à l’envi qu’il l’université Complutense. Elle pourrait être tisans de l’organisation Etat isla- Le fondateur de la Jemaah guerre : un état d’alerte du niveau
« ne faut pas rouvrir les vieilles blessures ». En amenée à s’allonger encore. La ville en profi- mique (EI), dont les drapeaux Islamiyah, le prêcheur Abou le plus élevé a été annoncé alors
face, les fils et petit-fils de républicains tera pour réparer des oublis, en donnant plus noirs ont été retrouvés sur les Bakar Bachir, qui purge actuelle- que 150 000 policiers et militaires
demandaient de « les refermer ». de noms de rue aux « femmes, qui sont absolu- lieux de leur arrestation. ment une peine de quinze ans de ont été déployés dans tout l’archi-
Au second semestre 2016, trente rues qui ment invisibles dans le répertoire des rues, et Selon le porte-parole de la po- prison, a fait savoir en 2014, de- pel avec pour mission de surveiller
commémorent des phalangistes et des puts- aux personnes qui, sur le terrain, ont contribué lice, Anton Charliyan, les terroris- puis sa cellule, qu’il prêtait désor- les lieux « sensibles » entre le
chistes seront finalement débaptisées. La ca- à construire Madrid », explique Celia Mayer. p tes allaient déclencher leurs ac- mais allégeance à l’EI. En 2002, 24 décembre et le 3 janvier. p
pitale espagnole, administrée depuis juin par sandrine morel tions très prochainement, peut- des terroristes liés à la Jemaah bruno philip
LA COLLECTION

POP
ET MUSIQUE
UN CHOIX D’ŒUVRES

Jean-Michel BASQUIAT, Grillo, 1984 © The Estate of Jean-Michel Basquiat / ADAGP, Paris 2015.

Marina Abramovic, ’ Pilar Albarracín, Jennifer Allora & Guillermo Calzadilla, Ziad Antar,
Jean-Michel Basquiat, Ulla von Brandenburg, Mohamed Bourouissa, John Cage, Rineke Dijkstra,
Cyprien Gaillard, Gilbert & George, Douglas Gordon, Andreas Gursky, Bertrand Lavier, Mark Leckey,
Michel Majerus, Christian Marclay, Adam McEwen, Philippe Parreno, Richard Prince,
Thomas Schütte, Sturtevant, Jaan Toomik, Andy Warhol, Hannah Weinberger, Cerith Wyn Evans

Jusqu’au 4 janvier 2016

FONDATIONLOUISVUITTON.FR #FONDATIONLOUISVUITTON
6 | france 0123
JEUDI 24 DÉCEMBRE 2015

RÉFORME CONSTITUTIONNELLE

Déchéance : Hollande sur la ligne radicale


Le texte présenté mercredi 23 décembre au conseil des ministres constitutionnalise l’état d’urgence

L’
extension de la dé­
chéance de nationalité
pour les binationaux
nés Français reconnus
coupables de faits de terrorisme
figure bien dans le « projet de loi
constitutionnelle de protection
de la nation », présenté mercredi
23 décembre au conseil des minis-
tres. Et ce, alors que plusieurs ru-
meurs et informations de presse
laissaient entendre que le gouver-
nement se préparait à reculer sur
cette disposition symbolique et
extrêmement controversée, an-
noncée par François Hollande
dans son discours de « guerre »
prononcé devant le Congrès réuni
à Versailles le 16 novembre. « Le
président et le premier ministre
étaient fermement décidés à tenir
bon par rapport à l’engagement
fixé dans son discours au Con-
grès », explique-t-on à l’Elysée.
« L’enjeu était le respect de la pa-
role politique du président », con-
firme-t-on à Matignon.

Adapter ce régime
C’est ce paramètre qui, dans la dé- Lors du Congrès
licate équation politique posée à Versailles,
par cette question, a primé. Bien le 16 novembre.
davantage que les remous qu’elle J.-C. COUTAUSSE/
ne manquera pas, à gauche, de FRENCH POLITICS
susciter. « Nous devons pouvoir dé- POUR « LE MOND E »
choir de sa nationalité française un
individu condamné pour une at-
teinte aux intérêts fondamentaux
de la nation ou un acte de terro-
risme, même s’il est né français, je
dis bien, même s’il est né français,
dès lors qu’il bénéficie d’une autre
nationalité », avait insisté François d’urgence. Il suit l’avis du Conseil qui doivent rester exceptionnel- Après que le Conseil d’Etat, le François Hollande et Manuel
Hollande devant le Congrès. d’Etat d’adapter ce régime datant les et bien encadrées. « Il ne s’agit
L’objectif 11 novembre, donne un avis favo- Valls. « Sur ce genre de sujet, c’est
L’objectif politique de la de 1955, et de le constitutionnali- absolument pas de dériver vers politique rable à la déchéance, le premier le couple exécutif qui tient tous les
manœuvre était bien sûr d’offrir ser afin d’éviter toute mise en dé- l’état d’urgence permanent », ministre et le ministre de l’inté- bouts de la décision », confirme
l’image, à travers cette proposi- faut, notamment par le biais poursuit la même source. Il suit
était d’offrir rieur semblent laisser filtrer l’Elysée. Entre faire taire la droite,
tion mais également celle de la d’une question prioritaire de l’avis du Conseil d’Etat, peu favo- l’image d’un quelques doutes. Au point que qui hurlait déjà au renoncement
constitutionnalisation de l’état constitutionnalité. « Quand on a rable à un dispositif de sortie pro- quand elle s’envole en voyage of- et au dédit, et faire hurler la gau-
d’urgence, d’un incontestable un régime dérogatoire et d’excep- gressive de l’état d’urgence.
durcissement ficiel en Algérie, dimanche 20 et che, déjà vent debout contre la
durcissement sécuritaire après tion, dans une démocratie, on res- sécuritaire après lundi 21 décembre, la ministre de proposition, le duo Hollande-
les 130 morts du 13 novembre. Et, pecte la hiérarchie des normes. Les En cas de « crime terroriste » la justice pense la mesure défini- Valls a tranché.
aussi, celle d’un exécutif ouvert à régimes d’exception doivent donc C’est néanmoins évidemment
les 130 morts tivement enterrée. Elle l’assure L’annonce était politiquement
toutes propositions et prêt à réel- être inscrits dans la Constitution », l’article 2 qui est le plus spectacu- du 13 novembre même à la radio algérienne spectaculaire, une reculade eut
lement appliquer le principe de indique-t-on à Matignon. Le gou- laire, et qui se révélera vite le plus Chaîne 3, qui a diffusé son inter- été plus éclatante encore. « Une
l’union sacrée post-attentats. vernement propose de constitu- polémique : la déchéance de na- vention mardi 22 décembre : « Je partie de la gauche peut tout à fait
L’article 1 du projet de réforme tionnaliser ces conditions de dé- tionalité pour les binationaux nés mement le droit d’infliger à des vous indique par exemple que le émettre son opinion, on l’écoute,
constitutionnelle porte sur l’état clenchement de l’état d’urgence, français, inscrite dans la révision gens qui commettent des actes ter- projet de révision constitution- on l’entend. Mais tout cela fait
de la Constitution. Celle-ci ne sera roristes, qui ont trahi et renié la na- nelle qui sera présenté en conseil suite au meurtre de 130 personnes
possible qu’en cas de « crime terro- tion. Celle-ci a le droit de se défen- des ministres mercredi ne retient dans les rues de Paris. Face à cette
riste », et non de délit, après une dre. » Et ce conseiller, par avance, pas cette disposition. » horreur, nous avons pris des déci-
« décision de justice exécutoire ». de contester l’argument d’une ci- Il n’en est rien. Mardi 22 dé- sions fortes, courageuses, impor-
Là encore, l’exécutif suit l’avis du toyenneté de seconde zone : « Il ne cembre au matin, au petit-déjeu- tantes. Les Français attendent des
PARTEZ À LA DÉCOUVERTE Conseil d’Etat, qui ne s’était pas s’agit pas de créer deux catégories ner de la majorité, Manuel Valls réponses fortes, y compris cel-
DES MERVEILLES DE L'UNIVERS... opposé à une mesure avant tout de Français. La rupture d’égalité rappelait aux participants que la le-ci. » Ce n’est pas forcément le
symbolique. « Mais les symboles, existe déjà entre les binationaux, décision n’était « pas encore cas de Christiane Taubira, pour
dans la République, ça compte, ex- ceux nés étrangers qui peuvent prise ». laquelle cette décision constitue
plique Matignon. C’est une sanc- être déchus, et ceux nés français En réalité, elle a été finalisée un casus belli. p
tion lourde que la nation a légiti- qui ne pouvaient l’être. » lundi soir, en tête à tête, entre david revault d'allonnes

Une loi qui renforce les pouvoirs de police


L’exécutif veut soumettre ce nouveau texte au Parlement avant le printemps 2016

O utre le projet de loi cons-


titutionnelle, le premier
ministre Manuel Valls a
également présenté, mercredi
23 décembre, les grands principes
costaud », selon Matignon, qui
renforce considérablement les
pouvoirs des enquêteurs en ma-
tière d’antiterrorisme.
Il comporte des dispositions
tions ou des captations informati-
ques, notamment par le biais des
IMSI catchers : les parquets seront
désormais également habilités à le
faire, avec un contrôle du juge de la
« Qu’on soit en état d’urgence ou en
dehors, on ne peut jamais priver de
liberté quelqu’un sans que ce soit
sous contrôle d’un juge, rappelle
Matignon. Aucun internement ad-
du futur « projet de loi renforçant la d’extension de la protection accor- liberté et de la détention. « Cela ministratif ne peut être prononcé à
lutte contre la criminalité organi- dée aux témoins, lesquels pour- permettra de judiciariser un peu l’encontre d’une personne, même
sée, son financement, l’efficacité et ront bénéficier de mesures déjà ac- plus », indique-t-on à Matignon. fichée S. »
les garanties de la procédure pé- cordées aux repentis (témoignage Enfin, le projet de loi comportera L’exécutif, en revanche, a exa-
nale ». Pas encore finalisé, celui-ci sous X, protection jusqu’à des dispositions relatives aux con- miné les possibilités en matière de
va être soumis au Conseil d’Etat, l’audience, voire huis clos au pro- trôles des papiers d’identité et aux restrictions de liberté : si le Conseil
pour être adopté en conseil des cès). Le texte transposera aussi des fouilles des véhicules – dans les- d’Etat considère que la rétention
ministres en février. dispositions européennes en ma- quels le contrôle des bagages sera de sûreté, postérieurement à une
Sur la base d’un projet de loi pré- tière de lutte antiterroriste, no- désormais possible – ou encore re- peine purgée, ne constitue pas une
paré depuis des mois par la Chan- tamment de financement, ainsi latives à l’encadrement des écou- réponse adaptée à la menace ac-
cellerie sur la réforme du code de que des dispositions du « plan ar- tes judiciaires dans la durée. tuelle, il envisage bien « des formes
procédure pénale, il intégrera des mes » annoncé par Bernard Caze- d’assignation à résidence ou de
272 pages - 39.00 euros - Préface de Hubert REEVES éléments de lutte contre le blan- neuve (peines alourdies pour les Pas d’internement des « fichés S » pointage au commissariat », selon
chiment, issus d’un texte présenté trafiquants d’armes). Y figurent Par ailleurs, le gouvernement, en Matignon. Le gouvernement s’ap-
Des images satellites de la NASA, 88 constellations,
la liste des observatoires de France... par le ministre des finances, Mi- également des points d’incrimina- gage d’ouverture politique, avait puiera sur cet avis « pour faire des
chel Sapin ; des propositions du tion portant sur le trafic des biens demandé au Conseil d’Etat de se propositions sur l’encadrement des
EN LIBRAIRIE ministère de l’intérieur en matière culturels, qui alimente les finances prononcer sur certaines proposi- personnes qui reviennent des zones
de surveillance de certains élé- de l’organisation Etat islamique en tions formulées par l’opposition, de djihad, mais ne sont pas poursui-
ments radicaux ; et d’autres mesu- Syrie et en Libye. comme celle de Laurent Wau- vies », indique un conseiller minis-
res proposées par la justice por- Les juges d’instruction pou- quiez, numéro deux des Républi- tériel, lesquelles figureront dans le
tant sur les compétences du par- vaient jusqu’ici diligenter des per- cains, sur l’« internement des fi- texte de loi ordinaire. p
quet. Un texte « technique mais quisitions de nuit, des sonorisa- chés S ». Celle-ci a été écartée : d. r. a.
0123
JEUDI 24 DÉCEMBRE 2015 france | 7

Christiane Taubira plus fragilisée que jamais


La ministre de la justice a exprimé à plusieurs reprises son désaccord avec la déchéance de nationalité

C
hristiane Taubira peut­ ment auquel elle appartient ; elle mille, ont demandé à Christiane Républicains), qui visait à créer les individus portant les armes
elle encore rester au a failli une première fois claquer Taubira si elle était au courant, elle
Elle est devenue des camps d’internement pour contre la police ou l’armée.
gouvernement ? La mi­ la porte quand sa réforme du a bien dû avouer que non. une sorte d’alibi les suspects, était déjà une façon « Dans quelle situation tu vas pla-
nistre de la justice a dû droit des mineurs a été reportée Le mardi suivant, le 1er décem- de la légitimer, et essaie ce samedi cer les députés de la majorité ? », a
une nouvelle fois avaler son cha- sine die. Elle a obtenu qu’elle soit bre, les ministres rencontrent le
au gouvernement de convaincre le président, en demandé Mme Taubira, avant de
peau, mercredi 23 décembre, en inscrite au calendrier parlemen- groupe socialiste qui ne réagit pas pour rassurer quatre points. souligner que la déchéance de na-
apprenant à quelques heures du taire en 2016 – et n’est plus bien réellement. Pascal Cherki, le dé- Elle a dit à François Hollande tionalité portait atteinte au droit
conseil des ministres que Fran- certaine aujourd’hui que ce soit puté de Paris d’ordinaire très vif,
un électorat qu’elle avait relu son discours du du sol, une vraie valeur pour la
çois Hollande entendait malgré encore le cas. fait part de ses réserves, mais les de gauche Congrès, et qu’il n’avait en réalité gauche.
tout maintenir l’inscription de la La position de la ministre était parlementaires sont encore sous pas annoncé formellement qu’il La ministre a été la dernière à
déchéance de nationalité dans la ainsi devenue très inconfortable : le choc des attentats. François
décontenancé allait inscrire la déchéance dans la parler, Bernard Cazeneuve a
Constitution. devenue une sorte d’alibi au gou- Hollande convoque alors quel- par le virage Constitution : il était donc encore échangé une plaisanterie avec elle
En voyage officiel en Algérie, di- vernement pour rassurer un élec- ques-uns de ses ministres, samedi temps de s’abstenir. Elle a ensuite en partant, il a été cependant dé-
manche 20 et lundi 21 décembre, torat de gauche décontenancé 28 novembre, à une réunion con-
sécuritaire rappelé que la déchéance de na- cidé d’envoyer le projet de révi-
Mme Taubira avait cru la disposi- par le virage sécuritaire du chef sacrée à la révision de la Constitu- tionalité n’avait aucune efficacité sion au Conseil d’Etat, qui a donné
tion définitivement écartée. Elle de l’Etat, elle avait pour consigne tion. Il y a là Marc Guillaume, le ni contre des kamikazes ni contre un avis favorable. Paradoxale-
l’avait indiqué à la radio algé- de se taire – elle n’avait le droit secrétaire général du gouverne- constitutionnelle : il est donc im- des jeunes qui brûlent leur passe- ment, les jours suivants, tant le
rienne Chaîne 3, qui a diffusé son que de s’exprimer sur les victimes ment, Manuel Valls, premier mi- périeux de réviser la loi suprême. port avant de partir en Syrie. premier ministre que le ministre
intervention mardi 22 décembre. des attentats. Elle espérait en cou- nistre, Bernard Cazeneuve, le mi- Cazeneuve, Valls et Hollande tom- En revanche, et c’était son troi- de l’intérieur ont semblé avoir des
La garde des sceaux évoquait « un lisse se faire entendre pour conte- nistre de l’intérieur, Christiane bent tous les trois d’accord, et se sième point, la ministre a rappelé doutes, et Christiane Taubira est
sujet qui va s’éteindre » : « Je vous nir ce qui lui apparaissait comme Taubira et le président. félicitent sans fard de couper que la déchéance avait une charge partie en Algérie avec le senti-
indique par exemple que le projet des excès des ministres de la dé- Marc Guillaume, conseiller l’herbe sous les pieds de la droite, symbolique très lourde. La gau- ment que l’affaire était enterrée.
de révision constitutionnelle qui fense et de l’intérieur. Le main- d’Etat et ancien secrétaire général qui va s’enferrer dans le piège che a toujours été contre, et La ministre doit partir une petite
sera présenté en conseil des minis- tien de la déchéance de nationa- du Conseil constitutionnel, expli- tendu par le gouvernement. même tout récemment, le 4 dé- semaine en vacances en Guyane.
tres mercredi ne retient pas cette lité signe clairement les limites que qu’il a discrètement sondé Christiane Taubira est fort mal à cembre 2014, lors de la discussion Et ne manquera de réfléchir à son
disposition », avait déclaré la mi- de son influence. ces deux institutions et qu’il l’aise. Elle estimait déjà que sou- à l’Assemblée de la proposition de très proche avenir, si le gouverne-
nistre. Elle avait d’ailleurs estimé, existe un risque sérieux que la dé- mettre au Conseil d’Etat la propo- loi de Philippe Meunier (Les Ré- ment lui en laisse le choix. p
à titre personnel, que cette ré- Piège chéance de nationalité ne soit pas sition de Laurent Wauquiez (Les publicains), qui visait à déchoir service politique
forme « posait un problème de La crise remonte au discours du
fond sur le principe fondamental président de la République, le
qu’est le droit du sol », auquel elle 16 novembre, devant le Congrès
est « profondément attachée ». réuni à Versailles. La plupart des
Elle a appris en revenant à Paris ministres ont appris en même
que la question n’était pas défini- temps que les Français que le chef
tivement tranchée, et que les der- de l’Etat entendait inscrire l’état
niers arbitrages devaient avoir d’urgence et la déchéance de na-
lieu mardi dans la nuit – des arbi- tionalité dans la Constitution :
trages auxquels elle n’était pas aucune réunion interministérielle
conviée. Ce nouveau désaveu est n’avait évoqué la question aupara-
aujourd’hui un casus belli. Depuis vant. Marisol Touraine, la ministre
des mois, Christiane Taubira s’in- des affaires sociales, et Laurence
quiète de la dérive du gouverne- Rossignol, secrétaire d’Etat à la fa-

Un projet d’attentat
déjoué à Orléans
Deux hommes cherchant à se procurer
des armes ont été mis en examen

L e ministre de l’intérieur,
Bernard Cazeneuve, a an-
noncé mardi 22 décembre à
Toulouse qu’un nouveau projet
d’attentat, visant des représen-
Le passage à l’acte était prévu à Or-
léans, avec plusieurs hypothèses :
caserne de l’armée, commissariat
de police, gendarmerie… « Mais il
n’y avait pas de cible apparaissant
tants de la force publique dans la comme arrêtée. On était dans des
région d’Orléans, avait été déjoué hypothèses », a expliqué une
la semaine dernière par la Direc- source proche de l’enquête.
tion générale de la sécurité inté- Bernard Cazeneuve a par ailleurs
rieure (DGSI), ce qui porterait à dix dressé un nouveau bilan des me-
le nombre de projets contrecarrés sures prises dans le cadre de l’état
depuis 2013, selon le ministère. d’urgence décrété après les atten-
Le ministre a précisé que deux tats du 13 novembre à Paris. La
hommes ont été interpellés à Or- DGSI « est saisie en propre ou avec
léans les 15 et 16 décembre, puis la police judiciaire du suivi de
mis en examen et écroués pour 185 dossiers judiciaires, concernant
« association de malfaiteurs en re- 985 individus dont 250 sont reve-
lation avec une entreprise terro- nus en France pour leur implication
riste de nature criminelle ». Selon dans le terrorisme djihadiste. 145 de
plusieurs sources policières et ju- ces individus sont aujourd’hui
diciaires, il s’agirait de deux Fran- écroués », a-t-il déclaré.
çais âgés de 24 et 25 ans, l’un origi- Au total, 3 414 personnes ont été
naire du Maroc et l’autre du Togo, refoulées aux frontières « en rai-
tous deux petits délinquants au son de risque pour la sécurité et l’or-
casier judiciaire mentionnant des dre public », a indiqué le ministre.
délits de droit commun. 2 898 perquisitions ont été me-
nées, aboutissant à 346 interpella-
« Pas de cible arrêtée » tions, 297 personnes en garde à
Selon une source judiciaire, ils pré- vue et 51 personnes écrouées. Le
paraient un projet « concret ». Ils ministre a chiffré à 443 les armes
étaient en contact avec un Fran- saisies ainsi que « 200 stocks de
çais présent en Syrie, dont l’en- produits stupéfiants » et « près d’un
quête devra établir s’il était le com- million d’euros en liquide ». 39 lieux
manditaire des attaques envisa- de culte ont été perquisitionnés,
gées. Les deux hommes avaient dont 10 fermés. 384 personnes
réuni un financement et cher- présumées dangereuses ont été
chaient à se procurer des armes, a assignées à résidence, dont 78 %
précisé cette source, selon laquelle déjà fichées comme radicalisées. p
les cibles n’étaient « pas précises ». afp

Yassin Salhi s’est suicidé en prison


Yassin Salhi, l’homme qui avait décapité son patron et attaqué un
site gazier en juin, s’est suicidé, mardi 22 décembre, dans la maison
d’arrêt de Fleury-Mérogis (Essonne). Le 26 juin, ce chauffeur-livreur
de 35 ans avait étranglé son employeur avant de se diriger vers
l’usine de gaz industriel de Saint-Quentin-Fallavier (Isère). Il avait
alors accroché la tête de son patron à un grillage avec deux dra-
peaux frappés de la profession de foi musulmane, puis projeté son
véhicule sur des bouteilles de gaz. Mis en examen puis incarcéré,
Yassin Salhi a toujours contesté la portée islamiste de son acte.
8 | france 0123
JEUDI 24 DÉCEMBRE 2015

LE CONTEXTE
Cannabis : des
tests salivaires
En 2014, près d’un jeune de
17 ans sur deux (47,8 %) a déjà
fumé du cannabis, selon l’en-
quête Escapad de l’Observatoire
français des drogues et des toxi-

pour les lycées comanies publiée en mai à partir


des réponses fournies lors de la
Journée défense et citoyenneté.
Une augmentation en hausse de

franciliens plus de six points, car ils


n’étaient que 41,5 % en 2011.
L’étude montre également que
les jeunes de 17 ans en Ile-de-
Le plan de Valérie Pécresse France ont un peu moins expéri-
menté le cannabis que la
est critiqué dans les milieux moyenne nationale (45,7 %).

éducatifs et sanitaires sur le fait », réagit Béatrice Marti-


nez, du syndicat Snies-UNSA, qui
revendique une démarche de pré-
vention. « Que fait-on du résultat,

L
a promesse de campagne 12 euros l’unité – « à partir du mo- c’est la question cruciale, souligne
de la nouvelle présidente ment où le conseil d’administra- Olivier Phan, addictologue à la
de la région Ile­de­France, tion de l’établissement a voté en sa consultation jeune consomma-
Valérie Pécresse (Les Ré­ faveur », précise­t­on dans l’entou­ teur de la Croix-Rouge. Le kit sali-
publicains), qui prévoit le finan­ rage de Mme Pécresse. vaire permet de détecter une prise
cement dans les lycées franci­ Des associations agréées ou la récente de cannabis, jusqu’à vingt
liens de « tests salivaires de dépis- médecine scolaire seraient char­ heures, sans faire la différence en-
tage de consommation de dro- gées de les faire passer à des « clas- tre le consommateur occasionnel
gue », est sur les rails. Dans la ses ou des cohortes » et non à des ou régulier. »
ligne de mire de l’élue, l’usage de lycéens individuellement. Les élè- Jean-Pierre Couteron, le prési-
cannabis, un « phénomène massif ves dépistés positifs et leurs pa- dent de la Fédération Addiction se
qui se développe et résiste aux rents seraient avertis. Le provi- « Rien dans la loi ne permet ce conduites addictives (Mildeca), repris par d’autres régions », les dit lui aussi « sceptique » et « in-
stratégies classiques de préven- seur n’aurait accès qu’à des résul­ type de dépistage en dehors d’une on est moins catégorique. Si ces membres de la communauté édu- quiet » que l’on puisse faire
tion », selon Annie Genevard, tats statistiques globaux et ano­ procédure judiciaire », affirme- tests respectent un certain nom- cative ne cachent pas leurs réser- comme si on « repartait de zéro »
chargée de l’éducation au sein du nymisés. t-on au cabinet de Najat Vallaud- bre de conditions (anonymat, dé- ves. « On part de l’idée que la jeu- sur ce sujet, rappelant « l’effort fait
parti Les Républicains. Ce plan n’est pas sans rappeler la Belkacem. « Ces tests appliqués cision du chef d’établissement), nesse est coupable par avance et depuis deux ou trois ans pour con-
Mardi 22 décembre, Frédéric Pé­ proposition de loi déposée en jan­ dans le cadre scolaire posent plu- ils peuvent être pratiqués, y que si un lycéen refuse de se sou- solider les consultations jeunes
chenard, vice­président du con­ vier 2014 par le député (LR) des Al­ sieurs problèmes juridiques, pré- fait-on valoir. Mais « il y a peu de mettre au test, il sera d’office consi- consommateurs et développer l’in-
seil régional d’Ile­de­France, a pro­ pes­Maritimes, Eric Ciotti, et qui cise l’avocate Valérie Piau. En chances qu’un chef d’établisse- déré comme positif, regrette Chris- tervention précoce pour aller à la
mis sur France Info une mise en prévoyait un dépistage au moins droit, c’est aux officiers de police de ment y ait recours », précise-t-on, tian Chevalier, du syndicat d’en- rencontre des jeunes ».
place « dès que possible » – en 2016 une fois par an de tous les lycéens. les faire passer. Sans compter qu’ils car « cela ne s’inscrit en aucun cas seignants SE-UNSA (réformiste). D’autres objections portent en-
– du dispositif, assurant qu’il se fe­ M me Pécresse peut­elle touchent à la liberté individuelle et dans les orientations générales de Contrôler la jeunesse : on est bien fin sur le coût du dispositif, le né-
rait « dans le respect absolu » des aujourd’hui s’affranchir d’un à l’intégrité physique d’élèves, qui lutte contre les conduites addicti- là dans les vieilles rengaines de la cessaire respect du « secret médi-
élèves et de leurs familles. Concrè- texte de loi pour concrétiser son plus est mineurs… Il faudrait l’ac- ves ». Interrogés, les chefs d’éta- droite… » cal » même pour des mineurs…
tement, la région s’engage à pro- plan ? Non, assurent aussi bien le cord des parents. » blissement n’estiment d’ailleurs Balayant ces critiques, la nouvelle
poser aux 470 lycées franciliens ministère de l’éducation que des A la mission interministérielle pas avoir ce pouvoir. « Les seuls « En bout de chaîne » présidence de la région assure que
de financer ces tests – entre 10 et juristes. de lutte contre les drogues et les qui l’ont, ce sont les autorités judi- L’opposition ne porte pas que sur son plan ne se résume pas aux
ciaires et policières », soutient Phi- les principes et les valeurs : la mé- tests et prévoit, aussi, la mise en
lippe Tournier, du SNPDEN- thode et l’efficacité d’une telle place de « référents addiction »
UNSA, le principal syndicat de mesure sont aussi contestées, dans les lycées, ou la « sécurisa-
proviseurs. comme le pointent les infirmiè- tion » de leurs abords avec les for-
Alors que du côté des Républi- res scolaires. « Se concentrer sur le ces de police. p
cains, on assure que « ce dispositif, dépistage, c’est se situer en bout de mattea battaglia
s’il est convaincant, pourrait être chaîne, c’est vouloir prendre l’élève et françois béguin

IF

l’Iran
Le réveil de LUS

P. 24 TARANTINO P. 118
E XC PATRICK RAMBAUD
se paye
HOLLANDE P. 124
Mort du troisième porteur
“Pourquoi j’aime les salauds”

d’un cœur artificiel Carmat


Le décès ne serait pas dû à la prothèse, selon la société

L e troisième patient chez le-


quel avait été implanté un
cœur artificiel Carmat est
décédé vendredi 18 décembre. Sa
mort a été annoncée, mardi
souffrait, ajoute le communiqué,
d’une « combinaison de patholo-
gies sévères, en particulier d’insuf-
fisance rénale préexistante à l’im-
plantation de la prothèse, qui
des problèmes sur les compo-
sants électroniques, corrigés de-
puis, selon le Pr Alain Carpentier,
inventeur de la bioprothèse, et ses
collègues.
22 décembre, dans un communi- l’amenait à revenir régulièrement La prothèse Carmat ne pourra
qué de presse de la société Carmat à l’hôpital ». Dans les jours précé- devenir une véritable alternative
intitulé « Information sur l’évolu- dant sa mort, le patient avait été aux systèmes d’assistance ventri-
tion de l’essai clinique de faisabilité de nouveau hospitalisé à Stras- culaire existants que si les compo-
du cœur artificiel bioprothétique bourg, son insuffisance rénale sants font preuve d’une « extrême
MARIANNE
PAR LAURENT BINET
Carmat ». La société rappelle que étant entrée dans une « phase très longévité », soulignaient deux
cette prothèse vise à « offrir une critique », selon le président de spécialistes allemands dans un
HILLARY CLINTON La chanteuse alternative thérapeutique aux ma- Carmat, Jean-Claude Cadudal. commentaire associé à l’article
Camélia Jordana lades souffrant d’insuffisance car- du Pr Carpentier.
PAR SÉGOLÈNE ROYAL en Marianne,
devant l’objectif diaque terminale ». Elle précise Pas de défaillances mécaniques Le 24 novembre, Carmat a
IBRAHIM MAALOUF de Yann Rabanier que « les analyses réalisées n’ont Ce troisième porteur d’un cœur annoncé avoir reçu de l’Agence
PAR MOULOUD ACHOUR
pas montré d’implication de la artificiel aura bénéficié d’une sur- nationale de sécurité du médica-
MICHEL ONFRAY prothèse dans le décès du patient. vie de deux cent cinquante jours. ment l’autorisation de finaliser
PAR ALAIN MINC La société poursuit l’étude de faisa- Claude Dany, âgé de 76 ans, le pre- l’essai clinique de faisabilité du
bilité ». Les deux premiers pa- mier à recevoir cette bioprothèse cœur bioprothétique, préalable à
ROGER FEDERER tients ayant reçu le cœur artificiel à l’HEGP le 18 décembre 2013, était une étude de plus grande am-
PAR ALEXANDRE BOMPARD
sont déjà morts. mort soixante-quatorze jours pleur. Une quatrième implanta-
ALAIN JUPPÉ
PAR CLAUDE CHIRAC
Le troisième patient décédé
était un homme de 74 ans. L’im-
après l’intervention. Le deuxième
greffé, un homme de 69 ans chez
tion reste donc prévue dans le
cadre de l’essai de faisabilité, avec
plantation du cœur artificiel qui le cœur artificiel avait été posé cette fois des critères assouplis
EMILIA CLARKE avait eu lieu le 8 avril 2015 à l’Hô- à Nantes le 5 août 2014, avait, lui, sur le degré d’insuffisance
PAR EMMANUELLE COSSE
pital européen Georges-Pompi- survécu deux cent soixante-dix cardiaque.
ET 27 AUTRES dou (HEGP). Après avoir été
formé au fonctionnement du sys-
jours. Son débit cardiaque avait
baissé, et il n’avait pas pu être
La communication autour du
cœur bioprothétique demeure
PERSONNALITÉS ...
tème d’assistance cardiaque por- sauvé par une tentative de chan- extrêmement contrôlée par la so-
table, il avait ensuite bénéficié gement de la bioprothèse. ciété Carmat. Cela résulte à la fois
d’une période de rééducation Dans ces deux premiers cas, qui de différences de conception en-
dans les Hôpitaux universitaires ont fait l’objet d’une publication tre elle et le Pr Alain Carpentier,
de Strasbourg. Il avait quitté l’éta- dans la revue médicale britanni- vu comme un électron libre, et de

En vEntE chEz blissement hospitalier à la fin


août pour retourner à son domi-
que The Lancet le 29 juillet 2015,
aucune complication throm-
l’importance des enjeux écono-
miques. Après la première im-

votrE marchand cile alsacien.


La société Carmat indique qu’« il
s’agit d’une mort subite par arrêt
boembolique n’avait été obser-
vée, alors même qu’un des mala-
des n’avait pas reçu d’anticoagu-
plantation en décembre 2013, l’ac-
tion Carmat avait bondi de
105 euros à près de 150 euros. Le
dE journaux respiratoire au cours d’une insuffi-
sance rénale chronique. Suite au
lants pendant cinquante jours.
Les analyses post-mortem des
décès du premier patient l’avait
entraînée à 85 euros, et son cours
constat de décès, l’équipe médicale bioprothèses n’avaient pas révélé avait même dû être suspendu. p
a arrêté la prothèse ». Le greffé de défaillances mécaniques, mais paul benkimoun
         

 
       
         
        
 
   


Kpxkvcvkqp cw eqphqtv VÊTEMENTS

Costumes modulables avec 1 ou 2 pantalons


de 300 € à 438 €
Vestes de 200 € à 295 €
Et toujours : Digel,
LES CHEMISES,Alain Gauthier et Jupiter,
LES PULLS, Enzo Lorenzo et Guy de Bérac,
LES PARKAS, MANTEAUX et IMPERS, Bugatti,
NOUVEAU LES PANTALONS, Bernard Zins,

CONCEPT
SOUS-VÊTEMENTS et PYJAMAS, Eminence,
CHAUSSETTES, Eminence et DD.
Du mardi au samedi de 10 h 15 à 13 heures - 14 h 30 à 19 heures
53, rue d’Avron - 75020 PARIS - Tél. : 01.43.73.21.03

"1
 ,
           ANTIQUITÉS
    

   
    
,-&.    
 !*&.  ''& ," ,/ E , 
 * '* &*" $,  %,      ,*  *,8 - ̜ÕÌi ½>˜˜ji t
  /(+#  & * &  '#
*"  , ,
  ,"1 ‡ ™]nä D i Ž}
"Àˆ}ˆ˜i À>˜Vi

  " ,-



 ,
,1

 CHARLES HEITZMANN
Ι]nä D «ˆmVi
"Àˆ}ˆ˜i À>˜Vi

ACHÈTE CHER
  ,,
  ,"1 ‡ ™]nä D i Ž}
         
"Àˆ}ˆ˜i À>˜Vi
Mobiliers anciens
Tous Pianos
-1" 1
º  
 » ‡ Ón]nä D i Ž}   
  
"Àˆ}ˆ˜i œÀÛm}i
    !   "   ## 
Manteaux de fourrures £Î ÀÕi `Õ L} `Õ /i“«i
    - /-      *   * * Çxä£ä *>ÀˆÃ ‡ c ,j«ÕLˆµÕi
            
 #  %( "*   +' ,  $$ , , Bagagerie de luxe "  "               
/j° ä£ {Ó än ÓÓ n{

"1+"  .. +4  # '%5%1"'% 6( 6 & 63 (6 Services de table ÜÜÜ°ÀœLiÀÌiÌÀi˜i°vÀ          #       "
"%  )#   +4  # '%5%1"'% 6(  -( & & Toutes argenteries # "$      

+$'"+, #"1,  .6 +4  # '%5%1"'% 6(  -( & &



      
   

     
'"#"+ ,"%  ( +4 "%1! +#, 6(  - 6. .( Vases Gallé, Daum
DÉCORATION  ! !    
#    
+,,"% #"'  (2 +4 "%1! +#, 6(  -& & ( Objets asiatique
( ,,, ) !
  !"  
 " !  
4#, 41"+  (- +4 "%1! +#, 6(  - 63 ( Tapis & tapisseries RENOV’DÉCO 1961 SARL
Tableaux & cadres Nos compétences,
Lustres et miroirs notre expérience
Toutes horlogeries et notre goût


Bronzes & ivoires du travail soigné
Trophées de chasse A VOTRE SERVICE !
     

87
   %  PEINTURE, PAPIER-PEINT,

qv|yz
Armes anciennes    
  

PARQUET, ELECTRICITE,      
Objets de vitrines
CARRELAGE, PLOMBERIE,

yv\h| Livres anciens    



          

 
MACONNERIE, MENUISERIE.
Pièces ( 5F, 10F, 50F...)
*Devis gratuit *Délai respecté
Vins (mêmes imbuvables)
Tél : 01.40.09.79.26
01.40.89.01.77 06.21.40.02.81 VENTES
DÉPLACEMENT ET ESTIMATION www.renovdeco1961.fr
GRATUITS SUR TOUTE LA FRANCE APPARTEMENTS
charlesheitzmann@free.fr LIVRES
PARIS 4E
LIBRAIRE
BIJOUX ACHÈTE LIVRES 20e
Illustrés Modernes,
PERRONO-BIJOUX Beaux Arts, Sciences Humaines,
-------------- Littérature, Voyages, Photos, « 5P. -FR. BOURGEOIS »
Pléiade, etc. 141m2 - 4°ét.asc. - 3 chbres
Anciens. Occasions argenteries. Vues - Calme - 1.850.000€
GOLEN : 06.30.49.93.94
Brillants. Pierres précieuses.
« 3P.- QUAI BOURBON »
MUSIQUE 3°ét. asc. - Vues seine PROPRIÉTÉ
Création & transformation
87m2 - 1.944.000€ ACHATS
 
   
  réparations. Achats ventes.
ACH. POUR COLLECTION « 5P. - CELESTINS » 78 YVELINES L’IMMOBILIER 100%

  

Echanges sélectionné par le guide
33 TOURS ANNÉES 50 126m2 - duplex 3° et 4° ét.
Vues Seine - 2.100.000€ A VENDRE GRAND MOULIN
ENTRE PARTICULIERS
Acheteurs Français et Européens
PARIS PAS CHER Recherch. tous types de biens
&$    '$ $  ($  $  !& (MUSIQUE CLASSIQUE) 60 km de Paris entre particuliers. LMO
-------------- « 7P. - BEAUMARCHAIS » 0 800 141 160
$  &(! "$ " &!" $" &! !"$!  ! Tél. : 06.11.57.62.81 250m2 - 3° ét. asc. habitable 1058 m2, autres 613 m2 Service & appel gratuits
"  ( $ &"" " " $       OPÉRA : angle bd des Italiens + Serv. - 2.700.000€
Disquaire sérieux achète parc de 2h 7 et terres agricoles.
4, rue de la Chaussée d’Antin MURS
DISQUES VINYLES « 7P. SUR SEINE » Pour entreprise ou particuliers DE COMMERCE
 
          
  Quai aux Fleurs - 6°ét.asc.
Tél : 01 47 70 83 61 33 T ET 45 T. 200m2 + serv. + box 1M.6 € - 2M. € - à voir :
 #  $   % %  %" % Pop/rock/jazz/Classique…
Foncière familiale recherche murs
ÉTOILE : 37, avenue Victor Hugo Balcon - 4.800.000€ de commerce, emplacement n° 1,
 
##    # Grande quantité, service de presse, à Paris et région parisienne.
 
            Tél : 01 45 01 67 88 successions… FEAU MARAIS vieuxmoulin2.blogspot.fr Décision rapide et discrétion
% #    % !  % ! 
    # # 01.44.54.15.30 assurée.
Ouverts du mardi au samedi 06 89 68 71 43 www.feau-immobilier.fr claire.cazala@gmail.com Tél : 06.03.03.56.50

LEGASSE VIAGER, Bruno et Nicolas Legasse vous proposent 47, avenue Bosquet 75007 Paris.
Tél. : 01 45 55 86 18
depuis 1963 Une étude et un suivi gratuit et discret Fax : 01 45 55 50 18
Spécialiste du viager La solution Viager : augmenter sa retraite en restant chez soi Site internet : www.viager.fr

   

 % %                  )  * $#$


 
         

%  
   &(  &" " '"  
           
    " %  %  " & %% 
" 
         
10 | france 0123
JEUDI 24 DÉCEMBRE 2015

L E S AT TA Q U E S T E R R O R I S T E S

Assaut de Saint-Denis : confusion et questions


Un rapport que « Le Monde » s’est procuré apporte peu de réponses sur les circonstances de l’intervention

L
a chaussée est jonchée de
débris. Du verre et du bois
provenant des fenêtres de
l’immeuble de Saint-De-
nis où a eu lieu l’assaut. De nom-
breux écrous, probablement con-
tenus dans une ceinture d’explo-
sifs actionnée par l’un des hom-
mes retranchés. Mais aussi
plusieurs bouts de corps. Ici, « une
tête humaine à laquelle demeure
attaché un morceau de colonne
vertébrale ». Là, « une partie de vi-
sage » sur la peau duquel apparaît
une barbe naissante. Plus loin,
une dent humaine, un trousseau
de clés, un livre en langue arabe et
un clavier d’ordinateur brisé.
La violence de l’assaut lancé par
le RAID, le 18 novembre à 4 h 15,
contre les occupants de l’apparte-
ment de la rue du Corbillon où
était retranché Abdelhamid
Abaaoud, le coordinateur pré-
sumé des attentats du 13 novem-
bre, a été telle que la police judi-
ciaire n’a pu commencer ses cons-
tatations qu’à 14 heures. Soit près
de trois heures après la fin des
opérations menées par le RAID. Le
bâtiment menace de s’effondrer
« suite à l’emploi d’explosifs par les
forces de l’ordre et par les occu-
pants de l’immeuble », notent-ils
dans un compte-rendu auquel
Le Monde a eu accès.

Version plus réaliste


Dans le même temps, une autre
équipe inspecte la cour intérieure
de l’immeuble et les appartements
voisins de l’assaut. Au deuxième
étage, dans un salon, les enquê-
teurs découvrent un corps sans
vie. Celui d’Abdelhamid Abaaoud. Dans l’appartement où était positionné le RAID pour donner l’assaut rue du Corbillon, à Saint-Denis. DR/GONZALO FUENTES/REUTERS
Il a été propulsé à l’étage du des-
sous après le déclenchement de la
ceinture explosive de son com- Sans attendre le retour complet de trat indique que les policiers ont la transmission qu’il a faite le que ne s’engage un échange :
plice. Il présente « des blessures l’opération, Jean-Michel Fauver- essuyé des « tirs très nourris et
Aucune réponse 20 novembre à la direction cen- « Monsieur, s’il vous plaît, laissez-
profondes, le visage n’est pas recon- gue, le patron du RAID, livre un ré- quasi ininterrompus » « pendant n’est apportée trale de la police judiciaire. Son moi sortir, laissez-moi sortir au
naissable, quelques lambeaux de cit de l’intervention aux médias. près d’une heure », le RAID faisant rapport de trois pages (« Condi- moins », lance la femme. Elle pour-
vêtements subsistent », détaillent Dès le jeudi 19, il affirme que ses usage de grenades et tirant près de
sur la stratégie tions d’interpellation de six indivi- suit : « Il va faire sauter quelqu’un !
les policiers. A 18 h 30, les premiè- hommes ont été visés par des tirs 5 000 munitions. d’opérer des « tirs dus lors de l’intervention du 18 no- Monsieur, j’ai peur, j’ai peur. »
res constatations prennent fin. de kalachnikov. Une façon de jus- Mais au fur et à mesure que l’im- vembre »), dont Le Monde a pris Rien sur le moment où l’un des
L’immeuble est dans un tel état tifier la violence et la durée de l’as- meuble est consolidé, les enquê-
de saturation » connaissance, et auquel est joint terroristes a déclenché sa ceinture
qu’elles dureront quatre jours. saut. Tous ces éléments seront re- teurs reconstituent une version pour empêcher un plan sommaire de l’apparte- d’explosifs. Rien sur le fait qu’un
Très vite, des fuites laissent en- pris le 24 novembre en conférence plus réaliste du déroulement de ment, ajoute à la confusion d’un seul pistolet automatique ait pu à
tendre qu’une femme kamikaze de presse par le procureur de l’assaut. Aucune femme kamikaze
un éventuel assaut qui n’en manquait déjà pas. lui seul donner le sentiment aux
s’est fait exploser durant l’assaut. Paris, François Molins. Le magis- n’a été retrouvée dans les décom- kamikaze Outre des précisions sur la ma- équipes du RAID d’être visées par
bres. La tête passée par la fenêtre nière dont des étrangers en situa- « un feu nourri ». Ni la direction du
est celle d’un homme qui n’a tou-
d’approcher tion irrégulière qui squattaient RAID ni la direction générale de la
jours pas été identifié. Tard dans la l’immeuble ont été interpellés – et police nationale n’ont souhaité ré-
soirée, le 19 novembre, les enquê- blessés par des tirs de neutralisa- pondre à nos questions.
teurs découvrent dans les gravats que d’un pistolet automatique et tion de snipers pour deux d’entre Dans une synthèse judiciaire de
le corps de la cousine d’Abdelha- son chargeur vide de toute muni- eux –, seuls trois éléments sont en l’enquête de flagrance datée du
10 GRANDS DESTINS DU XXe SIÈCLE mid Abaaoud, Hasna Aït Boulah-
cen, le visage contre le sol, as-
tion à bille est ensuite découvert.
Le feu de l’action a rarement
lien direct avec la confrontation du
RAID et de l’équipe d’Abaaoud.
14 décembre et dont Le Monde a
pris connaissance, il est indiqué
RACONTÉS PAR 0123 phyxiée et sans « aucune trace de
perforation ».
aussi bien porté son nom pour
une intervention policière menée « Laissez-moi sortir »
que « de violents échanges de tirs »
ont eu lieu « pendant près de deux
Aucune arme de guerre ne sera en France. Les précisions appor- « Plusieurs coups de feu éclataient, heures », précisant que « les mis en
retrouvée, contrairement à ce tées par un témoignage ainsi que provenant de l’appartement cible » cause » ont fait usage de « grena-
qu’avait pu laisser penser le récit plusieurs éléments de téléphonie alors que ses équipes tentaient des offensives » et « d’arme à feu ».
du patron du RAID. Le tir « nourri » avaient laissé entendre que des pour la deuxième fois de faire sau- Arme est au singulier. Un terme
évoqué par le RAID se heurte à une personnes – dont Abdelhamid ter la porte à l’aide d’explosifs, pré- qui convient aussi pour décrire
constatation imparable : seul un Abaoud – armées de kalachnikov cise-t-il sans indication chronolo- cet assaut. p
Browning semi-automatique a été et d’explosifs s’étaient réfugiées gique. Puis, « concomitamment stéphanie marteau,
retrouvé dans les décombres le dans un appartement à Saint-De- aux tirs nourris d’armes à feu des in- simon piel
20 novembre, sans chargeur mais nis. Hasna Aït Boulahcen avait dividus présents (…), plusieurs gre- et soren seelow
avec une munition. Sur le pistolet, ainsi confié que « des voisins vou- nades éclataient aux pieds des opé-
la police retrouve une empreinte laient sympathiser mais [qu’]ils rateurs présents dans la cage d’es-
d’Abdelhamid Abaaoud. C’est à ce n’ont pas voulu car ils préparaient calier sans que ces derniers puissent
jour la seule arme des terroristes leurs bombes, ils ne voulaient pas déterminer précisément la position
découverte. « Il est possible de tirer être dérangés ». Elle-même aurait des individus les ayant lancées.
sans chargeur, mais balle après dit avoir « joué avec la kalach ». Quelques instants après, des grena- - CESSATIONS DE GARANTIE
balle », explique un policier. De « C’est dans cet état d’esprit qu’ar- des, lancées depuis les étages ou le
toute évidence, le feu « nourri » n’a rive le RAID sur place », explique- toit de l’immeuble éclataient égale- LOI DU 2 JANVIER 1970 - DECRET
D’APPLICATION N° 72-678 DU 20
pas été aussi intense que relaté. t-on au ministère de l’intérieur ment dans la cour intérieure » JUILLET 1972 - ARTICLES 44
pour justifier ce déluge de feu. blessant cinq policiers, dont un QBE FRANCE, sis Cœur Défense – Tour A
– 110 esplanade du Général de Gaulle – 92931
« Ils préparaient leurs bombes » « D’un point de vue opérationnel, par balles. Jean-Michel Fauvergue LA DEFENSE CEDEX (RCS NANTERRE
L’essentiel des munitions ont en l’intervention est une réussite », mentionne un tir de sniper sur 414 108 708), succursale de QBE Insurance
(Europe) Limited, Plantation Place dont le siège
réalité été tirées par les policiers ajoute-t-on. « Le risque qu’un piège une personne « combative et déter- social est à 30 Fenchurch Street, London EC3M
d’élite. Dès le lendemain de l’as- ait été tendu aux policiers n’était minée » installée sur le toit. 3BD, fait savoir que, la garantie financière dont
bénéficiait la :
saut, la police judiciaire fait un pre- pas à exclure » : depuis l’enquête A la lecture de ce rapport, SARL LEADER IMMOBILIER
mier décompte des munitions sai- sur la cellule de Verviers, en Belgi- aucune réponse n’est apportée Le Bel Horizon 2 - 3 Rue Magali - 83120
SAINTE MAXIME - RCS : 423 925 965
sies. Ils recensent plus de que, on savait qu’Abdelhamid aux questions soulevées sur la depuis le 1er janvier 2004 pour ses activités de
1 500 étuis percutés et 4 étuis per- Abaaoud voulait s’en prendre aux stratégie d’opérer des « tirs de sa- : TRANSACTIONS SUR IMMEUBLES ET
FONDS DE COMMERCE cessera de porter
cutés de grenade, provenant « vrai- forces de l’ordre. Les membres du turation » pour empêcher un effet trois jours francs après publication du pré-
semblablement, selon les techni- commando s’apprêtaient par éventuel kamikaze d’approcher. sent avis. Les créances éventuelles se rapportant
à ces opérations devront être produites dans les
ciens du laboratoire central de la ailleurs à passer de nouveau à Aucune mention non plus des rai- trois mois de cette insertion à l’adresse de l’Éta-
préfecture de Paris, des tirs effec- l’acte à La Défense. Des craintes sons pour lesquelles les explosifs blissement garant sis Cœur Défense – Tour A
1 044 pages - 39,90 € - En vente en librairie – 110 esplanade du Général de Gaulle – 92931
tués par les effectifs de la police du confirmées par la découverte, disposés par le RAID sur la porte LA DEFENSE CEDEX. Il est précisé qu’il
RAID ». dans l’appartement, du sac de l’appartement n’ont pas fonc- s’agit de créances éventuelles et que le présent
avis ne préjuge en rien du paiement ou du non-
La fouille minutieuse des gravats d’Hasna dans lequel a été retrouvé tionné. Aucune précision sur les paiement des sommes dues et ne peut en aucune
s’avère fructueuse. Dans la cour de un bouton-poussoir noir entouré échanges que des hommes du façon mettre en cause la solvabilité ou l’hono-
rabilité de la SARL LEADER IMMOBILIER.
l’immeuble, les enquêteurs retrou- d’un ruban adhésif gris et des fils RAID ont eus avec Hasna Aït Bou-
vent un pied droit, ainsi qu’un électriques. lahcen lorsqu’elle a demandé à L’annonce parue dans le monde du 4
décembre 2015 concernant la SAS AGENCE
morceau de jambe appartenant Après avoir raconté à la presse deux reprises de pouvoir sortir. BETHAUSER, 349 avenue Charles Gantelme
sans doute à l’homme qui s’est fait cet assaut hors-norme, M. Fauver- « Elle a les deux mains apparentes 83200 TOULON est déclarée nulle et non
avenue.
exploser un peu plus tôt. La répli- gue a opté pour la concision dans à la fenêtre », dit un policier, avant
0123
JEUDI 24 DÉCEMBRE 2015 france | 11

« Je m’en doutais
mais je voulais
l’argent »
Des pièces du dossier permettent
de mieux cerner le rôle de Jawad
Bendaoud, hébergeur des terroristes

S
on apparition saugrenue, jours en prison. Sur la plus célè-
mercredi 18 novembre au bre, Abdelhamid Abaaoud, hilare,
petit matin, sur les écrans traîne des cadavres de soldats sy-
de télévision avait offert à riens à bord d’un pick-up. « Tout le
un pays en état de choc un pre- monde regardait des vidéos de lui
mier moment de catharsis. L’as- en prison, se défend-il. Vous croyez
saut mené par le RAID contre la que je lui aurais loué mon apparte-
planque d’Abdelhamid Abaaoud ment si je l’avais reconnu ? »
– le coordinateur présumé des at- Des échanges de SMS permet-
tentats du 13 novembre – dans un tent cependant de comprendre
immeuble délabré de Saint-Denis qu’il avait pu faire le lien entre ces
est retransmis en direct lorsque fugitifs et les attentats de Paris et
Jawad Bendaoud, propriétaire Saint-Denis. Le 17 novembre vers
autoproclamé de l’appartement, 22 h 30, ce marchand de sommeil,
apparaît spontanément devant qui loge des gens de passage – mi-
les caméras de BFM-TV à 7 h 20 : grants, proxénètes ou dealers –
« J’étais pas au courant que moyennant 50 euros, accueille en
c’était des terroristes, moi. (…) On personne Abdelhamid Abaaoud,
m’a demandé de rendre service, j’ai sa cousine Hasna Aït Boulahcen Capture d’écran de BFMTV montrant Jawad Bendaoud, à Saint-Denis, le 18 novembre. BFMTV / AFP
rendu service, Monsieur. On m’a et un troisième terroriste non
demandé d’héberger deux person- identifié dans le petit apparte-
nes pendant trois jours, j’ai rendu ment sans eau courante de la rue rue du Corbillon. « Je peux pas dor- exotique. Son ami David avait prison, en septembre 2015, Moha-
service tout simplement. Je ne sais du Corbillon. Le lendemain à mir avec toi, t’es malade. (…) Y m’a
A les entendre, tenté de s’interposer. Jawad Ben- med S. réclame son argent. Jawad
pas d’où ils viennent, on est au cou- l’aube, l’assaut du RAID réveille le dit tu restes avec moi, j’ai pas con- Jawad Bendaoud daoud s’était débattu. David était parle mal de sa mère. « Mouss » lui
rant de rien, Monsieur. Si je savais, quartier en sursaut. Jawad Ben- fiance moi. (…) Tu sais très bien ce mort d’un coup de lame dans la assène un coup de crosse de revol-
vous croyez que je les aurais hé- daoud reçoit deux textos de sa pe- qui se passe. » Elle ajoute ensuite
et Mohamed S. poitrine. ver. « Finalement, résume une note
bergés ? » tite amie : « Je m’en doutais pu- avoir regardé « Les Feux de ont été poussés Décrit par un ancien codétenu judiciaire, ils se réconciliaient et
L’homme n’a pas le temps de fi- tain », « Je te l’avais dit en plus, c’est l’amour ». « T’as compris quand je comme « radicalisé », Jawad Ben- trouvaient un arrangement : Mo-
nir sa plaidoirie qu’un policier chelou ». te dis Les Feux de l’amour ? » Moha-
par leur seule daoud se dit non pratiquant, attes- hamed S. livrait Jawad Bendaoud
l’embarque. Son interpellation en Jawad Bendaoud répond : « Tous med S. affirme n’avoir pas dé- vénalité et leur tant d’une consommation régu- en cocaïne que ce dernier transfor-
direct et l’incongruité de son té- les mecs de ma rue, hier, ils rigo- crypté ce message codé. lière d’alcool, de cannabis et de co- mait en crack avant de lui restituer
moignage en font immédiate- laient, ils m’ont dit t’es un OUF, tu A les entendre, Jawad Bendaoud
absence de sens caïne, et d’une vie sexuelle trépi- la moitié de ses gains. »
ment une star sur les réseaux so- ramènes des mecs de Belgique, et Mohamed S. ont été poussés par moral et civique dante. Il reconnaît cependant Cette petite entreprise narcoti-
ciaux. Un compte Twitter parodi- deux frères MUS. (…) Sur le coran de leur seule vénalité et leur absence avoir un jour laissé entendre qu’il que a servi de modèle à l’arrange-
que, « Logeur du Daesh », compte La Mecque c’est des terroristes, de sens moral et civique. Leur par- pourrait s’inspirer des meurtres ment qui a conduit les deux hom-
plus de 70 000 abonnés, une soi- nous on rigolait, bah on s’en bat les cours, entre délinquance multiré- Jawad Bendaoud, lui, a été con- de Mohamed Merah. « J’y ai peut- mes à héberger des terroristes rue
rée pyjama fictive organisée chez couilles, moi je les héberge. (…) Les cidiviste et tentation radicale, en damné en 2008 à huit ans de pri- être pensé en prison, mais une fois du Corbillon, un des principaux
lui rassemble 200 000 partici- mecs ils viennent de Belgique, ils me dit un peu plus sur leur personna- son pour avoir malencontreuse- sorti, tout est sorti de ma tête », as- points de deal de Saint-Denis. Se-
pants et d’innombrables vidéos demandent de quel côté on fait la lité. Les deux hommes, vendeurs ment tué un de ses meilleurs amis sure-t-il aujourd’hui. lon leurs dires, Mohamed S., l’in-
pullulent sur la Toile. Les Français prière, ils me disent on est fatigué, de drogue à Saint-Denis, se sont avec un couteau de boucher. La « Mouss » résume d’une formule termédiaire, aurait empoché
avaient besoin de se défouler on veut dormir, on a passé trois rencontrés lors d’un séjour en pri- scène s’est déroulée rue du Cor- le lien qui l’unit à Jawad Ben- 100 euros pour dépanner les terro-
après cinq jours d’angoisse et de jours de fils de pute, 150 euros pour son en 2011. Mohamed S., sur- billon, là même où ce petit dealer a daoud : « Je ne peux pas dire que ristes, Jawad Bendaoud, le logeur,
deuil ; avec Jawad Bendaoud, ils trois jours, pourquoi ils ont pas été nommé « Gros yeux » par ses amis hébergé les terroristes. Résolu à ré- c’est un ennemi, mais je lui ai déjà se contentant de 50 euros. A peine
tiennent leur bouffon. à l’hôtel ? (…) Vazy même moi j’ai et « Mouss » par ses clients, pur- gler à sa façon le vol du téléphone fait du mal. » Une sombre histoire le prix de trois grammes de coke à
trouvé ça suspect les mecs… » geait une de ses quinze condam- portable de sa mère, il avait me- de dette non remboursée derrière eux deux. p
Bêtise, appât du gain, idéologie Après avoir farouchement nié, nations pour vol avec arme et vio- nacé un certain Fouad à l’aide d’un les barreaux a scellé leur associa- emeline cazi
A l’issue de sa garde à vue, Jawad Bendaoud finit par admet- lences volontaires. hachoir volé à l’étal d’un magasin tion. A leur sortie concomitante de et soren seelow
l’homme de 29 ans est mis en exa- tre devant les enquêteurs avoir fait
men pour association de malfai- le lien avec les terroristes en cavale.
teurs criminelle en relation avec « J’ai douté, il y avait un truc pas
une entreprise terroriste. Moha- clair, mais je ne vais pas prendre
med S., une de ses relations de vingt ans pour ça, (…) je m’en dou-
quartier, 25 ans, soupçonné tais, mais je voulais l’argent. » A l’en
d’avoir servi d’intermédiaire en- croire, l’appât du gain semble avoir
tre Hasna Aït Boulahcen – en été son unique mobile.
quête d’une planque pour son Deux éléments intriguent pour-
cousin Abdelhamid Abaaoud – et tant les policiers. Le 3 novembre,
Jawad Bendaoud, est mis en exa- Jawad Bendaoud reçoit un appel
men du même chef. d’un numéro belge. Or ce numéro
Malgré les dénégations des a appelé le 14 novembre un autre K 0?EB<?21 426.:@?70 16B:?0, 9:8:0?@ J ;E=:11E70 ?7 0E70 3/? K 0?EB<?21 E11/2E7B? J *
deux hommes, la justice dispose numéro belge, à ce jour non attri- K 9:.?24669 .:B062:E >2:?7@9, 16B:?0, 9:8:0?@ J 760:>:BE0:67 ?7 .?20/ @/ 4E2E=2E4<? D @? 9)E77?-?
d’éléments suffisamment trou- bué, qui avait borné la veille – soir +A @? 9E 96: @? +##A 1/2 9?1 K >2:?7@9, 16B:?0:?1 J ;16B:M0M1 @? 1?B6/21 8/0/?9*
blants pour les suspecter d’avoir des attentats – au Stade de France,
« sciemment hébergé des person- dans le 11e arrondissement de Pa- #KV KJCRmY[CRJK VDC DRTKRmfV H[E N[ HEfDVKCV HJAE RKWRFAVE FA8AKV WVL[KWV [ fCf WfHJDfV [AHEkD WV N[ a 'EAWVKCR[N &VTAN[CRJK 6ACSJERC=
nes en cavale », selon des pièces ris, et dans le 18e arrondissement, à j 96ACJERCf WV &fTAN[CRJK 'EAWVKCRVNNV< 9YR7[HEkD a 42E j< H[E N[ a $V[YSVED 'EJ@RWVKC %JYRVC= +RLRCVW j 9YR7[HEkD a 0$(&"$HG j<] RLL[CERYANfV
du dossier que Le Monde a pu con- des heures correspondant au par- DJAD NV KALfEJ ^.40] WJKC NV DRkTV DJYR[N VDC DRD ` $ERKTS[L -JADV] !VDDV> 0RVNWD] 2V[KDNVRTS &J[W] 5JAEKVLJACS] 2JEDVC 5-. .2$] HJAE
sulter. Ces documents permet- cours funeste des terroristes. YJKmEL[CRJK H[E N[ '&6] VK @VECA WV N8[ECRYNV O; WV N[ +JR WV XMM4 DAE NVD a 0ERVKWN= %JYRVCRVD j] WV N[ HEJHJDRCRJK WV CE[KDUVEC WV CJAD NVD
tent surtout de mieux cerner leur Autre détail troublant : le télé- VKT[TVLVKCD WV $V[YSVED ` N[ a +R@VEHJJN "RYCJER[ 0ERVKWN= %JYRVC= +RLRCVW j] RLL[CERYANfV DJAD NV KALfEJ ;X3(++] WJKC NV DRkTV DJYR[N VDC
degré de complicité avec les phone de Mohamed S. a borné DRD ` 3JAKC= /[CVD] 5JAEKVLJACS] 2JEDVC 5-X 4)0_
auteurs des attentats du 13 no- dans la nuit du 13 au 14 novembre
vembre, fruit d’un obscur mé- allée Vauban, à Châtillon, au +[ W[CV HEf@AV W8VKCEfV VK @RTAVAE WA CE[KDUVEC VDC NV XVE [@ERN 4BX;_
lange de bêtise, d’appât du gain, même moment que celui de Salah #K E[HHJEC W8[YCA[REV RKWfHVKW[KC DAE NVD LJW[NRCfD WV N[ HEJHJDRCRJK WV CE[KDUVEC [ fCf Ef[NRDf VC VDC WRDHJKRZNV HJAE WVD ZVDJRKD WV
d’amitiés de quartier et de sympa- Abdeslam, un des terroristes en ca- YJKDANC[CRJK W[KD NVD ZAEV[A> WV $V[YSVED] $ERKTS[L -JADV] !VDDV> 0RVNWD] 2V[KDNVRTS &J[W] 5JAEKVLJACS] 2JEDVC 5-. .2$ HVKW[KC
thie idéologique. vale. Il affirme ne pas le connaître. AK WfN[R W8[A LJRKD 4X QJAED DAR@[KC N[ W[CV WV HEVLRkEV HAZNRY[CRJK WV N[ HEfDVKCV KJCRmY[CRJK_ ,N VDC HJDDRZNV WV WVL[KWVE WVD YJHRVD
Rien ne permet d’affirmer que Les enquêteurs n’ont encore tiré WA E[HHJEC VK fYER@[KC ` $V[YSVED JA VK [HHVN[KC N[ +RTKV W8[DDRDC[KYV [A> *VLZEVD [A I\\ 9B< OBB .^X 4\^;_ 3V E[HHJEC VDC fT[NVLVKC
Jawad Bendaoud avait reconnu aucune conclusion de ces recoupe- WRDHJKRZNV VK NRTKV ` N8[WEVDDV ???_CV[YSVED[DDAE[KYV_YJ_AP_
Abdelhamid Abaaoud, l’homme ments.
le plus recherché de France, au Plusieurs échanges de SMS entre $JACV H[ECRV YJKYVEKfV VDC VK WEJRC WV U[REV WVD WfYN[E[CRJKD fYERCVD VC:JA WV KJCRmVE DJK RKCVKCRJK WV U[REV WVD WfYN[E[CRJKD @VEZ[NVD ` N[
moment de lui louer l’apparte- Hasna Aït Boulahcen et Mohamed '&6 VA fT[EW ` YVCCV WVL[KWV_ 3JKUJELfLVKC [A H[E[TE[HSV ;94<9Z< WV N86KKV>V X4 WV N[ +JR WV XMM4 DAE NVD a 0ERVKWN= %JYRVCRVD j] N[ '&6 [
ment. Le logeur admet pourtant S. conduisent en revanche les ju- WfYRWf FAV CJACVD WfYN[E[CRJKD fYERCVD JA KJCRmY[CRJKD WV N8RKCVKCRJK W8AKV HVEDJKKV WV U[REV WVD WfYN[E[CRJKD @VEZ[NVD WJR@VKC bCEV EVlAVD
H[E N[ '&6 [@[KC NV XVE Uf@ERVE 4BX;_
avoir regardé des vidéos du djiha- ges à suspecter Mohamed S. d’être,
diste belge durant l’un de ses sé- des deux hommes, celui qui était 1K Y[D WV KJCRmY[CRJK WV WfYN[E[CRJKD @VEZ[NVD] YVD WVEKRkEVD DVEJKC VKCVKWAVD H[E N[ '&6 NV X. Uf@ERVE 4BX; ` N8[WEVDDV a 'EAWVKCR[N &VTAN[7
le plus susceptible de connaître le CRJK 6ACSJERC=] 4B *JJET[CV] +JKWJK 134& ;26 j_
pedigree des fugitifs. Le 17 novem-
bre, la cousine d’Abaaoud lui écrit +VD WfYN[E[CRJKD fYERCVD JA NVD KJCRmY[CRJKD W8RKCVKCRJK WV U[REV WVD WfYN[E[CRJKD @VEZ[NVD WJR@VKC bCEV [WEVDDfVD ` a $SV ,KDAE[KYV 2R@RDRJK]
« Tous les mecs pour le remercier d’avoir trouvé 'EAWVKCR[N &VTAN[CRJK 6ACSJERC=] 4B *JJET[CV] +JKWJK 134& ;26 j JA H[E YJAEERVE fNVYCEJKRFAV ` HJECUJNRJCE[KDUVEDGZ[KPJUVKTN[KW_YJ_AP
de ma rue un logement : « Toute la cité m’a 9W[KD NVD WVA> Y[D ` N8[CCVKCRJK WV *JKDRVAE *_ 3JKNJK< [A HNAD C[EW NV XVE Uf@ERVE 4BX;_ ,N DVE[RC ACRNV W8RKWRFAVE N[ K[CAEV WV CJACVD HEJHJDR7
appelé. (…) Ils ont vu à la télé, ils CRJKD WV WfYN[E[CRJKD @VEZ[NVD VK VK@J=[KC N[ KJCRmY[CRJK_
ils rigolaient, ils m’ont appelé tous (…) Aujourd’hui,
@(F$ C A+ %L&$!'H$ AI+5
m’ont dit t’es ouf. ce que tu as fait, la vie de ma mère,
tu es un bon. »
Sur le Coran de Quelques heures plus tard,
'AZNRf H[E NV YJLRCf WV WREVYCRJK WV N[ a $V[YSVED 'EJ@RWVKC %JYRVC= +RLRCVW j
'AZNRf H[E NV 3JKDVRN W8[WLRKRDCE[CRJK WV N[ a +R@VEHJJN "RYCJER[ 0ERVKWN= %JYRVC= +RLRCVW j
La Mecque, c’est Hasna Aït Boulahcen évoque avec
Mohamed S. le « taxi » qui doit les
des terroristes » conduire tous les « trois » – elle,
JAWAD BENDAOUD Abaaoud et le terroriste non iden-
le logeur tifié – jusqu’à l’appartement de la
12 | économie & entreprise 0123
JEUDI 24 DÉCEMBRE 2015

Un repreneur anglais pour l’acier d’Hayange


L’indien Tata Steel négocie la vente de neuf usines européennes, dont celle de Lorraine, au fonds Greybull Capital

E
st­ce « un nouveau drame
industriel » qui se profile,
Greybull investit
comme le redoute Fa­ dans une
bien Engelmann, le
maire Front national d’Hayange ?
industrie
Ou au contraire la promesse, en­ Dans l’usine en pleine crise,
fin, d’un avenir pour les salariés de Tata Steel
de la sidérurgie en Lorraine et en à Hayange
alors que
Grande­Bretagne, ainsi que veu­ (Moselle), en le secteur se bat
lent le croire les syndicalistes con­ septembre 2011.
cernés ? JEAN-CHRISTOPHE
pour sa survie
En pleine crise de la sidérurgie, VERHAEGEN/AFP
alors que le secteur se bat pour sa
survie, un petit fonds britanni­ batte sur un autre repreneur de
que, Greybull Capital, a décidé piètre qualité, ou ne démantèle
d’investir dans cette industrie en ses activités pour les vendre site
déroute. Il a signé un accord de par site. « Ce qui nous rassure, c’est
principe pour reprendre neuf usi­ que Greybull doit reprendre la to-
nes européennes de Tata Steel, talité des installations, explique
qui perdent globalement de l’ar­ M. Zabot. A Hayange, notre usine
gent. L’industriel indien y em­ de rails sera donc toujours appro-
ploie actuellement 4 700 per­ visionnée en acier par l’aciérie an-
sonnes pour fabriquer des pro­ glaise de Scunthorpe. »
duits longs en acier, comme les Deuxième point positif, Grey-
poutrelles ou les rails de chemin bull Capital n’a pas une réputa-
de fer. Si les négociations dévoi­ tion de vautour. Ce fonds très dis-
lées mardi 22 décembre aboutis­ cret a été créé en 2008 par deux
sent, Greybull en deviendra pro­ anciens banquiers d’affaires, Ri-
priétaire d’ici à deux mois, pour chard Perlhagen et Nathaniel
un prix encore tenu secret, mais Meyohas, associés au frère de ce-
sans doute très faible. lui-ci, Marc Meyohas. Il est sorti
de l’ombre ces derniers mois, à la
L’Etat a son mot à dire faveur de quelques opérations de
Parmi ces neuf sites, un se trouve taille importante.
en France et demeure, lui, tout à Spécialisé dans la reprise d’en-
fait rentable : Hayange, en Mo- treprises en difficulté, Greybull a
selle, à portée de fusil de l’aciérie notamment mis la main sur les
ArcelorMittal de Florange. C’est magasins Morrisons, la petite
l’un des plus grands et des plus compagnie aérienne Monarch, et
anciens laminoirs de l’Hexagone. Arc Specialist Engineering, une
Créé en 1892 par la famille Wen- société industrielle de Birmin-
del, il est passé entre les mains gham. « Ce sont des gens dynami-
d’Usinor, de Corus, avant d’être Rail. « stratégiques » par Bercy depuis renchéri Roy Rickhuss, secrétaire res (2,2 milliards d’euros) attendu ques et assez francophiles, assure
repris par la famille Tata en 2007. Pour M. Engelmann, l’ancien le renforcement, en mai 2014, général du syndicat de sidérurgis- cette année, elle pourrait perdre M. Glas. Ils ne sont pas là pour faire
Contrairement au reste du syndicaliste CGT devenu maire d’un décret soumettant à autori- tes Community. A Hayange 100 millions de livres. un aller-retour rapide. Ils injectent
groupe, cette usine de 450 per- FN d’Hayange en mars 2014, la sation certains investissements même, Grégory Zabot, secrétaire En octobre 2014, Tata avait con- des fonds pour remettre les entre-
sonnes tourne à plein. Elle pro- cession annoncée mardi est « une étrangers. Si bien que Emmanuel CFDT du comité d’entreprise, ne clu un premier accord pour ven- prises à niveau, et donnent un
duit de longs rails pour les trains, nouvelle très inquiétante pour le Macron, ministre de l’économie se montre pas particulièrement dre l’ensemble à Gary Klesch, l’un coup de main pour atteindre les ré-
les métros et les tramways du maintien de l’emploi et des activi- et de l’industrie, peut bloquer la anxieux. des hommes d’affaires les plus sultats espérés. »
monde entier. Elle vient tés de cette usine en Moselle ». vente d’un fournisseur de la SNCF En réalité, l’opération envisagée douteux de l’industrie euro- Peuvent-ils réussir là une mis-
d’ailleurs de renouveler pour Dans un communiqué cosigné comme Hayange. paraît plutôt de nature à calmer péenne. Celui-ci a finalement jeté sion jugée impossible par
cinq ans le contrat avec la SNCF, par le numéro deux du parti, Flo- Mais au lieu de s’alarmer, les re- les inquiétudes. Depuis plus d’un l’éponge en août, jugeant impos- M. Klesch ? « Ils vont sans doute
qui assure un gros tiers de son rian Philippot, il appelle l’Etat à présentants du personnel se di- an, Tata Steel cherche un acqué- sible de redresser une industrie faire le tri dans les usines, et durcir
chiffre d’affaires. « Il s’agit de pro- intervenir immédiatement sent plutôt satisfaits. « C’est une reur pour ses produits longs en victime d’une « hémorragie mor- le plan de restructuration de
duits à forte valeur ajoutée et qui « pour éviter qu’une nouvelle usine bonne nouvelle avant Noël », s’est Europe. Une branche en difficulté, telle ». Le groupe Tata a alors lancé Tata », anticipe un salarié lorrain.
sont difficiles à faire voyager, si ne tombe entre les mains d’un réjoui Harish Patel, du syndicat en raison notamment de la con- lui-même une première restruc- Si Hayange, bénéficiaire, n’a pas
bien que nous subissons moins fonds de pension prédateur ». britannique Unite. « Nous saluons currence féroce des produits chi- turation, comportant la suppres- trop à craindre, certains sites bri-
que d’autres la concurrence chi- L’Etat a son mot à dire. Le trans- l’intérêt manifesté par Greybull nois et de la guerre des prix qu’elle sion de 1 200 postes. tanniques risquent de souffrir da-
noise », explique Gérard Glas, le port ferroviaire fait partie des ac- pour assurer un avenir aux pro- provoque. Sur environ 1,6 milliard Depuis, le personnel craignait vantage. p
président de Tata Steel France tivités considérées comme duits longs en dehors de Tata », a de livres sterling de chiffre d’affai- que l’industriel indien ne se ra- denis cosnard

0123 et

vous invitent au colloque

VIVRE FACE AU RISQUE DJIHADISTE


Le jeudi 7 janvier 2016 à 8 h 30 au studio 104 de la Maison de la Radio

Vivre face au risque djihadiste


Un an après Charlie et huit semaines après les attentats de Paris, France Info et Le Monde
vous proposent une matinée de débats, de témoignages et d’échanges
COLLOQUE avec les meilleurs spécialistes.

Trois tables rondes animées par Vincent Giret, journaliste au Monde,


et Olivier de Lagarde, journaliste à France Info
Terrorisme, une guerre de 30 ans ?
Avec Jean-Pierre Filiu, Cynthia Fleury, Alain Frachon, Nabil Mouline et Sophie Parmentier
La société française face à la menace
Avec Céline Berthon, Marie-Christine Culioli, Tareq Oubrou et Guillaume Pépy
Les médias face au terrorisme
Avec Laurent Guimier et Jérôme Fenoglio

Entrée 5€, au profit de l’Association française des Victimes du Terrorisme


Réservation impérative sur maisondelaradio.fr/vivre-face-au-risque-djihadiste
0123
JEUDI 24 DÉCEMBRE 2015 économie & entreprise | 13

La Silicon Valley boude la Bourse


Abreuvées de capitaux privés, les start-up se sont tenues à l’écart des marchés en 2015

privés leur permet d’aller plus vite kRock, T. Rowe Price ou Fidelity. sées à plus d’un milliard de dollars. ment », estime Mme Kelley, qui at-
san francisco - correspondance « C’est l’un pour générer un avantage compéti- Des investisseurs étrangers ont De quoi « accentuer l’écart entre les tend cependant quelques opéra-

D
ans la Silicon Valley, des secteurs qui tif face à leurs concurrents. » également émergé : des fonds sou- marchés publics et privés », assure tions importantes au premier se-
nombreux étaient L’afflux de capitaux privés est en verains, à l’image de celui de Singa- Mme Kelley. En outre, les sociétés mestre. Mardi, la société Nutanix a
ceux qui anticipaient
offrent les plus partie alimenté par la politique à pour, qui avait investi dans Square, high-tech ont tendance à retarder officialisé son intention d’entrer
une année historique mauvais retours bas taux de la Réserve fédérale et de grandes sociétés Internet, no- au maximum leur IPO. Elles sou- en Bourse en début d’année.
en termes d’introductions en américaine, qui commence seule- tamment chinoises (Alibaba, haitent éviter un processus long et « Cela ne peut pas être pire
Bourse (IPO) pour les sociétés
pour les ment à amorcer une remontée des Baidu, Tencent). Pour s’implanter, coûteux, des contraintes régle- qu’en 2015, résume Anand Sanwal,
technologiques. Les noms d’Uber, investisseurs » taux. « Depuis cinq ou sept ans, les ils acceptent des valorisations plus mentaires et la pression des inves- directeur du cabinet CB Insights.
Airbnb, Snapchat, ou encore Dro­ capitaux se dirigent vers des caté- élevées que les traditionnels fonds tisseurs. Selon la National Venture Certaines sociétés pourraient être
KATHLEEN SMITH
pbox, étaient régulièrement cités. gories d’investissements, comme le de capital-risque, les fameux ven- Capital Association, le délai entre forcées à entrer en Bourse car la fe-
Renaissance Capital
Mais 2015 n’aura finalement pas capital-risque », résume Stewart ture capitalists. la première levée de fonds et l’in- nêtre du financement privé pour-
été à la hauteur des espérances. Butterfield, le patron de la start-up « Les chèques sont ainsi devenus troduction en Bourse est passé de rait se refermer. » Kathleen Smith,
Selon les décomptes effectués de messagerie collaborative Slack. plus gros, et les valorisations ont quatre à huit ans depuis 2000. de Renaissance Capital, anticipe
par Dealogic, seulement 28 entre- technologiques souffrent en De nouveaux acteurs ont injecté grimpé », poursuit M. Butterfield. Pour 2016, les attentes des obser- ainsi de nouvelles opérations
prises high-tech ont fait leurs dé- Bourse, à l’image de Twitter. Le ti- de l’argent dans les start-up, no- Ce phénomène s’est matérialisé vateurs demeurent limitées. « La « discount ». Mais ni Uber ni Air-
buts sur les marchés américains. tre du réseau de microblogging tamment de grands fonds d’inves- par la multiplication des « licor- source de liquidités abondantes ne bnb ne devraient franchir le pas. p
Non seulement cela représente s’échange à son plus bas niveau. tissements américains, tels Blac- nes », ces jeunes pousses valori- devrait pas s’assécher rapide- jérôme marin
une forte baisse par rapport aux Pour les investisseurs de Wall
62 opérations de 2014, mais il Street, les valorisations des entre-
s’agit du plus mauvais total depuis
2009, année de crise financière in-
prises de la Silicon Valley ne se jus-
tifient plus. « Ils sont beaucoup
Magic Leap, la mystérieuse start-up à 3,7 milliards de dollars
ternationale. Au cours de l’été, près plus méfiants avec ces sociétés, par-
trois mois se sont écoulés sans la ticulièrement lorsqu’elles ne sont quatre ans après sa création, Magic Leap connue. Ces dernières semaines, la presse miniature. Il s’agirait d’une version bien
moindre introduction. Cela ne toujours pas rentables, poursuit cultive toujours le secret. La jeune entre- américaine faisait cependant état de discus- plus sophistiquée des Google Glass, l’un des
s’était plus produit depuis six ans. Mme Smith. Ils exigent désormais prise américaine n’a jamais présenté le sions avancées avec Alibaba, le géant chi- échecs les plus marquants du géant de
Cette année médiocre s’explique une décote. » Ainsi, la société de moindre produit ou prototype. Pourtant, nois du commerce en ligne. Mountain View.
d’abord par les mauvaises perfor- paiements mobiles Square et le les investisseurs affluent. Dans des docu- S’ils s’expriment rarement, les responsa-
mances des IPO technologiques. spécialiste du cloud computing ments financiers déposés auprès des auto- Grandes ambitions bles de Magic Leap ne manquent pas d’am-
« C’est l’un des secteurs qui offrent Box ont dû effectuer leur IPO à rités du Delaware, elle indique être sur le Magic Leap travaille sur la réalité augmen- bitions. « Nous nous préparons à livrer des
les plus mauvais retours pour les in- prix cassé. point de boucler une levée de fonds de tée, c’est-à-dire sur l’affichage d’holo- millions d’appareils », assurait, en novem-
vestisseurs », note Kathleen Smith, 827 millions de dollars (756 millions grammes se superposant au monde réel. La bre, Rony Abovitz, son patron, au cours
de la firme Renaissance Capital. Taux bas de la Fed d’euros), la valorisant à hauteur de 3,7 mil- mystérieuse start-up s’est pour le moment d’une conférence organisée par le Wall
Exemple : l’action de Pure Storage, D’autres entreprises ont préféré liards de dollars. contentée de quelques vidéos de concept. Street Journal, sans toutefois préciser la fe-
spécialisée dans le stockage de repousser l’échéance. Elles peu- La somme est conséquente pour une so- Mais seul son dernier clip a été certifié sans nêtre de lancement.
données, a clôturé, mardi 22 dé- vent se le permettre car elles n’ont ciété qui reste en phase de recherche et de trucages. On y voit un hologramme repré- Selon M. Abovitz, le système permettra de
cembre, à 16,16 dollars (14,8 euros), aucun mal à lever des fonds sur les développement. Et elle s’ajoute aux sentant notre système solaire. En se dépla- « retrouver des relations humaines norma-
contre un prix d’introduction de marchés des capitaux privés. « La 542 millions de dollars déjà récoltés en 2014 çant, l’utilisateur peut se balader autour du les ». « Votre vie numérique n’aura plus à
17 dollars. Et celle d’Etsy, plate- baisse des introductions en Bourse auprès de Google – Sundar Pichai, le direc- Soleil et des planètes. prendre le pas sur l’ensemble de votre
forme de commerce en ligne, à illustre un changement structurel, teur général du moteur de recherche, siège Peu de détails filtrent sur la technologie monde », veut-il croire. « Les possibilités de
8,78 dollars, contre un prix d’intro- estime Jackie Kelley, du cabinet EY. depuis à son conseil d’administration – et développée par Magic Leap. Des brevets dé- Magic Leap sont illimitées », renchérit Rio
duction de 16 dollars. Les sociétés disposent aujourd’hui des prestigieux fonds de capital-risque Klei- posés auprès des autorités fournissent de Caraeff, directeur des contenus. A défaut de
Au-delà des nouveaux arrivants, d’un large éventail pour lever de ner Perkins et Andreessen Horowitz. L’iden- minces indices : le système reposerait sur limites, reste à leur donner des contours. p
la grande majorité des valeurs l’argent. Le recours aux capitaux tité des nouveaux investisseurs n’est pas une paire de lunettes équipée d’une caméra jé. m. (san francisco, correspondance)

L’HISTOIRE DU JOUR CON J ON CT U R E


Le pouvoir d’achat
Sumner Redstone, le « fantôme
"(& %',+)(&
des Français a rebondi
au troisième trimestre
vivant » de Beverly Hills Le pouvoir d’achat des ména-
ges français a augmenté de
0,9 % au troisième trimestre,
après avoir reculé de 0,3 % au
$(+),+*(&
L a vieillesse est un naufrage, même au sommet de la réus-
site. L’exceptionnel destin de Sumner Redstone, 92 ans et
toujours patron de Viacom, s’achève dans le déballage le
plus sordide et fait les délices du Tout-Hollywood. Avec tous les
ingrédients d’une bonne série télé : l’argent, le sexe et le pouvoir.
deuxième, selon les chiffres
publiés par l’Insee mercredi
23 décembre. La consomma-
tion a, elle, reculé de 1,1 % en
novembre, sa plus forte baisse )# !-*-+,$
Le 25 novembre, Manuela Herzer, l’ex-petite amie du plus célèbre depuis janvier 2014. La météo
magnat américain des médias, a déposé plainte devant la Cour de clémente a provoqué une
justice de l’Etat de Californie pour demander le droit de s’occuper baisse de la consommation
de la santé déclinante de Sumner. Le 21 décembre, le juge a décidé d’énergie (– 5,6 %) et des dé-
de repousser à janvier l’audition des médecins du nonagénaire. penses d’habillement (– 4,7 %).
Après avoir hérité en 1967 de la petite chaîne de salles de ci-
néma fondée par son père, Sumner Redstone l’a progressive- PHAR MAC I E
ment transformée en géant des médias grâce à l’acquisition suc- Feu vert aux Philippines
cessive du producteur de chaînes de télévision Viacom (MTV, pour le vaccin contre
Nickelodeon…), du studio de cinéma Paramount, puis du réseau la dengue de Sanofi
national CBS. Un empire valorisé aujourd’hui plus de 40 mil- Dengvaxia, le vaccin de Sanofi
liards de dollars (36 milliards d’euros) et dont il possède 80 % des contre la dengue – le premier
droits de vote. Sa fortune personnelle est évaluée à plus de 7 mil- pour cette « grippe tropicale »
liards de dollars. Voilà pour l’argent. parfois mortelle – a été auto-
Le sexe a accompagné la gloire. Avec risé aux Philippines mardi
LE MAGNAT son éternelle mèche teinte en blond 22 décembre, moins de deux ##&
et sa démarche hésitante, le milliar- semaines après un premier
AMÉRICAIN
DES MÉDIAS S’ÉTAIT
daire, grièvement blessé lors d’un in-
cendie, s’est découvert sur le tard une
feu vert au Mexique.
$"%'!
vocation d’homme à femmes. I N T ER N ET
DÉCOUVERT SUR LE A 76 ans, il a divorcé de sa première La justice néo-zélandaise
épouse, s’est remarié trois ans plus favorable à l’extradition
TARD UNE VOCATION tard avec une jeunesse de trente- de Kim Dotcom
D’HOMME À FEMMES neuf ans sa cadette, avant de divorcer
à nouveau alors qu’il avait 85 ans. Il se
Un juge de Nouvelle-Zélande,
a estimé, mercredi 23 décem-
met alors en couple avec Manuela He- bre, que Kim Dotcom, le fon-
rzer, 50 ans, avant de lui préférer Sydney Holland, 40 ans. The dateur de Megaupload.com,
Hollywood Reporter, la bible du quartier le plus célèbre de pouvait être extradé vers les
Los Angeles, a fait des gorges chaudes de ses aventures avec une Etats-Unis, où il est accusé de
jeune chanteuse dont il a imposé l’éphémère groupe de rock fé- fraude, de blanchiment d’ar-
minin, The Electric Barbarellas, sur sa chaîne musicale MTV. gent et de racket. L’Allemand
En mai, pour ses 92 ans, le vieil homme était apparu pour la a fait appel. – (AFP.)
dernière fois fermement soutenu par Manuela et Sydney. Mais,
en octobre, la première fut exclue à la fois de la résidence de Be- AU TOMOBI LE
verly Hills et du testament qui faisait d’elle et de Sydney les cu- Acquisition allemande
rateurs de Sumner, responsables de sa santé. A leur place, c’est pour Valeo
Philippe Dauman – directeur général de Viacom et homme de L’équipementier automobile
confiance du magnat – qui fut désigné. français Valeo a annoncé,
Depuis, verrouillage complet. Officiellement, M. Redstone mercredi 23 décembre, avoir
garde bon pied bon œil, même s’il ne s’exprime plus de manière conclu un accord avec le
intelligible. Ce n’est pas l’avis de Manuela, qui le qualifie avec fonds Deutsche Beteiligungs
moult détails de « fantôme vivant » incapable de bouger et de- AG pour lui racheter la société
mandant des soins constants. Les investisseurs s’inquiètent et Spheros, spécialisée dans les
demandent une contre-expertise. Quelle qu’en soit l’issue, la
fin du mélodrame est proche et il y a peu de chances qu’il se ter-
mine bien pour l’intrépide Sumner, qui avait proclamé un jour
systèmes d’air conditionné
pour autobus et qui emploie
1 100 salariés pour un chiffre
,- $"-'" #0( %&.+&)#*!&/
qu’il ne mourrait jamais. p d’affaires annuel d’environ
philippe escande 250 millions d’euros.
14 | enquête 0123
JEUDI 24 DÉCEMBRE 2015

Les liens
du sang
Les attentats de Paris du 13 novembre ont mis
au jour les relations étroites tissées entre les
réseaux djihadistes belges et français. Des
documents inédits consultés par « Le Monde »
ont permis de reconstituer l’histoire de ces
cellules islamistes déjà impliquées dans
l’assassinat du commandant Massoud en 2001

mosquée. Dans le cas des dernières tueries


élise vincent
parisiennes, certains liens ont été noués di-

Q
rectement dans les katibas francophones de
ui se souvient du 9 septem­ l’organisation Etat islamique (EI) en Syrie.
bre 2001 ? De ce dimanche Mais la capitale belge, on l’oublie souvent, est
sans promesse, à Khwadja aussi une base de repli pour toute une dias-
Bahauddin, bourgade pous- pora maghrébine naturalisée française. A Mo-
siéreuse de la province du lenbeek, cette commune de Bruxelles, beau-
Takhar, dans le nord-est de coup estiment trouver de quoi conjurer ce qui
l’Afghanistan ? Septembre les déclasse à Paris : un logement central, plu-
traîne encore la chaleur de l’été. Le comman- sieurs stations de métro à proximité, des faci-
dant Massoud accorde ce jour-là, sans trop y lités pour racheter des fonds de commerce, et
prêter attention, un entretien à deux journa- surtout, des lieux de culte en accord avec leur
listes qui le harcèlent depuis des semaines. conservatisme religieux. À MOLENBEEK,
D’ordinaire, le « Lion du Panchir » est d’une
prudence farouche. Pour approcher son
Les affinités ont d’autres ressorts à Molen-
beek : on est musulman pratiquant ou on ne
BEAUCOUP
grand front toujours suspicieux, il faut s’as- l’est pas. La nationalité est moins affaire de ESTIMENT TROUVER
treindre à un minutieux protocole de sécu- cœur que de papiers. Et à l’évidence « il y a une
rité. L’amateurisme des prétendus reporters communauté de langue et de territoire », DE QUOI CONJURER
saute aux yeux. Mais trop tard : alors que le pointe un haut responsable français de l’anti-
principal opposant au régime des talibans, af- terrorisme. Un ancien fonctionnaire se sou- CE QUI
fidés d’Al-Qaida, est en train de répondre aux vient, lui, de ce « briefing sécurité » qui l’avait LES DÉCLASSE
premières questions, c’est l’explosion. Mas- surpris, en arrivant en poste, à Bruxelles, il y a
soud meurt le temps de son évacuation. Le quelques années : « On m’avait sèchement ex- À PARIS
monde chavire deux jours plus tard, avec les pliqué : “1/Vous êtes ici dans la banlieue de Pa-
attentats du 11-Septembre. ris et 2/Bruxelles est la capitale d’Al-Qaida en
Un réseau a aidé en coulisse à réaliser cet as- Europe”. »
sassinat hors norme. Il est étranger aux mon- Les anciens « islamistes » belges et français
tagnes rudes d’Afghanistan. Ses ports d’atta- devenus « djihadistes » forment un « petit mi-
che sont bien plus à l’ouest, à des milliers de lieu qui emploie les mêmes recettes et les mê-
kilomètres. A cheval entre la France et la Belgi- mes personnes », pointe une source proche naire à la longue barbe blanche fait son appa- plus meurtrier jamais commis sur le sol euro-
que. Déjà. Tout ce qui permettra au com- des services de renseignements. Le 9 septem- rition : le cheikh Bassam Ayachi. Ce Franco-Sy- péen. Derrière ces deux attaques est mise au
mando des attentats du 13 novembre de voir bre 2001 n’a été qu’un début. Les projets d’at- rien, autrefois restaurateur à Aix-en-Provence jour une organisation jusque-là inconnue du
le jour est là, en germe, en ce début des années tentats fomentés entre France et Belgique (Bouches-du-Rhône), a ouvert à Molenbeek, à grand public, le Groupe islamique combat-
2000. Les deux faux journalistes kamikazes vont désormais viser l’Europe. Et ils ne s’arrê- la fin des années 1990, un centre culturel très tant marocain (GICM).
sont des résidents belges d’origine tuni- teront plus. controversé : le Centre islamique belge (CIB). Constitué d’anciens combattants d’Afgha-
sienne. Ils s’appellent Dahmane Abd El-Sattar Deux jours seulement après le 11-Septem- Une petite association accusée d’avoir incité nistan, le GICM a des cellules au Maroc, en Ita-
et Bouraoui El-Ouaer, ont 39 et 31 ans. Ils ont bre, un ancien footballeur professionnel est au djihad, des années durant, tout ce que lie, en Grande-Bretagne, au Canada. Mais les
réussi à voyager jusqu’en Afghanistan grâce à ainsi interpellé, en Belgique, pour avoir pris compte le milieu radical franco-belge. Afgha- plus actives sont de loin celles basées en
de faux passeports dérobés aux autorités bel- part au trafic de faux papiers ayant conduit à nistan, Irak, Syrie : les destinations ont seule- France et en Belgique. Les enquêteurs vont
ges. Parmi les petites mains astucieuses qui l’assassinat de Massoud. Il est belge et s’ap- ment changé au gré des crispations interna- établir de nombreux liens entre les membres
ont réussi à les leur procurer, trois Français, pelle Nizar Trabelsi. Mais s’il est arrêté, c’est tionales. de ce vaste réseau. A l’époque, le GICM illustre
dont le plus connu, Adel Tebourski, a depuis surtout parce qu’il a, déjà, un autre projet d’at- L’un des coups d’éclat de Bassam Ayachi, ri- la stratégie d’Al-Qaida qui a entrepris de cons-
été expulsé en Tunisie, et déchu de sa natio- tentat contre la base militaire américaine de goriste de la première heure, est une lettre pu- tituer un empire pyramidal. Mais la responsa-
nalité française. La caméra piégée qui a tué Kleine Brogel, dans le nord-est de la Belgique. bliée sur Internet en 2004, à l’occasion du vote bilité des cellules belges et françaises dans les
Massoud, elle, a été volée à un journaliste de Avec sa carrure d’athlète, son crâne rasé et sa de la loi sur le port du voile à l’école. Intitulée attentats de Madrid ne pourra formellement
France 3, à Grenoble, neuf mois plus tôt, un… barbe noire, Nizar Trabelsi joue de son physi- « Lorsque la mort devient belle, Mon- être établie par la justice, faute de preuves suf-
24 décembre. que d’acteur. Mais il est imprévisible, dange- sieur Sarkozy », elle avertit le ministre de l’in- fisantes. Au mieux sera-t-il détaillé lors du
reux. Ce ne sera jamais formellement démon- térieur d’alors : « Lorsque le dialogue sera inter- procès de la cellule belge, en 2005, comment
BRUXELLES, UNE BASE DE REPLI tré, mais les services de renseignements sont rompu, à ce moment-là, les papillons se jette- elle envisageait « une stratégie commune » et
Les membres du commando franco-belge qui persuadés que sa vraie cible était pour plus ront sur la lumière et tomberont dans les flam- la cooptation d’« un chef conjoint » avec sa ju-
a ensanglanté la capitale française le 13 no- tard : au printemps 2002, l’ambassade des mes sans se préoccuper de la mort pour se melle française.
vembre 2015 savaient-ils qu’ils n’étaient que Etats-Unis, à Paris. sauver des tunnels de l’obscurantisme. (…) Je Ce n’est que lorsque sonnent les premières
les derniers-nés des avatars de ce djihadisme Or, celui qui va attirer leur attention sur ses vous fais part de mon inquiétude, car je crains heures du « djihad global » et leur pendant
francophone ? Tous les experts, eux, l’ont très vrais desseins présumés est un autre person- que les choses ne se déroulent ainsi. » opérationnel le « cyberdjihad », que l’alliance
vite noté : les attentats de Paris marquent en nage-clé du terrorisme franco-belge : Djamel Deux autres attentats majeurs vont réunir à franco-belge va être « officiellement » scellée.
fait l’aboutissement de ce mélange historique Beghal. Ce Franco-Algérien de 35 ans a été ar- nouveau Belges et Français : celui de Casa- On est alors en février 2006. Les sites Internet
entre réseaux musulmans radicaux belges et rêté à Dubaï quelques mois auparavant et a re- blanca, le 16 mai 2003, et celui de Madrid, le incriminés sont encore des home pages rudi-
français. On ignore encore l’identité de deux connu être missionné par Al-Qaida pour cha- 11 mars 2004. Le premier cause la mort de 45 mentaires mais ils focalisent l’attention des
des trois kamikazes du Stade de France. Mais peauter Trabelsi. Il reviendra plus tard sur ses personnes – dont douze kamikazes. Il est services de renseignements, qui y voient
les trois du Bataclan étaient français. Salah aveux en plaidant qu’ils ont été extirpés commis par un commando suicide qui tire même, pour le plus connu d’entre eux –
Abdeslam, pilier de la logistique, avait la dou- « sous la torture ». Djamel Beghal, ou celui qui dans les rues de la ville, vise des lieux touristi- « Minbar-SOS » – un « cas d’école ». Administré
ble nationalité franco-belge. Quant aux hom- s’est depuis fait connaître pour avoir été l’un ques, le consulat de Belgique et des bâtiments entre la Suisse, la France et la Belgique, il fait
mes soupçonnés de l’avoir aidé dans sa fuite, des mentors des frères Kouachi et d’Amédy israélites. Le second tue 191 personnes dans office de précurseur. Particulièrement bien
au moins six sont belges et un français. Coulibaly, les auteurs des tueries de Charlie des trains de banlieue de la capitale espa- référencé, il accueille une panoplie de traduc-
Au commencement de ces liaisons dange- Hebdo et de l’Hyper Cacher en janvier… gnole, à bord desquels ont explosé des bom- tions en français de textes de propagande et
reuses : le fruit des amitiés de quartier et de C’est aussi à cette époque qu’un quinquagé- bes laissées dans des sacs à dos. L’attentat le les toutes premières vidéos de décapitation.
0123
JEUDI 24 DÉCEMBRE 2015 enquête | 15

vertie de 38 ans a filé un jour en voiture sans prêté sa voix à la bande audio de revendica-
prévenir jusqu’en Irak avec son mari, de sept tion des attentats de Paris par l’Etat islami-
ans son cadet. Ex-vendeuse en boulangerie, que…
elle vivait dans une bourgade industrieuse de Si ce colosse de 37 ans, aux traits lourds, a été
9 000 habitants, Monceau-sur-Sambre. Le condamné, en juillet 2009, à cinq ans de pri-
couple voulait faire « ses noces », selon les son, c’est parce qu’il a non seulement essayé
écoutes interceptées à l’époque. Muriel De- de recruter des djihadistes pour l’Irak depuis
gauque et son conjoint étaient tous les deux l’Ariège, mais a aussi tenté d’aller en chercher
candidats au martyre. Elle sera la première à jusqu’en Belgique, entre 2005 et 2006. A l’épo-
déclencher sa ceinture d’explosifs au passage que, le dossier d’Artigat déclenche d’ailleurs
d’un convoi américain, près de Bagdad, et l’une des premières équipes communes d’en-
tuera cinq policiers irakiens. « L’épouse et moi, quête entre la France et la Belgique. Avec son
demain, Inch’Allah, demain, nous serons les frère Jean-Michel, et son beau-frère Moha-
hôtes du Miséricordieux », clamait-il au télé- med Megherbi, Fabien Clain a même tenté
phone quelques jours plus tôt. brièvement de s’installer en Belgique en jan-
La Belgique a aussi vu éclore toute une gé- vier 2003. Ils y fréquentent alors le petit mi-
nération de prédicateurs de rue qui lieu salafiste belge. Mais ils renonceront faute
n’auraient peut-être pas prospéré dans de travail. Fabien Clain retentera sa chance,
l’Hexagone. Le dernier-né de ces gourous, seul, quelques mois plus tard. Mais le djiha-
Fouad Belkacem, 33 ans, était jusqu’en 2012 le diste sans frontières qu’il pense être fera alors
leader d’un groupe basé à Anvers : l’objet d’une expulsion administrative.
Sharia4Belgium. Avec ses lunettes fines, la « La justice antiterroriste a plus souvent con-
tête toujours couverte de la ghutra, ce grand damné des intentions que des faits », estime
carré de voile blanc que portent notamment l’avocat Christophe Marchand, spécialiste, à
les Saoudiens, il avait réussi à se parer des at- Bruxelles, des dossiers de terrorisme, qui a
tributs de l’intellectuel, faisant oublier son suivi la plupart de ces affaires franco-belges
ancien métier de vendeur de voitures. Fouad depuis quinze ans. Il a observé les errements
Belkacem a organisé diverses manifestations de la machine judiciaire, rappelant la longue
de rue qui ont dégénéré en batailles rangées liste de ceux qui ont été acquittés. Le fond du
avec les forces de l’ordre. En décembre 2012, problème est resté « géopolitique » aux yeux
quelque 230 membres de Sharia4Belgium de Me Marchand. « La politique internationale
sont ainsi interpellés, à la suite d’un rassem- est fondamentalement déséquilibrée, et c’est la
blement contre la sortie d’une vidéo pam- base des discours de recrutement en France
phlétaire de 14 min, Innocence of Muslims. comme en Belgique », argue ce militant des
Inspiré d’un mouvement anglais, droits de l’homme. Il s’inquiète toutefois de
Sharia4UK, Sharia4Belgium réclame ouver- ce « changement de paradigme (…) avec des dé-
tement l’instauration de la charia en Belgi- lires sanguinaires qui sont très inquiétants : dé-
que, y compris par la violence. SMS groupés, sormais, il s’agit de commettre des actes terro-
présence à des cours de religion obligatoires, ristes directement sur le sol belge ou français,
sanction en cas d’absence, cartes SIM cou- plutôt que de la participation incertaine à des
pées : tous les moyens sont bons pour recru- djihads lointains et à des “cellules dorman-
ter et garder à soi les affidés. L’organisation a tes” ».
eu pignon sur rue entre janvier 2010 et octo- Des « délires » qui sont notamment apparus
bre 2012. L’intégralité du noyau dur a fini par lors du procès hors norme, cet été à Bruxelles,
rejoindre les rangs des combattants en Syrie. de Khalid Zerkani, un « recruteur » de 41 ans.
Fouad Belkacem, lui, a été condamné à douze Inconnu en France mais redouté en Belgique,
ans de prison en février 2015. ce petit barbu ventripotent a été condamné à
Un groupe similaire et sympathisant a été douze ans de prison ferme pour avoir encou-
créé, en 2012, en France, à Nantes : Forsane ragé des dizaines de garçons belges et quel-
Alizza. Mais il n’atteindra pas le degré de dé- ques français, à partir combattre dans les
chaînement de Sharia4Belgium. « C’était rangs de l’EI. Parmi ses plus funestes disci-
comme une aiguille qu’on mettait dans notre ples : Abdelhamid Abaaoud, le cerveau pré-
bras et qui nous aspirait entièrement par ses sumé des attentats du 13 novembre, tué dans
idées, a témoigné, lors de l’enquête contre l’assaut des forces de l’ordre, le 18 novembre, à
l’association belge, l’un des prévenus du pro- Saint-Denis.
cès. Après coup, on pourrait dire que Un procès où étaient résumés tous les excès
ELZO DURT Sharia4Belgium était la préparation mentale du nouveau djihadisme franco-belge. Parmi
au djihad en Syrie. » les trente-deux prévenus, plusieurs avaient
fait deux allers-retours en Syrie. Vol à l’éta-
« DES DÉLIRES SANGUINAIRES » lage, cambriolages, braquages : les audiences
Fascinés par cette apparente liberté de ton, ont révélé les liens particulièrement serrés
beaucoup en France ont du coup eu la tenta- entre petit banditisme et financement de la
Le forum sert surtout de point de contact comme le décrit la justice belge dans un dos- tion de la Belgique. A commencer par Moha- « cause » djihadiste. Des actions étaient
pour les candidats au djihad. L’enquête éta- sier de terrorisme en 2012, est toutefois pro- med Merah, le tueur de Toulouse et de Mon- même planifiées uniquement dans le but de
blira que plusieurs Français sont partis « sur gressivement pris en main par la génération tauban, en 2012. Trois semaines seulement financer les départs. Abdelhamid Abaaoud
zone » (alors au Waziristan, province tribale suivante de djihadistes franco-belges. Le fon- avant de se lancer dans sa chevauchée morti- était le grand absent des audiences. Il a été
du Pakistan) après avoir fréquenté ses pages dateur d’ Assabyle.com et de Ribaat.org, deux fère, au cours de laquelle sept personnes per- condamné à vingt ans de prison par contu-
Web. L’adresse mail à utiliser pour communi- autres sites qui ont marqué le terrorisme des dront la vie, on sait aujourd’hui qu’il a effec- mace. La justice a rappelé la longue liste de ce
quer est « jeansebastien119 » – un chiffre censé années 2004 à 2008, n’est autre qu’Abdel Rah- tué un court séjour outre-Quiévrain qui pose qu’elle avait découvert à son domicile : une
faire référence aux attentats du 11 septembre. man Ayachi, le fils du cheikh à barbe blanche, CE N’EST QUE toujours question. Il est établi qu’il a rencon- dague, un spray incapacitant, un matériel de

« SÉDUCTION, PERSUASION, FASCINATION »


Bassam Ayachi.
A ses côtés, un jeune Français au visage
LORSQUE SONNENT tré un certain Abdelkader El-Farssaoui, alias
Abou Jaber. Ce personnage trouble apparaît
cambrioleur (gants, deux pieds-de-biche,
marteau), les clés d’une Audi volée… Sur la
Minbar-SOS est géré par Malika El-Aroud, la émacié, expatrié en Belgique, joue le rôle LES PREMIÈRES dans plusieurs dossiers terroristes jugés ces porte de l’appartement étaient quant à elles
veuve d’un des kamikazes qui a assassiné le d’administrateur : Raphaël Gendron. Tous dernières années à Bruxelles et en Espagne. griffonnées des inscriptions à la gloire de l’EI
commandant Massoud. Pasionaria de la deux sont des membres actifs du CIB, le cen- HEURES DU « Il m’a notamment dit que la première femme et la représentation grossière, au marqueur,
« cause », cette brune forte de 55 ans, surnom-
mée « la veuve noire », est un mélange d’ultra-
tre « culturel » controversé. Ensemble, ils se-
ront mis en cause dans plusieurs filières de
« DJIHAD GLOBAL » qu’il aurait serait une femme du paradis », dé-
clare à l’époque à la justice belge Abou Jaber,
de son drapeau noir et blanc.
A Molenbeek, une adresse a suscité à, cette
conservatisme – elle porte le voile intégral – et recrutement de djihadistes francophones. La ET SON PENDANT niant cependant avoir été informé du projet occasion, l’intérêt des enquêteurs. Rue de la
de féminisme combattant. Condamnée en mort les surprendra aussi à quelques mois terroriste du jeune homme. Meuse, numéro 34. L’une de ces centaines de
mai 2010 à huit ans de prison pour ce dossier, d’intervalle sur le front syrien : Raphaël Gen- OPÉRATIONNEL LE Il est aussi établi que Mohamed Merah a eu maisons anonymes qu’engloutit régulière-
elle sait déjà utiliser cet alliage des meilleurs dron à 38 ans, au printemps 2013, et Abdel Ra- l’occasion de rencontrer, en 2011, au fin fond ment le brouillard bruxellois : trois étages de
négociateurs pour convaincre au djihad : « sé- hman Ayachi à 33 ans, en juin de la même an- « CYBERDJIHAD » de la zone pakistano-afghane, le deuxième briques rouges, deux balcons en fer noir et
duction, persuasion, fascination », résument née. QUE L’ALLIANCE mari de Malika El-Aroud, Moez Garsallaoui, une pâle lumière jaune, le soir, qui diffuse des
les services de renseignements. La Belgique a toujours attiré à elle nombre un Tunisien francophone. Le jeune homme ombres chinoises. Les appartements sont
Alors que l’une de ses jeunes recrues fran- de Français sympathisants des thèses « sala- FRANCO-BELGE avait alors effectué tout un périple pour bé- toujours occupés, mais le rez-de-chaussée est
çaises hésite à quitter l’Hexagone, ancré sur fistes djihadistes ». La progression du sala- néficier d’un entraînement au Waziristan. désormais fermé. Il y a moins de deux ans vi-
ses rêves de mariage et de progéniture, elle le fisme est au moins aussi importante dans VA ÊTRE Mais comme il ne maîtrise pas l’arabe, celui votait ici une boulangerie-pâtisserie. C’est là,
retourne dans un échange intercepté, avec un
langage de prophète de supermarché :
l’Hexagone qu’en Belgique. Les filières de re-
crutement ne sont pas moins actives. Mais en
« OFFICIELLEMENT » qui est en fait le correspondant local d’Al-
Qaida va lui servir de guide. Tué depuis par
entre les présentoirs de gâteaux sans alcool et
l’odeur du pain dans les étages, qu’a recruté
« Quand le fils d’Adam souhaite s’élancer vers Belgique, l’islam radical est beaucoup moins SCELLÉE un tir de drone, Moez Garsallaoui a officielle- en partie, le trouble Khalid Zerkani. Sou-
ce qui donne la vraie vie et s’y prépare, ne fût-ce traqué, le droit pénal plus souple. Les choses ment revendiqué les attaques de Mohamed laimane, petit frère de Mohamed Abrini
que par la pensée, alors Iblis [le diable] qu’il soit sont plus « dissimulées » en France, résume Merah dans un communiqué passé inaperçu, – aujourd’hui l’objet d’un mandat d’arrêt in-
maudit lui fait miroiter d’autres projets ! » Ba- une source proche des renseignements fran- diffusé quelques jours après les tueries de ternational dans le cadre de l’enquête sur les
sée en Belgique, Malika El-Aroud ira jusqu’à çais. De fait, la Belgique reste marquée au fer Toulouse. attentats de Paris –, y a même été employé ;
envoyer son nouvel époux à Annecy (Haute- rouge, depuis novembre 2005, par l’histoire Un autre personnage est l’héritier de cette avant de perdre la vie en Syrie, mi-2014. Sur
Savoie) pour rencontrer l’indécis et un autre de Muriel Degauque, la première femme longue histoire mouvementée. Il est lié à la fi- un écriteau toujours suspendu au-dessus du
jeune homme. L’un d’entre eux mourra en européenne devenue kamikaze au nom de lière du sud de la France, dite « d’Artigat », palier, une fine mention en italique incitait
décembre 2009 au combat en Afghanistan. l’islam. dont la figure la plus connue est Olivier Corel, autrefois à pousser la porte avec un argument
Internet, ce « marchand de certitudes », Jolie blonde, teint pâle, carré sage, cette con- « l’imam blanc » : Fabien Clain, celui qui a prometteur : « Plaisir sucré ». p
16 | débats 0123
JEUDI 24 DÉCEMBRE 2015

De l’Etat de droit à l’Etat de sécurité


L’état d’urgence n’est pas
un bouclier qui protège
la démocratie.
Au contraire,
il a toujours accompagné
les dictatures et a même
fourni un cadre légal
aux exactions
de l’Allemagne nazie.
La France doit résister
à cette politique de la peur

par giorgio agamben

O
n ne comprend pas l’enjeu
véritable de la prolongation
de l’état d’urgence [jusqu’à
la fin février] en France, si on
ne le situe pas dans le con­
texte d’une transformation
radicale du modèle étatique qui nous est fa-
milier. Il faut avant tout démentir le propos
des femmes et hommes politiques irrespon-
sables, selon lesquels l’état d’urgence serait
un bouclier pour la démocratie.
Les historiens savent parfaitement que
c’est le contraire qui est vrai. L’état d’urgence
est justement le dispositif par lequel les pou-
voirs totalitaires se sont installés en Europe.
Ainsi, dans les années qui ont précédé la
prise du pouvoir par Hitler, les gouverne-
ments sociaux-démocrates de Weimar
avaient eu si souvent recours à l’état d’ur-
gence (état d’exception, comme on le
nomme en allemand), qu’on a pu dire que
l’Allemagne avait déjà cessé, avant 1933, d’être
une démocratie parlementaire.
Or le premier acte d’Hitler, après sa nomi-
nation, a été de proclamer un état d’ur-
gence, qui n’a jamais été révoqué. Lorsqu’on
s’étonne des crimes qui ont pu être commis
impunément en Allemagne par les nazis, on
oublie que ces actes étaient parfaitement lé-
gaux, car le pays était soumis à l’état d’ex-
ception et que les libertés individuelles pose la peur réciproque et la guerre de tous la participation à la vie politique se réduit C’est la même incertitude que l’on re-
étaient suspendues. contre tous : l’Etat est ce qui vient justement aux sondages électoraux. Cette tendance est trouve dans le texte de la loi du 20 novem-
On ne voit pas pourquoi un pareil scéna- mettre fin à la peur. Dans l’Etat de sécurité, d’autant plus inquiétante qu’elle avait été bre sur l’état d’urgence, qui se réfère à
rio ne pourrait pas se répéter en France : on ce schéma se renverse : l’Etat se fonde dura- théorisée par les juristes nazis, qui définis- « toute personne à l’égard de laquelle il existe
imagine sans difficulté un gouvernement blement sur la peur et doit, à tout prix, l’en- sent le peuple comme un élément essentiel- de sérieuses raisons de penser que son com-
d’extrême droite se servir à ses fins d’un tretenir, car il tire d’elle sa fonction essen- lement impolitique, dont l’Etat doit assurer portement constitue une menace pour l’or-
état d’urgence auquel les gouvernements tielle et sa légitimité. la protection et la croissance. dre public et la sécurité ». Il est tout à fait évi-
socialistes ont désormais habitué les ci- Foucault avait déjà montré que, lorsque le Or, selon ces juristes, il y a une seule façon dent que la formule « sérieuses raisons de
toyens. Dans un pays qui vit dans un état mot « sécurité » apparaît pour la première de rendre politique cet élément impoliti­ penser » n’a aucun sens juridique et, en tant
d’urgence prolongé, et dans lequel les opé- fois en France dans le discours politique avec que : par l’égalité de souche et de race, qui va qu’elle renvoie à l’arbitraire de celui qui
rations de police se substituent progressive- les gouvernements physiocrates avant la Ré- le distinguer de l’étranger et de l’ennemi. Il « pense », peut s’appliquer à tout moment à
ment au pouvoir judiciaire, il faut s’attendre volution, il ne s’agissait pas de prévenir les ne s’agit pas ici de confondre l’Etat nazi et n’importe qui. Or, dans l’Etat de sécurité, ces
à une dégradation rapide et irréversible des catastrophes et les famines, mais de les lais- l’Etat de sécurité contemporain : ce qu’il formules indéterminées, qui ont toujours
institutions publiques. ser advenir pour pouvoir ensuite les gouver- faut comprendre, c’est que, si on dépolitise été considérées par les juristes comme con-
Cela est d’autant plus vrai que l’état d’ur- ner et les orienter dans une direction qu’on les citoyens, ils ne peuvent sortir de leur traires au principe de la certitude du droit,
gence s’inscrit, aujourd’hui, dans le proces- estimait profitable. passivité que si on les mobilise par la peur deviennent la norme.
sus qui est en train de faire évoluer les démo- contre un ennemi étranger qui ne leur soit
craties occidentales vers quelque chose qu’il AUCUN SENS JURIDIQUE pas seulement extérieur (c’étaient les juifs DÉPOLITISATION DES CITOYENS
faut, d’ores et déjà, appeler Etat de sécurité De même, la sécurité dont il est question en Allemagne, ce sont les musulmans en La même imprécision et les mêmes équivo-
(« Security State », comme disent les politolo- aujourd’hui ne vise pas à prévenir les actes France aujourd’hui). ques reviennent dans les déclarations des
gues américains). Le mot « sécurité » est telle- de terrorisme (ce qui est d’ailleurs extrême- C’est dans ce cadre qu’il faut considérer le femmes et hommes politiques, selon les-
ment entré dans le discours politique que ment difficile, sinon impossible, puisque sinistre projet de déchéance de la nationa­ quelles la France serait en guerre contre le
l’on peut dire, sans crainte de se tromper, que les mesures de sécurité ne sont efficaces lité pour les citoyens binationaux, qui rap­ terrorisme. Une guerre contre le terrorisme
les « raisons de sécurité » ont pris la place de qu’après coup, et que le terrorisme est, par pelle la loi fasciste de 1926 sur la dénationa­ est une contradiction dans les termes, car
ce qu’on appelait, autrefois, la « raison définition, une série des premiers coups), lisation des « citoyens indignes de la ci­ l’état de guerre se définit précisément par la
d’Etat ». Une analyse de cette nouvelle forme mais à établir une nouvelle relation avec les ¶ toyenneté italienne » et les lois nazies sur la possibilité d’identifier de façon certaine l’en­
de gouvernement fait, cependant, défaut. hommes, qui est celle d’un contrôle généra­ Giorgio Agamben dénationalisation des juifs. nemi qu’on doit combattre. Dans la perspec­
Comme l’Etat de sécurité ne relève ni de lisé et sans limites – d’où l’insistance parti­ est né en 1942 à Rome. Un troisième point, dont il ne faut pas tive sécuritaire, l’ennemi doit – au contraire –
l’Etat de droit ni de ce que Michel Foucault culière sur les dispositifs qui permettent le Philosophe, auteur d’une sous-évaluer l’importance, est la transforma- rester dans le vague, pour que n’importe qui
appelait les « sociétés de discipline », il con- contrôle total des données informatiques et œuvre théorique reconnue tion radicale des critères qui établissent la vé- – à l’intérieur, mais aussi à l’extérieur –
vient de poser ici quelques jalons en vue communicationnelles des citoyens, y com­ et traduite dans le monde rité et la certitude dans la sphère publique. Ce puisse être identifié en tant que tel.
d’une possible définition. pris le prélèvement intégral du contenu des entier, il a publié qui frappe avant tout un observateur attentif Maintien d’un état de peur généralisé, dé-
Dans le modèle du Britannique Thomas ordinateurs. « La Guerre civile : dans les comptes rendus des crimes terroris- politisation des citoyens, renoncement à
Hobbes, qui a si profondément influencé Le risque, le premier que nous relevons, pour une théorie politique tes, c’est le renoncement intégral à l’établis- toute certitude du droit : voilà trois caractè-
notre philosophie politique, le contrat qui est la dérive vers la création d’une relation de la stasis », sement de la certitude judiciaire. res de l’Etat de sécurité, qui ont de quoi trou-
transfère les pouvoirs au souverain présup- systémique entre terrorisme et Etat de sécu- traduit par Joël Gayraud Alors qu’il est entendu dans un Etat de bler les esprits. Car cela signifie, d’une part,
rité : si l’Etat a besoin de la peur pour se légi- (Points, 96 p., 6,50 €), droit qu’un crime ne peut être certifié que que l’Etat de sécurité dans lequel nous som-
timer, il faut alors, à la limite, produire la et « L’Usage des corps, par une enquête judiciaire, sous le para- mes en train de glisser fait le contraire de ce
DANS UN PAYS terreur ou, au moins, ne pas empêcher Homo sacer, IV, 2 », digme sécuritaire, on doit se contenter de ce qu’il promet, puisque – si sécurité veut dire
qu’elle se produise. On voit ainsi les pays traduit par Joël Gayraud qu’en disent la police et les médias qui en absence de souci (sine cura) – il entretient, en
QUI VIT DANS UN ÉTAT poursuivre une politique étrangère qui ali- (Seuil, 396 p., 26 €). dépendent – c’est-à-dire deux instances qui revanche, la peur et la terreur. L’Etat de sécu-
mente le terrorisme qu’on doit combattre à ont toujours été considérées comme peu rité est, d’autre part, un Etat policier, car, par
D’URGENCE l’intérieur et entretenir des relations cordia- fiables. D’où le vague incroyable et les con­ l’éclipse du pouvoir judiciaire, il généralise la
PROLONGÉ, IL FAUT les et même vendre des armes à des Etats
dont on sait qu’ils financent les organisa-
tradictions patentes dans les reconstruc­
tions hâtives des événements, qui éludent
marge discrétionnaire de la police qui, dans
un état d’urgence devenu normal, agit de
S’ATTENDRE À UNE tions terroristes. sciemment toute possibilité de vérification plus en plus en souverain.
Un deuxième point, qu’il est important de et de falsification et qui ressemblent davan­ Par la dépolitisation progressive du ci-
DÉGRADATION RAPIDE saisir, est le changement du statut politique tage à des commérages qu’à des enquêtes. toyen, devenu en quelque sorte un terroriste
ET IRRÉVERSIBLE des citoyens et du peuple, qui était censé être
le titulaire de la souveraineté. Dans l’Etat de
Cela signifie que l’Etat de sécurité a intérêt à
ce que les citoyens – dont il doit assurer la
en puissance, l’Etat de sécurité sort enfin du
domaine connu de la politique, pour se diri-
DES INSTITUTIONS sécurité, on voit se produire une tendance ir- protection – restent dans l’incertitude sur ger vers une zone incertaine, où le public et le
répressible vers ce qu’il faut bien appeler une ce qui les menace, car l’incertitude et la ter- privé se confondent, et dont on a du mal à dé-
PUBLIQUES dépolitisation progressive des citoyens, dont reur vont de pair. finir les frontières. p
0123
JEUDI 24 DÉCEMBRE 2015 carnet | 17

Anny, Paris.
son épouse, Irène HILDA Anniversaires de décès
Antoinette, Sabine Staropoli, née Brice,
Ng Ectpgv sa sœur, est inhumée au cimetière parisien son épouse, 24 décembre 1985 - 24 décembre 2015.
en vente Marie, Paul, Emmanuel, Jérôme, de Bagneux, 45, avenue Marx-Dormoy, Carine et Claudio Palmolungo,
Xqu itcpfu fixfipgogpvu ses enfants, ce mardi 23 décembre 2015, à 14 heures. Fabien Staropoli et Marie-Anne Vernhes,
Trente ans après, la douleur est toujours
là et décembre dificile.
actuellement Marion, Alice, Aurélie, Karine, Alexandre et Suzanne Staropoli,
Pckuucpegu. dcrv‒ogu. octkcigu ses enfants et leurs conjoints,
Delphine, Arthur, Valentin, Joséphine, Mathieu Gallet, Nous pensons à
Cxku fg ffieflu. tgogtekgogpvu. Clara, Andréa, Antonin, Lorenzo, Alessandro, Victor,
président-directeur général
K En kiosque oguugu cppkxgtucktgu ses petits-enfants, de Radio France, Swann, Abel et Sophia, Annie GOLDMARK,
Ses arrière-petits-enfants ses petits-enfants,
Eqnnqswgu. eqphfitgpegu. Chuck, Derek et Colin
Et toute sa famille, Daniele Gatti,
rqtvgu/qwxgtvgu. ukipcvwtgu directeur musical ont la tristesse de faire part du décès de et à toute la famille
Uqwvgpcpegu fg ofioqktg. vjflugu ont la douleur de faire part de la disparition Et les musiciens
de de l’Orchestre national de France, André STAROPOLI, CARLSTEN.
Rqwt vqwvg kphqtocvkqp < ancien élève
présentent à sa famille des pensées de l’Ecole normale supérieure
23 79 4: 4: 4: François CORDIÉ, de grande tristesse et d’admiration
23 79 4: 43 58 (Ulm, promotion 1961), Matthias DESSELBERGER,
à l’occasion de la disparition du
ectpgvBorwdnkekvg0ht survenu le 19 décembre 2015, né le 25 septembre 1967,
survenu le 18 décembre 2015. à Berlin,
à l’âge de quatre-vingt-huit ans.
maestro Kurt MASUR, décédé le 24 décembre 2005,
AU CARNET DU «MONDE» La bénédiction a lieu à l’Arche à Cambridge.
Un hommage lui sera rendu le lundi (1927-2015),
directeur musical d’Alliance, 81, rue d’Alleray, Paris 15e,
28 décembre, à 14 heures, au funérarium Tu continues de vivre dans nos
Décès de l’Orchestre national de France ce mercredi 23 décembre, à 14 h 30.
d’Antony, 110, rue de Châtenay. mémoires.
de 2002 à 2008,
Françoise et André-Pierre Nouvion, Ni leurs ni couronnes. Danielle, Pierre et Ewa, Camille La famille.
Isabelle Calvayrac, décédé à Greenwich
(Connecticut, Etats-Unis), Tartakowsky,
Hors-série ses sœurs et beau-frère, Paulette Jourda, Colloque
Cet avis tient lieu de faire-part. le samedi 19 décembre 2015
Jean-Baptiste et Prune Nouvion,
François et Marine Nouvion, ont la grande tristesse de faire part A l’occasion de la commémoration
Sa famille et témoignent de leur reconnaissance du décès, du centenaire de la Grande Guerre
Arnaud Nouvion, Et ses amis,
ses neveux et nièces, et de leur attachement à la mémoire de à l’âge de quatre-vingt-douze ans, de et de la bataille de Verdun,
& CIVILISATIONS

ce musicien d’exception et de ce grand l’ANDRH


Myrtille, Felix et Violette, ont la tristesse de faire part du décès de humaniste. organise le 7 janvier 2016,
N° 13
JANVIER 2016

& CIVILISATIONS
un colloque intitulé
SALADIN Apolline, Timothée et Olympe, Michel TARTAKOWSKY
ses petits-neveux et petites-nièces, Mme Solange DEYON, Les funérailles ont été célébrées dit « Roland MICHEL »,
COMMENT
à New York, le mercredi 23 décembre, « Les leçons de Verdun - 1916-2016 :
née ZAREMBOWITCH,
IL A CONQUIS
JÉRUSALEM
à 11 heures. journaliste à l’Humanité. comment éviter un nouveau sacriice
ont la grande tristesse de faire part des ressources humaines ? ».
de la disparition de
LA RÉVOLUTION

survenu le 19 décembre 2015.


DES GRACQUES

www.kurtmasur.com
PLÈBE CONTRE

Modérateur de la journée :
ARISTOCRATIE À ROME

CHINE
La cérémonie aura lieu le jeudi
(Le Monde du 22 décembre.) Thierry Geffrotin,
LES MERVEILLES

Historienne, spécialiste de l’Histoire


MILLÉNAIRES

Anne-Marie CALVAYRAC, 24 décembre, à 11 h 30, au crématorium


DU GRAND CANAL

TROIE, CITÉ
du Protestantisme, elle savait journaliste à Europe 1.
ingénieure divisionnaire du cimetière du Père-Lachaise, Paris 20e.
DE LÉGENDE
CE QUE RÉVÈLE

Port-la-Nouvelle (Aude).
L'ARCHÉOLOGIE

LOUIS XVIII
L'IMPOSSIBLE des Travaux de la Météorologie nationale merveilleusement raconter l’Histoire Inscription : https://fr.surveymonkey.
de Météo France, et les histoires. Ni leurs ni couronnes. com/r/whl9gkp
RESTAURATION

Mary Moget,
Les obsèques ont lieu dans l’intimité. son épouse, Plus d’informations :
Hors-série survenue à son domicile, Layla Ouen-Moget et Jean-Claude Ouen, Josette Vaudou, site ANDRH, rubrique Evènements.
le 17 décembre 2015, Pierre François et Anne Moget, son épouse,
à l’âge de soixante-huit ans. Brigitte Chalvignac Douillet, ses enfants, Fabienne de Lanlay, Valérie Vaudou, Ecole militaire,
son épouse, Yann, Benjamin et Lola, ses illes, amphithéâtre Foch,
La cérémonie religieuse a été célébrée 5, place Joffre, Paris 7e,
Collections le mercredi 23 décembre, à 10 h 30,
en l’église Sainte-Odile, Paris 17 e ,
Arthur, Chloé et Mathilde,
ses enfants,
ses petits-enfants,

ont la tristesse d’annoncer le décès de


Aurélie et Blaise de Lanlay,
ses petits-enfants,
Emile et Pierre,
de 8 h 30 à 18 heures.

sa paroisse. L’ensemble de la famille,


Amis et proches, Les familles Lalloz, Vaudou et Payot, Communication diverse
UNE
COLLECTION PARTEZ À LA
DÉCOUVERTE DU
avec
VIN
Pierre ARDITI
L’inhumation aura lieu au cimetière
du Vésinet (Yvelines). ont la profonde tristesse de faire part
Piet MOGET,
artiste peintre, ont la tristesse de faire part du décès de
du décès de survenu le le 13 décembre 2015,
nouvion@noos.fr Luc Olivier VAUDOU,
isabelle.calvayrac@laposte.net à Port-la-Nouvelle, architecte DPLG,
à l’âge de quatre-vingt-sept ans. membre
M. Patrice DOUILLET, de l’Académie d’architecture,
Thomas Compère-Morel, Cet avis tient lieu de faire-part et Le Collège Sévigné
son ils, de remerciements. poursuit le développement
Victor et Elvire Compère-Morel, survenu le 20 décembre 2015,
de son enseignement bilingue
ses petits-enfants, survenu le 19 décembre 2015, à l’âge de quatre-vingt-neuf ans. et ouvre en septembre 2016
à Montpellier, Odette Seban, une école primaire français/anglais
ont la tristesse de faire part du décès de à l’âge de soixante-trois ans. son épouse, La cérémonie religieuse a été célébrée de la petite section au CM2,
Jean Seban et Isabelle Ramona, en l’église Saint-Germain-des-Prés, au 95, boulevard Arago, Paris 14e.
Didier Seban et Catherine Leger- Paris 6e, mercredi 23 décembre. www.collegesevigne.org
Martine COMPÈRE-MOREL, Ni leurs ni couronnes.
À partir du 22 décembre, Seban, Tél. : 01 53 10 14 14.
Dons pour la Fondation pour la Philippe et Corinne Seban,
le livret n° 10 BOURGOGNE recherche médicale. 10, rue Albéric-Magnard,
Juliette, Vincent, Pauline, Simon, 75016 Paris.
CHABLIS ET VIGNOBLES DE L’YONNE survenu le vendredi 18 décembre 2015, Louise, et Isidore  # #   $    
+ L’ARÔME à Meynes. La famille remercie toutes les personnes ses enfants et petits-enfants,  !# $   #    #$   $  #
&. + *1.+
Les funérailles seront célébrées qui prendront part à sa peine. Remerciements   #$ $      #$ $  
le mercredi 23 décembre, à Nîmes, dans la peine, font part du décès de $  #   $   #  *'$ %&# &

et le jeudi 24 décembre, au cimetière Michel, Hélène Yvonne,   #$    # . *&%%*


Denise Finkelstein Walker, Robert SEBAN,
de Remoulins. ses enfants,   #   $
  ! # !  #!
Sa famille, *%& + &/&
Sophie, Nicolas, Alexandre, Ariane,
Ses amis, survenu le samedi 19 décembre 2015, Sarah,
  #$  % # #    # " $
comperemorel@gmail.com   #$ ! #!    # %&!- &(). %
à 8 h 45. ses petits-enfants,
*  ** %%#&%.  * %  # %*
ont la tristesse d’annoncer la disparition Ugo, Thomas et Eliott,
 # * .*
  # #   ** &.*-& + # % *&%
Odette Lazrak, de Mari amoureux, père et grand-père ses arrière-petits-enfants, 1#/ 
.$%% *%. (*$%- *
sa compagne aimant, chirurgien dentiste animé par  #   $ $
Et tous ses amis, René FINKELSTEIN, le sourire des autres, lecteur déterminé
 %%- &-  # (( &.* # 2"&0+"
très touchés par les nombreuses marques  #   $#
1922-2015, du Monde, nageur. de sympathie et de soutien qui leur ont été
*%" &%%+ # .** %
ont la tristesse de faire part du décès de
oficier de la Légion d’honneur, témoignées lors du décès de
  #$ $ $ %# $  $
Une cérémonie sera organisée au
 ##+ m%
&-
Georges COMTESSE, commandeur   #$ $ %# $ $
de l’ordre national du Mérite, cimetière du Père-Lachaise, le jeudi .# % *& &.*-
survenu le jeudi 17 décembre 2015. 24 décembre, à 10 h 30, en la salle de la
oficier du Phénix de Grèce, Mme Hélène
 #$   % ! #  #  #!
Coupole, entrée 71, rue des Rondeaux,  %%-  *-
chevalier de Saint Grégoire le Grand.
face à la place Gambetta, Paris 20e. MEYNAUD ZOGRAPHOS,  # * +- % ++&#
Les obsèques auront lieu le lundi   #$ #!#$ * + (-&&*&.
Actuellement en kiosque 28 décembre, à 14 h 30, au crématorium L’enterrement a lieu ce mercredi
#  &#+ $%2

le numéro 4 : 2 LIVRES du cimetière du Père-Lachaise, Paris 20e, Elle sera suivie de l’inhumation dans   *  2 -

salle Mauméjean. 23 décembre 2015, à 14 h 30, en l’église le caveau familial. vous prient de trouver ici leurs chaleureux  #$ *%" &.
LA BATAILLE D’ANGLETERRE de Saint-Lambert-des-Bois (Yvelines). remerciements.  #     $  $ -* % &#1
et LE SIÈGE DE TOBROUK 66, rue Gay-Lussac, 44, rue Michel-Ange,
 #        # * +- % -
!  !$ %    ** * (*+ %-
75005 Paris. Ni leurs ni couronnes. 75016 Paris. La vie avec nous ! Zoï se mas ! +- % *% & / (*+ %-

   

     
Dès mercredi 23 décembre,
le volume n°17
  
MOYEN ORIENT
 

         
         

    "#      ,  ;E- 422 1 2A< , 55HH , >CH>> ;;<   F 3
    
  5(C >

Nos services    



    
 
 . 1:422  0 !   D 

 !    +9D .4D; 8 !   !   
8       
 8 

       
41 
;!241 
D 42 7%; 6 22A > 14-< 64D;  D 0- D  B3HHH ; << 
Lecteurs


<4-A $  !
 <D; 0 6;-F /-4<9D
4 64<A0 
4D< ;!< ;E  0 64<<--0-A! 64D; 24< 64;A D;<  < ;E-; E4A; ; <<

   
K Abonnements  +#9D 2-;  0:4;;  0 4-!A! !-A;- D 
;A 2-; 
 
;A 0 D -< <A ;;
40-A! 
,1-0 

F6-; %-2  A A <-*2AD; 40-*A4-; <
: 6A  ;  E4-;  < 4&; < D   
4A G 0 < B  ;2- ;< +-&; < 4D  < < 6;A 2-; <  
www.lemonde.fr/abojournal '*D;2A D E ;<4
 E4A; ;A  !07 
K Boutique du Monde
   
     
www.lemonde.fr/boutique

  !  & % $  %  $ )   " % $

K Le Carnet du Monde  %


 $ %( $$ !  $  ! %
;-F  E 2A 2 /-4<9D

    $&  $& !    '


Tél. : 01-57-28-28-28
         , $H   ,   , =(H5B   , )BB $35 $(H  ;-< , 6-A0  3) >5H B)$=H7 &; ;!< ;E! DF
24DE DF 422!< A E00 2 ;2 1!A;4640-A-2 .D<9D:D B5?5C?CH5(7 2 660-A-42  < ;A-0 < B$ B3 A )H  0 04- 2%4;1A-9D A - ;A!< D > .2E- ;
53=$ E4D< -<64< G :D2 ;4-A :#<  ; A-'A-42 A  ;-A-42  < -2%4;1A-42< E4D< 42 ;22A 2 E4D< ; <<2A  24A; <-#* 7 ; 24A; -2A ;1!--; 
 < 422! < 64D;;- 2A "A; < 411D2-9D! <   < A- ;< <D% <- E4D< 4+ G 0 < -,42A; 7
18 | culture 0123
JEUDI 24 DÉCEMBRE 2015

Jean-Paul
Cluzel :
« Pas le début
d’un regret »
Avant de quitter
son poste le 30 janvier 2016,
le président de la Réunion
des musées nationaux
assume sa stratégie
de diversification tous
azimuts et précise son projet
d’aménagement
du Grand Palais,
qui conduira à sa fermeture
pour deux ans,
à compter de 2019

ENTRETIEN quatre entrées pour les visiteurs


« Aujourd’hui,
et deux pour les exposants. Au

A
près avoir dirigé Radio Musée Picasso, le danger vient de vous regardez
France internationale, ce qu’il est installé dans un hôtel
de 1995 à 2004, puis Ra- particulier, avec une cour fermée :
l’équilibre du
dio France, de 2004 à notre premier réflexe a été de pro- budget comme
2009, Jean-Paul Cluzel, inspecteur téger les files d’attente. Il faut des
des finances de formation, est forces armées visibles, ce qui a été
la ligne bleue
nommé, cette année-là, à la tête du fait. Il faut être plus sévère quand des Vosges
Grand Palais, avec pour mission les visiteurs passent sous les por-
d’accomplir sa fusion avec la Réu- tiques. D’autres mesures ont été
avant 1914 »
nion des musées nationaux prises au Grand Palais : étendre la JEAN-PAUL CLUZEL
(RMN), qui sera effective en 2011. vidéosurveillance à la totalité du
Depuis lors, il dirige l’établisse- pourtour – soit plus de 2 km –,
ment public ainsi créé. Né en 1947, renforcer les alarmes sur ses in- ment et de la Caisse des dépôts et
il doit quitter cette fonction le nombrables portes-fenêtres, ren- consignations. Il sera remboursé
30 janvier 2016. Rénovation de la forcer certaines par des doubles- grâce à l’augmentation du chiffre
RMN, nouveautés introduites fenêtres de plastique pour éviter d’affaires [CA] que généreront les
dans la programmation du Grand les intrusions rapides. travaux.
Palais et grand projet de métamor-
phose pour ce bâtiment aussi em- Le Grand Palais, justement : Selon quel calcul ?
blématique que fragile et coûteux : où en est votre projet Essentiellement grâce à la partie
il revient sur ses six ans à la tête de de rénovation ? événementielle. Non pas en aug-
l’un des principaux opérateurs Le coût total est estimé à mentant les tarifs, mais en amé-
culturels publics français. Et sur la 393 millions d’euros, étalé dans le liorant les conditions d’accueil.
situation créée à la fois par la crise temps, entre aujourd’hui et la li- S’il fait plus chaud l’hiver dans la
des finances publiques et la mon- vraison du bâtiment, prévue Nef et moins chaud l’été, c’est
tée du danger terroriste. en 2023. Sur ces 393 millions, il y a mieux. Nous devons fournir ces
un tiers consacré à l’entretien du prestations de façon satisfaisante.
Peut-on dresser un premier bilan monument historique, un tiers Entendre, pendant la Foire inter-
des effets des attentats du 13 no- pour les diverses mises aux nor- nationale d’art contemporain
vembre sur la fréquentation ? mes et un tiers pour l’aménage- [FIAC], le bourdonnement de la
Elle a diminué de moitié, à l’ex- ment. Le ministère de la culture climatisation, c’est désagréable ;
ception de la rétrospective Elisa- apporte 116 millions d’euros, prin- 35 °C l’été, c’est aussi pénible. Mais
beth Louise Vigée Le Brun au cipalement pour la part « monu- l’essentiel de l’augmentation du
Grand Palais, moins touchée. A ma ment historique ». Il y a 150 mil- CA viendra de la création d’une
connaissance, il en a été de même lions d’autofinancement de l’éta- plate-forme logistique et des cir-
partout. Une réaction beaucoup blissement public. La mise en culations verticales à partir de
plus forte que [pour les attentats œuvre du projet est donc condi- cette plate-forme, pour les per-
de] janvier. La reprise est lente. tionnée au fait de trouver autour sonnes et pour les biens. Dès lors,
de 200 millions d’euros – avec il sera possible d’utiliser les 12 ga-
La nécessité de prendre 29 millions d’euros d’intérêts in- leries autour de la Nef et le Salon
de nouvelles mesures tercalaires et 44 millions d’euros d’honneur indépendamment les
de sécurité aura un coût… pour la nouvelle scénographie du uns des autres. Aujourd’hui, pour
Pour le seul Grand Palais, Palais de la découverte – qui ne utiliser une galerie, il faut un mo-
500 000 euros : renforcement du soient pas pris sur le budget du ment où la Nef n’est pas occupée
personnel de surveillance et ac- ministère de la culture. Le prési- par un événement. Supposons
quisition d’équipements supplé- dent de la République, François qu’une société veuille louer la ga-
mentaires. Mais la principale con- Hollande, et le premier ministre, lerie sud-est à une date X : si la Nef
séquence, si la situation perdure, Manuel Valls, soutiennent l’idée est utilisée à cette date, c’est im-
ce sera l’importante baisse de re- d’une dotation exceptionnelle, possible. L’essentiel de l’augmen-
cette de la billetterie du Grand Pa- qui inscrirait ces travaux dans les tation du CA proviendra de la ges-
lais et des boutiques que nous gé- projets du Grand Paris. Ce qui est tion séparée des espaces, qui opti-
rons dans les grands musées en logique, puisque le Grand Palais misera le taux d’occupation.
France. est un lieu culturel, mais aussi un
lieu événementiel important Où créer cette
Quelles sont les mesures ? pour l’économie française. « plate-forme logistique » ?
Le plan Vigipirate niveau atten- Les travaux réalisés entre 2001
tats donne des instructions géné- Que signifie et 2004 ont consolidé les fonda-
rales, mais chaque établissement « autofinancement » ? tions des murs latéraux de la Nef.
doit l’adapter à ses particularités. Un emprunt auprès de la Ban- Un voile de béton a été coulé à
Au Grand Palais, il faut surveiller que européenne d’investisse- 14 mètres de profondeur, au droit
0123
JEUDI 24 DÉCEMBRE 2015 culture | 19

La neuroscience des rêves


Le généticien Floating Points séduit avec un album d’électro onirique
possible de faire d’importantes
expositions sans l’appui des
grands établissements publics. Il ELECTRO autre capitale de la club-culture,
« C’est mon mien provoquait des super réac-
fallait, donc, rétablir des relations qui a pourtant peu contribué à son tions, les gens du club m’ont pro-

S’
sereines et fructueuses avec eux. il passe désormais plus initiation festive. « J’ai eu l’air d’un intérêt pour posé d’animer une soirée, puis de
Cela s’est traduit par des exposi- de temps dans son stu- gamin jusqu’à 23 ans, rigole devenir DJ résident. » Une collabo-
tions comme Braque, Vélasquez, dio que dans son labo, aujourd’hui Sam Shepherd. Inutile
le classique ration qui durera cinq ans.
Picasso au Grand Palais, ou Frago- Sam Shepherd porte de vous dire que je me suis fait re- qui m’a conduit L’occasion de faire connaître le
nard au Luxembourg. J’ai voulu des cheveux courts et de fines lu- fouler par les videurs à chaque fois nom de Floating Points, de se lier
que le terme Réunion des musées nettes qu’on imagine bien s’accor- que j’essayais d’entrer dans une
aux musiques aussi d’amitié avec quelques-unes
nationaux retrouve du sens, que der avec sa blouse de scientifique. boîte de Manchester. Quand j’ai en- électroniques » des figures majeures de la scène
ce soit un lieu où les musées puis- Détenteur d’un doctorat, spécia- fin atteint l’âge légal, je suis parti londonienne, tels Caribou, Four
sent se parler. C’est pourquoi j’ai lisé dans la neurogénétique de la étudier à Londres. » Tet, SBTRKT ou Jamie xx. « Nos
mis en place une direction scien- douleur, ce Britannique de 29 ans Fils d’un prêtre de l’Eglise angli- que qui m’a encouragé à improviser points communs ? Une vision sans
tifique, confiée à Laurent Salomé. choisit pour l’instant de se consa- cane, le Mancunien avait dans sa et à composer. » frontières de la musique, une envie
Ma seconde priorité tenait à ce crer au plaisir du corps et de l’esprit jeunesse plus souvent célébré Egalement acheteur compulsif de ne jamais être limité par un
que la moitié de notre CA vienne sous le nom de Floating Points. l’âme que les corps. Formé au de disques vinyles, le jeune étu- genre », explique Shepherd, capa-
de nos librairies et de nos bouti- Repéré, depuis le début des an- piano classique dès l’âge de 7 ans, diant découvre finalement à Lon- ble, comme ses camarades, d’in-
ques. Des lieux revenaient en con- nées 2010, pour une série de maxis s’intéressant très tôt à la composi- dres les plaisirs de la fête. Mo- vestir obsessionnellement la mu-
currence, comme Orsay et le Lou- (For You, Love Me Like This…) et des tion, c’est en enfant de chœur de la ments de défoulement physique, sique brésilienne, de se passionner
vre. D’autres s’ouvraient : le Musée sets de DJ voués aux danses suda- cathédrale de Manchester qu’il ces soirées sont aussi des épipha- pour les chants tibétains ou d’être
des Confluences, à Lyon, la Fonda- toires de la bass music, le garçon prend conscience du pouvoir des nies musicales dans des antres à la pointe du dubstep.
tion Vuitton, à Paris. Nous avons émerveille aujourd’hui avec un sons et de l’acoustique. « Six servi- hardcore comme le Bang Face, Tout en concluant brillamment
remporté la gestion de leurs bouti- premier album, Elaenia, délaissant ces et six fois deux heures de répéti- l’University of Dub ou le Plastic ses études, le DJ compositeur a
ques. Nous avons investi plusieurs la fureur hédoniste au profit d’un tion par semaine, c’était exténuant, People, club mythique du quartier créé son label discographique,
millions par an pour être à la hau- onirisme au croisement des sons se souvient-il. Mais on ne peut être de Shoreditch, accompagnant Eglo Records, produit et remixé de
teur des attentes du public, avec numériques, du jazz et de l’orches- que bouleversé par la chambre tous les courants les plus nova- nombreux artistes et construit
l’objectif de concevoir, pour cha- tration classique. d’écho d’une église. » teurs de l’électro. « Plastic People son propre studio d’enregistre-
que site, une ligne nouvelle de pro- Le 2 novembre, sur la scène du possédait le sound system le plus ment, espace calfeutré situé dans
duits tous les deux ans. New Morning, à Paris, Sam She- Epiphanies musicales impressionnant de Londres, s’en- le bruyant quartier d’Old Street, au
pherd, entouré de dix musiciens C’est d’ailleurs dans ce cadre gran- thousiasme encore Floating nord de Londres. « C’est là que je
Parlons de la programmation (cuivres, cordes, chœurs, batterie, diose que sont jouées les premiè- Points. Et la programmation du pa- me suis dit que je pouvais réunir de
du Grand Palais, scindée guitare, basse), confirmait, der- res œuvres de Sam Shepherd, lors tron, Ade Fakile, ou de DJ résidents, vrais musiciens, prêts à accompa-
entre exigences commerciales rière ses claviers et machines, la de concours pour apprentis com- comme Theo Parrish, était d’une gner mes improvisations au piano
et scientifiques : l’impératif beauté sensuelle et cérébrale de positeurs. S’il pille d’abord allègre- qualité et d’une variété époustou- et mes bidouillages sur ordina-
des expositions « blockbusters » ces envolées méditatives. Si ces ment dans le premier quatuor de flantes. » teur. » Au gré des voyages délicats
est-il toujours de mise ? nouveaux morceaux tranchent Chostakovitch, sa formation clas- L’endroit organise en plus des d’Elaenia (désigné album de musi-
Il nous en faut, évidemment. avec ses premières productions, le sique l’aiguille aussi vers d’autres soirées baptisées CD-R, donnant que électronique de l’année 2015
Mais une exposition annoncée démiurge de Floating Points veut y horizons. « C’est mon intérêt pour l’occasion aux débutants de faire par le mensuel britannique Mojo),
comme un grand succès peut ne voir « la somme de toutes les par- la musique classique contempo- jouer leurs compositions, en pas- le chercheur continue « d’ouvrir
pas en être un, alors qu’elle aura ties qui ont constitué jusque-là [sa] raine – Edgar Varèse, Stockhau- sant au DJ des CD gravés pour l’oc- des portes, sans jamais les refer-
coûté cher. C’est le risque. Autre- vie musicale ». sen… – qui m’a conduit aux musi- casion. « Le nom du musicien était mer ». p
fois, quand les subventions étaient Pilier du night-clubbing londo- ques électroniques. De la même fa- projeté sur un écran quand sa musi- stéphane davet
A Paris, le 23 novembre. importantes, si le blockbuster nien depuis six ans, le neuroscien- çon, c’est en jouant Chopin, De- que était diffusée », se souvient ce-
©ROBERTO FRANKENBERG/MODDS échouait, le déficit était amorti. Et tifique a passé les dix-huit premiè- bussy ou Messiaen que je me suis lui qui en profite pour tester ses Elaenia de Floating Points, 1 CD
si c’en était vraiment un, il gagnait res années de sa vie à Manchester, passionné pour le jazz, une musi- premiers titres. « Constatant que le Pluto/La Baleine.
un petit surplus, qui améliorait la
situation. Mais, aujourd’hui, vous
regardez l’équilibre du budget
des murs. Dans l’un d’eux a été comme la ligne bleue des Vosges
ménagée une ouverture pour des avant 1914… Je ne suis pas le seul. La LI T T ÉRAT U R E
camions. Il suffit de dégager ce plupart des responsables d’établis- Mort du romancier “A U B O U T D U C O N T E , “ L A R É V É L AT I O N
volume souterrain et de créer sements publics ont adopté cette Peter Dickinson
une rampe d’accès. La dalle de bé- nouvelle logique. Le poète et écrivain Peter UNE PÉPITE !” DE CANNES”
ton devient une plate-forme. Il Dickinson est décédé le 16 dé- FRANCE INTER LE MONDE
faut ensuite créer des monte- Une logique commerciale ? cembre, le jour de son 88e an- B AT H Y S P H E R E P R O D U C T I O N S E T J O U R 2 F Ê T E

charges pour desservir les 12 gale- Une logique commerciale, celle niversaire. Le Britannique, PRÉSENTENT

ries. Le projet utilise ainsi les tra- du CA dont on a parlé. Mais ce auteur de livres pour le jeune
vaux de 2001-2004 et ne boule- n’est pas le seul axe. J’ai souhaité public, de romans policiers et
verse pas l’architecture. que le Grand Palais ne soit plus un de poèmes, est mort des sui-
lieu uniquement destiné aux tes d’une maladie. Son roman
Ces travaux supposent-ils grandes expos solennelles, mais Retour chez les vivants a reçu,
la fermeture du Grand Palais ? un lieu aussi où des publics nou- en 2002, le Grand Prix de lit-
Pour maîtriser les délais du veaux découvrent l’art, ont envie térature policière.
chantier et minimiser les risques de revenir chez nous et d’aller
d’augmentation des coûts, il a été ailleurs. J’ai voulu une program- MUSI QU E
décidé d’éliminer toute coactivité. mation beaucoup plus diversi- Tenacious D organise
L’intégralité du Grand Palais serait fiée, qui n’oublie ni la photogra- des enchères pour les
fermée pendant deux ans, à partir phie ni la mode. victimes des attentats
d’une date à déterminer – au plus Les premiers chiffres sont en- Le groupe rock-folk comique
tôt au second semestre 2019. courageants : au printemps, 23 % Tenacious D, où chante l’ac-
des visiteurs de Vélasquez teur américain Jack Black, a
Deux ans sans FIAC n’étaient jamais venus au Grand présenté le 22 décembre cer-
ni Paris Photo… Palais, et 29 % de ceux de Jean Paul tains de ses accessoires de
Leurs organisateurs le savent. Gaultier. Depuis 2009, le nombre scène pour une vente aux en-
Deux ans, pas trois. Une fois que de cartes Sésame jeunes est passé chères dont les bénéfices
les travaux seront achevés, on de 3 000 à 10 000. Un tiers de nos iront aux victimes des atten-
pourra utiliser, au rez-de-chaus- abonnés ont moins de 30 ans. Les tats de Paris.
sée, des espaces qui ne peuvent adolescents étaient 62 000 Les recettes seront versées à
pas aujourd’hui communiquer en 2009, 100 000 en 2015 : une la Sweet Stuff Foundation, di-
avec la Nef. Il y aura plus de mètres hausse de 40 000 en cinq ans, rigée par Josh Homme, l’un
carrés d’exposition, dans de c’est bien. Dans le champ social, des cofondateurs des Eagles
meilleures conditions, plus sûres. nous n’avions rien en 2009. of Death Metal, le groupe
ILLUSTRATION : EMILIE BRISAVOINE

La galerie sud-ouest, essentielle En 2014, cela concernait près de californien qui jouait au Bata-
pour la FIAC, n’est pas aux nor- 2 500 personnes. C’est peu, mais clan le soir de l’attaque du
mes. Certes, nous prenons des les groupes proposés par le SAMU 13 novembre, et dont Jack
mesures compensatoires, des social ou un centre de détention Black est un collaborateur
agents anti-incendie, des pom- sont de 5 à 15 personnes. régulier. – (AFP.)
piers supplémentaires. Mais la
Préfecture de police pourrait très Le même impératif d’ouverture ARTS
bien venir et dire : « Vous m’aviez vaut-il pour la Nef ? Nicolas Cage restitue
promis un schéma directeur, il n’ar- Elle est « tutti frutti », avec une un crâne de dinosaure
DIRECTION ARTISTIQUE : AURELIE STEFANI

rive pas. Donc, vous fermez. » Une programmation éclectique. Je n’ai volé en Mongolie
simple mise aux normes coûte au pas le début d’un regret, ni d’avoir L’acteur américain Nicolas
moins la moitié d’un aménage- accueilli des fêtes techno, ni Cage a accepté de restituer à
ment complet, sans aider à résou- d’avoir fait venir les rollers. Je n’ai la justice américaine un crâne
dre les problèmes de finance- jamais voulu en faire une Porte de de dinosaure vieux de plu-
ment. N’oublions pas la candida- Versailles de luxe, avec des salons sieurs millions d’années, ex-
ture de Paris aux Jeux olympiques où tout est beau et cher. La nature porté illégalement de Mongo-
de 2024. Le Grand Palais accueille- de la Nef, au sein du Grand Palais, lie, qu’il avait acheté aux
rait l’escrime et certains arts mar- que j’appelle un « monument ré- enchères en mars 2007 pour
tiaux. Et vous n’ignorez pas que publicain », veut la diversité. Le 276 000 dollars. L’annonce de
c’est souvent en escrime que la problème est que cette ouverture cette restitution a d’abord été AU CINÉMA LE 23 DÉCEMBRE
France remporte des médailles… a séduit au-delà de nos espoirs et faite par le procureur de Man-
RÉALISATION EMILIE BRISAVOINE MONTAGE KAREN BENAINOUS MONTAGE SON ET MIXAGE SIMON APOSTOLOU ÉTALONNAGE GADIEL BENDELAC PRODUCTION BATHYSPHERE PRODUCTIONS - NICOLAS ANTHOMÉ AVEC LE SOUTIEN DE LA RÉGION ÎLE-DE-FRANCE
que le planning est plein un an hattan Preet Bharara, sans AVEC LA PARTICIPATION DU CENTRE NATIONAL DU CINÉMA ET DE L’IMAGE ANIMÉE
Ce dossier est l’un des plus voire deux à l’avance. Aujourd’hui, mention du nom de l’acteur. )+!/,"&/$#$ &#(%.'!-(*"

lourds que vous ayez eus accueillir un événement inat- Mais son agent a confirmé le
à porter à la RMN ? tendu me pose des problèmes. 22 décembre à l’AFP que c’était
J’en avais deux autres impor- C’est la rançon du succès. p bien Nicolas Cage qui avait
tants. La RMN n’a pas de collec- propos recueillis par acheté ce crâne de Tarbosau-
tion permanente et il lui est im- philippe dagen et claire guillot rus bataar. – (AFP.)
20 | culture 0123
JEUDI 24 DÉCEMBRE 2015

La nuit au musée selon Valérie Favre


Rare depuis qu’elle s’est exilée à Berlin, la peintre expose un triptyque virtuose et ténébreux à Strasbourg

ARTS Il y a chez Valérie


strasbourg
Favre une forme

D
epuis qu’elle s’est ins-
tallée à Berlin en 1998
d’humour noir,
en provenance de Pa- ou de rire jaune,
ris, Valérie Favre, qui
est née en Suisse en 1959, a de
qu’elle excelle
moins en moins exposé en à exacerber
France : en 2009 au Carré d’art de
Nîmes, en 2010 et 2012 chez le ga-
jusqu’à mettre
leriste Jocelyn Wolff à Paris et, de- mal à l’aise
puis, plus rien. En 2012, elle a fi-
guré parmi les « nominés » du
le regardeur
prix Marcel Duchamp, mais ne l’a
pas obtenu : femme et peintre,
c’était trop pour un jury qui s’inté-
resse peu à la création au féminin cerber jusqu’à mettre mal à l’aise
– 4 lauréates en quinze ans… – et le regardeur.
encore plus rarement à la pein- Il se retrouve dans la même si-
ture. Intitulée « Valérie Favre, la tuation s’il prend le temps d’ob-
première nuit du monde », l’expo- server attentivement les monta-
sition strasbourgeoise, au Musée ges graphiques placés dans des vi-
d’art moderne et contemporain, trines au-dessous des sorcières
n’en est que mieux venue. « Lady Bird » (huile sur toile, triptyque, 2010), de Valérie Favre. ADAGP PARIS 2015 volantes. Les allusions littéraires,
L’artiste l’a composée en trois artistiques, mythologiques et
salles, très différentes entre elles. autobiographiques y pullulent :
La première, aux murs et aux ri- d’apparent inachèvement, qui cruelle blancheur, est dédiée à La troisième salle n’est éclairée rie Favre multiplie à partir du ta- aussi bien la liste des antidépres-
deaux rouges, expose une suite trouble la vue. Les figures flottent Maurice Blanchot. Valérie Favre a que par le halo blanc de la précé- bleau de Goya Le Vol des sorcières, seurs disponibles en pharmacie
de cinq longs triptyques, nom- dans un espace étroit, quelquefois recopié son roman Thomas l’obs- dente passant par-dessus la cloi- trois créatures infernales qui en- que le romantisme allemand ou
més Grands Théâtres. Ce sont des troué comme un vieux rideau. El- cur, insérant entre les lignes des son. Elle est donc crépusculaire. traînent dans les airs un homme le cinéma expressionniste. Ces
parades, entre foire, cortège de les se laissent d’autant moins dessins qui sont moins des illus- Sur les murs peints en noir, Les nu. Cette version inversée, fémi- dessins et collages démontrent
fête, music-hall miteux et opéra identifier que Valérie Favre joue trations que des commentaires Fragments font deviner des vi- niste, érotique et ironique des Sa- une virtuosité extrême ; et suggè-
ruiné. Il est difficile de distinguer d’innombrables nuances de verts intimes : à mesure qu’elle lisait et sions d’espaces lointains. Des bines de Jacques-Louis David ne rent une difficulté de vivre non
entre les vivants et les morts, les et de gris très proches les unes des écrivait, des images lui venaient à points lumineux que l’on sup- pouvait que l’inspirer. Que ces moins intense. p
êtres de chair et les spectres, les autres. James Ensor, Max Beck- l’esprit, réminiscence d’Edvard pose des étoiles, des nuées blan- sorcières soient les sœurs rêvées philippe dagen
femmes et les hommes, les hu- mann, Fritz Lang, David Lynch Munch ou image personnelle. Ces châtres qui font songer à des ga- de l’artiste ne fait aucun doute.
mains et les animaux. Difficile de sans doute : ce sont quelques-uns pages donnent à voir comment laxies et des voies lactées : la pein- Cette série est remarquable, l’une Valérie Favre, la première nuit
savoir ce qu’ils font – jouer de la des interlocuteurs avec lesquels les phrases de Blanchot ont sus- tre se lance un défi, celui de tenir des meilleures réussites de la du monde, Musée d’art moderne
musique, accomplir des tours de elle aime à s’entretenir. cité des réactions et associations tête à la représentation cinémato- peintre, avec celle qu’elle a long- et contemporain, 1, place Hans-
magie, ressusciter ou disparaître. graphiques. Il est rare de pouvoir graphique du cosmos, qui est évi- temps accumulée à propos des in- Jean-Arp, Strasbourg (67).
Singulière est la contradiction, Cruelle blancheur observer de façon aussi nette le demment archidominante nombrables façons de se suicider. Tél. : 03-68-98-51-55. Du mardi
évidemment voulue et même ag- Ses œuvres naissent en effet sou- fonctionnement mental et émo- aujourd’hui. A ces visions stellai- Il y a en effet chez Valérie Favre au dimanche de 10 heures
gravée, entre les dimensions mo- vent de rencontres qui la boule- tionnel de la lecture et les consé- res ténébreuses répondent logi- une forme d’humour noir – ou de à 18 heures. Entrée : de 3,50 €
numentales des toiles et leur état versent. La deuxième salle, d’une quences visuelles des mots. quement les variations que Valé- rire jaune – qu’elle excelle à exa- à 7 €. Jusqu’au 27 mars 2016.

« L’Hirondelle inattendue » de Simon Laks L’HISTOIRE DU JOUR


Au Théâtre de Chaillot,
survole enfin la France le bonheur prend cher
L’unique opéra du compositeur franco-polonais a été brillamment mis en scène à Montpellier

LYRIQUE le cadre du festival Musiques in-


terdites en 2009. Ecrit en France
Ce très court Auschwitz le 17 juillet 1942. Il y in-
tégra l’orchestre masculin
P rononcez « coûte que coûte » et un flot de sensations vous
fait serrer les dents. L’expression accroche d’emblée à ses
wagons une charge de détermination et d’âpreté. Avec, en
conclusion, une addition toujours salée à régler. En choisissant
d’intituler leur nouveau duo Coûte que coûte, la comédienne Bri-
montpellier - envoyée spéciale
en 1965, créé à Varsovie dix ans opéra-bouffe comme violoniste avant d’en de- gitte Seth et la danseuse Roser Montllo Guberna, ici épaulées par

L e rare Chérubin de Massenet


avait inauguré, en octobre,
la première saison de Valé-
rie Chevalier-Delacour à la tête de
l’Opéra national de Montpellier.
plus tard avant d’être enregistré
par la radio polonaise en 2010
chez EDA, il avait été monté à Bre-
genz, en Autriche, en 2014. C’est
cette dernière version qui était re-
n’avait été
donné qu’en
version concert
venir le chef d’orchestre, ce qui lui
sauva la vie sans lui épargner de
grandes souffrances.
Rentré à Paris à la fin de la
guerre, naturalisé français
le texte d’Elisabeth Gonçalves sur le thème du bonheur, donnent
une idée des échelons à grimper avant d’arriver à ses fins. On a
beau se décarcasser pour être heureux, pas sûr de décrocher le
gros lot – surtout lorsque la fin vous pend chaque jour au bout du
nez. De cette équation existentielle, Seth et Montllo ont extrait
Ce 18 décembre, l’entreprenante prise à Montpellier. jusqu’ici en 1948, il se refusera à devenir un un jus spectaculaire qui leur ressemble. Peu de choses suffisent à
directrice proposait la première Beaucoup penseront que l’arri- des grands témoins de l’Histoire, ces deux femmes, complices depuis 1997 et la création de leur
scénique française de L’Hirondelle vée tardive de cette Hirondelle si l’on excepte la publication, compagnie Toujours après minuit. Entre danse et théâtre, ballot-
inattendue, unique opéra du com- inattendue réhabilite avant tout la nelle, concise et percutante. Au en 1948, de Mélodies d’Auschwitz tant ferme pour garder l’équilibre entre le rire et l’envie de pleu-
positeur franco-polonais Simon mémoire d’un survivant de la style corrosif du néoclassicisme à (Ed. Mercure de France). Le pia- rer, leur comédie musicale du bonheur
Laks (1901-1983). Ce très court opé- Shoah. Ce serait une erreur, dou- la française et au lyrisme hérité du niste Pascal Amoyel et la violon- LA COMÉDIENNE surfe sur des émotions extrêmes.
ra-bouffe en un acte n’avait jus-
qu’alors été joué en France qu’en
blée d’une injustice :
chef-d’œuvre de Simon Laks té-
le post-romantisme, il mêle brillam-
ment l’élément hétérogène de la
celliste Emmanuelle Bertrand s’en
inspireront dans leur émouvant
BRIGITTE SETH ET Au milieu d’une nuée de pupitres, en
petites robes noires, elles vont et vien-
version concert, à Marseille, dans moigne d’une inspiration person- chanson populaire : la partition se spectacle, Le Block 15. Laks mettra LA DANSEUSE ROSER nent, s’effondrent et se tapent dessus en
nourrit en effet de la valse senti- fin à sa carrière de compositeur cherchant à comprendre ce qui peut bien
mentale L’Hirondelle du faubourg, en 1966, convaincu qu’il ne retrou- MONTLLO GUBERNA être la moelle de la vie. On le sait tous, la
un tube dans les années 1960. verait pas sa place dans le monde
de l’après-guerre. Cet érudit qui
SURFENT SUR DES farce est amère, le bonbon empoisonné,
la méthode Coué a ses limites mais il faut
Parabole de l’artiste exilé parlait six langues devait alors se ÉMOTIONS EXTRÊMES avancer. Ce que font avec leur grâce déli-
Le livret, tiré de la pièce radiopho- consacrer au cinéma et à la littéra- rante nos duettistes dans ce Coûte que
nique de Claude Aveline Le Bes- ture, jusqu’à sa mort en 1983. coûte dépressif mais super-vivant, drôle aussi. Leur humour noir,
tiaire inattendu, s’y prête, qui s’ap- La metteure en scène Sandra accroché à la voix haut perchée de Brigitte Seth, compte pour
parente à une fable moraliste. Fille Pocceschi a choisi avec pertinence beaucoup dans le spectacle. Une phrase : « Pour commencer, nous
de joie blessée de deux coups de d’envoyer son Hirondelle sur la allons tous mourir, précise d’emblée la comédienne. On le sait,
couteau, une pauvre Hirondelle Lune, elle qui fut écrite et compo- mais doucement, doucement… » Et toute la salle de se marrer. Son
est rejetée du paradis des ani- sée sur fond de conquête spatiale ton faussement naïf situe d’emblée la couleur de cette ronde noc-

% "
maux célèbres, aux conservatri- et de guerre froide. Débarquée de turne, quasiment une ritournelle insomniaque, qui fait rimer co-

( &" ' #! $ D A C TION


ces prétentions nobiliaires, puis
de celui des hommes. Sous les
traits (tirés) du volatile, Laks déve-
loppe sans pathos, avec une appa-
rente légèreté, la parabole de l’ar-
tiste exilé, victime de l’exclusion.
notre planète déshéritée, le mal-
heureux volatile finira par dispa-
raître dans le cosmos, laissant au
monde le souvenir troublant
d’une mélodie.
C’est à L’Enfant et les sortilèges
mique et tragique. Très clowns, Seth et Montllo sortent de leurs
gonds en permanence. Le coût de la vie est toujours hors de prix.
Les deux femmes sont des habituées des situations crispées.
Leur précédent spectacle Change or Die (2013) prenait position
sur le marché du travail pour sortir le drapeau de la lutte des clas-
ses… Amoureuses des mots et des langues, Brigitte Seth, formée
L A R É
ER ET
La mélodie populaire revêt alors le de Ravel qu’a appartenu ensuite au théâtre en France, et Roser Montllo Guberna, grandie dans la

A U M E E R N 6 H 30-9H
symbole d’un espoir secret tapi au de compléter la soirée – même danse en Espagne, se sont fait connaître en duo, leur forme de

GUILL A U R E D I /
VEND ean Birnbaum
cœur des hommes, là où la musi- tribunal animalier, même travail prédilection. El Como Quieres (1995), dansé, parlé, chanté, se-

I
que savante se révèle impuissante. de déconstruction de la musique couait la tirelire de l’intime en catalan, espagnol et français,

DU L U N D e de J
Laks sait de quoi il parle, lui, le savante flirtant avec l’inspiration comme Rosaura (2004), qui se risquait dans un pas de deux sur la

u v e z la c hroniqu natif de Varsovie exilé en France populaire. Un rapprochement fusion à couteaux tirés. Aimer, être aimé, résister et revendiquer

Retro en 1926 pour fuir les pogroms, musicalement judicieux, drama- d’être soi-même sont leurs obsessions. Coûte que coûte en tire

h a q u e je u di à 8h55 en partena
riat avec
ancecultur
e lui, le compositeur brillant dont tiquement signifiant : à la terri- une mélodie joyeusement dissonante. p
c francecult
ure.fr / @Fr l’avenir au sein de l’avant-garde
musicale parisienne fut stoppé
ble dénonciation du collectif
opérée par Laks répond la fragile
rosita boisseau

dès 1933. Interné au camp de mais édifiante leçon d’altruisme Coûte que Coûte de Brigitte Seth et Roser Montllo Guberna.
Beaune-la-Rolande, puis à de Ravel. p Théâtre national de Chaillot (Paris) jusqu’au 25 décembre,
Drancy en 1941, Laks fut déporté à marie-aude roux de 11 à 70 €. Tél. : 01-53-65-30-00.
0123
JEUDI 24 DÉCEMBRE 2015 télévisions | 21

« My Fair Lady », ascenseur social en chansons VOTRE


SOIRÉE
Une captation de la fameuse comédie musicale est présentée par France 3 pour les fêtes de fin d’année TÉLÉ
J E UD I 24 D É CE M B R E
FRANCE 3 et le sens premiers, notamment TF1
JEUDI 24 – 23 H 20 pour ce qui concerne la prosodie 20.55 Les Douze Coups
COMÉDIE MUSICALE des chansons. Ce qui explique de minuit
qu’on choisisse parfois de donner Divertissement animé

M
y Fair Lady, de Fre­ les dialogues en français et les par Jean-Luc Reichmann.
derick Loewe (1901­ chansons en anglais : solution bâ- 23.40 Spécial bêtisier
1988) et Alan Jay tarde et peu satisfaisante. Mais Divertissement animé
Lerner (1918­1986), l’auteur de cette adaptation, le par Karine Ferri.
est l’un des plus gigantesques suc­ metteur en scène Alain Marcel, France 2
cès de la comédie musicale améri- est de ceux qui réussissent le 20.55 Les Rois du bêtisier
caine, l’un de ces classiques qui mieux ce périlleux exercice. Divertissement animé
ont donné lieu à une adaptation Eliza Doolittle emprunte dans ce par Virginie Guilhaume.
au cinéma et rencontré par ce spectacle un amusant accent ch’ti, 00.00 Messe de minuit
biais un vaste public internatio- excellent pendant à l’accent coc- Messe de Noël célébrée
nal. Deux vedettes des planches et kney (plus pittoresque que l’ac- en direct de la basilique Saint-Pierre,
du grand écran ont de surcroît in- cent parigot). Chiara Skerath est à Rome.
carné tour à tour le rôle principal merveilleuse dans le rôle de celle France 3
d’Eliza Doolittle : Julie Andrews – qui passe de la rue aux salons de la 20.55 Roberto Alagna
lors de la création scénique à haute, ainsi que l’est le reste de la chante Noël
Broadway en 1956 – et Audrey distribution placée sous la direc- Concert enregistré
Hepburn, dans le fim de George tion de Paul-Emile Fourny qui, s’il à la salle des Etoiles du Sporting
Cukor en 1964. ne signe pas une mise en scène d’été de Monte-Carlo par l’Orchestre
L’histoire, adaptée de la pièce d’anthologie, livre un spectacle philharmonique de Monte-Carlo.
Pygmalion (1914), de George Ber- Chiara Skerath (au centre) dans le rôle d’Eliza Doolittle. CEDRIC DELESTRADE / ACM-STUDIO tout à fait dans l’idée de ce qu’on 23.20 My Fair Lady
nard Shaw, narre l’ascension so- s’attend à voir en fin d’année. p Spectacle enregistré
ciale d’une jeune femme, très mo- renaud machart à l’Opéra Grand Avignon,
deste fleuriste londonienne, d’al- qu’Eliza finit par briller en société tes de fin d’année, une captation médies musicales « classiques » en décembre 2013 (155 min).
lure débraillée et au très épais ac- et à séduire son grincheux et mi- d’une production en français de sont présentées en anglais sous- My Fair Lady, de Frederick Loewe Canal+
cent cockney. Elle rencontre, à la sogyne pygmalion. My Fair Lady filmée à l’Opéra titré. (musique) et Alan Jay Lerner 21.00 La Reine des neiges
sortie d’un théâtre où elle essaie d’Avignon. On peut toujours dis- Il est vrai, les sous-titres ne par- (paroles et livret). Avec Chiara Film d’animation de Jennifer Lee
de vendre quelques fleurs, deux Accent cockney vs accent ch’ti cuter la traduction d’une comé- viennent pas toujours à trans- Skerath, Catherine Alcover, et Chris Buck (EU, 2013, 100 min).
messieurs bien mis, dont le pho- Il est à noter que ce happy end a die musicale anglo-saxonne, mettre les finesses et les jeux de Jeanne-Marie Levy, Julie 22.35 Kamel le magicien en live !
néticien Henry Higgins. Celui-ci été imaginé pour la comédie mu- même si ce procédé a longtemps mots de la langue originale ; une Mauchamp… Orchestre et Spectacle enregistré en février,
assure qu’il pourrait corriger les sicale ; l’original de Shaw se ter- été l’ordinaire des théâtres fran- traduction française, si elle per- chœurs de l’Opéra d’Avignon, au Casino de Paris (80 min).
défauts d’expression (ainsi que minait de manière beaucoup çais où l’on donnait, souvent met de suivre le spectacle sans le- Dominique Trottein (direction), France 5
d’allure et de maintien) de la plus cynique, Higgins demeu- dans la foulée de leur création, ver les yeux au-dessus du man- Paul-Emile Fourny (mise en 20.40 La Vallée des pandas
jeune fille des rues. Il parvient si rant indéfectiblement céliba- ces ouvrages dans notre langue. teau de scène, rend quant à elle scène). (Fr., 2014, 2h35 min). Documentaire de Penny Ashbrook
bien à ses fins avec son cobaye taire. France 3 diffuse, pour les fê- Aujourd’hui, la plupart des co- parfois difficilement les sonorités Rediffusé le 1er janvier à 0 h 20. (Fr.-NZ, 2015, 85 min).
22.40 Gaumont,
en effeuillant la marguerite
Documentaire de François Cluzet
(Fr., 2015, 50 min).

Une glace au tain pâle Arte


20.55 La Petite Dorrit
Série fondée sur le roman
de Charles Dickens. Avec Claire Foy,
« La Reine des neiges » dans le monde rose des poupées Barbie Matthew Macfadyen, Judith Parfitt
(GB, ép. 1 à 8/8).
M6
CANAL+ la protéger, de ne plus avoir aucun ponce se battait à coups de poêle à ments énergiques et même un dé- pin-up Bettie Page. 20.55 Gnoméo & Juliette
JEUDI 24 – 21 H 00 contact avec elle, ni avec le monde frire, la maladroite Anna trahit ses nouement plutôt inattendu lors- Les studios Disney ont peut-être Film d’animation de Kelly Asbury
FILM D’ANIMATION extérieur. Mais Elsa doit à son tour excès d’enthousiasme en frappant qu’on est habitué au baiser été échaudés par l’accueil mitigé (GB-EU, 2011, 90 min).
devenir reine… ses interlocuteurs : seule la hiérati- d’amour qui sauve l’aimé et même de La Princesse et la Grenouille 22.25 Picsou, le trésor

D ans le royaume d’Arendel


vivent deux jeunes prin-
cesses, Elsa et Anna. Elsa
possède un mystérieux pouvoir :
elle est capable de répandre l’hiver
Production des studios Disney,
La Reine des neiges (2013) s’inscrit
dans la lignée du triomphal Rai-
ponce (2010) : même patrimoine
génétique (yeux immenses, pom-
que Elsa échappe à la règle, mais on
comprend rapidement qu’elle
n’est pas l’héroïne de ce conte-là.

Un dénouement inattendu
le monde.
Mais pourquoi renoncer aux
rythmes entêtants, sauvages, du
thème musical introductif pour se
vautrer dans une pop écœurante
(2010), leur dernier retour à une
animation traditionnelle à la
main et surtout à une exigence
d’inventivité que l’on n’a pas re-
trouvée depuis. Mais il est bien re-
de la lampe perdue
Film d’animation de Bob Hathcock
(Fr.-EU, 1990, 80 min).

sur tout ce qu’elle désigne ou tou- mettes hautes et roses, corps frêles Les effets visuels imaginés pour aux orchestrations mécaniques ? grettable qu’ils se soient contentés
che. Cette particularité fait les déli- – au moins pour les demoiselles – créer les paysages de cette féerie hi- Surtout, pourquoi continuer d’im- d’offrir aux petites filles des rêves
ces d’Anna, qui exige en toute sai- et têtes énormes), même rythme vernale et le spectaculaire palais de poser un modèle visuel qui est qui ressemblent aux jouets qu’el-
son patinoire improvisée et bons- effréné, même volonté de gom- la reine ont leurs apothéoses, et le presque en tout point la transposi- les ont déjà. p
hommes de neige, jusqu’au jour mer ce que les princes et princes- scénario – bien qu’alourdi par la tion du monde rose des poupées noémie luciani
où Elsa, dont le don grandit et de- ses traditionnels de Disney pou- présence d’un comparse bon- Barbie ? La fadeur industrielle
vient difficile à maîtriser, blesse sa vaient avoir de raffiné pour leur homme de neige assez peu inté- d’Anna, d’Elsa et de Raiponce ferait Film d’animation américain de
petite sœur. Elle décide alors, pour faire gagner en convivialité. Rai- ressant – trouve des rebondisse- passer Blanche-Neige pour la Chris Buck et Jennifer Lee (1 h 40).

0123 est édité par la Société éditrice


du « Monde » SA
SUDOKU
HORIZONTALEMENT
Durée de la société : 99 ans
I. Evitent de prendre des mesures à compter du 15 décembre 2000.
GRILLE N° 15 - 303
PAR PHILIPPE DUPUIS
souvent fastidieuses. II. Souvent ail- N°15-303 Capital social : 94.610.348,70 ¤.
Actionnaire principal : Le Monde Libre (SCS).
leurs. Prend sa source dans le Perche. Rédaction 80, boulevard Auguste-Blanqui,
III. Celles du Saint-Esprit gardent leur 75707 Paris Cedex 13 Tél. : 01-57-28-20-00
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 mystère. IV. Convient. Mis de côté. Abonnements par téléphone :
de France 3289 (Service 0,30 e/min + prix appel) ;
I
Pris en considération. V. Coloré de l’étranger : (33) 1-76-26-32-89 ;
comme un arc. Entrent en action. Ob- par courrier électronique :
abojournalpapier@lemonde.fr.
II jectif à atteindre. VI. Posséda. En fa- Tarif 1 an : France métropolitaine : 399 ¤
mille avec le singe et l’homme. Courrier des lecteurs
III
VII. Quart de tour. Conifères aux re- blog : http://mediateur.blog.lemonde.fr/ ;
Par courrier électronique :
lets bleutés. VIII. Bien propre. Dresse courrier-des-lecteurs@lemonde.fr
IV
sur place. IX. Echanges avec les gre- Médiateur : mediateur@lemonde.fr
Internet : site d’information : www.lemonde.fr ;
V nouilles et les crapauds. Recouvre et
Finances : http://inance.lemonde.fr ;
se fait recouvrir. X. Stockeraient pour Emploi : www.talents.fr/
VI plus tard. Immobilier : http://immo.lemonde.fr
Documentation : http ://archives.lemonde.fr
VII VERTICALEMENT Collection : Le Monde sur CD-ROM :
CEDROM-SNI 01-44-82-66-40
1. Ne comptez pas trop sur elle pour
VIII
Le Monde sur microilms : 03-88-04-28-60
régler vos problèmes. 2. Permet le re-
La reproduction de tout article est interdite
tour en kiosques et sur les rayons. sans l’accord de l’administration. Commission
IX
3. Dame du monde. Leurs rhizomes paritaire des publications et agences de presse
n° 0717 C 81975 ISSN 0395-2037

25 ANS !
X aident à évacuer. 4. Bonne mère NUMÉRO
TRIPLE !
DOM 7,30 € Espagne 6,90€ E-U 9,95$US
Afrique CFA 4 600FCFA Algérie 740DA

G-B 5,60£ Grèce 6,90€ Irlande 6,90€

Portugal cont. 6,90€ Suisse 8,90CHF

nobélisée. Grecque. 5. Doux et


Andorre 6,90€ Canada 9,95 $CAN
Allemagne 6,90€ Autriche 6,90€

TOM 1 150CFP Tunisie 6,9DTU


Maroc 55DH Pays-Bas 6,90€
Italie 6,90€ Japon 1 600¥

N° 1311-1312-1313 du 17 décembre 2015


au 6 janvier 2016
courrierinternational.com
France : 5,90 €

agréable. Prises très mal engagées sur


DU NEUF !
SUPPLÉMENT 25 ANS
Numéro anniversaire

25

SOLUTION DE LA GRILLE N° 15 - 302 le tapis. 6. Bulles du Piémont. Mise à Le monde en 2040


ans

Après les régionales et face au FN,


la classe politique française doit tout changer,
nu. 7. Préfère ne pas prendre de Al’occasiondenos25ans,
un voyage dans le temps
avec la presse étrangère
juge la presse étrangère
Présidente :
HORIZONTALEMENT I. Hypertension. II. Opinion. Acre. III. Roesti. Ali. Numér Corinne Mrejen PRINTED IN FRANCE
risque. Le strontium. 8. Eliminer bru- o anniv

NUMÉRO
REPORTAGE— ersaire
LE SEIGNEUR

IV. Onde. Talé. Ut. V. Do. Ri. Rimera. VI. Amorçage. Ubr (bru). VII. Téta.
DES PATATES 25
talement. 9. Le deuxième à éliminé L’ANNÉE EN
CARTOONS —
Le mo
ans
80, bd Auguste-Blanqui,
nde e

TRIPLE
n 204 75707 PARIS CEDEX 13
Jonchai. VIII. Eue. Motel. In. IX. Utérin. Ruiné. X. Respectables. Charles le Téméraire. Pitié d’autrefois. 0
Tél : 01-57-28-39-00
10. Gardas pour toi. Empereur byzan- Fax : 01-57-28-39-26
VERTICALEMENT 1. Horodateur. 2. Yponomeute. 3. Pied. Otées. 4. Enser-
tin. 11. Dans l’erreur. Résiste aux En vente L’Imprimerie, 79 rue de Roissy,
ra. Rp. 5. Rit. IC. Mie. 6. Toit. Ajonc. 7. En. Argot. 8. Aliénera. 9. Salem.
coups de chaleur. Boisson anglaise.
Iran—Les chefs-
d’œuvre cachés
Al’occas
un voy iondenos25
age dan ans, chez votre marchand 93290 Tremblay-en-France
de journaux
avec la
de l’impératrice presse s le temps

Toulouse (Occitane Imprimerie)


étrangè
re

Club. 10. Ici. Euh. Il. 11. Or. Urbaine. 12. Nectarines.
M 03183 - 1311 - F: 5,90 E - RD

3’:HIKNLI=XUZ^UV:?l@d@b@l@a"; 1307 une


pour pub
.indd
1

12. Empêchèrent l’avancement. Montpellier (« Midi Libre »)


22 | styles 0123
JEUDI 24 DÉCEMBRE 2015

C’est là qu’on investit notre ar-


gent. »
Comme une véritable marque
de prêt-à-porter de luxe, ce qu’elle
veut devenir sur le long terme,
Yves Salomon a son studio de
création, officiant pour ses pro-
pres marques comme pour les
maisons de luxe avec lesquelles il
collabore (Jean Paul Gaultier, So-
nia Rykiel, Louis Vuitton, etc.). La
marque française n’est pas la
seule à avoir pris cette direction,
toute l’industrie mondiale de la
fourrure va dans le sens du rajeu-
nissement et de la création.
Saga Furs, le marchand de peaux
finlandais, organise une compéti-
tion de design avec le London Col-
lege of Fashion, fournissant la ma-
tière première et demandant aux
étudiants d’inventer des pièces.
Le concours de création de la Bri-
tish Fur Trade Association a vu ses
demandes d’inscription augmen-
ter de 50 % cette année, selon les
informations données par son di-
recteur au site britannique Busi-
nessoffashion.com. L’Internatio-
nal Fur Trade Federation a elle
aussi sa compétition de jeunes ta-
Nathan Sprung, lents. Autant d’événements que
dans ses ateliers les associations antifourrure dé-
de la rue de Paradis, noncent comme des entreprises
à Paris. de lavage de cerveau des créateurs
WILLIAM BEAUCARDET de demain.
POUR « LE MONDE »
Changement de lignes
Pour rafraîchir leur offre, Yves Sa-
lomon et Sprung Frères dévelop-
pent des lignes à la fois plus poin­
tues et plus accessibles. Yves Salo­

la fourrure change de peau mon lance ainsi Meteo, mais aussi


une gamme de parkas sous le
nom Army, et une collaboration
avec le concept store américain
2/2 Dans un contexte économique difficile, deux grandes maisons parisiennes branché, Opening Ceremony.
Sprung Frères introduit de son
ont entamé chacune à leur façon leur modernisation côté 32 Paradis, avec la styliste Va-
lérie Dufour, et a inauguré il y a
cinq ans une collection capsule
baptisée « Plume », dynamique,
colorée, graphique ; un « test

I
nstallé dans cette joliment mode », selon Nathan Sprung, qui
nommée cité Paradis du a si bien fonctionné que, dès le
10e arrondissement de Paris, 1er janvier 2016, elle fusionnera
Yves Salomon est depuis tou­ avec la marque principale Sprung
jours une maison de poids, pres­ Frères pour devenir Sprung (piè-
que centenaire, le leader de la four­ ces à partir de 1 000 euros). « Nous
rure française, fabricant pour les allons ouvrir une boutique amirale
plus grandes maisons. Mais lors- à Paris puis développer l’interna-
qu’il déambule dans les rues adja- tional, notamment le Japon et la
centes, lieux de vie historiques des Corée », explique Nathan Sprung.
fourreurs de la capitale, et qu’il Ces lignes sont fabriquées avec
voit les autres boutiques baisser le des peaux moins onéreuses (la­
rideau les unes après les autres, pin, agneau, etc.), pas toujours en
Thomas Salomon, fils d’Yves et re- Europe, et vendues dans les mul­
présentant de la quatrième géné- timarques « cool » du monde en­
ration de fourreurs de la famille, tier, pour séduire une clientèle
réalise que personne n’est à l’abri. plus moderne.
« Il y a sept ans environ, j’ai dit à « Bien sûr, les vêtements sont de
mon père que si l’on restait pure- véritables peaux, mais on ne veut
ment fourreurs, on allait disparaî- pas que les gens aient le sentiment
tre sous trois ans. Je lui ai dit aussi d’entrer chez un fourreur tradition-
que le seul moyen d’exister nel. Nous créons une ambiance de
aujourd’hui passait par le dévelop- boutique de créateur. Nous som-
pement de collections “mode” et mes une référence au niveau de la
l’ouverture de nos propres bouti- fourrure, mais nous intégrons la
ques », se rappelle le trentenaire. Il marque Yves Salomon dans un
a été écouté. Le virage a été pris, univers de prêt-à-porter », expli-
avec un talent certain. La semaine que Thomas Salomon, dont la
dernière, Yves Salomon a inauguré marque présente désormais ses
sa première boutique à New York collections lors de la Fashion
sur la très chic et coûteuse Madi- Thomas Salomon dans le studio de création de la maison Yves Salomon, à Paris. DR Week parisienne, développe des
son Avenue, quelques jours après campagnes publicitaires et plan-
l’ouverture d’un point de vente à che sur une ligne de baskets. Une
Casablanca, au Maroc. collections tout en teintes pastel l’homme, qui voulait quelque pendant les années 1990 qui ont vision qui peut être rapprochée de
Dans un autre style, mais avec la et poils rasés. « RESTER SUR L’IDÉE DE chose de glamour, de luxueux, de laissé des traces. « Les femmes la maison italienne Fendi, fondée
même impérieuse envie de chan-
ger, la nouvelle génération aux
La transition est délicate pour
ces deux grands noms de la four-
LA FOURRURE COMME UNE flatteur pour lui socialement.
Aujourd’hui, les femmes achètent
aujourd’hui n’y connaissent quasi-
ment rien en peaux alors qu’avant,
en 1925 avec l’étiquette d’un grand
fourreur et devenue, depuis le lan-
manettes de Sprung Frères a entre- rure qui veulent continuer à mi­ VALEUR UTILITAIRE, C’EST pour elles, elles travaillent, ont des nous avions des clientes qui cement de sa ligne de prêt-à-por-
pris son chantier de rénovation. ser sur un savoir­faire ancestral enfants et veulent un manteau étaient presque plus profession- ter en 1975 sous la direction de
Les bureaux du cinquième étage mais proposer des produits mo­ ACCÉLÉRER SON DÉCLIN » plus simple, flexible et pas bling- nelles que nous ! Elles identifiaient, Karl Lagerfeld, une maison de
de ce bizarre regroupement d’im- dernes et excitants. « D’une cer- THOMAS SALOMON bling. » au toucher, les animaux, les pelle- mode comme une autre.
meubles pseudo-modernes, tou- taine façon, la fourrure tradition- directeur général associé L’idée est donc de défendre un tiers… », rappelle Nathan Sprung. La diversification de ses activités
jours dans le 10e arrondissement, nelle n’a plus de place aujourd’hui, d’Yves Salomon prêt-à-porter saisonnier plutôt Comment donc moderniser la a été si efficace, particulièrement
ne reflètent pas (encore) le réveil. Il assure Thomas Salomon. Les que des pièces soigneusement fourrure ? En l’associant en dou- grâce à son sac à main Peekaboo,
y a un temps pour tout. Dans le clientes ne veulent plus ces longs gardées dans des housses, si pos- ceur à d’autres matières plus que l’an dernier, Fendi a organisé
couloir s’entassent d’imposants manteaux massifs et clinquants, à cennie. Leur coupe et leur style sible au frais pendant les saisons « politiquement correctes » et un fastueux défilé « Haute Four­
manteaux de fourrure, face à une l’exception de certaines étrangères devaient être pérennes, ce qui em- chaudes. Le renouvellement de la moins chères (le cachemire, la rure » pendant la semaine de la
vitrine dans laquelle des photo­ fortunées. Les femmes veulent un pêchait toute audace créative qui mode, l’enchaînement des ten- peau lainée ou le cuir) pour con- couture à Paris, histoire de rappe­
graphies en noir et blanc abîmées manteau qui tienne chaud, qui soit les aurait trop vite démodés. dances lancées par les grandes fectionner des manteaux que l’on ler à tout le monde… ses origines
par le temps montrent des jeunes tendance et luxueux. Avant, un Aujourd’hui, l’ambition de Tho- chaînes de fast fashion (H&M, porte sans chichis. « On essaie de oubliées. Pour Francine Sprung, il
femmes posant langoureusement manteau de fourrure était chaud, mas Salomon est de créer une Zara, etc.) ont aussi affecté cette créer un univers de technicité et de n’est cependant pas question d’al­
en vison et cuissardes. peut-être luxe, mais pas du tout « fourrure pour une saison, une discipline artisanale qui requiert produits innovants, fait remar- ler jusque­là, « malgré tout, nous
“mode”. Les gens considéraient ça fourrure qu’on peut changer ». plusieurs semaines pour fabri- quer Thomas Salomon. Beaucoup ne nous considérons pas comme
Teintes pastel et poils rasés comme une matière, un investisse- Francine Sprung ne le contredit quer un manteau. Quant au désir de fourreurs ont fermé boutique une maison de prêt-à-porter, notre
Le changement se fait douce- ment, un produit statutaire au pas mais tient à exprimer son de sobriété antinomique de celui parce qu’ils étaient restés sur un vraie crédibilité est sur la fourrure
ment, peut-être pour ne pas frois- même titre qu’une voiture ou un « opinion de femme », dans un mé- de fourrure, il s’est développé sur produit sans aucune recherche. et la peau. C’est sur ça que l’on sou-
ser les anciens. « Nous entamons diamant. Rester sur l’idée de la tier dominé par les hommes : un terreau fertile : une crise finan- Chez Yves Salomon, nous avons haite capitaliser. Notre ADN est ce-
actuellement un travail de réorga- fourrure comme une valeur utili- « Autrefois, la première fourrure cière depuis 2008, une France une valeur ajoutée que d’autres lui d’un fourreur, et si cela sonne un
nisation qui va de pair avec l’évolu- taire, c’est accélérer son déclin. » était offerte par le père, puis par le plongée dans un climat social pe- n’ont pas : une équipe de designers peu poussiéreux pour certains, à
tion des attentes de nos clientes », Du fait de leur prix élevé, les mari, et, ensuite pourquoi pas, par sant et, même si les acteurs le et stylistes qui pensent aux nouvel- nous de le dépoussiérer sans renier
expliquent Nathan et Francine manteaux de fourrure étaient, ja­ l’amant. L’achat de ces manteaux nient, des campagnes antifour- les manières d’utiliser la fourrure, notre héritage ». p
Sprung, entourés des dernières dis, achetés une à deux fois par dé­ était soumis au regard et à l’avis de rure particulièrement agressives aux patronages, aux mélanges. julien neuville
0123
JEUDI 24 DÉCEMBRE 2015 0123 | 23

EUROPE | CHRONIQUE MILLIARDAIRES


À LA CONQUÊTE
par p hil ip p e r icar d

Cameron et les DE L’ESPACE est devenu un acteur-clé du spatial, qu’il ne


cesse de bouleverser – comme il bouscule
réussi un tel exploit. Un mois plus tôt, Jeff
Bezos, autre jeune milliardaire américain,
celui de l’automobile avec les voitures élec- patron d’Amazon et fondateur de Blue Ori-

questions qui fâchent triques Tesla. En 2013, déjà, il s’était immiscé


dans le duopole formé par l’européen Aria-
nespace et le lanceur russe Proton en cas-
gin, était parvenu à faire atterrir sa fusée
New Shepard après un vol non habité su-
borbital. Cependant, sa fusée est plus pe-
sant les prix de lancement et de mise en or- tite, moins lourde, moins puissante et n’est

L
es dirigeants européens bite des satellites de près de 30 %. Cette con- pas destinée à des missions aussi lointai-
ont l’art de maquiller EURO, LIBRE currence a provoqué un changement de nes que celles de Falcon 9.
leurs divergences derrière
des compromis de façade.
CIRCULATION... LE paradigme permettant à SpaceX de s’impo-
ser comme numéro deux derrière Arianes-
Ces deux prouesses illustrent la mutation
en profondeur du monde spatial, des satel-
La récente discussion au sommet, PREMIER MINISTRE pace. Les Européens ont été contraints de se lites aux fusées. Fini le club très régalien
jeudi 17 décembre, sur le maintien réorganiser pour fabriquer une fusée moins formé depuis plus d’un demi-siècle par
ou pas du Royaume-Uni au sein de BRITANNIQUE chère et plus compétitive : ce sera Ariane-6, quelques grands pays ayant accès à l’espace.
l’Union européenne en a fourni
VIENT TITILLER opérationnelle en 2020. Ce ne sont plus ces professionnels issus du
une nouvelle illustration. Sur le
fond, entre David Cameron et ses
« partenaires » européens, rien
n’est tranché. Pourtant, les uns et
les autres ont claironné leur ac-
LES EUROPÉENS
LÀ OÙ ÇA FAIT MAL
L a scène se passe en 2006 à Washing-
ton, lors d’un congrès réunissant les
experts mondiaux du spatial. « Salut
à tous. Je m’appelle Elon Musk. Je suis le fon-
dateur de SpaceX. Dans cinq ans, vous êtes
Non content de ce premier succès, Elon
Musk a décidé de creuser l’écart dans le do-
maine technologique en s’attaquant à la
conception même des lanceurs. Lundi
21 décembre, il a réalisé l’exploit de faire re-
spatial qui donnent le ton aujourd’hui,
mais les start-up de la Silicon Valley ou des
géants du Web qui y voient de nouveaux
débouchés. Cela va du tourisme spatial à la
formation de constellation de satellites
cord sur un point présenté morts ! » A la surprise générale, c’est un venir sur Terre le premier étage de sa fusée pour diffuser Internet sur toute la planète.
comme essentiel, faute de mieux : question de renoncer à l’espace jeune homme de 35 ans en tee-shirt et jean Falcon 9 qui, après avoir largué dans l’es- Certains de ces acteurs, tels Facebook ou
le calendrier à tenir pour tenter Schengen, ou d’accepter d’être qui vient de faire cette courte intervention. pace 11 satellites de télécommunications, Google, disposent de moyens propres con-
d’éviter le fameux « Brexit », mot traités en Européens de seconde Dans la salle, personne ne prend au sérieux est revenu se poser en douceur à la verti- sidérables. D’autres comme SpaceX ont été
jargonneux forgé dans la novlan- classe. ce plaisantin, ou ce provocateur. On ne cale sur son pas de tir de Cap Canaveral. In- soutenus dès le départ par la NASA et le
gue bruxelloise afin de parler sans Jamais le clivage entre anciens et s’improvise pas fabricant de fusées, cela venter et banaliser des lanceurs réutilisa- Pentagone, qui leur passent des contrats.
en parler d’une éventuelle sortie nouveaux membres, qui semblait prend du temps, coûte cher et nécessite bles ouvre, sur le papier, des perspectives L’irruption de ces nouveaux acteurs met en
du Royaume-Uni de l’UE (« British s’estomper, n’a paru aussi pro- d’avoir accès à des technologies sophisti- d’économie considérables. Encore faudra- ébullition l’ensemble de l’industrie spa-
Exit »). noncé. Au point de rappeler la for- quées. De l’avis général, si le danger existe, t-il le prouver à l’avenir, car beaucoup en tiale. Stimulés par cette concurrence iné-
Dans l’espoir d’arracher un com- mule du secrétaire à la défense de il viendra d’Asie. Le Japon, l’Inde et la Chine doutent, rappelant que les navettes améri- dite, les Européens l’ont compris et se sont
promis d’ici à février 2016, et pour George Bush, Donald Rumsfeld, investissent massivement pour avoir un caines étaient partiellement récupérables unis autour d’Ariane pour renforcer sa posi-
ne pas ajouter une nouvelle crise à qui se gaussait au moment de l’in- accès indépendant à l’espace. mais coûteuses. tion de leader mondial. Mais pour combien
celles qui, cette année, se sont vasion américaine de l’Irak, Neuf ans plus tard, le trublion de l’espace Elon Musk n’est pas le premier à avoir de temps encore ? p
abattues en rafales sur le fragile en 2003, de la « vieille Europe »,
édifice européen, de la Grèce aux peu soucieuse de rejoindre la coa-
réfugiés, chacun minimise la por- lition anti-Saddam Hussein, par
tée des fameuses exigences du opposition à une « nouvelle Eu-
premier ministre britannique. Les rope » plus sensible à ses vues. Dé-
uns et les autres assurent qu’il sera sormais, cette « nouvelle Europe »
comme de bien entendu possible a le visage de Viktor Orban, le très
d’y répondre à temps pour le réfé- populiste premier ministre hon-
rendum promis par le locataire du grois, ou Jarosław Kaczynski, le
10 Downing Street. mentor du nouveau gouverne-
En réalité, la tentative désespé- ment eurosceptique polonais.
rée de David Cameron représente Deux hommes qui n’hésitent pas
un piège non seulement pour son à ruer dans les brancards.

LA MATINALE DU MONDE
pays, mais aussi, et surtout, pour
l’ensemble du Vieux Continent. A « Une Europe à la carte »
sa manière – maladroite –, le chef L’autre grand combat de Cameron
de gouvernement britannique
vient titiller les Européens là où ça
n’est pas moins problématique : le
premier ministre britannique, en- LE MEILLEUR DE L’INFO 7 JOURS SUR 7
fait mal. Et c’est parce qu’il en est core marqué par la crise des dettes
ainsi que la réponse à ses requêtes souveraines, souhaite que l’union
demeure des plus délicates. monétaire s’approfondisse, mais
Comme le reconnaît Pierre Vi- veut aussi pouvoir se protéger de
mont, vétéran de la diplomatie ses décisions quand celles-ci sont
française et européenne, « le contraires aux intérêts de la City.
Royaume-Uni pose les questions Quoi de plus légitime puisque son
qui fâchent », celles auxquelles pays ne rejoindra jamais la mon-
personne n’a vraiment envie de naie « unique » ? Cependant, là
répondre, surtout dans le con- aussi, l’insistance du Britannique
texte actuel. place les membres de l’euro face à
Commençons par sa demande la leurs contradictions. La crise
plus spectaculaire, censée lutter s’étant apaisée, personne n’est
contre le « tourisme social » dont plus vraiment soucieux d’ouvrir le
se rendraient coupables les mi- chantier nécessaire pour parfaire
grants d’Europe centrale qui vien- l’union monétaire dans un sens
draient toucher les allocations bri- plus fédéral. Pour preuve, les tra-
tanniques. Pour les en dissuader, vaux en ce sens, menés par les pré-
le premier ministre britannique sidents des différentes institu-
entend priver ces nouveaux arri- tions européennes, ont été – en
vants des bénéfices de l’Etat-provi- toute discrétion – proprement di-
dence pendant leurs quatre pre- lués lors du dernier sommet. De
mières années de séjour. Pas si toute façon, le moindre approfon-
simple au nom du droit européen, dissement de la zone euro donne-
mais surtout en raison de la réalité rait surtout du grain à moudre
de l’Europe du moment. La crise aux eurosceptiques et autres euro-
des réfugiés n’en finit par de le dé- phobes.
montrer : plus de vingt-cinq ans Dans ces conditions, difficile
après la chute du mur de Berlin, un d’accéder à la troisième demande
peu plus de dix ans après l’élargis- – plus formelle – de Cameron : une
sement, le fossé entre l’est et réforme des traités afin d’ancrer
l’ouest du continent est encore dans le marbre la spécificité du
profond. Royaume-Uni. François Hollande
Jamais les pays d’Europe centrale ne veut pas entendre parler d’une
n’ont autant tenu qu’en ce mo- telle refonte avant 2017. Angela
ment à affirmer leur différence, à Merkel y est plus ouverte, mais la
défendre leurs droits, comme la li- chancelière allemande doit tenir
bre circulation de leurs citoyens, compte des réticences de ses voi-
tout en minimisant leurs devoirs. sins. Or lancer une telle réforme
En l’occurrence, ils bataillent de- reviendrait, pour la plupart des di-
puis des mois contre les proposi- rigeants européens, à ouvrir une
tions de la Commission, dont le boîte de Pandore. Le chantier se-
dispositif de répartition des candi- rait d’autant plus complexe qu’il
dats à l’asile entre les pays mem- ne pourra éviter de formaliser l’ar- SWIPEZ, SÉLECTIONNEZ, LISEZ
bres. Leur objectif : échapper au chitecture de l’Europe de demain,
flux de migrants, synonyme d’un qui s’esquisse par la force des cho-
multiculturalisme qui doit, selon ses sous nos yeux. Comme Angela
eux, rester cantonné aux sociétés Merkel, François Hollande plaide
d’Europe occidentale. Mais pas pour une Europe « des cercles con-
centriques » qui, dit-il, n’est pas
« une Europe à la carte », mais offre
JAMAIS LE CLIVAGE la possibilité à un groupe de pays
d’avancer à son rythme. L’équili-
L’application La Matinale du Monde est téléchargeable gratuitement dans vos stores. A retrouver en intégralité pour 4,99 € par mois
sans engagement avec le premier mois offert. Les abonnés du Monde ont accès à l’intégralité des contenus.
ENTRE ANCIENS bre ne sera pas facile à trouver,
mais il démontre que les ques-
ET NOUVEAUX tions posées par David Cameron
vont bien au-delà du sort de son
MEMBRES DE L’UE pays, qu’il reste ou pas dans
N’A PARU AUSSI l’Union européenne. p

PRONONCÉ ricard@lemonde.fr

Tirage du Monde daté mercredi 23 décembre : 250 093 exemplaires