Vous êtes sur la page 1sur 26

Chapitre III

Eléments secondaires

III.1 L’acrotère :
III.1.1 Introduction :
L’acrotère est un élément destiné à assurer la sécurité au niveau de la terrasse, dont elle
forme un écran pour toute chute et, de plus, il participe dans la mise hors eau de la structure.
Il est assimilé à une console encastrée au niveau du plancher terrasse, son ferraillage se
calcul sous l’effet d’un effort normal dû à son poids propre G et la poussée Q due à la main
courante provoquant ainsi un moment de renversement M dans la section d’encastrement (section
dangereuse).
L’acrotère est exposé aux intempéries, donc les fissurations sont préjudiciables.

III.1.2 Calcul des sollicitations:


On détermine les efforts appliqués sur l’acrotère :
1. Poids propre:
WP=ρ x S.
ρ = 25Kn/ml, S=0,069m2, ⇒ Wp= 1, 73 KN/ml.
2. La surcharge d’exploitation : Q= max (Fp,Qp).
3. La force sismique :
FP=4A CPWP (RPA 99 version 2003, (Art 6-2-3).
Avec :
A : Coefficient d’accélération de zone « Tab 4-1 » = 0.15
CP : Facteur de force horizontal « Tab 6-1 » = 0.8
FP= 4x0.15x0.8x1, 73 ⇒ FP=0, 83 KN/ml.
Donc la surcharge d’exploitation est donnée par : Q= max {1 ; 0,83} ⇒ Q= 1 KN/ml.
Remarque : Le calcul de l’acrotère s’effectue pour une bande de 1ml de la largeur en
flexion composé.

10 10 3 F
7 M

60 G ht=10 N
b=100
a a
Coupe a-a

30 M = F.
h

MGC - ST Page 37
Chapitre III
Eléments secondaires

Fig. III. 1 Schéma statique de calcul.

On calcul les moments et efforts normaux :


M(Q)=1 x 0,6=0,6 KN.m
G = Gb= {(0, 1x0, 6) + (0, 08x0, 1) + (0,02x0, 1/2)} x 1 x 25=1, 73 KN/ml.
N(G)=1,73KN/ml.

III.1.3 Combinaison des charges :

Nu = 1,35G = 1,35×1,73 =2,33 KN.


A l’E.L.U
Mu = 1,5.F.h = 1,5×0.6×1= 0,9KN.m

NS = G = 1,73 KN.
A L’E.L.S
MS = F. h =0,6 x1=0,6KN.m.

III.1.4 Calcul des armatures à L’ELU:


 Position du centre de pression
 Calcul d’excentricité
Mu 0,9 Ms 0, 6
eu    0.38m eser    0.34m
Nu 2, 33 , Ns 1, 73

ht 10
eu , eser  e0    1, 7cm
6 6
eu = 0.38 m eser = 0.34 m
e u ,e ser > e 0 ⇒ Le centre de pression se trouve à l’extérieur de la zone limitée par les
armatures et l’effort normal étant un effort de compression, donc la section est partiellement
comprimée.
Les sollicitation corrigées pour le calcul en flexion composée : Mua=Nu .ea
Avec : ea : distance entre le point d’exploitation de centre de pression «C» et le centre de
gravité de l’armature tendue
ea = eu+ (d-h/2) ; d= 9cm. Donc : ea=38+ (9-10/2)=42 cm.
MuA= Nu.ea =0.42 x 2,33= 0,97KN.m.
 Les armatures en flexion simple :

MGC - ST Page 38
Chapitre III
Eléments secondaires

M uA 0,97 103
bu    0.0085
bd ² f bu 1 (0, 09) 2 14.2
Mu
γ= =1 . 5
M ser
bu  0.0085  lu  0.2819 ⇒ (Pas d’armature comprimé A’=0).

bu  0.0085  lu  0.275  Méthode simplifiée

Z b  d (1  0, 6 bu )  0, 09(1  0, 6  0, 0085)  8,95cm .

fe
σ s= = 348 MPa
γs

Mu 095.103
Af   2
 0,31cm 2
Z b  f ed 8, 95.10  348
Soit : Af = 0,31 cm²
 Les armatures en flexion composée :
Nu
As  Af   As  0.25cm ²
fed

As = 0,25 cm²
 Condition de non-fragilité :
b0  d  f t 28  eser  0.45 xd 
Amin  0.23  
fe  eser  0.185 xd  .
Amin=0,97 cm2
Conclusion : Les armatures vérifiant la condition de non fragilité sont supérieures à celles
calculées à l’ELU, donc on adoptera : As=Amin=0,97 cm2
Soit : A= 5HA8 =3.02cm2 /ml.

 Les armatures de répartition :


A 3.02
Ar= 4 = 4 =0.75cm2
Soit Arep= 5HA8 = 3.02 cm2 répartie sur 60cm de hauteur.

III.1.5 Vérifications :
1. Vérification de la contrainte d’adhérence et d’entraînement : (BAEL91Art6.1.3)

MGC - ST Page 39
Chapitre III
Eléments secondaires

Vu max 
 se  n
  se   . ftj  1.5 x2.1  3.15
0.9d  U i
i 1 Avec :  =1.5 pour HA
Vu max =1.5´ Q =1.5x 1= 1,5 KN
n

u i
i 1 = n πØ= 4x3.14x0.8= 10.048cm
1,5 x103
 se   0,184 3.15
0.9 x90 x100, 48 Mpa ⇒……………. Condition vérifiée

2. Vérification des efforts tranchants (BAEL91.ArtA5.1.2) :


 f 
 u   u  min  0.15 c 28 ; 4 MPa   2,50MPa.
 b  (fissuration préjudiciable)
VU max 1,5 103
u    0, 016 MPa
b  d 1000.90 <  u =2,50 MPa ⇒ …………Condition vérifiée
3. Vérification des contraintes à l’ELS :

 Vérification des contraintes de compression dans le béton :


Dans le béton on doit vérifier que : σ bc ≤σ bc =0,6 f c 28=15 MPa


 bc  : Contrainte maximale dans le béton comprimé ( σ bc =KY )

M SER by 3 '
K=
I Avec :
I=
3
[
+15 . A S (d− y )2 +A 'S ( y−d ' )2 ] (Moment d’inertie)
y : position de l’axe neutre
Position de l’axe neutre :

by²+30(A+A’) y-30 (dA+d’A’) =0  Y=1, 91 cm

Calcul de Moment d’inertie I:


by 3
I  15.  AS (d  y ) 2  AS' ( y  d ' ) 2' 
3  I  1350, 46cm 4

0, 6.103
K  44, 42
D’où : 1350, 46.108
 bc  61, 46 x0.019  1,17 MPa <15 MPa  …………… Condition vérifiée
 Vérification des contraintes dans l’acier:

MGC - ST Page 40
Chapitre III
Eléments secondaires

2 f 
s  min  e ,110  f tj   202 MPa
 3 
M ser 0,6 103
s  n (d  y )  15.  (0.09  0.0191)  47, 24 MPa   s  s  202 MPa
I 1350, 46 108 …C V

5HA8/ (e=15)
5HA8/ml (e=25)

Coupe A-A

Fig. III. 2: Schémas de ferraillage de l’acrotère

III.2 Calcul du Balcon :

MGC - ST Page 41
Chapitre III
Eléments secondaires

Le bâtiment comprend des balcons en dalles pleines de 15cm d’épaisseur. Elles sont de
type console (dalle pleine encastrée au niveau du plancher).

Désignations des éléments E (cm) Poids (KN/m)

carrelage 2 0,44

Mortier de pose 3 0,60

Dalle en beton arme 20 5

Enduit en plâtre 2 0,20

Total : 6,6

III.2.1 Détermination des efforts:


On détermine les efforts appliqués sur le balcon :
1. Charges permanentes : G1= 6,6 KN/m2.
2. Surcharges sur le balcon : Q1 = 3,5 KN/m2.
3. Charges de garde-corps (en maçonnerie) : G2 = 1 KN/m2.
Charges dues à la main courante Q3 = 1 KN/m2

III.2.1.1 Combinaisons de charges:


 L’état limite ultime (ELU) :
Pu=1,35x 6,6 +1,5x 3,5 = 14,16KN/ml
P=1.35xG2=1.35x1 =1.35 KN/ml
 L’état limite de service (ELS) :
Ps=6, 6 +3, 5 = 10,1KN/ml
P=1xG2=1 KN/ml

III.2.1.2 Schéma statique de calcul :


Pu = 14,16 KN/m
1,20m

10.1 KN/m
P=1,35KN

Ps =
m
1,20

P=1KN

MGC - ST Page 42
Chapitre III
Eléments secondaires

Schéma statique (ELU) Schéma statique (ELS)

III.2.1.3 Calcul des moments fléchissant et les efforts tranchants :


Pu X L2
L’ELU : Mu = + P x l =11,82 KN.m
2
Vu = Pu x l +p =18,34KN
P sX L2
L’ELS : Mu = + P x l =8,47 KN.m
2

Vu = Ps x l +p =13,1KN

III.2.2 Ferraillage:
Le ferraillage se fait à L’ELU en considérant que la fissuration est préjudiciable, en
considérant une section de 1 m de largeur et de 20 cm d’épaisseur.
a. Armatures longitudinales :
On considère une section rectangulaire soumise à la flexion simple, en prenant une bande
de 1.00m de largeur et de 0.20 m d’épaisseur.

Mu= 11,82KN.m
Mu 11,82 x 10−3
µ bu = b0 d ² f bu = 1 x 0,122 x 14,2
=0,0578
M
γ = u =1 . 4
M ser
104 lu  3440  49 f c 28  3050
µ lu =0.3012

D’où: µ bu = 0,0578 < µ lu =0,3012  A’=0 (section simplement armée –SSA-).

µ bu<0,275  méthode simplifiée.


Z b =d (1-0,6µ bu) =0.12 (1-0,6.0, 066) =11,52 cm.
Mu 11,82 x 10−3
Au = = = 2,95cm2
Z x f ed 0,1152 X 348
Soit : Au = 6HA12 = 6.79 cm2 par metre.

b. Armatures de répartition :

Au 6.79
Ar    1,7cm 2
4 4
Soit : Ar= 6HA 10 = 4,71 cm².

MGC - ST Page 43
Chapitre III
Eléments secondaires

III.2.3 Vérifications:

 Vérification de la condition de non fragilité (BAEL91 A4.2) :


0.23 b o df t 28
Amin = fe = 1,50cm²
2
Al= 6.79cm >1,50 cm²
Alors la condition est vérifiée.
2
Ar =3,93 cm >1,50cm²

 Répartition des barres :

a. Armatures longitudinales :(BAEL91)


St<min (3h, 33cm) =33cm
St= 20 cm < 33 cm⇒ …………….Condition vérifiée
b. Armatures de répartition :(BAEL91)
St<min (4h, 45cm) =45 [cm]
St = 25 cm< 45cm⇒ ……… Condition vérifiée.

 Vérification de la contrainte d’adhérence et d’entraînement : (BAEL91Art6.1.3)

Vu max 
 se  n
  se   . f tj  1.5 x2.1  3.15
0.9d  U i
i 1 Avec :  =1.5 pour HA
Vu max =18,34 KN
n
 Ui
i 1
= n πØ= 6x3.14x1.2=22.60 cm
18.31x103
 se   0.075  3.15
0.9 x1.20 x 0.226 MPa ⇒……………. Condition vérifiée

 Vérification des efforts tranchants (BAEL91.ArtA5.1.2) :


 f 
 u   u  min  0.20 c 28 ; 5MPa   3,33MPa.
 b 
VU max 18.31103
u    0,15 MPa
b  d 1000.120 <  u =3.33 Mpa ⇒ ………….. Condition vérifiée
 Vérification des contraintes

a. Vérification des contraintes de compression dans le béton :

MGC - ST Page 44
Chapitre III
Eléments secondaires

Dans le béton on doit vérifier que : σ bc ≤σ bc =0,6 f c 28=15 MPa


 bc  : Contrainte maximale dans le béton comprimé ( σ bc =KY )

M SER by 3 '
K=
I Avec : 3
[
I= +15 . A S (d− y )2 +A 'S ( y−d ' )2 ] (Moment d’inertie)
y : position de l’axe neutre

 Position de l’axe neutre :


by²+30(A+A’) y-30 (dA+d’A’) =0

1 y²+30(6.79.10-4) y-30[(0,120x (6.79.10-4)=0  y=0.072m

 Calcul du moment d’inertie I:


by 3
I  15.  AS (d  y ) 2  AS' ( y  d ' ) 2' 
3
100 x7.203
I  15. 6.79 x(12  7.2)2 
3  I  14394.24cm 4

10,15.103
K  70,50
D’où : 14394, 24.108
 bc  70.50 x0.072  5, 07 MPa <15 MPa  …………… Condition vérifiée
b. Vérification des contraintes dans l’acier:

2 f 
s  min  e ,110  f tj   202 MPa
 3 
M 10,15 103
 s   ser (d  y )  15.  (0.12  0.072)  50,77 MPa   s  s  202 MPa
I 14394, 24  108 … …CV

 Vérification de la flèche :

Pour ne pas effectuer un calcul de la flèche on doit vérifier que :


h 1

1) l 16
A 4,2
≤ Mpa
2) bd f e
s
h 1 Mt
> ×
3) ℓ 10 M 0

MGC - ST Page 45
Chapitre III
Eléments secondaires

h 15 1
  0,125 =0 , 0625
1) l 120 > 16 …………………. . Condition vérifiée.

A 6.79 4, 2
  5.65 103   0, 0105Mpa
2) bd 100 x12 f e ……….. Condition vérifiée.
s
h 15 1 Mt 1 3.045
  0.125     0.10
3) l 120 10 M 0 10 3.045 ……..Condition vérifiée

Conclusion : Toutes les conditions sont vérifiées, donc le calcul de la flèche n’est pas nécessaire.

Fig.III. 3 : Schéma de ferraillage de balcon

III.6) Plancher en corps creux:


Les planchers sont des éléments plans horizontaux constituant une séparation entre deux
niveaux. Ils sont supposés être infiniment rigides dans leur plan. Ils ont pour rôle :
 transmettre les charges aux éléments porteurs.
 Assurer l’isolation des différents étages du point de vue thermique et acoustique.

MGC - ST Page 46
Chapitre III
Eléments secondaires

Les planchers sont constitués de corps creux et d’une dalle de compression reposant sur des
poutrelles préfabriquées qui sont disposées dans le sens de la petite portée.

Fig. III.6. 6 : corps creux

III.6.1) Calcul de la dalle de compression : Fig. III.6. 5 : poutrelle


La dalle de compression est coulée sur place, elle est de 04 cm d’épaisseur, armée d’un
quadrillage de barres (treillis soudés) de TS520.

L’espacement ne doit pas dépasser les valeurs suivantes :

 20 cm pour les armatures perpendiculaires aux poutrelles.


 33 cm pour les armatures parallèles aux poutrelles.
a) Calcul des armatures :
 Armatures perpendiculaires aux poutrelles :  
A=4. L/fe=4 × 65/520=0,5 cm ² /ml

L : Distance entre axes des poutrelles (L = 65cm).


Nous adaptons :

6Φ5/ml  A = 1,18 cm².

 Armatures parallèles aux poutrelles :

A = A / 2 = 1, 18 /2 = 0, 59 cm²
6Φ5/ml  A = 1, 18 cm².

1.00 m

MGC - ST Page 47
Chapitre III
Eléments secondaires

Conclusion :
Nous optons pour le ferraillage de la dalle de compression un treillis soudé TS520  de
dimensions (6x 6x 150x150) mm².
III.6.2) Calcul de la poutrelle :

a) Dimensionnement de la poutrelle :
bı  min (L/2 ; Lı/10 ; 40cm)

Avec :
L : distance entre deux parements voisins de deux poutrelles. (65 -12 = 53 cm)
Lı : longueur de la plus grande travée. (Lı = 500 cm)
b0 : largeur de la nervure. (b0 = 12 cm)
b
h0 : épaisseur de la dalle de compression (h0 = 5cm).
bı  min (26,5 ; 56 ; 40)
bı =26,5cm b1 b1
h
b= 2 bı + b0 =65cm
L
b0
Fig. . III.6. 9 : Dimensionnement de
la Poutrelle

 La hauteur de la poutrelle est de ………h = 16cm


 La hauteur de la dalle de compression... h0  = 5 cm
 La largeur de la nervure …………… b0  =12 cm
 Enrobage …………………………… c = 3 cm
 La hauteur utile ……………………… d = 22 cm
 La largeur de la dalle de compression …b = 65 cm
b) Etude des poutrelles:

MGC - ST Page 48
Chapitre III
Eléments secondaires

Le calcul des poutrelles se fait en deux étapes à savoir avant et après le coulage de la table de
compression :
 1ère étape : avant le coulage de la table de compression :

Avant le coulage de la dalle de compression les poutrelles sont considérées comme étant posées
sur deux appuis simples et soumis aux charges suivantes :

 poids propre de la poutrelle : 25 x 0,12 x 0,05 = 0,15 KN/ml

 poids propre du corps creux : 0,65 x 0,95 =0,62 KN/ml

 surcharge Q due au poids propre de l’ouvrier : Q = 1 ×0,65 =0,65KN/ml

 Combinaison de charges :
ELU 
qu = 1,35G+1,5Q
qu = 1,35 x (0,77) +1,5 x(0,65)
q
qu = 2,01 KN/ml.
ELS 
qser =G+Q
5.6m
qser =0,77+ 0,65
qser =1,42 KN/ml. Fig. III.6. 10 : schéma statique de
poutrelle
 Calcul des moments :
l2
M u  qu  6, 28KN .m
8

l2
M ser  qser  4, 44 KN .m
8

 Calcul du Ferraillage à l’ELU :


Le calcul se fera pour la travée la plus défavorable.

M u  6, 28KNm f bu  14, 2 MPa.

D’après l’organigramme de la flexion simple on a:


Mu 6, 28 103
bu    4, 09
bo d ² f bu 0,12   0, 032  14, 2

MGC - ST Page 49
Chapitre III
Eléments secondaires

Avec : c = 2cm d : la hauteur utile (d = h-c = 5 - 2 = 3cm)


−4
μlu =(3440 γ +49×f c 28−3050 )×10
lu  (3440 1, 42  49  25  3050) 10 4  0,306
Mu 6, 28
   1, 41
γ Mser 4, 44
µ >> µl =0,306→ la section est doublement armée A’  0,
Donc les armatures comprimées sont nécessaires, mais vu la faible section du béton il est
impossible de les placées. Il faut donc prévoir un étayage pour soutenir les poutrelles lors de la
pose des corps creux et de coulage du béton.

a) 2ème étape : après le coulage de la table de compression 


Après coulage de la dalle de compression, la poutrelle sera calculée comme une poutre en Té qui
repose sur plusieurs appuis et qui est soumise aux charges suivantes 

 Charges et surcharges :

Terrasse inaccessible Etage courante RDC


Charge permanente (KN/m) 6,43 5,4
Charge d'exploitation (KN/m) 1 1,5

 Sollicitations combinées :
 Terrasse :
. : qu  (10,18) x0, 65  6,62 KN / ml
 E.LU
 Revoir ces calculs à l’els cà ne
 E.L.S : qser  (9,54) x 0, 65  6, 2 KN / ml correpond pas

 Etage courant RDC:
. : qu  (7, 43) x 0, 65  4,83KN / ml
 E.LU

 E.L.S : qser  (6,9) x0, 65  4, 49 KN / ml
Remarque :
Cette phrase ne correpond pas à
vos calcul. C’est n’importe quoi

MGC - ST Page 50
Chapitre III
Eléments secondaires

Comme le plancher de RDC est plus chargé que celui de la terrasse, on fait le calcul pour le
plancher de RDC seulement.
 schéma statique :
ELU

Fig III.6. 11 : schéma statique ELU

ELS

Fig III.6.7 : schéma statique ELS


On trouve sur ces schémas des
 Méthode de calcul : charges qui ne sont pas ceux que vous
avez présentées plus haut
Les deux méthodes utilisées pour le calcul des sollicitations dans les poutrelles sont :
 la méthode forfaitaire.
 la méthode de Caquot

 Méthode forfaitaire :
Elle est applicable essentiellement pour les planchers à surcharges d’exploitations modérées

 Conditions d’applications :

Q  2G

ôu
Q 5 KN / m
1- 
2- Moment d’inertie est le même pour toutes les travées.
 li
0,8  l  1, 25
 i 1

0,8  li  1, 25
 li 1
3- Les portées successives sont : 
4- Fissuration peu préjudiciable.

MGC - ST Page 51
Chapitre III
Eléments secondaires

 Vérification du domaine d’application :

 1erecondition : Q = 5 KN/m  5 KN/m satisfaite

 2eme condition : I = constant   satisfaite.

 3eme condition : fissuration peu préjudiciable satisfaite.

li 5, 6
  1, 41, 25
 4eme condition : li 1 4 non satisfaite.
La méthode forfaitaire n’est pas applicable car la 4éme condition n’est pas vérifiée, on utilise
alors la méthode de Caquot.

 Méthode de Caquot :
 PRINCIPE DE LA METHODE :
La méthode de Caquot. Elle tient compte :

 De la variation des moments d’inerties des sections transversales le long de la ligne


moyenne de la poutre par suite de la variation de la largeur efficace de la dalle supérieur qui a
pour effet de réduire dans une certaine mesure les moments sur appuis et corrélativement
d’accroître les moments en travée par rapport à la continuité théorique.
 De l’amortissement des effets des chargements des travées successives, amortissement
qui est plus important que le prévoit la continuité théorique, ce qui permet de limiter le nombre
des travées recevant les charges d’exploitation.
 La méthode de Caquot initialement établie pour les poutres non solidaires des poteaux
a été étendue au calcul des poutres solidaires des poteaux. Elle peut être appliquée en
tenant compte ou non de cette continuité
 DOMAINE D’APPLICATION :
Elle est applicable généralement pour les planchers à surcharges élevées mais elle peut
s’appliquer aussi si la méthode forfaitaire n’est pas applicable.
 Principe de calcul :
 Notation de longueur :
L’ = 0,8 L ……………….travée intermédiaire.
L’ = L ………………........travée de rive.

MGC - ST Page 52
Chapitre III
Eléments secondaires

 Cas des charges uniformément réparties.


qwl 'w3  qel 'e 3
M i (q)  
- Moment en appuis : 8,5(l ' w  l 'e )
 Vw
 x0 
 q
 2
 M t  M w  Vw x  qx0   Px
 2 ai  x0
i

- Moment en travée :
 M w  M e qL a
Vw     Pi (1  i )
 L 2 L

V  V  qL  P
 e w i
- Efforts tranchants : 

Les résultats de calcul sont récapitulés dans le tableau ci-après

Travée 1-2 2-3 3-4 4-5 5-6


qu(KN/m) 6,69 6,69 6,69 6,69 6,69
L(m) 3,4 3,7 3,7 3 4,45
L’(m) 3,4 2,96 2,96 2,4 4,45
Appui 1 2 3 4 5 6
L’w(m) 0 3,4 2,96 2,96 2,4 4,45
Le’(m) 3,4 2,96 2,96 2,4 4,45 0
Ma(KN.m) -9,098 -8,073 -6,896 -5,838 -11,713 -15,59
Travée A B C D E
MW(KN.m) 0 9,1 6,9 4,53 16,07
Me(KN.m) 9 ,1 6,9 4,53 16,07 0
Vw(m) -8,7 -11,78 -11,74 -13,88 -11,27
Ve(m) 14,046 12,97 13,01 6,19 18,5
X0(m) 1,3 1,76 1,75 2,07 1,68
Mt(KN.m) 5,57 19,47 17,2 19,93 25,56

Tableau III.6.1 : Moments et efforts tranchants a L’ELU

MGC - ST Page 53
Chapitre III
Eléments secondaires

Travée 1-2 2-3 3-4 4-5 5-6


qS(KN/m) 6,2 6,2 6,2 6,2 6,2
L(m) 3,4 3,7 3,7 3 4,45
L’(m) 3,4 2,96 2,96 2,4 4,45
Appui 1 2 3 4 5 6
L’w(m) 0 3,4 2,96 2,96 2,4 4,45
Le’(m) 3,4 2,96 2,96 2,4 4,45 0
Ma(KN.m) -8,43 -8,073 -6,39 -5,41 -10,85 -14,44
Travée A B C D E
MW(KN.m) 0 8,43 6,4 4,2 14,44
Me(KN.m) 8,43 6,4 6,4 14,44 0
Vw(m) -13,03 -10,93 -11,47 -12,71 -10,55
Ve(m) 8,05 12,03 11,47 5,89 17,04
X0(m) 2,1 1,76 1,85 2,05 1,7
Mt(KN.m) 13,69 18,11 17,01 17,23 23,42

Tableau III.6.2 : moments et efforts tranchants a L’ELS

à ELU

MGC - ST Page 54
Fig III.6.8. Diagramme des moments a L’ELU
Chapitre III
Eléments secondaires

Fig. III.6.9.Diagramme des efforts tranchants a L’ELU


à ELS

Fig. III.6.10.Diagramme des moments a L’ELS

Fig. III.6.11. Diagramme des efforts tranchants a’ELS

 Calcul du Ferraillage :

Le ferraillage se fera à l’ELU en prenant le moment maximal sur appuis et en travée.

MGC - ST Page 55
Chapitre III
Eléments secondaires

b =65cm b =65cm

h0 = 5cm
h0 = 5cm

Revoyer la présentation de cette partie

h=25cm
b0 = 12cm
h=25 cm

Fig. III.6.12.section de plancher


b0 = 12cm Figure 1
a considéré

Fig. III.6. 12.section de plancher


a considéré

1) Armatures longitudinales :
En travée :
Mtmax = 25,56 KN.m
Le moment équilibré par la table :
Mo = fbu ¿ b ¿ h0 ¿ (d – 0, 5 h0)
Mo = 14, 2 ¿ 0, 65 ¿ 0, 05 ¿ (0, 23 – 0, 5×0, 05)
Mo = 50,07KN.m > Mtmax = 25, 56 KN.m
L’axe neutre tombe dans la table de compression,
on aura à calculer une section rectangulaire (b x h)
t
M max u 25,56 103
bu    0, 085
bo d ² fbu 0, 65   0,182   14, 2
t
M max u 25,56
 t

γ M max ser 23, 42 =1,09
−4
μlu =(3440 γ +49×f c 28−3050 )×10
=0,35

μbu = 0,085< μlu = 0,35 Alors A’ = 0 (pas d’armature comprimée)


μbu < 0,275 on utilise la méthode simplifiée

MGC - ST Page 56
Chapitre III
Eléments secondaires

Z b  d (1  0, 6  bu )
Z b =0,18 (1–0,6 x 0,085)=0,17 m
t
M max u 25,56 10
At    4,32cm 2
Z b fed 0,17  348

Soit: At = 4HA12 = 4,52cm²

Sur appuis:

M amax = 15,59 KN.m

a
M max u 15, 59 10 3
bu    0, 052
bo d ² f bu 0, 65   0,182   14, 2 Tout le calcul ici est faux. La largeur pour
l’appui n’est pas de 65 cm mais 12 cm.
μbu = 0,052< μlu = 0,18 Alors A’ = 0 (pas Car lad’armature
partie comprimée aux appuis est la
comprimée)
μbu < 0,275 on utilise la méthode simplifiée partie inférieure de la poutrelle et non la
Z b =d(1−0,6×μ bu )
Z b =0,18 (1–0,6x 0, 052)=0,17 m
Au lieu de 4HA10 on prend 2HA14.
M u 15,59 10
a
Pas de place où mettre 4HA10
Aa  max
  2, 64cm 2
Z b fed 0,17  348

Soit: Aa=2HA14= 3,06cm²

2) Armatures transversales : (Art. A.7.2.2 / BAEL91)


Pourquoi h=25 cm. Vous avez
L’acier choisi pour les armatures transversales est de type hautecalculé
adhérence
chap.deprécédent
nuance. 16+4
correspondant 5.4KN/m². donc
  vous devez refaire toute cette
h b  25 12
  min  , 0 ,  maxL   min  , ,1, 6   0, 710 cm  7,1 mm où vous avez pris h=25
partie
 35 10   35 10 
Les armatures transversales sont réalisées par un étrier de Φ6

3) Espacement des armatures : (Art. A .5 .1, 22, BAEL 91)

St  Min (0,9d, 40 cm)


St  min (16, 2 cm , 40 cm) = 16,2 cm  St = 20 cm

4) Calcul de l’ancrage : (Art A.5.1, 22 /BAEL91) 

MGC - ST Page 57
Chapitre III
Eléments secondaires

Les barres rectilignes de diamètre Φ et de limite d’élasticité fe sont ancrées sur une longueur Ls
dite longueur de scellement droit donnée par l’expression :
φ⋅f e
LS =
4⋅τ su

 su  0, 6 2 f t28  0, 61, 5 2 2,1  2,835 MPa

1, 6  400
Ls   56, 44cm
4  2,385

Vu que Ls dépasse la largeur de la poutre on adoptera un crochet normal dont la longueur de


recouvrement d’après le BAEL est fixée parfaitement pour les aciers à haute adhérence à Lr=0,4L
s=0,4x56,44 =22,58cm (L r : longueur d’ancrage) Soit : 25cm

III.6.2.3) Vérifications à l’E L U :

III.6.2.3.1) Condition de non fragilité : (BAEL91 A4.2)

En travée :

Amin = 0,23 b0 d ft28 / fe = 0,23. 65 .18. 2,1 / 400


At = 4,52 cm² > Amin = 1,41 cm²
 Condition vérifiée
Sur appuis :

Amin = 0,23 b0 d ft28 / fe = 0,23. 12 .18 . 2,1 / 400


Aa = 3,14cm² > Amin = 1,41 cm²
 Condition vérifiée

III.6.2.3.2) vérification de l’effort tranchant : (art .A.5, 1.1 /BAEL 91)

Vumax = 18,5 KN
u = Vumax / b0.d = 18,5×10-3 / 0,12 × 0,18
u = 0,86 MPa
La fissuration est peu préjudiciable
 f   25 
 u  min  0, 2 cj ;5MPa   min  0, 2 ;5 MPa 
 b   1,5  ⇒ τ u =3,33 MPa
u = 0,86MPa < τ̄ ¿¿¿u ¿¿¿¿ = 3,33 MPa  Condition vérifiée
III.6.2.3.3) Influence de l’effort tranchant au niveau de l’appui :

MGC - ST Page 58
Chapitre III
Eléments secondaires

On doit vérifier :
0, 4 fc28 xb0 xa
Tu 
b
 Appui de rive : Vu=18,5KN, a=0,9d=0,9 (0,18)=0,162 m
0, 4 fc 28 xb0 xa 0, 4(25)0,12 x0,162
Vu ,  18, 5KN    130 KN ...............CV
b 1,5

 Appui intermédiaire : Vu=13,88KN, a=0,9d=0,9 (0,18)=0,162m


0, 4 fc28 xb0 xa 0, 4(25)0,12 x0,162
Vu  13,88KN    130 KN ...............CV
b 1,5

III.6.2.3.4) Vérification de la contrainte d‘adhérence et d’entraînement :

se  τ̄ se = s ft28 = 1,5×2,1 =3,15 MPa

v max u
 se 
0,9  d   ui
u i
=1 x 3x 3,14=9.42cm : somme des périmètres utiles des armatures
18,5 10
 1, 212 MPa
τ se= 0,9 18  9, 42
τ se= 1,212 MPa < τ̄ se = 3,15 MPa
 Pas de risque d’entraînement des barres longitudinales.

III.6.6.4) Vérification à L’ELS :

a) Contrainte de compression dans le béton :

La fissuration étant peu préjudiciable, donc il n’y a pas de vérification à faire sur l’état de
l’ouverture des fissures, les vérifications se limitent à l’état limite de compression du béton 

On doit vérifier que :


σ bc ≤ σ̄ bc .
M max ser
 bc  y σ̄ bc =0,6 f c 28 =15MPa.
Avec :, I et
b  y 12
 n  A  A   y 1  n  Ad  A d   0
2
b .y 13
I   nA (d  y 1 ) 2  nA '( y 1  d ') 2
3
M ser
K  max
On a: I

MGC - ST Page 59
Chapitre III
Eléments secondaires

Aux appuis :

 6 y12  15  3,14 y1  15  3,14 18  0

 6 y 2  47,1 y  847,8  0  y  8,59cm

b. y13
I  nA(d  y1 )2  17903,8cm 4
3
14, 44
K  8, 065 KN / m 3
I
 bc  K . y  8, 065  8,59  102  0, 69MPa

 bc  0, 69MPa < bc  15MPa  CV

En travée :

 32,5 y12  15   4,52  y1  15   4,52   18  0

 32,5 y 2  67,8 y  1220, 4  0  y  5,17cm

b. y13
I  nA(d  y1 ) 2  14154,57cm 2
3

23, 42
K  16,55 KN / m 3
I

 bc  K . y  16, 55  5,17 102  0,86MPa

 bc  0,86MPa < bc  15MPa  CV


Vérification de la flèche : (BAEL B.6.5.1)
vous revenez à h=21. On ne sais
La
On doit vérifier que:
pas si c’est du 20 ou 21 ou encore du
h 1 21 25 cm
1)    0, 047  0, 0625  C.N .V
l 16 445

h 1 Mt 21 1 M 23, 42
2)     0, 046   t   0,14  CN .V
l 10 M 0 445 10 M 0 10 x16,56

AT 4, 2 4,52 4, 2
3)    0, 004   0, 0105  C.V
b.d fe 65 x18 400

Il est indispensable de vérifier la flèche par rapport à la flèche admissible :

MGC - ST Page 60
Chapitre III
Eléments secondaires

t
M max ser  L2 __
l
f  f  5
10  E v  I fv 1000 ( L  5, 00 m)
f  : La flèche admissible
EV  : Module de déformation différé

EV  3700  3 f c 28  3700  3 25  10818.87 MPa


I fv
 : Moment d’inertie total de la section droite homogénéisée par rapport au CDG de la section.
I 0  : Moment d’inertie de la section homogénéisée (n =15) par rapport au centre de gravité de la
section.

I0 

b0  y13  y23   h0 2 
  b  b0  .h0 
h0  
2

  y1     15 A  y2  c 
2

3  12  2  
Sxx
y1 
B0  ;
Sxx : moment statique par apport à l’axe( x-x) passant par le centre de gravité de la section ;
B0 : la section homogénéisée.
h2 h2
b0    b  b 0  0  15  A  d
y1  2 2
b 0  h   b  b 0  h 0  15  A
212 52
12   (65  12)   15  4,52 18
y1  2 2  7, 74cm
12  21  (65  12)  5  15  4,52
y1  7, 74cm

y 2  h  y1

y2  21  7, 74  13, 26cm

12  (7, 743  13, 263 )  52  5 


2

I0   (65  12)  5    7, 74     15  4,52  (13, 26  2) 2  27605,18cm 4


3 12  2  
I 0  27605,18cm 4 b

a) Calcul des coefficients :


y1 h0
A 4,52 d
    0, 021 h
b0  d 12  18
ρ : le rapport des aciers tendus à celui de la section utile de y2
la nervure (pourcentage d’armatures).
b0

MGC - ST Page 61
Chapitre III
Eléments secondaires

1 , 75×f t 28
μ = max 1−
( 4×ρ×σ s +f t28
; 0
)
 1, 75  2,1 
  max 1  ;0   0,873
 4  0, 021 318, 43  2,1 

0, 02  f t 28 0, 02  2,1
V    0, 783
 3  b0   3  12 
 2  b     2  65   0, 021
   

1,1.I 0 1,1 27605,18


I fv    18036, 61 cm 4
1  .v 1  (0,873  0, 783)

D’où la flèche :

M tS  l 2 23, 42  103  4, 452


f    0, 0238103 m
10  EV  I fv 10  10818,87 18036, 61 10 8

__
l 4450
f  5  5mm  9, 45mm
f =0,0238mm < 1000 1000 ………. Condition vérifiée

Fig. III.6. 13 : Ferraillage des poutrelles

MGC - ST Page 62