Vous êtes sur la page 1sur 7

Fermer la fenêtre

Vous avez répondu correctement à 0 questions sur 15 soit ...  /20


Voici les bonnes réponses ... (en vert...)
1 - L'avancement x d'une réaction chimique :
 A : Est une grandeur exprimée en mol
 B : Diminue au cours d'une réaction
 C : Augmente au cours d'une réaction

2 - Dans un tableau d'avancement, on indique, pour un état donné du système : 


 A : Les masses des espèces chimiques
 B : Les quantités des espèces chimiques
 C : Les volumes des espèces chimiques
- Tableau d'avancement : exemple 

3 - Dans un état intermédiaire du tableau d'avancement associé à la réaction :


2 Al + 3 S → Al2S3
 A : La quantité restante d'aluminium est n0 (Al) + 2 x
 B : La quantité restante de soufre est : n0 (S) – 3 x
 C : La quantité de sulfure d'aluminium formée est : x
Tableau d'avancement :
4 - Si dans un état final les quantités de deux réactifs, exprimées en mol, sont :
Réactif 1 : 4,0 - 2 xmax
Réactif 2 : 6,0 - 4 xmax
 A : xmax = 1,5 mol
 B : Le réactif 1 est limitant
 C : Le réactif 2 est limitant

5 - Dans un mélange stœchiométrique, les quantités des réactifs : 


 A : Sont nulles dans l'état final
 B : Sont égales dans l'état initial
 C : Conduisent à la même valeur de l'avancement maximal
- Mélange stœchiométrique : 
- Dans certains cas, à la fin de la réaction, tous les réactifs ont été entièrement consommés. On
dit que dans l'état initial, les réactifs ont été introduits dans les proportions
stœchiométriques : le mélange est stœchiométrique.
- Dans l'état initial, les réactifs ont été introduits dans les proportions définies par les
coefficients de la réaction.

6 - Après réaction d'un mélange stœchiométrique de réactifs : 


 A : Les réactifs sont entièrement consommés
 B : L'état final ne contient que des produits
 C : Il s'est formé la même quantité de chacun des produits

7 - La réaction d'équation :
2 H2 + O2 → 2 H2O
Assure la propulsion des fusées. Un mélange de dihydrogène et de dioxygène est
stœchiométrique si : 

 A : 

 B : 

 C : 
Mélange stœchiométrique : 
- Dans certains cas, à la fin de la réaction, tous les réactifs ont été entièrement consommés. On dit
que dans l'état initial, les réactifs ont été introduits dans les proportions stœchiométriques : le
mélange est stœchiométrique.
- Dans l'état initial, les réactifs ont été introduits dans les proportions définies par les coefficients de
la réaction.

8 - Une solution colorée absorbe : 

 A : Toutes les radiations du spectre de la lumière blanche


 B : Principalement certaines radiations
 C : Une seule radiation
- Solution aqueuse de permanganate de potassium :
9 - Un spectrophotomètre affiche : 
 A : L'absorbance d'une solution
 B : La concentration d'une solution
 C : La couleur d'une solution colorée
- Le spectrophotomètre :
- On utilise le fait que toute solution colorée absorbe la lumière visible (400 nm < λ0 < 800 nm).
- Lorsqu'un faisceau de lumière monochromatique traverse un milieu absorbant, l'intensité
lumineuse I du faisceau transmis est inférieure à l'intensité lumineuse I 0 du faisceau incident.
- Pour évaluer cette diminution, on utilise :
- La transmittance T : 
- L'absorbance A : 
- La transmittance s'exprime en pourcentage. 
- À une transmittance T de 100 % (T = 1) correspond une absorbance nulle : A = 0. 
- à une transmittance de 1 % (T = 0,01) correspond une absorbance A = log 100 = 2.
- Exemple de réaction : on peut utiliser cette méthode lorsqu'une espèce colorée se forme ou
disparaît au cours de la réaction. 
- Exemple : Réaction entre l'eau oxygénée et les ions iodure : il se forme du diiode qui est une
espèce chimique colorée.
- Principe de fonctionnement.

- Un système dispersif (prisme ou réseau) permet de sélectionner une radiation lumineuse de


longueur d'onde donnée. 
- Cette radiation est dirigée vers l'échantillon à analyser. Le flux lumineux transmis est mesuré et
converti en valeur d'absorbance.

10 - L'absorbance d'une espèce colorée en solution est proportionnelle à : 


 A : La concentration molaire de l'espèce colorée
 B : La longueur d'onde choisie pour la mesurer
 C : L'épaisseur de la solution colorée traversée
- Loi de Beer-Lambert : 
- L'absorbance d'une solution diluée contenant une espèce colorée est proportionnelle à la
concentration (effective) C de cette espèce et à l'épaisseur ℓ (cm) de la solution traversée par le
faisceau lumineux.
- A (λ) = ε (λ) . ℓ . C 
- ε (λ) est appelé coefficient d'extinction molaire ou coefficient d'absorption molaire. 
- Il dépend de la nature de l'espèce dissoute et de la longueur d'onde de la radiation utilisée. 
- Il dépend également du solvant et de la température. (mol–1 .L.cm –1).

11 - À partir du graphe ci-dessous, la loi de Beer-Lambert s'écrit : 

 A : A = 2 C
 B : A = 0,20 C
 C : A = 20 C

Coeffcient directeur de la droite tracée


a = 20 mol–1 . L

12 - L'absorbance, à la longueur d'onde λ, d'une solution colorée de concentration C


introduite dans une cuve de largeur ℓ est : 
 A : Proportionnelle à C et à ℓ
 B : Proportionnelle à C et inversement proportionnelle à ℓ
 C : Proportionnelle à C et à λ
Loi de Beer-Lambert : 
- L'absorbance d'une solution diluée contenant une espèce colorée est proportionnelle à la
concentration (effective) C de cette espèce et à l'épaisseur ℓ (cm) de la solution traversée par le
faisceau lumineux.
- A (λ) = ε (λ) . ℓ . C 

13 - Sur le spectre d'absorption d'une solution colorée d'une espèce de concentration C,


présentant une absorbance maximale Amax pour une longueur d'onde λm
 A : Amax dépend de C mais pas λm
 B : λm dépend de C mais pas Amax
 C : Amax et λm dépendent de C
- Exemple de spectre d'absorption d'une espèce colorée : 
- L'absorbance d'une solution colorée dépend de la longueur d'onde de la radiation lumineuse
utilisée.
- On donne l'absorbance d'une solution de diiode en fonction de la longueur d'onde :
- Pour une solution de diiode de concentration C = 1,0 mmol / L, on mesure l'absorbance A pour
différentes longueurs d'ondes. La plage de variation de la longueur d'onde se situe dans l'intervalle
suivant :
- 400 nm < λ < 700 nm.
- On règle la longueur d'onde sur la valeur souhaitée, on fait le blanc avec la solution étalon, puis on
mesure l'absorbance. Il faut répéter le mode opératoire pour chaque mesure.
- Courbe obtenue :

14 - À la longueur d'onde λ = 750 nm, l'absorbance d'une solution d'une espèce colorée, de
concentration molaire C = 5,0 x 10–4 mol / L, introduite dans une cuve de longueur ℓ = 1,0 cm
vaut A = 0,75.
À cette longueur d'onde, le coefficient d'absorption molaire ε (λ) de l'espèce vaut : 
 A : 2,0 mol–1 . L . cm–1
 B : 1,5 x 106 mol–1 . L . m–1
 C : 1,5 x 103 mol–1 . L . cm–1
- A (λ) = ε (λ) . ℓ . C

15 - Pour tracer une droite d'étalonnage pour un dosage spectrophotométrique, il faut


mesurer l'absorbance de solutions :
 A : D'espèces chimiques différentes
 B : D'une même espèce chimique à des longueurs d'ondes différentes
 C : D'une même espèce chimique pour des solutions de concentrations différentes
courbe A = f (C)
Exemple : Cas de solutions de diiode.

L'absorbance d'une solution diluée contenant une espèce colorée est proportionnelle à la
concentration (effective) C de cette espèce et à l'épaisseur ℓ (cm) de la solution traversée par le
faisceau lumineux.

Imprimer cette page


Fermer la fenêtre

(Pour refaire un test, n'oubliez pas de fermer cette fenêtre ...)

Vous aimerez peut-être aussi